Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paul Féval, romancier populaire

 | 
Jean Rohou
, 
Jacques Dugast

Le Bossu... Modèle du roman de cape et d'épée

René Garguilo

Texte intégral

Introduction

1Paul Féval n’a pas inventé le roman de cape et d’épée. Micro-genre du roman historique, le roman de cape et d’épée descend, en droite ligne, du Roman de Chevalerie qui fut, avant tout, roman d’aventure et d’amour. L’expression « roman de cape et d’épée » apparaît au XIXe siècle. On serait tenté de l’appliquer essentiellement aux romans historiques dont l’action se situe au XVIIe siècle et qui mettent en scène les Mousquetaires du roi. Mais les mots cape et épée étaient associés depuis plus longtemps. On disait volontiers d’un gentilhomme pauvre qu’il n’avait que la cape et l’épée. Peut-être employait-on à tort le mot cape qui semble avoir remplacé la capeline. Jusqu’au XVIe siècle, le mot capeline désignait l’armure de tête. On appelait homme de capeline un homme résolu et déterminé au combat. Avant le XIXe siècle, l’association des mots cape et épée se faisait le plus souvent avec une intention péjorative. La cape et l’épée symbolisaient l’apparence :

« Ce sont de ces mérites qui n’ont que la cape et l’épée » écrit Molière dans Le Misanthrope (Acte V, sc. 4).

1. À la recherche d’une définition du genre

2Retenons de ces expressions que la cape et l’épée sont citées comme le matériel minimal de l’homme de guerre. Au sens figuré, la cape et l'épée représentent l’apparence extérieure des qualités guerrières : Cette double constatation nous permet d’affirmer que la cape et l’épée ne sont pas exclusivement liées au costume et à l’armement du Mousquetaire. Les Mousquetaires sont des soldats armés de mousquets. La cape et l’épée ne sont que les accessoires de leur costume et de leur armement. Les romans de cape et d’épée ne sont donc pas forcément contemporains de la Fronde ou des débuts du règne de Louis XIV. Les Pardaillan de Michel Zévaco (qui firent les délices de l’enfant Jean-Paul Sartre) sont un roman de cape et d’épée dont l’action se déroule au XVIe siècle. Le premier chapitre en indique la date avec précision : l’histoire commence le 26 avril de l’an 1553. Le Bossu de Paul Féval est tout aussi précis en son premier chapitre : l’histoire commence en 1699. Mais, à partir de la deuxième partie, l’action se déroule sous la Régence. En dépit d’Alexandre Dumas et de ses quatre Mousquetaires, le roman de cape et d’épée déploie ses intrigues, ses chevauchées et ses combats pendant trois siècles au moins, de la Renaissance à la Révolution française. Mais qu’est-ce donc que le Roman de Cape et d’Épée ? Georges Lukacs tentant, avec peine, de définir le roman historique, comme genre particulier, ne s’est pas attardé à ce « sous-genre ». L’analyse du Bossu pourrait bien nous donner les éléments nécessaires à la définition du roman de cape et d’épée. Retenons pour l'instant qu’il s'agit d’un roman historique mettant en scène des gentilshommes-soldats au caractère chevaleresque. Pour mériter tout à fait son nom, le roman de cape et d’épée devra comporter un certain nombre de chevauchées et de combats. La science et l’art de l’escrime seront, bien entendu, l’une des composantes essentielles du genre. Les traités d’escrime cités dans Le Bossu en témoignent, ainsi que la description technique de la fameuse botte de Nevers. Mais, au centre du roman de cape et d’épée, se dresse le héros, le capitaine, l’homme d’armes, éternel chevalier-errant renaissant à chaque siècle, malgré la cruelle parodie qu’en donna Cervantes avec son Don Quichotte.

2. Le héros du roman de cape et d’épée

3C’est dans le roman de cape et d’épée que le XIXe siècle a réincarné la chevalerie, ses fastes et ses mythes. A notre siècle, le fantôme du chevalier a trouvé refuge dans le western, dans Zorro, dans les romans révolutionnaires de Malraux, ou plus récemment dans la science-fiction, où, sous l’armure du cosmonaute, il s’agit de vaincre les monstres de l’espace. D’instinct, les auteurs du Moyen-Âge avaient trouvé le type du héros populaire qui allie la force des muscles à la bonté de l’âme, la perfection physique à la perfection amoureuse. Le héros de Paul Féval, le chevalier de Lagardère, est conforme à cette tradition. Héros populaire par excellence, il obéit tout d’abord à la première règle qui préside à la création de ce type romanesque : il est, comme Jean Valjean et comme d’Artagnan, de naissance pauvre et obscure. Lagardère, c’est « le petit Parisien » enfant trouvé et qui a trouvé son nom dans le pignon ruiné de l’ancien Hôtel de Lagardère, qui lui servait de gîte. Orphelin, vivant avec les mendiants et gagnant sa vie en plongeant sous le Pont-Neuf pour rapporter des pièces de monnaie aux badauds, ou se désarticulant, jouant au « désossé » dans la cour des Fontaines. A seize ans, il a fait ses premières armes chez Cocardasse et Passepoil. A dix-huit ans, le voici Capitaine aux Chevaux-légers. Lagardère a toutes les qualités du héros populaire. Beau et fort il va incarner tous les rêves de l’homme du peuple : il est redouté des hommes et aimé des femmes ; il est appelé à tous les succès et à toutes les conquêtes :

« Toujours beau, toujours brave comme un lion... Toujours heureux auprès du beau sexe » (p. 38).

4C'est ainsi qu’avant son entrée en scène Lagardère est décrit par Cocardasse et Passepoil. L’apparition de Lagardère est un morceau d’anthologie. Conformément aux règles du roman historique, Paul Féval va tracer un portrait en pied de son héros, après l’avoir défini dans une formule à l’emporte-pièce :

« le beau Lagardère, le casseur de têtes, le bourreau des cœurs ! ».

5Le portrait met l’accent sur les qualités annoncées : la force et la beauté. Tout y est : la taille au-dessus de la moyenne, la vigueur souple et gracieuse, le front respirant l’intelligence, la grâce et la noblesse. Et en plus de l’épée, il porte la cape :

« riche manteau de velours, jeté négligemment sur son épaule » (p. 44)-

6C’est dans cette cape qu’il enveloppera l’enfant d’Aurore. Après la victoire, Lagardère s’écrie :

« Voici la fille de Nevers ! Viens donc la chercher derrière mon épée ! »

7Ainsi s’explique le symbolisme de la cape et de l’épée : la cape protège et l’épée défend.

8Le roman de cape et d’épée, comme tout roman populaire est un roman de revanche sociale. Dans un monde livré aux injustices des puissants, le héros surgit, brandissant l’épée de la Justice. Le héros populaire, qu’il s’appelle Valjean, Rodolphe, Lagardère, Zorro ou San Antonio est un redresseur de torts. Au sens exact d’une expression toujours tournée en dérision : il défend et protège la veuve et l’orphelin. Paul Féval écrivant Le Bossu n’avait sans doute aucune intention politique, mais Lagardère est tout aussi « révolutionnaire » que le Pardaillan de Zévaco... qui versait dans ses romans de cape et d’épée une sensibilité de vieil anarchiste. La première réussite de Paul Féval, c’est la création de ce personnage de Lagardère, modèle du héros de cape et d’épée. Humain par ses défauts, surhumain par sa force et ses vertus, il apparaît comme la divinité protectrice dont le monde a besoin. Il est invincible comme Dieu et comme Lui omniprésent :

« Si tu ne vas pas à Lagardère, Lagardère ira à toi ! »

9Comme un Dieu aussi, Lagardère est doté de la jeunesse éternelle. Âgé de 18 ans, au début du roman, il doit donc avoir 37 ans au commencement de la deuxième partie qui se situe 19 ans après. Au XVIIIe siècle, 37 ans représentaient une maturité certaine. On était barbon à 40 ans, tout le théâtre classique l’atteste. Mais notre Lagardère n’a pas vieilli. L’auteur nous en avertit :

« Maître Louis (c’est-à-dire Lagardère) quel que fût son âge, était un jeune homme. Ses cheveux blonds, légers et bouclés jouaient autour d’un front pur comme celui d’un adolescent. Ses tempes larges et pleines n’avaient point subi l’injure du ciel espagnol. C’était un homme Gaulois, un homme d’ivoire » (p. 228).

10Cette immuable jeunesse est l’un des traits du héros populaire. Aujourd’hui encore, les héros des séries policières ou les James Bond des romans d’espionnage s’abreuvent toujours à cette mystérieuse source de Jouvence. Le commissaire San Antonio ou S.A.S. le Prince Malko, sont figés dans leur quarantaine séduisante et virile...

11A un moment ou à un autre, le héros populaire doit être riche, car la générosité ne va pas sans argent. Bien ou mal acquis, cet argent ne doit être utilisé qu’au service des bonnes causes. Jean Valjean gagne une fortune comme chef d’entreprise. Edmond Dantès se contente de recueillir le trésor de l’île de Monte-Cristo. Quant au Prince Rodolphe des « Mystères de Paris », comme le remarquait Marx, il se permet de faire le bien avec l’argent de ses sujets. Aujourd’hui les auteurs de romans policiers ou d’espionnage n’ont plus besoin d’inventer de mystérieux trésors. Leurs héros émargent aux fonds secrets qui, on le sait, sont inépuisables. Paul Féval a eu la délicatesse de faire passer Lagardère de la pauvreté à la richesse par le travail. Sous le nom de Cincelador ou celui de Maître Louis, il est orfèvre de renom et cisèle les gardes d’épées pour tous les chevaliers d’Europe. Et, bien sûr, sous le masque du bossu, il tirera bien des profits de sa fausse bosse, parmi les spéculateurs de l’hôtel de Gonzague.

12Pouvant apparaître et disparaître à la manière d’un Dieu, le héros populaire possède la rare faculté de se transformer, de renaître sans cesse en des personnages différents. Renouvelant le mythe de Protée, il nous offre la possibilité de réaliser l’un de nos rêves les plus chers : changer de peau... Ce désir que nous ne pouvons satisfaire qu’aux brèves heures du bal masqué ou du Carnaval, le roman nous permet de le vivre par personnage interposé. Et nous sommes, avec Lagardère, tour à tour homme d’armes, artisan ou bossu... quand ce n’est pas fantôme et voix d’outre-tombe sous le couvert d’une tenture. C’est le vieux mythe des métamorphoses, des citrouilles qui deviennent carosse, de la Bête qui devient gentilhomme, de Cendrillon qui devient Princesse. Ce profond désir de changement qui est rêve d’arc-en-ciel dans la grisaille de la vie, le roman populaire le reprend éternellement au conte de fée. Relisez la scène où la jeune Aurore reçoit sa toilette de Cour : la robe d’armure blanche brodée d’argent et de roses... Qui a pu faire apparaître tout cela ?

« C’est un sorcier » répète Dona Cruz (p. 247)...

13Et l’on pense aux robes de Peau d’Ane ou au bal de Cendrillon. C’est du Perrault, en vérité...

« Aurore était fille d’Ève, à la vue de tous ces splendides chiffons, son cœur avait battu. »

14nous dit l’auteur.

15Je pense à toutes les filles d’Ève qui ont lu Le Bossu, comme leur cœur a dû battre ! Plus d’une a dû souhaiter l’apparition d’une aussi belle toilette venue du Ciel ou de l’Enfer... C’était ainsi que l’on faisait rêver les jeunes filles dans les chaumières... Opium du peuple, sans doute... mais c’était tout de même plus beau que le tiercé ou le loto ! En 1858, année ou paraît Le Bossu, nous sommes encore bien proches du Romantisme et les femmes, c’est entendu, sont des anges... Le mot revient plusieurs fois sous la plume de Féval et s’applique tout aussi bien aux deux Aurore et à Doña Cruz. Elles sont anges comme l’étaient la Dona Sol d'Hernani ou la Reine de Ruy Blas. Anges, étoiles, femmes idéalisées aux pieds desquelles l’homme ne peut-être qu’un ver de terre, si par malheur il en tombe amoureux... Aurore de Nevers apparaît aux premières pages du livre, âgée de deux ans, comme « un bel ange de Dieu » (p. 61). Aux dernières pages, âgée de vingt ans, elle apparaît « comme l’une de ces douces statues d’anges qui se prosternent au chevet des tombes » (p. 567). Il y a certainement une faiblesse, une pauvreté de l’imagination dans cette permanence de l’angélisme féminin. Mais c’est aussi la loi du genre : l’héroïne d’un roman de cape et d’épée doit être gente dame à sa haute fenêtre et princesse de conte de fées.

16L’amour du héros pour cette héroïne sera romantique et courtois. Ses fiançailles durent aussi longtemps qu’au temps du grand Cyrus. Lagardère veille dix-huit années sur la belle Aurore, sans oser déclarer sa flamme. On remarquera que cet amour idéalisé ignore les différences d’âge et de condition. Une fois donné, il n’est jamais repris : Madame de Nevers, en dépit d’un second mariage imposé par Gonzague, reste éternellement fidèle au jeune époux assassiné. L’amour physique n’est pas exclu : il se dissimule sous des descriptions vestimentaires qui ne sont chastes qu’en apparence... ou sous la paillardise discrète de Frère Passepoil. L’érotisme, dans Le Bossu, se réfugie sous la soie et la dentelle. Qu’on en juge par ce portrait de Flor à sa toilette :

« son peignoir blanc flottant laissait deviner les perfections de sa taille légère et robuste à la fois ; ses beaux et grands cheveux noirs dénoués tombaient à flots abondants sur ses épaules, et ses petits pieds nus jouaient dans des mules de satin » (p. 112).

17A l’opposé, l’humeur grivoise de Passepoil nous fait passer de l’amour courtois à l’amour gaulois. Mais cet éternel coureur de jupes de futaine se contente de vanter les charmes frelatés des maritornes ou, tout au plus, de leur voler quelque baiser. On ne le voit guère pousser plus loin ses avantages. On était encore bien pudibond sous le Second Empire... partout ailleurs que dans l’alcôve de l’Empereur.

3. Composante du genre

18Passepoil et Cocardasse sont une excellente création de Paul Féval. Comme le roman de cape et d’épée est, à sa naissance, proche du drame romantique, il a besoin de mêler le comique au tragique. Cocardasse, et Passepoil introduisent le burlesque dans un roman où, sans eux, le sang et les larmes submergeraient le lecteur. Comme Dumas, présentant d’Artagnan, aux premières pages des Trois Mousquetaires, Féval, mettant en scène Cocardasse et Passepoil, s’est souvenu d’avoir lu Cervantès. Le couple donquichottesque que forment les deux prévôts engendre sûrement le rire et diminue l’angoisse qui étreint le lecteur aux instants les plus dramatiques. Valets de comédie autant que redoutables spadassins, ils sont parfaitement différenciés : Passepoil est Normand et Cocardasse Gascon. Il n’y a guère de roman de cape et d’épée sans Gascon. Le souvenir des Cadets de Gascogne hante la mémoire des romanciers. Le Gascon est un personnage merveilleux : il est bavard, volontiers hâbleur et il a, à sa disposition, une collection inépuisable de jurons sonores. Cela peut servir dans un roman-feuilleton où l’auteur est payé à la ligne... De la Gasconnade à l’Espagnolade, il n’y a que les Pyrénées à franchir... Et cela n’est qu’un jeu quand on a de bons chevaux. L’Espagne est considérée comme la patrie de Matamore, du Matalobos cher à Victor Hugo, et bien sûr, du Matador que Féval n’hésite pas à mettre en scène parmi les spadassins, réunis à l’auberge.

19Le roman-feuilleton, au XIXe siècle a imité, après Lesage et son Gil B las, le roman picaresque espagnol. Cette imitation ne va pas sans caricature. Paul Féval sacrifie à ce rite dans Le Bossu. L’exil de Lagardère en Espagne, sa fuite devant les émissaires de Gonzague servent de prétexte à une véritable parodie du roman picaresque. Les descriptions que nous présente Paul Féval ne correspondent pas aux réalités de l’Espagne du XVIIIe siècle. Elles ne font que reprendre les poncifs du réalisme picaresque. Cela apparaît avec évidence dans maints passages et, par exemple, dans ceux-ci :

– « L’Espagne n’a pas encore découvert l’usage de l’eau... »
– « Il est rare que l’on trouve à manger dans les auberges. Elles sont instituées pour couper la gorge aux voyageurs qui s’en vont sans souper dans l’autre monde ».
– « Le récit d’un voyage en Espagne ressemble à un entassement d’accidents réunis à plaisir par une imagination romanesque et moqueuse » (p. 192).

20Ou encore cette recette humoristique de la marmite pourrie (ollas pudridas) qui se prépare, dit Féval :

« avec un jarret de porc, un peu de cuir de bœuf, la moitié d’une corne de chèvre morte de maladie, des tiges de choux, des épluchures de rave, une souris de terre, et un boisseau et demi de gousses d’ail ».

21Féval obéit là à une tradition bien établie : le roman d’aventures se devait de reprendre, en le pastichant, le roman espagnol. Il en fut ainsi jusqu’à ce que Barrés et Montherlant viennent apporter leur propre vision de l’Espagne : Du sang, de la volupté, de la mort... c’est-à-dire d’autres clichés. Mais la vision picaresque persiste encore dans certains manuels scolaires qui présentent l’Espagne à nos élèves. Les Espagnols s’en plaignent à juste titre. Préfaçant le célèbre Lazarillo de Tormes pour la collection Austral, Gregorio Maranon proclamait sa réelle antipathie pour le genre picaresque, auquel il reprochait :

« sa profonde immoralité, son pessimisme et son jugement péjoratif sur les Espagnols. » (Lazarillo de Tormes, éd. Austral – Mexico 1981, p. 13).

22Ne jetons donc pas la pierre à Paul Féval qui n’a fait que suivre une mode. En son temps, l’apport picaresque était de règle dans le roman d’aventure et aussi dans le roman de cape et d’épée. Il faut remarquer que Féval utilise cet élément picaresque avec un humour au « second degré ».

23Une autre règle du roman populaire est le manichéisme. D’un côté les « bons » entièrement « bons », de l’autre les « méchants », entièrement « méchants ». Paul Féval respecte scrupuleusement cette règle. Du côté des « méchants » sont Peyrolle qui ajoute à la bassesse d’âme une lâcheté évidente... et, bien sûr, Gonzague. Le Prince de Gonzague, comme le Prince des Ténèbres est un ange tombé des cieux :

« Gonzague était beau, Gonzague était né puisamment riche (...). Tout le monde subissait son charme, (...). Mais il n’avait ni foi, ni loi, et son passé tyrannisait déjà son présent. Fatalement, il était entraîné à mal faire pour couvrir et cacher ses anciens méfaits. C’eût été une riche organisation pour le bien, c’était pour le mal une machine vigoureuse » (p. 123-124).

24Gonzague, c’est Lagardère à l’envers. Même beauté, même éternelle jeunesse :

« Après vingt-cinq ans de batailles, il ne sentait point encore la fatigue » (p. 124).

25Même intelligence, même bravoure. Seuls changent les buts à atteindre. Gonzague se dévoue au mal, comme Lagardère se dévoue au bien. C’est Satan contre le Bon Dieu. Autre règle que respecte Féval, la fin heureuse du roman. L’obligatoire « happy end » comme on dira plus tard à Hollywood. A la dernière page, Gonzague meurt expiant ses crimes. Lagardère épousera Aurore et, après avoir hérité la « botte de Nevers », il recueillera aussi son nom et son titre. Enfin, il reste une autre règle fondamentale du roman de cape et d’épée que Féval illustre dans Le Bossu, c’est la transgression de la règle des trois unités de la tragédie classique.

26Multiplicité de temps, de lieu, d’action. Le Bossu déroule son intrigue sur une vingtaine d’années, mais la deuxième partie se situe dix-neuf ans après les événements qui sont racontés dans les premiers chapitres. Très grande est aussi la multiplicité des lieux : les fossés de Caylus, l’Espagne, Paris, et, dans Paris, tant de maisons diverses, tant de rues... Cette multiplicité des lieux permet de camper à chaque chapitre de nouveaux décors : les scènes d’auberge, par exemple, qui sont au roman de cape et d’épée ce qu’est le saloon au western. La règle de multiplicité des lieux permet la description des duels, des batailles, la description aussi des chevauchées et des poursuites. Enfin la multiplicité des actions tient le lecteur en haleine. Plusieurs romans se croisent. Celui de Lagardère et de sa vengeance, celui d’Aurore, celui de Dona Cruz. Naturellement, l’auteur maintient le fil conducteur qui est la recherche de la vérité sur la mort de Nevers et sur la reconnaissance des droits de sa fille. Il faudrait évoquer aussi le traitement des personnages historiques. Le roman historique les laisse volontiers à l’arrière-plan. Le roman de cape et d’épée, au contraire – c’est l’une de ses originalités – en fait des personnages de roman. Comme Dumas avait imaginé « son » Richelieu, « son » Mazarin, « son » Anne d’Autriche, Féval invente « son » Régent et le mêle à ses personnages fictifs. Mais, en même temps, il soutient une thèse qui est celle de la réhabilitation du Régent comme homme politique et comme chef d’État. Les historiens modernes ont donné raison à Paul Féval. Law reste à l’arrière-plan, mais son système monétaire, l’immense spéculation financière qu’il suscita sont largement évoqués et constituent la toile de fond historique du Bossu.

Conclusion

27Si Paul Féval n’a pas inventé le roman de cape et d’épée, il en a poussé le genre jusqu’à la perfection. Le Bossu est un maître-livre. Bien écrit, le roman est aussi bien structuré. Après une ouverture balzacienne où les données de l’intrigue sont énoncées, Féval utilise toutes les ressources de la technique romanesque : le récit rétrospectif, la description, le portrait, le dialogue, le journal intime, le document... Le rythme est rapide : les coups d’épée succèdent aux coups de cœurs. Le style est vif, nourri d’une culture humaniste qui va des auteurs latins aux auteurs espagnols, de Beaumarchais, à Victor Hugo. Et, nous l’avons vu, Le Bossu établit toutes les règles du roman de cape et d’épée et leur donne force de loi. Longue geste « d’amour et de mort » comme l’étaient les romans de la Chevalerie médiévale, Le Bossu est une œuvre éminemment populaire. Devenu, depuis peu, objet d’études universitaires, ce chef-d’œuvre du roman de cape et d’épée a sa place aussi bien dans les bibliothèques érudites que sur les humbles étagères des chaumières où l’on continuera, longtemps encore, à le lire.

28N.B. – Toutes les citations du Bossu sont extraites de l’édition Club géant Évasion – « Les éditions de la Renaissance » – Paris – 1970 – exemplaire B, numéro 1198 – (Presses du Palais-Royal).

© Presses universitaires de Rennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540