Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raymond Roussel

 | 
Pierre Bazantay
, 
Patrick Besnier

1ère Partie

Les répliques de l’épissure

Ghislain Bourque

Texte intégral

1Il en est encore qui sont portés à croire que pour lire Roussel il faut : ou savoir jouer de la flûte avec son tibia, ou avoir élu domicile dans un aquarium, ou peut-être même posséder un chien qui fume la pipe. Or, je vous rassure tout de suite, selon mon expérience, rien de tel. Les parcours que je vais vous soumettre ne relèvent ni de la musique, ni des sports nautiques, et pas même des élucubrations d’une quelconque ligue anti-tabac. Non vraiment ! Quant aux restes – j’entends par ici retenir le tibia et le chien, je les cède volontiers l’un à l’autre afin que puisse à nouveau s’accomplir le rituel déjà fort connu du « sous la table on dîne ! ». Dès lors il devient pressant, histoire de situer une aventure lectorale sinon neuve à tout le moins que je voudrais nouvelle, d’aligner de manière schématique les quelques avenues critiques ayant maintenu l’œuvre de Roussel jusqu’à nous. Ce, pas tant pour les progressivement, voire insidieusement, discréditer, comme pour marquer ce qui, presque d’une manière naturelle, habite lectrice et lecteur enclins à promouvoir –puisqu’il s’agit d’une écriture par de multiples lectures investie– la récidive. Ce jalonnement donc, je ne le prétendrai pas moins personnel qu’historique.

PARCOURS DU COMBATTANT

2Ainsi, sitôt ouverte l’une quelconque des fictions de Roussel, il est d’abord question de savoir si les textes veulent dire quelque chose : s’ils prennent part à un débat social, ou encore dévoilent quelque conflit intérieur. Or, comme il n’en est à peu près rien... rien en regard de l’idéologie du temps, le débat se transporte du côté de son adresse : c’est-à-dire là où, en raison de son caractère ludique, le texte opère pour un petit nombre. Mais là, dans la confusion entretenue de la fortune de l’auteur et de la misère de son écriture on adopte à la hâte l’arbitrarité du procédé comme support de la mission élitiste de l’œuvre. Et, sitôt advenue, la lecture s’aveugle à trop vouloir chercher une réponse qui engage la masse. En ce cas, si fréquent, c’est la force de l’inertie qui l’emporte, convaincue du reste que ce qui n’est compris que par un petit nombre ne peut s’adresser qu’à un petit nombre.

3Aussi ne faut-il pas s’étonner que la relève à pareille attitude soit didactique. En découvrant les procédés, en laissant œuvrer le mode d’emploi, toute lecture aura pu soudainement accéder à une double forme d’euphorie : celle, d’abord, qui ouvre sur un contentement vérifiable –ce que dicte le mode d’emploi, on le retrouve dans le texte–, celle ensuite qui donne sur un fonctionnement mécanique-faisant du texte un lieu d’application pour le moins contrôlé.

4On le voit, le règne de la lecture à structure progressivement s’est installé : le texte vient se résumer à son mode de fonctionnement, et son mode de fonctionnement se réduire à son équation de départ. Avec cette idée qu’une impression de contentement, mais aussi d’enfermement, s’impose et que toute échappatoire se trouve à l’avance vouée à l’échec. Ici le texte a ses clés, et la lecture met tout en œuvre pour se les approprier.

5À ce niveau, il semble que la lisibilité du texte ait atteint une limite. C’est-à-dire vienne obéir à un état de satisfaction lectoral qui, tout en tirant profit des mécanismes textuels, adopte un parcours mécaniciste : le texte se résumant à une bataille de jeux de mots, sans débat autre que celui lexical. Dès lors la fiction, par récits ou fragments de récits interposés, se voit utilisée en tant qu’objet de démonstration, c’est-à-dire fait pour donner sa mesure à la théorie qui l’accrédite.

6Pourtant, un doute dont les termes se perdent dans une problématique d’arbitrarité, persiste. Un doute qui s’accroche à une épreuve de littérarité et qui croit que le caractère objectif de l’écriture roussellienne ne s’inscrit pas en dehors de tout battage littéraire. C’est donc ici que, non satisfaite d’une procédure quelque peu cloisonnée, prend racine la présente réflexion. Par le jeu combiné d’une double entrée –qui dit d’abord que l’arbitrarité du procédé s’évanouit dès que fictionnalisé, et qui dicte ensuite que l’objectivité textuelle se perd à mesure que la capacité de littérariser, par la lecture, se gagne–, il sera question de montrer jusqu’où l’écriture déborde la stricte application de points de procédure pour ainsi autoriser la conversion de fragments juxtaposés en cellules articulées.

7Par ses nombreux procédés, on le sait, l’écriture roussellienne explore et exploite. Ce qui apparaît moins clairement toutefois revient à l’implication textuelle de ces deux manœuvres. C’est-à-dire le principe d’adhérence, tout autant que la force, régulant l’ensemble. À ces titres, un concept emprunté au monde marin mérite, en ceci qu’il s’emploie à nommer le phénomène de jonction opérant lors du tressage des câbles (c’est-à-dire ici tout autant : leur rencontre et leur interpénétration), d’être retenu. Ce concept, coiffé du nom d’« épissure », empruntera, selon un emploi de circonstance, la position définitoire suivante : « l’épissure peut être considérée comme un dispositif pertinent à l’ensemble du travail roussellien en ceci qu’elle s’emploie d’abord –mais là n’est pas sa seule fonction– à rendre des récits praticables, c’est-à-dire en contrer l’arbitrarité et en motiver l’objectivité ».

8Aussi, comme chez Roussel il est question de rendre vraisemblable, et avec un minimum de cohérence, des énoncés obtenus par voie de dislocation lexicale, de regrouper ce qui sémantiquement se présente de manière éparpillée, l’épissure se verra là plus qu’ailleurs –et encore dans des circonstances pour le moins imprévisibles– sollicitée. En fait, pour s’en tenir à ce qui mérite d’être démontré, convenons tout de suite que l’épissure sera le dispositif appelé à spécifier deux des aspects de la résolution de problèmes auxquels le procédé roussellien engage. Et qu’à ce titre elle trouvera, dans le présent exposé, la place et les spécifications afférentes. Pour lors, nous nous attarderons d’abord sur son mode de manifestation (eu égard au procédé mis en œuvre), ensuite sur ses niveaux et modes opératoires, et en fin sur ce qu’il conviendrait d’appeler son degré ou coefficient de manifestation.

PRÉLIMINAIRES

9En manière de référence, et comme pour donner la mesure analytique qui va, en fonction des spécifications de l’épissure, opérer, il convient de livrer les schémas attenant aux parcours de lecture réalisés à l’endroit de deux textes de Roussel :

  • l’un complet qui s’intitule « Le vol des petits pavillons » ;
  • l’autre fragmentaire, pris dans Locus Solus et qui concerne les ébats d’une « iriselle ».
  • 1 Ghislain Bourque : « Une lecture par le démon secoué », Études Littéraires, no Mallarmé, vol 22, é (...)

10Si, pour le premier de ces deux textes, la lecture arrive à tolérer une forme d’analyse en réduit, pour le second il est à craindre que pareille mise au point fasse figure de raccourci. Aussi, de manière à ne pas trop abuser du cadre réducteur, je renvoie le lecteur à l’article qui a permis de tirer au clair une portion de l’aventure roussellienne battant pavillon dans le procédé dislocateur. À savoir : cet article intitulé « Une lecture par le démon secouée », et qui livre le détail sur les ébats de l’iriselle.1

MODE DE MANIFESTATION

11Avec pour objectif d’établir une jonction, d’articuler des composants textuels entre eux, l’épissure trouve chez Roussel plus qu’ailleurs la place et l’occasion de se manifester. Inauguré par les bons offices d’un procédé –que nous désignerons comme « frappeur » lorsqu’il sera question des textes de jeunesse / genèse, et « dislocateur » pour certains d’entre ceux qui témoignent du procédé évolué–, l’écriture roussellienne se donne pour mandat de faire cohabiter dans un même espace textuel tantôt des énoncés solidaires, dont le propre est, malgré leur parenté formelle, d’évoluer sur des terrains sémantiques distincts, tantôt des énoncés fragmentaires, dont le mode d’occupation textuel est basé sur l’éparpillement lexical. Cela se remarque, la lecture se trouve confrontée à des circonstances de travail très largement différentes l’une de l’autre. Car, même si, dans un cas comme dans l’autre, l’écriture aura passé par le récit pour parvenir à une résolution du problème posé par chacun des deux procédés, il reste que le développement de l’un n’offre pas de scriptibilité comparable à celui de l’autre. Et donc, forcément livre des lisibilités pour le moins incomparables. Sans entrer trop à fond dans le registre des exemples, il y a tout de même intérêt à livrer les grandes lignes des deux procédés ici convoqués.

RÉCIT DE TRANSITION

12À commencer par celui des deux qui a le plus ébloui la lecture, soit le procédé « frappeur », on doit remarquer qu’il commande à l’épissure de solutionner par le récit un problème identifié dans la mise à distance extrême de deux énoncés parents de forme bien qu’étrangers de sens. Ce procédé, commun à des textes tels « Parmi les noirs », « La peau verdâtre de la prune... », « Le vol des petits pavillons », engage de la part de l’épissure un mode de manifestation qui investit de manière explicite les données du problème. Ce qui veut dire à peu près ceci : chez les textes déjà mentionnés (ainsi que chez plusieurs autres), le récit se présente comme un lieu transitoire où sont déposées, en croisée ou en parallèle, deux paraphrases complémentaires – l’une qui explique et raconte la première phrase, l’autre qui anticipe et raconte la dernière phrase. L’épissure en vient alors à opérer au moment où les deux paraphrases se rejoignent, c’est-à-dire là où une cohérence globale du récit se gagne. Lieu de transition, le récit permet une résolution de problème grâce à la suite ordonnée des arguments qu’il dépose et, complémentaire, à la cohérence qu’il impose. Bien sûr, se présenteront des finesses, logées comme pour déborder la stricte mesure diégétique (le résumé d’un livre, la mise en scène théâtrale, le tour de magie...), mais celles-ci en quelque sorte renforcent le récit, et ne compromettent en rien, même qu’elles la favorisent, la lisibilité d’ensemble du procédé. L’épissure, qui trouve sa place dans la suite des arguments du récit, offre une docilité soutenue au procédé frappeur. Progressivement amenée pour ratifier la teneur sémantique des phrases d’incipit et d’explicit, elle engage le récit dans une trajectoire mimétique. En ce sens qu’elle opère la jonction en racontant ce que les deux phrases originaires transportent de sens.

MODE DE MANIFESTATION DE L’ÉPISSURE

PROCÉDÉ FRAPPEUR

RÉCIT DE TRANSITION

RÉCIT DE TRANSITION
Récit de constellation

13Quant au second procédé, celui dont on dit qu’il a le plus aveuglé la lecture, on doit convenir qu’il procède aussi par le récit. Mais, et c’est là une différence notable, selon une utilisation qui n’est pas explicitement instruite des données du problème imposées par le procédé. Ainsi, dans un cas de dislocation, un énoncé se présente, qui ne sera jamais formulé explicitement dans le texte, pour être dissout dans l’épars. De la sorte, le récit déroge au mandat strict de transition paraphrastique d’une phrase vers une autre. Plutôt, il se voit chargé d’une mission transphrastique où les éléments modifiés et éparpillés d’une formule doivent finir par adhérer. En ce sens que, par-delà la cohérence, c’est à la cohésion que travaille l’épissure. L’épissure passe ici encore par le récit, mais de manière à contenir l’éparpillement. Aussi n’est-elle pas à l’avance trop orientée en raison du sens dicté par des phrases d’ouverture et de clôture. Sa marge de manœuvre, gagnée à mesure que des éclats d’énoncés se présentent, oblige à un travail plus improvisé du récit et, aussi, il faut le remarquer, plus spectaculaire. À ce titre, les lectures d’Impressions d’Afrique et de Locus Solus ont de quoi convaincre. Soulignons que ce qui importe, dans le cas du procédé dislocateur, c’est d’éparpiller les données du problème jusqu’à les faire se reformuler en récit.

PROCÉDÉ DISLOCATEUR

RÉCIT DE CONSTELLATION

RÉCIT DE CONSTELLATION

14Dans le cas de ces deux modes particuliers de manifestation on peut remarquer que la place occupée par l’épissure diffère selon qu’il s’agit du procédé frappeur ou de celui dislocateur. Ainsi, avec le premier procédé, l’épissure occupe une frange de texte qui va de la fin de la première phrase au début de la dernière. Alors qu’avec le second, l’épissure se voit localisée dans une formule qu’à sa manière le récit réécrit.

15Ce départage qui, sur le plan quantitatif, ne diffère que de quelques lignes, commande, sur le plan qualitatif, des affectations diégétiques passablement distinctes. Par exemple, le récit ayant pour mandat, chez le procédé frappeur, à la fois de faire se rejoindre des énoncés situés aux extrémités du texte et de les faire coïncider au terme d’une lecture qui ne peut éviter d’être circulaire, ce même récit emprunte, chez le procédé dislocateur, un rôle qui sera d’abord d’opérer une juxtaposition de faits issus de ladite dislocation, puis d’élaborer un parcours qui légitime leur succession. De telle sorte que si le premier revendique pour sa plus immédiate lisibilité les mérites d’une jonction, le second, quant à lui, se satisfait d’une relative juxtaposition. Et, cela mérite d’être souligné, ce ne sera qu’une fois la juxtaposition advenue que pourra se pratiquer la jonction transphrastique si précieuse à la cohésion diégétique. Puisqu’en effet, avec le procédé dislocateur, le récit opère en deux temps, l’un ou les faits sont décrits, l’autre où ils adhèrent jusqu’à former une succession d’événements.

NIVEAUX OPÉRATOIRES DE L’ÉPISSURE

16Avec ses deux modes particuliers de manifestation, l’épissure occupe, par le récit, un espace qui oblige lecture et écriture à moduler leur pratique. En cela que c’est à des niveaux opératoires nettement distincts que les pratiques de l’une et de l’autre seront convoquées dès lors que sera mis en cause l’un ou l’autre procédé.

***

PROCÉDÉ FRAPPEUR

17Profitant du récit pour faire se joindre deux phrases associées de forme et dissociées de sens, ce premier procédé intègre dans un même récit les sens de l’une et l’autre phrases de manière à ce que le conflit sémantique qui les occupe se résorbe dans la complémentarité diégétique. Par succession, l’exploitation de l’une sert de relais à l’autre. À ce niveau l’épissure est rendue opératoire par les soins d’un retour de lecture : à savoir un parcours qui, prenant acte de la dernière phrase, commande de revenir sur ses pas afin de mieux faire voir ce qui s’est écrit au début.

18Dès lors, le récit ne peut plus être lu de la même manière. En quelque sorte motivé et enrichi, il induit, instruit du retour de lecture annonciateur, la fréquentation d’un tour de relecture. C’est-à-dire cette fois : ce dispositif qui profite de ce que la lecture fait retour pour imprimer au récit un mouvement de refonte. Ainsi le tour de relecture va rendre lisible le récit en tant qu’agent d’épissure. Faisant comprendre plus et mieux les lois du « tour de magie », voire de l’« escamotage ».

19Ailleurs dans d’autres récits issus du procédé frappeur, d’autres dispositifs feront épissure : caricature, mise en scène théâtrale, résumé de livre, etc.

PROCÉDÉ DISLOCATEUR

20Le procédé dislocateur convoque le récit pour contenir les éclats déformés d’un quelconque énoncé. Ce faisant l’histoire se construit en générant des liens autorisant les fragments à s’associer sémantiquement.

21Pour être opératoire, l’épissure va s’appuyer sur un retour d’écriture : soit ce dispositif selon lequel le récit a rendu scriptible un camouflage. Ce premier niveau de l’épissure témoigne de la prise en charge d’un énoncé de base et de son éparpillement dans le récit. Aussi, la lecture ne peut se satisfaire d’un parcours linéaire. Pour sa cohérence propre, elle doit regagner les associations qui alimentent le récit. Pour l’aider toutefois l’épissure dispense un second dispositif, que l’on nommera « tour de réécriture », lequel s’emploiera à doter l’écriture d’un mouvement de refonte. Par ses soins, en effet, la formule originellement camouflée obtient, par une distribution stratégique du récit, le droit à la révélation.

22En s’imprimant de manière tactique le « tour de réécriture » vient redonner par-delà le récit, une cohésion qui motive le texte. Puisqu’en effet, il permet une relance métadiégétique qui non seulement identifie la dislocation d’origine, mais encore motive sa distribution.

NIVEAUX OPÉRATOIRES DE L’ÉPISSURE

PROCÉDÉ FRAPPEUR

2- Tour de relecture

2- Tour de relecture

1- Retour de lecture. La lecture de la dernière phrase invite à une vérification de la première

PROCÉDÉ DISLOCATEUR

23Ce sont des modes opératoires distincts qui caractérisent l’épissure en cas de frappage et de dislocation. Les contrats impartis à l’un et l’autre procédés obligent la lecture à se frayer des chemins qui ne sont pas compatibles.

24Ainsi, en cas de récit réglé par le procédé frappeur, on remarque que la lisibilité du texte est tout entière dépendante de la visibilité du procédé. Et que l’épissure procède de cette incontournable modalité.

25Par contre, en cas de récit issu de dislocation, la lisibilité doit, pour s’affranchir, progressivement s’infiltrer dans la scriptibilité. Témoin, cette épreuve de reconversion que la lecture doit faire subir au texte pour, en bout de course, conquérir le procédé. C’est ainsi que la formule camouflée dans le calembour, l’à-peu-près, l’inversion etc..., reprend forme et vie une fois rencontrée à travers le récit.

MODE OPÉRATOIRE DE L’ÉPISSURE

26On l’a déjà signalé : alors que le procédé frappeur commande au récit transitoire de commettre deux paraphrases dont le mandat est de réaliser sur le plan sémantique chacune des phrases inscrites en bout de texte, puis, réciproquement, de les faire cohabiter, le procédé dislocateur, lui, s’occupe, par des moyens que l’on pourrait qualifier de transphrastiques, d’élaborer un récit apte à contenir l’éclatement d’une formule (phrase, comptine, poème...).

27Les mandats, on le voit, ne sont pas les mêmes. Aussi les modes opératoires, en tant qu’ils concernent les paramètres mis en cause chez l’un et l’autre procédé ainsi que le mode d’agencement qui crée jonction, diffèrent.

PREMIER MODE

28Par exemple, chez le procédé frappeur, on constate que le fonds scriptuel sur lequel s’inscrit l’épissure relève de quatre paramètres particuliers :

  • d’abord, il y a la place occupée par chacune des phrases fondatrices : laquelle place vient signaler les frontières à la fois formelles et sémantiques du récit, ce, jusqu’à induire une sorte de parallélisme structurel ;
  • ensuite, il y a les modulations lexicales inscrites de part et d’autre dans chacune des phrases d’extrémités : lesquelles modulations dictent les conditions locales de l’évolution du récit ;
  • puis, se présente la dénivellation grammatique d’à peine un graphème échue à l’un quelconque des termes de la phrase de clôture. Par elle, tout juste en fin de parcours, se creuse un écart, se perd la symétrie ;
  • enfin, il y le sens global de la phrase, négocié terme à terme en incipit comme en explicit. Lequel jette les bases de la cohérence attendue dans le récit qui se programme.
  • 2 En référence à un article de Claudette Oriol-Boyer (« Le jardin au sentier qui bifbif-furrent » pa (...)

29Quatre paramètres qui, disposés de manière à œuvrer de façon polaire, commanderont au récit d’opérer tel un échangeur. Ce dont, à tout coup, il s’acquittera selon des mécanismes qui peuvent être thématiques ou grammatiques. L’exemple tiré de la nouvelle « Le vol des petits pavillons bleus » convainc en ceci que, thématique, s’articule un spectacle de magie où sont présentés deux tours : l’un concernant la première phrase, l’autre la seconde ; et que, grammatique, il dispense des informations qui incitent à considérer l’échange : partant du fait que le métagramme associé aux deux phrases d’extrémités convoquent le remplacement du « v » de pavillon par le « p » de papillon, on ne sera pas étonné de rencontrer des termes tels « dévalisé » et « escamotage » qui semblent exprimer les dispositions locales (lexicales) de l’échange.2

Procédé frappeur

Procédé frappeur

DEUXIÈME MODE

30Du côté du procédé dislocateur rien de semblable. L’enjeu n’étant pas ici une transition appelée pour faire cohabiter et se pénétrer la première et la dernière phrase, on constate d’emblée que le régime paramétrique de base œuvre sans affinité aucune avec l’exemple précédent. Ainsi, on peut déterminer en quatre points le programme paramétrique avec lequel compose l’épissure :

  • un premier qui fait voir les lois régissant la dislocation. Compte tenu, ici, qu’il n’est plus question de reconduire presqu’intégralement une phrase, ou un énoncé, se pointeront des opérations lexicales toutes orientées de manière phonique et grammatique. Aussi, la découpe appropriée vient-elle favoriser le travail d’éléments rhétoriques particuliers : calembour, à-peu-près, anagramme, inversion ;
  • un second point se présente comme celui qui, sur le plan topique, accueille la dislocation dans l’éparpillement. En ce sens que la distribution des matériaux obtenus par voie de dislocation n’épouse pas une ligne symétrique. Même qu’elle impose une forme de localisation assujettie aux hasards du récit : qui ne se remarque que par son caractère hétéroclite ;
  • un troisième point qui arrive avec la mise en récit se résume à l’élaboration de machines aptes à diégétiser. Sur ce plan, se joue en quelque sorte le potentiel fictionnel de la formule, lequel potentiel se traduira par une évolution diégétique particulière ;
  • un quatrième et dernier point qui dit que le récit doit, tout en redonnant à la formule une forme neuve, lui rendre par la fiction si ce n’est sa lettre, à tout le moins son esprit. Et ainsi, par des mots neufs, faire transparaître tout l’éclat de son sens.

31Soit ici un ensemble de paramètres, logés comme autant de conditions de lisibilité et qui autorisent une distinction nette dans les modes opératoires impartis à l’un et l’autre procédé.

32En effet, alors que chez le procédé frappeur l’épissure est toute entière tournée du côté de la cohérence sémantique telle que prise en charge par le récit -lequel, on le sait, travaille à opérer une jonction-, chez le procédé dislocateur elle se manifeste, à contre-jour, dans une formule que le récit doit faire lire sans pour autant la faire explicitement apparaître. À ce niveau se gagne, par-delà la cohérence imputée, une cohésion textuelle : c’est-à-dire une formule qui, tout en n’étant pas immédiatement lisible, opère pour l’ensemble une articulation.

33L’écart est grand : l’un que l’on pourrait qualifier de « changement dans la continuité » n’est en rien compatible avec l’autre qui promeut « l’éparpillement dans la disparité ». En somme, là où le récit sert de catalyseur pour un procédé émis en positif, ailleurs il sert de révélateur pour une formule servie en négatif.

LES DEGRÉS DE L’ÉPISSURE

34Selon le mode de manifestation adopté, l’épissure présente une jonction ou une articulation dont la « détectablité » varie. Avec le procédé défendu, en effet, le coefficient de révélation attaché à l’épissure diffère et, de ce fait, engage un processus de détection qui fluctuera d’élémentaire à complexe. Ainsi, la lecture doit-elle de son côté, se montrer alerte ; prête à se moduler en raison des diverses variations commandées par l’un ou l’autre procédé.

35Dans un premier cas d’épissure, soit celui où se trouve mis en jeu le procédé « frappeur », on remarque que le coefficient de révélation y rattaché se veut des plus exposés. Par le fait qu’il procède du récit pour se faire directement voir, sans camouflage ni ambiguïté, on le qualifiera d’élémentaire. Offrant là un degré d’épissure qui rend le travail de détection confortable. Puisqu’en effet, c’est en lisant le texte d’un bout à l’autre qu’on peut prendre acte du procédé.

36Dans un second cas d’épissure, soit celui où se négocie le procédé « dis« dislocateur », on observe une atténuation, disons textuelle, du coefficent de révélation. Pas tant ici que le mandat de révélation associé à l’épissure disparaisse... mais bien qu’il soit l’objet d’un spécifique camouflage. Parce que l’épissure ne se montre pas immédiatement lisible –différée qu’elle est par les soins d’une dislocation–, le processus de détection qui se trouve convoqué peut être qualifié de complexe. Puisqu’en la circonstance, c’est en traversant en tous sens le texte qu’on arrive à faire sortir l’épissure de l’ombre.

37De l’un par rapport à l’autre cas, l’épissure répond à une évidente gradation. Ici exhibée alors que là camouflée, elle force le travail de détection à emprunter deux différentes démarches :

38 PARCOURS EN POSITIF : c’est-à-dire ici une démarche qui emprunte un parcours allant de la première à la dernière phrase, et en vertu duquel la détection reste explicitement textuelle. Par là il faut comprendre qu’elle renvoie, ayant affaire à un procédé d’un bout à l’autre visible, à une stratégie d’écriture qui favorise un « surtexte », à savoir : ce dispositif au moyen duquel se construit un système d’échos formels.

39Quant à la visée du relevé et, simultanément, l’orientation de la démarche, on les dira, parce que tout entières tournées vers le récit qui les supporte, intratextuelles. C’est-à-dire qui se développent en circuit fermé.

***

PROCÉDÉ FRAPPEUR

40 PARCOURS EN NÉGATIF : cette seconde voie ne doit pas se comprendre comme étant celle de la négation du texte, mais bien plutôt comme celle engageant l’envers du texte, ce qui en quelques sorte, lui sert de négatif.

41Courant d’une phrase à l’autre, trouvant un indice ici, le rattachant à un autre là et, surtout, opérant pour chacun d’entre eux une conversion apte à renvoyer la lecture au vocable d’origine, le travail de détection se trouve orienté en faveur d’un « infratexte ». À savoir un mécanisme qui favorise le cryptage d’un second texte, par ailleurs camouflé, et qui ne sera lisible que par les mérites d’un déploiement de relation inscrite de relations inscrites entre les lignes.

42Outre, ce qui ne simplifie en rien la démarche, cette seconde lisibilité du texte n’est pas faite pour être détectée sur place. Accueillant un surcroît de labeur, c’est dans « l’intertexte » qu’elle se défend. Puisqu’en convoquant une formule mallarméenne pour favoriser son expansion, elle vient du même coup signifier que c’est par un autre texte que la fiction arrive.

43Enfin, pour ici aussi parler de la visée du relevé ainsi que de l’orientation de la démarche, on précisera que les deux s’accrochent à un intertexte qui se comporte en « métatexte ». Cela pour signaler que la formule convoquée affiche une conception de l’écriture susceptible de se développer en équation fictionnelle. Pour faire bref, disons que le circuit du négatif est ouvert et qu’il invite, par la fiction, à discuter avec d’autres textes.

PROCÉDÉ DISLOCATEUR

L’ÉPISSURE À RÉPLIQUES

44Les deux cas qui ont été relatés réfèrent, ce fut souligné, à des procédés distincts et distants. Leur convocation aura été programmée à dessein. Par les soins, en effet, de la réflexion qui les a supportés, il s’est agi de démontrer que le cadre au sein duquel l’un ou l’autre procédé se réalisait, offrait une plus ou moins grande résistance aux contrecoups d’une objectivité mécaniciste. C’est-à-dire autorisait une forme modulée d’affranchissement fictionnel en regard du procédé éprouvé.

45Ce programme, il a permis l’émergence de parcours qui répondent à des modalités de traitement diverses. Ainsi, avec le procédé « frappeur », il est apparu que le travail de l’épissure se développait dans les échos d’une « réplique mimétique ». Et qu’à ce titre il se signalait par une saisie objective de contraintes faites pour se déployer mécaniquement. Puisqu’en la circonstance, le recouvrement d’une phrase (incipit) par une autre (explicit) obligeait à un rendement fictionnel cloisonné : c’est-à-dire qui se limitait à la stricte application de mesures langagières. Ce, sans guère de débordement.

46Par ailleurs, avec le procédé « dislocateur », une modification dans le travail de l’épissure s’est présentée. Tributaire d’une objectivité que l’on pourrait qualifier d’orientée –puisqu’il s’agit ici du prélèvement d’une formule dûment inscrite dans la littérature ; et qui de ce fait convoque une écriture autre–, l’épissure se développe de manière à profiter de la fiction pour discuter de littérature. Composant au plus près avec un énoncé venu d’ailleurs, la réplique s’arrache au mimétisme pour faire dans le « dialogisme ». En effet, c’est en propulsant en tous sens la fiction que l’épissure arrive à fonder un débat.

47Lequel, bel et bien, profite de la formule en quelque sorte attirée, pour répondre. Ce qui donne à penser que si, pour Mallarmé, rien, pas même un coup de dés, ne parvient à abolir le hasard, pour Roussel, déjà, un coup de dais autorise le contrôle et la sélection du hasard scriptuel par excellence, à savoir : la coquille.

48Même que ce dialogue, fondé sur un principe d’abolition, se poursuivra, redoublant ailleurs ce qui doit être démontré ici : par les vertus attractives de son précieux métal, une coupe d’or permet d’abolir une rasade.

49En quelque sorte, et toujours selon l’évolution d’une écriture approximative, Roussel accorde à son procédé la possibilité d’une trajectoire inédite. En orientant l’objectivité de la formule retenue du côté de la littérature (c’est là un hommage à Mallarmé), et en y injectant un jeu de répliques fictionnelles fondées sur la résonnance critique, non seulement empêche-t-il la stricte mécanisation de son procédé, mais –et c’est là la nouveauté– il offre au calembour le loisir de théoriser !

Notes

1 Ghislain Bourque : « Une lecture par le démon secoué », Études Littéraires, no Mallarmé, vol 22, été 89, p. 63-75.

2 En référence à un article de Claudette Oriol-Boyer (« Le jardin au sentier qui bifbif-furrent » paru dans la revue Protée, vol. 10, n° 3), on remarque que, sur cette lancée grammatique, d’autres nouvelles troublent leur comptant d’échange. Ainsi en est-il de « La peau verdâtre de la prune » dont les graphèmes pet b se disputent le récit de même que favorisent l’échange en rayonnant sous d’autres angles dans le texte. Ainsi on y retrouvera d’abord « Madame Dé », variante explicite « d », ensuite « turquoise », amant de la brune, dont le propre est à la fois de contenir la lettre manquante de ce carré grammatique, le « q », et d’inciter à l’échange : tu croises.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre RÉCIT DE TRANSITION
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre RÉCIT DE CONSTELLATION
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 2- Tour de relecture
Légende 1- Retour de lecture. La lecture de la dernière phrase invite à une vérification de la première
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Procédé frappeur
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48068/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Presses universitaires de Rennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540