Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et interdits

 | 
Jacques Dugast
, 
Irène Langlet
, 
François Mouret

1re partie. Pouvoir et société : censure, autocensure

Les littératures étrangères dans la revue Il Baretti (1924-1926)

Anne-Rachel Hermetet

Texte intégral

1Au milieu des années vingt, l’Italie est un pays en voie de totalitarisation, situation particulièrement sensible pour les revues, puisque celles-ci élaborent un discours public, plus exposé que d’autres à s’opposer au discours officiel. Pour examiner les modalités de cette relation, nous avons choisi un périodique turinois, Il Baretti, dans sa première année de publication (soit entre décembre 1924 et février 1926, date de la mort de son fondateur, Piero Gobetti), car le projet culturel de celui-ci s’inscrit constamment dans une perspective plus large d’opposition politique au régime. La revue est ouvertement littéraire mais les choix de ses rédacteurs, en particulier dans le domaine des littératures étrangères, résonnent souvent comme des défis à la censure que le gouvernement de Mussolini est en train de mettre en place.

  • 1 Piero Gobetti est né en 1901 dans une famille de petits commerçants turinois d’origine paysanne.

2Lorsque Mussolini prend le pouvoir en 1922, il n’a pas d’orientation culturelle précise. Son action est avant tout politique puis économique et sociale. Ainsi laisse-t-il, dans une certaine mesure, le terrain libre aux intellectuels en leur concédant, dans le strict domaine culturel, une marge de liberté que son programme tend à exclure par ailleurs. C’est dans cet espace que s’insère le projet de Piero Gobetti, lorsqu’il crée en décembre 1924 Il Baretti. Il n’en est pas alors à ses premières armes éditoriales. Ce tout jeune piémontais1 manifeste très tôt son désir de réflexion et d’engagement politiques puisque, entre 1918 et 1920, il anime Energie Nove, revue proche de l’Unità de Salvemini.

  • 2 La « Rivoluzione liberale » si propone di venir formando una classe politica che abbia chiara cosci (...)

3L’implantation turinoise est un des caractères essentiels des revues de Gobetti. Turin est en effet la ville industrielle de l’Italie du Nord, du mouvement syndical, la ville où Antonio Gramsci jette les bases du Parti Communiste Italien et crée l’Ordine Nuovo dont Piero Gobetti assure la critique théâtrale à partir de 1921. Gobetti ne devient toutefois pas communiste. Le concept majeur de son système est celui de « révolution libérale » qui fournira le titre d’une nouvelle revue hebdomadaire – La Rivoluzione liberale – publiée à partir du 12 février 1922. Son intention est de « former une classe politique qui ait une conscience claire de ses traditions historiques et des exigences sociales qui naissent de la participation du peuple à la vie de l’État »2. Ce projet ne pouvait que s’opposer à la doctrine fasciste dont Gobetti reconnaît, avec lucidité, l’influence, lorsqu’il écrit en 1924 :

  • 3 P. Gobetti, La rivoluzione liberale. Saggio sulla lotta politica in Italia, nuova edizione a cura d (...)

On ne comprend rien à la nouvelle pensée des jeunes si on ne se rend pas compte que notre formation spirituelle a été en quelque sorte interrompue et rendue difficile par le fascisme qui nous a contraints à une austérité sévère et renfermée, à un don-quichottisme désespérément sérieux et anti-romantique, comme si nous étions devenus les paladins de la civilisation et des traditions3.

4Il marque ainsi le lien constant qu’il établira durant sa brève période d’activité (puisqu’il meurt en 1926) entre l’engagement politique et l’engagement culturel. C’est là un des traits essentiels de son action : l’intellectuel doit être citoyen et, en ce sens, Gobetti s’oppose à toutes les théories de l’autonomie de l’art ou de la culture ; inversement le politique a besoin de s’inscrire dans la culture, pour définir des valeurs qui dépassent les simples contingences.

  • 4 Les deux essais paraissent en 1923.
  • 5 avec des publications comme Le lotte del lavoro de Luigi Einaudi en 1924.
  • 6 Ossi di seppia paraît en 1925.

5Gobetti crée aussi en 1922 une maison d’édition qui doit accompagner La Rivoluzione liberale et compléter son travail de formation d’une nouvelle classe dirigeante ; en 1923, après une perquisition policière, il choisit la devise « ti moi sun doulousin ; » (« qu’ai-je à faire avec des esclaves ? »). Dès ses débuts, la « Piero Gobetti Editore » publie des ouvrages analysant le fascisme, comme Nazionalfascismo de Luigi Salvatorelli ou Il fascismo visto da un solitario de Mario Vinciguerra, futur collaborateur du Baretti4. Les éditions Gobetti consacrent aussi une place importante à l’étude de la société italienne, à son économie et à ses structures sociales5 et proposent des traductions d’œuvres étrangères (Goethe, John Stuart Mill, Henry Longfellow). Elles publient enfin les premiers textes de jeunes auteurs italiens comme Eugenio Montale6. De tels choix, qui inscrivent clairement l’activité de la maison d’édition dans le combat antifasciste, lui valent une surveillance policière constante.

6Entre 1922 et 1924, Gobetti est en effet un animateur de premier plan de la résistance à Mussolini, en particulier au moment de l’assassinat de Matteotti ; il faut se souvenir que les mois qui suivent la mort du député socialiste constituent une période d’incertitude, où le gouvernement de Mussolini semble ébranlé, une période favorable donc à l’expansion d’un mouvement d’opposition dont Gobetti se fait le promoteur à Turin ; cette activité lui vaut d’être agressé en septembre 1924 à coups de manganello. Le 3 janvier 1925, lors d’un discours à la Chambre, Mussolini reprend définitivement l’avantage et affirme son pouvoir par un véritable coup d’état. À partir de ce moment-là, La Rivoluzione liberale est étroitement surveillée par les autorités préfectorales qui disposent, depuis les décrets sur la presse de juillet 1924, du droit d’interdire un journal après deux avertissements. En 1925, presque tous les numéros de La Rivoluzione liberale sont saisis et la revue cesse de paraître le 8 novembre 1925, alors que Piero Gobetti s’apprête à partir en exil à Paris où il meurt en février 1926 des suites de l’agression dont il a été victime.

7Le projet de créer un supplément culturel à La Rivoluzione liberale avait été annoncé par Gobetti dès 1922, c’est-à-dire à un moment où tout espoir de mener une lutte d’opposition politique n’était pas perdu. Il est actualisé le 23 décembre 1924 avec la parution du premier numéro du Baretti, dans un contexte différent toutefois, puisqu’on est à quelques jours du coup d’état de Mussolini. Au lieu d’accompagner, dans le domaine culturel, la réflexion politique de La Rivoluzione liberale, Il Baretti est amené par les circonstances à s’y substituer en portant la lutte sur le terrain a priori moins exposé de la culture. Le nom même de la revue est significatif puisque Gobetti en appelle, dans l’éditorial du premier numéro, intitulé « Illuminismo », à la figure de Giuseppe Baretti, érudit piémontais du XVIIIe siècle :

  • 7 Piero Gobetti, « Illuminismo », Il Baretti, I, 1 (23/12/1924), p. 1 : Il sapore arcaico e polemico (...)

La saveur archaïque et polémique de ce nom d’exilé et de pélerin préromantique, annoncé voici quatre ans comme titre d’une revue de jeunes écrivains publiée maintenant, sous-entendait une volonté de cohérence avec les traditions et de lutte contre des cultures et des littératures comprimées dans les limites de la province, enfermées dans les frontières de dogmes étroits et de petites patries. Ces intentions, dans le nouveau climat, ne nous semblent pas inactuelles7.

  • 8 Il y a une contradiction entre les « quatre ans », évoqués par Gobetti dans « Illuminismo » en 1924 (...)

8Dès les premières lignes, le ton de la revue est donné : Gobetti établit un lien évident entre la tradition des Lumières dont il se réclame éthiquement et l’Europe dans laquelle cette tradition s’est incarnée ; il s’agit de sortir de la « province », des « petites patries » et ce projet, qui pouvait encore être essentiellement culturel en 19228, se charge nécessairement de résonances politiques. L’article se poursuit en indiquant les erreurs intellectuelles de la génération précédente et en soulignant le lien étroit entre celles-ci et l’avènement du fascisme ;

  • 9 P. Gobetti, op. cit.: Le confuse aspettazioni e i messianismi di questa generazione dei programmi, (...)

Les aspirations confuses et les messianismes de cette génération des programmes, qui, pour douter de tout, se retrouvait à accorder la valeur d’une découverte même aux affaires quotidiennes les plus humbles, préparaient donc l’atmosphère d’une nouvelle invasion de barbares pour consacrer la décadence. Ou mieux, les hommes de lettres eux-mêmes, habitués aux ficelles du futurisme et du médiévisme dannunzien, attribuèrent à la littérature la charge de gouverner les États et, pour venger leurs propres inquiétudes aventureuses, ils y mirent une barbarie dépourvue d’innocence. Avec la même audace effrontée qu’ils avaient montrée à être guerriers en temps de paix, ils revêtirent des habits de cour, heureux d’applaudir au succès et de chanter les talents de ceux qui règnent9.

9La condamnation de la culture officielle et des avant-gardes du premier vingtième siècle, compromises avec le régime, est claire puisque les futuristes et D’Annunzio se sont ralliés à Mussolini. Il y a ainsi un vide culturel à combler et Gobetti affirme la nécessité d’un renouveau intellectuel et moral, fondé sur le refus du provincialisme et l’ouverture à l’Europe :

  • 10 ibid: Avendo assistito alla triste sorte delle speranze sproporzionate, delle fiduciose baldanze, d (...)

Parce que nous avons assisté au triste sort des espérances hors de proportion, des audaces confiantes, des poussées de fièvre activistes, notre intention est de rester sobres en matière de crises de conscience et de formules de salut et de ne pas nous laisser surprendre à imaginer des théories nouvelles là où suffit la sagesse quotidienne. Nous avons décidé d’user de toutes nos forces pour sauver la dignité avant le génie, pour rétablir un ton digne et consolider des valeurs et des convictions sûres ; [...] Aussi, au lieu de lancer des cris d’alarme ou des mots d’ordre de rassemblement, commençons à travailler simplement pour trouver, pour nous aussi, un style européen10.

10Nous avons longuement cité « Illuminismo » car ce premier éditorial de Gobetti est en lui-même un manifeste d’opposition intellectuelle : privilégier, non sans une orgueilleuse modestie, le « travail » aux dépens du « génie », refuser la rhétorique officielle, refuser surtout l’exaltation exclusive de la tradition nationale constituent autant de défis au régime.

11En 1924, on l’a dit, le projet culturel de Mussolini n’est pas clairement établi. Toutefois les suggestions qui lui sont faites vont plutôt dans le sens d’une défense de l’identité nationale, qui s’incarne dans le berceau de l’italianité, c’est-à-dire la Toscane. C’est, par exemple, la ligne que promeut un jeune journaliste et caricaturiste, Mino Maccari, qui crée cette année-là, un feuillet politique et culturel au nom emblématique ; Il Selvaggio (« Le Sauvage »). Au départ exclusivement orienté vers l’actualité régionale, le journal de Maccari prend rapidement de l’ampleur pour devenir le héraut d’une conception nationale de la culture, tout en se présentant comme la voix des « vrais » fascistes, par opposition aux « bourgeois tièdes » qui entourent Mussolini. Il Selvaggio traque toutes les manifestations de xénophilie, de cosmopolitisme en les associant étroitement à la décadence morale et intellectuelle qui menace l’Italie si elle ne revient pas à ses racines latines.

12L’exemple du Selvaggio indique une tendance non négligeable, même si elle n’est pas exclusive, des milieux proches du régime. La situation de l’Italie mussolinienne n’est toutefois pas comparable à celle de l’Allemagne après 1933. Le discours officiel est bien un discours nationaliste qui entend promouvoir la culture italienne mais en pratique les livres et les films étrangers continuent à circuler facilement jusqu’au milieu des années trente. Toutes les revues littéraires italiennes de l’entre-deux-guerres, y compris certains titres fascistes, accordent une place conséquente à l’actualité littéraire étrangère et, en particulier, française.

13Il n’en demeure pas moins que Il Baretti occupe une place à part dans le champ éditorial italien du milieu des années vingt parce que, précisément, la divulgation des littératures étrangères y est explicitement proposée comme un acte d’opposition au régime : il s’agit de rendre des principes civiques et moraux à l’Italie en ouvrant l’esprit des lecteurs à ce qui se passe hors de leurs frontières. Gobetti réunit autour de lui à cette fin un groupe de jeunes gens qu’on ne saurait qualifier véritablement de rédaction organisée. La lecture d’un index de la revue en témoigne : chacun semble travailler selon ses goûts et ses affinités, et la fabrication même de la revue reste assez artisanale. Il Baretti se présente, à sa fondation, comme un feuillet de quatre pages, au format d’un quotidien et les articles se répartissent sur quatre colonnes en caractères serrés. Ces indications matérielles peuvent sembler mineures mais elles constituent un bon indice du caractère militant de la revue et de la faiblesse de ses moyens : il s’agit de dire le plus de choses possibles en occupant au mieux un espace restreint, comme s’il y avait, dans la forme même de la revue, une figuration de la place qui lui est concédée dans le champ culturel italien.

  • 11 C’est en 1926 que paraissent les premières traductions effectuées directement à partir de l’origina (...)

14Les choix de Gobetti et de ses collaborateurs sont fort clairs et accordent une large place aux littératures étrangères, allemande, russe et, surtout, française : sur près de 170 articles consacrés à une littérature étrangère pendant les quatre ans de parution de la revue, 63 le sont à la France, dont 47 à la littérature contemporaine. Les raisons de cette suprématie sont à chercher d’abord dans la longue tradition d’échanges culturels et intellectuels entre les deux pays. À l’époque du Baretti, le français est encore une langue largement pratiquée en Italie, ce qui permet un accès direct et aisé aux textes ; en ce sens, la langue française fonctionne également comme médiateur entre les Italiens et d’autres littératures comme la russe, que les œuvres soient lues en français ou traduites en italien à partir de cette langue11.

15En outre, et ceci est plus directement lié au projet de Gobetti, la France, dont il ne faut pas oublier qu’elle est la voisine immédiate du Piémont, est historiquement le pays des Lumières et de la Révolution de 1789 ; elle incarne à ce titre un idéal de liberté politique et intellectuelle et ce n’est pas un hasard si c’est vers Paris que Gobetti se tourne dès 1925, lorsqu’il apparaît clairement qu’il ne pourra continuer son activité d’éditeur et de journaliste en Italie. Ainsi écrit-il, en septembre 1925, à un de ses amis, Luigi Emery, correspondant du Corriere della Sera à Paris :

  • 12 Credo che solo da Parigi, solo in francese, solo con la solidarietà dello spirito francese un itali (...)

Je crois que c’est seulement à partir de Paris, seulement en français, seulement avec la solidarité de l’esprit français qu’un Italien peut accomplir utilement une œuvre pratique d’intelligence européenne. Cela dit sans chauvinisme français12.

  • 13 Il sera suivi d’un numéro sur le théâtre allemand du XXe siècle (II, 11 ; juillet 1925) et d’un aut (...)

16Enfin, la France est le cadre, dans les années vingt, d’une intense activité littéraire : ce sont les années de la NRF de Rivière et de Paulhan, du magistère intellectuel de Gide et Valéry, de la publication de La Recherche du Temps perdu, les années aussi où naît le mouvement surréaliste. Voilà les noms ou les mouvements que le lecteur du Baretti pouvait retrouver, dès 1925, dans un numéro double consacré à la littérature française contemporaine, premier d’une série de numéros spéciaux sur les littératures européennes13.

  • 14 Oreste < G. Alberti >, « Lettera in morte di Jacques Rivière », Bar., II, 6-7 (avril 1925)., p. 26- (...)
  • 15 Le sommaire comporte aussi la signature d’une femme de lettres célèbre, Sibilla Aleramo, dont la pr (...)

17Il est intéressant de s’attarder sur le sommaire de cette livraison : le numéro s’ouvre sur une étude, appelée à devenir fameuse, de Giacomo Debenedetti sur Proust. On peut lire ensuite une série de contributions sur des auteurs de la NRF (Jacques Rivière, Paul Valéry, André Gide, Bergson ou Alain), d’autres sur Larbaud, Morand ou Giraudoux et des études d’ensemble sur le théâtre, la critique et les poètes cubistes14. Les personnalités des médiateurs ne sont pas indifférentes : il s’agit pour l’essentiel de jeunes gens proches de Gobetti, comme Guglielmo Alberti, Umberto Morra di Lavriano ou le poète Eugenio Montale, dont le premier recueil, Ossi di seppia, paraît la même année aux Éditions Gobetti15.

  • 16 voir Giorgio Barberi Squarotti, « Due appunti per Sergio Solmi », Poesia e narrativa del secondo no (...)

18Indépendamment même du contenu des articles, ce numéro frappe par son architecture d’ensemble puisqu’il offre à ses lecteurs un panorama complet de la plus récente littérature française ; il n’y manque que le surréalisme, pourtant annoncé dans le pré-sommaire, qui figurera dans la livraison suivante. Cette absence même est révélatrice de l’image de la littérature française et, plus généralement, de la France que veulent donner les collaborateurs du Baretti : la défiance, perceptible dès l’éditorial inaugural de Gobetti, « Illuminismo », pour les avant-gardes, l’expérimentation littéraire à outrance que pouvait personnifier le futurisme, s’étend aux avant-gardes françaises et, en particulier, au surréalisme quelles que soient, par ailleurs, les différences entre le mouvement de Marinetti et celui de Breton. La lignée dans laquelle s’inscrivent les Turinois – et elle est sensible dès le numéro double de 1925 – est celle de la raison, celle de Valéry et d’Alain, dont un collaborateur du Baretti, Sergio Solmi, se fera le médiateur à la fin des années vingt16.

19Les contributions données au Baretti sont strictement littéraires et, pour certaines, de haut niveau (c’est le cas du texte de Debenedetti sur Proust qui marque véritablement une étape de la réception du romancier en Italie) et on n’y trouve pas trace d’allusions politiques. Néanmoins, consacrer deux pages, dont la première, à Proust, s’intéresser à Gide, alors même que Corydon a fait scandale l’année précédente, ne sont pas des gestes innocents. Il ne faut certes pas en surestimer la portée mais il est clair qu’un tel sommaire ne pouvait que choquer les milieux officiels, déjà prévenus, depuis La Rivoluzione liberale, contre les entreprises de Gobetti.

20Deux autres numéros spéciaux paraissent en 1925, sans toutefois avoir l’ampleur de celui sur la littérature française ; ils sont consacrés à la littérature allemande contemporaine : au théâtre, en juillet (II, 11) et à la poésie en septembre (II, 13). La livraison sur le théâtre allemand est entièrement rédigée par Leonello Vincenti et propose des articles sur l’expressionnisme (en présentant Reinhard Sorge et Ernst Toller), sur Fritz von Unruh (en citant Brecht) et Georg Kaiser. Dans le numéro de septembre, Elio Gianturco propose des commentaires aux œuvres de Richard Dehmel, Stefan George et Rilke.

21Outre ces publications exceptionnelles, les collaborateurs du Baretti se livrent à un travail de divulgation plus diffuse des littératures contemporaines, en particulier de la littérature russe, objet d’étude de Gobetti lui-même, d’Alfredo Polledro, le fondateur de « Slavia », puis d’un jeune collaborateur, Leone Ginzburg (1909-1944), qui donne plusieurs contributions consacrées à Tolstoï en 1928. Cet intérêt, pour être notable, demeure plus limité que celui porté à la littérature française.

22Toutefois il serait faux de voir dans les choix du Baretti la manifestation d’un cosmopolitisme qui serait à lui-même sa propre fin. Tout le discours sur les littératures étrangères est mis en relation avec la situation présente des lettres italiennes. On ne s’étonnera pas que des auteurs proches du régime comme Ugo Ojetti y soient attaqués. Plus intéressante est la place réservée à de jeunes poètes comme Eugenio Montale ou Umberto Saba : le propos de Gobetti et de ses collaborateurs est clair ; l’ouverture à l’Europe doit conduire à une refondation de la littérature nationale qui paraît corrompue et incapable de renouvellement, dominée qu’elle est par le culte de la prose d’art et du beau fragment. À un monde qui change, il faut une littérature qui rende compte de ce mouvement et qui défende, face à la menace fasciste, les valeurs de la liberté.

  • 17 C’est là que paraîtront en 1926-1927 les œuvres posthumes de Gobetti.

23Après à peine un an de publication du Baretti, Gobetti est contraint par la préfecture à cesser toute activité éditoriale en raison de son « action nettement anti-nationale ». La maison d’édition change de nom pour devenir une société anonyme « Le edizioni del Baretti »17. C’est alors que le jeune homme décide, non sans déchirements, de s’exiler à Paris où il souhaite créer une revue et une maison d’édition européennes, puisqu’il lui est devenu impossible d’exercer son métier en Italie (ce sont ses propres termes dans une lettre à Luigi Emery). Il y meurt au bout de quelques jours, le 16 février 1926.

  • 18 Voir Philip Cannistraro, La Fabbrica del consenso. Fascismo e mass-media, trad. G. Ferrara, Bari La (...)

24Après sa mort, Il Baretti survit jusqu’à la fin de 1928, sous la direction de Santino Caramella et Augusto Monti. Le terme de « survit » est peut-être injuste car les rédacteurs de la revue s’efforcent de poursuivre l’œuvre entreprise dans un contexte toujours plus difficile de fascisation des institutions culturelles et d’organisation officielle des intellectuels : c’est en 1926, après la tentative d’assassinat de Mussolini par Zamboni, que sont dissous tous les « partis, associations et organisations menant une action contraire au régime » ; en 1926 aussi qu’est créée la fédération nationale des syndicats intellectuels, subordonnée au parti national fasciste en novembre 1928. L’appartenance au syndicat devient une nécessité pour travailler et l’intellectuel « indépendant » apparaît comme une survivance anachronique du libéralisme qu’il faut combattre18. En ce sens, il ne faut pas sous-estimer le travail accompli dans les pages du Baretti : la divulgation des auteurs étrangers se poursuit, avec des traductions de Rilke, des commentaires de Wells, Virginia Woolf ou Arnold Bennett et toujours la même fidélité aux auteurs russes, mais la physionomie d’ensemble de la revue a changé, pour s’orienter vers un repli sur l’activité strictement littéraire, la critique éventuellement polémique, mais exclusivement esthétique. Il Baretti, après la mort de Gobetti, s’inscrit ainsi plus nettement dans la lignée crocienne puisque Benedetto Croce revendiquait dès 1925, l’autonomie absolue de la culture, c’est-à-dire le devoir pour le clerc au sens de Benda de ne pas affirmer publiquement et en tant que clerc d’opinion politique. Même dans ces conditions, les ambitions du Baretti n’en demeurent pas moins inacceptables pour le pouvoir et la revue est interdite à la fin de 1928.

  • 19 C’est le cas de Sergio Solmi comme de Leone Ginzburg, spécialiste de la littérature russe.

25La position idéologique et éthique de Piero Gobetti semble être devenue intenable à la fin des années vingt, une fois que le fascisme paraît s’être installé durablement au pouvoir. L’opposition appartient alors à la lutte clandestine. Il n’en demeure pas moins que Gobetti a su créer autour de lui une « famille » d’intellectuels qu’on retrouve ensuite dans les revues littéraires les moins compromises avec le régime. Il n’est pas douteux que la Turin des années vingt a été une véritable école de rigueur intellectuelle et morale, autour des revues de Gramsci et Gobetti, autour aussi de son université. Dans leur grande majorité, les collaborateurs de Gobetti refusent de dissocier l’analyse littéraire d’une réflexion plus globale sur la culture et la société, ce qui les conduit à s’opposer, souvent ouvertement, au régime fasciste puis à s’engager, pendant la guerre, dans les mouvements de résistance, en particulier le mouvement non communiste « Giustizia e Libertà »19. Il est assez émouvant de suivre leurs traces tout au long de l’entre-deux-guerres, de reconnaître dans les écrits critiques d’un Sergio Solmi, d’un Giacomo Debenedetti ou d’un Leone Ginzburg, les signes d’une même conception exigeante de la littérature et de la place de l’intellectuel dans la société. En ce sens, le discours sur la littérature devient véritablement non pas une tour d’ivoire dans laquelle se retrancher mais bien le seul lieu possible où élaborer une réflexion critique qui sauvegarde la « dignité » et « consolide des valeurs et des traditions sûres », comme se le proposait Gobetti en décembre 1924.

  • 20 Firenze, Passigli, 1986, 271 p.

26Aussi n’est-ce pas un hasard si, en ce moment-même, les œuvres de Gobetti sont en cours de réédition en Italie. L’édition des œuvres complètes par Paolo Spriano chez Einaudi date de 1969 et n’est malheureusement plus disponible mais des extraits des écrits politiques ont été récemment republiés : un court texte « Per Matteotti » chez « Il Melangolo », une petite maison d’édition, La Rivoluzione liberale en collection de poche chez Einaudi. En outre, Ersilia Alessandrone Perona poursuit son travail d’édition de la correspondance dans le cadre du Centre d’Etudes Piero Gobetti de Turin. L’approche du soixante-dixième anniversaire de la mort de Gobetti ne suffit pas à justifier ce regain d’intérêt, relayé dans la presse par des recensions critiques. Comme un de ses proches, Norberto Bobbio, auteur en 1986 d’un ouvrage consacré au jeune Turinois et significativement intitulé Italia fedele. Il mondo di Gobetti20, Gobetti apparaît bel et bien aujourd’hui comme une conscience de la nation italienne démocratique, un point de référence pour une société que certains de ses membres perçoivent comme une société en danger de déliquescence sociale et morale.

Notes

1 Piero Gobetti est né en 1901 dans une famille de petits commerçants turinois d’origine paysanne.

2 La « Rivoluzione liberale » si propone di venir formando una classe politica che abbia chiara coscienza delle sue tradizioni storiche e delle esigenze sociali nascenti dalla partecipazione del popolo alla vita dello Stato. (extrait de la présentation de la revue aux lecteurs cités par Paolo Spriano, Gramsci e Gobetti, Torino, Einaudi, 1977, p. 113.)

3 P. Gobetti, La rivoluzione liberale. Saggio sulla lotta politica in Italia, nuova edizione a cura di Ersilia Alessandrone Perona, Torino, Einaudi, 1983, p. 3 : Non si comprende nulla del nuovo pensiero dei giovani se non si avverte che la nostra formazione spirituale è stata in qualche modo interrotta e travagliata per opera del fascismo, che ci ha costretto a una chiusa e severa austerità, a un donchisciottismo disperatamente serio e anti-romantico, quasi fossimo diventati noi i paladini della civiltà e delle tradizioni.

4 Les deux essais paraissent en 1923.

5 avec des publications comme Le lotte del lavoro de Luigi Einaudi en 1924.

6 Ossi di seppia paraît en 1925.

7 Piero Gobetti, « Illuminismo », Il Baretti, I, 1 (23/12/1924), p. 1 : Il sapore arcaico e polemico di questo nome di esule e di pellegrino preromantico, annunciato quattro anni or sono per titolo d’una rivista di scrittori giovani che ora si pubblica, sottinteva una volantà di coerenza con le tradizioni e di battaglia contro culture e letterature costrette nei limiti della provincia, chiuse dalle frontiere di dogmi angusti e di piccole patrie. Quegli intenti, in nuovo clima, non ci sembrano inattuali.

8 Il y a une contradiction entre les « quatre ans », évoqués par Gobetti dans « Illuminismo » en 1924 et la date de 1922 à laquelle il annonce effectivement son projet éditorial.

9 P. Gobetti, op. cit.: Le confuse aspettazioni e i messianismi di questa generazione dei programmi, che per aver messo tutto in forse si trovava a dar valore di scoperte anche alle più umili faccende quotidiane, preparavano dunque l’atmosfera d’una nuova invasione di barbari a consacrare la decadenza. Anzi, i letterati stessi, usi agli estri del futurismo e del medievalismo dannunziano, trasportarono la letteratura agli uffizi di reggitrice di Stati e per vendicare le proprie avventurose inquietudini ci diedero una barbarie priva anche d’innocenza. Con la stessa audacia spavalda con cui erano stati guerrieri in tempo di pace, vestirono abiti di corte, felici di plaudire al successo e di cantare le arti di chi regna.

10 ibid: Avendo assistito alla triste sorte delle speranze sproporzionate, delle fiduciose baldanze, delle febbri d’attivismo, il nostro proposito è di conservarci molto parchi in fatto di crisi di coscienza e di formule di salvazione ; né di lasciarci sorprendere a escogitare nuove teorie, dove basterà la sapienza quotidiana. Abbiamo deciso di mettere tutte le nostre forze per salvare la dignità prima che la genialità, per ristabilire un tono decoroso e consolidare una sicurezza di valori e convizioni ; [...] Perciò invece di levare grida di allarmi o voci di raccolta incominciamo a lavorare con semplicità per trovare anche per noi uno stile europeo.

11 C’est en 1926 que paraissent les premières traductions effectuées directement à partir de l’original russe, lorsqu’Alfredo Polledro fonde, à Turin, la maison d’édition « Slavia ».

12 Credo che solo da Parigi, solo in francese, solo con la solidarietà dello spirito francese un italiano possa fare con utilità un’opera pratica di intelligenza europea. S’intende senza chauvinisme francese ; lettre citée par Giancarlo Bergami, « Torino e la cultura francese negli anni venti » (in Piero Gobetti e la Francia, Atti del colloquio italo-francese 25-27 febbraio 1983, Milano, Franco Angeli, 1983, p. 88).

13 Il sera suivi d’un numéro sur le théâtre allemand du XXe siècle (II, 11 ; juillet 1925) et d’un autre sur la poésie allemande contemporaine (II, 13 ; septembre 1925). Gobetti avait l’intention de publier également des numéros consacrés aux littératures américaine, anglaise et espagnole ainsi qu’au théâtre contemporain (voir M. C. Angelini, Il Baretti, 1924-1928, Roma, Edizioni dell’Ateneo e Bizzarri, 1978, p. 45).

14 Oreste < G. Alberti >, « Lettera in morte di Jacques Rivière », Bar., II, 6-7 (avril 1925)., p. 26-27 ; A. Rossi, « Paul Valéry », p. 27-28 ; *** < G. Alberti >, « André Gide », p. 28 ; S. Aleramo, « Comtesse de Noailles », p. 28 ; U. Morra di Lavriano, « Giraudoux », p. 29 ; E. Montale, « Valery Larbaud », p. 29, A. Grande, « Paul Morand », p. 29-30 ; L. Ferrero, « Il teatro », p. 30 ; A. Cajumi, « I critici », p. 30-31 ; S. Caramella, « Il bergsonismo », p. 31 ; L. Emery, « I ragionamenti di Alano », p. 31-32 ; N. Frank, « Poeti cubisti », p. 32.

15 Le sommaire comporte aussi la signature d’une femme de lettres célèbre, Sibilla Aleramo, dont la présence surprend. Elle intervient, il est vrai, avec un article quelque peu décalé par rapport à l’orientation générale du numéro, puisqu’il est consacré à Anna de Noailles.

16 voir Giorgio Barberi Squarotti, « Due appunti per Sergio Solmi », Poesia e narrativa del secondo novecento, 3e édition, Milano, Mursia, 1971, p. 98-106.

17 C’est là que paraîtront en 1926-1927 les œuvres posthumes de Gobetti.

18 Voir Philip Cannistraro, La Fabbrica del consenso. Fascismo e mass-media, trad. G. Ferrara, Bari Laterza, 1975, p. 30-37.

19 C’est le cas de Sergio Solmi comme de Leone Ginzburg, spécialiste de la littérature russe.

20 Firenze, Passigli, 1986, 271 p.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540