Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paul Féval, romancier populaire

 | 
Jean Rohou
, 
Jacques Dugast

Noms, surnoms et sobriquets dans Les Habits noirs

Denise Martin

Texte intégral

1« Dis-moi comment tu t’appelles, je te dirai qui tu es ».

2Cette phrase pourrait servir d’exergue à l’œuvre de Paul Féval ; car les noms, surnoms et sobriquets découvrent, dissimulent, trahissent ses personnages.

3Pour cette étude, j’ai choisi de m’en tenir aux Habits Noirs. Cette œuvre, composée de huit romans en quatorze volumes, forme en effet un tout cohérent : si chaque roman développe une nouvelle histoire, tous les romans se réfèrent, comme une musique cyclique, à un thème commun, les Habits Noirs. Si chaque histoire met en scène de nouveaux personnages, de l’une à l’autre le lecteur retrouve les mêmes noms, les mêmes sobriquets. Par souci de clarté, je sélectionnerai d’abord un certain nombre de noms, surnoms et sobriquets, avant de déterminer leurs fonctions dans Les Habits Noirs.

  • 1 Paul Féval, Les Habits Noirs, Paris : Robert Laffont, 1987, tome I, p. 198.

4Des aristocrates aux sans grade, les héros de Féval intriguent, inquiètent ou divertissent, dès l’abord, par leurs noms et leurs sobriquets. Au centre des Habits Noirs : l’organisation. Elle tire son nom de « l’uniforme qui recouvre toutes les puissances et toutes les noblesses », l’habit noir : « Prêtres, magistrats, banquiers, avocats, courtisans, religieuses, huissiers... sont uniformément habillés de noir »1. Au sommet de la pyramide : le maître des Habits noirs, le colonel Bozzo-Corona. Il exerce une fascination qui ne tient pas seulement à sa personne. Car en fait, qui est ce colonel ? Un vieillard malingre, enveloppé dans une douillette ! Sans prénom, il n’a guère plus de chair (il ne mange pour ainsi dire pas !) que d’humanité. Mais son nom appartient à une lignée douée d’une puissance maléfique ; et s’il meurt, un autre Bozzo-Corona surgit pour prendre la relève.

  • 2 Ibid., tome I, p. 226.
  • 3 Ibid., tome II, p. 86.

5Le nom comme le personnage viendraient d’Italie. Mais l’auteur peut bien multiplier les explications, le voile n’est jamais levé ; mieux même, les explications épaississent le mystère : ainsi le dernier « Michel Pozza, selon les uns, Bozzo, selon les autres », dernier chef des moines brigands, et « le comte Bozzo, destructeur du monastère, étaient-ils parents ? On ne sait »,2 répond Féval. Que les Habits noirs deviennent à la mort de leur chef La Bande Cadet, et « le secret, le grand secret des prêtres égyptiens, des hiérophantes, des druides, des francs-chevaliers, et des libres-soldats de l’Apennin »3 s’efface. Le changement de nom signe le déclin de l’ordre. D’intemporel, de légendaire, de mystérieux qu’il était, il devient une simple association de malfrats.

6En dehors du comte Bozzo, que l’on pourrait assimiler au maître d’une société secrète, les noms représentent dans le cycle des Habits Noirs un éventail assez limité des classes sociales. Le monde ouvrier est absent ; la paysannerie a une seule représentante : l’inénarrable Mathurine Goret. Féval ne dresse pas un tableau de la société ; la puissance des désirs l’intéresse davantage, car ils sont un moteur de l’action, comme cette aspiration à la noblesse si fréquente chez ses héros. Souvent d’ailleurs, vrais et faux nobles se côtoient. Pourtant l’aristocratie existe ; il y a quelques grands noms dans Les Habits Noirs : les Fitz-Roy Jersey et les Fitz-Roy Stuart de Clare, plus importants par les rêves qu’ils suscitent que par leur rôle effectif dans l’intrigue : leur héritage est en effet l’objet des convoitises des Habits Noirs.

7Dans l’histoire d’Angleterre, on trouve des Fitz-Roy qui sont généralement des fils naturels de roi : un Fitzroy Henri, duc de Richemond, fils naturel du roi d’Angleterre Henri VIII. Un Fitzroy Henri, duc de Grafton, fils naturel de Charles II d’Angleterre. Les Fitz-James, maison créée par James Stuart, fils naturel de Jacques II, roi d’Angleterre. Quant aux Clare, ils étaient issus de Richard Fitzgilbert qui descendait de Godefroy, bâtard de Richard 1er. Par un amalgame judicieux d’éléments historiques, empruntés à des époques différentes, Féval donne de la crédibilité à ses fictions.

8L’aristocratie bretonne est également représentée par les Joulou Plesguen du Bréhut ; nom à consonance bretonne, s’il en est ! Le dictionnaire des patronymes nobiliaires bretons signale des Plesguen, seigneurs du Plessis du Chat, alliés au XVe siècle aux Lanvallay, dans le canton de Combourg. L’aspiration à la noblesse ne va pas sans une certaine inflation du nom ; plus il est long, plus il fait rêver le lecteur :

9ainsi « Heman-Maria Gerés da Guarda, duc de Chaves, Grand de Portugal de première classe, envoyé de S.M. l’empereur du Brésil ». Authenticité douteuse d’ailleurs, puisque le « Grand de Portugal de première classe » est emprunté à l’Espagne ! Parfois l’ironie perce sous le nom, comme pour ce « Chevalier Le Camus de la Prunelaye, pêcheur de truites à la mouche ». La qualification s’amalgame au nom pour le gonfler ; mais la prune et la mouche n’entrent-elles pas dans des expressions familières pour signifier une activité vaine ?

  • 4 Paul Féval : Op. cit., tome I, p. 146

10L’art du raccourci est étonnant chez Féval ! et le trait, cruel, peut frapper le représentant d’un grand nom : « Le vicomte Honoré Giscard des Glayeulx descendait de haut ; c’était son gagne-pain. Il avait quatorze maisons qui montaient de bas, ci : sept déjeuners et sept dîners par semaine »4. À côté de cette noblesse qui vit de ses rentes ou de combinaisons, existe une noblesse plus discrète : l’avocat Justin de Vibray, le juge d’instruction Rémy d’Arx ou le notaire Léon de Malevoy « gentilhomme qui a dérogé en entrant à l’étude » ; réflexion qui montre assez qu’ils se sont éloignés de leur caste pour se rapprocher de la bourgeoisie. L’aristocratie de prestige, même déchue, la noblesse bourgeoise, donnent aux romans de Féval un cadre historique et réaliste, dont toute fiction a besoin pour sa crédibilité.

  • 5 Paul Féval : Les Habits Noirs, op. cit., tome I, p. 1049.

11Ce cadre donné, toutes les inventions sont permises, même les plus fantaisistes : « les fils Portier de la Grille », « Monsieur Cotentin de la Lourdeville », « aux yeux incroyablement vifs, mais qui ne disaient rien ». Puis tous les membres des Habits noirs qui s’anoblissent dès qu’ils montent dans la hiérarchie : M. Lecoq de la Perrière, M. de Comayrol, M. le Marquis de Rosenthal, qui n’est autre que Saladin, sevré à deux ans, au saucisson, par son père adoptif Échalot ! MM. de Cocotte et de Piquepuce, sans compter Mathurine Goret (le petit cochon sale) ; ce qui ne l’empêche pas d’être soignée par un « docteur célèbre de Paris », qui lui a « fait passer sa sciatique de la jambe gauche dans la jambe droite » ; d’être promise à soixante ans passés au prétendant, le faux Louis XVII, et surtout d’avoir « rang de duchesse à tabouret », très grand honneur ! Les représentants des autres classes sociales, bourgeois, artisans, gens de l’art et du spectacle, sont moins connus par leurs noms que par leurs sobriquets. Parfois le lecteur s’y perd : ainsi « Hébert, qu’on appelle le Comte de Castres, c’est M. Mayland, connu sous le sobriquet de Cancan ! »5.

12Un nom simple, qui ne soit pas doublé d’un sobriquet, et le personnage sombre dans l’insignifiance ! Alors certains, comme Abel Lenoir, « mettent leur prénom pour allonger leurs noms ». « Voilà les gens à la mode » ! s’écrie le docteur Samuel, son confrère ! La conception du nom diffère d’ailleurs selon les personnages. Il y a celle d’Échalot, conforme au droit :

« J'avais reçu mon nom d’Échalot de mes ancêtres qui s'étaient mariés légitimement devant Dieu et devant les hommes ; c’est sacré ».

13On peut soupçonner Féval d’avoir choisi « ce nom en forme de sobriquet » pour une éventuelle Mme Échalotte. Mais Mme Canada, anciennement veuve Samayoux, refusera le doux nom d’Échalotte. Par peur du ridicule ? Pas du tout ; écoutons ses raisons :

  • 6 Paul Féval : Les Habits Noirs, op. cit., tome II, p. 677.

« Canada était un des surnoms et sobriquets de mon premier Jean-Paul Samayoux. Étant mort lui, et moi veuve, j’ai eu la faculté de choisir dans mon héritage, et toi lui ayant succédé pour peupler ma solitude, on ne pouvait pas, toi ni moi, s’appeler diversement l’un de l’autre.
– Mais c’est le mari qui donne le nom, objecta Canada-Échalot.
– Ça dépend des situations sociales. Va-t-en voir si la reine d’Angleterre s’appelle Mme Prince-Albert ! »6.

14Devant cet argument, Échalot s’incline ; il est vrai que Mme Canada a déjà tué son premier mari « en jouant avec lui de bonne amitié », et qu’elle pèse « 220 à la criée ! ». Échalot et Échalotte sont déjà des noms en forme de sobriquets, tout comme :

  • Piquepuce
  • Cotentin de la Lourdeville
  • S ombre-accueil (le chien qui garde le cimetière)
  • Mme Choufleur (marchande des quatre-saisons)
  • Mme Oracle (qui distribue des consultations somnambuliques)
  • et Similor (le semblable), appelé aussi Similor-les-mollets, parce qu’il posait pour les mollets dans l’atelier de Cœur d’Acier, tandis qu’Échalot posait, lui, pour le torse ! Tous deux forment un de ces couples chers à Féval, comme Cocotte et Piquepuce, ou Passepoil et Cocardasse dans Le Bossu.

15En fait, quand Féval aime un personnage – du point de vue du créateur s’entend – il lui donne un surnom ou un sobriquet. En revanche, qui se souvient d’un M. Badoit ? d’un Carpentier ? d’une Mme Marcellin ?

  • 7 Ibid., tome I, p. 133.

16« Personne, dira Féval, n’ignore l’élan prodigieux qu’un sobriquet peut donner à une célébrité populaire »7 Mais d’abord, que sont les surnoms et les sobriquets ? Le surnom est une appellation qui s'ajoute ou se substitue au nom véritable. Le sobriquet, lui, apparaît au XIVe siècle, au sens de « coup sous le menton » ; de « coup sous le menton », on serait passé au sens figuré de « propos railleur, bon mot, surnom ».

  • 8 Paul Féval: op. cit., tome I, p. 817.

17Entre le surnom qui se substitue au nom, et le sobriquet qui est un surnom donné par dérision, la différence est minime. Et d’ailleurs Féval emploie indifféremment l’un ou l’autre, avec toutefois un léger avantage au terme de sobriquet : ainsi « Coyatier, comme son sobriquet de Marchef l’indiquait, avait appartenu à l’armée... Il avait atteint le grade de maréchal des logis chef ou de marchef comme le dit l’abréviation troupière »8. Surnom ? sobriquet ? Pour qui connaît le personnage, tueur attitré des Habits Noirs, Coyatier le-marchef serait plutôt un surnom, car il n’a rien de facétieux ; il rappelle simplement le métier exercé.

18Selon la classification de Logeat, le surnom (ou le sobriquet) rappelle l’origine géographique ou le métier exercé, date de l’enfance, provient de particularités de langage ou d’habitudes, est donné par analogie ou naît d’une anecdote ; ainsi Saladin, l’avaleur de sabres, en référence à son premier métier dans le cirque de Mme Canada ; Gautron à-la-craie-jaune, parce que Coyatier avait tracé son nom au revers de la porte, précisément à la craie jaune. A partir de là, tous les jeux sont permis : Gautron à-la-sauce-blanche, Gautron à-la-purée !

19Certains sobriquets sont transparents : Louveau, surnommé Troubadour, dit La Faveur-des-dames ; Marguerite, dite Guite-à-tout, bonne fille de tous les usages. Joulou Plesguen du Bréhut : « le nom de brute était son sobriquet ».

20D’autres nécessitent une explication :

  • Grondequin, surnommé militaire, « non parce qu’il avait eu l’honneur d’appartenir à l’armée, mais à cause du fol amour qui l’entraînait vers la gloire martiale »9.
  • Trois-pattes, l’estropié du Plat d’Étain, parce que « ses deux mains, cramponnées aux marches, halaient son torse et l’appendice qui renfermait ses jambes »10.
  • Clampin, dit Pistolet, parce qu’il tuait les chats avec un tout petit crochet de chiffonnier.

21Parfois le nom comme le sobriquet laissent le champ libre à l’interprétation :

Landerneau, « trente-troisième de son sobriquet de petit nom ».

  • 11 Ibid., tome II, p. 1998.

22Barbe Mahaleur, « L’Amour et la chance », « ancienne guitariste, présentement cabaretière, sage-femme non reçue par la Faculté et Mère des chiffonniers »11.

23Coterie, dit le Réveil de Pantin-la-Galette.

***

24Si les noms, les surnoms ou les sobriquets ont une telle importance chez Féval, en dehors de leur sens comique ou poétique, c’est qu’ils répondent aussi à des fonctions bien précises :

  • Noms codés.
  • Noms et surnoms cotés.
  • Noms et surnoms multiples.

25Ainsi un nom représente à lui seul un continent ou une province : Hernan-Maria Gerés da Guarda, l’Amérique latine ; Schwartz, l’Alsace ; Le Goff et Joulou Plesguen, la Bretagne ; La Goret, la Normandie ; Comayrol, « le pays de l’ail ».

26Ces noms sont porteurs de tous les stéréotypes attachés au pays ou à la province dont ils sont originaires : Ainsi la noblesse ne suffit-elle pas - quand elle est exotique - à donner un certificat d’honorabilité : un soupçon pèse, dès le début, sur cet envoyé du Brésil, le comte Hernan-Maria Gerés da Guarda.

27Les Alsaciens dans Les Habits Noirs s’appellent tous Schwartz. Laconiques, un peu lents ; s’ils pêchent, comme Jean-Baptiste Schwartz, notre héros, c’est moins par vice que par entraînement, et surtout... parce qu’il appartient à un « type assez rare en Alsace » : « la peau fortement colorée et les traits pointus » !

28Quant aux Bretons, ils sont marins, comme le capitaine Le Goff, ou fils de gentilhomme désargenté, comme Joulou Plesguen. Malgré leur aspect de « rustre à longue chevelure inculte », on sait, rien qu’à leur nom, qu’ils ne trahiront pas. L’alliance d’un Joulou du Bréhut avec une Habit noir (osons le terme, Féval emploie bien « gentelwoman of the night » dans Les Mystères !) ne souillera pas le nom des ancêtres ; fidèle à la devise d’Anne de Bretagne « Malo mori quam foedari », Joulou préférera la mort au déshonneur.

  • 12 Paul Féval, Les Habits Noirs, op. cit., tome I, p. 901.

29« La Normandie qui économise, maquignonne et pelote »12 a pour représentante Mathurine Goret. Les noms aux sonorités éclatantes viennent du midi : Comayrol et Cocardasse sont du pays de l’ail ! Ils sont là pour divertir, dans des rôles de second plan ; plus doués pour la parole que pour l’action : « Bronzés, impudents, effrontés », résume Féval !

30Face à ces provinciaux, un peu trop typés pour être vrais : le Parisien, le vrai Parisien « mince, souple, gracieux comme une femme, mais dur comme le fer ». Le chevalier Lagardère, en somme ! Dans Les Habits Noirs, il est dans le petit peuple de la rue, des études, du cirque : les Clampin, les Saladin, les Piquepuce ; naïfs, agiles, délurés.

31Dans la complexité des intrigues, le lecteur s’appuie sur ces points de repère que sont les noms, car ils drainent tous les préjugés d’une société. Ils avertissent le lecteur avant même que l’action ne s’engage. Ainsi le nom du docteur Samuel est-il marqué d’un signe négatif ; le nom est à lui seul un signal ; et le lecteur ne s’étonne pas s’il « pratique l’usure abominable » sous « le blanc vêtement de la charité ».

32Chez les jeunes filles, le nom disparaît, remplacé par ce que Féval appelle le petit nom : Fleurette, Tilde, Lirette, Saphir, Nita, Suavita, Ysole, Fanchette. Que deviennent ces petits noms poétiques chez des dames d’âge mûr ? Ils restent tout à fait adaptés, car les héroïnes de Féval ne vieillissent pas !

33Les noms codés :

34Il y a d’ailleurs une adaptation du nom au destin du héros. Quand le nomne correspond plus à son statut social, le héros en change ou le modifie ; si ce n’est lui, ce sont les autres. On pourrait dire que le nom et le surnom font le moine !

  • 13 Paul Féval : Les Habits Noirs, op. cit., tome I, p. 1066.

35Maman Léon, par exemple, débuta dans la vie sous le petit nom de Bastienne. Mais quand J.-P Samayoux l’épousa « devant Dieu et sur la grande route de Saint-Brieuc à Rennes »,13 il la baptisa Léocadie en la nommant « première dompteuse principales cours de l’Europe ». Pour une dompteuse, Léocadie convient mieux que Bastienne, il est vrai ! A la mort de son mari, comme nous l’avons vu, elle devient légalement Mme Veuve Samayoux, débaptise son nouveau conjoint Échalot et lui donne l’un des sobriquets de son défunt : Canada. Ainsi coupe-t-on avec le passé, pour un nouveau statut discret et honorable :

« M. et Mme Canada, rentiers à Paris »

36En épousant Joulou Plesguen du Bréhut, Marguerite Sadoulas (appelée Marguerite de Bourgogne depuis le carnaval) entre dans l’aristocratie. Mais se nommer Plesguen du Bréhut, cela sent un peu sa campagne, surtout à Paris ! Qu’à cela ne tienne ! Les Plesguen ne sont-ils pas alliés des Clare ? Marguerite choisit le nom de Clare ; elle sera une comtesse presque parfaite, du moins jusqu’à la mort du colonel Bozzo.

37Peut-on garder le nom de Lecoq, quand on est secrétaire général du colonel Bozzo-Corona ? Monsieur le Baron Lecoq de la Perrière aura ses entrées dans les salons !

38Qu’un personnage connaisse des revers de fortune, aussitôt son nom se réduit, se rétrécit comme peau de chagrin : quand le Baron Schwartz, banquier des Habits Noirs, redevient Jean-Baptiste, le petit jeune homme pauvre du début, le lecteur sait qu’il est un homme fini : l’usage du petit nom étant réservé aux êtres jeunes et aux « sans grade ».

39La puissance du nom est telle qu’il efface parfois les origines : qui se souvient que la baronne Schwartz était Julie Maynotte, l’épouse d’André ? Et Julie Maynotte, Giovanna-Maria Reni, la fille d’un Habit noir de la branche de Sartène ? Parfois le changement de nom et le statut social qui l’accompagne entraînent l’oubli le plus total : ainsi en est-il pour la duchesse de Chaves, anciennement la Gloriette. Dans la demeure de son époux, le duc de Chaves, elle attend sa fille, volée quinze ans plus tôt. Une jeune modiste jouera le rôle, Marguerite Baumspiegelnergarten, dite Guite-à-tout ; mais Guite-à-tout a fait la fête et au milieu des doux propos somnole, s’endort et... ronfle « comme une personne qui n’en est pas à ses débuts ». Plus duchesse que Gloriette, Mme de Chaves ne reconnaît pas sa fille dans ce laisser-aller !

40Ambiguité des noms et des surnoms :

41Mais tout serait trop simple, si chacun n’avait à sa disposition qu’un nom ou un surnom, ou même un nom et un surnom ! C’en serait fini du suspense et de l’ambiguïté.

42Chefs, « maîtres du premier degré », expéditionnaires et surnuméraires comme les appelle Féval, tous les Habits noirs portent deux, trois noms ou sobriquets qui recouvrent des identités multiples ; sans compter leurs victimes qui se cachent pour se venger ou échapper à leur poursuite.

43Ainsi le chef des Habits noirs, le colonel Bozzo, connu sous le sobriquet du Petit Manteau bleu, le bienfaiteur de la rue Thérèse, redevient pour ses affidés le Père-à-tous et Fra Diavolo ; et pour ses détracteurs Mathusalem de Maigre-Échine. Mais seuls les maîtres du premier degré connaissent la double identité du bienfaiteur et du bandit ; les surnuméraires l’ignorent.

  • 14 Paul Féval, Les Habits Noirs, op. cit., tome I, p. 228.

44Qui dit double ou triple appellation dit aussi déguisement. Cette espèce de Protée qui « pousse jusqu’à l’héroïsme le talent de changer sa figure et son allure », le fameux Lecoq, a plusieurs cartes d’identité : des cartes neutres, presque anonymes : M. Constant, M. Beaufils. Dans les salons il opère sous le nom du Baron de la Perrière. Mais il porte également « un de ces sobriquets doubles, usités dans le compagnonnage “Toulonnais-l'Amitié” »14. Un sobriquet qui fait frémir, que l’on prononce à voix basse. Aucun héros n’approche en ambiguïté ce fameux Lecoq ; car Toulonnais-1’Amitié c’est aussi « Vidocq ou son ombre », le chef de la sûreté !

45Face aux Habits noirs leurs victimes usent du même procédé ; sinon elles sont vouées à la mort, comme le juge Rémy d’Arx. Échappé du bagne, André Maynotte se cache sous le sobriquet de Trois-pattes. Facteur, puis homme d’argent, Trois-pattes traite les affaires avec le Baron Schwartz. Mais Trois-pattes, c’est aussi M. Bruneau qui « se faisait passer pour un marchand d’habits normands » !

46Ces noms et surnoms multiples créent l’ambiguïté et le suspense. C’est au lecteur de débroussailler-non sans plaisir-la toile d’araignée que Trois-pattes a tissée. Car toute son activité indique qu’il ne cherche pas seulement à se cacher ; il porte en lui la vengeance.

47Souvent le ou les doubles sont plus captivants que l’original ! Qui est en effet le comte Julian Bozzo ? Le petit-fils du colonel, et c’est tout ! En revanche ses doubles, Mère Marie-de-Grâce et le Chevalier Mora, ont plus d’épaisseur. Ils réussissent ce que Julian Bozzo ne pourrait sans doute pas faire : séduire et conquérir.

48Un des personnages-clefs de la Bande-Cadet, Adèle Jaffret, n’est autre que Tupinier, le marquis Ange de Tupinier du Baugé, surnommé Cadet-l’Amour. Mais Adèle Jaffret, l’épouse « en censée » (comme diraient les enfants) du bon Jaffret des oiseaux, finit par supplanter Tupinier !

49Par le jeu des dédoublements le nombre des personnages triple dans Les Habits Noirs. Nous sommes en présence d’une foule de noms et de surnoms que le maître d’œuvre Féval dirige avec une verve et une maestria surprenantes !

50Ici et là, on peut bien découvrir quelques erreurs ; la comtesse Clare, Marguerite, meurt en 1843 ; mais en 1853 on la retrouve dans « La Bande Cadet ». Le colonel Bozzo aurait plus de cent ans. Mais qu’importe ! Dans les séries télévisées le public réclame bien le retour du héros mort.

51Aussi quelle maîtrise dans cet immense fichier de noms et de surnoms !

52Il y a dans Les Habits Noirs une verve et un aspect ludique qui se communiquent au lecteur. Les noms codés, les jeux de rôle où la magie du nom crée l’emploi, les déguisements où « un » est « un autre » ou « plusieurs », le retour des mêmes noms et sobriquets avec les jeux de mots et rencontres de sonorités, tout cela lui rappelle l’univers de son enfance !

53Ainsi, quand les intrigues se confondent, se perdent, chevauchent dans notre souvenir, les noms et sobriquets sont autant de petits cailloux blancs sur le chemin de l’aventure.

54Mais au-delà de leur fonction traditionnelle, ne sont-ils pas aussi un condensé du génie févalien ? Génie qui allie à la fois l’exubérance et l’art du raccourci, le stéréotype et la dérision, la narration brute et le non-dit ?

Notes

1 Paul Féval, Les Habits Noirs, Paris : Robert Laffont, 1987, tome I, p. 198.

2 Ibid., tome I, p. 226.

3 Ibid., tome II, p. 86.

4 Paul Féval : Op. cit., tome I, p. 146

5 Paul Féval : Les Habits Noirs, op. cit., tome I, p. 1049.

6 Paul Féval : Les Habits Noirs, op. cit., tome II, p. 677.

7 Ibid., tome I, p. 133.

8 Paul Féval: op. cit., tome I, p. 817.

9 Paul Féval : Les Habits Noirs, op. cit., tome I, p. 537.

10 Ibid., p. 133.

11 Ibid., tome II, p. 1998.

12 Paul Féval, Les Habits Noirs, op. cit., tome I, p. 901.

13 Paul Féval : Les Habits Noirs, op. cit., tome I, p. 1066.

14 Paul Féval, Les Habits Noirs, op. cit., tome I, p. 228.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540