Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume II

Chapitre XXIX. El Dorado

Texte intégral

  • 1 Cf. G. Baudot, La vie quotidienne dans l'Amérique Espagnole de Philippe II XVIe siècle, op. cit., (...)
  • 2 C'est Pedro de Limpias, avec un détachement envoyé par Nicolás Federmann (lors de sa 2e expédition (...)

1Les recherches menées dans la partie nord-ouest de l'Amérique du Sud avaient une sorte de dénominateur commun : l'espoir de s'enrichir rapidement en trouvant de l'or, des perles, des pierres précieuses ou des épices. Que l'on ait envisagé d'atteindre la Pays de Meta, la Casa del Sol, le Pays de la Cannelle, Xerira, le Cundirumarca (dans le Royaume de Nouvelle-Grenade)1 ou les Brazos de la Herina (près de la lagune de Maracaibo)2, le but essentiel restait le même. Une riche contrée semblait toujours à portée de la main des conquistadores.

  • 3 Fray Pedro Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Quinta Noticia Historial, ch. 1, p. 124 (...)

2C'est alors que surgit un nom évocateur qui, peu à peu, remplaça les autres, les supplanta grâce à la magie de ses consonances : El Dorado3.

1 - L'Indien Dorado

  • 4 Voir supra, ch. 28, par. 7.

3L'appellation El Dorado est apparue assez tardivement. Ce nom qui fut employé pendant des siècles pour désigner un pays fabuleux d'une richesse incommensurable, connut une évolution qu'il importe de préciser. Gonzalo Fernández de Oviedo, qui s'est beaucoup intéressé à la question de l'origine du Dorado, ne le mentionne, en tant que but d’une expédition, qu'à partir de la tentative de Gonzalo Pizarro vers le Pays de la Cannelle. Celui-ci, d'après le chroniqueur des Indes, serait parti en quête de la Canela et du Dorado, mais, à vrai dire, ces deux destinations se confondaient4.

4D'après Fray P. Simón, on n'aurait parlé du Dorado qu'à partir de l'année 1536 :

  • 5 Fray Pedro Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Quinta Noticia Historial, ch. 1, p. 123

"C'est que jusqu'en l'année trente-six on ne connaissait pas et l'on n'avait pas inventé ce nom Dorado, car c'est cette année-là que, grâce au lieutenant général Sebastián de Belalcázar et à ses soldats, l’emploi de ce terme s'imposa dans la province et la ville de Quito5."

5C'est donc vers la région de Quito, que nous devons nous tourner pour connaître l'origine d'un nom qui est maintenant universellement connu, car tout gravite, semble-t-il, dans un premier temps, autour du capitaine Sebastián de Belalcázar qui contrôlait cette zone.

6Belalcázar — nous l'avons constaté — fondait de grandes espérances sur la province de Quito où l'on pensait pouvoir retrouver un jour ou l'autre les trésors cachés par les officiers d'Atahualpa. Il avait intégré dans son armée les membres de l'expédition de Pedro de Alvarado qui étaient venus d'Amérique Centrale, attirés par les richesses supposées des terres équinoxiales. La fièvre de l'or, n'en doutons pas, s'était emparée des Européens qui résidaient dans la région de Quito. Les renseignements que fournissaient les indigènes sur certains pays qui regorgeaient de métal précieux, excitaient probablement l'imagination des conquistadores. Le territoire des Muiscas n'était pas très éloigné, et la Castille d’Or avait déjà donné des preuves fort convaincantes des immenses possibilités de cette partie du continent américain.

***

7C’est alors qu'apparut un personnage singulier qui servit de catalyseur à toutes ces idées de richesses plus ou moins vagues qui hantaient les esprits des Européens : l'Indio Dorado.

8C'était un être bien réel, un chef militaire vraisemblablement vêtu de plaques d'or et porteur d'armes du même métal, comme le pense Demetrio Ramos Pérez qui évoque :

  • 6 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 8, p. 217.

"(...) un Indien qui existait bel et bien, mais dont on ignorait le nom qui fut remplacé par ce sobriquet qu'on lui attribua sans aucun doute parce qu'il portait des armes ou était protégé par des plaques de cette sorte. Cet Indien ainsi cuirassé, dut, naturellement, être l'objet d'une très grande curiosité. Il y a donc tout lieu de croire qu'il fut abondamment questionné pour obtenir confirmation des espérances6."

  • 7 Probanza de Luis Daça, Sobre el Indio Dorado, AGI, Patronato, leg. 56, no 2, tomo I, doc. publié p (...)

9Cet Indio Dorado faisait partie de l'armée de Rumiñahui (le général de l'Inca déchu, Atahualpa) qui s'était replié vers le nord de l'Empire en emportant des trésors. C'était un homme important — un officier ? — que l'on avait repéré à cause de son riche équipement, et dont on cherchait à s'emparer. L'heureux combattant qui le fit prisonnier se nommait Luis Daza. Nous savons, grâce à un document (daté du 3 octobre 1542) conservé à l'Archivo General de Indias de Séville, et intitulé Probanza de Luis Daça sobre el Indio Dorado7, que ce conquistador avait de remarquables états de service. La troisième question de la Probanza indique, par exemple :

  • 8 Ibid., p. 470.

"IIIe. Item, s'ils savent ou se souviennent que moi, ledit Luis Daza, j’ai participé à la conquête des provinces de Nicaragua et j'ai rempli la fonction de mestre de camp de Pedro Arias Dávila et grand alguazil dans ledit gouvernement (...)8 "

10Et la cinquième question nous apprend que Luis Daza était arrivé en Amérique du Sud avec l'Adelantado Pedro de Alvarado :

  • 9 Ibid., p. 470.

"Ve. Item, s'ils savent ou se souviennent que lorsque l'Adelantado D. Pedro de Alvarado se sépara de ses soldats et les confia à l'Adelantado D. Diego de Almagro qui en ce temps-là était maréchal, il me distingua et me choisit pour mestre de camp de toute l'armée qui se trouvait alors à Riobamba, et que je m'acquittai de mes fonctions avec diligence et bienveillance à l'égard de tous les soldats. (...)9 "

11La sixième question se réfère à l'Indio Dorado capturé en 1534 :

  • 10 Ibid., p. 470. Lumynabi n'est autre que Rumiñahui, et Tacouango est Taconango, le cacique de Latac (...)

"VIe Item, s'ils savent ou se souviennent" que pendant la découverte et la conquête de Quito, je fis prisonnier un seigneur du nom de Lumynabi et Tacouango, et l'Indien appelé Dorado qui permit la découverte de ce gouvernement et fournit les premières informations sur le Dorado. Qu'ils disent ce qu'ils savent"10."

12Seul le nom véritable de l'Indio Dorado était inconnu des Espagnols. Le personnage avait, par contre, été repéré depuis quelque temps, comme le confirment les témoins qui répondirent aux questions de la Probanza. L'un d'eux, "Francisco Ruis, domicilié dans cette ville de Popayán", déclara, par exemple :

  • 11 Ibid., p. 474-475. D'autres témoins confirment cette déposition.

"À la sixième question il répondit qu'il était au courant et qu'il était vrai que ledit Luys Daça, alors qu'il se trouvait dans la région de Quito, partit sur l’ordre de Son Excellence l'Adelantado Don Sebastián de Belalcáçar, accompagné de certains soldats de l'infanterie et de la cavalerie, pour s'emparer dudit seigneur Lumynabi et de l’Indien doré ["indio dorado"]. Il ajouta qu’il vit ensuite de quelle manière ledit Luys Daça, aidé de ses compagnons, amena ledit seigneur Lumynabi et ledit Indien doré qu'il avait faits prisonniers. Voilà ce qu'il savait en réponse à cette question11."

13L'Indio Dorado était donc un personnage bien réel que l’on fit prisonnier et que l'on désignait grâce à un surnom qui évoquait la richesse de ses vêtements et de ses armes. L'affaire fit certainement grand bruit, car même ceux qui n'assistèrent pas à la capture de cet Indien remarquable évoquèrent l'événement. Juan Fernandez de Castro, l'un de ceux qui déposèrent lorsque fut rédigée la Probanza de Luis Daza, déclara ainsi :

  • 12 Ibid., p. 475.

"(...) qu'il entendit raconter ensuite de quelle manière ledit Luis Daça s'était emparé dudit seigneur Lumynabi et de l'Indien doré ["indio dorado"]12."

14Il est vrai que la prise était d'importance et qu'un indigène revêtu d'or avait de quoi enflammer les imaginations.

***

15En 1535, une première expédition conduite par Diego de Tapia fut envoyée — sans succès — par Sebastián de Belalcázar vers le pays de l'Indio Dorado. De nouvelles tentatives suivirent avec des troupes commandées par Pedro de Añasco et Juan de Ampudia. C'est à la suite de l'expédition de Pedro de Añasco que Juan de Castellanos place un épisode qui ressemble étrangement à celui de l'Indio Dorado mais qui montre que la légende qui s'attachait déjà à ce personnage d'exception avait évolué. Le souvenir de cet Indien s'était transformé. Castellanos, enregistrant les faits tels qu'ils étaient transmis quelques années plus tard, parle d'un "Indien étranger qui était de passage", originaire de Bogotá, qui vivait à Quito. Ce nouveau personnage aurait, d'après le chroniqueur, fait d'importantes révélations à Sebastián de Belalcázar :

  • 13 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., part. III, Elegía a Benalcázar, canto 2, p. 453.

"Après l'arrivée d'Añasco et de ses soldats,
Benalcázar chercha à s'informer, et il interrogea
Un Indien étranger qui était de passage
Et séjournait alors dans la ville de Quito.
L'homme dit qu'il était de Bogotá ;
Je ne sais trop comment il était venu là.
Au cours de l'entretien l'étranger affirma
Que son pays est riche en or et émeraudes13."

  • 14 Cf. D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 10, p. 290 :
    "(...) pues bien sabido es qu (...)

16Il est évident que cet indigène originaire de Bogotá est né de l'imagination de Juan de Castellanos ou de ceux qui faisaient circuler l'information qu'il reprend. Demetrio Ramos Pérez souligne justement l'anachronisme de ces propos : on n'aurait pu parler de Bogotá à Quito en 1535, alors que le nom Bogotá n'apparut que lors de l'expédition de Gonzalo Jiménez de Quesada qui n'avait pas encore visité cette région14 ! Ce détail prouve bien que l'on a reconstruit l'origine de la légende de l'Indio Dorado en mettant en relation cet indigène avec une contrée que l'on estimait particulièrement riche.

17Au début du XVIIe siècle, Antonio de Herrera donna une nouvelle version des événements. D'après lui, c'est bien Luis Daza qui se serait emparé d'un "Indien étranger" originaire de la province de Cundinamarca. Cet Indien n'aurait été qu'un ambassadeur envoyé par son souverain — malmené par ses voisins — auprès de l'Inca Atahualpa, pour demander aide et assistance. Il aurait fait partie d'une délégation et serait resté quelque temps auprès d'Atahualpa, puis, après la chute de l'Inca, resté seul survivant du petit groupe de délégués, il aurait suivi le général Rumiñahui à Quito. En 1535, Sebastián de Belalcázar, renseigné par l'Indien, aurait alors décidé d'envoyer Pedro de Añasco vers le pays merveilleux dont il aurait alors appris l'existence :

  • 15 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 11, déc. 5, liv. 7, ch. 14, p. 173.

"(...) et, en réponse aux questions diverses qu'on lui posa sur son pays, il évoqua l'abondance de l'or qui s'y trouvait et d'autres choses d'exception. C'est pour cela que nombreux furent ceux qui se lancèrent dans cette aventure de découverte du Dorado qui, jusqu'à présent, semble être soumis à un enchantement15."

18Fray Pedro Simon écrit de son côté (en 1627) que Belalcázar, qui interrogeait tous les Indiens "étrangers à la région", aurait recueilli des renseignements auprès de l'un d'eux, originaire de Bogotá :

  • 16 Fray P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Quinta Noticia Historial, ch. 1, p. 123.

"Belalcázar circulait alors à travers ladite ville de Quito, qui venait d'être colonisée, pour se renseigner sur de nouveaux pays. Il interrogeait tous les Indiens qui semblaient étrangers à la ville, et finit par en trouver un qui dit être originaire de Bogotá, c'est-à-dire de cette vallée de Bogotá ou Santafé (...)16 "

19Le chroniqueur s'en remet, évidemment, au récit de Juan de Castellanos mais il souligne le souci de Belalcázar de savoir ce que l'on pouvait découvrir au-delà de la province dont il avait la charge.

2 - Le Roi Dorado

20Le mystérieux Indien de Bogotá, messager ou simple sujet, fut ainsi la base essentielle d'une légende merveilleuse appelée à connaître un brillant avenir. Les déclarations qu'on lui attribua donnèrent une impulsion extraordinaire à l'effort d'exploration. Juan de Castellanos les rapporte de la manière suivante :

  • 17 J. de Castellanos, Elegias, op. cit., part. III, Elegía a Benalcázar, canto 2, p. 453.

"Il ne fut pas avare de renseignements,
Parla de certain roi qui, sans être vêtu,
Partait sur un radeau - il disait l'avoir vu -
Faire des oblations au milieu d'un étang.
Entièrement enduit de résine, son corps
Était alors couvert de poudre d'or.
Et de la tête aux pieds, cet homme rutilant
Paraissait un soleil aux rayons éclatants.
Sans cesse, ajouta-t-il, on se rendait là-bas
Et l'on y apportait de très riches offrandes :
De fines émeraudes, des bijoux en or,
Et de précieux joyaux qui servaient d'ornements.
Il disait rapporter cela sincèrement.
Alors, manifestant leur grand contentement,
Les soldats, décidèrent de lui attribuer
Le nom El Dorado, qui a tant de succès17."

21Voilà que l'appellation Dorado est soudain transformée. L'Indio Dorado, qui n'était qu'un chef militaire portant une armure dorée, a disparu. Un roi aux coutumes étranges, qui se baignait rituellement, enduit de poudre d'or, dans un lac de la région de Bogotá, serait le vrai Dorado. Et son pays porterait — pour plus de commodité et suivant une habitude que nous avons déjà remarquée — le nom El Dorado (‘le Pays du cacique doré').

22Nous retrouvons ces renseignements dans l'Historia General y Natural de las Indias de Gonzalo Fernandez de Oviedo. Le chroniqueur des Indes, qui s'est intéressé au Dorado, a questionné certains Espagnols qui avaient vécu à Quito. Et nous savons qu'il eut l'occasion de s'entretenir avec Sebastián de Belalcázar qui avait fait escale à Santo Domingo. Il rapporte ainsi les renseignements qu'il avait pu glaner :

  • 18 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 236.

"Lorsque je leur demandai pour quelle raison ce fameux prince, le cacique ou Roi Dorado était ainsi nommé, les Espagnols qui ont vécu à Quito et qui sont venus ici, à Sancto Domingo — il y en a dix présentement dans cette ville —, racontent que l'on a entendu dire à ce propos, de la bouche des Indiens, que ce grand seigneur, ou ce grand prince est toujours couvert d'une poudre d'or aussi fine que du sel pulvérisé. Il lui semble, en effet, qu'il est moins élégant de s’accoutrer différemment — ce que pratiquent d'autres seigneurs et princes fortunés — et qu'aller vêtu de poudre d'or est une chose singulière, inusitée, originale et plus coûteuse, car ce qu'il met sur lui le matin, il l'enlève en se lavant le soir : tout cela est jeté et se perd dans le sol. Voilà ce qu’il fait quotidiennement18."

23Fernández de Oviedo n'évoque ici aucun rituel étrange. Seul l'or utilisé à profusion semble avoir retenu l'attention de ses informateurs. Il souligne ensuite la richesse extraordinaire du royaume dirigé par ce curieux cacique :

  • 19 Ibid., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 236.

"Ainsi les Indiens disent que ce cacique, ou roi, est un puissant seigneur qui dispose de grandes richesses. Il se frotte tous les matins avec certaine gomme ou liqueur qui sent très bon, puis, enduit de la sorte, il colle sur sa peau de l’or réduit en poudre très fine et convenable pour cet usage. De cette manière, son corps est entièrement recouvert d'or, de la tête aux pieds, et aussi brillant qu'un joyau doré qui sort des mains d'un grand orfèvre. A mon avis, si ce cacique agit ainsi, c'est parce qu’il dispose de très riches mines de cette sorte d'or. Car j'en ai vu beaucoup, dans la région de Terre-Ferme, de cet or que les Espagnols appellent "volant", et qui se présente sous la forme d'une poudre assez fine pour pouvoir, très facilement, faire ce que l'on a dit19."

24Fray Pedro Simón donne à peu près les mêmes indications que Juan de Castellanos. Selon lui, l'informateur indigène de Belalcázar aurait déclaré :

  • 20 Fray P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Quinta Noticia Historial, ch. 1, p. 123-12 (...)

"Qu'un seigneur de celui-ci [le pays de Bogotá] partait sur un radeau au milieu d'un lac entouré de chaînes de montagnes. Il n'était point vêtu (car il enlevait ses vêtements à cette occasion) mais enduit de térébenthine et le corps entier couvert d’or en poudre, ce qui le rendait très brillant20."

***

25Malgré les réserves que l'on doit formuler sur la véracité du récit de Juan de Castellanos et sur les développements qui s'ensuivirent, on peut se demander si ces narrations merveilleuses ne s'appuyaient pas sur des données bien réelles, recueillies dans le Nuevo Reino de Granada.

  • 21 Rómulo Cuneo-Vidal, "Las Leyendas geográficas del Perú de los Incas", dans Boletín de la Real Acad (...)

26Romulo Cuneo-Vidal explique, par exemple, dans son article intitulé "Las leyendas geográficas del Perú de los Incas", que le cacique couvert de poudre d'or aurait bel et bien existé21. Il précise que le terme quechua manu— qui est probablement à l'origine du nom Manoa — désignait le tribut que l’on devait payer à l’Inca :

  • 22 Ibid., p. 311.

"Manu est un terme de la langue quechua qui signifie "dette, tribut ou quantité d'éléments qu’une communauté donnée doit acquitter dans un délai déterminé aux agents de l'Inca"22."

27Dans certaines régions riches en or, le manu aurait bien évidemment été constitué par une quantité de poudre d'or que les Indiens devaient livrer à certaines dates. Cette poudre, vraisemblablement déversée sur une pièce de tissu était mélangée par le collecteur des impôts qui s'y roulait dessus pour montrer qu'il en prenait possession au nom du Souverain. Romulo Cuneo-Vidal indique cependant que ses affirmations restent dans le domaine de l'hypothèse, mais il croit voir un début de confirmation des idées qu'il avance, dans une coutume encore en vigueur au Pérou et en Bolivie :

  • 23 Ibid., p. 312.

"Il semble que cela se réalisait en "se roulant par terre". C'était un mode de prise de possession particulier au Pérou et qui n'est pas entièrement oublié de nos jours dans les Républiques du Pérou et de Bolivie.
"Ensuite — peut-on lire dans une multitude de témoignages concernant des contrats de vente de l'époque coloniale, et même du temps de la République —, l'acheteur arracha de l'herbe, jeta des pierres et se roula par terre pour montrer qu'il prenait possession de ce qu'il avait acquis."23 "

28Les explications de Rómulo Cuneo-Vidal, pour séduisantes qu'elles soient, ne donnent cependant que l'une des clefs de la légende.

  • 24 J. Rodríguez Freyle, El Carnero, op. cit.
  • 25 Ibid., ch. 2, p. 66.
  • 26 On note une hésitation fréquente entre les orthographes Guatavita et Guatavitá.

29Plus convaincants peuvent paraître les détails que donne Juan Rodríguez Freyle dans son œuvre El Carnero publiée en 163624. Ce chroniqueur connaissait fort bien le Nuevo Reino de Granada, où il avait passé de longues années. Après un séjour de six ans en Espagne, il retourna en Amérique où il retrouva l'un de ses amis d'enfance, "Don Juan, cacique et seigneur de Guatavita, neveu de celui que les conquistadores trouvèrent sur le trône lors de la conquête de ce Royaume25 ". Peut-on imaginer une meilleure source de renseignements que les déclarations d'un membre de la famille du célèbre Roi Dorado que l'on s'accordait à assimiler au cacique de Guatavita26 ? Et Juan Rodríguez Freyle rapporte les propos du neveu de ce cacique :

  • 27 J. Rodríguez Freyle, El Carnero, op. cit., ch. 2, p. 67.

"À cette époque-là on déshabillait complètement l'héritier puis on l'enduisait d'une terre collante et on le saupoudrait d'or de telle sorte qu'il était entièrement couvert de ce métal. On le plaçait sur le radeau où il se tenait coi, et l'on mettait à ses pieds un grand tas d'or et d'émeraudes qu'il devait offrir à son dieu. Quatre ou cinq caciques, les plus importants de ses vassaux, montaient sur le radeau avec lui. Ils étaient parés de plumes, de couronnes d'or, de bracelets, de plaques pectorales et de pendants d'oreilles en or. Ils étaient nus, eux aussi, et chacun portait son offrande. Dès que le radeau avait quitté le rivage, les cornets, les flûtes et les autres instruments commençaient à jouer et de grandes clameurs s'élevaient et résonnaient par monts et par vaux. Cela durait jusqu'à ce que le radeau fût arrivé au milieu du lac, d’où l'on faisait signe, à l'aide d'un drapeau, pour que le silence s'établît. L'Indien doré faisait son offrande en jetant tout l'or qui était à ses pieds, au milieu du lac. Les caciques qui l'accompagnaient agissaient de même (...)27 "

30Et, ajoute Rodríguez Freyle :

  • 28 Ibid., ch. 2, p. 68.

"Cette cérémonie est à l'origine du célèbre nom Dorado qui a coûté tant de vies et tant de biens28."

31D'après ce témoignage, la légende du cacique Dorado s'expliquerait donc par une coutume très particulière pratiquée lors de la cérémonie d'intronisation du nouveau roi. Rodríguez Freyle souligne bien le caractère religieux de cette coutume.

32Le Roi Dorado aurait donc pu exister si l'on se réfère à ce rite. Alexandre de Humboldt, qui a voyagé en Amazonie, révèle que certains indigènes avaient l'habitude d'enduire leur corps de substances brillantes. Ce serait là une sorte de confirmation des renseignements rapportés par les chroniqueurs :

  • 29 Alexander Von Humboldt, Rel. Hist., op. cit., t. 2, p. 695.

"Sur les rives du Caura et dans d'autres parties sauvages de la Guyane où la peinture du corps supplée au tatouage, les indigènes s'enduisent de graisse de tortue et se collent sur la peau des paillettes de mica à éclat métallique, blanc d'argent et rouge de cuivre. En les voyant de loin, on croit qu’ils portent des habits galonnés. Le mythe de l'homme doré est peut-être fondé sur un usage analogue ; et, comme dans la Nouvelle-Grenade il y avoit deux princes souverains, le Lama d’Iraca et le chef séculier ou Zaque de Tunja, on ne doit pas être surpris que la même cérémonie fut attribuée tantôt au roi, tantôt au grand-prêtre29.”

  • 30 Cf. Eulalia Maria Lahmeyer-Lobo, "Les Indiens du Nord et du Centre de l'Amérique du Sud", dans Enc (...)
  • 31 E. M. Lahmeyer-Lobo, "Les Indiens du Nord et du Centre de l'Amérique du Sud", art. cit., p. 1482.

33Le cacique de Guatavita, dont les ethnologues modernes pensent qu'il a pu exercer une sorte de suprématie dans la région de Cundinamarca30, serait bien ce Rey Dorado, ce Roi Doré que mentionnent les chroniques ; la cérémonie d'intronisation à laquelle il participait demandait de longs préparatifs et s'achevait sur le lac : le cacique "enduit d'une substance résineuse, saupoudré d'or" était "emmené en procession sur le radeau, sur le lac sacré du même nom31 ". Nous devons donc considérer qu'à la base du mythe de l'Eldorado se trouve ce cacique Dorado de Guatavita qui a tant marqué les explorateurs du Nuevo Reino de Granada. Cependant, le Dorado n'était alors que le nom attribué à un cacique étrange et au territoire sur lequel il régnait.

3 - Le lac de Guatavita

34Guatavita se trouve au nord de Bogotá, entre cette dernière ville et Tunja. L'or y était abondant. Il y avait là de nombreux orfèvres de grande réputation qui circulaient beaucoup dans les provinces voisines. Lucas Fernandez Piedrahita le rappelle dans son Historia general de las Conqvistas del Nuevo Reyno de Granada (1688) :

  • 32 Doctor D. Lucas Fernández Piedrahita, Historia General de las Conqvistas del Nuevo Reyno de Granad (...)

"Les habitants de Guatavita sont, pour la plupart, des orfèvres qui travaillent l'or. Ils ont la réputation d’être très experts dans cet art. Comme tous les Indiens de ce royaume sont très religieux et offrent beaucoup de statuettes d'or à leurs idoles, et que, d'autre part, ils adorent se parer de bijoux, de nombreux indigènes de ce peuple se trouvaient disséminés dans toutes les provinces, occupés à fabriquer ces statuettes et pourvoir à leur subsistance et à celle de leur famille, sans se soumettre aux obligations que, suivant leurs lois, ils devaient remplir vis-à-vis de leur cacique32."

35Cet élément intéressant pourrait expliquer l'évolution du mythe de l'Eldorado. La présence de ces orfèvres dut attirer l'attention des Européens toujours à l’affût d'indices de richesses. Pouvait-on imaginer meilleure preuve ? Les artisans n'existeraient pas — surtout en si grand nombre — si l'or était absent !

  • 33 Cf. Rebecca Carrión Cachot, El cullo al agua en el antiguo Perú. La Paccha elemento cultural Pan-a (...)
  • 34 Cf. supra, ch. 21, par. 2.
  • 35 Les offrandes d'or destinées aux lacs ne sont pas propres aux aborigènes de l'Amérique du Sud. Que (...)

36Les étranges cérémonies auxquelles se livrait le cacique Dorado, où le précieux métal jaune jouait un si grand rôle, se déroulaient sur un lac sacré. Les peuples de la cordillère des Andes avaient beaucoup de vénération pour les lacs qui étaient souvent l'objet d'un culte. On y jetait de la chicha, du maïs, des feuilles de coca et bien d'autres offrandes, suivant un certain rite33. Il y en avait de célèbres, comme le lac Titicaca, où d'aucuns prétendaient que l'on avait fait disparaître la fameuse "chaîne d'or" de Huayna Cápac34. Les offrandes d'or étaient fréquentes, surtout dans le nord-ouest de l'Amérique du Sud où l'on trouvait le précieux métal en abondance35.

  • 36 W. Krickeberg, Mitos y leyendas de los Azlecas, Incas, Mayas y Muiscas, op. cit., p. 161.

37La légende qui s'attachait au personnage du cacique de Guatavita connut quelques modifications : elle s'étoffa et interféra avec d'autres croyances. On pensait que le Diable résidait dans le lac et avait pris la forme d'un dragon ("un petit dragon ou un grand serpent36 ") insatiable qu'il fallait calmer avec d'énormes quantités d'or ou d'émeraudes. On prétendait que l'épouse adultère du cacique s'y était noyée volontairement avec deux fillettes — dont l'une était son enfant — dans une crise de désespoir. Le cacique, pris de remords, aurait ordonné qu'on l'y recherchât et un sorcier l'aurait retrouvée, vivante, au fond des eaux. Walter Krickeberg explique à ce propos :

  • 37 Ibid., p. 162. Eduardo Posada a développé cette légende dans El Dorado, Bogotá (Colombia), Editori (...)

" (...) il sortit de l'eau (...) en disant qu’il avait découvert l'épouse du cacique, qu'elle était vivante [c'était une tromperie du démon qui sollicita son imagination] et qu'elle se trouvait dans une demeure avec un jardin plus grand que celui qu'elle souhaitait avoir à Guatavita, qu'elle tenait le petit dragon dans son giron et qu'elle se sentait bien là-bas. Il lui avait bien transmis les promesses de son mari, qui lui garantissait, dès son retour, une vie agréable et affirmait qu'il oublierait le passé, mais, elle, n'était pas de cet avis : elle dit qu'elle n'avait plus à endurer aucun tourment et qu'elle ne désirait pas revenir car il l'avait abandonnée avec sa fille, et qu'elle élèverait son enfant là où elle se trouvait afin qu'elle lui tînt compagnie37."

  • 38 Cf., en particulier, Alexandre Haggerty Krappe, "Le lac enchanté dans le Chevalier Cifar", dans Bu (...)

38Peut-être faut-il voir dans cette évolution de la légende, le résultat d'un enrichissement dû aux récits indigènes. Notons cependant que la littérature européenne du Moyen Âge et les Contes des Mille et Une Nuits nous offrent des exemples de lacs mystérieux peuplés de fées ou d'ondines qui semblent avoir quelque rapport avec l'histoire de la cacica de Guatavita38.

***

39Le lac de Guatavita était bien étrange et devait captiver l'attention des Européens. D'autant plus que l'on espérait y découvrir d'immenses richesses. Il y avait plusieurs lustres que le cacique de l'endroit n'y jetait plus d'offrandes lorsque les Espagnols arrivèrent sur les lieux, mais à la pensée que des trésors se trouvaient au fond des eaux, ces derniers ne tardèrent pas à tout mettre en œuvre pour essayer de les récupérer. Les indigènes ne faisaient d'ailleurs, par leurs déclarations, qu'exciter la convoitise des nouveaux arrivants. Charles Stuart Cochrane, l'un de ceux qui — au XIXe siècle — tentèrent l'aventure, écrit à ce propos :

  • 39 Charles Stuart Cochrane, "Le lac de Guatavita", dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 26 (1825), (...)

"Plusieurs chefs qui furent pris et torturés par les Espagnols leur dirent : Si vous avez besoin d'or, vous en trouverez assez au fond du lac ; supposant l'entreprise impossible39."

40D'après Antonio de Alcedo, le premier qui fit des recherches fut Hernán Pérez de Quesada :

  • 40 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 2, p. 161 (art. "Guatavita").

"Hernán Pérez de Quesada fut le premier à le vider pour chercher les objets précieux qui s'y trouvaient : il en retira 4 000 pesos. Peu après, Antonio de Sepúlveda renouvela l'opération, mais en tira un plus grand profit et récupéra une émeraude de très grande valeur. Il y eut plusieurs autres tentatives de même nature par la suite, qui furent toujours récompensées (...)40 "

41De nouvelles tentatives eurent donc lieu avant le XVIIIe siècle. La Couronne s'intéressa très vite à l'affaire. Dans une cédula adressée aux membres de l'Audience Royale du Royaume de Nouvelle-Grenade ("Audiençia Real del Nuebo Rreyno de Granada"), signée à Valladolid le 4 septembre 1551, on peut lire le paragraphe suivant :

  • 41 [Cédula adressée aux "Presidente e oydores de la Audiençia Real del Nuebo Rreyno de Granada" Valla (...)

"D'autre part un rapport a été adressé pour que, dans cette province, l'on s'intéresse à la vidange de certain lac qui s'y trouve, afin d'en tirer de l'or et de l'argent. Notre volonté est que l’on ne se mêle pas de cela pour l'instant. En conséquence je vous ordonne de ne point donner d'autorisation et de ne point vous prêter à cette opération. Le lac devra rester en l'état, sans être vidé, tant qu'un nouvel ordre émanant de Nous ne vous parviendra pas41."

42Le 22 septembre 1572, une autorisation officielle fut accordée à Antonio de Sepulveda, un riche marchand de Bogotá, pour explorer le fond du lac en le vidant, le cas échéant. Comme il s'agissait d'un lac de cratère, il était envisageable de pratiquer dans la paroi une brèche suffisante pour que les eaux s'écoulent d'elles-mêmes. La capitulaçión précisait, en particulier, les points suivants :

  • 42 Capitulaçión que se / tomó con Antonio / de Sepúlveda sobre / la laguna de Guatauita /y del monteç (...)

"En premier lieu Nous ordonnerons que l'on vous délivre des lettres patentes et que l'on vous concède un privilège pour vous ou votre mandataire éventuel, à l'exclusion de toute autre personne, afin que vous puissiez extraire dudit lac, pour vous ou pour la personne de votre choix, tout l'or, l'argent, les perles, les pierres précieuses et toutes les autres choses, même de peu de prix, que vous y découvririez, et ceci en employant le procédé de votre choix, soit en vidant le lac, soit en utilisant d'autres engins pour en retirer ce qui s'y trouverait. Vous serez également autorisé — vous, ou celui qui serait votre mandataire — à entourer ledit lac d'une palissade, située à proximité des rives, afin que vous puissiez délimiter ainsi le territoire qui vous est concédé pour la susdite opération et ceci pour une durée et un délai de huit années [fol. 292 v°] qui s'écouleront et seront comptées à partir du jour où vous commencerez l'extraction ou l'érection de la palissade42."

43Il est évident que l'on espérait tirer de grandes richesses du lac de Guatavita. Les recherches se poursuivirent pendant plusieurs siècles. Au XIXe siècle, on s'intéressait encore à ce fameux lac. Dans un texte (non signé) intitulé "Lettres écrites de la Colombia pendant un voyage de Caracas à Bogota et de cette ville à Santa Marta, en 1823", publié en 1825, un voyageur signale que l'on s'active autour du lac :

  • 43 "Lettres écrites de la Colombia pendant un voyage de Caracas à Bogota et de cette ville à Santa Ma (...)

"On a toujours pensé qu'il renferme de grands trésors. Un particulier a récemment entrepris de le dessécher et a dépensé beaucoup d'argent à cet essai : le manque de fonds l’obligera probablement de renoncer à sa tentative43."

44Ce "particulier" pourrait être Charles Stuart Cochrane qui publia, en 1825, un rapport sur le lac de Guatavita où il précise :

  • 44 Charles Stuart Cochrane, "Le lac de Guatavita", art. cit., p. 245.

"D'après un calcul fait par M. de la Kier, correspondant de l'institut de France, qui a fait toutes les recherches possibles relativement à ce lac, il renferme de l'or et des pierres précieuses pour la valeur de 1 120 millions sterling44."

45Et Charles Stuart Cochrane évoque les nombreux essais réalisés par les Espagnols qui auraient ainsi payé "170 000 piastres" de redevance ("quinta") sur leurs bénéfices et trouvé une émeraude qui fut vendue à Madrid "70 000 piastres". Il ajoute :

"On a fait encore plusieurs tentatives à ce sujet avant la révolution, mais aucune n’a été couronnée de succès."

  • 45 Ibid., p. 246.

46Il signale, enfin, qu'une compagnie, autorisée par le "gouvernement exécutif" est à pied d'œuvre45.

  • 46 A. d'Orbigny, Voyage Pittoresque, op. cit., ch. 16, p. 88.

47Alcide d'Orbigny, se référant à Charles Stuart Cochrane, indique que ce dernier et ses agents "ont tenté naguère un desséchement qui, opéré en partie, a valu, dit-on, aux entrepreneurs quelques statuettes d'or46."

  • 47 Cf. The Reverend J. A. Zahm [H. J. Mozans], The Quest of El Dorado. The most romantic Episode in t (...)

48Un lac proche de celui de Guatavita, nommé Siecha a livré, en 1856, certaines statuettes d'or (pesant 268 g) qui représentent la cérémonie présidée par le cacique Dorado. Peut-on imaginer de meilleure preuve concernant les faits rapportés par la légende47 ?

  • 48 Ibid., ch. 2, p. 19. Une gravure représentant le lac de Guatavita permet d'imaginer les efforts en (...)

49Le Révérend J. A. Zahm, indique dans son célèbre ouvrage, The Quest of El Dorado, paru en 1917, que quelque temps auparavant, une compagnie britannique avait obtenu du gouvernement colombien l'autorisation de pratiquer des recherches48. On peut croire que l'intérêt suscité par le lac du cacique Dorado est toujours aussi vif.

50Le lac de Guatavita, soupçonné de renfermer des trésors extraordinaires, ne pouvait cependant être considéré comme un but essentiel. Seuls se trouvaient au fond de ses eaux des objets en or et des émeraudes que l'on y jetait. Mais d'où provenaient ces richesses ? N'était-il pas préférable de prospecter la région pour repérer les mines qui produisaient si généreusement le métal et les pierres précieuses ? La richesse du cacique n'existait que parce que le pays lui-même devait être riche. Le nom El Dorado s'appliqua désormais aux territoires contrôlés par cet opulent souverain. Tous les espoirs n'étaient-ils pas permis dans la zone équatoriale ? Une nouvelle étape commençait.

4 - La "cristallisation" du mythe

51Le nom Dorado, s'il existait depuis la capture, en 1534, d'un chef indigène par Luis Daza, ne désignait pas encore un pays merveilleux et introuvable. Le cacique de Guatavita, appelé lui aussi El Dorado, pouvait encore être localisé, même si l'étrange rituel qui se déroulait sur les eaux du lac n'était plus en vigueur depuis plusieurs années. Ce Roi Dorado, souverain d'une contrée à laquelle on appliqua le même vocable, n'avait pas encore pris une dimension mythique. Le Pays du Dorado n'était alors qu'une région exceptionnellement riche où l'on espérait découvrir de l'or en abondance. Gonzalo Pizarro, parti à la recherche de la Canela, s'efforçait également de repérer les États du Roi Dorado.

52Les termes Roi, Prince ou Royaume, couramment utilisés par les conquistadores ne doivent pas nous induire en erreur. Il était naturel que des Européens habitués à ces vocables eussent pensé à les utiliser dans le Nouveau Monde car ils faisaient partie de leur lexique familier. Pour eux, un chef de tribu était un "roi" qui contrôlait un territoire que l'on appelait "royaume". Il est vrai que parfois ce souverain paraissait plus puissant avec ce nouveau titre : le fameux Rey Blanco, si célèbre dans la région du Paraná et du Paraguay pourrait le confirmer. C'est l'imagination fertile des Européens qui transforma peu à peu certains "rois" du continent américain. L'opération se produisit aussi pour le "cacique ou Roi Dorado'' comme l'écrivait le chroniqueur Gonzalo Fernández de Oviedo.

53La recherche du cacique Dorado prit le pas, progressivement, sur celle de l'or "équinoxial". Il s'agit là d'une mutation extrêmement importante. Les richesses que l'on espérait trouver dans la zone équatoriale avaient maintenant un nom et une figure humaine. Et cette évolution se produisit dans le Cundinamarca et le pays de Quito, au cœur de cette contrée sur laquelle on fondait tant d'espérances. D. Ramos Pérez voit dans cette transformation remarquable l'aboutissement d'une longue période de gestation. Il souligne ainsi :

  • 49 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 8, p. 166.

"C'est précisément lorsque la géographie — le déterminisme équatorial — ne servit plus de guide, que le rêve eut besoin de plus d’autonomie et chercha à s'appuyer sur une histoire humaine capable d’assumer, à son tour, ce qui était prévu49.''

***

  • 50 Cf. supra, ch. 26, par. 7.
  • 51 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 9, ch. 31, p. 300-301 :
    "Después que (...)
  • 52 On peut cependant supposer que G. Fernández de Oviedo l'interrogea sur le Roi Dorado qui l'intéres (...)

54On ne peut cependant croire que le mythe de l'Eldorado ait surgi avant la rencontre historique de Nicolás Federmann, Gonzalo Jiménez de Quesada et Sebastián de Belalcázar à Santa Fe de Bogotá. Nous avons déjà signalé que les trois capitaines décidèrent d'un commun accord de s'en remettre aux autorités de la métropole pour régler l’épineuse question de droit posée par leur arrivée presque simultanée dans la région de Cundinamarca. Ils partirent ensemble vers Cartagena où ils s'embarquèrent pour l'Espagne50. Belalcázar rentra quelque temps plus tard en Amérique avec le titre de gouverneur de Popayán, qui lui fut décerné le 31 mai 1540. S'il avait songé alors à rechercher l'Eldorado, ne se serait-il pas efforcé d'obtenir la capitulación nécessaire pour ne pas être gêné par d'éventuels concurrents ? Lors de son voyage de retour, il séjourna quelque temps à Santo Domingo où il s'entretint avec le chroniqueur Gonzalo Fernández de Oviedo, une vieille connaissance51, or, au cours de ces conversations, il ne fut jamais question, semble-t-il, de l'Eldorado52. Belalcázar paraissait plutôt intéressé par la cannelle de la région amazonienne :

  • 53 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 49, ch. 1, p. 235.

"(...) alors qu'il rentrait d'Espagne avec le titre de gouverneur de Popayán, il pensait qu'il la trouverait du côté du fleuve Marañón, et que cette cannelle pourrait être expédiée en Castille et en Europe par ledit fleuve (...). Quand ce capitaine partit d'ici, il songeait à aller la rechercher (...)53 "

55Il faut donc en déduire qu'en 1540, l'idée du pays fabuleux de l'Eldorado ne s'était pas encore imposée à l'esprit de Belalcázar.

***

56C'est à Quito que s'opéra la "cristallisation" du mythe. Cette ville était alors une base de départ pour de nombreuses expéditions et un centre actif où se retrouvaient les conquistadores. Les nouvelles qui y parvenaient, depuis plusieurs années, au sujet de l'Indio Dorado, du cacique Dorado, des lacs regorgeant de richesses, de contrées où poussaient les canneliers, de poudre d’or ou d'émeraudes découvertes chez les Indiens, finirent par s'amalgamer dans l'esprit des soldats désœuvrés, entre deux expéditions. Le brassage des hommes contribua largement à cette "cristallisation". Quito était un carrefour où parvenaient d'incroyables renseignements en provenance du Pérou, du Nicaragua, du Nuevo Reino de Granada et même, indirectement, du bassin de l’Orénoque. Les soldats de Gonzalo Pizarro, qui préparait son expédition vers la Canela, ou les troupes de Belalcázar, qui rentraient de Bogotá, devaient conter bien des souvenirs, relater leurs expériences, imaginer ce qui pouvait exister au-delà des horizons qu'ils avaient découverts.

57Il faut donc croire que, vers 31540 ou 1541, s'imposa peu à peu l'idée de l'existence d'un pays fabuleux, au nom évocateur : El Dorado. Il ne s'agissait plus du territoire sur lequel régnait l'opulent cacique de Guatavita, qui se baignait enduit de poudre d'or, mais d'une contrée merveilleuse, avec un souverain mystérieux et immensément riche, située, bien entendu, dans la zone équinoxiale, plutôt vers l'est ou le nord-est de Quito, où les indices ne manquaient point.

  • 54 G. Benzoni, La Historia del Mundo Nuevo, op. cit., liv. 1, p. 19.

58 El Dorado devint désormais synonyme de "pays extraordinairement riche". Girolamo Benzoni écrit dans son Historia del Mundo Nuevo : "(...) El Dorado, ce qui veut dire : pays très riche54." Ce nom devint le symbole d'un pays où l'or abonde, comme le fait remarquer Manuel Ferrandis Torres :

  • 55 M. Ferrandis Torres, El mito del oro..., op. cit., ch. 15, p. 162.

"Evidemment, si le Dorado avait toujours présenté la même apparence, il aurait fini par être monopolisé par un conquistador, comme cela se produisit au Mexique et au Pérou, mais comme ils se transforma en symbole du pays de l'or abondant et qu'il présenta une infinité de facettes qui semblaient — et l'étaient bien souvent — indépendantes les unes des autres, les entreprises d'exploration se multiplièrent55."

59Ainsi détachée du contexte originel, l'appellation pouvait s'appliquer à toute contrée que l'on jugeait exceptionnelle. Il y eut en effet un déplacement géographique du mythe que la progression des explorateurs explique aisément.

5 - L'Eldorado sur les contreforts de la cordillère des Andes

  • 56 Cf. D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 11, p. 365.

60L'apparition du mythe dans la région de Quito coïncide avec les préparatifs et le départ de l'expédition de Gonzalo Pizarro vers le Pays de la Cannelle qui, semble-t-il, se confondait déjà avec le Dorado. Demetrio Ramos Pérez, qui a analysé deux lettres de Sebastián de Belalcázar adressées à l'Empereur, l'une le 30 mars 1541, où il ne parle pas de l'Eldorado, et l'autre en septembre 1542, où il mentionne un projet d'expédition au "Pays du Dorado et de la Canela"56, en déduit que l'idée de l'Eldorado a surgi dans l'esprit de Belalcázar entre ces deux dates :

  • 57 Ibid., ch. 11, p. 365.

"Le silence antérieur de Benalcázar fait place maintenant, comme on le voit, à une prise en considération totale du "doradisme" comme objectif : en mars 1541 il ne dit rien à ce propos ; en septembre 1542, par contre, c'est son sujet de prédilection. On en déduit que Benalcázar a obtenu les informations entre ces deux dates57."

  • 58 Ibid., ch. 11, p. 370 :
    "La habilidad de Benalcázar consiste, como podemos ver, en procurar confund (...)

61L'Adelantado de Popayán s'était donc converti au mythe du Dorado. Il agit en conséquence. Il regrettait certainement de n’avoir pas sollicité de capitulación dans ce but (à l'époque, il n'avait d'ailleurs pas cette idée en tête), et s'employa habilement à faire croire que la Canela et le Dorado n'étaient qu'un seul et même pays, s'arrogeant ainsi le droit d'étendre l'autorisation qu'il avait reçue pour rechercher la Canela — qui lui tenait tant à cœur — à ce nouveau pays qui fascinait maintenant les Européens58.

***

62On commença à rechercher le Dorado sur les contreforts orientaux de la cordillère des Andes, entre le Río Napo (situé dans l'actuel Ecuador) et la Sierra de la Macarena qui se trouve à la latitude de la ville colombienne de Neiva. Les expéditions se succédèrent dans cette région où l'on pensait découvrir le royaume du prestigieux cacique Dorado. Les tentatives de Philippe de Hutten et d'Hernán Pérez de Quesada qui recherchaient toujours la Casa del Sol et le célèbre Pays de Meta en 1540, avaient ouvert la voie.

  • 59 Cf. supra, ch. 28, par. 5 et 6.

63Hernán Pérez de Quesada, qui était parti sur les traces de l’expédition de Jorge Espira, avait parcouru la région où l'on plaçait maintenant El Dorado. Ce nom ne s'était pas encore imposé avant son départ, mais les intentions qui animaient le frère du Mariscal du Nuevo Reino de Granada sont trop voisines de celles des chercheurs du Dorado pour que l'on ne songe pas à les rapprocher. Il en est de même pour le malheureux Philippe de Hutten qui erra longtemps sur les flancs de la Cordillère en quête de mystérieuses richesses59.

  • 60 Texte tiré d'un doc. de l'AGI (Patronato, leg. 192, ramo 28), cité par D. Ramos Pérez, El mito del (...)

64Sebastián de Belalcázar, qui dut pendant quelque temps se mettre au service du Licenciado Vaca de Castro que la Couronne avait envoyé au Pérou pour mettre un peu d'ordre parmi les conquistadores, voyait l'activité qui se développait autour de l'idée de la recherche de l'Eldorado. Gonzalo Pizarro et Hernán Pérez de Quesada avaient déjà tenté leur chance. Il se prépara donc, lui aussi, vers la fin de l'année 1542, à partir à la découverte de ce pays fabuleux. Il déclare dans une lettre adressée à la cour, le 20 septembre 1542, qu'il a décidé d'organiser une expédition : "Je me suis déterminé à entreprendre cette expédition vers le Dorado et le Pays de la Cannelle (...)60 "

65Belalcázar, pour prendre un chemin plus court, se dirigea vers la "tierra de Páez" où il dut lutter contre des Indiens belliqueux. Juan de Castellanos, qui situe cette expédition en 1540, alors qu'elle eut lieu effectivement en 1543, souligne les difficultés et le danger que représentaient des indigènes franchement hostiles aux Espagnols :

  • 61 J. de Castellanos, Elegtas..., op. cit., part. III, Elegía a Benalcázar, canto 9, p. 490.

"Alors Benalcázar prépara son armée.
Il voulait, disait-il, pacifier ces terres.
Il convoqua des amis expérimentés
Pour aller chez les Páez faire la guerre.
Le nom de ces Indiens évoque la douceur,
Mais il faut prendre garde car il est trompeur.
Ainsi plus de deux cents soldats se tinrent prêts.
Ils étaient tous connus pour leurs actions d'éclat,
Avaient participé à de nombreux combats,
Blessant les ennemis ou finissant blessés.
On apprêta alors un nombre impressionnant
D'armes, des arbalètes et autres engins fumants,
Avec les munitions qui étaient nécessaires
Pour livrer la bataille aux puissants adversaires61."

  • 62 Cette précipitation est soulignée par G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 4 (...)
  • 63 Cf. D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 14, p. 441-443.

66L’expédition tourna au désastre : de nombreux soldats de Belalcázar furent tués. C'était là le résultat de sa précipitation, car il cherchait à gagner du temps et à prendre ses concurrents de vitesse62. Juan Cabrera, qui devait lui porter secours ne parvint pas à le rejoindre en temps voulu. Belalcázar perdit alors toutes ses illusions et c'est Juan Cabrera qui décida d'assurer la relève pour essayer d’atteindre le Dorado, mais sa tentative, gênée par certaines rivalités ne put dépasser le stade du projet63.

***

67Avec Sebastián de Belalcázar et Juan Cabrera se termine une époque de l'histoire du Dorado. Les recherches qui s’étaient concentrées sur un territoire bien déterminé, situé sur les contreforts orientaux des Andes, dans la région équatoriale, cessèrent alors pendant deux lustres environ. Cette pause dans la quête du mythe s'explique, non par manque d'intérêt, comme on pourrait le croire à la suite des échecs répétés de Philippe de Hutten, Antonio Sedeno, Hernán Pérez de Quesada ou Sebastián de Belalcázar, mais à cause d’une conjoncture particulière.

68Les principaux acteurs du cycle qui s'achève ont disparu ou restent en marge des événements. Nicolás Federmann passa de vie à trépas en 1542 (mais il se trouvait depuis longtemps en Europe où il eut à subir un long procès). Jorge Espira mourut d'un accès de fièvre paludéenne à la fin de l'année 1540. Philippe de Hutten périt assassiné en 1546. Diego de Ordás et Antonio Sedeño furent empoisonnés, le premier sur un navire qui le ramenait en Espagne et le second par une flèche indienne (en 1540). Jerónimo Dortal se maria à Santo Domingo où il termina sa vie. Sebastián de Belalcázar, qui semblait maintenant se désintéresser du Dorado, se consacrait à son gouvernement de Popayán et aux affaires du Pérou. Gonzalo Jiménez de Quesada n'avait pu obtenir la gobernación du Nuevo Reino de Granada qui revenait de droit à Alonso Luis de Lugo, car Fernández de Lugo, son père, s’était fait attribuer la charge pour deux générations ; il dilapida sa fortune en France et en Italie au cours d'un voyage qui dura huit longues années et rentra ruiné. Son frère, Hernán Pérez de Quesada, mourut au retour de son expédition Vers la Casa del Sol, le Pays de Meta, ou peut-être plus simplement le Dorado. Quant à Gonzalo Pizarro, il devint l’un des "héros" des longues guerres civiles qui agitèrent la jeune colonie du Pérou : son destin l'écarta définitivement de la recherche du merveilleux Eldorado.

  • 64 Cf. F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. IV, op. cit., ch. 10 p. 214.
  • 65 Cf. D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 15, p. 450.

69Il faut voir également dans les guerres fratricides qui mirent le Pérou à feu et à sang, une raison essentielle de l'arrêt provisoire des expéditions vers le Dorado. Les hommes étaient bien trop occupés par ces luttes : les réserves humaines n'étaient pas inépuisables. De 1537 à 1554, une série de guerres mobilisa toutes les forces disponibles à l'ouest des Andes : guerre de Las Salinas (1537-1538), guerre de Chupas (1541-1542), guerre de Quito (1544-1546), guerre de Huarina (1545-1547), guerre de Jaquijahuana (1547-1548), lutte de Francisco Hernández Girón contre l'Audiencia de Lima (1553-1554)64. On comprend alors que cette période d'extrême agitation corresponde à une époque de calme relatif dans le domaine de l'imaginaire. C'est ainsi que l'Eldorado passa provisoirement au second plan des préoccupations65.

  • 66 Ibid., ch. 15, p. 451 :
    "Y no son solo hombres los que desaparecen, sino que paralelamente se han m (...)

70Ajoutons à cela, comme le précise D. Ramos Pérez, que se produisit alors un changement important dans les territoires contrôlés par les Espagnols : les conquistadores perdirent leur pouvoir et leur autonomie. L'administration coloniale se mettait en place et tout passait désormais par les organes institutionnels. Les vices-rois et les Audiencias (Lima et Santa Fe) laissaient fort peu de marge de manœuvre aux caudillos tenus dorénavant de s'en remettre aux instances supérieures qui bridaient leurs aspirations. Les conquistadores n'étaient plus que des explorateurs ou des colons66.

71Cependant le mythe ne tarda pas à connaître une période de réactivation. L'Eldorado allait encore attirer de nombreuses expéditions. Le pays merveilleux se déplaça vers le bassin du fleuve des Amazones que le voyage de Francisco de Orellana permit de mieux connaître.

Notes

1 Cf. G. Baudot, La vie quotidienne dans l'Amérique Espagnole de Philippe II XVIe siècle, op. cit., ch. 2, p. 62.

2 C'est Pedro de Limpias, avec un détachement envoyé par Nicolás Federmann (lors de sa 2e expédition) dans la région du lac de Maracaibo qui rapporta des renseignements sur ce pays exceptionnel. José de Oviedo y Baños, Hist., op. cit., II, ch. 1, p. 40, signale l'existence de ces fameux Brazos de la Herina :
''(...) encomendó a Pedro de Limpias la conducta de la otra [escuadra] ; quien, cogiendo el camino de la sierra, que divide el valle de Upar de la laguna, al cabo de algunos días llegó a ciertas poblaciones, fundadas sobre las cañas y esteras que forman las aguas de la laguna en sus orillas, y llamaron por entonces los brazos de Herina, donde, aprovechado de porción considerable de oro, así fundido en joyas como en polvo, que quitó a sus naturales del mucho que encontró en su territorio, pasó a buscar a Fedreman a la ranchería de Maracaibo. Originándose de lo accidental de este suceso la fama tan celebrada de los brazos de Herina, cuya riqueza se ha quedado tan oculta, que aunque muchos han intentado probar fortuna buscándola, solo han tenido por fruto de sus deseos contratiempos y desgracias."

3 Fray Pedro Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Quinta Noticia Historial, ch. 1, p. 124, déclare à ce propos :
"Con que se extendió este nombre (por ser así campanudo, y que parece alegra el corazón, por ser de cosa de oro) entre los soldados." Cf. Constantino Bayle (S. J.), El Dorado fantasma, Prólogo del Excmo. Dr. D. José Joaquín Casas (...), Madrid, Editorial Razón y Fé, s.d. [1943], ch. 1, p. 4.

4 Voir supra, ch. 28, par. 7.

5 Fray Pedro Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Quinta Noticia Historial, ch. 1, p. 123.

6 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 8, p. 217.

7 Probanza de Luis Daça, Sobre el Indio Dorado, AGI, Patronato, leg. 56, no 2, tomo I, doc. publié par D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., Apéndice I, p. 467-476. C’est cette transcription que nous citons ici.

8 Ibid., p. 470.

9 Ibid., p. 470.

10 Ibid., p. 470. Lumynabi n'est autre que Rumiñahui, et Tacouango est Taconango, le cacique de Latacunga. Le gouvernement en question est celui de Popayán, où la Probanza a été établie le 3 octobre 1542.

11 Ibid., p. 474-475. D'autres témoins confirment cette déposition.

12 Ibid., p. 475.

13 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., part. III, Elegía a Benalcázar, canto 2, p. 453.

14 Cf. D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 10, p. 290 :
"(...) pues bien sabido es que este nombre es solo una deformación, cometida por los hombres de Quesada, del topónimo Bacatá, pero i cinco años después de haber entrado los espanoles en Quito !"

15 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 11, déc. 5, liv. 7, ch. 14, p. 173.

16 Fray P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Quinta Noticia Historial, ch. 1, p. 123.

17 J. de Castellanos, Elegias, op. cit., part. III, Elegía a Benalcázar, canto 2, p. 453.

18 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 236.

19 Ibid., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 236.

20 Fray P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, Quinta Noticia Historial, ch. 1, p. 123-124.

21 Rómulo Cuneo-Vidal, "Las Leyendas geográficas del Perú de los Incas", dans Boletín de la Real Academia de la Historia, Madrid, t. 87 (1925, no 2), p. 311 :
"En otras palabras : el personaje Dorado "ha existido" y su baño periódico en polvos de oro ha sido cosa de realidad."

22 Ibid., p. 311.

23 Ibid., p. 312.

24 J. Rodríguez Freyle, El Carnero, op. cit.

25 Ibid., ch. 2, p. 66.

26 On note une hésitation fréquente entre les orthographes Guatavita et Guatavitá.

27 J. Rodríguez Freyle, El Carnero, op. cit., ch. 2, p. 67.

28 Ibid., ch. 2, p. 68.

29 Alexander Von Humboldt, Rel. Hist., op. cit., t. 2, p. 695.

30 Cf. Eulalia Maria Lahmeyer-Lobo, "Les Indiens du Nord et du Centre de l'Amérique du Sud", dans Encyclopédie de la Pléiade, Ethnologie Régionale II, op. cit., p. 1482.
Voir, également, José Pérez Barradas, Les Indiens de l'Eldorado, Paris, Payot, 1955.

31 E. M. Lahmeyer-Lobo, "Les Indiens du Nord et du Centre de l'Amérique du Sud", art. cit., p. 1482.

32 Doctor D. Lucas Fernández Piedrahita, Historia General de las Conqvistas del Nuevo Reyno de Granada (...) Amberes, Por Juan Baptista Verdussen, s.d. [1688], part. I, liv. 2, ch. 3, p. 36-37.

33 Cf. Rebecca Carrión Cachot, El cullo al agua en el antiguo Perú. La Paccha elemento cultural Pan-andino. Separata de la Revista del Museo Nacional de Antropología y Arqueología, vol. II, no 1, Marzo de 1955, Lima, 1955, p. 13.

34 Cf. supra, ch. 21, par. 2.

35 Les offrandes d'or destinées aux lacs ne sont pas propres aux aborigènes de l'Amérique du Sud. Que l'on se rappelle par exemple le triste sort que connut le général romain Cœpion après la malheureuse affaire de l'or de Toulouse (Tolossa). Strabon (Géogr., op. cit., liv. 4, ch. 1, p. 310-311) souligne que le métal précieux avait été confié aux lacs sacrés de la région :
"Les lacs ou étangs sacrés notamment offraient des asiles sûrs où l'on jetait l'or et l'argent en barre : les Romains le savaient, et quand ils se furent rendus maîtres du pays, ils vendirent ces lacs ou étangs sacrés au profit du trésor public, et plus d'un acquéreur y trouve aujourd'hui encore des lingots d'argent battu ayant la forme de pierres meulières."

36 W. Krickeberg, Mitos y leyendas de los Azlecas, Incas, Mayas y Muiscas, op. cit., p. 161.

37 Ibid., p. 162. Eduardo Posada a développé cette légende dans El Dorado, Bogotá (Colombia), Editorial Minerva S.A., 1936, Biblioteca Aldeana de Colombia, Historia y leyendas no 36, Selecci1ón Samper Ortega de Literatura Colombiana, Publicaciones del Ministerio de Educación Nacional.
Les données fournies ici par W. Krickeberg sont tirées des Noticias Historiales de Fray Pedro Simón (t. 2, 3a Noticia, ch. 1). Cf., à ce sujet, Helena Ruiz de Morales, "Esencia del mito Dorado", dans Estudios Americanos, Revista de la Escuela de Esludios Hispanoamericanos, Sevilla, vol. XIV, no 71-72 (agosto-septiembre de 1957), p. 19-20. Cf., également, M. Ferrandis Torres, El mito del oro..., op. cit., ch. 15, p. 159.

38 Cf., en particulier, Alexandre Haggerty Krappe, "Le lac enchanté dans le Chevalier Cifar", dans Bulletin Hispanique, t. XXXV, no 1 (janvier-mars 1933), p. 107-125.

39 Charles Stuart Cochrane, "Le lac de Guatavita", dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 26 (1825), p. 245.

40 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 2, p. 161 (art. "Guatavita").

41 [Cédula adressée aux "Presidente e oydores de la Audiençia Real del Nuebo Rreyno de Granada" Valladolid, 4 septembre 1551], dans Bulas y Cédulaspara el Gobierno de las Indias dirigidas a la Audiencia del Nuevo Reino de Granada, BNM, Ms. n° 3.017, fol. 42 r°. On peut lire en marge : "Sobre que no se vazíe / la laguna."

42 Capitulaçión que se / tomó con Antonio / de Sepúlveda sobre / la laguna de Guatauita /y del monteçillo della (Madrid, 22-IX-1572), AGI, Indiferente General, leg. 415, fol. 292 r°-292 v°. Ce texte a été publié dans CODOIN, vol. 23, p. 166-170. (Guatavita y est écrit Guataveta).

43 "Lettres écrites de la Colombia pendant un voyage de Caracas à Bogota et de cette ville à Santa Maria, en 1823", dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 26 (1825), p. 159.

44 Charles Stuart Cochrane, "Le lac de Guatavita", art. cit., p. 245.

45 Ibid., p. 246.

46 A. d'Orbigny, Voyage Pittoresque, op. cit., ch. 16, p. 88.

47 Cf. The Reverend J. A. Zahm [H. J. Mozans], The Quest of El Dorado. The most romantic Episode in the history of South American Conquest, New York London, D. Appleton and Company, 1917, ch. 2, p. 25, n.5 :
"Special mention should here be made of a most interesting find made in 1856 in Lake Siecha, a small body of water near Lake Guatavitá. It consist of a small group of figures of men on a raft, all of gold, and weighing 268 grams, which, in the opinion of competent archeologists, represents El Dorado on a rush balsa surrounded by his priests as he proceeded to the center of Lake Guatavitáto offer sacrifice to his god. (...)"

48 Ibid., ch. 2, p. 19. Une gravure représentant le lac de Guatavita permet d'imaginer les efforts entrepris pour le vider. La légende indique:
"(...) Quite recently an English company having a concession from the Colombian Government succeeded in completely draining the lake and found the bottom covered with a deposit of mud about 3 meters in thickness. It will be necessary to carefully wash this in order to determine what treasures, if any, are contained in it. According to the latest report available, only a few beads, ceramic and gold objects have so far been found. (...)"

49 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 8, p. 166.

50 Cf. supra, ch. 26, par. 7.

51 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 9, ch. 31, p. 300-301 :
"Después que esto escrebí estuvo en esta cibdad el dicho capitán Sebastián de Benalcázar, que venía de Espana, donde Su Magestad le hizo mercedes e su gobernador e capitán general e adelantado de la provincia de Popayán (...) e ha muchos años que nos conoscemos, y en esta cibdad de Sancto Domingo, de donde se partió para la dicha su gobernaciún el ano próximo pasado de mill e quinientos y cuarenta, en el mes de diciembre, comuniqué esto desta canela con él, porque él fué el primero de los espanoles que en la provincia de Quito hobo noticia della."

52 On peut cependant supposer que G. Fernández de Oviedo l'interrogea sur le Roi Dorado qui l'intéressait beaucoup.

53 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 49, ch. 1, p. 235.

54 G. Benzoni, La Historia del Mundo Nuevo, op. cit., liv. 1, p. 19.

55 M. Ferrandis Torres, El mito del oro..., op. cit., ch. 15, p. 162.

56 Cf. D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 11, p. 365.

57 Ibid., ch. 11, p. 365.

58 Ibid., ch. 11, p. 370 :
"La habilidad de Benalcázar consiste, como podemos ver, en procurar confundir el Dorado con la Canela, para aprovechar la circunstancia de que, como en efecto había hablado en Espana de esta última, pasara deslizadamente el supuesto conocimiento anterior del Dorado."

59 Cf. supra, ch. 28, par. 5 et 6.

60 Texte tiré d'un doc. de l'AGI (Patronato, leg. 192, ramo 28), cité par D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 14.

61 J. de Castellanos, Elegtas..., op. cit., part. III, Elegía a Benalcázar, canto 9, p. 490.

62 Cette précipitation est soulignée par G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 239 :
"Visto este siniestro que se siguió a Gonzalo Pizarro, escriben asimesmo que se daba mucha priesa el capitán Sebastián de Benalcázar en se armar e proveer para ir en busca del Dorado."

63 Cf. D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 14, p. 441-443.

64 Cf. F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. IV, op. cit., ch. 10 p. 214.

65 Cf. D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 15, p. 450.

66 Ibid., ch. 15, p. 451 :
"Y no son solo hombres los que desaparecen, sino que paralelamente se han modificado radicalmente las bases de cada provincia, que ya no están en las manos de los conquistadores ganosos de ampliar sus ámbitos respectivos –, sino gobernadas por instituciones tan equilibradas como las Reales Audiencias, instaladas en Lima y en Santa Fe, sustituidos los Welser en Venezuela, extinguidas las gobemaciones de Paria, e incluso con un virrey de la categoría de D. Antonio Mendoza en el Perú, aunque fuera por poco tiempo, por fallecer en 1552. ¿ Se comprende ahora como la actitud de los "buscadores" no puede ser la misma, después de tan profundos cambios ?" "Special mention should here be made of a most interesting find made in 1856 in Lake Siecha, a small body of water near Lake Guatavitá. It consist of a small group of figures of men on a raft, all of gold, and weighing 268 grams, which, in the opinion of competent archeologists, represents El Dorado on a rush balsa surrounded by his priests as he proceeded to the center of Lake Guatavitá to offer sacrifice to his god. (...)"

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search