Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et interdits

 | 
Jacques Dugast
, 
Irène Langlet
, 
François Mouret

1re partie. Pouvoir et société : censure, autocensure

Avant-propos

Texte intégral

1C’est au pouvoir d’interdire, qu’il soit d’État ou d’Église, que l’on songe tout d’abord, comme spontanément, quand on s’interroge sur les limites à la liberté des artistes et des écrivains : nécessité d’une autorisation préalable, entraves matérielles à la publication, saisie des exemplaires, sanctions économiques diverses, intimidation des personnes, menaces physiques.

2Romans, théâtre, presse, critique littéraire, mais aussi peinture et cinéma aujourd’hui, il n’est pas de domaines que la censure ne vienne suspicieusement interroger. Il n’est jusqu’au statut même de la fiction qui n’ait pu inquiéter l’Église avec ces vies du Christ rédigées parfois par des prêtres au souci apologétique pourtant sans faille.

3Que la censure soit institutionnelle et visible ou discrète et déléguée à d’autres instances, elle semble toujours interdire ce que confusément le groupe dominant redoute et s’interdit. Le tabou racial se double d’une fascination érotique, le discours d’autorité craint toute interrogation sur l’autorité des discours, le nationalisme fustige l’ouverture internationale. L’autoritarisme politique est refus de la liberté individuelle et la « chute des voiles » est revendication démocratique.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540