Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raymond Roussel

 | 
Pierre Bazantay
, 
Patrick Besnier

1ère Partie

Raymond Roussel ?

Un académisme démesuré

Jean Ricardou

Texte intégral

1Supposons qu’il existe, d’une part, certaine modernité dans les Lettres et, d’autre part, certaine théorie des structures de l’Écrit. Il est immédiat, pour peu qu’on y songe, que chacune pose deux problèmes à l’autre.

UN INTERROGATOIRE MUTUEL

2La modernité dans les Lettres relève, soit du concept, soit de l’objet. En tant que concept, elle forme, ou bien une notion historique, dans la perspective d’une histoire des Lettres (quand son usage précise une éventuelle période, relativement proche, au cours de laquelle, sur un mode sinon prévalant du moins significatif, est censé apparaître une autre façon d’écrire), ou bien une idée polémique, dans la lutte des conceptions littéraires (quand son office, et selon le côté choisi, valorise ou stigmatise, par surcroît, cette prétendue façon nouvelle). En tant qu’objet, la modernité dans les Lettres constitue le spécial ensemble d’écrits advenus ainsi, plausiblement, au cours de ladite époque.

3On l’aperçoit donc sans effort : c’est sous les angles du concept et de l’objet que la modernité dans les Lettres interroge toute théorie des structures de l’Écrit.

4Sous l’angle du concept, dans la mesure où la modernité, en tant qu’idée, concerne toute théorie des structures de l’Écrit mais lui demeure étrangère. Elle la concerne, puisqu’elle correspond, censément, à quelque pensée touchant le domaine de l’Écrit. Mais elle lui demeure étrangère car une théorie des structures de l’Écrit ne peut mobiliser directement, dans sa sphère, ni une notion historique (parce que tout agencement doit pouvoir s’y décrire comme tel, hors le moment de son apparition), ni une idée polémique (parce que tout agencement doit pouvoir s’y analyser comme tel, sans le partial échauffement d’une préférence). Elle se trouve donc obligée, pour la prendre en charge, d’établir la modernité en tant que concept structural.

5Sous l’angle de l’objet, dans la mesure où, en tant qu’ensemble de pages, elle forme une obligatoire partie de son champ. En effet toute théorie des structures de l’Écrit, sauf à exclure une portion du domaine qu’en son ampleur elle s’attribue, se doit, certains fussent-ils issus d’une neuve façon d’écrire, de penser tous les écrits.

6Voici, dès lors, à titre abréviatif, le questionnaire posé par la modernité dans les Lettres : si (et il s’agi t lors d’histoire) une nouvelle façon d’écrire a sailli dans le temps, et si (il s’agit lors de polémique) cette nouvelle méthode fournit, par quelque biais, choisissons un avis, une lumière au moins égale à celle de la précédente, existe-t-il une théorie des structures de l’Écrit capable, selon sa supposée propre rigueur, non seulement de la saisir en ses principes comme en ses ouvrages, mais encore d’en estimer l’éventuelle pertinence ?

7Toute théorie des structures de l’Écrit présume, quant à elle, d’une sorte ou quelque autre, certain ensemble articulé de concepts ayant pour rôle de penser les agencements, ainsi que leurs effets, de tout objet établi, sur un support, par des traces liées à une langue.

8On le distingue alors sans peine : c’est sur les registres du concept et de l’objet, que toute théorie des structures de l’Écrit pose nécessairement problème, en retour, à la modernité dans les Lettres.

9Sur le registre du concept, toute théorie des structures de 1’« Écrit interroge la notion de modernité quant à son statut théorique même. Elle ne saurait, certes, ainsi qu’on l’a vu, l’aborder sous les angles historique ou polémique (qui ne sont pas de son ressort), mais elle peut établir les spécifiques idées aptes, non seulement à concevoir d’éventuelles structures inédites (lesquelles, à les présumer surgies à tel moment du temps, y provoqueraient, à un niveau, une manière d’événement historique), mais encore à saisir leurs effets heureux ou non (lesquels, reportés dans la sphère partisane, offriraient un argument polémique). Sur le registre de l’objet, toute théorie des structures de l’Écrit interroge la modernité quant à son existence même. Au fil de ses exemples, elle questionne les écrits prétendus modernes quant à leur conformité, ou non, aux critères d’ordre théorique par ses soins fournis.

10Tel est donc, à titre laconique, le questionnaire posé par toute théorie des structures de l’Écrit : une nouvelle façon d’écrire ayant prétendument surgi dans le temps (et il s’agit lors de revenir à neuf sur l’histoire), et cette nouvelle manière étant dite fournir par quelque biais une lumière au moins égale à celle de la précédente (il s’agit lors de revenir à neuf sur la polémique), est-ce que cette modernité dans les Lettres, sur le registre de la conception comme sur celui de l’exécution, jouit, hors l’illusoire, d’une existence effective ?

11C’est à éclaircir, ne serait-ce qu’un rien, le couple de ces questions mutuelles, et en choisissant pour exemple les procédés majeurs de Raymond Roussel, que les suivantes pages prétendent s’aventurer.

CONDITIONS TEXTIQUES DE LA MODERNITÉ

  • 1 Pour plus de détails : Compendium textique 92, (ce fascicule, mis à jour chaque millésime, est rés (...)

12L’on vient de requérir, diverses fois, les formules : « une » ou « toute théorie des structures de l’Écrit ». Si cette indétermination ou cette universalisation présentaient pour le début un avantage (établir les problèmes dans leur ampleur suppose, indépendamment d’une théorie singulière, leur convocation en généralité), l’on ne peut toutefois longtemps s’y soumettre (éclaircir les problèmes dans leur rigueur présume certaine étude en particularité, bref la mise à l’œuvre d’une théorie précise). Il faut donc maintenant en venir au spécial. Le domaine des structures de l’Écrit ne saurait être, bien sûr, la chasse gardée d’une quelconque théorie exclusive. Rien n’empêche, à prime vue, qu’il en existe plusieurs. Simplement, s’il s’en trouve plusieurs, et puisqu’elles sont dès lors censées investir un même champ, elles doivent, sauf goût pour les accommodantes pénombres d’un œcuménisme aimable, admettre de se voir mises en balance, aussi bien sous l’angle de leurs principes que sous celui de leur efficace. Il importe du coup à toute théorie des structures de l’Écrit, sinon de se livrer d’emblée elle-même à sa confrontation avec telles éventuelles autres, du moins de s’y apprêter sans détour : d’une part en arborant ses postulats et sa méthode ; d’autre part en se mettant à l’épreuve d’un objet en son champ. Précisons-le donc sitôt : la théorie des structures de l’Ecrit ici mise à l’ouvrage correspond à la discipline intitulée Textique. Elle a pour base, notamment, les propositions que voici1.

13Un écrit ne peut jamais comporter davantage que deux espèces de structures, ainsi, évidemment, que leurs versions imparfaites. D’un bord, celles, appelées scriptures, qui concourent à un effet de représentation, bref font apparaître à l’esprit une autre idée que celle des pures traces qu’elles agencent (les versions déficientes de ces arrangements sont alors dites produire un effet de cacoreprésentation, d’où leur nom de cacoscriptures). D’un autre bord, celles, nommées textures, qui contribuent à un effet de métareprésentation, bref font organiquement transparaître les moyens qu’en son fonctionnement la représentation estompe (les versions défectueuses de ces agencements sont alors dites produire un effet de cacométareprésentation, d’où leur nom de cacotextures).

14Pourvu de ce minime secours, revenons, et qu’elle se présente comme une notion historique, ou comme une idée polémique, sur la modernité dans les Lettres. Présumons, sous la première vue, qu’elle s’ouvre dans le dernier quart du dix-neuvième siècle et se prolonge jusqu’à nos jours. Supposons, sous le second regard, que ses œuvres sont au moins aussi pertinentes que celles qui persistent dans les manières précédentes. Et ajoutons que ces œuvres se reconnaissent, comme telles, de façon sommaire, à ce qu’elles mettent spécialement en crise la représentation.

15Les deux mutuels questionnaires se précisent lors instantanément ainsi.

16D’une part, est-ce que la Textique, qui estime suffisant, à un premier niveau, pour penser tous les arrangements de l’écrit, un exclusif quatuor de structures, est de taille, suivant son éventuelle rigueur propre, à concevoir et à repérer, dans les œuvres, certains spécifiques dispositifs capables de mettre spécialement en crise la représentation ?

17D’autre part, est-ce que la modernité dans les Lettres est assez pertinente, selon les vues de la Textique, pour au moins valoir, sur le registre de la conception comme sur celui de l’exécution, ce qui, censément, la précède ?

18Observons-le sans plus attendre : le principe des quatre structures fondamentales suffit à rendre plus tranchantes les deux interrogations. En effet, il est facile d’apercevoir, sous sa lumière, qu’il existe deux façons totalement distinctes, et structuralement hiérarchisées, de mettre en cause l’exercice représentatif.

19Ou bien par une détérioration, lorsque se trouvent sous-organisées les structures capables de la permettre (par exemple quand une phrase est syntaxiquement mal construite). Il est alors possible de dire, avec ces occurrences d’un réglage moindre, que la représentation se voit mise en cause par le bas. Et le texticien distingue sans peine, du coup, puisqu’il s’agit de la version défectueuse d’une structure contribuant à un effet de représentation, que cette mise en cause est d’espèce cacoscripturale.

20Ou bien par un outrepassement, lorsque se trouvent sur-organisées les structures qui l’accomplissent (par exemple quand une phrase est prise dans un classique jeu de rimes). En effet, dans ce cas, la logique représentative est deux fois enfreinte. Non seulement, en ce que l’exercice de la représentation n’exige point que des sons identiques se trouvent situés à de remarquables places numériquement définies au fil de la sonore séquence muettement assignée sur le feuillet. Mais encore en ce qu’avec la rime les sons mobilisés s’exhaussent, alors que, dans le plein exercice de la représentation, et, sauf cas spéciaux, tendanciellement ils s’estompent. Il est alors loisible de dire, avec ces occurrences d’un réglage accru, que la représentation se voit mise en cause par le haut. Et le texticien remarque sans difficulté, puisqu’il s’agit de la version correcte d’une structure contribuant à un effet de métareprésentation, que cette mise en cause est d’espèce texturale.

21Par suite, il semble d’ores et déjà permis, levant un premier trouble, de saisir, dans cette perspective, au moins ce que la modernité ne saurait être. Selon les vues textiques, la modernité dans les Lettres ne peut, sur le registre de la conception comme sur celui de l’exécution, au moins valoir ce qui la précède, que si elle suppose une mise en crise de la représentation sur un autre mode que son pur saccage. Bref, suivant le langage technique, si la modernité se reconnaît de façon sommaire à une spéciale mise en crise de l’exercice représentatif, celle-ci ne peut aucunement advenir sous les espèces cacoscripturales. Et, du coup, puisqu’il n’y a que deux manières de mettre en cause la représentation, par le bas selon les cacoscriptures, ou par le haut avec les textures, il faut admettre l’inférence que voici : la modernité dans les Lettres est de nature texturale, ou n’est pas.

STIPULATION TEXTIOUE DE LA MODERNITÉ

22Seulement, si la texturalité est nécessaire, elle n’est pas suffisante pour définir la modernité. Elle est une caractéristique nécessaire, on vient de le noter, parce que la modernité, sauf à fournir une détérioration qui la vouerait au discrédit, se doit, pour mettre en cause la représentation, de procéder non point par le bas (suivant les espèces cacoscripturales), mais bien par le haut (c’est-à-dire sur le mode textural). Et elle n’est pas une caractéristique suffisante, puisqu’il existe des textures classiques (ainsi que l’atteste par lui-même, déjà, l’exemple proposé des rimes), lesquelles mettent en cause la représentation, ainsi qu’on l’a vu, dans la sphère de sa cohérence même. Du coup, il faut consentir à une mise au point de l’inférence précédente : la modernité dans les Lettres est d’une nature texturale spécifique, ou n’est pas.

23Et, en conséquence, les deux questions lentement mûries peuvent recevoir un début de réponse.

24Avec la première interrogation, l’on en a mémoire, la modernité dans les Lettres demandait notamment si ses bases pouvaient être conçues et ses ouvrages analysés, selon sa prétendue rigueur propre, par une théorie des structures de l’Écrit. Il est loisible d’y satisfaire maintenant : la Textique est, quant à elle, capable de concevoir les bases et d’analyser les ouvrages de la modernité en ce qu’elle les pense sous les précises espèces d’une spécification structurale majeure produite au sein de la texturalité.

25Avec la deuxième, on s’en souvient, toute théorie des structures de l’Écrit demandait notamment si la modernité dans les Lettres, dans la mesure où, pour être pertinente, sa conception ou ses ouvrages devaient valoir, au moins, ceux qui censément la précèdent, jouissait d’une existence effective. Il est possible de le garantir maintenant : la modernité dans les Lettres est assez forte pour valoir, au moins, sous l’angle de l’idée comme sous celui des travaux, ce qui censément la précède, si elle est capable de concevoir et d’accomplir une rupture structurale majeure au sein de la texturalité.

26Or, on le distingue sans peine, cette pensée d’une rupture structurale majeure au sein de la texturalité, ou, si l’on aime mieux, au cœur de l’ensemble des écrits porteurs de textures, forme, d’une part, un concept théorique (dans la mesure où elle se déploie totalement dans l’intellection des structures de l’Écrit), et, d’autre part, un concept opératoire quant au domaine visé (dans la mesure où elle permet d’apercevoir, au sein d’un écrit, ce qui appartient, ou non, au moderne). Dès lors, il devient possible d’observer la place du cas Roussel au cœur d’une perspective assez droite et de fournir un avis sans détour : si la modernité se définit comme l’effet d’une rupture majeure accomplie au sein de la texturalité, alors, et sans que ce diagnostic, par lui-même, constitue, à ce stade, le moins du monde un jugement de valeur à leur endroit, les principales procédures rousselliennes ne sont point modernes.

MÉCANISME D’UNE DÉMESURE

27Aux fins de préfacer, selon une vue cavalière, les indispensables précisions de l’analyse à venir, qu’il nous soit permis d’affirmer, des procédures rousselliennes majeures, qu’elles ressortissent plutôt à un académisme démesuré. Or mieux vaut en convenir sans trop attendre : nul doute que ce jugement ne souffre à prime vue d’une antinomie. En effet, il y a, dans l’académisme, la notion d’une observance (puisqu’il se laisse notamment définir comme ce qui suit étroitement des règles admises), et, dans la démesure, la pensée d’un débordement (puisqu’elle se laisse entre autres définir comme ce qui dépasse l’usage ordinaire). Toutefois pareille contradiction se lève sans tracas sitôt qu’on observe le mécanisme de moins loin.

28Roussel fait preuve d’un académisme parce qu’il suit des règles convenues, et cet académisme est démesuré parce qu’il suit ces règles sans frein. En effet, il importe de l’apercevoir, une règle se trouve souvent accompagnée, même si en général de manière implicite, par une autre règle, nommons-la si l’on veut garde-fou, qui a pour vertu de la contenir. Or, ce que Roussel mobilise, avec chacune de ses procédures majeures, c’est une règle pourvue de sa propre règle de contention, et il obéit d’autant plus à la première qu’il abolit la seconde. Ce que le garde-fou dit à la règle, en somme, c’est : « fort bien, mais point trop n’en faut ». Ce que décide Roussel, au contraire, selon une féconde étrange naïveté, serait plutôt : « puisque fort bien est cette règle, utilisons-la bien fort ». Qu’il s’agisse, l’on va y venir en détail, du premier (celui du jeu des rimes), ou du second (celui du cumul des parenthèses), c’est, en quelque espèce, un identique déverrouillage opératoire qui affecte, si différents l’un de l’autre qu’ils fussent, les deux procédés rousselliens cardinaux.

29Dès lors, il devient loisible, sauf erreur, de résoudre, pour sa première moitié, le coriace problème de la disparité et de la cohérence rousselliennes. Il y a bien, dans l’œuvre de Roussel, une disparité fondamentale : entre les romans, par exemple, issus d’innombrables rimes cryptiques (chacun titulaire, du coup, de profuses abradacabrantes imaginations rigoureuses) et le poème porteur des multiples emboîtements parenthétiques (tout à fait exempt, quant à lui, de pareilles inventions méticuleuses), l’écart est formidable. Mais ce qui exacerbe à tel point cette dissemblance est en fait une cohérence : c’est parce qu’il soumet séparément deux procédures distinctes (l’invention suivant des rimes, la structuration suivant des parenthèses) à un même geste qui en déchaîne les possibilités (le déverrouillage opératoire) que Roussel en vient à fournir deux univers si éloignés l’un de l’autre.

SITE DE FOCALISATION OPÉRATOIRE

  • 2 Réédition Jean-Jacques Pauvert, Paris 1963.
  • 3 Librairie Alphonse Lemerre, Paris 1932.

30Seulement, il faut y consentir : apercevoir ce trait de la cohérence roussellienne, non seulement ne résout qu’une première moitié du problème, mais encore augmente l’acuité de la seconde. En effet, si la voyante dissemblance roussellienne provient d’un seul et même geste (l’opératoire levée du garde-fou de chaque règle), cette cohérence du déverrouillage opératoire, non seulement n’amoindrit guère, mais encore, l’on vient de le souligner, accentue l’initiale disparité de ces règles. Dès lors, résoudre, pour sa deuxième moitié, le problème de la cohérence roussellienne suppose que l’on découvre, nommons-le site de focalisation opératoire, au moins un écrit où se conjugueraient les deux problématiques dont l’ultérieur règlement sans frein a ensuite permis que, d’une façon toute divergente, s’écrivent Impressions d’Afrique2, disons, avec son souterrain travail sur les rimes, et Nouvelles Impressions d’Afrique3, avec son ostentatoire labeur fertile en parenthèses.

  • 4 Réédition Jean-Jacques Pauvert, Paris 1963.
  • 5 Par exemple « Le concert », « La source », dans La Vue, op. cit.
  • 6 Ibid., p. 9.

31Or il semble un peu, pour tenir tel rôle, que ce soit le poème La Vue4 qui présente la meilleure candidature. En effet, non seulement ce poème convient autant que d’autres écrits5 de Roussel car il accueille, on va le faire saillir, la superposition des deux problématiques étrangement fructueuses ensuite (et cela sous l’angle structural est en lui-même suffisant), mais encore il convient mieux car il se lie, d’une manière toute spéciale, et du coup les accorde l’un l’autre particulièrement, aux deux ouvrages si distants qui en résultent (et cela explique son choix ici). D’un côté, il est manifeste que le titre du poème Nouvelles Impressions d’Afrique, par son jeu avec le titre du roman Impressions d’Afrique, répète, et le mot « impressions », et le mot « Afrique ». Mais, d’un autre côté, non moins, il est lisible, sauf une étourderie, que, par tel biais, ces deux titres se trouvent reprendre une cardinale formule du poème La Vue6 :

Je tiens le porte-plume assez horizontal
Avec trois doigts par son armature en métal
Qui me donne au contact une impression fraîche.

32La formule « impression fraîche » est cardinale parce qu’elle concerne, d’emblée, l’objet porteur de la minuscule image dont la description en vers formera, quasiment, le tout du poème. Et cette formule se trouve bien reprise : d’une part, certes, pour « impression », suivant une intégrale redite ; d’autre part, non moins, pour « fraîche », suivant une hypoanagrammatisation, car il faudrait souffrir d’une sévère étourderie pour ne point distinguer, entre fraîche et Afrique, une remarquable pléthore de lettres communes.

  • 7 Ibid., p. 10-11.
  • 8 L’on passe vite, parce qu’elle est accessoire en l’espèce, sur la roussellienne logique qui se pla (...)

33Quant au poème, c’est en abondance qu’il offre des sites de focalisation opératoire (c’est-à-dire, l’on s’en souvient, des fragments d’écrit où se conjuguent les deux problématiques de l’invention suivant les rimes et de la structuration suivant les parenthèses). Choisissons, au plus simple, vers le début, la description du pêcheur7, car c’est la première qui est assez ! ample pour que la superposition8 s’inscrive :

Au loin, perdu parmi les vagues, un pêcheur
Est tout seul dans sa barque ; à son mât une voile
Flotte, abîmée et sans éclat, en grosse toile ;
Certains endroits ayant souffert sont rapiécés,
Et des morceaux de tous genres sont espacés ;
Un d’eux mieux défini fait un mince tri angle,
La pointe se tournant vers le bas ; il s’étrangle
Et se serre sur un court espace au milieu ;
Le bateau toujours en mouvement penche un peu,
L’arrière se trouvant soulevé par la crête
D’une vague déjà fugace, déjà prête
À suivre sans obstacle et sans bruit son chemin.
Le pêcheur, immobile et calme, a dans la main
L’extrémité rigide, obliquante et tendue
D’une ligne de fond cachée et descendue
Dans l’eau, profondément peut-être. L’homme est vieux.

APTITUDE INVENTIVE DE LA RIME

34Et observons-le d’abord : un rien d’attention aux détails du spectacle laisse sitôt percevoir l’aptitude inventive de la rime.

35Cette capacité, sauf abusif dédain pour ce qu’il accomplit, nul rimeur ne l’ignore. En effet, la machine représentative ne réclame aucunement que ses énoncés portent des mots conjointement assortis, et par une identité sonore, et par une identité de place (la fin), dans un lieu identique (le vers). Or cette contrainte préalable (satisfaire, et un isophonisme, et un isochorisme, et un isotopisme, bref un isophonochorotopisme, comme l’écourte la Textique) entraîne, chacun le sait, deux conséquences. D’une part, certes, elle ne laisse pas de gêner, institutivement, la formulation de ce qu’on pouvait avoir à dire (puisqu’elle lui inflige un jeu de règles qui l’excèdent). D’autre part, non moins, elle tend à produire, statutairement, la formulation de ce à quoi l’on n’avait pas songé (puisque l’obligation de choisir, pour tel endroit de l’écrit, certain vocable dans une classe déterminée par l’isophonie, peut conduire à émettre certaine idée, à laquelle on n’avait point songé, mais dont se trouve porteur le mot adéquat).

36Ainsi, même à fuir les minutieux raisonnements de cette sorte d’analyse, l’on entrevoit, sans trop de peine, que l’idée d’un rapiéçage triangulaire et l’idée de son étranglement n’ont aucunement le même statut scriptuel. Si la mention, un rien banale, d’une pièce en triangle peut ressortir à une formulation représentative (c’est-à-dire la formulation de ce qui est à représenter), en revanche, et parce qu’elle est moins attendue, la précision stipulant que cette pièce « se serre sur un court espace au milieu » tend à relever d’une représentation formulative (c’est-à-dire une représentation issue de la manière de formuler). Elle vient de ce que le mot étrangle permet de fournir une rime au mot triangle.

DÉVERROUILLAGE DE LA RIME

  • 9 Comment j’ai écrit certains de mes livres, Librairie Alphonse Lemerre, Paris 1935, p. 22.

37Le premier procédé roussellien peut ainsi se définir comme le déverrouillage opératoire de cette capacité inventive de la rime9 :

Ce procédé, en somme, est parent de la rime. Dans les deux cas il y a création imprévue due à des combinaisons phoniques.

  • 10 Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Presses Universitaires de France, Paris 1 (...)

38En effet, soulignons-le d’abord, la règle conventionnelle de la rime, celle qui suppose une triple relation d’identité, quant aux sons, quant à la place, quant au lieu (l’isophonochorotopisme, on l’a mentionné, de la Textique), est surveillée par un protocole de confinement. Ainsi, dans son dictionnaire bien connu10, Henri Morier la définit comme une identité des sons « de la dernière voyelle accentuée du vers, ainsi que des phonèmes qui, éventuellement, la suivent », et s’il parle de « rimes très riches » constituées « de deux syllabes homophones moins un phonème », il n’oublie point d’ajouter : « plus développées, les rimes deviennent excessives ou tournent au calembour ».

  • 11 Stéphane Mallarmé, Œuvres complètes, éditions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris 1951, p (...)
  • 12 Ibid., p. 66.

39Or, il suffit d’un instant pour le saisir, l’aptitude inventive de la rime est proportionnelle à la pénurie des solutions représentatives qu’elle permet. Et, chacun le sait, cette carence des issues est provoquée par deux facteurs éventuellement combinables. L’un est la pauvreté du matériau disponible : celle, dans la langue, du son mobilisé (car, avec cette rareté linguistique, s’amenuise le réservoir du lexique utilisable, ce qui restreint la probabilité d’y trouver un mot portant telle idée prévue, bref augmente les chances d’y devoir puiser plutôt un vocable porteur de sa propre idée qu’il faudra, du coup, recevoir). Ainsi, chez Mallarmé, le cas du sonnet dit en « ix »11. L’autre élément est la longueur de l’endroit requis : celle, dans l’écrit, du segment concerné (car, avec cette ampleur scriptuelle, diminue le réservoir des formules possibles, ce qui réduit les chances d’y trouver une suite de mots correspondant à telle idée prévue, bref augmente la probabilité d’avoir à en accueillir plutôt une qui se trouve porteuse de sa propre idée qu’il faudra du coup recevoir). Ainsi, chez Mallarmé, les rimes richissimes, comme, dans Petit Air (guerrier)12, celle qui s’étend sur trois syllabes : « Ce me va hormis l’y taire », « Un pantalon militaire ».

40Si l’on accepte donc que le premier procédé roussellien opère le déverrouillage opératoire de l’aptitude inventive de la rime, l’on voit que cette démesure concerne, non point une disette dans la langue (il ne fait pas sauter la barrière qui retient communément la rime hors des sonorités un peu rares), mais sur l’ampleur de l’écrit (il abolit le mur qui empêche la rime de s’élargir jusqu’à ce que d’aucuns fustigent sous les dédaigneuses espèces du calembour).

EXAMEN TEXTIQUE DU PREMIER PROCÉDÉ PRIMITIF

41Par suite, la question de l’éventuelle modernité du premier procédé roussellien, sous l’angle théorique, et du moins selon les vues de la discipline intitulée Textique, se pose de la façon suivante : le déverrouillage opératoire de l’aptitude inventive de la rime par l’élargissement de son site suffit-il pour produire une rupture structurale au sein de la texturalité ? Sans ambages, la réponse est non.

42Cependant, pour l’établir, il convient d’observer de moins loin, et le premier procédé, et la structure de rimes.

  • 13 Comment j’ai écrit certains de mes livres, op. cit., p. 224-367.

43Le premier procédé, l’affaire est bien connue, se divise au moins en deux. D’abord la version qui a permis d’écrire les Textes de grande jeunesse13 (nommons-la « premier procédé primitif »), puis celle qui a permis d’écrire les romans et le théâtre (appelons-la « premier procédé évolué »).

44La structure classique des rimes, quant à elle, on l’a prétendu (en II), est une texture, en ce qu’elle provoque un effet de métareprésentation (c’est-à-dire, rappelons-le, en ce qu’elle fait organiquement transparaître certains des moyens qu’en son fonctionnement la représentation estompe). Or, pour que l’effet de métareprésentation s’accomplisse, il faut que l’écrit se structure selon deux couples relationnels : l’un unissant deux liaisons dont le cumul possède une vertu transparitive ; l’autre unissant deux liaisons dont la somme jouit d’une vertu accréditive.

  • 14 Ibid., p. 225, 236.

45Le propre du couple relationnel à vertu transparitive est de faire saillir ce que la représentation estompe. Il suppose, pour les éléments concernés, que chacun de leurs aspects majeurs, la forme (ou paramètre morphologique) et la place (ou paramètre chorologique) soit l’objet d’une liaison remarquable. Et il se spécifie, pour la rime classique, ainsi qu’on sait, de la façon suivante. L’aspect morphologique, le son en l’affaire, est travaillé par la remarquable liaison d’identité (ordinairement l’isophonisme). Or, loin de rompre à cet égard, le premier procédé primitif, on vient de le souligner, augmente simplement la longueur de l’isophonisme. Ainsi, dans Parmi les noirs14, et sauf la manière de métathèse qui affecte « pillard » et « billard », les deux célèbres formulations isophones : « Les lettres du blanc sur les bandes du vieux billard » et « LES… LETTRES… DU… BLANC… SUR… LES… BANDES… DU… VIEUX… PILLARD ».

  • 15 Pour d’autres exemples : Jean Ricardou, « Antichorotextures », revue Conséquences 13/14, p. 167-18 (...)

46L’aspect chorologique est œuvré également par la remarquable liaison d’identité (selon la Textique l’isochorisme), puisque les éléments occupent une même place, la fin des vers. Or, loin de rompre à cet égard, le premier procédé primitif, on va le souligner, change simplement l’espèce de la relation notable, et, reprenant à son compte la rime polaire (dont Mallarmé, dans le sonnet en « ix », avec « Ses purs ongles (…) septuor », a fourni une occurrence longtemps passée inaperçue15, choisit la variété la plus efficace, sous un angle, puisqu’elle contrôle l’incipit et l’explicit de l’écrit (selon la Textique un antichorisme). Ainsi, dans Parmi les noirs, les deux formules isophones sont, respectivement, comme on sait, au début et à la fin du conte.

47Le propre du couple relationnel à vertu accréditive est de permettre, quant à lui, l’organicité de la structure transparitive en l’écrit. Il associe, d’une part, l’indispensable autonomie des spéciales relations de forme et de place vis-à-vis de la représentation, et la nécessaire incorporation de l’invention représentative, sur un mode ou un autre, à l’exercice de la représentation.

  • 16 Comment j’ai écrit certains de mes livres, op. cit., p. 4-5.

48 L’autonomie ? L’on comprend sans effort en quoi le couple à vertu transparitive liant les éléments requis se doit d’être indépendant de la représentation. En effet, dans la mesure où la représentation tend à effacer les éléments qu’elle mobilise pour s’accomplir, le couple à vertu transparitive ne pourrait jouer son rôle, en ultime ressort, s’il lui demeurait inféodé. Or cette exigence d’autonomie transparitive se trouve mêmement satisfaite, et par la rime, et par le premier procédé primitif. Ainsi, pour la rime, la conjonction d’un isophonisme et d’un isochorisme numériquement réglé, loin d’être soumise, comme on Ta souligné, à l’exercice de la représentation, forme au contraire une réglementation parfaitement indépendante (ce qu’atteste, au plus court, notons-le au passage, la possibilité d’une distribution abstraite : AABB pour les plates, ABAB pour les croisées, ABBA pour les embrassées). De même, pour le premier procédé primitif, et que l’on veuille bien souffrir ici l’absence de certaines analyses textiques plus pointues, la conjonction de l’isophonisme et d’un antichorisme symétriquement réglé, loin d’être subordonnée à l’exercice de représentation, forme au contraire, comme Roussel, sur l’exemple de Parmi les noirs16, le précise en parlant d’« un conte pouvant commencer par la première et finir par la seconde », une réglementation décidée avant même qu’on ne représente :

Les deux phrases trouvées, il s’agissait d’écrire un conte pouvant commencer par la première et finir par la seconde. Or c’était dans la résolution de ce problème que je puisais tous mes matériaux.

49L’incorporation ? L’on saisit sans plus de trouble en quoi l’invention représentative se doit de faire corps, sur un mode ou quelque autre, avec la représentation au sein de laquelle elle s’immisce. En effet, dans la mesure où l’invention représentative fait surgir (sous les exigences, n’est-ce pas, du couple transparitif), une idée à laquelle on n’avait point songé jusque-là, et sous peine de produire un amas non contrôlé d’incohérences détériorant la représentation (c’est-à-dire, l’une de ces fâcheuses cacoscriptures dont parle la Textique), il importe que soit défini le statut représentatif de son rapport au reste. Or, ce rapport, c’est d’une identique manière que l’obtiennent, et la rime classique, et le premier procédé primitif, leur différence ressortissant sous cet angle, non point à la nature, mais bien au simple degré. Ainsi, pour la rime, l’intégration représentative de l’autonomie concerne une partie de la représentation, celle qui doit s’incorporer le plus spécial, au moins, des deux éléments engendrés par le couple sonore. Par exemple, dans La Vue, avec, au milieu du spectacle un peu banal, l’idée singulière de l’étranglement du rapiéçage « sur un court espace au milieu », laquelle, sans doute, ne serait point venue de façon directe. Ainsi, pour le premier procédé primitif, l’intégration représentative de l’autonomie intéresse l’ensemble même de la représentation, comme Roussel, on vient de le relire, ne manque pas de le souligner, « c’était dans la résolution de ce problème que je puisais tous mes matériaux ».

50Bref, dans la mesure où il se maintient dans la même sphère de fonctionnement que la rime classique, le premier procédé primitif, en son déverrouillage opératoire de l’aptitude inventive de la rime par l’élargissement de son site, ne produit aucunement la rupture structurale au sein de la texturalité, caractéristique, on l’a prétendu, de la modernité.

EXAMEN TEXTIQUE DU PREMIER PROCÉDÉ ÉVOLUÉ

51Mais qu’en est-il, dès lors, du premier procédé évolué (celui qui fut notamment requis pour le roman Impressions d’Afrique) ?

  • 17 Ibid., p. 8.

52Comme la version primitive, la version évoluée du procédé met en jeu deux segments d’une certaine longueur plus ou moins liés par un isophonisme. Mais elle s’en distingue en ce qu’elle procède au moins à une abolition : non seulement, toujours, celle du segment initial, mais encore, parfois, à peine obtenue l’invention qu’avec la représentation formulative ils autorisent, celle de divers mots, voire tous, du segment dérivé. Tout se passe comme si, dans le poème La Vue, les mots « triangle » et « s’étrangle » avaient disparu, et que subsistait seule l’idée qu’ils ont permis de formulativement construire : celle du rapiéçage qui « se serre sur un court espace au milieu ». Ainsi Ton distingue sans effort dans le célèbre exemple17 de la roue à caoutchouc :

1° Roue (sens roue de voiture) à caoutchouc (matière élastique) ; 2° roue (sens de personne qui fait la roue) à caoutchouc (arbre). D’où le caoutchouc de la place des Trophées où Talou vient faire la roue en posant le pied sur le cadavre de son ennemi,

  • 18 Impressions d’Afrique, op. cit., p. 20.

53que la formulation représentative offerte dans le roman18 élimine presque tous les ressorts de la représentation formulative dont elle provient : disparaissent, non seulement le tout du matériel initial (la roue de voiture et le caoutchouc de pneu), mais encore, une moitié du matériel dérivé (si le caoutchouc comme arbre perdure, en revanche la roue cède la place à un « acte orgueilleux » :

Il (…) atteignit en quelques pas la litière de feuillage ombragée par le caoutchouc. Là, le pied posé sur le cadavre de Yaour, il poussa un long soupir de joie, levant triomphalement la tête comme pour humilier devant tous la dépouille du défunt roi.
En revenant après cet acte orgueilleux…

54Ou, si l’on préfère, le premier procédé évolué opère, d’abord, le déverrouillage opératoire de l’aptitude inventive de la rime (par l’extension du site de son efficace), puis l’effacement des traces de l’invention (par l’élimination du groupe initial voire de certains éléments du groupe dérivé). Ou, si l’on aime mieux, le premier procédé évolué relève d’une représentation formulative obscurcie.

55Dès lors, la question de l’éventuelle modernité du premier procédé évolué se pose de la façon suivante : l’occultation du déverrouillage opératoire de l’aptitude inventive de la rime est-elle de nature à produire une rupture structurale au sein de la texturalité ? Sans ambages, la réponse est non.

56En effet, ce que telle occultation suscite, et l’on pourrait, avec plus de temps, en faire une analyse textique approfondie, c’est, non point une rupture structurale au sein de la texturalité, mais plutôt une dislocation totale de la texturalité même. Avec le premier procédé primitif, qui accomplit l’ostentation du déverrouillage opératoire de l’aptitude inventive de la rime, l’on demeure dans la texturalité car l’arrangement des textures (les rimes polaires, en l’espèce) est intégral : en la voyante transparition des semblables phrases en symétrie, l’écrit établit l’ensemble de ce qu’il représente dans son foncier statut de représentation formulative. Avec le premier procédé évolué, qui procède à l’occultation du déverrouillage opératoire de l’aptitude inventive de la rime, l’on s’écarte de la texturalité car le possible agencement des textures (l’éventuelle inscription du couple isomorphique fait de « roue à caoutchouc », dans le premier sens, et de « roue à caoutchouc », dans le second) est désintégré : en la discrète abolition des appuis de l’appareil textural, l’écrit s’éloigne, sous cet angle, de la texturalité qu’il était en passe d’atteindre.

57Bref, dans la mesure où il s’écarte de la texturalité, le premier procédé évolué ne saurait en rien y produire la rupture structurale caractéristique, on l’a prétendu, de la modernité.

OCCURRENCE MODERNE DE LA TEXTURE PAR RIME

58Mais on ne saurait avoir fait une suffisante lumière sur la question de l’éventuelle modernité du premier procédé roussellien, primitif ou évolué, si l’on se dispensait d’instruire, au moins de façon rapide, une inévitable interrogation connexe. Est-ce qu’une structure appartenant, comme le premier procédé de Roussel, à la famille de la rime, est capable, selon les vues de la Textique, d’appartenir à la modernité ? Ou, pour l’énoncer sur un mode théorique : est-ce qu’une structure appartenant à la famille de la rime est capable de concourir à une rupture structurale au sein de la texturalité ? Sans ambages, la réponse est oui.

59Pour saisir ce problème, le plus économique, peut-être, est de l’envisager de façon négative : à partir de l’incapacité du premier procédé, qu’il s’agisse de la version évoluée ou de la version primitive, et tout comme la rime classique, d’obtenir une rupture structurale au sein de la texturalité ? L’incapacité de la version évoluée ? L’on vient d’en voir la cause : s’écartant de la texturalité, elle ne saurait y produire une rupture. L’incapacité de la version primitive ? La réplique est fort simple : si le premier procédé primitif se maintient, quant à lui, dans la texturalité, il ne peut toutefois produire en son sein une rupture structurale parce que la nécessaire intégration des éléments à vertu métareprésentative, les éléments de la rime disons, s’y accomplit dans le cadre d’une cellule représentative strictement cohérente.

60L’on perçoit dès lors la condition à laquelle une structure appartenant à la famille de la rime doit se soumettre pour se montrer capable, du moins selon les vues de la Textique, d’appartenir à la modernité. Une structure appartenant à la famille de la rime peut appartenir à la modernité, c’est-à-dire participer à une rupture structurale au sein de la texturalité, si l’intégration de ses éléments a lieu sur l’interface de deux cellules représentatives autonomes. En effet la structure de rime se trouvera encore liée à de la représentation (puisque chaque alvéole est représentatif), mais celle-ci cessera d’être strictement cohérente (puisqu’elle sera divisée en deux cellules représentatives qui ne communiquent pas représentativement).

61Cependant une meilleure saisie de la structure exige deux remarques.

62D’un côté, il convient de l’apercevoir, le nouveau dispositif sera toujours capable d’une intégration mais, celle-ci, en quelque sorte, selon un croisement, aura changé de signe et de moyens. Dans la rime classique, l’intégration concerne les deux éléments du couple des rimes, et elle se fait par le jeu d’une cellule représentative cohérente. Dans la rime moderne, pour l’appeler ainsi, il s’agit du contraire : l’intégration concerne les deux cellules représentatives autonomes, et elle se fait par l’office de la structure de rimes, qui assure la jonction métareprésentative de chacun des éléments inscrit de part et d’autre de l’interface.

  • 19 Jean Ricardou, « Vers le discorps », in Nouveaux problèmes du roman, éditions du Seuil, collection (...)
  • 20 Claude Simon, Triptyque, éditions de Minuit, Paris 1973, p. 179.

63D’un autre côté, il importe d’en prendre souci, la règle de pullulation cellulaire doit être surveillée, à son tour, par sa propre règle de contention. En effet, si selon un arlequinisme démesuré, pour ainsi dire, chaque interface faisait toujours surgir un nouvel alvéole représentatif sans rapport avec les précédents, alors la vigueur représentative de l’ensemble cellulaire souffrirait d’un éclatement lourd de conséquences fâcheuses. On l’a vu (en IX), et l’on vient de le redire, il y a un premier saccage de la texturalité : celui que commet le premier procédé évolué. Désintégrant les structures qui ont permis les inventions de la représentation formulative, il prive l’écrit des textures capables d’assurer la métareprésentation. Or il est facile de saisir qu’il peut y avoir un deuxième saccage de la texturalité : celui que perpétrerait l’arlequinisme sans frein. Désintégrant, cette fois, les dispositifs assurant la vigueur représentative elle-même, il frustrerait l’écrit de la représentation fors laquelle la métareprésentation, puisqu’elle promeut ce que la vigueur représentative estompe, ne saurait avoir lieu. Ou, si l’on préfère : la saccageant à sa façon en restant au-dessous des conditions qu’elle requiert, un éventuel arlequinisme sans garde-fou serait incapable de produire au sein de la texturalité une rupture structurale majeure, bref d’ouvrir un chemin vers la modernité. C’est pourquoi il fut jadis opportun d’établir19, entre la cohérence et l’incohérence, le concept d’une discohérence représentative, capable de penser ce qu’on peut à présent nommer un arlequinisme contenu, c’est-à-dire une suite d’alvéoles consécutivement indépendants, mais respectivement soumis à un nombre restreint de pôles représentatifs autonomes. Sans certes entrer ici dans le détail des structures dont maints volumes du Nouveau Roman se sont montrés diversement prodigues, observons seulement, choisi dans Triptyque20, un exemple très simple, du moins si on le réduit à ces deux phrases :

Le soleil étincelle sur l’une des arêtes de zinc du clocher, dorée par la rouille, au-dessus des feuillages des noyers. Les deux comiques se tiennent maintenant tout près l’un de l’autre dans la même ellipse où se réunissent les faisceaux des quatre projecteurs, verts côté ombre, blancs côté lumière, embrasant l’énorme soleil de fil d’or et de paillettes brodé sur la soie.

64Dans ce cas, il s’agit bien, comme le lecteur du roman en a souvenir, de phrases concernant des cellules représentatives relativement autonomes (une scène d’extérieur à la campagne et une scène d’intérieur dans un cirque), de telle sorte que leur mise bout à bout provoque une disjonction représentative à l’interface (un zappage, diraient les amateurs d’inconstance télévisuelle). Mais cette disjonction, au lieu d’être quelconque, se trouve compensée, ou, selon de meilleurs soins théoriques, métareprésentativement intégrée, par un jeu de rimes portant sur deux occurrences distinctes, « soleil » et « soleil », « dorée » et « d’or et », que trient la différence de leurs référents respectifs.

65Nulle difficulté par conséquent à percevoir ici, non seulement que la texturalité se trouve garantie, puisque la représentation, selon un arlequinisme contenu, on l’a montré jadis pour ce livre, échappe à l’incohérence, et puisque la texture, avec le jeu de ses rimes, se montre complète en ses éléments, mais encore qu’une rupture structurale a lieu en son sein, puisque l’on bascule, de la classique intégration représentative des rimes par l’office d’une cellule représentative cohérente, à l’intégration métareprésentative de deux cellules autonomes par l’office des rimes.

RETOUR AU SITE DE FOCALISATION

66Le moment est donc venu de se remettre en mémoire les deux principaux thèmes de la présente démonstration. D’une part, avons-nous soutenu, le travail de Roussel ressortit, sous l’angle textique, non point à la modernité, mais bien à un académisme démesuré, en ce qu’il élimine la règle de contention dont s’accompagnent implicitement certaines règles admises. D’autre part, avons-nous prétendu, il y a une cohérence roussellienne issue, pour une moitié, du rejet de la restriction (le déverrouillage opératoire), et pour la seconde moitié, de la conjugaison, en même lieu (la focalisation opératoire), des deux problématiques dont l’ultérieur règlement sans frein a ensuite permis que, d’une façon toute divergente, s’écrivent Impressions d’Afrique, entre autres, avec son souterrain travail sur les rimes, et Nouvelles Impressions d’Afrique, avec son ostentatoire labeur fertile en parenthèses.

67Ainsi convient-il à présent de procéder à un double geste : d’abord, revenir sur le site de focalisation opératoire (en vue d’examiner si se superpose bien, à l’aptitude inventive de la rime, une seconde problématique ayant entraîné plus tard, selon le même déverrouillage, la monstrueuse inflation des parenthèses), puis, le cas échéant, accomplir une analyse de tel second procédé (aux fins d’apercevoir si celui-ci relève, à son tour, également moins de la modernité que d’un académisme dévoyé par sa démesure).

68Or, il suffit d’un rien d’application pour distinguer que la scène maritime offerte au début du poème La Vue, il faut s’y reporter (en V), souffre, à côté de son réel avantage, d’un effectif inconvénient. L’avantage, on l’a vu, c’est l’inventivité issue de la rime. L’inconvénient, on va le faire saillir, ce sont les difficultés inhérentes à la description. Et, notons-le sans plus attendre, c’est dans telles difficultés que prend source l’ultérieure roussellienne inflation des parenthèses.

APORIES DESCRIPTIVES ET ADDITIVES

69Sans trop entrer, faute de temps, au cœur précis de l’analyse, l’on peut dire que, lors d’une description détaillée, l’objet offert se trouve structuralement séparé de lui-même par l’évocation, soit, possiblement, de ce qui l’environne, soit, nécessairement, de ce qui le constitue. Ainsi le pêcheur, mentionné d’emblée, « un pêcheur est tout seul dans sa barque » se trouve coupé de son immobilité et de son calme, ainsi que de sa main qui tient la ligne, par la description d’une portion de son alentour (la barque en le profus de ses détails). Ou encore, même si de façon moins sensible, et cela pour le motif d’une différence, non de structure, mais d’envergure, le pêcheur, en plus petit donc si l’on veut, se trouve désuni de sa main par l’intercalaire évocation de son immobilité et de son calme : « le pêcheur/immobile et calme/a dans la main ».

  • 21 La Vue, op. cit., p. 11.

70Or telle inéluctable structure aporétique se met en place, non seulement avec la description (les spécifications descriptives), mais encore avec tous les commentaires (les spécifications additives). Ainsi, plus loin21, le vieux matelot se trouve d’autant plus séparé de son habit :

C’est un vieux matelot solide, un loup de mer
Aux membres vigoureux, à la santé de fer,
Qui vivra cent ans et plus, tant il est robuste ;
Son habit, aux poignets étriqués, est trop juste ;

71que l’intermédiaire mention de sa santé de fer se grossit de la remarque : « Qui vivra cent ans et plus, tant il est robuste ».

72Hélas, il faut même apercevoir que l’aventure est pire. En effet, cette séparation de l’objet d’avec lui-même n’est point seulement d’ordre quantitatif, disons : celle d’un écart spatial, pour l’écrit, et temporel, pour la lecture. Cette séparation de l’objet avec lui-même est aussi d’ordre qualitatif, sous l’aspect notamment de la syntaxe, puisque les éléments concernés tendent à se voir respectivement portés par des ensembles autonomes sur ce registre. Ainsi, l’usage systématique des points-virgules ayant, en l’espèce, le précis rôle de le dissimuler, ce sont plusieurs phrases indépendantes classiquement construites qui disjoignent le pêcheur évoqué au début et sa main présentée bien plus tard.

73Or la représentation n’est point arrivée ainsi au bout de ses peines. En effet c’est d’une autre manière représentative aberrante encore que l’objet principal tend à se séparer de ses propres détails. L’unité de cet objet, déjà mise en cause par les pernicieux offices de la fragmentation et de la dissémination formulatives, se trouve battue en brèche, de surcroît, par les calamiteuses conséquences de sa formulative multiplication. Ainsi, pour ce qui est représenté, il y a une seule main qui tient la ligne et un seul pêcheur dans la barque. Mais, à hauteur de la formulation, s’il y a bien une seule occurrence de cette main, en revanche il y a plusieurs occurrences de ce pêcheur (« un pêcheur », « le pêcheur », « l’homme », puis, dans la suite du poème, selon toujours l’inexorable machine, deux autres). Ainsi, pour ce qui est représenté, il y a une seule barque et une seule pièce triangulaire. Mais, à hauteur de formulation, s’il a bien une seule occurrence de l’unique pièce triangulaire, en revanche il y a plusieurs occurrences de cette unique barque (« barque », « bateau », et, plus loin dans le passage, « bateau » encore). De ce phénomène, l’on peut dire qu’il suscite une incessante antiexpressivité (ou une hyperantireprésentance, comme le dit la Textique dans sa matrice élémentaire d’exhaustion). Tandis qu’avec l’expressivité, la manière de dire reflète ce qui est dit, avec la formulative multiplication de l’unique, la manière de dire s’oppose à ce qui est dit. Et c’est un désastre de même nature que provoquent, évidemment, sur le registre de l’expressivité, la fragmentation et la dissémination formulatives.

RÉDUCTION PARENTHÉTIQUE DES APORIES

DESCRIPTIVES ET ADDITIVES

74Toutefois il existe une procédure qui peut, sinon guérir, du moins amenuir pareils cruels tourments représentatifs. C’est la parenthétisation en ce qu’elle aménage, dans l’égalitaire ligne de l’écrit, responsable de ces calamités, un ensemble d’enclos soumis à hiérarchie. En effet, avec ce dispositif graphique, par lequel s’incarcère une zone scriptuelle de moindre importance, il devient possible de circonscrire certaines spécifications descriptives, ou, ce qui, sous cet angle, on l’a vu, est une même chose, certaines spécifications additives, dans des manières de bulles, lesquelles permettent de réduire, et la multiplication formulative de l’objet unique soumis à description, et la compartimentation de ses éléments selon des instances phrastiques autonomes, et même, d’une certaine façon, l’inexorable écart indu qui sépare scriptuellement ce qui est uni représentativement.

75L’apercevoir, est facile quand on procède, sur une version simplifiée du passage, à une élémentaire parenthétisation, ainsi qu’aux minimes subséquentes métamorphoses syntaxiques qu’elle rend loisibles. Voici donc ce passage restreint :

Au loin, perdu parmi les vagues, un pêcheur
Est tout seul dans sa barque ; à son mât une voile
Flotte, abîmée et sans éclat, en grosse toile ;
Le bateau toujours en mouvement penche un peu.

76Et voici la parenthétisation :

Au loin, perdu parmi les vagues, un pêcheur
Est tout seul dans sa barque (à son mât une voile
Flotte, abîmée et sans éclat, en grosse toile)
toujours en mouvement et penchant un peu.

77En effet, on le distingue sans peine : ce que l’inclusion parenthétique a permis, c’est une atténuation de l’espacement formulatif laquelle autorise un effacement de la multiplication formulative. Une atténuation de l’espacement formulatif ? Oui, dans la mesure où « barque » communique mieux avec « en mouvement » et « penchant », dès lors que la séparation se trouve, non seulement visualisée (ce qui aide à sa localisation), mais encore atténuée par l’office de l’effet d’enclos (ce qui aide à son franchissement). Un effacement de la multiplication formulative ? Oui, dans la mesure où cette atténuation de l’espacement, en « rapprochant » la barque de son mouvement et de sa gîte, rend inutile la primitive seconde mention, expressivement indue, de l’unique bateau.

DÉVERROUILLAGES DE LA PARENTHÈSE

78Le second procédé roussellien peut ainsi se définir comme le déverrouillage opératoire de cette capacité subordinative de la parenthèse.

79En effet, on va le voir, tout se passe, dans cette métamorphose dont les étapes vont permettre d’obtenir progressivement une structure proche de celle des Nouvelles Impressions d’Afrique, comme si le scripteur une fois de plus se disait : « puisque cette procédure est fort bien, utilisons-la bien fort ». Cependant, il se trouve que, pour tel cas, la règle de contention se divise en deux : l’une, qui concerne les parenthèses dans leur nombre ; l’autre, qui les affecte dans leur ampleur.

  • 22 Jean Ricardou, « L’activité roussellienne », in Pour une théorie du Nouveau Roman, éditions du Seu (...)

80La première des deux règles de contention se laisse énoncer ainsi : « les parenthèses, c’est fort bien, mais point trop nombreuses il ne les faut ». Or Roussel, comme on sait, en provoque la pullulation jusqu’à un nombre formidable (arrêté par un butoir dont il a été possible22 d’établir la nature), lequel entraîne inévitablement, passons la démonstration facile, leur inclusion les unes au sein des autres, et il utilise, n’est-ce-pas, pour souligner chaque fois le degré de leur emboîtement, l’expressiviste jeu des signes groupés. Bref tout se passe comme s’il transformait d’abord ainsi le passage de La Vue :

Au loin, perdu parmi les vagues, un pêcheur est tout seul dans sa barque (à son mât une voile flotte, abîmée et sans éclat, en grosse toile ((certains endroits ayant souffert sont rapiécés, et des morceaux de tous genres sont espacés (((l’un d’eux mieux défini fait un mince triangle, la pointe se tournant vers le bas ((((il s’étrangle et se serre sur un court espace au milieu)))) toujours en mouvement et penchant un peu.

81Seulement, cette transformation conduit bien sûr à un spécifique désastre représentatif, singulièrement sensible au niveau de la parenthèse d’ordre quatre. En effet, avec cette procédure expressiviste particulière, le raccourci parenthétique de l’espacement conduit à un leurre. Ce qui suit la parenthèse fermée d’ordre quatre, « toujours en mouvement », tend à s’unir avec ce qui précède la parenthèse ouverte d’ordre quatre, « la pointe se tournant vers le bas », produisant dès lors une jonction fausse : « la pointe se tournant vers le bas (…) toujours en mouvement et penchant un peu ». Or que cet imbroglio provienne, non point, par lui-même, du souci d’obtenir une expressivité (l’hyperreprésentance textique), mais bien de l’expédient graphique choisi pour l’obtenir (le cumul des parenthèses), il est facile de s’en assurer avec l’usage d’un autre moyen, celui de la différenciation des lettres. Ainsi :

Au loin, perdu parmi les vagues, un pêcheur est tout seul dans sa barque (à son mât une voile flotte, abîmée et sans éclat, en grosse toile (certains endroits ayant souffert sont rapiécés, et des morceaux de tous genres sont espacés (l’un d’eux mieux défini fait un mince triangle, la pointe se tournant vers le bas (IL S’ÉTRANGLE ET SE SERT SUR UN COURT ESPACE AU MILIEU) toujours en mouvement et penchant un peu.

82Voilà donc pourquoi, certes (et du point de vue de la Textique, ce basculement est capital en ce qu’il permet de comprendre, noir sur blanc, le rôle que peut tenir la particularité du matériau dans la structure d’une page), l’écrivain, avec les groupes parenthétiques, est conduit, par la spécificité du moyen d’hyperreprésentance qu’il requiert, à une spéciale organisation de son écrit. En effet, pour éviter les incessants quiproquos dans la réunion des segments séparés, il est contraint, dans le cadre de son appareil d’expressivité, d’accomplir, par un déplacement d’entiers secteurs de son écrit, un decrescendo des emboîtements :

Au loin, perdu parmi les vagues, un pêcheur est tout seul dans sa barque (à son mât une voile flotte ((certains endroits ayant souffert sont rapiécés, et des morceaux (((l’un d’eux mieux défini fait un mince triangle ((((il s’étrangle et se serre sur un court espace au milieu)))) la pointe se tournant vers le bas))) de tous genres sont espacés)) abîmée et sans éclat, en grosse toile) toujours en mouvement et penchant un peu.

83Dans ce nouveau dispositif parenthétique décroissant, celui des Nouvelles Impressions d’Afrique n’est-ce pas, toute portion succédant à tel groupe de parenthèses fermées d’un degré donné peut évidemment se joindre, du moins en le principe, avec ce qui précède l’antécédent groupe de parenthèses ouvertes d’un degré identique.

84La deuxième règle de contention, quant à elle, se laisse énoncer ainsi : « les parenthèses, c’est fort bien, mais point trop longues il ne les faut ». Or, chacun le sait, et tant par l’office des parenthétiques engrossements qu’elles subissent que par leur développement intrinsèque, Roussel accroît l’ampleur de leur enclos jusqu’à, maintes fois, une envergure prodigieuse.

EXAMEN TEXTIQUE DU SECOND PROCÉDÉ

85Nul effort, donc, pour comprendre en quoi l’outrage fait par Raymond Roussel aux deux règles de contention met la représentation en cause.

86 La crue des parenthèses emboîtées, entraînant de progressifs degrés d’inclusion, rend impossible, au-delà d’un seuil, la globale visuelle saisie du nombre des graphiques croissants accumulés. Il faut alors compter les signes un à un, avec bien sûr, pour chaque occurrence, outre l’énumérative attention portée sur certaines traces qu’en son commun fonctionnement la représentation estompe, le supplémentaire péril de se tromper deux fois (l’une pour la fin, l’autre pour le début de la parenthèse). Et une étude moins sommaire du dispositif le montrerait sans peine, il faudrait ajouter à tels écueils le fait que la transformation de certaines parenthèses en notes infrapaginales, évidemment destinée à réduire la difficulté oculaire dans l’énumération parenthétique, ne fait au mieux que déplacer le problème et, au pis, que l’aggraver sur son propre mode.

87 L’extension des enclos parenthétiques, éloignant, quant à elle, jusqu’à quelquefois d’innombrables pages, les deux bords disjoints, rend problématique la détection, pour le début de la parenthèse qu’il convient de localiser, sur la base de sa fin, même le lieu où devra s’accomplir le difficile comptage.

88Dès lors, il faut en convenir, la reconnection des éléments qui encadrent l’insert ressortit plus qu’un peu à la longue patience.

89Par suite, la question de l’éventuelle modernité du second procédé roussellien se pose de la façon suivante : la mise en difficulté de l’exercice représentatif par la profusion des emboîtements parenthétiques est-elle de nature à produire par elle-même une rupture structurale au sein de la texturalité ? Sans ambages, la réponse est non.

90Et cela, pour un motif fort simple : la mise en place d’une pléthore parenthétique ne suscite aucune rupture structurale au sein de la texturalité dans la mesure où, par elle-même, elle ne participe point au régime textural. Le procédé de la rime ressortit au régime textural dans la mesure où, établissant une organique supplémentaire liaison, et de son et de place, entre les éléments concernés, il les met en lumière outre la représentation. Le procédé parenthétique ne relève point du régime textural dans la mesure où il n’institue aucunement, entre les divers éléments concernés une organique supplémentaire liaison qui les eût fait en eux-mêmes saillir. Dans les deux cas, il y a bien une mise en cause de la représentation, mais, avec la rime, c’est par le haut (selon la métareprésentation comme le dit la Textique, ou si l’on préfère, dans le domaine de la texturalité), et, avec les parenthèses, c’est par le bas, selon, même si sur un mode spécial, l’on va y venir, une construction défectueuse de la représentation (une cacoreprésentation comme dit la Textique, ou si l’on aime mieux, dans le domaine de la cacoscripturalité). Il reste donc à traiter encore, au moins sur le mode bref, deux questions distinctes.

91L’une touche à la nature de la cacoscripturalité induite par le second procédé roussellien. En effet il est clair que le champ cacoscriptural se divise en deux. D’une part, sa propre région basse : la cacoscripturalité par défaut, qui advient avec toute mauvaise exécution d’une structure nécessaire à la représentation. D’autre part, sa propre région haute : la cacoscripturalité par excès, qui surgit, non point avec une mauvaise exécution, mais avec une exécution sans retenue d’une structure utile à l’exercice représentatif. Alors cette structure, irréprochable par elle-même sur le registre de son exécution, devient impraticable par elle-même dans la sphère de sa réception. Ou, si l’on préfère, la mise en jeu d’une règle au-delà de sa propre règle de contention engendre, pour ce cas, un effet pervers. Un peu comme certaines drogues, parfois thérapeutiques (elles sont lors des médicaments), parfois pathogéniques (elles sont lors des poisons), il existe des règles d’écriture qui provoquent, à haute dose, un effet contraire à celui qu’elles produisent à dose minime. Ce basculement fonctionnel appartient, sur son mode spécifique, à la catégorie nommée palinodie en Textique. Pour complaire à ceux, éventuels, qui souhaiteraient entendre la formule technique en l’espèce, Ton stipulera qu’avec cet arrangement il s’agit d’une palinodo(cacoscripturo)scripture, c’est-à-dire d’une scripture qui bascule en cacoscripture. Il est donc aisé de voir que le second procédé roussellien appartient, non point immédiatement à la province cacoscripturale (puisque la construction des parenthèses n’y est défectueuse, ni dans l’attache, ni dans la complétude de ses énoncés), mais bien à la province palinodo(cacoscripturo) scripturale (puisqu’un basculement fonctionnel interne survient pour une raison structurale située outre la structure de base).

SAUVETAGE MODERNE DE LA CACOSCRIPTURE HYPERPARENTHÉTIQUE

92L’autre question est celle-la même qu’il fut nécessaire de prendre en compte, corollairement, à l’égard du premier procédé. Est-ce qu’une structure appartenant à la famille des parenthèses emboîtées, nommons-là hyperparenthétique, est capable, selon les vues de la Textique, d’appartenir à la modernité ? Ou, pour l’énoncer sur un mode moins vague : est-ce qu’une structure appartenant à la famille hyperparenthétique est capable de concourir à une rupture structurale au sein de la texturalite ? Sans ambages, la réponse est oui.

93Seulement, pour le faire saillir, il faut prendre le soin d’un minime rappel.

94On l’a observé (en X) : une structure appartenant à la famille de la rime est capable deconcourir à une rupture structurale au sein de la texturalité. En effet il suffit que l’intégration de ses éléments ait lieu sur l’interface de deux autonomes cellules représentatives discohérentes. Bref, dans ce cas, l’appareil des rimes est ce qui fournit le régime textural de l’écrit, et la discohérence représentative est ce qui provoque en son sein le régime ruptif, symptomatique, l’on a cru l’établir, de la sphère moderne. Or, on vient de le voir (en XV) : une structure appartenant à la famille hyperparenthétique n’est pas capable de fournir un régime textural : elle appartient à un tout autre domaine, celui des scriptures, dans lequel elle présente, sur un mode spécial, une occurrence défectueuse : la palinodo(cacoscripturo)scripture. Dès lors, il est facile de le comprendre, le rôle qui lui reste à tenir dans une éventuelle rupture structurale au sein de la texturalité, c’est, non point, ainsi que la rime, celui du facteur textural, mais, à l’opposite, celui du facteur ruptif.

95Ce rôle demeure tributaire, toutefois, d’une couple de conditions.

96D’abord, on a pris soin le le stipuler (en X), cette rupture, pour être adéquate, doit ressortir, loin d’une quelconque incohérence, à une discohérence précise. Il importe donc de revenir sur tel concept et d’apercevoir qu’il recouvre deux variétés. D’une part, la discohérence représentative, comme dans le roman Triptyque, quand la représentative autonomie des cellules successives reste contrôlée par un nombre limité de pôles représentatifs distincts. D’autre part, la discohérence formulative, comme avec les parenthèses emboîtées, schématiquement ainsi : (.. al..((..bl..(((..c..)))..b2..))..a2..), quand la formulative autonomie des cellules consécutives (celle qui précède la fermeture d’une parenthèse et celle qui lui succède, b2/a2) demeure contrôlée, en amont, par l’articulation des correspondantes cellules consécutives (celle qui précède l’ouverture d’une parenthèse et celle qui lui succède, a1/b1). Dans la mesure où elle élabore, selon la variété formulative, le jeu réglé d’une discohérence, une structure appartenant à la famille des parenthèses emboîtées peut donc tenir le rôle disjonctif dans une rupture structurale au sein de la texturalité. Ensuite, on vient de le rappeler, il est nécessaire que tel facteur de rupture soit organiquement lié à un facteur de texturalité. Or celui-ci, bien sûr, peut être formé par un clair dispositif de rimes.

97Le moment est donc venu de le dire : dans la mesure où les Nouvelles Impressions d’Afrique se trouvent titulaires, et d’un facteur ruptif discohérent (à la fermeture des parenthèses emboîtées) et d’un facteur textural pertinent (l’appareil des rimes), ce poème possédait tous les ingrédients nécessaires à une rupture structurale au sein de la texturalité caractéristique de la sphère moderne.

98Du coup, le problème formule ainsi. Est-il possible d’établir une organique connexion entre le dispositif des rimes et l’arrangement des parenthèses emboîtées, de telle manière qu’au sein de la texturalité établie par le jeu des rimes s’établisse une rupture représentative selon l’excessive mise en cause de la représentation induite par l’emboîtement des parenthèses ?

99Pour aller vite, l’on complètera le précédent schéma, avec les couples de rimes en A, B, et X :

100………….(…….a1………A1

101…………..((……b1………b1

102(((…..c…..)))

103……b2….))……a2………A2

104……………………………X1

105……………………………X2

106L’on aperçoit sans effort qu’un tel dispositif, à l’instar du passage de Triptyque rappelé tout à l’heure, et, si l’on change bien sûr ce qu’il faut changer, se trouve capable d’assurer une certaine texturation de l’aporie représentative. Ce qui serait texture, cette fois, c’est, non plus la disjonction représentative à l’interface de deux cellules autonomes, l’on y reviendra plus loin, mais plutôt la disjonction représentative des deux fragments de la même cellule (incluse en l’espèce dans la parenthèse d’ordre un) écartés par les offices d’un intercalaire indéfini (inclus, en l’occurrence, au moins dans une parenthèse d’ordre trois), funeste en ses excès indéfinis.

107En effet, avec cette structure, il semble possible d’obtenir l’enchaînement des péripéties suivantes.

108D’abord, une provisoire phase cacotexturale. Avec le premier B, la déception issue d’une absence de la rime attendue pour le A initial. Ce défaut, variété spéciale de ce que la Textique appelle une cacotexture attire, mais par le bas, l’attention sur le A initial, demeuré sans sa texturale suite légitimement augurée. Avec le premier X, la déception issue d’une absence de la rime attendue pour le second A, en l’éventuel provisoire oubli du premier A laissé sans suite. Cette deuxième cacotexture, identique à celle où s’était trouvé impliqué le A initial, attire, de nouveau par le bas, l’attention sur le second A, demeuré sans sa texturale suite légitimement augurée. Avec le second X, cette deuxième cacotexture se confirme puisque la présence du second X, non seulement termine la rime en X, mais encore atteste, ce faisant, la perennité de l’appareil des rimes plates.

109Ensuite, une première phase palinodique, au cours de laquelle le provisoire cacotextural se métamorphose en textural. En effet il est facile de saisir que les deux A bénéficient à présent d’une identité accrue. Ils ne sont plus deux modestes occurrences d’un même son (suivant une simple identité que l’écart scriptuel a pu vouer à l’oubli). Ils sont maintenant, en quelque sorte, en état de rimes au second degré par les secours d’un double apport : non seulement ils sont une deuxième fois identiques (en tant que dépourvus chacun, dans les environs, de sa propre adéquate… rime), mais encore ils se trouvent pris dans deux blocs inverses (d’un côté, le premier A suivi des parenthèses ouvertes : « …A1…((… », et, d’un autre côté, le secondA précédé par les mêmes parenthèses fermées : « …))…A2… ». Ou, si l’on aime mieux, les deux simples rimes initiales, devenues chacune cacotextures en leur site par les pernicieux offices de leur écartement, sont induites à reformer une texture par les secours d’un double relationnement en surcroît, et le texticien formulerait l’affaire en écrivant qu’il s’agit d’une palinodo(palinodo(texturo)cacotexturo)texture.

110Puis une seconde phase palinodique, au cours de laquelle le provisoire cacoscriptural se réaménage en scriptural. En effet, l’on s’en souvient, il y a rupture discohérente à la fermeture des hyperparenthèses. Rupture, dans la mesure où se suivent deux cellules formulativement autonomes, b2/a2, et d’autant plus que la seconde, a2, rencontrant une difficulté à rejoindre son initial complément lointain, a1, persiste davantage à sa place. Et discohérence, en ce que tel rattachement, difficile en fait, est par construction possible en droit (c’est ce qu’on a nommé la palinodo(cacoscripturo)scripture), avec ce complément, a1, lui-même articulé avec le complément de b2, selon a1/b1. Il est donc facile de le comprendre : la discohérence, c’est-à-dire, en l’espèce, le contrôle par l’articulation, en amont, des compléments aux cellules formulativement autonomes à la fermeture de l’hyperparenthèse, sera d’autant plus sûre que sera restreinte la difficulté à détecter, en amont, ladite articulation. Or, c’est la rime au second degré qui, apportant en ce cas un secours à la reconstitution de la texture provisoirement défectueuse, entraîne le rapprochement des deux bords. Ou, si l’on préfère, c’est le palinodique renversement textural qui, permettant l’articulation représentative complémentaire des segments disjoints a1 et a2, provoque un palinodique renversement scriptural, lequel renforce le contrôle de la discohérence ébauchée par la structure hyperparenthétique. Pour l’amateur de minutie technique, le texticien dira donc qu’en l’espèce la palinodo(palinodo(texturo)cacotexturo)texture favorise la palinodo(palinodo(scripturo)cacoscripturo)scripture, laquelle conforte en retour, puisqu’elle favorise le contrôle requis, la discohérence formulative du dispositif texturé.

111Par suite, c’est bien une organique connexion du facteur de rupture (les hyperparenthèses) et du facteur de texturalité (les rimes) qui s’avère. Ou, si l’on préfère : le sauvetage textural de la cacoscripture parenthétique se fait en obtenant une structure moderne.

112Il reste donc loisible de faire les deux terminales remarques suivantes.

113La première est d’ordre méthodologique en quelque façon. L’on vient d’observer au passage, et pour le dire ici d’autre façon, que le sauvetage moderne de la cacoscripture hyperparenthé tique s’est accompli en refusant le simple transfert de la moderne solution offerte, à juste titre en son propre lieu, par le roman Triptyque. Voilà qui est facile à comprendre. Suivant le pur décalque, on eût procédé ainsi : le roman ayant texturé, par des rimes, certaines cellules relativement autonomes, bref cx…Al/A2…dx, en eût texturé, de même, par des rimes, les cellules rendues relativement autonomes à la fermeture des hyperparenthèses. Bref, on eût choisi, non point le a1…A1/A2…a2 (celui de la solution retenue), mais bien un b2…A1/A2…a2 (identique à la structure du roman). Et l’erreur, ce faisant, eût été d’appliquer le même appareil de texturation à deux agencements représentatifs différemment problématiques : celui de Triptyque, où la représentation est mise en cause par une discohérence représentative ; celui des Nouvelles Impressions d’Afrique, où la représentation est mise en crise par une discohérence formulative. En effet, si la première est d’accès immédiat (sitôt compris le mécanisme à l’œuvre, le lecteur peut vite accomplir le raccord réel du second fragment, fauteur de rupture, à l’un des pôles représentatifs en petit nombre), la seconde est d’accès différé (sitôt compris le mécanisme à l’œuvre, le lecteur doit soigneusement obtenir le raccord matériel du second fragment, fauteur de rupture, à son complémentaire initial). Ou encore : la discohérence formulative suppose la réussite matérielle du renversement par lequel une cacoscripture bascule en scripture. Telle est donc la raison du refus de l’application mécanique : choisir, en décalquant le dispositif de Triptyque, la solution b2…Al/A2…a2, eût consisté à lier, de façon métareprésentative, les deux segments en rupture, ou, si Ton préfère, à entraver l’indispensable raccordement du second à son complémentaire initial, bref à texturer une cacoscripture ; retenir, en inversant le dispositif de Triptyque, la solution al…A1/A2…a2, revient à favoriser l’indispensable raccordement, bref à texturer le renversement d’une cacoscripture en scripture discohérente. Telle est du coup, parente si Ton veut du cinématographique effet Koulechov, la leçon méthodologique, trop méconnue, qu’il semble opportun de rappeler : c’est du site de son exercice que dépend l’effet d’une opération.

114La seconde est d’ordre idéologique en quelque manière. Il suffit de regarder les ouvertures et fermetures de parenthèses dans les Nouvelles Impressions d’Afrique pour apercevoir que le superbe expérimentateur de structures n’a point trop songé à cette structurale issue, fournie par un rien d’analyse. Telle est, dès lors, la leçon idéologique, trop éconduite, qu’il paraît judicieux de redire : c’est par l’office de la théorie que se franchissent certaines limites de la pratique.

Notes

1 Pour plus de détails : Compendium textique 92, (ce fascicule, mis à jour chaque millésime, est réservé aux participants du séminaire annuel de Textique à Cerisy-la-Salle), ainsi que « Éléments de textique I, II, III, IV », initiales recherches dans cette discipline, publiés dans Conséquences 10, 11, 12, 13/14 (Les Impressions nouvelles, 7 rue Taclet, 75020 Paris).

2 Réédition Jean-Jacques Pauvert, Paris 1963.

3 Librairie Alphonse Lemerre, Paris 1932.

4 Réédition Jean-Jacques Pauvert, Paris 1963.

5 Par exemple « Le concert », « La source », dans La Vue, op. cit.

6 Ibid., p. 9.

7 Ibid., p. 10-11.

8 L’on passe vite, parce qu’elle est accessoire en l’espèce, sur la roussellienne logique qui se plaît à faire suivre « trois doigts » tenant un « porte-plume », par une « main » au bout de laquelle se trouve « une ligne ».

9 Comment j’ai écrit certains de mes livres, Librairie Alphonse Lemerre, Paris 1935, p. 22.

10 Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Presses Universitaires de France, Paris 1981, p. 959-960.

11 Stéphane Mallarmé, Œuvres complètes, éditions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris 1951, p. 68-69.

12 Ibid., p. 66.

13 Comment j’ai écrit certains de mes livres, op. cit., p. 224-367.

14 Ibid., p. 225, 236.

15 Pour d’autres exemples : Jean Ricardou, « Antichorotextures », revue Conséquences 13/14, p. 167-188.

16 Comment j’ai écrit certains de mes livres, op. cit., p. 4-5.

17 Ibid., p. 8.

18 Impressions d’Afrique, op. cit., p. 20.

19 Jean Ricardou, « Vers le discorps », in Nouveaux problèmes du roman, éditions du Seuil, collection « Poétique », Paris 1978, p. 223-243.

20 Claude Simon, Triptyque, éditions de Minuit, Paris 1973, p. 179.

21 La Vue, op. cit., p. 11.

22 Jean Ricardou, « L’activité roussellienne », in Pour une théorie du Nouveau Roman, éditions du Seuil, collection « Tel Quel », Paris 1971, p. 114.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540