Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paul Féval, romancier populaire

 | 
Jean Rohou
, 
Jacques Dugast

L'histoire dans l'œuvre romanesque

Claude Nières

Texte intégral

1Cette contribution n’est pas celle d’un spécialiste de la littérature, encore moins de Paul Féval. Elle est due au souvenir de lectures de jeunesse et à l’intérêt que peut susciter pour un historien spécialiste du 18e siècle, l’œuvre d’un romancier historique tel que Paul Féval.

2L’historien sait aujourd’hui que le fait, en tant que tel, n’existe pas, qu’il est créée par le chercheur à partir d’une hypothèse ou d’un intérêt, ou des deux. Le chercheur l’isole, le sort d’une foule d’autres événements et l’authentifie par un faisceau de preuves différentes. Sa démarche doit être rigoureuse, pertinente. Celle du romancier historique est autre. Elle a pour but non pas de raconter et d’expliquer ce qui fut, mais de raconter une histoire placée dans un temps connu, mettant en scène des personnages dont la présence donne crédibilité aux aventures des héros romanesques. Aussi le romancier s’appuie-t-il partiellement sur des informations, plus largement sur des lieux communs à la culture de son temps. Dans ce cadre il se soumet à la contrainte du plausible mais il revendique le droit à la fiction, à l’invention, à la fabulation tout en voulant « faire vrai ». La présentation de l’Histoire dans une œuvre romanesque tient compte du lecteur, de ses idées, de ses certitudes. La référence à tel ou tel événement du passé permet alors d’introduire des personnages, des situations imaginaires et semble-t-il, de renforcer des idées reçues, le stéréotype. Pour ces raisons, ces deux termes : roman et histoire sont antinomiques.

3Je ne peux pourtant nier qu’il existe entre eux des convergences. Romanciers et historiens passent par l’écriture bien que les seconds aient d’autres formes d’expression. De même que le romancier historique peut revendiquer, présenter une vérité historique, il y a tentation du romanesque chez certains historiens. Le romanesque existe quand ces derniers mettent en scène des dialogues dont il n’existe aucune trace, quand ils introspectent leurs personnages, quand ils décrivent ce qu’aucun document ne permet de connaître. Il y a néanmoins des limites à ces imaginaires : la présentation romanesque de l’histoire par l’historien repose sur une base scientifiquement établie, sur laquelle le spécialiste modèle un plausible, une illustration imaginaire non contradictoire avec ses documents. Souvent l’historien veut utiliser le romanesque pour rendre plus accessible sa démarche scientifique, dans un but de vulgarisation. Il utilise ce moyen, non pour renforcer le stéréotype, mais pour diffuser la connaissance historique du moment.

4Paul Féval inscrit une partie de son œuvre dans une autre logique. Mais il veut être autre chose qu’un simple vulgarisateur à la plume inventive. Cette attitude est claire dans ses Tribunaux de l'Histoire où romanesque, légende, fonds historique se mêlent inextricablement. Féval a conscience du problème qu’il expose dans l’Histoire d’une confession. Il écrit que son « dada... était le roman », mais il ajoute : « j’ai souvent soutenu cette thèse que le romancier doit tout savoir ou du moins ne rien ignorer ; le succès populaire d’une foule d’âneries parmi lesquelles je range de tout cœur les miennes propres, me donne tort dans la pratique mais au fond il se peut que j’eusse raison ». Il donne alors une fonction à son œuvre : diffuser ce qu’il considère à ce moment de sa vie « être vrai » « le Roman... puisqu’il est souverainement puissant pour le mal, pourquoi serait-il impuissant pour le bien ? ».

5Une double exigence chez cet auteur : être documenté et être honnête. Véritable rêve pour un romancier qui n’est pas dupe des servitudes qu’entraîne pour l’auteur la recherche d’un public que le feuilleton doit attacher à un journal.

6Il s’appuie sur son expérience pour dénoncer l’attitude des propriétaires de journaux et pour en montrer les conséquences pour les romanciers. Le docteur Véron, conservateur fanatique, ne débitait-il pas « pour un sou » quotidiennement de la « graine de barricades », de la « confiture de pétrole » ? Contemporain d’Alexandre Dumas, de Balzac, de Frédéric Soulié, d’Eugène Sue, ayant eu lui-même son heure de succès, il constate qu’Eugène Sue qui fut, dit-il « un des plus déshérités aristocrates » qu’il ait connu, fut condammé, par l’énorme succès de ses Mystères de Paris... à la démocratie.

7Paul Féval fut chargé d’écrire un feuilleton contre les jésuites pour faucher « la graine aux abonnés ». Pourvu d’une abondante documentation, il n’y trouva que les arguments pour les défendre. Par honnêteté, il refusa la commande, mais de peur de mécontenter ses amis il renonça à écrire en leur faveur.

8Bel exemple des limites que rencontre Paul Féval, de sa probité prudente. A la recherche d’une plus grande cohérence idéologique, il ne veut pas, pour de l’argent, dire quelque chose de faux, mais il s’interdit d’écrire le vrai pour garder son public et pour continuer à fréquenter un milieu à ce moment là farouchement anti-jésuite.

9Ce qui est intéressant dans cette affaire, outre le comportement moral, social de l’auteur, c’est la manière. Il écrit en s’appuyant sur des matériaux de première main et sur des compilations et en ce sens il ne diffère guère des historiens. Il insiste d’ailleurs sur l’importance des documents, par exemple des notes « authentiques » de Madame de Pompadour, d’un billet de Louis XV, d’une page de la Chalotais. Et pourtant, il ne fait pas œuvre d’historien. Pour mieux le comprendre, il convient de s’appuyer sur trois exemples tirés, il est vrai de la même période historique, la Régence. J’ai choisi d’étudier une affaire, des personnages, une société.

10L’affaire ? Celle du marquis de Pontcallec. Elle apparaît dans le Chevalier Fortune. Féval fait venir à Paris le chevalier qui, à la suite d’aventures, tombe sur un complot fomenté contre le Régent par le marquis de Pontcallec appartenant à la maison de Malestroit. Le marquis possède des biens « immenses » dans le pays de Vannes où on l’appelle le « marquis d’opulence ». Ses complices, le marquis de Soudéac aîné de la famille de Rieux et le chevalier de la Goulaine, veulent sauver le Roi menacé d’empoisonnement par le Régent. Ils s’appuient sur la vaste adhésion des Bretons du sud du Morbihan, d’une partie du Finistère, de Saint-Brieuc et de Saint-Malo. Paul Féval lie cette affaire à la conspiration de Cellamare où est impliquée la duchesse du Maine. Or nous connaissons bien ces deux moments de l’Histoire de la Régence qui ont existé mais pas dans ces conditions. Outre l’inexistence alors d’un marquis de Souédac dans cette affaire et la situation beaucoup plus modeste de Pontcallec, il n’y a pas de lien entre la conspiration de la duchesse du Maine et celle de Bretagne. L’une a pris fin quatre mois avant que l’autre ne commence. Par contre, il est vrai qu’il y a un fonds commun d’opposition, que d’Argenson en a fait un tout, en écrivant le 20 janvier 1720 : « plus on appronfondira la conspiration de Paris et celle de Brest et plus on trouvera qu’elles avaient un rapport d’ensemble ». Féval ici reprend le point de vue du Régent. Il donne donc crédit à ce qui fut en réalité une manipulation politique.

11Comment en vouloir au romancier alors que Michelet dans son Précis d’Histoire Moderne (1840) écrit : « le régent et Dubois qui n’avaient ni haine ni amitié, trouvèrent cela (la conspiration de Cellamare) si ridicule, qu’ils ne punirent personne ; sauf quelques pauvres gentilshommes bretons qui s’étaient mis en avant ». Féval est d’autant plus prêt à croire cette version qu’il étudie et aime les « légendes » bretonnes. Celle-ci est la conséquence de la répression qui a frappé les Bretons : 119 arrestations, 70 procès, 16 condamnations à mort par coutumace et sept exécutions dont celle du marquis, le 26 juillet 1720.

12La légende naît de cet épisode tragique, elle conforte les bruits lancées par Dubois qui veut montrer qu’il a arrêté la duchesse du Maine non pour des raisons personnelles mais parce qu’il y avait un vaste complot qui devait entraîner le soulèvement des provinces, l’intervention des Espagnols qui auraient débarqué en Bretagne. Toutes les parties avaient intérêt à cette fable : les protagonistes auxquels elle donnait une dimension inespérée, le ministre qui y trouvait la justification de sa mansuétude pour la duchesse et de sa sévérité pour les Bretons. En l’occurence la légende a deux créateurs : Dubois et Féval, le ministre et le romancier.

13Jetons maintenant un coup d’œil sur quelques personnages qui ont existé et qu’il met en scène. Nous avons vu comment il habille Pontcallec mais il en est de même des trois grands personnages qui apparaissent dans Le Bossu ou Le petit parisien et le Chevalier de Lagardère qui fait suite au premier : Philippe de France, duc de Chartres, Philippe de Lorraine, duc de Nevers, Philippe de Mantoue, prince de Gonzague. Ces trois familles existent mais le duc de Nevers est né en 1641 et mort en 1707, il a eu deux filles et deux fils. L’aîné, Jules-François est un « goutteux aimable », un courtisan spirituel, le second Philippe-Julien trop jeune. Aucun ne peut donner naissance à Aurore. Quant à Léopold, duc de Lorraine, certes il est à Paris en 1718 mais il ne peut jouer aucun rôle dans cette affaire. Reste le Régent. Il participe à trois romans au moins : Le Chevalier Fortune, et les deux Lagardère.

14Féval lui donne une double personnalité dont il accentue plus ou moins les traits selon l’œuvre. Il est honnête, intelligent, bon, juste mais il est roué, entretient avec sa fille des rapports plus ou moins incestueux, il a des « vices compromettants » (Chevalier Fortune). Cette image et surtout les traits négatifs sont alors très répandus. Voltaire, d’autres encore, le condamnent, des auteurs de livres de classe aussi. Dans le manuel de Mlle de Saint-Ouen, Histoire de France, il est écrit qu’il avait de la facilité pour des idées nouvelles, « dans ses connaissances scientifiques, dans ses mœurs effrénées, (le régent), est un des types du XVIIIe siècle ». Elle aussi parle de ses roués, « souvent des nobles ». Quant à Michelet, il voit dans : « la politique du régent, sa vie ses mœurs, toute sa personne... un démenti pour le règne précédent ».

15Cette condamnation quasi générale a le soutien de courants, par ailleurs, opposés qui veulent condamner le règne de Louis XV soit parce qu’il prépare la Révolution française en reniant le règne de Louis XIV, soit parce qu’il explique cette révolution par son accueil des nouveautés y compris financières. Les jésuites eux-mêmes, qui ne pardonnent pas une expulsion à laquelle le Régent ne pouvait avoir aucune part, présentaient ainsi l’ensemble du règne. Quant aux défenseurs de Louis XV, tel Paul de Pérugia, notre contemporain, il lui est très hostile sur les mêmes bases ou presque.

16Paul Féval ne s’inscrit pas totalement dans ces discours négatifs, il est attentif aux côtés positifs du personnage et il peut d’ailleurs s’appuyer sur quelques libelles d’origine orléaniste dont il a pu avoir connaissance, sur Saint Simon, qui s’attachent à décrire un prince contre lequel « nul ne peut avoir de haine bien vigoureuse ». On ne peut donc en vouloir à Paul Féval d’avoir présenté une image aussi constratée d’un homme si contesté à une époque où les luttes entre légitimistes et orléanistes sont encore vives et où républicains et monarchistes s’opposent.

17Dans sa galerie de personnages célèbres, Féval donne une place particulière au duc de Richelieu qui joue un grand rôle dans Le chevalier Fortune. Il est vrai que la réalité dépassait presque la fiction : né de Grands du Royaume en 1696, Louis François connut de beaux succès à la cour, à la guerre, dans les affaires et en amours. Ces derniers lui valent d’aller à la Bastille pour ses aventures avec la duchesse de Bourgogne, il y reste quatorze mois (1711). Il va ensuite à la guerre et prend le nom de Richelieu en 1715, à la mort de son père. Il n’aime pas le Régent à qui il vole ses maîtresses, retourne à la Bastille de mars à aôut 1716, en sort pour aller à Madrid, entre en relation avec Cellamare, Albéroni, promet de livrer Bayonne. A nouveau arrêté. Il est aidé par Mlle de Charolais, par Mlle de Valois fille du Régent, sauve sa fille, puis a la possibilité de se promener sur les remparts, ce qui entraînait foule rue Saint-Antoine. En 1719, il s’enfuit pour Saint-Germain-en-Laye. Il meurt en 1788. Féval ici est resté en deçà du personnage, il s’est contenté de bousculer un peu les dates et de rajouter des comparses.

18En utilisant ces hommes, d’autres encore, Féval peut présenter ses créations : Lagardère, Cocardasse et Passepoil, maîtres d’armes à une période où être un virtuose de l’épée donnait un grand prestige. Quels que fussent leurs défauts ce sont des héros positifs. Les « roués » de l’entourage de Gonzague tournent plus ou moins bien, mais leur destin est lié chez Féval à leur capacité à faire de l’honneur une force supérieure à celle de l’intérêt. En effet, l’argent, au moins dans Le Chevalier Fortune, prend une place très grande et Féval condamne ici l’agiotage en particulier en décrivant Badin, nouveau riche spéculant sur les actions d’Afrique, couvrant sa fille de diamants, achetant l’hôtel de Basfroid de Montmaur qui appartenait à un traitant. Pire encore il fait de Clizac le Riche un meurtrier.

19Si Féval peut avoir quelque indulgence pour le Régent, il n’en a aucune pour la Régence, c’est-à-dire pour une période historique où non seulement les mœurs paraissent débridées mais surtout où règne l’agiotage, où peuvent s’exercer les talents de Law. Ces années apparaissent très négatives dans l’œuvre de Paul Féval. Il présente un milieu d’affairistes qui s’enrichissent et se ruinent aussi rapidement. Il reprend l’idée du laquais qui faisant fortune éclabousse de son luxe son ancien maître dans l’indigence. Il décrit des bourgeois achetant titres de noblesse et hôtels. Il montre que l’argent facilement gagné peut corrompre presque tout le monde, qu’il conduit à l’abandon du travail du sol.

20Dans sa critique, il rejoint un triple courant : celui qui est hostile au Régent et à Dubois, nous en avons parlé. Mais il y ajoute sur les mœurs du temps des histoires accessoires, telle celle de l’enlèvement de Mlle de Keverguen pour les plaisirs du Régent et de ses amis. Il est en communion avec le courant conservateur de son temps qui déplore la fortune rapide de ceux qui sont mal nés et qui ont les moyens de prendre les premières places. Enfin, il s’inscrit parmi ceux qui sont résolument hostiles à la monnaie papier. Sur ce point il se conforme à une tradition, et peut-être ce Rennais a-t-il connu les récits que l’on faisait des émeutes qui accompagnèrent à Rennes la banqueroute sous Law. Il est de ceux qui se rappellent l’expérience des assignats et des mandats territoriaux et qui ne veulent pas de monnaie papier. Sur les deux derniers points, ses romans sont engagés dans la défense d’une société ancienne, conservatrice, et il appuie ses convictions en se plaçant à une époque qui rend facile la démonstration : qui n’appuierait Lagardère contre Peyrolles, l’âme damnée de Gonzague exerçant rue Quincampois, qui ne soutiendrait Fortune contre Clizac ?

21Bien sûr l’œuvre de Paul Féval est complexe et je n’ai pu en donner, sur une période que je connais bien, que les éléments d’une réflexion d’historien. Il me paraît que cette œuvre, comme celle d’autres romanciers à succès qui furent ses contemporains ou qui lui ont succédé, n’est pas sans importance pour l’historien, pour le chercheur et pour l’enseignant aujourd’hui Un stéréotype est d’autant mieux accepté qu’il repose sur un fonds de vérité. Peu importe dans ces conditions qu’un auteur tel que Féval bouscule la chronologie ; il le fit, nous en avons donné des exemples, peu importe que tel ou tel détail soit faux. Tout se joue sur son talent, sur ses capacités à inventer des hommes, des décors. Je regrette de n’avoir pas eu le temps de décrire la France et le Paris de Féval sous la Régence, mais nous y retrouverions les mêmes procédés. Paul Féval, lu encore au temps de ma jeunesse, inspirateur de films à partir du Bossu, réédité récemment, a su authentifier les fables qui se cachent sous l’habit de l’Histoire.

22Barthélemy Pocquet dans son Histoire de Bretagne (1914) le déplorait. Etudiant la révolte de Pontcallec, il en trouvait le mythe plus fort que l’Histoire réelle qu’il écrivait. Il ne se faisait d’ailleurs pas d’illusion sur l’impact de ses recherches. Force est de constater que l’imaginaire est plus fort que la connaissance puisque dernièrement un film de Bertrand Tavernier Que la fête commence fort bien fait d’ailleurs, malheureusement devrais-je dire, reprend une partie des thèmes inventés, y compris l’histoire de Mlle de Keverguen traitée par Paul Féval.

23L’historien ne peut en conséquence ignorer le roman historique parce que celui-ci constitue en lui-même un matériau pour l’étude des mentalités à l’époque où il a été écrit, parce qu’il s’adresse à partir du XIXe siècle à un public de plus en plus large (passant des abonnés aux acheteurs au numéro, aux lecteurs des feuilletons rassemblés en livres), parce que les stéréotypes construits deviennent plus solides, imprègnent d’une manière générale nos contemporains dont nos étudiants, parce qu'enfin nous assistons au succès grandissant de ce type de littérature qui trouve dans les films et les séries télévisées des supports nouveaux.

24Le plaisir que l’Historien enseignant prend aujourd’hui à lire Paul Féval me paraît bien pervers.

© Presses universitaires de Rennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540