Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paul Féval, romancier populaire

 | 
Jean Rohou
, 
Jacques Dugast

Paul Féval romancier espagnol

Jean-François Botrel

Texte intégral

« ... les chercheurs n’aiment que l’herbe courte qui a peine à repousser dans les sentiers déjà tondus ».
(Paul Féval, Le Capitaine Fantôme)

1Il ne s’agit pas d’une supercherie littéraire, mais d’un double phénomène d’histoire culturelle : en Espagne, les romans de Paul/Pablo Féval ont, comme ceux d’« Alejandro » Dumas ou de « Javier » de Montepin, longtemps fait partie de cette abondante littérature « hispanisée » par la traduction ou l’adaptation, à défaut de production « originale » suffisante, et consommée, avant de devenir, pour certains d’entre eux, des « classiques » du roman populaire ; en France, Féval a sacrifié, peu ou prou, à la mode espagnole en produisant, à son tour, des images qui ont contribué à figer les représentations de l’Espagne dans l’imaginaire français. Paul Féval et son œuvre permettent donc d’illustrer un principe souvent négligé par l’histoire littéraire, quand elle n’est pas historique, à savoir que la littérature n’a pas obligatoirement de patrie et qu’en l’occurrence, on peut bien avoir été rennais et faire partie du patrimoine espagnol, à travers ces autres textes que sont les traductions ; mais aussi qu’un nationalisme bien compris passe souvent par l’incompréhension de l’Autre, les formes quasi-racistes que peut parfois revêtir l’utilisation des motifs de l’exotisme espagnol dans la littérature servant, implicitement, chez Féval, comme chez d’autres, à conforter mythiquement le sentiment d’une supériorité française de moins en moins affirmée d’ailleurs.

1. Féval en Espagne

2Au moment où Féval commence à écrire pour le grand public, la mode du roman français bat son plein en Espagne, au point que celle-ci n’est plus, selon l’expression de Mesonero Romanos, qu’une « nation traduite ». J.F. Montesinos (1966) a répertorié près de 700 traductions de ce genre entre 1841 et 1849 (102 en 1843, année record), dont environ 80 % d’œuvres françaises. On y constate un engouement tout particulier pour Paul de Kock, Eugène Sue et Alexandre Dumas qui prennent le relais de Mme de Genlis, Mme Cottin, Ducray-Duminil, Arlincourt, etc., mais aussi pour Paul Féval dont les œuvres connaissent alors, à en juger par le nombre d’éditions, autant de succès que celles de Frédéric Soulié, George Sand ou Victor Hugo.

  • 1 Le détail des éditions en espagnol de l’œuvre de Paul Féval figure dans Paul Féval, Rennes, Biblio (...)
  • 2 Cette hispanisation du prénom de Paul Féval est à interpréter comme une appropriation de son œuvre (...)

3Symptomatiquement, on trouve sans doute la première trace de Féval en Espagne sous forme d’un plagiat de sa première œuvre à thème hispanique : La Espada del rey Pelayo, signée de Nicolás Magán dans le Semanario Pintoresco en 1843 (VIII), où l’on peut reconnaître La Dague du roi Pélage (Mon-tesinos, 1966, 94). Mais, alors qu’un véritable « fléau » de Mystères s’abat sur l’Espagne, c’est avec Les Mystères de Londres que l’hispanisation de Féval – son acclimatation comme romancier espagnol – se fait de façon immédiate et spectaculaire : à peine une année après leur parution en France Los Misterios de Londres sont déjà publiés à Madrid, Cadix, Malaga, Séville, Barcelone et Valence, où l’on trouve aussi en 1844 une traduction de La Femme blanche des marais (La Mujer blanca)1. Sir Francis Trolopp va ensuite céder la place à Mr Paul Féval mais aussi à Pablo Féval, ainsi qu’on peut le constater, en 1847, dans l’édition barcelonaise des Chevaliers du firmament (Los Caballeros del firmamento), des Libérateurs d’Irlande (Los Incendiarios de Irlanda, Cádiz, 1847), du Banquier de cire (El Banquero de cera, « obra escrita en francés por Pablo Féval », dit le sous-titre de l’édition barcelonaise de 1847) ou du Club des phoques (El Club de los anfibios) publié en 1848 par l’éditeur et romancier W. Ayguals de Izco dans la collection « El Novelista universal »2.

4Avec Les Amours de Paris, Le Fils du diable, Le Mendiant noir et Alizia Pauli, c’est donc dix titres de Féval qui sont traduits entre 1844 et 1849, avec un total de 33 éditions.

5On remarquera la rapidité avec laquelle les éditeurs – les Mellado, A. de Izco, Mayol et autres Montfort – s’emparent des œuvres, avant même, parfois, qu’elles aient achevé de paraître en feuilleton : El Mendigo negro est publié à Madrid la même année que Le Mendiant noir, tout comme El Hijo del diablo (Le Fils du diable) ou Alizia Pauli. Au pire, l’édition espagnole est en vente l’année suivante comme dans le cas des Libérateurs d’Irlande (Los Incendiarios de Irlanda), seul Le Banquier de Cire faisant apparemment exception.

  • 3 Le prix de ces volumes est compris entre 10 et 12 réaux, c’est-à-dire l’équivalent de 6 à 8 pains (...)

6La plupart de ces éditions obéissent aux caractéristiques du livre dit « ro-mantique », où il serait intéressant de rechercher les influences françaises via Barcelone, en particulier dans le domaine des illustrations, car ces longues séries de petits volumes in-16 ou in-18 (13 in-16 dans le cas de El Hijo del diablo dans l’édition madrilène de 1846, par exemple) comportent le plus souvent des planches gravées dans l’acier3.

  • 4 On retiendra, par exemple, qu’entre 1844 et 1912, neuf éditions d’œuvres de Féval sont parues à Ma (...)
  • 5 Le théâtre de Féval ou les adaptations dramatiques de ses œuvres ne semblent pas avoir rencontré b (...)

7Enfin, on est frappé par la multiplicité des lieux d’édition : à ceux déjà signalés, il faut, en effet, ajouter La Havane, New-York, Mérida de Yucatán, Manille et Mexico4. On observe en effet à cette époque une sorte de flambée de l’édition en dehors des centres traditionnels de Madrid, Barcelone et accessoirement Valence qui aura peut-être amené un éditeur gaditan à traduire imprudemment Les Libérateurs d’Irlande à un moment où... l’Ecosse acessé de faire recette ; on ne connaît en tout cas pas d’autres éditions de Los Incendarios de Irlanda. D'ailleurs la quasi totalité de titres parus avant 1850 n’aura plus de vie au-delà de 1865 : seul El Hijo del diablo qui bénéficie quasi immédiatement de deux adaptations à la scène (en 1848 à Barcelone et en 1849 à Madrid) poursuivra sa carrière jusque dans les premières années du XXe siècle5, tandis que Los Amores de Paris connaîtra un regain de succès entre 1906 et les années 1930. Quant aux Misterios de Londres, ils attendront, semble-t-il, plus de cent ans (de 1867 à 1970) pour être réédités à Barcelone, dans une collection intitulée « Roman gothique et feuilletonesque ».

8De cette période on retiendra néanmoins le succès indéniable rencontré par Paul Féval en Espagne, et même au-delà, qui a fait en particulier que sur les 22 livres parus en France sous son nom entre 1843 et 1849 (Spoetberch, 1893), parmi lesquels un bon nombre d’œuvres dramatiques, 16 seront, en totalité ou en partie, finalement traduits en espagnol.

9Après 1850, l’essor du roman par livraisons accompagnant l’émergence d’une production nationale, avec Manuel Fernandez et Gonzalez ou Fernán Caballero (Ferreras, 1972 ; Botrel, 1974) et le renforcement de l’hispanisation d’un savoir jusqu’alors presque totalement dépendant de l’extérieur, de la France en particulier (Botrel, 1986), semblent avoir privé les romanciers français de cette sorte d’hégémonie dont ils jouissaient en Espagne, et Féval n’échappe pas au phénomène.

  • 6 A cette lecture de Paul Féval en espagnol, il faut ajouter la lecture en Espagne de Paul Féval en (...)

10Cela veut dire, par exemple, que sur les quelque 25 titres publiés en librairie jusqu’en 1858, date de parution du Bossu, seuls 15 feront, au bout du compte, l’objet de traduction totale ou partielle. Certains dans des délais encore rapides comme Le Volontaire (El Voluntario, Paris, 1854), Le Capitaine Simon (El Capitán Simon, Málaga, 1853), ou même Les Belles de nuits et Les Compagnons du silence qui seront publiés à la Havane sous le titre de Las Hijas de la noche et Los Compafieros del silencio, en 1854 et en 1861, respectivement. Mais c’est comme si les grands éditeurs barcelonais et madrilènes laissaient à ceux de la phériphérie le soin de publier les œuvres de Féval en volume. Quant à eux, ils semblent préférer les œuvres plus courtes et/ou des « reprises » qu’ils publient dans les collections ou « bibliothèques » de romans qui fleurissent alors. Après les « Horas de recreo » (« Heures de récréation, collection des meilleurs romans » ; Madrid, 1846-1849), et « El Novelista universal » (« Le Romancier universel », Madrid, 1848) qui avaient accueilli Le Fils du diable et Le Club des phoques, respectivement, la « Biblioteca universal » publiée sous la direction de D. Angel de los Ríos, dans son tome III, en 1852, reprend Le Banquier de cire (El Banquero de cera), qu’on trouve « pris » entre Corina o la Italia (sic) de Madame de Staël et Los Cincuenta francos de Juanita {Les cinquante francs de Jeannette) de F.G. Ducray-Duminil avec une illustration en xylographie, comme c’est désormais courant. Quant à « El Eco de los folletines » (« L’Echo des feuilletons », « archives choisies et économiques d'œuvres amènes et instructives de tous les temps et de tous les pays », Madrid, 1854-1856,9 tomes), il choisit de publier, dans son tome VII, Miss Olivia (16 pages et 3 illustrations) qui figure en compagnie de romans de Sue, bien sûr (dix), mais aussi d’œuvres de Nodier, A. Karr, Lamennais, A. Dumas, J. Janin, L. Gozlan, Scribe, V. Hugo (Han d’Islande), de W. Scott, Dickens et « Ana » Radcliffe, et des Espagnols Carlos Rubio, A. Trueba, Fernán Caballero et P.A. Alarcón6.

  • 7 En 1844, X. Lassalle et Mélan avaient été les premiers à traduire en espagnol Les Mystères de Lond (...)

11Mais, en l’occurence, c’est en France que vont être éditées en espagnol un grand nombre d’œuvres de Féval, plutôt courtes et antérieures à 1853, à l’initiative de X. Lasalle et Mélan, éditeurs à Paris, qui dans une collection similaire (« El Correo de Ultramar ») publient, entre 1853 et 1860, des « romans illustrés » à destination de l’Amérique hispanophone fondamentalement7. Il s’agit de : El Juego de la muerte (première partie du Château de Velours), Los Armeros de Toledo (Les Armuriers de Tolède), El Vecino de Vitré (Les Bourgeois de Vitré), La Pecadora (La Pécheresse), Miss Olivia, Brazo de Cuero y el Houlan (Bras de cuir et le Houlan), El hada de las Playas (La Fée des grèves), Yaumi, El mar de infierno et le mystérieux « cuarto misterioso ». Par la suite, Féval connaîtra encore quelques éditions parisiennes en espagnol : en 1864, Rosa y Bouret publieront Los Caballeros del firmamento et El Mendigo negro, et, surtout, à partir de 1910, la Viuda de Bouret assurera à une partie de l’œuvre de Paul Féval fils, mais aussi de son père (La Fée des grèves, par exemple), une diffusion en Amérique. En fait, c’est grâce à la presse et au Bossu que Paul Féval va véritablement accéder à la catégorie de classique du roman dit populaire, en Espagne.

12En Espagne, comme en France, bien qu’à un moindre degré, le développement de la presse a été accompagné de publications de feuilletons dont on a pu estimer que les quatre cinquièmes étaient des traductions d’œuvres françaises (Simón Díaz, 1967). Il n’y avait bien sûr pas de raison pour que l’œuvre de Paul Féval fît exception.

13Dès 1858, El Diario español avait publié Los Cuchillos de oro (Les Couteaux d’or) et le 2 mai 1860, le quotidien madrilène Las Novedades avait commencé à publier Fray Tranquilo, sans doute à la suite de la reparution de Frère Tranquille, en France en 1858. Mais c’est surtout La Correspondencia de Espana, fondée en 1848 qui, avec la publication en feuilleton de la traduction du Bossu en 1861 – soit quatre ans après Le Siècle – donne le signal d’une sorte de déferlement févalien dans son « rez-de-chaussée ». Rien qu’en 1862, on y trouve, en effet, six œuvres de Féval, publiées en feuilleton, dont La Garde noire (La Guardia negra) publié un an auparavant et Quatre femmes et un homme (Cuatro mujeres y un hombre), publié la même année. En 1864, c’est au tour des Habits Noirs (Los Hâbitos negros), paru en 1863 dans Le Constitutionnel, d’être accueilli dans La Correspondencia de España et de donner lieu à une publication en volume dans ce qu’on appelle la « Biblioteca de La Correspondencia » ; en 1891, El Popular de Grenade fera de même. De 1860 à la fin du siècle on dénombre ainsi quelque 20 feuilletons févaliens qu’on va parfois chercher dans ses premières œuvres, comme c’est le cas pour Gemma ou Capitán Espartaco, publiés dans des journaux aussi divers que Las Novedades et La Correspondencia de Espana déjà cités, La Epoca (1862), El Imparcial (1811), El Heraldo de Madrid (1892), La Publicidad (1892) et La Protección nacional de Barcelone (1897) et, faute d’un inventaire systématique de cette énorme masse de littérature consommée en même temps que la presse, la liste est certainement bien loin d’être complète.

14Ainsi s'opère une popularisation qui, dans le cas de Féval, n'utilise que très peu le circuit du roman par livraisons : El Hijo del diablo (Le Fils du diable) est bien annoncé en 1861 comme devant paraître dans la « Bibliotecauniversal económica » sous forme de livraisons de 16 pages in 4° (c’est même la première œuvre publiée dans cette « bibliothèque » madrilène), mais il faut attendre ensuite 1871 pour que Les Tribunaux secrets, qui n’est pas à proprement parler un roman, soit publié à Barcelone, en version « castillane » dans la « Biblioteca illustrada de ambos mundos » (« Biblitohèque illustrée des deux mondes »), avec un succès certain, puisqu’une deuxième édition sortira en 1878, et que la « Biblioteca hispano-americana » la reprendra à son compte, tout comme à la fin du siècle l’éditeur barcelonais Maucci.

15Entre temps, la célèbre conversion de Paul Féval a eu l’heur de lui ouvrir les portes sévèrement gardées de la littérature consommable par de bons catholiques (Botrel, 1982).

16Son laisser-passer a été Les Étapes d’une conversion dont l’écrivain et polémiste intégriste Antonio de Valbuena (Botrel, 1984) traduit les deux premiers tomes en 1879 et 1883, réédités en 1911 par El Apostolado de la Prensa qui, à partir de 1910, fait figurer Frère Tranquille (El Hermano Pacífico), publié « avec l’approbation de l’autorité ecclésiastique » dès 1878, dans les « Lecturas recreativas del Apostolado de la Prensa » ; la 4e édition date de 1954.

17Il pourrait être curieux de vérifier si la version proposée tient compte d’éventuelles corrections apportées après 1876. Ce qui est sûr, c’est qu’en 1928, le célèbre (pour ses jugements fulminants) Père Ladrón de Guevara, dans ses Novelistas buenos y malos ne trouve à redire que de quelques illustrations « impudiques » insérées dans Los Tribunales secretos qui pourtant traitent de l’inquisition...

18Malgré cet aval tardif, il est vrai, la production févalienne postérieure au Bossu est loin d’avoir rencontré un succès comparable à celui d’avant 1860 et surtout 1850 : 71 livres publiés ; 12 titres traduits seulement.

19Reste qu’avec plus de 100 éditions en espagnol répertoriées entre 1844 et 1887, on peut bien, semble-t-il, qualifier Paul Féval de romancier espagnol, moins pour l’hispanisation sympathique de son prénom que parce que les textes résultant de la translation ou même de l’adaptation – textes seconds – ont un statut qui ne permet pas de les distinguer vraiment de textes originaux. Il semble bien, en tout cas, que les lecteurs n’aient, quant à eux, pas fait de différence, et si l’on peut, avec certains critiques d’alors, signaler les effets nocifs de l’excès de traductions pour l’émergence d’un roman moderne et/ou national, on ne remarque pas, à partir de quelques sondages effectués, une dénaturation particulière des textes de Féval traduits en espagnol, sauf évidemment lorsque la traduction est annoncée comme « libre » ! Ils ne sont pas, en tout cas, comme le redoutait Mesonero Romano, plus « gavaches » qu’avant d’avoir passé la frontière (Montesinos, 1966, 96).

  • 8 Un grand nombre de traducteurs reste cependant anonyme ou simplement identifiable (éventuellement) (...)

20Sans prétendre que les traducteurs aient tous été de remarquables connaisseurs de la langue française ni de grands maîtres de la littérature, on remarquera parmi eux, la présence d’écrivains « célèbres », comme Victor Balaguer (traducteur du Club des phoques (1845) et, avec Francisco Orellana, du Fils du Diable), ou connus en leur temps comme María del Pilar Sinués (La Caballera), Joaquina García de Balsameda, ou Antonio de Valbuena. D’autres comme Gregorio Urbano Dargallo ou P.G. Cadenas ont produit des œuvres littéraires, ce qui ne disqualifie pas a priori leur entreprise...8.

  • 9 Avec le temps, certains titres ont apparemment eu besoin de commentaires de type publicitaire comm (...)

21Les plus grandes libertés prises avec les textes originaux semblent plutôt venir des éditeurs, qui ne publient pas les œuvres intégralement ou qui les fragmentent, en leur donnant éventuellement de nouveaux titres, pratique très févalienne d’ailleurs. Citons à titre d’exemple, El Mal de infierno qui est la première partie du Château de Velours, ou les huit titres qui composaient la série du Fils du diable rebaptisée El Castillo maldito (Le Château maudit) publiée chez Calleja, dans les années 1900. Quelques rares titres ont connu certaines variations par rapport au titre original, par adjonction d’un sous-titre (Alizia Pauli o la Venganza de un jorobado) (Alizia Pauli ou la vengeance d’un bossu), par suppression d’un terme (La Femme blanche des marais devient La Mujer blanca), par variation accidentelle (Rollan Pied-de-fer devient une fois « Romualdo » au lieu de Rolando Pie de hierro, quand il n’est pas El Correo Rolando soit « Le Courrier Rollan ») ou naturelle comme dans le cas du Bossu où la traduction exacte El Jorobado est supplantée par Enrique de Lagardère ou El Caballero de Lagardère ou encore La Venganza de Lagardère (« La Vengeance de Lagardère ») et tout simplement Lagardère dans le cas d’une adaptation, il est vrai9.

22Dans quelques cas limités, le changement de titre déroute : ainsi Francisco de Bretana el emplazado (le mis en demeure, l’assigné) se serait substitué à El hada de las play as (La Fée des grèves) et on se demande par quelle arrière-pensée Les Libérateurs d’Irlande ont pu devenir, dans l’unique édition de Cadix, Les Incendiaires d’Irlande (Los lncendiarios de Irlanda).

  • 10 Il faut ajouter Frère Tranquille qui entre dans le circuit particulier de la littérature catholiqu (...)

23A la mort de Paul Féval, on peut déjà faire un bilan et indiquer quelques tendances qui marqueront la période postérieure : après avoir figuré parmi les romanciers à succès-puisqu’en 1861, avec seize titres traduits, il vient loin derrière les intangibles Dumas, Sue, Scribe et de Kock, après W. Scott et A. Karr, mais devant Charles Nodier et Victor Hugo, Ann Radcliffe, Dickens et Balzac dont on ne compte que 28 éditions d’œuvres en Espagne entre 1838 et 1850 (Anoli Vendrell, 1979)-, la majeure partie de ses premières œuvres cessent d’être rééditées à partir de 1865, à un moment où le feuilleton semble avoir pris le relais, pour des œuvres non encore traduites ou certaines de ses œuvres nouvelles. Seuls de cette première époque Le Fils du diable et, après « un blanc » de près de quarante ans, Les Compagnons du silence poursuivent véritablement leur carrière jusqu’au début du XXe siècle, Le Bossu réussissant, quant à lui, à rester au catalogue jusqu’à aujourd’hui, avec des effets d’entraînement et de réactualisation qu’il conviendra d’étudier10. Cela montre bien, si besoin était, que le goût populaire existe et que ne devient pas « classique du peuple » qui veut.

24Après la mort de Féval, c’est l’éditeur barcelonais Maucci, renommé pour ses collections de romans « populaires » et, en tout cas, bon marché, qui en rééditant Los Companeros del silencio en 1899 dans sa « Biblioteca del siglo XX » indique la tendance de ce que va être désormais le statut éditorial de l’œuvre de Féval en Espagne : à côté d’une édition en deux volumes de 288 et 350 pages, respectivement vendus 2 pesetas dans leur version brochée, sont proposés quatre romans issus des Compagnons du silence (Los companeros del silencio, Los Bandidos de los Abruzos, Los Amores de Angélica, El Rey de las noches), pour 60 centimes chaque volume d’au moins 160 pages in 8°. Le traditionnel et populaire roman à une pésète fait donc désormais partie de l’histoire de l’édition...

  • 11 El Juramento de Lagardère clAurora de Nevers, qui appartiennent au Bossu, sont publiés à part (à 1. (...)
  • 12 Il s’agit des Chevauchées de Lagardère, de Cocardasse et Passepoil et du Fils de d’Artagnan. La Fa (...)

25Quelques années plus tard, l’éditeur madrilène Satumino Calleja lance sa « Biblioteca Calleja » d’œuvres littéraires d’écrivains célèbres, comme il est précisé, sous forme de volumes de 240 et quelque pages cartonnés, avec une couverture en chromolithographie pour 80 centimes. Paul Féval y trouve sa place avec Los Amores de Paris et El Juego de la muerte, délaissés depuis 1858 et, surtout, El Castillo maldito avec ses huit parties, non réédité depuis 186011. Mais on observe que les œuvres du fils, souvent confondu avec le père, sont également traduites, en particulier celles qui ont à voir avec la saga du Bossu12.

  • 13 Il s’agit de El Juramento de Lagardère, Aurora de Nevers et Diana y Elena et, pour Paul Féval fils (...)

26Dans la plupart des cas, une édition encore meilleur marché est disponible, à 30 centimes le volume, avec La Novela de ahora qui commence à paraître hebdomadairement en 1907 et qui publie également d’autres titres13.

27On remarquera que Calleja exhume des titres inédits en espagnol comme Les Bandits de Londres (également attribué à Paul Féval fils) ou La Cosaque, ou non réédités depuis longtemps comme La Tache rouge (1872), Le Jeu de la mort (1858) ou Les Amours de Paris (1858). Seul ce dernier titre, semble avoir rencontré un certains succès, – Le Bossu mis à part bien entendu – puisqu’il est réédité en 1924 et en 1930.

28Le plus important est sans doute qu’à travers Calleja, éditeur d’œuvres scolaires et pour la jeunesse, une partie de l’œuvre de Féval se trouve introduite dans le circuit de la littérature pour enfants où elle poursuivra sa carrière...

29À un autre niveau, l’éditeur catalan Ramón Soprena publie également avant 1910, dans sa « Bibioteca de Grandes novelas », Los Amores de Paris, Las hijas de la luna, El Hijo del diablo, et l’inévitable El Jorobado.

30Malgré le prix plus élevé (deux pesetas), le public semble avoir répondu puisqu’on trouve des rééditions de ces œuvres.

31Néanmoins, c’est dans le circuit du « roman de kiosque » qu’on va désormais retrouver le plus fréquemment l’œuvre de Féval et de son fils, dans des collections comme « Novelas y cuentos » qui publie La Casa misteriosa, Los Cuchillos de oro et La Venganza de una hija. Juste après la guerre civile, à une époque où l’Espagne se trouve à nouveau en mal de production « originale » et pour cause..., dans cette même collection sera publié Las Hijas de la luna, tandis que l’éditeur barcelonais Ameller reprend dans sa collection « Novelas complétas », Odios de raza (Haine de race) traduit en 1931 par la « Revista literaria » (no 147) qui l’asans doute retrouvé dans une collection de feuilletons de La Correspondencia de Espana de 1867. Dans cette collection Ameller, vendue 5 pesetas le volume, sont également publiés : Enrique de Lagardère et Los Cuchillos de oro, le nom de Paul Féval côtoyant ceux de G. Leroux, G. Aimard, Mayne Reid, O. Feuillet, Ponson du Terrail, Bulwer-Lytton, etc. Dans la « Biblioteca Rocío », au prix de 4 pesetas, on trouve, en 1945, Los Cuchillos de oro et, en 1946, El Desconocido.

32Plus tard, Féval est consacré dans des collections comme « Clásicos universales », « Libros imortales », « Clásicos Petronio » ou « Obras selectas », et, dans la jolie petite collection « Crisol » où El Jorobado en est à sa troisième édition en 1964 (on peut en dénombrer 23 éditions entre 1947 et 1980, y compris Bilbao et Pampelune). Mais c’est, semble-t-il, en liaison avec le phénomène « Club du livre » que l’œuvre de Féval connaît le plus grand regain : le « Círculo de lectores » publie El Jorobado et El Hombre de hierro en 1968, et le « Circulo de amigos de la historia », El Jorobado et El lobo blanco en 1970.

33A l’usage des enfants, la maison Bruguera publie, dans sa collection « Historias », Enrique de Lagardère qui en est à sa troisième édition en 1963, puis en 1965, El Correo Rolando non réédité depuis 1863, avant de les adapter, au début des années 1970, sous forme de bandes dessinées, dans la collection « Joyas literarias juvéniles », vendue au prix de 25 pesetas le fascicule en 1975, avec un certain succès puisqu’à cette même date, Enrique de Lagadère en est sa troisième édition.

34La fortune de Féval en Espagne semble aujourd’hui plus modeste, comme en France. A cet égard, il serait intéressant de pouvoir comparer l’évolution de la carrière éditoriale de son œuvre en France et en Espagne, où la baisse de succès évidente, perceptible du vivant de Féval (les œuvres non traduites deviennent plus nombreuses que les titres traduits) et tout au long de ces quelque 140 années (100 éditions entre 1844 et 1887 ; 70 entre 1888 et 1930, et 40 après) s’accompagne d’un double phénomène de sélection et d’élargissement des publics.

35La sélection se traduit par l’abandon définitif d’un certain nombre de titres, très rapidement dans le cas de El Banquero de Cera, Yaumi, El Vecino de Vitré, Los Incendiarios de Irlanda, et, après 1865 pour trois des dix titres qui ont connu plus de quatre éditions au total (El Mendigo negro, Alizia Pauli, Los Misterios de Londres, qui est cependant réédité en 1970). El Hijo del diablo poursuit régulièrement sa carrière jusqu’au début du XXe siècle et disparaît ensuite alors que Los Compañeros del silencio bénéficie alors de rééditions après une trentaine d’années de léthargie, de même que Los Cuchillos de oro après 1939, fugacement, tandis que Frère Tranquille continue sa carrière « apostolique » au moins jusqu’en 1954. De tels regains d’intérêt (début du siècle, après la guerre civile, dans les années 1960-1970) peuvent tous trouver des explications à partir de l’histoire de l’édition et du livre, mais ne peuvent se concevoir sans l’existence au sein de l’œuvre de Féval d’un véritable classique : Le Bossu, dont les « suites » lancées dans les années 1900 ont fait long feu en Espagne. Le public espagnol ne semble donc pas avoir des comportements différents du public français, même s’il a lu plus longtemps des titres oubliés en France. Cette constante peut intéresser la critique et les spécialistes du roman populaire.

36Au fil des années, ce public s’est élargi, au fur et à mesure que Le Bossu, mais d’autres œuvres aussi, entraient dans d’autres circuits grâce à de nouveaux supports : du petit in-16° relié en cuir avec planches à la BD, il est facile d’apprécier les conséquences d’une évolution qui a fait que dans les années 1970, Le Bossu était disponible pratiquement sous toutes les formes et, donc, pour tous les publics : les enfants, les lecteurs de romans de kiosque, les « amis de l’histoire », les acquéreurs de livres « Club » au mètre, etc.

37Reste à savoir quels sont les facteurs qui ont pu jouer dans la réception spécifique de Féval et de tel ou tel titre ; la critique littéraire espagnole pourra sans doute fournir quelques clefs. Il semble en tout cas, que le facteur d’exotisme inhérent à l’importation de romans français ait davantage joué lorsqu’il s’agissait de motifs historiques et/ou urbains que de motifs contemporains et ruraux : la Bretagne, par exemple, ne semble pas avoir fait recette pas plus que les aventures espagnoles du Capitaine Fantôme. Le contraire eût été assez étonnant puisque précisément l’Espagne a pour fonction essentielle, avec d’autres nations ou régions, de satisfaire les besoins d’exotisme des lecteurs français et de leur fournir un certain nombre d’images culturelles dont l’interprétation va nous occuper à présent.

2. L’Espagne de Féval

38Aux 774 références d’ouvrages français sur l’Espagne, réunis par Margaret Rees (1977), pour la première moitié du XIXe siècle, on pourrait en effet au moins rajouter une, appartenant à Féval : La Dague du Roi Pélage (1843), conte historico-merveilleux qui nous reporte au début du XIVe siècle, sous le règne d’Alphonse XI de Castille, à Tolède, plus spécialement dans la « république indocile et hautaine » des armuriers de la ville basse (le conte est également intitulé Les Armuriers de Tolède) avec la dague, arme divine qui devait se teindre du sang de l’homme qui l’em ploierait à frapper son semblable (Herido sea por mi, el que por mi herio (sic) est l’inscription qu’elle porte en castillan, en latin et en arabe).

  • 14 Douze images févaliennes de l’Espagne sont reproduites dans Paul Féval op. cit., p. 127-131.

39Est-il besoin de rappeler que Carmen de Mérimée date de 1845, qu’Eu-gène Sue a déjà produit un Gitano (1830) et une Cucaratcha (1832), Balzac un Verdugo et que de Gautier (Tra Los Montes est de 1843) à Hugo, en passant par Musset, Scribe, Paul de Kock, voire G. Sand, il n’est pratiquement pas d’écrivain français qui n’ait sacrifié à la mode des thèmes hispaniques, ou, à défaut, des voyages en Espagne. Paul Féval ne fait donc point exception, mais, plus intéressant en l’occurrence, il prolonge même cette convention : dans Les Tribunaux secrets (1851), trois « épisodes »au moins sont consacrés à l’Espagne (« La Inquisition », « Los Comuneros » et « Una conspiration en Espana » (t. II p. 938 – 962) qui relate l’épisode dit de La Granja (1836) avec les sergents Higinio Garcia et Alejandro Gômez) ; dans Le Bossu (1857), trois des six spadassins, dits également escrimidores (sic), sont espagnols (Pepé dit le Matador, Saldagne de Murcie et Pinto de Séville) et Henri de Lagardère, on le sait, se réfugie avec la petite Aurore en Navarre où ils seront connus sous les noms de Don T ni ? el Cincelador et Mariquita, laquelle racontera plus tard à sa mère, comme un vulgaire touriste, l’épreuve que constitua pour elle son voyage en Espagne (Cf. Images févaliennes de l’Espagne no I)14.

  • 15 ( Les 285 folios de ce manuscrit, précédé d’une notice de la main de Paul Féval fils, sont conservé (...)

40Quatre années plus tard, les mêmes schémas sont repris dans le Capitaine Fantôme (1861), sous-titré « Aventures espagnoles » dans le manuscrit15, et qui est sans conteste le plus « espagnol » des romans de Féval, le plus riche en ingrédients espagnols en tout cas, puisqu’il nous reporte en 1809, dans « la partie la plus occidentale de la sierra de Gredos », essentiellement, à la veille de la bataille de Talavera la Reine qui donne son nom à la troisième partie de son roman paru en librairie en 1862. C’est l’année où Manet, après avoir peint son Joueur de Guitare, donne Lola de Valence qui a « le charme inattendu d’un bijou rose et noir » dit Baudelaire. Le Don Quichotte illustré par Gustave Doré paraît en 1863 et on continue de publier des guides (celui de Germond de Lavigne date de 1857), des récits de voyage (celui de Jacques Boucher de Perthes, par exemple, paraît en 1859 (Témime, 1970)) et de la littérature de thème hispanique, même si celle-ci entre en crise, les auteurs se montrant « incapables du moindre renouvellement » (Aymes, 1983, 25). Bref, l’Espagne n’a pas encore cessé d’être présente en France.

  • 16 Exemplaire conservé à la Bibliothèque Municipale de Rennes, sous la cote R 10267.

41Il faudrait, bien sûr, avoir lu tout Féval, et pouvoir dresser un inventaire complet ; mais sans risque de se tromper, on peut dire que dans son œuvre les motifs ou les échos hispaniques abondent et que des Nuits de Paris où Carmen danse son lascif fandango {Images..., no 7) au Mari embaumé (1866) avec le More don Estéban, les références ou les emprunts sont constants : les dents du Président à mortier claquent dans Le Mari embaumé « comme des castagnettes » (p. 345), les luttes politiques « s’embrouillent comme les chevelures des mendiants espagnols que la dent du peigne ne sut jamais démêler » (id., p. 285), et dans Le Bossu on est « brave comme le Cid » dans la maison de Don Miguel. Madame Gil Blas qui eut « la fantaisie de ressembler à Gil Blas » (p. 2), Lola, le chevalier de Las Matas et la Marquise de Urgel qui « ne sortait guère sinon pour accomplir ses dévotions, comme une castillane de bon sang » dans Les Filles de Penhoël, Martin Mouton, le « racoleur » qui, dans Le Mari Enbaumé prend le « fort beau nom castillan »de don Ramón Tordesillas, Doña Flor, la gitane du Bossu, et même la Mariquita dont le portrait sensuellement retouché a été placé par Paul Féval fils au début des Chevauchées de Lagardère16, donnent un relief particulier à la branche hispanique de l’Internationale des personnages févaliens.

  • 17 On est en effet frappé de voir en lisant le roman avec un atlas d’Espagne combien les itinéraires (...)

42Fallait-il pour cela que Paul Féval, comme Edgard Quinet, prît des vacances en Espagne ? Le narrateur du Capitaine Fantôme assure tenir ses « informations » de Diego Coy, « maître d’auberge et vieux guerrier qui avait combattu sous José Navalmarens, du temps de l’Empire et sous Riego en 1820 » (11, 428) et qu’il a rencontré, « voyageur affamé devant un maigre repas », dans la venta du col d’El Barco ; en tout cas, la phonétique espagnole telle que la transcrit Féval dans Les Filles de Penhoël (Images..., no 3) est loin d’être aussi précise que la topographie toute militaire dont Le Capitaine Fantôme regorge17. Il est vrai qu’en l’occurrence, l’auteur avait l’embarras du choix parmi les mémoires de la guerre d’indépendance écrites par des soldats français et souvent agrémentées de cartes dont Rafael Farias (1920) a fait l’inventaire ou parmi les quelque deux cents récits de voyageurs français en Espagne, répertoriés par Arturo Farinelli (1920), pour la période 1800-1850.

43Pour comprendre l’Espagne de Féval, il faut en effet évoquer l’épaisseur et la richesse du terreau hispanique sur lequel germent ses œuvres ou ses personnages.

44Une étude lexicale même sommaire du Capitaine Fantôme et du Bossu montre que les termes espagnols utilisés se distinguent par leur caractère conventionnel à l’époque.

45Il y a bien sûr abondance de don, dona, senor, senora, senorita, caballero, amigo, quelques interjections « en pur espagnol » employées à bon escient, comme Santa Trinidad ! Trinidad santa ! A Dios, Por Dios Santa Virgen, Santisima Virgen, Jesus Maria, et même Valgame Dios, et deux jurons : carajo et l’inévitable caramba. Est-il besoin de préciser que dans les posadas, ventas, fondas, on boit du vin de Xerès ou de Rota et de /’aguardiente, qu’on fume des pajitas, quand ce ne sont pas des cigarilles, que les arrieros portent des sombreros et des calzones.

  • 18 Le souci pédagogique de Paul Féval le porte même à préciser, comme s’il s’agissait d’un mot espagn (...)
  • 19 Afrancesado est le terme d’abord employé par Féval qui le remplace ensuite par « traîtres francisé (...)

46Certains mots utilisés sont plus étonnants parce que moins courants en France à l’époque dont nous parlons : alqueria, quintero, lechuga, conejita, alferez, regidor, boisa (« nous arrivons chez vous les poches pleines... Allons, mon neveu, vidons la boisa », dit don Miguel dans Le Bossu, p. 203). Le plus souvent, Paul Féval prend d’ailleurs la peine d’en expliquer le sens en donnant l’équivalent : aclaradores (éclaireurs), correo mayor ou maître-courrier, puchero ou « pot-au-feu de mouton violemment relevé d’ail », etc.18. Quelques formes espagnoles se retrouvent francisées : senor capitan devient seigneur capitaine, médico mayor, médecin premier, Trinidad Santa, Trinité Sainte, afrancesado, francisé19 etc.

  • 20 Féval avait d’abord appelé son bandit Munos : « un beau gaillard portant le costume des Verdugos d (...)

47Dans un autre cas, Féval donne d’abord la traduction française, puis l’équivalent espagnol : le Bouc (el cabron)20.

48Dans l’onomastique, mis àpart les traditionnels Lazarille, don Sanche, Blas, Carmen, Cruz, Lola et Brigide (qu’on retrouve dans Consuelo de G. Sand), on est plutôt frappé par l’esprit d’invention de Féval : le marquis de Rio Santo, le chevalier de Las Matas, don Ramón Tordesillas, Manuel Seguidillas, Barbara Munos, Martin Diego, Urban Moreno, Fray Benito, don Miguel de la Crencha, voilà qui ne sonne pas si mal dans le cadre d’une convention qui ici ne semble pas porter à dérision.

49Quant aux références littéraires ou historiques au roi Pélage, au Cid et au romancero, à Don Quichotte et Sancho Pança, voire aux noces de « Gamache », à la sainte Hermandad, aux alcades, guerrilleros, amazones et gitanos qui apparaissent parfois dans le récit févalien, elles étaient, comme l’essentiel du vocabulaire hispanique, présentes et partant disponibles dans la production littéraire ou autre des années 1830-1850 (Rees, 1977).

50Quand le sujet traité requérait plus d’informations, Paul Féval a manifestement eu recours à des sources livresques, dont il cite parfois certaines : c'est le cas dans Les Fanfarons du Roi et dans Les Tribunaux secrets pour l’épisode de La Granja tiré, semble-t-il, de Conspiraciones y ejecuciones políticas, et on pourrait sans doute trouver assez facilement l’origine de la science historique dont Paul Féval fait preuve à propos de l’Espagne de la guerre d’indépendance et de la bataille de Talavera.

51Que l’Espagne de Féval soit, dans ses constituants linguistiques et culturels, conventionnelle ou livresque ne nous étonnera pas : c’est une des caractéristiques du mode de production des feuilletons et on imagine difficilement Paul Féval expliquant par une note le sens du couplet sur l’Espagne où il fait appel à Bartolo, Rosine et Lindor (Images..., no 11).

  • 21 L’absence de tilde, par exemple, n’est pas du fait de Féval, qui les emploie dans son manuscrit, m (...)
  • 22 Quant au « Nous allons bien » du Gibose (CF, II, 73) – Féval nous précise qu’il s’agit d’un surnom (...)
  • 23 Voir, par exemple, CF, II, 117 et CF, II, 381.

52Le spécialiste de l’Espagne notera néanmoins avec intérêt le respect de Féval pour la langue espagnole qu’il emploie21, la trace de quelques hispanismes22 et une culture hispanique plus personnelle qui l’amène par exemple à citer des proverbes espagnols, à broder sur telle ou telle coutume ou à évoquer par deux fois, en des termes relativement originaux, la peinture de Velazquez23. Il saura également gré à Féval de la peine qu’il prend à nous faire parcourir une bonne partie de l’Espagne avec autant ou plus de bonheur qu’un guide Richard.

53Certes, Valladolid et « les dentelles de son clocher sarrasin » (LB, 214) ou le franchissement d’un col (le Paso de Rapadores dans Le Bossu) ou d’une gorge (celle d’Adam dans Le Capitaine Fantôme) par une route « rugueuse et pierreuse », sous un « ciel noir, comme un dôme d’ébène », avec de « larges gouttes de pluie » et des éclairs, font partie, en quelque sorte, des évocations obligées (Aymes, 1983). On prendra cependant un certain plaisir devant l’évocation du vaste paysage léonais qu’on peut découvrir depuis la « pauvre masure de Susan » dans Le Capitaine Fantôme (11, 106) ou du soleil se levant sur le château de Guadalupe près d’Algésiras (1,104), devant la description de Talavera la Reina (11, 289-91) ou, tout simplement de ces « deux lignes de verdure » qui ferment « l’horizon aride » de la plaine de Talavera, indiquant le passage de deux rivières, la Tiétar et l’Alberche qui « serpentent avec lenteur ». Ceux qui connaissent cette région ignorée des voyageurs « romantiques » dans leurs itinéraires conventionnels (Aymes, 1983, 11) sauront apprécier l’exactitude, sinon le rendu des descriptions et des impressions.

54Voilà pour la tonalité espagnole, les ingrédients en quelque sorte, dont l’utilisation obéit à une logique renvoyant à ce qu’il est convenu d’appeler « l’imagerie culturelle » (D.H. Pageaux, 1981,1983), en d’autres termes, la vision que Féval donne de l’Espagne à ses lecteurs. La convention devient alors rapidement stéréotype.

55Le plus simple pour s’en faire une idée est sans doute de suivre les changements de décor au fil des tableaux dont se compose l’adaptation pour la scène faite en 1864 du Capitaine Fantôme : 2e tableau : l’hôtellerie du Taureau tué ; 3e tableau : salle gothique du château ; galerie moresque, perspective sarrasine ; 4e tableau : chambre de prison à Tolède ; 5e tableau : cimetière à Tolède, soit l’Espagne du Moyen Age, orientale et « noire » où – détail contemporain – « les bouteilles sont en peau de bouc, ce qui fait que naturellement le vin sent le lait de chèvre » (p. 30).

56On n’aura guère de peine à illustrer, à partir de l’œuvre de P. Féval, les principaux topoï et/ou stéréotypes, répertoriés par Léon F. Hoffmann dans Romantique Espagne (1961, 69-137) !

57Voici les « types » familiers : les gitanos (« bêtes sauvages douées de qualités héroïques » ; ci. Images..., no 10) réunis, par exemple dans la Taza del Diabbillo (LB, 219), les gitanas (Antioh Amour la Haute Femme Reine des Rômes de l’anneau de fer dans Le Capitaine Fantôme ou Flor qui « sait si bien danser la bamboleo de Xerès, LB, 130), des bandits comme Urban Moreno dit El Verdugo (Le Bourreau) (cf. Images... no 5), des aubergistes comme celle de l’hôtellerie du Toro Matado, la sinistre galicienne Barbara Munos, forte et bâtie comme un homme dans la meilleure tradition des Maritornes et des Serranas (Images... no 6), des hidalgos pauvres mais orgueilleux, un moine guerrier, « le chapelet pendant entre deux longs pistolets passés dans la corde qui lui sert de ceinture » et fumant sa cigarille (CF, I, 82), et, bien entendu, de brunes senoritas dont les yeux brillent comme des basilics derrière leur voile noir (CF, I,208,290) et dont le pied est « Le Cid des pieds » (Images... no 8).

58Voici les accessoires ou les décors : les orangers, les palais à tourelles brodées ou les grottes et souterrains, les jalousies, les mandolines, castagnettes, guitares et tambours de basque, les boleros, fandangos et séguédilles (lascives), des auberges où les ollas podridas sont vraiment des marmites pourries (Images... no 2) ou bien qui sont des coupe-gorge, comme l’hôtellerie du Toro Matado, évoquée dans les chapitres V et VI du Capitaine Fantôme.

59Voici enfin les caractéristiques individuelles ou collectives : la bravoure (« brave comme le Cid »), voire l’héroïsme (CF, I, 142), la cruauté (« aucune de ses griffes ne manquait à la hyène », CF., II, 227) qui est en fait une « férocité native », la paresse, le sens de l’honneur, la saleté, la décadence en tous points (cf., Images... no 12).

  • 24 « C’est parce que je suis française, ma mère, que je ne le regrette pas à Paris » confie Aurore de (...)

60Bref, l’Espagne est « le pays des noires diableries » (AP, 67), mais aussi le « pays des parfums et des sérénades » (LB, 130) au « climat enchanté »24, avec on ne sait quel « cachet oriental ».

61On trouvera tout cet exotisme qui peut sembler aujourd’hui de pacotille, à moins qu’il ne fonctionne encore dans l’imaginaire collectif des Français, condensé dans le récit de voyage en Espagne d’Aurore de Nevers, ex-Mariquita, qui est une sorte de stéréotype des stéréotypes, (cf., Images... no 19).

62Mais précisément, n’y-a-t-il pas chez Féval les traces d’une nouvelle attitude face à l’Espagne et aux images véhiculées de longue date déjà ?

63Il faut rappeler qu’à l’engouement, empreint de « respect et d’admiration » (Hoffmann, 1961, 129), succède en France, à partir des années 1850-55, une attitude d’indifférence mais aussi de mépris pour un pays qui, en entrant dans une phase de croissance tendancielle et dans la « civilisation », perd, de l’avis de voyageurs qui empruntent de plus en plus les chemins de fer, la quasi totalité de ses attraits de naguère. (Témime, 1973 ; Botrel, 1986).

64On peut donc se demander si P. Féval n’utilise pas un thème semiépuisé, en le renouvelant sur le mode de la raillerie et de la caricature, voire de la parodie, et en exprimant, d’autre part, les nouvelles idées sur l’Espagne.

65Déjà, en 1845, on avait pu être étonné de voir le très érotique fandango dansé dans la chambre de l’Américain Western se conclure par cette révélation de Carmen « je suis un homme ». Dans Le Bossu, le récit de son voyage en Espagne par Aurore peut être interprété comme une référence, en forme de clin d’oeil bien sûr, au genre ressassé des récits de voyageurs « romantiques ». La conclusion d’ailleurs le suggère : « Le récit d’un voyage en Espagne ressemble à un entassement d’accidents réunis à plaisir par une imagination romanesque et moqueuse », dit Aurore comme pour donner la clef de ce que vient d’écrire P. Féval et l’on comprend mieux dès lors l’exagération présente dans la recette de « la marmite pourrie » (Images... no 2). Avec Le Capitaine Fantôme, cette tendance se trouve encore accentuée : Paul Féval s’adresse à des lecteurs blasés, saturés d’Espagne et de thèmes archiconnus. C’est ce qu’exprime, à sa façon, le Sergent Morin (en 1809 !) quand il dit « dans les sauvages pays comme l’Espagne, il faut laisser les bandits attaquer les voitures qui passent, c’est les mœurs de la localité. Le bandit est un état comme menuisier, couvreur ou débitant, et les senoritas qui cachent leurs yeux, luisants comme des lanternes, derrière des voiles noirs, ça se connaît ! »

66« Ça se connaît » : il faut donc renouveler le genre et le traitement fait dans Le Capitaine Fantôme du thème du bandit est, à cet égard, symptomatique : « les bandits espagnols ne sont braves qu’à leur corps défendant » (I, 87) (« un homme debout les épouvante » (I, 83) ; les dents de Urban Moreno claquent devant un pistolet (I, 92)) ; ils sont en outre « paresseux au suprême degré, selon le génie de la nation » (I, 8) ; El Verdugo porte le brillant costume de majo castillan, « mais déplorablement fané et même rapiécé en plusieurs endroits » (I, 96) ; un « joli brigand » à la vérité (Images... no 5) et le discours explicite de Féval (Images... no 4) ne va pas dans un autre sens. Après l’exaltation, la dérision comme genre ?

67S’il est toujours possible de lire aujourd’hui au premier degré l’évocation du coupe-gorge du Taureau Tué (« Dans notre beau pays d’Espagne, les brigands et les coupe-gorge sont étemels » (CF., I, 102), il est difficile de ne pas penser que Paul Féval l’ait écrite au deuxième, voire au troisième degré : des excuses de l’hôtelière (« nous ne sommes pas si bien montés ici que dans les hôtelleries de Paris où, dit-on (souligné par moi), rien ne manque » (p. 82) à l’affirmation selon laquelle « ce coupe-gorge était en baisse sur ceux du Moyen Age » (CF., I, 93), tout est fait pour que le plaisir réel qu’on prend à lire cet épisode d’anthologie soit sur le mode de la connivence, le romancier ne cachant guère qu’il exagère à dessein et le lecteur lui en étant reconnaissant. Un seul exemple permettra d’en juger :

68« Un léger bruit se fit dans le corridor. César s’élança pour barricader de nouveau la porte.

69– Laissez, dit tranquillement Lilias (...), c’est Demonio, le chat de la patronne, qui vient au sang.

70Deux charbons rampaient dans la nuit. Une ombre glissa sans produire d’autre son que cette ventriloquie sourde du chat qui fait la roue, puis une langue lapa dans une mare invisible qui devait être au devant du lit ; puis encore d’un seul bond, gracieux et féroce, l’animal sauta sur le lit et se prit à lécher les draps. Il s’étirait voluptueusement et semblait long comme une panthère. César [qui devait être la troisième victime de la journée dans cette Auberge rouge castillane, J.-F. B.] le coupa en deux d’un revers de sabre ». (CF, I, 92.)

71En revanche, le discours, sous forme de sentences, qui interrompt de temps en temps la narration proprement dite prête moins à ambiguïté.

72Certaines sont sympathiques, traditionnelles ou anodines, du genre : « L’Espagnol est sobre », « Il n’y a pas de maisons léonaises sans guitare ni castagnettes », « Ce que l’Espagnol a de plus cher ici bas, c’est l’honneur » ou encore : « Effrayer des Espagnols et prendre la lune avec les dents, ce sont deux choses impossibles » ; mais ne peut-on sentir de la moquerie à l’égard des Espagnols dans cette affirmation : « les officiers espagnols ont charge expresse d’être braves comme le Cid » ? Surtout qu’ils peuvent subitement apparaître en « figaros armés ».

73D’autres sont tout aussi traditionnelles mais plus infamantes et incisives, du genre : « la propreté n’est pas vertu espagnole », « Les Espagnols flattent volontiers ceux dont ils ont dégoût et peur », « avec l’os rongé d’une côtelette britannique, un Espagnol fait deux bons repas » et, de façon plus cauteleuse : « Chez les gitanos, travailler c’est déchoir ; l’Espagnol de vraie race, nous sommes chagrins de l’avouer, n’est pas très éloigné de partager cet avis ».

74Bref, l’Espagne en est « à l’enfance de l’art », c’est « un pays à renouveler », mais Féval, peu optimiste, ne craint pas de la vouer à l’éternelle immobilité : « L’Espagne est et sera toujours... » écrit-il.

75En lisant Le Capitaine Fantôme, on sera cependant surtout frappé par l’assimilation quasi obsessive que Féval fait entre les Espagnols et la cohue menaçante, « la cohue espagnole » comme il dit (I, 26).

76L’assaut donné par la foule au château de Cabanil donne lieu, à cet égard, à une évocation véritablement dantesque qui suppose même une préparation des lecteurs (cf. Images... no 9). Il est vrai que la campagne d’Espagne avait constitué un véritable traumatisme national pour des Français qui n’en revenaient pas encore d’apprendre que « d’un bout à l’autre de la Péninsule, le prêtre coudoyait le bandit, et le villageois fanatique s’asseyait auprès du gitano excommunié » (CF, I, 4) ; mais on peut aussi penser à l’effet garanti que produit la mise en scène des « masses dangereuses » auprès du lecteur seul face à son livre. On remarquera à cet égard que Féval sait bien faire la distinction entre ces hordes menaçantes et telle « merveille de la statuaire humaine » qu’on peut découvrir en Andalousie, par exemple. (CF, I, 211.)

  • 25 Un seul exemple de mélange du temps du roman et du temps du lecteur : « Il y a bien longtemps que (...)

77Bien évidemment, cette représentation de la réalité historique ou contemporaine de l’Espagne – l’auteur entretient consciemment ou non l’ambiguïté pour des lecteurs qui vivent sans doute l’histoire romanesque au présent25 – révèle ou traduit l’espace idéologique dans lequel se situe Paul Féval mais aussi son public français.

78Telle ou telle incidente du genre : « c’était beau, non pas de la beauté de nos paysages », ou « si vous allez là-bas » (CF, II, 291) indique bien d’ailleurs s’il en était besoin que c’est un Français qui parle aux Français, avec la même histoire, les mêmes références culturelles, la même supériorité.

79Bien sûr, les Français revinrent d’Espagne vaincus par cette « mer montante de vaincus dont le flot menaçait de submerger le vainqueur » : que faire contre des Espagnols qui n’hésitent pas à « sucrer » les fontaines, contre cette masse terrible puisque « l’Espagne avait tout armé, hommes, femmes, enfants, vieillards, moines, magistrats, hidalgos, paysans, carmélites, gueux, bandits et princes » (CF, I,4), d’autant plus que l’Espagne ; « tapie comme un lion qui va bondir », ne va le faire qu’après le départ du « prodigieux dompteur ».

80Le principal est que l’Espagne ait pu être domptée, la supériorité française établie, et Féval – qui médite en une occasion sur l’ingratitude de l’Espagne à l’égard de la France même si « l’ingratitude est de tous les pays » (CF, II, 219) – peut proclamer le prestige des Français « même en Espagne, où la fortune se montrait envers eux plus sévère qu’ailleurs. Nos baïonnettes faisaient peur : quand l’ennemi ne pouvait opposer que deux hommes à chacun de nos soldats, il se cachait derrière des monceaux de terre et de pierres » (CF, I, 319). Rappelons que César de Chabaneil peut venir à bout de six espagnols armés jusqu’aux dents, à la seule force de son génie guerrier et de son sabre, dans l’hôtellerie du Toro Matado. (CF, II, 319.)

81Histoire ou actualité ? N’oublions pas que deux ans plus tard Napoléon III interviendra au Mexique et que l’aventure coloniale est en marche...

82Cette prise de conscience du Je français, du Nous, dans la mesure où le sentiment de supériorité se double parfois de nationalisme, ne se fait d’ailleurs pas chez Féval exclusivement par rapport à un Autre espagnol : l’Autre peut-être portugais, anglais, allemand, italien, voire breton, car n’oublions pas que, dans Le Bossu, Joël de Jugan, de Quimper, constitue avec trois Espagnols, un Italien et un Allemand, le groupe de spadassins à la solde de Gonzague, et il est assez curieux de découvrir dans Le Mari embaumé que Pol de Guezever n ne fait qu’un avec le More don Estéban !

  • 26 Voir, par exemple, CF, I, 4, 119-120 et II, 240 et 271.

83Une étude de la typologie des nations chez Féval, qui semble véritablement avoir une dent contre les Anglais26, permettrait de mieux cerner le rôle que joue l’Espagnol ou l’Espagne dans son système esthétique et idéologique, et de constater, par exemple, que l’infériorité par rapport au Français et à la France est encore supériorité par rapport au Portugais et au Portugal...

84Contentons-nous, en conclusion, de remarquer que si le public espagnol ne s’est pas, jusqu’à aujourd’hui, habitué à ces images culturelles venues de France, il ne semble pas avoir tenu rigueur à Féval d’avoir poussé l’image jusqu’à la caricature, peut-être parce qu’il aura su lire avec humour et que, dans Le Bossu, il aura finalement préféré retenir que c’est l’Espagne qui sert de sanctuaire à la faible Aurore lorsqu’elle fuit dans les bras du valeureux Lagardère l’obsession homicide du méchant Gonzague, en constatant que dans le concert des nations févalien – véritable cosmorama – les Espagnols occupent finalement à peine plus le devant de la scène que les milords ou les barons du Saint-Empire.

85Reste que symptomatiquement, Le Capitaine Fantôme n’a jamais connu d’édition espagnole et que « Pablo » Féval n’aurapas fait grand chose pour que l’Espagne cesse d’avoir pour la France les yeux de Carmen !

Grandville : APPARITIONS FANTASTIQUES

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ANOLLIVENDRELL, Lidia (1979) : Balzac en Espagne. Répertoire bibliographique de la traduction espagnole de l’œuvre d’Honoré de Balzac, Universitat de Barcelona.

AYMES, Jean-René (1983) : L’Espagne romantique (Témoignages de voyageurs français), Paris, Ed. A.M. Metaillé.

BOTREL, Jean-François (1974) : « La novela por entregas : unidad de creación y consumo », Creación y píblico en la literatura española, Madrid, Castalia.

BOTREL, Jean-François (1982) : « La Iglesia câtolica y los medios de comunicación impresos en Espana de 1847 a 1917 : doctrina y prácticas », Metodología de la historia de la prensa espahola, Madrid, Siglo XXI, p. 119-176.

BOTREL, Jean-François (1984) : « Antonio de Valbuena y la novela de edificación », Tierras de León, no 55, p. 131-144.

BOTREL, Jean-François (1986) : »Les Libraires français en Espagne (1840-1920) », Histoire du livre et de l’édition dans les pays ibériques. La Dépendance, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, p. 61-90.

BOTREL, Jean-François (1987) : « Aspects culturels des relations entre la France et l’Espagne » (Colloque sur les relations franco-espagnoles, Institut Français de Barcelone).

FARIAS, Rafael (1920) : Memorias de la Guerra de la Independencia escritas por soldados franceses, Madrid, Centra de estudios histdricos.

FARINELLI, Arturo (1920) : Viajes por Espana y Portugal, Madrid, Centro de estudios histdricos.

FERRERAS, José Ignacio (1972) : La Novela por entregas, Madrid, Taurus.

HIDALGO, Dionisio (1862-81): Diccionario general de bibliografia espahola, Madrid.

HOFFMANN, Léon-François (1961) : Romantique Espagne. L’image de l'Espagne en France entre 1800 et 1850, Université de Princeton, Paris, P.U.F.

LLORDEN, Andrés (1973) : La Imprenta en Mâlaga, Málaga.

MONTESINOS, J. F. (1966) : Introduccidn a una historia de la novela en España en el siglo diecinueve, Madrid, Castalia.

PAGEAUX, Daniel-Henri (1981) : « Une perspective d’étude en littérature comparée : l’imagerie culturelle », Synthesis, VIII, p. 169-185.

PAGEAUX, Daniel-Henri (1983) : »L’imagerie culturelle : de la littérature comparée à l’anthropologie culturelle », Synthesis, X, p. 79-88.

REES, Margaret (1977): French authors on Spain. 1800-1850, Grant and Cutler Ltd.

SIMON DIAZ José (1967-68) : « La literatura francesa en veinticuatro diarios madrilenos de 1830 a 1900 », Revista de literatura, p. 239-264 et 113-142.

SPOELBERCH DE LOVENJOUL, Vte de (1893) : « L’œuvre de Paul Féval. Catalogue chronologique », L'intermédiaire des chercheurs et des curieux, no 609, 20-02-1893.

TEMIME, Emile (1970) : Vovages et voyageurs français en Espagne de 1850 à 1870, Toulouse, Thèse de 3e cycle.

TEMIME,Emile (1973) : Les Relations franco-espagnoles de 1848 à 1868, Université de Provence, Thèse de Doctorat d’Etat

Les œuvres de Paul Féval sont citées d'après les éditions suivantes :

LES AMOURS DE PARIS : Paris, Ed. Michel Levy Frères, 1860 (AP).

LE BOSSU : Paris : A. Fayard, 1954 (LB).

LE CAPITAINE FANTOME : Paris : E. Dentu, 1884-1887, t. I et II (CF).

LE CAPITAINE FANTOME : Drame représenté pour la première fois le 26 mars 1864. Paris, M. Lévy Frères.

LES FILLES DE PENHOEL : Paris, E. Dentu, 1866.

MADAME GIL BLAS: Paris, E. Dentu, 1867.

LE MARI EMBAUMÉ : Paris, Hachette, 1866.

Notes

1 Le détail des éditions en espagnol de l’œuvre de Paul Féval figure dans Paul Féval, Rennes, Bibliothèque Municipale, 1987, p. 93-100.

2 Cette hispanisation du prénom de Paul Féval est à interpréter comme une appropriation de son œuvre. On en trouve des traces au moins jusqu’en 1899 sur la couverture de l’édition « populaire » des Companeros del silencio chez Maucci, à Barcelone. En une occasion (dans l’édition de El Mendigo negro faite à Malaga en 1848) Féval est appelé « Federico Féval », par confusion avec Frédéric Soulié sans doute...

3 Le prix de ces volumes est compris entre 10 et 12 réaux, c’est-à-dire l’équivalent de 6 à 8 pains de deux livres à l’époque, ou une fois et demi le salaire journalier d’un manœuvre dans le bâtiment

4 On retiendra, par exemple, qu’entre 1844 et 1912, neuf éditions d’œuvres de Féval sont parues à Malaga (Llordén, 1973).

5 Le théâtre de Féval ou les adaptations dramatiques de ses œuvres ne semblent pas avoir rencontré beaucoup de succès en Espagne, puisque, outre les versions du Fils du diable (réédité en 1861 et 1863), on ne trouve qu’une traduction-adaptation du drame Le Bossu (El Jorobado) faite vers 1915 par Luis Suñer y Casademunt à Barcelone. Mais on sait que les auteurs dramatiques espagnols avaient l’habitude de s’inspirer d’œuvres françaises sans toujours les citer, et il n’est pas exclu qu’on découvre par ce biais d’autres présences févaliennes en Espagne.

6 A cette lecture de Paul Féval en espagnol, il faut ajouter la lecture en Espagne de Paul Féval en français : en 1857, par exemple, la librairie de Carlos Bailly-Baillière propose son Suplemento al « Bibliógrafo espanol y extranjero » (volumes in-8°) de 1940 pages au total avec : La Reine des épées, Le Mendiant, Le Tueur de tigres, Les Compagnons du silence, Les Couteaux d’or et Madame Gil Blas.

7 En 1844, X. Lassalle et Mélan avaient été les premiers à traduire en espagnol Les Mystères de Londres.

8 Un grand nombre de traducteurs reste cependant anonyme ou simplement identifiable (éventuellement) par leurs initiales. Dans certains cas, le nom du traducteur est sans doute un pseudonyme, comme chez Maucci, en 1899, avec ses pittoresques traducteurs : Enrique Landa de Treguajantes, Toribio Arroita de Bargota, Ezequiel Ramiro Hurtado et Leon Bravo de Salazar.

9 Avec le temps, certains titres ont apparemment eu besoin de commentaires de type publicitaire comme La Morada misteriosa, présenté sous le titre générique : « Aventuras misteriosas por Pablo Féval », ou encore La Justiciera : « novela de aventuras pasionales. Belleza fatal ».

10 Il faut ajouter Frère Tranquille qui entre dans le circuit particulier de la littérature catholique.

11 El Juramento de Lagardère clAurora de Nevers, qui appartiennent au Bossu, sont publiés à part (à 1.60 peseta le volume) ainsi que La Cosaca, t. XXIV de la « Biblioteca de novelas populares », vendue 0.40 peseta le tome.

12 Il s’agit des Chevauchées de Lagardère, de Cocardasse et Passepoil et du Fils de d’Artagnan. La Fabrique de crimes, avec ses 7300 victimes garanties, est publié en 1905 dans une collection de « romans d’épouvante ».

13 Il s’agit de El Juramento de Lagardère, Aurora de Nevers et Diana y Elena et, pour Paul Féval fils, de La Herencia de Bellecroix et La Nina robada.

14 Douze images févaliennes de l’Espagne sont reproduites dans Paul Féval op. cit., p. 127-131.

15 ( Les 285 folios de ce manuscrit, précédé d’une notice de la main de Paul Féval fils, sont conservés à la Bibliothèque Municipale de Rennes dans le fonds Féval.

16 Exemplaire conservé à la Bibliothèque Municipale de Rennes, sous la cote R 10267.

17 On est en effet frappé de voir en lisant le roman avec un atlas d’Espagne combien les itinéraires indiqués, la géographie en général, sont exacts, comme dans la course de César de Chabaneil des contreforts de Gredos à Miranda do Douro où tous les lieux cités peuvent être suivis, comme sur une carte, dans un ordre logique (CF II, 355 et 59).
On a même l’impression que dans Le Capitaine Fantôme P. Féval a tenu à donner le maximum de précision aux lieux. L’étude du manuscrit montre, par exemple, que Miranda devient, après réflexion, Miranda de Portugal, sans doute parce qu’il y avait risque de confusion avec Miranda de Ebro, que la bourgade imaginaire de Zarzuela devient Medinaceli, puis, à l’impression, le très classique Medina-Coeli.
Les graphies des toponymes sont, comme il était d’usage à l’époque le plus souvent francisées : Tolose, Zamore Saint-Lucar, Tormès et même Ivice (Ibiza), à côté des habituels Ségovie, Saragosse, etc. Les aubes gardent leur forme espagnole, sans incorrection (Fromoselle pour Fermoselle, cependant), avec parfois des graphies archaïques (Guadalaxara, par exemple) qui sont des indications sur la date possible des sources de Féval...

18 Le souci pédagogique de Paul Féval le porte même à préciser, comme s’il s’agissait d’un mot espagnol : « espadrilles ou souliers de corde ».

19 Afrancesado est le terme d’abord employé par Féval qui le remplace ensuite par « traîtres francisés » ou « francisés maudits » ainsi qu’on peut le vérifier dans le manuscrit du Capitaine Fantôme (p. 3 et 5).

20 Féval avait d’abord appelé son bandit Munos : « un beau gaillard portant le costume des Verdugos de Munos », dit la première version du manuscrit. Il a ensuite corrigé par « le costume des bandouliers de Cabron-El Verdugo » qui dans la version définitive devient « des bandouliers d’Urban Moreno ».

21 L’absence de tilde, par exemple, n’est pas du fait de Féval, qui les emploie dans son manuscrit, mais de l’imprimeur. On notera néanmoins que Féval écrit « tertullia » et « diabbillo » et qu’il confond en deux ou trois occasions l’espagnol et l’italien : « osteria », « caballero vero » (CF, I, 41). En une autre occasion, P. Féval, qui manifestement connaît bien le sens des mots qu’il emploie écrit « deux muletiers », puis se ravise et met « deux arrieros montés sur de belles mules ». En revanche, « Mientras mi vida, ninguno salvo mi » qui figure dans le manuscrit semble une mauvaise traduction du français qui a été corrigé par la suite en « ninguno fuera de mi ».
Dans les quarante mille lignes de ce manuscrit, écrit en deux mois selon Paul Féval fils, les repentirs sont rares et ne portent presque jamais sur la matière espagnole, ce qui tendrait à démontrer que celle ci, même sommaire, était naturellement disponible chez Féval.

22 Quant au « Nous allons bien » du Gibose (CF, II, 73) – Féval nous précise qu’il s’agit d’un surnom appliqué a un bossu-, il ressemble fort à la traduction de « Vamos bien », dans le sens, donc, de « nous allons dans la bonne direction ».

23 Voir, par exemple, CF, II, 117 et CF, II, 381.

24 « C’est parce que je suis française, ma mère, que je ne le regrette pas à Paris » confie Aurore de Nevers, ex-Mariquita. (LB, 227).

25 Un seul exemple de mélange du temps du roman et du temps du lecteur : « Il y a bien longtemps que la haine de l’Espagne contre la France est morte » assure Féval en 1861 en pensant à 1809 (CF, II, 428).

26 Voir, par exemple, CF, I, 4, 119-120 et II, 240 et 271.

Table des illustrations

Légende MARIQUITA
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Grandville : APPARITIONS FANTASTIQUES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48124/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k

© Presses universitaires de Rennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540