Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paul Féval, romancier populaire

 | 
Jean Rohou
, 
Jacques Dugast

Archétypes féminins dans Le Bossu

Angels Santa

Texte intégral

À ma mère
Quand j’étais enfant, Paul Féval, illumina une atmosphère terne à travers les feuilletons radiophoniques que je suivais avec ma mère. Mes premières rêveries sur l’honneur et sur l’amour doivent beaucoup à Henri de Lagardère et à Aurore de Caylus... Ce texte est donc un hommage à l’écrivain et une recherche du temps perdu...

1Les femmes chez Féval occupent un univers privilégié. Elles obéissent à certains lieux communs. Elles subissent l’influence de l’univers masculin qui détermine leur existence. La femme est d'habitude le bon ange qui sera toujours doublé du mauvais ange qui la rendra malheureuse. Il appartient au genre masculin ; seule exception : Lagardère. Mais n’oublions pas qu’il possède toutes les caractéristiques de l’androgyne.

  • 1 Féval Paul, Le Bossu, Arthème Fayard, Paris, 1950, p. 49.

« Mais ce qui ne se peut peindre à la plume, c’est l’attrait, la grâce, la juvénile gaillardise de cet ensemble ; c’est aussi la mobilité de cette physionomie fine et changeante, qui pouvait languir aux heures d’amour, comme un doux visage de femme, qui pouvait aux heures de combat semer la terreur comme la tête de Méduse »1.

2Dès le début du roman, la femme se trouve dans un décor hanté par l’homme ; il y domine, il y fait la loi. La lignée d’Aurore de Nevers commence avec sa grand-mère, la belle Inès de Soto-Mayor ; Aurore reproduira les mêmes caractéristiques et les mêmes tristesses.

3Comme il arrive souvent dans le roman populaire, l’univers févalien est un univers manichéen. Il est divisé en bons et mauvais et cette bonté et cette méchanceté est intégrale, aucune nuance ne permet de l’adoucir. Cependant quelquefois nous surprenons l’écrivain sur le point d’y remédier. Le jeune Lagardère est tenté d’enlever Aurore et de ne pas la rendre à sa mère. Gonzague s’adoucit un moment quand il pense à Aurore de Caylus. Le prince ressent la tentation de l’amour, il ne s’y adonne cependant pas. Et la méchanceté l’emporte. Rien ne justifie donc le pardon du héros, rien ne justifie sa grâce et Lagardère sera impitoyable, demeurant fidèle au serment fait à Nevers.

4Il faut constater que l’univers féminin ne participe pas des mêmes coordonnées. Les femmes dans Le Bossu ne se partagent pas en bonnes et méchantes. Même celles que nous soupçonnons vendues à l’imposteur gardent dans leur cœur un amour et un certain respect pour leur maîtresse. C’est comme si la femme était solidaire face à cet univers masculin – exception faite de Lagardère, mais n’oublions pas que, comme nous l’avons déjà signalé, il participe d’une certaine féminité – Son image n’est pas sans rappeler celle de Gauvain dans Quatre-vingt-treize. Cette féminité l’empêche de devenir l’ennemi de celles qui du fait de sa nature lui sont proches. Les autres hommes – père, mari, confesseur, amis – cherchent d’une certaine manière à les leurrer et à les tromper. Et il suffit de l’éloquence et du prestige de Gonzague dans le conseil de famille pour faire oublier et les années d’enfermement et la fidélité suprême d’Aurore à l’époux mort ; elle est folle, aux yeux de tous, et Gonzague devient l’esprit aimant et compatissant, digne de toute admiration et tout respect.

5Trois femmes constellent l’univers féminin du Bossu. D’abord les deux Aurore, la mère et la fille. La personnalité de la première l’emporte de loin sur la personnalité de la deuxième, et après Flor ou Cruz, personnage ambigu dans lequel Féval recueille certaines idées reçues. Les autres personnages féminins servent de décor à ces trois femmes. Il y a évidemment Inès de Soto-Mayor dont la destinée préfigure celle de sa fille et même celle de sa petite-fille, qui aurait une importance supérieure au reste des femmes dont Féval parle et qui sont mises là pour montrer l’éclat de la femme supérieure représentée par les deux Aurore. D’un côté nous trouvons le monde des domestiques, des femmes qui serviront les personnages importants et de l’autre côté nous trouvons les prostituées ou les artistes qui forment le monde des chevaliers fidèles à Gonzague, monde dans lequel il va essayer d’insérer Aurore et Cruz.

1. Inès de Soto-Mayor

6Inès de Soto-Mayor est la belle étrangère. Dans le cas présent, c’est la belle Espagnole. L’Espagne joue dans l’œuvre de Féval le rôle d’un décor mythique. Il y reviendra plusieurs fois dans Le Bossu. Inès est donc espagnole. Elle est jeune. Toutes les héroïnes de Féval sont jeunes : Inès, les deux Aurore, Cruz ou Flor. Jeunesse ardente qui mettra en relief la destinée tragique, car il faudra la sacrifier. Culte de la jeunesse féminine qui est habituellement accompagnée par la sagesse. Toutes ces beautés jeunes sont destinées à des hommes mûrs, exception faite d’Aurore de Caylus, mais son bonheur sera si éphémère qu’on peut se demander si elle a été véritablement vouée à un être jeune.

7Elle est passionnée et ardente. Le feu couve sous les traits délicats de la jeune fille, feu qui ne l’empêchera pas d’être malheureuse. En même temps, elle est l’image d’une Espagne romantique, qui est à rapprocher de celle de Gautier, où la femme est à la merci de tous ceux qui voudront profiter d’elle et de sa bonne foi, et surtout à la merci du père : elle est presque vendue à M. de Caylus ; son père l’échange contre des milliers de pistoles, sans dot. Elle est donc livrée pieds et mains liés à son bourreau. Il l’a littéralement achetée.

8La renommée de sa beauté l’accompagne. Malgré tous les efforts le marquis ne pourra empêcher les jeunes hommes de l’aimer, de soupirer pour elle et de la désirer. Seule ressource d’Inès : la mort. Pour se libérer du vieux Caylus elle n’a qu’à mourir.

  • 2 Ibidem, p. 10.

« Elle était morte de solitude et d’ennui »2

2. Aurore de Caylus

9Digne héritière de sa mère, Aurore de Caylus reproduit une destinée tragique qui ne se termine pas sur la mort en pleine jeunesse mais qui signifie la réclusion à vie dans un monde hostile.

10Nous connaissons une Aurore jeune, une Aurore belle qui aime s’habiller à l’espagnole comme sa mère, mais cette image traverse rapidement le roman. Malgré sa jeunesse, dans nos premières rencontres de lecteur avec Aurore de Caylus, il y a déjà l’ombre de la souffrance, l’ombre de l’incertitude et celle d’une destinée tragique. Elle a tout pour plaire. Et elle plaît. Pas seulement à l’élu de son cœur, ce duc de Nevers victime de la jalousie de son meilleur ami, le prince de Gonzague. Elle plaît à Gonzague, et l’admiration de ce méchant seigneur n’est pas feinte, elle naît du plus profond de l’âme masculine. Il réussit à avoir dans ses mains la destinée toute entière d’Aurore de Caylus, mais il ne pourra pas l’avoir, elle, et ce mariage blanc restera comme une blessure ouverte dans le cœur de cet homme dur et ambitieux. Toutes les femmes qu’il possédera, toutes les filles qui lui ouvriront leur lit – Flor elle-même n’est pas indifférente à son charme-, ne réussiront pas à lui faire oublier cette femme qui est la sienne mais qui demeure éloignée de lui tout à fait, cette femme qui est la représentation vivante du deuil.

  • 3 Ibidem, p. 144.

« Fière créature autrefois ! belle au-dessus des plus belles ; douce comme les anges, vaillante autant qu’un chevalier ! C’est la seule femme que j’eusse aimée, si j’avais pu aimer une femme ! »3.

11Sa renommée parvient à Lagardère et n’oublions pas qu’il se rend à Caylus dans l’espoir d’escalader la chambre de la belle. Il est vrai que Lagardère ignorait qu’Aurore appartenait au duc de Nevers par amour et par mariage. Les trois hommes les plus représentatifs du roman tourneront autour de la belle Aurore de Caylus : Nevers qui deviendra son mari, Gonzague qui deviendra son bourreau, et Lagardère qui sauvera sa fille.

12La destinée d’Aurore est celle d’une femme qui sera pendant très peu de temps son épouse. Quand l’épouse disparaît la mère prend sa place. Mère veuve : toutes les pensées sont tournées vers cette enfant disparue qui est le seul souvenir de son mari mort. Car Aurore de Caylus est mère par amour. Si elle aime sa fille, si elle désire la récupérer, c’est pour retrouver en elle l’image du mari perdu. Ses vœux seront exaucés car elle retrouvera enfin Aurore de Nevers, qui reproduira l’image vivante du mari. Et cette femme enterrée pendant longtemps considérera avec la même regard passionné cette enfant et le souvenir de l’homme aimé.

  • 4 Féval Paul, Le Chevalier de Lagardère, Garnier, Paris, 1977, p. 259.

« – Oui, je t’aime plus que je n’aimais Nevers, parce que mon amour de femme se confond avec mon amour de mère. C’est toi, c’est lui que j’aime en toi, Aurore, mon espoir chéri, mon bonheur »4.

13Cette condition de mère l’oppose à Gonzague, l’oppose à Lagardère. Pour Lagardère elle ne sera plus la femme à laquelle il avait pensé, pour Lagardère elle devient la veuve de Nevers et surtout la mère d'Aurore. Nous oublions qu’ils ont à peu près le même âge et qu’ils auraient pu s’aimer. Un abîme les sépare ; cet abîme n’a qu’un pont : Aurore de Nevers.

14Après la mort de son mari, Aurore de Caylus se retranchera dans la solitude la plus complète, elle se méfiera de tout le monde. Le deuil sera sa parure habituelle. Pâleur et noirceur. Beauté de rêve. Courage. Culte païen de l’époux mon. La religion ne peut sans doute approuver cette douleur qui ne connaît pas la résignation, mais Aurore de Caylus est excessive en tout. Excessive dans le deuil, elle reproduit le mythe d’Artémise ; excessive dans l’orgueil, comme si l’Espagne qui lui tient à cœur et dont le sang coule dans ses veines lui dictait une manière de faire et d’agir. Cet orgueil la portera à refuser la raison de son existence si elle ne répond pas à l’idée qu’elle s’est en faite. Sa fille sera acceptée uniquement dans le cas où elle aura été capable de demeurer pure et digne du nom de Nevers.

15Aurore oubliera la jeunesse pour demeurer le symbole du veuvage actif et de la mère possessive. Sa couleur sera le noir. Noir complété par le blanc, la pâleur de son visage meurtri. Quand elle décide d’abandonner finalement le deuil, car Aurore est sur le point d’être retrouvée, les diamants seront sa parure. Blancheur étincelante encore. Dureté foncière. Orgueil qui domine tout. Face aux hommes son regard froid et dur. Gonzague ne réussit jamais à l’ébranler. Pour Lagardère elle aura les mots les plus durs : cet homme qui a sacrifié sa vie à la vengeance de Nevers demande une rançon trop élévée : la fille de Nevers avec toute sa beauté et tout son héritage. L’amour est loin de tout cela. Pour Aurore de Caylus il n’y a que l’ambition, la haine et le mal. L’univers masculin l’a trop blessée pour qu’elle lui fasse confiance. Tout cet orgueil, toute sa fierté aristocratique fondront comme la neige devant l’amour d’Aurore. Si elle accepte finalement Lagardère, dont elle est jalouse comme une fiancée amoureuse, c’est parce qu’il s’agit du seul chemin pour arriver au cœur de sa fille.

  • 5 Ibidem, p. 261.

« L’aimer pour que tu m’aimes »5.

  • 6 Ibidem, p. 209.

16Si elle veut retrouver l’amour d’Aurore qui s’était écriée, effarouchée, quand elle avait vu pour la première fois sa mère accuser Henri de Lagardère « Et cette femme est ma mère ! "6 il lui faudra accepter Lagardère, ce beau jeune homme qui lui a ravi les meilleures années de sa fille enfant mais qui lui rend en même temps l’honneur et la fierté et qui lui apporte la vengeance tant désirée. Car dans l’univers de Féval on ne pardonne pas, les gens doivent payer pour leurs crimes. La botte de Nevers cherchera, impitoyable, les assassins. Point de pitié. Point de trêve... Aurore possède toute la beauté de la femme ange au début du roman, elle garde cette beauté mais elle en perd la douceur. Elle va se raidir dans son rôle et deviendra l’image d’une Erinye possessive et vengeresse. Ces habits noirs sont le symbole de la toile d’araignée qui prétend prendre dans ses filets la jeunesse et l’amour d’Aurore.

3. Aurore de Nevers

17Aurore est un ange. Vierge amoureuse, jeune fille angélique mais en même temps pleine de toutes les ressources et de toutes les tentations de la femme.

18Étant enfant, elle réussit à faire abandonner à Lagardère sa vie passée pour se consacrer à elle. Sans doute c’est son code particulier de l’honneur, c’est sa manière de voir les choses qui poussent le jeune chevalier à tout sacrifier pour se dévouer à cette vengeance dont on parle, mais ce qui le décide c’est le visage de cette enfant de deux ans, destinée à devenir une femme pour laquelle les hommes souffriront.

  • 7 Féval Paul, Le Bossu, op. cit., p. 68.

« Comme cela dort ! A quoi peuvent penser ces petits fronts couronnés de leurs boucles angéliques ? C’est une âme qui est là dedans. Cela deviendra une femme capable de charmer, d’aimer, hélàs ! et de souffrir... »7.

19A partir de ce moment Lagadère oublie tout. Aurore est sa seule hantise, Aurore remplit sa vie. Elle est à côté de lui et c’est à travers son âme transparente que nous pouvons voir le cheminement de l’amour. Les mots d’ami, de frère, de père, remplacent dans le cœur d’Aurore les mots qu’elle n’ose pas formuler : l’amant et l’amour. Mots qui la possèdent complètement.

20Aurore est l’archétype de la beauté, elle réunit les cheveux noirs de son hérédité espagnole, les yeux bleus de sa pureté, et de sa jeunesse. L’ange et la femme s’allient en elle pour éveiller l’amour d’Henri. La lutte va se déchaîner dans le cœur du jeune homme. Le chevalier de Lagardère réagit comme blessé à mort devant le prétendant d’Aurore, le marquis de Chaverny ; affolé, il refuse le mot de père qu’il avait auparavant revendiqué. Aurore souffre, elle est tentée par Chavemy, mais Henri domine tout son univers féminin. Elle l’adore avec toute l’innocence de sa jeunesse mais en même temps avec son cœur de femme. Le problème de la différence d’âge se pose. Physiquement Henri est beau comme un dieu, il a renoncé à tout pour soigner la petite, il a gardé en quelque sorte sa jeunesse, mais le temps existe, il est là. Aurore ne se pose même pas le problème. L’âge d’Henri ne l’intéresse pas, il a l’âge de son amour, ce petit inconvénient ne peut pas les séparer.

« – Quand j’étais enfant, pensa tout haut Lagardère, les hommes de trente ans me semblaient des vieillards. Sa voix était tremblante et douce lorsqu’il poursuivit :
– Quel âge croyez-vous que j’aie, Aurore ?
– Que m’importe votre âge, Henri !
– Je veux connaître votre pensée. Quel âge ?

21Il était en vérité comme un coupable qui attend son arrêt. L’amour, cette terrible et puissante passion, a d’étranges enfantillages. Aurore baissa les yeux, son sein battait. Pour la première fois, Lagardère vit sa pudeur éveillée, et la porte du ciel sembla s’ouvrir pour lui.

  • 8 Féval Paul, Le Chevalier de Lagardère, op. cit. p.s. 70-71

– Je ne sais pas votre âge, Henri, dit-elle ; mais ce nom que je vous donnais tout à l’heure, ce nom de père, ai-je pu jamais le prononcer sans sourire ? »8.

22Aurore ne vit que pour Henri. En bonne fille d’Ève, elle est coquette et elle met en jeu toutes ses ressources pour éveiller même inconsciemment le désir ou l’amour de son bienfaiteur. Pour elle, le reste ne compte pas. Nous la voyons aimer et souffrir avec tout le charme de la virginité. Son cœur est surtout porté à l’amour ; c’est sa préoccupation majeure, cependant il en existe une autre : connaître sa mère et percer le mystère de ses origines.

23Elle est reconnaissante à Henri de son respect devant les commentaires des commères, mais surtout elle voudrait être aimée, aimée en femme, et même si elle désire de tout son cœur connaître sa mère, entre elle et Henri nous devinons qu’elle n’hésiterait pas à choisir.

« – Je ne sais rien au monde, prononça-t-elle ensuite, le sourire aux lèvres et les paupières demi-voilées, rien de meilleur, rien de plus noble, rien de si beau que vous ! »

24Ses couleurs sont le rose qu’elle revêt pour la fête du régent et le bleu ciel de ses yeux. Couleurs de la pureté, de l’innocence face au noir de deuil de sa mère. Si sa mère emploie les diamants, la jeune fille a une robe semée de perles. Aurore est l’image de la jeune fille, de l’amour innocent et dévoué, au-delà de la mort et de la folie. Cet amour sans partage réussira à toucher le cœur de sa mère et elle aura finalement sa récompense en devenant la femme de Henri de Lagardère.

4. Flor ou Doña Cruz

  • 9 Ibidem, p. 71.

25Toute la destinée de la gitane se trouve contenue dans les deux noms par lesquels on la désigne. Il s’agit d’un personnage romanesque par excellence. En elle se résument les lieux communs du XIXe siècle : gitane perdue, peut-être de haute naissance, belle, délurée, elle refait le mythe d’Esmeralda et elle possède tout son charme et toutes ses caractéristiques, mais elle ne possède pas l’innocence de la fille de Nevers.9

26Rencontrée par hasard par Lagardère et Aurore, elle devient l’amie de la jeune fille et réussit à leur sauver la vie. Mais elle ne possède pas la pureté d’Aurore. Son personnage est assez ambigu. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une fille impure, mais elle connaît le prix des choses et même si nous ne savons pas si elle a perdu sa virginité – nous pensons que non – elle est disposée à le faire à la première occasion. Elle a été amoureuse de Lagardère, subissant l’envoûtement du chevalier, mais celui-ci demeure fermé à ses charmes. Quand elle est prise par Gonzague pour représenter le rôle de fille d’Aurore de Caylus, elle interprète l’intérêt du prince d’une manière différente et elle est prête à lui accorder ses faveurs. Elle arrive à se plaindre de son indifférence. Elle plaît au marquis de Chavemy et nous devinons que l’issue sera heureuse. Elle n’est pas la fille de Nevers, mes ses torts ne sont pas irréparables et elle pourra redevenir Flor après avoir été Doña Cruz sans trop de difficulté. Fille donc intermédiaire entre Aurore et sa mère, fille douce, avenante, mais qui ne possède pas la rectitude morale, la rigidité, la pureté demandées à l’aristocratie à laquelle appartient Aurore de Nevers. Cependant chez Flor il y a quelque chose de merveilleux, elle représente l’amitié féminine. Elle fera pour Aurore n’importe quoi. Si Lagardère peut être considéré comme le symbole de la solidarité masculine, Flor l’est de la solidarité féminine et cela malgré sa situation de rivale, à un moment donné, d’Aurore, car elle aimait Lagardère autant que la fille de Nevers. En réalité, les deux jeunes filles jouent d’une manière inconsciente avec leurs amants respectifs. Aurore avait aussi été tentée par Chavemy qui deviendra le compagnon de Flor. Cela montre la ressemblance de leurs caractères, la puissance du sentiment qui les porte l’une vers l’autre. Différentes par la naissance, par la qualité morale, par les vertus, elles deviennent sœurs par la vie et par l’amitié. Flor devient donc l’archétype de l’amitié. Sa couleur comme celle d’Aurore pendant le bal sera le rose, symbole de la jeune fille, couleur qui s’impose quand il faut parler d’elle.

Les noms : – Inès, Aurore, Cruz, Flor. –

27Inès de Soto-Mayor porte le prénom d’une reine malheureusement célèbre, qui a subi les fureurs d’un vieillard jaloux, Inès de Castro. Comme la belle dame espagnole, Inès se verra frustrée dans son désir d’amour. Son nom la rattache à la destinée tragique de la reine morte. D’autres écrivains au XIXe vont employer ce nom, pensons au titre du conte de Nodier, Inès de la Sierra. Aurore porte un nom plein de possiblités. Les deux Aurore signifient l’éveil à la lumière retrouvée, mais surtout l’aurore est le symbole de toutes les possiblités, signe de toutes les promesses. Chez Aurore de Caylus la vie se maintient grâce aux possibilités offertes par la naissance de sa fille. Aurore de Nevers est le symbole de la lumière et d’une plénitude promise, en réalité elle ne cesse d’être le symbole de l’espoir.

28Flor contient toute le poésie de la fleur que le nom évoque et tout le parfum. Quand elle tombe sous la domination de Gonzague elle devient Cruz, c’est son chemin de croix à travers la vie, malgré les facilités dont le prince semble l’entourer. Mais elle retrouvera sa véritable personnalité en redevenant Flor, monde clos qui contient en lui-même toutes les possibilités, y compris celle du bonheur.

Les couleurs et les pierres précieuses

  • 10 J. Chevalier, A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Laffont, Paris, 1982, p. 671.

29Les couleurs d’Aurore de Caylus sont le blanc, qui représente sa pâleur et surtout le noir. Dans les deux cas il s’agit de couleurs de deuil. Le noir marque son caractère, elle est accablée par le malheur, elle ne peut avoir droit au côté messianique du deuil blanc que par la pâleur de sa figure. Pour elle le noir symbolise la perte définitive, celle du duc de Nevers, la chute sans retour dans le Néant10. Le noir est aussi la couleur du renoncement à la vanité de ce monde.

30Quand l’espoir renaît en elle, elle remplace la parure de deuil par les somptueux diamants, qui apportent le blanc lumineux. Elle possède la dureté, la limpidité, la luminosité de cette pierre précieuse. La veuve de Nevers est comme le diamant parfait, mais cette perfection dont l’éclat rayonne alentour, nous ne savons pas si elle est toujours bénéfique. Évidemment Aurore possède une invincible, une inaltérable puissance spirituelle. Le diamant présente cette chasteté qui a marqué sa vie de veuve, sa constance, sa force, et toutes les vertus héroïques les plus remarquables. La fidelité de la veuve de Nevers à la mémoire de son mari et à la destinée de sa fille sont à toute épreuve.

  • 11 Ibidem, p. 29.
  • 12 Brusatin Manlio, Histoire des couleurs, Flammarion, Paris, 1986, p. 29.
  • 13 Ibidem, p. 29.

31Quant à Aurore de Nevers et à Flor, leur couleur est le rose de ces dominos qu’elles portent le jour de la fête du régent. Couleur symbole de la jeunesse et de la régénération11, symbole aussi de la chasteté12 ; c’est la couleur qui confère aux doigts les tonalités de l’Aurore13. Il faut rapprocher cette couleur du nom de la jeune héritière de Nevers. En outre les yeux d'Aurore sont bleu clair, couleur la plus pure en dehors du vide total du blanc, couleur de la vérité, couleur de l’amour.

  • 14 J. Chevalier, A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, op. cit., p. 741.
  • 15 Ibidem, p. 742.

32Si la parure d’Aurore de Caylus est de diamants, la parure d’Aurore de Nevers est faite de perles, la perle selon Chevalier14 est un symbole lunaire liée à l’eau et à la femme – n’oublions pas le rôle joué par la nuit, l’eau, la lune dans la fête du régent, là où Aurore mettra cette robe ornée de perles-... Perle emblème de l’amour qui embrase le cœur d’Aurore et du mariage auquel elle rêve avec son ami de l’âme, Henri. La perle est un centre mystique, elle est15 la sublimation des instincts, la spiritualisation de la matière, la transfiguration des éléments, le terme brillant de l’évolution. Elle résume donc d’une manière assez claire la personnalité d’Aurore. Elle est en même temps symbole des larmes d’amour que la jeune Aurore a versées pour Henri, pour le doute qui mortifiait son âme passionnée car elle ne savait si elle était aimée et si elle pouvait attendre le bonheur, elle évoque enfin les gouttes de la semence masculine que la jeune vierge aspire à recevoir bientôt dans son sexe ouvert comme une fleur.

33Univers privilégié que celui des femmes, car elles savent surmonter leurs différences. Univers idéalisé qui n’est pas sans rappeler celui de la Chevalerie. Elles s’aiment et s’entr’aident, l’amitié d’Aurore et de Flor en est une preuve, mais il y en a d’autres, par exemple le renoncement de la princesse de Gonzague à son orgueil et à la défiance envers Lagardère pour réussir à avoir le bonheur de sa fille ; l’entente de Flor, qui se porte vers la veuve de Nevers, en obéissant à un élan passionné même après avoir été refusée par la dame comme son enfant ; la conviction de la princesse selon laquelle Flor n’est pas méchante mais seulement utilisée par Gonzague... Les femmes s’aiment, aiment et sont solidaires, comme si tout cela était nécessaire pour lutter contre le monde extérieur, un monde hostile et plein d’écueils qu’elles réunissent à franchir grâce à l’amour, à leur sensibilité et à leur intuition.

Le chateau de Bluthaupt

Notes

1 Féval Paul, Le Bossu, Arthème Fayard, Paris, 1950, p. 49.

2 Ibidem, p. 10.

3 Ibidem, p. 144.

4 Féval Paul, Le Chevalier de Lagardère, Garnier, Paris, 1977, p. 259.

5 Ibidem, p. 261.

6 Ibidem, p. 209.

7 Féval Paul, Le Bossu, op. cit., p. 68.

8 Féval Paul, Le Chevalier de Lagardère, op. cit. p.s. 70-71

9 Ibidem, p. 71.

10 J. Chevalier, A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Laffont, Paris, 1982, p. 671.

11 Ibidem, p. 29.

12 Brusatin Manlio, Histoire des couleurs, Flammarion, Paris, 1986, p. 29.

13 Ibidem, p. 29.

14 J. Chevalier, A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, op. cit., p. 741.

15 Ibidem, p. 742.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Légende Le chateau de Bluthaupt
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540