Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume II

Chapitre XXXI. Le développement du mythe de l'Eldorado

Texte intégral

  • 1 Voltaire, Candide ou l'Optimisme, op. cit., ch. 17, p. 108.

"Quel est donc ce pays, disaient-ils l'un et l'autre, inconnu à tout le reste de la terre, et où toute la nature est d'une espèce si différente de la nôtre ? C'est probablement le pays où tout va bien ; car il faut absolument qu'il y en ait un de cette espèce."
(Voltaire, Candide ou l'Optimisme, ch..171).

1 - Le renouveau du mythe de l'Eldorado

1La "cristallisation" du mythe de l'Eldorado, comme nous avons pu le constater, s'était produite dans la région andine. Le cacique de Guatavita, qui avait remplacé le célèbre Indio Dorado, se transforma en Roi Dorado, souverain d'un royaume que l'on imaginait plein de richesses.

2Les premières recherches, sur les contreforts orientaux de la cordillère des Andes, n'avaient abouti qu'à des échecs. Puis, l'effort d'investigation, gêné par les guerres civiles du Pérou qui mobilisaient un nombre important d'explorateurs virtuels et par la disparition quasi totale d'une première génération de chefs passionnés par cette aventure, dut s'interrompre quelque temps. Le Dorado était dans tous les esprits et l’intervention d'éléments nouveaux contribua à ancrer solidement cette idée qui connut alors un second souffle.

3A la suite de la période, particulièrement agitée, des guerres civiles que traversa le Pérou, les soldats habitués à l'action ne pouvant rester oisifs, l'on songea à les occuper, coûte que coûte, car ils étaient un danger potentiel et pouvaient mettre en péril la jeune colonie en y semant le désordre et en provoquant de nouveaux affrontements. Il parut sage de les éloigner des bases et des agglomérations. Il existait un moyen efficace : promouvoir de nouvelles expéditions. Cette "solution" n'était pas originale ; elle fut d'ailleurs également utilisée dans d'autres zones de manière systématique, et tout particulièrement en Nouvelle-Espagne. Ainsi, peut-on lire, dans les instructions officielles données — le 20 mars 1596 — par la Couronne au nouveau vice-roi, le comte de Monterrey (point no 47) :

  • 2 Instrucción al Conde de Monterrey (20-III-1596), dans Los Virreyes Españoles en America durante el (...)

"Vous chercherez à occuper à des tâches de colonisation et à engager dans de nouvelles expéditions de découverte tous les oisifs et ceux qui n'auraient d'emploi ni d'occupation (...)2 "

  • 3 Instrucción a Luis de Velasco (14-III-1607), dans Los Virreyes Españoles en América durante el Gobi (...)

4Dans celles données — le 14 mars 1607 — au vice-roi Luis de Velasco, on retrouve, mot pour mot, la formule précédente, qui s'était imposée3.

5Très tôt le remède fut employé au Pérou. Le Licenciado Cristóbal Vaca de Castro écrivait à l'Empereur Charles Quint le 24 novembre 1542 :

  • 4 Licenciado Cristóbal Vaca de Castro, Carta del Licenciado Cristóbal Vaca de Castro al Emperador Don (...)

"Cette ordonnance qui poussait aux expéditions de découverte a été remarquablement efficace ; elle favorise l'accroissement des domaines de Votre Majesté — ce qui est mon souci constant —, apporte un remède aux maux dont souffrent les Espagnols qui résident ici et permet d'éviter de nombreux inconvénients, les préjudices et les mauvais traitements que doivent subir les indigènes à cause de la pléthore de soldats, car en conséquence des troubles passés et du désordre qu'il y eut jusqu'à présent, ceux-ci sont en grand désarroi et fort turbulents4."

  • 5 Carta de Su Magestad a los / Oidores en rrespuesta de otra (1551), dans Provisiones Reales para el (...)

6Dans une lettre écrite par le futur Philippe II ("El Príncipe") au nom de l’Empereur, et adressée (en 1551) à l'Audiencia de Lima, il est précisé que l'on accordait au capitaine Gómez de Alvarado l'autorisation de préparer une expédition dont le but était "la conquête et la découverte de la province d'Omagua et de ses régions", étant donné "le besoin que ce royaume [le Pérou] connaît d'une diminution des effectifs de soldats qui s'y trouvent5 ".

7L'Administration espagnole montra cependant quelque réticence à laisser le champ libre aux capitaines qui sollicitaient l'autorisation de partir vers le Dorado, car il y eut des abus dont les Indiens pâtirent. Dans un cédula signée par le futur Philippe II (à Valladolid, le 10 mai 1554), adressée à l'Audiencia du Royaume de Nouvelle-Grenade, les intentions de la Couronne apparaissent clairement. Et l'on s'aperçoit encore que le document se réfère au problème posé par les troupes oisives :

  • 6 Carta de capítulas en diferentes / materias a la Audiençia del / Nuebo Rreyno de Granada (Valladoli (...)

"Au sujet des ordres que Nous vous avons transmis pour interdire toute action militaire, tout établissement provisoire ou expédition de découverte avec des hommes armés, et plus spécialement à destination du Dorado, vous dites que Nos mandements ont toujours été respectés et que vu la pléthore de soldats oisifs et vagabonds qui se trouvaient dans ce pays et du dommage qu’ils causaient aux indigènes dans ces provinces et domaines, vous les aviez — à la demande des cités de ce royaume — envoyés coloniser certaines terres depuis longtemps explorées, et que parmi d'autres autorisations vous en aviez accordé une pour coloniser la vallée de Notre-Dame [el Valle de Nuestra Señora], sans pousser plus avant et, qu'après avoir reçu Nos instructions pour que désormais fussent interdites lesdites actions militaires et prohibés les établissements provisoires et les expéditions de découverte, vous aviez transmis au capitaine, précédemment autorisé à établir cette colonie, un arrêté interdisant à ce capitaine ou à toute autre personne de se rendre sur le lieu de la colonie sous peine de graves sanctions, et vous dites aussi que les ordres seront exécutés : cela est bien, vous agirez de la sorte et veillerez à la stricte application de ces dispositions et vous appliquerez à éviter que d'aucune manière et de quelque façon que ce soit l’on ne s'engage dans une quelconque expédition de découverte et qu'il n’y ait aucun établissement provisoire. Vous procéderez de même en ce qui concerne les créations de colonies parce que nous savons que sous couleur de coloniser l'on conquiert et l'on crée des établissements provisoires au dam des Indiens6."

8Dans une lettre adressée à l'Empereur, le 13 octobre 1551, par le Licenciado de Zorita, sont évoqués les préparatifs d'une expédition au Dorado. Et Zorita, aussi, laisse entendre dans ce document, qu'à cette époque-là, la Couronne n'était pas favorable à ce type d'expéditions :

  • 7 Licenciado de Çorita [Zorita], [Lettre à l'Empereur du 13 octobre 1551], dans Cartas escriptas a S. (...)

"Góngora a envoyé et emmène avec lui pour ce faire de nombreux hommes d'armes qu'il a rassemblés dans le gouvernement de Santa Marta ; moi j'en ai vu, là-bas, partir dans ce but. [fol. 41 v°] Ils se pressent tant car ils craignent que Votre Majesté ne fasse parvenir quelque interdiction et voudraient avoir quitté le pays à ce moment-là. Je ne sais s'il en sera ainsi7."

9La question de l'occupation des oisifs fut longtemps d'une brûlante actualité. On l'évoquait encore au Pérou vers 1570, comme le démontre un Memorial écrit alors par Diego de Robles :

  • 8 Memorial de Diego de Robles sobre el asiento del Pirú, (s.d., vers 1570), dans CODOIN, t. 11, p. 27

"Item : il convient d’autoriser tous les projets d'expéditions ou d'exploration qui seraient présentés par des personnes idoines qui maintiendraient le calme dans les régions déjà découvertes et colonisées, car c'est une chose très nécessaire, tant pour la sauvegarde et la conversion des indigènes que pour occuper les soldats et étendre et agrandir le pays8."

  • 9 Cf. F. Morales Padrón, Los Conquistadores de América, op. cit., ch. 2, p. 55. Le texte des Leyes Nu (...)

10A vrai dire, les réticences de la Couronne ne s'appliquaient pas seulement aux expéditions envisagées dont le but avoué était la recherche de l'Eldorado. Elles découlaient naturellement de la promulgation — le 20 novembre 1542 — des Leyes Nuevas qui causèrent tant d'émoi outre-Atlantique, et tout particulièrement au Pérou. Le texte de ces lois précisait longuement les règles que devraient désormais respecter les explorateurs : plusieurs chapitres étaient consacrés aux "règles que l’on doit suivre au cours des expéditions de découverte"9.

11Le Dorado, malgré les guerres civiles du Pérou et les obstacles créés par la métropole, n'avait jamais cessé, de hanter les esprits, et une période de renouveau s'annonçait. Le remarquable exploit réalisé par Francisco de Orellana qui était parvenu à descendre le fleuve des Amazones, ouvrait de nouvelles perspectives et l'horizon des explorateurs s'était subitement élargi. Le vaste bassin constitué par l'Amazone et ses affluents servait de nouveau décor à l'aventure. La recherche de l'Eldorado ne pouvait plus se limiter au versant oriental de la cordillère des Andes et le mythe, dont la localisation était toujours repoussée au-delà des territoires explorés, profitait maintenant d'un espace immense. De plus, le terrain favorisait son développement. La selva jouait un rôle à la fois dissuasif et fascinant. L'Eldorado n'était-il pas protégé par cet enfer végétal ? Ainsi, le mystère était préservé. Les obstacles naturels empêchaient de pénétrer dans une région où seuls les fleuves permettaient de réaliser de timides incursions. Cependant rien ne semblait impossible : Orellana et ses compagnons s'étaient bien accommodés de ces conditions épouvantables !

12Il était pourtant nécessaire que l'on rencontrât de telles difficultés. Les périls grandissaient les héros. La réussite était à ce prix. La recherche de l'Eldorado se transformait ainsi en une véritable quête. Les conditions géographiques sublimaient les intentions premières. Le Dorado n'était pas un quelconque pays riche : il fallait montrer de l’audace, faire preuve de ténacité et même d'héroisme pour s'efforcer de l'atteindre. Le mythe se dérobait, échappait aux conquistadores avec la complicité de la forêt.

13Mais n'est-ce pas là une condition indispensable à la survie du mythe ? Le rêve se nourrit de mystère mais aussi d'espoir et parfois de déception. La selva n'était pas totalement impénétrable et laissait quelques chances aux hommes épris d'aventure. Le mythe, pour être crédible, doit aussi paraître accessible, même au prix des pires souffrances. Peut-on imaginer meilleur cadre que celui de la forêt équatoriale pour que se développe le mythe de l'Eldorado ?

2 - Les Indiens Brasiles

  • 10 Cf. A. Métraux, Religions..., op. cit., ch. 1, p. 20. Voir également Mircea Eliade, La Nostalgie de (...)

14Alors que dans la région andine le mythe du Dorado recouvrait sa vigueur initiale, un fait d'importance précipita la marche des événements. Un groupe d'indiens du Brésil, qui avait traversé l'Amérique du Sud d'est en ouest, arriva en 1549 au Pérou, dans la région de Chachapoyas. Alfred Métraux, qui souligne le caractère mystique de cette migration précise qu'il s'agissait vraisemblablement de Tupinambas partis de la côte du Brésil à la recherche d'une terre où "avec l'immortalité ils trouveraient le repos éternel". Un tel mouvement messianique s'explique aisément car la quête du Paradis terrestre déterminait d'importants déplacements de population à l'intérieur du continent10. Cependant l'arrivée inopinée de nombreux indigènes surprit les Espagnols du Pérou. Ces Indiens furent appelés Brasiles.

15Le prologue de la Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado apporte quelques précisions sur le voyage de ces migrants :

  • 11 Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado (...), op. cit., p. 423, (...)

"(...) ce même récit avait été fait par certains Indiens Brasiles qui partirent de leur pays et remontèrent ce fleuve Marañón, découvrant et conquérant jusqu'à ce qu'ils parvinrent au Pérou du temps du gouvernement du Licencié Gasca. Ces Indiens Brasiles, qui vivent sur la côte du Brésil, racontèrent que plus de dix ou douze mille d'entre eux quittèrent leur pays sur de nombreuses pirogues, avec leurs femmes et leurs enfants, et qu'ils étaient accompagnés par deux Espagnols portugais, dont l'un se nommait Mateo. Ils expliquèrent qu'ils allaient à la recherche d'un pays meilleur que le leur pour s'y installer, mais, à mon avis, c'était plutôt pour mieux emplir leurs maudits ventres de chair humaine, dont ils mangent tous et dont ils raffolent. Ils racontèrent qu'ils avaient mis plus de dix ans pour remonter le cours du fleuve avant d’arriver au Pérou et que seuls quelque trois cents d'entre eux, avec quelques femmes, sur les dix mille qui étaient partis, étaient arrivés à destination, qu'ils avaient abouti au village de Chachapoyas où ils demeurèrent parmi les Espagnols et que les autres périrent sur ledit fleuve à cause des guerres qu'ils durent mener contre les indigènes qui vivaient sur les rives dudit fleuve11."

16Toribio de Ortiguera, de son côté, donne dans son œuvre Jornada del río Marañón, un chiffre encore plus impressionnant pour ces Brasiles, et il précise que leur chef se nommait Viaruzo :

  • 12 T. de Ortiguera, Jornada del río Marañón..., op. cit., ch. 2, p. 308.

"(...) il advint qu’en ce lieu situé au milieu des terres, sur le territoire du Brésil, du côté de la mer du Nord, et qui se trouve sur les arrières du Pérou, entre le Rio de la Plata et le fleuve Marañón, en direction de l'Orient, surgit un Indien courageux et valeureux nommé Viaruzo. Il rassembla une foule de guerriers, avec une multitude de pirogues — qui sont des embarcations d'une seule pièce sur lesquelles les Indiens naviguent sur les fleuves et même sur la mer — et une grande quantité de ces armes dont ils se servent, flèches, dards et sagettes, beaucoup de victuailles et de nourriture nécessaires pour entreprendre un aussi long voyage et, désireux de faire des conquêtes et de placer sous sa domination d'autres hommes et d'autres terres, il partit de la région du Brésil que l'on a mentionnée et s'engagea vers l’amont du fleuve Marañón avec sa flotte. Poursuivant son voyage, il trouva, au bout de quelques jours de navigation sur le fleuve, sur la gauche, un autre bras du fleuve dont les eaux étaient d'un vert foncé et très profondes. Comme son intention, depuis le début, était de rechercher les habitants et les agglomérations du pays, y compris ceux qui vivaient le long des bras principaux et les plus importants, il s'engagea sur ce bras avec toute son armée, avec deux Portugais qui l'accompagnaient — et qui connaissaient bien sa langue — afin que ses indiens fussent encouragés et conseillés pour les combats (...)12 "

17Toribio de Ortiguera n'est pas avare de détails et donne un rapport très complet du long voyage des Indios Brasiles. Cependant ni Ortiguera ni l'auteur de la Relation précédemment citée ne semblent avoir perçu la dimension mystique de cette étrange migration dont ils ne voyaient que l'aspect belliqueux ou que la préoccupation utilitaire.

18Fray Pedro Simón a repris ces informations dans ses Noticias Historiales de Venezuela. Il rapporte l'aventure des Indios Brasiles en ne soulignant que leurs goûts d'anthropophages et leur besoin de trouver de nouvelles terres pour assurer leur subsistance :

  • 13 Fr. P. Simon, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Sexta Noticia Historial, ch. 1, p. 278.

"(...) certains Indiens Brasiles qui fuyaient — suivant leurs dires — leur pays, situé sur la côte du Brésil, d'où partirent ensemble plus de douze mille Indiens afin de s'installer dans d'autres provinces qui leur paraîtraient plus agréables car ils étaient en surnombre sur leur territoire, vu l'importance de la population. Cependant d'aucuns pensent que ces Indiens entreprirent plutôt ce voyage pour se gaver de chair humaine en d'autres lieux13."

19Pero Magalhães de Gandavo est le seul à expliquer, dans son Histoire de la Province de Sancta-Cruz, que ces indigènes poursuivaient un but très louable :

  • 14 P. Magalhanes de Gandavo, Hist., op. cit., ch. 14, p. 154.

"N'ayant pas de terres cultivées qui les retiennent dans leur patrie, ils sont sans cesse occupés à chercher des habitations nouvelles, croyant gagner ainsi l'immortalité et le repos éternel. Il arriva que quelques-uns d'entre eux quittèrent leur pays, et s'enfoncèrent dans l'intérieur. Après quelques journées de marche, ils rencontrèrent d'autres Indiens, leurs ennemis, à qui ils firent une guerre cruelle ; mais ceux-ci, étant très-nombreux, les vainquirent. Ne pouvant retourner dans leur patrie, ils s'enfoncèrent encore davantage dans les terres14."

20On ne retrouve pas dans le récit de Magalhães de Gandavo les milliers d'Indiens dont les autres chroniqueurs font état. Il n'indique pas non plus que deux Portugais accompagnaient les indigènes. Ce détail aurait certainement figuré dans son œuvre s'il l'avait connu. Peut-être disposait-il de moins d'informations à ce sujet ; il démontre toutefois qu'il était au fait des mœurs et des croyances des Tupinambas. Les Espagnols avancent des chiffres qui peuvent paraître exagérés si l'on se réfère au récit de l’expédition que l'on proposait du côté du Brésil. Cependant, quel que soit le nombre des migrants, nous devons constater que divers témoignages confirment la réalité du voyage et du séjour au Pérou des Indios Brasiles.

***

21Ceux-ci contèrent leur extraordinaire pérégrination, excitant la curiosité des Européens du Pérou qui s'intéressaient chaque fois davantage à cette Amazonie mystérieuse dont Francisco de Orellana avait à peine entrevu les secrets quelques années auparavant, et que l'on supposait alors très peuplée. Orellana eut en effet l'occasion de constater la densité extraordinaire des habitations indigènes dans certaines régions qu'il traversa. L'arrivée au Pérou de milliers d'indiens de la selva — au dire de quelques chroniqueurs — pouvait confirmer les renseignements recueillis par Orellana et ses compagnons. C'était une information de bon augure, d'autant plus que les Brasiles assuraient avoir rencontré au cours de leur voyage de grandes quantités d'être humains vivant dans des agglomérations immenses situées sur les rives d'un lac. C'est du moins ce que rapporte Toribio de Ortiguera :

  • 15 T. de Ortiguera, Jornada del río Marañón..., op. cit., ch. 2, p. 308.

"(...) au bout de quatre jours de navigation vers l’amont de ce bras du fleuve, ils se retrouvèrent sur un grand lac qui s’étalait dans une vaste plaine, au pied de hauteurs très élevées constituées de terres pelées, sans arbres. Il y avait sur les rives du lac de grandes agglomérations où vivaient des Indiens, en si grand nombre que les Brasiles en furent étonnés et frappés de stupeur. Les naturels, voyant que leur pays et leur lac était envahi par cette grande flotte de pirogues des Indiens Brasiles — qui rassemblait plus de mille cinq cents unités — et surpris par cette incroyable nouveauté, s'armèrent incontinent et transmirent l'information à tous les villages15."

22L'information était de première importance. Une région fortement peuplée pouvait laisser supposer d'abondantes richesses. En outre, la présence d'un lac était un indice intéressant car le souvenir du lac de Guatavita et du Rey Dorado hantait toujours les esprits. Une nouvelle fois nous trouvons un lac associé à la possibilité de découverte d'un pays exceptionnel. Soulignons le rôle de cet élément, car le lac est l'une des données fondamentales, une base essentielle pour le développement du mythe de l'Eldorado.

23Les indigènes que rencontrèrent les Brasiles leur parurent immensément riches et experts dans l'art de travailler les métaux précieux. Pero Magalhães de Gandavo donne des détails à ce propos :

  • 16 P. Magalhanes de Gandavo, Hist., op. cit., ch. 14, p. 154-155. T. de Ortiguera, Jornada del río Mar (...)

"La fatigue et la misère en firent périr un grand nombre, et ceux qui survécurent arrivèrent dans un pays où il y avait de grands villages, une population nombreuse, et tant de richesse qu'ils affirmèrent qu'il y avait de très-longues rues habitées par des gens dont l'unique occupation était de travailler l'or et les pierreries. (...) Ils leur firent présent de boucliers garnis d'or et d'émeraudes, les priant de les emporter dans leur pays, et d’annoncer qu'ils étaient prêts à échanger des choses de ce genre contre des outils de fer, et disposés à bien recevoir ceux qui voudraient traiter avec eux16."

24Le mythe de l'Eldorado évoluait ainsi considérablement. Un important centre de peuplement existerait au cœur de l'Amazonie. Et surtout, l'or et les pierreries y semblaient fort communs puisqu’on n'hésitait pas à les y échanger contre de vulgaires outils de fer. Il y aurait donc, perdue au milieu de la selva, une civilisation exceptionnelle) peut-être un nouveau Tenochtitlán ou un second Pérou... On pouvait imaginer de belles cités avec de grandes "rues", tout un peuple d'ingénieux artisans, d’habiles orfèvres, un souverain puissant et généreux qui gratifiait ses visiteurs de magnifiques objets d'or ornés de pierres précieuses. Viarazu et ses Indiens Brasiles n'avaient-ils pas été accueillis à bras ouverts et couverts de richesses ? L'image de l'Eldorado se précisait ainsi peu à peu ; un nimbe doré se formait autour d'elle. Et l'on avait d'autant plus de raisons de croire à tous ces rêves que l'on pensait pouvoir accorder quelque crédit aux affirmations des Brasiles. Comment ne pas se fier à d'aussi nombreux témoins oculaires ? Ce fut là une donnée essentielle et déterminante.

3 - Le Pays des Omaguas

25La province merveilleuse qui enflammait alors l'imagination des colons du Pérou avait un nom : c'était le Pays des Omaguas (ou Omeguas). Et ces Indiens, selon Magalhães de Gandavo, semblaient bien disposés à l'égard des étrangers barbus avec lesquels ils songeaient à établir des relations commerciales.

  • 17 Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado (...), op. cit., p. 424.

"[Les Indiens Brasiles] disaient des choses si merveilleuses sur le fleuve et les régions voisines, et tout spécialement sur la province d'Omagua, ainsi que sur le grand nombre d'habitants et les richesses innombrables qui s'y trouvaient, qu'ils firent naître chez beaucoup le désir de les voir et de les découvrir17."

26indique la Relación verdadera de todo lo sucedió en la jornada de Omagua y Dorado.

27Pourtant il avait déjà été question plusieurs fois de cette province avant l'arrivée des Indios Brasiles ; Fray Pedro Simón le rappelle :

  • 18 Fr. P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Sexta Noticia Historial, ch. 1, p. 278-279.

"[Les Brasiles] fournissaient des renseignements, tout spécialement sur la province des Omeguas, dont, comme nous l’avons déjà signalé, certains pensent que c'était celle-là même que découvrit Philippe de Hutten [Felipe de litre] avec le nom d'Omeguas. Ces renseignements avaient déjà été donnés, comme nous l'avons mentionné, par le capitaine Francisco de Orellana, lorsque, après s'être égaré et n'ayant pu retrouver l’expédition, commandée par Gonzalo Pizarro, qui était partie à la recherche du Pays de la Cannelle, il suivit le cours de ce fleuve Marañón vers l'aval. Cette province, dont parlaient les Indiens, devint, grâce à la fallacieuse réputation qu'elle acquit au Pérou, le lieu de séjour de l'Homme Doré. Et si l'Homme Doré n'était pas directement en cause, la responsabilité en revenait à ce nom qui résonnait si bien et qui avait si promptement circulé dans le pays, immédiatement après son apparition dans la ville de Quito, comme nous l'avons déjà dit18."

28En 1627, Fray Pedro Simón avait suffisamment de recul pour comprendre que, plusieurs décennies auparavant, on avait confondu le Dorado et la province des Indiens Omaguas.

29Philippe de Hutten était passé, effectivement, dans la contrée peuplée par ces Indiens. Nous savons qu'il était parti de Coro en août 1541 et qu'il avait erré pendant plus de quatre ans dans les llanos et sur les contreforts de la Cordillère, recherchant un pays où abondaient les richesses, que certains chroniqueurs nommèrent, sans s'embarrasser de nuances : El Dorado. Il se trouvait pourtant chez les Omaguas.

30Fray Pedro de Aguado conte en détail l'aventure de Hutten dans sa Recopilación Historial de Venezuela (écrite près de 40 ans après le départ de l'expédition) et précise à propos de l'appellation "Omegua" (ou Omagua) :

  • 19 Fr. P. de Aguado, Recopilación Historial de Venezuela, op. cit., t. 1, part. II, liv. 3, ch. 4, p.  (...)

"Philippe de Hutten [Felipe de Hutten], après s'être délassé et reposé quelques jours dans le village de Nuestra Senora, mit grand soin à s'informer auprès de certains Indiens que l'on avait capturés dans la région, cherchant à obtenir confirmation des renseignements qui lui avaient été fournis dans le Papamene sur un village que les indigènes de ce lieu nommaient Guagua, et ceux du Papamene, Omaguas, ce qui correspond presque exactement au nom d'Omegua qu'avait entendu Orsúa sur le fleuve Marañón. Pensant alors que cela était vrai, et obtenant de nouvelles assurances et confirmations au sujet de la prospérité de ce fameux pays, il changea de route à la hauteur de la pointe des Pardos (...)19 "

31Une fois arrivé dans la région des Omeguas — explique toujours Aguado —, Philippe de Hutten s'enquit, auprès du cacique de Macatoa, de la situation exacte du Dorado :

  • 20 Ibid., t. 1, part. II, liv. 3, ch. 4, p. 261.

"A son tour, Philippe de Hutten [Felipe de Hutten], se mit, avec l'aide de ses interprètes, à interroger ce chef et seigneur de Macatoa sur le pays du Dorado qui était le but de ses recherches. Il y consacra presque totalement les quatre jours de repos qu'il prit alors. Il modifiait ses questions pour voir si l'Indien modifiait ses réponses. Celui-ci affirmait qu'à proximité d'une cordillère que l’on apercevait de là-bas par temps clair, se trouvaient de grandes agglomérations peuplées par des gens très riches qui possédaient d'innombrables richesses. Il ajoutait qu'à son avis il était préférable qu'il ne s’y rendît point avec le groupe réduit de ses soldats car, pour valeureux qu'ils fussent, ils seraient bientôt exterminés par la multitude de guerriers qu’il y avait20."

  • 21 D'après certains, 15 000 Omaguas auraient combattu les Européens. Cf. Emiliano Jos, La Expedición d (...)

32Hutten et ses hommes se trouvaient donc à proximité du fameux Dorado. Mais il était difficile d'approcher celui-ci et le secret paraissait bien protégé. D'ailleurs le capitaine allemand et ses troupes durent lutter contre les Omaguas et ne purent atteindre le but21. Ils rapportèrent toutefois de précieuses informations livrées par un cacique, voisin et ami de celui de Macatoa, qui était venu à la rencontre des Européens. Fray Pedro de Aguado a recueilli ces données :

  • 22 Fr. P. de Aguado, Recopilación Historial de Venezuela, op. cit., t. 1, part. II, liv. 3, ch. 5, p.  (...)

Il leur fournit également des renseignements très détaillés sur les habitants de ce pays. Il assurait qu'ils étaient innombrables, qu'il étaient vêtus et couvraient ordinairement leur corps, et qu'ils avaient certains animaux qui, d'après leurs dires, avaient l'apparence des moutons que les Indiens du Pérou élèvent et élevaient, et d'autres sortes de volatiles semblables aux dindons et aux coqs d'Inde. D’aucuns assurèrent même que ces Indiens les avaient informés que ceux du Dorado disposaient de certains animaux de haute taille qu’ils disaient être des chameaux, mais il n'y a point de ressemblance, ni de trace de vérité dans leurs propos. Ce qui réjouit le plus les nôtres ce fut d'apprendre que ces Indiens du Dorado possédaient de grandes quantités d’or et vivaient regroupés dans des villes. Comme ce chef vit que ses efforts pour persuader Philippe de Hutten [Felipe de Hutten] de ne pas poursuivre son exploration ne seraient pas couronnés de succès, il dit qu'il partirait en sa compagnie et le guiderait lui-même jusqu'aux abords de ce pays (...)22 "

33Les indigènes, comme le signale Fray Pedro de Aguado, cherchaient à se débarrasser des intrus. Ils répondaient aux questions posées en essayant de satisfaire les désirs et les aspirations des Européens. Le Dorado qu'ils évoquaient devait beaucoup à l'Empire incasique dont ils avaient quelques notions. Peut-être ne faisaient-ils que donner plus de vigueur aux espérances de ces étrangers qui bâtissaient leur royaume de rêve sur des bases indigènes connues. Pourquoi parlaient-ils de vêtements alors que dans cette zone on n'en portait point ? Avaient-ils, spontanément, indiqué la présence de métal précieux, ou répondaient-ils adroitement à une préoccupation que le comportement des nouveaux venus permettait de deviner ? C'est ainsi que se formait, peu à peu, avec la participation des autochtones, l'image de l'Eldorado.

34Quelle que soit l'origine de ces informations, il ne fait aucun doute que les propos tenus, au retour, par les survivants de l'expédition de Hutten, associaient l'idée de l'existence d'un pays riche et mystérieux au nom des Indiens Omaguas. On ne devait pas oublier de sitôt le Pays des Omaguas.

***

  • 23 Fr. G. de Carvajal, Relación..., op. cit., p. 80.
  • 24 Ibid., p. 83.

35Philippe de Hutten n'était pas le seul à connaître la province des Omaguas. Francisco de Orellana, au cours de son long voyage sur l'Amazone, traversa lui aussi le territoire de ces Indiens où il avait vu de nombreux villages très peuplés. Fray Gaspar de Carvajal, l'un des compagnons d'Orellana, précise à ce propos que "le capitaine ne voulut pas aborder à cause du nombre et de l'immensité des agglomérations et de la multitude d'habitants23 ". Il ajoute que le pays où vivent les Omaguas est très étendu : "Nous parcourûmes dans ce pays, le fief d'Omagua, plus de cent lieues [557 km]...24 " Cependant Orellana ne fit que traverser rapidement le pays. Il ne songeait pas alors à explorer la région, c'est du moins ce que laisse entendre Fray Gaspar de Carvajal :

  • 25 Ibid., p. 82.

"On trouva également dans ce village de l'or et de l'argent, mais comme nous étions surtout préoccupés par la recherche de nourriture et que nous désirions avant tout sauver nos vies et pouvoir rapporter une information aussi extraordinaire, nous n'en avions cure et n'étions aucunement séduits par les richesses25."

36Il est vrai qu'Orellana ne disposait que d'une poignée d'hommes et qu'il pouvait craindre que son expédition fût anéantie si les conditions devenaient défavorables.

37Le pays des Omaguas décrit par Orellana et ses compagnons se trouvait le long du fleuve Amazone, à la différence de celui qu’avait visité Philippe de Hutten, où l'on ne signalait aucun cours d'eau important. Avec Orellana, cette terre, très peuplée, se trouvait repoussée vers l'est, et le mythe se déplaçait, naturellement, dans cette direction, il s'éloignait des contreforts des Andes.

38Les Indiens Brasiles, qui remontèrent le cours de l'Amazone, apportèrent une confirmation aux informations transmises par Orellana puisqu'ils évoquèrent eux aussi une province fort riche, nommée Amagua, comme le signale le prologue de la Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado :

  • 26 Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado (...), op. cit., p. 423, (...)

"Ces Indiens Brasiles contèrent de grandes choses sur le fleuve et les provinces alentour, et tout spécialement sur la province d’Amagua. Ils évoquaient la multitude d'indigènes et de richesses qui s'y trouvaient et firent naître de la sorte, chez de nombreuses personnes, le désir de partir les voir et de les découvrir (...)26 "

39Rien ne prouve cependant que les Brasiles aient donné le nom "Amagua" que l'auteur de la Relación connaissait peut-être par le récit d'autres témoins, ou tout simplement grâce à la rumeur publique.

  • 27 Il est souvent nommé : Pedro de Orsúa.

40Le récit des Indiens Brasiles fit fortement impression. Une expédition fut décidée incontinent, et le vice-roi du Pérou confia à Pedro de Ursúa27 le soin de la mener à bien.

4 - Pedro de Ursúa part à la recherche de l'Eldorado

  • 28 Julio Caro Baroja, El Señor Inquisidor y otras vidas por oficio, Madrid, Alianza Editorial, 1970 (2(...)
  • 29 Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado (...), op. cit., p. 423.

41Pedro de Ursúa était Navarrais — "vasco-navarro" précise Julio Caro Baroja28 —, d'une vieille famille d'hidalgos. Arrivé très jeune (à 18 ans) sur le continent américain, il avait su prouver ses qualités de chef militaire. C'était, indique la Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado, un homme "très habile et expert en matière de découvertes et d'expéditions militaires chez les indigènes29 ". Ses états de service étaient remarquables. La Relación précédemment citée explique à ce sujet :

  • 30 Ibid., p. 423.

"Il découvrit et établit, dans le Royaume de Nouvelle-Grenade, la ville de Pamplona. Il participa à la conquête des Muços et colonisa cette région ; il fut capitaine de l'expédition vers Tairona et vers d’autres contrées de ladite Nouvelle-Grenade. A Nombre de Dios et Panamá il fut chargé par le marquis de Cañete de réprimer la sédition des Noirs qui était très dommageable pour ce territoire : il s'y prit fort habilement et fit diligence, écrasant, s'emparant et tuant un grand nombre de ces Noirs. Le châtiment fut si efficace que les autres, apeurés, se gardèrent pendant plusieurs jours de causer plus de dommage. Cette guerre étant terminée, il partit pour le Pérou, à la fin de l'année mille cinq cent cinquante-huit (...)30 "

42Le vice-roi du Pérou — le marquis de Canete — qui, selon Toribio de Ortiguera, avait la ferme intention d'agrandir le domaine de la Couronne en y ajoutant d'autres terres aussi riches que celles dont il avait la charge, choisit Pedro de Ursúa pour cette mission et le nomma gouverneur :

  • 31 T. de Ortiguera, Jornada del río Marañón..., op. cit., ch. 2, p. 309.

"Le vice-roi, en bon serviteur de Sa Majesté, souhaitant vivement que sous son gouvernement l'on découvrît un autre Pérou, persuadé qu'Orsúa était l’homme adéquat, et pour récompenser ce dernier de ses bons services et de tout ce qu'il avait enduré pendant les opérations de pacification des Noirs du Vallano — que l’on a évoquées précédemment — le manda venir de Panamá, où il se reposait des souffrances passées, pour lui confier cette expédition qu'il n'aurait jamais dû accepter de diriger, vu l'échec qu'il y subit (...)31 "

  • 32 Nous avons déjà évoqué ce point, voir supra. Cf., également E. Jos, La Expedición de Ursúa al Dorad (...)

43Telle était donc la présentation officielle de la décision. En fait, Pedro de Ursúa éloignait du Pérou les oisifs indésirables32 et partait à la recherche du Dorado que l'on croyait maintenant pouvoir atteindre puisque l'on en avait une notion plus précise grâce aux nouvelles fraîches apportées par les Indiens Brasiles.

***

  • 33 Cf. Fr. P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Sexta Noticia Historial, ch. 9, p. 309.

44Au début de l'année 1559, Pedro de Ursúa fit proclamer dans tout le Pérou son intention de partir pour l'Amazonie. Il quitta Lima avec 25 hommes et se rendit dans la province des Motilones où les Brasiles avaient abouti après leur long voyage. Les intentions d'Ursúa apparaissaient clairement : l'Eldorado était bien le but de son expédition. Il pensait atteindre ce pays merveilleux en suivant, en sens inverse, le chemin tracé par les Tupinambas. Il emmena d'ailleurs comme guides certains de ces indigènes et l'un des deux Portugais qui seraient arrivés avec eux au Pérou33.

45Ursúa avait décidé de construire des embarcations sur les rives du Río Huallaga — également appelé Río de los Motilones, où les Brasiles avaient terminé leur pérégrination — avant de s'engager sur le fleuve Amazone. Il connut alors quelques déboires car il ne pouvait satisfaire aux énormes investissements que nécessitait la préparation convenable d'une expédition. Ursúa parvint enfin à réunir les fonds indispensables et put s'embarquer avec ses hommes. Parmi ceux-ci se trouvait Lope de Aguirre qui joua par la suite un rôle remarquable. Le gouverneur commandait alors un important groupe de soldats. Pedrarias de Almesto précise dans sa Relación :

  • 34 Pedrarias de Almesto, Relación..., op. cit., p. 108.

"Le gouverneur Pedro de Orsúa réunit trois cents hommes bien pourvus de tout le nécessaire, avec autant de chevaux, quelques Noirs et beaucoup d'autres serviteurs, cent arquebuses, quarante arbalètes et beaucoup de munitions : de la poudre, du plomb, du salpêtre et du soufre34."

46On avait, à l'évidence, envisagé la possibilité d'approcher le riche royaume du Dorado. Aurait-il été pensable que l'on embarquât tant de chevaux, avec tous les sérieux inconvénients que supposait la progression par la voie fluviale, si l'on n'avait point songé à livrer bataille et conquérir un territoire ? Aurait-on mobilisé tant d'arquebusiers et d'arbalétriers pour une simple mission d'exploration ?

47Cependant, dès le départ, l'expédition était vouée à l'échec. Ursúa imposait toujours son point de vue et négligeait les avis de son entourage. Cette attitude apparut nettement lorsqu'il décida d’embarquer avec lui la belle métisse Doña Inés de Atienza dont la présence sema la zizanie parmi les soldats. Pedrarias de Almesto rapporte ainsi cette malheureuse décision d'un chef qui semblait jusqu’alors à l'abri de toute contestation :

  • 35 Ibid., p. 108.

"À cette époque-là arriva dans la région des Motilones une certaine Doña Inés, jeune et très belle, qui était une amie du gouverneur. Elle devait faire partie de son expédition, malgré les avis contraires des amis du gouverneur qui faisaient tout pour l'empêcher. Il l'emmena malgré l'opposition unanime, ce qui affligea la plupart des soldats, à cause du mauvais exemple donné mais aussi parce que les dissensions sont source de scandale et de désordre et favorisent une incurie qui affecte l'autorité du commandement. Ce fut, sans aucun doute, la raison principale de la mort du gouverneur et de notre totale destruction35."

  • 36 Ibid., p. 124-125.

48L'expédition finit par s'engager sur le fleuve, le 26 septembre 1560, et se retrouva bientôt sur le Marañón. Pedro de Ursúa négligeait un peu trop ses responsabilités pour se consacrer à sa belle métisse, et un complot ourdi par une bonne partie de ses hommes mit subitement fin à ses jours à Machifaro, au cœur de l'Amazonie. Dans la nuit du 1er janvier 1561, vers deux ou trois heures du matin, quelques conjurés le lardèrent de coups d'épées alors qu'il dormait dans son hamac36. Les mutins s'empressèrent, bien entendu, de proclamer qu'ils agissaient au nom du Roi.

***

49Comment avait-on pu en arriver là ? Il y avait parmi les soldats de Pedro de Ursúa des individus assez peu recommandables que l'on jugeait indésirables au Pérou et qui tentaient l'aventure en espérant en tirer quelque profit. Les troupes d'Ursúa n'étaient donc pas sûres, et le gouverneur ne se montra pas assez méfiant. Malgré plusieurs mois de privations et de souffrances, aucun espoir ne vint tempérer l'agitation des membres de l'expédition. On n'avait aucun indice du Dorado et la déception grandissait. Ursúa lui-même, malade et de mauvaise humeur à cause des nombreux contretemps qu'il avait connus au début de sa tentative, n'était pas assez dynamique et ne pouvait tenir ses subordonnés. Si l'on avait eu l'impression d'approcher du pays merveilleux que l'on recherchait le cours des événements eût, sans doute, été différent. Cependant, comme le fait remarquer justement Emiliano Jos, la destinée de Pedro de Ursúa n'eût pas été moins sombre :

  • 37 E. Jos, La Expedición de Ursúa al Dorado..., op. cit., ch. 4, p. 70.

"A coup sûr, si l'aspiration unanime de parvenir à un Dorado qui ressemblât plus ou moins à celui que l'on imaginait se fût réalisée, l'on n'aurait pas abouti à un si tragique dénouement, mais en cas d'échec également, il est tout aussi sûr que même si Dona Inés n'était pas partie et n'avait pas éveillé un tel désir de possession chez La Bandera et Zalduendo, ceux-ci et les autres assassins, "les pires traîtres qui fussent au Pérou", experts en mutineries et assassinats, auraient éliminé le gouverneur du Dorado de semblable manière37."

  • 38 Cf. Ciro Bayo, Los caballeros del Dorado, Madrid, Imprenta clásica Española, s.d. [1915 ?], ch. 13, (...)
  • 39 Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado (...), op. cit., p. 464.

50Au centre du complot se trouvait Lope de Aguirre. Peu à peu, ce dernier eut entre ses mains l'avenir de l'expédition. Il respecta cependant, tout au moins au début, certaines formes : Don Fernando de Guzman — l'un des officiers d'Ursúa — fut ainsi nommé général. Aguirre s'imposa ensuite directement. Le voyage se poursuivit jusqu'à l'embouchure du fleuve puis les embarcations, longeant les côtes du Brésil et de la Guyane, arrivèrent à l'île Margarita où les Marañones — tel était le nom qu'Aguirre donnait à ses hommes — mirent à sac la ville principale. Lope de Aguirre, qui s'intitulait alors "Prince des Marañones"38, et que ses adversaires qualifiaient de "tyran pervers"39, résolut de combattre l'Administration royale. Il débarqua sur le continent avec la ferme intention de se diriger vers le Pérou. Toutefois son élan fut rapidement freiné par les troupes loyalistes et il périt au Venezuela, dans la ville de Barquisimeto.

51Les "exploits" d’Aguirre ont suscité de nombreux commentaires et inspiré plusieurs auteurs. Ce tyran fou, comme le présentent généralement les chroniqueurs, avait une forte personnalité qui marqua profondément son époque. Cependant, malgré l’intérêt que présente ce personnage, nous n'insisterons pas sur son action qui sort du cadre que nous nous sommes fixé car, après la réussite du complot qui mit fin aux jours de Pedro de Ursúa, les membres de l'expédition abandonnèrent la recherche du Dorado, or, seul le but initialement prévu nous concerne directement. D’ailleurs l'élimination d'Ursúa, qui incarnait cette intention première, n'est-elle pas, en grande partie, la conséquence de l'échec prévisible dont ses hommes avaient progressivement acquis la certitude ?

52La tentative malheureuse de Pedro de Ursúa en Amazonie s'ajoutait à d'autres déceptions mais la vitalité du mythe était si puissante que les efforts se poursuivirent sans désemparer.

5 - L'Eldorado en Guyane

53Pedro de Ursúa n'avait pas découvert le Dorado en Amazonie, aussi les recherches reprirent-elles pour quelque temps à l'est de la cordillère des Andes où diverses expéditions étaient déjà passées. On retrouvait provisoirement le décor du fabuleux pays de Meta qui, plusieurs années auparavant, avait fait rêver les explorateurs.

54En 1566, le capitaine Martín de Poveda partit de Chachapoyas en quête du Pays des Omaguas qu’il situait à l'est des Andes ; le capitaine Pedro Maraver de Silva était sous ses ordres. Demetrio Ramos Pérez souligne, à propos de cette nouvelle tentative :

  • 40 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 15, p. 457.

"L'importance de cette expédition tient non seulement à l'itinéraire qui, depuis le Pérou, et du sud vers le nord, marque à nouveau la préférence pour le cadre traditionnel, mais aussi au regain d'intérêt que l'on porte à l'Orénoque, puisque les Indiens nomades qu'ils découvrirent leur indiquèrent, du côté du fleuve, un espace où résidaient des peuples numériquement très importants dont la présence les incitait à croire en l'existence en ces lieux de richesses considérables40."

  • 41 Ibid., ch. 15, p. 458. Le río Pauto dont il est question ici est celui qui se trouve en Colombie.

55Le 26 novembre 1568, c'est Ximénez de Quesada, le Mariscal du Nuevo Reino de Granada — de retour d'un long voyage en Europe — qui obtint une cédula l'autorisant à explorer la zone comprise entre le Río Pauto et le Papamene41. Le vieux conquistador reprenait du service. Il était lui aussi obsédé par le mirage du Dorado. Il obtint, en 1569, une capitulacón de l'Audiencia de Santa Fe. Comme récompense de son éventuelle réussite, on lui fit miroiter le titre de marquis. Quesada connut un échec cuisant. Ses hommes, décimés par la faim et les maladies, tombèrent les uns après les autres et le Mariscal, frustré, une fois de plus, dut abandonner ses recherches. Mais il songeait déjà à repartir pour une nouvelle expédition ! Ce n'est pourtant pas sans amertume qu'il écrivait dans un Memorial :

  • 42 Cité par F. Morales Padrón, Gran Encicl., t. IV, op. cit., ch. 11, par. 4, p. 242.

"Dieu ne voulut point qu'au cours des trois années que dura ladite expédition, l'on pût découvrir quelque territoire valable ou quelque contrée que l'on pût coloniser, alors que pendant lesdites trois années moi et mes soldats avons souffert autant, pâti de tant de revers de fortune et vécu de pénibles péripéties, si singulières et si extraordinaires que le souvenir de tant de malheurs emplit d'horreur notre esprit (...)42 "

56Désormais c'est vers l’Orénoque et la Guyane que se tourneront les regards.

***

57L’Orénoque, comme nous l'avons mentionné, avait été l'une des grandes voies de pénétration vers l'intérieur du continent. Ce fleuve permettait en effet d'approcher de la région du Río Meta que l'on jugeait digne de la plus grande attention ; Diego de Ordás et Jerónimo Dortal avaient déjà compris l'importance de ce puissant cours d'eau.

58Au-delà du delta de l'Orénoque, les explorateurs avaient le choix entre deux possibilités : remonter le cours du fleuve jusqu'au confluent du Río Meta ou bifurquer vers la Guyane, une contrée qui demeurait bien mystérieuse. L'échec de la tentative de Juan González, que Diego de Ordás avait envoyé dans cette dernière direction, refroidit quelque peu l'ardeur de ceux qui misaient sur la Guyane. Il est vrai que les flèches empoisonnées au curare jouèrent dans cette affaire un rôle particulièrement dissuasif. Cette région était très mal connue dans la deuxième moitié du XVIe siècle et, inévitablement, le mythe du Dorado devait y trouver refuge tôt ou tard.

  • 43 La Capitulación de Maraver de Silva, signée à Madrid, est datée du 7 novembre 1574. Nous l'avons ex (...)

59Plusieurs hommes manifestèrent leur intérêt pour la zone située à l'est et au sud-est du Venezuela. Pedro Maraver de Silva, Diego Fernández de Serpa et Juan Trejo Ponce de León obtinrent des capitulaciones qui leur permettaient de préparer d'éventuelles expéditions vers le Dorado. Juan Trejo Ponce de León put ainsi s’installer dans l'île Trinidad, Diego Fernández de Serpa dans la Nueva Andalucía (la région de Cumaná) et Pedro Maraver de Silva dans la Nueva Extremadura que l'on ne doit pas confondre avec l’appellation identique longtemps attribuée au Chili43.

  • 44 Cf. H. Ruiz de Morales, "La Busqueda de El Dorado por Guayana", ét. cit., ch. 2, p. 40-42.

60L’expédition de Maraver de Silva quitta l'Espagne avec une certaine précipitation pour éviter l'embargo, sur les navires se trouvant dans les ports de la Péninsule, que l'on prévoyait à la suite de la révolte des Moriscos dans les Alpujarras. Les préparatifs furent donc peu satisfaisants. De plus, une fois arrivé en Amérique du Sud, Pedro Maraver de Silva fit preuve d'un entêtement nuisible à la réussite de ses plans, et ses hommes cherchèrent rapidement à échapper à ses ordres. L'échec était inévitable44.

61Diego Fernández de Serpa n'eut pas plus de succès. Parti de Cadix en août 1569, il se trouvait à la Margarita le 4 octobre. Il s'installa dans la région de Cumaná. Son avarice et son intransigeance mirent, rapidement, un terme à ses espérances, car il fut abandonné par ses hommes et ne put soutenir la lutte contre les autochtones qui s'opposaient violemment à son établissement dans la contrée.

62Quant à Juan Trejo Ponce de León, qui devait à l’origine s'occuper de la colonisation de l'île Trinidad — mais à vrai dire songeait surtout à découvrir l'Eldorado —, sa tentative échoua comme les deux précédentes.

***

63Deux autres personnages ont marqué plus nettement l'histoire de la Guyane : Antonio de la Hoz Berrío et Sir Walter Raleigh.

  • 45 Cf. D. Ramos Pétez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 15, p. 459-460, n. 712.
  • 46 H. Ruiz de Morales, "La Busqueda de El Dorado por Guayana", ét. cit., ch. 3, p. 46, indique que Ber (...)

64Antonio de la Hoz Berrío — plus souvent nommé Antonio de Berrío — assumait la succession du Mariscal Gonzalo Ximénez de Quesada. Il avait hérité du gouvernement du Dorado qui devait revenir à l'illustre conquistador du Nuevo Reino de Granada45, son proche parent par alliance46.

65Pour Antonio de Berrío, l'affaire du Dorado se présentait très clairement. Il était convaincu que Pedro Maraver de Silva, Diego Fernández de Serpa et Juan Trejo Ponce de León donnaient des noms différents à un même pays : la Guyane. C’était donc là, à son avis, qu'il fallait chercher l'Eldorado. Nous retrouvons cette idée dans une requête qu'il présenta en 1585, où il apparaît comme le successeur de Gonzalo Ximénez de Quesada, avec lequel il avait signé un contrat :

  • 47 Solicitud del Capitán Antonio de Berrío, sucesor del / Adelantado D. Gonzalo Ximénez de Quesada en (...)

"Il signa, en 1575, un contrat avec don Gonzalo Ximénez de Quesada pour partir à la découverte du Dorado47."

66Pour Berrío, l'Eldorado ne pouvait se trouver qu'en Guyane, comme il l'in-diquait en rappelant brièvement les recherches précédemment entreprises :

  • 48 Ibid., fol. 2 r°

"Le capitaine Antonio de Verrío, successeur de l'Adelantado don Gonçalo Ximénez de Quesada, qui découvrit, conquit et organisa la répartition dans le Royaume de Nouvelle-Grenade, dit que depuis les premiers temps de la découverte des Indes, on apprit, dans toutes les provinces, l'existence de celle qui est appelée El Dorado, alias la Guyane. La découverte de diverses régions de celle-ci a provoqué, à diverses époques, la perte de vingt-sept capitaines, et l'un d'entre eux, parmi les premiers, fut Hernán Pérez de Quesada, frère dudit Adelantado. Et comme les renseignements les plus sûrs permettaient de croire que ledit Dorado pouvait être atteint plus facilement par ledit Royaume de Nouvelle-Grenade et que sa découverte en serait plus aisée à partir de là, Votre Majesté autorisa par contrat et chargea ledit Adelantado de cette expédition de découverte et de conquête en lui conférant le titre de comte ou de marquis ; et cela à perpétuité, comme en témoigne cette capitulaçión (...)48 "

67Il signalait ensuite :

  • 49 Ibid., fol. 2 v°

"En outre il déclare qu'étant donné que l'on a confié à certains capitaines des expéditions de découverte et de conquête vers des provinces portant différents noms, et diversement délimitées, à la faveur de quoi tous se dirigent vers ledit Dorado — ou Guyane —, que ledit Adelantado fut l’un, et le premier d'entre eux et que ledit capitaine Verrío, son successeur, a poursuivi sa tâche de découvreur, il supplie que soit ordonné qu'aucun autre capitaine ne s'en mêle, car cela est conforme à la justice, et pour éviter les inconvénients qui pourraient découler des prétentions communes à plusieurs capitaines et soldats, et demande que ladite Audiençia, les gouverneurs et tous les représentants de la Justice s'y opposent49."

68Antonio de Berrío revendiquait donc l'exclusivité de la recherche du Dorado en se fondant sur ses droits qui découlaient de son association avec Ximénez de Quesada et de la succession qui en résultait et qu'il entendait assumer.

69Les propos qu'il tenait — qui sont reproduits dans le document — prouvent l'imprécision des connaissances géographiques de l'époque. La Guyane apparaissait alors comme un territoire méconnu, simplement situé (à l'est) par rapport au Nuevo Reino de Granada. A la fin du XVIe siècle, le Dorado s'était donc déplacé : il avait traversé d'ouest en est toute la partie nord de l'Amérique du Sud.

70Antonio de Berrío, d’après les déclarations consignées dans le document, laissait entendre qu'il avait déjà tenté l'aventure.

***

71Lors de sa première expédition (1584), il était parti du Nuevo Reino de Granada et avait franchi la cordillère des Andes à l'est de Tunja avant d'atteindre les rives du Río Meta. Il pensait alors se trouver à proximité de l'Eldorado. Ainsi déclare-t-il dans une lettre adressée au Roi le 24 mai 1585 :

  • 50 Antonio de Berrío, [Carta] A la S.C.R.M. del Rey Nuestro Señor (Nuevo Reino [de Granada], 24 de may (...)

"Il plut à Dieu et à sa glorieuse Mère que le dimanche des Rameaux de l'an quatre-vingt-quatre je découvrisse cette cordillère, située au-delà des llanos, dont on rêvait et que l'on recherchait activement depuis plus de soixante-dix ans. Elle est très peuplée : on donne de tels chiffres, que la moitié de cette population dépasserait l'ensemble de celle du Pérou. L'on dit qu'il y a de grandes richesses. Pour ne point lasser Votre Majesté, je m’en remets à la missive que j'écris au Conseil Royal des Indes50."

72Il donne des renseignements plus précis dans une autre lettre destinée à l'Audiencia de Santa Fe, où il évoque encore sa première expédition :

  • 51 Il disait "setenta años" ("soixante-dix ans") dans le doc. précédemment cité.
  • 52 Dans cette zone, l'hiver boréal se situe entre janvier et avril. Les fortes précipitations correspo (...)
  • 53 L'existence de ce lac d'eau salée fut également signalée par Domingo de Vera Ybargoyen au retour sa (...)
  • 54 Antonio de Berrío, [Carta] A los Muy Illustres Senores Pre/sidente y Oydores de la Rre/al Audiencia (...)

"Je me mis en route le trois janvier de l'année 84 et j'avançai pendant quatre mois, passant par de nombreuses provinces, certaines désertes et d'autres peuplées, dans lesquelles je traversai de nombreux marécages et de très grandes rivières ; je souffris beaucoup de la faim et j'essuyai de dures épreuves jusqu'à ce qu'il plut à Dieu de me faire voir la cordillère qui est au-delà des llanos, dont on rêvait et que l'on recherchait activement depuis soixante ans51, et qui se trouve dans les grandes provinces de la Guyane, également appelées Dorado. Je m'arrêtai pour "hiverner" dans le lieu où je me trouvais, depuis le 28 avril de ladite année jusqu'au 17 août52. Pendant ce temps les Indiens organisèrent deux grands rassemblements pour me faire la guerre. À ces deux occasions, avec l'aide de Dieu, j'obtins la victoire, en tuant certains et faisant quelques prisonniers. Ceux-ci m'assurèrent — et en cela ils étaient d'accord avec les anciens qui m'accompagnaient — que dès que nous aurions gravi la cordillère qui se trouvait près de nous, nous apercevrions une très grande étendue d'eau appelée Manoa. Nous eûmes par la suite la certitude qu’il s'agissait d'un immense lac d'eau salée que les Indiens mettent trois jours à traverser sur leurs pirogues53. Ils disent qu’après avoir passé ce lac les grandes provinces de la Guyane s'étendent jusqu'au Manañón [sic]. Les Indiens disent que pour aller de Manoa au Marañón la durée du voyage est de deux lunes environ. Avec ces renseignements aussi extraordinaires, je quittai hâtivement le lieu de mon "hivernage" car je manquais de vivres54."

73Soulignons cependant que les renseignements concernant le lac ["laguna"] avaient été donnés à Antonio de Berrío dès le départ de cette première expédition. Il précise dans une missive adressée au Souverain le 6 mai 1585 :

"On fit tout ce qui était possible pour savoir ce qu'il y avait sur la cordillère (...)

74et certains indigènes "de ceux qui s'étaient présentés avec un air pacifique" lui auraient alors déclaré :

  • 55 Antonio de Berrío, Carta al Rey (6-V-1585), AGI, Patronato, leg. 254, ramo 1, doc. no 2, letra B, f (...)

"(...) que dans la cordillère se trouve un très grand lac et qu'au-delà il y a de grandes agglomérations, que les habitants sont très nombreux et disposent d'énormes quantités d'or et de pierres précieuses55."

75Antonio de Berrío, privé de renforts, ne put continuer. La centaine d'hommes dont il disposait n'était pas suffisante pour qu'il songeât à réaliser ses projets. Il conservait cependant l'espoir d’atteindre un jour le but qu’il s’était fixé puisqu'il écrivait :

  • 56 Antonio de Berrío, Carta al Visitador General del Nuevo Reino de Granada y de la Audiencia Licencia (...)

"(...) alors ce charme sera rompu et l'on découvrira cette province que l'on recherche depuis si longtemps et que l'on n'a pu découvrir56."

76Selon lui, le Dorado serait donc protégé par une sorte d'enchantement. Sa quête apparaît alors bien proche de celles que l'on évoquait si fréquemment dans les romans de chevalerie, mais lui, le Lancelot de la selva, saurait bien éviter les obstacles et vaincre la magie. Peut-on douter, à la lecture de ces quelques lignes, de l'influence de l'imaginaire sur les explorateurs du continent américain ?

  • 57 Les dates des expéditions de Berrío sont incertaines. Cf., à ce sujet, H. Ruiz de Morales, La Búsqu (...)

77Antonio de Berrío organisa une nouvelle expédition en 1587, cependant, privé des moyens nécessaires, il ne put réussir. Il fit ensuite une troisième tentative, en 1590 ou 1591, vers le Río Meta et l'Orénoque57. Il connut alors mille difficultés, avec des troupes malades et indisciplinées. Toutefois il s'obstina et atteignit enfin l'Orénoque et la Guyane. Puis l'expédition arriva à l'île Trinidad avant de se diriger vers l'île Margarita où les participants trouvèrent des vivres et quelque réconfort.

  • 58 Ce document, qui se trouve à l'AGI (Escribanía de Cámara, 1011 A, pieza 6a, p. 11 à 15), a été tran (...)

78Antonio de Berrío conçut alors le dessein de découvrir le Dorado en partant du delta de l'Orénoque, comme ses illustres prédécesseurs qui avaient montré le chemin plusieurs décennies auparavant, depuis la région de Maracapana. Il prépara donc une nouvelle expédition, mais vu son âge avancé — il avait 70 ans —, il n'en prit pas la tête et confia le commandement à son maestre de campo Domingo de Vera. Celui-ci quitta l'île Trinidad le 4 mars 1593 et rentra le 14 mai suivant après avoir recueilli de précieux renseignements dont nous retrouvons la trace dans un document, daté de 1593, intitulé : Posesión que tomó Domingo de Vera Ibarguen, maese de campo general, en nombre de Su Magestad, de la tierra questá junto al rrio Pauto, que por otro nombre llaman Orinoco. En 23 de abril de 9358.

79Domingo de Vera avait réuni les anciens de la tribu des Guayanes qui lui expliquèrent que non loin de leur territoire se trouvait une région très peuplée :

  • 59 Posesión que tomó Domingo de Vera Ybarguen..., op. cit., p. 658.

"(...) et qu'à une journée de marche du lieu où ils résidaient commençait la province de Miecuraguaray, avec laquelle ils étaient en guerre : c'était un pays plat avec beaucoup d'agglomérations, proches les unes des autres, et que l'on y réunissait tant de guerriers pour lutter contre eux, que l'on ne voyait plus le soleil (...)59 "

80Ces indigènes signalèrent de plus l'existence d'un grand lac salé qui se trouverait à "onze ou douze jours de marche" :

  • 60 Ibid., p. 658.

"(...) et qu'après avoir traversé ces deux premières provinces, se trouve un grand lac d'eau salée — qu'il appellent "mer" — dont les rives sont entièrement peuplées par une multitude de naturels (...)60 "

81Ils donnèrent ensuite quelques précisions sur certains envahisseurs qui portaient des vêtements :

  • 61 Ibid., p. 658.

"Ils pensent qu'il doit y avoir environ vingt ans, vu l'âge d'un esclave originaire dudit lac, ils furent envahis par une multitude de gens vêtus qui luttèrent contre ceux qui vivent sur la partie la plus éloignée du lac et imposèrent leur domination : ils vivent maintenant parmi ces derniers et combattent les Indiens qui se trouvent sur cette rive dudit lac61."

82Ils parlèrent enfin de curieux acéphales :

  • 62 Ibid., p. 659. Nous avons déjà évoqué ces acéphales de la Guyane, voir supra, ch. 8, par. 5.

"(...) et qu'à main droite de ce lac, qui là-bas s'étend vers le couchant, où se trouve la cordillère de l'Orénoque, on connaît un peuple qui parle la langue ypurugota : ces gens ont les épaules si hautes qu’elles sont presque au niveau de la tête. Tous ces peuples possèdent beaucoup d'or62."

83Cette dernière indication à propos de la richesse de certaines tribus dut, à coup sûr, séduire nos explorateurs.

***

84On ne pouvait donc en rester là ; il fallait envisager de mettre sur pied une nouvelle expédition. Mais Antonio de Berrío manquait cruellement d'argent. Il résolut d'envoyer Domingo de Vera en métropole pour tenter de réunir des fonds, d'enrôler des volontaires et d'obtenir l'appui de l'Administration. Ce dernier ne passa pas inaperçu en Espagne. Il sut, grâce à sa propagande efficace, mener à bien la mission que son chef lui avait confiée. Fray Pedro Simón relate fort plaisamment dans ses Noticias Historiales de Venezuela les faits et gestes de cet étrange personnage :

  • 63 Fr. P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Séptima Noticia Historial, ch. 10, p. 571.

"Mais Domingo de Vera, pour pouvoir mener à bien ses négociations, sut se comporter de telle manière dans la capitale et parvint si bien à obtenir que se répandît sa renommée dans toute la Castille qu’il put non seulement réussir à y recruter les gens nécessaires — suivant la mission qui lui avait été confiée — mais même à la dépeupler, par son pouvoir de persuasion qui agit tant sur le Conseil que sur ceux qui devaient s'embarquer pour venir ici. Pour convaincre et persuader du caractère exceptionnel de territoires dont il vantait l'opulence et la richesse, plus estimables que toutes les autres régions des Indes, les jours où il ne devait pas rendre visite aux conseillers, il circulait à travers la capitale dans un équipage étrange et singulier qui lui permettait d'être remarqué. Il portait un long balandran de tissu très fin, fermé sur le devant, tout bordé de satin, avec quatre manches, deux de la hauteur de son corps, qui était très grand, et les autres qui servaient à passer les bras. Il avait pour couvre-chef un chapeau de la même couleur, recouvert de tissu peluché en poil de vigogne, moins fin cependant que la peluche, dont la forme et les bords étaient démesurés. Avec sa forte corpulence, ses cheveux bruns, crépus et assez longs, sa mine plutôt rébarbative et son habitude de se déplaçer toujours sur un cheval frison — lui aussi de haute stature —, il étonnait les gens. Si bien que partout où il passait on allait le voir comme un être extraordinaire et l'on disait : "Voilà le colon du Dorado et des pays riches"63.

85Domingo de Vera sut se montrer si persuasif qu'il gagna la partie. Cet expert en "relations publiques" eut un énorme succès et la "promotion" du Dorado fut ainsi assurée pour longtemps, comme nous pouvons l'imaginer à la lecture du récit de Fray Pedro Simón :

  • 64 Ibid., t. 2, Séptima Noticia Historial, ch. 10, p. 572-573.

"De nombreux chefs de famille de ces trois provinces que nous avons mentionnées [le Royaume de Tolède, la Manche et l'Estrémadure] vendaient leurs biens qui leur permettaient de vivre honorablement, chacun suivant sa condition de paysan ou d'artisan, et s'estimaient favorisés d'être admis à participer au voyage avec leur femme et leur ribambelle d'enfants, considérant que tout ce qu'ils laissaient derrière, eux n'était que broutilles en comparaison avec ce qu'ils devaient trouver dans les provinces du Dorado (car c'est ainsi que l'on nommait cette épidémie qui a infesté l'Espagne : que de mal n'a-t-il pas fait ce fallacieux nom du Dorado !). Toute l'Espagne en fut alors perturbée, car dans tous les villages par où passaient Domingo de Vera ou ses capitaines, nombreux étaient ceux qui les payaient et soudoyaient afin d'être engagés, alors qu'habituellement, en d'autres occasions, le recrutement est à moitié forcé64."

86Domingo de Vera aurait ainsi mobilisé plus de 2 000 volontaires et les candidats à l'aventure s'embarquèrent à Sanlúcar de Barrameda en 1596. L'Eldorado avait alors un extraordinaire pouvoir d'attraction qui se faisait sentir bien au-delà des domaines de la couronne d'Espagne.

6 - Walter Raleigh recherche l'Eldorado

  • 65 Voir supra, ch. 30, par. 5.
  • 66 Sir Walter Ralegh, The discoverie..., op. cit.. Comme nous l'avons déjà signalé, nous utilisons la (...)

87Pendant que Domingo de Vera réalisait sa "tournée de propagande" en métropole, Antonio de Berrío et ses hommes, qui avaient établi leur base dans l'île Trinidad, eurent maille à partir avec le navigateur britannique Walter Raleigh (Gualterio ou Gualtero Reali pour les Espagnols), que nous avons déjà présenté à propos des Amazones65. Ce dernier a rapporté sa version des événements dans un récit intitulé : The Discoverie of the large, rich, and beautifull Empire of Guiana (...)66

88Néanmoins, Raleigh n'était pas le premier explorateur anglais à visiter les côtes et les îles proches de l'embouchure de l'Orénoque. L’année précédente (1594), il avait lui-même envoyé dans cette région une mission de reconnaissance dirigée par le capitaine Whiddon, et cette tentative avait laissé des traces. Raleigh précise qu’il avait, à la suite de ce voyage, un compte à régler avec Antonio de Berrío et que c'était l'une des deux raisons qui l'incitèrent à s'arrêter à l'île-Trinidad :

  • 67 W. Raleigh, El descubrimiento..., op. cit., p. 521.

"J'eus deux raisons pour demeurer là-bas : l'une, me venger de Berrío qui, l'année précédente, avait agi en traître avec 8 hommes du capitaine Whiddon, les tuant pendant que ce dernier était allé chercher E. Bonaventure qui était arrivé le jour précédent à Trinidad, en provenance des Indes Orientales. (...)67 "

89Cependant, la seconde raison qu'il donne n'est pas moins importante :

  • 68 Ibid., p. 521.

"L'autre raison de mon retard fut que lors de mes conversations quotidiennes avec les Espagnols j'obtenais de plus en plus de renseignements sur la Guyane, sur ses fleuves et sur les lieux de passage, sur l'expédition de Berrío, sur les raisons de son échec et sur la manière dont il envisageait de la reprendre68."

90C'était, à vrai dire, l'explication essentielle de son choix. Les tentatives espagnoles vers l'Eldorado étaient maintenant bien connues en Angleterre, où l'on s'intéressait de plus en plus aux ressources du continent américain.

91Une fois arrivé à Trinidad, Raleigh — qui se fit passer pour catholique et prétendit avoir fait escale avant de poursuivre son voyage vers la Virginie — s'empara des émissaires qu'Antonio de Berrío — malade — lui dépêcha. Aidé en cela par des autochtones qui s'opposaient au gouverneur depuis quelques mois, Walter Raleigh s'empara de Don Diego de la Hoz (le neveu de Berrío), des trois soldats et du page qui l'accompagnaient, les fit attacher à des arbres et ordonna enfin qu'on les mît à mort. Puis il incendia le village de San José de Oruña et s'en retourna benoîtement vers ses cinq navires en emmenant un prisonnier de choix : Antonio de Berrío. Les informations diffusées par les Espagnols sur cette affaire noircissent évidemment le portrait de l'Anglais et soulignent la cruauté de son comportement. Raleigh, pour sa part, met en relief son intention de venger Jacob Whiddon.

92Walter Raleigh traita fort convenablement Antonio de Berrío dans les premiers temps de sa captivité. Banquets et marques de sympathie, destinés à soutirer au vieux capitaine les renseignements qu'il connaissait, furent fréquents. Puis vinrent les menaces, car Berrío, ne semblait guère disposé a coopérer.

93Pendant ce temps, d'autres membres de l'expédition étudiaient la configuration du littoral, dans l'espoir d'y trouver un endroit favorable pour établir un port. Ils remontèrent ensuite l'Orénoque jusqu'au confluent du Caroni, puis s'engagèrent sur ce cours d'eau jusqu'aux premières chutes.

94Toujours épaulé par les indigènes, Raleigh réussit à découvrir du sable aurifère dont il emporta quelques échantillons sur ses navires. Il débarqua enfin Antonio de Berrío à Cumaná et l’échangea contre un Anglais que les Espagnols retenaient prisonnier, puis mit à la voile, le 29 juin, pour l'Angleterre, riche d'espoir et porteur d'informations sur le Dorado que le gouverneur avait fini par lui communiquer.

  • 69 Abbé Guillaume Th. Raynal, Histoire philosophique et politique des deux Indes, Avertissement et cho (...)

95Walter Raleigh avait préparé le terrain pour une future expédition : il était parvenu à se concilier la bienveillance de certaines tribus d'indigènes qui vivaient dans le delta de l'Orénoque. De retour à Londres (à la fin de l'été 1595), il diffusa le récit de son voyage, publiant, comme l'écrit l'abbé Raynal dans son Histoire philosophique et politique des deux Indes, "une relation remplie des plus brillantes impostures dont on ait amusé la crédulité humaine69 ". Ce texte répandit en Angleterre — et en France — la légende de l'existence de l'Eldorado guyanais. L'abbé Raynal précise à ce propos :

  • 70 Ibid., ch. 29 (liv. XIII, ch. 6), p. 222.

"Un témoignage si éclatant détermina quelques Français en 1604 à tourner leurs voiles vers ces contrées, sous la direction de La Ravardière. D'autres aventuriers de leur nation ne tardèrent pas à suivre leurs traces. Tous se livrèrent à des fatigues incroyables. Enfin quelques-uns, plutôt rebutés de tant de travaux que désabusés de leurs espérances, se fixèrent à Cayenne70."

***

  • 71 "He was firmly persuaded of the existence of El Dorado (...)" précise William Wirt Henry, "Sir Walt (...)

96Walter Raleigh avait reconnu le pays où, pensait-il, se trouvait l'Eldorado71. Il avait obtenu des Indiens et surtout d’Antonio de Berrío, des renseignements qui lui paraissaient fort importants. Berrío, qui poursuivait la chimère du Dorado depuis de nombreuses années devait être doté d'une imagination tout aussi fertile que celle du capitaine de Sa Très Gracieuse Majesté Elisabeth Ire. Raleigh exploita les données fournies par Antonio de Berrío en prévoyant de mettre sur pied une nouvelle expédition. Mais qu'avait "appris" en Guyane le capitaine anglais ? Il indique dans sa relation :

  • 72 W. Raleigh, El descubrimiento..., op. cit., p. 531.

"L'empire de la Guyane est situé juste à l'est du Pérou en direction de la mer, sous la ligne équinoxiale. Il y a plus d'or que dans toutes les régions du Pérou, et autant, sinon plus, de grandes villes que n'en comptait celui-ci à l'époque de son apogée. Il est régi par les mêmes lois. L'empereur et ses sujets ont embrassé la même religion et l'État est administré de la même manière qu'au Pérou, sans aucune différence72."

97Il est remarquable que Walter Raleigh souligne avec insistance la parenté qui, selon lui, existerait entre l'Eldorado et l'ancien empire incasique du Pérou. C'est un point sur lequel nous aurons l'occasion de revenir, car il marque une importante transformation de l'idée que l'on se faisait du Dorado. Pour lui, ce pays merveilleux était un vrai royaume, organisé, policé, avec un empereur bien différent de tous ces rois ou caciques richissimes que l'on imaginait jusqu'alors. L'exagération évidente concernant la situation géographique du Dorado était peut-être destinée à appuyer la thèse que Raleigh entendait développer sur les liens étroits qui uniraient — ou avaient uni — l'Eldorado et le Pérou, mais on pourrait tout aussi bien attribuer cette exagération à Antonio de Berrío qui considérait la Guyane — au moins lors de ses premières expéditions — comme le prolongement naturel des territoires explorés à partir de la cordillère des Andes. Pour Walter Raleigh, le Dorado était un royaume peuplé avec de grandes villes et d'abondantes richesses dont la capitale portait le nom de Manoa. Il précise à ce sujet :

  • 73 Ibid., p. 531.

"Les Espagnols qui ont vu Manoa, la capitale de l'empire de la Guyane — qu'ils nomment El Dorado —, m'ont assuré que sa grandeur, ses richesses et l'excellence du site dépassent celles de toute autre cité du monde, au moins de celui qu'ils connaissent. Elle est construite sur un lac d'eau salée de plus de 200 lieues de longueur, semblable à la mer Caspienne ["mare Caspiu"]. Si nous la comparons à la capitale du Pérou, il nous suffira de lire les récits de Francisco López et d'autres auteurs pour considérer que cela est plus que vraisemblable73."

98Walter Raleigh se réfère ici à de prétendues informations rapportées par un certain Juan Martínez. Il le précise d'ailleurs un peu plus loin dans sa relation :

  • 74 Ibid., p. 535. D. Ramos Pérez indique à propos de ce personnage (p. 535, n. 53 et p. 536, n. 55) qu (...)

"Mais le premier qui vit Manoa fut Johannes Martínes, maître artificier d'Ordás74."

***

99Juan Martfnez, que l'on disait ancien soldat de Diego de Ordás avait — explique Raleigh —, par négligence, été responsable de l'incendie du magasin à poudre et, en conséquence, condamné à mort par son chef. Cependant, comme c’était un homme très estimé, sa peine fut commuée : on l'aurait laissé partir sur l'Orénoque, seul dans une pirogue, avec ses armes mais privé de vivres. Raleigh poursuit alors :

  • 75 Ibid., p. 538. Raleigh prétend que le souverain de Manoa est de la lignée des Incas. Nous reviendro (...)

"La volonté de Dieu conduisit la pirogue vers l'aval du fleuve jusqu'à ce que certains Guyanais la trouvèrent cette même après-midi. Comme ils n'avaient jamais vu de Chrétien, ni aucune personne de sa couleur, ils l'emmenèrent vers l'intérieur des terres, de village en village, pour qu'on admirât cet être extraordinaire, jusqu'à ce qu'il parvinssent à la grande cité de Manoa, siège et résidence impériale de l'Inca75."

100Martínez aurait été fort bien accueilli à Manoa, la capitale de l'Eldorado, mais avec de grandes précautions à son égard :

  • 76 Ibid., p. 539.

"Il vécut à Manoa l'espace de 7 mois, cependant on ne l'autorisa jamais à s'éloigner dans aucune direction. On l'avait amené les yeux bandés pendant tout le trajet, guidé par les Indiens jusqu'aux abords de Manoa : le voyage avait duré 14 ou 15 jours76.

101Nous retrouvons ici l’un des éléments essentiels du mythe : le pays merveilleux que l'on recherche est entouré de mystère. Comme on peut le constater, le mystère n'est plus seulement dépendant de l'éloignement dans l'espace ; il est voulu, protégé par les initiés qui bandent les yeux du visiteur afin qu'il ne puisse trahir le secret. Ceci est nouveau. Une sorte de rempart est créé pour tenir les profanateurs à l'écart de la cité. Les intrus sont admis parce qu'ils ont eu la chance d'approcher de la zone interdite, mais on ne les accueille qu'avec d'infinies précautions. Manoa devient ainsi une sorte de Paradis auquel on ne peut accéder que sous conditions et la quête de l’Eldorado prend alors de ce fait un aspect initiatique. Les richesses attendent les explorateurs, encore faut-il qu'ils soient autorisés à les atteindre.

102Le "témoignage" de Juan Martínez permettait d'avoir la certitude de l'existence du Dorado et de ses richesses immenses. Le voyageur donnait des détails qui devaient faire rêver. Raleigh assure dans sa relation :

  • 77 Ibid., p. 539-540.

"Sur son lit de mort il jura qu'il était entré dans la ville à midi — ce fut alors qu'on ôta le bandeau de ses yeux — et pendant toute la journée jusqu'à la nuit et durant le jour suivant, du lever au coucher du soleil, il marcha à travers la ville avant d’arriver au palais de l'Inca. Alors que Martynes vivait à Manoa depuis 7 mois et qu'il commençait à comprendre la langue que l'on y parlait, l'Inga lui demanda s'il souhaitait retourner dans son pays ou s'il préférait rester auprès de lui. Martynes choisit la première solution et obtint que l'Inga l'autorisât à partir. Celui-ci lui offrit, comme cadeau d'adieu, une cargaison d'or et le fit escorter par un groupe de Guyanais qui le menèrent jusqu'au fleuve Orénoque. Quand ils arrivèrent aux abords du fleuve, certains Indiens des régions limitrophes, appelés Orenoqueponi, qui luttaient alors contre l'Inga, et n'avaient pas été assujettis, s'emparèrent de tous ses trésors, ne lui laissant que deux grandes calebasses pleines de grains d'or merveilleusement travaillés. Les Orenoqueponi pensèrent que lesdites calebasses ne contenaient que de la boisson, de la viande et du grain pour manger et ils le laissèrent les emporter77."

  • 78 Il cite d'ailleurs le nom du navigateur anglais. Cf. Voltaire, Candide ou l'Optimisme, op. cit., ch (...)

103Le récit de Juan Martínez, tel que le rapporte Walter Raleigh, a parfois l'aspect d'un conte. On peut d'ailleurs se demander si ce texte n'a pas facilité la tâche de Voltaire dont le conte Candide ou l'Optimisme semble taillé sur le même patron : le départ de Candide et Cacambo du Pays d'Eldorado avec leurs "grands moutons rouges" chargés d'or et de pierreries généreusement offerts par un souverain qui règne sur un royaume isolé que nul ne songe à quitter, ressemble beaucoup à celui de Juan Martínez. Il est à peu près certain que Voltaire connaissait la relation de Walter Raleigh qui, d'ailleurs, avait été largement diffusée en Europe78.

104D'après Raleigh, Antonio de Berrío aurait signalé que Juan Martínez assimilait le Dorado à la cité de Manoa :

  • 79 W. Raleigh, El descubrimiento..., op. cit., p. 541.

"Berrío m'informa que ce fut ce Martynes qui donna le nom El Dorado à la Cité de Manoa79."

105Il convient de souligner la nouveauté de cette information. L'idée que l'on se faisait du Dorado était en train d'évoluer. Le riche royaume difficile à situer avec précision, dont les frontières et les caractéristiques géographiques étaient mal connues, se réduisait ainsi à la dimension d'une cité. Les termes Manoa et Dorado furent désormais synonymes. Est-il nécessaire d'insister sur l'importance d'une telle modification ? Manoa, capitale de l'Eldorado, résumait maintenant le merveilleux royaume tout entier.

106C'est là une transformation lourde de conséquences. L'apparition de la cité, dont la signification symbolique est considérable, modifie l'orientation du mythe. On ne recherche plus un vague pays mais une ville fascinante qui sait se protéger, un centre riche, civilisé, puissamment organisé dont l'approche est malaisée. On est déjà très loin de l'idée première qui permit la "cristallisation" du mythe. Le simple besoin d'assouvir la passion des richesses et le goût de l'aventure sont maintenant dépassés.

***

107Malgré les nouvelles extraordinaires qu’il rapportait et l'enthousiasme qu'il manifestait pour l'Eldorado, Walter Raleigh ne parvint pas à décider ses compatriotes à s'engager résolument dans l'entreprise de découverte qu'il préconisait. Il avait beaucoup trop d'ennemis à Londres. Comme le signale la Biographie Universelle de Michaud :

  • 80 Michaud, Biographie Universelle. Ancienne et Moderne, Histoire, par ordre alphabétique, de la vie p (...)

"Ses rivaux et ses ennemis parvinrent à persuader que sa relation était un tissu de fables imaginées dans le but de reconquérir la faveur de sa souveraine, et de se faire concéder par elle de nouveaux honneurs ; ils accréditèrent cette opinion dans le public (...)80 "

108Il réussit pourtant à armer rapidement des navires pour une nouvelle tentative. Cette deuxième expédition, commandée par le capitaine Lawrence Keymis quitta l'Angleterre en janvier 1596 et fit voile vers la Guyane. Keymis explora minutieusement le littoral situé entre l'embouchure de l'Amazone et le delta de l'Orénoque. Les renseignements qu'il put glaner dans cette région confirmaient, semblait-il, les informations que Walter Raleigh avait rapportées de son voyage récent et Keymis rentra persuadé de l'existence de Manoa.

109Une troisième expédition anglaise vers la Guyane, également préparée par Raleigh mit à la voile le 14 octobre 1596. La responsabilité en avait été confiée à Thomas Masham. Celui-ci obtint confirmation de la présence d'un grand lac à l'intérieur des terres : Manoa ne devait pas être loin.

110Ces deux dernières tentatives étaient patronnées par de hauts personnages de la cour d'Angleterre : Robert Cecil et le Lord Grand Amiral Howard. Raleigh fut à l'origine des deux expéditions, mais ne put s'embarquer pour la Guyane car son devoir l'appelait ailleurs : à Cadix où il combattit la flotte espagnole et aux Açores dont il voulait s'emparer. L'activité prodigieuse de Raleigh lui permit de rentrer en grâce à la cour. Il est vrai que son rival, le comte d'Essex, y avait perdu toute influence.

111Mais ce vent favorable devait bientôt tourner. Après la disparition de la reine Elisabeth Ière (le 4 mars 1603), Walter Raleigh connut, une nouvelle fois, la disgrâce car il était l'incarnation de la politique anti-espagnole ; le nouveau Roi, Jacques Ier, avait renversé la tendance et cherchait la conciliation avec l'Espagne. On soupçonna Raleigh d’avoir participé à un complot contre le Souverain : il fit un deuxième séjour à la Tour de Londres. A la suite d'un procès retentissant et quelque peu confus, Raleigh fut condamné à mort mais le Roi hésita à le faire exécuter. On le maintint en captivité pendant 12 ans. Il sortit enfin de prison le 17 mars 1616 grâce à l'intervention du favori du Roi, Villiers, duc de Buckingham. Raleigh ne bénéficiait que d'une liberté provisoire ; il n'avait pas été gracié.

112Malgré les pressions exercées sur le Roi par l'ambassadeur d'Espagne, Diego Sarmiento de Acuna (le comte de Gondomar), on permit à Raleigh d'organiser une nouvelle expédition pour rechercher l'Eldorado en Guyane. Il y avait bien longtemps qu'il rêvait de ce projet et sollicitait Jacques Ier de l'autoriser à entreprendre ce voyage.

113Un manuscrit espagnol du début du XVIIe siècle, intitulé Documentas referentes a las piraterías de Walter Raleigh en la Guayana, précise que l'explorateur anglais prétendait connaître un lieu, en Guyane, où l’on pouvait trouver des sables aurifères très productifs. Au cours de son premier voyage dans le delta de l'Orénoque Raleigh avait, effectivement, recueilli des échantillons qui lui servirent des années plus tard à prouver sa bonne foi. Le manuscrit présente ainsi les démarches qu'il entreprit alors qu'il était retenu prisonnier :

  • 81 Documentas referentes a las piraterías de Walter Raleigh en la Guayana, BNM, Ms. 18. 684/18, fol. 4 (...)

"Le gentilhomme en question, qui s'appelle Sir Walter Raleigh ["Ser Walter Ralley"], se trouve toujours en prison. Il a, à différentes reprises, soumis d’importantes propositions au Roi et à son Conseil dans différents domaines, et tout spécialement en ce qui concerne son emprisonnement, avec l'assurance que le Roi savait qu'il était innocent, comme il l'avait déclaré dans d'autres requêtes et suppliques qu'il avait réussi à faire parvenir personnellement au Roi, insistant surtout sur sa détention après qu'il se fût justifié en Conseil plénier, devant tous les conseillers, peu avant que ne quittât le Conseil le Grand Trésorier Salisbery qui était son mortel ennemi, tout comme certaines personnes de l'entourage du Roi. Il n'y a probablement personne dans le royaume qui n'ait eu connaissance de cela. Ledit Raley a toujours proposé au Roi et à son Conseil que, si son élargissement était décidé, il pourrait indiquer l'endroit où se trouvait, dans les Indes, une mine constituée par un terrain sablonneux d'où l'on tire et l’on extrait un or très fin dans une proportion de seize pour cent, ainsi qu'il en avait fourni,/[fol. 4 v°]/huit ou neuf ans auparavant, une preuve que n'ignore aucun membre du Conseil. Ledit Raley s'est également proposé d’autres fois pour entreprendre immédiatement une expédition de découverte à ses frais, s'il pouvait disposer de quatre ou cinq cents hommes : il ne demandait au Roi que les vaisseaux. Il ajoutait qu'il n'aurait aucune responsabilité de commandement des hommes d'armes et qu'il se contenterait d'avoir à son service un seul valet jusqu'à ce que ses promesses fussent tenues : s'il ne parvenait point à les tenir, il se condamnerait lui-même à être décapité sur le tillac, à bord du navire. Par contre s'il s’avérait, devant témoins, que ce qu’il avançait était vrai, lesdites troupes d'hommes armés se placeraient sous son commandement et le reconnaîtraient comme chef incontestable, avec l'obligation de charger tout le sable qu'il ordonnerait d'embarquer. Il s'engageait en outre à laisser, pour donner une garantie, sa femme et ses enfants comme otages. Et il est vrai que d'autres fois les préparatifs de cette entreprise furent si bien avancés, qu'il ne restait plus qu'à s'y engager81.

114Walter Raleigh obtint enfin gain de cause et repartit, à 64 ans, tenter l'aventure en Guyane. Le document précédemment cité prouve bien qu'il n'avait jamais perdu espoir. Il investit toute sa fortune — et une partie de celle de sa femme — dans l'entreprise. Il mit enfin à la voile le 28 mars 1617 ; il quittait l'Angleterre à la tête d'une flotte de 12 vaisseaux. Le comte de Gondomar — l'ambassadeur d’Espagne — avisa aussitôt son souverain.

115Une certaine agitation régna alors dans les colonies espagnoles de l'Amérique du Sud. Une lettre adressée par le Roi d'Espagne au Principe de Esquilache, vice-roi du Pérou, le 17 mars 1619, en fournit la preuve. Il s'agit, comme le précise une annotation écrite en marge, d'une "Réponse en matière de guerre". La missive, destinée à rassurer le vice-roi qui avait manifesté de l'inquiétude, explique en particulier :

  • 82 El Rey al Principe d[e] Esquilache (Madrid, 17 de marzo de 1619), BNM, Ms. 2.989, p. 975.

"Plusieurs jours avant que ne parvienne votre misssive, l'on avait reçu ici l'avis que, dites-vous, vous avait communiqué le gouverneur de Buenos Ayres, au sujet de la découverte, dans les eaux du Brésil, de douze vaisseaux de corsaires : on eut dès le début la conviction — confirmée ensuite par les faits — que cette escadre était celle que Walter Raleigh ["Gualtero Reali"] avait préparée en France, en Hollande et en Angleterre et qui débarqua en Guyane où, malgré le dommage subi par les nôtres, elle fut défaite. Raleigh rentra en Angleterre, mais il tomba en disgrâce pour avoir contrevenu aux accords de paix et aux traités et à cause des représailles que l'on exerça sur tous les biens et les sujets anglais. Le Roi d'Angleterre, que je pressai d'intervenir, me rendit justice, pensant qu'il était nécessaire, pour me donner satisfaction et réparer les dommages qu'il a dû causer, de prendre de telles dispositions. Il m'a paru bon de vous en avertir afin qu'en possession de ces informations vous ne fussiez plus assailli par les craintes dont vous faisiez part82."

116Le 7 novembre 1617, Walter Raleigh arriva en Amérique. Il était malade depuis plusieurs jours. A partir de l'île Trinidad, où il s'était arrêté, il envoya 8 embarcations (avec 700 hommes) rechercher les fameux sables aurifères qu'il avait promis de rapporter. Il confia cette mission à Lawrence Keymis et à son propre fils : Walter Raleigh. Ces derniers s'engagèrent dans le delta de l'Orénoque, puis ils durent lutter contre la garnison espagnole de Santo Tomé de la Guayana, une agglomération située sur la rive du fleuve, que les Anglais détruisirent avant de rentrer à Trinidad.

117Raleigh connut de nombreux déboires au cours de ce voyage : Lawrence Keymis, accablé de reproches à cause des mauvais résultats obtenus, se suicida peu après, mais, surtout, Raleigh perdit son fils dans l'aventure. Triste, malade et désabusé, il prit la décision de rentrer en Angleterre où Jacques Ier, cédant aux pressions du comte de Gondomar et du roi d’Espagne, le fit exécuter sur la place publique. La couronne d'Espagne pouvait alors rassurer les responsables de l'Administration coloniale.

118L'action de Raleigh en Guyane, malgré ses échecs répétés, devait tout de même avoir d'importantes conséquences, car l'explorateur anglais, par son obstination remarquable, contribua à affermir en Europe l'idée de l'existence de l'Eldorado.

7 - Le succès de l'Eldorado

119L'Eldorado, comme nous l'avons mentionné, fut parfois appelé Manoa. Le mythe évoluait, mais son succès ne se démentait pas car il continuait de fasciner les Européens. La découverte du Dorado pouvait enrichir le plus pauvre, assurer l'avenir du plus misérable des hommes de troupe. Aussi, combien de tentatives, pour la plupart avortées ! Que d'agitation autour de cette création de l'imaginaire ! Il est, évidemment, impossible de dresser la liste des expéditions qui partirent à l'aventure et, a fortiori, de celles qui demeurèrent à l'état de projet. Si nous pouvions les dénombrer, nous serions certainement surpris car l'élan suscité par l'Eldorado fut d'une ampleur singulière. D'ailleurs, tous les Européens qui se trouvaient sur le continent américain n'étaient-ils pas, peu ou prou, contaminés ?

  • 83 Cf. Carta del Gouernador Agustín de Ahumada / al Señor Virrey Don Martin Enrríquez, en que / le da (...)

120Tous souhaitaient partir et tenter leur chance, comme Agustín de Ahumada, l'un des nombreux frères de sainte Thérèse d'Avila, qui songeait à mettre sur pied sa propre expédition83. Il pressait, dans une lettre datée du 25 octobre 1582, le vice-roi du Pérou, Martín Enríquez, de lui accorder l'autorisation d'emmener :

  • 84 Ibid., fol. 517 r°.

"(...) jusqu'à cent hommes pour partir à la découverte de certaine province que quelques habitants de ce gouvernement [des Quixos] ont trouvée et ont vue, et qui serait la plus peuplée et la plus riche en or que l'on ait vue car, d'après leurs dires et les renseignements qu'ils fournissent à ce propos, on a l'intime conviction qu'il s'agit du Dorado (...)84 "

  • 85 Ibid., fol. 517 r°.

121Agustin de Ahumada confirme dans cette lettre, l'extraordinaire succès et le dangereux pouvoir de fascination du mythe de l’Eldorado. Il évoque les énormes pertes provoquées par ce célèbre pays, "en quête duquel, en de nombreuses occasions, un millier de capitaines et soldats ont péri85 ", et cependant, il est prêt, lui aussi, à risquer sa vie pour une chimère. Son témoignage prouve bien quelle était l'influence de l'imaginaire sur les explorateurs de la fin du XVIe siècle.

122L'époque d'intense activité que connut le delta de l'Orénoque avec les tentatives de Walter Raleigh fut suivie d'une période beaucoup plus calme. Toutefois l'Eldorado ne fut pas totalement oublié — tant s'en faut — au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, même si, comme le précise Demetrio Ramos, il n'était plus tenu que pour une sorte de "relique" :

  • 86 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 15, p. 462.

"Les désastres subis par Berrío et Raleigh n'effacèrent pas l’histoire, qui n'était plus alors un mythe vivant comme durant la première époque mais une véritable relique qui n'apparaissait que de temps à autre comme un témoignage du passé qui avait survécu, que l'on conservait comme une possibilité qui pourrait avoir une existence, même s'il n'était pas obligatoire d'ajouter créance à tout ce qui paraissait être le produit du délire de l'imagination86."

123Mais cette "relique" faisait encore des miracles. Fray Laureano de la Cruz signale, par exemple, que lorsqu'il était sur le point de partir (en 1651) pour son voyage sur l'Amazone, il apprit qu'un Portugais, du nom de Francisco Hernandez Marinero, avait de récentes informations sur le Dorado :

  • 87 Fray Laureano de la Cruz, Nuebo Descubrimiento... (BNM, Ms. 2.950), op. cit., fol. 124 r°.

"Alors que nous étions sur le point de partir, voilà que certains de ces soldats proposèrent une idée singulière qui me causa bien du souci. Parmi eux il y avait un Portugais du nom de Francisco Hernandez Marinero, qui disait avoir séjourné dans le Gran Parâ, là-bas, près de la côte du Brésil, et qu’alors il avait appris qu'au milieu de ces fleuves se trouvaient le Dorado et le Temple du Soleil ["Casa de el Sol"] et qu'en suivant notre fleuve vers l'aval on découvrirait ces choses extraordinaires : ces affirmations excitèrent la convoitise de certains hommes87."

124Le mythe s'était bien installé en Amazonie, prenant vers la fin du XVIe siècle et au cours des siècles suivants, l'aspect d'une merveilleuse cité : Manoa del Dorado.

8 - La Cité de Manoa

  • 88 Cf. l'étude "Cartes et documents géographiques", dans le texte dactylograhié de notre thès,e vol. 5 (...)

125Manoa, qui devait tant à l’imagination fertile des Européens, connut la célébrité à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, comme le montrent les cartographes qui ne manquent pas d'indiquer son emplacement supposé. Nous l'avons ainsi aperçue sur 5 cartes entre la fin du XVIe siècle et l'année 1716, dont 3 fois (1640, 1643 et 1716) présentée comme l'Eldorado lui-même88. Mais il y eut beaucoup d'hésitation puisque l'appellation Dorado continuait d’exister parallèlement : elle apparaît à 4 reprises (désignant une région) entre la 2e moitié du XVIe siècle et l'année 1707, et une fois (1698) comme nom de ville. De plus, dans divers cas, Manoa et Dorado s'appliquent aussi à un lac.

  • 89 Louis Morery, Le Grand Dict...., op. cit., t. 3, p. 653 (art. "Manoa") :
    "MANOA, que les Espagnols n (...)

126Pour le Grand Dictionaire de Louis Morery (1707), Manoa est l'équivalent exact de El Dorado89. On peut cependant douter d'une telle simplification car les deux termes coexistent souvent sans faire double emploi : en général le nom Dorado s'applique à une région ou un pays et celui de Manoa à une ville. C'est ainsi que paraît entendre ces deux mots Jacinto de Carvajal lorsqu'il écrit en 1648, dans sa relation intitulée Descubrimiento del Río Apure, que don Martín de Mendoza Lahoz y Berrío est

  • 90 Jacinto de Carvajal, Descubrimiento de río Apure, Edición de José Alcina, Madrid, Historia 16, 1985 (...)

"(...) gouverneur et Capitán General de la Guyane, de l'île Trinidad, de la Grande Manoa, du Dorado, de Nouvelle-Cantabria et de leurs provinces (...)90 "

127mais là encore, le doute est permis.

***

128Pour le Père Antonio Vázquez de Espinosa, il n'y a pas de confusion possible. Celui-ci évoque longuement (vers 1630) Manoa et sa région dans son œuvre Compendio y descripción de las Indias Occidentales et présente une cité immensément riche, située près d'un lac salé dont les rives sont très peuplées. Ces renseignements qui faisaient de Manoa la capitale des provinces du Dorado auraient été recueillis — vers 1620 — par le gouverneur Don Fernando de Berrío qui avait interrogé les indigènes. Vázquez de Espinosa situe vaguement la ville et donne quelques précisions sur celle-ci :

  • 91 A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., I, liv. 2, ch. 12, par. 165, p. 48-49.

"De l'autre côté du fleuve Orénoque, en direction de l'est-sud-est, jusqu'au fleuve des Amazones — ou Marañón — la distance est de 250 lieues en suivant la côte. Dans ce pays se trouvent diverses provinces peuplées par des gens nus ou vêtus. L'on a obtenu dans celles-ci et dans celles qui sont voisines de l'Orénoque des renseignements extraordinaires sur la grande agglomération de Manoa et sur les provinces du Dorado. On s'est beaucoup employé à connaître cette zone. La province des Chimores a permis au gouverneur Don Fernando de Berrío d'entrer en possession de deux magnifiques tapisseries chinées, semblables à celles du Pérou, de cuirs et de cornes de chèvres. Lorsqu'on s'enquit de leur origine, on apprit qu'elles provenaient d'un troc fait avec des Indiens d'autres provinces limitrophes de l'intérieur des terres, qui les avaient rapportées du pays de Manoa où, près d’un grand lac, se trouve une grande ville ou agglomération qui a plus de trois lieues de longueur et qui porte le nom de Manoa. Celle-ci est très riche en or, en argent, et autres choses précieuses. Ces Indiens assurent qu'il y a une rue longue de plus de deux lieues constituée par des ateliers d'orfèvres qui travaillent l'or et l'argent suivant leur coutume. Ils affirment aussi qu'il y a là-bas de grands troupeaux de chêvres et d'autres animaux. Toutes les habitations de cette ville sont de pierres merveilleusement taillées. Ils ajoutent que cette ville se trouve sur la rive d’un grand lac salé qui fait plus de deux cents lieues de long [1 115 km], cent de large [557 km] et plus de 600 de circonférence [3 334 km], et qu'autour de celui-ci se trouvent plus de 3 000 villes de 3,4 et 5 mille Indiens, et qu'au milieu du lac il y a de nombreuses îles gouvernées par beaucoup de seigneurs etcaciques, avec d'innombrables canoës et pirogues, qui sont leurs embarcations sur lesquelles ils naviguent d'un endroit à l'autre91."

129On ne pouvait douter de la richesse d'une zone aussi peuplée. Manoa, la capitale, qui paraît avoir bien des points communs avec Tenochtitlán, devait dominer une région hautement civilisée. Une telle concentration d'êtres humains impliquait forcément une organisation efficace. On notait, évidemment, l'existence d'un quartier habité par des orfèvres, ce qui laissait imaginer l'abondance des métaux précieux, travaillés par des experts pour satisfaire les besoins et les goûts d'une société opulente et raffinée.

130Le souvenir des merveilles découvertes à Cuzco et Tenochtitlán ne cessait de hanter l'esprit des explorateurs. L'image de la capitale des Aztèques surtout, apparaît dans l'évocation précédente. Le "lac", les déplacements incessants des indigènes sur leurs embarcations, les artisans, l'économie florissante que l'on devine et l'exceptionnelle quantité d'agglomérations qui est évoquée, sont des données qui ne trompent pas. Manoa pouvait bien représenter pour les Européens une sorte de grand Tenochtitlán mêlé d'éléments empruntés à l'Empire incasique. D'ailleurs ne cherchait-on pas un nouveau royaume encore plus riche que tous ceux que l'on avait réussi à dominer dans le passé ? Avec l'appui efficace de l'imagination, la quantité de richesses espérées ne pouvait que croître en progression géométrique.

***

131Manoa était une de ces cités chimériques qui naquirent dans les esprits enfiévrés des conquistadores ou des colons à la suite de la découverte des empires florissants du Mexique et du Pérou. Il existe, à n'en pas douter, une relation de cause à effet entre cette étape marquante de l'expansion européenne dans le Nouveau Monde et l'apparition des cités extraordinaires qui devaient fasciner les générations futures. Manoa joue en Amazonie le même rôle que Cíbola en Amérique du Nord. La civilisation des Aztèques et celle des Incas ont servi de tremplin à l'imaginaire. Sans la présence sur le continent américain de grandes agglomérations où vivaient des hommes civilisés, remarquablement organisés, les mythes n'auraient certainement pas connu la même évolution. Il y eut, assurément, une adaptation de détail aux différentes conjonctures, aux conditions propres à chaque zone, mais au terme du long processus de transformation se trouvait invariablement la cité opulente et mystérieuse.

  • 92 Voir supra, ch. 22, par. 5.

132Dans le cas de Manoa del Dorado, nous devons signaler un précédent qui, sans aucun doute, ne fut pas négligé par les explorateurs de la partie septentrionale de l'Amérique du Sud. Lors de l'expédition de Philippe de Hutten vers le Pays des Omaguas (1541-1546), le conquistador allemand "découvrit" une ville merveilleuse située au sud-ouest du Venezuela. L'affaire fit grand bruit dans les milieux coloniaux. On pensait avoir la certitude de l'existence de cette agglomération puisque les soldats de Hutten disaient l'avoir vue. A la même époque, Fray Marcos de Niza prétendait lui aussi avoir aperçu dans le lointain la fabuleuse Cité de Cíbola92.

133A vrai dire, plus qu'une ville, c'est la fameuse Casa del Sol que les compagnons de Hutten pensaient peut-être avoir trouvée, mais il n'est pas indifférent que ce temple ait été présenté dans un cadre urbain tout à fait impressionnant. Le P. Simón rapporte ainsi les faits dans ses Noticias Historiales de Venezuela :

  • 93 Fray Pedro Simon, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Quinta Noticia Historial, ch. 7, p. 150.(...)

"Depuis cet endroit où ils mirent en fuite les Indiens et où ils [les soldats de Philippe de Hutten] s'arrêtèrent longuement, tous les soldats aperçurent (à mi-distance de la portée du regard) une ville d’une étendue prodigieuse, dont ils ne purent voir l'autre extrémité bien qu'ils fussent à peu de distance. Cette ville était bien construite, avec des rues bien droites et des maisons bien jointes. Ils purent voir tout cela très distinctement. Mais ils en découvrirent surtout une, sise au milieu des autres, qui les surpassait toutes outre mesure. On s'enquit auprès du cacique qui servait de guide, de la nature de cet édifice si éminent et si remarquable : il répondit qu'il s'agissait de la demeure du cacique de cette ville, appelé Quarica, et que cet édifice, qu'ils jugeaient si important, faisait fonction de temple mais servait aussi de résidence, où ils abritaient quelques idoles et statues de leurs dieux en or massif, de la taille d'enfants de quatre ou cinq ans, et d'une femme — leur déesse — de taille normale, fabriquée, elle aussi, avec le même métal, et de nombreuses et innombrables autres richesses, entreposées là-bas, qui appartenaient au cacique ou à ses vassaux. Cependant, au delà, à peu de distance de cette ville, il y en avait d'autres gouvernées par de grands seigneurs encore plus puissants, qui surpassaient celui-là, sans comparaison, par la quantité de vassaux, de richesses et de bétail dont ils disposaient. Et c'est ainsi que plus on avançait et plus les villes étaient nombreuses et importantes, par le nombre de leurs habitants et par l'or qui s'y trouvait93."

134Les renseignements recueillis par Philippe de Hutten et ses soldats s'inscrivaient dans la longue suite de données concernant les riches pays de la zone équinoxiale. Il y avait là cependant matière à imaginer, à rêver à de grandes agglomérations pourvues d'immenses quantités de métaux précieux. La nouvelle, qui se répandit très vite au Venezuela, contribua très certainement à la création de la cité de Manoa.

135Une fois encore, les indigènes auraient transmis aux explorateurs les informations de base et dans le cas présent ils leur auraient même servi de guides. Hutten leur serait donc redevable des mille détails qu'il avait obtenus sur les richesses tant espérées. Ferdinand Denis souligne que :

  • 94 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., ch. 7, p. 142.

"(...) les Indiens parlaient sans cesse aux Espagnols de Manoa, la ville aux toits d'argent, dont les habitants étaient revêtus d'or et qui réfléchissait ses splendeurs dans les pâles lueurs de la voie lactée94."

136Il ne s'agissait point cependant de pure fantaisie car les informations — amplifiées ou déformées — dont ils pouvaient disposer sur le lointain Empire des Incas, réapparaissaient évidemment dans les propos qu'on leur faisait tenir. C'était en fin de compte une double influence des splendeurs de Cuzco qui venait ainsi interférer avec les souvenirs que les conquistadores conservaient de Tenochtitlán : celle qui s'exerçait indirectement sur les peuples de la selva et celle qu’avaient subie les Européens qui étaient passés par le Pérou. De ce mélange très complexe et d'une longue "sédimentation" où l'imaginaire intervenait pour une part essentielle, naquit l'idée de l'existence de la merveilleuse Cité de Manoa.

***

  • 95 Voir supra, par. 6.
  • 96 Cf. P. Bernabé Cobo, Fundación de Lima, escripta por el Padre Bernabé Cobo de la Compañía de Jesós. (...)

137Walter Raleigh fit de Manoa ("la cité impériale de la Guyane") une ville exceptionnelle, une cité supérieure à toutes celles que les Espagnols avaient découvertes95. Son obstination, mal récompensée, donna une grande vigueur au mythe. Manoa devint une sorte de phare dont la vive lueur éblouissait les Européens qui, trop souvent, s'échouèrent sur des écueils qu'ils ne parvenaient plus à distinguer. Si certains d'entre eux parvinrent à surmonter leur "desengaño", leur profonde déception, comme le Jésuite Bernabé Cobo parti à 15 ans tenter l'aventure96, beaucoup périrent ou rentrèrent fort désappointés.

  • 97 Voir supra, par. 6.
  • 98 Cf. D. Ramos Pérez, El mito del Dorado, op. cit., p. 459 et p. 539-540, n. 63.

138Cependant plusieurs "témoins" prétendaient avoir visité cette ville : le mystérieux Juan Martínez (ou Juan González), ancien soldat de Diego de Ordás, qui aurait, selon Walter Raleigh, séjourné sept mois dans cette capitale97, mais aussi les participants de l'expédition dirigée par Garcia Fernández de Serpa — le fils de Diego Fernández de Serpa — qui, aux alentours de 1581, quitta Cartagena de Indias pour rechercher le Dorado98.

139Pedro Ordóñez de Ceballos avait envisagé de participer à l'expédition de Garcia Fernández de Serpa, sur laquelle il semble bien informé. Il précise dans son Viaje del Mundo, où il conte les incroyables aventures qu'il a vécues, qu'on lui avait alors confié d'importantes responsabilités :

  • 99 P. Ordóñez de Ceballos, Viaje..., op. cit., liv. 1, ch. 17, p. 69-70.

"À cette époque-là [don Garcia de Serpa] s'employait à réunir des soldats pour partir à la découverte du Dorado et de la grande cité de Manoa dont on dit là-bas qu'elle est la plus importante de toutes les Indes. Il avait rassemblé deux cents hommes recrutés en Espagne et plus de cent enrôlés sur place et dans le Royaume de Nouvelle-Grenade. Ce gentilhomme me pria de partir avec lui, comme chef des volontaires, car il pensait qu'il y en aurait beaucoup à se mettre sous mes ordres. J'acceptai sa proposition et je commençai à m'occuper des combattants et à organiser un corps de volontaires99."

140Il dut pourtant renoncer à partir avec Garcia de Serpa :

  • 100 Ibid., liv. 1, ch. 17, p. 70.

"Il fallut obtenir, à crédit, d'emprunter une forte somme de pesos que l'on m'accordait si je me portais caution en donnant mes biens comme garantie. Lorsque le moment du départ fut arrivé mes créanciers manifestèrent leur mécontentement et je fus dans l'obligation de rester. Je lui demandai d’emmener Pedro Lomelín à ma place, et celui-ci devint le capitaine des volontaires100."

141Au retour de l'expédition, Pedro Lomelín lui communiqua des renseignements qui confirmaient ceux qui lui étaient transmis simultanément par la lettre d'un religieux Dominicain (le chapelain des troupes de Serpa). La missive, dont il fait longuement état, expliquait que Garcia de Serpa et ses hommes avaient découvert une ville où régnait un roi appelé "Gran Manoa". Il n'était nullement question dans la lettre de richesses abondantes ; seule était soulignée l'importance de l'agglomération :

  • 101 Ibid., liv. 1, ch. 18, p. 74.

"En bref je dis qu'ils y allèrent et rassemblèrent une multitude d'ennemis du Gran Manoa et qu'ils le recherchèrent dans sa propre cité qui, disent-ils, s’étendait sur une lieue et plus avec ses carbets ["buhíos"] ronds aux pieux fichés dans le sol : à leur avis il devait y avoir plus de mille cases (...)101."

142Il semble, une nouvelle fois, que l'on ait confondu le nom du cacique et celui de sa capitale.

9 - Le lac Parime

  • 102 Une carte, vraisemblablement dessinée à la fin du XVIe siècle, représente un lac appelé Manoa. Voir (...)

143Manoa — que l’on appelait également Manoa del Dorado — était en général située près d'un lac salé qui portait le même nom102. Sur les cartes, apparaît aussi un lac Dorado : nous l'avons rencontré 11 fois (entre 1590 et 1722).

144D'après le P. Gumilla, les indigènes de l'Amazonie emploieraient le terme Manoa pour désigner tous les lacs, toutes les étendues d'eau :

  • 103 P. José Gumilla, El Orinoco..., op. cit., 1ere part., ch. 25, par. 2, p. 271.

"Je dois expliquer deux mots avant de continuer : le premier est Manoa, qui est un nom que les cartes attribuent à la ville principale du Dorado, et je dis que Manoa, en langue achagua, est la troisième personne du verbe négatif Manoayuna qui signifie 'je ne déborde pas', et la troisième personne, Manoa, signifie 'il ne déborde pas'. C'est un nom qu'ils donnent, fort pertinemment, à tous les lacs. C'est ainsi que les termes "Cité de Manoa" équivalent à "Cité du lac"103."

145Ainsi s'expliquerait la confusion qui règne chez les cartographes qui appliquent les noms Manoa ou Dorado (bien souvent synonymes) à une étendue d'eau. Le fameux lac porte aussi, régulièrement, le nom : Parime. Cette dénomination est cependant apparue plus tardivement. Nous ne l'avons aperçue sur les cartes qu'à partir de 1630 (17 fois entre 1630 et 1811).

  • 104 Voir l'étude "Cartes et documents géographiques" dans le texte dactylographié de notre thèse (vol. (...)

146Dans un seul cas — sur une carte de 1722 — cœxistent le lac Parime et le lac Dorado, mais nous n'avons pas d'autre exemple de ce dédoublement qui paraît donc exceptionnel104.

***

147Les lacs ont toujours été de précieux auxiliaires de l’imaginaire. On croyait souvent que leurs eaux recélaient de riches trésors. Dès le début de la quête de l’Eldorado, le lac de Guatavita a joué un rôle de premier plan. Le transfert, d’ouest en est, de l’emplacement supposé du Dorado n'a pas réussi à éliminer ce lac qui est l'un des éléments fondamentaux du mythe. Il est vrai que les conditions géographiques favorisaient admirablement sa survie.

148Il y eut, dans la partie septentrionale de l'Amérique du Sud, plusieurs lacs recherchés par les Européens, et dont l'"existence" était toujours liée à celle d'un pays riche et mystérieux, le Dorado ou l'un de ses équivalents..

149La laguna de Caranaca, située entre le Río de Meta et le Río Chineruco en est un bel exemple. Jacinto de Carvajal souligne, dans sa relation intitulée Descubrimiento del Río Apure, combien d'efforts furent nécessaires et combien de vies humaines furent sacrifiées pour tenter de la découvrir :

  • 105 J. de Carvajal, Descubrimiento del Rio Apure, op. cit., Jornada Náutica 22", p. 211.

"De nombreux capitaines se sont ruinés ou ont payé de leur vie pour être partis à sa recherche et avoir sombré dans ces vastes plaines qui, telles des mers immenses, requièrent des boussoles, des guides et des truchements, faute de quoi ils se retrouvent frustrés malgré les multiples efforts qu'ils ont fournis et subissent de grands dommages qui — c'est bien connu — concernent tous leurs subordonnés. Cette expérience fut vécue par l'importante escouade de fiers soldats que le général don Fernando de Berrío y Lahoz (Dieu l'ait en sa sainte garde) perdit bien malgré lui lorsqu'il était gouverneur de la Guyane, fonction occupée présentement par le général don Martín de Mendoza Lahoz y Berrío, un sien neveu. Ceux-ci, qui étaient en quête dudit lac, périrent souvent de faim ou de maladie, et, beaucoup d'entre eux, dévorés par les jaguars105."

150Au Brésil, dans le domaine contrôlé par les Portugais, d'autres lacs non moins fameux, tel le Vapubassu, attirèrent irrésistiblement les Européens. Comme le fait remarquer Ferdinand Denis :

  • 106 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., Origine de l'El Dorado, p. 223.

"Les belles forêts du Brésil ne pouvaient être deshéritées du mythe de l'El Dorado ; il y eut bientôt des lacs Vapubassu, des lagoas encantadas, des fleuves dorés, et en général on les plaça dans les régions désertes de Porto Seguro, d'Espirito Santo, de Minas Novas (...)106 "

  • 107 Ibid., ch, 7, p. 148. On parlait aussi du Rio das tres Americanas (Ibid., Origine de l'El Dorado, p (...)

151Là-bas, la Mai das aguas, une sirène, gardait les trésors d'un grand lac, et le Pays des Americanas s'était substitué à l'Eldorado dans "les sombres forêts du Mato-Grosso"107.

152C'est toutefois le lac Parime qui est cité — et représenté sur les cartes — avec le plus de régularité.

***

  • 108 Voir supra, par. 8.

153La présence de ce grand lac ne semble avoir fait aucun doute pour de nombreux colons. Le P. Antonio Vázquez de Espinosa — nous l'avons signalé — lui attribuait vers 1630 des dimensions impressionnantes108.

154Antonio de Alcedo, qui se refuse à croire que Manoa existe, déclare cependant (au XVIIIe siècle) dans son Diccionario Geográfico, que le lac Parime est bien réel. Comme de nombreux géographes et cartographes de son temps, il ne songe même pas à remettre en cause les informations reçues à ce sujet. Aussi, écrit-il à propos de Manoa :

  • 109 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 2, p. 372-373 (art. "Manoa").

"Ville imaginaire et fabuleuse, également appelée El Dorado, et qui n'a existé que sur les cartes de certains géographes qui manquaient d'informations et de discernement, et dans l'esprit de certains imposteurs qui, avec leurs inventions, ont trompé beaucoup d'Espagnols et d'Anglais. Ils la situent sur le rivage occidental du grand lac Parime, et à l'embouchure d'une grande rivière qui se jette dans celui-ci, et prétendent qu'elle est très vaste, très riche et très peuplée (...)109 "

155Il repousse, par Contre, toutes les objections formulées contre la réalité du lac Parime, qu'il présente de la manière suivante :

  • 110 Ibid., t. 3, p. 134 (art. "Parime").

"Très grand lac de la province du Dorado. C'est là que se rassemblent les eaux en provenance d'innombrables rivières, et dont certaines ont un fort débit et déversent leurs eaux, en formant un bras très large, dans le Río Blanco et dans d'autres. D'après certains auteurs modernes il serait fabuleux et imaginaire, mais d’après les dernières et les plus sûres observations son existence est avérée et incontestable. On ne connaît pas sa superficie, qui varie suivant les récits. Sa forme est carrée, et la plupart des voyageurs lui attribuent 82 lieues [457 km] de long du Levant au Ponant. Il ressemble à une petite mer, même pour la qualité de ses eaux qui sont saumâtres. Des montagnes situées au Ponant, s'écoulent de nombreuses rivières qui toutes vont s’y jeter. Au nord existe un canal par où ses eaux se déversent dans le Río Parabá. Au milieu du lac se trouvent beaucoup d'îles. Les montagnes sont habitées par de nombreux peuples d'indiens infidèles : c'est là que l'on situa l’imaginaire pays d'Eldorado, cause de tant de malheurs et tant de morts, provoqués par une quête passionnée. Du côté du N. N.-E. sort de ce lac le Río Cuyuni qui arrose les colonies hollandaises et se jette ensuite dans l'Essequibo ["Esequibo"]. Au Midi, sort le Paraná-pitinga, ou Yaguapiri — nom qui signifie 'eau blanche'— qui par un triple embouchure se jette dans le Marañón sur sa rive septentrionale et fut découvert en l'an 1745110."

  • 111 Cf. Michel Antoine Baudrand, Lexicon Geographicvm, in qvo Vniversi Orbis Oppida, Vrbes, Regiones, P (...)
  • 112 L. Morery, Le Grand Dict...., op. cit., t. 4, p. 153 (art. "Parimé") :
    "Parimé, Lac de l'Amerique Me (...)

156Dans son Grand Dictionaire (1707), Louis Morery donnait moins de précisions sur le lac Parime et signalait que son existence était contestée par certains, en particulier par Michel Antoine Baudrand qui servait souvent de référence111. Toutefois Morery ne se prononçait pas sur ce lac "encore inconnu aux Européens"112.

***

  • 113 F. Denis, "Brésil", dans L'Univers, op. cit., t. 52, p. 309.

157Le célèbre lac Parime, dont on parlait encore au XIXe siècle, pourrait bien n'être, comme le signale Ferdinand Denis, "que le produit d'alluvions passagères113 ". Les fortes précipitations de la zone équatoriale, capables de gonfler exagérément d'incertains cours d'eau encore mal connus, auraient fort bien pu laisser supposer qu'à l'intérieur du continent se trouvait un grand lac. Alexandre de Humboldt fait remarquer à ce propos que les cartographes reproduisaient très souvent les erreurs de cartes plus anciennes, perpétuant ainsi des indications douteuses :

  • 114 A. de Humboldt, Rel. Hist., op. cit., t. 2, ch. 24, p. 580.

"(...) je ferai voir dans la suite comment les erreurs des cartes modernes sont nées de l'habitude de les calquer sur les cartes anciennes, comment des portages ont été pris pour des embranchemens de rivières, comment des rivières, appelées grandes eaux par les Indiens, ont été transformées en lacs ; comment deux de ces lacs (le Cassipa et le Parime) ont été confondus et déplacés depuis le XVIe siècle (...)114 "

  • 115 C'est ce que signale Ch.-M. de La Condamine, Voyage sur l'Amazone, op. cit., p. 95 :
    "(...) on renco (...)

158Il était d'autant plus difficile de situer avec précision le lac Parime, que le nom que portait ce lac signifierait tout simplement pour les indigènes "eau de rivière" (Para-hi) et s'appliquerait dès lors à une multitude de lieux115.

159D'après certains, les eaux de ce lac seraient salées ou d’une couleur tirant sur le blanc. On parla même, fréquemment, de mer Blanche. La nature du sol expliquerait ce dernier nom que l’on retrouve d'ailleurs dans d’autres régions de la planète.

160Pour Robert Schomburgk, qui adressa vers 1840 plusieurs lettres à Alexandre de Humboldt, le lac Parime correspondrait à celui que l'on appelait au XIXe siècle le lac Amoucou :

  • 116 Robert Schomburgk, "Sur l'ancien site du lac Parime ou laguna d'El Dorado. Extrait des lettres de M (...)

"(...) les résultats des observations que j'ai faites — écrit-il —ont produit chez moi la conviction que le lac Amoucou, tel qu'il existe aujourd'hui, est un reste du vaste lac blanc de l'El Dorado de Raleigh116."

161Puis il émet une hypothèse très curieuse :

  • 117 Ibid., p. 41.

"Je pense même que le lac Parime, qui paraît n'exister maintenant que dans la tradition, fut formé par les eaux restées après le déluge117."

162Cette explication peut paraître logique si l’on admet certaines croyances communes à l'Ancien et au Nouveau Monde.

163Les cartes modernes représentent aujourd'hui encore une Sierra Parima au sud-est du Venezuela, dans la région de la Guyane : elles rappellent ainsi l'importance que prit le lac Parime dans des siècles passés. Son souvenir demeura très longtemps. Ferdinand Denis pouvait ainsi déclarer au XIXe siècle :

  • 118 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., ch. 7, p. 147.

"En vain de grands voyageurs ont-ils dit que le lac Parima n'existait pas, que les pluies le créaient passagèrement dans les savanes fleuries entre l'Orénoque et l'Amazone ; on croit encore au beau lac et à la ville d'or, bien plus belle, je vous assure, pour ces hommes naïfs, que le point noir qu'on jette si souvent au hasard sur nos cartes de géographie118."

164Les explorateurs déployèrent beaucoup d'énergie. Le lac Parime, auprès duquel avait été bâtie la ville de Manoa, fixait géographiquement le mythe qui ne pouvait être situé que dans une zone bien arrosée, à proximité d'importants cours d'eau. La découverte d'un grand lac devint alors l'obsession des aventuriers qui voulaient atteindre l'Eldorado. Et le lac Parime occupa aux XVIIe et XVIIIe siècles une place de choix dans l'esprit des Européens. Jean Grillet et F.-Jean Bechamel, deux voyageurs qui explorèrent la Guyane, en 1674, partirent ainsi en quête du fameux lac, comme nous permet de le croire le titre du récit de leur expédition :

  • 119 John Grillet et Francis-Jean Bechamel, A Journal of the Travels of John Grillet, and Francis Becham (...)

"Récit des voyages de John Grillet et Francis Bechamel en Guyane. Réalisés en l'an 1674, afin de découvrir le grand lac Parime et les nombreuses cités que l'on dit être situées sur ses rives, et tenues pour les plus riches du monde (...)119 "

165Le lac Parime (ou Parima) devint donc indissociable de la Cité de Manoa del Dorado lorsque le mythe, à la suite des expéditions d'Antonio de Berrío et de Walter Raleigh, élut domicile en Guyane. Les cartographes le placèrent en cet endroit sans trop se poser de questions car la région, difficile d'accès, était mal connue. C'était un emplacement idéal, propre à protéger le mystère indispensable à la survie de l'Eldorado.

10 - La Montagne d'or

166Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, alors que le gouverneur Manuel Centurion dirigeait la Guyane, les ingérences étrangères dans cette région devinrent insupportables à l’Administration coloniale espagnole. Plusieurs expéditions, parties de l'Amazone ou de la côte atlantique, s'efforçaient d'atteindre le lac Parime dont la renommée était maintenant bien établie en Europe. Et Manuel Centurion était décidé à intervenir.

167Il reçut sur ces entrefaites la visite d'un cacique nommé Parauacare qui lui donna beaucoup de précisions sur le Dorado. Cette visite fut rapidement suivie d'effet car Centurion prépara incontinent une expédition. Parauacare lui avait fait miroiter d'incomparables merveilles qui, selon ses dires, se trouveraient dans le pays. Le cacique n'eut, évidemment, aucun mal à convaincre le gouverneur d’une province où, depuis près de deux siècles, l'on situait Manoa, la capitale du Dorado. Il évoqua longuement le lac Parime et un certain cerro sur lequel veillaient jalousement les indigènes, qui serait une montagne d'or appelée — elle aussi — Dorado, dont il donna la description suivante :

  • 120 Texte cité par Helena Ruiz de Morales, "La Búsqueda del Dorado por Guayana", ét. cit., ch. 5, par. (...)

"Le Dorado est un mont élevé où ne pousse qu'un peu d'herbe et sur lequel on peut voir, sur toute sa surface, certains cônes ou pyramides d'or d'un tiers de vare [28 cm] de hauteur et d'une demi-vare [42 cm] de diamètre, et d’autres plus petits. Lorsque le soleil darde ses rayons sur lui, il brille tant que l'on ne peut le regarder sans que les yeux en soient blessés. Les Indiens des alentours le protègent avec grand soin, veillant à conserver ce secret inviolable pour le tenir caché aux Caraïbes et aux autres Indiens qui commercent quelque peu avec des Hollandais et des Portugais120."

168L'image du Dorado s'était encore transformée : c'était maintenant une montagne étincelante qui fascinait ceux qui avaient la chance de l'apercevoir, car les Indiens s'opposaient farouchement à tous ceux qui désiraient s’en approcher.

***

169Il y avait bien longtemps que l'on évoquait l’existence de montagnes d'or dans les Indes Occidentales. Hernando Colón rappelle, par exemple, dans son Historia del Almirante, que son père, au cours de son deuxième voyage en Amérique (1493-1496), avait baptisé certaines hauteurs de l'île Española "Montes Todos de Oro" :

  • 121 H. Colón, Historia del Almirante, op. cit., ch. 73, p. 250.

"(...) de même que dans l'île Espanola, à son retour de la Jamaïque, il donna à certaines montagnes le nom de Montagnes-toutes-d'or ["Montes Todos de Oro"], et l'on y découvrit par la suite la plus importante quantité de grains d’or que l'on a rapportés de cette île en Espagne121."

170Il était assez fréquent que l'on vît depuis les navires des montagnes dont les roches micacées luisaient au soleil. L'imagination aidant, les navigateurs pensaient avoir découvert de véritables trésors naturels. André Thevet, longeant les côtes du Brésil (dans la région de l'État de Ceará), écrit dans la relation de ses deux voyages que :

  • 122 A. Thevet, Histoire de deux voyages..., op. cit., ch. 1, p. 243-244.

"Dix lieuës du rivage de la mer se voyent des montagnes, le sommet desquelles est luisant comme fin or. Et de fait les sauvages tiennent y avoir mines d'or, et d'argent122."

171L'idée de l'existence de Montagnes d'or était largement répandue. Antonio de Herrera signale qu'au début de la conquête du Pérou les hommes de Francisco Pizarro, déçus de n'avoir pas rencontré de telles merveilles, envisagèrent d'abandonner l'entreprise :

  • 123 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 7, ch. 10, p. 75.

"Et lorsque Francisco Pizarro se trouvait vis-à-vis de l'île de Puná, il prit la décision de s'y rendre, contre l’avis de ses soldats qui, mécontents de ne point avoir découvert les Montagnes d’or ["Montañas de Oro"] et affligés par les maladies, souhaitaient revenir coloniser la région de Puerto Viejo (...)123 "

172Ces "Montañas de Oro" péruviennes étaient une sorte de résumé des richesses de l’Empire incasique dont on avait tant entendu parler. Mais il importe peu que ces merveilles aient joué un rôle symbolique. Dans l'esprit des conquistadores leur image était bien réelle. Ils pensaient découvrir, assurément, une véritable chaîne de montagnes dorées.

173La Montagne d'or située dans la région amazonienne était connue depuis longtemps des Européens. Le pilote de François Ier, Jean Alphonse de Saintonge, précisait dans sa Cosmographie, dès 1544, que les indigènes qui vivaient à l'embouchure de l'Amazone savaient qu'à l'intérieur des terres se trouvait la célèbre "montaigne" :

  • 124 Jean Fonteneau [dit Jean Alfonse de Saintonge], Cosmogr., op. cit., fol. 159 v°-160 r°, p. 429-430.

"Nous leur demandismes s'il y avoit point d'or en la terre, ilz nous feirent signe que allent hault à mont la rivière, il y avoit une montaigne en laquelle y avoit force d'or et qu'une partie d'icelle estoit d'or, et qu'ilz l'apportoyent de là, et que, quand ilz en avoyent affaire, ilz y en alloyent quérir. Et disoyent qu'ilz n'en faisoient pas grand compte, et qu’ilz ne l'estimoyent pas grandement synon pour enchasser leursdictes piarres (...)124 "

174Ce Mons Aureus, Walter Raleigh crut pouvoir le retrouver en Guyane. Il précise dans sa relation qu'il a mis la main sur de nombreux échantillons d'or et d'argent :

  • 125 Sir W. Raleigh, El Descubrimiento..., op. cit., p. 621.

"Mais nous vîmes que sur toutes les collines il y avait des pierres de la couleur de l'or et de l'argent. En les examinant, nous vîmes qu'elles n'étaient pas de marcassite ["Marquesite"], mais de ce que les Espagnols appellent "la mère de l'or" ["El Madre del Oro"], ce qui constitue, sans aucun doute, une preuve de l'abondance générale125."

175On sait combien le "témoignage" de Walter Raleigh fut déterminant, et qu'il contribua grandement à diffuser le mythe de l'Eldorado en Europe.

176À vrai dire, le sujet de Sa Très Gracieuse Majesté cherchait plutôt à découvrir une Montagne de "cristal" d'où il pensait extraire des pierres précieuses. Cette préoccupation apparaît dans sa relation :

  • 126 Ibid., p. 624-625.

"Dans la soirée nous entrâmes dans un bras de l'affluent de l’Orénoque appelé Winicapora, où l'on m'avait indiqué que se trouvait la Montagne de cristal. Mais, à vrai dire, je ne pus, à cause du long trajet que j'avais parcouru et des difficultés liées au moment de l'année, prendre cette direction ni m'attarder plus de temps dans ce voyage. (...) Berrío me dit qu'elle contient des diamants et d'autres pierres précieuses que l'on voit briller de très loin, mais il ne disposait pas d'autres informations à ce sujet car ni lui ni aucun de ses hommes n'avait gravi ses pentes jusqu'à la cime vu l'hostilité des habitants des environs qui étaient ses ennemis — ce qui est certain — et qu'en conséquence elle demeurait inaccessible126."

  • 127 P. José Gumilla, El Orinoco..., op. cit., 1ère part., ch. 25, par. 2, p. 263.
  • 128 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 1, p. 414 (art. "Cunuris") :
    "Cunuris : Río de la misma pro (...)

177Cette fable lui aurait donc été racontée par Antonio de Berrío qu'il avait retenu prisonnier. Cependant, que l'on ait imaginé une Montagne d'or ou de cristal, l'idée restait la même : la montagne où se trouvaient des richesses à profusion fut assimilée au Dorado. Pour le P. Gumilla, il s’agit véritablement de deux synonymes lorsqu'il écrit : "cette curieuse montagne d'or, également appelée Dorado127". Antonio de Alcedo signale dans son Diccionario geográfico que le Monte de Oro porte également le nom de Monte de Parimá128 et il indique (article "Coropa") que les Montagnes d'or ont attiré de nombreux Européens :

  • 129 Ibid., t. 1, p. 381 (art. "Coropa").

"(...) les montagnes décrites par d'aucuns comme des lieux pleins d’or, d'argent et de pierres précieuses qui brillent comme les rayons du soleil, sont des fables qui, au début de la conquête, trompèrent de nombreuses personnes qui recherchaient ces trésors imaginaires du Dorado. Nombreux sont ceux qui périrent sans autre satisfaction que la découverte de pays arides et montueux, au prix de grandes souffrances et de mille tourments (...)129 "

***

178Le gouverneur Centurion poursuivait donc une vieille chimère : la Montagne d'or que lui décrivit le cacique Parauacare n'était, bien entendu, que le fameux Dorado. Mais alléché par les renseignements qui avaient pour lui l'attrait de la nouveauté, il confia, en 1771, une expédition à Nicólas Martínez. Celui-ci devait tenter de conquérir le pays sans effusion de sang puis prendre possession du lac Parime et tout mettre en œuvre pour protéger le territoire des incursions prévisibles de Hollandais, Portugais, corsaires de tout poil et Indiens Caribes. Une fois prises les mesures indispensables, Martínez devait procéder à une exploration systématique de la région. Cette expédition n'eut aucun succès.

179Une deuxième tentative parut nécessaire. Centurion mit le lieutenant d'infanterie Vicente Díez de la Fuente à la tête d'une troupe de 125 soldats qui partit le 19 mars 1773. Cette expédition fit renaître l'espoir car un détachement commandé par le caporal Isidoro Rondón prétendit s’être trouvé à 5 journées de navigation du lac Parime. Isidoro Rondon dut repartir en octobre 1775 pour épauler Antonio López. Ce fut là l'ultime expédition officiellement envoyée par l'Administration espagnole à la recherche de l'Eldorado.

  • 130 Sur les expéditions organisées par D. Manuel Centurión, voir H. Ruiz de Morales, "La Búsqueda del D (...)

180Simultanément les Portugais avaient fait partir Francisco Cœllo dans le même but : l'affaire — c'était prévisible — tourna à l'affrontement avec les Espagnols. Les Portugais furent accusés d'avoir violé les accords internationaux en franchissant la frontière130. De nouvelles contraintes apparaissaient. Il est tout de même remarquable que l’on se soit préoccupé de la recherche du lac Parime et de l'Eldorado jusqu'à la fin — ou presque — du XVIIIe siècle. Peut-on donner une meilleure preuve de la vitalité de ce mythe ?

11 - Le mythe de l'Eldorado et le mythe de la Toison d'or

181Que de chemin parcouru depuis le temps où l'on pensait partir à la pêche de l'or ! Le mythe a évolué au fil des ans et connu de profondes transformations. Mais à tous les stades de cette évolution, un élément essentiel apparaît invariablement : l'or, que l'on recherche fébrilement et pour lequel on est prêt à tout sacrifier, même la vie. Il serait inutile de nier l'importance de l'or que l'on retrouve jusque dans le nom Dorado. L'or est omniprésent, il fascine les Européens et détermine leur comportement. L'or aveugle les hommes et provoque le délire de l'imagination. Cependant, force est de constater que l'on n'assiste pas à une simple ruée vers les sources du précieux métal. Les mobiles qui poussent à un vaste mouvement vers les richesses supposées sont, en fait, très complexes. Faut-il encore insister sur le rôle joué par les éléments vernaculaires ? Le rayonnement de la civilisation incasique, dans toute l'Amérique du Sud, est incontestable. Les merveilles du Pérou, le prestige des Incas, le mode de vie et l'organisation sociale des peuples de la Cordillère avaient un écho, même affaibli par l'éloignement, dans la zone de la selva. Ces gens vêtus de l'Eldorado, ces "moutons", cette abondance d'or ou d'argent auxquels se référaient les "informateurs" de l'Amazonie et de la Guyane n'avaient point d'autre origine.

182Le terrain lui-même, où l'on s'efforçait de progresser, semé d'obstacles difficilement franchissables, peuplé d'animaux étranges et redoutables, contrôlé par des tribus indiennes souvent hostiles aux nouveaux venus, favorisait le secret et protégeait le mystère. L'espace incommensurable qui permettait les déplacements "géographiques" du mythe, autorisait tous les espoirs. Il serait toujours temps d'aller plus loin ! L'échec d'une expédition ne ruinait ni les espérances ni les illusions de ceux qui s'apprêtaient déjà à prendre la relève.

183Le Dorado, cet Indien du Pérou revêtu d'une armure d'or était rapidement devenu le roi d'une riche contrée puis le souverain d'un royaume isolé et mystérieux. Enfin avait surgi la cité puissante, bien protégée, la capitale d'un pays civilisé, peuplé d'êtres humains qui disposaient d'impressionnantes quantités de pierreries et de métaux précieux. Cette contrée fabuleuse, avec un grand lac et une montagne d'or ou de diamants était devenue un pur produit de l'imaginaire. Manoa attirait comme un aimant les soldats pauvres et les capitaines ambitieux. Mais du rêve à la réalité il y avait une distance considérable et les esprits aventureux n'ignoraient pas les difficultés qu'il fallait vaincre pour connaître la félicité. Le stade de la recherche de l'or était bien dépassé : ce n'était plus une simple recherche ; on partait pour une quête et l'on devenait un héros.

***

184Toutefois cette quête était bien différente de celle des personnages des romans de chevalerie car, ici, l'élément principal était l'or. Il existait cependant un modèle antique que la tradition avait sauvé de l'oubli : Jason, le chef des Argonautes, qui parvint à s'emparer de la Toison d'or. On se référait, souvent, encore à l'époque de la Découverte et de la Conquista à ce héros de la mythologie grecque. Ainsi, Gonzalo Fernández de Oviedo, dans le prologue de la deuxième partie de son Historia General, explique-t-il à Charles Quint :

  • 131 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, p. 212.

"Ce serait dévaluer les découvertes que firent vos Espagnols dans ces nouvelles terres que de les comparer aux inventions fabuleuses de Jason et Médée et leur Toison d'or131."

185Juan de Castellanos, évoquant le premier voyage de Christophe Colomb, rappelle également l'aventure des Argonautes :

  • 132 J. de Castellanos, Elegías, op. cit., Elegía 1a, canto 2, p. 8.

"Mille quatre cent quatre-vingt-onze années,
Plus une, s’étaient alors écoulées
Lorsque les Argonautes de ce nouvel âge
Partirent conquérir une toison dorée ;
Non point là où Médée la sanguinaire
Bafoua le vieux Roi, son père,
Car il y a maintenant d'abondantes richesses
Que l’on peut obtenir sans le concours d'autrui132.''

186Les exploits maritimes de Jason et de ses compagnons ressemblaient trop à ceux des navigateurs téméraires des XVe et XVIe siècles pour que l'on n'établît pas une comparaison. Juan de Castellanos a songé à mettre en parallèle Colomb et Jason.

187Le voyage le plus impressionnant fut, sans conteste, celui de Magellan et de son second et successeur Elcano. Le périple de la nef Victoria rappelait inévitablement celui de la nef Argo commandée par Jason que les Grecs considéraient comme un navigateur d'exception. Pietro Martyre d'Anghiera s'exclamait :

  • 133 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 7, p. 504.

"Si c’était un Grec qui avait accompli cet acte inouï, que n'auraient pas écrit les Grecs à ce propos ! Le navire des Argonautes qui d'après la tradition fut porté au ciel (et on l'a raconté sérieusement et sans dérision), qu'a-t-il donc fait ? Si nous y réfléchissons un tant soit peu, il est parti de la ville d'Argos pour s'avancer dans le Pont-Euxin jusqu'auprès d'Œtes et de Médée ; qu'a fait sa cargaison de héros, Hercule, Thésée, Jason, on l'ignore : et on ne sait pas encore ce qu'était au juste la fameuse toison d'or. Quant à la distance qui sépare la Grèce du Pont-Euxin, les enfants l'apprennent dans les plus basses classes. Elle est plus petite que l'ongle d'un géant133."

188Et Francisco López de Gómara expliquait :

  • 134 F. López de Gómara, Hisp. vict., op. cit., I, p. 219.

"Ce fut une grande expédition que celle de la flotte de Salomon, mais celle de ces deux vaisseaux de l'Empereur et Roi don Carlos la surpassa. La nef Argos de Jason, que l'on porta aux nues, navigua très peu en comparaison de la nef Victoria que l'on devrait conserver dans les arsenaux de Séville pour en garder la mémoire134."

189Gonzalo Fernández de Oviedo exprimait aussi la même opinion :

  • 135 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 31, Proemio, p. 363.

"Que la nef Argos garde modestement le silence, car nous avons vu, il a peu de temps, la nef Victoria, qui fit le tour de l'univers en quête du Pays des épices par ce fameux Détroit dont le capitaine Fernando de Magallanes révéla l'existence135."

190Jason et ses Argonautes servaient donc d'utile point de comparaison.

191Les chroniqueurs du XVIe siècle connaissaient bien la mythologie grecque remise au goût du jour par la Renaissance. Mais Jason avait aussi la faveur des auteurs du siècle précédent qui se réfèrent à lui bien souvent :

"Alors parut Médée,
Se plaignant amèrement de Jason
Qui s'était si mal acquitté
De sa dette envers elle (...)"

  • 136 Johan de Andújar, Como procede Fortuna..., dans Cancionero Castellano del siglo XV, op. cit., t. 2, (...)

192écrivait, par exemple, Johan de Andújar136, et Pablo de Santa Maria rappelait que Jason s'était emparé de la Toison d'or :

  • 137 Pablo de Santa María, Las Edades del Mundo, dans Cancionero Castellano del siglo XV, op. cit., str. (...)

"'Nous parlerons maintenant de Jason
De retour, avec Hercule, du Pays de Grèce
Où il partit en quête de cette toison
Qui était alors enchantée (...)137 "

  • 138 Jason et les Argonautes apparaissent chez Juan de Padilla (Los Doze Triumphos..., op. cit., Triunfo (...)

193Et l'on retrouve le héros grec chez Juan de Padilla et chez le marquis de Santillana138.

  • 139 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 12, p. 404-406.
  • 140 Ibid., ch. 12, p. 404-405 :
    "La primera edición de La
    Argonáutica de Valerio Flaco se realizó en Bol (...)
  • 141 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado, op. cit., ch. 12, p. 405-406.

194Demetrio Ramos Pérez fait remarquer dans son étude sur la genèse et l'évolution du mythe de l'Eldorado139 que l'œuvre de Valerius Flaccus, Les Argonautiques, avait fait l'objet, en Italie, de sept éditions entre 1474 et 1523140. Une autre édition, préparée par Lorenzo Balbo, parut à Alcala de Henares en 1524. Or, celle-ci, qui eut beaucoup de succès, était dédiée à Pedro de Lerma dont deux descendants furent étroitement mêlés aux affaires des Indes Occidentales141.

  • 142 Cf. Charles Regnauld, A Robert Regnauld son Frere, sur la traduction de l'Histoire naturelle des In (...)

195On peut considérer que Jason et ses aventures étaient bien connus, aux XVe et XVIe siècles, dans la péninsule Ibérique, et, à l'époque de la Conquista, outre-Atlantique. Il devait en être de même dans les autres pays de l'Europe Occidentale. Ainsi, un poète français de la Renaissance, Charles Regnauld, comparait-il — dans un sonnet adressé à son frère, "sur la traduction de l'Histoire naturelle des Indes Occidentales" — les trésors américains jalousement gardés par les Espagnols à la fameuse Toison d’or que Jason parvint à dérober142.

***

  • 143 Cf. L'Introduction à Apollonios de Rhodes, Argonautiques, op. cit., t. 1, p. I-XC.
  • 144 Cf. P. Grimai, Dut. de la Myth., op. cit., p. 45-50 (art. "Argonautes" et "Argos") et 242-243 (art. (...)
  • 145 Pindare, Pythiques, Texte établi et traduit par Aimé Puech (...), 3e éd. revue et corrigée, Paris, (...)

196D'après la tradition Jason et ses Argonautes — dont l'aventure avait prodigieusement intéressé les hommes de l'Antiquité143 — étaient partis de Pagasae, un port de Thessalie, sur un navire que construisit Argos144. Leur voyage les mena, après une escale dans l'île de Lemnos, alors exclusivement peuplée de femmes, jusqu'au Bosphore. Une fois dans la mer Noire, ils dépassèrent l'embouchure du fleuve Thermodon auprès duquel, disait-on, vivaient les Amazones et se rendirent en Colchide pour aller quérir la célèbre Toison d'or. Avec l'aide de la magicienne Médée, Jason réussit à vaincre les obstacles qui se présentèrent. L'exploit aurait été exigé par Aeétès, le roi de la région, qui était le père de Médée et, souligne Pindare dans sa Quatrième Pythique, "le fils merveilleux du Soleil"145. Jason subit une première épreuve : il dut soumettre au joug deux taureaux redoutables sur lesquels Ovide nous donne quelques détails dans les Métamorphoses :

  • 146 Ovide [Publius Ovidius Naso], Les Métamorphoses, op. cit., t. 2, liv. 7, p. 32.

"Voici que les taureaux aux pieds de bronze exhalent de leurs naseaux d'acier les vapeurs de Vulcain, qui par leur contact enflamment le gazon ; comme grondent les foyers remplis ou la chaux qui dans une fournaise souterraine devient brûlante en se décomposant sous les coulées d'eau dont on l'arrose, ainsi résonnent, en vomissant des tourbillons de flamme, leurs poitrines et leurs gorges embrasées146."

  • 147 Ce dragon est présenté par Pindare comme "un serpent aux yeux glauques". Cf. Pindare, Pythiques, op (...)

197Jason tua ensuite un dragon qui défendait la Toison d'or147. Ovide relate cette dernière épreuve de manière très détaillée :

  • 148 Ovide [Publius Ovidius Naso], Les Métamorphoses, op. cit., t. 2, liv. 7, p. 34.

"Il restait encore à endormir par la vertu des herbes le dragon vigilant qui attirait tous les regards par sa crête, ses trois langues et ses dents recourbées, monstre hideux qui gardait l'arbre resplendissant de l'éclat de l'or. Médée jette sur lui une plante dont le suc a les effets du Léthé ; trois fois elle prononce des paroles qui amènent un sommeil paisible, qui arrêtent la mer en courroux et les fleuves impétueux. Le sommeil gagne ces yeux qu'il ne connaissait pas et le héros, fils d'Eson, s'empare de la toison d'or ; fier de cette dépouille, il emmène comme une seconde dépouille celle à qui il doit un si grand service et, triomphant, il aborde avec son épouse au port d'Iolcos148."

198Mais qu'était donc cette Toison d'or que Jason recherchait avec tant d'ardeur ? Plusieurs explications ont été données sur ce point car le voyage des Argonautes a été très diversement relaté. L'abbé Banier s'est efforcé d'éclaircir le mystère :

  • 149 Strabon précise (Géogr., op. cit., liv. XI, ch. 2, p. 402) :
    "Un autre fait qu'on nous donne pour ce (...)
  • 150 Abbé Banier, La Mythologie et les Fables expliquées par l'Histoire, op. cit., t. 6, liv. 3, ch. 2, (...)

"Je sçais qu'on ne convient pas généralement que la Toison d'or ne fût que les trésors du Roi de Colchide. Diodore de Sicile croyoit que c'étoit la peau d'un mouton que Phryxus avoit immolé, & qu'on gardoit très-soigneusement, à cause qu'un Oracle avoit prédit que le Roi serait tué par celui qui l'enleveroit. Strabon & Justin pensoient que la Fable de cette Toison, étoit fondée sur ce qu'il y avoit dans la Colchide des torrens qui rouloient un sable d'or, qu'on ramassoit avec des peaux de mouton149 ; ce qui se pratique encore aujourd'hui vers le Fort-Louis, où la poudre d'or se recueille avec de semblables toisons, lesquelles quand elles en sont bien remplies, peuvent être regardées comme des Toisons d'or. Varron & Pline prétendent que cette Fable tire son origine des belles laines de ces pays-là, & que le voyage qu'avoient fait quelques Marchands Grecs pour en aller acheter, avoit donné lieu à la fiction. On pourrait ajouter que comme les Colques faisoient un grand commerce de peaux de martes, & d'autres Pelleteries, ce fut peut-être le motif du voyage des Argonautes150."

***

199Les conquistadores et les chroniqueurs ne connaissaient peut-être pas tous les détails du mythe de la Toison d'or ni toutes ses variantes. Mais il est fort probable que de nombreux éléments soient parvenus jusqu'à eux. Ils auraient pu, par conséquent, établir — consciemment ou non — certains rapprochements avec la réalité américaine. Les efforts des Argonautes étaient orientés vers la découverte d'une toison dorée. L'or en poudre ne manquait pas dans le Royaume de Nouvelle-Grenade et les "moutons" du Pérou remplaçaient fort bien ceux de Colchide. La "pêche de l'or" — nous l'avons mentionné — telle qu'elle se pratiquait dans la région tropicale ressemblait beaucoup à celle qu'évoque Strabon. Le roi Aeétès, fils du Soleil, avait un équivalent chez les Incas, et le dragon — ou serpent aux yeux glauques — n'était pas difficile à trouver en Amazonie. Les obstacles rencontrés par Jason dans sa quête initiatique étaient représentés outre-Atlantique par la selva quasiment impénétrable et l'opposition acharnée de certains aborigènes. Les explorateurs européens, tout comme Jason, partaient à l’assaut d'un pays inconnu dont ils s'étaient approchés sur leurs navires.

200Mircea Eliade fait remarquer que :

  • 151 M. Eliade, Traité..., op. cit., ch. 10, par. 145, p. 321.

"D’une certaine manière, l’expérience initiatique de Thésée dans le labyrinthe de Crète, équivalait à l’expédition à la recherche des Pommes d'or du jardin des Hespérides ou de la Toison d'Or de Colchide. Chacune de ces épreuves se ramenait, pour parler morphologie, à pénétrer victorieusement dans un espace difficilement accessible et bien défendu, dans lequel se trouvait un symbole plus ou moins transparent de la puissance, de la sacralité et de l'immortalité151."

201Manoa del Dorado ne peut-elle être assimilée à un tel symbole ? Ne retrouve-t-on pas en Amérique du Sud cette obsession de "pénétrer victorieusement dans un espace difficilement accessible et bien défendu" ? Le dragon et les taureaux, que Jason parvint à dominer, étaient les gardiens du trésor. Mircea Eliade souligne encore à ce propos :

  • 152 Ibid., ch. 13, par. 167, p. 371.

"(...) l'"Arbre de Vie", l'Arbre des pommes d'or ou la toison d'or, "les trésors" de toute nature (les perles au fond de l'Océan, l'or de la terre, etc.) sont défendus par un dragon et celui qui veut s'approprier l'un des symboles de l'immortalité doit, au préalable, faire la preuve de son "héroïsme" ou de sa "sagesse", en affrontant toutes sortes de dangers et en finissant par mettre à mort le monstre reptilien152."

202L'Eldorado protégé par la selva périlleuse et, comme on le signale parfois, par de farouches tribus d'indigènes n'est plus, à la fin du XVIe siècle, uniquement le Pays de l'or ; c'est, à n'en pas douter, le lieu où se trouve la nouvelle Toison d’or, inaccessible aux esprits pusillanimes, le but à atteindre pour connaître enfin la félicité, une sorte de nouvel Éden où les meilleurs peuvent être récompensés. Christophe Colomb n'avait-il pas ouvert la voie lorsqu'il situait le Paradis terrestre en Amérique du Sud ?

  • 153 Ibid., ch. 10, par. 146, p. 322. Cf., également, Mircea Eliade, Images et symboles. Essais sur le s (...)

203Le mythe de l'Eldorado — car il nous faut bien le qualifier de mythe — a de profondes racines dans les croyances du Vieux Continent. Ce n'est, en fin de compte, que l'adaptation à la réalité nouvelle découverte sur le continent américain de ce "désir de l'homme de se placer d'une manière naturelle et permanente dans un espace sacré" qu'évoque Mircea Eliade153.

No 36 - "Manoa, ô el Dorado" et le lac Parime. Détail d'une carte de l'Histoire du Nouveau Monde de Jean de Laet (Leyde, 1640).

No 37 - Fol. 1 r° de la Relaçión del descubrimiento del Doradu de Domingo de Vera Ibargoyen. AGI, Patronato, leg. 294.

Notes

1 Voltaire, Candide ou l'Optimisme, op. cit., ch. 17, p. 108.

2 Instrucción al Conde de Monterrey (20-III-1596), dans Los Virreyes Españoles en America durante el Gobierno de la Casa de Austria México, op. cit., vol. 2, p. 141 (no 47).

3 Instrucción a Luis de Velasco (14-III-1607), dans Los Virreyes Españoles en América durante el Gobierno de la Casa de Austria México, op. cit., vol. 3, p. 11 (no 47).
Antonio de Herrera y Tordesillas évoque également ce souci d'occuper les oisifs en NouvelleEspagne. L’Audiencia de México s'était penchée sur la question de la "guerra" engagée par Nuño de Guzmán pour la pacification de la Nouvelle-Galice. Il parut nécessaire de poursuivre cette lutte après l’élimination de Nuño de Guzmán, car, précise A. de Herrera, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 9, ch. 4, p. 191 :
"(...) porque no teniendo los soldados que en aquellas partes militaban casas y haciendas propias, convenía entretenerlos, y en aquella pacificación se ocupaban muchos hombres baldíos, viciosos, vagabundos y tahures, que por la abundancia de las provincias, en cualquiera de ellas hallaban de comer sin trabajar, y que entreteniéndolos allí se venta a purgar la provincia de gente tan perniciosa (...)"

4 Licenciado Cristóbal Vaca de Castro, Carta del Licenciado Cristóbal Vaca de Castro al Emperador Don Carlos, dándole cuenta de la sublevación y castigo de don Diego de Almagro, el Mozo, y de otros importantes asuntos. Cuzco, 24 de noviembre de 1542, dans Carias de Indias, op. cit., vol. 2, doc. no 82, p. 488.

5 Carta de Su Magestad a los / Oidores en rrespuesta de otra (1551), dans Provisiones Reales para el Govierno de Indias, BNM, Ms. 2.989, p. 42. Ce texte a été publié, avec le même titre, dans CODOIN, t. 19, p. 51-58.

6 Carta de capítulas en diferentes / materias a la Audiençia del / Nuebo Rreyno de Granada (Valladolid, 10-V-1554), BNM, Ms. 3.017, fol. 87 v°

7 Licenciado de Çorita [Zorita], [Lettre à l'Empereur du 13 octobre 1551], dans Cartas escriptas a S. M. por / los Governadores, Obispos, Oficia/les y otras personas de la Provincia / de Cartagena ; De los años de 1534 hasta el de 1572, liv. 1, fol. 41 r°-41 v°, AGI, Audiençia de Santa Fe, leg. 187.

8 Memorial de Diego de Robles sobre el asiento del Pirú, (s.d., vers 1570), dans CODOIN, t. 11, p. 27.

9 Cf. F. Morales Padrón, Los Conquistadores de América, op. cit., ch. 2, p. 55. Le texte des Leyes Nuevas a été transcrit par Antonio Muro Orejón. Cf. Las Leyes Nuevas, 1542-1543. Reproduccion fotográfica. Transcripción y notas de Antonio Muro Orejón, Sevilla, Publicaciones de la Escuela de Estudios Hispano-Americanos de Sevilla, no 14, 1945.

10 Cf. A. Métraux, Religions..., op. cit., ch. 1, p. 20. Voir également Mircea Eliade, La Nostalgie des Origines. Méthodologie et Histoire des Religions, [Paris], Gallimard-N.R.F., 1971, col. "Idées" no 397, ch. 6, p. 188-189.

11 Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado (...), op. cit., p. 423, n. 1.

12 T. de Ortiguera, Jornada del río Marañón..., op. cit., ch. 2, p. 308.

13 Fr. P. Simon, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Sexta Noticia Historial, ch. 1, p. 278.

14 P. Magalhanes de Gandavo, Hist., op. cit., ch. 14, p. 154.

15 T. de Ortiguera, Jornada del río Marañón..., op. cit., ch. 2, p. 308.

16 P. Magalhanes de Gandavo, Hist., op. cit., ch. 14, p. 154-155. T. de Ortiguera, Jornada del río Marañón..., op. cit., ch. 2, p. 309, précise que Viarazu, le chef des Brasiles, avait rapporté un bouclier d’or :
"(...) y fueron tantas y tan grandes las cosas que le dijeron [au Marqués de Cañete, viceroi du Pérou] de la tierra y grandezas della, con sus munchas y grandes poblazones, y el oro y plata que habian visto, de que dió testimonio una rodela que Viarazu llevó con brazaletes de plata clavetados de oro, que movió los corazones de los hombres á quererlo ver y conquistar."

17 Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado (...), op. cit., p. 424.

18 Fr. P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Sexta Noticia Historial, ch. 1, p. 278-279.

19 Fr. P. de Aguado, Recopilación Historial de Venezuela, op. cit., t. 1, part. II, liv. 3, ch. 4, p. 257.

20 Ibid., t. 1, part. II, liv. 3, ch. 4, p. 261.

21 D'après certains, 15 000 Omaguas auraient combattu les Européens. Cf. Emiliano Jos, La Expedición de Ursúa al Dorado y la Rebelión de Lope de Aguirre y el itinerario de los "Marañones" según los documentas del Archivo de Indias y varios manuscritos inéditos, por Emiliano Jos. Extracto de su Tesis (...), Prologo de D. Agustín Millares Carlo (...), Huesca, Imprenta V. Campo, 1927, ch. 3, p. 58.

22 Fr. P. de Aguado, Recopilación Historial de Venezuela, op. cit., t. 1, part. II, liv. 3, ch. 5, p. 264.

23 Fr. G. de Carvajal, Relación..., op. cit., p. 80.

24 Ibid., p. 83.

25 Ibid., p. 82.

26 Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado (...), op. cit., p. 423, n. 1.

27 Il est souvent nommé : Pedro de Orsúa.

28 Julio Caro Baroja, El Señor Inquisidor y otras vidas por oficio, Madrid, Alianza Editorial, 1970 (2e éd.), col. "El libro de bolsillo", ch. 3, p. 123. Le ch. 3 de cette œuvre est entièrement consacré à P. de Ursúa ; le ch. 2 s'intéresse à Lope de Aguirre.

29 Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado (...), op. cit., p. 423.

30 Ibid., p. 423.

31 T. de Ortiguera, Jornada del río Marañón..., op. cit., ch. 2, p. 309.

32 Nous avons déjà évoqué ce point, voir supra. Cf., également E. Jos, La Expedición de Ursúa al Dorado..., op. cit., ch. 3, p. 62.

33 Cf. Fr. P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Sexta Noticia Historial, ch. 9, p. 309.

34 Pedrarias de Almesto, Relación..., op. cit., p. 108.

35 Ibid., p. 108.

36 Ibid., p. 124-125.

37 E. Jos, La Expedición de Ursúa al Dorado..., op. cit., ch. 4, p. 70.

38 Cf. Ciro Bayo, Los caballeros del Dorado, Madrid, Imprenta clásica Española, s.d. [1915 ?], ch. 13, p. 171.

39 Relación verdadera de todo lo que sucedió en la jornada de Omagua y Dorado (...), op. cit., p. 464.

40 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 15, p. 457.

41 Ibid., ch. 15, p. 458. Le río Pauto dont il est question ici est celui qui se trouve en Colombie.

42 Cité par F. Morales Padrón, Gran Encicl., t. IV, op. cit., ch. 11, par. 4, p. 242.

43 La Capitulación de Maraver de Silva, signée à Madrid, est datée du 7 novembre 1574. Nous l'avons examinée à l'AGI, Indiferente General, leg. 415, fol. 298 r° (ou 291 r°) à 304 v° (ou 297 v°). Elle est intitulée : Cappitulación que se tomó con / Don Pedro Marauer de Silua de la Nueua Es/tre madura.
Cette Capitulación a été reproduite dans CODOIN, t. 23, p. 207-224, avec le titre : Capitulación que se tomó con Don Pedro Maravez de Silva para el descubrimiento de la Nueva Extremadura. Suit alors l'indication : Año de 1564, manifestement erronée (le texte donne d'ailleurs, p. 224, la date de 1574).
D'après ce document, la Nueva Extremadura est une appellation nouvelle (nous citons ici le texte de CODOIN, p. 207) :
"(...) sobre el descubrimiento, poblacion y pacificacion de las provincias de Omagna [pour Omagua ?], Yomequas y el Quivandto, y las demás provincias y tierras que entran y se incluyen en la provincia que ha de ser intitulada la Nueva Estremadura (...)''
Selon Helena Ruiz de Morales, "La Búsqueda de El Dorado por Guayana", dans
Anuario de Estudios Americanos, Sevilla, t. XVI (1959), ch. 2, p. 39, n. 17, le texte de la capitulación de Serpa se trouve à l'AGI, Audiencia de Caracas, leg. 2, et celui de la capitulación de Trejo Ponce de León, également à l'AGI, Audiencia de Caracas, leg. 3.

44 Cf. H. Ruiz de Morales, "La Busqueda de El Dorado por Guayana", ét. cit., ch. 2, p. 40-42.

45 Cf. D. Ramos Pétez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 15, p. 459-460, n. 712.

46 H. Ruiz de Morales, "La Busqueda de El Dorado por Guayana", ét. cit., ch. 3, p. 46, indique que Berrío était le neveu par alliance de Gonzalo Ximénez de Quesada.
A. de Alcedo donne la même précision dans son Dicc. Geogr., op. cit., t. 2, p. 173.
Fray Pedro Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Séptima Noticia Historial, ch. 10, p. 570, signale également qu'il était parent de Quesada ("casado con una sobrina suya").
Francisco Morales Padrón, Gran Encicl, t. IV, op. cit., ch. 11, par. 3, p. 231, prétend que c'était son petit-fils.

47 Solicitud del Capitán Antonio de Berrío, sucesor del / Adelantado D. Gonzalo Ximénez de Quesada en el / descubrimiento del Dorado, para se/guir en ella en los mismos términos de su ante/cesor. Se inserta la contrata hecha con Quesada / y otros documentas relativos a la conquista. (1585), AGI, Patronato, leg. 27, ramo 36, fol. 1 r°

48 Ibid., fol. 2 r°

49 Ibid., fol. 2 v°

50 Antonio de Berrío, [Carta] A la S.C.R.M. del Rey Nuestro Señor (Nuevo Reino [de Granada], 24 de mayo de 1585), AGI, Patronato, leg. 254, ramo 2, doc. no 12, letra B, 2e carta, fol. 1 r°

51 Il disait "setenta años" ("soixante-dix ans") dans le doc. précédemment cité.

52 Dans cette zone, l'hiver boréal se situe entre janvier et avril. Les fortes précipitations correspondent à la période de l'été boréal (mai à novembre). Berrío décida "d'hiverner" pour éviter de marcher durant cette période de pluies, parfois violentes, qui gonflent exagérément les cours deau. Son départ, au mois d'août (comme il le précise ensuite) s'explique par le manque de vivres. Sa situation était devenue très précaire.
Leo Miller signale dans son article "Up the Orinoco to the land of the Mariquitares" publié dans The Geographical Review, vol. III, no 4 (april 1917), p. 258-277, que l'époque des basses-eaux de l'Orénoque correspond au premier trimestre de l'année (p. 260) :
"On account of the low stage of the water between January and March, steamers do not ascend beyond Ciudad Bolivar regularly and at best they go only as far as the Apure."

53 L'existence de ce lac d'eau salée fut également signalée par Domingo de Vera Ybargoyen au retour sa mission en Guyane (1593). Voir plus loin.

54 Antonio de Berrío, [Carta] A los Muy Illustres Senores Pre/sidente y Oydores de la Rre/al Audiencia del Nuevo / Reyno de Granada mis / señores. / Santa Ffee (s.d., mais écrite après 1584), AGI, Patronato, leg. 254, ramo 2, doc. no 2, letra B, 5a carta, fol. 1 r°

55 Antonio de Berrío, Carta al Rey (6-V-1585), AGI, Patronato, leg. 254, ramo 1, doc. no 2, letra B, fol. 1 v° Cette lettre (en 2 exemplaires) accompagne la Relación impresa de los servicios de D. Antonio / Berrío descubridor en el Dorado por tres veces.

56 Antonio de Berrío, Carta al Visitador General del Nuevo Reino de Granada y de la Audiencia Licenciado Juan Prieto de Orellana. Río de la Candelaria, 4 de febrero de 1584, AGI, Patronato, leg. 27, ramo 35. Texte cité par H. Ruiz de Morales, "La Busqueda de El Dorado por Guayana", ét. cit., ch. 3, p. 48.

57 Les dates des expéditions de Berrío sont incertaines. Cf., à ce sujet, H. Ruiz de Morales, La Búsqueda de El Dorado por Guayana", ét. cit., ch. 3, p. 51.

58 Ce document, qui se trouve à l'AGI (Escribanía de Cámara, 1011 A, pieza 6a, p. 11 à 15), a été transcrit par D. Ramos Pérez qui le publie dans El mito del Dorado..., op. cit., Apéndice III, p. 649-662 ; c'est le texte que nous utilisons ici. Une sorte de résumé (avec de larges extraits du doc.) a été écrit par un certain Alonso, dans une lettre adressée à son frère depuis la Grande Canarie. Cette lettre tomba entre les mains du capitaine anglais George Popham, en 1594. Elle a été publiée par Richard Hakluyt (Principal Navig., op. cit., t. 7, p. 351-356) sous le titre : Letters taken at sea by Captaine George Popham. 1594. Une traduction française incomplète de cette lettre a été publiée sous le titre Divers Témoignages des Espagnols touchant la Guiane avec la Relation de la Guiane, Traduite de l'Anglois du Capitaine Keymis, op. cit., p. 94-99. Nous donnons la transcription de cette traduction française (cf. le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no 1, doc. no 14, p. 1053-1057), car, même incomplète, elle témoigne des informations transmises au sujet de l'Eldorado dans la France de 1722.
D. Ramos Pérez a publié une version espagnole de ces lettres dans El mito del Dorade..., op. cit., Apéndice II, p. 645-647.
Signalons également l'existence d'une Relation del descubrimiento del Dorado (4 fol.), de Domingo de Vera Ibargoyen, conservée avec une copie moderne du doc. à l'AGI, Patronato, leg. 294, doc. no 13.

59 Posesión que tomó Domingo de Vera Ybarguen..., op. cit., p. 658.

60 Ibid., p. 658.

61 Ibid., p. 658.

62 Ibid., p. 659. Nous avons déjà évoqué ces acéphales de la Guyane, voir supra, ch. 8, par. 5.

63 Fr. P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Séptima Noticia Historial, ch. 10, p. 571.

64 Ibid., t. 2, Séptima Noticia Historial, ch. 10, p. 572-573.

65 Voir supra, ch. 30, par. 5.

66 Sir Walter Ralegh, The discoverie..., op. cit.. Comme nous l'avons déjà signalé, nous utilisons la trad. espagnole de Betty Moore insérée comme appendice (no 2) dans D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit.

67 W. Raleigh, El descubrimiento..., op. cit., p. 521.

68 Ibid., p. 521.

69 Abbé Guillaume Th. Raynal, Histoire philosophique et politique des deux Indes, Avertissement et choix des textes par Yves Benot, Paris, François Maspero, 1981, col. "La Découverte" no 39, ch. 29 (liv. XIII, ch. 6), p. 222.

70 Ibid., ch. 29 (liv. XIII, ch. 6), p. 222.

71 "He was firmly persuaded of the existence of El Dorado (...)" précise William Wirt Henry, "Sir Walter Ralegh : The settlements at Roanoke and voyages to Guiana", dans J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 3, ch. 4, p. 118.

72 W. Raleigh, El descubrimiento..., op. cit., p. 531.

73 Ibid., p. 531.

74 Ibid., p. 535. D. Ramos Pérez indique à propos de ce personnage (p. 535, n. 53 et p. 536, n. 55) qu’une confusion s’est produite. Le soldat d’Ordás auquel se réfère Walter Raleigh ne s'appelait pas Juan Martinez mais Juan González. Par contre on a repéré Humboldt en particulier un Juan Martinez de Albujar qui faisait partie des troupes de Pedro Maraver de Silva et vécut en captivité chez les Indiens Caribes. D. Ramos Pérez aboutit à la conclusion suivante :
"Debió el inglés oír hablar a Berrío de uno y otro y luego les confundió cambiándoles el nombre e intercambiándoles los hechos en que intervinieron."

75 Ibid., p. 538. Raleigh prétend que le souverain de Manoa est de la lignée des Incas. Nous reviendrons sur cette question dans le chapitre 32.

76 Ibid., p. 539.

77 Ibid., p. 539-540.

78 Il cite d'ailleurs le nom du navigateur anglais. Cf. Voltaire, Candide ou l'Optimisme, op. cit., ch. 18, p. 110 :
"Les Espagnols ont eu une connaissance confuse de ce pays, ils l'ont appelé El Dorado, et un Anglais nommé le chevalier Raleigh en a même approché il y a environ cent années (...)"

79 W. Raleigh, El descubrimiento..., op. cit., p. 541.

80 Michaud, Biographie Universelle. Ancienne et Moderne, Histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes. Nouvelle édition, revue, corrigée et considérablement augmentée d'articles omis ou nouveaux. Ouvrage rédigé par une Société de Gens de Lettres et de Savants. Paris, Chez Madame C. Desplaces, Editeur Propriétaire de la deuxième édition de la Biographie Universelle, Rue de Verneuil, 52 et Leipzig, Librairie de F. A. Brockhaus, 1843-1865 (45 vol. ), vol. 35, p. 116 (art. "Ralegh (Walter)").
Raleigh, qui jouait un rôle important à la cour d'Elisabeth F" d'Angleterre, fut retenu, captif, durant une année dans la Tour de Londres, après avoir séduit une des filles d’honneur de la Souveraine. Cette dernière, jalouse, ne pardonna pas cet écart à son favori qui mit tout en œuvre pour rentrer dans ses bonnes grâces. Il est évident que certaines flatteries qu'il adressait à la Reine provoquaient la fureur de ses rivaux. Il nous donne un exemple de son talent d'adulateur dans sa relation (El descubrimiento..., op. cit., p. 525) :
"Dirigí discursos parecidos, pero mâs largos, a las demás naciones [de indios] que encontre en mi camino hacia la
Guiana y a los de sus alrededores ; de manera que en esa parte del mundo Su Magestad es tan famosa y admirada que ahora la llaman Ezrabeta Cassipuna Aquerewana, que quiere decir algo asi como Elizabeth, la Gran Princesa o el mâs Alto Jefe."

81 Documentas referentes a las piraterías de Walter Raleigh en la Guayana, BNM, Ms. 18. 684/18, fol. 4 r°-4 v°.

82 El Rey al Principe d[e] Esquilache (Madrid, 17 de marzo de 1619), BNM, Ms. 2.989, p. 975.

83 Cf. Carta del Gouernador Agustín de Ahumada / al Señor Virrey Don Martin Enrríquez, en que / le da noticia de vna pro/uincia que piensa / ser el Dorado (Quito, 25 de octubre de 1582), BNM, Ms. 3.044, fol. 517 r°-517 v°.
Nous transcrivons intégralement ce document dans le texte dactylograhié de notre thèse, vol. 5, appendice no 1, doc. no 15, p. 1058-1059.

84 Ibid., fol. 517 r°.

85 Ibid., fol. 517 r°.

86 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 15, p. 462.

87 Fray Laureano de la Cruz, Nuebo Descubrimiento... (BNM, Ms. 2.950), op. cit., fol. 124 r°.

88 Cf. l'étude "Cartes et documents géographiques", dans le texte dactylograhié de notre thès,e vol. 5, appendice no 2, p. 1084-1131.

89 Louis Morery, Le Grand Dict...., op. cit., t. 3, p. 653 (art. "Manoa") :
"MANOA, que les Espagnols nomment el Dorado, Ville de l'Amerique Meridionale dans la Province de la Guyane."
L'article plutôt concis de Morery ne nous apprend pas grand chose, mais il indique bien l’équivalence entre les deux appellations.

90 Jacinto de Carvajal, Descubrimiento de río Apure, Edición de José Alcina, Madrid, Historia 16, 1985, col. "Crónicas de América" no 8, Jornada Náutica 22", p. 217.

91 A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., I, liv. 2, ch. 12, par. 165, p. 48-49.

92 Voir supra, ch. 22, par. 5.

93 Fray Pedro Simon, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Quinta Noticia Historial, ch. 7, p. 150.
Voir également J. A. Zahm,
The Quest of El Dorado, op. cit., ch. 4, p. 64.

94 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., ch. 7, p. 142.

95 Voir supra, par. 6.

96 Cf. P. Bernabé Cobo, Fundación de Lima, escripta por el Padre Bernabé Cobo de la Compañía de Jesós. Ano de 1639, dans Obras del Padre Bernabé Cobo de la Compañía de Jesús, op. cit., t. 2, p. 277-460.
Il signale (p. 279), dans sa dédicace à Juan de Solórzano y Pereyra :
"Y cuando otras me faltaran, era bastante para este desengaño la que saqué a Costa mía de aquella gran armada en que pasé a Indias, siendo mancebo seglar el ano de mil quinientos noventa y seis a la población del Dorado, de cuya tierra y sus riquezas publicó en España el que solicité aquella armada cosas muy contrarias a las que experimentamos los que a ella venimos."

97 Voir supra, par. 6.

98 Cf. D. Ramos Pérez, El mito del Dorado, op. cit., p. 459 et p. 539-540, n. 63.

99 P. Ordóñez de Ceballos, Viaje..., op. cit., liv. 1, ch. 17, p. 69-70.

100 Ibid., liv. 1, ch. 17, p. 70.

101 Ibid., liv. 1, ch. 18, p. 74.

102 Une carte, vraisemblablement dessinée à la fin du XVIe siècle, représente un lac appelé Manoa. Voir la liste de cartes (en particulier la carte C 261) dans l'étude "Cartes et documents géographiques" du texte dactylographié de notre thèse (vol. 5, appendice no 2, p. 1084-1131.

103 P. José Gumilla, El Orinoco..., op. cit., 1ere part., ch. 25, par. 2, p. 271.

104 Voir l'étude "Cartes et documents géographiques" dans le texte dactylographié de notre thèse (vol. 5, appendice no 2, p. 1084-1131. Cf., également, H. Ruiz de Morales, "La Búsqueda del Dorado por Guayana", ét. cit., ch. 4, par. 6, p. 123-130.

105 J. de Carvajal, Descubrimiento del Rio Apure, op. cit., Jornada Náutica 22", p. 211.

106 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., Origine de l'El Dorado, p. 223.

107 Ibid., ch, 7, p. 148. On parlait aussi du Rio das tres Americanas (Ibid., Origine de l'El Dorado, p. 223).

108 Voir supra, par. 8.

109 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 2, p. 372-373 (art. "Manoa").

110 Ibid., t. 3, p. 134 (art. "Parime").

111 Cf. Michel Antoine Baudrand, Lexicon Geographicvm, in qvo Vniversi Orbis Oppida, Vrbes, Regiones, Provinciae, Regna, Emporia, Academiae, Metropoles, Flumina, & Maria antiquis & recentibus nominibus appellata, suisque distantiis descripta recensentur. (...) Parisiis, Apud Franciscum Muguet, Regis & Illustrissimi Archiepiscopi Parisiensis Typographum. MDCLXX. (...). Il écrit dans l'art. "Manoa" (t. 1, p. 452) :
"Manoa,
Manoa, urbs ampla Americae meridionalis, el Dorado Hispanis, de qua mira narrant incolae, aiuntque ipsam esse ad ripam occidentalem lacus Parimei, in Guaiana regione ; sed nondum huc usque perveneye Europæi."

112 L. Morery, Le Grand Dict...., op. cit., t. 4, p. 153 (art. "Parimé") :
"Parimé, Lac de l'Amerique Meridionale, en la Guiane & sous la ligne Equinoctiale. Il est nommé par quelques-uns Roponouvini, & est encore inconnu aux Européens. Baudrand dans son Dictionaire Geeographique met ce Lac au nombre des Isles enchantées, & des Fables dont se repaissoient autrefois les gens moins éclairez que ceux de nôtre temps : tous ceux qui ont cherché le Lac de Parimé ne l'ayant pû trouver. Gomberville est de ce sentiment dans sa Préface sur la Traduction de la Relation de la riviere des Amazones du P. d'Acuña Jesuite."

113 F. Denis, "Brésil", dans L'Univers, op. cit., t. 52, p. 309.

114 A. de Humboldt, Rel. Hist., op. cit., t. 2, ch. 24, p. 580.

115 C'est ce que signale Ch.-M. de La Condamine, Voyage sur l'Amazone, op. cit., p. 95 :
"(...) on rencontrait à main droite un lac qu'on traversait en un jour, appelé Marahi ou Para-hi, qui dans la langue du Brésil voudrait dire "eau de rivière" (...)"
Le capitaine anglais Lawrence Keymis précise dans sa Relation de la Guiane (écrite à la fin du XVIe siècle), op. cit., p. 106, que Parime est le nom donné par les "Canibales" :
"(...) vers le lac que les Jaos nomment Rapanovvini & les Canibales Parime. Les naturels du Pais disent que ce lac est si grand, qu'il ne differe aucunement d'avec la mer. C'est-là qu'est Manoa."

116 Robert Schomburgk, "Sur l'ancien site du lac Parime ou laguna d'El Dorado. Extrait des lettres de M. Robert Schomburgk à M. de Humboldt", dans Nouvelles Annales des Voyages, op. cit., t. 87 (1840), p. 39.

117 Ibid., p. 41.

118 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., ch. 7, p. 147.

119 John Grillet et Francis-Jean Bechamel, A Journal of the Travels of John Grillet, and Francis Bechamel into Gviana, In the Year, 1674. In Order to Discover the Great Lake of Parima, and the many Cities said to be situated on its Banks, and reputed the Richest in the World. London: Printed for Samuel Buckley. 1698, dans Voyages and Discoveries in South-America..., op. cit., doc. no 3 (70 p).

120 Texte cité par Helena Ruiz de Morales, "La Búsqueda del Dorado por Guayana", ét. cit., ch. 5, par. 1, p. 133.

121 H. Colón, Historia del Almirante, op. cit., ch. 73, p. 250.

122 A. Thevet, Histoire de deux voyages..., op. cit., ch. 1, p. 243-244.

123 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 7, ch. 10, p. 75.

124 Jean Fonteneau [dit Jean Alfonse de Saintonge], Cosmogr., op. cit., fol. 159 v°-160 r°, p. 429-430.

125 Sir W. Raleigh, El Descubrimiento..., op. cit., p. 621.

126 Ibid., p. 624-625.

127 P. José Gumilla, El Orinoco..., op. cit., 1ère part., ch. 25, par. 2, p. 263.

128 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 1, p. 414 (art. "Cunuris") :
"Cunuris : Río de la misma provincia que el pueblo anterior [Cunuri] ; nace del monte de Oro o de Parimá, y corre al S. hasta que entra en el Marañón, en dos grados 30 minutas de latitud austral, la nacion de indios bárbaros, que vive en los bosques inmediatos a sus orillas, le da el nombre."

129 Ibid., t. 1, p. 381 (art. "Coropa").

130 Sur les expéditions organisées par D. Manuel Centurión, voir H. Ruiz de Morales, "La Búsqueda del Dorado por Guayana", ét. cit., ch. 5, p. 131-164.

131 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, p. 212.

132 J. de Castellanos, Elegías, op. cit., Elegía 1a, canto 2, p. 8.

133 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 7, p. 504.

134 F. López de Gómara, Hisp. vict., op. cit., I, p. 219.

135 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 31, Proemio, p. 363.

136 Johan de Andújar, Como procede Fortuna..., dans Cancionero Castellano del siglo XV, op. cit., t. 2, poesía no 455, p. 212.

137 Pablo de Santa María, Las Edades del Mundo, dans Cancionero Castellano del siglo XV, op. cit., str. 121, p. 167.

138 Jason et les Argonautes apparaissent chez Juan de Padilla (Los Doze Triumphos..., op. cit., Triunfo J., ch. 3, str. 21, p. 297 et Triunfo 2°, ch. 2, str. 6, p. 309) et chez le Marqués de Santillana (Canciones y Decires, Edición y notas de Vicente Garcia de Diego, Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1964, col. "Clásicos Castellanos" no 18, Infierno de los Enamorados, str. XXVII, p. 16 et El Planto de ta Reina Margarida, str. I, p. 105 et str. IV, p. 107).

139 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 12, p. 404-406.

140 Ibid., ch. 12, p. 404-405 :
"La primera edición de La
Argonáutica de Valerio Flaco se realizó en Bolonia, en 1474, a la que siguió otra en 1498. En Venecia se hizo una nueva edición en 1500, seguida de otra en 1501. También se imprimió en Florencia en 1503, con nueva edición en 1517. Una vez más se estampó en Bolonia, por Baptista Pius en 1519, donde se incluye el libre octavo incompleto y se anade por su cuenta el noveno y el décimo. Por último, en 1523 se hace otra edición en Venecia, la Aldina, con lo cual tenemos siete ediciones, lo que nos revela el favor que se otorgó a este autor (...)"
Cf., également, Caius Valerius Flaccus, Les Argonautiques (Argonauticon), op. cit.

141 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado, op. cit., ch. 12, p. 405-406.

142 Cf. Charles Regnauld, A Robert Regnauld son Frere, sur la traduction de l'Histoire naturelle des Indes occidentales, dans Roger Le Moine, L'Amérique et les Poètes français de la Renaissance, op. cit., no 86, p. 183 :
"SONET
On dit qu'Eta Roy des Scythes-Colchoys,
A qui la toison d'or avoit esté donnée,
Pour un gage fatal de sa vie honorée,
La faisoit d'un grand soing, garder dedans un bois.
Un dragon & deux bœufs, de qui l'horrible vois
Remploit tout l'air de flamme, en deffendoient l'entrée,
Mais Jason, néantmoins, assisté de Médée,
La prit, & la fit voir à son Prince Gregeoys
Ainsi fais-tu, Regnauld ; car malgré les excés
Des soldats Espagnols, qui en gardent accés,
Malgré tous les canons, & leur navalle armée,
Tu fais voir aux François ces trésors retenus,
Bref, d'un autre Colchos la toison desirée."

143 Cf. L'Introduction à Apollonios de Rhodes, Argonautiques, op. cit., t. 1, p. I-XC.

144 Cf. P. Grimai, Dut. de la Myth., op. cit., p. 45-50 (art. "Argonautes" et "Argos") et 242-243 (art. "Jason").
Cf., également, Abbé Banier, La Mythologie et les Fables expliquées par l'Histoire, op. cit., t. 6, liv. 3, p. 350-472 (le texte de ce livre 3 reprend celui de "Les Argonautes ou Dissertation sur la Conqueste de la Toison d'Or. Par M. l'abbé Banier.", dans Mémoires de l'Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres (Mémoires de Littérature) ; 1ère part. : vol. 9 (1736), p. 54-71 ; 2e part. : vol. 9 (1736), p. 72-96 ; 3e part. : vol. 12 (1740), p. 99-123 ; 4e part. : vol. 12 (1740), p. 123-145).
Voir aussi, Dictionnaire des Mythologies et des Religions des Sociétés Traditionnelles et du Monde Antique, sous la direction de Yves Bonnefoy (...), Paris, Flammarion, 1981, t. 1, art. "Argonautes", p. 64-67.

145 Pindare, Pythiques, Texte établi et traduit par Aimé Puech (...), 3e éd. revue et corrigée, Paris, Société d'édition "Les Belles Lettres", 1955, Collection des Universités de France publiée sous le patronage de l'association Guillaume-Budé, Quatrième Pythique, p. 82.

146 Ovide [Publius Ovidius Naso], Les Métamorphoses, op. cit., t. 2, liv. 7, p. 32.

147 Ce dragon est présenté par Pindare comme "un serpent aux yeux glauques". Cf. Pindare, Pythiques, op. cit., Quatrième Pythique, p. 82.

148 Ovide [Publius Ovidius Naso], Les Métamorphoses, op. cit., t. 2, liv. 7, p. 34.

149 Strabon précise (Géogr., op. cit., liv. XI, ch. 2, p. 402) :
"Un autre fait qu'on nous donne pour certain, c'est que les torrents de leurs pays [la Colchide] roulent des paillettes d'or que ces Barbares recueillent à l'aide de vans percés de trous et de toisons à longue laine, circonstance qui aurait suggéré, dit-on, le mythe de la Toison d'or. "

150 Abbé Banier, La Mythologie et les Fables expliquées par l'Histoire, op. cit., t. 6, liv. 3, ch. 2, p. 420-421.

151 M. Eliade, Traité..., op. cit., ch. 10, par. 145, p. 321.

152 Ibid., ch. 13, par. 167, p. 371.

153 Ibid., ch. 10, par. 146, p. 322. Cf., également, Mircea Eliade, Images et symboles. Essais sur le symbolisme magico-religieux, Avant-propos de Georges Dumézil, Paris, Gallimard, 1952 (réimpr. 1984), col. ''Tel", ch. 1, p. 33-72.
Nous avons repris les données sur le mythe de l'Eldorado et celui de la Toison d'or dans une étude intitulée ""El Dorado" and the Myth of the Golden Fleece", parue dans The Classical Tradition and the Americas, Berlin New York, Walter de Gruyter, 1994, vol. 1, p. 339-378

Table des illustrations

Légende No 36 - "Manoa, ô el Dorado" et le lac Parime. Détail d'une carte de l'Histoire du Nouveau Monde de Jean de Laet (Leyde, 1640).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende No 37 - Fol. 1 r° de la Relaçión del descubrimiento del Doradu de Domingo de Vera Ibargoyen. AGI, Patronato, leg. 294.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search