Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume II

Chapitre XXXII. Le Royaume du Grand Paititi

Texte intégral

1 - Les Incas de l'Eldorado

1En évoquant l'Eldorado de la Guyane dans sa relation, Walter Raleigh insistait tout particulièrement sur les rapports qui existeraient entre l'Empereur de Manoa et les anciens Incas. Cette particularité mérite d'être soulignée. C'était, pour le navigateur britannique, l'explication de l'exceptionnelle concentration d'êtres humains qu'il pensait découvrir dans une région peu accessible :

  • 1 Sir Walter Raleigh, El descubrimiento., op. cit., p. 529-530.

"A la question "comment la Guyane a-t-elle pu réunir un si grand nombre d'habitants et être embellie par tant de grandes cités, tant de villages, temples et trésors ?" je peux répondre que l'Empereur qui y règne aujourd'hui est un descendant de ces princes magnifiques du Pérou, ce pays dont les vastes territoires, les coutumes, les conquêtes, les édifices et les richesses ont été longuement décrits dans les récits détaillés de Pedro de Cieza [de León], Francisco López [de Gómara], et d'autres qui narrent de quelle manière Francisco Pizarro, Diego Almagro et d’autres conquirent l'empire du Pérou après avoir tué Atabalipa, fils de Guaynacapa, ce même Atabalipa qui, quelque temps auparavant, avait provoqué la mort de son frère aîné Guascar. L'un des fils cadets de Guaynacapa put s’enfuir du Pérou en emmenant plusieurs milliers de ces soldats de l'Empire appelés Orejones. Avec leur aide et celle de nombreux autres fidèles qui le suivirent, il conquit toute la contrée de l'Amérique située entre deux grands fleuves : celui des Amazones et le Baraquona, également appelés Orénoque et Marañón1."

2Il parle, tout au long de son récit, de l'"Inga" qui régnerait sur l'Eldorado. A partir de cette hypothèse — qu'il présente comme une quasi-certitude — on pouvait tirer des conclusions fort encourageantes. Ainsi écrit-il :

  • 2 Ibid., p. 633.

"Comme je n'ai pas vu de mes yeux les cités des Ingas je ne peux certifier ce que j’ai entendu, mais il est probable que l’empereur a fait construire et édifier en Guyane des palais aussi magnifiques que ceux que firent bâtir ses ancêtres au Pérou et qui étaient — par leur aspect original et les richesses qu'ils abritaient — des édifices merveilleux qui surpassaient tous ceux de l'Europe et, me semble-t-il, même tous ceux du monde entier, à l'exception de la Chine2."

3Il ajoute un peu plus loin :

  • 3 Ibid., p. 634.

"Si les princes du Pérou, les Ingas, possédèrent tant d'or et eurent une telle inclination pour lui, le Souverain qui vit et règne actuellement à Manoa doit, assurément, avoir les mêmes goûts, et je suis persuadé que ses terres recèlent plus d'or que le Pérou et toutes les Indes Occidentales3."

4Dans ces conditions, pourquoi la couronne d'Angleterre aurait-elle douté du bien fondé des demandes que lui adressait Walter Raleigh qui ne songeait, lorsqu'il écrivit ces lignes, qu'à repartir pour une nouvelle expédition dont le succès paraissait assuré ? Les richesses du Pérou des Incas étaient bien connues dans l'Europe entière ; c'était faire preuve d'habileté que de les mettre ainsi en avant. Même si l'on pense qu'il ne s'agit là que d'un stratagème remarquablement imaginé par Raleigh, il est cependant nécessaire de se rappeler que l'idée de l'existence d'un royaume incasique perdu dans la forêt amazonienne n'était pas nouvelle et que l'explorateur anglais ne faisait, peut-être, que rapporter en les amplifiant et en les adaptant à ses projets, des rumeurs qui étaient parvenues jusqu'à lui sur le continent américain.

5Walter Raleigh, dans la logique de sa fable, pense également pouvoir miser sur l'inimitié qui existerait entre l'Empereur de Manoa et les Espagnols. D'après lui, l'Inca de l'Eldorado devait forcément se souvenir d'un passé qui n'était pas si éloigné. Ses prédécesseurs n'avaient-ils pas été chassés de leur pays par les conquistadores ? Il suffirait donc qu'un petit groupe ("pequeño ejército") d'Anglais parvînt à le contacter et à l'informer des sentiments que les sujets de Sa Très Gracieuse Majesté nourrissaient à l’égard de l'Espagne pour obtenir son appui et s'en faire un allié et un ami. Raleigh, qui, plus tard, fut sacrifié aux exigences de la politique proespagnole menée par le successeur d'Elisabeth Ier, apparaît ici — mais c'est un souci constant chez lui — comme un ennemi acharné de l'Espagne.

6Il cherche à exalter le "patriotisme" naissant de ses concitoyens en lançant, à la fin de sa relation, une idée bizarre qu'il prétend tenir — paradoxalement — de son ancien prisonnier Antonio de Berrío :

  • 4 Ibid., p. 641.

"Je me souviens aussi que Berrío nous avoua, à moi et à d'autres (et cela sous serment, devant Dieu tout-puissant), que parmi les prophéties dont on eut connaissance au Pérou, dans les temples principaux (lorsque l'Empereur [Inca] était soumis aux Espagnols), on apprit, entre autres prédictions qui annonçaient la chute prochaine dudit empire, qu'il y en avait une qui prédisait que, grâce à l'Angleterre, les Ingas parviendraient, au bout de quelque temps, à restaurer leur souveraineté et à secouer le joug des conquistadores4."

7On peut se demander si Antonio de Berrío n'aurait pas, tout simplement, fait part à Walter Raleigh d'informations bien connues dans le monde hispanique sur l'établissement, à l'est de la cordillère des Andes, d'indiens originaires de l'Empire incasique.

2 - Le Pays de Rupa-Rupa

8On sait que l'expansion de l’Empire des Incas fut remarquable par sa rapidité. Durant les règnes de Pachacútec (1438-1471) et Túpac Yupanqui (1471-1493) — généralement considérés comme les 9e et 10e Souverains du Pérou — l'Empire s'était prodigieusement agrandi, dans toutes les directions, sauf vers l'est. Louis Baudin précise que les conditions géographiques eurent une influence déterminante :

  • 5 L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 1ère part., ch. 3, p. 63.

"Dégagé vers le sud, le nord et l'ouest, l'empire restait limité à l'est par des forces que nul n'avait jusqu'alors réussi à vaincre : celles de la forêt. Pachacoutec fit une tentative dans cette direction. Mais la selve est un adversaire plus redoutable que l’homme, et les troupes impériales, décimées par le climat et les animaux sauvages, durent revenir honteusement sur le plateau.
L'Empereur alors se mit à la tête des troupes. Il avait atteint le seuil de la forêt lorsqu'il fut rappelé au Cuzco : des prisonniers Collas s'étaient échappés, avaient regagné leur pays et avaient fomenté une révolte5."

9Quelque temps plus tard, les hommes de l'Inca Pachacútec pénétrèrent une nouvelle fois dans la selva, à l'est de l'Empire. Mais cette expédition ne revint jamais et l’Inca renonça à toute nouvelle tentative dans cette direction.

10Si l'on en croit les chroniqueurs, il y eut, en fait, des dissensions au sein de l'armée et un capitaine rebelle du nom d'Anco Ayllo ou Ancoallo aurait décidé de se soustraire à l'autorité du pouvoir central. Nous retrouvons le récit des événements dans la Segunda Parte de la Crónica del Perú de Pedro de Cieza de León, intitulée El Señorío de los Incas :

  • 6 P. de Cieza de León, El Señorío de los Incas, op. cit., ch. 50, p. 148-149.

"Les Indiens Chancas racontent que les Indiens qui partirent de leur province d'Andaguaylas avec le capitaine Ancoallo avaient réalisé des prouesses pendant ces guerres : cela déchaîna l'envie contre eux et cette envie se mêla à l'ancienne rancœur qui existait contre le capitaine Ancoallo, et qui datait de l'époque du siège de Cuzco. Ils décidèrent donc de les tuer. C'est ainsi qu'on les fit venir. Ils étaient nombreux en compagnie de leur capitaine et comprirent ce qui animait leurs adversaires. Comme ils étaient armés, ils se défendirent contre [ceux] de Cuzco, et même si certains périrent, quelques-uns parvinrent, grâce à la courageuse intervention d'Ancoallo, à s'échapper. Celui-ci se plaignait auprès de ses dieux de la scélératesse et de l'ingratitude des Orejones, et il déclara que pour ne plus les revoir ni les suivre, il choisirait de partir volontairement en exil avec les siens. Alors, faisant passer d’abord les femmes, il se mit en chemin et traversa les provinces de Chachapoyas et Guánuco, puis, prenant la route de la montagne des Andes, il franchit ces sierras et tous arrivèrent — d'après ce qu’ils racontent aussi — près d'un très grand lac qui, à mon avis, correspond à ce que l'on dit au sujet du Dorado. C'est là qu’ils s’établirent, construisirent leurs villes, et se multiplièrent considérablement. Et les Indiens disent de grandes choses de ce pays et du capitaine Ancoallo6."

11Pedro de Cieza de León précise également, dans la première partie de son œuvre (La Crónica del Perú), que l’on croit au Pérou, à l’époque où il écrit son texte (1553), que les descendants du capitaine Ancoallo peuplent toujours une région merveilleuse située, de façon très imprécise, à l'est :

  • 7 P. de Cieza de León, La crónica del Perú, op. cit., ch. 78, p. 306.

"Et l'on tient pour sûr que dans cette région, à l'intérieur des terres, se sont établis les descendants du célèbre capitaine Ancoallo, lequel, à cause de la cruauté dont firent preuve envers lui les généraux de l'Inca, s'expatria et partit avec les Chancas qui voulurent le suivre, comme je l'expliquerai dans la deuxième partie. Et la renommée publie de grandes choses sur un lac autour duquel, dit-on, se trouvent les villages de ces gens-là7."

12Cieza de León comme, vraisemblablement, devaient le faire ses contemporains, mêle les informations transmises par les indigènes sur les événements qui se produisirent du temps de Pachacutec aux rumeurs concernant l'Eldorado et son fameux lac qui circulaient alors dans les milieux coloniaux. Le mystère qui subsistait au sujet des troupes de l'Inca qui disparurent dans la selva s'ajoutait ainsi à celui du fabuleux royaume que l'on s’efforçait de retrouver, précisément dans la même direction. Il était inévitable que l’on établît une relation entre la disparition d’Anco Ayllo — suivi de ses fidèles guerriers — et l'introuvable Eldorado. D'ailleurs Anco Ayllo n'avait-il pas l'intention de s'isoler et d'éviter tout contact avec le monde des Incas ? Il y avait là une logique qui favorisait l'intervention de l'imaginaire.

***

13Pedro Sarmiento de Gamboa relate également, dans son Historia de los Incas, les circonstances du départ d'Anco Ayllo, le capitaine des Indiens Chancas. Il donne à ce sujet beaucoup de détails et précise qu'une sœur d'Anco Ayllo — épouse de Cápac Yupanqui — aurait eu vent des dispositions prises par l'Inca, jaloux des succès des Chancas. Elle aurait ainsi sauvé son frère d'une mort certaine. Et le chroniqueur précise que le fugitif se serait établi dans un pays nommé Ruparupa (Rupac-Rupac) que les Espagnols recherchèrent avec la conviction qu'il s'agissait d'une autre appellation de l'Eldorado :

  • 8 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. índ., op. cit., ch. 38, p. 243. Le P. Bernabé Cobo signale de son cô (...)

"Lors de son arrivée à Guaraotambo, tous les Chancas, se conformant à son point de vue, s'enfuirent avec leur capitaine Anco Ayllo, qui fut suivi, outre les Chancas, par d'autres peuples. En passant par la province de Guayllas, ils la saccagèrent, puis ils poursuivirent leur chemin, fuyant toujours l'Inca, et décidèrent de se mettre en quête d'un pays montueux et d'accès difficile, où toutes les recherches des Incas pour les retrouver fussent vouées à l'échec. Ils s'engagèrent donc dans les montagnes, entre Chachapoyas et Guanuco, et traversèrent la province de Ruparupa. Ces gens-là semblent bien être — d'après les informations que l'on a maintenant et que l'on obtint lors de l'expédition du capitaine Gómez Darias dans la région de Guanuco, du temps du marquis de Cañete, en l'an cinquante-six [1556] — ceux qui vivent dans la zone du Río Pacay et, toujours selon les informations obtenues, en direction du Levant, depuis cet endroit jusqu'au Río nommé Cocama, qui se jette dans le grand fleuve Marañón. Ainsi, bien que Cápac Yupangui se fût lancé à la poursuite des Chancas, il ne put les rattraper car ils s'enfuirent promptement8."

  • 9 L'Inca Garcilaso cite 2 fois ce mot dans ses Comentarios Reales de los Incas (op. cit.). Il expliq (...)

14Le mystérieux Pays de Rupa-Rupa allait alors enrichir la liste des régions merveilleuses et, bien entendu, introuvables. Il devait se trouver à l’est, dans une zone au climat torride — puisque, d'après Garcilaso de la Vega, le vocable rupa désignait la fièvre chez les Incas9 — dont l'accès était difficile. On pouvait alors aisément le confondre avec l'Eldorado dont on n'avait — et pour cause — que de vagues notions.

15Marcos Jiménez de la Espada, dans les commentaires qu'il donne à la suite de la Carta de Juan Pérez de Guevara a Gonzalo Pizarro sobre su jornada de Rupa-Rupa (datée du 2 juin 1545), fait remarquer que le nom Anco Ayllo est lui-même bien mystérieux :

  • 10 Juan Pérez de Guevara, Carta de Juan Pérez de Guevara a Gonzalo Pizarro sobre su jornada de Rupa-R (...)

"Certains disent que le nom Ancoallo ne correspondait pas à une personne mais désignait les Hancoallos ou Hancu Ayllu, de proches voisins alliés aux Chancas. D'autres assurent qu'il s'agissait d'un capitaine en chair et en os qui.
après quelques années de séjour dans la province où il s'était établi lorsque se termina sa fuite, devint le véritable Roi Dorado10."

16La tradition avait cependant conservé le souvenir d’une importante migration vers les terres chaudes de l'est. C'était un renseignement précieux pour ceux qui songeaient à découvrir l'Eldorado.

3 - Les Incas et le Paititi

17Le successeur de l'Inca Pachacütec, Túpac Yupanqui, qui dirigea l'Empire de 1471 à 1493, aurait — dit Garcilaso de la Vega — organisé une expédition vers le Pays des Musus (nom transformé en Moxos ou Mojos). L'expansion de l'Empire était encore à l'ordre du jour.

18Selon Garcilaso, de longs préparatifs eurent lieu pour approcher ce territoire par la voie fluviale. Pendant deux ans on construisit des embarcations capables de transporter 10 000 guerriers avec leur équipement. Les envoyés de l'Inca soumirent plusieurs peuples avant d'arriver au Pays des Moxos qui se trouvait à 200 lieues (1 115 km) de Cuzco. Ils n'étaient plus aussi nombreux lorsqu'ils parvinrent au terme de leur voyage. Les Moxos, semble-t-il, acceptèrent de bon gré l'amitié des Incas sans désirer pour autant devenir leurs vassaux. Il fut procédé à des échanges : des Incas s'établirent dans la région contrôlée par les Moxos et ces derniers envoyèrent des ambassadeurs à Cuzco. Plus tard, explique Garcilaso de la Vega, les descendants des colons venus de Cuzco songèrent à s'en retourner dans leur pays d’origine. Mais leur retour, gêné par l'arrivée au Pérou des conquistadores, n'eut pas lieu :

  • 11 Garcilaso de la Vega (El Inca), Primera parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., li (...)

"Les Incas disent, en particulier, que du temps de Huayna Capac les descendants des Incas qui s'étaient établis dans la région des Moxos ["Musus"], eurent l'intention de revenir à Cuzco ["Cozco"] ; ils pensaient qu'ils ne pouvaient rendre de meilleur service à l'Inca qu'en se tenant tranquilles et qu'il était donc préférable qu'ils se trouvassent dans le pays de leurs pères plutôt qu'à l'extérieur. Alors qu'ils avaient déjà décidé leur départ pour s'en venir tous à Cuzco ["Cozco"] avec leurs femmes et leurs enfants, ils apprirent que l'Inca Huayna Capac était mort, que les Espagnols s'étaient emparés du pays et furent informés de la ruine de l'empire et de la souveraineté des Incas. Ils décidèrent, en conséquence, de rester en effet où ils étaient. Les Moxos ["Musus"], comme nous l’avons signalé, ont pour eux beaucoup de vénération et suivent leurs ordres en matière de paix ou de guerre. Ils disent que dans cette zone le fleuve a déjà plus de six lieues de largeur et qu'avec leurs pirogues ils mettent deux jours pour le traverser11."

19Garcilaso précise que les Incas enjolivaient le récit de l'expédition vers le Pays des Moxos et qu'il lui fallait se contenter de rapporter leurs indications, faute de pouvoir en vérifier la teneur :

  • 12 Ibid., liv. 7, ch. 15, p. 268.

"Cependant — déclare-t-il — comme, à mon avis, certaines me semblent incroyables, compte tenu du peu de soldats qui s'y rendirent, mais aussi parce que les Espagnols ne dominent toujours pas cette partie du territoire que les Incas conquirent dans les Andes ["Antis"], ne pouvant la montrer du doigt, comme cela ce fut le cas pour toute celle que l'on a évoquée jusqu'à présent, il me sembla bon de ne point mêler de récits fabuleux, ou qui en ont l’apparence, à l'histoire véritable, car l'on ne dispose pas pour cette zone d'informations aussi fournies et précises que pour celle que les nôtres possèdent12."

20Pedro Sarmiento de Gamboa se réfère également à une mission envoyée vers l’est par Túpac Yupanqui :

  • 13 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. índ., op. cit., ch. 49, p. 254.

"Et par la route, maintenant appelée "route de Camata", il envoya un autre grand capitaine de son entourage nommé Apo Curimache, qui partit en direction du Levant et marcha jusqu'au fleuve, que l'on a connu récemment, et qui porte le nom de Paytite, où il plaça les bornes du territoire de l'Inca Túpac Yupanqui ["Inga Topa"]13."

21Le Paititi — ou Paitití — que l'on situa en direction du Levant, au-delà de la Cordillère, correspondrait donc aux territoires visités par les troupes de l'inca. L'isolement de cette région, que l'on connaissait mal, permit d'y placer ces pays fabuleux qui n'étaient en fait que des variantes de l'Eldorado. Le terme Dorado apparaît d'ailleurs dans la Relación de Antigüedades deste Reyno del Perú de Joan de Santacruz Pachacuti Yamqui. Dans cette relation, écrite au début du XVIIe siècle, sont relatés les événements concernant la même zone :

  • 14 Joan de Santacruz Pachacuti Yamqui, Relación de Antigüedades deste Reyno del Perú, dans Crónicas P (...)

"Cette province est appelée Dorado. Il y trouva un grand royaume qui porte le nom d’Escayoya. C'est un pays riche et ses habitants sont beaucoup plus belliqueux que les peuples qui vivent ici. On dit qu'ils se nourrissent de chair humaine (…)14"

***

  • 15 La copie que nous utilisons, datée du 23 mars 1636, est conservée à l’AGI sous la cote : Audiencia (...)

22La Relación écrite par le Père Diego Felipe de Alcaya (la copie est datée de 1636)15, signale que le Royaume du Paititi aurait été fondé par des Incas avant l'arrivée des conquistadores. D'après le document, l'inca Mango confia à Guacané la conquête de la région de Grigota (Güelgorigotá). Celui-ci découvrit des mines d'or à Çaypuru. Il aurait alors supplié l'inca de le faire roi de Sabaypata (Çavaypata) et d'accorder à son frère Condori la région de Çaypuru. Le territoire contrôlé par Guacané était très étendu :

  • 16 D. F. de Alcaya, Relación, op. cit., fol. 6 r°

"(…) les pilotes estiment que ce royaume a plus de mille lieues de longueur [5 573 km] et quatre cents de largeur [2 229 km]. Vu la configuration des lieux, il s'établit à l'arrière du mont appelé Paytiti où, d'après les indigènes guaranis qui sont allés par la suite rencontrer ce puissant seigneur qui vit sur ce mont, l'on trouve, par endroits, du minerai d'argent. C'est de là qu'ils tirent leur métal pour l'affiner ; ils le fondent et en tirent de l'argent pur. Et, tout comme le Cuzco qui fut la capitale de ce royaume-ci, le Paytiti — appelé Mojos — dirige maintenant ce grandiose royaume16."

23Nous retrouvons évidemment ici quelques traits caractéristiques de l'Eldorado : c'est un vaste pays isolé, riche et pourvu d'une montagne où abondent les métaux précieux — l'argent — que l'on travaille sur place. Et — comme ce fut souvent le cas — le Paititi est confondu avec le Pays des Moxos. Mais Guacané tenait à préserver le secret de son extraordinaire découverte. Lorsqu'il envoya son fils Guayna Apoc, rendre compte à Cuzco de ses succès, il prit soin de ne lui confier aucun présent de grande valeur :

  • 17 Guacané ne serait donc pas le fils de l'Inca, comme le prétend M. Serrano y Sanz (Autobiografías y (...)
  • 18 D. F. de Alcaya, Relación, op. cit., fol. 6 r°

"(…) il envoya son fils Guayna Apoc — ce qui, dans leur langue, veut dire. 'Roi-enfant' ou 'Jeune Roi' — à Cuzco pour rendre compte des conquêtes réalisées par son père pour son oncle l'Inca ["Ynga"]17. Il ne lui fit pas parvenir d'argent ni aucune autre chose qui eût un parfum de richesse afin qu'il ne le privât point de ce qui lui avait coûté tant de sueur et de souffrances. Bien au contraire, il ordonna à son messager de ne pas révéler le secret du pays riche en lui disant que s'il souhaitait être le seigneur de tout ce qu'il avait vu, il se contentât d’expliquer à l'Inca ["Ynga"] que l'on n'avait découvert que cette montagne de plomb appelée Paytiti, car titi, dans leur langue signifie 'plomb' et pay, 'celui-là'. Il fit les mêmes recommandations aux cinq cents Indiens qui étaient à son service et qu'il lui donna afin qu'ils le servissent jusqu'à Cuzco (…)18"

24Guacané envisageait donc de tromper l’Inca pour jouir d'une plus grande indépendance. Cette politique du secret pratiquée en d'autres temps expliquait donc le mystère qui régnait autour du fabuleux Royaume de Paititi qui, une nouvelle fois, paraît directement lié à l'empire des Incas.

***

25Cependant le Paititi fut souvent présenté comme une création postérieure à l'arrivée des conquistadores. On raconta que Manco-Cápac II — l'un des successeurs d'Atahualpa — fuyant les envahisseurs, aurait fait transporter son trésor dans une région difficilement accessible, à l'est de la cordillère des Andes. C'est ce qu'écrit, en particulier, Juan de Velasco dans sa Description du royaume de Quito :

  • 19 J. de Velasco, Description du royaume de Quito, op. cit., 3e partie, t. 84 (1839), p. 267. Cette œ (...)

"On prétendait que Manco-Capac II les avait emportés [les trésors] avec lui dans les plaines du Maragnon ; mais depuis la destruction de son royaume on ignorait ce qu'ils étaient devenus. L'on disait bien qu'on les avait transportés dans un endroit que les uns nommaient Païtiti et les autres Uracguaoi ou la maison blanche, mais personne ne savait où il était situé19."

26Le Docteur Pérez de Uriondo, indique également dans un Informe écrit en 1782, qu'au Pérou :

  • 20 Dr. Pérez de Uriondo, Informe y dictámen del Fiscal de Chile sobre las ciudades de los Césares, y (...)

"(…) il y a une idée qui circule : entre ce royaume [du Pérou] et le Brésil existe un vaste et puissant empire que l'on appelle le Grand Paititi ["Gran Paytití] où, dit-on, les survivants incas se retirèrent avec d'immenses richesses lorsque les Espagnols conquirent le Pérou, remplaçant ainsi, avec ce nouvel empire, celui qu'ils avaient perdu. Nombreux sont ceux qui se sont consacrés avec beaucoup de soin à la recherche et à la découverte de cet empire, et ont pour cela dépensé chaque fois plus d’argent sans en tirer d'autre profit qu'une amère désillusion20."

27Francisco Coreal signale de même, dans le récit de ses voyages publié au début du XVIIIe siècle :

  • 21 F. Coreal, Voyages…, op. cit., t. 1, 3e part., ch. 8, p. 401-402.

"Dans la suite du tems ceux qui restoient de la Famille Royale des Yncas ne pouvant plus vivre sous la servitude s'allerent, dit-on, établir dans l'interieur de l'Amérique Méridionale, où l'on assure qu’ils se sont emparez d'un Pays, où ils regnent encore avec beaucoup de magnificence, & qu’ils y ont conservé les Loix & la Religion du Perou. Le Pays qu’ils occupent est très-riche, en or & en argent21."

28Telles étaient les rumeurs qui couraient dans l'Amérique du Sud à l’époque coloniale. En conséquence, plusieurs expéditions furent projetées ou organisées pour découvrir ce deuxième Empire incasique qui promettait tant.

29Il est probable qu'il y eut, effectivement, une importante migration d'indiens du Pérou vers les territoires situés à l'est des Andes, à la suite de l'arrivée des conquistadores. Ils se seraient réfugiés au-delà des Llanos du Pays des Moxos (actuellement, province de Beni, en Bolivie), dans la Chapada dos Parecis (dans l’actuel Territoire de Rondônia, au Brésil). C’est là que Roberto Levillier situe le Pays du Paititi qui serait, du moins à l’origine, une réalité historiquement vérifiable :

  • 22 Cf. R. Levillier, El Paititi, El Dorado y las Amazonas, op. cit., ch. 3, par. 1, p. 92-93.

"(…) les Orejones cherchèrent refuge, avec leurs familles et leur suite, à l’intérieur des terres : ils le trouvèrent parmi les Mojos du Paititi, à plus de 200 lieues [1 115 km] de Vilcabamba. Sans le prévoir, quelqu'un avait préparé l'accès en ce lieu (…) Ils étaient protégés, dans leur nouvelle demeure, par la Cordillère et la selva intermédiaire, mais aussi par trois grands cours d'eau : le Guaporé et le Mamoré au sud, et le Madeira à l'ouest.
Les provinces du Paititi, situées sur les hauteurs, étaient constituées de collines pelées qui s'étiraient en longueur avec des bosquets d'arbres latifoliés sur la longue, haute et large sierra de Parecis qui s'étendait depuis les abords du Madeira par 11° de latitude et 64° de longitude, avec une inflexion vers le sud-est jusqu'aux sources du fleuve Paraguay, par 13° de latitude sud et 57° de longitude22."

30Le Sargento Mayor Bartolomé de Heredia donne, dans sa Relación de la Jornada de los Toros (copie datée de 1636), des indications sur le Paititi que certains Indiens du Paraguay auraient approché :

  • 23 Relaçión del Sargento Mayor Bartolomé / de Heredia, de la Jornada de los Toros, (copie de 1636), A (...)

"Ce que l'on dit au sujet du riche Pays des Mojos, que l'on appelle aussi Paytiti, où, assure-t-on, les Incas ["Yngas"] se sont établis et ont imposé leur domination sur de nombreuses provinces, est, à mon avis, exact car /[fol. 28 r°]/ j'en ai eu confirmation par les récits de vétérans du Paraguay, qui disaient l'avoir entendu dire aux Indiens Guarayres du Paraguay, et qui étaient partis à la découverte, vers le nord, en suivant vers l'aval un cours d'eau appelé Manatí qui prend sa source sur le versant occidental de la cordillère des Parechis qui se trouve à cet endroit. Ils disent que cette rivière a une lieue de largeur à certains endroits. Dans cette même cordillère prend sa source le Río de la Plata ["Río de la Platta"] sur les pentes situées à l'est qui se prolongent vers le sud23."

31Le Paititi était donc situé à proximité de la province des Moxos. Il s'ensuivit une certaine confusion dans l'esprit des explorateurs qui utilisèrent les deux appellations pour désigner un même but.

4 - Les Européens recherchent le Paititi

  • 24 Voir supra, ch. 20, par. 8.
  • 25 Cf. M. Frontaura Argandoña, Descubridores y exploradores de Bolivia, op. cit., 1ère part., ch. 3, (...)

32Les conquistadores ont certainement entendu parler très tôt du mystérieux Royaume du Paititi, puisque, dès 1538, Hernando Pizarro organisa une expédition qu'il confia au célèbre Pedro de Candía (ou Candia), le Grec qui savait si bien amadouer les lions24. Mais ce dernier eut moins de succès auprès des Indiens des llanos qui l'obligèrent à battre en retraite. Pedro Anzures (ou Peranzures) de Campo Redondo prit la relève et s'efforça de pénétrer dans le Pays des Moxos25. Le P. Diego Felipe de Alcaya explique à ce sujet :

  • 26 D. F. de Alcaya, Relación, op. cit., fol. 6 v°-7 r°

"Les habitants de Cuzco ayant eu connaissance de ces informations concernant ces richesses, le capitaine Perançules organisa une expédition de cent vingt hommes bien préparés, et suivit la route qu'avait prise cet Inca ["Ynga"]. Quand il fut arrivé dans la région des terres basses ["llanos" et se retrouva /[fol. 7 r°]/ sur un fleuve puissant où, lui expliqua-t-on, l'Inca s'était engagé sur des pirogues, il dit que cela ne se pouvait et que l'Inca n'avait point dépassé cet endroit. Il rentra en disant que ce souverain était resté sur les pentes de la Cordillère, parmi les Chunchos, dont les chefs mirent ses gens en déroute et les tuèrent. Et le capitaine et quelques-uns de ses hommes, rentrèrent à Cuzco, déconfits, comme des novices26."

33Cette tentative ne fut pas couronnée de succès. Le mystère du Paititi pourrait-il être éclairci un jour ? L'échec de Pedro Anzures était dû, en grande partie, aux difficultés du terrain qui apparaissaient alors comme un obstacle majeur.

  • 27 Cf. R. Levillier, El Paititi, El Dorado y las Amazonas, op. cit., ch. 3, par. 3, p. 100.

34Les expéditions européennes parties de Cuzco en direction du mystérieux royaume créé au milieu de la forêt tropicale par les Incas fugitifs, suivirent, logiquement, la route que ces derniers avaient dû emprunter. Trois cordillères devaient être franchies : celles de Vilcabamba, Vilcanota et Carabaya. On atteignait alors le Río Pilcopata, qui coulait vers l'est, puis le Río Manu et l'on parvenait enfin au Río Madré de Dios qui permettait d'accéder aux provinces du nord de la Bolivie. Le trajet était semé de difficultés. Les chaînes andines constituaient un premier obstacle impressionnant, quant à la descente sur le versant oriental, elle était fort périlleuse : les cours d’eau se révélaient particulièrement dangereux à cause de la force du courant, des méandres et des chutes qui alternaient avec des secteurs où le manque de profondeur gênait considérablement toute tentative de progression par la voie fluviale. Si l'on choisissait de suivre les berges, d'autres ennuis surgissaient. Il fallait apprendre à se libérer de ce que Roberto Levillier appelle si justement "la prison végétale"27, se frayer un chemin à grands coups de machette en supportant mille supplices, sans oublier les échauffourées qui pouvaient avoir lieu à tout instant dans une zone peuplée par des tribus sauvages. Pedro de Candía et Pedro Anzures avaient fait un mauvais choix en s'engageant dans cette zone.

35Malgré les difficultés extraordinaires que l'on rencontrait en suivant cet itinéraire, plusieurs expéditions parties de Cuzco s'obstinèrent à franchir les Andes en cet endroit. Le capitaine Gregorio Ximénez précise, dans la Relación que va tomando para el descubrimiento de los Moxos (copie datée du 23 mars 1636) :

  • 28 Capitán Gregorio Ximénez, Relación que se va tomando para el descubrimiento de los Moxos (Copie de (...)

"Alors que De la Gasca dirigeait le Pérou, il nomma, sur la foi des informations qu'il avait obtenues, le capitaine Diego Centeno comme gouverneur chargé de découvrir le pays en question. Un autre capitaine Maldonado partit également à sa recherche, /[fol. 16 r°]/ Perançules subit lui aussi un échec dans cette entreprise. Tous ceux-ci à partir de Cuzco. Depuis Cochabamba, il y eut une tentative du général Ynojossa et, récemment, de mon temps, un autre capitaine appelé Pedro de Segur partit de Chuquiano : tous échouèrent car il est très difficile de s'engager à partir du Pérou28."

  • 29 Cf. R. Levillier, El Paititi, El Dorado y las Amazonas, op. cit., ch. 3, par. 4, p. 111.

36L'expédition de Juan Álvarez Maldonado, qui eut lieu de 1567 à 1569, se termina elle aussi par un échec. Ce capitaine n'avait emmené que 14 hommes et lorsqu'il aperçut les cours d'eau qui coulaient en direction du pays peuplé par les Mojos, il rentra à Cuzco pour engager une centaine d'hommes et retourner poursuivre son exploration. Il suivit le cours du Río Madre de Dios mais commit de nombreuses erreurs : sa troupe n'était pas assez importante et il divisa ses forces imprudemment. Il confia 80 soldats au capitaine Manuel de Escobar et repartit à Cuzco engager d’autres hommes. Escobar et ses hommes périrent en affrontant des Indiens belliqueux. Álvarez Maldonado était arrivé trop tard. Il fut lui aussi malmené par des milliers d'indigènes dont il avait sous-estimé les forces. Son expédition finit lamentablement. Il songea, plus tard (en 1571), à faire une nouvelle tentative, mais l'autorisation ne lui en fut pas accordée29.

37D'après la Relación Anónima al Virey del Pirú sobre los descubrimientos hechos en la otra parte de la cordillera llamada de los Andes, Juan Álvarez Maldonado aurait cependant obtenu certains renseignements dignes d'intérêt :

  • 30 Relación Anñnima al Virey del Perú sobre los descubrimientos hechos en la otra parte de la cordill (...)

"Il a beaucoup souffert : il a connu la faim, les blessures, les difficultés du chemin, s'est retrouvé sans vêtements et ruiné par les guerres et la navigation. Il obtint des informations très sûres et très complètes sur le fleuve et le lac de Paipite, sur la province des Corocoros et sur celle des Femmes parce qu'il fut celui qui poussa le plus loin à l'intérieur de ce pays et qui approcha le plus de la source desdites informations. Il nomma toute la région qu'il découvrit Nouvelle-Andalousie et prit possession de l'ensemble des terres. On peut ajouter créance à la relation qu'il fournit car il emmena des pilotes qui firent plusieurs relevés de la latitude et déterminèrent l'orientation de la route suivie : on s'aperçoit que le Río Mano coule d'est en ouest à la latitude de treize degrés et demi. Il est parti l'année dernière, en 156930."

***

  • 31 R. Levillier, El Paititi, El Dorado y las Amazonas, op. cit., ch. 3, par. 4, p. 103.

38Juan Álvarez Maldonado cherchait a atteindre la zone ou vivaient les Mojos del Paititi, mais le pays peuplé par les Mojos était très vaste et s'étendait loin vers le sud. Il existait également des "Mojos de los llanos" suivant l'expression de Roberto Levillier31. Les Llanos de Mojos se trouvent au sud de l'actuelle province de Beni (en Bolivie) à environ 250 km au nord-est de La Paz, à peu près à la même distance (en direction du nord) de Cochabamba et à 300 km au nord-est de Santa Cruz. Ces llanos se trouvent à peu près à 500 km au sud-ouest de la Chapada dos Parecis où l'on situait le nouveau royaume des Incas fugitifs. Cependant, on n’avait pas, à l'époque, de notions aussi précises de la configuration géographique des lieux, et le Pays des Mojos n'était, pour beaucoup qu’un synonyme de Paititi.

39Le capitaine Gregorio Ximénez mentionne certaines expéditions parties de Cochabamba vers le Pays des Mojos.

  • 32 Voir supra.

40Il cite le général "Ynojossa" et "Pedro de Segur"32. Cependant plusieurs capitaines songèrent à passer par le sud pour éviter les énormes difficultés que connurent ceux qui avaient choisi la route du Río Madre de Dios.

  • 33 Francisco de Hinojosa ("Ynojosa"), Relación de lo sucedido en la entrada / de los Mojos, BNM, Ms. (...)

41Francisco de Ynojosa (Hinojosa) eut maille à partir avec les indigènes, et son expédition ne fut pas de tout repos, comme il l'explique dans une Relaçión de lo sucedido en la entrada / de los Mojos, écrite à La Plata le 17 juillet 1582, et adressée au vice-roi du Pérou Martín Enríquez33.

42Manuel Frontaura Argandoña, qui s'est efforcé d'établir la liste des explorateurs qui s'intéressèrent aux territoires de l'actuelle Bolivie, précise qu'au cours de la première période, on peut noter les noms de :

  • 34 M. Frontaura Argandoña, Descubridores y exploradores de Bolivia, op. cit., 1ère part., ch. 3, p. 4 (...)

"Juan de Nieto (Apolobamba), Antón de Gascos (Cochabamba, Mamoré), Diego Alemán (1563) fondateur et habitant de La Paz. Il part de Cochabamba pour arriver à Ayopaya et Cotacajes. Il semble qu'il mourut écorché par les Indiens34."

43Plus tard, dit-il, de nombreux autres Européens — parfois des religieux — parcoururent le pays :

  • 35 Ibid., 1ère part., ch. 3, p. 46.
    Voir à ce sujet : C. Bayle, El Dorado Fantasma, op. cit., ch. 12, (...)

"José Chávez Suárez mentionne Juan Álvarez Maldonado (1567-69), Gómez de Tordoya (1568) et les religieux Vaez de Urrea (1560-68), Cabello de Balboa (1594), Miguel de Urrea (1597), Gregorio de Bolívar (1620), Bernardino de Cárdenas (1622), le Père Rheus (1629), Tomás de Chávez (1639), Álvarez de Toledo (1661) et beaucoup d'autres, quoique plus tard.
Tristán de Tejada et Juan de Salinas furent les premiers à s'établir au Pays des Moxos, en 1551. (…)35"

  • 36 Diego Felipe de Alcaya, Relación cierta…, op. cit., fol. 6 r°

44La renommée du pays des Mojos attira beaucoup d'aventuriers en quête de richesses, car les Mojos que l'on confondait de plus en plus avec les Indiens du Paititi, vivaient, croyait-on dans l'opulence. Le curé de Mataca, Diego Felipe de Alcaya ne parle-t-il pas dans sa Relación (copie de 1636), d’un "grandiose royaume" dominé par le "Paytiti — appelé Mojos —36" ?

45En 1569, deux autres explorateurs, Cuéllar et Ortega, seraient partis de Cochabamba vers le Pays des Mojos. La Relación Anónima al Virey del Perú sobre los descubrimientos hechos en la otra parte de la cordillera llamada de los Andes explique ainsi que :

  • 37 Relación Anónima al Virey del Perú sobre los descubrimientos hechos en la otra parte de la cordill (...)

"Ladite année 1569, un certain Cuéllar et un certain Ortega, sans commission pour cela, entreprirent une expédition depuis la zone de Cochabamba et parvinrent au Río de Yuroma, aux confins du territoire des Mojos, où les membres de l'expédition se séparèrent et prirent le chemin du Pérou parce que la Audiencia de los Charcas leur enjoignit de partir37."

  • 38 L'auteur semble fort bien renseigné. Pour Marcos Jiménez de la Espada, qui a publié un extrait de (...)

46Pour l'auteur — anonyme38 — de cette Relación se termine un cycle d'expéditions, parties du Pérou ou de Bolivie, qu'il faisait commencer en 1537. Les recherches continuèrent toutefois pendant la fin du XVIe siècle et tout le siècle suivant.

47Les militaires ne furent pas les seuls à manifester leur désir d'atteindre le Pays des Mojos (ou Paititi). Une lettre adressée le 18 juillet 1595 par le Jésuite Andrés Ortiz à son supérieur, le provincial Juan Sebastián, peut être citée à titre d'exemple. Le religieux qui se trouve dans la région de Santa Cruz de la Sierra, explique que l'on s'y active beaucoup pour tenter de découvrir ce merveilleux pays :

  • 39 P. Andrés Ortiz (S. J.), [Carta al Provincial Juan Sebastían (18-VI-1595)], Annua de la Compañía d (...)

"C'est vers le mois de juillet de l'année 95 que commença l'expédition de conquête des Mojos, une grande province peuplée de gens vêtus et policés, qui possèdent et utilisent de l'argent. Cette province est connue et célèbre depuis de nombreuses années. Les fondateurs de la ville de Santa Cruz, ne furent pas animés, prioritairement, par la volonté de s'y établir, mais songèrent plutôt à faire de cette ville et des autres, une escale pour l'entreprise d'exploration qu'ils désiraient mettre sur pied39."

48Et il ajoute un peu plus loin :

  • 40 Ibid., p. 93-94.

"Nous sommes — Dieu soit loué ! — déjà en chemin, et s'il plaît à Notre-Seigneur de ne pas me faire comparaître prématurément devant lui, je pense, avec l'aide de la grâce divine, atteindre ce Paititi si célèbre et si convoité, car doit arriver pour ce pays le temps des Prédestinés et la bonne nouvelle de l’Évangile40."

49Santa Cruz de la Sierra, n'avait, en effet, été fondée que pour faciliter les regroupements et préparer les nombreuses expéditions qui devaient partir vers le Pays des Mojos. Le P. Constantino Bayle souligne également cette réalité :

  • 41 C. Bayle, El Dorado Fantasma, op. cit., ch. 12, p. 371.
    Voir à ce sujet :
    – Relación Verdadera del a (...)

"De Santa Cruz de la Sierra, fondée pour être la base de la conquête des Mojos, partirent, à l'envi, des conquistadores les uns après les autres (…)41"

***

  • 42 Voir supra, ch. 26, par. 2. Francisco Ortiz de Vergara le souligne dans une Relación adressée à Ju (...)

50La ville de Santa Cruz de la Sierra avait été fondée par Nufrio (ou Ñuflo) de Chaves, l'un des conquistadores du Paraguay que Domingo Martínez de Irala envoya comme ambassadeur au Pérou, auprès du gouverneur La Gasca42. Car les explorateurs du Río de la Plata et du Paraguay, fascinés par les rumeurs qui circulaient dans cette région à propos de la Sierra de la Plata et du Royaume du Rey Blanco, avaient remonté le Rio Pilcomayo et atteint les contreforts de la cordillère des Andes. Il se trouvaient donc à proximité de l'Empire des Incas dont la renommée avait favorisé parmi les indigènes de la zone torride, la naissance de légendes dont les Européens firent un si grand cas, en les modelant à leur goût et en les adaptant à leurs propres aspirations. Les récits des aborigènes avaient fait naître en eux l'espoir de découvrir un pays merveilleux, d'autant plus attirant que les renseignements, glanés loin du Pérou, étaient plus imprécis. C'était l'écho du prestigieux empire incasique que l'on percevait dans la province du Paraguay. Une fois que la liaison entre le bassin du Paraná et les Andes fut établie, la chimère du Paititi remplaça au Paraguay celle de la Sierra de la Plata qui devenait dès lors inutile. Un troisième axe s'établissait alors pour partir à la découverte des Mojos et du Paititi. Aux tentatives émanant de Cuzco — à travers les Andes —, de Cochabamba ou Santa Cruz de la Sierra — vers le nord —, s'ajoutaient celles qui venaient du Paraguay.

51En 1543, Álvar Núñez Cabeza de Vaca, qui était arrivé en Amérique du Sud l'année précédente avec le titre prestigieux d'Adelantado, décida d'envoyer deux missions d’exploration à partir du fleuve Paraguay. Il s'agissait de prospecter la région le plus largement possible pour obtenir un maximum d'informations et tenter de vérifier les rumeurs (qui circulaient depuis longtemps) sur des contrées d'une richesse exceptionnelle.

  • 43 H. de Ribera, Relación, op. cit. Le texte intégral et sa traduction française ont été publiés par (...)

52C'est ainsi que Francisco de Ribera fut envoyé en direction de l'ouest vers le Chaco, et Hernando de Ribera vers le nord, en amont du fleuve Paraguay. Ce dernier fit à son retour un rapport surprenant et l'on enregistra devant notaire le fruit de ses recherches dans une Relación contresignée par 4 témoins, le 3 mars 154543.

53Hernando de Ribera pensait réserver la primeur de ses déclarations à Álvar Núnez Cabeza de Vaca car les renseignements qu'il avait obtenus étaient, à son avis, beaucoup trop importants pour être livrés directement à l'ensemble des conquistadores. Cette attitude est ainsi expliquée dans le préambule de la Relación :

  • 44 H. de Ribera, Relación. op. cit., p. 597.

"Il emmena Juan de Valderas, tabellion de Sa Majesté, qui écrivit et enregistra certains faits de ladite expédition de découverte. Toutefois il ne voulut pas donner les informations sur la vérité des événements, les richesses, les villes et la variété des habitants de ce pays audit Juan de Valderas pour qu'il les enregistrât de sa main dans ladite relation. Celui-ci n'eut point une connaissance précise et directe de ces éléments qui ne lui furent pas transmis ou fournis car il avait alors l'intention d'en faire part et de les communiquer audit gouverneur afin que ce dernier organisât une expédition de conquête de ce pays, car il importait qu'il en fût ainsi pour le service de Dieu et de Sa Majesté (…)44"

  • 45 Cette zone correspond au Pantanal do Rio Negro, au Pantanal de São Lourenço, à la Lagoa Liberaba e (...)

54Hernando de Ribera visita le pays marécageux des Indios Xarayes et poursuivit au-delà. Il pensait avoir découvert un grand lac (le "lac des Xarayes") alors qu'il se trouvait dans une région fréquemment inondée par les eaux abondantes charriées par les fleuves et les fortes pluies tropicales45.

  • 46 Cf. H. de Ribera, Relación, op. cit., p. 598. Voir supra, ch. 30, par. 7 (n. 86).

55Une fois arrivé sur le territoire des Indiens "Urtueses" et "Aburuñes" (vraisemblablement des Bororo ou des Umutina), des caciques voisins de ses hôtes, dont il prit soin de vérifier les informations, l'entretinrent de certains peuples étranges. Ils évoquèrent la présence de certaines femmes très riches qui vivaient près d'un peuple d'hommes de petite taille. Ces femmes avaient un comportement étrange : c'étaient des guerrières qui avaient commerce avec leurs voisins à certaines époques de l'année et qui ne conservaient auprès d'elles que les enfants de sexe féminin qui naissaient de leurs rencontres saisonnières. On aura reconnu là une résurgence du mythe des Amazones — que l'on a évoquée précédemment — et le souvenir des Pygmées46. Les caciques lui précisèrent également que :

  • 47 Ibid., p. 598.

"(…) du côté de la contrée où vivent lesdites femmes il y avait de très grandes agglomérations et de nombreux Indiens qui se trouvent dans les régions limitrophes. Ces informations lui avaient été données sans qu'il posât de question à ce sujet. On lui désigna la rive la plus proche d'un très grand lac, appelé par les Indiens : la demeure du Soleil ["la casa del sol"]. On lui dit que c'est là-bas que le Soleil se retire (…)47"

56Les Indiens des rives du Paraguay avaient manifestement quelque idée de l'Empire des Incas, du lac Titicaca et de son célèbre Temple du Soleil. Ils évoquèrent de plus certains peuples noirs :

  • 48 Ibid., p. 598.

"(…) lesquels sont noirs et, d'après leurs dires, ont le menton en galoche, comme les Maures48."

57Et ces indigènes seraient riches et civilisés :

  • 49 Ibid., p. 598.

"(…) et que c'étaient des gens qui étaient vêtus, que leurs habitations et leurs villes sont de pierre et de glaise, qu'elles sont très vastes, et que ces gens-là disposent de beaucoup de métal blanc et jaune, tellement, qu'ils n’ont point chez eux de récipients, marmites, grandes jarres ou autres qui ne soient faits de ces métaux (…)49"

58Ils habiteraient eux aussi une région située au nord-ouest. Dans la même direction se trouveraient d'autres peuples vivant dans l'abondance :

  • 50 Ibid., p. 598.

"(…) qu'il y a des villes si grandes que l'on ne peut les traverser entièrement en une seule journée, que tous ces gens-là possèdent de grandes quantités de métal blanc et jaune, dont ils se servent chez eux, et que tous sont vêtus. Pour s’y rendre, le voyage serait très rapide, et se ferait à travers une région très peuplée50."

  • 51 Cf. Dr. Manuel Domínguez, "Eldorado, Enigma de la Historia Americana, era el Perú de los Incas”, a (...)

59Le souvenir de l'opulente cité de Cuzco, où l'or et l'argent se trouvaient à profusion dans des édifices somptueux, apparaît ici à l'évidence. Les Indiens vêtus, l'immensité de l'agglomération évoquée ne peuvent induire en erreur : c'est bien la civilisation incasique qui influençait les informateurs d'Hernando de Ribera. Manuel Domínguez, qui a étudié en détail cette Relación, conclut, tout simplement que l'Eldorado n'était qu'un double de l'image du Pérou des Incas51. Les renseignements "recueillis" par Hernando de Ribera, peuvent effectivement le laisser supposer.

60Ce dernier apprit en outre qu'à l'ouest existait un grand lac dont les rives étaient très peuplées :

  • 52 H. de Ribera, Relación, op. cit., p. 598.

"Et qu'il y avait également, du côté de l'ouest un très grand lac : l'on ne pouvait apercevoir l'autre rive depuis le bord. Sur le rivage de ce lac il y avait de très grandes agglomérations peuplées par des gens vêtus qui possédaient beaucoup de métal et de pierres précieuses très brillantes — que les Indiens tiraient dudit lac — qui ornaient les broderies de leurs vêtements. On lui dit qu'il y avait de grandes villes peuplées de paysans qui avaient beaucoup de nourriture et élevaient beaucoup de canards et d'autres volatiles. On lui expliqua aussi qu'il lui faudrait, pour aller de l'endroit où il se trouvait jusqu'audit lac, et aux agglomérations qui étaient sur ses rives, marcher pendant quinze jours, à travers une région peuplée où il y avait beaucoup de métal et de bons chemins. Toutefois il était nécessaire d’attendre que le niveau des eaux baissât, car l'on était alors en période de crue. Ils se proposaient de le guider jusque là-bas. (…)52"

61L'image du Pérou se précisait encore lorsque on lui déclarait qu'il s'y trouvait de grandes villes :

  • 53 Ibid., p. 598-599.

"(…) de très grandes agglomérations avec des maisons de glaise, et que c'étaient de bonnes gens, qu'ils étaient vêtus et très riches, qu'ils possédaient beaucoup de métal et qu'ils élevaient beaucoup de ces grands moutons dont ils se servent dans leurs champs et leurs labours et qu’ils utilisent comme bêtes de somme (…)53"

62Toutes ces informations auraient été confirmées par d'autres Indiens rencontrés plus tard.

63On note une itération remarquable dans la Relación d'Hernando de Ribera. Les données concernant des peuples civilisés, vêtus, disposant de grandes quantités d'or et d'argent, habitant de grandes villes très étendues, ou près d'un lac immense, reviennent plusieurs fois. Si l'on peut envisager que ces répétitions proviennent du mode de rédaction de ce document, qui a vraisemblablement été dicté à l'escribano, on doit également songer qu'Hernando de Ribera a rencontré divers informateurs qui, avec quelques variantes, n'ont fait que lui répéter les bruits qui couraient parmi les aborigènes. Le rayonnement de l'Empire incasique devait être considérable dans cette région relativement proche des Andes !

  • 54 Le P. de Charlevoix signale dans son Histoire du Paraguay (op. cit., t. 1, liv. 2, p. 83), l’exist (...)

64Le lac des Xarayes au milieu duquel on situa une île des Orejones54, prit à la suite de cette expédition beaucoup d'importance pour les colons du Paraguay. L’île, que l’on disait immense, était propre à faire rêver. Le P. de Charlevoix écrit dans son Histoire du Paraguay :

  • 55 Soit 55,56 km sur 18,52 km si l'on se réfère à l’unité de mesure espagnole.
  • 56 Álvar Núñez Cabeza de Vaca.
  • 57 P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 2, p. 83-84.

Le Père del Techo donne à l'Île que ce Lac renferme, trente milles de longueur, & dix milles à sa plus grande largeur55.
Le nom qu'elle porte vient, dit-on, de celui d'une Nation Pérouane, dont on prétend que plusieurs s'y sont réfugiés dans le tens de la Conquête du Pérou ; & ce sont apparemment les Espagnols, qui étoient sous la conduite de Dom Alvare56, qui lui ont donné celui d'Île du Paradis57."

65Et le P. de Charlevoix explique cette dernière appellation :

  • 58 Ibid., t. 1, liv. 2, p. 84.

"Si tout ce qu'en disent les Mémoires que j'ai vûs, est bien vrai, ce nom lui convenait parfaitement ; car quoique située sous la Zone torride, entre les quinze et les seize degrés de latitude australe, on y respire toute l'année un air fort doux, ce qui vient des vents, qui y soufflent régulièrement tous les jours à certaines heures, & de quantité de Ruisseaux, dont elle est arrosée. La terre y produit sans culture des Fruits excellens ; & on n'y remarque presqu'aucune différence de saison, d'où il arrive que toute l'année on y seme & on y recueille. Le caractère de ses Habitants se ressent beaucoup de la température de l’air qu'ils respirent58."

66Le Paraguay servit donc de nouveau point de départ pour les aventuriers désireux de découvrir le Paititi (ou le Dorado).

  • 59 Alonso Soleto Pernia, Memorial de lo que han echo mis padres y [yo], / en busca del Dorado, que an (...)

67Dans son Memorial de lo que han echo mis padres y yo, / en busca del Dorado que anssí se llama esta conquist/a y dicen que es el Paititti (copie du milieu du XVIIe siècle59), Alonso Soleto Pernia précise clairement que son père était venu du Paraguay pour rechercher le célèbre Paititi :

  • 60 A. Soleto Pemia, Memoria…, op. cit., p. 477.

"Mon père arriva d'abord du Paraguay — il était en quête du Dorado avec son gouverneur — ; de nombreux Espagnols et Indiens vinrent alors et arrivèrent dans la région des Chiquitos puis s'en retournèrent, car ils durent subir la perte de quatorze Espagnols et de nombreux Indiens — ce qui explique son échec — et rentrèrent au Paraguay. Ils revinrent avec leurs femmes et leurs enfants pour faire la même conquête. Comme ils trouvèrent de nombreux Indiens à Santa Cruz ils s'établirent là pour préparer la suite de leur expédition de conquête (…)60"

68Comme l'indique le titre de ce Memorial, il est évident que le Paititi et le Dorado ne faisaient qu'un dans l'esprit des Européens qui étaient en quête des richesses d'un pays extraordinaire.

5 - Le Paititi, le Dorado et le Pays des Mojos

69L'idée de l'existence de pays riches et merveilleux obsédait les conquistadores et les colons européens dans toutes les parties du continent américain qui avaient été reconnues. Le Dorado, nous l'avons vu, soulevait l'enthousiasme des explorateurs du Nuevo Reino de Granada, du Venezuela puis de la Guyane. Au nord du continent, le rayonnement de l'Empire incasique était encore perceptible, mais la fièvre de l'or "équinoxial" et les légendes de la Casa del Sol, du cacique Dorado, du Pays de Meta, associées au mythe des Amazones qui était opportunément réapparu, donnaient un aspect très particulier au fabuleux pays que l'on pensait découvrir et qui s'adapta peu à peu, au fil des ans, en suivant la progression géographique des explorateurs, à une conjoncture changeante.

70Dans le Pérou central et méridional, les conquistadores étaient directement confrontés à la réalité incasique. Leur pays de rêve fut alors imaginé et fondé sur d'autres bases. Le mystère qui s'attachait à la migration de certains Incas dans la zone tropicale, à l'est de la cordillère des Andes fut propice à l'intervention de l'imaginaire. L'or, les richesses n'étaient pas absents pour autant puisque l'on supposait que ces exilés volontaires — dont le départ avait précédé ou suivi l’arrivée des Européens — ne s’étaient pas éloignés sans bagages et avaient emporté leurs biens les plus précieux. Pour les troupes qui avaient combattu dans la région de Cuzco, la voie était toute tracée : les recherches devaient s'orienter vers l'est, quitte à subir mille souffrances en franchissant la Cordillère et à endurer, supporter les épreuves qui surgissaient à chaque pas dans une forêt vierge épouvantable peuplée de féroces tribus.

71Ce pays introuvable se situait forcément dans la zone dominée par les Indiens Mojos, mais le territoire de ces derniers était très étendu et les expéditions parties de la région de Cochabamba, puis de Santa Cruz de la Sierra cherchèrent alors le vague royaume du Gran Mojo qui remplaçait ainsi le Gran Paititi, souverain du Paititi et certainement affilié à la dynastie des Incas. Avec la multiplication des tentatives à partir de la Bolivie, le Pays du Gran Mojo devint le but essentiel de toutes les recherches. L’origine incasique du pays fabuleux s'estompait peu à peu dans l'esprit des conquistadores qui avaient — en majorité — délaissé la pénible route qui conduisait au Río Madre de Dios. Cependant, l'influence du royaume andin restait forte, d'autant plus que les Européens en provenance du Paraguay et du bassin du Paraná, se fondant — comme nous l'avons vu avec la Relación d'Hernando de Ribera — sur les renseignements obtenus auprès des autochtones, qui se référaient évidemment aux splendeurs de l'Empire des Incas dont ils avaient quelques notions, renforcèrent le caractère "incasique" du fabuleux pays que l'on s’efforçait de découvrir.

  • 61 Cf. supra, par. 4.

72N'oublions pas cependant que l'idée du Paititi et du Pays des Mojos se développait parallèlement à celle du Dorado, dans un contexte très différent. Les déplacements continuels des explorateurs, les rencontres dans les centres de regroupement, la circulation relativement rapide des nouvelles et des rumeurs d'un bout à l'autre du continent, firent que le Paititi et le Dorado interférèrent. Le Dorado s’enrichit — surtout à la fin du XVIe siècle, alors qu'Antonio de Berrío et Walter Raleigh s'activaient dans le delta de l'Orénoque — de données en provenance de la région andine. Le Souverain de Manoa ne fut-il pas considéré comme un descendant des Incas du Pérou ? Le Paititi (ou Pays des Mojos), de son côté, profita largement des caractéristiques propres à l'Eldorado, jusqu'à prendre le nom de Dorado, comme le prouve le titre du Memorial d'Alonso Soleto Pernia que nous avons mentionné61.

73Le capitaine Gregorio Ximénez explique dans sa Relación que le Dorado et le Paititi ne seraient en fait qu'un seul et même pays et que les appellations différentes qu'on lui attribuait ne dépendaient que du lieu où l'on se trouvait :

  • 62 Capitán Gregorio Ximénez, Relación que se va tomando para el descubrimiento de los Moxos (copie da (...)

"Moi, le capitaine Gregorio Ximénez, originaire du Royaume d'Espagne, résidant de cette cité depuis trente ans, suivant la demande que l'on me fait, je donne mon avis et déclare mon opinion sur cette contrée extraordinaire qui a poussé depuis tant d'années, et depuis de nombreux endroits, tant de capitaines à partir à la découverte. On lui donne divers noms : au Paraguay on l'appelle Paytiti, au Pérou Mojos, et dans le Royaume de Nouvelle-Grenade Dorado. Or, d'après ce que pensent les hommes expérimentés, c'est une seule et même région car ceux du Paraguay la recherchent du côté du Ponant, ceux du Pérou en direction du Levant, depuis cette ville on la recherche vers le nord, et ceux du Royaume de Nouvelle-Grenade vers le sud62."

  • 63 Cf. supra, par. 4 et n. 23.

74A la même époque (copie datée de 1636), le Sargento Mayor Bartolomé de Heredia, écrivait à propos du "riche Pays des Mojos" : "que l'on appelle également Paytiti"63.

***

  • 64 Cf. B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2, 1ère part., liv. 9, ch. 31, p. 274- (...)

75Le nom Paititi est incontestablement d'origine indigène. On n'en connaît pas cependant l'étymologie exacte, même si certains pensent que l'on peut y retrouver le vocable titi qui, en quechua, désigne le plomb64. Quoi qu'il en soit, cette appellation montre bien que les indigènes ont participé à l'élaboration de ce mythe, ne serait-ce qu'indirectement.

76Ce pays fabuleux qui doit tant à l'imagination des conquistadores est cependant fondé sur de solides bases indigènes puisque l'on retrouve dans les rumeurs qui couraient à son sujet l'influence incasique, qui lui donne d'ailleurs son originalité.

77L'un des éléments les plus constants dans les différentes évocations du Paititi, est le fameux lac qui s'y trouverait. On peut évidemment voir là le souvenir plus ou moins confus du lac Titicaca avec son temple du Soleil situé sur une île, mais aussi — du moins en ce qui concerne les conquistadores du Paraguay — celui du lac des Xarayes. La présence d'une étendue d'eau, avec parfois une île, est une donnée remarquable, que l'on retrouve à Quivira, au Saguenay, en Guyane (le célèbre lac Parime) ou dans le Nuevo Reino de Granada (lac de Guatavita).

78Ulrich Schmidel, qui était soldat au Paraguay et fit partie de l'expédition d'Hernando de Ribera, confirme les allégations de son chef et précise que les Amazones, qui se trouveraient à proximité d'un pays très riche, vivent sur une île. Hernando de Ribera et ses troupes voulaient se diriger vers ce Pays des Amazones, mais un cacique les en dissuada en invoquant la difficulté d'avancer dans un pays inondé. Schmidel explique cependant :

  • 65 U. Schmidel, Relación…, op. cit., ch. 37, p. 182.

"Ces Amazones vivent sur une île, vaste et entourée d'eau : il faut utiliser des pirogues pour s’y rendre. L'or et l'argent ne se trouvent pas sur cette île mais sur la terre ferme, où vivent leurs maris. Il y a là-bas de nombreuses richesses ; c'est un grand peuple qui est dirigé par un grand Roi appelé Iñis, comme nous le dit plus tard l'Ortués65."

79Dans la version de l'œuvre reproduite dans la collection De Angelis, les termes de ce passage sont quelque peu différents :

  • 66 U. Schmidel, Viaje al Río de la Plala y Paraguay, por Ulderico Schmidel, col. CDA, op. cit., ch. 3 (...)

"Elles vivent sur une grande île où elles n'ont ni or ni argent : ces métaux se trouvent sur la terre-ferme où habitent les Indiens. Et l'on vit qu'ils avaient de grands trésors. Ils sont très nombreux et leur roi se nomme Paitití66."

80Cette dernière précision est digne d’intérêt car elle rappelle que le vocable Paititi s'appliquait non seulement à une contrée, mais aussi à un souverain que l'on nommait le Gran Paititi. Et, dans certains cas, le terme correspondait également à un nom de cours d'eau.

81Un rapport écrit (en 1564) à la suite de l'expédition de Diego Alemán au Pays des Mojos, intitulé Memoria de la tierra de Los Llanos segund se pudo saber por indios que habían estado allá, donne quelques indications supplémentaires qui établissent un lien évident entre le Titicaca et le lac du Paititi :

  • 67 Memoria de la lierra de Los Llanos segund se pudo saber por indios que habían estado alla (Entrada (...)

"Puis se trouve le Paitite, qui est une vaste province où, d'après les Indiens, il y a un lac très étendu, avec une île où se trouve le temple que fréquentent les Indiens de toutes ces provinces pour offrir des sacrifices à leurs dieux. Le Soleil est leur dieu principal, c'est pour cela qu'ils l'appellent : le Temple du Soleil ["la Casa del Sol"]67."

82Et l'on peut lire un peu plus loin :

  • 68 Ibid., p. 277-278.

"Le Paitite est une province très vaste qui est traversée par un fleuve que les Indiens nomment Patite, qui passe par le lac où se trouve le Temple du Soleil, et où les Indiens vont faire leurs sacrifices. Cette province est gouvernée par un cacique principal qui a autant de pouvoir qu'en avaient les Incas au Pérou. Il y a dans cette province de grandes quantités d'or et d'argent, car ils ont beaucoup de mines, et tous les Indiens ne se servent, en général, que de ces métaux. Ils élèvent aussi des moutons du Pérou et produisent beaucoup de maïs et d'autres choses dans d'excellentes vallées.
Toutes ces provinces sont plus peuplées que la Nouvelle-Espagne ou le Pérou car, disent les Indiens qui les ont vues, il s'y trouve des villes si vastes que les habitations occupent parfois une demi-lieue68."

83Le caractère "incasique" du Paititi que recherchait Diego Alemán est indéniable. Soulignons que ce document attribue à des témoins oculaires indigènes les renseignements qu'il rapporte.

84La comparaison avec le Pérou des Incas est même, parfois, très nette. Une œuvre écrite en 1640 par le "maestre de campo" Francisco Gil Negrete dont on ne retrouve trace que dans l'Historia de la villa imperial de Potosí, de Bartolomé Arzáns de Orsúa y Vela nous permet de le constater :

  • 69 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2,1ère part., liv. 9, ch. 31, p. 273. C’es (...)

""Ces gens du Paititi — dit-il — sont très belliqueux. Les Incas ne purent conquérir cette région à cause du très grand nombre d'habitants. Toutefois, pour conserver le souvenir de son expédition en cet endroit, le Souverain du Paititi l'autorisa à édifier deux forteresses en pierre taillée près du lac. L'ouvrage était admirable" — dit ce capitaine — : "l'édifice était, quand il le vit, en aussi bon état que si l'on venait de le terminer". "Leurs vêtements et leurs rites — dit-il — sont semblables à ceux des Incas du Pérou ; ils ont les mêmes moutons qu'ici, au Pérou, et ces moutons du pays ont le même aspect que les chameaux, tout en étant de taille naine, car la route de l'Inca — que l'on découvrit plus tard puique son existence avait été dissimulée par les Indiens — est très plate." Sa relation se poursuit ainsi : "C'est un pays très riche en minerai d'or et d'argent ; l'on y pêche des perles et il y a des mines d'émeraudes, des rubis et des mines de cristal69"."

85Et l'on ne manque pas d'évoquer la richesse et la puissance de ce territoire qui se transforme peu à peu en un empire étonnant. Le Jésuite Guevara explique ainsi (au XVIIIe s.) dans son Historia del Paraguay :

  • 70 P. Guevara (S. J.), Hist., op. cit., liv. 2, part. 1, par. 6, p. 107.

"C'est quelque compagnon d'Hernando de Ribera qui fut l'inventeur du célèbre Paititi, également appelé Empire du Gran Mojo. Le Paititi est un empire très riche situé au-delà des Xarayes, dans la direction du Dorado, où naît — comme le croient faussement certains — le Río Paraguay. Ledit empire est isolé au milieu d'un grand lac qui est entouré de montagnes d'une richesse inestimable. Ses édifices sont tous de pierre blanche et les villes sont bien agencées avec leurs rues, leurs places et leurs temples. Au centre du lac se dresse le palais de l'Empereur Mojo, dont les dimensions, la beauté et la richesse l'emportent sur celles de tous les autres. Les portes du palais sont défendues par des lions retenus par des chaînes d'or. Les crédences et la vaisselle, sont aussi en or et servent à montrer ostensiblement la grandeur du monarque70."

  • 71 Cf. Voltaire, Candide ou L'Optimisme - Conte philosophique, 1759, op. cit.

86L'imaginaire avait su combler les vides laissés par le manque d"'informations". Les lions enchaînés à la porte du palais du Gran Mojo appartiennent déjà au domaine du conte. C'est d'ailleurs une vision très proche de celle de Voltaire. Celui-ci, à l'évidence, tout en faisant œuvre de fiction, écrivit le conte philosophique Candide ou l'Optimisme en reprenant des éléments — en particulier celui des Orejones — qui correspondaient au Paititi et dont il se servit pour imaginer son Eldorado71. Cependant, comme nous l'avons signalé, le Paititi et l'Eldorado étaient devenus un seul et même pays.

87Le P. Guevara qui présentait le Pays du Gran Mojo comme une contrée exceptionnelle, connaissait peut-être le long poème La Argentina de Martín del Barco Centenera (1602) où l'on trouve déjà le détail des lions enchaînés. Le poète a laissé libre cours à son imagination pour y décrire le royaume du Gran Mojo.

88Il évoque d'abord les informations qui circulaient dans le bassin du Paraná du temps d'Álvar Núñez Cabeza de Vaca :

  • 72 Martin del Barco Centenera, Argentina…, op. cit., fol. 35 v°.

"(…) Car on eut à coup sûr l'information
Grâce à un Indien belliqueux.
L'on a vu l'argent et le bel or brillant :
Cette affaire n'a rien de fabuleux.
Cet Indien possédait des récipients en or
Et sa vaisselle était une pure merveille72."

89Les conquistadores auraient donc vu des échantillons de ces richesses immenses que l'on supposait se trouver dans le royaume du Gran Moxo. Puis Martín del Barco Centenera donne quelques indications sur cette contrée merveilleuse :

  • 73 Ibid., fol. 35 v°.

"Ce dernier habitait au centre d'un grand lac
Autour duquel s'étaient établis les Indiens
Qui étaient sous sa domination
Dans de grandes villes fort bien agencées.
Au milieu du lac se trouvait une île
Couverte d'édifices magnifiques,
Bien plus admirables que la beauté humaine73."

90C'est l'image d'un pays hautement civilisé que donne ici le poème. Et l'on note que l'élément lacustre est bien présent dans ce récit. Il décrit ensuite le palais du Gran Moxo :

  • 74 Ibid., fol. 36 r°.

"Le Souverain avait un palais ouvragé
De pierre blanche, en totalité,
Avec deux tours très hautes, à l'entrée,
Qui n'étaient pas très espacées.
Auprès d'elles se trouvaient
Deux lions vivants retenus par des chaînes d'or.
Au sommet de cette grande colonne,
Qui mesurait vingt-cinq pieds de haut,
Il y avait une grande lune d'argent
Qui brillait au-dessus de tout le lac.
Et l'ombre qu'elle y projetait
Paraissait parfois si nette
Que l'on n'aurait osé découper cette lune
Même s'il ne s'agissait que d'un croissant74."

91Il évoque alors une place agréable et ombragée avec une fontaine ornée de "quatre gros et magnifiques tuyaux d'or " — qui provoquent en lui l'envie et l'admiration ("je connais une personne qui aimerait bien les posséder") — avec un bassin d'argent non moins remarquable, puis s'attache à décrire l'entrée du palais où l'on pénètre par une porte monumentale. Mais ce palais est aussi un temple qui ressemble beaucoup à la Casa del Sol de Cuzco (vue par un catholique) avec son image du dieu Soleil :

  • 75 Ibid., fol. 37 r°.

"En haut se trouve un autel d'argent fin
Avec, sur les côtés, quatre petites lampes
Allumées qui jamais ne s'éteignent
Car quatre ministres du culte en prennent soin.
Un soleil vermeil, plus rouge que l'écarlate
Y est représenté avec ses rayons.
Il est fait d'or très fin ce soleil que l'on adore :
Qui donc pourrait le mépriser75 ?"

92Il consacre ensuite quelques mots au Souverain de ce pays :

  • 76 Ibid., fol. 37 r°.

"Ce grand seigneur qui a tant de richesses
S'appelle Le Grand Moxo. Et l'on sait
Combien il est noble et valeureux.
Sa personne et son riche royaume,
Ses vassaux, ses forces et son habileté
Sont, malheureusement, fort bien connues de nous,
Car il y a peu de temps nous eûmes l'occasion
D'apprécier la cruauté de ses flèches76."

93Le Paititi ne fut — évidemment — jamais retrouvé et les missionnaires qui visitèrent la région des Mojos, n'y virent que misère et pauvreté. Le mythe cependant devait longtemps marquer les colons du Pérou, de la Bolivie, du nord de l'Argentine et du Paraguay.

94On plaça dans ce pays fabuleux des montagnes d'or qui excitaient la convoitise des Européens. Le P. Manuel Rodriguez signale ainsi dans son ouvrage El Marañón y las Amazonas qu'une expédition fut organisée entre 1670 et 1682 pour les découvrir :

  • 77 P. Manuel Rodríguez, El Marañón…, op. cit., liv. 6, ch. 4, p. 385.

"L'an passé, en quatre-vingt-deux, séjourna à Madrid un Père de notre Compagnie, de la Province du Pérou, qui avait participé à une expédition partie à la recherche de ce fameux empire [le Paititi] dans ces contrées montueuses si isolées. Je rapporterai ce qu'il raconta et qu'il écrivit dans une lettre : en l'an mille six cent soixante-dix, un religieux fit un tel récit de ce qu'il y avait dans le Paititi ["Paytiti"], évoquant l'or abondant, l'excellence des habitants et leur grand nombre, que certains religieux, animés du désir de convertir des âmes, et de nombreux séculiers poussés par celui de s'approprier ses trésors, décidèrent d'organiser une expédition vers les montagnes d'or ["montes de Oro"] qu'il disait avoir vues77."

95Et le Jésuite terminait ainsi l'évocation de cette tentative :

  • 78 Ibid., liv. 6, ch. 4, p. 385.

"Les soldats ne trouvèrent pas l'or qu'il leur avait promis mais la souffrance, la maladie et la mort. Quant aux religieux ils ne trouvèrent pas les millions d'âmes qu'il affirmait avoir vues dans le Paititi ["Paitati"]78."

96A la fin du XVIIe siècle, le mythe du Paititi avait toujours le même pouvoir de fascination ! Il s'était alors plus ou moins fondu avec celui du Dorado. Les montagnes d'or du Paititi (certains prétendaient cependant qu'il y en avait une d'or, une d'argent et une de sel) ressemblent étrangement à la Montagne d'or située près du lac Parime, et le mystérieux royaume était alors connu pour l'abondance de ses richesses, son isolement protégé par une nature hostile, et la population très importante qui vivait auprès d'un lac : ces données pouvaient évidemment correspondre aussi bien à l'un ou à l'autre mythe.

97A l'origine, le Paititi n'était qu'une légende fondée sur le départ de quelques Incas vers des terres pratiquement inaccessibles. Cependant ce mystère ne fit que s'amplifier, et avec l'intervention de l'imaginaire, cette retraite bien protégée, devint un fabuleux royaume riche, peuplé, civilisé, farouchement décidé à se protéger des intrus. La légende devenait un mythe en échangeant certaines caractéristiques avec celui de l'Eldorado.

98Dans un premier temps au moins, le Paititi dépendait directement de l'Empire des Incas, puis il se transforma en une sorte d'Eldorado méridional et céda enfin sous l'irrésistible poussée du mythe du Dorado dont il ne fut plus qu'une sorte d'écho. Comme la partie centrale de l'Amérique du Sud était encore pratiquement inexplorée, il était aisé d'y situer et d'y déplacer les créations de l'imagination. Les Amazones dont Hernando de Ribera signalait la présence à proximité du Paraguay étaient également associées à l'Eldorado et au Paititi.

6 - L'exploitation du mythe du Paititi

  • 79 Cf. Juan de Velasco, Description du Royaume de Quito, op. cit., p. 267 (t. 84).
    Voir, également, F. (...)

99Au XVIIe siècle, un soldat espagnol, Pedro Bohórquez, voulut se faire proclamer Inca et Roi du Paititi. C'était un Andalou qui avait servi au Chili — comme simple soldat — vers 165979. Bartolomé Arzáns de Orsúa y Vela, précise, dans son Historia de la Villa Imperial de Potosí (1737) :

  • 80 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2, 1ère part., liv. 9, ch. 23, p. 240.

"Ce gentilhomme (nous employons ce terme puisque tous les gens en provenance d'Espagne qui arrivent dans ces Indes prétendent avoir cette qualité, même si certains d'entre eux n'étaient là-bas que de viles canailles) était Andalou, et comme en ce temps-là courait avec tant d'insistance le bruit sur l'existence dans l’Empire du Grand Paititi — une contrée inconnue peuplée d'indiens infidèles — des Montagnes d'or et des Collines d'argent, il quitta cette Ville [Potosí] — dont notre Don Pedro Bohórquez était corrégidor — et au bout d'un certain temps on apprit de quelle manière il était entré dans les provinces des infidèles du Tucumán, à plusieurs centaines de lieues du Paititi, où ces Indiens le vénéraient80."

100D'après le P. Manuel Rodriguez, il se faisait appeler "Don Pedro" et cherchait à se faire proclamer Inca :

  • 81 P. M. Rodríguez, El Marañôn…, op. cit., liv. 6, ch. 4, p. 386.

"(…) depuis l'année cinquante-neuf et pendant le temps qui suivit, il ourdit une machination pour se faire reconnaître comme Inca ["Ynga"] ou se présenter comme l'héritier de ce lignage et se l'approprier. C'est ainsi qu'il chercha à se faire admettre comme tel en se servant des Indiens d'un peuple appelé Calchaquíes qui vit sur une haute sierra proche du Tucumán81."

  • 82 Cf. B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2, 1ère part., liv. 9, ch. 23, p. 240.

101Il se serait rendu, au bout de quelque temps, à la Ciudad de los Reyes (Lima), aurait obtenu une audience du vice-roi auquel il aurait expliqué qu'il avait visité d'étranges royaumes dont il était devenu le souverain. Mégalomanie ou calcul : il se dénonça lui-même aux juges de l'Inquisition pour bigamie, car — racontait-il — il venait d'épouser la fille de l'Empereur du Paititi afin d'accroître les domaines de Sa Majesté Très Catholique82. Et — preuve de la vitalité du mythe du Paititi au beau milieu du XVIIe siècle — ses allégations auraient été admises et applaudies par les habitants de Lima. Bartolomé Arzans note à ce sujet :

  • 83 Ibid., vol. 2, 1ère part. liv. 9, ch. 23, p. 240.

"Cette affaire fut trouvée si surprenante et si plaisante dans cette ville, que l'on ne chercha point à contrôler l'authenticité des faits et que tout le monde ajouta créance à cela et loua son mérite et son audace. Le vice-roi, au nom de Sa Majesté, nomma Pedro Bohórquez Adelantado de ces royaumes et lui promit de faire part au Roi de ses loyaux services et d'obtenir confirmation de la charge et des honneurs qu'il avait reçus83."

102Le vice-roi eut cependant quelques soupçons et chercha à mettre un terme aux prétentions de cet homme bizarre. Mais Pedro Bohórquez avait plus d'un tour dans son sac. Il réussit à convaincre le gouverneur du Tucumán, Don Alonso Mercado, de sa bonne foi et celui-ci l'autorisa à se faire passer pour le descendant des Incas. Le P. Manuel Rodriguez précise cependant que le gouverneur ne s'était probablement laissé prendre au piège des propos de Bohórquez que parce que celui-ci faisait miroiter devant lui les incroyables richesses et les énormes bénéfices de l'opération :

  • 84 P. M. Rodríguez, El Marañón…, op. cit., liv. 6, ch. 4, p. 386.

"Les fourberies imaginées dans la montagne furent bientôt suivies par d'autres élaborées dans les villes. Dans celle du Tucumán, dont le gouverneur était alors Don Alonso Mercado, qui mourut il y a peu de temps comme président [de l'Audiencia] de Panamá, il fit accroire à celui-ci qu'il serait très utile de soumettre la nation des Calchaquíes et d'autres qui se trouvent à l'intérieur du pays où il y avait de larges vallées dans la région haute des montagnes. Il se disait expert en tout et assurait qu'il était aimé des Indiens. Ainsi, peu à peu, fit-il admettre une célèbre requête : il désirait qu'il le reconnût officiellement comme empereur inca ou qu'il l'investît du droit d'être Indien, ce qui était une sorte de perte de sa qualité d'Européen. Le brave gouverneur, qui était d'une bonté extraordinaire — alors que le demandeur était rusé —, lui permit de porter les ornements et de se comporter en Inca en raison de quelque accord ou pour d'autres raisons que Don Pedro Bohórquez dut lui présenter fort adroitement, car le titre de Don l'accompagna désormais dans toutes ses tentatives84."

  • 85 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2, 1ère part., liv. 9, ch. 23, p. 240.

103Bartolomé Arzáns indique clairement que Bohórquez aurait promis des "montagnes d'or et d'argent" au gouverneur et il ajoute : "car il est aisé de duper celui qui désire ce qui est l’objet de la tromperie85".

104Bohórquez se comporta dès lors en véritable Inca parmi les Calchaquis.

"Il se faisait porter dans une litière comme l'avaient fait ses prédécesseurs, et cherchait surtout à se procurer leurs trésors qu'on avait, disait-on, soustraits à la rapacité des conquérants."

  • 86 J. de Velasco, Description du Royaume de Quito, op. cit., p. 267 (t. 84).

105précise Juan de Velasco dans sa Description du royaume de Quito86.

106Le vice-roi, irrité par la cérémonie à laquelle s'était prêté benoîtement le gouverneur du Tucumán, ordonna l'arrestation de cet Inca de pacotille qui avait si bien su le tromper lui-même. Juan de Velasco donne quelques détails sur la fin de Pedro Bohórquez :

  • 87 Ibid., p. 267-268.

"Bohorques se mit en route après avoir fait ouvrir un superbe chemin sur lequel les Indiens avaient élevé de distance en distance des arcs-de-triomphe, et parvint ainsi jusqu'aux sources du Guallaga où il ne trouva, au lieu des trésors qu’il cherchait, que la misérable nation des Indiens Pelados, ainsi nommés à cause de leur pauvreté. Voyant qu'il n’y avait rien à faire, il retourna au Tucuman pour tâcher de se procurer de meilleurs renseignements, et y trouva les Calchaquies en pleine révolte. Il se mit à leur tête, mais peu de temps après il fut fait prisonnier et conduit à Lima où il fut exécuté en 166787."

107La crédulité des colons et des autorités avait permis à ce personnage fantaisiste d’imposer ses vues pour un temps. Mais Pedro Bohórquez aurait-il réussi son extravagante supercherie si le mythe du Paititi ne s’était pas maintenu avec autant de vivacité un siècle encore après l’époque de la Conquista ?

***

  • 88 Ibid., p. 269.
  • 89 Ibid., p. 268-270.

108Après l'exécution de l'Inca Túpac Amaru I — décapité à Cuzco en mai 1572 — qui avait tenté de se réfugier dans la forêt pour échapper aux Espagnols, "un Indien — dit Juan de Velasco — qui passait pour un descendant des Incas avait été proclamé roi par les Chunchos, dans la province de Tarma88". Ce Royaume des Chunchos, dont la renommée n'a point eu l'éclat de celle du Paititi, n’en a pas moins joué — plus modestement il est vrai — un rôle similaire. Il serait même, si l'on en croit Ferdinand Denis, la base historique de la légende du Paititi. Et cet auteur, s'appuyant sur les dires de Juan de Velasco et d'un religieux — cité par ce dernier — nommé Juan de Lucero, qui écrivit une Relación à la fin du XVIIe siècle89, explique le rôle joué par le Pays des Chunchos et son Souverain :

  • 90 F. Denis, Le Monde enchanté…, op. cit., p. 220-221.

"Nous savons aujourd'hui que la tradition du Païtiti n'était pas sans quelque fondement, et qu'après la mort de Tupac Amaru, un de ses descendants avait été proclamé roi par les Indiens Chunchos dans la province de Tarma. Il est assez probable qu’une faible partie des richesses de l'inca fut conservée dans sa famille. En 1681, le P. Juan Lucero eut connaissance du pays des Chunchos, et ce fut grâce à lui qu'on sut à quoi s'en tenir sur cette contrée devenue rivale de l'El Dorado. En effet, après avoir remonté, non pas le Guallaga, mais une rivière qui vient du côté de Cuzco, il arriva chez les Pires, dont le territoire est fort étendu, et qui comptent dans leur tribu environ cent mille âmes. Là, de son propre aveu, il vit, il tint dans ses mains des plats, des croissants, des boucles d'oreilles et d’autres bijoux en or fabriqués par cette nation.
Ce fut donc à partir de cette époque seulement que l’on sut à peu près au Pérou ce qu’il y avait de vrai dans la relation du Païtiti ; mais, comme le dit l'ouvrage auquel nous empruntons ces détails, le roi des Chunchos a fait passer aux Espagnols l'envie de venir dans ses États, et a jeté plus d'une fois la terreur dans Lima90."

109Le P. Manuel Rodríguez, s'appuyant lui aussi sur le récit de voyage du P. Lucero (qu'il nomme "Lorenzo Luzero"), situe ce royaume de "l'inca qui est dans sa retraite" entre le Pérou et le fleuve des Amazones, sans en préciser davantage la situation exacte. Et il mentionne certains Indiens qui seraient en contact avec cette mystérieuse contrée :

  • 91 P. M. Rodríguez, El Marañón…, op. cit., liv. 6, ch. 4, p. 387.

"Ces derniers négocient et commercent avec une autre nation voisine où, disent-ils, existe un personnage qu'ils appellent Roi Inca ["Rey Inga"] et qui est un descendant de celui qui partit de Cuzco. Ses sujets sont innombrables et vivent dans un pays très riche. Les Pires en ont souvent fait l'éloge auprès des Indiens des fermes situées dans les zones plus basses avec lesquels ils ont été en rapport, et ceux-ci ont transmis l'information à ceux de nos réductions et, d'après leurs calculs, ils affirment que dans ces fermes ou agglomérations des Incas il doit y avoir plus de cent mille âmes91."

***

110Au XVIIIe siècle, le souvenir du Paititi ne s'était pas encore éteint, tant s'en faut. Le P. Feijoo discute cette question dans son Teatro Crítico et souligne la crédulité du P. Navarrete :

  • 92 Fr. B. J. Feijoo y Montenegro, Suplemento del Teatro Crítico (Fábula de las Batuecas…), dans Obras (...)

"Dans son Histoire de la Chine, le P. Navarrete dit que certaines personnes de confiance lui ont affirmé que dans la capitale du Grand Paititi la rue des orfèvres rassemblait plus de trois mille artisans (…)92"

111Ce qui prouve bien que le sujet était encore à l'ordre du jour.

112Cependant, en Amérique du Sud, le Paititi devint une sorte de symbole de la continuité de l'Empire des Incas et de la résistance aux colons espagnols. Lors de la révolte du curaca José Gabriel Condorcanqui (également connu sous le nom de Tupac Amaru II), qui eut lieu en 1780-1781, le mythe du Paititi entra dans une intéressante phase de renouveau. Le métis, violemment opposé aux corregidores, se proclama Inca et fut suivi par une troupe de 60 000 Indiens qui semèrent la panique au Pérou. Dans les ordonnances signées par le nouvel Inca, on peut constater qu'il se dit "Seigneur du Paititi". Celle dont la copie est datée du 15 août 178 1 commence ainsi :

  • 93 Túpac-Amaru II [José Gabriel Condorcanqui], Bando que se encontrô en los papeles de Tupac-Amaru (C (...)

"DON JOSE Ier, par la grâce de Dieu, Inca, Roi du Pérou, de Santa Fé, du Chili, de Buenos Aires et des continents des mers du Sud, duc de la Superlativa, seigneur des Césares et des Amazones avec autorité sur le Gran Paititi, commissaire distributeur du trésor sans pareil baillé par la miséricorde divine, &c. (…)93"

113Dans un autre bando (copie datée du 31 mai 1783), signé par son cousin Felipe Velasco Túpac Inca Yupanqui, on peut lire également :

  • 94 Velasco Túpac Inca Yupanqui (Felipe), [Bando] (Copie datée du 31-V-1783), dans Documentos para la (...)

"DON JOSÉ GABRIEL TUPAC-AMARU, Dieu l'ait en sa sainte garde pendant de nombreuses années, qui se trouve dans le Gran Paitití, placé sur le trône impérial et proclamé Empereur avec prestation de serment, que Dieu Notre-Seigneur lui conserve sa dignité suprême d'Inca (…)94"

114De même, dans la Sentencia dada por el Virey de Lima contra los reos que senala el oficio de D. Felipe Carrera signée par le vice-roi D. Agustín de Jáuregui, on trouve l'accusation suivante qui s'adresse au cousin de Túpac Amaru II :

  • 95 Agustín de Jáuregui, Sentencia dada por el Virey de Lima contra los reos que señala et oficio de D (...)

"Je décide, au vu du jugement et de ses attendus, de condamner, et je condamne Felipe Velazco Tupac Inca Yupanqui pour avoir (…) abusé de faibles et crédules Indiens et leur avoir fait accroire par un extravagant mensonge que le vil José Gabriel Tupac-Amaru était vivant et qu'il régnait sur le Gran Paitití (…)95"

115Le Gran Paititi était donc encore tenu pour le mystérieux refuge des Incas fugitifs. Cependant, si Felipe Velasco s’était — suivant l’accusation — servi de cette idée, c'est parce qu'elle avait encore beaucoup de crédit, au moins chez les Indiens.

116Le Paititi, malgré l'amalgame qui était fait bien souvent avec le mythe du Dorado, conservait donc, à la fin du XVIIIe siècle l'une de ses caractéristiques essentielles qui le liait directement à l'Empire des Incas.

No 38 - La région du Paititi. Détail d'une carte de Guillaume de l'Isle (Amsterdam, 1726).

Notes

1 Sir Walter Raleigh, El descubrimiento., op. cit., p. 529-530.

2 Ibid., p. 633.

3 Ibid., p. 634.

4 Ibid., p. 641.

5 L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 1ère part., ch. 3, p. 63.

6 P. de Cieza de León, El Señorío de los Incas, op. cit., ch. 50, p. 148-149.

7 P. de Cieza de León, La crónica del Perú, op. cit., ch. 78, p. 306.

8 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. índ., op. cit., ch. 38, p. 243. Le P. Bernabé Cobo signale de son côté que les Chancas cherchaient à se libérer du joug des Incas. Cf. B. Cobo, Hist., op. cit., liv. 12, ch. 12, p. 80 :
"Hizo otra jornada [el Inca] en que acabó de pacificar los Chancas, que todavía andaban inquietos y no cesaban de intentar novedades y revueltas por librarse de la sujeción de los Incas ; porque, como hombres hechos a mandar, sentían mucho el ser mandados de otros. Al cabo de haber hecho lo ultimo que pudieron para cobrar su libertad, y no habiéndola conseguido, perdieron del todo las esperanzas de verse señores como antes, y con extraña rabia y desesperación, tomando por caudillo a un valeroso indio por nombre Anco-Allo, se ausentaron de su patria muchos, y embarcándose en balsas en un brazo del río Marañón, se metieron por las montañas de los Andes, que caen al oriente de aquella provincia, sin que se supiese más dellos."

9 L'Inca Garcilaso cite 2 fois ce mot dans ses Comentarios Reales de los Incas (op. cit.). Il explique ainsi (I, liv. 2, ch. 24, p. 76) : "a la calentura llaman rupa (r sencilla), que es quemarse". De même (I, liv. 9, ch. 15, p. 354), il indique : "y como sobreviniese la calentura, la cual llaman rupa (r blanda) que es quemarse…"

10 Juan Pérez de Guevara, Carta de Juan Pérez de Guevara a Gonzalo Pizarro sobre su jornada de Rupa-Rupa (2-VI-1545), dans Relaciones Geográficas de Indias - Perú, op. cit., t. 3, p. 170.

11 Garcilaso de la Vega (El Inca), Primera parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 7, ch. 14, p. 268.

12 Ibid., liv. 7, ch. 15, p. 268.

13 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. índ., op. cit., ch. 49, p. 254.

14 Joan de Santacruz Pachacuti Yamqui, Relación de Antigüedades deste Reyno del Perú, dans Crónicas Peruanas de Interés Indígena, op. cit., p. 304.

15 La copie que nous utilisons, datée du 23 mars 1636, est conservée à l’AGI sous la cote : Audiencia de Charcas, leg. 21, fol. 1 r°-10 r° Elle porte le titre suivant : Relación cierta que el Padre Diego Felipe de Alcaya, Cura de Mataca, emuía a Su / Señoría el Señor Marqués de Montesclaros, Visorrey de estos Reynos, sacada de la que el Capitán Martín Sánchez de Alcayago, su padre, dexó echa como primer des/cubridor y conquistador de la Gouernaçión de Santa Cruz de la Sierra, y primer po/blador, el quai con particular cuydado y estudio fue asentando todo lo que / en su descubrimiento sucedió, y en especial de la tierra rica que Mango Ynga, / segundo Capitán deste nombre tiene conquistada, que oy posee en grandíssima / feliçidad por su gran prosperidad, llamada Paytitti, en la qual tiene des/cubierto todo género de metales hasta el más luçido que es claro, saca / perlas de la laguna que ciñe por vna falda el cerro Paytiti, saca piedras / de todas colores de grande estima, y del cerro rico que el Capitán Condori labró / en la cordillera de los Chiriguanaes, llamado Caypurin, y del oro que sacaua / su hermano Guacané, Rey nuevo de los llanos de Grigotta, cuya fortaleza / está oy en pie en testimonio de lo dicho por su gran fundamento, llamada / Sabaypata, que es como se sigue…
Le contenu de ce document a été analysé par M. Serrano y Sanz, Autobiografías y Memorias…, op. cit., par. VI, p. LXIV-LXVI. M. Serrano y Sanz a rectifié le nom Alcaya en Alcayaga en tenant compte très certainement du nom Alcayago qui, d'après le titre, serait celui du père de Diego Felipe de Alcaya. Dans l'incertitude, nous préférons maintenir le nom qui apparaît dans le doc.

16 D. F. de Alcaya, Relación, op. cit., fol. 6 r°

17 Guacané ne serait donc pas le fils de l'Inca, comme le prétend M. Serrano y Sanz (Autobiografías y Memorias…, op. cit., p. LXIV).

18 D. F. de Alcaya, Relación, op. cit., fol. 6 r°

19 J. de Velasco, Description du royaume de Quito, op. cit., 3e partie, t. 84 (1839), p. 267. Cette œuvre est postérieure à 1683.

20 Dr. Pérez de Uriondo, Informe y dictámen del Fiscal de Chile sobre las ciudades de los Césares, y los arbitrios que se deberian emplear para descubrirlas (1782), dans Derroteros y viages a la Ciudad Encantada, ó de los Cesares, que se creia existiese en la Cordillera al Sud de Valdivia, CDA, I, 5, p. 52.

21 F. Coreal, Voyages…, op. cit., t. 1, 3e part., ch. 8, p. 401-402.

22 Cf. R. Levillier, El Paititi, El Dorado y las Amazonas, op. cit., ch. 3, par. 1, p. 92-93.

23 Relaçión del Sargento Mayor Bartolomé / de Heredia, de la Jornada de los Toros, (copie de 1636), AGI, Audiencia de Charcas, leg. 21, fol. 27 v°

24 Voir supra, ch. 20, par. 8.

25 Cf. M. Frontaura Argandoña, Descubridores y exploradores de Bolivia, op. cit., 1ère part., ch. 3, p. 45.
Voir également, au sujet des premières expéditions, la Relación Anónima al Virey del Perú sobre los descubrimientos hechos en la otra parte de la cordillera llamada de los Andes, dans CODOIN, vol. 5, p. 480-481. Le ms. est du XVIIe s., mais la Relación date de l'époque du vice-roi Francisco de Toledo qui a gouverné de 1566 à 1581 ; elle n'a été écrite qu'à partir de 1569. Le doc. se trouve dans la col. Muñoz de la RAH, t. 71, fol. 169 r°174 r° avec le titre : Relación de descubrimientos y poblaciones al este de los Andes.

26 D. F. de Alcaya, Relación, op. cit., fol. 6 v°-7 r°

27 Cf. R. Levillier, El Paititi, El Dorado y las Amazonas, op. cit., ch. 3, par. 3, p. 100.

28 Capitán Gregorio Ximénez, Relación que se va tomando para el descubrimiento de los Moxos (Copie de l'escribano Jerónimo Flores Bohorques, datée du 23-III-1636), AGI, Audiencia de Charcas, leg. 21, fol. 15 v°-16 r°

29 Cf. R. Levillier, El Paititi, El Dorado y las Amazonas, op. cit., ch. 3, par. 4, p. 111.

30 Relación Anñnima al Virey del Perú sobre los descubrimientos hechos en la otra parte de la cordillera llamada de los Andes, op. cit., p. 484-485.

31 R. Levillier, El Paititi, El Dorado y las Amazonas, op. cit., ch. 3, par. 4, p. 103.

32 Voir supra.

33 Francisco de Hinojosa ("Ynojosa"), Relación de lo sucedido en la entrada / de los Mojos, BNM, Ms. 3 044, fol. 364 r°-365 v° Cette Relación est adressée au vice-roi du Pérou Martín Enríquez. Elle est datée de La Plata, 17 juillet 1582. Hinojosa conte ce qui est arrivé à son lieutenant Pedro Vélez de Guevara. Le texte est signé par l’auteur.
Le document a été reproduit dans Relaciones Geográficas de Indias - Perú, op. cit., t. 3, p. 278-279, avec le titre : Relación de lo sucedido en la entrada de los Mojos.

34 M. Frontaura Argandoña, Descubridores y exploradores de Bolivia, op. cit., 1ère part., ch. 3, p. 45-46.

35 Ibid., 1ère part., ch. 3, p. 46.
Voir à ce sujet : C. Bayle, El Dorado Fantasma, op. cit., ch. 12, p. 354-383 ; R. Levillier, El Paititi, El Dorado y las Amazonas, op. cit., ch. 3, p. 89-112 ; Enrique de Gandía, Hist. Crít., op. cit., ch. 12, p. 223-234 et B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2, part. 1, liv. 9, ch. 31, p. 272-277.

36 Diego Felipe de Alcaya, Relación cierta…, op. cit., fol. 6 r°

37 Relación Anónima al Virey del Perú sobre los descubrimientos hechos en la otra parte de la cordillera llamada de los Andes, op. cit., p. 485.

38 L'auteur semble fort bien renseigné. Pour Marcos Jiménez de la Espada, qui a publié un extrait de ce document, la Relación, adressée au vice-roi D. Francisco de Toledo, pourrait avoir été écrite par son cousin "Fr. García". Cf. Relaciones Geográficas de Indias - Perú, op. cit., t. 3, p. 278.

39 P. Andrés Ortiz (S. J.), [Carta al Provincial Juan Sebastían (18-VI-1595)], Annua de la Compañía de Jesús. - Tucumán y Perú. 1596, dans Relaciones Geográficas de Indias - Perú, op. cit., t. 2, p. 93.

40 Ibid., p. 93-94.

41 C. Bayle, El Dorado Fantasma, op. cit., ch. 12, p. 371.
Voir à ce sujet :
– Relación Verdadera del asiento de Santa Cruz de la Sierra, límites y comarcas della, Río de la Plata y el de Guapay e sierras del Pirú en las provincias de Los Charcas, para el Excmo. Sr. Don Francisco de Toledo. Visorrey del Perú (2e moitié du XVIe s.), dans Relaciones Geográficas de Indias Perú, op. cit., t. 1, p. 394-401. L'original (3 fol.) se trouve à la RAH, Papeles de jesuitas, t. 102. doc. no 55.
– Lorenzo Suárez de Figueroa, Relación de la Ciudad de Santa Cruz de la Sierra, por su gobernador Don Lorenzo Suárez de Figueroa (copie datée du 2-VI-1586), dans Relaciones Geográficas de Indias - Perú, op. cit., t. 1, p. 402-406. L'original (7 fol.) se trouve à l'AGI, Patronato.
– Juan Pérez de Zurita, Relación de la ciudad de Santa Cruz de la Sierra y su gobernación, calidad de tierra y otras cosas y (así) la cual dio Juan Pérez de Zurita, Gobernador que ha sido della (v. 1586), dans Relaciones Geográficas de Indias - Perú, op. cit., t. 1, p. 407409. L'original (3 fol.) se trouve à la RAH.

42 Voir supra, ch. 26, par. 2. Francisco Ortiz de Vergara le souligne dans une Relación adressée à Juan de Ovando, le président du Consejo de Indias. Il précise qu'il avait emmené "Nuflo de Chaves" comme membre de l’expédition (partie du Río de la Plata le 28-IX-1565) qu'il organisa pour se rendre au Pérou :
"Partí de allí, llevando conmigo al capitan Nuflo de Chaves y su mujer y hijos, con intento de que fuese á sustentar á Sancta Cruz de la Sierra, que él había poblado, saliendo á conquistar y descubrir la noticia de las Amazonas y Dorado, de que en aquella tierra se tiene gran noticia."
Cf. Francisco Ortiz de Vergara, Al Ilustrísimo Reverendísimo Señor Don Juan Ovando, Presidente del Consejo Real de Indias : Relación verdadera del viaje y salida, que hizo del rio de La Plata al Perú, Francisco Ortiz de Vergara, su cierto servidor, dans CODOIN, vol. 4, p. 378. Le texte se trouve également à la RAH, col. Muñoz, t. 70, fol. 212 r°-217 v°

43 H. de Ribera, Relación, op. cit. Le texte intégral et sa traduction française ont été publiés par le P. P. F.-X. de Charlevoix. Cf. H. de Ribera, Relation du Capitaine Fernand de Ribera, op. cit.

44 H. de Ribera, Relación. op. cit., p. 597.

45 Cette zone correspond au Pantanal do Rio Negro, au Pantanal de São Lourenço, à la Lagoa Liberaba et à la Corixa Grande situés au sud-ouest de l’État brésilien du Mato Grosso, au nord du Paraguay et à l'est de la province bolivienne de Santa Cruz. Soit entre le 16e et le 20e parallèles, entre 56° et 58° de longitude Ouest.

46 Cf. H. de Ribera, Relación, op. cit., p. 598. Voir supra, ch. 30, par. 7 (n. 86).

47 Ibid., p. 598.

48 Ibid., p. 598.

49 Ibid., p. 598.

50 Ibid., p. 598.

51 Cf. Dr. Manuel Domínguez, "Eldorado, Enigma de la Historia Americana, era el Perú de los Incas”, art. cit.
Comme nous le verrons, l’Eldorado et le Paititi furent souvent considérés comme des synonymes.

52 H. de Ribera, Relación, op. cit., p. 598.

53 Ibid., p. 598-599.

54 Le P. de Charlevoix signale dans son Histoire du Paraguay (op. cit., t. 1, liv. 2, p. 83), l’existence de cette île.

55 Soit 55,56 km sur 18,52 km si l'on se réfère à l’unité de mesure espagnole.

56 Álvar Núñez Cabeza de Vaca.

57 P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 2, p. 83-84.

58 Ibid., t. 1, liv. 2, p. 84.

59 Alonso Soleto Pernia, Memorial de lo que han echo mis padres y [yo], / en busca del Dorado, que anssí se llama / esta conquista, y dicen que es el Paytitti, AGI, Audiencia de Charcas, leg. 21, fol. 34 r°-40 r° Nous utilisons ici la transcription de M. Serrano y Sanz. Cf. A. Soleto Pernia, Memoria…, op. cit.

60 A. Soleto Pemia, Memoria…, op. cit., p. 477.

61 Cf. supra, par. 4.

62 Capitán Gregorio Ximénez, Relación que se va tomando para el descubrimiento de los Moxos (copie datée de 1636), op. cit., fol. 15 v°

63 Cf. supra, par. 4 et n. 23.

64 Cf. B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2, 1ère part., liv. 9, ch. 31, p. 274-275 et n. 2 (p. 275).

65 U. Schmidel, Relación…, op. cit., ch. 37, p. 182.

66 U. Schmidel, Viaje al Río de la Plala y Paraguay, por Ulderico Schmidel, col. CDA, op. cit., ch. 37, p. 33.

67 Memoria de la lierra de Los Llanos segund se pudo saber por indios que habían estado alla (Entrada de Diego Alemán a los Mojos o Mussus.- 1564), dans Relaciones Geográfîcas de Indias - Perú, op. cit., t. 3, p. 277.

68 Ibid., p. 277-278.

69 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2,1ère part., liv. 9, ch. 31, p. 273. C’est la seule trace (comme le signale la n. 1, p. 273) que l'on connaisse de l’œuvre de Francisco Gil Negrete. B. Arzáns en fournit heureusement le titre : Varios discursos de los sucesos que tuvieron los capitanes que han entrado a conquistar los chunchos, indios de guerra que confinan con las ciudades del Cuzco y de La Paz, su naturaleza y descripción de sus provincias. Escrito por el maestre de campo don Francisco Gil Negrete, sucesor en el gobierno de aquellas regiones, que consagra al excelentísimo señor don Pedro de Toledo, marqués de Mancera, virrey, gobernador y capitán general de estos reinos y provincias del Perú, etc. Año de 1640. On ne sait si l'œuvre était manuscrite ou imprimée. Le Pays des Chunchos — que Ferdinand Denis appelle "le royaume de Choncha" — n'était qu'une sorte d'équivalent du Paititi. Cf. F. Denis, Le Monde enchanté…, op. cit., p. 217-218.

70 P. Guevara (S. J.), Hist., op. cit., liv. 2, part. 1, par. 6, p. 107.

71 Cf. Voltaire, Candide ou L'Optimisme - Conte philosophique, 1759, op. cit.

72 Martin del Barco Centenera, Argentina…, op. cit., fol. 35 v°.

73 Ibid., fol. 35 v°.

74 Ibid., fol. 36 r°.

75 Ibid., fol. 37 r°.

76 Ibid., fol. 37 r°.

77 P. Manuel Rodríguez, El Marañón…, op. cit., liv. 6, ch. 4, p. 385.

78 Ibid., liv. 6, ch. 4, p. 385.

79 Cf. Juan de Velasco, Description du Royaume de Quito, op. cit., p. 267 (t. 84).
Voir, également, F. Denis, Le Monde enchanté…, op. cit., p. 218-219.

80 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2, 1ère part., liv. 9, ch. 23, p. 240.

81 P. M. Rodríguez, El Marañôn…, op. cit., liv. 6, ch. 4, p. 386.

82 Cf. B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2, 1ère part., liv. 9, ch. 23, p. 240.

83 Ibid., vol. 2, 1ère part. liv. 9, ch. 23, p. 240.

84 P. M. Rodríguez, El Marañón…, op. cit., liv. 6, ch. 4, p. 386.

85 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2, 1ère part., liv. 9, ch. 23, p. 240.

86 J. de Velasco, Description du Royaume de Quito, op. cit., p. 267 (t. 84).

87 Ibid., p. 267-268.

88 Ibid., p. 269.

89 Ibid., p. 268-270.

90 F. Denis, Le Monde enchanté…, op. cit., p. 220-221.

91 P. M. Rodríguez, El Marañón…, op. cit., liv. 6, ch. 4, p. 387.

92 Fr. B. J. Feijoo y Montenegro, Suplemento del Teatro Crítico (Fábula de las Batuecas…), dans Obras escogidas, op. cit., t. 4, par. 99, p. 395.

93 Túpac-Amaru II [José Gabriel Condorcanqui], Bando que se encontrô en los papeles de Tupac-Amaru (Copie, datée du 15-VIII-1781, à Plata), dans Documentos para la historia de la sublevación de José Gabriel de Tupac-Amaru, cacique de la provincia de Tinta en el Perú, CDA, t. 5, p. 104-105. Nous transcrivons intégralement ce doc. dans le texte dactylographié de notre thèse (vol. 5, appendice no 1, doc. no 16, p. 1060-1061).

94 Velasco Túpac Inca Yupanqui (Felipe), [Bando] (Copie datée du 31-V-1783), dans Documentos para la historia de la sublevación de José Gabriel de Tupac-Amaru, (…) op. cit., p. 183.
Nous transcrivons intégralement ce doc. dans le texte dactylographié de notre thèse (vol. 5, appendice no 1, doc. no 17, p. 1062-1063). Túpac Amaru II avait été exécuté en 1781.

95 Agustín de Jáuregui, Sentencia dada por el Virey de Lima contra los reos que señala et oficio de D. Felipe Carrera, dans Documentos para la historia de la sublevación de José Gabriel de Tupac-Amaru (…), op. cit., p. 195.

Table des illustrations

Légende No 38 - La région du Paititi. Détail d'une carte de Guillaume de l'Isle (Amsterdam, 1726).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search