Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paul Féval, romancier populaire

 | 
Jean Rohou
, 
Jacques Dugast

Roman feuilleton et presse quotidienne populaire

Expériences françaises et observations britaniques

Michaël Palmer

Texte intégral

1Au cours de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, le roman-feuilleton est un élément important du succès de la formule rédactionnelle du quotidien à bon marché en France. Il joue, en revanche, un rôle plutôt secondaire dans le démarrage du quotidien dit « populaire » en Grande-Bretagne, à la fin du siècle. Dans cette communication, nous souhaitons examiner ce constat à la lumière d’observations de responsables de quotidiens à bon marché – qu’il s’agisse de titres français ou britanniques, de titres à rayonnement national, ou régional.

1. Comparaisons franco-britanniques vers 1900 : sur quelques idées reçues

  • 1 Formule associée au rédacteur en chef du Manchester Guardian, C.P. Scott.

2Paul Féval dut signer d’un nom anglais – Francis Troloppe – l’un de ses plus grands succès, Les mystères de Londres (1844). Les portraits peu flatteurs, marqués par des clichés ambiants à propos de « l’ennemi héréditaire » et de « la perfide Albion » – consacrés aux sujets de Sa Majesté, provoquent alors la mauvaise humeur des Britanniques ; ils n’apprécient guère, de surcroît, l’utilisation du patronyme d’un romancier à succès, Anthony Trollope. En matière de presse et de journalisme, en revanche, les généralités véhiculées alors par des Britanniques ou des Allemands, qui cherchent à caractériser d’un trait la presse française, reviennent à ceci : les journaux parisiens sont célèbres par leurs qualités littéraires, et par la vivacité de leurs polémiques. La presse britannique, elle – le Times (1785) faisant figure de référence-, accorderait la primauté à l’information, à sa collecte et à sa présentation ; elle distinguerait nettement l’information de l’opinion – séparation consacrée par la formule : « comment is free, facts are sacred »1.

3Toute tentative de présenter sommairement la presse et le journalisme d’un pays à un moment donné, nécessite – c’est l’évidence – que l’on force certains traits, que l’on schématise ; à plus forte raison, alors, quand on compare la situation d’une certaine catégorie de journaux, dans deux pays, et cela sur un laps de temps relativement long. Citons à la barre, plutôt, certains « patrons de presse », de Paris, de Londres, et de... Besançon : ils réfléchissent, chacun à leur manière, à la place du roman-feuilleton dans la stratégie rédactionnelle du journal populaire.

2. « Le courage d'être bête »

  • 2 La biographie la plus complète – et la moins critique – consacrée à Harmsworth est due à : R. Poun (...)
  • 3 Lord Northcliffe’s notebooks. Archives Harmsworth, Londres.
  • 4 D. Toscan du Plantier, Donnez-nous notre quotidien (Paris : Olivier Orban, 1974).
  • 5 M. Palmer, Des petits journaux aux grandes agences (Paris : Aubier Montaigne, 1983).

4Tout d’abord, un bon mot – ou, plutôt, un mauvais jeu de mots. Question d’apparence futile s’il en est : comment un Britannique, vers 1920, prononce-t-il le mot français « feuilleton » ? Féval, lui, aurait fait durer le suspens, pour que cette question devienne lancinante. Contentons-nous, ici, de présenter sommairement celui qui apportera la réponse : Alfred Harmsworth, lord Northcliffe (1865-1922). De père irlandais, et peu doué pour les langues, Harmsworth séjourne régulièrement à Paris à partir des années 18902. Il sera l’homme symbole de l’industrialisation de la presse outre-Manche, comme l’ont déjà été, en France, Émile de Girardin (1806-1881) et Polydore Moise Millaud (1813-1871). En novembre 1895 et en novembre 1896, Harmsworth rend visite aux installations du Petit Journal, dirigé alors par l’imprimeur, Hippolype Marinoni. Créé par Millaud en 1863, ce Petit Journal est devenu le premier quotidien dont le tirage dépasse durablement (sous Girardin) les 500 000 exemplaires ; depuis 1890, même, il oscille autour d’un million d’exemplaires. Harmsworth, pourtant, n’est guère impressionné par l’imprimerie du Petit Journal. Dans son journal ou cahier personnel, il observe : « didn’t think much of it » – « je n’en fais pas grand cas »3. En mai 1896, Harmsworth lance le Daily Mail. Ce premier quotidien à un sou (un « half-penny ») et à rayonnement national aura sur la presse britannique un effet comparable à celui qu’exerce trente-trois ans plus tôt le Petit Journal sur la presse française. Dans les deux pays, le premier succès durable d’un titre quotidien à un sou, aux ambitions nationales, est synonyme de l’avènement d’un journalisme pour « Monsieur Tout-le-Monde », de la transformation des petites gens en public, lectorat et surtout consommateurs qui demandent : « donnez-nous aujourd’hui notre journal quotidien »4. Encore que, le présupposé comme acquis culturel du lectorat du Daily Mail paraît plus élevé que celui des artisans, paysans et autres « petites gens » auxquels Millaud destine le Petit Journal5.

  • 6 J.-J. Darmon, Le colportage de librairie en France (Paris : Plon, 1972).

5 Le Petit Journal lancé en février 1863 est de quatre pages, demi format (44x 30 cm). Dès juillet, les deux romans-feuilletons qu’il propose à ses lecteurs occupent le rez-de-chaussée de trois pages. Lancé en mai 1896, le Daily Mail comporte huit pages, grand format (7 colonnes par page). Il ne publie aucun feuilleton à ses débuts. Harmsworth et ses frères – dont, Harold surtout, qui s’occupe de l’intendance, de la gestion, et de la publicité – ont travaillé jusqu’alors dans la presse magazine et hebdomadaire : depuis un an, ils contrôlent un quotidien du soir diffusé sur Londres et sa région. Jusqu’alors, dans l’Angleterre victorienne (1837-1901), les périodiques ayant le tirage le plus élevé et le public populaire le plus important, ne sont pas des quotidiens, mais des hebdomadaires ; parmi ceux-ci figurent les titres de la presse du dimanche, dont le Lloyd's Weekly News, avec plus d’un million d’exemplaires. Or, dans ces titres dominicaux destinés au vulgum pecus – au « million » comme on disait alors en anglais-, le roman-feuilleton, si jamais il y figure, n’occupe nullement une place comparable par son importance (comme pourcentage de la copie rédactionnelle) à celle que lui accordent le Petit Journal et ses émules français, issue de toute une littérature de « romans-revues »6.

  • 7 Cf. M. Palmer, op. cit.

6Harmsworth a écrit lui-même des feuilletons pour son hebdomadaire Answers, qui a publié entre autres des romans d’Arthur Conan Doyle. Raison de plus, donc, pour demander pourquoi le roman-feuilleton est d’abord absent, et ensuite peu valorisé, au cours des premières années du Daily Mail, ou dans les colonnes des imitateurs de celui-ci – tel le Daily Express (1900). La priorité accordée à l’information, certes, peut bien constituer un élément de réponse : « the busy man’s daily paper », le Mail rappelle à certains égards le quotidien français le Matin (1884), la création d’une équipe anglo-américaine, et qui ne publiait pas alors de roman-feuilleton7. Mais la réponse essentielle ne serait-elle pas plutôt celle qui appelle la question lancinante de tout-à-l’heure : comment le mot « feuilleton » se prononce-t-il en anglais ?

  • 8 Lord Northcliffe’s communiqués to the Daily Mail, 29.4.1922. Bodleian Library, Oxford. (Traduit de (...)
  • 9 Phrase attribuée à H. de Villemessant.

7Harmsworth semble ignorer que le terme « feuilleton » n’est pas associé uniquement au roman ; qu’il existe des rubriques comme le feuilleton littéraire, dramatique, etc. Vingt-cinq ans après la création du Daily Mail, il croit qu’il existe bel et bien une place pour le roman-feuilleton dans son quotidien : – « fooliton » comme les imprimeurs les appellent, si je ne m’abuse », écrit-il8. Dans « fooliton », il y a « fool », « idiot, bête ». N’avait-on pas dit de Millaud, fondateur du Petit Journal, qu’il avait « le courage d’être bête » ?9.

8Dans la situation de concurrence acharnée que se font les principaux titres de la presse quotidienne populaire aux lendemains de la guerre de 1914-1918, et qui font face, en Angleterre comme en France, au phénomène nouveau que sont l’inflation et l’augmentation répétée du prix de vente, Harmsworth croit dans « le fooliton » comme arme... stratégique. Il communique aux journalistes du Daily Mail – titre toujours leader, mais menacé – le fruit de son expérience. Ainsi leur dit-il :

  • 10 Lord Northcliffe’s communiqués to the Daily Mail, 26.4.1922. Ms. cit.

« il faut tout faire pour que le nouveau feuilleton soit lu dans chaque foyer... Autrefois, on accordait aussi bien dans nos quotidiens que dans nos hebdomadaires (au moins) 6 000 mots pour le premier épi sode d’un nouveau feuilleton »10

  • 11 Lord Northcliffe’s communiqués to the Daily Mail, 29.4.1922. Ms. cit.

« Ancien auteur de romans-feuilletons moi-même, je sais qu’il est impossible de s’attacher un public avec peu de mots. Certains journaux français diffusent des épisodes de 15 000 mots de leurs feuilletons, à des millions d’exemplaires. Answers » – l’hebdomadaire phare (1888) des 14 titres populaires du groupe Harmsworth (en 1896) – « accorde 10 000 mots au premier épisode »11.

9En 1920-21, l’insistance sur l’attachement du public au feuilleton, devient un leitmotiv de ses « communiqués au Daily Mail ». (Il faut rappeler, peut-être, que Harmsworth est à quelques mois du moment où, prenant les eaux à Évian, il sombre dans la folie, peu avant de mourir [août 1922]). Au mois de mai 1921, il informe les journalistes du Mail des fruits de son enquête auprès du responsable de sa garde-pêche :

  • 12 Lord Norlhcliffe’s communiqués to the Daily Mail, 30.5.1921. Ms. cit.

« Tout le monde au village lit le feuilleton. Un exemplaire du journal passe de foyer en foyer, de main en main. Trois exemplaires font le tour de trente personnes au village, après quoi quelqu’un en emporte un à un moulin isolé et à une maison plus loin encore »12.

3. Romans feuilletons et presse populaire quotidienne en France

10En fait, Harmsworth s’enthousiasme en 1920 pour une rubrique qui connaît le succès en France depuis les années 1830. On le sait : c’est au cours de la décennie où débute la monarchie du « roi-citoyen », Louis-Philippe, que s’amorce le succès et du roman feuilleton, et du quotidien à bon marché. En France, le journalisme de l’imagination joue un rôle dans la démocratisation du quotidien, probablement plus important – et assurément plus tôt – que celui joué par le journalisme d’information. Les quotidiens que lancent en 1836 Girardin (la Presse) et Dutacq (le Siècle) proposent des prix d’abonnement la moitié de ceux des grands journaux existants ; le Parisien, lui, peut payer un abonnement annuel 40 francs, ou – chose bien moins fréquente – acheter un numéro pour trois sous. Par ailleurs, ces titres font la place belle au « feuilleton-roman » – telle La Vieille Fille de Balzac, publiée par la Presse (du 23 octobre au 4 novembre 1836). Dès 1845, le député Montlaville déclare :

  • 13 Discours prononcé à la Chambre des Députés, 14.3.1845.

« on ne s’abonne plus à un journal à cause de son opinion semblable à la sienne ; on s’y abonne, toutes couleurs indifférentes, selon que le feuilleton est plus ou moins amusant »13.

  • 14 Cf. J.-J. Darmon, op.cit. ; P. Albert, Histoire de la presse politique nationale au début de la tr (...)
  • 15 Propos de Millaud, rapportés par « Jean-Jacques », « A Thomas Grimm », La Petite République França (...)

11Le quotidien à un sou, lui, ne connaît de succès durable que lorsque Millaud lance le Petit Journal en février 1863 : il est diffusé essentiellement par la vente au numéro et sur la voie publique ; il pénètre jusqu’aux villages et aux « gros bourgs », grâce à un dispositif de messageries, axé autour du réseau ferroviaire. J.-J. Darmon et Pierre Albert ont montré, parmi d’autres, comment ce quotidien populaire s’est greffé sur le succès que les romans-revues et les petits journaux littéraires connaissent depuis les années 1850 : ces titres n’ont pas à acquitter le droit de timbre (de 5 centimes le numéro) et, depuis 1856, ils bénéficient du transport par ballots collectifs par chemin de fer14. A en juger par les chiffres de tirage annoncés par le Petit Journal, au cours des années 1870, le lancement d’un nouveau feuilleton donne lieu à une augmentation du tirage qui peut être de l’ordre de 50 000 exemplaires sur un tirage de 300 000. Selon une formule où Millaud aurait résumé l’essentiel de sa stratégie rédactionnelle, « c’est le feuilleton qui me procurera le palpitant qui plaît aux masses »15.

  • 16 Thèse de3e cycle : UER de Paris VII, 1975, 2 tomes.
  • 17 Cf. infra, note 26.

12Ces phénomènes ont été souvent étudiés. Evelyne Diébolt, notamment, a consacré une thèse au « Petit Journal et ses romans-feuilletons (1863-1914) »16. « La guerre des journaux » qui sévit au cours des années 1880, et la place du roman-feuilleton dans les stratégies rédactionnelles, seraient analysées moins fréquemment, semble-t-il. C’est ce que nous nous proposons de faire dans la dernière partie de cette communication, en relevant qu’il existe, à cette époque, des observateurs pour croire que la veine du roman-feuilleton a déjà été par trop exploitée. Même au Petit Journal, le moule commence à s’user17.

4. La place du roman-feuilleton dans la guerre des journaux : regards parisiens et bisontins, vers 1885

  • 18 Cf. F. Amaury, Histoire du plus grand quotidien de la III République : Le Petit Parisien, 1876-194 (...)

13En 1880, le Petit Journal trône en maître sur la presse populaire en France : avec 580 000 exemplaires, il assure plus d’un quart du tirage de la presse quotidienne de Paris. Aucun autre quotidien – hormis, brièvement, la Petite République française – n’a un tirage qui dépasse le cap des 150 000 exemplaires. Du reste, pour mériter l’appellation de « titre national », un quotidien parisien à un sou s’efforce d’écouler la moitié de sa diffusion hors de la capitale. Le Petit Parisien (1876), qui va devenir le principal concurrent du Petit Journal, y parvient en 1886 : sur un tirage de 163 000 exemplaires, il vend 65 000 exemplaires à Paris, et 65 000 exemplaires en province18.

14En 1885, il paraît à première vue que le succès du Petit Journal s’est largement maintenu : le tirage moyen quotidien est alors de 888 000 exemplaires. Pourtant, la concurrence s’intensifie. Tout d’abord, des quotidiens de la capitale, tel le Petit Parisien, cherchent à ré-éditer son succès, et à s’établir dans les grandes villes de province d’abord, dans les bourgs, bourgades et villages enfin. Ensuite, un nombre croissant de quotidiens à un sou se crée en province : certains d’entre eux, aux ambitions régionales, cherchent à s’imposer auprès d’un public populaire parfois déjà conquis par le Petit Journal.

15Les causes de cette concurrence accrue sont nombreuses. L’abolition de l’impôt sur le papier, en décembre 1886 fait suite à la disparition de celui sur le papier-journal en 1881 : cela favorise la création de nouveaux titres à un sou, et la baisse du prix de vente de titres existants. D’autres, tel le Petit Journal lui-même, augmentent leur format pour devenir « grand journal ». Ainsi, le format agrandi, la Petite République française, elle, publie non pas deux mais quatre feuilletons par jour en octobre 1887. Le Petit Journal, lui, paraît à partir du numéro daté du 1er février 1887 sur un format de 40 % plus important qu’auparavant. Ensuite, des facteurs politiques stimulent la concurrence. La loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 élimine des entraves dont certaines remontent à 1819 ; par ailleurs, les élections législatives d’octobre 1885, où le camp républicain se présente souvent en rangs dispersés et où les droites se ressaisissent, suscitent la création de quotidiens à un sou. Troisième facteur important : le développement du réseau télégraphique, et la possibilité pour des quotidiens de province de louer des « fils spéciaux ». Ces journaux « se faisant télégraphiquement » proposent au lectorat populaire de province une copie susceptible de rivaliser avec les petits journaux arrivés par chemin de fer depuis la capitale : ils se vantent de rapporter dans leurs colonnes « de dernière heure », des nouvelles plus récentes que celles figurant dans les éditions de province des quotidiens de Paris, mises sous presse assez tôt dans la soirée pour partir à bord des trains de nuit. Avantage qui viendrait compléter la place plus grande accordée par des quotidiens de province à l’actualité locale et régionale...

  • 19 Rapport d’indicateur de la préfecture de police, 16.6.1885. Dossier Piégu (Ba. 1223). Archives de (...)

16Ainsi le roman feuilleton garde-t-il son importance dans les stratégies rédactionnelles des patrons de la presse populaire parisienne. D’où l’inquiétude qui règne, du côté du Petit Journal, lorsque, en 1885, le Petit Parisien lui enlève un de ses romanciers à succès, Xavier de Montépin. « Marinoni du Petit Journal », note un indicateur de police, « ne croyait pas que Piégu du Petit Parisien pouvait faire les sacrifices nécessaires pour lui enlever Montépin »19. Piégu propose à Montépin un véritable pont d’or – 30 000 francs par an. En contrepartie, Piégu dispose pendant sept ans des droits exclusifs aux services du « plus populaire des romanciers d’aujourd’hui, digne héritier de la tradition d’Eugène Sue ». Au mois de mai, La Belle Angèle, le premier de ses romans écrits spécialement pour le Petit Parisien, orne le rez-de-chaussée du journal, avec force tapage et campagne de promotion à l’appui.

  • 20 Rapport d’indicateur de la préfecture de police, 29.4.1880. Dossier Piégu.

17Louis Piégu, propriétaire principal du Petit Parisien depuis 1879, dirige un journal situé alors dans la mouvance radicale et anti-cléricale. Ainsi demande-t-il à Hector France une série de romans anti-cléricaux : il compte sur le Pêché de Sœur Cunégonde pour accroître le tirage – et surtout la vente – de 80 000 à 100 000 exemplaires. Mais il ne faut point abuser d’une bonne chose. Un indicateur de police en 1880 le confirme : Piégu s’aperçoit que la veine anti-cléricale, déjà exploitée dans les chroniques quotidiennes signées « Jean Frollo », et dans la partie informations du journal, commence à lasser le public20.

18Car il existe des interdépendances entre les rubriques : le roman-feuilleton fait partie d’un tout. Parfois même, des sujets politiquement délicats sont abordés plus aisément dans le roman-feuilleton que dans la partie informations d’un quotidien populaire. Écoutons à cet égard, les observations de Jules Gros, principal fondateur et rédacteur en chef du quotidien républicain à un sou de Besançon, le Petit Comtois (1883).

  • 21 J. Gros à A. Rambaud, 19.7.1881. Archives Rambaud (81 AP). Archives Nationales. Paris.

19Gros milite depuis 1881 pour la création d’un quotidien républicain à un sou, destiné au marché que représentent les 900 000 Franc-comtois et, dans un premier temps, les 60 000 Bisontins. Il n’ignore pas que « tous ces petits journaux à un sou sont des affaires financières »21. Entre les mois d’août 1883 et de décembre 1887, le Petit Comtois publie 25 romans, à raison de deux feuilletons concurremment, et au rez-de-chaussée de deux, et parfois de trois, de ses quatre pages petit format. Pour s’en tenir aux six titres parus en 1883 et 1884, on relève Froment jeune et Risler aîné d’Alphonse Daudet, mais aussi Le Beau Notaire de Pierre Ninous (pseudonyme de Mme Léon de Roussen), le Comte Omnibus d’Eugène Chavette, et le Mystère du Bas Meudon, d’Albert Delpit. Le choix des titres, et le dosage entre ceux qui paraissent concurremment, font l’objet d’une correspondance entre Gros et Théodore Grand, l’administrateur du journal, la femme de ce dernier les aidant de ses conseils.

20Ce « comité de lecture » recherche des romans qui présentent un intérêt régional : ainsi le journal propose-t-il à ses lecteurs en 1885 « le Boulanger de Vesoul », d’Alexis Meunier. Le dosage est parfois évident : à son lancement, en août 1883, le Petit Comtois publie concurremment le roman précité de Daudet, et L’Empoisonneuse de Pierre Ninous. En décembre 1884, Gros se plaint du sempiternel manque de place :

  • 22 J. Gros à T. Grand, 4.12.1884. Archives Millot. Besançon.

« Je regrette que nous soyons obligés à deux feuilletons, car nous pourrions mettre des faits divers qui intéresseraient beaucoup de lecteurs »22.

  • 23 Le roman de Pagès est édité chez Jules Lévy, à Paris, en 1886.

21Il vient de lire une dizaine de romans « tous ineptes ». Ainsi manifeste-t-il une certaine irritation, et défend-il son choix, lorsque « le comité de lecture » se divise à propos des romans suivants : le Mystère de Bas Meudon, de Delpit, que défend Madame Grand, et Grondache et Cie (articles de piété), d’Alphonse Pagès, qui a sa préférence23.

« Delpit est un lettré ; pour donner satisfaction aux lecteurs à un sou, il ne faut pas de finesse, il faut une littérature dégrossie à coup de hache ».

22Le roman de Pagès,

« est bien fait dans son genre, strictement observé, touchant à des questions populaires quoique n’ayant pas trait à des aventures très dramatiques ».

23Par ailleurs, le roman de Pagès aurait l’avantage de plaire, sur le plan politique, et aux actionnaires de la société propriétaire du Petit Comtois, et aux lecteurs. Ce roman permettrait de répondre à ceux qui critiquent la « tiédeur » du contenu politique du journal, sans pour autant offusquer les lecteurs.

« En ce qui concerne la crainte d’aliéner certains lecteurs qui pour raient se trouver froissés, je réponds que j’ai obéi en le choisissant à des préoccupations politiques. On nous reproche assez volontiers de pactiser avec le parti clérical ; à ce point de vue (ce) serait une réponse. N’oubliez pas que nous avons une partie de nos actionnaires nettement anti-cléricaux. D’autre part, nous avons à ménager une clientèle anti-cléricale elle-même.

  • 24 « Papa Gronda », le père du héros, fait la proposition suivante aux créanciers de la société d'art (...)

Au surplus, quand on examine bien ce roman, on s’aperçoit que le clergé n’y est pas le moins du monde tourné en ridicule. Il n’y a de traînée sur la claie que les faiseurs d’affaires se cachant sous le manteau de la religion, officiers du commerce, et vendeurs d’objets de piété24. Quant au curé des Roches et à l’évêque de Méridac, ils ont une attitude très digne. Pas un instant ils ne trempent par complicité ni autrement dans les intrigues de Grondache. Enfin, il y a un très beau rôle de jeune républicain dans l’affaire ».

24Gros s’étonne, par ailleurs, de « l’accusation de « réalisme » formulée par Madame Grand : le roman de Pagès lui rappelle plus l’Évangéliste de Daudet que « les romans réalistes de Zola ».

« Il n’y a rien dans l’œuvre de Pagès qui ressemble à l’accouchement décrit dans Pot-Bouille ou à la crise de puberté dans la Joie de Vivre. »

  • 25 J. Gros à T. Grand, 4.12.1884. Archives Millot. L’avis de Madame Grand – « porte-parole » du publi (...)

25« Trouver un roman qui se tient, c’est très difficile », note Jules Gros. Les romanciers français prennent modèle sur leurs confrères britanniques : « leurs ouvrages, pour des considérations de librairie », s’étirent sur deux tomes. Ainsi Gros trouve-t-il interminable la parution dans son journal du Beau Notaire et du Comte Omnibus. Du moins ce dernier est-il « moins bête que ce qui se fait actuellement ». En somme, Gros recherche des romans qui s'articulent en épisodes de 1500 à 2000 mots et dont la parution quotidienne ne dépasse pas normalement deux à trois mois. « Grondache et Cie. » présente cet avantage. Par ailleurs, il a « le mérite d’être inédit en province, ce qui est excessivement difficile à rencontrer »25.

  • 26 « Un concours de romans populaires », La Presse internationale, 28.2.1900.

26Dans la presse française, en 1885, cela fait déjà cinquante ans que les quotidiens à bon marché exploitent la veine du roman feuilleton. Il s’agit souvent, certes, de « sous-littérature » ou de « para-littérature » : plus d’un roman de X. de Montépin sera ensuite adapté pour la télévision. Il y a beau avoir des modes, des phases successives : ainsi au Petit Journal, les romans larmoyants d’Émile Richebourg succèdent au cours des années 1870 aux mélodrames à rebondissements de Ponson du Terrail et aux romans policiers d’Émile Gaboriau. Il n’empêche : la veine est à ce point exploitée qu’un observateur se demande en 1900 si « un concours de romans populaires », lancé par le Petit Journal a le moindre espoir de permettre le renouvellement des formules26. Ce n’est pas ce genre de difficulté que rencontrent, alors, les patrons de la presse populaire britannique.

Notes

1 Formule associée au rédacteur en chef du Manchester Guardian, C.P. Scott.

2 La biographie la plus complète – et la moins critique – consacrée à Harmsworth est due à : R. Pound and G. Harmsworth, Northcliffe (London : Cassell, 1959).

3 Lord Northcliffe’s notebooks. Archives Harmsworth, Londres.

4 D. Toscan du Plantier, Donnez-nous notre quotidien (Paris : Olivier Orban, 1974).

5 M. Palmer, Des petits journaux aux grandes agences (Paris : Aubier Montaigne, 1983).

6 J.-J. Darmon, Le colportage de librairie en France (Paris : Plon, 1972).

7 Cf. M. Palmer, op. cit.

8 Lord Northcliffe’s communiqués to the Daily Mail, 29.4.1922. Bodleian Library, Oxford. (Traduit de l’anglais).

9 Phrase attribuée à H. de Villemessant.

10 Lord Northcliffe’s communiqués to the Daily Mail, 26.4.1922. Ms. cit.

11 Lord Northcliffe’s communiqués to the Daily Mail, 29.4.1922. Ms. cit.

12 Lord Norlhcliffe’s communiqués to the Daily Mail, 30.5.1921. Ms. cit.

13 Discours prononcé à la Chambre des Députés, 14.3.1845.

14 Cf. J.-J. Darmon, op.cit. ; P. Albert, Histoire de la presse politique nationale au début de la troisième république (1871-1879) (Lille : Atelier reproduction des thèses, université de Lille III, 1980).

15 Propos de Millaud, rapportés par « Jean-Jacques », « A Thomas Grimm », La Petite République Française, 23.11.1887.

16 Thèse de3e cycle : UER de Paris VII, 1975, 2 tomes.

17 Cf. infra, note 26.

18 Cf. F. Amaury, Histoire du plus grand quotidien de la III République : Le Petit Parisien, 1876-1944, Paris : P.U.F., 1972), t.i., pp. 362-3.

19 Rapport d’indicateur de la préfecture de police, 16.6.1885. Dossier Piégu (Ba. 1223). Archives de la Préfecture de Police. Paris.

20 Rapport d’indicateur de la préfecture de police, 29.4.1880. Dossier Piégu.

21 J. Gros à A. Rambaud, 19.7.1881. Archives Rambaud (81 AP). Archives Nationales. Paris.

22 J. Gros à T. Grand, 4.12.1884. Archives Millot. Besançon.

23 Le roman de Pagès est édité chez Jules Lévy, à Paris, en 1886.

24 « Papa Gronda », le père du héros, fait la proposition suivante aux créanciers de la société d'articles de piété de son fils ; « je fonde avec vous une société anonyme pour l’exploitation du miracle des Roches ! » A Pagès, op. cit., p. 283.

25 J. Gros à T. Grand, 4.12.1884. Archives Millot. L’avis de Madame Grand – « porte-parole » du public féminin du journal-va prévaloir : le Petit Comtois ne publie pas le roman de Pagès.

26 « Un concours de romans populaires », La Presse internationale, 28.2.1900.

© Presses universitaires de Rennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540