Version classiqueVersion mobile

Paul Féval, romancier populaire

 | 
Jean Rohou
, 
Jacques Dugast

Paul Féval et le vœu national au Sacré Cœur ou Le Bossu du Sacré Cœur

Jacques Benoist

Texte intégral

  • 1 Outre ces neuf textes, il est à remarquer, d’une part, qu’il y a une lettre de Paul Féval à l’Univ (...)
  • 2 Ces témoignages se trouvent dans : Bulletin de l’Œuvre du Vœu national au Sacré-Cœur, 1873-1926, d (...)
  • 3 Charles BUET, Paul Féval, Souvenirs d’un ami. Paris, Letouzey et Ané, 1887.
  • 4 Léon BLOY, Œuvres complètes, Mercure de France, 1964-1975.
  • 5 Charles CHINCHOLLE, Femmes et rois, cité par Charles Buet.

1Le Sacré-Cœur de Montmartre est le fruit d’un mouvement religieux qui s’est développé de 1870 à 1914 et qui s’est appelé : l’Œuvre du Vœu national au Sacré-Cœur de Jésus pour la délivrance du Souverain pontife et le salut de la France. Paul Féval, sexagénaire, y a occupé une place importante pendant six ans entre 1876 et 1882. Neuf textes jalonnent cette participation1. Ils sont éclairés par des témoignages du R.P. Achille Rey, premier supérieur de la chapelle ouverte de 1876 à 1891 en attendant la basilique2, de Charles Buet3, de Léon Bloy4 et de Charles Chincholle5. Ce sont ces documents que nous proposons de commenter dans l’ordre chronologique pour comprendre les rapports de Paul Féval avec le Vœu national.

  • 6 B.V.N. 1876, p. 157-158. On la trouve dans Paul Féval, Les étapes d’une conversion, t. IV, Le coup (...)
  • 7 Le coup de grâce, p. 482
  • 8 Le coup de grâce, p. 449
  • 9 L’abbé Augustin Joiron (1813-1886) est curé des Ternes de 1872 à sa mort. Il a écrit : Le mystère (...)
  • 10 Le coup de grâce, p. 482.

2Le 19 mai 1876, Paul Féval adresse une lettre au P. Rey afin qu’elle soit publiée dans le Bulletin de l’Œuvre6 Elle devait être anonyme. La signature est « un nouveau converti », mais le nom est en note. Il a appelé cette lettre « le faire-part de sa conversion »7. En effet, depuis le 24 décembre 1874, date de sa seconde communion8, il était resté discret sur sa nouvelle forme de vie chrétienne. La demande du Père Achille Rey de rendre compte de son pélerinage à Montmartre avec sa paroisse Saint-Ferdinand des Ternes, sous la direction de l’abbé Joiron9, lui fait franchir le pas de la publicité. Avec un peu de grandiloquence, il constate qu’à la suite de cette lettre, on l’insulta et on l’applaudit à Paris, en province, en Europe et dans le monde10.

  • 11 Cf. Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocè (...)
  • 12 B.V.N. 1876, p. 47.

3Paul Féval, ce jour-là, est un pélerin parmi les millions qui, depuis les années cinquante-soixante déferlent sur Lourdes, Paray-le-Monial, La Salette, Sainte-Anne d’Auray, Chartres, Notre-Dame de Boulogne, Notre-Dame des Victoires11. Les Français plus ou moins catholiques, bousculés par l’année terrible et les affrontements qui s’en suivirent, trouvent à Montmartre, avec le chantier de la basilique et la chapelle provisoire ouverte depuis le 3 Mars 1876, un nouveau point de ralliement12. Les délégations de chaque paroisse de Paris et de province, de chaque diocèse de France et, souvent, de l’étranger, en route vers Lourdes, de chaque congrégation, de chaque école ou de chaque œuvre viennent porter leur offrande et leur ex-voto. En groupe ou individuellement, des centaines de milliers de catholiques tiennent à venir voir la construction de ce sanctuaire, signe visible à leurs yeux d’une construction à frais nouveaux et anciens de la France catholique et de la France tout court.

  • 13 Le P. Achille Rey travaille à Saint-Martin de Tours avec Mgr Guibert, avant la nomination de celui (...)
  • 14 B.V.N. 1879, p. 281-283.
  • 15 Publié dans B.V.N. 1876, p. 307-309. Il n’y est pas question du Vœu national, mais le P. Rey n’est (...)

4Les pélerins, et Paul Féval en particulier, sont accueillis à Montmartre par des religieux Oblats de Marie Immaculée, membres de la congrégation missionnaire fondée récemment par le bienheureux Eugène de Mazenod, évêque de Marseille et à laquelle appartient le cardinal Hippolyte Guibert, archevêque de Paris, principal artisan ecclésiastique de la construction. Le P. Achille Rey appartient à cette congrégation. Il allait devenir l’ami « le plus cher » de notre auteur13. Il conseille le nouveau converti, ainsi qu’une de ses filles. Il lui fait découvrir le pélerinage de Notre-Dame de Sion, le sanctuaire lorrain que Maurice Barrés rendra célèbre dans La Colline inspirée et où se trouve le noviciat des Oblats. D’ailleurs, deux de ses fils y entreront. Il va, sur son conseil, en pélerinage à Saint-Martin de Tours14. Il lui réclame le témoignage dont il est question ici, puis un premier récit de sa conversion15, avant de l’attirer sur la butte Montmartre.

5« Racontez-nous ce que vous avez vu », demande le P. Rey à Paul Féval, au sortir de la chapelle. « Je n’ai rien vu, ni entendu », lui répond spontanément celui-ci. Et, malgré tout, il écrit car il a aperçu le Cœur du Christ qui cherchait le contact avec le cœur de la France par le cœur des saints et des priants. Il ne prononce pas les mots de communion des saints qui appartient au Credo mais il en vit la réalité mystique. Le cœur apparaît ainsi comme la réalité invisible qui peut unir les êtres dans l’ordre de la charité si ceux-ci acceptent un centre commun : le Cœur du Christ.

  • 16 Lettre à Paul Féval du 22 août 1878 citée par Joseph Bolléry, Léon Bloy, 1954, t. I, p. 381. Cf. a (...)
  • 17 On trouve aussi ce texte dans la Revue du monde catholique, janvier 1878.

6Au tout début de 1878, Paul Féval, publie chez l’éditeur Victor Palmé, le second récit de Jean intitulé Pierre Blot dans le cadre des Étapes d’une conversion. C’est l’histoire émouvante d’un ouvrier chômeur se laissant mourir avec sa femme et son enfant. Léon Bloy, en le lisant, a pleuré16. A ce récit, Paul Féval donne une « préface-anecdote » éditée par ailleurs en opuscule sous le titre : Le denier du Sacré-Cœur, vendu au profit de l’Œuvre du Vœu national17. Il s’agit du récit d’une matinée de la fin du mois de juillet 1873 passée sur la Butte Mont-martre par le narrateur, Paul Féval, en compagnie d’un certain Jean et d’un frère de la Doctrine chrétienne rencontré par hasard. Jean est le pseudonyme de Raymond Brucker, pieux laïc, comme on disait alors, ancien écrivain, membre des Conférences Saint-Vincent de Paul, orateur des Cercles catholiques d’ouvriers, devenu en quelque sorte le tuteur spirituel de Paul Féval.

  • 18 La citation en exergue révèle une de ses sources. Il s’agit d’un extrait de la conférence d’Alexan (...)
  • 19 Le texte fondateur est diffusé à partir de fin décembre 1870-début janvier 1871 :
    VŒU
    AU
    SACRÉ CŒUR D (...)

7Ce récit permet de reconstituer l’histoire du Vœu national jusqu’en 1881, même si le travail opéré par le romancier sur les faits est sensible18. Sous le gouvernement de la Défense nationale, deux grands bourgeois parisiens réfugiés à Poitiers émettent le vœu de faire construire à Paris par toute la nation une église dédiée au Sacré-Cœur en signe de la conversion de la France. Depuis la Révolution, mais aussi depuis la fin du règne de Louis XIV, elle est selon eux, infidèle à sa vocation chrétienne19. Paul Féval ne donne pas les noms de ces laïcs restés selon lui dans l’anonymat : Alexandre-Félix Legentil et Hubert Rohault de Fleury, mais en revanche, il signale bien les premiers contacts pris par eux : le P. Henri Ramière de l’Apostolat de la prière et du Messager du Cœur de Jésus de Toulouse, Mgr Pie, évêque de Poitiers, et Pie IX qui bénit l’entreprise.

  • 20 Un an après, le texte du Vœu est devenu et restera :
    VŒU
    AU SACRÉ CŒUR DE JÉSUS
    pour obtenir
    LA DÉLIVR (...)

8Sous le gouvernement de l’Assemblée nationale et d’Adolphe Thiers, l’œuvre se répand comme une « traînée de grâce » selon l’expression de notre auteur. Mgr Guibert l’adopte en janvier 1872 dans un esprit de pacification intérieure de la patrie20. Elle est lancée par une conférence du P. Monsabré et une présentation à l’Assemblée générale des œuvres catholiques. La plupart des évêques de France répondent favorablement à une lettre de l’archevêque de Paris. Le choix du lieu dans la capitale est le fait de ce dernier durant l’été 1872, en souvenir de saint Denis, en raison du site et en vue d’une présence missionnaire dans un quartier en pleine expansion qu’il veut évangéliser. Les premiers résultats de la souscription l’encouragent à entreprendre auprès de Jules Simon, ministre des Cultes, des démarches pour que l’œuvre soit reconnue d’utilité publique et qu’ainsi des prix raisonnables puissent être fixés pour les terrains visés.

9Paul Féval parle du vote de l’Assemblée nationale, le 24 Juillet 1873, mais cite un texte qui est un projet et non le texte voté. Ce dernier est simplement juridique, car l’Assemblée refuse un texte qui inclut des propos religieux.

10A partir de cet épisode, le narrateur, qui sait ce qui est arrivé, parle au futur. Il émet des réserves sur le résultat du concours d’architecture de juillet 1874. Sans nommer Paul Abadie, il en fait, à tort, un disciple de Charles Garnier, qu’il admire et qu’il craint. Paul Féval parle du Sacré-Cœur comme d’une pagode de Balthazar. Mais, somme toute, il fait confiance à la Providence et au bon sens du jury. La pose de la première pierre en juin 1875, qui n’a pas donné lieu à de grandes festivités pour des raisons de prudence ecclésiastique, est évoquée dans la conclusion des Merveilles du Mont Saint-Michel.

  • 21 Le coup de grâce, 1903, p. 477.

11Finalement, un texte de Paul Féval21 fait allusion à la réaction républicaine radicale de 1877. Elle aboutira à l’adoption par la Chambre des Députés en 1882 d’un projet d’abrogation de la loi de 1873 qui n’aura pas de suite.

  • 22 L’offrande est commune à l’auteur et à l’éditeur qui abandonnent leurs droits. Cf. Le coup de grâc (...)
  • 23 Charles Buet, Paul Féval, 1887, p. 169.

12Le dialogue de Jean et du narrateur se porte, après l’histoire, sur les moyens matériels qu’il va falloir mettre en œuvre. L’Église n’a pas les ressources de l’État qui construit l’Opéra. Jean balaie l’objection selon laquelle une telle entreprise porterait atteinte à l’aide due aux pauvres et commente le célèbre passage de l’évangile selon Saint-Jean (ch. 12) où Judas fait une réflexion semblable. La conclusion est un appel vibrant à donner généreusement au « denier du Sacré-Cœur ». Mais, il faut bien d’autres appels, pendant quarante ans pour rassembler les quarante millions de francs nécessaires à la construction du Sacré-cœur. Un véritable soulèvement du milieu catholique, bourgeois et populaire, se produit. On estime à dix millions le nombre des souscripteurs. Paul Féval et Victor Palmé, par la vente de l’opuscule à un franc, y ont contribué pour 120000 francs environ22. Madame Féval participe à l’œuvre par la confection de vingt costumes d’enfants de chœur car il y a aussi beaucoup de dons en nature23.

  • 24 Par exemple, François Le Lionnais dans sa présentation de Paul Féval, Les Habits Noirs, Laffont, B (...)
  • 25 Histoire du catholicisme en France, la période contemporaine, 1962, p. 407.
  • 26 La pensée et l'action des évêques, 1870-1885, Hachette, 1967, t. I, p. 164-169. Pour confirmer ces (...)
  • 27 Voir la défense par Paul Féval de ce dernier, attaqué par Léon Bloy, lettre citée par Charles Buet (...)

13 Le Denier du Sacré-Cœur permet enfin de préciser la coloration du catholicisme de Paul Féval. Certains le qualifient d’ultramontain24. et le situent dans la famille spirituelle de Mgr Pie et de Louis Veuillot. Ce n’est pas exact. André Latreille et René Rémond montrent le Vœu national comme n’étant reconnu « ni par les paladins de l’ultramontanisme ni par les militants de l’anticléricalisme »25. Jacques Gadille décrit bien la modération politique de Mgr Guibert26. La sympathie de Paul Féval pour le Vœu national et pour Mgr Guibert souligne une coloration plus mystique que politique du catholicisme de notre auteur27.

  • 28 Édité sous le titre Montmartre et le Sacré-Cœur, Victor Palmé, 1879. On le trouve aussi dans B.V.N (...)
  • 29 B.V.N. 1879, p. 140-142.
  • 30 L’outrage au Sacré-Cœur, Victor Palmé, 1879. Également dans la Revue du monde catholique, 15 juill (...)

14En 1879, quatre textes paraissent qu’on peut regrouper pour l’analyse de la pensée. D’abord, un livre intitulé Les Merveilles du Mont Saint-Michel qui, malgré son titre, fait de nombreuses allusions au Vœu national. En suite, le rapport moral de l’œuvre du Vœu national demandé par le P. Rey à Paul Féval pour l’Assemblée générale annuelle des Comités catholiques, qui permet à notre auteur de prendre de la hauteur et de situer l’entreprise dans le dessein de Dieu sur la France28 Le troisième texte est la recension pour le bulletin du Sacré-Cœur d’un opuscule écrit par un vicaire de Notre-Dame de Clignancourt intitulé La Pierre du Sacré-Cœur29. Enfin, Paul Féval écrit ce qu’il pense à un député qui « lors des discussions sur la loi contre l’enseignement a traité de répugnante la douce et l’admirable dévotion à l’amour »30.

  • 31 Les Merveilles du Mont Saint-Michel, 1879, p. 36 ou encore p. 266.

15Ces textes ont plus ou moins en commun d’être une réflexion sur la place originale de la construction du Sacré-Cœur dans l’histoire de la France, comme récapitulation de celle-ci, sur la place privilégiée de la France, nouvel Israël, dans l’histoire des nations, sur la place respective des nations dans le dessein de Dieu. Paul Féval semble faire sienne une idée assez répandue à l’époque, tant chez les catholiques que chez les autres : la France est prédestinée à une mission universelle. Chez les uns, il s’agit de promouvoir les valeurs de la Révolution. Chez les autres, il s’agit de proclamer l’amour de Dieu pour les hommes dans une dévotion nouvelle au Cœur du Christ. Encore que la division ne soit pas si nette puisque Paul Féval écrit : « Je ne suis pas de ceux qui nient la gloire humaine de la Révolution française, car tout incendie a ses fracas et ses lueurs. Il est certain que le monde nous écoute et nous regarde, mais Dieu aussi. Le regard de Dieu est le seul qui juge »31.

  • 32 Lettre de Paul Féval à Léon Bloy, de Paris, 4 octobre 1880, 129 rue Marcadet, Montmartre sous le S (...)
  • 33 Ibid. p. 27-28.
  • 34 Ibid. p. 204.
  • 35 Ibid. p. 144, 149, 302.
  • 36 Ibid. p. 314. Il décrit une procession de la Fête-Dieu avec plusieurs centaines de jeunes ouvriers (...)
  • 37 Ibid. p. 26 et 29.

16Un resserrement des liens établis depuis quatre ans entre le Vœu national et Paul Féval se produit en octobre 1880 par son installation à Montmartre, 129 rue Marcadet32. Il se rapproche du Sacré-Cœur et, pourtant, il n’a pas voulu en être un tout proche voisin. Il s’en explique à Charles Chincholle : plus près, il lui eût manqué un effort à faire pour revenir à Dieu à la suite du Crucifié33. Déjà, il venait souvent du 88, avenue des Ternes où il habitait depuis la fin de la guerre, en pélerinage au Sacré-Cœur34. Il le fréquente désormais plus régulièrement35. Comme ce sanctuaire n’est pas une paroisse, il va aussi à Notre-Dame de Clignancourt36. Il habite un pavillon dont le jardin donne sur des terrains vagues. Il a aménagé un oratoire entre le salon et son bureau37.

  • 38 Paul Féval, Les Habits Noirs, 1863 cité d’après l’édition de 1987, vol. 1, p. 165.
  • 39 Charles Buet, Paul Féval, 1887, p. 27. Charles Chincholle lui demande pourquoi il ne fait pas enle (...)
  • 40 Ibid. p. 200-201. Débiner mon quartier, c’est manquer de respect à la vénérée Louise Michel : vous (...)
  • 41 D’ailleurs Paul Féval signe quelquefois le Bossu. Cf. Ibid. p. 154. Il a aussi bien mérité une rue (...)

17La partie de Montmartre qu’il choisit n’est pas celle du Martyrium ou du sommet, ni le Montmartre de la Bohême, celui qu’il définit dans Les Habits Noirs, comme étant « le Sinaï des bonnes gens dont le dieu aime les chansons bien mieux que les cantiques »38. Paul Féval s’ins talle dans le Montmartre pauvre et ouvrier où des Pierre Blot existent en quantité. On dirait qu’il recherche les insultes et les outrages de ses voisins en esprit de réparation39. Il veut prier pour ceux qui ignorent l’amour du Christ et leur faire du bien. Montmartre est un quartier dénigré par ses relations. Il est très mal relié avec le centre de Paris. Il est réputé dangereux. Paul Féval doit donner un itinéraire à ses visiteurs40. En s’installant à Montmartre, il rejoint, peut-être sans le savoir, le motif missionnaire de Mgr Guibert quand il choisit le lieu de l’ex-voto national. Paul Féval connaît le moyen choisi par le Christ pour sauver les hommes. Il consiste à prendre sur lui leur condition pécheresse sans devenir pécheur lui-même. Notre auteur suggère quelque chose de ce genre dans la façon de faire de deux de ses héros, Lagardère et André Maynotte qui, pour parvenir à leurs fins, se soumettent à des humiliations. Il les imite lui-même en acceptant d’être ridiculisé par les critiques et par ses voisins. Il mérite ainsi un surnom : le Bossu du Sacré-Cœur41.

  • 42 Revue du Monde Catholique, 15 janvier 1881, p. 5-19. Un extrait dans B.V.N. 1881, p. 79.
  • 43 Charles Buet, Paul Féval, 1887, p. 226.

18 Le Cri d’appel de 188142 est rédigé à la demande du P. Rey43. Il s’adresse à tous les Français sans exception, dans l’esprit du cardinal Guibert, et assure les opposants de la prière des chrétiens. Paul Féval fait l’apologie de la nouveauté de la dévotion au Sacré-Cœur par rapport à la continuité de la foi sans pour autant porter atteinte à l’intégrité de celle-ci. Il attend un temps où la patrie sera guérie, glorifiée et réconciliée dans l’amour.

  • 44 Le Coup de grâce, p. 477. Cf. aussi son discours aux comités catholiques et le Cri d’appel.
  • 45 Lettre à l’Univers datée d’un Jeudi-Saint. Fonds Veuillot des Archives de l’Institut catholique de (...)
  • 46 Trois auteurs présentent à ce jour l’histoire du Vœu national d’une façon développée. Abbé P. Lali (...)

19 Le Coup de grâce de 1881 achève Les Étapes d’une conversion. La dernière partie est consacrée aux rapports de Paul Féval avec le Vœu national que nous venons de décrire. Il y rêve d’un grand livre populaire sur le Cœur du Christ44. Le plan se dessine à ses yeux : les origines de la dévotion, l’histoire des vœux de la France, l’histoire de la construction de la basilique. Mais il se sent bien vieux et bien fatigué. Un « dithyrambe inattendu de M. de Pontmartin sur son dernier livre lui tourne la tête »45. Ce grand livre ne sera pas écrit46.

20En conclusion, résumons les traits qui montrent que le rapprochement de Paul Féval et des constructeurs du Sacré-Cœur n’est pas fortuit. Lui, le bourgeois en harmonie avec le grand nombre par sa plume, s’est senti à l’aise dans le mouvement lancé par des bourgeois et soutenu par des millions de souscripteurs. Littérature populaire et religion populaire font bon ménage. Lui, l’amateur à la fois de l’histoire de la France et des problèmes sociaux, a aimé cette religion pétrie par son passé qui proposait cependant le culte nouveau du Cœur du Christ pour répondre aux besoins des temps nouveaux. Lui qui a fait l’expérience d’un épanouissement possible après un échec, en puisant des forces dans un christianisme complet, s’est solidarisé avec tous ceux qui voulaient collectivement remettre debout leur patrie en faisant appel à l’amour et à la puissance du Cœur du Ressuscité. Si la mystique est d’abord pour le ciel, elle peut aussi servir sur la terre. Paul Féval en est le témoin.

Notes

1 Outre ces neuf textes, il est à remarquer, d’une part, qu’il y a une lettre de Paul Féval à l’Univers, fin décembre 1880-début 1881 et que d’autre part l’ouvrage classé parmi les œuvres diverses dans le catalogue de la Bibliothèque nationale et intitulé Montmartre, n’a rien à voir avec le sujet : il s’agit des Fanfarons du Roi imprimé seulement à Montmartre.

2 Ces témoignages se trouvent dans : Bulletin de l’Œuvre du Vœu national au Sacré-Cœur, 1873-1926, désormais cité B.V.N. suivi de l’année et de la page.

3 Charles BUET, Paul Féval, Souvenirs d’un ami. Paris, Letouzey et Ané, 1887.

4 Léon BLOY, Œuvres complètes, Mercure de France, 1964-1975.

5 Charles CHINCHOLLE, Femmes et rois, cité par Charles Buet.

6 B.V.N. 1876, p. 157-158. On la trouve dans Paul Féval, Les étapes d’une conversion, t. IV, Le coup de grâce. Paris, Ollendorff, 1903, p. 482-488. Charles Buet, Paul Féval, en donne des extraits. Elle est reproduite dans Hubert Rohault de Fleury, Historique de la Basilique du Sacré-Cœur, t. I, p. 323-325, Paris 1903. Des extraits dans Montmartre-Orientations, Semaine Sainte 1978, p. 16.

7 Le coup de grâce, p. 482

8 Le coup de grâce, p. 449

9 L’abbé Augustin Joiron (1813-1886) est curé des Ternes de 1872 à sa mort. Il a écrit : Le mystère de l’Eucharistie, médité au pied des saints autels, Paris, Bray, 1857. Il est très fier d’avoir Paul Féval comme paroissien. C’est lui qui le présente au P. Rey à la fin de la cérémonie.

10 Le coup de grâce, p. 482.

11 Cf. Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), Lille, 1977, p. 392-408.

12 B.V.N. 1876, p. 47.

13 Le P. Achille Rey travaille à Saint-Martin de Tours avec Mgr Guibert, avant la nomination de celui-ci en 1871, à Paris, puis, après Montmartre, successivement à Notre-Dame de Sion, et à Pontmain, sanctuaires tenus par les Oblats. Il devient assistant général de sa congrégation. Il meurt en exil à Liège en 1911. B.V.N. 1911, p. 113-115 ; Le coup de grâce, 1903, p. 480.

14 B.V.N. 1879, p. 281-283.

15 Publié dans B.V.N. 1876, p. 307-309. Il n’y est pas question du Vœu national, mais le P. Rey n’est pas sans laisser planer un certain flou dans l’introduction qu’il fait.

16 Lettre à Paul Féval du 22 août 1878 citée par Joseph Bolléry, Léon Bloy, 1954, t. I, p. 381. Cf. aussi le, Journal de Léon Bloy, le 22 janvier 1900.

17 On trouve aussi ce texte dans la Revue du monde catholique, janvier 1878.

18 La citation en exergue révèle une de ses sources. Il s’agit d’un extrait de la conférence d’Alexandre-Félix Legentil à l’Assemblée générale des Comités catholiques de mars 1872. Celle-ci est citée d’une façon anonyme dans le premier numéro de décembre 1873 du bulletin de l’Œuvre où il y a un historique qui a renseigné notre auteur.

19 Le texte fondateur est diffusé à partir de fin décembre 1870-début janvier 1871 :
VŒU
AU
SACRÉ CŒUR DE JESUS
pour obtenir la délivrance
DU SOUVERAIN PONTIFE
et
CELLE DE LA FRANCE
En présence des malheurs qui désolent la France, et des malheurs plus grands peut-être qui la menacent encore ;
En présence des attentats sacrilèges commis à Rome contre les droits de l’Église et du Saint-Siège et contre la personne sacrée du Vicaire de Jésus-Christ ;
Tout en reconnaissant que notre malheureuse patrie a mérité les châtiments de Dieu par les scandales dont elle a été le théâtre, par les encouragements qu’elle a donnés à l’esprit révolutionnaire dans le monde et en particulier par le coupable abandon de la cause du Souverain Pontife et de l’Église, abandon qu’elle n’a que trop facilement accepté ;
Nous protestons, au nom de la justice outragée, au nom de la France, au nom de la paix de l’Europe, au nom de la civilisation chrétienne, au nom de la liberté de nos consciences, d’abord contre la violence et la fourberie qui veulent anéantir le pouvoir le plus légitime, le plus vénérable, le plus bienfaisant, le plus authentiquement reconnu de tous les pouvoirs de la terre, en privant le Souverain Pontife de son pouvoir temporel, de la liberté même de sa personne, et en portant atteinte par là au libre service de son autorité spirituelle.
Nous ne pouvons méconnaître qu’en ce moment les violations du droit des gens que nous réprouvons à Rome se commettent sur le territoire français, accompagnés de cruautés, de sacrilèges, de rapines et d’exactions sans nombre que les besoins des opérations militaires ne réclament pas et que les lois de la guerre reconnues entre peuples civilisés réprouvent. Nous ne pouvons oublier que ces infamies sont commises ou ordonnées par le chef véritable de l’hérésie protestante dans le monde, et que le même Souverain qui poursuit avec fureur l’anéantissement de la France a eu une part visible et odieuse aux derniers méfaits dont le Souverain Pontife a été victime. Nous dénonçons au monde civilisé tous ces attentats ; nous en appelons au tribunal du Dieu des armées, des crimes commis contre l’Église et contre notre patrie, unissant dans notre cœur deux causes qui n’auraient jamais dû être séparées. Et pour faire amende honorable de nos péchés, pour en recevoir le pardon par l’intervention miséricordieuse du Sacré-Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ et obtenir, par la même intervention, les secours extraordinaires qui seuls peuvent délivrer le Souverain Pontife de sa captivité, faire cesser les malheurs de la France, et amener en particulier la délivrance de la ville de Paris, nous promettons, lorsque ces grâces nous auront été accordées, de contribuer, selon nos moyens, à l’érection à Paris d’une église consacrée au Sacré-Cœur de Jésus, érection qui sera demandée à l’autorité écclésiastique compétente. (Archives Madame Claude Chavane, Paris).

20 Un an après, le texte du Vœu est devenu et restera :
VŒU
AU SACRÉ CŒUR DE JÉSUS
pour obtenir
LA DÉLIVRANCE DU SOUVERAIN PONTIFE
ET LE SALUT DE LA FRANCE
En présence des malheurs qui désolent la France,et des malheurs plus grands peut-être qui la menacent encore ;
En présence des attentats sacrilèges commis à Rome contre les droits de l'Église et du Saint-Siège et contre la personne sacrée du Vicaire de Jésus-Christ ;
Nous nous humilions devant Dieu, et réunissant dans notre amour l’Église et notre patrie, nous reconnaissons que nous avons été coupables et justement châtiés.
Et pour faire amende honorable de nos péchés et obtenir de l’infinie miséricorde du Sacré-Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ le pardon de nos fautes, ainsi que les secours extraordinaires qui peuvent seuls délivrer le Souverain Pontife de sa captivité, et faire cesser les malheurs de la France, nous promettons de contribuer à l’érection à Paris d’un sanctuaire dédié au Sacré Cœur de Jésus.
Notre Saint-Père le Pape a daigné accorder de grand cœur sa bénédiction à cette Œuvre réparatrice. Mgr l’Archevêque de Paris a bien voulu l’approuver formellement et lui donner son paternel appui. Un grand nombre d'archevêques et d'évêques ont donné les plus chaleureux encouragements.
(R. P. Monsabré, Discours prononcé dans l’Église métropolitaine de Notre-Dame de Paris le 14 avril 1872. Paris, Joseph Albanel, Libraire, 1872, p. 35).

21 Le coup de grâce, 1903, p. 477.

22 L’offrande est commune à l’auteur et à l’éditeur qui abandonnent leurs droits. Cf. Le coup de grâce, 1900, p. 496. Dans la liste qui comprend les millions de noms des souscripteurs, on trouve par exemple, en janvier 1878, la mention : Société générale de librairie catholique...1000f.. B.V.N., 1878, p. 94. Au 1er mars 1879, la vente avait rapporté 24 000 f. B.V.N. 1879, p. 140. En 1881, 72 000 f. En 1887, 100 000 f et finalement, on le crédite à 120 000 f.

23 Charles Buet, Paul Féval, 1887, p. 169.

24 Par exemple, François Le Lionnais dans sa présentation de Paul Féval, Les Habits Noirs, Laffont, Bouquins, 1987, vol. 1, p. 1188.

25 Histoire du catholicisme en France, la période contemporaine, 1962, p. 407.

26 La pensée et l'action des évêques, 1870-1885, Hachette, 1967, t. I, p. 164-169. Pour confirmer ces jugements, remarquons d’une part, l’absence d’allusions au pape dans les textes examinés, alors que le Vœu est fait apparemment moitié pour le Souverain Pontife, moitié pour la France et, d’autre part, la substitution du denier du Sacré-Cœur au denier de Saint-Pierre, offrande des fidèles depuis 1870, pour permettre au pape-roi de vivre sans les revenus des États pontificaux. Ces deux faits posent un problème que je n’ai pas résolu.

27 Voir la défense par Paul Féval de ce dernier, attaqué par Léon Bloy, lettre citée par Charles Buet, p. 152. Ou bien, les louanges de notre auteur : B.V.N., 1879, p. 141.

28 Édité sous le titre Montmartre et le Sacré-Cœur, Victor Palmé, 1879. On le trouve aussi dans B.V.N. 1879, p. 278-284.

29 B.V.N. 1879, p. 140-142.

30 L’outrage au Sacré-Cœur, Victor Palmé, 1879. Également dans la Revue du monde catholique, 15 juillet 1879. Ce texte n’est pas mentionné dans le Bulletin du Vœu national. Cela est le signe du refus de toute polémique par Mgr Guibert, le P. Rey et les laïcs responsables.

31 Les Merveilles du Mont Saint-Michel, 1879, p. 36 ou encore p. 266.

32 Lettre de Paul Féval à Léon Bloy, de Paris, 4 octobre 1880, 129 rue Marcadet, Montmartre sous le Sacré-Cœur, dans Charles Buet, Paul Féval, 1887, p. 147.

33 Ibid. p. 27-28.

34 Ibid. p. 204.

35 Ibid. p. 144, 149, 302.

36 Ibid. p. 314. Il décrit une procession de la Fête-Dieu avec plusieurs centaines de jeunes ouvriers et rêve d’une république croyante.

37 Ibid. p. 26 et 29.

38 Paul Féval, Les Habits Noirs, 1863 cité d’après l’édition de 1987, vol. 1, p. 165.

39 Charles Buet, Paul Féval, 1887, p. 27. Charles Chincholle lui demande pourquoi il ne fait pas enlever une inscription injurieuse sur son mur. Il répond : Parce que c’est si bon d’être insulté ! Cf. aussi p. 28 : Paul Féval et ses visiteurs vont dans le jardin. Des rôdeurs de barrière jouaient dans le terrain vague mitoyen. En les voyant, tous les voyous se collèrent contre les planches : « Ohé, jésuites, calotins !... Dis donc, Auguste, il ne les empêche pas de bien manger, leur bon Dieu ! Regarde donc le vieux, comme il est rouge ! Bon appétit, otages !-Féval rayonnait-Vous entendez, mon ami ? Ils voient quelquefois des prêtres dans le jardin, ils prennent ma maison pour une abbaye. Ils me flattent. »

40 Ibid. p. 200-201. Débiner mon quartier, c’est manquer de respect à la vénérée Louise Michel : vous êtes un lâche. Lettre à Charles Buet, s.d. Cf. aussi p. 213, 147.

41 D’ailleurs Paul Féval signe quelquefois le Bossu. Cf. Ibid. p. 154. Il a aussi bien mérité une rue à Montmartre.

42 Revue du Monde Catholique, 15 janvier 1881, p. 5-19. Un extrait dans B.V.N. 1881, p. 79.

43 Charles Buet, Paul Féval, 1887, p. 226.

44 Le Coup de grâce, p. 477. Cf. aussi son discours aux comités catholiques et le Cri d’appel.

45 Lettre à l’Univers datée d’un Jeudi-Saint. Fonds Veuillot des Archives de l’Institut catholique de Paris.

46 Trois auteurs présentent à ce jour l’histoire du Vœu national d’une façon développée. Abbé P. Laligant, Montmartre, Grenoble, Arthaud, 1930. Paul Lesourd, La Butte sacrée, Paris, Spes, 1937. A. Hamon, Histoire de la dévotion au Sacré-Cœur, cinq tomes, Paris, 1939.
L’auteur de cet article a préparé à Paris IV-Sorbonne, une thèse sur le Sacré-Cœur de Montmartre. Spiritualité, art et politique. 1870-1914, soutenue en 1991.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48122/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Presses universitaires de Rennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search