Version classiqueVersion mobile

Littérature et interdits

 | 
Jacques Dugast
, 
Irène Langlet
, 
François Mouret

2e partie. Transgression : délices et supplices

Entre tabou et idéal

L’inceste fin-de-siècle

Isabelle Krzywkowski

Texte intégral

  • 1 Percy Bysshe Shelley considère que l’inceste représente « a very poetical circumstance » (Letters,(...)
  • 2 Evelyne Hesse-Fink (Étude sur le Thème de l’Inceste dans la Littérature française, Berne, 1971) ra (...)
  • 3 Maurice Maeterlinck, par exemple, traduit et adapte pour le Théâtre de l’Œuvre la pièce de John Fo (...)
  • 4 Citons, pour ne mentionner que les plus célèbres : Emile Durkheim : « La Prohibition de l’Inceste (...)

1Le motif de l’inceste a traversé l’histoire de la littérature avec une remarquable continuité, et il semble que peu d’écrivains, de Shakespeare à Byron, de Schiller à Musil, de Racine à Cocteau ou Yourcenar, ne l’aient rencontré un jour, de manière plus ou moins entêtante : Shelley ou Barbey d’Aurevilly le considéraient d’ailleurs comme une intrigue particulièrement bien adaptée au genre romanesque1. Sujet universel, à l’image d’un tabou qu’on tend aujourd’hui encore à considérer comme universel ? – peut-être, même si le thème s’est particulièrement concentré à certaines époques2. On le rencontre ainsi fréquemment dans la littérature, la peinture et même la musique de la fin du XIXe siècle, qui aime à afficher la tradition dans laquelle elle s’inscrit3, alors que, dans le même temps, l’ethnologie et la psychanalyse le mettent au cœur de leurs préoccupations4. L’inceste, tabou par excellence, donc objet de scandale, ne pouvait laisser indifférent un art qui se voulait fondé sur la transgression de la morale et le dévoiement des mythes. Mais ce qui m’intéresse aujourd’hui est moins d’analyser les raisons qui justifient le succès périodique de ce motif, que tenter de comprendre pourquoi, même aux époques qui se plaisaient aux transgressions de la morale (la fin du XIXe siècle me servira ici d’exemple), l’inceste est resté de l’ordre du tabou.

  • 5 Il existe de nombreuses variantes de l’interdit de l’inceste, tenant en particulier au degré de pa (...)
  • 6 C’est l’époque des grandes études de religions comparées, où l’on apprend, grâce à des chercheurs (...)

2Scientifiquement pourtant, c’est la première fois que l’inceste est réellement étudié… et justifié : d’un côté, on apprend que la tentation de l’inceste et son refoulement composent peut-être le fondement de l’inconscient humain ; d’un autre, on découvre que le tabou n’est peut-être pas universel, qu’au moins il n’est pas toujours appréhendé dans les mêmes termes5, et qu’à coup sûr, certaines civilisations l’ont même considéré comme un signe d’élection6. L’interdit moral et religieux est en cela frappé de déconsidération. Même si ces théories sont aujourd’hui controversées, il n’en reste pas moins qu’elles marquent l’époque, et la profusion de travaux théoriques (sur lesquels je ne m’attarderai pas ici, puisque c’est l’imaginaire de l’inceste qui nous occupe) est la preuve que la question occupait les esprits.

3Or, bien peu de textes mettent en scène une relation menée jusqu’aux rapports sexuels, et bien moins encore échappent à des considérations morales : l’inceste reste décidément de l’ordre de l’interdit. C’est cette attitude paradoxale que j’ai tenté de comprendre ici.

Conditions de réalisation

4Voyons d’abord brièvement comment se réalise l’inceste, puisque l’analyse proposée par les écrivains dépend pour beaucoup du type de parenté envisagée.

  • 7 Émile Zola : La Curée (1871) ; Rachilde ; Les Hors-Nature (1897).
  • 8 Mario Praz : op. cit., ch. II, note 43. Les théoriciens ne sont toujours pas d’accord sur les rais (...)

5Remarquons pour commencer que l’inceste peut n’être que symbolique, c’est-à-dire reposer sur des liens sociaux, et non sur la consanguinité : belle-mère et beau-fils d’un premier mariage, comme dans La Curée de Zola, mère adoptive ou sœur de lait comme dans Les Hors-Nature de Rachilde (le lien lacté remplaçant ici le lien sanguin…)7, voire rapport de cousinage, autorisé, on le sait, par les civilisations judéo-chrétiennes. Autant dire que ce qui compte n’est pas l’inceste en soi, mais, comme le remarque Mario Praz8, la conscience que l’on en a.

6C’est cette valeur abstraite qui explique que le motif incestueux ait pris valeur de lieu commun, et qu’il puisse donner lieu à des qualificatifs rhétoriques tels que « frère » ou « sœur » à l’adresse de la personne aimée ; quand bien même on rétorquerait que cette image est stéréotypée, elle n’est pas pour autant vide de sens, et l’insistance avec laquelle « L’Invitation au Voyage » de Baudelaire, par exemple, décline les degrés de parenté les plus tabous (« Mon enfant, ma sœur »…) en témoigne. On voit que la première signification que l’on peut trouver dans le motif incestueux est de le considérer comme la réalisation idéale du sentiment amoureux.

  • 9 Siegfried Trebitsch : Ein Muttersohn (1911); Lynken : Phantasien eines Realisten (1900); Ernst Har (...)

7Il est bon cependant de faire des nuances, qui sont justement fonction du degré de parenté considéré : le rapport parent/enfant est, par tradition, le sceau d’une union monstrueuse. Or, significativement, la Fin-de-siècle se penchera volontiers sur la relation mère/fils, soit qu’elle la traite, avec les débuts de la psychanalyse, sur le mode de la psychologie, comme le fait Trebitsch dans Ein Muttersohn, soit qu’elle cherche à la justifier, comme le montre la nouvelle « Gärende Kraft eines Geheimnisses » de Lynken, soit qu’elle en préserve au contraire (et le plus souvent) la valeur immorale, comme dans la pièce Ninon von Lenclos de Ernst Hardt ou le roman Der Erwählte de Thomas Mann9.

  • 10 Percy Bysshe Shelley : Laon and Cythna et The Revolt of Islam (1818); Mary Shelley : Frankenstein (...)

8Par ailleurs s’est affirmée, avec le Romantisme, l’idée que la relation frère/sœur devait être considérée comme normale ; c’est ce qu’illustre bien l’œuvre de Byron et ce qu’explicite Shelley dans sa préface à Laon and Cynthia (qu’il récrira cependant plus tard sous le titre de The Revolt of Islam en supprimant toute la thématique incestueuse, tout comme sa femme le fera dans sa deuxième version de Frankenstein, moins prométhéen dans la version tardive10) : l’inceste entre frère et sœur est, dit-il, « an artificial vice ». Cette idée ne sera pas perdue, et le cas de figure de l’inceste frère/sœur reste de loin le plus représenté.

  • 11 Le modèle égyptien par exemple, comme dans Zo’har de Catulle Mendès (1886, II, 7).
  • 12 Rachilde : op. cit. ; Otto Julius Bierbaum : Prinz Kukuck (1907) ; Catulle Mendès : op. cit. (cas r (...)
  • 13 Otto Julius Bierbaum : Sonderbare Geschichten, « Samalio Pardulus » (1908) ; Jean Lorrain : op. ci (...)
  • 14 Otto Julius Bierbaum, Siegfried Trebitsch : op. cit. ; Stanislaw Przybyszewski : De Profundis (190 (...)
  • 15 Émile Zola : op. cit. ; Maurice Barrès : Du Sang, de la Volupté et de la Mort, « Un Amateur d’Ame  (...)

9Pourtant, curieusement, la Fin-de-siècle ne semble pas toujours se satisfaire du scandale que représente cette normalisation de l’interdit : si les personnages tentent souvent de justifier leur amour par des exemples historiques ou par l’affirmation de leur liberté d’esprit11, les auteurs, eux, semblent se complaire à rendre à l’inceste sa dimension criminelle, non par des considérations morales, mais par les transgressions qu’ils viennent ajouter à cette faute première : Rachilde et Bierbaum conjuguent le thème de l’inceste à celui de l’homosexualité, Mendès à celui de l’infanticide, Lorrain à celui de la débauche12. Les personnages incestueux restent des monstres : physiquement, ils sont laids, comme Samalio Pardulus, ou malades, comme cette héroïne de Lorrain chez qui l’inceste provoque le « détraquement de tout son être »13 ; sexuellement, ils sont impuissants, comme dans Prinz Kukuck ou Ein Muttersohn, frigides, comme la sœur du héros de De Profundis, ou, au contraire, nymphomanes, comme chez Bloy ou Lorrain14 ; leurs pratiques sexuelles sont dénaturées : Maxime rêve d’une religieuse, et Renée se plaît à « chevaucher » son amant, alors que Pia ou Philippa préfèrent la virginité au mariage15.

  • 16 Le goût du monstrueux fait partie de l’esthétique décadente, comme le montre Vladimir Jankelevitch (...)

10Premier sujet d’étonnement, donc : loin de vouloir légitimer l’inceste et le normaliser, la fin du XIXe siècle semble en préserver le caractère transgressif, et même le renforcer en insistant sur sa monstruosité16.

  • 17 Thomas Mann : Wälsungenblut (1906 ; 1921 pour l’édition en volume).

11Ainsi, la fin du XIXe siècle ne vient-elle pas à bout de l’interdit de l’inceste, qui représente à la fois une rebellion contre la morale vulgaire, et une transgression proprement démoniaque. Lorsque les personnages acceptent la relation incestueuse, c’est, pour nombre d’entre eux, par goût de la provocation ; l’inceste apparaît alors parfois comme un ultime avatar du dandysme qui, dans Wälsungenblut de Thomas Mann17, exprime à la fois le dégoût de la société et une forme de narcissisme : dans l’inceste, l’autre n’est jamais qu’un autre visage de soi-même.

Les ambiguïtés de l’androgyne

12On comprend dès lors qu’on ne puisse en fait réfléchir sur l’inceste sans le considérer en parallèle avec la figure de l’androgyne, dont on sait qu’elle s’affirme comme une des figures-clé de la fin du XIXe siècle.

  • 18 Otto Julius Bierbaum : op. cit., « Samalio Pardulus » ; Elémir Bourges : Le Crépuscule des Dieux ( (...)
  • 19 Catulle Mendès : Zo’har, op. cit., ch. X.

13Comme l’androgyne, l’inceste représente la tentative de fusion des principes contraires : la complémentarité du couple frère/sœur se manifeste de manière éloquemment manichéïste, à la fois sur le mode physique (masculin/féminin, beau/laid, jeune/plus âgé, etc), du point de vue du caractère (bon/mauvais, introverti/extraverti, etc) ou sur le plan intellectuel (modèle/artiste, rusé/candide, etc), comme dans « Samalio Pardulus » ou Le Crépuscule des Dieux18. Le rapprochement entre le motif incestueux et celui de l’androgyne se fait explicite lorsque les textes prennent pour référence Le Banquet ou certaines interprétations du début de la Genèse ; d’ailleurs, une idole bisexuelle veille sur la ville de Zo’har19. Le couple incestueux reconstitue, sur ce modèle, un être implicitement divin, unique quoique double, au point de ne plus savoir, pour le héros du De Profundis de Przybyszewski, si la voix qu’il perçoit est la sienne propre ou celle de sa sœur, au point de la rêver en train de l’enfanter, puis de s’imaginer, par deux fois, son géniteur. Ainsi l’inceste se manifeste-t-il comme une figure de l’amour idéal, qui, par le motif du double complémentaire, mène à la perfection de l’être que symbolise l’auto-suffisance du couple.

  • 20 Émile Zola : op. cit. (cf. en particulier la deuxième scène dans la serre, ch. IV) ; Stanislaw Prz (...)
  • 21 Catulle Mendès, op. cit. (Paris, Charpentier, 1910, p. 252).
  • 22 Il faudrait d’ailleurs réfléchir plus avant sur le lien unissant le thème de l’inceste, qui pose l (...)

14Si les qualités de chacun finissent par s’interchanger, c’est cependant presque toujours, à la fin du XIXe siècle, au détriment du sexe masculin : presque systématiquement, la relation incestueuse suscite l’inversion des qualités viriles et féminines entre les membres du couple : dans La Curée, Renée est « l’homme », tandis que Maxime est caractérisé par sa fragilité, son goût des parures, bref, sa féminité ; la sœur du narrateur de De Profundis remarque même : « Wir haben die Rollen vertauscht. Du bist jetzt ein Weib »20. Ainsi, comme on pouvait s’y attendre, l’inversion des sexes a-t-elle pour conséquence la dépossession du statut de l’homme, dont la virilité est parfois mise en cause jusque dans l’onomastique : la plupart des femmes ont des prénoms ambigus, et Stephana fait même remarquer à son frère combien aisément ils pourraient interchanger le leur (lui s’appelle Léopold), puisqu’aussi bien « dans notre hymen, l’épouse, c’est toi, l’époux, c’est moi »21. Si le motif de l’inceste n’est pas présenté comme une union idéale, c’est donc peut-être parce qu’il est réduit à n’être que l’une des manifestations de la grande angoisse fin-de-siècle : celle de l’homme face à une femme dangereuse, dévoratrice, qui le tient sous sa dépendance ; l’inceste offre au motif de la femme-vampire un visage crédible, sœur possessive qui vient à la nuit prendre possession du corps de son frère, comme chez Przybyszewski, ou mère écrasante qui dépossède son fils de toute individualité et de toute volonté, comme chez Trebitch22.

15Le thème de l’inceste, loin de servir exclusivement le goût de la transgression qui caractérise la fin du XIXe siècle, doit donc être considéré dans le système plus vaste des relations amoureuses, toujours ambiguës et dangereuses pour l’homme à cette époque : si l’on peut voir là une première explication de l’impossibilité de vider l’inceste de son contenu coupable, on peut cependant se demander si ce renversement est motivé par la relation incestueuse, ou s’il ne lui a pas, plutôt, été surajouté.

Le rejet de la société

16Les fonctions que l’on peut attribuer au motif ne résolvent pas cette hésitation entre l’idéal et la monstruosité.

  • 23 Elémir Bourges : op. cit. (Paris, Larousse, 1922, p. 120) ; Stanislaw Przybyszewski : op. cit. (p. (...)
  • 24 Catulle Mendès : op. cit. (1910, p. 190 : tout le passage est une défense de l’inceste).

17D’un côté, si le couple incestueux doit, pour se protéger, vivre à l’écart du monde (jardin, serre, demeure solitaire, pays lointain, sont ses lieux de prédilection), cet exil est généralement moins une nécessité imposée par leur entourage qui refuse le scandale, qu’un choix qui manifeste le rejet d’une société dont le couple incestueux n’éprouve nul besoin, puisqu’il est, par nature, nous l’avons vu, autosuffisant. L’une des caractéristiques des personnages qui acceptent l’inceste, même s’ils ne le réalisent pas, tient ainsi au mépris qu’ils professent vis-à-vis de la société qui les entoure et des lois morales qu’elle impose. Certains manifestent clairement un sentiment de révolte, comme Hans-Ulric qui « exécrait les codes, les lois, toutes les entraves des hommes », ou de dégoût : « Ich habe Eckel vor Menschen. Ich kann keinen Menschen ausser Dir sehen » s’exclame par deux fois le héros de De Profundis23. On peut donc considérer que l’inceste représente une des multiples tentatives de l’époque pour dénoncer la rigidité morale et hypocrite de la société contemporaine : « Qui m’expliquera, s’écrie Stéphana, en quoi et pourquoi c’est un crime de se posséder, frère et sœur !24 ». Par son lien avec le motif de l’androgyne, l’inceste peut du reste représenter une tentative de retour à un état pré-social, voire édénique, qui confirme sa portée critique.

  • 25 Otto Julius Bierbaum: op. cit. (München, DTV, 1979, p. 85) ; Jules Barbey d’Aurevilly : Une Page d (...)

18Aussi la plupart des personnages sont-ils présentés, ou se considèrent, comme des êtres d’élection, des esthètes, physiquement ou intellectuellement supérieurs, comme Samalio Pardulus, peintre de génie, dont la sœur est d’une remarquable beauté. L’inceste permet ainsi un véritable dépassement de soi, qui mène parfois, par un étonnant retournement, à une véritable rédemption : le père de Samalio Pardulus contemple dans le cadavre de ses enfants une « klare, ruhige, wohl feierliche, aber nicht gestrenge Offenbarung », tout de même que Marguerite et Julien de Ravalet représentent, au milieu de « l’abominable lignée des crimes de leurs pères […] un jet soudain de nature humaine25 ».

  • 26 Philippe Bonnefis remarque, dans son édition de La Curée, que Renée « brûle d’être interdite enfin (...)
  • 27 Jules Barbey d’Aurevilly : Une Histoire sans Nom. De rares textes, comme ceux de Mendès ou Lynken, (...)

19Pourtant, le motif reste ambigu : la retraite du couple incestueux est due aussi à sa monstruosité. Dans un monde policé, sauf lorsqu’il est aussi dégénéré que celui de La Curée ou du Crépuscule des Dieux qui ne s’en préoccupe que lorsque cela arrange des intérêts26, l’inceste n’a pas sa place, et la plupart des textes témoignent de la réprobation, voire de la vindicte des témoins et des institutions. Au lieu d’une relation idéale, l’inceste représente alors la manifestation d’une nature malade et scandaleuse. Le motif reste imprégné de ce caractère fatal qui en fait une intrigue dramatique privilégiée, et de sa cohorte d’images : c’est parce qu’elle est maudite que la relation incestueuse est inféconde ; elle représente le moment ultime de la dégénerescence d’une famille27.

20Cependant, cette dégénérescence peut-être présentée, chez Barbey par exemple, comme une apothéose, car elle signifie la mort de la lignée, de la généalogie, et, comme telle, exprime à sa manière le refus de la permanence, que la fin du XIXe siècle oppose avec tant de véhémence à l’idéologie du progrès. C’est, me semble-t-il, dans ce rapport paradoxal qu’il entretient au temps qu’on est le mieux à même de comprendre l’intérêt que la fin du XIXe siècle porte à l’inceste : il est ainsi tout à la fois une figure de l’achèvement, et, nous allons le voir, parce qu’il renvoie au passé, une des figures de l’origine.

La transgression du divin

21Préserver le caractère transgressif de l’inceste, c’est donc conserver la possibilité de l’utiliser à des fins critiques, et sa fonction essentielle semble être, conformément aux préoccupations de l’époque, de travailler à pervertir le judéo-christianisme, ses dogmes et ses interdits. Certains textes sont d’ailleurs explicites quant à l’attitude des protagonistes vis-à-vis de la religion : leur rejet en est aussi violent qu’à l’égard de la société, et leur attitude consciemment sacrilège, comme Stéphana expliquant que :

Mes extases devant l’autel, et les pieds du Christ, baisés, et mon emportement vers les célestes noces, n’étaient que le besoin, inconsciemment pressenti, de défaillir entre tes bras.

22Et Mendès de commenter :

  • 28 Catulle Mendès : op. cit. (1910, p. 250-251).

La fierté d’être damnée, est-ce qu’une nonne peut concevoir cela ?28.

  • 29 Otto Borngräber: Die ersten Menschen (1919). Voir aussi, par exemple, les réflexions de Léopold da (...)
  • 30 Dante : Paradiso, XXXIII, 1.
  • 31 Péladan :Le Vice suprême (Paris, 1884, p. 335).

23L’attaque vient d’abord de l’intérieur : si l’inceste est une fatalité, comme la plupart des personnages semblent le penser (et comme des modèles célèbres, d’Œdipe à la Phèdre de Racine semblent en témoigner), alors Dieu est seul responsable de la faute : on retrouve ici l’image habituelle, à la fin du XIXe siècle, d’un Dieu cruel, qui joue avec ses créatures et se divertit à créer des monstres. Du reste, lui-même donne l’exemple : l’inceste est une figure des origines, même dans le judéo-christianisme ; lui seul permet d’expliquer la filiation d’Adam et Eve, comme se délecte à le raconter Borngräber qui va jusqu’à montrer une Eve amoureuse d’Abel, et un Caïn fratricide par jalousie29 ; pire encore : Marie n’est-elle pas à la fois mère et fille de Dieu ? L’idée vient de loin, Dante le rappelle déjà dans le Paradis : « Vergine madre, figlia del tuo figlio30 » ; Bierbaum s’en souviendra dans « Samalio Pardulus », où le peintre se représente sous la figure d’un centaure au visage christique, portant sur sa croupe une Vierge dont le modèle est sa propre sœur. Nul étonnement alors à voir Péladan inscrire au nombre des « vices suprêmes » ce qu’il appelle « l’inceste spirituel », c’est-à-dire le désir éprouvé pour un religieux31. Ainsi, l’inceste apparaît-il comme un nouvel aspect du péché originel et, comme tel, comme un moyen de pervertir la Genèse.

  • 32 Ernst Hardt et Siegfried Trebitsch : op. cit. ; Alfred Jarry : L’Amour absolu (1899).

24Là est bien d’ailleurs, sans doute, son intérêt majeur : comme la plupart des grands motifs qui hantent l’imaginaire fin-de-siècle, l’inceste intéresse parce qu’il s’en prend aux origines, et qu’il permet ainsi de nier la figure de Dieu ; ce n’est pas un hasard si la menace principale porte sur le nom : l’inceste, presque toujours infécond, signe la mort du nom, la négation du nom du père, comme en témoignent les remarques de Barbey dans Une Page d’Histoire. La place de Dieu est ainsi laissée vide, et comme souvent à l’époque, c’est la femme qui s’en saisit : le fils de Ninon de Lenclos prie la Vierge en lui attribuant le prénom de sa mère, tout de même que les héros de Trebitsch et de Jarry conçoivent leur mère à l’image d’une Madonne32. Ultime manifestation de la monstruosité de l’inceste qui conduit, là encore, à la divinisation de la femme.

25Mais, nous l’avons dit, l’homme aussi parvient, grâce à l’inceste, à un dépassement de soi qui lui donne un statut surhumain et lui permet de proposer sa propre création, monstrueuse. Du reste, la possibilité de revenir à la figure originelle de l’androgyne ne manifeste-t-elle pas que l’homme est parvenu à se re-sacrer Dieu ? Ainsi, qu’elle permette d’annuler la Création, ou de la remplacer par une œuvre proprement humaine, la manifestation de l’inceste s’inscrit toujours dans une rebellion contre le divin.

26À l’issue de ces rapides considérations sur quelques-uns des cas de figure où apparaît le motif de l’inceste, on conçoit qu’il est impossible d’en comprendre la portée sans le réinscrire dans la constellation des préoccupations contemporaines, ce que nous ne pouvions bien sûr qu’ébaucher dans le cadre de ce congrès. On comprend surtout qu’il importe peu, en fait, que l’inceste soit, ou non, considéré comme une relation normale, voire idéale : le débat, visiblement, ne porte pas sur sa « légalisation ». Seule compte, finalement, sa puissance transgressive – en d’autres termes, sa valeur même d’interdit. Et sans doute est-il après tout essentiel, pour une littérature qui se veut transgressive, de préserver les interdits…

Notes

1 Percy Bysshe Shelley considère que l’inceste représente « a very poetical circumstance » (Letters, II, 154) ; Jules Barbey d’Aurevilly explique à propos de Une Page d’Histoire (1882) que « cette histoire fut celle d’un amour et d’un bonheur tellement coupables que l’idée en épouvante… et charme » (Bibl. de la Pleiade, T. 2, p. 368) ; elle illustre donc le principe romanesque énoncé au début de Une vieille Maîtresse (1858 ; cf. préface de 1865).

2 Evelyne Hesse-Fink (Étude sur le Thème de l’Inceste dans la Littérature française, Berne, 1971) rappelle que les plus importantes sont, dans l’Antiquité grecque, le Ve siècle avant J.-C., le siècle des grands tragédiens où les cycles d’Œdipe et des Atrides tiennent une place écrasante ; puis la Renaissance éiizabéthaine, que la fin du XIXe siècle redécouvre avec enthousiasme ; Mario Praz, dans La Carne, la Morte e il Diavolo (Firenze, 1966), constate que la fin du XVIIIe siècle, depuis les excès du roman gothique jusqu’à ceux du Sturm und Drang, y trouve également un sujet privilégié qui aura de nombreux échos dans la littérature romantique.

3 Maurice Maeterlinck, par exemple, traduit et adapte pour le Théâtre de l’Œuvre la pièce de John Ford ‘tis Pity she’s a Whore (1632) sous le titre Annabella (1895).

4 Citons, pour ne mentionner que les plus célèbres : Emile Durkheim : « La Prohibition de l’Inceste et ses Origines » (in L’Année sociologique, T.1, 1898) ; Sigmund Freud : Totem und Tabu (1912).

5 Il existe de nombreuses variantes de l’interdit de l’inceste, tenant en particulier au degré de parenté et au type de relation envisagés (cf. G.P. Murdock, Social structure, New-York, 1963, 8e éd.).

6 C’est l’époque des grandes études de religions comparées, où l’on apprend, grâce à des chercheurs comme James Darmesteter par exemple (« Le Hvaêtvadatha ou le Mariage entre Consanguins chez les Parsis », in Revue d’Histoire des Religions, 1891, no 24) à mieux connaître le Mazdéisme ou l’Hindouisme.

7 Émile Zola : La Curée (1871) ; Rachilde ; Les Hors-Nature (1897).

8 Mario Praz : op. cit., ch. II, note 43. Les théoriciens ne sont toujours pas d’accord sur les raisons qui motivent l’interdit de l’inceste, mais il semble reposer moins sur des considérations de génétique empirique, que sur la nécessité d’un échange entre les clans, selon Lévi-Strauss (Les Structures élémentaires de la Parenté), ou sur la volonté d’éviter les phases critiques de l’éducation parentale, comme semble en témoigner la diversité des cas de figures étudiés par Murdock op. cit..

9 Siegfried Trebitsch : Ein Muttersohn (1911); Lynken : Phantasien eines Realisten (1900); Ernst Hardt : Ninon von Lenclos (1917); Thomas Mann : Der Erwählte (1951).

10 Percy Bysshe Shelley : Laon and Cythna et The Revolt of Islam (1818); Mary Shelley : Frankenstein or the modem Prometheus (1818, puis 1831).

11 Le modèle égyptien par exemple, comme dans Zo’har de Catulle Mendès (1886, II, 7).

12 Rachilde : op. cit. ; Otto Julius Bierbaum : Prinz Kukuck (1907) ; Catulle Mendès : op. cit. (cas rare d’un inceste fécond) ; Jean Lorrain : Le Vice errant, « Les Noronsoff » (1902).

13 Otto Julius Bierbaum : Sonderbare Geschichten, « Samalio Pardulus » (1908) ; Jean Lorrain : op. cit. (Paris, Lattès, p. 123).

14 Otto Julius Bierbaum, Siegfried Trebitsch : op. cit. ; Stanislaw Przybyszewski : De Profundis (1900) ; Léon Bloy : Histoires désobligeantes, « Jocaste sur le Trottoir » (1894) ; Jean Lorrain : op. cit.

15 Émile Zola : op. cit. ; Maurice Barrès : Du Sang, de la Volupté et de la Mort, « Un Amateur d’Ame » (1894) ; Emil Strauss : Hans und Grete, « Schwester Euphemia » (1909).

16 Le goût du monstrueux fait partie de l’esthétique décadente, comme le montre Vladimir Jankelevitch dans son article « La Décadence » (in Revue de Philosophie et de Morale, 1950).

17 Thomas Mann : Wälsungenblut (1906 ; 1921 pour l’édition en volume).

18 Otto Julius Bierbaum : op. cit., « Samalio Pardulus » ; Elémir Bourges : Le Crépuscule des Dieux (1884).

19 Catulle Mendès : Zo’har, op. cit., ch. X.

20 Émile Zola : op. cit. (cf. en particulier la deuxième scène dans la serre, ch. IV) ; Stanislaw Przybyszewski : op. cit., p. 76.

21 Catulle Mendès, op. cit. (Paris, Charpentier, 1910, p. 252).

22 Il faudrait d’ailleurs réfléchir plus avant sur le lien unissant le thème de l’inceste, qui pose la question de la consanguinité, celui du vampirisme, dont on connaît le succès renaissant au XIXe siècle, la théorie de la transmission des « fluides », et les découvertes concernant le sang (oxygénation expliquée par Selye en 1867 ; découverte des groupes sanguins par Landsteiner en 1901).

23 Elémir Bourges : op. cit. (Paris, Larousse, 1922, p. 120) ; Stanislaw Przybyszewski : op. cit. (p. 39 et 49).

24 Catulle Mendès : op. cit. (1910, p. 190 : tout le passage est une défense de l’inceste).

25 Otto Julius Bierbaum: op. cit. (München, DTV, 1979, p. 85) ; Jules Barbey d’Aurevilly : Une Page d’Histoire, (Bibl. de la Pléiade, T II, p. 370).

26 Philippe Bonnefis remarque, dans son édition de La Curée, que Renée « brûle d’être interdite enfin » et recherche « si, dans ce monde en perpétuel expansion, il existe ou non une limite, quelque borne qu’on ne puisse franchir » (Le Livre de Poche, 1984, p. 350). L’expression « jouer à Zo’har » est d’ailleurs attestée à l’époque, preuve que la relation incestueuse était en quelque sorte « institutionnalisée ».

27 Jules Barbey d’Aurevilly : Une Histoire sans Nom. De rares textes, comme ceux de Mendès ou Lynken, évoquent une procréation, mais elle contribue à rendre le couple plus coupable encore : le fruit de l’inceste est la preuve que la faute est irrémédiable ; c’est ce qui conduit Léopold au suicide, et qui fait condamner à mort la veuve et son fils.

28 Catulle Mendès : op. cit. (1910, p. 250-251).

29 Otto Borngräber: Die ersten Menschen (1919). Voir aussi, par exemple, les réflexions de Léopold dans Zohar (II, 7 et III, 7).

30 Dante : Paradiso, XXXIII, 1.

31 Péladan :Le Vice suprême (Paris, 1884, p. 335).

32 Ernst Hardt et Siegfried Trebitsch : op. cit. ; Alfred Jarry : L’Amour absolu (1899).

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search