Version classiqueVersion mobile

Littérature et interdits

 | 
Jacques Dugast
, 
Irène Langlet
, 
François Mouret

2e partie. Transgression : délices et supplices

Avant-propos

Texte intégral

1Si le crime gratuit, l’inceste en ses multiples combinaisons, la pédophilie et autres perversions occupent tant de place dans l’imaginaire littéraire, ce n’est probablement pas parce que les écrivains seraient une catégorie d’esprits plus que d’autres portés à ces coupables errements. La psychanalyse – et avant elle sans doute l’observation la plus ordinaire des mécanismes mentaux – ont révélé le caractère somme toute normal des rêveries de transgressions qu’à certaines époques on a osé transposer de manière novatrice en littérature : Dostoïevski, Nabokov, Faulkner, Henry James, mais aussi le japonais Shimazaki Toson illustrent ici cette tendance nous confrontant parfois au paradoxe de l’attitude transgressive qui ne peut se manifester sans une préservation des interdits.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search