Version classiqueVersion mobile

Le chant, acteur de l'histoire

 | 
Jean Quéniart

Un modèle détourné : noël et satire politique au xviiie siècle

Annette Keilhauer

Texte intégral

  • 1 Une liste du corpus dépouillé se trouve dans l’annexe 1.

1Les auteurs des satires politiques de l’Ancien Régime aiment se servir de genres sérieux pour les transformer en invectives critiques. Odes ou épîtres offrent le cadre d’une mise en scène ironique des actualités du jour et on va même jusqu’à utiliser des épitaphes pour ridiculiser des personnalités de la cour après leur décès. Dans cette perspective du détournement s’inscrit le phénomène du noël satirique qui apparaît régulièrement dans les recueils manuscrits de chansons du XVIIIe siècle. Le genre religieux est mis au service du domaine du profane sans pour autant qu’on puisse parler de blasphème. Ce phénomène de transposition peut s’expliquer par une tradition religieuse qui, dès son origine, ouvre un espace de libre expression populaire à ce genre. Dans un premier temps seront évoqués quelques éléments de l’histoire du genre noël qui relient son origine à ses utilisations tardives du XIXe et du XXe siècles. Un deuxième pas consistera à décrire un corpus de noëls de cour couvrant largement les années 1700 à 17781 dans ses aspects musicaux et poétiques autant que politiques. À travers la dimension critique des couplets se dessinera un modèle de comportement opposé aux mœurs dépravées de la société de l’Ancien Régime, modèle illustré par une sainte Famille qui est caractérisée par la simplicité et le bon sens.

Le noël cantique religieux : ouverture d’un espace de libre expression

  • 2 Nlsard Charles, Histoire des livres populaires ou de la littérature du colportage, Paris, 1864. [Ré (...)

2Dans son livre sur la littérature de colportage de son époque, Charles Nisard consacre un long chapitre aux cantiques spirituels2. Il distingue notamment deux groupes prédominants : d’un côté les vies de saints et de l’autre les noëls. Il définit les derniers comme un genre se prêtant tout particulièrement à une reprise par le peuple plutôt que par le clergé ou les enfants de chœur :

  • 3 Ibid, p. 111.

Quant au peuple, il chantait avec accompagnement de l’orgue, instrument qui était alors tout nouveau, des cantiques spirituels, des pastorales, des idylles sacrées, versifiés en langue vulgaire et ayant pour object de rappeler et de célébrer le miracle de la naissance de l’Homme Dieu. Ces cantiques furent appelés Noëls3.

  • 4 Tiersot Julien, Histoire de la Chanson Populaire en France, Paris, Plon, 1889, p. 240-238.
  • 5 Gastoué Amenée, Le Cantique populaire en France, ses sources, son histoire augmenté d’une bibliogra (...)
  • 6 Van Gennep Arnold, Manuel de folklore français contemporain, Paris, Picard, 1988, vol. 1,8, 8. Chan (...)
  • 7 Quéniart Jean, Les hommes, l’église et dieu dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1978  (...)

3Ceux qui par la suite s’occupent des cantiques spirituels comme Julien Tiersot4, Aménée Gastoué5, Arnold Van Gennep6 et Jean Quéniart7, soulignent le statut spécifique du noël par rapport aux autres types de chants religieux. Le noël s’inscrit tout d’abord dans le cadre saisonnier de la naissance du Christ. Le genre évoque en général la scène de l’adoration de l’enfant Jésus dans l’étable. Des bergers et d’autres visiteurs témoignent de leur adoration devant le nouveau-né, apportant leurs cadeaux modestes. Van Gennep évoque de multiples variantes de cette mise en scène dans la tradition populaire : des chansons de type énumératif mettent en scène un défilé de différents bergers, d’autres racontent des épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament, d’autres encore évoquent des cris d’animaux qui s’unissent à la joie universelle. Ces noëls sont généralement chantés sur un nombre restreint d’airs spécifiques comme Laissez paître vos bêtes, Or nous dites Marie ou Tous les bourgeois de Châtres.

  • 8 Nlsard C., Histoire des livres populaires, p. 137.

4Les noëls mettent en scène une approche assez concrète de la naissance de l’enfant Jésus. Cette approche les distingue nettement d’autres types de cantiques à thématique plus générale et souvent à caractère moralisant. Ce sont d’abord les pauvres bergers qui se pressent autour de la crèche et qui apportent et présentent, bien souvent dans leur dialecte, des cadeaux modestes provenant de leur production. Leurs femmes les rejoignent et s’intéressent aux problèmes concrets d’accouchement et de nutrition ; à l’occasion elles n’hésitent pas à poser des questions sur la nature de la chasteté de la Vierge. Le genre ouvre donc la possibilité de valoriser l’expérience concrète des paysans et des artisans. Nisard, qui lui aussi indique quelques variantes, a, comme il dit, « pris plaisir à la lecture de cette poésie à la fois religieuse, pastorale et bourgeoise8. » C’est évidemment la notion de « bourgeois » qui essaie de définir cet espace de libre expression caractéristique du noël.

5Jean Quéniart renforce cette observation en soulignant de son côté que les noëls témoignent d’une représentation de Dieu qui diffère nettement des dogmes officiels. Ils mettent en scène un Dieu humain, pauvre et repoussé par les riches, un Dieu qui dépend de l’aide des hommes :

  • 9 Quéniart J.. Les hommes..., op. cit., p. 115.

On devine, dans la persistante popularité du thème, à la fois le désir d’un contact plus confiant et moins craintif, plus concret et moins lointain, plus simple et moins passif avec le divin, et une assimilation à demi consciente du Christ naissant dans la crèche à la condition des humbles dont il est en quelque sorte la revanche en ce monde et l’incarnation naïve de leur espérance pour l’au-delà9.

  • 10 Gastoué A., Le cantique populaire..., op. cit., p. 109-130.
  • 11 Ibid, p. 110.
  • 12 Ibid, p. 122.

6Jean Quéniart a basé ses observations sur des recueils de noëls imprimés au XVIIe et XVIIIe siècle et colportés en très grand nombre à travers toute la France. Ce corpus de livrets à prix modique a été largement diffusé entre autres par le travail des missionnaires de l’époque. Amédée Gastoué évoque dans son livre sur l’histoire du cantique populaire en France les origines du genre qu’il date du XVe siècle10. Il souligne la distance existant entre le cantique populaire et la messe catholique et observe dès les premiers exemples du genre l’intégration fréquente d’éléments grossiers et obscènes. Les premiers noëls auraient été chantés lors de quêtes et de festins qui quelquefois auraient dégénérés en beuveries et « goinfreries11 ». Les Bibles de noëls du XVIe siècle comportaient un mélange caractéristique de chansons pieuses, de pièces latines et de chansons à caractère populaire, de chansons à boire et d’imitations de language paysan12. De tels sujets burlesques et grossiers disparaissent dans les bibles de noëls du XVIIe et du XVIIIe siècle, épurées par la censure.

  • 13 Van Gennep A., Manuel..., op. cit.
  • 14 Van Gennep A., Manuel..., op. cit., p. 3219ff.
  • 15 Ibid, p. 3223.
  • 16 Ibid p. 3259.

7Mais quand on lit les exemples recueillis par Arnold Van Gennep pour le XIXe et la première moitié de notre siècle on perçoit une continuité de cet aspect dans la tradition orale. Car on observe un même espace de libre expression rempli à souhait par des éléments régionaux ou grivois13. Chaque province de France a développé ses spécificités dans la pratique du noël. Les bergers chantent souvent en patois de leur région en y introduisant parfois des scènes de la vie villageoise. Dans quelques chansons énumératives sont passés en revue les différents cadeaux apportés par les bergers des alentours. Ils se caractérisent par leur provenance artisanale et régionale ; les bergers apportent du beurre, du lait ou des poires cuites, du boudin ou des oreilles de veau mais également des dentelles de Lyon et d’autres produits régionaux14. D’autres noëls énumèrent les villages des alentours. Van Gennep mentionne ainsi un noël de Theuet qui dessert en 42 couplets 170 paroisses, villages et lieux-dits15. D’autres enfin passent en revue les personnages importants du bourg ou du village. Parmi les différentes traditions régionales énumérées on ne retrouve pas seulement des variantes bouffonnes et grivoises mais également des aspects critiques et même politiques. Ainsi il observe que dans un noël satirique du Limousin « toutes sortes de personnages [qui] se pressent avec leurs sobriquets populaires : Napoléon, le Tigre de Corse, Louis XVIII surnommé Gounel (tablier), étant donné qu’il ne pourrait pas loger son obésité dans un pantalon16. »

8Il nous semble évident que la tradition orale de l’Ancien Régime a également connu une assimilation du genre au contexte populaire et régional. Les recueils imprimés de l’époque peuvent bien avoir fourni le modèle pour des parodies adaptées au contexte actuel. Dans la tradition orale le genre ne semble avoir perdu ni son approche directe et concrète des faits religieux ni son ardeur burlesque à la dimension critique sous-jacente.

Le noël de cour : un monde renversé au mœurs dépravées

  • 17 ibid, p. 3237.

9C’est probablement ce potentiel critique qui a fourni l’idée de la reprise du genre pour la satire politique. Dans une citation évoquée par Van Gennep, Poulaille constate sur le noël de cour : « Ce n’est plus de la littérature de bedeau mais... de la littérature de bidet17. » Ce jugement négatif pourrait bien expliquer le manque d’intérêt pour le genre jusqu’à nos jours.

  • 18 Voir Hertel Carola, « Noëls du XVIIe au XIXe siècle : Sur les traces de mélodies antérieures à 1600 (...)
  • 19 Chansonnier de Maurepas [BN Ffr 12616-12743 (1606-1759)], Ffr 12625, p. 15-19.

10Mais comment se définit plus exactement un noël de cour ? Dans les grandes collections manuscrites de chansons satiriques la notion de noël peut avoir plusieurs fonctions. Dans des tournures comme « sur l’air du noël de... » la notion spécifie un timbre connu. Quelques-unes des mélodies de noëls ont une tradition de plus de 250 ans18. C’est donc d’abord de cette célébrité que profitent les parodistes tout en appliquant les mélodies à des sujets très divers. Dans d’autres contextes la mélodie est utilisée pour des chansons traitant des affaires religieuses. Ainsi une chanson de décembre 1700 avec le titre Noëls de la Chine thématise les expériences de la Compagnie d’Ignace en Chine et utilise le timbre Les Bourgeois de Chastres19.

11Nous proposons ici l’utilisation du terme noël de cour de façon encore plus restreinte. Pour nombre de chansons les parodistes reprennent très fidèlement la tradition du noël populaire pour remplir l’espace de libre expression avec une critique hardie des membres de la cour. Un noël de cour dans le sens le plus étroit adopté ici pourrait donc comporter les éléments suivants (la chanson porte la notion de noël au singulier ou au pluriel dans son titre, suivie par une spécification de l’année, par exemple) :

    • 20 Chansonnier de Maurepas, Ffr 12629, p. 661.
    • 21 Raunié Emile, Chansonnier historique du XVIIIe siècle, Paris, Quantin, 1879, vol. 8, p. 1 ; dans l’ (...)

    noëls de 171720 » ou « noëls pour l’année 176421 » ;

  • sauf exceptions rares la chanson est chantée sur l’air Tous les Bourgeois de Châtres. Quelquefois le timbre n’est pas donné dans le manuscrit mais peut être indirectement repéré à partir de la versification du texte et du refrain prescrits par la mélodie ;

  • la chanson met en scène la visite de la sainte Famille par de multiples personnalités de la cour et des salons de l’époque, qui, tous à leur manière, rendent hommage au nouveau-né.

  • 22 Voir la mélodie dans la Clef des chansonniers dans l’annexe 2 et le schéma dans l’annexe 3.
  • 23 Van Gennep A., Manuel..., op. cit., p. 3223.
  • 24 La Clef des Chansonniers ou Recueil des Vaudevilles Depuis cent ans & plus, Notez, et recueillis po (...)

12Le timbre Tous les Bourgeois de Châtres semble être le point d’ancrage de ce type de chanson satirique. Il suggère d’abord la versification et installe une structure tripartite22. Cette tripartition propose un développement du texte en trois parties. La tentative de schéma de l’annexe 2 illustre cette tripartition qui donne trois textes différents : le texte souligné est la version originale du timbre créée par Lucien Crestot et datant du XVIe siècle, comme la cite Van Gennep23. Ce texte original établit nettement la situation du noël typique en évoquant dès le début un contexte régional précis. L’incipit a donné le nom au timbre fameux réutilisé jusqu’au XIXe siècle. Le deuxième texte vient de la Clef des chansonniers24 de Ballard, manuel de référence de 1717, et met en scène la cuisson du café, fort à la mode à l’époque. Le troisième texte enfin donne l’exemple de la première strophe d’un noël de cour typique. La tentative de description par la catégorie « Discours » essaie de repérer les fonctions discursives des différentes parties textuelles qui donnent un cadre rhétorique au texte. La structure de la mélodie est parallèle à une stratégie textuelle comparable à celle de la blague. À la suite d’une introduction qui établit la situation une suite est développée, qui prépare une chute. Le couplet finit par un tour surprenant et un renversement de la situation. Une telle stratégie discursive se retrouve souvent dans les noëls de cour ; elle utilise de façon assez subtile la structure préétablie par le timbre avec ses répétitions et sa chute finale.

  • 25 Grasland Claude, Timbres, Chansons, Politique, à Paris sous l’Ancien Régime, Travail de maîtrise so (...)

13De telle façon les couplets peuvent « fonctionner » relativement indépendamment les uns des autres. Après l’établissement du cadre de la situation dans un premier couplet, les couplets suivants évoquent successivement un grand nombre de membres de la cour et du gouvernement tout en consacrant régulièrement une strophe entière à un personnage. Une telle critique personnalisée est tout à fait représentative de la chanson satirique de l’époque. Les noëls de cour suivent en général une structure énumérative et peuvent rassembler jusqu’à plus de 100 couplets par chanson. Nous avons recensé au cours de notre dépouillements 20 noëls avec pas moins de 489 couplets. Claude Grasland range par conséquent le timbre parmi les mélodies à couplets multiples non sans mettre en garde contre une éventuelle production collective de l’ensemble des couplets.25 Emile Raunié de son côté souligne dans l’introduction générale de son vaste recueil de chansons historiques du XVIIIe siècle qu’il a effectué des changements dans les textes. À l’occasion d’un noël de l’année 1764 il évoque les problèmes spécifiques rencontrés dans l’approche de ce genre. À l’hétérogénéité des couplets dans les manuscrits il a répondu en les réorganisant complètement :

  • 26 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 20, Ann. 1.

Les noëls ci-dessus sont formés, comme la plupart de ceux que nous avons déjà publiés, de séries de couplets composés isolément. Nous avons pu les reconstituer à peu près intégralement, sans élaguer les répétitions, et les classer dans l’ordre le plus naturel à l’aide des divers textes fournis par les recueils manuscrits26.

14Le défilé de la cour devant la crêche est guidé par la famille royale – au temps de la régence par le régent et sa famille. Suivent les différents membres de la cour sans que les couplets semblent obéir à une logique hiérarchique. Ainsi des hauts fonctionnaires comme le chancelier, des ministres et des gardes ou des ambassadeurs apparaissent autant que leurs femmes et des maîtresses fameuses et – plutôt rarement – des écclésiastiques.

15Le parodiste prend en général pour cible de la satire un trait dominant par couplet et thématise souvent des aspects la vie privée des personnages. Points d’ancrage sont fréquemment les affaires de mœurs. L’adultère est bien sûr un des thèmes favoris, comme en témoigne un noël de l’année 1708 :

  • 27 Noël, 1708, Chansonnier de Maurepas, Ffr 12626, p. 211.

Comtesse de Tonnerre/Vous y vintes aussi
Faire vôtre priere/Pour votre cher Cely ; [Il s’agit de son amant, A.K.]
Seigneur de nos amours/Prenez en main la cause,
Et que ce grand garçon don don,
Chez moy quand voudra, la la,
Couche sans qu’on en cause27.

16Et le parodiste cruel continue dans la strophe suivante :

  • 28 Ibid, p. 211-212.

L’œil languissant et pasle/Auprès d’Elle a genoux,
Sa modeste rivalle/Parla de son Epoux.
Je scay bien que pour moy/Son mépris est extrême.
Qu’il n’a point de raison, don don,/Qu’il mange ce qu’il a, la la,
Et cependant je l’aime28.

17On n’évoque pas seulement les problèmes de couple. Ce sont également les enfants qui donnent des soucis et pères et mères en détresse viennent demander de l’aide :

La mère Guemencé/Y vint soudain en pleurs,
À toute l’Assemblée :/Elle dit ses malheurs ;
À régir mes Enfans/Vainement je m’aplique ;
Ma fille Montbazon, don don,
Avec vingt Margajas la la,/Vit en femme publique.

  • 29 Ibid, p. 213.
  • 30 Chansonnier de Maurepas, Ffr 12629, p. 164.
  • 31 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 3.
  • 32 Ibid.

18Dans le couplet suivant arrive la fille qui se montre si décolletée que l’enfant croit reconnaître la nourrice29. La critique ne s’arrête pas devant d’autres débauches. C’est ainsi que dans un noël de 1717 Canillac, le visiteur apparemment pédophile, ne s’intéresse qu’aux anges et s’écrie : « Où sont ces beaux garçons don don,/ Je ne les vois point là, la la/Viste qu’on les montre30. » Il n’est pas toujours facile de comprendre les allusions subtiles aux défauts des personnages évoqués. Ainsi dans un noël de l’année 1764 un couplet sur Beaufremont se présente à première vue plutôt inoffensif. Le courtisan est loué comme très charitable « Pressant un page de Melchior,/Qui refusait cent louis d’or/De cet aimable prince31. » Ce n’est que l’explication en bas de page rajoutée par Raunié qui dans ce cas-là éclaire la dimension critique du couplet : « Il lui était arrivé une aventure avec un page qui avait fait du bruit. Il fut éloigné de la cour pour avoir voulu violer un Suisse dans les appartements de Versailles32. »

19Même des traits de caractère et des défauts physionomiques peuvent donner l’occasion à des couplets mordants comme lors de la description d’une aristocrate dans un noël de 1708 :

  • 33 Noël 1708, Chansonnier de Maurepas, Ffr 12626, S. 209-210.

La Gorge et le visage/Peinte de rouge et de blanc
Comme une belle image,/Et fiere de son rang,
La de Gesvres y parût/Pour honorer la feste ;
Mais le petit mignon, don don./Dès qu’il la regarda, la la
Crût que c’estoit la beste33.

20Le déséquilibre dans la vie de couple offre un autre sujet constant aux parodistes.

  • 34 Noël 1717, Chansonnier de Maurepas, Ffr 12629, S. 172.

21Une noblesse douteuse peut également faire l’objet d’une critique et même le manque de culture, comme dans le cas d’un orateur, dont il se révèle qu’il ne sait pas lire34.

  • 35 Ibid, S. 164.

22D’autres couplets développent des thèmes plus politiques. Ils critiquent des décisions gouvernementales prises par de hauts fonctionnaires, des réformes ayant échoué et des batailles perdues. L’ambassadeur de France en Angleterre en 1717 nommé Bois semble avoir été connu pour ses conseils maladroits, car il propose aux trois rois : « Faisons viste un Traité (, dit-il,) avec ces Princes ; offrons des millions, don don,/S’ils ne suffisent pas, la la,/lâchons quelques Provinces35. »

23L’échec de la réforme de Law est thématisé dans maints couplets ; un couplet du noël de 1717 commence avec les vers suivants :

  • 36 Ibid, S. 168.

Les Princes sont en peine/Que donner à l’enfant ;
N’ayant pour toute Estreine/Que la Mirthe et l’Encens.
N’osant lui procurer/des Billets en usage ;/Car le bœuf et l’Asnon, don don
Des tous ces Billets là, la la ;/N’auroient point de fourage36.

24Mais c’est lorsque s’associent des traits personnels, des aspects de la vie privée et des affaires politiques dans une critique satirique, que celle-ci s’avère être la plus acerbe. Et l’abus du pouvoir à des fins personnelles provoque tout particulièrement les parodistes.

  • 37 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 6.
  • 38 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 266.
  • 39 Il semble probable qu’on a pratiqué une mise en scène théâtral de ces noëls dans le cadre des diver (...)

25Régulièrement est mise en question la compétence de ministres qui n’ont obtenu leur poste que par faveur. Le colonel des grenadiers à cheval n’est pas seulement critiqué pour son esprit de discipline prussienne, mais donne également une impression désagréable par sa mauvaise haleine37. Et le Ministre de la marine Bourgeois de Boyes est nettement discrédité dans un noël de 1772 : « (Et) sans avoir vu de vaisseau,/Il saura bien mettre à vau-l’eau/Toute notre marine38. » Cette critique hardie de la cour et du gouvernement est renforcée par le fait qu’elle se présente souvent sous forme d’un dialogue. Régulièrement il s’installe une discussion entre la sainte Famille et les personnages de la cour. Ce sont surtout Joseph et l’enfant Jésus lui-même qui prennent la parole pour commenter les mœurs et le comportement inconvenant des aristocrates devant la crêche. En général les visiteurs ne se rendent pas compte de l’importance de l’événement de la naissance du Christ39. Au lieu d’admirer l’enfant ils se lamentent sur leurs propres besoins, ils apportent des cadeaux ridicules ou ils essaient même d’imposer leur soi-disant pouvoir à la sainte Famille. Aucun des visiteurs n’a manifestement compris l’importance de l’événement. Les aristocrates ne sont pas capables de sortir de leur petit monde rempli d’intrigues, de mésalliances, de corruption et de dépravation. Ainsi ils deviennent une gêne pour la sainte Famille, ils font du bruit, sont impolis et imposent leurs petites querelles, ridicules et mesquines comparées au grand miracle de la naissance du Christ.

26C’est ainsi que les réactions de la sainte Famille donnent naissance à une sorte d’image antithétique de la cour royale, image qui rassemble les caractéristiques de la simplicité, du bon sens, de l’amour serein, de l’humilité, du respect envers le prochain et de l’intégrité morale. Les animaux de la crêche eux-mêmes sont inclus dans cette propagation du bon sens populaire. Il semble exclu dès le départ que les membres de la cour puissent atteindre cet idéal. Au contraire : dans un noël de 1708 le comble de la dépravation est le déguisement volontaire d’une aristocrate qui fait semblant de s’identifier à la vie rustique :

  • 40 Noël 1708, Chansonnier de Maurepas, Ffr 12626, p. 214.

Fagotée en bourgeoise,/La Choiseuil s’y rendit
Pour une Villageoise,/Le bon Joseph l’a prit
La Dame en fit paroistre/Une amer tristesse.
Aprenez vieux barbon don don,/Que vous êtes un fat, la la,
Et que je suis Duchesse40.

27Le costume n’est ici qu’un élément de mode aristocratique et démasque une fois de plus l’arrogance et l’amour propre de sa propriétaire. Si nous avons observé pour la tradition populaire du genre un rapprochement entre croyants et sainte Famille qui renverse presque le rapport de soutien, le noël de cour retourne donc encore cette perspective. Par leur comportement les aristocrates s’éloignent de la sainte Famille et cette dernière refuse l’aide et le soutien offerts.

Pratique et dynamique du genre : De la cour à la ville

  • 41 Cité par Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 262.

28Face à ce fléau de couplets qui apparaît régulièrement une fois par an dans les manuscrits se pose la question de la pratique chansonnière. Pour la tradition populaire du noël Van Gennep décrit une pratique qui s’inscrit dans le contexte de la veillée et cela non seulement lors de la fête elle-même mais durant toute l’année. Le noël fait autant que le conte de fée partie des distractions habituelles des veillées de campagnes. Pour la production des noëls de cour les Mémoires secrets de Bachaumont donnent une indication précieuse : « On fait assez volontiers, à la fin de l’année, des noëls sur la cour, qui roulent sur les anecdotes galantes41 [...] ».

29Cette observation suggère plutôt une production saisonnière des noëls de cour. En ce qui concerne la pratique, il est pourtant peu vraisemblable que dans une société ou dans un salon étaient chantés plus de cinquante couplets l’un après l’autre. Il semble être plus probable qu’un collectionneur ait rassemblé tous les couplets d’une année sur un même timbre sous un même titre « noëls pour l’année X ». La confusion dans l’ordre des couplets qu’observe Raunié pourrait soutenir cette hypothèse.

30Cette hétérogénéité pose également la question de l’auteur ou des auteurs des chansons. Bien sûr ils ne signent pas leur production satirique qui a pu coûter cher à l’époque. Le couplet final d’un noël de l’année 1708 témoigne de la conscience de l’auteur concernant le risque qu’il court en écrivant une telle chanson :

  • 42 Noël 1708, Chansonnier de Maurepas Ffr 12626, p. 218-219.

D’honnestes gens peut-être/En lisant ma Chanson,
Cherchent à me connôitre,/Et demandent mon nom ;
Mais pour le décliner,/Je suis ma foy trop sage :
Si le fâcheux d’Argenson don don/Alloit scavoir cela, la la,
Il me mettroit en cage42.

  • 43 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 9, p. 178 sqq.

31Vers la fin de l’Ancien Régime on observe un élargissement des sujets : la cour et les hauts fonctionnaires du gouvernement ne sont plus la cible unique des noëls. De nouveaux débats provoquent une diversification des attaques satiriques. Ainsi un noël de non moins de 34 strophes de l’année 1778 passe en revue les membres de la Société royale de médecine43. Les encyclopédistes eux-mêmes ne sont pas exclus des invectives. Raunié cite un noël de l’année 1770 qui situe la scène dès le début à Paris et passe en revue les grands esprits des Lumières. Dans celui-ci Bouffon essaie de percer le mystère de la nature de la naissance du Christ et Diderot affirme que la France ne croit plus à des superstitions telles la naissance d’un Dieu :

  • 44 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 193.

La France à ce miracle/Bientôt ne croira plus,
Disant d’un ton d’oracle/Monsieur Dortidius : [Il s’agit de Diderot, A.K.]
La révolution/Est due à mon génie ;
J’ai pour moi la raison/Et son nec plus ultra
Notre Encyclopédie44.

  • 45 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 198.

32En 15 couplets la chanson passe en revue nombre d’écrivains de l’époque parmi lesquels chacun témoigne de son admiration à sa façon ; ils ne manquent pas non plus d’arrogance et d’amour propre. Et ce sont de nouveau les réactions de la sainte Famille qui donnent le jugement final sur les auteurs – jugement dans ce cas plutôt esthétique que politique ou moral. La dernière strophe provoque même une réaction physique assez immédiate de toute la joyeuse société ; quand les deux poètes Saurin et Blin arrivent, « Aussitôt tout bâilla, La, la,/Tout dormit dans l’étable45. »

33Dans ce court aperçu qui demande d’être approfondi par des recherches à venir, nous avons constaté une relation étroite entre traditions populaires et utilisations mondaines et littéraires de modèles connus. La tradition des cantiques spirituels et des noëls était probablement bien connue dans les maisons aristocratiques notamment à travers la transmission orale par les domestiques et les précepteurs. Le genre du noël de cour réalise une sorte de recyclage d’éléments de cette tradition qui s’offrent à une approche critique. Un espace de libre expression déjà présent dans la tradition orale donne la possibilité de modifier le modèle par des aspects plus politiques et satiriques que régionaux ou locaux. Le produit d’un recyclage peut facilement changer d’aspect extérieur et de fonction. S’il garde en grande partie l’élément de base – dans notre cas la mélodie et la structure discursive – il peut en faire un bien – culturel dans ce cas – tout différent. La transformation engendre une satire mordante qui utilise des éléments populaires stylisés pour critiquer la société dépravée de son époque. Parallèlement et en réponse à cette critique elle crée un modèle de comportement dressant un catalogue de vertus foncièrement bourgeoises.

Annexes

Annexe 1

Sources : Chansonnier de Maurepas [BNF 12616-12743 (1606-1759)].
Recueil de pièces et de pamphlets en vers pour servir à l’Histoire de France [BHVP Ms 557],
Raunié Émile, Chansonnier historique du XVIIIe Siècle, Paris, Quantin, 1879.

Annexe 2. Analyse du timbre Tous les Bourgeois de Châtres

1. Les Bourgeois de Châtres par Lucien Crestet (XVIe siècle), cité par Van Gennep A., Manuel du folklore français contemporain. Paris, 1988, vol. 1,8, S. 3225.
2. La clef des chansonniers ou Recueil des Vaudevilles depuis cent ans et plus, notez et recueillis pour la première fois, par J.-B. Christophe Ballard, Paris, 1717, vol. 2, p. 46f.
3. « Noëls pour l’année 1764 », dans Raunié E., Chansonnier historique du XVIIe siècle, Paris, 1879, vol. 8, p. 1.

Annexe 3 Ballard, Tous les Bourgeois de Châtres, vol II, 1777, p. 46-47.

Notes

1 Une liste du corpus dépouillé se trouve dans l’annexe 1.

2 Nlsard Charles, Histoire des livres populaires ou de la littérature du colportage, Paris, 1864. [Réimpr. Mayenne, 1968], vol. 2, p. 108-331.

3 Ibid, p. 111.

4 Tiersot Julien, Histoire de la Chanson Populaire en France, Paris, Plon, 1889, p. 240-238.

5 Gastoué Amenée, Le Cantique populaire en France, ses sources, son histoire augmenté d’une bibliographie générale des ancien Cantiques et Noëls, Lyon, Janin, 1924.

6 Van Gennep Arnold, Manuel de folklore français contemporain, Paris, Picard, 1988, vol. 1,8, 8. Chansons cérémonielles, p. 3205-3268.

7 Quéniart Jean, Les hommes, l’église et dieu dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1978 ; « Les représentations de Dieu dans les cantiques des XVIIe et XVIIIe siècles », Daphnis, no 8, 3/4, 1979, p. 51-67 ; « Un enjeu de la pastorale religieuse », Dix-huitième siècle, no 18, 1986, p. 65-73 ;

8 Nlsard C., Histoire des livres populaires, p. 137.

9 Quéniart J.. Les hommes..., op. cit., p. 115.

10 Gastoué A., Le cantique populaire..., op. cit., p. 109-130.

11 Ibid, p. 110.

12 Ibid, p. 122.

13 Van Gennep A., Manuel..., op. cit.

14 Van Gennep A., Manuel..., op. cit., p. 3219ff.

15 Ibid, p. 3223.

16 Ibid p. 3259.

17 ibid, p. 3237.

18 Voir Hertel Carola, « Noëls du XVIIe au XIXe siècle : Sur les traces de mélodies antérieures à 1600 », Das Vaudeville. Funktionen eines multimedialen Phänomens, éd. par Herbert Schneider. Frankfurt/Main (Georg Olms Verlag) 1996, p. 13-44.

19 Chansonnier de Maurepas [BN Ffr 12616-12743 (1606-1759)], Ffr 12625, p. 15-19.

20 Chansonnier de Maurepas, Ffr 12629, p. 661.

21 Raunié Emile, Chansonnier historique du XVIIIe siècle, Paris, Quantin, 1879, vol. 8, p. 1 ; dans l’anthologie de Raunié il faut pourtant tenir compte du fait qu’il affirme avoir changer le titre de maintes chansons.

22 Voir la mélodie dans la Clef des chansonniers dans l’annexe 2 et le schéma dans l’annexe 3.

23 Van Gennep A., Manuel..., op. cit., p. 3223.

24 La Clef des Chansonniers ou Recueil des Vaudevilles Depuis cent ans & plus, Notez, et recueillis pour la première fois. Par J.-B. Christophe Ballard, seul imprimeur du Roy pour la Musique, & Noteur de la Chapelle de sa Majesté. Au Mont-Parnasse, à Paris, rue Saint Jean de Beauvais, 1717, Vol 2, p. 46 sq.

25 Grasland Claude, Timbres, Chansons, Politique, à Paris sous l’Ancien Régime, Travail de maîtrise sous la direction de Daniel Roche [typoscript 1984/85 Université Paris I], p. 51 sq.

26 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 20, Ann. 1.

27 Noël, 1708, Chansonnier de Maurepas, Ffr 12626, p. 211.

28 Ibid, p. 211-212.

29 Ibid, p. 213.

30 Chansonnier de Maurepas, Ffr 12629, p. 164.

31 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 3.

32 Ibid.

33 Noël 1708, Chansonnier de Maurepas, Ffr 12626, S. 209-210.

34 Noël 1717, Chansonnier de Maurepas, Ffr 12629, S. 172.

35 Ibid, S. 164.

36 Ibid, S. 168.

37 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 6.

38 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 266.

39 Il semble probable qu’on a pratiqué une mise en scène théâtral de ces noëls dans le cadre des divertissements de la cour et des salons, mais nous n’en avons pas trouvé de trace jusqu’ici.

40 Noël 1708, Chansonnier de Maurepas, Ffr 12626, p. 214.

41 Cité par Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 262.

42 Noël 1708, Chansonnier de Maurepas Ffr 12626, p. 218-219.

43 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 9, p. 178 sqq.

44 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 193.

45 Raunié E., Chansonnier historique, vol. 8, p. 198.

Table des illustrations

Légende Sources : Chansonnier de Maurepas [BNF 12616-12743 (1606-1759)].Recueil de pièces et de pamphlets en vers pour servir à l’Histoire de France [BHVP Ms 557],Raunié Émile, Chansonnier historique du XVIIIe Siècle, Paris, Quantin, 1879.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 1. Les Bourgeois de Châtres par Lucien Crestet (XVIe siècle), cité par Van Gennep A., Manuel du folklore français contemporain. Paris, 1988, vol. 1,8, S. 3225.2. La clef des chansonniers ou Recueil des Vaudevilles depuis cent ans et plus, notez et recueillis pour la première fois, par J.-B. Christophe Ballard, Paris, 1717, vol. 2, p. 46f.3. « Noëls pour l’année 1764 », dans Raunié E., Chansonnier historique du XVIIe siècle, Paris, 1879, vol. 8, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48023/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48023/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 307k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search