Version classiqueVersion mobile

Le chant, acteur de l'histoire

 | 
Jean Quéniart

Conditions, enjeux et significations de la formation des grands chansonniers satiriques et historiques à Paris au début du xviiie siècle1

Claude Grasland et Annette Keilhauer

Texte intégral

Introduction

  • 1 Version abrégée d’un article à paraître dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine.
  • 1 Voir le Mémoire préfaçant l’Anthologie françoise ou chansons choisies depuis le 13e siècle jusqu’à (...)
  • 2 « Une collection très complète de tous les vaudevilles de la Cour et de Paris, depuis plus de cinq (...)
  • 3 « Tout finit donc par des chansons, comme dit le proverbe de la comédie ; et les événements les pl (...)
  • 4 Voir la Préface du Chansonnier historique du XVIIIe siècle. Recueil de Chansons, vaudevilles, sonn (...)
  • 5 Barbier P., Vernillat F., Histoire de France par les chansons, Paris, 1956-1961, 8 vol.
  • 6 Breton G., La chanson satirique de Charlemagne à Charles de Gaulle, Paris, Perrin, 1967.
  • 7 « Dans ces écrits, nul souci de vérité : c’est d’après ces amas d’immondices politiques, à travers (...)
  • 8 « Ces recueils satiriques, chansons, nouvelles anonymes, rumeurs de la rue et de la place publique (...)

1De longue date, les historiens ont adopté une position ambiguë envers la source que constituent les chansons politiques de l’Ancien Régime. D’un côté, on observe très tôt une fascination pour ce genre bien particulier qui rassemble, comme sous une loupe, l’histoire de son époque à travers des anecdotes petites ou grandes sur les personnages et les événements du temps. Et leur étude est recommandée soit par des contemporains fameux, tel Meunier de Querlan1, Rousseau2 ou Mercier3, soit par des érudits et des collectionneurs de chansons des siècles suivants, tels Emile Raunié4, Pierre Barbier et France Vernillat5 ou Guy Breton6. Mais d’un autre côté, nombreux sont ceux qui, très tôt, mettent en doute l’intérêt des chansonniers pour la connaissance du passé et dénoncent leur malignité, leur côté anecdotique et leur caractère partiel voire partial. À plus de deux siècles de distance, Voltaire dans son Siècle de Louis XIV et J. Meyer dans sa Vie quotidienne en France au temps de la Régence n’ont pas de mots assez durs pour dénoncer le flots de médisances et de contre-vérités que charrient les chansons politiques7. Et pourtant, signe certain de l’ambivalence de l’attitude des historiens face à la chanson politique, l’un et l’autre n’hésitent pas à citer abondamment des couplets dans leurs propres travaux ! Les historiens de la fin du XIXe, notamment F. Brunetières et C. d’Aubertin, avaient déjà largement contribué à réfuter l’emploi des chansons politiques en histoire, ces dernières étant supposées développer dans le public un « goût fâcheux pour l’histoire anecdotique » et étant tout au plus dignes du mépris de la Véritable Histoire8.

  • 9 Elias N., La société de Cour, 1985, p. 236.
  • 10 Foucault M., L’archéologie du savoir, NRF-Gallimard, Chap. I, 1969, p. 31-43.

2Ce n’est qu’assez récemment que cette opposition entre « petite » et « grande » histoire a pu être dépassée. Comme l’a montré N. Elias à propos de la société de cour, il ne faut pas aborder les faits sociaux du passé en y appliquant nos propres jugements de valeur : il faut « assurer à l’objet de nos recherches une plus grande distance, une plus grande autonomie par rapport aux critères de valeur, souvent futiles et éphémères, tirés des options idéologiques au milieu desquelles se débat chercheur9 ». De même, M. Foucault a montré que la définition du corpus de document faisant objet de science est en négociation constante à l’intérieur du champs scientifique d’une discipline telle que l’histoire10. Le fait que les chansons politiques aient été archivées et transmises jusqu’à nos jours constitue en soi un problème historique intéressant. Avant même d’interroger leur contenu, il conviendrait de tenter de comprendre et d’expliquer pourquoi, dans un contexte donné, les chansons ont suscité un tel intérêt et ont contribué durablement à l’image que les hommes du temps se faisaient de l’histoire et de la vie politique.

Intérêt potentiel et difficulté de l’étude des chansons politiques

3La faiblesse des travaux de recherche portant sur les chansons politiques de l’Ancien Régime apparaît d’autant plus frappante que le corpus rassemblé dans les bibliothèques de Paris et de Province est immense et que l’organisation des chansonniers les plus importants (ordre chronologique, tables des matières et des noms de personnes citées) autoriserait l’étude comparative de séries chronologiques séculaires.

4À titre d’exemple, nous avons établi à l’aide des tables du Chansonnier de Maurepas une courbe présentant l’évolution annuelle de la production de chansons (Fig. 1) et deux autres présentant le nombre annuel de chansons consacrées à Louis XIV ou aux Jésuites de 1640 à 1750 (Fig. 2 et 3). Ces courbes donnent à voir des tendances assez claires dans l’évolution de la production générale des chansons et dans celle des thèmes particuliers, et il serait tentant d’en inférer une mesure du poids relatif de tel ou tel thème dans le discours politique véhiculé par les chansons à différentes époques.

  • 11 Grasland C., 1990, Chansons et vie politique à Paris sous la Régence, RHMC, XXXVII, 537-570.

5La tentative d’établissement d’une chronologie des thèmes traités par les chansons politiques qui avait pu être esquissée pour la Régence pourrait ainsi être étendue à des périodes plus longues11 Elle pourrait révéler des modifications si ce n’est de l’opinion publique, à tout le moins d’un véhicule important de celle-ci.

6Mais cet exemple montre précisément le problème que constitue pour l’historien l’ignorance des modalités de constitution de ces recueils. Il serait en effet naïf d’interpréter le rapport entre le nombre de références à Louis XIV ou aux Jésuites et le nombre de pages des volumes comme une mesure de l’importance de ces thèmes dans la production totale chanson d’une époque donnée. Car les chansons contenues dans le chansonnier de Maurepas ne sont ni une somme exhaustive, ni un échantillon aléatoire de la production chansonnière du passé. Elles sont, très probablement, le résultat d’une sélection consciente ou inconsciente. Or, tant que nous ignorerons les critères et les modalités de cette sélection, il sera impossible d’analyser correctement le contenu du corpus de chansons qui nous est parvenu (part des thèmes ou des timbres, évolution du lexique, etc.).

7Se limiter, comme le font la plupart des chercheurs ou des érudits à l’analyse des chansons contenues dans les très grands chansonniers (Clairambault, Maurepas, Castries), pose donc un problème réel de validité et de signification du corpus. La solution idéale consisterait sans nul doute à procéder à un inventaire général des chansonniers et à une compilation systématique des variantes de chaque chanson, mais elle est à l’évidence hors de portée au vu de l’immensité des sources connues. Plus modestement, un catalogue général des chansonniers des XVIIe et XVIIIe siècle opérant la synthèse des catalogues des différentes bibliothèques françaises et européennes constituerait déjà un progrès appréciable en incitant les chercheurs à ne pas se limiter à l’étude des recueils les plus connus et à s’intéresser aux circonstances qui ont accompagné la compilation des grands chansonniers.

Fig. 1 Production annuelle du chansionnier de Maurepas, 1640-1745 (en pages/an).

Fig. 2 – Nombre moyen annuel de références à Louis XIV dans la table des matières du chansonnier de Maurepas (1640-1745).

Fig. 3 – Nombre moyen annuel de références aux Jésuites dans la table des matières du chansonnier de Maurepas (1640-1745).

8En effet, l’acte de compilation des chansons pose des problèmes fondamentaux tant pour la connaissance des mentalités sous l’Ancien Régime (qui a collectionné les chansons ? pourquoi ?) que pour l’évaluation de l’intérêt historique des recueils qui nous sont parvenus (quand ont-ils été composés ? de quelle manière ? à partir de quelles sources ? avec quels critères de sélection ?).

9Ce travail tente d’apporter quelques éléments de réponses.

Définition d’un corpus de 18 chansonniers

10Au vu de la masse considérable des manuscrits de chansons politiques contenus dans les seules bibliothèques parisiennes, nous avons choisi d’opérer une sélection et de nous limiter aux chansonniers d’Ancien Régime vérifiant les quatre conditions suivants :

  1. Recueil manuscrit comportant une majorité de chansons.
  2. Recueil comportant au moins trois volumes ou trois tomes.
  3. Recueil organisé selon un ordre chronologique, au moins partiellement.
  4. Recueil incluant tout ou partie la période 1710-1715.
    • le premier critère conduit à se limiter aux chansonniers12 proprement dits et à éliminer de nombreux manuscrits intitulés recueils de vers ou recueils de pièces qui sont une compilation non seulement de chansons, mais aussi d’épigrammes, d’épitaphes, de parodies de pièces de théâtre ou de « Brevets de la Calotte ».
    • le second critère conduit implicitement à focaliser l’analyse des propriétaires de chansons sur la strate sociale la plus élevée. Certes, ces recueils en plusieurs volumes constituent la majorité des chansonniers recensés dans les bibliothèques, mais leur domination s’explique sans doute par un choix, déjà fait depuis des siècles par les archivistes, qui étaient surtout intéressés par l’inventaire et l’acquisition des recueils de chansons les plus importants. On peut donc supposer qu’une grande partie des chansonniers en un ou deux volumes qui existaient à l’époque sont irrémédiablement perdus ou ne sont plus accessibles (collections particulières).
    • Bien que l’ordre chronologique domine dans la plupart des chansonniers de taille importante, on trouve également une minorité de recueils de chansons organisées par timbres (regroupement des chansons utilisant une même mélodie, quelle que soit leur date de production) et des compilations sans ordre apparent. Le choix d’un ordre chronologique nous semble un critère de sélection important, d’une part, parce qu’il peut suggérer une collecte synchronique des chansons (cf. in Fra) et, d’autre part, parce qu’il implique un mode particulier d’utilisation par le propriétaire (chansonnier « historique »).
    • La sélection de la période de référence 1710-1715 visait principalement à établir une possibilité de comparaison entre les chansonniers afin de comparer la liste des chansons produites la même année et de mettre en évidence les phénomènes de copies. Elle est toutefois peu contraignante car la plupart des recueils répondant aux trois critères précédents couvrent précisément cette période qui correspond à l’apogée des grands chansonniers politiques (Fig. 4).

Fig. 4 Fluctuations de la production annuelle de chansons politiques dans neuf recueils (1640-1745).

11Au total, les recherches effectuées dans les bibliothèques parisiennes nous ont permis de rassembler un corpus de 18 chansonniers répondant aux critères de sélection précédents, sans que cette liste puisse être considéré ecomme exhaustive (Tableau 1). On y trouve bien entendu les deux chansonniers jumeaux de Clairambault (1) et de Maurepas (2). Mais on observe également la présence d’autres très grands chansonniers comportant plusieurs dizaines de volumes. À cet égard, le travail de recoupement effectué entre les bibliothèques nous a permis d’établir l’existence d’un troisième chansonnier majeur. Nous avons pu démontrer avec certitude que le Chansonnier de Castries (3-b), déposé à la Bibliothèque Mazarine et qui comporte dix volumes couvrant la période 1709-1756, est la suite d’un chansonnier de la Bibliothèque nationale (3-a), comportant 6 volumes et couvrant la période 1514-1708.

Tableau 1 – Définition du corpus des dix-huit chansonniers étudiés.

Mise en évidence de l’archétype du « chansonnier historique »

12L’étude du nombre de volumes et des périodes couvertes par les dix-huit recueils montre de fortes concordances mais permet de distinguer trois familles de chansonniers.

Les très grands recueils

13Les chansonniers de Clairambault (1), de Maurepas (2a-b) et de Castries (3a-b) se caractérisent avant tout par leur taille exceptionnelle et par la présence d’un ou deux volumes de chansons très anciennes, des XIVe, XVe et XVIe siècles. Propriétés des plus haut personnages de l’État (le Roi et ses ministres), ces recueils se distinguent des autres par l’importance des moyens qui ont été utilisés pour leur constitution (archives, police, etc.).

Les grands recueils en 8 à 10 volumes

14Ils se caractérisent par une remarquable concordance dans le découpage chronologique des premiers volumes (Fig. 5 et 6). Le premier tome de la plupart de ces recueils commence en effet précisément en 1600 et s’achève entre 1630 et 1670 (chansonniers 4 à 11). Le deuxième tome couvre ensuite une période plus courte, s’achevant généralement entre 1685 et 1692. Et ce n’est qu’au delà de cette période que l’on observe une répartition chronologique régulière des volumes couvrant des périodes de 5 à 10 ans. La plupart des recueils s’achèvent entre 1730 et 1750.

Les petits recueils

15Ils (3 à 5 volumes) ont en commun de démarrer tous autour de 1710 et de ne couvrir qu’une période de temps limitée. Avant 1700 on trouve des grands recueils ou des chansonniers en un ou deux volumes mais pratiquement aucun de taille moyenne (3 à 6). Une hypothèse possible pour expliquer la nature particulière de ces recueils serait qu’ils soient l’œuvre d’individus isolés ne disposant pas d’archives importantes, ayant des moyens d’information limités et se contentant de recueillir des chansons au fur et à mesure de leur mise en circulation. Plusieurs indices plaident en faveur de cette hypothèse.

Fig. 5 – Découpage chronologique des volumes de dix-huit recueils de chansons politiques à Paris (XVII e-XVIII e siècles).

16Quand on regarde les recueils du deuxième groupe de plus près, on peut observer une mise en forme parallèle assez frappante qui peut mener à la définition d’un archétype du « chansonnier historique » comportant - avec des variantes légères — les aspects suivants :

  • -la collection porte en général le titre Recueil de chansons choisies en Vaudevilles pour servir à l’histoire anecdotique depuis L’année ***jusqu’en l’année ***. Dans chaque volume est inséré sur la page de titre l’intervalle chronologique couvert et souvent, au-dessous du titre, le numéro du volume (Cf. Annexe 2.) ;
  • le format des recueils est en général assez uniforme de 230 à 250 sur 165 à 190 mm ;
  • chaque volume comporte entre 400 et 550 pages paginées à la main du copiste du recueil, plus rarement numérotées par feuilles ;
  • la reliure est sauf exception très homogène entre les volumes et date souvent de l’époque de l’écriture des recueils ;
  • l’écriture est très régulière et est probablement l’œuvre d’un copiste professionnel ou d’un secrétaire ;
  • à l’intérieur des volumes, l’ordre chronologique est suivi relativement strictement. Des chevauchements mineurs s’observent parfois entre les volumes successifs. Il semble en effet arriver fréquemment que les copistes profitent de la place restante dans un volume pour glisser quelques chansons qu’ils n’avaient pas la place de mettre dans le volume suivant ;
  • la mise en page est généralement assez homogène. La mélodie est toujours notée en premier, soit avec une notation musicale complète, soit avec la simple mention du nom du timbre et ensuite le texte de la chanson (« Chanson sur l’air de... »). Les chansons ont rarement de titre et, en général, les couplets suivent immédiatement la mélodie. Sur une marge assez importante est mentionnée la date de la chanson et éventuellement son auteur ou les événements auxquels elle se réfère ;
  • les recueils comportent assez régulièrement des index organisés par matières et personnes mentionnés dans les chansons. Plus rarement, on peut avoir des tables des incipit (premier vers des chansons) ou des tables des timbres (liste des chansons composées sur une même mélodie).

17Même si on ne retrouve pas tous les aspects énumérés dans chacun des recueils étudiés, ils se combinent de façon suffisamment systématique pour que l’on puisse parler ici d’un type de mise en forme conscient.

Date de composition des « chansonniers historiques »

18La datation des recueils de chansons se rattachant au type du « chansonnier historique » semble de prime abord délicate car, comme nous l’avons signalé, il peut y avoir des décalages importants entre la date d’une chanson et la date de son écriture (ou de sa réécriture) dans un chansonnier. Si l’on admet que certaines chansons des recueils sont contemporaines de leur rédaction, on peut fournir une fourchette chronologique maximale s’étendant entre 1600 et 1750.

  • 13 La démonstration précise est détaillée dans la version complète de l’article qui paraîtra dans la (...)

19Mais plusieurs indications directes ou indirectes13 permettent de réduire considérablement cet intervalle et de situer vers 1715-1745 la date de composition de la plupart des grands « chansonniers historiques » qui nous sont parvenus et de suggérer l’apparition d’un véritable engouement pour la collection des chansons du présent et du passé dans la première moitié du XVIIIe siècle. Après avoir été longtemps collectées sous forme de feuilles volantes et archivées dans des portefeuilles, les chansons ont été recopiées dans des recueils luxueux qui étaient ensuite mis à jour au fur et à mesure :

  • 14 Extrait de la préface du Chansonnier de Castries (BN MsFr 12666, p. 1).

Voici un Recueil de chansons historiques & satiriques qu’on croit le plus complet que se soit encore vû. On a assemblé pendant plusieurs années les matériaux pour le composer & l’on espère que ceux qui jetteront les yeux dessus conviendront qu’ils n’en ont vu aucun ni si couplet ni en si bon ordre [...] Quoiqu’on ait amassé pendant long-tems de quoi composer cet ouvrage & qu’on n’ait commencé à le mettre au net que lorsqu’on n’a plus esperé de rien recouvrer, on ne laisse pas de tems en tems de decouvrir quelques chansons qui par la datte qui leur convient, se trouvant trop anciennes ne peuvent plus etre rangées à leur place : pour remedier à cet inconvenient, on a jugé à propos de mettre à la fin de chaque volume un supplement de ce qui aurait dû etre placé sous les années precedentes14.

20Reste à déterminer qui sont les commanditaires de ces chansonniers et dans quel but ils sont entrepris.

Production et commercialisation des chansonniers historiques

21À la différence des recueils manuscrits compilés par un particulier, les grands chansonniers historiques sont des objets de luxe qui obéissent à des règles de production très précises. Un avertissement dans un recueil de chansons en deux volumes de 1617-1710 et 1711-1736 permet de préciser quels critères définissent la qualité (et donc le prix) d’un bon recueil de chansons historiques :

  • 15 BM 2165 (1736).

Il serait fort peu nécessaire de donner icy un Avertissement sur la nature de cest recüeil, le titre l’annonçont, mais 7 à 8 volumes de mauvaises chansons de cette espèce répandus dans Paris engagent à insinuer la distinction que l’on doit faire du nombre au choix. Ces deux volumes ne r’enferment donc que l’élite des meilleures chansons anecdotes tant en matière d’intrigues que de critique et de plaisanterie sur les affaires du tems, depuis le ministère du Cardinal de Richelieu jusqu’à présent 1736. C’est à dire autour de 120 ans. On s’est attaché à l’ordre en mettant aux airs qui fournissent beaucoup, des tirades de 10 : en 10 : ans ; c’est pourquoi on trouvera après une affaire passée en 1710 une reprise de 1701 ou 1702 suivant ou recommence la matière. Quant à la Musique, on a rendu les airs très faciles, sans néanmoins négliger de mettre leurs noms en teste pour que ceux qui ne scavent pas de musique puissent les connoître par le désignement qui en est fait15.

22Cet avertissement est révélateur à plusieurs points de vue. L’époque de l’écriture (1736) ressort clairement de ce texte et son auteur souligne la perspective historique du recueil (répartition des chansons dans le temps). Toutefois, l’accent est mis davantage sur les qualités spirituelles des chansons (le sel, l’anecdote) que sur leur intérêt proprement documentaire. En même temps on souligne la perspective d’une utilisation pratique, c’est-à-dire la possibilité que doit avoir le lecteur de chanter les chansons et pas simplement de lire les couplets. Car les mélodies ont été modifiées et notées en fonction des connaissances éventuellement restreintes des contemporains et le souci de véracité ne semble donc pas s’étendre à la partie musicale des chansons.

23On retrouve la même tonalité et les mêmes soucis dans la préface du recueil de Castries. Mais outre l’importance accordée à la musique, le préfacier de ce recueil insiste sur l’importance des notes explicatives qui permettent de situer la chanson dans son époque et de mieux comprendre les allusions qui sont faites aux personnes ou aux événements. Ce sont bel et bien les qualités « historiques » de l’ouvrage qui sont ici mises en avant, ainsi que l’investissement qu’il représente en termes d’érudition mais aussi de relations sociales :

Autant que la connoissance des faits l’a pu permettre, on a placé chaque chanson sous l’année où elle a dû être composée. On a consulté les personnes âgées & qui en leur jeunesse ont été repandues dans le grand Monde, même plusieurs savants pour en tirere des éclaircissements qui explicassent mieux ce qui est dit dans les chansons, ou du moins indiquassent le tems où elles ont été faites. Celles où il y a quelques faits historiques ont des dates plus sures : mais pour celles de pures galanteries, il a fallu s’en rapporter à ceux qui ont prétendu en avoir quelque connoissance, ou les mettre sous les dattes ou on les a trouvées dans quelques manuscrits, ou enfin les laisser sans aucune datte après celles à la suitte desquelles on les a trouvé placées.

24Au total l’aspect le plus frappant de ces avertissement est pourtant leur caractère éminemment publicitaire. Les auteurs des avant-propos adoptent clairement une perspective commerciale, soulignant les qualités de leur produit et dénigrant celles de ses concurrents auprès d’un acheteur potentiel.

25Ce phénomène de commercialisation des chansonniers était déjà prévisible au vu de la « standardisation » des ouvrages et de la récurrence des phénomènes de copie. Il est attesté également par un témoignage direct de 1730, issu des archives de la Bastille :

  • 16 Archives de la Bastille, 11117, 1730. Cité par Grasland C., 1990, op. cit.

François Rosière prens très respectueusement la liberté de donner avis à votre grandeur qu’il a découvert depuis environ trois mois deux particuliers qui débitent un manuscrit de chansons historiques et chronologiques de l’Histoire de France depuis Henri IV jusqu’à présent en huit volumes in-quarto dont chaque volume contient 240 rôles d’écriture sans y comprendre la table où sont dénommées toutes les personnes dont on parle. Outre ça ils ont le secret d’avoir de quelqu’un des pièces dont ils débitent dans le moment d’un côté et d’autres16 [...]

26On voit que ce recueil commercialisé correspond très exactement à l’archétype du chansonnier historique que nous avons mis en évidence. Ce témoignage montre que les chansonniers de type historique étaient un objet de commerce clandestin. Si le dénonciateur a observé la vente déjà depuis des mois, il est probable que le vendeur disposait de plusieurs copies du manuscrit et qu’il avait de nombreux clients. Il est également important de noter que le vendeur a le souci de mettre à jour ses collections en recueillant non seulement les chansons du passé mais aussi celles du présent. Ceci confirme les hypothèses émises précédemment sur la collecte synchronique des chansons dans les derniers tomes des chansonniers historiques.

27On songe à ces collectionneurs qui achètent un « fond » de base, comportant les pièces courantes de la collection – celles que tout le monde se doit d’avoir – puis qui s’efforcent de le compléter en acquérant des pièces rares – celles que tout le monde n’a pas et qui font précisément le prix de la collection. Il semble également que l’on commercialisait non seulement les chansonniers mais aussi des chansons isolées ou des liasses de chansons à ajouter à une collection en cours de constitution. C’est du moins ce qui semble ressortir de la préface du chansonnier de Castries :

Il est vrai qu’il se trouvent plusieurs noms estropiez qu’il a été impossible de deviner sur copies deffectueuses dont on s’est servi, faites la plupart ou par des domestiques ignorans, ou par des écrivains à quatre sols du cent de Vers, qui ne chercheroient qu’a avancer & ne s’embarrassoient point de l’exactitude.

Collection de chansons historiques et distinction sociale

28Cette stratégie de recherche du document rare qui est au cœur de la démarche du collectionneur apparaît pleinement sur la page de garde d’un Sottisier, ou recueil de chansons, poésies et autres pièces satyriques en 4 volumes collecté par l’abbé de Choisy (BA 2935-2938) où l’on peut lire l’annotation suivante :

Ce recueil en 4 volumes contient bien des pièces imprimées et que j’ay ailleurs mais il y en a qui ne sont nulle part et en tout c’est un des meilleurs que j’ay.

29De même, sur la page de garde d’un Recueil de pièces sur les affaires du temps en deux tomes daté de 1734 (BA 2961-2962) se trouve cette autre annotation :

Ce recueil est bien fait et bien écrit lisiblement et sans fautes. Il y a de bonnes tables à la fin de chaque volume et beaucoup de pièces curieuses avec de bonnes notes. J’en ay remarqué un assez bon nombre qui ne sont point ailleurs. Il commence aux dernières annees de Louis XIV et va jusqu’à l’an 1733.

30Ces deux remarques ont probablement été faites par les acheteurs des recueils et elles expriment le goût pour le rare, pour la collection complète, pour le remplissage de lacunes qui caractérise aussi le plaisir du collectionneur d’autres biens culturels à la même époque (peinture, instruments de musiques, livres rares,...).

  • 17 Pomian K., Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : XVIe-XVIIIe s., Paris, Gallimard, (...)
  • 18 Vlardot J., « Livres rares et pratiques bibliophiles », Histoire de l’édition française, Le livre (...)
  • 19 Bourdieu P., La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1992.
  • 20 Vlardot J., op. cit., p. 594 sqq.

31Des recherches récentes ont montré que c’est exactement au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècles que le goût de la collection s’est installé en France pour de multiples objets culturels17. À la même époque s’installe un goût du livre ancien comme rareté et nombre d’instances commerciales telles que les antiquaires professionnels ou la vente publique de fonds privés sont établies18. Le goût de la collection n’indique pas seulement la recherche d’un pur plaisir, mais traduit également un besoin de distinction des classes sociales élevées19 qui, initialement, n’ont guère d’intérêt pour l’érudition mais suivent plutôt un mouvement de curiosité pour les choses rares. Le cabinet choisi rassemble depuis la fin du XVIIe siècle dans les maisons des particuliers de riches ouvrages de luxe, des livres interdits, des frivolités et met en valeur l’aspect esthétique et la rareté de certains ouvrages20. On peut facilement imaginer que dans de tels cabinets le chansonnier trouva sa place et mit en valeur la richesse et la distinction de son propriétaire.

32Mais la distinction sociale peut s’effectuer également dans le sens plus étroit de participation à un cercle restreint. Comme nous l’avons vu, l’acquisition des chansonniers comprenait dans la plupart des cas une continuation des recueils, un héritage où l’on insérait la production contemporaine. Le rassemblement de chansons suppose donc de la part du propriétaire non seulement l’héritage d’une position sociale élevée et l’exercice d’un pouvoir économique et politique mais aussi, plus généralement, la possession d’un vaste réseau de relations dans les plus hautes sphères de la société.

33L’analyse des recueils de chanson de taille moins importante semble toutefois indiquer que la mode de la collection de chanson s’est diffusé progressivement dans une bonne partie de la société parisienne et ne s’est pas limitée aux couches supérieures. Malheureusement, les recueils composés par des membres des classes moyennes (ecclésiastiques, marchands, parlementaires, officiers...) ne nous sont généralement pas parvenus et il n’est guère possible de reconstituer les étapes d’une éventuelle diffusion hiérarchique du goût de la collection de chanson dans la société parisienne du XVIIIe siècle.

Les usages des chansonniers historiques

34Les fonctions des chansonniers ne se réduisent cependant pas au plaisir de la collection et à la possession d’un signe de distinction sociale. De nombreux témoignages attestent que les chansonniers possédaient également des utilisations pratiques.

  • 21 Boulard E., Article « Chanson », Dictionnaire des lettres françaises, dir. Cardinal Georges Grente(...)
  • 22 Ibid, p. 291.

35La fonction d’archivage de connaissance sur le passé est la plus évidente. À l’instar de Saint-Simon, de nombreux mémorialistes possédaient des chansonniers qu’ils utilisaient comme source documentaire ou comme aide-mémoire pour se remémorer les temps révolus. L’ordre chronologique et les tables de matières facilitaient évidemment considérablement ce type de recherche puisqu’elles permettaient de retrouver rapidement les chansons relatives à une personnes ou un événement21. Les chansons pouvaient d’ailleurs également remplir une fonction éducative comme le prouve cette anecdote relevé par Boulard sur le Duc de Saint-Simon : « sa propre bibliothèque possédait six gros in 4° de chansons manuscrites, et il avait eu l’intention de les faire servir à l’instruction du jeune Louis XV, voulant lui faire entendre cet écho de l’opinion publique22 ».

  • 23 Ibid.

36La chanson devient donc ici un moyen pour garder en mémoire une histoire de la France qui n’est pas celle des historiographes officiels mais qui redonne la vie aux discussions contemporains et aux personnages loin de leurs fonctions officielles. Dans son journal, Marais souligne à propos des chansons que « ces pièces sont toujours bonnes à avoir parce qu elles décrivent en peu de paroles les personnes et les choses23. »

  • 24 Ibid.

37Mais la chanson remplit également plus simplement une fonction de plaisir et de sociabilité. Le projet « pédagogique » de Saint-Simon fut sans doute réalisé, car un journal de police de 1742 signale que Louis XV aimait à chanter les chansons politiques, satiriques et historiques « du passé et du présent » lors de ses petits soupers de Choisy24.

  • 25 Voir l’étude récente sur l’histoire des lazzis, un manuscrit de pièces jouées dans un cercle autou (...)

38Le plaisir de chanter des chansons ou de posséder un chansonnier est d’ailleurs renforcé par le fait qu’il s’agit d’une action défendue par le pouvoir. Certes, cette interdiction devient progressivement plus théorique que réelle, et les risques encourus n’étaient évidemment pas les mêmes pour un haut personnage de la Cour ou pour le commun des mortels. Mais l’interdiction a pu demeurer longtemps un ressort de l’intérêt des contemporains pour les chansons. La chanson aurait ainsi acquis une fonction de sociabilité et de passe-temps de groupe, tout comme la musique, la conversation, le théâtre de société ou le jeu25.

Abandon des collections dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et réappropriation du corpus au moment de la Révolution Française

  • 26 Voir Pomian K., op. cit., et aussi Schnapper A., Le Géant, la Licorne et la Tulipe. Collections et (...)

39La mode de la collection de chansons historiques qui s’installe dans la première moitié du XVIIIe siècle semble trouver sa fin vers le milieu du siècle. Le plaisir de l’interdit disparaît progressivement et d’autres objets ont remplacé les chansonniers historiques comme signe de distinction sociale ou de prestige intellectuel26.

  • 27 Voir par exemple le Recueil de romances historiques, tendres et burlesques, Tant anciennes que Mod (...)
  • 28 Voir la préface du Recueil de romances : « Quant au premier genre de ces chansons [les romances hi (...)

40Mais c’est aussi le goût musical qui change : vers le milieu du siècle la mode n’est plus au vaudeville mais à la romance, qui elle aussi se réfère au passé. Les romances n’utilisent plus les timbres connus depuis longtemps et répandus jusqu’au théâtre de la foire, mais sont plutôt orienté vers le Moyen Âge et le temps des troubadours tout en utilisant des mélodies en forme d’ariettes, plus compliquées et composées par des contemporains27 Dans les romances historiques les sentiments sincères sont essentiels28 et le ton satirique des anciens vaudevilles ne s’y retrouve plus.

41Ce n’est qu’au moment de la Révolution qu’on assiste à un regain d’intérêt pour le vaudeville. En 1793 Sautreau de Marsy entreprend la première édition d’une partie importante de ce répertoire historique de la chanson politique dans un ouvrage de 4 volumes avec le titre Nouveau siècle de Louis XIV, ou poésies-anecdotes du règne et de la cour de ce prince. L’éditeur souligne le caractère exceptionnel de sa publication qui constitue la première version imprimée des chansonniers politiques de l’Ancien Régime.

  • 29 Nouveau siècle de Louis XIV, ou poésies-anecdotes du règne et de la cour de ce prince ; avec des n (...)

L’ouvrage que nous offrons au public est un de ceux qui n’auroient jamais vu le jour sous l’empire du despotisme. La partie louangeuse auroit seule échappé au ciseau de la censure : car en fait de gouvernement, on ne permettoit jamais de voir qu’un côté du tableau, et le revers étoit soigneusement dérobé aux yeux de la postérité. Tout ce qui sembloit défavorable aux principes reçus, ou à l’amour-propre des familles dominantes ; tout ce qui prêtoit aux allusions, étoit enlevé des écrits destinés à l’impression. Ceux qui ont été à portée de connoître les détails de cette inquisition politique, savent qu’il n’y a guère eu d’ouvrages sur l’histoire de France qu’elle n’ait mutilé impitoyablement29.

  • 30 Ibid.

42Dans la suite de son avertissement l’éditeur se plaint de l’état des sources manuscrites recueillies « par un petit nombre de curieux », mais dont pas une ne serait complète et où dates et précisions manqueraient souvent : « En un mot, c’étoit un vrai chaos à débrouiller30 ». L’intérêt de Sautreau semble être purement historique quand il déclare ses intentions :

  • 31 Ibid.

Notre objet a été de rendre ses sortes d’opuscules à leur destination, c’est-à-dire, de les faire servir à l’instruction et à l’amusement des lecteurs, à l’éclaircissement des faits historiques, à la connoissance de l’esprit et des mœurs de chaque époque31.

43Si les commentaires dans les manuscrits de chansons historiques étaient encore tout a fait concentrés sur l’événement et les allusions directes dans les chanson, ici, le texte de la chanson n’est qu’un point de départ pour une réflexion plus étendu s’éloignant rapidement de l’allusion concrète. Le siècle de Louis XIV devient le lieu de naissance du despotisme que la révolution a aboli. Quand vers la fin de son avertissement l’éditeur annonce un autre ouvrage sur la chanson du règne de Louis XV, il y voit encore d’avantage une leçon révolutionnaire à tirer :

  • 32 Ibid, p. XX.

Tous les matériaux sont déjà rassemblés et mis en ordre : ils sont d’autant plus intéressans, que les évènemens se rapprochent de nous davantage, et qu’on y voit très-clairement le germe de la mémorable révolution qui de la France doit vraisemblablement se communiquer aux autres contrées de l’Europe32.

  • 33 Voir Mason Laura, Singing the french revolution: Popular songs and Revolutionary Politics 1787-179 (...)

44Le vaudeville demeure cependant un objet de méfiance car la chanson d’actualité à but satirique est presque exclusivement utilisé par le côté royaliste pour des buts politiques pendant que les révolutionnaires en prennent distance et s’identifient plutôt aux hymnes et aux chansons sévères33.

Conclusion

  • 34 L’étude détaillée des chansons de la Régence (Grasland 1990, op. cit.) suggère l’existence précoce (...)

45Au total, sans chercher à brancher le débat sur la valeur documentaire des chansons historiques, force est de reconnaître que la compilation de ces chansons au début du XVIIIe siècle et les pratiques sociales associées à la collection de chansons constituent un problème historique et historiographique particulièrement intéressant. L’intérêt pour la chanson politique du passé révèle en effet de la part des élites parisiennes du début du XVIIIe siècle l’émergence d’une forme particulière de rapport au temps et de conscience historique dont l’archaïsme, mesuré à l’aune des canons contemporains, ne doit pas masquer le caractère singulier à l’époque où elle se met en place34. De même, les réutilisations qui sont faites de ces chansons au moment de la Révolution Française et l’attraction/répulsion quelles ont suscité dans les rangs des historiens et des érudits des XIXe et XXe siècles mériteraient le développement de recherches plus poussées.

46Pour notre part, nous espérons avoir contribué par ce travail à une réévaluation de l’intérêt de la source que constituent les chansonniers historiques pour la connaissance de la société française sous l’Ancien Régime. Connaissant désormais mieux la nature de celle-ci et ses limites, on peut envisager des études plus systématique du corpus, soit en se focalisant sur les chansons relevant d’une thématique particulière (les chansons jansénistes, les « revues de cour » érotiques, les « noëls politiques », etc.), soit en centrant la recherche sur l’étude des chansons composées sur un même timbre, voie qui semble particulièrement prometteuse compte tenu des phénomènes de mémoire et de réutilisation qui sont inhérentes à la pratique du vaudeville (cf communication de A. Keilhauer dans le même volume).

Notes

1 Voir le Mémoire préfaçant l’Anthologie françoise ou chansons choisies depuis le 13e siècle jusqu’à présent. Paris, 1765 ou Querlon indique à la page 46 : « Une Histoire du dernier Règne exacte & suivie, toute en chansons, ne seroit ni un ouvrage impossible, ni peut-être un projet méprisable. Depuis la naissance de nos Princes, que quelques muses chansonnières ont toujours soin de célébrer, peu de circonstances de leur vie, connues du public, passent sans quelque couplet qui fasse une époque ; & ces Couplets sont les médailles de cette classe de Curieux qui forment des Collections ou des porte-feuilles. ».

2 « Une collection très complète de tous les vaudevilles de la Cour et de Paris, depuis plus de cinquante ans, où l’on trouverait beaucoup d’anecdotes qu’on aurait inutilement cherchées ailleurs ; voilà des mémoires pour l’Histoire de France dont on ne s’aviserait guère chez toute autre nation ». Rousseau J.-J., Confessions.

3 « Tout finit donc par des chansons, comme dit le proverbe de la comédie ; et les événements les plus tragiques finissent encore par là, tant le caractère de la nation la porte à tout mettre en vaudeville. J’ai lu en vers burlesques les guerres de la Fronde, et même l’Histoire de France. Quand le Français ne rit pas, il faut toujours qu’il chante ; quand il ne chantera plus, ce sera une époque effrayante ». Mercier S., Tableau de Paris, 1781.

4 Voir la Préface du Chansonnier historique du XVIIIe siècle. Recueil de Chansons, vaudevilles, sonnets épigrammes, épitaphes et autres vers satyriques et historiques. (Éd.) Emile Raunié. Paris (Quantin) 1879.

5 Barbier P., Vernillat F., Histoire de France par les chansons, Paris, 1956-1961, 8 vol.

6 Breton G., La chanson satirique de Charlemagne à Charles de Gaulle, Paris, Perrin, 1967.

7 « Dans ces écrits, nul souci de vérité : c’est d’après ces amas d’immondices politiques, à travers les « Mémoires » de la Régence que l’on jugera les mœurs de l’époque. On ne peut analyser la « vie quotidienne » sans être avertis : les documents sont infestés à la source. », Meyer J., La vie quotidienne en France au temps de la Régence, Hachette, Paris, 1979, p. 83-84.

8 « Ces recueils satiriques, chansons, nouvelles anonymes, rumeurs de la rue et de la place publique, que la méchanceté invente ou grossit et que l’oisiveté colporte. Tout ce menu butin des sottisiers du temps, ce résidu fade et cynique des médisances et des perfidies de la vie sociale, ne présentent à l’observateur, quoiqu’on en ait dit, aucun point d’appui assez ferme pour y établir une exacte appréciation des mœurs et de l’esprit d’un siècle ». D’aubertin C., L’esprit public au XVIIIe siècle, 1889.

9 Elias N., La société de Cour, 1985, p. 236.

10 Foucault M., L’archéologie du savoir, NRF-Gallimard, Chap. I, 1969, p. 31-43.

11 Grasland C., 1990, Chansons et vie politique à Paris sous la Régence, RHMC, XXXVII, 537-570.

12 Le titre des manuscrits s’avère souvent trompeur. Des recueils déclarés comme « Chansonniers » peuvent n’inclure qu’une minorité de chansons, tandis que des recueils dits de « Pièces » peuvent être composés d’une majorité de chansons. Ceci complique la recherche des sources car les index ou les tables des recueils de manuscrits se fondent souvent plus sur le titre que sur le contenu.

13 La démonstration précise est détaillée dans la version complète de l’article qui paraîtra dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine.

14 Extrait de la préface du Chansonnier de Castries (BN MsFr 12666, p. 1).

15 BM 2165 (1736).

16 Archives de la Bastille, 11117, 1730. Cité par Grasland C., 1990, op. cit.

17 Pomian K., Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : XVIe-XVIIIe s., Paris, Gallimard, 1987.

18 Vlardot J., « Livres rares et pratiques bibliophiles », Histoire de l’édition française, Le livre triomphant 1660-1830, Paris, Fayard, t. II, 1990 (1984), p. 583-614.

19 Bourdieu P., La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1992.

20 Vlardot J., op. cit., p. 594 sqq.

21 Boulard E., Article « Chanson », Dictionnaire des lettres françaises, dir. Cardinal Georges Grente, Paris, Fayard, 1960, XVIIIe siècle, vol. 1, p. 289-309.

22 Ibid, p. 291.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Voir l’étude récente sur l’histoire des lazzis, un manuscrit de pièces jouées dans un cercle autour de Melle Quinault et où, notamment, le comte de Maurepas a parfois activement participé aux mises en scènes : Histoire et recueil des Lazzis, édition critique par Curtis J. et Trott D., Studies on Voltaire in the 18 th century, no 338, 1996.

26 Voir Pomian K., op. cit., et aussi Schnapper A., Le Géant, la Licorne et la Tulipe. Collections et collectionneurs dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988. Son étude souligne la diversité croissante des objets rassemblés dans les cabinets de curiosité de l’époque.

27 Voir par exemple le Recueil de romances historiques, tendres et burlesques, Tant anciennes que Modernes, par M. D. L.** [de Lusse] 1767 ; Gstrein, Rainer, Die vokale Romanze in der Zeit von 1750-1850, Innsbruck, 1989.

28 Voir la préface du Recueil de romances : « Quant au premier genre de ces chansons [les romances historiques], il ne plaira peut-être pas également à tout le monde : les sentiments profonds & les passions portées au comble de l’héroïsme, sont ordinairement trop au-dessus du commun des lecteurs pour qu’ils en soient fortement affectés [...]. » vol. 1, p. III.

29 Nouveau siècle de Louis XIV, ou poésies-anecdotes du règne et de la cour de ce prince ; avec des notes historiques et des éclaircissements. Paris, 1793, p. V.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Ibid, p. XX.

33 Voir Mason Laura, Singing the french revolution: Popular songs and Revolutionary Politics 1787-1799, Princeton, 1990, p. 119 sqq.

34 L’étude détaillée des chansons de la Régence (Grasland 1990, op. cit.) suggère l’existence précoce d’une opinion publique dont les chansons seraient à la fois un reflet et un facteur constitutif majeur.

Notes de fin

1 Version abrégée d’un article à paraître dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Production annuelle du chansionnier de Maurepas, 1640-1745 (en pages/an).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 2 – Nombre moyen annuel de références à Louis XIV dans la table des matières du chansonnier de Maurepas (1640-1745).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 3 – Nombre moyen annuel de références aux Jésuites dans la table des matières du chansonnier de Maurepas (1640-1745).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 4 Fluctuations de la production annuelle de chansons politiques dans neuf recueils (1640-1745).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Tableau 1 – Définition du corpus des dix-huit chansonniers étudiés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 5 – Découpage chronologique des volumes de dix-huit recueils de chansons politiques à Paris (XVII e -XVIII e siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search