Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raymond Roussel

 | 
Pierre Bazantay
, 
Patrick Besnier

2nde Partie

Réimpressions d’Afrique

Légende ou conte d’auteur ?

Jean-Louis Cornille

Texte intégral

MICHEL LEIRIS

  • 1 Ainsi, lorsque Leiris fournit la définition du mot « piédestal » (celui sans doute sur lequel il p (...)

1 L’Âge d’homme, beau livre de lecteur, contient, selon un jeu de mot à la logique duquel Michel Leiris n’a cessé, depuis, d’avoir recours comme à un hochet, ce sous-titre à peine dissimulé : De l’Hommage. Et cet hommage, suivant cette même logique du mot-valise à l’emporte-pièce, semble contenir à son tour une dédicace conforme à sa retorse sémantique, puisqu’elle s’adresse légitimement et, j’allais dire, tout naturellement, à l’homme-mage, au mage, au magicien sage qui de ses tours de passe-passe parvient seul à soutenir l’illusion de l’art. Le texte leirissien ne cessera à mainte occasion de renouveler les marques de sa déférence à son égard. Cependant, à aucun moment n’intervient dans le texte de Leiris cette dédicace aux consonnes identiques : à Roussel. Certes, l’hommage est constant, et Leiris ne manque pas une occasion pour nous le rappeler, jusque dans son titre. Mais de dédicace, aucune ; pas même à l’endroit du Glossaire, dont le procédé se rapproche pourtant le plus de celui élaboré par Roussel1. Hommage silencieux, donc, à moins qu’il ne faille revenir au sens précis de Glossaire, qui désigne un dictionnaire expliquant les mots peu connus de la langue.

  • 2 M. Leiris, Fibrilles, Gallimard, 1966, p. 9.

2Or, il est un dictionnaire dont le petit Michel ne cesse de rouvrir l’épais volume, devant les gravures duquel il se met à rêver longuement, véritable bréviaire de son enfance : c’est le Larousse. L’inversion est évidente. Larousse déguise à peine l’hommage à Roussel, là précisément où celui-ci est le plus présent : dans la langue. Nouveau petit Roussel illustré. La haute estime dans laquelle Leiris tenait Raymond Roussel n’est un secret pour personne, ni l’influence que cet inventeur de prodigieux procédés eut sur son œuvre et dont il devait hériter ce goût pour les constructions tout en jeux de mots, ni enfin le rôle prépondérant qu’allait jouer dans la carrière du jeune poète cet excentrique auteur, qui avait pour homme d’affaires Eugène Leiris, père de Michel. Ami de la maison, Roussel, ou Ramuntcho, comme il s’y faisait appeler, venait durant des années, « presque chaque semaine faire de la musique »2 chez les Leiris, chantant tantôt des airs d’opéras fameux, tantôt des romances ou des chansons de folklore, art dans lequel il excellait et qui lui était d’un plus grand réconfort que l’écriture.

3S’il y eût jamais, rue Mignet à Auteuil, un « Génie du Foyer », ce ne pouvait qu’être celui-là. Et Leiris, sans jamais s’instituer en biographe, ne se lassera pas d’évoquer ce personnage à ses yeux fabuleux qui a tant compté dans l’élaboration de sa propre écriture et dont il égrénera régulièrement telle ou telle anecdote, contribuant ainsi à forger la légende éclatée de ce cas littéraire encore aujourd’hui controversé et cité plus qu’il n’est lu. Arrivé à l’âge d’homme, Leiris continuera de rendre visite à son tour à celui qui, après avoir enchanté son enfance, incarne à présent l’écrivain qu’il a lui-même décidé d’être – sans jamais obtenir de sa part le moindre signe d’encouragement, exception faite pour son métier d’ethnologue : ironiquement, Roussel devait intervenir dans le financement du premier voyage de Leiris en Afrique, qu’il envoyait ainsi vérifier à son compte des impressions jusque-là purement typographiques. Sur ce point, citons L’Âge d’Homme, qui cependant respecte l’anonymat de Roussel :

  • 3 M. Leiris, L’Âge d’Homme, Gallimard, Folio, 1939, p. 187.

« Le premier poète moderne dont j’avais fait la connaissance (homme que j’admirais au moins autant qu’Apollinaire) m’avait maintes fois découragé, m’engageant à continuer bourgeoisement mes études, sans prétendre à autre chose qu’à être un “honnête homme” ou, tout au plus, un “amateur distingué”. Je me morfondais sous ce jugement qui semblait sans appel ; j’attendais de cet homme, non des conseils moraux, mais qu’il me livrât la recette et la clef et, pour un peu je serais allé jusqu’à partager ses vices, si cela avait été un moyen d’acquérir son génie »3.

  • 4 Dans le No. du premier avril 1935 de la N.R.F.
  • 5 Voir R. Roussel, La Poussière de Soleils, J.-J. Pauvert, 1964, p. 46. Dorénavant nous signalerons (...)
  • 6 À ce sujet, voir l’avant-dernier chapitre de M. Foucault, Raymond Roussel, Gallimard, 1963.

4La réserve de Roussel se laisse toutefois comprendre : génie méconnu, il n’avait jamais publié qu’à compte d’auteur, et même à l’époque où commençait sa reconnaissance, il faisait encore paraître à ses frais ses ouvrages. L’on ne saurait sensément engager autrui dans une telle voie, et Leiris devrait patienter jusqu’à la mort de Roussel avant d’avoir accès aux recettes et aux clefs, à la divulgation publique desquelles, d’ailleurs, il prendrait part intimement4. Il ne saurait être indifférent, à cet égard, que Roussel ait eu pour homme d’affaires Eugène Leiris, auquel il lui est arrivé plus d’une fois de confier des bouts de textes sous enveloppe afin qu’ils soient déposés dans « sa caisse du bureau », rue Michel-Ange. Le mobilier du père, bientôt défunt, contient ainsi la dépouille de quelques livres inachevés, les restes posthumes de l’écrivain mis sous scellés. Tout Roussel tient dans une boîte, dans un tiroir sans fond, dont Michel et son frère Pierre finiront par hériter : « rayon interdit de la bibliothèque de mon père », sur lequel étaient serrés les divers exemplaires dûment dédicacés des Oeuvres Complètes de Raymond Roussel, étincelantes sous la couverture jaune de la maison Alphonse Lemerre. C’est le rayon Roussel. Hasardons-y la main, à notre tour, et saisissons-nous d’un exemplaire, ma foi, fort rare et pour tout dire fictif, des Nouvelles Impressions d’Afrique, qui, « vestige de la première édition » contiendrait « un épisode coupé dans tous les autres »5, et dont, sur la foi de l’auteur même, nous avons toujours supposé qu’il ne l’avait jamais rédigé, mais envisagé seulement, finissant par en abandonner le projet jugé par trop fastidieux6.

  • 7 Signalons, entre autres, telle correspondance amoureuse de Racine, ou tel épisode de la vie privée (...)

5Cette entorse à la lettre du texte, on le sait, n’est jamais qu’un des procédés-la forgerie-avoués par l’auteur lui-même, qui inventa de la sorte, pour les besoins de sa cause, quelques pages supplémentaires d’anthologie littéraire entièrement fantaisistes7. On y lirait que sur une table de restaurant repose, près d’une bouteille d’eau, tel livre sur lui-même refermé, que son lecteur, quoiqu’en attente d’une nourriture moins spirituelle, hésite cependant à ouvrir, tout absorbé par le dessin qui figure sur la couverture : un homme, fiché droit sur le lopin de terre qu’il laboure, tient une bêche entre ses mains. Au loin se dessine un village, son clocher – sous les rayons du matin. Ne poussons pas plus loin ce jeu : on aura sans peine reconnu la figure, véritable statue du Parnasse, qui, sous la légende « Fac et spera », désespérante à maints égards, constituait la marque de l’imprimeur-éditeur, Alphonse Lemerre. Roussel, en d’autres mots, espère, après avoir fait. Car écrire, devenir écrivain, n’est-ce pas, un porte-plume en main, d’abord longuement rêver au-dessus d’une page de couverture, l’emblème d’un éditeur, se pencher au-dessus d’un frontispice et s’imaginer voir s’y étaler, comme en un miroir, en toutes lettres son propre nom ?

  • 8 Pour une étude plus détaillée de Flio, nous renvoyons au chapitre « Le Rayon Roussel », dans notre (...)

6Et l’on conçoit volontiers Roussel déployant en cette vignette l’imprimeur ce « prodigieux labyrinthe » qui au dire de Foucault rend visible ce qui échappe au regard, sous un soleil qui ne bouge pas : l’on apprendrait les moindres détails non seulement sur la musculature du laboureur, mais encore sur ses pensées intimes, enfin sur sa famille : « de quel coq debout la mit le cocorico » (NIA, p. 11.) ; le village entier nous apparaîtrait. Cette scène, bien sûr, n’existe pas dans l’œuvre de Roussel. Mais elle y insiste, et puissamment. Cette image illustrant la vie d’un laboureur –« métier à aubes », s’il en est– se situe au cœur de tous les livres de Roussel. Et à travers elle, c’est l’imprimerie qui se trouve placée au centre de la machine à écriture. L’imprimeur est dans le texte. Pour nous en convaincre, puisons une fois de plus dans la bibliothèque d’Eugène Leiris, et assurons-nous cette fois d’y saisir un document authentique. Pour mieux garantir cette authenticité, introduisons-nous dans le coffre de son bureau, où reposent sous scellés certains manuscrits que Roussel y avait fait déposer, pour la plupart inachevés. Ce manuscrit, datant vraisemblablement de 1914, semble acéphale, quoiqu’il y figure ces mots, qui sont peut-être une abréviation : « Flio » (pour « folio »). Il est de plus inachevé, et le récit en est des plus embrouillés. Il y est beaucoup question d’un double ouvrage sur une tribu d’Afrique dont la statuaire représente des couples tantôt pourvus de pagnes, tantôt entièrement dénudés8.

7Sans doute avons-nous là une référence explicite aux Impressions d’Afrique. Mais comment expliquer cette étrange distinction entre statues pourvues ou dépourvues de pagne ? Pour en saisir la pertinence, il suffit sans doute de se reporter à l’emblème déjà mentionné de la maison Lemerre : l’image d’un laboureur nu penché sur sa bêche. Nous savons en effet qu’il existe deux versions de cette image : Lemerre avait d’abord fait usage d’une représentation vêtue de l’homme à la bêche, avant de s’imposer avec l’image depuis consacrée d’un être dont la nudité n’est plus voilée que par un minuscule pagne : pourvu ou dépourvu ? Le texte puise sa manière narrative à même sa couverture et se constitue en commentaire de sa propre impression. Cet ouvrage poétique, l’auteur s’apprête à en soigner la réimpression, et dans ce but, s’avise d’apporter certaines modifications – retouches qui consistent pour l’essentiel en une série de dessins calligraphiés ajoutés au second tome, consacré à la statuaire érotique.

8Il nous semble que ce récit, délibérément « oublié » par Roussel, qui n’en mentionne nulle part l’existence, inscrit dans sa trame un secret de fabrication du procédé autrement plus complexe que ce que Comment j’ai écrit certains de mes livres n’en laisse transparaître : à savoir que tout texte nécessairement opère un retour sur son lieu d’origine : l’imprimerie. Cette vérité n’est-elle pas clairement énoncée dès le titre des Impressions d’Afrique, sur le compte duquel personne ne s’est leurré : il s’agissait bien d’impressions à fric. Raymond Roussel, en effet, devait faire paraître à ses frais l’ensemble de son œuvre – en entier imprimée sur les presses d’Alphonse Lemerre. Cette hantise du « compte d’auteur », tout indique que Roussel ait tenté de la transformer en simple « conte » d’auteur. C’est ainsi qu’un jeune écrivain, dans les Nouvelles Impressions d’Afrique », s’inquiète de savoir « Jusqu’à quand ses écrits paraîtront à ses frais ? ». Il est probable que ces mêmes Nouvelles Impressions d’Afrique ne doivent leur titre qu’à une incidence typographique du même ordre. Entamé dès 1915 (tout juste après Flio), ce long poème tout en parenthèses ne sera achevé qu’en 1928, et publié en 1932. Or c’est en 1932, seulement, que seront épuisés, au dire de Roussel, les exemplaires d’impressions d’Afrique.

9La « nouvelle » impression, en d’autres mots, n’était qu’une « réimpression ». Ce thème est intimement lié à celui de la gloire : ne sont réimprimés que les ouvrages à succès. Aussi voit-on dans Flio déjà se profiler cette hantise de la reconnaissance. L’auteur qui y est mis en scène vient d’apporter les dernières retouches au volume à réimprimer. Ce travail achevé, il laisse traîner le livre au lieu de le ranger dans la bibliothèque. Le lendemain, le laquais, venu épousseter les lieux, s’avise du vide laissé par le volume absent du rayon : une sorte d’A majuscule « formé par deux dos de reliures » se touchant, et qu’il redresse par une pression du doigt. Voyant ensuite le volume laissé sur table, le laquais replace celui-ci sur l’étagère, non sans intervertir l’ordre des livres. Une telle attention maniaque pour d’aussi infimes détails s’explique néanmoins : l’intervention et l’effacement du « A » (qui n’est autre que le « A » du procédé : mouton A cinq pattes) ne font que mimer le travail de l’imprimeur. Or Leiris nous apprend que le prote de l’atelier Lemerre avait pour nom Eugène Vallée. Le laquais, dans la minutieuse mise en scène de Flio, n’était à vrai dire qu’un « Valet » -serviteur de l’impression, ici affecté à la toilette du texte.

L’ŒUF À LA COQUE

10À présent avertis du mécanisme à l’œuvre, tâchons de vérifier comment ont été imprimés la plupart des livres de Roussel : de quelle façon retorse a-t-on procédé à leur impression ? Et revenons une fois encore au procédé dit simple, sans trop insister sur la différence phonique qui peut opposer un « p » à un « b », pour en signaler d’emblée l’origine purement typographique : c’est la coquille. Lorsqu’on écrit « billard » à la place de « pillard », l’on favorise ni plus ni moins une impression fautive. Le maître des mots n’est pas tant l’auteur que le prote ou correcteur qui les dispose sur le marbre et à qui il arrive quelquefois, au grand dam de l’auteur, de permuter les caractères ou d’intervertir les lettres. Et l’on comprend dès lors le soin maniaque dont Roussel entourait ses épreuves, allant même jusqu’à offrir une prime aux ouvriers d’imprimerie qui réussiraient à traquer l’ultime coquille. La moindre erreur typographique pouvait en effet prêter à confusion, entrer en concurrence avec le procédé même, enfin se substituer à lui.

11C’est à ce point vrai qu’il arriva au prote du « Gaulois du Dimanche », soignant la parution d’Une Page du Folk-Lore breton, de se tromper en croyant trouver une faute dans le manuscrit : à la place du « bouton à cinq pattes », prévu à la dernière ligne, il composa à nouveau le « mouton à cinq pattes » du début. En rétablissant ce qui lui apparaît comme un contre sens, le prote, par déformation professionnelle, annule la différence et privilégie la similitude. Roussel fait lui-même allusion à cette scène, lorsqu’il laisse ses instructions pour la réimpression des premiers contes :

« à la fin d’Une page de Folklore breton il y a une faute : il faut mettre bouton à cinq pattes et non mouton à cinq pattes. Cette parenthèse s’adresse à l’imprimeur ».

  • 9 M. Foucault, op. cit., p. 164.

12Il y a dans ce retour subreptice du mouton un élément qui a dû amuser Roussel, car ce mouton à cinq pattes, si rare, exceptionnel, finira par revenir au six, rue des Bergers, où l’imprimerie Lemerre a ses ateliers. L’on peut gager enfin que le vertigineux système des parenthèses dans Nouvelles Impressions d’Afrique à son tour s’adressera à l’imprimeur. La coquille est la forme primordiale de l’écriture-Roussel. C’en est même la métaphore privilégiée. Michel Foucault, observant que le système des parenthèses ne dépasse pas le nombre neuf, et retrouvant ailleurs que dans ces Neuves Impressions d’Afrique « cette forme de la neuvaine », renvoie aux règles de l’harmonie pour en expliquer la persistance : « un accord de neuviène ne saurait monter »9. C’est faire peut-être trop bon compte des méthodes de Roussel, qui s’y entendait à confondre chiffres et lettres. N’allons pas chercher plus loin : un neuf, c’est un œuf, tout simplement. Encore fallait-il y songer. L’œuvre se pond : c’est l’œuf « effacé » de Colomb.

  • 10 « Ce jeudi de commençant avril », premiers mots de Locus Solus, ou premiers mots tout court, début (...)

13Il est rare que l’on pénètre jusque dans les caves de l’imprimeur. L’occasion s’en présente néanmoins, au détour d’une de ces nombreuses anecdotes latérales qui viennent compliquer l’initial dessin de L’Étoile au Front. Les presses que Roussel nous invite à visiter sont prestigieuses, impériales : nous voici dans l’« imprimerie personnelle » (ÉF, p. 31.) du tzar. Or, qu’y trouve-t-on ? Un œuf. Non pas n’importe quel œuf. Un œuf de colombe. Le prétexte en est compliqué : il s’agissait en l’occurrence d’introduire dans ce lieu sous haute surveillance un système capable d’avertir les révolutionnaires amis du prote de l’atelier de tout ukase les menaçant dans leurs secrets agissements. Se basant sur les théories récentes du colombographe Hochard, l’on décide d’introduire dans l’imprimerie un œuf : artificiellement couvé, il ferait éclore le pigeon salvateur. De la coquille d’imprimerie doit naître la réussite de l’œuvre. C’est le sens d’une autre anecdote comprise dans L’Étoile au Front, relative à la jeunesse de Milton. Amoureux transi d’une jeune femme poitrinaire, dont la maladie le tient éloigné, le jeune poète est aux aguets des moindres gestes de son élue. La voici, « au premier soleil d’avril »10, se faisant à sa fenêtre apporter « ses livres, son ouvrage et une collation de malade où figurait un œuf cru » (ÉF, p. 85.). L’on goûtera la proximité des livres et de l’œuf, dont la jeune femme gobe à présent le contenu, après avoir de son couteau perforé la coquille – aussitôt jetée par delà la fenêtre. Sans hésiter, le jeune homme s’en empare et conçoit « un poème enflammé », qu’en précurseur de Mallarmé il se met à tracer à même la coquille. Las, la jeune fille meurt avant que de se le voir offrir, et la coquille, depuis, est précieusement gardée dans un coffret. Cet épisode n’est nullement isolé dans les livres de Roussel. Et même, dirait-on, les coquilles d’œuf abondent dans l’œuvre. Passons sur l’épisode narré dans Impressions d’Afrique, où Balbet parvient au tir, à séparer le blanc du jaune d’œuf. Dans Locus Solus, publié quelques dix ans plus tôt, se dessine déjà cette association entre l’œuf et l’œuvre. Il y est beaucoup question d’un oiseau dont le plumage bariolé semble annoncer le nom du poète anglais tout juste cité, et assure la cohésion des deux scènes qui n’en font qu’une. Attardons-nous donc un instant à l’étrange coutume de l’iriselle, qui « tire son nom des mille tons variés de son tégument » (LS, p. 244.), soumettant les produits de sa ponte, afin d’en éprouver la résistance future, à de furieuses attaques – et brisant plus d’une coquille à l’issue de cet exercice : « la femelle, pour empêcher des naissances prématurées, éliminait les coquilles relativement frêles » (LS, p. 247.) du bout de sa queue toute en couteaux. Il y a là une impitoyable sélection à l’œuvre : « Trois œufs ayant tenu bon, malgré une série d’agressions furent couvés par l’originale bête et ne tardèrent pas à éclore » (LS, p. 253.). Passons sur la masse d’eau, sorte de bénitier ou coque qui est associée à l’animal et qui manque de mouiller la poule – cette construction est sans conséquence pour notre propos. L’on appelle « eugénisme », une telle méthode : ou l’art de bien engendrer. Eugène, pour qui veut l’entendre, est un nom rien moins qu’aléatoire dans le texte de Roussel. Nom du Père, c’est encore le nom de son homme d’affaires, et même du prote de chez Lemerre. Eugène assure toutes les étapes de l’œuvre, en sa lente éclosion. Une iriselle, pourtant, cela fait sens : immanquablement, cela évoque Leiris, Eugène, dans les coffres duquel couvait plus d’une œuvre, – il faudrait dire plus d’un œuf, et même plus d’une « œuv », forme inachevée de l’œuvre. Michel Foucault, pour qualifier les textes de genèse, parlait, fort à propos, de texte « ovulaire ».

  • 11 Dans le même ordre d’idée, mentionnons l’imprimeur du dix-septième siècle, Ricouart, qui avait pou (...)
  • 12 Cet élégant monsieur, à l’ample moustache, et coiffé d’un melon, s’appuyant sur une canne – dont l (...)

14Les tiroirs de Monsieur Eugène Leiris, décidément, nous offrent encore de la surprise. Cependant, comment sortir d’une telle coquille ? C’est pourtant simple, il suffit d’une nouvelle transformation, aussi naturelle que sémantique : de la coquille doit sortir un coq, comme par lapsus. Et c’est donc tout naturellement qu’à l’épisode de l’iriselle fait suite l’ultime séquence du coq Mopsus, capable d’écrire, certes, mais encore de deviner l’avenir, aussi prophétiseur que ce Coq Malperché dans les Chants de Maldoror, et qui, à l’instar de celui des Évangiles, n’augure jamais que d’une Aurore trahie11. C’est lui sans doute qui figure, imperceptible en raison de la distance, au sommet du clocher, dans l’emblème d’Alphonse Lemerre, et dont, absent, le chant manque d’annoncer le soleil, à droite, qui se lève. Inmanquablement, nous sommes reconduits à cette image, à ce bout de terrain que remue la bêche du laboureur. Il convient ici de rappeler la note placée par Jean Ferry à l’entrée de L’Étoile au Front, dans l’édition Pauvert12 : « Le mot terrain, qui revient trois fois dans L’Étoile au Front, a été trois fois, dans l’édition Lemerre, orthographié terrein. Il est douteux qu’une telle erreur ait pu échapper par trois fois à Roussel comme à ses scrupuleux correcteurs ». Et Ferry d’ajouter lumineusement : « Il est plus que probable, d’ailleurs, qu’il s’agit d’une application particulièrement diaphane de son procédé (…). Ces trois terreins, n’est-ce pas en effet, une coquille (faute d’impression) à répétition (qui revient), comme la coquille (d’œuf) pendant les répétitions (du deuxième acte) ? » (EF, p. 8.), et qui, jetée par l’embrasure, finit par choir à terre. Cependant, cela n’explique pas le choix du mot « terrain », dont on sait d’ailleurs qu’au dix-septième siècle l’Académie tenta de redresser étymologiquement l’orthographe, dans le sens indiqué par Roussel (et que Littré, par exemple, continua de proposer). Ne sommes-nous pas, une fois de plus, ramenés, par cette coquille, sur le terrain de l’imprimeur, et pour tout dire, sur ce bout de terre labouré à la pelle que Roussel n’a cessé de délabrer à rebours – pour son plus grand bonheur posthume ?

Notes

1 Ainsi, lorsque Leiris fournit la définition du mot « piédestal » (celui sans doute sur lequel il place Roussel), il va de soi qu’il agence déjà tout un récit en donnant cette légende : « vestale liée aux pierres des statues ».

2 M. Leiris, Fibrilles, Gallimard, 1966, p. 9.

3 M. Leiris, L’Âge d’Homme, Gallimard, Folio, 1939, p. 187.

4 Dans le No. du premier avril 1935 de la N.R.F.

5 Voir R. Roussel, La Poussière de Soleils, J.-J. Pauvert, 1964, p. 46. Dorénavant nous signalerons dans notre texte toute référence à l’œuvre de Roussel, entre parenthèses. Nous utilisons à chaque fois l’édition J.-J. Pauvert de l’œuvre de Roussel.

6 À ce sujet, voir l’avant-dernier chapitre de M. Foucault, Raymond Roussel, Gallimard, 1963.

7 Signalons, entre autres, telle correspondance amoureuse de Racine, ou tel épisode de la vie privée de Milton.

8 Pour une étude plus détaillée de Flio, nous renvoyons au chapitre « Le Rayon Roussel », dans notre ouvrage Conte d’Auteur, P.U.L., Lille, 1991.

9 M. Foucault, op. cit., p. 164.

10 « Ce jeudi de commençant avril », premiers mots de Locus Solus, ou premiers mots tout court, début absolu de l’œuvre, qui viendrait ainsi se placer en entier sous le signe du premier avril. Un poisson s’y dissimulerait donc : ce « lieu », peut-être, qui, solitaire, respire dans le confortable aqua micans de l’œuvre. À moins qu’on ne souhaite voir se substituer avantageusement à lui la « Raie Esturgeonnée » (IA, 67), produit hybride surgi inopinément de la profondeur des mers, et qui s’entend à leurrer un lecteur pourtant dûment averti.

11 Dans le même ordre d’idée, mentionnons l’imprimeur du dix-septième siècle, Ricouart, qui avait pour emblème un coq, et auquel renvoie peut-être cette curieuse injonction « hoche couard », dans l’épisode de Mopsus, répété encore à travers le nom du colombographe Hochard.

12 Cet élégant monsieur, à l’ample moustache, et coiffé d’un melon, s’appuyant sur une canne – dont les éditions Jean-Jacques Pauvert firent leur distincte marque, semble curieusement s’être calqué d’après les quelques photographies de Roussel dont nous disposons. L’auteur, ayant enfin trouvé le socle ou piédestal qui lui convient, se substituant posthumément au laborieux bonhomme d’Alphonse Lemerre, qui après tout, peut-être, n’était qu’un fossoyeur.

© Presses universitaires de Rennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540