Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le chant, acteur de l'histoire

 | 
Jean Quéniart

Le rôle de la jeunesse dans la diffusion des hymnes sous le régime de Vichy

Nathalie Dompnier

Texte intégral

1Proposer de voir le chant comme « acteur de l’histoire » suppose en partie de s’interroger sur sa diffusion, sur la manière dont il pénètre les activités sociales, la vie quotidienne comme les cérémonies festives. L’analyse des conditions sociales de la production des chants nous renseigne en premier lieu sur le groupe particulier que forment les compositeurs. Elle permet de comprendre l’émergence de nouvelles formes musicales, les interactions et les enjeux qui se nouent entre ce groupe et les autorités politiques, les manières dont se structurent les professions de musiciens et de compositeurs. Ici, pour reprendre un vocable économique, l’intérêt se porte sur l’offre de chant. Il apparaît donc nécessaire de s’interroger sur la demande de chant et sur la manière dont se produit l’adéquation entre ces deux composantes. La demande, ou si l’on préfère, les attentes de la part de la population, ou de fractions de la population, demeurent difficiles à cerner directement. Comme pour la plupart des produits artistiques, la demande n’existe pas en tant que telle, en tant que revendication explicite, mais s’adapte à l’offre. Les « consommateurs » rejettent ou s’approprient le produit qui leur est présenté. Le chant, s’il ne trouve pas d’écho dans la population, est voué à la disparition ou du moins à l’oubli. Pour être « acteur de l’histoire » dans un ensemble social dépassant le groupe des compositeurs, il doit être écouté ou exécuté.

2Bien sûr, le succès d’un chant tient aussi à la similitude culturelle entre son producteur et le public ou les exécutants auxquels il s’adresse. Néanmoins, son mode de diffusion paraît tenir une place centrale dans cette réussite. C’est précisément aux méthodes de cette diffusion que je m’intéresserai ici à travers l’exemple des hymnes et du rôle de la jeunesse dans leur promotion et leur implantation dans la société française à l’époque du régime de Vichy.

3Il faut tout d’abord expliciter le terme d’hymne, dont la définition reste souvent floue. Je retiens ici deux critères qui en font des cas particuliers dans le vaste univers des chants. D’une part, j’opère une restriction thématique en ne retenant que les chants politiques de glorification, que ce soit en faveur d’une idéologie, d’un parti, d’un homme ou d’un programme politique. En ce sens, l’hymne est aussi un symbole politique qui invoque et évoque, de manière concise et imagée, un ensemble complexe de représentations, de notions et de positions politiques. D’autre part, il me semble important de cerner les conditions d’exécution de ces chants : les hymnes sont destinés à être donnés par le plus grand nombre, lors de manifestations collectives. Les modalités qui entourent la pratique de ce chant peuvent être comparées à celles qui président aux cérémonies autour de cet autre symbole politique qu’est le drapeau. L’entourer de respect et de solennité revient à rendre hommage à ce qu’il représente – la nation ou un groupe plus restreint. Participer activement aux rites – chanter l’hymne, saluer le drapeau – permet de marquer son appartenance à la communauté que représente le symbole et l’attachement aux valeurs qu’il véhicule.

4On perçoit dès lors le rôle des hymnes et les enjeux de leur diffusion lors des changements politiques et de l’instauration de nouveaux régimes. Dès les premiers mois du régime de Vichy, la production d’hymnes est florissante ; les compositeurs saisissent cette opportunité politique. Tous n’ont pas le même succès et leur apparition n’empêche pas la subsistance de chants patriotiques plus anciens. Surtout, face à cette abondance de partitions, on s’interroge immédiatement sur la manière dont ces multiples hymnes peuvent prendre vie, être adoptés et chantés par les Français. Comment le chant à l’état de partition devient-il acteur de l’histoire d’une population, celle de la zone sud de la France ?

5En tant qu’acteur, le chant trouve, pendant la période du régime de Vichy, un partenaire privilégié dans la jeunesse. Le premier et le second rôles ne se distinguent que difficilement tant chacun des deux acteurs met l’autre en lumière et le valorise. Chaque scénario reste pourtant singulier et les mêmes acteurs jouent à chaque acte des rôles nouveaux mais toujours complémentaires. Ainsi, selon les activités, les lieux et les moments, la jeunesse porte les hymnes en leur donnant une raison et un sens différents. Et cette diffusion différenciée des hymnes montre à chaque fois la jeunesse sous un nouvel angle et investie d’une nouvelle fonction.

  • 1 Les développements qui suivent s’appuient en partie sur mon mémoire d’IEP : Dompnier Nathalie, Vic (...)

6Cette complémentarité des rôles et des acteurs s’expliquent par la rencontre de volontés politiques : la promotion des hymnes et la mise en scène de la jeunesse comme force de rénovation de la France. L’objectif est alors de cerner la concordance des rôles dans la mise en œuvre de ces politiques. L’analyse qui suit tente d’apporter un éclairage sur les fonctions et attributions des couples hymnes-jeunesse par l’étude successive des principales situations où ils apparaissent1.

Un cadre pour les vertus du chant

7Les éloges des vertus du chant, et notamment du chant collectif, se multiplient sous le régime de Vichy. Le chant peut accompagner et soutenir tour à tour les instants de détente, de travail, de sport, les cérémonies... Les thèmes du chant, de son apprentissage et de ses nombreux usages possibles sont développés tant par les musicologue que par les journalistes et les propagandistes. Les musicologues insistent sans doute davantage sur les valeurs esthétiques et les apports individuels du chant. Pour Alexis Wicart, il combine les bienfaits physiques et moraux :

  • 2 Wlcart Alexis, Le chanteur, Paris, Horizons de France, (coll. « Les puissances vocales »), 1944, p (...)

Il est le plus commode et le plus complet des sports : s’exerçant isolément ou en collectivité, il est praticable en tous temps et en tous lieux ; entraînant le souffle et la respiration, il dilate la cage thoracique, améliore la forme du corps et augmente la valeur du sang [...] c’est un sport intellectuel qui cultive le cerveau autant que le corps, oblige à la discipline nerveuse et morale, à l’esprit de contrôle, console dans l’isolement, l’ennui et le chagrin2.

  • 3 Vuillermoz Emile, « La jeunesse et la musique », L’Illustration, n" 5204, du 5 décembre 1942.

8Loin de s’apparenter à une pratique oiseuse ou futile – qu’une idéologie fustigeant la paresse et le laisser-aller ne tolérerait pas–, le chant est ainsi souvent présenté comme une saine activité pleine de ressources pour l’homme. Mais cette recherche d’efficacité se prolonge largement au delà de la pratique individuelle pour atteindre le corps social. On peut ainsi lire, à propos de la musique, dans L’Illustration du 5 décembre 1942 : « Elle développe un sens de la discipline, de la solidarité, de l’ordre et de l’équilibre dont le bénéfice s’étend à toute notre culture intellectuelle3 ». Chanter en groupe, c’est unir les individus dans une même activité, provoquer une communion et favoriser les mouvements collectifs. Si l’exécution d’un chant suppose l’harmonie du groupe, elle crée aussi cette unité. En effet, le chant collectif offre peu de possibilités de se distinguer et entraîne l’individu, le poussant à une forme de mimétisme. Et cet ensemble, loin d’être anarchique, est guidé par le rythme, par le chant généralement à l’unisson dans les manifestations auxquelles la foule est appelée à participer. Le chant discipline, ordonne la foule, la rend donc prévisible et permet son meilleur embrigadement. La place réservée aux chants, et notamment aux hymnes, lors des cérémonies publiques indique que les propagandistes ont fort bien compris ou du moins pressenti le soutien efficace qu’ils pouvaient en obtenir pour l’encadrement des masses. Leur diffusion devient alors un enjeu politique fort et l’objectif poursuivi est celui d’une véritable socialisation par le chant.

  • 4 Quelques travaux ont mis en lumière les fonctions sociales du chant et son rôle dans la propagande (...)

9Cette dernière entre dans un projet politique plus global de rupture avec la société française de l’entre-deux guerre qui consiste à changer l’homme, ses habitudes et son mode de vie. Les institutions chargées de cette mission doivent ainsi modeler les individus qui dépendent d’elles, les plier à de nouveaux comportements, tenter de leur imposer de nouvelles pratiques sociales. L’aspect contraint de cette socialisation ne doit cependant pas laisser à penser qu’il s’agit d’une socialisation « par le haut », où l’élite joue le rôle de guide. Si ses axes majeures sont édictées par le gouvernement et ses propagandistes, la réussite de ce projet se joue néanmoins dans le groupe, par des interactions individuelles et dans des pratiques quotidiennes. Le chant collectif fait partie des outils les plus efficaces de cette socialisation. Ses fonctions peuvent, de ce point de vue, être reformulées de la manière suivante. Facteur de socialisation, le chant et notamment l’hymne, l’est tout d’abord en ce qu’il véhicule une idéologie de manière insidieuse et ludique. Tout à la fois jeu et plaisir, il se mémorise, se répète et se diffuse bien plus aisément que n’importe quel discours politique. Ensuite l’action socialisatrice et intégratrice du chant, en tant que pratique collective, réside en sa capacité à unir le groupe et à lui donner une cohésion4.

10Mais la mise en œuvre de cette volonté politique de propagande par le chant suppose l’existence d’organisations en mesure de porter un tel projet. Peu d’institutions ont cette capacité. Il faut en effet quelles encadrent un groupe de personnes de manière suffisamment suivie et intense pour pouvoir mettre en application une éducation par le chant. Remplissant ces impératifs, l’école et les chantiers de jeunesse se trouvent tout désignés pour cette mission. Le chant peut aisément s’intégrer dans leurs diverses activités éducatives et les jeunes y passent suffisamment de temps pour que l’inculcation puisse être efficace.

Le chant éducateur, une expérience sur la jeunesse

  • 5 Archives Nationales F-17-13357, rapport d’Alfred Cortot adressé à Abel Bonnard le 21 janvier 1943.

11Ainsi, on entreprend de faire chanter les jeunes, de transformer les institutions qui les encadrent en laboratoires et en modèles. Au service de cet objectif apparaissent de nombreuses théories pédagogiques. Il faut trouver les moyens de donner au chant la possibilité de développer toutes ses capacités et d’en faire un véritable instrument de socialisation de la jeunesse. Les deux questions principales deviennent alors celles des méthodes d’apprentissage et des répertoires à favoriser. Alfred Cortot, très impliqué dans de nombreux projets musicaux du régime de Vichy, évoque les méthodes d’apprentissage à proscrire ainsi que les objectifs suivis. Il écrit au ministre Abel Bonnard, en janvier 1943 : « Le culte de la musique en commun ne consiste pas à brailler des chansons fâcheusement dépourvues de toute saveur populaire, par l’ânonnement d’un apprentissage sans joie, mais bien à en prévoir l’adaptation ultérieure aux plus nobles manifestations collectives artistiques ou sociales5 ». Il s’agit ici en premier lieu de faire aimer le chant. D’ailleurs, il s’oppose fermement, dans le même rapport, à un enseignement trop théorique et rébarbatif pour privilégier un « esprit créateur » et la découverte du « plaisir musical ».

12Mais les méthodes et le répertoire favorisés par les musicologues ne correspondent que rarement à aux ambitions des propagandistes. On lit dans un document du secrétariat général à la jeunesse, dans un feuillet intitulé « L’art dramatique », ces règles de bonne conduite chorale :

Le Docteur Pesnaud, un des maîtres actuels du chant donne 7 conseils :

1 – chanter en mesure

2 – penser au rythme (qui dit rythme ne dit pas obligatoirement swing!)

3 – ne pas crier

4 – écouter ses voisins

5 – chanter virilement

6 – articuler

7 – chanter avec enthousiasme

  • 6 Archives départementales de la Haute-Saône, 5 J 23, « L’art dramatique » [1943].

[...] Lorsque vous aurez devant vous des filles et des garçons attentifs, le sourire aux lèvres, et les yeux levés, chantant d’une voix légère des chansons qui enfin auront un sens, soyez satisfaits, vous aurez contribué au renouveau auquel nous aspirons tous6.

13Les objectifs de l’apprentissage du chant apparaissent clairement. Il doit favoriser l’ordre, la discipline et l’entrain collectif. On perçoit aussi à travers ces instructions le type de répertoire privilégié : le rythme doit être marqué, le swing est exclu ainsi que les formes musicales qui ne se prêtent pas à une exécution dite « virile ». À l’évidence, l’interprétation souhaitée s’adapte parfaitement à une musique martiale, au tempo de marche et donc aux hymnes.

  • 7 Bonneur Claude et Commissaire Pardoel, chef de la musique nationale des chantiers de la jeunesse, (...)
  • 8 Gérard Jean et Raffat DE Bailhac A.M., Hymne au drapeau, Nîmes, Lyon, édité par les auteurs, 1941.

14Et effectivement, le point de vue des propagandistes semble l’emporter ; les jeunes apprennent et exécutent surtout des hymnes. Il faut en particulier signaler l’instauration du salut au drapeau dans les écoles en 1941. La cérémonie est obligatoire et doit avoir lieu chaque matin. Les enfants interprètent un ou plusieurs hymnes pendant que le drapeau est hissé dans la cour de l’école. De nouveaux hymnes sont également composés en l’honneur du drapeau français : le chant officiel des chantiers de la jeunesse s’intitule Notre drapeau7 et un Hymne au drapeau8 est dédicacé « à tous les jeunes de France ».

  • 9 Arexy Gaston, Cérémonie du Salut au drapeau, Alger, édité par l’auteur, 1943

15Les compositeurs saisissent aussi ce regain d’intérêt pour les hymnes dans les écoles et les chantiers comme une opportunité. Les partitions et les recueils destinés à la jeunesse se multiplient. On peut en particulier citer le Compositeur Arexy pour sa prolixité. Sur le feuillet de promotion qui accompagne ses chansons, on lit : « Cérémonies du salut au drapeau. Chansons patriotiques, pour la cérémonie du Lever des Couleurs, dans les lycées, collèges, écoles, groupements sportifs, etc. (Paroles et Musique de Gaston Arexy [...] ». Suit la liste des « chansons-marches » que les nouvelles pratiques des institutions scolaires ont inspirées à l’auteur entre 1941 et 1943 : Haut les cœurs ! jeunesse de France ! Le paysan de France, Salut aux couleurs de la France, La Marche des Ecoliers de France, L’Algérienne, O fier drapeau ! et Au travail ! Compagnons de France9.

16La question de la diffusion est ici en partie résolue puisque les destinataires de ces hymnes sont déjà désignés – les enfants et les jeunes des chantiers – et les usages clairement mentionnés – les cérémonies du salut au drapeau. Néanmoins, il est difficile de savoir si ces compositions ont en effet été chantées car une sélection est nécessairement opérée dans la multitude des hymnes déjà existants ou écrits à cette période. Pour la cérémonie du levée des couleurs, un recensement montre, que Maréchal, nous voilà ! a un petit succès mais surtout que La Marseillaise est privilégiée, notamment à partir de la fin de l’année 1941, époque à laquelle elle reprend le titre d’hymne national et redevient ainsi l’alliée évidente des couleurs françaises. Les hymnes qui apparaissent pendant la période du gouvernement de Vichy ont sans doute davantage de succès dans des activités moins solennelles et moins lourdes de sens, moins chargées de symboles.

L’effort en chantant, la rénovation de la France par sa jeunesse

  • 10 Archives Nationales, F 44-2, Secrétariat général à la jeunesse, « Les maisons de jeunesse allemand (...)

17Dans les écoles, les colonies, les chantiers de jeunesse, le chant accompagne souvent travail, sport et loisirs. Pourtant, il ne suffit pas de chanter ; on trouve dans les archives du secrétariat général à la jeunesse une traduction d’un texte allemand intitulé « Les maisons de la jeunesse allemande ». On peut y lire le passage suivant : « Nous, les jeunes de la Nation nous sommes liés par des symboles, mais nous nous différencions de la Jeunesse d’autrefois parce que nous touchons la terre de nos deux pieds. La Jeunesse qui nous précéda elle aussi a chanté, mais nous, nous construisons et nous chantons10 ».

18En France comme en Allemagne, on trouve cette tendance à faire du chant un allié du travail. On remarque aussi que dans les textes de propagandistes ou de journalistes français, le chant n’apparaît pas comme un impératif mais comme un agrément naturel, spontané. Le comité de propagande régionaliste de l’Hérault explique, dans son « Rapport sur la musique » :

  • 11 Archives Nationales, F 21-5306, réorganisation de l’enseignement musical, comité de propagande rég (...)

La musique participe à la plupart de nos activités individuelles ou collectives. C’est en chantant que la maman berce son enfant, que le laboureur creuse son sillon, que l’ouvrier d’usine, la midinette ou la ménagère accomplissent leur tâche quotidienne. C’est en chantant qu’une armée en marche, une foule en prière exaltent leur foi patriotique ou religieuse. [...] Une grande nation doit être préparée à faire de cette langue merveilleuse un usage digne des innombrables chefs d’œuvre qui l’ont illustrée au cours des siècles, à tous les degrés de l’art11.

19Le chant, comme langue naturelle et originelle, est ancré dans la vie quotidienne et accompagne chacune des activités humaines. Ou plutôt, il devrait tenir une telle place. Car l’auteur de ce rapport, comme beaucoup d’autres, se désole du déclin du chant en France. Ce signe et facteur de vitalité et d’entrain d’une population a quasiment disparu. Le renouveau de la France, le retour à la valeur du travail doit aussi passer par un nouvel apprentissage de la langue musicale. Chanter, c’est aussi se donner du cœur à l’ouvrage pour rebâtir la France sur de nouveaux piliers.

20Les hymnes composés à cette période reflètent d’ailleurs bien cette volonté. Ils sont destinées à accompagner l’effort en même temps que leurs paroles exaltent le travail et comdamnent la paresse. On peut retenir parmi les nombreux couplets porteurs de ces thèmes, ce chant au titre programmatique : « La chanson du réveil français ». Et cet exemple est également assez représentatif en ce qu’il exalte non seulement le travail mais aussi le chant lui-même et sa pratique. Sur l’air du refrain des Allobroges, Louis Pailleux compose ces paroles en 1943 :

  • 12 Pailleux Louis, « La chanson du réveil français », La voix nationale, no 115, oct.-nov. 1943.

Français, qu’un grand réveil, par le labeur austère,
Surgisse sans faiblir, des villes et des champs !
Voici l’appel vibrant qui monte de la terre,
Par de rustiques chants,
En traits touchants12.

21Les propagandistes souhaitent donc faire du chant un compagnon et un soutien dans l’effort. Cette volonté est favorisée par l’existence d’un répertoire très large : certaines chansons traditionnelles et folkloriques sont remises à l’honneur tandis que de nombreux compositeurs produisent une kyrielle d’hymnes exaltant le travail, et plus généralement l’effort physique. Toutefois, cette abondance ne garantie en rien la diffusion des hymnes sur les terrains de sport comme sur les lieux de travail. En effet, ici encore se manifeste la nécessité d’un relais, d’un organe de diffusion.

  • 13 Chevais Maurice, L’éducation musicale de l’enfance, Paris, éd. Alphonse Leduc, 1943, t. III : « Mé (...)

22Les institutions scolaires et postscolaires assurent de nouveau ce rôle. Le chant est nettement désigné dans l’apprentissage scolaire comme une activité entraînante et susceptible de donner à l’enfant du goût pour le travail. Maurice Chevais écrit à son sujet dans L’éducation musicale de l’enfance : « Fait aimer l’école13 ». De nouveau, c’est aussi dans les hymnes que l’on trouve exprimée l’importance du chant à l’école. On peut lire dans la revue La montée, « un hymne à la France nouvelle » dédié au Maréchal Pétain et intitulé « La Bollénoise », sur l’air de La Marseillaise. Une partie du troisième couplet en est :

  • 14 L.C. “Un hymne à la France Nouvelle », LaMontée, no 36, février 1941.

Les enfants seront l’espérance
Grandissant, plus beaux, chaque jour (bis)
Ils apprendront, – O noble tâche ! –
La science, les lois, les chansons,
La vie et ses rudes leçons14

23On le voit, travail et chant sont intimement liés dans les écoles. Dans les chantiers de la jeunesse aussi, et peut-être davantage encore, les hymnes accompagnent de nombreuses activités : le sport, les marches, les travaux sur les routes et dans les champs. L’hymne entre à part entière dans la vie des chantiers et notamment dans les moments les plus difficiles, comme le suggèrent ces paroles composées par Joseph Rivière :

  • 15 Rivière Joseph, Pour la nouvelle France, « France... Chante », Toulouse, édité par l’auteur, 1944, (...)

Tous les matins, au lever de l’aurore
Il sont debout, tous au pied du lit
Et dans la plaine que le gai soleil dore
Ils ont sur eux le sac et puis l’outil.
Dans les lavandes et sur les herbes fraîches
Du givre épais il supportent le froid
Marchant joyeux sans rien qui les arrête
Ils vont chantant à pleine voix.
Chantez aux Chantiers de Jeunesse
L’amour sacré de la Patrie, Pour que la France un jour renaisse
Chantez aux chantiers de Jeunesse15.

24Le chant est sensé faire oublier la fatigue et encourager au travail. Les hymnes doivent accompagner toutes les activités quotidiennes, des plus informelles, le bivouac par exemple, aux plus solennelles, comme le salut aux couleurs. Les instituteurs et chefs de chantiers s’y attachent et les jeunes, qui organisent eux-mêmes des soirées et manifestations chorales, semblent se prêter volontiers à cette activité. Et ainsi ces hymnes connaissent une vaste diffusion au sein même de la jeunesse. Mais si cette dernière chante et donne l’exemple, elle doit aussi faire chanter, amener l’ensemble de la population à l’accompagner. La diffusion interne à la jeunesse réussie, il s’agit de promouvoir une diffusion des hymnes touchant un plus vaste public, en profitant du travail déjà accompli sur et par les jeunes.

Le chant des manifestations publiques : les jeunes en propagandistes

25La plupart des manifestations publiques se déroulent au son des hymnes. De même que dans les diverses activités quotidiennes, ils doivent provoquer ou renforcer l’enthousiasme et la cohésion du groupe. L’enjeu consiste en outre, lors des cérémonies et célébrations, à développer la ferveur de la population pour le nouveau régime et aussi à donner cette ferveur en représentation. Le rôle stratégique de la jeunesse et des hymnes prend ici toute sa force et apparaît avec la plus grande netteté.

  • 16 En témoigne, par exemple, l’article de Beauplan Robert (de), « L’Âme collective » dans L’Illustrat (...)
  • 17 Chanturgue P. souligne cet objectif, atteint selon lui, et le rôle tenu par les hymnes dans les ma (...)

26Pour certains, l’Allemagne fait figure de modèle dans l’organisation des rassemblements et l’efficacité de ses propagandistes impressionne beaucoup16. Cependant, le régime de Vichy ne dispose pas des mêmes moyens d’action et opte pour des cérémonies plus traditionnelles où tous participent plutôt que de rester spectateurs ébahis d’événements construits et provoqués par une minorité active. Les organisateurs de ces manifestations doivent parvenir à mobiliser les Français, les amener à participer activement aux cérémonies, sans pour autant les contraindre. Car la réussite de leur entreprise suppose l’impulsion d’un élan mais aussi que cet élan soit partagé et ressenti par les acteurs. L’objectif n’est pas seulement de donner au pouvoir le spectacle d’une population en adoration ; les cérémonies publiques sont véritablement le cadre dans lequel les propagandistes tentent de convaincre, d’enthousiasmer et de rallier les Français aux dirigeants et à leur politique17. Les hymnes s’affirment dans ces circonstances comme de précieux alliés favorisant en même temps la discipline indispensable au bon déroulement des rassemblements et l’entrain collectif qu’ils nécessitent.

27Toutefois, comme cela a été souligné plus haut, faire chanter un groupe disparate ne s’improvise pas. Dans ces manifestations ouvertes à un large public, il est difficile d’imposer l’exécution d’un hymne comme le maître d’école peut l’intimer à ses élèves. Aucune structure assez large et contraignante n’existe pour embrigader la nombreuse foule venue assister aux cérémonies. Le chant est lui-même un instrument d’embrigadement mais qui apparaît difficile à mettre en œuvre par le haut, à ordonner à la foule.

28Aussi ce recours au chant passe-t-il par des relais, des groupes constitués chargés d’entraîner à leur suite l’ensemble du public des manifestations. Il s’agit parfois de chorales ou encore des légionnaires, mais le plus souvent des enfants des écoles ou des jeunes des chantiers. Tandis qu’une chorale se donne en spectacle et que l’incitation à participer demeure ainsi faible, les chœurs de jeunes paraissent moins formels et les rôles sont moins marqués entre auditeurs et exécutants. Et, alors que les légionnaires sont porteurs d’une idéologie marquée et peuvent susciter des controverses, des divisions, la présence des jeunes réunis par leur âge, et non en fonction d’idéaux, rassemble la population. Bien sûr, la rénovation de la France par sa jeunesse, par ceux qui n’ont pas encore été corrompus par les mœurs décadentes de l’entre-deux-guerres, fait partie du programme politique du gouvernement de Vichy. Mais aux yeux de la foule présente aux manifestations publiques, se rassembler autour de cette jeunesse, même encadrée dans des organisations paramilitaires comme les chantiers de la jeunesse, c’est aussi, et sans doute avant tout, se rassembler autour de ses enfants.

29Faire chanter les jeunes lors des cérémonies publiques, revient d’ailleurs à montrer des enfants sages et disciplinés, bien intégrés à la collectivité, des enfants heureux de vivre sous ce nouveau régime qui les prend en charge. Les instructions décrites plus haut sur l’attitude corporelle à conserver durant les chants participent à la formation de cette image de la jeunesse. Et l’enthousiasme qui transparaît lors de ces représentations doit être communicatif. Le spectacle de cette jeunesse chantante doit à son tour donner l’envie aux spectateurs de reprendre ces hymnes porteurs de la confiance en l’avenir de la France.

  • 18 Le style très narratif de la presse de cette période est ainsi très utile pour connaître le détail (...)

30La diffusion des chants par la jeunesse lors des manifestations se produit donc en premier lieu par leur exécution publique. Mais, si l’on considère l’hymne comme un chant collectif, sa diffusion ne peut s’arrêter à sa simple audition. Et les jeunes ont aussi pour mission de faire chanter l’assistance. Leur rôle de relais choral lors des diverses cérémonies collectives se constate à la lecture de rapports de police et d’articles de journaux18 relatant ces événements. Ce relais peut prendre forme de différentes manières. Dans certains cas, l’assistance chante un hymne après les groupes de jeunes tandis que dans d’autres, elle les rejoint dans un même chant. Dans tous les cas, les jeunes donnent l’impulsion et sont les maîtres de chant des cérémonies.

31On peut estimer qu’ils atteignent la perfection dans leur rôle de relais propagandiste lorsque le public se joint spontanément à leurs hymnes. Et cela signifie aussi que ces hymnes répondent bien au rôle qui leur est assigné, celui de soulever l’enthousiasme, de souder le groupe et de créer un élan collectif. Ces cas sont évidemment difficiles à repérer à travers les descriptions des journalistes ou des rapports de police et de maires. Il est bien sûr toujours possible de suspecter de tels récits de flatter le régime. Néanmoins, il existe aussi des raisons de penser que les falsifications et les embellissements des narrations journalistiques et policières ne concernent pas, en premier lieu, les hymnes exécutés lors des cérémonies. Et quand bien même le doute pèserait sur la véracité de ces événements, que des récits tentent d’inventer et de montrer l’efficacité de la diffusion des hymnes par la jeunesse indique combien ce thème est cher aux autorités et aux propagandistes.

  • 19 Archives départementales du Pays de Dôme, M. 06446 (2), rapport du maire de Cheix-sur-Morge au pré (...)
  • 20 « Dans toute la France, des centaines de milliers de jeunes ont prêté serment à la mémoire de Jean (...)

32Ainsi, le maire d’une petite commune du Puy-de-Dôme, établissant auprès du préfet un rapport sur la fête de Noël 1942, écrit : « Pour terminer cette joyeuse fête, le chant de « Maréchal nous voilà » fut brillamment chanté par plus de cinquante enfants à qui s’associèrent les organisateurs ainsi que toute la population19 ». Et cette union autour des hymnes chantés par les jeunes ne se produit pas seulement lors des cérémonies les plus joyeuses et les plus anodines mais aussi lors de manifestations politiques et solennelles. Les jeunes ne sont pas relégués aux fêtes mineures mais participent aussi activement aux événements les plus politisés. Ainsi, le même phénomène de ralliement de l’assistance à l’hymne donné par les jeunes se produit place Bellecour, à Lyon, lors de la fête de Jeanne d’Arc, le 10 mai 1942 : « La réunion prend fin sur le chant de la « Marseillaise » entonné par l’ensemble des jeunes gens et jeunes filles auxquels s’unit la foule20 ».

33On repère assez bien, dans ce dernier cas, le mode de fonctionnement de la propagande. La fête de Jeanne d’Arc, remise à l’honneur sous le gouvernement de Vichy, doit donner lieu à une cérémonie qui concerne l’ensemble de la population. Néanmoins, la jeunesse est la catégorie la plus impliquée. En effet, un véritable mythe de Jeanne d’Arc est construit dans les écoles et les chantiers ; l’héroïne devient un modèle par sa jeunesse et son courage. En 1942, les jeunes sont invités à prêter serment à sa mémoire. Dès lors, ces derniers animent en grande partie les manifestations qui, par ailleurs, s’adressent à tous. Finalement, ils font figure de véritables rouages de la propagande. Leur présence et leur activité motivent celles des autres participants et ce relais se montre d’autant plus efficace qu’il éveille moins la suspicion que l’intervention d’autres groupes, comme les légionnaires, ou que l’encadrement de la population par la police. Les jeunes parviennent à mobiliser l’assistance, à lui faire chanter des hymnes et par là même à la faire participer aux projets du nouveau régime.

  • 21 Par exemple, Archives départementales de la Haute-Saône, 5 J 23, note du 18 juin 1941 du secrétari (...)
  • 22 Archives départementales de l’Isère, 18 T 17, procès verbal du 5 avril 1941.
  • 23 Archives départementales de l’Isère, 105 M 9, lettre du maire de Voiron au président du groupe Jeu (...)

34La jeunesse contribue ainsi activement à la diffusion des hymnes sous le régime de Vichy, non seulement parce qu’elle chante mais aussi parce qu’elle est donnée en exemple et qu’elle joue un rôle de relais pour la propagande musicale. On ne peut toutefois conclure sans souligner les quelques bémols qui viennent altérer la réussite de cette promotion des hymnes par les enfants des écoles et les jeunes des chantiers. Plusieurs rapports s’inquiètent de leur mauvaise tenue lors de l’exécution de La Marseillaise21, tandis que d’autres signalent l’exécution de L’Internationale par des jeunes des chantiers22. Enfin, certains d’entre eux paraissent préférer le jazz aux marches patriotiques que l’on voudrait leur faire chanter23. Mais la gravité attribuée à ces comportements – chanter L’Internationale est qualifié d’atteinte à la sûreté de l’État – et l’attention qu’éveillent certaines déviances – ne pas se découvrir pendant le chant de l’hymne national – montrent à quel point ces pratiques sont inhabituelles. Les réactions qu’elles suscitent soulignent, en négatif, le succès de la politique de diffusion des hymnes par la jeunesse. Celle-ci a permis au chant, sous le gouvernement du Maréchal Pétain, de jouer un rôle dans la société française, de devenir un véritable acteur de l’histoire de la France de Vichy.

Notes

1 Les développements qui suivent s’appuient en partie sur mon mémoire d’IEP : Dompnier Nathalie, Vichy à travers chants. Pour une analyse politique du sens et de l’usage des hymnes sous Vichy, Paris, Nathan, (coll. « Jeunes talents »), 1996, 158 p.

2 Wlcart Alexis, Le chanteur, Paris, Horizons de France, (coll. « Les puissances vocales »), 1944, p. 41-42.

3 Vuillermoz Emile, « La jeunesse et la musique », L’Illustration, n" 5204, du 5 décembre 1942.

4 Quelques travaux ont mis en lumière les fonctions sociales du chant et son rôle dans la propagande. Notamment : Tchakhotine Serge, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1952 (9e édition revue et augmentée) et Felice Philippe (de), Foules en délire, extases collectives. Essai sur quelques formes de la mystique, Paris, Albin Michel, 1947.

5 Archives Nationales F-17-13357, rapport d’Alfred Cortot adressé à Abel Bonnard le 21 janvier 1943.

6 Archives départementales de la Haute-Saône, 5 J 23, « L’art dramatique » [1943].

7 Bonneur Claude et Commissaire Pardoel, chef de la musique nationale des chantiers de la jeunesse, Notre drapeau, Mâcon, Robert Martin, 1942.

8 Gérard Jean et Raffat DE Bailhac A.M., Hymne au drapeau, Nîmes, Lyon, édité par les auteurs, 1941.

9 Arexy Gaston, Cérémonie du Salut au drapeau, Alger, édité par l’auteur, 1943

10 Archives Nationales, F 44-2, Secrétariat général à la jeunesse, « Les maisons de jeunesse allemande », Ministère de la Jeunesse, bureau d’étude, étude no 2. s.l.n.d.

11 Archives Nationales, F 21-5306, réorganisation de l’enseignement musical, comité de propagande régionaliste de l’Hérault : « rapport sur la musique », avril 1941.

12 Pailleux Louis, « La chanson du réveil français », La voix nationale, no 115, oct.-nov. 1943.

13 Chevais Maurice, L’éducation musicale de l’enfance, Paris, éd. Alphonse Leduc, 1943, t. III : « Méthodes actives et directes », p. 94.

14 L.C. “Un hymne à la France Nouvelle », LaMontée, no 36, février 1941.

15 Rivière Joseph, Pour la nouvelle France, « France... Chante », Toulouse, édité par l’auteur, 1944, premier couplet et refrain.

16 En témoigne, par exemple, l’article de Beauplan Robert (de), « L’Âme collective » dans L’Illustration, no 5130 du 5 juillet 1941.

17 Chanturgue P. souligne cet objectif, atteint selon lui, et le rôle tenu par les hymnes dans les manifestations publiques, dans un article intitulé « Maréchal !... Nous voilà ! », L’Avenir du 23 mars 1942. Il écrit : « La présence de chacun de ces milliers de Français voulait dire : “Maréchal ! Nous voilà !” C’était pour eux la journée de l’hommage et de l’offrande » (Voyage de Pétain à Clermont-Ferrand).

18 Le style très narratif de la presse de cette période est ainsi très utile pour connaître le détail du déroulement des manifestations.

19 Archives départementales du Pays de Dôme, M. 06446 (2), rapport du maire de Cheix-sur-Morge au préfet, le 15 janvier 1943.

20 « Dans toute la France, des centaines de milliers de jeunes ont prêté serment à la mémoire de Jeanne d’Arc », La République du sud-est du 11 mai 1942.

21 Par exemple, Archives départementales de la Haute-Saône, 5 J 23, note du 18 juin 1941 du secrétariat d’État à l’éducation et à la jeunesse, aux délégués de la jeunesse, aux écoles de cadres et aux dirigeants des mouvements.

22 Archives départementales de l’Isère, 18 T 17, procès verbal du 5 avril 1941.

23 Archives départementales de l’Isère, 105 M 9, lettre du maire de Voiron au président du groupe Jeune France de Voiron, le 26 mai 1941.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540