Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paul Féval, romancier populaire

 | 
Jean Rohou
, 
Jacques Dugast

Paul Féval et le roman « pop » xixe

Trahis par leurs masques... et nos préjugés

Yves Meinnel

Texte intégral

Candide aux Cassandres

1Mille et un titres, Mille et une intrigues chaque soir entreprises, chaque matin délivrées par le facteur... Que reste-t-il, dans nos esprits hantés d’archétypes, des feuilletons du XIXe ?

2Les meilleurs seraient créations d’Orson Welles médusant ses auditeurs dans une apocalypse-fiction dépassant la réalité tchernobylienne. Souvent c’est du grand spectacle à la manière de R. Hossein ou de Cl. Santelli préoccupé du social, le tout avec les cascades multivisuelles de Jean Christophe Averty. Parfois, c’est Pierre Bellemarre et ses aventures extraordinaires ou Alain Decaux et les énigmes de l’histoire (ce qui mène à l’Académie ! où Dumas supplanta Féval).

3Inclassable avec nos « patrons » coupe BCBG et nos « pieds à coulisse » de paléontologistes, ce « Nouveau Roman » fit imploser les indices d’écoute de l’époque et doubler les tirages : de 100 à 200 000 à l’extrême, sans rotatives, avec les chemins de fer balbutiant, pour attendre la suite au prochain numéro... de jonglage... le dénouement de la dernière crise, le rebondissement du dernier épisode sous la mécanique implacable mise au point par la Commedia dell’Arte, nationalisée par Goldoni.

4Le feuilleton est déjà l’art du séquentiel avant les combinatoires informatiques ou leurs concaténations. Comment évaluer ceci avec nos gabarits aristotéliciens ? Reste à plaquer Freud après Faguet, Barthes après Sainte Beuve au lieu de lire et s’interroger ! Le feuilleton est tellement truffé d’auberges espagnoles qu’on peut tout y apporter !... selon ses fantasmes, son bagage et ses verres ! !

5Mieux vaut aller au texte, où déjà les intrications suffisent à aiguiser notre sagacité. Ces fictions échevelées sont des pièges sauf pour des esprits neufs, non essoufflés. Or, nos cerveaux cartésiens s’enrhument hors du cataplasme rhétorique et s’égarent sans schéma linéaire. Comment lire déjà « Plume » de Michaux, les « Pier-rots » de Laforgue (oublié pour son centenaire) ? Hors des sentiers battus point de salut, et nous reprochons le « stéréotypique » du feuilleton.

6Si le talent c’est l’écart (et avec quoi ?) l’empan du roman pop n’est pas in-signifiant par rapport à nos errements, normes, modèles et référents patentant. Qui porte des corsets « à la d’Aubignac » gémit quand survient la déflagration des « canons ». Car voilà que seront pratiquées « la dislocation ou la multiplicité des unités, le mélange des genres, la réversibilité du temps, l’ubiquité des lieux ». Quand le courant alternatif inverse ses pôles, l’installation disjoncte... et le feuilleton est « survolté » !

7Mais cette révolution du palais romanesque ne fait que reproduire les évolutions technico-scientifiques, Galois a dû se suicider à 20 ans (1832), sa théorie des groupes affolant les vieux maîtres ; Lewis Carrol alias Dodgson utilise le binaire par Alice et « le miroir s’inverse », « rime ou raison » ! c’était « ni rime ni raison ». Avec J. Verne c’est « sens dessus dessous ».

8Au jeu du « tout ou rien », la Trinité ternaire ne règne plus sur la dissertation. C’est 1 ou 0, déjà les maths modernes ! 1829 : Lobatchevski, puis Rieman (topologie) vont faire converger ou diverger les parallèles et renverser les géométries euclidiennes. Nadar ouvre la caverne d’Ali Baba et c’est la photo : les galeries de glaces déformantes font place au phénakistiscope. Gill invente les grosses têtes et caricature, se moque même de Manet : Gavarni, Doré illustrent et animent le feuilleton... Daumier met en vie Macaire, après le succès de l’acteur Lemaitre triomphant dans « l’Auberge des Adrets », grand succès du siècle et modèle pour le roman pop. Avec Traviès, Mayeux, le bossu aura des émules. Et c’est l’insolence des « Punchs et Charivaris » qui fera baillonner la Presse.

9Tout se métamorphose de Berlioz à Debussy, de Gericault à Monet... le chef-d’œuvre unique, l’icône se multiplie par la manufacture, les reproductions en série ; déjà des catalogues et bientôt le produit de masse.

10Dissocier le feuilleton de l’environnement socio-technique c’est épingler des papillons desséchés, oublier qu’ils volent en Sphinx ou Machaons, et furent pris pour fantômes, mais ne sont que Butterfly ! ! après tout, les cerfs-volants à l’envol furent pris pour DRYADES ! Or la Kinésie, la production en série, le découpage éphéméridien du feuilleton frustraient les auteurs de pièces uniques ; et les classiques ne surent pas adapter Boileau à la Presse... Wagner se passait de clavecin ! Caran d’Ache allait venir et annoncer la B.D., l’animation. D’ailleurs on nous avait déjà prévenus ! Écoutons V. Hugo : dans les livraisons du « Siècle » (1860) il donne l’authentique préface d’Hernatii, version explosive. « Lettre aux éditeurs du poète Dovalle » tué en duel par un patron de... presse. En fait c’est le texte de 1830.

« Le romantisme, tant de fois mal défini, n’est à tout prendre, dans sa définiton réelle, si l’on ne l’envisage que sous son côté militant, que le libéralisme en littérature ».

« La liberté dans l’art, la liberté dans la société voilà le double but. À peuple nouveau, ART NOUVEAU... qu’à une littérature de Cour succède une littérature de Peuple. Voilà ce que veut le public et il le veut bien »

11Mais déjà deux siècles avant, la profession de foi prophétique du « frénétique prolifique », lui aussi, Lope de Vega ouvre la voie du feuilleton... Sans ambages, ou langue de bois, il dévoile son programme :

« Puisque c’est le vulgaire qui paie sa place au théâtre, il est bien de parler en ignorants, afin de lui plaire... Lorsque j’ai à écrire une comédie, je renferme les principes sous 6 clefs et je congédie Plaute et Térence. Je reviens aux habitudes barbares ».

12Celles-ci ont inspiré Gautier et Mérimée amateurs de Lope. Enfin en cours de récit, (technique fréquente) E. Sue dans les « Mystères de Paris » Chap. I, p. 4, fait dire à Pique-Vinaigre, le conteur virtuose, du fond de sa geôle :

« Il est assez curieux de signaler ce besoin de fictions, de récits héroïques où la faiblesse, après mille traverses finit par triompher de son persécuteur... Pique-Vinaigre possédait en outre, un grand fond d’IRONIE qui lui avait valu son sobriquet ».

13Manquons-nous d’humour au point de ne pouvoir re-é-lire le roman pop, en nous rappelant qu’il est d’une autre facture que notre sage littérature. Il est conçu pour refléter un monde disparu où la magie faisait loi. Il est un temps avant et après Laënnec, Pasteur, Flemming, Pincus, où les conceptions de la vie changent plus qu’avec les autres techniques. Le docteur Bovary évoluait dans un autre environnement que le nôtre ! Replaçons les romans dans leur époque, resituons le genre et interrogeons-nous sur les auteurs et les énigmes de la construction.

1. Première série de faux-semblants et de chausses-trappes

14De l’incognito aux pseudonymes en cascades : qui sont-ils ?

15Le goût des identités multiples pour comédiens, dessinateurs de presse et feuilletonistes est-il gratuit, pur tic ?

  1. Féval joue sans cesse avec Val, fée, féal, féodal...

  2. Corentin Quimper (roman) réverbère Corentin Féval.

  3. Décodons anagrammes et palindromes des pseudonymes Sol, Troll...

  4. Daniel Sol produit « Le Marin (Marthe) et le (la) novice » ! !

  5. Sir Francis Trollop écrit « Mystères de Londres » ou les gentilhommes de la nuit et « La forêt de Rennes ou le Loup Blanc ». Troll est gnome, Troll rengaine ou leurre, Trollop : catin, prostituée. Trollop est écrivain anglais anticlérical de l’époque, etc... ! Inverse : Ris franc si drôle.

  6. En surimpression que font « nègres » et collaborateurs occultes : Zaccone (documents ?) Gaboriau (intrigues ?) Chevalet, Anicet Bourgeois pour le théâtre (et Sardou ?) etc...

  7. En décalcomanie tous les personnages-héros multiplient les sobriquets et patro-astéro-nymes ou sont ambivalents, éphèbes, androgynes, au-delà de Lagardère !

16C’est un vieux fantasme que celui de Sosie, et le complexe de Menechme a toujours été un bon ressort de théâtre ! Restif a même vécu sous différentes identités. Mais l’onirisme, le ludisme enfantin, les projections-transferts des adultes se rejoignent : « Quand je serai Zorro » devient le « Si j’étais Roi » des opérettes. Pour le créateur c’est toute puissance de conférer le COGNOMEN ! Adouber ou baptiser c’est faire entrer dans le clan primitif, passer du prête-nom utilitaire au prénom, c’est accéder à une autre condition. Simon le camus sera « Pierre ; Lancelot « du lac », Bayard « Sans peur ». Mais Clampin, Passepoil dépassent le nom commun en nom propre, comme « Pipelet » de Sue, ou « Ficelle » acteur-auteur du « Fils du Diable ».

17Ce jeu « d’identifications » est ambigu comme Mascarille est un mutant insaisissable chez Molière, un Protée caméléon, porte-parole de la pièce comme des partenaires. Ces personnages « à géométrie variable » obligent le lecteur à une quête d’indices digne du Policier (agent et roman !). Le feuilleton emprunte à la foire galerie des glaces déformantes et tours de passe-passe des prestigitateurs, et au théâtre le jeu des coulisses-tunnels : Comment le Pierrot entré blanc côté jardin ressort-t-il Arlequin bariolé côté cour ? Comment le romancier noue-t-il ses écheveaux, transforme-t-il ses personnages déchus en héros, les riches perdent-ils fortune derrière le rideau et au cours des pages, sur l’éphéméride du feuilleton ; au cours des mois c’est le jeu d’échecs entre l’auteur et le lecteur.

18Comment égarer, faire croire, jouer à cache cache, donner épaisseur au fictif. Le roman pop est la vulgate de la fiction et pour les néophytes de la lecture (actuels et anciens) c’est l’apprentissage du romanesque. Quand est-ce que la littérature est réalité dépassée, et non fait divers ! et surtout qui fait quoi dans les équipes associées ? dans l’intertexte ? c’est la caractéristique du feuilleton : l’imbroglio.

2. Deuxième série de faux-semblants et de chausses-trappes

19Les jeux du binaire et / ou, et les libellés équidifférents.

20On connaît la sc. 15 acte III de Figaro et la chicane du contrat taché : et / ou épouser, et / ou payer (Beaumarchais est expert).

21Un titre de Féval est unique dans les annales : QUANDOQUIDEM : c’est vrai/pourtant (ou) quand / attendu que ! Il y a une quinzaine de titres à double articulation autour de « et », autant autour de « ou », autour de points virgules : « Rollan Pied-de-Fer ou Mlle des Vertus ; Le mendiant noir ou la créole » – « La forêt de Rennes ou le loup blanc – La Forêt noire ou la Reine des épées », « Le Bossu ou le petit parisien, » « Le Fils du Diable ou les trois hommes Rouges ».

22E. Sue a autant de titres alternatifs. Dumas n’use que de « et ». Ce « ou » alternatif soit disjonctif soit explicatif (équivalence) est fréquent dans le roman espagnol, au XVIIIe, chez les préromantiques ; Molière s’en sert comme Platon et même Nietzche ou Marx. « La Sainte Famille ou critique de la critique critique, contre B.B... »

23La recette est tirée d’une manie rhétorique sémitique. Les mille et une nuits : « Histoire de Jouder le pêcheur ou le sac enchanté – Mâle ou femelle ? Aladin ou la lampe magique ? A qui la préférence » ! Ou esthétique celte d’Ossian, du « Barzaz Breiz » : « Les séries ou le Druide et l’enfant – Bran, ou le prisonnier. Les Breiz ou Morvan ; les 3 Moines rouges, ou les templiers »... Technique du conte (clair / obscur) structure de l’imaginaire (Halo et demi-teinte) c’est la lueur du contre-jour. Chez Perrault : « L’adroite Princesse ou les aventures de Finette »,» Belle-Belle ou le Chevalier Fortune, Cendrillon ou la pantoufle de vair »...

24Baculard d’Arnaud, Ducray Duménil, Pixerécourt s’en gavent.

25Le « ET » connaît la même vogue « Il y a blanc et blanc », (conte) Musset : – il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée. – La Nuit Vénitienne ou les noces de Laurette.

26Il y a toute une obsession de dédoublements, redoublements, faux jumeaux et frères siamois dans le roman Pop ; Féval produit un étrange recueil : « Douze femmes » (1 par mois) composé de douze doubles titres alternant prénom féminin et équivalence matérielle ou animale : Métempsychose des fables, ana-métamorphose ? Les titres rappellent la phrénologie et le spiritualisme de Swedenborg // Féval :

  • Ève » = le tour du monde en cinq lettres ! – Gaîté = la chanson du rouge-gorge.

  • Fleur des batailles (Blanchefleur). Francine = Le Fil de la Vierge.

  • Marina = Le sourire de la Madone ; Clémentine = le premier amour de Nodier.

  • Juliette = Le Tribunal d’Honneur ; Mariole = le château de la Moïse...

27Un roman rappelle « Jekyll et Hyde » selon Féval : « La seconde vie du Docteur Roger » et pensons au « Deux Don Juan ». Bref, c’est coups de baguette des fées, dédoublements d’enchanteur, ou influence de l’ami NADAR, positif-négatif de la chambre noire. Les escamotages sont « empaumage » du lecteur et les pièges et supercheries sont aussi lapsus du créateur passant au révélateur. Mais photo, étymologiquement c’est lumière, et éclairage par la parole ; le papier « actinique » livre selon l’éclairage projeté ! selon l’art de dé-velopper et la « prise » de vue ! ! deux côtés de l’objectif ! avec Féval on mélange l’envers et l’endroit !

3. Troisième série de faux-semblants et de chausses-trappes

28Les changements d’intitulés, les titres mutants sont légion. Il faudrait pouvoir mettre à plat simultanément les multiples éditions et comparer les modifications et les équidifférences. Ces mutations sont-elles à imputer aux éditeurs (post mortem) ou à des combines d’auteurs vendant sous plusieurs noms à différents éditeurs pour divers publics ? Féval a commencé dans la pub et la banque !

29L’alternance binaire facilite les opérations car le titre est commutable et dissociable. L’interchangeabilité des séquences n’est que transposition de la commedia dell’arte, du guignol jusqu’à Chariot. Techniquement les canevas de base sont l’armature pour broder à sa guise en variant cadre et personnages. Les tiroirs des romans s’emboitent comme ceux des commodes à tous les étages de la production en dépit des styles !

30Chez Féval plus de 25 titres changent d’identité selon l’édition et la partie prend le nom du tout comme l’inverse. Semblent équivalents : Duchesse de Nemours // Frère tranquille – Roger Bontemps – Le Chevalier Tourterelle // Le Vicomte Paul. – Le cavalier Fortune // Richelieu – Le Capitaine Fantôme // Les filles de Cabanil // Le grenadier écossais... etc.

31Mais souvent la mutation est annoncée par l’alternative : « Le jeu de la mort (ou) la Tirelire », « Les Belles de nuit (ou) les Anges de la famille // Oncle Louis ». Par les deux points : « Mariole : Le Château de la Moïse » ; les virgules : « La Garde Noire, Le Chevalier Ténèbre », les codicilles, commentaires adjoints, les appositions. Était-ce le nègre qui proposait un premier intitulé et le patron Féval superposait son libellé ou proposait-on un titre ambivalent, plaisant d’un côté ou de l’autre à divers publics : « Drame de la Jeunesse : récit d’amour » ? Ou selon l’époque adaptait-on en fonction des attentes du lecteur, selon les modes (déjà des indices d’écoute) ou titre interactifs ?

32« Le Marin et la Novice » est signé D. Sol puis devient un an après « Marthe la Novice ». Le Mendiant noir ou le Créole y est adjoint et devient le titre des traductions. Au début de sa vie, Féval écrit Le Vicomte Paul ou Le Juif errant, en 1864 le titre se réduit à la 1re séquence, en 1877 dans « Les Veillées de Familles » c’est « La fille du Juif errant ». Quelles sont les variantes, les différences de montage ou découpage ? La dispersion des ouvrages rend difficile la confrontation des synoptiques hors de la B.N. les « Nuits de Paris » sont le plus étonnant imbroglio, roman en kit réeditable sous toutes les dimensions et en sous-ensembles autonomes. D’autres textes sont insaisissables tel les Razoumovski.

33Féval a eu bien des procès avec les éditeurs (est-ce sans raison ?) avant la conversion et l’exclusivité au catholique Palmé. Ces réassortiments mercantiles n’étaient possibles que grâce à la technique qui rappelle les Fables indiennes. « Les sept sages » et le « Dolopathos » ou les « Mille et une nuits » comme le Barzaz-Breiz.

Perspectives et nouvelles interrogations

34Il serait prudent de ne rien affirmer sur Féval tant que l’on n’aura pas balisé le foisonnement de l’œuvre par delà Le Bossu ou Les Mystères de Londres. La thèse de M. Diverrès est essentielle mais méconnue. La plupart des textes sont hélas inaccessibles simultanément, hors de la B.N. : même Rennes n’a que la moitié de la production (trop peu communiquée en fait). Ne réduisons pas Féval au roman de cape et d’épée, aux nostalgies rétrogrades ou ultramontaines, au régionalisme ! Qui occulte Vénus et la peinture des femmes, le taylorisme des Ouvriers de Londres, la spéculation mercantile, le grouillement des bas-fonds urbains, le thrilling, l’art du suspense et du découpage ?

35La biographie est transposable : drames de la rupture, faillites, besoin de tribune, ascendances désirées d’épées plus que de robe. Mais l’écriture a été compensation-sublimation : que de causes gagnées par la plume (« Bouche de fer » au Heu de « Chrysostome » !), que de procès de coupables, de réhabilitations, de repentirs, de reconnaissances en paternité ; tout semble plaidoyers-réquisitoires, joutes de prétoires ; l’humour ou l’ironie, la parodie transposent les « barreaux » en lices où les escarmouches sont verbales (cf. la typographie et les tirets en fers de lances). A force de transcrire ses aspirations par procuration voilà 110 romans.

36Le style coupé, la phrase courte relèvent du livret de théâtre, de l’opéra-bouffe parfois, des ritournelles de complaintes, du rythme des danses folkloriques : rigodailles et gavottes sont dans les textes : influences évidentes de la parataxe des récits antiques, médiévaux, celtiques. Mais il faut souligner les sédiments gallèses : décors et parlers d’une région de marches-frontières Redon / Lannion // Plouha-Plougoumelen. Féval caricature Bretagne celte et Normandie mal connues.

37Les difficultés de recherches sur le Rennais sont significatives. Elles révèlent le jacobinisme littéraire et l’oubli des auteurs locaux même sur place (malgré le succès et les traductions universelles), l’inaccessibilité des œuvres en bibliothèque et sur le marché, les variantes des éditions ; l’inefficacité d’études individuelles face au fourmillement et aux enchevêtrements est évidente.

38Bonne occassion pour poser des problèmes de méthodes. Les romans « compacts » de fin de siècle diffèrent de l’écriture initiale en feuilletons et livraisons : les défauts des uns sont qualités des autres ; selon les supports, le découpage-montage, les stéréotypes s’apprécient différemment. Au fur et à mesure des éditions, on saisit les évolutions d’auteurs et de publics (goûts, techniques, styles, présentations) !

39Les grilles habituelles sont-elles satisfaisantes ? Freud, Marx, les structuralistes conviennent-ils plus que Sainte-Beuve ? Guéhenno « homme de série » n’a déjà pas compris le populisme ! En fait, Bakhtine aiderait à sentir le grossissement épique, la parodie. Même Dostoïevski a écrit pour le feuilleton, et en russe son style est fort négligé, comme celui des débuts d’Hugo, de Balzac, de Zola, de Lamartine (en livraison). Bachelard ferait observer les quatre éléments : la nuit, les brumes, les orages, le terroir... Hartmann, Lévy-Bruhl, Durkheim inciteraient à analyser l’inconscient collectif et les mentalités primitives. Le feuilleton est contemporain de la marche vers le positivisme, l’urbanisation, la manufacture rationnelle, de l’inadaptation de masses rurales restées animistes. C’est la fin des campagnes féodales et de la mentalité pré-logique. A part Sand, qui d’autre que les feuilletonnistes a fait meilleure ethnographie de ce temps de passage vers la mécanisation et le scientisme, mieux observé la place des nourrices et la fréquence des abandons d’enfants ?

40Le roman pop reflète les obsessions d’une société encore superstitieuse : croyances aux mauvais sorts et envoûtements maléfiques, au fatalisme ; ensorcellements et exorcismes, magie noire, légendes, féeries et rebouteux, fantômes et puits maudits sont éléments constants de cette production populaire. L’animisme prélogique explique le succès du genre près des jeunes et fait comprendre les réticences et le décalage ultérieur face aux littératures scolaires et académiques. La prégnance des bibliothèques initiales, les choix des familles mériteraient analyse. Est-ce nostalgie de ses propres lectures ou conditionnement à l’anodin d’apparence !

41Une caractéristique négligée du feuilleton c’est sa structure orale et dialoguée, proche du livret de théâtre où chacun rêvait de se faire adapter (signe d’audience). Tous ces textes pop sont à TU et à TOI mais analysés comme s’ils étaient à la lre ou à la 3e personne. Romans au vocatif il s’agit de joutes à la lance, de jaculations et saillies, de gouaille : cet art de la réplique transparaît dans la mise en page, la typographie, la ponctuation reine, les signes itératifs, admiratifs, suspensifs, l’exclamation, les parenthèses... Tout est interpellation entre héros et invites au lecteur hélé. C’est jeux de rôles et psychodrames, dynamique de groupes et de cliques. Moreno, Rogers, Tarde aideraient à saisir l’interpsychologie, les réseaux de protagonistes (meneurs / comparses, leaders / suiveurs) et le ludisme des assauts et ripostes, replis et rebonds selon les cascades d’alinéas !.

42La longévité de Féval serait un repère pour mesurer l’évolution du feuilleton, dans son œuvre, et chez les autres prolifiques. 1838 serait l’origine du « roman pop » avec les « Enfants du Marquis de Gange » par F. Wey. Mais on oublie les prix « Monthyon » de la « Bibliothèque populaire » et, en 1833, S. Uliac Tremadeuc écrit Claude ou le gagnepetit Le Petit Bossu et la famille du sabotier. C’est Bruno et son Tour de France de 2 enfants avant la lettre. On est loin d’avoir exploré le labyrinthe et l’on ne juge que la partie émergée de l’iceberg ! Le roman à tiroirs remonte à Lesage, au picaresque, au Dolopathos, au conte indien ou persan... Sindbad est série U.S. au petit écran !

43Reste à situer les frontières des genres « non canoniques » ! Ne devrait-on pas parler de « littératures familières par l’expression et les représentations » pour éviter la parcellisation et l’arbitraire découpage actuels ? On perçoit bien les limites extrêmes. D’un côté, ce sont les écrits prolétariens engagés et les témoignages, les textes désaliénants, les prises de conscience sur la condition ouvrière, les vulgarisations idéologiques, les productions d’autodidactes, de militants jusqu’aux reportages du campagnonnage, des paysans et des artisans.

44A l’autre bout, les écrits « Sur ou pour » le peuple de Mme de Sévigné ou La Bruyère à Jaurès, J. Simon, via Villermé ou Condorcet, Voltaire, Montesquieu. Jean Jaurès est le seul authentique !

45Où placer les « promus et parvenus » de Michelet à Guéhenno, de Péguy à Giono ? Les renégats ou hérétiques ! Benda, Céline ? Les suspects : Lamennais, Restif, Barbusse, Girard, Le Pelletier ! Sand et Dumas ? Où mettre les rois du boulevard : Scribe, Sardou, Dumas, Féval fils après Pixérécourt alors que hommes de scène et chansonniers (Béranger, Bruant) étaient seuls populaires (et Antier !) Oublie-t-on contes et légendes, almanachs et poésies de veillées ou les patoisants, dialectants, régionalistes, satiriques argotants ! L’étiquetage, le zonage reflet des « Écoles et Académies » ne risquent-ils pas de réduire l’empan, l’éventail des littératures d’évasion sentimentales ou aventurières. Il y a danger à dissocier forme et fond, expressions et représentations et à balkaniser les « Littératures familières » dites populaires.

46Une référence utile : les frères Grimm, collecteurs de contes gothiques (comme Baudouin de Courtenay en slave) : ils devinrent fondateurs des lois linguistiques et redécouvrirent la richesse des patois, dialectes et vocabulaires médiévaux. Or, le « roman pop » est jargonnant, truffé de locutions régionales, importées ou désuètes au départ : c’est le témoin des migrations internes (exode rural), des marchés interlopes, de l’essor maritime et colonial et des mouvements de forains et immigrants.

47Il faut lire ces textes populaires pour l’expression. D’ailleurs le langage dans son auto-analyse dévoile ses fonctions. La racine internationale « BHA » fondamentale (Habler – fabuler) est aussi bien « BAN » et dérivations : forbannir / bannière // banderille, banderole, banal, baïan (barde russe)... que famen-mot, affamen – discours, af-fabulatio, moralité de fable (in-ef-fable...). L’Étymon est le double « phantos » (dicible-visible, phémi-dia-phane) confondu avec huphantos-tissable (huphaïno ourdir, tramer). Comparer à texlum / toile, texte, tessiture, sub-Til... On ne peut s’exprimer que par points / mots, chaîne / phrase, trame / con-textes comme est composé l’écran-télé ou la tapisserie ! La plume est comme la navette et broder est amphibologique.

48Hors de nos codes et signes, les Vikings ont été « signés » à Bayeux sur tissu-texte et le tisserand indien dit, brode les « Mille et une nuits » : (fil de trame – fil de discours... ficelles du castelet).

49Et si feuilletons (2 sens du terme), romans pop ou folk étaient le maillon intermédiaire entre littérature orale anonyme et littérature alambiquée ou composition recherchée (qui serait apropriation du langage par les scribes et bellettristes) ! ! Pourquoi replace-t-on des « Écrivains populaires » dans nos mairies ? Si ce n’est pour décoder le style administratif (déculturant) par de nouveaux interprètes. Pourquoi tant d’illéttrés après un siècle d’École obligatoire pour tous ?

50Le Roman pop peut être un truchement privilégié pour accéder à des littératures complexes si on étudie les structures spécifiques de base plus assimilables. C’est un outil de déconditionnement face aux risques des séries U.S. qui puisent pourtant chez nous (cf. Guillaume Tell) ; Mystères de Londres valent Châteauvallon, reprise du Maître de forges d’Ohnet.

51L’animal langagier ne peut que pré-texter ou habler/fabuler, faconde fantasmer [-fantaisier, fado, fandango, fadet, syco – phantom] Blasphème, prophétie, fantastique, in-fans ! Fabliau est Fabléau ! « Trait en roman » signifiait traduit en romans, dialectes sans cesse évolutifs et à re-transcrire ; comme les feuilletons ! Chant, incantation renvoient à vaticiner, buccin, Hahn/coq/accent, Lied/lai sont lioudi/gens russes/leudes (gens mérovingiens) leitos, laïques. C’est folk-pop à l’ouest – cantilènes etc...

52Qui « peuple » le poulailler des théâtres ? Gens de tous métiers ! C’est selon sa bourse mais toujours fins experts en règles et répertoires. Les « Populaires » des stades sont les plus avertis, « amateurs » des clubs de promotion, joueurs ! et non « voyeurs » des loges, tribunes et baignoires ! Le violoneux sait ses limites et apprécie mieux la virtuosité que l’esthète de salon. « Le chef-d’œuvre » supposait un apprentissage besogneux, pourquoi pas en littérature, et s’initier aux ficelles et techniques par le feuilleton.

53L’ouvrage d’art est aussi bien pont jeté sur le torrent que tapis des Gobelins. « MUNDART » en germanique est art de la bonne bouche, « Expression populaire »/idiotisme à méditer. Schubert tirait ses chefs-d’œuvre de lieds et romances pop : Aline ou la fantaisie du voyageur ! CANT en anglais est maniérisme et argot ! !

54Il n’y a pas de sur ou de sous-littérature mais des écritures et des lectures. Et les littératures « populaires » sont proches du « baroque » selon Bakhtine.

Une édition turque de Fils du Diable

Une édition turque de Fils du Diable

Les traductions de FÉVAL

55Un sondage des B.N. étrangères révèlent des traductions de romans févaliens en 15 langues et dans 25 pays. Voici les plus représentatifs souvent ignorés en France. En chiffre, l’année de publication, montrant la vitesse de propagation des éditions, en lettres les initiales du pays traducteur.

Alizia Pauli: F. : 1848. Bg., Esp. : 1848. Rus., All. : 1850. Ang. : 1859. Mex. : 1870.

Amours de Paris : F. : 1845. Bg., G.B., Esp. : 1846. Port. : 1847. All. : 1850. It. : 1852. Ru. : 1870. Perou.

Beau Démon: F. : 1850. Blg., Hol., All. : 1851. G.B. : 1863. Mex. : 1899.

Belles de nuit : F. : 1849. Blg., All. : 1850. Ru. : 1851. Hol. : 1852. Esp. : 1854. Polog., Youg., Dan., Can.

Le Bossu : F. : 1857. Blg., Hol., Suèd. : 1859. All. : 1860. Esp. :1861. G.B. : 1863. Port. : 1864. Hong. : 1873. Ru., Youg., Tchec., Roum., Ital., Can., Dan., U.S.A., Perou, Arg., Mex., Brésil.

Compagnons du Silence : F. : 1856. Blg. :1857. Esp. : 1861. Port. : 1864. Ital., Can.

Couteau d’or : F. : 1856. Blg. : 1857. Ru. : 1865. Esp. : 1879. Pol. : 1884. Ital. : 1898. Port., Su., U.S.A., Can.

Errants de la nuit : F. : 1857. Blg., Esp. : 1865. All. : 1877. Can. : 1885.

Etapes d’une conversion : F. : 1877. Esp. : 1879. All. : 1880. Ital. : 1891. Mex., Arg.

Fanfarons du roi : F. : 1843. Rus. : 1847. Port. : 1853. Ital., Suisse, Suède.

Fée des grèves : F. : 1850. Rus. : 1851. Esp. : 1853. G.B., Ital., Dan., Su., Can., Blg., Suisse.

Fils du diable : F. : 1846. Blg., Holl., Esp., Ru. : 1846. Pol. : 1847. All. : 1864. Hgr. : 1878. G.B. : 1880. Tchec., Roum., Dan., Arg., Mex., Tur.

Fontaine aux perles : F. : 1845. Ru. : 1848. All. : 1897. Esp. : 1862. Dan.

Habits Noirs : F. : 1863. Esp. : 1864. Pol. : 1877. Hgr. : 1874. Blg., Suisse, Turc.

Jésuites : F. : 1877. U.S.A., Port. : 1878. Esp., Hrg. : 1879. All. : 1880.

Jeu de la mort : F. : 1850. Blg., AU. : 1851. Esp. : 1858. Hrg. : 1874. Suède, Mexique.

Loup blanc : F. : 1843. G.B. : 1845. Esp. : 1857. Port., Brésil : 1867. Blg., Suisse, U.S.A., Canada.

Mendiant noir : F. : 1847. Ru., Pol. : 1852. Tchec. : 1870. Ital. : 1892. Port., Roum., U.S.A., Arg., Esp., Holl., All., Aut., G.B. : 1848.

Mystères de Londres : F. : 1843. Esp., All. : 1844. Ru., Pol. : 1845. Suède : 1850. Roum. : 1857. Tchec., Turc., Blg., Hol., Suisse, Mex., Brésil.

Quittance de Minuit : F. : 1846. Blg., Hol., All. : 1847. Hrg. : 1875. Pol. : 1886. Esp., Port., Brésil, Canada.

Tueur de Tigres : F. : 1853. Blg., All., : 1854. Port., Dan., Suède.

A la Bibliothèque Nationale de Chine on trouve Le Duc de Nevers, Le Parc aux cerfs, La Reine cotillon, Le Sergent Belle-Épée.

56L’intérêt des étrangers ne se limite pas au Bossu, aux Mystères de Londres. Reste à relire ces textes dont l’ubiquité montre l’impact à l’époque.

Table des illustrations

Titre Une édition turque de Fils du Diable
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48138/img-1.jpg
Fichier image/, 239k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540