Version classiqueVersion mobile

Nerval

 | 
Pierre Campion

Conclusion

Texte intégral

1Tout se passe comme si l’œuvre de Nerval allait à Aurélia. Jusque là l’Histoire revêtait plutôt un sens progressif et l’oubli une fonction positive, la perspective du malheur n’était pas dominante, l’écriture notait et rassemblait sans volonté d’exhaustivité et de rigueur absolues des moments du sens dans des poèmes et sous le nom de l’une ou l’autre femme. Mais, avec le dernier récit, la tonalité de la culpabilité triomphe, même si elle est finalement maîtrisée : les problèmes de la folie, de l’illusion, de la déraison à la fois se formulent complètement et cessent justement d’être des problèmes à formuler et à résoudre pour devenir des fautes à reconnaître et à vivre. En quelque sorte, la culpabilité s’empare complètement du moment de Nerval, même quand il continue à s’analyser en termes historiques ou philosophiques : c’est sur ce plan exclusivement que les dialectisations doivent s’accomplir désormais.

2Que signifie ce basculement définitif – et prévisible – dans la perspective de la faute ? Pour essayer de le savoir, ne cherchons pas l’occurrence ou l’indice d’un événement strictement biographique, médical ou autre, mais tâchons de lier encore l’ordre de la littérature et sa signification philosophique.

  • 1 G. Mathieu-Castellani, La Scène judiciaire de l’autobiographie, PUF, 1996.

3Si on entend par autobiographie l’écriture de soi au sens que nous avons cru déceler notamment dans la dédicace à Dumas, c’est-à-dire la réalisation fictionnelle de sa propre vie en son essence et tout entière, il est clair que l’écriture de la Vita nuova représente chez Nerval une autobiographie et que seul dans son œuvre le récit d’Aurélia peut recevoir ce caractère générique. Or, comme Gisèle Mathieu-Castellani l’a montré récemment de manière convaincante, le genre littéraire de l’autobiographie, dans ses figures principales, son style, ses références, son histoire, a partie liée, dans l’imaginaire occidental, avec l’apologie, l’aveu, la confession et la situation judiciaire, cela dès ses origines1.

4Bien sûr, cette tendance très générale ne nous renseigne pas assez sur le processus nervalien du passage à l’autobiographie. Ici, chercher à établir le sens de sa vie, c’est reconnaître qu’elle manque de sens. Ce manque de sens, nous le savons, provient d’un manque fondamental de réalité et ce manque de réalité se comprend et se ressent comme une faute, par le jeu même de ces mots dans la langue. Mais la langue ne fait que consacrer une situation symbolique dont nous connaissons les termes : sous les traits de la femme aimée, des dieux ou de Dieu, la réalité est le juge du sujet, de son trop peu de réalité, un juge d’autant plus culpabilisant que le sujet ne peut que lui prêter un sens, des intentions, une temporalité puisqu’il est au-delà de toute temporalisation, de tout sens et de toute figuration. Nous ne pouvons nous soustraire à la réalité et nous ne pouvons vivre en sa présence, nous ne pouvons soutenir sa puissance et nous ne pouvons pas ne pas vouloir l’égaler, nous vivons dans le temps en présence de ce qui n’a pas de temps, nous ne pouvons qu’être infidèles à l’exigence de fidélité que nous supposons nous-mêmes dans nos figures de la réalité : telle est notre faute, par position.

5Nous proposerons donc de réinterpréter la crise nervalienne comme un phénomène fondamentalement ambivalent et comme une expérience de l’entropie. Cette crise comporterait les deux perspectives positive et négative qui coexistent constamment chez Nerval mais dont l’une finit par l’emporter, et elle demanderait donc que l’on en module deux lectures : dans la dialectique de la déraison et de la raison, de l’illusion et de la réalité, du moment et de la durée, du sujet et de son objet, la relation entre ces termes peut à un moment devenir négative et fatale. Ainsi la vie dans le temps peut-elle être pensée et représentée comme le mouvement heureux des dialectisations de l’esprit et de sa souveraineté mais aussi comme l’expression de sa capacité oublieuse et négative et, pis encore, comme le signe de son asservissement et de son assimilation, de son abandon à une réalité dépourvue décidément de toute prise humaine, de tout sens, de toute caractérisation, notamment morale.

6Nerval a dû éprouver l’extrême difficulté qu’il y a à maintenir opérante et vivante une pensée dialectique ou plutôt la difficulté qu’il y a à résoudre constamment, par les formes variées de l’écriture, les apories inévitables de ces tourniquets dialectiques. Si c’était bien cela, il faudrait comprendre son suicide comme le terme peut-être inévitable de cette difficulté, c’est-à-dire comme le retournement destructeur de la pensée nervalienne contre le sujet de cette pensée et de cette écriture, par l’épuisement progressif de l’écrivain à maintenir les distinctions qui les constituent l’une dans l’autre.

Notes

1 G. Mathieu-Castellani, La Scène judiciaire de l’autobiographie, PUF, 1996.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search