Version classiqueVersion mobile

Le syndicalisme dans la France occupée

 | 
Michel Margairaz
, 
Danièle Tartakowsky

Cadre légal, précédents idéologiques

Action « syndicale » légale et illégale chez les ex-unitaires de la CGT

André Narritsens

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours de la période de l’Occupation, les formes de la représentation sociale ouvrière connaissent des mutations profondes. L’édifice auquel vise Vichy et qu’expose, sans guère de réalisation pratique, la Charte du travail, dégage l’espace d’un « syndicalisme légal » plus ou moins gagné aux conceptions corporatistes et qui s’affronte ou se confronte avec un « syndicalisme illégal » (clandestin) hostile à l’ordre social vichyssois. Qu’en est-il du syndicalisme sous ces deux figures ? Autrement dit, a-t-on vraiment affaire, dans les deux cas, à une activité ayant pour but la satisfaction des intérêts matériels et moraux des salariés ou bien, loin de cette formulation générique, à la manifestation au sein des territoires naturels du syndicalisme ouvrier d’autres enjeux nés d’une conjoncture de lutte plus globale ?

L’installation d’un néosyndicalisme

Le « syndicalisme légal » prend place dans une logique « réaliste ». Il exprime la volonté d’une politique de présence et souscrit idéolog...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search