Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et interdits

 | 
Jacques Dugast
, 
Irène Langlet
, 
François Mouret

1re partie. Pouvoir et société : censure, autocensure

Littérature et politique

La référence allemande chez Mme de Staël

Bernard Franco

Texte intégral

  • 1 Cette lettre est citée par Mme de Staël dans sa préface à l’édition de 1813.
  • 2 « Introduction à l’ouvrage de Mme de Staël sur l’Allemagne », republiée dans la 2e éd. française, (...)

1« Votre dernier ouvrage n’est point français ». C’est par ces mots que, dans une lettre du 3 octobre 1810 adressée à Mme de Staël, le duc de Rovigo, nouveau ministre de la Police, expliquait sa décision d’interdire l’impression de De l’Allemagne1. On connaît l’histoire de l’essai, qui n’a pu être publié en France qu’après la chute de Napoléon. Il était cependant déjà connu des ennemis de la France, puisque dès 1813, avec l’aide de son ami Crabb Robinson, Mme de Staël parvient à le faire publier à Londres chez Murray. Par ailleurs, Villers avait reçu de Benjamin Constant de larges extraits de l’ouvrage, et avait fait paraître la même année dans les Göttingische Anzeigen un long article pour le présenter. L’introduction qu’il rédige pour la première édition française de l’ouvrage en est pratiquement la traduction. Il y remarque « que l’apparition de ce livre, suspendu par une mesure despotique du gouvernement qui vient d’être anéanti, coïncide d’une manière frappante avec la présence d’armées allemandes au sein de la France et de sa capitale2 ». L’ouvrage de Mme de Staël est ainsi un exemple particulièrement significatif d’une littérature qui se heurte à un interdit politique, et correspond pour cette raison à un tournant d’une évolution à la fois politique et esthétique.

  • 3 De l’Allemagne, « Préface », Paris, G-F, 1968, 1er vol., p. 37-8. Désormais DA.

2L’auteur prétend pourtant s’être « interdit […] toute réflexion sur l’état politique de l’Allemagne3 », et n’en peindre qu’un tableau social et littéraire. Du reste, la censure n’avait au départ exigé la suppression que de onze phrases ou fragments. L’ouvrage aborde effectivement à travers ses quatre parties les mœurs, la littérature, la philosophie et la religion, et Mme de Staël note la contradiction entre l’attitude de la censure et celle de la police. Rovigo a-t-il alors, comme elle le suggère, livré une interprétation fanatique de son ouvrage ? Rien n’est moins sûr. L’absence de références explicites permet de comprendre l’acceptation initiale de la censure. Mais la critique politique s’exprime dans De l’Allemagne sous forme d’allusions qui établissent un pont entre les domaines esthétique et politique. Ainsi le tableau de l’Allemagne, que Mme de Staël a découverte bien malgré elle, lui permet d’exprimer contre le régime des critiques que la censure n’aurait pu tolérer.

  • 4 Madame de Staël Lumières et liberté. Paris, Klincksieck, 1979, p. 162.

3De surcroît, son projet littéraire dans De l’Allemagne, que S. Balayé définit comme « le premier manifeste romantique en France4 », constitue, dans un régime qui prend le siècle de Louis XIV pour modèle, une transgression également sur un plan esthétique. La convergence de la transgression politique et esthétique est soulignée par certaines contradictions de Mme de Staël. Elle appelle d’une part les Français à renouveler leur littérature en s’inspirant des Allemands, et fait d’autre part l’éloge de l’émergence depuis Goethe d’une littérature nationale en Allemagne :

La véritable force d’un pays, affirme-t-elle, c’est son caractère naturel, et l’imitation des étrangers sous quelque rapport que ce soit est un défaut de patriotisme. (DA, 1° vol., p. 97)

  • 5 « Observations générales », 1er vol., p. 47.

4Elle infirme du coup son propre projet d’introduire en France les beautés de la littérature allemande, projet qu’elle affiche de façon provocante, dans une phrase d’ailleurs supprimée par la censure, où elle réclame une plus grande liberté de penser, y compris dans le domaine littéraire : « nous n’en sommes pas, j’imagine, à vouloir élever autour de la France littéraire la grande muraille de Chine5 ». Dans sa lettre à Mme de Staël, Rovigo répond à cette provocation : « nous n’en sommes pas encore réduits à chercher des modèles dans les peuples que vous admirez », soulignant les enjeux de l’ouvrage. Le mot « modèles » peut avoir une signification esthétique, politique, et même morale. Le mot « peuples », employé de surcroît au pluriel, insiste sur la division de l’Allemagne, que le titre de Mme de Staël remet en question, et évite surtout un mot particulièrement sensible, celui de nation.

  • 6 « Introduction… », p. LXVII.

5Pour le premier point, Rovigo attire l’attention sur ce que les psychosociologues appellent aujourd’hui le « champ de représentation ». Il s’articule, dans l’image de l’Allemagne élaborée par Mme de Staël, autour de trois éléments : la littérature, la politique et la morale, considérées comme étroitement imbriquées. Commentateur pertinent de l’ouvrage, Villers le définit comme un « tableau politique, moral et littéraire de l’Allemagne6 ». Ce faisant, il définit le projet qu’il avait lui-même conduit dans ses ouvrages antérieurs. En reliant ensemble ces trois composantes de la civilisation, Mme de Staël n’est donc pas novatrice. Avant elle, le Spectateur du Nord également, journal d’émigrés publié à Hambourg de 1797 à 1802, et auquel Villers a largement contribué, conduit le même projet, comme l’indique son sous-titre : Journal politique, littéraire et moral. Ce programme est déjà affiché à la fin de 1796, dans le « Prospectus » du journal : « C’est en réunissant trois branches d’instruction presque habituellement séparées par les journalistes, la politique, la morale et la littérature, que nous comptons donner à notre journal un caractère d’utilité », affirme Baudus (p. 1), le fondateur de la revue, pour justifier son sous-titre. Il précède Villers et Mme de Staël non seulement par sa démarche, mais aussi par le but qu’il s’assigne : « Rapprocher les peuples, c’est-à-dire les faire connaître les uns aux autres » (p. 6).

  • 7 Op. cit., p. 192.

6À bien des égards, le postulat de cette critique peut être rapproché de la formule célèbre de Bonald, qui voit dans la littérature « l’expression de la société », envisagée notamment sous son aspect moral ; inversement, il est indispensable de connaître le contexte sociologique d’une littérature pour pouvoir la comprendre, et surtout l’apprécier. C’est ce qui justifie l’effort de Villers et de Mme de Staël pour faire connaître aux Français la société allemande. Mais ce projet s’accompagne certainement chez Mme de Staël d’une intention polémique, et S. Balayé remarque à juste titre que l’objet même de De l’Allemagne est une provocation : « proposer aux Français l’exemple d’un pays soumis et méprisé7 ».

7Chez Mme de Staël, le lien entre littérature et société est posé avec force déjà dans De la Littérature : chaque littérature y est envisagée comme le produit d’un climat, de coutumes et de contingences historiques. Cette observation la conduit à deux hypothèses : tout d’abord, celle d’un progrès des civilisations qui transforme les littératures, puis celle d’une opposition entre Nord et Sud développée par la diffusion du christianisme. C’est donc du fondement même de sa critique qu’elle tirera, dans De l’Allemagne, une condamnation de la littérature classique, fondée sur l’imitation d’une civilisation passée, et qui se coupe du mouvement général de la perfectibilité :

La poésie romantique est la seule qui soit susceptible encore d’être perfectionnée, parce qu’ayant ses racines dans notre propre sol, elle est la seule qui puisse croître et se vivifier de nouveau. (DA, 1° vol., p. 214)

  • 8 Voir en particulier les « Observations générales » au début de l’ouvrage.

8Comme chez Schlegel, le romantisme, propre aux civilisations du Nord de l’Europe, se définit autour de trois critères : le contexte médiéval, le christianisme et l’esprit de chevalerie. Les deux premiers s’opposent à l’univers du classicisme, fondé sur l’antiquité et le paganisme, qui ne sont plus des références vivantes dans la civilisation moderne8.

  • 9 Elle montre, en particulier dans une analyse de Hermann et Dorothée (no du 20 vendémiaire an IX), (...)

9Liée à l’éloge du romantisme, l’image de l’Allemagne se construit donc à partir de l’idée que la littérature est le reflet d’une civilisation. Mme de Staël, au départ considérée comme Idéologue, et à ce titre combattue par Chateaubriand comme par Geoffroy, reprend dans le « Discours préliminaire » de De la Littérature le lieu commun de la critique philosophique, s’assignant comme but d’examiner l’influence de la société sur la littérature. L’idée n’est donc pas totalement nouvelle, mais si la Décade affirmait déjà qu’une littérature doit s’adapter à sa nation, et réfutait par là l’idée classique de l’universalité du goût, elle en tirait une conclusion peu novatrice : une esthétique n’ayant de sens que dans son contexte culturel, elle ne peut être introduite dans un autre pays9. C’est donc avec des implications différentes que Villers et Mme de Staël reprennent un postulat critique analogue.

  • 10 Sur la manière essentiellement différente dont les poètes français et les allemands traitent l’amo (...)
  • 11 « Introduction… », p. XXXIII.

10En effet, dans son examen de l’Allemagne, Villers comme Mme de Staël part de l’ethnopsychologie pour analyser les productions littéraires, artistiques et philosophiques : « Partout la littérature est une manifestation de l’esprit national10 ». Le rapport entre littérature et civilisation se trouve ici au premier plan, et l’ethnopsychologie chez Villers est d’une certaine façon un prolongement et une illustration de la formule de Bonald, recentrée autour de l’idée de nation : « le problème à résoudre doit toujours être, d’expliquer la littérature par la nation, et la nation par la littérature11 ».

  • 12 DA, « Préface », 1° vol. , p. 41. Cette conception de la nation est notamment développée par A.W. (...)
  • 13 Madame de Staël et Guillaume Schlegel, Paris, Albert, p. 234.

11De même, dans De l’Allemagne, la visée de Mme de Staël consiste, à travers une description générale du milieu naturel et de la sociabilité en Allemagne, à définir le « caractère des Allemands ». Et c’est à partir de cette image de la nation qu’elle pourra construire sa lecture de la littérature allemande. Inversement, la littérature allemande portera la marque du caractère national. On voit comment dans De l’Allemagne, l’analyse littéraire permet de faire émerger le concept politique de nation. Rovigo cherchait à éviter le terme dans sa lettre à Mme de Staël. Celle-ci s’abrite derrière l’assertion « que les Allemands n’étaient pas une nation » (DA, « Préface », 1° vol., p. 42). Mais si elle souligne la diversité de l’Allemagne, elle débute le second chapitre de son essai en indiquant que « quelques traits principaux peuvent seuls convenir également à toute la nation allemande » (p. 55). Et dans sa préface, elle définit la nation à partir des trois critères distingués par A.W. Schlegel pour poser l’existence de l’Allemagne comme nation, « la différence des langues, les limites naturelles, les souvenirs d’une même histoire12 ». La réflexion sur l’identité nationale est encore assez neuve, et Pauline de Pange rappelle à cet égard que le mot « nationalité » n’est apparu dans un dictionnaire français qu’en 1823, tandis que le mot allemand Nationalität est apparu en 1819. Mais on le trouve plus tôt à l’état de néologisme, et A.W. Schlegel l’emploie par exemple dès 1808 dans une lettre à Mme de Staël, qui passe pour l’avoir inventé13.

  • 14 L’idéalisme et les positions excessives de Villers l’ont souvent discrédité. Voir en particulier E (...)
  • 15 Cours de littérature dramatique, Paris, Bruxelles, Leipzig et Livourne, 1865, t. I, p. 32.
  • 16 Journal de l’Empire, 4 mars 1814, « Cours de littérature dramatique, traduit de l’allemand de Schl (...)
  • 17 De la Littérature, Préface de la 2° éd., Paris, G-F, 1991, p. 54.

12En dehors même de sa portée politique, le lien établi entre l’ethnopsychologie et la critique littéraire comporte d’évidents enjeux polémiques : Villers déduit de ce schéma d’analyse une comparaison dans laquelle les Allemands l’emportent sur les Français dans le domaine de l’art comme dans celui de la morale. Plus diplomate14, Mme de Staël introduit simplement l’idée d’une relativité du goût et des canons esthétiques. Cela revient à contester non seulement le postulat classique de l’universalité du goût, mais aussi le dogme de la suprématie de l’esthétique du classicisme français. Mme de Staël entre ici dans une polémique marquée, en 1814, par la première édition française de De l’Allemagne et la publication de la traduction française du Cours de littérature dramatique de Schlegel. D’une façon plus brutale que Mme de Staël, celui-ci tire du lien entre littérature et civilisation l’idée d’une relativité du beau, et affirme qu’« aucune nation ne pourra jamais imposer à toutes les autres les règles qu’elle a peut-être arbitrairement fixées15 ». Dans un compte rendu de l’ouvrage de Schlegel paru dans le Journal de l’Empire, Nodier réplique que « le beau est un point fixe, unique, invariable, qu’on ne déplace point sans en altérer le type16 ». Contre les tenants du classicisme français, Mme de Staël, aux côtés de Schlegel, remet en question son universalité. Cette transgression esthétique lui a déjà été reprochée dans De la Littérature : « L’on m’a reproché d’avoir donné la préférence à la littérature du Nord, et l’on a appelé cette opinion une poétique nouvelle17 ». Mais l’arrière-plan politique est plus transgressif encore, car l’analyse du théâtre allemand devient prétexte à l’éloge de la simplicité de mœurs des Allemands.

  • 18 Journal sur l’Allemagne (1803-4), in S. Balayé, Les Carnets de Voyage de Mme de Staël, Genève, Dro (...)
  • 19 DA, 1° vol., p. 277. Constant constate également que ce qui a trait à la guerre de trente ans « es (...)
  • 20 « Le Spectateur du Nord », RHLF, t. XIII, 1906, p. 44. Il ajoute, p. 45 : « dans un certain sens, (...)

13Le lien entre littérature et société se manifeste donc de façon encore particulièrement aiguë au théâtre, « car l’art dramatique est la partie de la littérature qui, dans tous les pays, est la plus nationale ». Mme de Staël évoque en réalité le problème du public, dont le goût est conditionné par la culture : « il faut se transporter dans les mœurs d’un pays pour juger des effets de son théâtre18 ». Cette caractéristique du genre dramatique justifie un premier éloge du Wallenstein de Schiller qui, se rapportant à la guerre de trente ans, est aux yeux de Mme de Staël « la tragédie la plus nationale qui ait été représentée sur le théâtre allemand19 ». Le choix de sujets nationaux apparaît par ailleurs comme la meilleure manière d’adapter à la France le théâtre allemand. L’idée vient de Villers pour qui, selon P. Hazard, l’imitation d’un drame allemand consiste à « composer un drame français, d’inspiration nationale20 ». Au-delà de l’enjeu politique propre au théâtre, l’intérêt du genre consiste en ce qu’il propose le meilleur miroir de la société :

  • 21 De la Littérature, p. 104.

C’est surtout dans les pièces de théâtre qu’on aperçoit visiblement quelles sont les mœurs, la religion et les lois du pays où elles ont été composées et représentées avec succès21.

  • 22 Journal sur l’Allemagne, (nov. 1803) p. 39.

14Mme de Staël pense aussi à la censure, qu’elle égratigne toujours discrètement. Dans son Journal sur l’Allemagne, elle fait l’éloge, sur ce plan, des états protestants de l’Allemagne : « Je crois que les gouvernements ont raison, même sous le rapport de leur intérêt, de ne gêner en rien la liberté de publier la pensée22 ». Les œuvres dramatiques sont également, selon elle, le lieu privilégié de réflexions politiques. Assistant à une représentation de Wallensteins Lager, la première partie de la trilogie de Schiller, elle formule ce commentaire :

  • 23 Ibid., (1803-4), p. 71.

il y a des réflexions du XVIIIe siècle – et de tous les siècles – sur le besoin que le pouvoir arbitraire a des soldats23.

  • 24 Op. cit., p. 174.

15La généralisation explicite ici une allusion déjà claire. Par ailleurs, comme le note S. Balayé, Le Comte d’Egmont, la tragédie préférée de Mme de Staël, correspond « à ses idées sur l’indépendance des peuples et sur les nationalités24 ».

  • 25 Correspondance Générale, V, i, p. 247.
  • 26 Ce cliché du pacifisme des Allemands, récurrent dans De l’Allemagne, se trouve aussi chez Villers  (...)

16En dehors de raisons strictement esthétiques, son intérêt pour le théâtre de Goethe, par exemple, a probablement également à voir avec cette conception du théâtre dans De l’Allemagne. Car si elle s’est efforcée dans son ouvrage de « donner une idée du caractère des Allemands et de l’esprit qui distingue leur littérature25 », c’est-à-dire de présenter le caractère des Allemands pour permettre aux Français de mieux comprendre leur littérature, c’est tout autant le rapport en sens inverse que l’on peut entrevoir dans son entreprise. Ainsi, le tableau du théâtre allemand peut devenir prétexte à un éloge des mœurs pacifiques des Allemands26 ; l’arrière-plan politique, ici évident, justifie alors l’intérêt pour Goethe, qui selon Mme de Staël « a su particulièrement représenter les mœurs et les coutumes allemandes » (DA, 1° vol., p. 189). La place du théâtre de Goethe dans De l’Allemagne mêle donc à des raisons esthétiques un intérêt anthropologique, car Gœthe « pourrait représenter la littérature allemande tout entière », non pas tant par la valeur littéraire de son œuvre, mais parce que « seul il réunit tout ce qui distingue l’esprit allemand ». Son théâtre a donc valeur de modèle sur trois plans : comme tableau des mœurs allemandes, comme paradigme de l’« esprit » allemand et comme exemple de la dramaturgie allemande.

  • 27 Truth and Propanganda: Making Sense of Staël’s De l’Allemagne. Ph. D. University of Cambridge, 199 (...)

17Enfin, plus généralement, le théâtre permet, à travers l’opposition du classicisme et du romantisme, de masquer et de prolonger à la fois l’opposition de la France et de l’Allemagne. À cet égard, la littérature constitue un prolongement, et, dans la perspective de Mme de Staël, une représentation d’un clivage politique. Mais au-delà d’une continuité, littérature et politique peuvent présenter un rapport d’opposition dans De l’Allemagne. L’ouvrage présente en effet les écrivains et les philosophes comme les véritables héros de l’Allemagne. L’opposition sous-entendue aux gloires militaires de la France suggère celle entre Napoléon et Mme de Staël elle-même. La critique a souvent recherché les allusions que pouvait contenir De l’Allemagne. J. Isbell note par exemple que dans son commentaire sur Don Carlos, Mme de Staël consacre une pleine page à la clémence de Philippe, absente de la pièce de Schiller, et y voit par contraste une allusion à l’attitude de Napoléon, qui, après la défaite de Trafalgar, a harcelé l’amiral Villeneuve jusqu’à son suicide en 180627.

  • 28 Voir S. Balayé, op. cit., p. 193.
  • 29 Op. cit., p. 115-116.
  • 30 V. S. Balayé, op. cit., p. 192.

18Les allusions politiques, qui constellent le texte, débordent évidemment le domaine du théâtre. La critique en a remarqué de nombreuses, dont les plus évidentes sont évidemment les phrases supprimées par la censure. Certaines soulignent le lien entre littérature et politique : « Le bon goût en littérature est, à quelques égards, comme l’ordre sous le despotisme, il importe d’examiner à quel prix on l’achète28 ». L’allusion peut être moins évidente, comme lorsque Mme de Staël parle du « despotisme » ou de la « tyrannie » du bon goût. Parfois, elle est très indirecte, et J. Isbell note que Jeanne d’Arc, dans le récit de la pièce de Schiller par Mme de Staël, « est bannie de l’Empire ». Le même anachronisme se retrouve chez Constant, qui, dans la préface à son Wallstein, la décrit comme « la libératrice d’un grand empire29 ». L’allusion viserait évidemment à établir un parallèle avec l’exil de Mme de Staël. Enfin, d’autres allusions se rapportent directement à Napoléon : « Après sa mort, il ne restera rien de ce qu’il avait établi, parce que rien ne dure que ce qui vient progressivement » dit Mme de Staël de Joseph II ; et, à propos de Frédéric II : « Un homme peut faire marcher ensemble des éléments opposés, mais à sa mort ils se séparent30 ».

  • 31 Le portrait d’Attila, suivi d’une Epitre à M. de Saint-Victor, Paris, 1814.
  • 32 Mme de Staël et la découverte de l’Allemagne, Paris, Malfère, 1929, p. 108.

19Mais les portraits les plus célèbres de Napoléon sont intercalés dans les analyses de pièces de théâtre : il s’agit d’une part du portrait de Charles Quint, dans son résumé de Martin Luther, et surtout du portrait d’Attila, dans cette autre pièce de Werner. Il existe trois versions de ce portrait : celle des éditions imprimées, celle du manuscrit conservé à Coppet, et une troisième, figurant dans une brochure publiée par Aimé Martin en 181431, où les allusions sont plus explicites encore ; P. de Pange suppose qu’elle provient du brouillon remis à Villers par l’intermédiaire de Constant, et n’exclut pas que le texte ait pu être retouché par Martin32. La comparaison des trois versions fait clairement apparaître la méthode de Mme de Staël, ainsi que les procédés de l’auto-censure. Le texte du manuscrit présente des expressions rayées, car trop compromettantes : « chargé des vengeances », « Il ne sait que la guerre », ou encore « il ne voit pas le bien pour faire le pire ». Le texte de Martin accentue cette dépréciation du personnage, décrivant le « barbare généreux » du texte édité comme « un barbare qui veut paraître généreux ». Surtout, il présente un passage supprimé dans l’édition de De l’Allemagne : « L’histoire du fléau de Dieu ne présente qu’un trait : la destruction. Un seul homme multiplié par ceux qui lui obéissent, remplit d’épouvante l’Asie et l’Europe ». Enfin, au cas où elle n’aurait pas été claire, l’allusion est explicitée par Martin :

  • 33 Pour ces citations, voir ibid., p. 108-112.

Tel est le portrait d’Attila dans lequel le tyran de la France crut se reconnaître et fit supprimer tous les exemplaires du bel ouvrage sur l’Allemagne de Mme de Staël Holstein33.

  • 34 Ces formulations se trouvent déjà dans De la littérature.
  • 35 Journal des débats, 25 juillet 1814, p. 2.

20Si l’analyse du théâtre allemand, par le biais des allusions, permet de masquer la transgression politique, elle contourne également la transgression esthétique en donnant des pièces allemandes une lecture qui les rapproche du classicisme français. On a pu montrer que certaines déformations résultaient d’une mauvaise lecture du texte allemand ; mais Mme de Staël procède le plus souvent à une véritable réécriture des pièces, que l’on peut comprendre soit comme l’interprétation d’un auteur encore très marqué par les Lumières, soit comme la stratégie d’un critique soucieux d’éviter d’être confronté à un interdit esthétique. Par stratégie, Mme de Staël souhaitait probablement conformer les pièces allemandes à l’horizon d’attente de son public ; mais sans doute également par goût personnel, elle les a souvent ramenées, dans ses compte-rendus, à des schémas issus de l’esthétique classique. Sa lecture du théâtre allemand s’efforce donc d’éliminer « les défauts que le bon goût fait toujours une loi d’évider » et ne cherche dans le modèle étranger que « de nouveaux effets34 ». Cette recherche d’un compromis entre des formes nouvelles et l’héritage classique lui a été violemment reprochée par la critique néo-classique, qui voyait dans les déformations de Mme de Staël une supercherie visant à masquer les ridicules de la dramaturgie allemande : « elle n’en présente autant qu’elle peut que les beaux côtés » objecte Dussault35. La lecture déformante de Mme de Staël, qui cherche à concilier la dramaturgie allemande avec le goût français, n’était possible que par l’ignorance où le théâtre allemand était tenu en France : Le Vingt-Quatre Février par exemple, l’une des pièces de Werner auxquelles elle consacre un chapitre, n’a été publiée que postérieurement à De l’Allemagne, en 1815.

  • 36 Op. cit., p. 47-53.
  • 37 « Préface de la seconde édition », p. 57.

21Les déformations tirent donc globalement les pièces vers l’esthétique néo-classique. Selon J. Isbell36, Mme de Staël procède par une simplification du système des personnages, en renforçant les contrastes : son résumé de Don Carlos fait apparaître, bien plus que chez Schiller, Carlos comme une victime et Philippe comme un despote cruel ; dans Le Comte d’Egmont, l’opposition entre le cynisme du duc d’Albe et la pureté d’Egmont est radicalisée ; dans Faust, le diable reste significativement plus silencieux que chez Goethe. Les modifications d’intrigues vont par ailleurs dans le sens de la simplification des formes (un enchaînement logique des événements est reconstitué dans Gœtz de Berlichingen pour suggérer la présence du destin) ou de la vraisemblance (le « Prolog im Himmel » et les scènes de sorcières de Faust sont éliminées). Enfin, le ton, ramené à la dignité tragique, s’écarte de la Volkstümlichkeit allemande : De la Littérature condamnait la « vulgarité »37, et le récit de Faust dans De l’Allemagne prend soin de ne pas manquer aux bienséances.

  • 38 « Introduction… », p. LIX.
  • 39 Philosophie de Kant, Utrecht, N. van der Monde, 1830, p. LX.

22La transgression esthétique est donc timide, et elle l’est plus encore si l’on examine le passage à la création. C’est tout d’abord son ami Constant qui veut porter sur la scène française les originalités du Wallenstein de Schiller. Dans De l’Allemagne, Mme de Staël approuve et commente cette tentative. L’intention de nos deux auteurs dans leur commentaire du théâtre de Schiller découle d’une certaine façon de leur théorie de la perfectibilité : considérant comme Villers « que les nations contribuent à leur perfectionnement réciproque, que celles qui sont sur une meilleure voie servent à y ramener les autres38 », ils veulent enrichir par l’exemple allemand le système dramatique français. Apparemment novatrice, l’entreprise ne fait que suivre l’exemple de Voltaire, et Villers cite Laharpe pour définir la fonction de l’homme de lettres, qui « parcourt le domaine de la littérature étrangère, dont il rapporte les dépouilles honorables au trésor de la littérature nationale39 ». Cette formule définit également la mission que s’assignent Constant et Mme de Staël. L’adaptation de Constant est en réalité une totale refonte de la pièce dans le système classique français. La trilogie de Schiller, composée de 7 625 vers et de 46 personnages principaux, se voit ainsi ramenée à une tragédie régulière en cinq actes et en vers, construite autour de douze personnages.

  • 40 Elle ne sera éditée qu’en 1821 dans Œuvres complètes de Mme la baronne de Staël publiées par son f (...)
  • 41 Maler Müller, Golo und Genoveva (1775-1881). Le texte du Père Martin (1687) traduit sous une forme (...)

23Mais Mme de Staël, à son tour, se livre à une expérience similaire, quand, la même année, en 1808, elle adapte en français, sous le titre de Geneviève de Brabant, la pièce de Tieck intitulée Leben und Tod der heiligen Genoveva. Certes, la pièce n’est pas destinée à la publication40, mais le projet peut paraître plus audacieux que celui de Constant. Il s’agit en effet d’une pièce romantique, religieuse, où le fantastique est toujours présent, et non d’une tragédie historique. Tieck a pris connaissance du thème par la pièce du Stürmer und Dränger Maler Müller, mais s’est surtout inspiré de la version des Volksbücher, qui rééditaient le texte du Père Martin de Cochem41. C’est ce qui explique la durée de l’intrigue (sept ans), les nombreux miracles, et même la présence de Saint-Boniface. Mais Mme de Staël n’a rien conservé de ces audaces. Les sept années sont ramenées à deux jours (la nuit permet le rêve prémonitoire, qui est la seule survivance du surnaturel dans la pièce), et l’intrigue foisonnante est rappelée allusivement dans un récit, dans la deuxième scène de la pièce.

  • 42 De l’Allemagne, Paris, Nicolle, 1835, t. I, p. 186.

24La référence allemande chez Mme de Staël présente donc une contradiction. Elle suggère, d’une part, la convergence du point de vue politique et du point de vue esthétique. Le tableau de l’Allemagne est ainsi, de façon déguisée, un contre-modèle proposé aux Français. Dans son ouvrage intitulé lui aussi De l’Allemagne, et composé trente ans après la publication de celui de Mme de Staël, Heine remarque cette intention : « Son livre, De l’Allemagne, ressemble sous ce rapport à la Germanie de Tacite, qui peut-être aussi, en écrivant son apologie des Allemands, a voulu faire la satire indirecte de ses compatriotes42 ». Mais en déguisant d’autre part, pour échapper à la censure, ses critiques politiques derrière des considérations littéraires, Mme de Staël compromet en partie son projet de transgresser un double interdit. De l’Allemagne est peut-être ainsi une tentative de transgression politique exprimée par la médiation d’une transgression esthétique ; mais soit par prudence, soit plus probablement par conviction, l’entreprise de Mme de Staël s’achève au contraire dans le domaine esthétique sur un certain conformisme.

Notes

1 Cette lettre est citée par Mme de Staël dans sa préface à l’édition de 1813.

2 « Introduction à l’ouvrage de Mme de Staël sur l’Allemagne », republiée dans la 2e éd. française, t. I, Paris, F.A. Brockhaus, 1823, p. LXVI.

3 De l’Allemagne, « Préface », Paris, G-F, 1968, 1er vol., p. 37-8. Désormais DA.

4 Madame de Staël Lumières et liberté. Paris, Klincksieck, 1979, p. 162.

5 « Observations générales », 1er vol., p. 47.

6 « Introduction… », p. LXVII.

7 Op. cit., p. 192.

8 Voir en particulier les « Observations générales » au début de l’ouvrage.

9 Elle montre, en particulier dans une analyse de Hermann et Dorothée (no du 20 vendémiaire an IX), que Goethe ne peut convenir à la littérature française (cf. R. Fayolle, La Critique, Paris, A. Colin, 1978, p. 78).

10 Sur la manière essentiellement différente dont les poètes français et les allemands traitent l’amour, 1806. In E. Eggli, L’« Érotique comparée » de Charles de Villers. Paris, J. Gamber, 1927, p. 164.

11 « Introduction… », p. XXXIII.

12 DA, « Préface », 1° vol. , p. 41. Cette conception de la nation est notamment développée par A.W. Schlegel dans son « Mémoire sur l’état de l’Allemagne et sur les moyens de provoquer un soulèvement général de sa population », rédigé pour Bernadotte en 1812.

13 Madame de Staël et Guillaume Schlegel, Paris, Albert, p. 234.

14 L’idéalisme et les positions excessives de Villers l’ont souvent discrédité. Voir en particulier E. Eggli, op. cit., p. 23. De même, L. Wittmer (Ch. de Villers…, Paris, Hachette, 1908), qui explique le plus grand succès de Mme de Staël par la diplomatie et S. Balayé (p. 160).

15 Cours de littérature dramatique, Paris, Bruxelles, Leipzig et Livourne, 1865, t. I, p. 32.

16 Journal de l’Empire, 4 mars 1814, « Cours de littérature dramatique, traduit de l’allemand de Schlégel ». G. Picat-Guinoiseau souligne l’évolution de Nodier entre cette date et son adaptation du Faust de Goethe, en 1827 (Nodier et le théâtre, Paris, H. Champion, 1990, p. 187).

17 De la Littérature, Préface de la 2° éd., Paris, G-F, 1991, p. 54.

18 Journal sur l’Allemagne (1803-4), in S. Balayé, Les Carnets de Voyage de Mme de Staël, Genève, Droz, 1971, p. 72.

19 DA, 1° vol., p. 277. Constant constate également que ce qui a trait à la guerre de trente ans « est national pour les Allemands » (Wallstein, éd. J.-R. Derré, Paris, Les Belles Lettres, p. 52).

20 « Le Spectateur du Nord », RHLF, t. XIII, 1906, p. 44. Il ajoute, p. 45 : « dans un certain sens, ce sont les œuvres les plus nationales qui devront le plus aux littératures du Nord ».

21 De la Littérature, p. 104.

22 Journal sur l’Allemagne, (nov. 1803) p. 39.

23 Ibid., (1803-4), p. 71.

24 Op. cit., p. 174.

25 Correspondance Générale, V, i, p. 247.

26 Ce cliché du pacifisme des Allemands, récurrent dans De l’Allemagne, se trouve aussi chez Villers : « Les Allemands en général se battraient plutôt pour leur littérature, que pour acquérir dix provinces » (« Introduction… », p. XXXIX, note).

27 Truth and Propanganda: Making Sense of Staël’s De l’Allemagne. Ph. D. University of Cambridge, 1990, p. 74.

28 Voir S. Balayé, op. cit., p. 193.

29 Op. cit., p. 115-116.

30 V. S. Balayé, op. cit., p. 192.

31 Le portrait d’Attila, suivi d’une Epitre à M. de Saint-Victor, Paris, 1814.

32 Mme de Staël et la découverte de l’Allemagne, Paris, Malfère, 1929, p. 108.

33 Pour ces citations, voir ibid., p. 108-112.

34 Ces formulations se trouvent déjà dans De la littérature.

35 Journal des débats, 25 juillet 1814, p. 2.

36 Op. cit., p. 47-53.

37 « Préface de la seconde édition », p. 57.

38 « Introduction… », p. LIX.

39 Philosophie de Kant, Utrecht, N. van der Monde, 1830, p. LX.

40 Elle ne sera éditée qu’en 1821 dans Œuvres complètes de Mme la baronne de Staël publiées par son fils, Paris, Treuttel et Würtz, t. XVI, 1821.

41 Maler Müller, Golo und Genoveva (1775-1881). Le texte du Père Martin (1687) traduit sous une forme adaptée la nouvelle de Cerisiers (1638). Sur la genèse de la légende de Geneviève de Brabant, voir A. Schneider, Geneviève de Brabant dans la littérature allemande, Nancy, Société d’impressions Typographiques, 1954.

42 De l’Allemagne, Paris, Nicolle, 1835, t. I, p. 186.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540