Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paul Féval, romancier populaire

 | 
Jean Rohou
, 
Jacques Dugast

Paul Féval d'après sa correspondance : Le métier de romancier

Jean-Pierre Galvan

Texte intégral

  • 1 Charles Buet : Paul Féval : Souvenirs d'un ami, Letouzey et Ané, s.d. (1887). Oscar de Poli : Paul (...)

1Le XXe siècle s’est jusqu’à présent peu intéressé à Paul Féval ; si ses principaux romans ont fait l’objet de rééditions régulières, la personnalité du romancier n’a jamais suscité d’étude sérieuse et, depuis la fin du siècle dernier, l’ombre s’est épaissie au point que de nos jours, nous devons souvent nous contenter des quelques témoignages de ses contemporains. Ces témoignages nous semblent fréquemment douteux et les seuls basés sur des documents sérieux, qu’ils soient signés : Charles Buet, Oscar de Poli ou Edmond Biré1, n’évoquent que la période post-conversion de Féval, négligeant les trente cinq années durant lesquelles celui-ci fut un des maîtres incontestés du roman feuilleton.

2C’est ce constat qui m’a amené à essayer de pallier le manque d’information en m’attachant à réunir la correspondance de Paul Féval. Cette entreprise longue et difficile, les lettres étant dispersées dans des endroits le plus souvent ignorés, n’en est encore qu’à ses débuts ; cependant, les quelques centaines de lettres que l’Association des Amis du Roman Populaire, avec l’aide de la bibliothèque de Rennes, a pu à ce jour réunir, permettent déjà de tirer quelques enseignements.

  • 2 La plupart des lettres dont nous reproduisons des extraits peuvent être lues intégralement dans l’ (...)

3Il ne saurait bien entendu être question dans le cadre de cette communication de présenter en quelques minutes les multiples informations que nous livre l’étude de ces lettres : aussi je limiterai mon propos, et je vous présenterai Paul Féval tel qu’il apparaît dans l’exercice de son métier d’écrivain ; car pour Féval, il s’agit bien d’un métier. Sans pour autant mépriser sa production, Paul Féval revendique le statut d’écrivain professionnel ; c’est à dire, comme il le confessera sur le tard à Louis Veuillot, qu’il écrit pour gagner le pain de beaucoup et de lui-même2.

4Le métier de romancier comporte de multiples facettes dont deux au moins sont complémentaires et indissociables à une époque où l’écrivain doit bien souvent les assumer seul ; en effet, si le métier impose, certes, de produire des textes, il importe aussi et surtout de les vendre. L’étude des manuscrits conservés à la bibliothèque de Rennes permet d’observer le travail de création de l’écrivain mais, dans le cas de Féval, seule sa correspondance témoigne du processus d’écoulement de la production, et incidemment nous renseigne sur le marché littéraire de l’époque. Dans cette optique, les lettres nous livrent d’intéressantes informations sur les relations qu’entretenait Féval avec les différents intervenants de ce marché que sont : les directeurs de journaux, les éditeurs, et les critiques ; elles nous permettent également de souligner le lien étroit qui unissait alors le roman au théâtre. Mais, chez Féval, le métier d’écrivain ne se limite pas à écrire et à savoir vendre sa production ; au XIXe siècle, les hommes de lettres mènent un combat dont l’enjeu est la reconnaissance et le respect de leur profession ; ce combat, Féval le fera sien avec obstination, sinon avec succès, au sein de la société des Gens de Lettres.

  • 3 C’est dans le Courrier français que parut du 23/IX au 27/X/1843 le premier roman de Féval : la For (...)
  • 4 L'Univers publia le dernier roman de Féval : Corbeille d’histoires du 19/IX/1878 au 31/VIII/1879.

5A l’époque où écrit Paul Féval, le feuilleton est un point de passage obligé pour un romancier. Aussi, Féval, longtemps insensible à leur couleur politique, a-t-il collaboré à tous les grands quotidiens du XIXe siècle, du Courrier français lors de ses débuts3 à L’Univers à la fin de sa carrière4 en passant par Le Journal des Débats, Le Constitutionnel, La Presse, le Siècle ou La Gazette de France.

  • 5 Lettre 1-3.

6Les plus anciennes lettres dont nous disposons dans ce domaine, nous montrent en 1845 un Paul Féval bien naïf et encore peu familiarisé avec les exigences d’une presse alors en pleine effervescence ; ainsi, dans une lettre du 7 octobre 1845 adressée à Anténor Joly5, le jeune romancier se plaint que L’Esprit public, journal dans lequel paraît en feuilletons Fontaine aux perles, ne l’a payé qu’« à l’aide d’huissier »,que Véron a pour 100 F ce qu’il vend 300, mais qu’il ne paie pas ces 100 F. Plus loin encore, c’est avec un enthousiasme un peu précipité qu’il se réjouit de voir son roman Le Mendiant noir annoncé dans Le Monde, journal qui ne vivra que l’espace de cinq numéros et qui, bien entendu, ne le publiera pas. Par chance, le jeune romancier peut compter sur l’appui d’Anténor Joly ; celui-ci, directeur littéraire au Courrier français et rédacteur en chef de L’Époque avait « découvert » Féval deux ans plus tôt et lui servait encore à l’occasion d’agent littéraire ; c’est ce que nous apprend cette lettre dans laquelle Joly se charge de recevoir les feuilletons de la Quittance de minuit pour les placer au Journal des Débats où le roman paraîtra quelques mois plus tard. Cependant, Anténor Joly ne pourra éviter à Féval le procès que lui intentera l’année suivante l’éditeur Chlendowski à propos des primes du Fils du diable.

  • 6 Traité avec Louis Chlendowski du 2 février 1847 (correspondance Balzac, édit. R. Pierrot tome V p. (...)
  • 7 Traité avec Prosper Deville du 21 janvier 1847 (Corr. Balzac opus cité p. 184-185).

7Rappelons que le journal L’Époque avait inauguré dès 1845 une nouvelle pratique commerciale consistant à donner en prime à ses nouveaux abonnés la réunion des feuilletons déjà parus ce qui leur permettait de profiter du roman en cours de publication. Le procédé était vu d’un mauvais œil par les éditeurs ; aussi le romancier auteur du feuilleton devait-il prendre ses précautions et s’assurer, avant de signer un contrat, que l’éditeur avait eu connaissance des modalités de publications dans le journal. C’est la raison pour laquelle, en 1847, Balzac précisait dans son contrat avec le même Chlendowski dont il connaissait l’honnêteté douteuse : « il est entendu que M. Chlendowski a eu connaissance du traité passé avec le journal L’Époque pour cet ouvrage »6 ; le traité de L’Époque de son côté mentionnait : M. Deville [gérant du journal] aura le droit de donner tout ce qui aura paru du dit ouvrage [La Dernière incarnation de Vautrin] aux abonnés nouveaux ; mais la faculté de donner le dit ouvrage aux abonnés nouveaux cessera dans le trimestre qui suivra la publication du dernier feuilleton »7.

  • 8 Chlendowski avait édité le premier roman de Féval : la Forêt de Rennes en 3 volumes in-8° (B.F. 21 (...)

8 Le fils du diable parut en parfaite conformité avec les termes de ce traité ; cependant Féval, moins prudent que Balzac et évidemment moins expérimenté, dut négliger la clause établissant que l’éditeur avait pris connaissance du traité avec le journal, et se vit entrainé dans un procès qui servit de prétexte à Chlendowski, éditeur de Féval depuis 1844, pour ne pas payer les dettes qu’il avait contractées auprès du romancier. Féval, s’apercevant trop tard de son imprudence, écrivit à Gustave Desnoireterres :8

  • 9 Lettre I-21.

« Il [Chlendowski] ne paie pas et il cherche à flouer avec un acharnement qui m’était inconnu jusqu’à présent [...]. Voilà, mon cher camarade ; tous ceux qui ont eu affaire à ce vieillard ont été pincés, – tous ! – j’avais été prévenu mais je lui portais de l’intérêt (à cause de la Pologne opprimée !) et je m’obstinais à le garder. Aujourd’hui, j’en suis à me repentir très amèrement de ma confiance [...] étant mal avec le slave et devant très probablement arriver à être plus mal encore lorsque l’instant des grands comptes arrivera »9.

9Féval ne put éviter le procès, mais il comprit sans doute à cette occasion que le métier d’homme de lettres s’apprenait aussi dans les milieux souvent troubles de la presse et des maisons d’édition.

10A lire les lettres écrites quelques années plus tard, on se rend compte du chemin parcouru ; le débutant naïf est devenu un homme de métier expérimenté, soucieux de son image de marque auprès du public, un professionnel veillant personnellement à tout, car le rôle qu’a pu jouer Anténor Joly est exceptionnel ; dans la grande majorité des cas, un romancier au XIXe siècle doit négocier lui-même directement avec les responsables du journal, et ne négliger aucun aspect de ce qui apparaît comme une stratégie de publication.

11Ainsi un romancier comme Féval doit être attentif à obtenir son tour de publication : en 1857, lors de la publication de Madame Gil Blas dans La Presse, Féval écrit à Charles Edmond alors directeur du journal :

« Mon cher confrère,
J’ai retrouvé ce matin dans mes traités la lettre de M. Girardin. Je n’en parlais hier qu’avec réserve, parce que, je l’avoue, j’en avais un peu oublié les termes.
Je vous donne ici copie de cette lettre, dont je tiens l’original à votre disposition.

  • 10 Lettre I-6.

Paris, 27 9bre 1856 Monsieur Paul Féval,
N’ayez aucune inquiétude sur l’exécution de nos conventions relativement à la publication de la 2e partie de Madame Gil Blas.
Cette seconde partie prendra son tour après le roman en cours de publication, à l’époque où vous le livrerez. Si vous tenez parole, si vous la livrez en janvier, ce sera après le roman de Madame Sand. Le prix de cette seconde partie etc...
S’il s’agissait, mon cher confrère, d’un roman non commencé, je n’insisterais pas. Mais je regarde comme mauvais, comme fatal, de faire attendre ainsi une suite à plaisir. Les termes de la lettre de M. Girardin ne font que consacrer un usage, basé sur la logique la plus élémentaire : une suite paraît toujours après l’ouvrage en cours de publication. L’intérêt manifeste du journal prime ici tous les tours. Or, par surabondance de droit, le tour est à moi.
Je vous laisse à qualifier, cher confrère, la nécessité où je suis de plaider la cause de mon livre comme un enfant qui débute. Vous avez eu la bonté de me dire hier des choses fort flatteuses sur la seconde partie qui est entre vos mains. Je ne crois pas être indiscret en ajoutant que vous êtes du même avis que moi sur l’évidente opportunité de la publication.
En conséquence, vous approuverez, j’en suis bien sûr, la détermination que je prends d’user de mon droit en réclamant de vous très formellement, de vous, rédacteur en chef du feuilleton de La Presse, le tour qui m’appartient.
Je répète qu’en toute autre circonstance, je me serais effacé avec plaisir devant M. Charles Monselet, dont j’apprécie hautement la valeur. Mais le cas est spécial. Il s’agit d’une suite. En me reculant, on me fait un tort incalculable. Je m’y oppose, et certes, ce n’est pas vous qui m’en voudrez pour cela... »10.

12En effet, en 1857, Féval sait que le succès d’un roman est lié à la continuité de la lecture, qu’une trop grande interruption est préjudiciable et nuira à la vente en librairie. Féval, qui obtiendra gain de cause auprès de Charles Edmond, nous apparaît à cette époque comme pleinement conscient des rapports étroits qui unissent la publication en feuilletons à l’édition en volume ; en effet, si le succès du volume dépend en grande partie du succès du feuilleton, le retard apporté à la parution du feuilleton retarde également la parution du volume, ce qui provoque un retard de paiement des droits d’auteur. C’est à éviter ce type de désagrément que l’écrivain professionnel se doit d’être attentif et lorsque malgré tout, il doit se plier aux exigeances éditoriales, il se plaint amèrement comme le montre une lettre écrite à Auguste Vitu en 1865 à propos de la publication de Cœur d’Acier :

  • 11 Lettre I-13.

« Je vous prie de charger à fond sur Limayrac quand vous irez au Constitutionnel. Il me fait attendre d’une façon vraiment cruelle l’insertion d’un livre qui aurait dû être publié au mois de mars [...]. Hachette aurait dû avoir mon roman pour l’édition au mois de juillet et voyez ma misère ! »11.

13Mais Féval sait aussi être clairvoyant et juger de l’opportunité d’une publication qu’il convient de ne pas précipiter à tout prix. Son roman Cœur d’Acier n’ayant pas paru à la date voulue, il n’hésite pas à en repousser de nouveau, mais cette fois de sa propre initiative, la publication afin d’éviter qu’il paraisse durant la session parlementaire. Le Constitutionnel, rendant quotidiennement compte des débats, ne publiait le feuilleton du « rez de chaussée » que lorsque la densité des comptes rendus le permettait ; c’est pour éviter de jouer les « bouche-trous » que Féval écrit au même Vitu :

  • 12 Lettre I-14.

« Désormais ce serait un désastre pour mon roman, si on le commençait avant l’adresse. Il serait assassiné. Voulez-vous prier Limayrac de le remettre après la discussion. Je pense qu’il tombera d’accord là-dessus »12.

14Son tour étant finalement acquis, le romancier doit encore guetter les publicités annonçant la parution prochaine de son roman dans le journal. Ainsi, la 3e partie de Madame Gil Blas est annoncée dans La Presse en juillet 1857, en même temps que : Les Beaux messieurs de Bois-Doré de George Sand et que Les Terres Antipodiques, roman publié sous la signature d’Alexandre Dumas ; l’annonce du roman de Féval ayant été imprimée avec des caractères plus petits que ceux utilisés pour les romans de Sand et de Dumas, Féval écrit le même jour deux lettres de protestation : la première adressée à Auguste Nefftzer – rédacteur en chef du journal–, la seconde à Charles Edmond. Dans sa lettre à Nefftzer, Féval écrit :

  • 13 Lettre I-8.

« Je trouve que les annonces de La Presse sont faites d’une manière bien blessante pour moi. Ces différences de caractères qui semblent rapetisser Mme Gil Blas vous paraissent-elles convenantes ? Le public classe les écrivains ; c’est son avoir suprême : je crois que ce droit n’appartient qu’à lui... »13.

15C’est avec le même souci de défendre son image de marque auprès du public que Féval reprend les mêmes arguments en s’adressant à Charles Edmond :

  • 14 Lettre I-9.

« ... En thèse générale, croyez moi, ces différences de caractères, possibles sur les affiches de théâtre, ne sont pas convenables quand il s’agit d’écrivains. On a coutume de respecter davantage la profession d’homme de lettres. En tous cas, ce serait au public seul de nous classer ainsi matériellement et ostensiblement... »14.

16Cette attention portée aux annonces et à tout ce qui environne la publication d’un roman conduit même, à l’occasion, l’écrivain à se substituer au rédacteur du journal et à rédiger lui-même le « chapeau » qui rattache une nouvelle partie d’un roman à la précédente ou un roman à un cycle ; ainsi Féval rédigera-t-il, sans les signer, les petits textes préliminaires aux deuxième et troisième parties de Corbeille d’histoires, récit dont la publication dans L’Univers en 1878 et en 1879 avait subi de longues interruptions et dont il fallait rappeler les péripéties aux lecteurs. De même, en mars 1857, Féval écrit à Nefftzer :

  • 15 Lettre I-7.

« ... Je vous adresse la petite note que vous m’avez demandée. Je vous prie très instamment de la publier demain lundi, vous me l’avez promis hier. Il est temps, il est grand temps de désabuser vos abonnés qui doivent croire que ce roman est remis aux calendes grecques... »15.

17Il s’agit en l’occurence d’une annonce précédant de quelques jours la parution de la deuxième partie de Mme Gil Blas ; le texte de la note établissant la liaison entre la première et la deuxième partie du roman peut également servir à la publicité de celui-ci, ce que Féval ne néglige pas en écrivant :

  • 16 Dans la Presse du mardi 24 mars 1856 (voir nos notes à la lettre 1-7).

« [Mme Gil Blas] roman dont la première partie a excité un si vif et si légitime intérêt. Nous pouvons présager à cette nouvelle partie un succès plus grand encore, s’il est possible, que celui des volumes déjà publiés »16.

  • 17 Lettre I-50. Géraud, avocat de profession, surnommé « Géraud l’emporte pièce » est un des principa (...)
  • 18 Lettre I-31.
  • 19 Lettre I-10.

18Mais avant de veiller à la publication d’un roman dans de bonnes conditions, encore faut-il parvenir à le placer dans un journal ; là encore – Joly étant répétons le une exception – le romancier doit se charger lui-même des démarches à entreprendre auprès des directeurs de journaux. Nous avons un curieux exemple des aléas de la publication avec le roman : Bouche de fer dont plusieurs lettres évoquent les pérégrinations. Une lettre à Nadar de 185817 nous apprend que Bouche de fer, dont le titre est alors Géraud l’emporte pièce, doit paraître dans Le Monde illustré ; il n’y paraîtra pas. L’année suivante, Féval informe Hetzel18 que le roman, sous son titre définitif de Bouche de fer, est vendu à l'Union, journal dans lequel il ne paraîtra pas non plus. Enfin, en 1861, Féval propose son roman à La Presse qui l’accepte et en commence la publication dès la fin de l’année. L’histoire du placement de son roman doit retenir notre attention pour deux raisons ; tout d’abord, elle nous permet de constater que Féval sait faire taire son orgueil devant la nécessité ; en effet, lorsqu’en 1861 il propose son roman à La Presse, Féval est « en froid » avec les responsables du journal auquel il ne collabore plus depuis quatre ans. Et lorsqu’il joint à l’envoi du manuscrit une lettre disant :19

  • 20 Lettre I-11.

« ... Lors de mes réclamations pour le prix de Mme Gil Blas, M. Millaud m’a dit qu’il me dédommagerait à la première affaire. Je vous prie de me faire avoir tout uniment mon prix : celui que j’ai partout et que je vous établirai, si vous voulez, par mes traités du Pays, de La Gazette, du Siècle, etc... 30 centimes la ligne, sans déduction des blancs... »20,

19il ne sauve que les apparences, trop heureux de placer enfin un roman qu’il a sur les bras depuis trois ans.

20La seconde raison pour laquelle l’histoire de la publication de ce roman est intéressante, tient à la notoriété que Féval acquiert avec Le Bossu. Ce roman publié en feuilletons dans Le Siècle en 1857 fut à n’en pas douter l’un des plus grands sinon le plus grand succès de Féval ; il est dès lors surprenant de constater qu’en 1858 puis en 1859, soit sitôt après sa publication dans la presse puis en volumes, Féval éprouve des difficultés à placer une œuvre nouvelle. C’est qu’en fait, s’il est vrai que Le Bossu fut apprécié d’abord sous sa forme romanesque, il semble que l’extraordinaire vogue qui sera la sienne ne commencera qu’en septembre 1862, lorsqu’il sera porté sur la scène de théâtre de la Porte Saint Martin. Ainsi donc et nous aurons l’occasion d’y revenir, il apparaît que le théâtre peut jouer un rôle important, voire déterminant, dans la carrière d’un romancier.

21Mais le feuilleton n’est qu’une première étape, indispensable certes pour la publicité et pour le revenu que ce mode de publication procure, mais insuffisante pour un écrivain qui a conscience que son métier est aussi un art. La seconde étape de la publication d’un roman est l’édition en librairie ; il ne s’agit pas là seulement d’une ressource supplémentaire mais aussi d’une reconnaissance de l’écrivain car le volume confère au texte publié son statut d’œuvre et lui assure la durée. Féval résume très bien les avantages respectifs des deux modes de publication dans une lettre à Jules Claretie, lequel a des difficultés avec la commission de colportage pour la publication en feuilletons de son roman : L’Assassin :

  • 21 Lettre II-5.

« ... Que vous importe, puisque le volume est publié, vendu et reste comme étalon, quelques changements faits dans l’édition journal ? Je regarde la publication dans L’Événement comme très importante pour vous. Cela donne beaucoup d’élan au succès »21

  • 22 Conservée à la Bibliothèque Nationale sous la cote : Naf. 16.951 ; nous avons reproduit plusieurs (...)

22Nous n’avons, hélas, retrouvé que peu de lettres concernant les relations que Paul Féval entretenait avec ses éditeurs. Si les lettres adressées au plus important d’entre eux : Édouard Dentu, nous manquent encore, nous avons, outre les lettres concernant Chlendowski, pu étudier la correspondance que Féval adressa à Jules Hetzel entre 1856 et 185922 Ces lettres nous apprennent que sans être particulièrement tendus, les rapports entre les deux hommes ne furent pas pour autant toujours faciles ; cependant, au-delà des discussions d'intérêt, elles nous montrent un Féval attentif à la défense de la propriété littéraire et s’opposant à la contrefaçon belge. Rappelons que depuis de longues années, dans les pays limitrophes de la France et notamment en Belgique, des éditions pirates s’imprimaient à mesure que les feuilletons paraissaient dans la presse française. Leur impression rapide, de qualité médiocre, avait pour objectif de devancer l’édition française et de la concurrencer au-delà de ses frontières. Concurrence déloyale puisque l’édition, exempte de tout traité, étant à l’insu de l’auteur, celui-ci ne percevait aucun droit et le prix de revient des volumes de ce fait considérablement abaissé permettait un prix de vente sans commune mesure avec celui auquel se vendaient les volumes in-octavo français. Jules Hetzel qui, dans l’exercice de sa profession, avait déjà eu à souffrir de cette « piraterie », profita de son exil en Belgique pour créer une collection de livres de petit format destinée à concurrencer à son tour la contrefaçon et permettre la vente des livres français à l’étranger. Se réservant une diffusion hors des frontières françaises, Hetzel payait aux auteurs des droits et leur garantissait une édition de qualité. Encore fallait-il qu’Hetzel publie suffisamment tôt ses petits volumes afin de ne pas voir le marché déjà inondé par la contre façon : c’est parce qu’il est engagé aux côtés de son éditeur dans cette course à la publication que Féval enverra à Hetzel copie de ses manuscrits au fur et à mesure de leur rédaction ou lui fera parvenir, par l’intermédiaire du prote du journal Le Siècle, les épreuves du Bossu alors en cours de parution.

23S’il est vrai que le contenu des lettres adressées à Hetzel insiste en plusieurs endroits sur l’aspect financier de l’entreprise, il n’est pas douteux que pour celui qui allait devenir, quelques années plus tard, l’un des plus ardents partisans de la défense des droits de l’écrivain, l’aspect moral revêtait une importance pour le moins égale à l’aspect matériel.

24Une fois le texte publié, en feuilletons puis en volume, le romancier doit également être attentif aux réactions de la critique qui peuvent s’avérer déterminantes.

25Féval ne négligera jamais l’importance des critiques-plusieurs d’entre eux tels : Auguste Vitu, Auguste de Belloy ou Louis Ulbach devinrent très tôt de ses amis – ; la correspondance, abondante, qu’il leur adressa permet de dégager la ligne de conduite qu’un romancier se devait de suivre à leur égard, surtout s’ils n’étaient pas de ses intimes. Dans un premier temps, il sollicite leur appui, soit directement et en y mettant les formes :

  • 23 Lettre I-46.

« Cher ami,
Je vous ai glissé à l’oreille que je croyais avoir fait mon livre cette fois-ci. C’est peut-être l’illusion d’un vieil oiseau. Vous me le direz, car je vous prie de lire La Province de Paris avec soin, comme si c’était décidément quelque chose »23 ;

26soit toujours directement mais sur un ton plus familier quand la lettre est adressée à Vitu :

  • 24 Lettre II-7.

« [...] J’ai besoin d’un coup d’épaule pour la mise en vente de la cavalière »24 ;

27ou encore indirectement :

  • 25 Lettre I-14.

« [...] Je vous ai mis en postage Les Gens de la noce. It is a pretention, une faiblesse. Je me figure avoir fait quelque chose de nouveau. Ayez donc la bonté de me désigner un rédacteur du Constitutionnel qui soit à vous et à qui je puisse donner un exemplaire avec certitude qu’il fera un article... Si vous connaissez quelqu’un au Pays, dites aussi... »25.

28Puis, l’article ayant paru, Féval remercie toujours le signataire, qu’il soit modeste rédacteur au Gaulois :

  • 26 Lettre I-45.

« Cher confrère,
Je vous remercie du mot tout amical que vous avez mis dans Le Gaulois sur La Province de Paris. On est pris de faiblesses en vieillissant et j’avais tant travaillé ce petit livre que je l’aimais (au fait, je l’aime encore) comme s’il en valait la peine.
Merci de nouveau et permettez moi de vous envoyer à cette occasion une bonne poignée de main. »26

29ou prestigieux critique au Moniteur Universel, comme Théophile Gautier à qui Féval envoie ce billet pour le remercier de sa bienveillance à l’égard du Capitaine Fantôme, drame que la critique avait dans son ensemble jugé avec une extrême sévérité :

  • 27 Lettre I-44.

« Mon cher Gautier,
Merci de tout cœur. Votre article vraiment généreux, dans la circonstance, a mis du baume sur les contusions dont ma triste vanité est toute bleue.
Je ne souhaite pas que vous ayez jamais besoin d’un si petit que moi, mais je demande une occasion de vous rendre le plaisir que vous m’avez fait.
Il est bon d’avoir affaire aux forts.
Votre dévoué et abondamment battu Paul Féval »27.

30La critique peut également servir de porte parole à l’écrivain pour défendre l’image de marque de son œuvre. En 1851, Commerson et Deslandes ayant utilisé le titre d’un roman de Féval pour baptiser un de leurs vaudevilles, Féval écrit aussitôt à Lireux, critique dramatique au Constitutionnel, la lettre suivante :

  • 28 Lettre I-42.

« Mon cher Lireux,
On m’a pris aux Variétés mon titre de la Quittance de minuit, pour une petite comédie. J’avais beaucoup travaillé ce roman qui a paru aux Débats. Je voudrais qu’on ne confondît pas mon plaidoyer en faveur de l’Irlande catholique avec cette histoire de chameaux roses, quand même l’histoire serait meilleure que mon roman, ni qu’on pût croire que l’un a inspiré l’autre.
Si vous rendez compte de la pièce, voulez-vous dire que c’est le noir et le blanc ? »28.

  • 29 Le texte de cette biographie est reproduit à la fin du Choix de lettres... (op. cit.) p. 171-174. (...)

31La distinction entre critique et publicité est des plus minces et il arrive qu’à l’occasion Féval se substitue au critique et rédige lui-même un article le concernant. Ce fut le cas en 1859 lorsqu’il écrivit sa propre biographie, empruntant en la circonstance la signature de son ami Nadar. L’article, légèrement augmenté par Nadar, parut en regard de son portrait charge dans le numéro du 9 avril 1859 du Journal amusant29.

  • 30 Sous la cote : Naf. 24.270.

32La correspondance à Nadar conservée à la B.N.30 est intéressante à plus d’un titre ; elle nous montre notamment un Féval particulièrement conscient de l’excellent support publicitaire que constituait déjà l’image, et plus précisément la caricature à son époque ; c’est pourquoi, dans ses lettres, on voit Féval reprocher à son ami de ne pas le croquer assez souvent ou encore lui suggérer des sujets de bois le représentant.

33On pourrait multiplier les exemples illustrant, avec une acuité accrue par le temps, le souci qu’avait Féval de voir la diffusion de ses œuvres s’opérer à tous les niveaux dans les meilleures conditions. Sa correspondance témoigne de sa parfaite connaissance du marché littéraire dont il n’ignorait ni les règles ni les pièges, et s’il avait déjà suffisamment de talent pour réussir, ne doutons pas que son professionnalisme servit à merveille ce talent, et lui ouvrit encore plus grandes les portes du succès.

  • 31 Auguste Delaigue, op. cit. p. 96.

34C’est donc à la lumière de ces quelques enseignement que l’on peut déjà corriger l’image de Féval que nous laissait Auguste Delaigue en 1890 lorsqu’il écrivait : « Quant à Féval, il vécut au milieu de sa nombreuse famille, travaillant constamment et ne faisant aucune réclame pour ses œuvres »31.

  • 32 Lettre I-33.
  • 33 Lettre I-37.

35Cependant, un homme de lettres au XIXe siècle est rarement cantonné dans un genre. Les romanciers en particulier lorgnent toujours du côté du théâtre ; en effet, le théâtre, alors très populaire, donne plus de notoriété que le roman – nous en avons eu un exemple avec Le Bossu – et peut s’avérer plus lucratif. Même si un romancier n’écrit pas pour le théâtre, il ne peut s’en désintéresser car d’autres portent alors ses œuvres romanesques à la scène et une partie de son prestige est en jeu. Féval quant à lui, ne laissa à nul autre le soin d’adapter ses œuvres et consacra une part importante de ses activités au théâtre ; la liste de ses pièces représentées (17 titres) ne rend compte que d’une partie des projets qui l’occupèrent entre 1845 et 1876. C’est en effet en 1845 que nous trouvons la première trace d’une tentative de collaboration. Dans sa lettre32, le jeune romancier encore bien timide demande à un confrère de vouloir bien l’accepter comme « marmiton dans quelque ragoût dramatique ». Nous ne savons quelle suite fut donnée à ce projet à l’ambition modeste mais à dater de cette époque, Féval multipliera des tentatives qui bien souvent avorteront et les noms de tant de collaborateurs pressentis comme : Albert-Monnier, Gustave Desnoireterres, Emile Vanderburch, Lambert Thiboust et même Alexendre Dumas (pour une adaptation de son roman : Olympe de Clèves)33 n’apparaîtront jamais au côté de celui de Féval sur une affiche de théâtre ; ils n’en témoignent pas moins de l’intense activité du romancier en ce domaine ; ce qui lui fera écrire à Vitu en 1863 :

  • 34 Lettre inédite coll. J.P. Galvan.

« [...] Ma vie est devenue impossible, depuis que je fais du théâtre, attendu que j’ai voulu réaliser ce rêve de faire du théâtre sans abandonner le roman. Aux heures où je vivais, ce sont à présent des collaborations qui se croisent et s’enchevêtrent. Cela n’aboutit pas encore beaucoup, cela n’aboutira peut-être jamais, mais nul ne pourra dire que je n’ai pas pioché comme un esclave [...] »34.

36Notons qu’à l’occasion, la stérilité d’un projet permet à Féval d’exercer ses talents d’humoriste comme en témoigne cette lettre à Lambert Thiboust :

  • 35 Lettre I-36.

« [...] Je suis Oronte, vous êtes Philis. De temps en temps, des échos me viennent et me chantent ce couplet :
Lambert Thiboust veut faire une pièce avec vous.
Très bien !
Il le veut absolument, ce Lambert Thiboust !
Parfait !
Mais absolument ! absolument ! ! !
Qui diable l’en empêche ?
Les saisons, le destin, l’amour, la jeunesse...
Pendant cela, Philis, mes dernières dents tombent et mes premièrs cheveux ne repoussent plus. Fugit irreparabile tempus !
Voulez-vous collaborer avec une momie ?... Je ne croirai à vous que le surlendemain du jour où l’on aura joué la pièce que vous ne ferez jamais avec pauvre moi [...] »35.

37Parmi les pièces qui eurent les honneurs de la scène, bien peu remportèrent un réel succès et si le public se pressa aux représentations du Fils du diable, des Mystères de Londres et du Bossu, la majorité des autres pièces signées ou co-signées par Féval passa inaperçue, ne se distinguant pas de la production abondante et médiocre de l’époque. Dans son article nécrologique paru dans Le Monde illustré, Charles Monselet expliquera en mars 1887 les échecs de Féval en écrivant :

« Il y a même lieu de supposer que, doué comme il l’était d’une si puissante organisation, il aurait pu fournir une très brillante carrière théâtrale si les circonstances et les directeurs l’avaient voulu et lui avaient fait le chemin plus facile. Mais quoi ! On me croira difficilement ; dans la force de l’âge et du talent, à la tête d’une renommée éclatante et légitimement acquise, Paul Féval, chaque fois qu’il prétendait aborder la scène, se heurtait à des obstacles qui paraissaient ordinairement réservés aux débutants ».

38C’est effectivement un Féval aigri que nous révèle une lettre de 1875 adressée à la veuve d’Amédée Achard. Féval, en butte à la mauvaise volonté des responsables du théâtre de l'Ambigu qui hésitent à faire représenter Belle Rose, écrit :

  • 36 Lettre I-38.

« ... Vous vous êtes étonnée de l’horrible répugnance que j’ai à m’occuper du théâtre. Le théâtre est l’enfer : un enfer pauvre et cauteleux, repoussant, hideux... »36.

39Pourtant Féval occupera à trois reprises le poste de vice-président de la société des auteurs dramatiques et, dans les années 1870, il entamera une série de conférences dans lesquelles il se fera le défenseur de la moralité au théâtre, lui reprochant son mercantilisme et son absence de pudeur car il l’écrira lui-même :

  • 37 Lettre inédite coll. J.P. Galvan.

« ... C’est le commerce qui amène l’immoralité, c’est à dire l’abaissement du théâtre... »37.

40Malgré une médiocre carrière d’auteur dramatique, Féval jouissait au milieu des années 1860 d’un prestige dont l’importance nous est rendue par le rôle qui lui fut dévolu au sein de la société des Gens de Lettres.

41Rappelons que dès 1837, Louis Desnoyers, directeur du Siècle, voulant constituer une association d’hommes de lettres pour la défense de leurs droits et la promotion de leur statut d’écrivain, avait été à l’origine de la création de la Société des Gens de Lettres. Si quelques mois plus tard, ce fut Balzac qui, à la tête du Comité de la Société, revendiqua le droit à l’écrivain de disposer de son œuvre, les destinées de la Société des Gens de Lettres furent bientôt confiées à des écrivains plus obscurs sans doute mais toujours investis d’une mission qui à nos yeux témoigne de la place qu’ils occupaient parmi les littérateurs de leur temps. Ces écrivains, de nos jours qualifiés de « populaires », étaient alors les représentants du professionnalisme en littérature et leur connaissance du marché de l’édition avec lequel ils étaient quotidiennement en prise leur permettait à eux plus qu’à quiconque de mener une action efficace.

42Après avoir assuré un moment la vice-présidence du Comité de la Société en 1848, Paul Féval fut élu à cinq reprises président : tout d’abord de février 1865 à mars 1868 puis de mars 1874 à avril 1876. Il n’est pas question ici de rendre compte des multiples activités menées par Féval durant ces cinq années aussi ne retiendrai-je que deux exemples montrant combien, au-delà de son cas personnel, Féval était attaché à la conquête d’un véritable statut d’écrivain.

43C’est en 1867 que l’occasion lui fut offerte de montrer son profond attachement au concept de la propriété littéraire. Au fil des années, la Société avait obtenu le contrôle de la publication des œuvres littéraires dans les journaux reproducteurs et s’était attachée à établir des traités avec les pays étrangers. C’est dans le souci de poursuivre l’œuvre de ses prédécesseurs et en particulier de Balzac qui, il le rappellera, fut le premier à mener le combat de la propriété littéraire, que Paul Féval, n’hésitant pas à abandonner un roman en cours de rédaction, se rendra à Genève en janvier 1867. Il s’agissait, à cette occasion, de défendre un sociétaire, M. Henri Augu, à l’insu de qui un journal genevois, La Nation suisse, avait reproduit un roman sans mentionner le nom de son auteur et, qui plus est, en changeant son titre. Arrivé à Genève, Féval prononça un discours duquel j’extrais les phrases suivantes, montrant bien qu’il entendait donner à cette affaire un caractère exemplaire :

« Le fond du débat, ici, est peu de chose au point de vue matériel ; au point de vue moral, le résultat de la lutte doit fixer un grand principe, soit aujourd’hui, soit dans l’avenir. Les paroles prononcées dans cette enceinte auront leur écho au-dehors. Nous ne plaidons pas seulement devant vous messieurs, mais devant l’opinion européenne ».

44Plus loin, il ajoutait :

  • 38 Le texte du discours fut publié dans la Liberté du 12. I. 1867 et dans la Chronique de la Société (...)

« Je suis ici seulement pour témoigner, par ma présence, de l’intention réfléchie, –inébranlable–, où sont les littérateurs français d’affirmer leur droit à l’étranger et d’en poursuivre l’application par toutes les voies légales. Je ne cache pas que la Société des gens de lettres a saisi avec empressement l’occasion de commencer une guerre où la victoire lui est assurée »38.

45Les responsables du journal La Nation suisse se défendaient en prétextant que le peuple suisse avait refusé de ratifier le traité internationnal du fait que l’entrée de leurs journaux en France souffrait d’une mesure d’interdiction. Féval avouait regretter cette atteinte à la liberté de la presse mais il estimait que son caractère essentiellement politique ne pouvait avoir aucun lien avec la protestation d’ordre privé élevée par la Société. L’affaire donna finalement lieu à un procès ; le verdict condamna symboliquement le gérant de La Nation suisse à verser une somme de 50 F. La Société des Gens de Lettres sortit grandie de ce procès qui fit date dans ses annales et une large publicité fut faite au succès qu’avait emporté la défense de la propriété littéraire en la personne de Paul Féval. Cependant, à propos de ce procès, un sociétaire reprocha à Féval son trop grand réalisme financier et menaça de quitter la Société, ce qui motiva de la part de l'écrivain la réponse suivante :

  • 39 Lettre inédite coll. J.P. Galvan.

« [...] Personnellement, je serais affligé, si les idées émises par moi dans mon discours de Genève étaient pour quelque chose dans votre décision. Un esprit aussi distingué que le vôtre pourrait-il confondre le sentiment de propriété avec le mercantilisme ? S’il ne s’agit pas de cela dans votre pensée, je dois vous dire qu’ils sont nombreux ceux qui ne consentiront jamais à faire une société marchande de la Société des Gens de Lettres »39.

46C’est malgré tout auréolé de son succès à Genève qu’au début de cette même année 1867, Féval rêve de l’organisation d’un congrès littéraire international. Dans une lettre à Emmanuel Gonzalès, alors délégué du comité, Féval écrivait :

  • 40 Lettre II-8.

« La grande machine de l’exercice actuel doit être le congrès (s’il se fait). C’est une admirable aubaine pour la Société, et cette année peut-être la « master piece » de notre histoire sociale [...] »40.

  • 41 Voir notre introduction à : au service de la Société des gens de lettres in Choix de lettres... op (...)

47Déjà en ajoutant les mots suivants : « Mais l’argent ?... sans argent rien. », Féval mettait le doigt sur ce qui allait être la pierre d’achoppement du projet. Champfleury alors questeur de la Société ayant donné, trois mois plus tôt, lecture d’un projet de congrès destiné à mettre en rapport les littérateurs de tous les pays à l’occasion de l’Exposition universelle, Féval, le 16 juin 1867, réunissait les membres de la Société en assemblée générale et exposait les objectifs du congrès. Celui-ci devait avoir pour effet de créer à l’étranger des sociétés analogues à la Société des Gens de Lettres ; sans doute Féval pensait-il voir ainsi s’étendre et s’harmoniser le concept de propriété littéraire. Il insistait sur la désunion qui existait depuis des siècles entre les lettres des différentes nations, et sur l’union et la solidarité qui, grâce au congrès, allaient exister entre elles demain. Cependant, la Société ne disposait pas de moyens suffisants pour assumer l’organisation d’une telle rencontre : aussi une somme de 10.000 F fut-elle accordée par l’Empereur comme subside. Cette somme serait venue à point nommé si la libéralité du gouvernement, donnant au congrès une tournure semi-officielle, n’avait jeté le trouble au sein du comité, certains voyant là une tentative de récupération de la Société de la part du gouvernement impérial. Féval, ne pouvant plus obtenir une majorité pour la réalisation du congrès dans ces conditions nouvelles et ne voulant pas exposer la société à une nouvelle crise (lors de son premier mandat, en 1865, Féval avait été bien près de voir la Société se disloquer à l’occasion de la publication du Trésor littéraire)41, fit publier dans la Chronique de la Société des Gens de Lettres d’août 1867 une longue note ménageant les susceptibilités de chacun. Dans le contenu de cette note, il était prétexté que l’exposition étant déjà arrivée au milieu de sa durée, que les travaux d’organisation n’étant pas assez avancés et que des congrès étrangers se préparant, le comité préférait renoncer au congrès littéraire international. En octobre 1867, Féval obtint toutefois que les 10.000 F seraient affectés à la fondation d’une pension en faveur d’un homme de lettres nécessiteux ; la somme fit l’objet d’un placement financier et les revenus en furent distribués de cette façon chaque année.

48Féval regretta de ne pas rencontrer de véritable consensus au sein de la Société et de voir son projet se briser contre une opposition où les partis pris politiques faisaient oublier les ambitions communes. C’est désabusé, qu’il écrira à Nadar dont il sut conserver l’amitié malgré de profondes divergences d’opinions :

  • 42 Lettre II-11.

« ... Pour ce qui regarde la Société, jamais nous ne nous entendrons tous les deux. La Société ne peut vivre sans le gouvernement. Pour quiconque sert un ensemble de personnes, le gouvernement, tout gouvernement est une fatalité qui existe comme la pluie, comme le soleil, et avec laquelle il faut compter. Tu serais gouvernement que je compterais avec toi, si je servais une compagnie !...
J’ai donné à un obscur devoir beaucoup d’argent et toute ma popularité. Après quoi je m’en vais en silence, gardant mon opinion, mais n’en étant pas plus fier...42 »

49Abandonnant la présidence à la fin de l’exercice 1867, Féval restera cependant au service de la Société à la tête de laquelle il sera rappelé six années plus tard.

50La correspondance de Paul Féval nous permet donc, à partir de l’étude d’un cas particulier, d’éclairer les différents aspects de la production littéraire du XIXe siècle. Féval, écrivain populaire à succès mais de second plan, apparaît à ce titre comme représentatif de toute une catégorie de romanciers qui étaient, à leur époque, la réalité de la lecture et qui, tout en faisant fonctionner le marché littéraire, concouraient au développement de la profession d’homme de lettres.

51La réunion des lettres de Féval ne fait que commencer mais déjà, au-delà de leur intérêt purement biographique, ces documents nous livrent un témoignage que nous aurions sans doute tort de négliger.

Notes

1 Charles Buet : Paul Féval : Souvenirs d'un ami, Letouzey et Ané, s.d. (1887). Oscar de Poli : Paul Féval : lettres et souvenirs in Revue du monde catholique, 1er mai et 1er juin 1887. Edmond Biré : « Correspondance inédite de Paul Féval » in Histoire et littérature, Lyon librairie générale catholique et classique 1900.

2 La plupart des lettres dont nous reproduisons des extraits peuvent être lues intégralement dans l’édition que nous avons établie : Paul Féval choix de lettres inédites (ouvrage publié par l’université de Nancy II et l’Association des amis du roman populaire). Nous renvoyons donc à ce volume en indiquant le classement de la lettre à l’intérieur de celui-ci. Dans le cas présent, la lettre à Veuillot mentionnée est classée : III-6.

3 C’est dans le Courrier français que parut du 23/IX au 27/X/1843 le premier roman de Féval : la Forêt de Rennes ; ce roman sera réédité par la suite sous le titre : Le Loup blanc.

4 L'Univers publia le dernier roman de Féval : Corbeille d’histoires du 19/IX/1878 au 31/VIII/1879.

5 Lettre 1-3.

6 Traité avec Louis Chlendowski du 2 février 1847 (correspondance Balzac, édit. R. Pierrot tome V p. 196-197).

7 Traité avec Prosper Deville du 21 janvier 1847 (Corr. Balzac opus cité p. 184-185).

8 Chlendowski avait édité le premier roman de Féval : la Forêt de Rennes en 3 volumes in-8° (B.F. 21 XII 1844) puis en 1845 : les Fanfarons du roi et les Contes de nos pères ; en 1846 : Fontaine aux perles et depuis la fin de 1846, se succédaient les volumes de la Quittance de minuit et du Fils du diable.

9 Lettre I-21.

10 Lettre I-6.

11 Lettre I-13.

12 Lettre I-14.

13 Lettre I-8.

14 Lettre I-9.

15 Lettre I-7.

16 Dans la Presse du mardi 24 mars 1856 (voir nos notes à la lettre 1-7).

17 Lettre I-50. Géraud, avocat de profession, surnommé « Géraud l’emporte pièce » est un des principaux personnages de Bouche de fer.

18 Lettre I-31.

19 Lettre I-10.

20 Lettre I-11.

21 Lettre II-5.

22 Conservée à la Bibliothèque Nationale sous la cote : Naf. 16.951 ; nous avons reproduit plusieurs de ces lettres dans notre Choix de lettres inédites.

23 Lettre I-46.

24 Lettre II-7.

25 Lettre I-14.

26 Lettre I-45.

27 Lettre I-44.

28 Lettre I-42.

29 Le texte de cette biographie est reproduit à la fin du Choix de lettres... (op. cit.) p. 171-174. Féval ne fut pas le seul à publier son autobiographie sous la signature de Nadar ; une lettre de ce dernier à Hippolyte Lucas nous apprend que c’est Nadar lui-même qui sollicitait ainsi la collaboration de ses contemporains. (Bibl. de Rennes : Livre d’or d’H. Lucas T. X).

30 Sous la cote : Naf. 24.270.

31 Auguste Delaigue, op. cit. p. 96.

32 Lettre I-33.

33 Lettre I-37.

34 Lettre inédite coll. J.P. Galvan.

35 Lettre I-36.

36 Lettre I-38.

37 Lettre inédite coll. J.P. Galvan.

38 Le texte du discours fut publié dans la Liberté du 12. I. 1867 et dans la Chronique de la Société des gens de lettres de février 1867.

39 Lettre inédite coll. J.P. Galvan.

40 Lettre II-8.

41 Voir notre introduction à : au service de la Société des gens de lettres in Choix de lettres... op. cit. p. 80 et suiv...

42 Lettre II-11.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires de Rennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540