Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Conclusions

Texte intégral

1Un demi-siècle a suffi aux Espagnols pour poser les jalons d'un vaste empire colonial sur le continent américain. Au cours de ces quelques années où le quasi-monopole ibérique était patent, d'autres Européens cependant firent de timides incursions outre-Atlantique, préparant ainsi l’avenir. L'effort essentiel avait pourtant été fourni pendant les cinq décennies qui suivirent la découverte des Antilles.

2Tout au long de cette période où l'exploration et la Conquista occupèrent les ressortissants de l'Ancien Monde qui s'engagèrent dans l'aventure, nous avons pu constater le rôle exceptionnel que tint l'imagination, depuis les premiers instants de la Découverte jusqu'aux moments les plus difficiles de la progression dans la selva amazonienne, les pampas argentines ou les déserts du Nouveau-Mexique. L'imaginaire apparaît constamment, soutenant les explorateurs dans leurs expéditions insensées et encourageant les acteurs d'un mouvement expansionniste sans précédent.

3Du Canada à la Patagonie, de la Californie à la Floride, de l'isthme de Panama à la Guyane, l'omniprésence de l'imaginaire est un fait incontestable qu'il importe de souligner. Les toponymes conservent encore de nos jours les traces de ces illusions qui ont marqué durablement les hommes. Le fleuve des Amazones, la ville de Manaus, la Californie, l'île Gorgona, la Sierra Parima, la mer des Caraïbes, le Río de la Plata, sont autant de témoins de l'ardente imagination des hommes du XVIe siècle. La Castille d'Or, la Sierra de la Plata, les Jardines de la Reina, les Bouches du Dragon, ont trouvé un écho chez les chroniqueurs et un public avide de merveilleux, persuadé que la Patagonie était peuplée de géants et que l'on pêchait l'or dans le Río Cenú. Mais la première et plus importante manifestation de l'imaginaire n’est-elle pas déjà dans l'appellation "Indes Occidentales" qui s'est maintenue pendant des siècles chez les peuples de la péninsule Ibérique ? N'a-t-on pas rêvé — et, ne rêve-t-on pas encore, peut-être — de retrouver la fabuleuse Cité des Césares et la Montagne d'or de l'Eldorado ? Sur toute l’étendue du Nouveau Continent, les royaumes extraordinaires et les villes exceptionnelles ont servi de phares aux malheureux explorateurs qui payèrent très cher leur ambition irrépressible d'accéder enfin à l'oasis du bonheur.

4On courait en quête d'une félicité fondée il est vrai, presque toujours, sur la réussite individuelle et la satisfaction des besoins matériels. L'or, que l'on pensait découvrir en abondance fut une préoccupation constante, quelles qu'aient été les tentatives réalisées. Ce fut l'obsession de Colomb et de tous les conquistadores qui firent d'ailleurs de l'Eldorado leur point de mire et le but prioritaire de leurs expéditions. Mais la recherche du métal précieux n'explique pas tout. Juan Ponce de León n'est-il pas parti découvrir la Fontaine de Jouvence ?

5S'il est vrai que le désir de s'enrichir sous-tend la majorité des efforts entrepris, la part du rêve, l'attrait du mystère donnent toute leur signification au verbe découvrir. Il ne saurait être question de négliger cette composante essentielle de l'irrésistible force qui poussa les Européens vers les endroits les plus inhospitaliers de l'Amérique.

***

  • 1 Cf. P. Chaunu, Conquête…, op. cit., 2e part. ch. I, par. 3, p. 136-137 :
    "Reprenons le rythme de la (...)
  • 2 Cf. P. Chaunu, L'Amérique…, op. cit., liv. 1, ch. 1, p. 11-12.

6L'immensité des territoires découverts par les Européens favorisa à son tour l'intervention de l'imaginaire. La rapidité de l'expansion territoriale fut tout à fait remarquable, puisqu'on peut estimer qu'en 1540 les Espagnols contrôlaient un domaine colonial de 2 000 000 de kilomètres carrés1. Constituant une barrière de plus de 15 000 km de long entre le 71e degré nord et le 56e degré sud, avec 30 000 km de côtes atlantiques, le continent américain offrait un espace démesuré aux colons venus de l’Ancien Monde2. Les Indes Occidentales étaient déconcertantes pour des hommes habitués à une autre échelle de dimensions. Tout y paraissait gigantesque : les hautes et interminables cordillères, les fleuves puissants, les déserts immenses, les forêts impénétrables, les llanos et les pampas qui s'étendaient jusqu’à l'horizon. On imagine sans peine les réactions de l'hidalgo castillan, du mineur allemand, du marin de Bristol ou de Saint-Malo, subitement plongés dans un monde nouveau, si différent des paysages qui leur étaient familiers. L’espace, surtout, devait leur donner le vertige. Malgré les centaines de kilomètres parcourus, l'explorateur ou le conquistador ne pouvaient prétendre connaître tous les "secrets" du pays qu'ils avaient visité. Mais cette immensité, qui déterminait souvent l'échec des expéditions, présentait aussi un avantage considérable : elle était l'excuse de l'insuccès. Le merveilleux royaume que l'on recherchait, la cité fabuleuse que l'on désirait atteindre étaient fort difficiles à trouver dans de telles conditions. L'espace protégeait le mystère et favorisait la survie des mythes qui pouvaient ainsi se déplacer à volonté et glisser entre les doigts des aventuriers les plus résolus et les mieux équipés. Le cadre naturel devenait alors complice de l'imaginaire et autorisait toutes sortes de développements qui apparaissaient au fil des années.

7Les obstacles, que l’on franchissait avec peine en courant mille dangers, donnaient à tout effort prolongé dans un milieu hostile l'aspect d'une quête quasiment héroïque. La remontée de l'Orénoque vers le Pays de Meta, l'ascension de la Cordillère pour les expéditions parties du Pérou vers le Paititi, les déserts qui séparaient la Nouvelle-Biscaye de Cíbola, les rapides du Saint-Laurent, les chutes de la rivière Saguenay, les solitudes désolées de la Patagonie, ne constituaient-ils pas autant d'épreuves initiatiques destinées à éliminer les hommes pusillanimes et à rehausser les exploits des plus persévérants ? En cela aussi la nature américaine jouait un rôle irremplaçable. Et parfois, au bout de tant de souffrances accumulées, pouvaient apparaître les richesses, ou l'espoir de s'enrichir. Tenochtitlán et Cuzco, les deux cités phares du Nouveau Monde, celles qui firent le bonheur d'une poignée d'Européens — des modèles que l'on s'efforça de retrouver ailleurs — n’avaient pu être découvertes qu'à la suite d'une pénible ascension qui leur conférait un caractère hautement symbolique. Mais combien de Sisyphes déçus n'ont-ils pas peiné vers des sommets glorieux qui n'apportaient finalement qu'amertume et déception !

8Bien d'autres éléments vernaculaires favorisaient encore le recours à l'imaginaire. La flore étrange, séduisante ou ennemie, frappait les explorateurs qui devaient la plupart du temps composer avec elle pour tenter de survivre. A l'agréable surprise que procuraient des végétaux inconnus qui permettaient de se nourrir, enrichissaient la pharmacopée et servaient à soigner les malades et les blessés, se substituaient parfois l'horreur et la répulsion qu'inspiraient les plantes vénéneuses et les arbres dangereux dont les relations de voyages et les chroniques rappellent les douloureux effets. L'étonnement des Européens transparaît dans les récits qui évoquent fréquemment des faits extraordinaires à ce sujet. La perception approximative de la réalité nouvelle fut à l'origine de certaines légendes, car l'imagination investit facilement un domaine où régnaient l'incertitude, la crainte ou l'admiration.

9En outre, la découverte d'une faune surprenante, provoqua la réapparition en Amérique d'animaux que l'on aurait pu croire réservés aux contes et aux récits mythologiques de l'Antiquité gréco-latine. Griffons, dragons, licornes, Sirènes et Tritons hantèrent dès lors les rivages et les paysages américains. En cela les Indes Occidentales pouvaient être assimilées à celles de l'Orient et à l'Afrique mystérieuse du Prêtre-Jean. L'héritage culturel médiéval demeurait important. Tout paraissait possible dans un Nouveau Monde exotique qui, pensait-on, devait héberger ces monstres qui fascinaient l'Europe entière. Géants, Pygmées, Acéphales de Guyane passionnèrent les habitants de l'Ancien Continent friands de nouveauté. La diversité des peuples que l'on découvrait excitait la curiosité et favorisait l'exagération. L'apparence des êtres que l'on rencontrait était un premier élément de comparaison soigneusement noté par les explorateurs. La haute taille des Patagons et leurs chaussures bizarres provoquèrent l'apparition de l'une des légendes les plus vivaces qu'ait connu l'Amérique. La couleur de la peau, plus ou moins foncée, des aborigènes permit de parler de l'existence de noirs ou d'albinos. Les déformations de la boîte crânienne pratiquées, dès le plus jeune âge, par certaines tribus des Antilles ou de Floride firent naître des monstres dans l'esprit des nouveaux venus. Quant à l'anthropophagie, si fréquente dans les tribus primitives, elle fut abondamment évoquée par les Européens qui s'empressèrent de proclamer bien haut que la monstruosité était chose courante outre-Atlantique. Il y avait donc, dans le Nouveau Monde, matière à créer des légendes.

***

10Les mythes et les légendes de l'époque de la Découverte et de la Conquista bénéficièrent aussi amplement de la complicité du hasard. Si Christophe Colomb, lors de son premier voyage, eût abordé sur les côtes du Maine ou de la Virginie, la perception de l'Amérique par les Européens aurait pu être fort différente. Mais le Découvreur eut le bonheur d'atteindre les îles paradisiaques de la mer des Antilles. C'était une chance extraordinaire pour le Nouveau Monde qui pouvait ainsi apparaître soit comme l'antichambre de l'Asie fabuleuse, ainsi que le pensait l'illustre Génois, soit comme une preuve de l'existence de ces Îles des Bienheureux que la mythologie antique situait précisément en direction de l'ouest.

11L'île, qui est dotée d'une puissante charge symbolique, isole ses habitants du reste du monde. Elle permet le secret, le mystère, et autorise toutes sortes de légendes.

  • 3 C. Kappler, Monstres…, op. cit., ch. 1, p. 35.

"S'il est des lieux particulièrement aimés de l'imaginaire — souligne Claude Kappler —, ce sont les îles. Une île, contrairement au continent où le merveilleux est toujours englobé dans un ensemble qui en "dilue" le charme, est un univers clos, replié sur lui-même (…) L'île est, par nature, un lieu où le merveilleux existe pour lui-même hors des lois communes et sous un régime qui lui est propre : c’est le lieu de l'arbitraire3."

  • 4 L'Utopia de Thomas More est une île, tout comme la New Atlantis de Francis Bacon ou l'Oceana de Ha (...)

12Peut-on rêver meilleur endroit pour que se développe l'idée du bonheur ? L'Atlantide était une île. Saint Brandan avait trouvé son Paradis dans l'Océan, et les sept évêques de Porto étaient partis créer leurs Sept Cités au milieu de l’Atlantique. Les utopistes d’ailleurs sauront bien exploiter cette idée en créant Utopia, Oceana ou New Atlantis4, des îles, loin du monde connu.

13Colomb avait atteint un véritable paradis où l'air était doux, la végétation luxuriante, la vie calme et agréable et les habitants aimables et prévenants. Point de soucis, point de litiges : on n'y connaissait ni le tien ni le mien. La nourriture y était abondante, le climat permettait de vivre dans le plus simple appareil et les êtres humains y coulaient des jours heureux sans se préoccuper du lendemain. C'est ainsi que Pietro Martyre d'Anghiera put évoquer l'Âge d'or retrouvé et que la publicité donnée aux circonstances de la Découverte et aux mœurs des indigènes finit par provoquer — un siècle plus tard — l'apparition du "bon sauvage". Tous les éléments étaient donc réunis, dès l'origine, pour enjoliver à l’excès l'image de l'Amérique.

14Pendant plusieurs lustres, c'est la zone intertropicale des Indes Occidentales qui attira l'attention des explorateurs. Il n'est pas indifférent de le constater. Les premiers contacts avec la réalité américaine commençaient sous les meilleurs auspices. C'est la région la plus riche — du moins le croyait-on — qui fut la première à être colonisée. Tous les espoirs étaient permis car l'or devait s'y trouver en abondance. Le produit de l’orpaillage, bien que modeste, servit pourtant à encourager les tentatives des aventuriers séduits par la légende de la pêche de l'or.

15D'autres découvertes dues au hasard permirent également l'éclosion de légendes. Les ossements d'animaux préhistoriques de la Punta de Santa Elena, sur la côte du Pacifique, furent à l'origine des informations diffusées sur les prétendus géants de cette région. Et l'on sait combien les os et les dents de "géants" circulèrent en Amérique pour aboutir parfois dans le cabinet de travail ou la collection d'un Pietro Martyre d'Anghiera ou d'un André Thevet. La méconnaissance de la réalité fut, une fois encore, à la base d'une légende.

***

16Il faut voir en outre un facteur favorable à l'intervention de l'imaginaire dans les conditions humaines particulières de l'époque de la Découverte et de la Conquista.

17La disproportion — énorme — que l'on constate entre le nombre des indigènes et celui des Européens donnait plus de relief aux exploits individuels lors des périodes d'affrontement et de lutte armée. Ainsi pouvaient naître des légendes "épiques" facilement comparables à celles des héros de l'ancien temps avec leur corollaire d'apparitions célestes et d'interventions de Santiago, le protecteur des soldats ibériques.

18L'homogénéité du groupe des conquistadores et des explorateurs est une donnée que l'on ne peut négliger. Tous ces Européens qui fréquentèrent les rivages et l'intérieur du continent appartenaient à vrai dire à une même civilisation, malgré la diversité des peuples qui étaient représentés. Hans Staden réagissait-il autrement qu’Hernán Cortés ? Nicolás Federmann pensait-il si différemment d’Amerigo Vespucci, Walter Raleigh ou Francisco Pizarro ? Tous étaient nourris des mêmes mythes et se référaient aux mêmes légendes, disposant d'un même fonds culturel, commun à toutes les nations de l’Europe Occidentale. Encore faut-il souligner que la composante ibérique fut largement prédominante au cours du premier demi-siècle qui suivit la Découverte. Et les éléments allogènes que l’on retrouve au gré des expéditions — Estebanico de Azamor en est un illustre exemple — avaient subi l'influence de la civilisation de l'Europe de l'Ouest. C'est peut-être chez les marins que l'on note le plus l'absence de différences remarquables. La mobilité qui garantit le brassage des hommes et des idées ou croyances qu'ils colportent est un important facteur d'égalisation. Tous ces hommes de la façade atlantique de l'Europe communiquaient entre eux, disposaient du même "outillage mental" connaissaient les mêmes limites et le même stade d'évolution et, de plus, ils appartenaient à une même religion.

  • 5 Cf. J. Meyer, Les Européens et les autres de Cortés à Washington, op. cit., ch. 5, p. 107 :
    "Avec l (...)

19En fait c'étaient les mêmes hommes qui se retrouvaient dans l'Atlantique ou dans les Indes Occidentales. Si l'on considère, comme le souligne Jean Meyer, que le groupe des Européens qui intervinrent dans la Conquista ne dépassa jamais le nombre de 5 000, on comprend que l'homogénéité fut l'une des caractéristiques essentielles de cette poignée d’individus originaires d'une même zone5.

20Tous ces êtres qui voyageaient constamment se rassemblaient au gré des expéditions qui étaient organisées à partir de quelques bases : Santo Domingo puis Panama, México, Coro, Santa Marta, Quito, Lima, Asunción… Ils pouvaient échanger leurs souvenirs, conter leurs expériences ou leurs espoirs. Car les périodes d'inactivité étaient particulièrement propices à la diffusion des légendes et des mythes et favorisaient l'amalgame des éléments recueillis çà et là. Ainsi surgit le mythe de l'Eldorado parmi les troupes cantonnées à Quito.

  • 6 Voir les quelques titres cités dans la bibliographie (manuscrits). ;

21Les Informaciones de méritos y servicios qui retraçaient la carrière des conquistadores sont des preuves tangibles de la mobilité extrême des Européens dans le Nouveau Monde6, mais il suffirait de citer Hernán Cortés qui passa de Santo Domingo à Cuba puis en Nouvelle-Espagne avant de s'intéresser à Las Hibueras (Honduras) et à la mer du Sud, Alvar Núñez Cabeza de Vaca que l’on trouve dans les Antilles, en Floride, au Texas, en Nouvelle-Espagne puis au Paraguay, ou Francisco César qui passe du Paraguay au Nuevo Reino de Granada !

22La diffusion des mythes ou légendes était également favorisée par la constitution de microsociétés d'hommes qui poursuivaient les mêmes buts, avaient les mêmes aspirations ou les mêmes intérêts. On ne saurait trop insister sur le rôle essentiel qu'ont pu jouer les périodes de confinement de quelques êtres humains sur un navire qui naviguait pendant de longues semaines, ou les expéditions dont la durée de plusieurs mois — voire de plusieurs années — maintenaient les hommes dans un état d'excitation permanent et facilitaient les échanges autour du feu de camp ou sur un même radeau. L'éloignement, l'isolement, le repli sur soi, la fréquentation pour un temps des mêmes compagnons aidait à l'élaboration des idées les plus folles et de projets irréalistes où l'imaginaire intervenait dans une grande proportion. Les longues pauses favorisaient la rêverie, et les contacts — souvent difficiles malgré le désir de communiquer — avec les indigènes, permettaient d'obtenir des "renseignements", ou d'avoir "confirmation" de ceux que l'on connaissait déjà.

***

23L'apparition des mythes et légendes à l'époque de la Découverte et de la Conquista est aussi largement déterminée par une conjoncture "psychologique" tout à fait favorable. L'explorateur, le conquistador, nourris des récits merveilleux que les voyageurs du Moyen Âge avaient transmis à l’Europe entière, pensaient pouvoir retrouver sur le Nouveau Continent les monstres asiatiques, les cités aux toits d'or, les royaumes fabuleux et les souverains richissimes dont il était fait mention. Les récits médiévaux marquaient encore profondément les esprits au cours d’une époque où la mentalité évoluait lentement. Le goût pour l’exotisme, pour l’étrange et le fantastique était encore à l'ordre du jour. Les monstres préoccupaient toujours les hommes de la Renaissance : Ambroise Paré aurait pu en témoigner.

  • 7 Cf. L. Febvre, Le problème…, op. cit., liv. 2, ch. 4, par. 5, p. 404-407.

24Dans un temps où personne n'avait la notion de l'impossible, comme le précise Lucien Febvre7, le naturel faisait bon ménage avec le surnaturel. Une apparition — céleste ou infernale — était tenue pour vraie et incontestable ; un événement, un fait — même le plus extraordinaire — n’était point remis en question dès lors qu'un témoin affirmait l'avoir constaté. La "description" de Cíbola proposée par Fray Marcos de Niza, n'avait-elle pas convaincu le vice-roi Antonio de Mendoza et l'élite de Mexico ? Dans ce contexte particulièrement propice, mythes et légendes germaient et se développaient avec une extrême facilité.

25Le souvenir légendaire des prouesses de la Reconquista incitait aussi les descendants des valeureux chevaliers ibériques à renouveler outre-Atlantique les exploits que l’on ne cessait de rappeler dans la Péninsule. Les hauts faits des conquistadores, par une sorte de mimétisme bien explicable, furent ainsi portés au pinacle et soigneusement mis en valeur pour l'étonnement et l'éducation des générations futures. La lutte héroïque de quelques poignées d'hommes perdus dans un milieu hostile n'avait alors rien à envier aux exploits des personnages que les romans de chevalerie — qui connaissaient alors une vogue exceptionnelle — proposaient comme modèles aux candidats à l'aventure dans les Indes Occidentales.

***

  • 8 Cf. J. R. Hale, La Europa…, op. cit., ch. 1, par. 6, p. 56.
  • 9 Lucien Gallois, Les Géographes Allemands de la Renaissance, Paris, Ernest Leroux, Editeur, 1890, B (...)
  • 10 N. Broc, La Géographie…, op. cit., ch. 1, p. 19.

26L’imaginaire eut en outre l'occasion de se manifester dans la perception de l'espace. L'homme de la Renaissance ne pouvait imaginer "graphiquement" la zone qu'il habitait. J. R. Hale souligne à ce propos que vers 1520 bien peu d'Européens avaient eu l'occasion de voir, ne serait-ce qu'une fois dans leur vie, une carte géographique8. Les légendes relatives aux contrées lointaines que le Moyen Âge avait accueillies si généreusement constituaient, comme l'explique Lucien Gallois, une "géographie populaire, qui est à la vraie géographie comme l'épopée est à l'histoire9". Et l'imprimerie qui commençait à diffuser les connaissances géographiques était, souligne Numa Broc, "une arme à double tranchant puisqu'elle a servi d'abord à répandre l'ancienne géographie10". Ainsi survécurent d'anciennes légendes que l'on n'eut aucun mal à transporter vers les rivages du Nouveau Monde. Il était impossible au lecteur de suivre les récits de voyage par la pensée. Seuls comptaient alors les détails merveilleux qui émaillaient les relations.

27Lorsque les Européens se décidèrent à investir l'espace immense du continent américain, les repères firent alors cruellement défaut et bon nombre d'expéditions partirent à l'aventure sans trop savoir quelle direction exacte elles prenaient. Les Allemands du Venezuela ou les explorateurs du Paraguay connurent des déceptions que l'imprécision des connaissances géographiques explique parfaitement.

28La difficulté de percevoir correctement les distances et de situer avec quelque exactitude une région par rapport à une autre joua bien entendu en faveur de l'existence des pays merveilleux que les aventuriers recherchaient avec tant d'ardeur. L’"outillage mental" des hommes de la Renaissance n'était donc pas suffisamment perfectionné pour freiner l'élan de l'imagination qui pouvait de ce fait se donner libre cours.

***

29A la base de tous les mythes et légendes "géographiques" que l'on vit éclore sur le continent américain se trouvent des "renseignements" fournis par les autochtones. Les indigènes disposaient bien entendu de multiples données, fruits de l'imaginaire, produits de l'inconscient collectif, que l'on retrouve dans la mythologie des divers peuples américains. Et certains de ces éléments réapparaissent dans les informations engrangées par les Européens. Les ossements de "géants" de la Punta de Santa Elena étaient, au départ, une interprétation indienne ; les sept cavernes d'où seraient sorties les sept tribus originelles de la tradition aztèque auraient annoncé les Sept Cités de Cíbola. Les croyances des aborigènes eurent une influence certaine sur la résurgence des mythes et l'élaboration des légendes du temps de la Conquista. La vénération que tous les peuples de la Cordillère avaient pour les lacs sacrés, celle des Indiens des Grandes Antilles pour l'Eau de Jouvence de Bimini, ont été largement prises en compte par les nouveaux venus qui partirent en quête du Dorado, de la Fontaine de Jouvence ou du Río Jordán.

30Les éléments "américains" vinrent interférer avec les données européennes dès que cela fut possible. Car un obstacle de taille gênait ce processus d'assimilation : on avait beaucoup de mal à communiquer avec précision. Cependant le mouvement prit de l'ampleur au fur et à mesure que les Européens découvraient de nouveaux peuples et parvenaient à les "comprendre".

31Dans un premier temps c'étaient les caciques, les anciens de la tribu, les indigènes qui voyageaient loin de leur lieu d'origine, qui étaient patiemment questionnés par les explorateurs. Mais que pouvait-on tirer des "informateurs", même les mieux disposés envers les envahisseurs ? De vagues indications. Une direction. Un nombre approximatif : peu, beaucoup ? La représentation de l'abondance à l'aide d'un tas de cailloux ? L'assurance de l'existence d'or, d'argent, de cuivre ou de cannelle après l'examen d'un échantillon que transportait soigneusement le capitaine ? Mais parlait-on du même métal, des mêmes épices ? Lorsqu'il était possible de s'appuyer sur un objet, une représentation concrète, la difficulté était moindre, mais s’il fallait évoquer la Cité des Césares ou le Pays des Omaguas ?

32L'imprécision des "renseignements" obtenus favorisait évidemment l'intervention de l'imagination qui suppléait les carences de l'information. Mais les Européens ne réalisaient-ils pas — inconsciemment — un tri favorable à leurs propres conceptions ? En fait, ne soutiraient-ils pas aux indigènes les explications qu'ils en attendaient ? Ne cherchaient-ils pas simplement à leur entendre déclarer ce qu'ils souhaitaient qu'on leur déclarât ? Les Pygmées dont les Indiens du Canada entretinrent Jacques Cartier existaient-ils vraiment ? La transformation des "données" était inévitable.

33Encore faut-il ajouter que certaines tribus, particulièrement méfiantes, mentaient délibérément aux nouveaux venus pour les engager à s’éloigner de leur territoire. La ruse fut maintes fois utilisée pour écarter les conquistadores qui partaient bien convaincus d'avoir obtenu de précieux renseignements. Du temps de la colonie, les candides indigènes rencontrés par Christophe Colomb étaient devenus — aux dires des chroniqueurs — des êtres sales, vicieux, repoussants et menteurs par habitude. Le mépris du colon pour l'indigène réputé inférieur à lui s'exprimait ainsi dans ces accusations que l'on trouve très fréquemment. López de Gomara, accumulant les griefs contre les Indiens, signale qu'ils sont :

  • 11 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 290.

"(…) traîtres, cruels et vindicatifs et ne pardonnent jamais. Ce sont les plus grands ennemis de la religion, des êtres fainéants, voleurs, menteurs, dont le jugement est vil et déficient (…)11"

34Ce n'est là, d'ailleurs qu'un échantillon de leurs défauts. Álvar Núñez Cabeza de Vaca, évoque aussi dans ses Naufragios, ces

  • 12 Á. Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios, op. cit., ch. 28, p. 539.

"(…) mensonges encore plus grands que ceux-ci, comme ils savent fort bien les forger quand ils pensent que cela leur convient (…)12"

35Et l'on pourrait multiplier les exemples !

36Au fur et à mesure que les années s'écoulaient, alors que les Européens et les indigènes vivaient dans une même société, les "renseignements" gagnèrent en précision. Les serviteurs indiens livraient leurs secrets avec plus de détails, car la langue ne constituait plus vraiment un obstacle. Nuño Beltrán de Guzmán aurait ainsi appris l'existence des Sept Cités de Cíbola et Juan Ponce de León serait parti vers la Floride sur la foi d'informations glanées parmi les indigènes des Grandes Antilles.

***

37Les autochtones étaient évidemment les mieux placés pour fournir les informations nécessaires. Leurs "témoignages" déclenchaient un processus, amorçaient un mouvement de développement alimenté par l'imaginaire. Ce n’était d’ailleurs, dans le cas des mythes, qu'une résurgence d'anciennes croyances qui faisaient partie du patrimoine des peuples de l’Europe Occidentale. Les explorateurs trouvaient alors l’occasion de faire coïncider avec la réalité nouvelle, les rêves qui hantaient leurs esprits enfiévrés, car les indigènes confirmaient simplement ce dont ils étaient préalablement persuadés. Ils croyaient à l'existence des Amazones et les Indiens leur donnaient l'occasion de les retrouver à Matinino ou Cihuatlán ; ils croyaient aux vertus de l'eau de Jouvence et les habitants des Antilles leur montraient le chemin qui y menait ; ils croyaient à la cité opulente où "tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes" et on leur indiquait la direction à prendre. A vrai dire ils s'autosuggestionnaient, se persuadaient de la réalité de leurs rêves en s'appuyant sur les déclarations des autochtones qui favorisaient — consciemment ou inconsciemment — leurs inclinations et satisfaisaient leurs désirs.

38Les renseignements obtenus étaient d'autant mieux prisés qu'ils procédaient parfois de témoins oculaires. Nous devons d’ailleurs constater qu'à l'origine de toutes les constructions mythiques du Nouveau Monde se trouve un individu qui a eu la chance et le bonheur de voir le pays, le royaume, la cité que l'on recherche. Les témoins privilégiés qui prétendent avoir eu accès à ces lieux d'exception et qui ont réussi à vaincre les difficultés et partager les secrets que l'on veut découvrir, ne sont pas toujours des autochtones : certains Européens déclarent avoir franchi les obstacles qui préservent le mystère.

  • 13 Voir supra, ch. 11, par. 2. L'information est transmise par P. Martyre d'Anghiera, De Orbe Novo, o (...)
  • 14 Voir supra, ch. 24, par. 3.
  • 15 Voir supra, ch. 25, par. 2.
  • 16 Voir supra, ch. 3, par. 4.
  • 17 Voir supra, ch. 30, par. 2.
  • 18 Voir supra, ch. 31, par. 6.

39A Hispaniola, un serviteur indigène nommé Antoine, prétendait que son père était rentré ragaillardi d'un séjour dans l'île de Bimini13 ; au Canada, le chef indien Donnacona assurait avoir visité le merveilleux Royaume du Saguenay14 ; dans le Pays de Norembègue, l'Anglais David Ingram avait passé quelque temps à Bega la fabuleuse capitale aux palais d'or et de cristal15. En tous lieux, pendant tout le temps de la Découverte et de l'exploration du continent américain, les témoins oculaires jouèrent un rôle capital. En 1444, des marins génois auraient abordé sur les côtes de l’île des Sept-Cités16 ; en 1542, Francisco de Orellana et ses compagnons auraient combattu les Amazones du Río Marañón17 ; en 1531 ( ?), Juan Gonzalez (ou Juan Martinez) pourrait avoir séjourné à Manoa18. Que de projets, que d’expéditions organisées sur la foi de témoignages que tout rendait convaincants ! Peut-on trouver de meilleur exemple que l’activité déployée par Francisco Vázquez de Coronado et le vice-roi de la Nouvelle-Espagne Don Antonio de Mendoza à la suite des affirmations du "témoin oculaire" Fray Marcos de Niza ? C’est bien là un trait caractéristique de la mentalité des hommes de cette époque ! Il suffisait que quelqu'un assurât avoir vu pour qu'on le crût sur parole ! L'imaginaire n'avait aucune peine à s’imposer dans de telles conditions.

40La transmission orale des données, favorisée par la grande mobilité des explorateurs et les regroupements temporaires que nous avons signalés, les récits enjolivés, amplifiés, déformés, ornés de mille détails chaque fois plus séduisants, accentuaient le caractère merveilleux des aventures extraordinaires prétendument vécues par quelques individus particulièrement imaginatifs. Mais ne nous y trompons pas : l'homme du XVIe siècle n'aurait su tracer la frontière entre le domaine du réel et celui de l'imagination. L'imaginaire, le surnaturel, surgissaient alors à chaque pas.

  • 19 L. Febvre, Le problème…, op. cit., 2e part., liv. 2, ch. 4, par. 6, p. 408.

"Dans la trame de toute vie — déclare Lucien Febvre à propos du XVIe siècle —, nature et surnature s'entrelacent perpétuellement, sans que nul ne s'étonne, ne se sente mal à l’aise. Exactement comme, dans les cosmographies de ce temps, l'incohérent côtoie le plausible, le vrai se noue au fantastique, la faune absurde des Bestiaires pousse paisiblement ses rejetons au milieu de "vraies" bêtes peintes au naturel (…)19"

41La résurgence d'un mythe impliquait nécessairement une adaptation au décor nouveau et aux circonstances particulières qui déterminaient sa réapparition. L'apport indigène fut l'une des raisons principales des modifications que l’on remarque. Les Amazones américaines ne pouvaient être en tout point semblables à celles de l'Antiquité ! La conjoncture pèse également de tout son poids sur cette évolution. Les naufragés du détroit de Magellan déclenchent un processus qui mènera à la merveilleuse cité interdite aux autres Européens et la migration vers l'est de ressortissants de l'Empire des Incas est à l'origine de l'existence de Manoa, du Gran Paititi et des Césares indiens.

***

42Le pays, le royaume, la cité fabuleuse se déplacent aussi en fonction de la progression des explorateurs européens. Le mythe doit préserver le mystère qui le protège, sous peine de disparition (même temporaire).

43C'est au-delà des horizons que se situent toujours les pays mythiques ou légendaires. Bimini se trouve du côté de la Floride encore mal connue ou inconnue des Européens lorsque Juan Ponce de León décide d'entreprendre son voyage de découverte. Cíbola est séparée de la Nouvelle-Galice par une région désertique, encore inexplorée en 1539. Le Dorado est perdu dans la forêt amazonienne ; les Césares se sont réfugiés dans l'immensité des pampas ; le Paititi se trouve dans une région d'accès difficile, tant pour les colons du Pérou que pour ceux du Paraguay. Il faut vaincre les obstacles naturels, s'armer de courage, partir au loin pour avoir quelque chance d'aboutir. Le voyage est forcément long et périlleux car on ne sait ce que l'on peut trouver sur son chemin dans des contrées que personne n'a encore visitées.

  • 20 Voir supra, ch. 10, par. 4.
  • 21 Voir supra, ch. 24, par. 3.
  • 22 Voir supra, ch. 26, par. 2.
  • 23 Voir supra, ch. 31, par. 3.

44Au fur et à mesure que l’on s'avance vers l'inconnu, le pays de rêve s'éloigne d'autant. Il se trouve constamment séparé des frontières des zones colonisées par une sorte de rapport d'homothétie et se maintient toujours au-delà des territoires que l'on connaît. Cette situation pour le moins absurde ne provoque pas cependant le découragement qui, en toute logique, devrait en résulter. L'espoir subsiste toujours car il s'agit d'une recherche passionnée et l'on a toujours l'impression de pouvoir atteindre le but. Nuño de Guzmán déclare être parvenu à proximité des Amazones de Cihuatlán dans une lettre adressée à Charles Quint le 15 janvier 153120. Pendant l'hiver de l'année 1535 Jacques Cartier apprend qu’à une "lune de chemyn", en suivant le cours de la "ripvière du Saguenay", se trouve le fameux royaume dont on lui parle tant21. Les compagnons de Juan Díaz de Solís, partis à la recherche de la Sierra de la Plata et du Rey Blanco, écrivent à Melchior Ramírez et Henrique Montes qu'ils ont parlé avec des Indiens qui habitent le voisinage des montagnes et qui portent des couronnes d'argent sur la tête : la Sierra de la Plata ne devrait donc pas tarder à apparaître22. Philippe de Hutten assure que près d'une chaîne de montagnes que l'on aperçoit, par temps clair, du lieu où il se trouve, existent de grandes et riches agglomérations qu'il croit être le Dorado23.

45Le pays merveilleux semble donc toujours à portée de la main. Tout échec n’est que provisoire ; la prochaine expédition, profitant de l’expérience acquise au prix de douloureux efforts, doit inévitablement atteindre le but. C'est bien là une autre condition nécessaire à la survie du mythe : l'espoir doit immédiatement se substituer à la déception. Le rêve ne peut céder le pas au découragement. Il importe que la ville fantastique, le royaume d'exception servent toujours de point de mire aux explorateurs qui cherchent à les approcher. L'éloignement ne peut donc apparaître tel qu'il puisse constituer une barrière infranchissable.

46C'est là que le rôle des témoins oculaires prend toute sa valeur et toute son importance, car ils prouvent à ceux qui n'ont pas eu la chance ou l'opportunité d'accéder au lieu tant espéré, que le voyage — aller et retour — est bien réalisable et peut combler celui qui saura faire preuve de suffisamment d'audace, de persévérance et d'obstination.

***

47On constate une évolution au fil des années. Le mythe sait s'adapter aux circonstances. Profitant de l'avantage considérable que représentait l'immensité de l'espace géographique, le mythe pouvait se déplacer en précédant toujours les explorateurs. La découverte de Cíbola remplit d'amertume et de déception Francisco Vázquez de Coronado, mais celui-ci poursuivit cependant son effort, pensant trouver plus loin ce qu'il désirait. Le royaume — et la cité — de Quivira remplacèrent bien vite la décevante Cíbola. A vrai dire, Quivira n'était que le prolongement de Cíbola, une sorte d'écho tardif où apparaissent les modifications qui s'imposaient. Il n'était plus possible d'évoquer les Sept Cités originelles car les villages du pays zuñi opposaient un démenti formel aux hypothèses de départ. Il ne restait donc plus qu'à envisager l'existence d'un riche royaume sur lequel régnait un souverain mystérieux : le Roi Tatarrax. Quivira, elle-même, semblait s'éloigner chaque fois un peu plus et certaines cartes géographiques tardives la situent presque aux confins de l'Alaska.

48Le Dorado, que l'on pensait d'abord découvrir dans la région de Bogota, puis sur les contreforts orientaux de la cordillère des Andes, finit par se réfugier en Guyane, l'une des contrées les plus mal connues de l'Amérique du Sud. Par un long mouvement de translation, il traversa d'ouest en est tout le continent.

49Les Césares se déplacèrent du Tucumán vers la Patagonie. L'apport d'éléments nouveaux fut déterminant. Les naufragés du détroit de Magellan et les réfugiés de la ville d'Osorno firent évoluer ce mystérieux pays vers le sud. Il fallait bien tenir compte des nouvelles données ! Mais la situation de la cité merveilleuse fondée par ces curieux colons qui vivaient à l'écart du monde, fut pour le moins fluctuante. L'expédition du gouverneur de Buenos Aires, Hernandarias de Saavedra, le long de la côte atlantique pourrait contredire les affirmations de ceux qui croyaient que les Césares s'étaient établis au pied du volcan Osorno.

50Le mythe s'adapte constamment et intègre sans difficulté les nouveaux éléments qui apparaissent. Il suffit que Francisco de Orellana "découvre" les Amazones de la selva, pour que l’on transforme ces dangereuses viragos en protectrices acharnées d'immenses trésors qui ressemblent étrangement à ceux du Pays du Dorado. En fait, le Dorado annexe les Amazones.

  • 24 Voir supra, ch. 3, par. 4.

51On note parfois que le mythe fait appel à la magie et au surnaturel. C'est là une explication facile mais qui devait paraître convaincante aux hommes du temps passé. La Cité des Césares devait être enchantée puisqu'elle demeurait introuvable, de même que l'île des Sept-Cités qu'un évêque qui connaissait "l'art de nigromance" aurait décidé de soustraire aux recherches des navigateurs tant que le christianisme n'aurait pu s'imposer contre l'islam dans la péninsule Ibérique : c’est ce que déclaraient des marins portugais aumarchand flamand Eustache de La Fosse24.

***

52Les manifestations de l'imaginaire sont toujours le produit d'une mystérieuse alchimie dont il est parfois peu aisé de déterminer tous les ingrédients. On peut cependant noter la présence constante d'éléments originaires de l'Ancien Monde. Le Paradis terrestre, que Christophe Colomb situait en Amérique du Sud, sortait tout droit du texte biblique. Les Amazones étaient, à l'évidence, issues de la mythologie grecque. L'île des Sept-Cités, dont on retrouve l'écho en pays zuñi et peut-être même dans le Royaume du Saguenay, est essentiellement européenne. Le mythe de la Toison d'or, qui réapparaît à travers le Dorado, les Sirènes de la mer des Caraïbes, les Pygmées du Canada, appartiennent, à l’origine, à l'imaginaire des habitants du Vieux Continent. Les Européens ont évidemment réactualisé d'anciens mythes, d'antiques croyances de l'Ancien Monde.

53A cela vinrent s'ajouter des éléments autochtones qui modifièrent sensiblement les données initiales. L'étrange rite de la cérémonie d'intronisation du cacique de Guatavita, les sept cavernes de la mythologie aztèque, les étranges Orejones et les Mamaconas du pays des Incas intervinrent pour une part importante dans l'élaboration des mythes de l'époque de la Conquista. L'amalgame semble complet entre les croyances d’origine européenne et celles qui dépendent du Nouveau Continent.

  • 25 Voir supra, ch. 25, par. 2 et ch. 31, par. 10.
  • 26 Voir supra, ch. 30, par. 7.
  • 27 Voir supra, ch. 24, par. 3.
  • 28 Voir supra, ch. 33, par. 4.
  • 29 Voir supra, ch. 30, par. 7.
  • 30 Voir supra, ch. 30, par. 2.
  • 31 Voir supra, ch. 30, par. 7.

54On constate, en outre, un certain nombre d'interférences entre les diverses manifestations de l'imaginaire. La description de la Cité de Bega, dans le Norembègue, que propose le Britannique David Ingram, rappelle étrangement celle de Manoa del Dorado que l'on trouve dans le récit d'un autre Britannique, Walter Raleigh. L'or et surtout le cristal — élément peu courant et semble-t-il peu utilisé en général — apparaissent dans les deux cas et laissent supposer des préférences communes pour l'évocation de la richesse et du merveilleux25. Le Roi Tatarrax de Quivira, ne ressemble-t-il pas au roi Dorado, au Rey Blanco, au cacique Leuchen Gorma du Chili26 ? Le royaume du Gran Paititi n'est-il pas construit sur les mêmes bases que le pays des Césares indiens du Tucumán ? Les habitants du Saguenay, vêtus de drap, qui vivent sur une grande île et ne paraissent disposer que d'or et de cuivre27 n'ont-ils pas quelques points communs avec les Césares qui habitent une péninsule, portent d'étranges vêtements et semblent manquer de fer puisque leurs charrues sont faites d'argent28 ? L'on pourrait multiplier les exemples, et l'on s’apercevrait que la Reine des Amazones chiliennes Guanomilla29, rappelle curieusement la Reine Coroni dont parle Fray Gaspar de Carvajal (qui accompagnait Orellana)30 et la Souveraine des Amazones du Paraguay qu'évoque Hernando de Ribera31). C'est, en fin de compte, un agencement différent de matériaux semblables que l'on retrouve dans la plupart des cas et, comme l’indique Claude Lévi-Strauss :

  • 32 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie Structurale. Deux, Paris, Plon, 1973, ch. 5, p. 83. L'auteur y (...)

"On atteint ainsi des structures relativement simples, dont les transformations engendrent des mythes de divers types32."

  • 33 Cf., à ce sujet, M. Ferrandis Torres, El mito del oro..., op. cit.

55L'insolite précision concernant les vêtements des habitants de Manoa (au cœur de la zone tropicale !) correspond à celles qui intéressent les citoyens des Sept Cités de Cibola, du royaume du Saguenay ou du Pays des Césares. L'or et les richesses ne sont pas les seuls points communs entre les contrées merveilleuses que recherchent les explorateurs. Si le mythe de l'or apparaît, à l'évidence, comme l'un des moteurs essentiels du mouvement expansionniste européen33, il est non moins évident que d'autres préoccupations hantaient l'esprit des hommes du XVIe siècle. La complexité des constructions mythiques qui apparurent alors suffirait à le prouver.

***

56Le rapport existant entre les éléments "européens" et les éléments "américains" dans les manifestations de l'imaginaire s'est modifié au fil des ans. Cela paraît bien naturel puisque l'exploration du continent prit plusieurs décennies et que, tout au moins au début, on eut le plus grand mal à communiquer avec les indigènes. Comme la pénétration du Nouveau Monde ne put être réalisée de manière uniforme, certaines régions exercèrent inévitablement une plus grande influence que d'autres sur les nouveaux venus.

  • 34 Le terme "mezquita" ('mosquée') revient plusieurs fois sous la plume d'Hernán Cortés. Cf. Tomás Bu (...)

57Les premiers vrais contacts avec la réalité américaine eurent lieu, nous le savons, dans la zone de la mer des Caraïbes. Tout y paraissait admirable et merveilleux : la nature, le climat, les habitants… D’où les références au Paradis ou à l'Âge d'or retrouvé qui diffusèrent en Europe une image édénique des Indes Occidentales. Les Européens n'occupaient que quelques îles et ne s'étaient établis que sur la frange côtière. De l'immense édifice américain, on ne percevait alors que l'un des aspects les plus agréables, une façade trompeuse qui occultait beaucoup de secrets et restait trop mystérieuse. Le choc n'en fut pas moins rude pour les navigateurs et les premiers colons. Il fallait composer avec la réalité nouvelle, chercher à la comprendre en n'ayant comme points de référence que ceux de la civilisation d'origine, ceux d'une Europe qui n'avait pas encore acquis suffisamment d'expérience en Afrique ou en Asie. La flore, la faune, les expressions diverses de l'activité humaine passèrent ainsi inévitablement par le filtre européen et l'on vit des tigres et des lions américains et même — plus tard — des "mosquées" mexicaines34. On comprend aisément que l'on ait eu recours — souvent de manière inconsciente — à la comparaison, seul moyen efficace pour essayer d'appréhender la nouveauté. Cette solution, bien souvent, laisse transparaître la nostalgie du pays natal qui apparaît dans le choix d'un grand nombre de toponymes. Un aspect particulier du paysage, un détail remarquable, faisaient surgir les images familières, le cadre dans lequel on avait vécu. Combien de villes ou de régions européennes n'ont-elles pas leur homologue outre-mer !

58Une même translation existe dans le domaine de l'imaginaire. Christophe Colomb n'a-t-il point vu des Sirènes dans les eaux de la mer des Caraïbes ? L'Amiral ne songeait-il pas aux Amazones et aux Chalybes ? La Fontaine de Jouvence orientale ne va-t-elle pas sourdre du côté de la Floride ? Le caractère étrange du Nouveau Monde déconcertait les Européens qui adoptaient alors une attitude que l'on retrouve fréquemment chez les peuples primitifs : il fallait expliquer l'inexplicable et l'on n'avait d'autre recours que le mythe qui servait de refuge commode. Jeanne Bernis souligne à ce sujet :

  • 35 Jeanne Bernis, L'imagination, Paris, P.U.F., 1961, col. "Que sais-je ?" no 649, 2e part., ch. 3, p (...)

"Le besoin de comprendre manifesté par le mythe n'est pas exclusivement un besoin intellectuel ; il a une portée pratique : l’inconnu étant toujours une menace, le mythe représente une façon de se mettre à l'abri. (…) Le mythe, moyen de défense aussi bien qu'explication à la portée du primitif, tranquillise et réconforte35."

59Cette attitude n'est d’ailleurs pas réservée à l'époque des premiers contacts avec le Nouveau Monde. On peut la retrouver à chaque pas, tout au long de la période qui correspond à l'exploration du continent, car l’angoisse que l’on pouvait ressentir face à l'inconnu se traduisit longtemps par ce type de réaction. Les aventuriers de l'Amazonie ne se raccrochaient-ils pas — même inconsciemment — au mythe de la Toison d'or ? Les troupes de Francisco Vázquez de Coronado ne pensaient-elles pas se diriger vers les Sept Cités fondées par les évêques de la péninsule Ibérique ? Le mythe d'origine n'apparaît pas toujours de manière explicite, mais il est toujours présent. Évidemment il est d'autant plus difficile à repérer que les années passent, que l'Amérique pèse de tout son poids et que l'on s'éloigne de ses racines, de sa propre civilisation.

***

60Avec l'arrivée d'Hernán Cortés et de ses troupes sur le sol mexicain, commence une nouvelle étape de la progression des Européens dans le Nouveau Monde. Plusieurs expéditions avaient pris pied sur le continent, mais elles différaient peu de celles qui étaient parties à la découverte des Antilles. En Nouvelle-Espagne, la situation était tout autre : les explorateurs devenaient automatiquement des conquistadores. La lutte armée, planifiée, remplaçait les escarmouches et les nouveaux venus devaient affronter un État puissant qui était l'expression d'une riche civilisation. Ce fut le temps de l'épopée, des prouesses individuelles ou collectives génératrices de légendes. Les Européens se trouvaient là dans une situation plus proche de celle qu'ils auraient pu connaître dans l’Ancien Monde. Le recours aux mythes paraissait alors beaucoup moins nécessaire. Il en fut de même lors des premiers pas des conquérants du Pérou. Le soldat pouvait se sentir moins désemparé puisqu'il s’efforçait d'atteindre un but immédiat qui occupait largement son esprit. De plus, l'or et les richesses se trouvaient à proximité. Le rêve devenait alors très facilement réalité. Point n'était besoin de scruter un horizon incertain. L'audace, le courage, la vaillance suffisaient à combler les plus résolus. Le recours à l'imaginaire n'en disparut pas pour autant. Les merveilles étaient là, bien présentes, provoquant des réactions d'étonnement chez les conquistadores qui pensaient revivre les aventures des héros de romans de chevalerie. Ce fut une période de grande activité où le problème des troupes oisives ne semble pas s'être posé avec acuité. La conquête du Pérou suivit presque immédiatement celle de la Nouvelle-Espagne et des territoires adjacents. Les événements s'enchaînaient, et l'on vit même Hernán Cortés prêter modestement son concours à son émule Francisco Pizarro, et Pedro de Alvarado tenter de poursuivre son effort en Amérique du Sud. En marge de ces zones de combats, cependant, l'imagination ne perdait pas ses droits. La Castille d'or et le Río Cenú où l'on pêchait, disait-on, de grosses pépites, le Rúo de la Plata ou — un peu plus tard — la Nouvelle-France, nous offrent d'excellents exemples d'intervention de l'imaginaire.

***

61La progression des Européens sur le continent leur permit de prendre véritablement la mesure du Nouveau Monde : l'immensité de l'espace, les forçait à changer d'échelle. Les conditions géographiques étaient particulièrement favorables à l'imaginaire. Toutefois nous devons constater que l'apport le plus important de cette deuxième étape "continentale" est certainement la découverte, à peu d'années d'intervalle, de deux puissants empires où se trouvaient des villes exceptionnelles. Tenochtitlán d'abord, puis Cuzco, émerveillèrent les conquistadores qui tombèrent sous le charme de la nouveauté et surtout eurent l'occasion de contempler un tel amoncellement de richesses qu'ils ne pouvaient en croire leurs yeux. Ils avaient atteint des pays extraordinaires dont l'opulence dépassait de beaucoup tout ce qu'ils avaient pu imaginer jusqu'alors. Tenochtitlán aurait pu passer pour une merveilleuse exception si, quelque temps plus tard, Cuzco n'avait pris le relais. Alors, pourquoi ne pas envisager l'existence d'autres royaumes fabuleux et d'autres villes de légende ? On ne saurait assez insister sur le rôle que jouèrent ces deux capitales. A partir de ces découvertes, bien réelles, il était possible d'extrapoler. C'est alors que l’imaginaire intervint pleinement et que commença une période de recrudescence d'activité des mythes.

62L'oisiveté des soldats après le temps de la lutte armée, permit d'envisager d'autres explorations. Des bases avancées, dans les territoires que l'on achevait à peine de conquérir, autorisaient de lointaines explorations à l'intérieur du continent. L’entrée de Francisco Pizarro à Cuzco (15 novembre 1533) et l'arrivée en métropole (janvier 1534) de l'immense trésor conquis au Pérou, produisirent certainement beaucoup d'effet. Au cours des années qui suivirent immédiatement la découverte des richesses du Pérou, alors que les deux grands empires américains étaient désormais contrôlés par la couronne d'Espagne, apparurent presque simultanément les merveilleux royaumes et les cités fabuleuses qui incitèrent pendant des décennies, et même parfois des siècles, les Européens à partir vers les régions les plus inhospitalières. Les Allemands du Venezuela recherchèrent alors le Pays de Meta et la Casa del Sol, les Espagnols du Pérou et de l'Équateur se mirent en quête de l'Indio Dorado puis du pays de l'Indio Dorado (1535) avant le Dorado, tout simplement. C'est l'époque des expéditions vers la Canela (1537-1541) et vers Cíbola et Quivira (1540-1541). Alors (1540), les naufragés de la flotte de l'évêque de Plasencia permirent d'étoffer la légende des Césares, et Jacques Cartier rapporta de son deuxième voyage au Canada (1535-1536) la nouvelle de l'existence du Royaume du Saguenay. C'est aussi le temps des premières expéditions vers le Paititi (1538) le Pays des Moxos (1539) et celui des Omaguas (1541). C’est l'époque où l'on découvre les Amazones du Río Marañón (1542)…

63On ne saurait parler de pure coïncidence. Il est remarquable que les années 1535-1542 aient connu une intense activité et que l'imaginaire ait été mis alors très largement à contribution. Ce fut le temps d'une poussée expansionniste, déterminée en grande partie par les immenses ressources de l'imagination, qui se développa sur tout le continent américain. Les connaissances géographiques profitèrent grandement de cette période particulièrement dynamique qui vit les Européens pénétrer loin à l'intérieur des terres, poursuivant les chimères qu'ils avaient créées.

***

  • 36 Cf. Roger Caillois, Le Mythe et l'Homme, Paris, Gallimard, 1938 (2‘ éd.), col. "Les Essais" no VI, (...)
  • 37 Voir supra, ch. 29, par. 4.

64A partir de quelques bases, le mouvement d'expansion put prendre un nouvel essor. Ces points d'appui où l'on préparait les moyens logistiques nécessaires pour les expéditions projetées, servaient de centres de regroupement. Les conquistadores y échangeaient des idées, des souvenirs, et y échafaudaient des plans insensés. On y diffusait mille "nouvelles" en provenance de toutes les Indes Occidentales. C'était un terrain de choix pour l'imaginaire car les pauses permettaient de rêver et de songer aux immenses richesses que l'on ne manquerait pas de découvrir dans un avenir proche. A la faveur de ces périodes de vie en communauté le mythe pouvait surgir et se développer car l'imagination mythique a un caractère collectif indéniable36. C'est bien dans ces conditions que le mythe du Dorado semble avoir cristallisé à Quito alors que Gonzalo Pizarro organisait son expédition vers la Canela et que les troupes de Belalcázar rentraient de Bogotá37.

  • 38 México-Tenochtitlán, qui fut le point de départ de nombreuses expéditions, existait toutefois bien (...)
  • 39 Nous avons tenté d'analyser cette transformation dans une communication présentée au XXIe Congrès (...)

65De ces centres établis pour les besoins de la Conquista38 partirent plusieurs groupes d'aventuriers vers les limites des territoires explorés. Le mythe créait des forces centrifuges qui éloignaient les Européens de leurs bases et les poussaient vers la périphérie, vers des zones d'accès difficile : déserts du Nouveau-Mexique, immenses forêts du Canada, selva amazonienne, régions désolées de la Patagonie. On se dirigeait, au début, vers un territoire mal défini, vaguement situé dans une direction incertaine. C'était le pays de l'Indien Dorado ou celui des Indiens Césares, le pays de Meta, le territoire des Omaguas… Bientôt apparurent les cités qui servirent de phares aux explorateurs : les Sept Cités de Cíbola, Quivira, mais aussi la ville de Norembègue, Manoa del Dorado, la Cité enchantée des Césares. Alors se produisit un véritable bouleversement, une transformation radicale provoquée par l'intervention du mythe. Ces nouveaux centres créés par l'imagination devinrent des pôles générateurs de forces attractives irrésistibles. Les forces centrifuges qui éloignaient les Européens de leurs bases étaient maintenant des forces centripètes liées aux cités mystérieuses que l'on croyait bien supérieures à toutes les agglomérations découvertes jusqu'alors39. C'était bien là une conséquence de la conquête de Cuzco et Tenochtitlán : l'imagination se refusait à envisager que les cités nouvellement créées, que l'on devait conquérir dans un avenir proche, fussent moins riches, moins importantes que les grandes capitales des empires que l'on avait soumis.

  • 40 Sur les rapports qui existent entre l'Amérique et l'Utopie, voir Alexandre Cioranescu, L'Avenir du (...)

66 Manoa, Quivira, la ville des Césares devaient forcément être peuplées de gens exceptionnels, vêtus, extraordinairement habiles dans l'art de travailler les métaux précieux, constituant des sociétés bien organisées, policées, vivant dans le luxe et l'abondance. Ces cités introuvables dont l'image se rapproche au fil des ans des communautés utopiques dont rêvent les "intellectuels" de l'Europe occidentale40, n'en gardent pas moins un aspect médiéval très marqué. La ville des Césares, en particulier, serait entourée de fossés, pourvue de murailles infranchissables, dotée d'un pont-levis et gardée nuit et jour. Mais, au-delà de l'enceinte, des témoins oculaires ont pu apercevoir des édifices couverts de métal précieux.

  • 41 Voir supra, ch. 31, par. 6.

67N'entre pas qui veut dans ces cités hautement protégées. Et les rares témoins de leur opulence précisent que l'on a pris soin de leur bander les yeux. C'est ainsi que Juan González (ou Juan Martínez) put se rendre — et quitter — la ville de Manoa del Dorado41.

***

68Les cités merveilleuses tendent donc à remplacer les vagues royaumes que l'on imaginait au départ. Le mythe s'"urbanise", et cette évolution mérite d'être soulignée. Ces nouveaux centres, qui fascinent les Européens toujours préoccupés de découvertes extraordinaires, recèlent aussi d'immenses trésors bien protégés non seulement par les murailles, la vigilance des habitants de la cité et la complicité des indigènes qui vivent dans le voisinage, mais aussi par les obstacles dont est semé le chemin qui mène à la cité. Il faut d'abord tenter de vaincre l'hostilité du milieu naturel. Et cette progression difficile, pénible, périlleuse, vers le lieu idéal que l'on espère atteindre, prend progressivement l'aspect d'une quête initiatique. La cité que l'on rêve d'approcher en est transfigurée.

  • 42 Mircea Eliade, Le mythe de l'éternel retour. Archétypes et répétition (…), Paris, Gallimard-N.R.F. (...)

"L'accès au "centre" — déclare Mircea Eliade — équivaut à une consécration, à une initiation ; à une existence, hier profane et illusoire, succède maintenant une nouvelle existence, réelle, durable et efficace42."

69Les explorateurs du continent américain qui se dirigeaient vers les cités merveilleuses qu'ils avaient imaginées, ne s'égaraient-ils pas eux aussi dans le labyrinthe ? Ne cherchaient-ils pas en s'engageant sur ce chemin ardu, à renouveler l'exploit de Jason ? N'allaient-ils pas cueillir les pommes d'or du Jardin des Hespérides ? N'avaient-ils pas, en fin de compte, l’intention d'atteindre leur Paradis ? C'était un Paradis qui regorgeait de métal précieux, mais le bonheur ne pouvait-il aussi dépendre de l'abondance de biens ? Tous ces hommes qui affrontèrent mille dangers en s'efforçant d'accéder à la félicité réactualisaient d'anciens mythes. Le mythe s'était adapté à la réalité nouvelle : il s'était américanisé. Et malgré la similitude qui existe entre la démarche de Christophe Colomb qui s'interroge sur l'emplacement exact du Paradis terrestre, celle de Juan Ponce de León qui recherche le bonheur de l'éternelle jeunesse et celle des explorateurs de l'Amazonie qui veulent atteindre Manoa del Dorado, une importante différence apparaît avec la quête de la cité merveilleuse : le mythe ne cherche plus à se superposer à une réalité mal perçue, il s'intègre au milieu et s'adapte au Nouveau Monde.

***

  • 43 R. Caillois, Le Mythe et l'Homme, op. cit., ch. 1, p. 20.
  • 44 Ibid., ch. 1, p. 23.

70Il faut bien avouer, en suivant le raisonnement de Roger Caillois, que si "les données historiques et sociales constituent les enveloppes essentielles des mythes"43, il ne saurait être question de s'en tenir aux seules "composantes externes". Une étude minutieuse de la "réalité psychologique profonde"44 est nécessaire et pourrait expliquer le comportement des individus.

71Nous n'avons cherché ici toutefois qu'à offrir le panorama le plus vaste possible des manifestations de l'imaginaire au cours du premier demi-siècle qui suivit la découverte de l’Amérique, car il importait de souligner que l'action des conquistadores ne pouvait se résumer à la seule passion effrénée de l'or et des richesses. L'être humain a aussi besoin de rêve et fait souvent appel aux ressources de l'imaginaire. En puisant largement dans cet immense réservoir, les explorateurs du continent américain remirent au goût du jour d’anciennes légendes, réactualisèrent d'anciens mythes qui correspondaient parfaitement à leurs aspirations du moment. Pourquoi adoptèrent-ils cette attitude ? Il serait bon de connaître les mécanismes psychologiques qui les incitèrent à se tourner vers des croyances que l'on aurait pu croire désuètes et vers le fonds culturel commun à tous les peuples de l'Europe Occidentale. La réalité nouvelle qu'ils découvraient sur le continent américain, devait-elle forcément les pousser à se réfugier dans le passé ? Quelle fut l'influence exacte de l'apport "américain" ? N'a-t-on pas abouti à un début d'assimilation, à une amorce de fusion entre les données provenant de l’Ancien et du Nouveau Monde ? La "réalité psychologique" est d'une grande complexité. L'étude de la mentalité des Européens du XVIe siècle doit forcément s'appuyer sur l'analyse de leur psychisme. Il serait bon de pousser plus loin l'investigation, d'essayer de comprendre pourquoi des mythes anciens, dont l'origine remonte à des temps immémoriaux, ont pu à nouveau s'imposer à une époque de grands bouleversements, alors que les Européens commençaient à vivre à l'échelle planétaire. Souhaitons que notre contribution puisse être de quelque utilité à ceux qui voudraient entreprendre cette réflexion.

Notes

1 Cf. P. Chaunu, Conquête…, op. cit., 2e part. ch. I, par. 3, p. 136-137 :
"Reprenons le rythme de la conquête espagnole, outre-mer, au lendemain du XIVe siècle : 4 000 km2 de 1400 à 1490, 50 000 km2 de 1493 à 1500, 250 000 km2 de 1502 à 1515. Un temps d'arrêt précède l’explosion : 2 000 000 de kilomètres carrés de 1520 à 1540. Moins de 500 000 km2 s'ajoutent, de 1540 à 1600, aux territoires déjà occupés."

2 Cf. P. Chaunu, L'Amérique…, op. cit., liv. 1, ch. 1, p. 11-12.

3 C. Kappler, Monstres…, op. cit., ch. 1, p. 35.

4 L'Utopia de Thomas More est une île, tout comme la New Atlantis de Francis Bacon ou l'Oceana de Harrington (1656). Mais la Cité du Soleil (Héliaca) de Campanella est également située à Ceylan (Taprobane). Ce ne sont que quelques exemples, car les utopistes ont abondamment utilisé les îles qui favorisaient l'isolement de leurs sociétés idéales.
Cf. Jean Servier, L'Utopie, Paris, P.U.F., 1979, col. "Que sais-je ?" no 1757, ch. 8, p. 96.

5 Cf. J. Meyer, Les Européens et les autres de Cortés à Washington, op. cit., ch. 5, p. 107 :
"Avec les renforts successifs, Cortés n'a jamais disposé d'un millier d'hommes, et Pizarro moins de la moitié. 1 500 hommes ont créé l'empire espagnol, après avoir défait deux empires indigènes. Le premier choc passé, il en faudra nettement plus ; au mieux, 5 000 soldats au total."

6 Voir les quelques titres cités dans la bibliographie (manuscrits). ;

7 Cf. L. Febvre, Le problème…, op. cit., liv. 2, ch. 4, par. 5, p. 404-407.

8 Cf. J. R. Hale, La Europa…, op. cit., ch. 1, par. 6, p. 56.

9 Lucien Gallois, Les Géographes Allemands de la Renaissance, Paris, Ernest Leroux, Editeur, 1890, Bibliothèque de la faculté des Lettres de Lyon - t. XIII, ch. 9, p. 146.

10 N. Broc, La Géographie…, op. cit., ch. 1, p. 19.

11 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 290.

12 Á. Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios, op. cit., ch. 28, p. 539.

13 Voir supra, ch. 11, par. 2. L'information est transmise par P. Martyre d'Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 7, ch. 7, p. 620-621.

14 Voir supra, ch. 24, par. 3.

15 Voir supra, ch. 25, par. 2.

16 Voir supra, ch. 3, par. 4.

17 Voir supra, ch. 30, par. 2.

18 Voir supra, ch. 31, par. 6.

19 L. Febvre, Le problème…, op. cit., 2e part., liv. 2, ch. 4, par. 6, p. 408.

20 Voir supra, ch. 10, par. 4.

21 Voir supra, ch. 24, par. 3.

22 Voir supra, ch. 26, par. 2.

23 Voir supra, ch. 31, par. 3.

24 Voir supra, ch. 3, par. 4.

25 Voir supra, ch. 25, par. 2 et ch. 31, par. 10.

26 Voir supra, ch. 30, par. 7.

27 Voir supra, ch. 24, par. 3.

28 Voir supra, ch. 33, par. 4.

29 Voir supra, ch. 30, par. 7.

30 Voir supra, ch. 30, par. 2.

31 Voir supra, ch. 30, par. 7.

32 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie Structurale. Deux, Paris, Plon, 1973, ch. 5, p. 83. L'auteur y définit ainsi sa méthode d’approche des mythes (p. 82-83) :
"(…) il convient d'appliquer une méthode très stricte qui se ramène à trois règles :
1) Un mythe ne doit jamais être interprété à un seul niveau. Il n'existe pas d'explication privilégiée, car tout mythe consiste dans une mise en rapport de plusieurs niveaux d'explication.
2) Un mythe ne doit jamais être interprété seul, mais dans son rapport avec d'autres mythes qui, pris ensemble, constituent un groupe de transformation.
3) Un groupe de mythes ne doit jamais être interprété seul, mais par référence : a) à d'autres groupes de mythes ; b) à l'ethnographie des sociétés dont ils proviennent. (…)"

33 Cf., à ce sujet, M. Ferrandis Torres, El mito del oro..., op. cit.

34 Le terme "mezquita" ('mosquée') revient plusieurs fois sous la plume d'Hernán Cortés. Cf. Tomás Buesa Oliver, Indoamericanismos léxicos en Español, Madrid, C.S.I.C., Instituto "Miguel de Cervantes", 1965, Monografías de Ciencia Moderna no 73, p. 12-13.

35 Jeanne Bernis, L'imagination, Paris, P.U.F., 1961, col. "Que sais-je ?" no 649, 2e part., ch. 3, par. 1, p. 46.

36 Cf. Roger Caillois, Le Mythe et l'Homme, Paris, Gallimard, 1938 (2‘ éd.), col. "Les Essais" no VI, ch. 1, p. 98.
"Le caractère collectif de l'imagination mythique garantit assez qu'elle soit de substance sociale, existant à la faveur de la société et en sa faveur. C'est là, certes, son être propre, sa fonction spécifique."

37 Voir supra, ch. 29, par. 4.

38 México-Tenochtitlán, qui fut le point de départ de nombreuses expéditions, existait toutefois bien avant l'arrivée des Espagnols. Mais la ville avait été détruite au cours de la lutte qui opposa Hernán Cortés et ses alliés à Cuauhtémoc.

39 Nous avons tenté d'analyser cette transformation dans une communication présentée au XXIe Congrès de la Société des Hispanistes Français (Clermont-Ferrand, 15-16-17 mars 1985), et publiée dans Centres et Périphéries, Actes du XXIe Congrès de la Société des Hispanistes Français, Clermont-Ferrand, Adosa, 1987, p. 17-42. Un séminaire a suivi cette communication ("Les mythes créateurs d'une dynamique : Centre-Périphérie dans le Nouveau Monde") Le compte rendu figure p. 129-138.

40 Sur les rapports qui existent entre l'Amérique et l'Utopie, voir Alexandre Cioranescu, L'Avenir du passé, Paris, Gallimard-N.R.F., 1972, col. "Les Essais" no CLXXI.

41 Voir supra, ch. 31, par. 6.

42 Mircea Eliade, Le mythe de l'éternel retour. Archétypes et répétition (…), Paris, Gallimard-N.R.F., 1969, col. "Idées" no 191, ch. 1, p. 30.

43 R. Caillois, Le Mythe et l'Homme, op. cit., ch. 1, p. 20.

44 Ibid., ch. 1, p. 23.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search