Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume II

Chapitre XXVIII. La gestation du mythe de l'Eldorado

Texte intégral

1- La Castille d'Or

  • 1 Cf. supra, ch. 21, par. 3.

1Le sud de la mer des Caraïbes attira très rapidement l'attention des explorateurs. Et l'on sait déjà quelle somme d'efforts fut nécessaire pour s’établir dans cette zone qui fascinait les Européens. L'orpaillage s'y avérait très productif et l'on trouvait chez les aborigènes de fort estimables quantités de métal précieux. L'isthme de Panamá, la région du golfe d'Urabá et celle de Cartagena de Indias, à la portée des navigateurs, furent ainsi connues avec le nom évocateur de Castilla del Oro ('la Castille d'Or'). Quelle incitation remarquable pour des hommes prêts à courir vers le premier mirage ! Le Darién, le Río Cenú — où l'on pêchait de l'or1 ! — donnaient de bien grandes espérances et mobilisaient les énergies.

  • 2 Certains l'appellent aussi Dabaiba ou Dobaiba. Une ville de Colombie située dans le département d' (...)

2Au sud du golfe d'Urabá, on recherchait un pays très prometteur que l'on nommait Dabaibe2. Pour Vasco Núñez de Balboa, Dabaibe serait en fait le nom du cacique de l'endroit qu'il présentait comme un souverain puissant et immensément riche. Il écrit ainsi le 20 janvier 1513 dans une lettre adressée à la Couronne :

  • 3 V. Núñez de Balboa, Carta dirigida al Rey... (20-1-1513), op. cit., p. 218.

"C'est un puissant seigneur, à la tête d'un pays très grand et très peuplé. Il se trouve dans sa demeure une telle quantité d'or que ceux qui ne savent rien de ce pays pourraient avoir du mal à le croire. J'ai la certitude de cela. Tout l'or que l'on obtient dans ce golfe vient de la demeure de ce cacique Davaive et des réserves des caciques de cette région, dont on dit généralement qu'ils possèdent beaucoup d'objets d'or très volumineux et extraordinaires. De nombreux témoins indiens m'assurent que ce cacique Davaive a en sa possession certains paniers d'or dont chacun ne peut être transporté que par un seul homme (...)3 "

  • 4 Ibid., p. 219 : "(...) señalan los indios que son del tamaño de naranjas y como el puño, y piezas (...)

3L'or de ce pays serait obtenu de manière très simple : il suffirait de le récolter après les crues des cours d'eau, ou de brûler l'herbe des sierras pour en découvrir d'extraordinaires quantités. Les Indiens qui informèrent Balboa prétendaient que certaines pépites étaient de la taille d'une orange, ou grosses comme le poing4. Notre conquistador ne douta pas de ces renseignements dont il aurait obtenu confirmation plusieurs fois :

  • 5 Ibid., p. 219.

"Je me suis efforcé d'obtenir l'information de la bouche de nombreux caciques et Indiens. Je déduis des déclarations des voisins de ce cacique Davaive et de ceux d'autres endroits, que tout cela est vrai. Car j'ai obtenu ces renseignements de diverses manières, par la torture ou la douceur, et en offrant à d'autres des objets de Castille (...)5 "

  • 6 Cf. Vasco Núñez de Balboa, Carta dirigida al Rey por Vasco Núñez de Balboa, desde Santa Maria del (...)

4Balboa, dans une nouvelle lettre datée du 16 octobre 1515, signale qu'il a recherché sans succès le cacique Davaive avec les 200 hommes de son expédition6.

  • 7 Cf. P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 3, ch. 4, p. 241. A. de Alcedo signale cepend (...)
  • 8 Ceci est fréquent dans la région. Un cacique s'appelait Bogota et le Dorado, comme nous le verrons (...)

5Le nom de Dabaibe qui était porté par un cacique était aussi attribué, si l'on en croit P. Martyre d'Anghiera, à un fleuve et à des montagnes7 : en fait le nom s'appliquait à la fois au cacique et au territoire qu'il contrôlait8.

  • 9 L.-X. Eyma, Légendes, Fantômes et Récits du Nouveau Monde, op. cit., t. 1,1, liv. 1, ch. 5, p. 23.
  • 10 Ibid, t. 1,1, liv. 1, ch. 5, p. 23 :
    "Une autre tradition n'attribuait pas une origine divine, mais (...)

6D'après certains indigènes — précise Louis-Xavier Eyma — Dabaibe était "le nom de la mère du dieu qui créa le soleil, la lune et toutes les bonnes choses : l'esprit du bien en un mot"9. Cette déesse était appelée Dubaiba. D'autres prétendaient que le nom rappelait l'infinie sagesse d’une reine que l’on aurait célébrée par la construction d’un sanctuaire. Dans ce temple, où l'on se rendait en pèlerinage, d'immenses trésors seraient conservés10. Mais aucune tentative pour retrouver le temple n'aboutit et Antonio Vázquez de Espinosa attribue ces échecs répétés aux conditions géographiques difficiles :

  • 11 A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., II, liv. 2, ch. 15, par. 996, p. 233-234.

"On assure que près de l'un de ces fleuves qui pénètrent dans le Darién, est situé le riche temple du dieu Dabaybe — représenté sous la forme d'un lion d'or et qu'il s'y trouve d'innombrables richesses que les barbares, depuis des temps reculés, ont offertes à leur dieu, car ce sanctuaire est le plus important qu'ils aient dans toute cette région. Et malgré les nombreuses tentatives qui ont été faites pour atteindre ce sanctuaire des païens, aucune n'a pu aboutir car ce pays est très étendu et d'accès difficile avec ses montagnes impénétrables11.

7On croyait donc encore, dans la première moitié du XVIIe siècle, à l'existence du merveilleux temple de Dabaibe !

8Alors que Pedrarias Dávila, le successeur de Balboa, gouvernait la région, l'un des hommes de son entourage, le factor Juan de Tavira, organisa une expédition pour découvrir le célèbre sanctuaire. L'or que l'on pensait y trouver attirait le factor qui n'avait cependant aucun besoin de s'enrichir. Si l'on en croit Gonzalo Fernández de Oviedo, Tavira n'était pas dans la gêne :

  • 12 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 29, ch. 10, p. 247.

"Le facteur Juan de Tavira, qui était déjà riche et possédait plus de quinze mille pesos d'or, peu satisfait de sa fortune et oubliant que trois ans auparavant il ne disposait que de sa cape et de son épée, considérant la promptitude avec laquelle les capitaines augmentaient leurs revenus, et ajoutant foi à certaine information erronée qu'il avait obtenue au sujet du Río de San Joan (qui débouche dans le golfe d'Urabá, et que l'on appelle également Río Grande), crut qu'en armant des navires pour se rendre dans cette direction, il amasserait en peu de temps suffisamment de richesses pour surpasser la plupart des habitants d'Ocaña, sa ville d'origine12."

9Fernández de Oviedo, qui sait avoir la dent dure, laisse entendre ainsi que pour les conquistadores les richesses de Dabaibe devaient être d'une exceptionnelle importance.

10Las Casas, lui aussi, souligne la boulimie de métal précieux dont fit preuve le factor Juan de Tavira :

  • 13 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 3, ch. 77, p. 352.

"(...) le facteur Juan de Tavira, avide de s’emparer des richesses qui — assurait-on — se trouvaient dans le temple de l'idole Dabaiba, sollicita de Pedrarias l'insigne faveur d'une autorisation pour s'engager dans cette sainte entreprise de conquête13."

  • 14 Ibid., vol. 2, liv. 3, ch. 77, p. 352. Cf., également, A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., (...)
  • 15 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 29, ch. 10, p. 247.

11Comme le temple était supposé se trouver en amont du fleuve, le factor fit construire 3 fustes et acheta de nombreuses pirogues : il dépensa ainsi toute sa fortune14. L'aventure se termina fort mal : Juan de Tavira périt noyé15.

  • 16 Cf. Docteur Saffray, "Voyage à la Nouvelle Grenade (1869)", dans Le Tour du Monde, 2e semestre 187 (...)

12Il y eut diverses tentatives pour atteindre le riche temple de Dabaibe. En avril 1536, Pedro de Heredia, le gouverneur de Cartagena, partit de San Sebastián à la tête d'une expédition de 210 hommes et 50 chevaux sur le fleuve Atrato. Des difficultés surgirent au bout de quelques jours car les marécages constituaient un obstacle insurmontable. En 1537, ce fut au tour du Capitaine Francisco César — qui s'illustra en Amérique Australe — de tenter l'aventure. Mais le sanctuaire tant convoité resta introuvable16.

13La Castille d'Or recélait d'immenses trésors bien cachés que des hommes audacieux pourraient découvrir un jour. Il y avait donc lieu de nourrir de grandes espérances dans cette région.

2 - L'or équinoxial

14Comment ne pas s'intéresser à un pays dont la situation géographique était si favorable ? Car les hommes du XVIe siècle avaient hérité de l'Antiquité et du Moyen Âge certaines idées très curieuses concernant les richesses du règne minéral. L'or, l'argent, les pierres précieuses obéissaient à des lois particulières bien connues des alchimistes.

15Les métaux étaient considérés comme des êtres vivants qui pouvaient croître et s'affiner. Ils atteignaient ainsi leur pleine maturité dans la Terre, cette matrice inépuisable.

  • 17 Mircea Eliade, Forgerons et Alchimistes, Paris, Flammarion, 1977 (Nouvelle édition corrigée et aug (...)

"L'idée que les métaux "poussent" dans le sein de la mine — souligne Mircea Eliade17 —, conception attestée déjà dans l'antiquité se maintiendra longtemps dans les spéculations minéralogiques des auteurs occidentaux."

16L'or avait une vie souterraine et ses veines progressaient comme les ramifications des végétaux. Le savant humaniste Pietro Martyre d'Anghiera expose fort bien cette conception, largement répandue, dans la troisième décade de son De Orbe Novo lorsqu'il évoque l'or d'Hispaniola :

  • 18 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 3, ch. 8, p. 316.
    A. de Herrera y Tordesillas, His (...)

"On compare une veine d'or à un arbre vivant. Partout où il peut s'insinuer depuis sa racine à travers des passages ouverts et friables, il lance ses rameaux jusqu'à l'extrême sommet de la montagne, et jamais il ne s'arrêtera avant d'être arrivé à la surface du sol. C’est là, une fois qu'il se baigne dans la splendeur de l'atmosphère, qu’il porte en guise de fruits des lingots et des pépites. Ces lingots et ces pépites sont ensuite enlevés par les grandes pluies et entraînés en bas, comme tous les corps pesants, puis disséminés dans l'île entière18."

17L'or devait beaucoup à la "splendeur de l'atmosphère". C'était un métal intimement lié au Soleil — dont il avait la couleur — qui lui transmettait ses vertus. Le Doctor Juan de Cardenas l'expose bien (en 1591), dans son œuvre Problemas y Secretos Maravillosos de las Indias :

  • 19 Doctor Juan de Cárdenas, Problemas y secretos maravillosos de las Indias par el Doctor Juan de Car (...)

"Item, nous devons considérer que parmi les admirables propriétés que le Soleil bailla à l'or, son familier et son grand ami, il lui en donna une qui correspond parfaitement et naturellement à toutes ces choses qui sont unies entre elles/[fol. 84 r°]/et se trouvent en harmonie. C'est le penchant naturel et la propension qu'a l'or à ne point s'écarter de lui, et à accompagner d'ordinaire la beauté et la splendeur de ses rayons. Si l'argent (de nature froide et humide) est plus enclin à suivre la froideur et l'humidité de l'abîme, l’or, pour sa part, manifeste une égale appétence, mais cherche à monter à la surface de la terre pour mieux jouir du Soleil, sa planète familière, et, en conséquence, croître dans les régions les plus chaudes et les plus ardentes19."

  • 20 B. Cobo, Hist., op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 34, p. 136.
  • 21 Robert de Berqven, Les Merveilles des Indes Orientales et Occidentales, ov Nouueau Traitté des Pie (...)

18Et au XVIIe siècle, le P. Bernabé Cobo n'écrit-il pas : "L'or reçoit du Soleil toutes les bonnes qualités qu'il a ; l'argent, lui, est gouverné par la Lune (...)20 " ? L'or était encore considéré comme "la substance la plus élabourée par l'action du Soleil", suivant l'affirmation d'un "Marchand Orpheure" parisien nommé Robert de Berqven21, et Boileau saluait Colbert et la fondation de la Compagnie des Indes Occidentales en rappelant, une fois de plus, cette vieille croyance :

  • 22 Nicolas Boileau Despréaux, Discours au Roi (1665), dans Œuvres Complètes de Boileau accompagnées d (...)

"Et nos vaisseaux, domptant l'un et l'autre Neptune,
Nous aller chercher l'or, malgré fonde et le vent,
Aux lieux où le soleil le forme en se levant (...)22 "

  • 23 La question était toujours discutée au XVIII e siècle. Le P. Benito Jerónimo Feijoo écrit dans le (...)

19Au XVIIIe siècle, la question était encore d'actualité : Feijoo nie que le Soleil puisse produire les métaux et montre ainsi que certains esprits étaient toujours acquis à cette idée23.

***

20Si l'existence de l'or dépendait aussi étroitement du Soleil, il était logique que l'on considérât les régions les plus chaudes de la planète comme des zones privilégiées. Sous les tropiques devaient, par conséquent, se trouver les plus abondantes réserves de métal jaune.

  • 24 C. Colon, Primer Viaje, op. cit., p. 116 (Miércoles 21 de noviembre).

21Christophe Colomb en était convaincu. Bartolomé de Las Casas souligne, en transcrivant le journal de bord du premier voyage de l'Amiral, que celui-ci nourrissait de grandes espérances lorsqu'il naviguait dans la mer des Caraïbes : "Cette chaleur, que l'Amiral dit avoir endurée là-bas, l'incite à croire que dans ces Indes, ou dans la région qu'il visitait, il devait se trouver beaucoup d'or24."

22Et parmi ses contemporains, des esprits éclairés abondaient dans ce sens. Le lapidaire Jaume Ferrer, par exemple, écrivit à Colomb, le 5 août 1495, que la région tropicale était la plus favorable aux explorateurs :

  • 25 Mossén Jaume Ferrer de Blanes, Letra de Mossén Jaume Ferrer feta al Almirante de las Indias Christ (...)

"(...) et je dis que du côté de la ligne équinoxiale les choses sont plus estimables et de plus de valeur : il s'y trouve des pierres fines, de l'or, des épices et des drogues. Je peux affirmer cela à cause de la connaissance que j’ai des Pays du Levant, du Caire et de Damas, parce que je suis lapidaire et que j'ai toujours cherché, là-bas, à me renseigner auprès des voyageurs sur le climat et la région d'où ils apportaient lesdites choses (...)25 "

23Le degré de latitude était régulièrement pris en compte. Dans une lettre de l'Obispo de Palencia expédiée d'Inspruch (Innsbruck) et datée du dernier jour de novembre 1551, celui-ci déclarait à propos de la Floride :

  • 26 Obispo de Palencia, Carta (de Inspruch [Innsbruck] a último de Nouiembre de 1551), AHN, Diversos. (...)

"Et, d'après ce que j'ai compris, ce pays de la Floride est de grande importance, non seulement pour Sa Majesté et Votre Altesse, à cause de la grande quantité de métaux que je crois devoir s'y trouver, étant donné sa situation sous des climats propices, et les dispositions favorables qu'on lui attribue (...)26 "

24Le capitaine D. Bernardo de Vargas Machuca écrivait également, à la fin du XVIe siècle, dans son ouvrage Milicia y Descriptión de las Indias, que l'or américain était essentiellement originaire des régions les plus chaudes :

  • 27 D. Bemardo de Vargas Machuca, Milicia y Descripción..., op. cit., vol. 2, p. 166.

"On trouve de l'or presque partout dans les Indes, dans les terres chaudes, qu'il s'agisse des savanes ou des montagnes. Mais, d'ordinaire, c'est dans les endroits scabreux. S'il arrive que l'on en trouve dans les régions tempérées, c'est en petite quantité ; s'il s'agit d'une région froide, c'est qu'il y a pris place accidentellement, sans qu'il y ait de veine ou de filon (...)27 "

  • 28 A. Thevet, Cosmogr., op. cit., ch. 16, p. 227.
    L'or africain transitait en particulier par la forte (...)

25André Thevet, évoquant les richesses minérales du Brésil, souligne qu'il s'en "rapporte à la chaleur et temperature du païs" et ne manque pas d'esquisser une comparaison avec l'or du continent africain "qui se trouve en l'Ethiopie, et au Castel de mine"28.

26On comprend alors les réflexions suscitées dans la péninsule Ibérique par l'établissement des Français au Canada, dont l'audacieuse entreprise fut qualifiée de "folie" ("locura"). Le cardinal de Séville, s'adressant au secrétaire Juan de Samano, écrivait ainsi en 1541 :

  • 29 Il s'agit du Traslado de la carta que el Cardenal de Sevilla escrivió a Samano intégré dans le doc (...)

"Cela me semble une sorte de folie. La raison qui les pousse est la conviction qu'ils ont, fondée sur certaines affirmations, de l'abondance d’or et d'argent dans ces provinces. Ils croient pouvoir nous imiter, mais, à mon avis, ils se trompent (...)29 "

27De même, le pilote portugais Lagarto, espion a la cour de François Ier, pouvait répondre au Roi de France, que la latitude à laquelle se trouvait le Canada ruinait les folles espérances que l'on caressait :

  • 30 J. F. Lagarto, Letter from Lagarto to John the Third, King of Portugal, op. cit., p. 78-79.

"(...) je lui dis que jusqu'à présent on n'avait trouvé d'épices qu'à la latitude de la ligne équinoxiale, ou à proximité de celle-ci et que le fleuve dont il parlait se trouve plus éloigné du tropique du Cancer, en direction du Nord, que ce même tropique de la ligne équinoxiale et qu'il me semblait donc impossible que l'on pût y trouver des épices ou de l'or (...)30 "

28L'idée de l'abondance de l'or dans les régions équinoxiales était si généralement admise, qu’au XVIIIe siècle il parut nécessaire à l'auteur de l'article "Or" de l'Encyclopédie de réfuter cette hypothèse absurde :

  • 31 Encyclopédie..., op. cit., t. 23 (1778), art. "Or", p. 804-805.

"Plusieurs auteurs ont prétendu que les pays les plus chauds étoient les plus propres à la production de l'or, mais il ne paraît point que la chaleur du soleil contribue plus à la génération de ce métal qu'à celle des autres : en effet, on trouve des mines d'or fort abondantes en Hongrie & en Transylvanie ; on en trouve aussi, quoiqu'en petite quantité, dans la Suede, dans la Norwege, en Sibérie, & dans les pays froids & septentrionaux (...)31 "

  • 32 Cf. Vicente Blasco Ibáñez, En busca del Gran Kan (Cristóbal Colon), dans Obras Completas, t. 3, Ma (...)

29Au XVIe siècle, cependant, on ne songeait aucunement à remettre en cause cette idée reçue : l'or ne pouvait être abondant que dans la zone intertropicale. Et, comme le rappelle le romancier Vicente Blasco Ibáñez, les savants et les navigateurs affirmaient alors simplement : "S'il y a des nègres, il y a de l'or32."

***

30Les premières pépites d'or récupérées en Amérique l'avaient été dans les cours d'eau. La grande préoccupation des explorateurs fut de repérer — dans les Antilles ou Tierra Firme — les rivières capables de satisfaire leur appétit démesuré de métal précieux. Et celles de la région tropicale semblaient confirmer les anciennes théories.

31Dans un premier temps, alors que l'exploration du Nouveau Monde ne concernait que les régions côtières, on ne s'intéressa qu'à l'or facilement accessible des rivières. Il était logique que l'on se tournât ensuite vers l'intérieur des terres, car le métal jaune était charrié par les eaux. Il fallait donc remonter aux sources de l’or, à ces endroits mystérieux où il "poussait". La récolte pouvait être abondante. La pénétration des Européens dans les terres correspond donc à la deuxième étape de la recherche effrénée de l'or. Le P. José Acosta, qui s'est penché sur la question du précieux métal et de ses lieux de naissance, explique dans son Historia Natural y Moral de las Indias quelles étaient les conceptions des colons :

  • 33 P. J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 4, ch. 5, p. 94.

"On a dit, à propos des lieux où l'or naît et se condense, qu'il s'agissait de roches situées dans les profondeurs des montagnes et au sein de la terre, du sable des rivières et des marécages, ou de monts élevés d'où les particules d’or s'échappent, emportées par les eaux, comme on le pense généralement dans les Indes. C'est pour cela que le commun du peuple croit que si l'on trouve maintenant de l’or en des endroits si éloignés, c'est une conséquence du Déluge33."

  • 34 Cf. Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Sumario de la Natural Historia de las Indias, por Gonzal (...)

32On pensait évidemment, comme le signale Gonzalo Fernández de Oviedo, que l'or le plus intéressant était celui que l'on récoltait dans les fleuves, car les impuretés avaient eu le temps de disparaître34, mais on ne pouvait songer à amasser de grandes quantités de métal qu'en prospectant à l’intérieur du continent. Et, dans la zone tropicale, la cordillère des Andes attirait tout particulièrement l’attention car l'une des conditions déterminantes pour la "naissance" de l'or était aussi la stérilité du sol qui favorisait peut-être la relation mystérieuse entre la Terre et le Soleil. Un sol inculte et stérile était un endroit favorable pour trouver de l'or. Dans un Mémoire sur la métallurgie des Anciens imprimé en 1793 par les soins de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l'auteur, M. Ameilhon, rappelle que cet indice était déjà systématiquement pris en compte dans l'Antiquité :

  • 35 Ameilhon, Premier mémoire sur la métallurgie des Anciens. Exploitation des mines d'or. Par M. Amei (...)

"Les anciens ne s'engageoient pas au hazard dans l'exploitation d'une mine ; ils avoient des indices auxquels ils reconnoissoient qu'un terrain contenoit des substances métalliques ; ces indices étoient la stérilité du sol, l'état languissant de ses productions végétales, la promptitude avec laquelle la neige s'y fondoit35."

33De même, le P. Bernabé Cobo écrit dans son Historia del Nuevo Mundo :

  • 36 B. Cobo, Hist., op. cit., vol. I, liv. 3, ch. 34, p. 136.

"Les métaux naissent d'ordinaire dans des terres rudes, stériles et improductives, sous des climats difficiles et impropres à l'établissement des hommes. Cependant la convoitise de l’or et de l'argent permet leur peuplement et les transforme en des lieux agréables et pourvus du nécessaire36."

34Álvar Núñez Cabeza de Vaca utilise ce même argument dans ses Comentarios :

  • 37 Á. Núñez Cabeza de Vaca, Comentarios..., op. cit.. II, ch. 53, p. 578.

"Ces chaînes de montagnes sont pelées ; il n'y pousse pas d'herbe et l'on n'y voit aucun arbre ; leur sol est de couleur rousse. Nous pensons qu'elles recèlent beaucoup de métal parce que le reste du pays, au-delà du fleuve, dans la partie où se trouvent les terres, est très montagneuse, avec de grands arbres et de l'herbe en abondance. Les chaînes de montagnes qui se trouvent à proximité du fleuve n'ont point cette apparence : c'est, semble-t-il, un indice de l'abondance des métaux, car la présence de ces derniers empêche l'herbe et les arbres de pousser (...)37 "

35Le nord de l'Amérique du Sud avait donc toutes les chances de recéler de grandes richesses et tout particulièrement de l'or. La partie montagneuse de cette zone devint, du fait de sa situation géographique et des lieux stériles que l'on pensait y trouver, une terre d'élection vers laquelle se tournèrent les regards des explorateurs : c'est là que l'on vit surgir le mythe de l'Eldorado.

3 - Les premières expéditions parties des côtes du Venezuela

36Les immenses possibilités que l'on attribuait à la région équinoxiale furent déterminantes pour bon nombre d’explorateurs partis du Venezuela.

  • 38 Cf. Jules Humbert, Les Origines Vénézuéliennes. Essai sur la Colonisation Espagnole au Vénézuéla ( (...)
  • 39 En fait les Welser d'Augsbourg administrèrent officiellement le Venezuela jusqu'en 1556. Mais au c (...)
  • 40 Cf. Jules Humbert, L'Occupation Allemande du Vénézuéla au XVIe siècle..., op. cit., ch. 1, p. 3-13 (...)
  • 41 Ibid., ch. 1, P-5.
  • 42 Le doc., conservé à l’AGI (ancienne cote : Est. 1, caj. 1, leg. 1/27, ramo 12 : Descubrimientos, d (...)

37Le Venezuela, qui avait été reconnu par Alonso de Ojeda en 1499, fut quelque peu négligé par l’Administration espagnole durant un quart de siècle. Ce n'est qu'avec l'arrivée de Juan de Ampués (ou Ampiés), envoyé par l'Audiencia de Santo Domingo, qui fonda le premier établissement important nommé Santa Ana de Coro (en 1527), que commença vraiment la colonisation de cette région38. De cette ville située à l'est du golfe de Maracaibo partirent plusieurs expéditions vers l'intérieur du pays. De 1528 à 1546, les Allemands furent autorisés par Charles Quint à s'installer au Venezuela39. On peut discuter l'affirmation de Jules Humbert qui, après avoir analysé en détail le décret du 27 mars 1528 autorisant "Enrique Ynger" (Ehinger ou Alfinger) et "Gerónimo Sayler" (Jerónimo Sailer) à pacifier et coloniser la région, prétend que les Welser d'Augsbourg n'intervinrent aucunement dans cette première expédition40. Comment écarter la participation — même indirecte — des banquiers allemands dans cette affaire, alors que l'Empereur se trouvait fortement endetté auprès d'eux et que Sailer et Ehinger étaient leurs représentants à Séville41 ? D'ailleurs, dès le 15 février 1531, Bartholomé et Antoine Welser n'obtinrent-ils pas officiellement les pleins pouvoirs pour agir à leur guise42 ? Il est cependant incontestable que de 1528 à 1546, les Welser imposèrent leurs vues en administrant le Venezuela par le truchement des gouverneurs qu'ils avaient choisis.

  • 43 A. de Herrera signale que l’intention première d’Alfinger et de Sailer était d’exploiter les mines (...)

38Les intentions des Welser étaient claires : à partir des comptoirs de la côte de la mer des Caraïbes, il s'agissait d'établir une liaison à travers le continent pour faciliter le transit des épices et des produits asiatiques que l'on espérait obtenir plus aisément à partir de la mer du Sud. Ces banquiers qui, depuis longtemps, entretenaient des relations avec l'Orient, voyaient là une bonne occasion de se libérer des contraintes qu'imposait la route de l'Est. Leur démarche s'explique donc avant tout par des préoccupations de caractère commercial. Le trafic des esclaves et la recherche de l'or et des perles ne sont pas absents pour autant du premier contrat signé avec Ehinger et Sailer. On sait d'ailleurs que les Allemands étaient experts dans les questions minières, et la région convoitée, admirablement située sur la sphère terrestre, promettait beaucoup43.

39Le 2 février 1529, les Allemands débarquèrent à La Vela de Coro puis se rendirent à Santa Ana de Coro, sous la direction du nouveau gouverneur, Ambrosio Alfinger (Ehinger), destiné à remplacer Juan de Ampués. Quelques mois plus tard, en août 1529, Alfinger organisa une première expédition qui partit vers le golfe de Maracaibo. Le but de celle-ci était, bien entendu, la recherche de la route du Pays des Epices, mais le mirage de l'or produisait également ses effets.

40On n'avait alors qu'une idée très imprécise de la configuration de l'Amérique du Sud. La côte du Pacifique était, pensait-on, dans le prolongement de celle de l'isthme de Panamá, orientée par conséquent vers l'Est ou le Sud-Est. Cette conception géographique erronée devait avoir d'importantes conséquences : on imaginait que le Pérou, que l'on commençait à connaître, ne se trouvait pas loin des côtes du Venezuela. Toute expédition partant vers le Sud devait ainsi pouvoir atteindre les rivages du Pacifique. Il n'y a pas d'autre explication au choix de certains itinéraires délibérément orientés vers le Sud qui menèrent les Allemands vers la zone du Río Meta. Le mirage péruvien jouait ainsi son rôle presque dans la région des llanos.

  • 44 Federmann explique, dans le récit de son premier voyage au Venezuela :
    "El segundo día de octubre d (...)

41A son retour à Coro, Ambrosio Alfinger trouva le capitaine Nicolas Federmann qui avait été envoyé en renfort par les Welser44. Il était accompagné d'un agent des Welser nommé Hans Seissenhoffer (ou Juan Alemán par les Espagnols). Federmann fut désigné comme lieutenant par Alfinger qui partit alors à Santo Domingo pour se soigner. Ce dernier n'avait fondé aucune ville et n'avait pu pousser plus loin, vers le Nuevo Reino de Granada. Il avait accordé la priorité au voyage vers le Pérou qui le fascinait. Comme le souligne Antonio de Herrera :

  • 45 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 10, ch. 7, p. 299.

"(...) les informations concernant de grandes richesses, qui circulaient au Pérou, le poussaient à s'engager dans une entreprise de découverte et l'incitaient à précéder les autres dans ce pays (...)45 "

42Pendant l'absence d'Alfinger, Federmann organisa lui aussi une expédition. Cette initiative, qui n'avait pas reçu l'aval de son supérieur, devait d'ailleurs provoquer son exil en Europe. Federmann explique dans sa Relación qu'il voulait lutter contre l'oisiveté et occuper ses troupes :

  • 46 N. Federmann, Relaciôn del primer viaje a Venezuela, op. cit., ch. 3, p. 57.

"Comme je constatai que je me trouvais dans la ville de Coro à la tête de tant de soldats oisifs et désœuvrés, je résolus d'entreprendre une expédition vers l'intérieur des terres, en direction du Midi ou de la mer du Sud, pensant ainsi me rendre utile46."

43Il était attiré par le Pérou, dont on parlait tant, et, bien entendu, par les richesses que l'on espérait y découvrir. Toutefois, il continuait à suivre les instructions des Welser qui désiraient établir la liaison avec la mer du Sud. Les deux objectifs coïncidaient d'ailleurs fort heureusement. Mais Federmann, qui était lui aussi victime des mauvaises connaissances géographiques de l'époque — ses propos le prouvent —, partit en direction de Barquisimeto qu'il dépassa en s'engageant vers le Sud-Est avant de rentrer à Coro.

44C'est encore le chemin de la mer du Sud que rechercha Alfinger au cours d'une deuxième expédition réalisée en 1531. Gonzalo Fernández de Oviedo ne laisse aucun doute à ce sujet :

  • 47 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 1, p. 8.

"Ensuite ce gouverneur voulut se diriger à nouveau vers l'intérieur des terres. Il déclara qu'il souhaitait découvrir les secrets et voir ce qu'il y avait dans la région de la mer Australe ; il cherchait à reconnaître tout le pays et à l'explorer d'une côte à l'autre47."

  • 48 Cf. J. Humbert, L'Occupation Allemande du Vénézuéla au XVIe siècle..., op. cit., ch. 4, p. 30.

45Il partit de Coro et explora le Valle de los Pacabueyes (Valledupar) après avoir reconnu la côte ouest du golfe de Maracaibo. Du pays des Indiens Pacabueyes il expédia à Coro — le 6 janvier 1532 — les quelque 30 000 ou 35 000 pesos d'or qu'il avait réussi à rassembler48. Le détachement qui emportait le butin se perdit et l'on ne revit jamais ce trésor considérable.

46Alfinger et ses hommes avaient vu des orfèvres et recueilli beaucoup d’or, mais ils avaient également appris l'existence d'un pays très riche :

  • 49 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 2, p. 12.

"Et l'on disait aussi des Indiens de Zuyandio qu'ils possédaient tant d'or que si les Chrétiens passaient par là-bas, ils ne sauraient comment le transporter, même s’ils disposaient de chevaux en beaucoup plus grand nombre, car les hommes et les montures ne suffiraient pas pour cela49.''

  • 50 Cf. Demetrio Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., p. 85-86, n. 88.

47Peu à peu s'imposait un nouvel objectif : la recherche d'un pays d'une richesse exceptionnelle. Alfinger, gêné par la configuration du terrain, décida de rentrer à Coro, malgré l'opposition de ses hommes. Il périt, tué par une flèche empoisonnée pendant le voyage de retour. Les survivants de l'expédition arrivèrent à Coro le 2 novembre 1533. Alfinger avait découvert un pays de marécages et lutté contre l'obstacle du Río Magdalena, mais il avait eu connaissance d'un certain Pays de Xerira qui sera le point de mire de l'expédition suivante, organisée par Nicolas Federmann à son retour d'Europe50.

4 - La recherche du Pays de Meta à partir de l'Orénoque

48Santa Ana de Coro ne fut pas le seul point de départ des expéditions vers l'intérieur. Plus à l'Est, la zone de Maracapana servit de base de regroupement à d'autres hommes que fascinait la région équinoxiale.

  • 51 Ibid., ch. 2, p. 18-28. D. Ramos Pérez signale qu’une sorte de contribution aux investissements né (...)

49Diego de Ordás, le lieutenant de Cortés qui avait participé activement aux succès obtenus dans la Nouvelle-Espagne, s'intéressa en priorité à l'est du Venezuela et à la Guyane. On lui offrait pourtant la conquête du Río de la Plata en récompense des services qu'il avait rendus au Mexique. Mais il refusa cette proposition : les pays tropicaux lui semblaient beaucoup plus avantageux51 ! C'est donc toujours la même idée qui présidait aux choix des explorateurs.

50Diego de Ordás paraissait convaincu de l'abondance des richesses que l'on pourrait découvrir dans cette partie du continent américain. Sa détermination est soulignée par Juan de Castellanos :

  • 52 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., 1, Elegía IX, canto I, p. 81.

"Ordás connaissait cette côte
Par de longues et copieuses relations
Fournies par des témoins oculaires
Qui avaient visité ces agglomérations.
Il demanda cette conquête avec insistance,
Et pour ce faire obtint les mandements.
On lui accordait ainsi, mais on était alors dans l'ignorance,
Un territoire immense pour gouvernement52."

51Le 20 octobre 1531, Ordás partit de Sanlúcar de Barrameda. Son intention première était d'explorer le puissant fleuve des Amazones que l'on appelait alors Río Marañón. Gonzalo Fernández de Oviedo souligne, dans son Historia General y Natural de las Indias, l'ambition du nouveau gouverneur animé, dit-il, par le désir d'obtenir d'autres distinctions. Pour le chroniqueur des Indes, Ordás songeait à atteindre les richesses de la mer du Sud :

  • 53 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 24, ch. 2, p. 389.

"Comme il était riche, il décida de dépenser sa fortune, pensant ainsi l'accroître. Il croyait pouvoir pénétrer dans la région de Tierra Firme en suivant ce fleuve, et parvenir plus rapidement à atteindre les richesses de l'autre mer australe, avec l'idée de devenir un grand seigneur53.''

52En définitive, les intentions de Diego de Ordás semblent très proches de celles des Allemands de Coro : rechercher la route de la mer du Sud et s'enrichir en arrivant le premier dans l'Empire des Incas, le fameux Pérou dont l'image se précisait peu à peu.

53L'ancien lieutenant de Cortés se dirigea donc vers le Río Marañón. Des Indiens qu'il rencontra lui donnèrent beaucoup d'espoir, comme l'indique Antonio de Herrera :

  • 54 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 10, ch. 9, p. 309.

"(...) quelques jours auparavant on avait intercepté, sur le fleuve, quatre Indiens qui circulaient sur une pirogue. Ces derniers, qui avaient en leur possession deux émeraudes dont l'une était aussi large que la main, dirent qu'à tant de soleils, en remontant le cours du fleuve, se trouvait un grand rocher qui fournissait cette pierre précieuse (...) et l'on comprit que quarante lieues à l'intérieur des terres, près du fleuve, il y avait une forêt de grands arbres qui produisaient l'encens. Leurs branches ressemblaient à celles des pruniers et l'encens y était accroché (...)54 "

54Les richesses, les épices, semblaient donc à portée de la main. Mais le fleuve présentait trop de dangers et Diego de Ordás dut renoncer à pénétrer dans les terres en empruntant cette voie périlleuse. Il chercha donc vers le Nord et se retrouva face aux célèbres Bouches du Dragon qui avaient tant impressionné l'amiral Christophe Colomb. Peut-être aurait-il plus de chance en remontant l'Orénoque...

  • 55 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 24, ch. 3, p. 392, précise :
    "Este nombr (...)

55Dans le pays de Paria, Ordás dut affronter Antonio Sedeno, le gouverneur de l'île Trinité qui avait construit un fort sur le continent. L'affaire eut des suites car Sedeno se plaignit auprès du Roi et Diego de Ordás fut obligé de dédommager son rival. Mais Ordás songeait plutôt à remonter l'Orénoque que l'on nommait aussi Uyapari55. Les hommes de Sedeño l'avaient, en effet, informé de l'existence de tribus fort riches en amont du fleuve. C'est du moins ce que signale Fray Pedro de Aguado dans sa Recopilación Historial de Venezuela :

  • 56 Fray Pedro de Aguado, Recopilación Historial de Venezuela, Estudio preliminar de Guillermo Morón, (...)

"(...) puis le commandeur ou gouverneur Ordás commença à interroger les Espagnols de Sedeno sur ce qu'ils avaient entendu dire ou appris au sujet des habitants et de la richesse de cette province, à l'époque où ils s'étaient trouvés là-bas. Ceux-ci lui répondirent qu'ils avaient su, de la bouche des Indiens qui se trouvaient dans les environs, avec lesquels, grâce aux objets de troc qu'ils leur avaient baillés, ils avaient pu s'entretenir et pratiquer quelques échanges, que sur le fleuve Uriaparia [Orénoque], qui coulait à peu de lieues de cet endroit, vivaient de nombreux indigènes qui possédaient beaucoup d'or et de richesses. Cela avait été confirmé par d'autres indigènes, d'autres villages plus éloignés, qui étaient venus les voir.56."

  • 57 Ibid., t. 1, liv. 4, ch. 16, p. 427. Fray Pedro de Aguado précise :
    ”(...) y conociendo queera oro (...)

56Le voyage sur l'Orénoque s'avéra très difficile. Après quelque temps d'hésitation sur la direction à prendre — un détachement fut envoyé vers la Guyane —, Diego de Ordás et ses hommes pénétrèrent loin à l'intérieur des terres. Ils arrivèrent ainsi au confluent du Río Meta et y firent une courte incursion. Les renseignements recueillis étaient très encourageants. Un Indien — raconte Fray Pedro de Aguado —, auquel on présenta une bague en or, comprit de quel métal il s'agissait57 et informa les explorateurs :

  • 58 Ibid., t. 1, liv. 4, ch. 16, p. 427.

"(...) il dit qu’il y avait beaucoup de cela au-delà d'une cordillère qu'il y avait à main gauche du fleuve et qui était peuplée de nombreux Indiens dont le chef était un Indien borgne très brave. S'ils souhaitaient en obtenir, ils pourraient remplir de ce métal les vaisseaux qu'ils avaient. Il avertissait cependant les Chrétiens qu'ils étaient trop peu nombreux pour se rendre dans le pays où ce seigneur gouvernait, car avant d'atteindre le village du chef ils rencontreraient beaucoup d'indiens qui les vaincraient et les tueraient. L'Indien insista beaucoup à ce sujet. Ils lui demandèrent s'il y avait des sortes de cerfs dans le pays de ce chef. Il répondit "oui" et ajouta qu'il y avait aussi des animaux qui ressemblaient aux cerfs, qui servaient de monture aux Indiens : on pense qu'il s'agissait des moutons du Pérou58."

57La nouvelle était si extraordinaire que l'on interrogea plusieurs fois l'Indien : il ne fut jamais pris en défaut, et l'on tint les renseignements pour vrais. Le chroniqueur conclut alors :

  • 59 Ibid., t. 1, liv. 4, ch. 16, p. 427.

"(...) ainsi furent-ils pris de l'envie de s’y rendre et de réussir ou de périr dans cette quête59."

58Diego de Ordás hésita puis décida de retourner vers sa base de départ et rejoignit enfin Cubagua. A la suite d'un imbroglio juridique il dut mettre fin à ses tentatives. Il fut empoisonné sur le navire qui le ramenait en Espagne où il se rendait avec l'intention de se plaindre de Sedeño.

59Cependant de grandes espérances étaient nées et le Pays de Meta excita de nombreux esprits et occasionna de nouvelles expéditions. On connaissait maintenant le chemin qui menait vers les richesses. Assurément — et les déclarations de l'informateur indigène l'attestent — c'était le rayonnement des civilisations andines que l'on percevait sur les rives de l'Orénoque. Le métal précieux, les richesses, associés aux "moutons du Pérou" fascinèrent tout autant les explorateurs de l'Amazonie que ceux du Río de la Plata.

***

60Alonso de Herrera, qui succéda à Ordás, eut, lui aussi, maille à partir avec Antonio Sedeno. Toutefois ce dernier quitta l'île Trinidad à la fin de l'année 1533 et gagna Puerto Rico. C'est alors qu'intervint un nouveau personnage : Jerónimo Dortal (ou De Ortal) qui avait accompagné Diego de Ordás, comme trésorier, lors de son expédition sur l'Orénoque. Dortal avait obtenu le gouvernement de Paria après la disparition d'Ordás, et il prépara une expédition qui partit de Séville le 18 août 1534. Il s'entendit avec Alonso de Herrera et se mit en tête de suivre l'itinéraire inauguré par son ancien chef. C'est la province de Meta qui l'intéressait tout particulièrement, indique Gonzalo Fernández de Oviedo :

  • 60 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 24, ch. 7, p. 409-410.

"Il se mit bientôt à préparer sa flotte pour remonter le fleuve Huyapari et découvrir par cette voie la province de Meta sur laquelle on avait quelques renseignements grâce aux interprètes indigènes qui affirmaient son importance60."

61Les indigènes vantèrent le Pays de Meta à Jerónimo Dortal. Dans une lettre que ce dernier adressa à l'Empereur, depuis Cubagua, le 24 décembre 1534, il est précisé :

  • 61 Jerónimo de Ortal [Dortal], Carta al Emperador, de Jerónimo de Ortal, Gobernador en el Golfo de Pa (...)

"(...) ils disent tout cela et même bien plus, car ils sont originaires de la province de Meta où ils doivent l'emmener [Dortal]. Ils racontent tant de choses sur l'or et ce qu'ils en font après l'avoir extrait d'une chaîne de montagnes, que l'on pourrait croire que tout l'or du Pérou vient de cet endroit (...)61 "

62Et Dortal se montre lui aussi convaincu de l'abondance de l'or dans la zone équinoxiale :

  • 62 Ibid., fol. 82 r°.

"(...) l'on a la conviction que c'est sous la ligne équinoxiale que se trouve le plus d'or. Et comme ils sont arrivés tout près de celle-ci, ils sont persuadés que les Indiens disent la vérité (...)62 "

  • 63 Cf. Géronimo Ortal, [Carta] Al Emperador. Cubagua, 12 [de] septiembre [de 15] 35, RAH, col. Munoz, (...)

63Il voulut s'associer à Antonio Sedeno, mais une certaine méfiance régna entre les deux hommes, comme le révèlent les lettres que Dortal adressa à l'Empereur le 12 septembre et le 30 novembre 153563. Ainsi, Dortal organisa l'expédition avec Alonso de Herrera. Il fut décidé que ce dernier remonterait le cours de l'Orénoque, en suivant la voie tracée par Diego de Ordás, pendant que Dortal se rendrait à Cubagua pour y attendre certains navires.

  • 64 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 24, ch. 8, p. 411.

64Herrera recueillit lui aussi des renseignements encourageants. Gonzalo Fernández de Oviedo évoque à cette occasion les "indications concernant les grandes richesses que l'on disait se trouver dans la région de Meta"64. Mais Herrera connut une triste fin et succomba, blessé par cinq ou six flèches indiennes. Dortal, secondé par Juan Fernández de Alderete, décida d'avancer dans la même direction, mais sans s'engager sur le fleuve. Il cherchait, bien entendu, à parvenir au riche Pays de Meta. Ses efforts se soldèrent par un échec. Antonio Sedeño, qui partit également avec les mêmes intentions, mourut empoisonné en 1540.

65L'Orénoque qui permettait de pénétrer très loin vers l'Ouest à l’intérieur des terres, n'avait jusqu'alors occasionné aucun succès. Toutefois une grande idée avait surgi : on croyait que dans la région occidentale de l'Amazonie existait un pays très riche, que l’on appela Meta. C'était le nouveau leurre qui attirait les Européens.

5- Le Meta et la Casa del Sol

  • 65 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 11, déc. 5, liv. 7, ch. 1, p. 100.

66Le Pays de Meta prenait de plus en plus d'importance. On imaginait une région très riche, peuplée de gens vêtus, indice d'une civilisation avancée65.

  • 66 Cf. Fr. P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, 4" Noticia, ch. 4, par. 3, p. 20 ; 4e N (...)

67La nouvelle de l'existence du Meta se répandit très vite. Antonio Sedeño, explique Fray Pedro Simón, l'aurait apprise de l'une de ses esclaves indiennes lors de son séjour à Puerto Rico66. On imagine sans peine les conversations des Européens qui s'étaient fixés sur les rivages de la mer des Caraïbes ! Très rapidement, les divers établissemements furent contaminés et pris de la fièvre des découvertes.

  • 67 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 11, déc. 5, liv. 10, ch. 16, p. 395.
  • 68 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dom., op. cit., I, liv. 6, p. 453.

68Car le Pays de Meta devenait, pour les conquistadores, une contrée exceptionnellement riche. Aux bruits qui couraient sur l'abondance du métal précieux qui devait exister près des sources de cette rivière, à l'est de la cordillère des Andes, s'en ajoutaient d'autres qui évoquaient l'existence d'un temple merveilleux, une Casa del Sol couverte d'or. Aux renseignements diffus concernant le lointain empire de la cordillère, se mêlaient ceux que l'on avait obtenus dans la Castille d'Or. Jerónimo Dortal, comme l’indique Antonio de Herrera, était parti en quête de la "province de Meta et Casa del Sol67 ", toutefois, dès 1529, Ambrosio Alfinger recherchait une "Maison toute d'Or", et le P. Charlevoix, qui transmet cette information, conclut : "Cependant la maison d'or ne parut point, & Alfinger vit trancher ses jours dans sa chimérique poursuite68."

69Une opération d'amalgame était en cours. Les rumeurs s'étoffaient et interféraient. Un mythe était en train de cristalliser. La nouvelle zone de recherches, prioritaire, va donc se situer sur les contreforts de la cordillère des Andes. Les expéditions parties de Coro, de Santa Marta ou Quito, convergeront vers cette contrée équinoxiale qui soulevait tant d'enthousiasme.

***

  • 69 De larges extraits de l'acte de nomination d'Hohermuth sont publiés par J. Humbert, L'Occupation A (...)

70Au Venezuela, dans la zone contrôlée par les Allemands, certains changements avaient eu lieu. Nicolás Federmann, qui avait réussi à s'aliéner les Espagnols de l'endroit tout autant que ses compatriotes, fut remplacé, le 12 décembre 1534, par le gouverneur Georges Hohermuth (Georg von Speier), originaire de Spire, que l'on prit l'habitude de nommer Jorge Espira (ou de Spira)69. Federmann n'avait, cependant, pas quitté le territoire dont la responsabilité lui échappait désormais. Il devenait le lieutenant du nouveau gouverneur.

  • 70 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 10, p. 35.

71Le 13 mai 1535, Jorge Espira partait pour une première expédition : il avait l'intention de mieux connaître le pays ou, comme l'écrit Gonzalo Fernández de Oviedo, de "savoir plus de choses qu'on n'en connaissait jusqu'alors sur ce gouvernement70." Espira poursuivait en fait la chimère de Meta. Il se dirigea vers Barquisimeto puis vers la sierra. Plus d'une centaine d'hommes tombèrent malades et la progression ne fut pas celle que l'on espérait. Jorge Espira décida de renvoyer les malades vers la base de départ et continua vers le Río Apure qu'il traversa en janvier 1536. C'était la saison des hautes eaux et de nombreuses difficultés se présentèrent alors. Espira se retrouva néanmoins au pied des sierras. Gonzalo Fernández de Oviedo, fort bien instruit de ce qui se passa, rapporte que le cacique Guaigueri tint alors des propos encourageants :

  • 71 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 11, p. 37.

"Ce cacique lui fit comprendre que de l'autre côté de la chaîne de montagnes les Chrétiens trouveraient beaucoup d'or et d'argent et des moutons domestiques semblables à ceux du Pérou, qui sont gardés, la nuit, dans des enclos (...)71 "

  • 72 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 11, p. 37.

72On peut constater, une nouvelle fois, que les moutons ("ovejas") sont associés à l’idée d'abondantes richesses. Cette itération remarquable ne tarda pas à produire son effet. Le pays dont parlait le cacique Guaigueri était d'une richesse extraordinaire puisque les Indiens ne s'y servaient que de vaisselle d'or et d'argent ("toute la vaisselle dont les Indiens se servent est d'or et d'argent72 "). Cependant il était d'accès difficile : essayer de s'en approcher constituait un véritable exploit. Gonzalo Fernández de Oviedo compare même les aventuriers qui le tentèrent, aux chevaliers de la Table ronde, "sur lesquels on a écrit tant de fables et de lignes pleines de fantaisies, comme dit Pétrarque". Et il ajoute :

  • 73 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 11, p. 38.

"Mais ces soldats, qui ne rêvaient pas et n'avaient point besoin d'avoir recours à la fiction dans ce domaine, s'en tenant au récit de la vérité, connurent plus d’aventures et de mésaventures que les célèbres courtisans du roi Arthur73.

73L'expédition prenait ainsi une autre dimension. C'était une véritable quête, digne des récits de fiction. Le riche Pays de Meta, protégé par tant d'obstacles naturels permettait maintenant à l'imaginaire de s'exprimer.

74Espira visita les contreforts de la Cordillera de Pasto, au sud du Nuevo Reino de Granada, les affluents de la rive gauche du fleuve des Amazones et le haut bassin de l'Orénoque ; fort déçu, il décida, en 1537, de s'en retourner à Coro où il arriva le 27 mai 1538. Deux ans plus tard, il passa de vie à trépas.

***

  • 74 Cf. F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. 4, op. cit., ch. 11, par. I, P-223.

75Pendant que Jorge Espira explorait les contreforts des Andes, son lieutenant Nicolas Federmann, désobéissant aux ordres reçus, tenta de son côté une nouvelle expédition. Il partit en décembre 1537 et se dirigea lui aussi vers le Río Apure en évitant soigneusement toute rencontre avec les troupes emmenées par son supérieur. Au cours de son voyage, il se retrouva face à un détachement envoyé par Jerónimo Dortal vers le mystérieux Pays de Meta, en suivant le chemin de l'Orénoque. Ces hommes se joignirent à ses troupes74. Federmann connut alors d'incroyables difficultés. Passant par les régions visitées par son chef qui avait provoqué la fuite des indigènes, il ne trouvait aucune source d'approvisionnement. La faim se fit cruellement ressentir. Il emboîtait le pas à Jorge Espira. Ce dernier avait emmené les meilleurs interprètes et les meilleurs guides : il importait donc de suivre ses déplacements. Federmann était cependant attiré par la Cordillère ; cette fascination apparaît sous la plume de Gonzalo Fernández de Oviedo :

  • 75 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 17, p. 50.

"Il apprit que de l'autre côté de la chaîne de montagnes, à main droite, se trouvait un pays riche. Il vit quelques échantillons d'or fin. Et sachant que le gouverneur était passé sans s'arrêter en suivant le pied des montagnes il crut qu’il allait bientôt connaître le bonheur (...)75 "

76La décision d'Espira d'abandonner les recherches provoqua le changement d'itinéraire de Federmann :

  • 76 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 17, p. 50.

"Sachant que le gouverneur était sur le chemin du retour et jugeant qu'il tirerait un bien maigre profit en suivant la même route, Federmann ["Fedremann"] décida de franchir les montagnes avec l'intention d'hiverner là-bas76."

  • 77 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 17 et 18, p. 48-53. Le titre du ch. 17 (p. 48) est le suivant :
    "Cómo e (...)

77C'est ainsi que Federmann se dirigea vers l’Ouest et se retrouva à Bogotá où l'attendait une immense surprise. Dans le Nuevo Reino de Granada, notre Allemand fut ébloui par les richesses qu'il aperçut. Dans une lettre, écrite depuis la Jamaïque — dont Gonzalo Fernández de Oviedo s'est servi comme source d'information77 —, Federmann évoque les édifices couverts d'or de la région qu’il visita :

  • 78 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 18, p. 52.

"Federmann ["Fedreman"] dit qu’il pense repartir bientôt pour ce pays (...) Il fit porter par le capitaine Pedro de Limpias, à son ami Francisco Dávila, une émeraude comme échantillon de la production de ce pays et mille trois cent quarante-quatre pesos d'or, dont le titre — suivant les estimations — était de dix-neuf carats. Mais ce métal est de bien meilleure qualité. Il est fin, se présente sous forme de plaques d'or battu, aussi minces que la tranche d'une pièce d'un réal parce qu'elles servent de revêtement aux murs des maisons et des temples. Tout comme en Espagne l'on enduit et l'on blanchit les édifices et les pièces des appartements avec du plâtre, ou dans cette ville de Sancto Domingo [Saint-Domingue] avec de la chaux, ces Indiens revêtent et couvrent les murs et les toits de leurs demeures, de feuilles d'or et de ces plaques dont j'ai parlé. On voit surtout cela chez les rois, ou caciques, et les grands seigneurs, et dans les temples et les oratoires78."

78Toutefois Federmann n'avait pas découvert les richesses du Pays de Meta. L'idée, obsédante, d'y parvenir un jour apparaît également dans la missive :

  • 79 La région de Bogotá.
  • 80 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 18, p. 52. Voir, à ce sujet, le (...)

"Il dit aussi qu'ils ne s'étaient pas totalement trompés au sujet du Pays de Meta, et que le fleuve qui porte ce nom prend sa source dans la chaîne de montagnes qui sépare les llanos, que visita Federmann ["Fedreman"], de la vallée des Alcázares79 et du sanctuaire de Meta, ainsi nommé par ceux qui le recherchaient. Il ajoute qu'il n'y a plus aucune statue dans ce temple, car les gens de Sancta Marta les emportèrent dans des sacs. C'est, suivant ces derniers, le sanctuaire de Sogamosa, où l’on découvrit, après que les Indiens eurent pris ce qu'ils voulurent et ce qu'il y avait de meilleur, ces fameux cinquante mille pesos dont on a parlé80."

79C'est dire l'importance qu'avait alors le fameux Pays de Meta.

***

80Cette merveilleuse contrée fut également recherchée par Philippe de Hutten que l'évêque Rodrigo de Bastidas, gouverneur par intérim du Venezuela avait nommé Capitán General en 1540. On a souvent parlé de la quête de l'Eldorado à propos de l'expédition organisée par le représentant des Welser. Mais comme le fait justement remarquer Demetrio Ramos Pérez, le nom Dorado n'apparaît jamais dans les documents connus qui concernent directement Philippe de Hutten :

  • 81 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 13, p. 417.

"Il est normal que l'on rencontre diverses interprétations fausses de cet objectif dans les études consacrées à Hutten. On affirme, purement et simplement qu'il était parti en quête de l'Eldorado, en répétant la même erreur que pour les expéditions de Spira et de Federmann, alors que toutes ces tentatives n'étaient inspirées que par l’idée du Meta et du Temple du Soleil. Pas un des documents où Hutten parle de l'expédition qu'il prépare — comme les lettres que l'on a étudiées — ne soulève un tant soit peu la question du Dorado81."

81Le mythe de l'Eldorado est en train d'apparaître, simultanément, avec ce nom, dans la région de Quito. L'expédition de Hutten, reste cependant organisée autour de l'idée de la découverte du Pays de Meta et de la Casa del Sol. Philippe de Hutten ne faisait d'ailleurs que compléter l'œuvre de ses prédécesseurs au Venezuela. Comment s'étonner alors qu'il ait décidé de suivre la même route que Nicolás Federmann ? Jules Humbert voit dans l'errance de Hutten au pied de la Cordillère, une sorte de mystère :

  • 82 Pedro de Limpias, qui fut un compagnon de Nicolás Federmann.
  • 83 J. Humbert, L'Occupation Allemande du Vénézuéla au XVIe siècle..., op. cit., ch. 9, p. 81.

"Comment se fait-il que, suivant la même route que Federmann, chemin bien connu de Limpias82, qui s'était engagé à guider la troupe, Hutten et ses hommes aient erré pendant quatre ans et demi dans les llanos et sur les flancs de la Cordillère, sans pouvoir se frayer un sentier à travers la montagne ? Mystère qui ne s'explique que par la trahison du guide83."

  • 84 Cf. F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. 4, op. cit., ch. 11, par. 1, p. 224.

82Le Pays de Meta n'était-il pas censé se trouver au pied de la Cordillère ? Federmann ne songeait-il pas d'ailleurs à retourner dans cette région ? L'itinéraire de Philippe de Hutten prouve bien, au contraire, quelles étaient ses intentions. Mais peut-être fut-il amené à réviser sa position quand il apprit au cours de son long voyage, que les troupes d'Hernán Pérez de Quesada, le frère de l'Adelantado Gonzalo Jiménez de Quesada étaient passées par la contrée où il se trouvait. En aurait-il déduit que l'ouest de l'Amazonie était plus prometteur que la Cordillère ? Cette idée n’aurait pu que confirmer ce qu'il croyait déjà84.

83Philippe de Hutten — que les Espagnols appelaient Felipe de Utre, ou Dutre — était parti de Coro avec 150 hommes, au mois d'août 1541. Il semble que l'évêque du Venezuela, Rodrigo de Bastidas, ait eu quelque influence sur lui, et, comme le précise Jules Humbert :

  • 85 J. Humbert, L'Occupation Allemande du Vénézuéla au XVIe siècle..., op. cit., ch. 9, p. 78.

"On n’a pas manqué de blâmer sévèrement Bastidas de son intervention, et on a laissé entendre que c'était par intérêt et par ambition personnelle qu'il avait ainsi engagé Hutten dans une expédition qui devait le conduire à sa perte85.''

  • 86 Ibid., ch. 9, p. 78-79. J. Humbert ne croit pas que Bastidas ait agi par intérêt : sa fortune pers (...)

84L'évêque paraissait pourtant être à l'abri du besoin86.

  • 87 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., II, Elegía III, canto 1, p. 226 :
    "Eran mil y quinientos y (...)

85Philippe de Hutten était encore un jeune homme et Juan de Castellanos le qualifie d'"adolescent encore tendre" ("mozo tierno")87. Son expédition connut mille déboires. Il fut blessé par un indigène et périt finalement (en 1546), assassiné par Juan de Carvajal qui songeait à le remplacer à la tête du Venezuela. Seuls 12 hommes de Philippe de Hutten rentrèrent vivants à Coro. De nombreuses vies humaines avaient été sacrifiées pour rechercher le trop célèbre Pays de Meta.

6 - L'expédition de Gonzalo Jiménez de Quesada

86L'établissement des Espagnols sur la côte nord de la Colombie, alors appelée Nuevo Reino de Granada, fut long et difficile. Lorsque Gonzalo Jiménez de Quesada mit à la voile à Sanlúcar de Barrameda, en 1535, la situation de la colonie n'était pas très brillante. Cartagena de Indias venait à peine d'être fondée — en 1533 — avec le nom de San Sebastián de Calamar, et Santa Marta, plus ancienne, ne pouvait guère être considérée comme une ville remarquable. Un évêque n'écrivait-il pas au Roi, à l'époque :

  • 88 Texte cité par F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. 4, op. cit., ch. 11, par. 4, p. 236.

"Il n'est point nécessaire d'encourager la venue d'autres Chrétiens. Il est, au contraire, indispensable d'en faire partir un grand nombre, car ils vivent dans des conditions déplorables et meurent de faim88 " ?

87Ce territoire, encore mal connu, fut confié en 1535 à Pedro Fernández de Lugo qui fit de Gonzalo Jiménez de Quesada son lieutenant. Celui-ci, Andalou d'origine, avait reçu le baptême des armes en Italie. C'était donc un soldat expérimenté, à qui l'on pouvait confier une expédition. Dès le printemps 1536, Quesada se retrouva ainsi à la tête de 750 hommes pour rechercher les richesses de l'hinterland. C'était à son instigation que Pedro Fernández de Lugo avait préparé cette expédition qui devait remonter le puissant Río Magdalena. Le départ eut lieu le 5 avril : l'époque était mal choisie. Quesada, qui suivit le cours du fleuve avec 500 fantassins fut gêné par de fortes pluies et de fréquentes crues des cours d'eau gonflés par d’abondantes précipitations. Les vivres et les renforts, que des brigantins devaient apporter, manquèrent car une tempête détruisit presque tous les vaisseaux lorsqu'ils se présentèrent face à l'embouchure du Magdalena. Quatre brigantins parvinrent toutefois à rejoindre Quesada, cependant l'expédition ne put poursuivre dans de bonnes conditions. On progressait difficilement. La découverte de pains de sel et de vêtements tissés rendit l'espoir aux explorateurs qui s'imaginaient à proximité d'une zone civilisée.

88Une Relación del viaje que en 1536 hizo Gonzalo Jiménez de Quesada por el río de la Magdalena (qui figure dans la collection de documents rassemblés par Juan Bautista Muñoz) souligne que les Indiens prétendaient que ce sel provenait d'un pays très riche dirigé par un roi puissant :

  • 89 Relación del viaje que en 1536 hizo Gonzalo Jiménez de Quesada por el río de la Magdalena, RAH, co (...)

"(...) on trouva ensuite une autre sorte de sel. Il ne se présentait plus sous forme de grains comme devant, mais de pains, grands comme des pains de sucre. Son coût, chez les Indiens, baissait au fur et à mesure que nous remontions le fleuve. C'est pour cette raison, et à cause de la différence d'aspect qu'il y avait entre les deux sortes de sel, que l'on comprit clairement que si le sel en grains partait en amont du fleuve, l'autre allait vers l'aval. Il fallait donc que ce pays fût riche et d'importance vu le grand trafic de ce sel qui descendait le cours du fleuve. Et les Indiens affirmaient que ceux qui venaient vendre ce sel assuraient qu’à l'endroit où on le produisait il y avait d'immenses richesses et que c'était un pays d'importance qui dépendait d'un chef très puissant dont on faisait grand éloge (...)89 "

89Quesada, qui avait renvoyé les malades à Santa Marta sur les brigantins, décida alors de continuer pour pénétrer dans la région des hauts plateaux peuplée par les Indiens Chibchas. Le pays n'était pas de tout repos. Les caciques luttaient entre eux et Quesada avançait au milieu de cette agitation en recherchant toujours l'endroit d'où provenaient les mystérieux pains de sel. Il se retrouva ainsi sur les terres du Zipa Tisquesusa qui possédait, disait-on, un trésor extraordinaire.

90C'est Zaquesazipa, le successeur de Tisquesusa, qui s'engagea à remettre à Quesada le fameux trésor qui devait remplir toute une pièce. Les promesses du cacique ne furent pas tenues, mais ne suffisait-il pas de connaître l'existence de ces richesses pour caresser de folles espérances ?

  • 90 F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. 4, op. cit., ch. 11, par. 4, p. 241.

91Quesada songea à fonder une ville qui porterait le nom de Santa Fe. C'est alors qu'il apprit que d’autres Européens se dirigeaient vers l'endroit où il se trouvait : Sebastián de Belalcázar, parti de Quito allait le rencontrer. Quelques jours plus tard, c'est Nicolás Federmann qui arrivait à son tour. Tous trois —d'après les chroniqueurs — fondèrent alors la ville de Santa Fe de Bogotá le 6 août 1538. L'acte officiel de la fondation fut cependant daté du 27 avril 153990.

***

92En cherchant à remonter le Río Magdalena, Gonzalo Jiménez de Quesada s'intéressait lui aussi à la chimère du riche pays que les colons du Venezuela situaient vers le Sud. Les Européens des provinces de Santa Marta et Cartagena poursuivaient le même but que ceux de Coro ou de Maracapana, comme il est indiqué clairement dans la Relación del viaje que en 1536 hizo Gonzalo Jiménez de Quesada por el Río de la Magdalena :

  • 91 Autre nom de l'Orénoque.
  • 92 Relación del viaje que en 1536..., op. cit., fol. 164 v°.

"Ceux de Cartajena trouvèrent leur bonheur dans les sépultures du Cenú, où ils découvrirent de l'or en grande quantité, et ceci près de Cartajena. Mais tout cela eut une fin, comme à Santa Marta, et les uns et les autres n'eurent plus que l'espoir des découvertes que l'on pourrait faire en remontant le fleuve, à cause des informations fort encourageantes qui leur avaient été données à ce sujet par les Indiens. Non seulement par les indigènes de ces 2 gouvernements, mais aussi par ceux du gouvernement du Venezuela, colonisé par les Allemands, et par ceux d'Vrapari91 qui tenaient de certains Indiens qu'il existait une province riche et puissante appelée Meta qui, suivant la direction que montraient les Indiens, devait se trouver près de la source dudit Río Grande. Pour ces derniers, on n'y parvenait pas en suivant les berges dudit fleuve — à la différence des indications données par ceux de Santa Marta et Cartajena —, mais en traversant les terres de leur gouvernement (...)92 "

93Cette même Relación fournit de précieux renseignements sur les mœurs des indigènes et l'abondance de l'or et des émeraudes que Gonzalo Jiménez de Quesada et ses hommes constatèrent dans le pays de Bogotá.

  • 93 Ibid., fol. 171 v°.

94Elle nous apprend que les Indiens étaient très religieux ("Ils sont très religieux dans leurs égarements93 ") et que les explorateurs eurent ainsi le bonheur de découvrir plusieurs sanctuaires fort riches :

  • 94 Ibid., fol. 171 v°.

"(...) parce que, outre les temples de chaque village — ces temples que les Espagnols appellent là-bas sanctuaires — ils en ont beaucoup d'autres à l'extérieur, reliés à ces mêmes villages par de grandes routes et avenues qui mènent jusqu'aux temples. Ils ont, de plus, une infinité de chapelles isolées dans les montagnes, le long des chemins et en divers endroits. Pour tout ce qui est du culte, ils emploient beaucoup d'or et d'émeraudes (...)94 "

95Les conquistadores connurent aussi l’existence de lacs sacrés ; ce détail mérite d'être souligné :

  • 95 Ibid., fol. 172 r°-172 v°.

"(...) ils ont beaucoup de forêts et des lacs sacrés pour leur fausse religion. Et pour rien au monde ils n'oseraient y couper un arbre ni y puiser un peu d'eau. Ils vont aussi dans ces forêts faire leurs sacrifices et y enterrent de l'or et des émeraudes, car ils ont l'assurance que personne n'ira s'en emparer : les voleurs éventuels auraient peur [fol. 172 v°] de mourir sur-le-champ. Il en est de même pour les lacs destinés à leurs sacrifices. Ils s'y rendent et y jettent beaucoup d'or et de pierres précieuses qui sont perdues à jamais95."

96Ces lacs sacrés où l'on jetait des émeraudes et de grandes quantités d'or durent captiver l'attention des Européens et les éblouir. Il faut voir là un des éléments déterminants qui permirent la cristallisation du mythe de l'Eldorado. L'étrange rituel qui associait les lacs au métal précieux, renforçait le caractère mystérieux de l'or équinoxial que l'on découvrait aussi facilement. L'image du Dorado commençait à se préciser.

7 - Le Pays de la Cannelle

97Dans les régions équinoxiales il n'y avait pas que de l'or. D'autres produits de grande valeur, non moins importants, y poussaient. Des îles de l'Orient, parvenaient depuis longtemps en Europe ces épices tant recherchées qui incitèrent les navigateurs à braver les périls des mers. L'amiral Christophe Colomb — est-il besoin de le rappeler ? — s'enquit, dès le début de sa découverte, de l'existence des épices dans les Indes Occidentales. Et l'on peut dire que cette obsession fut largement partagée par tous les explorateurs du XVIe siècle qui parcoururent le continent américain. On imagine aisément l'intérêt et l'enthousiasme que manifestèrent les conquistadores du Pérou lorsqu'ils apprirent — ou crurent comprendre — que la cannelle était un produit bien connu dans l'Empire incasique. Dans une lettre écrite à Panamá — datée du 21 juillet 1533 —, Gaspar de Espinosa signalait, par exemple, à Charles Quint :

  • 96 Texte cité par D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 9, p. 243, n. 343. D'autres do (...)

"(...) ils racontent qu'il [Atahualpa] avait dit aussi qu'il se trouvait de la cannelle dans son pays, à trente jours de marche de l'endroit où ils étaient, et qu’il avait ordonné que l'on en apportât mille charges96."

98La cannelle provenait des régions équatoriales : il était naturel que l’on pensât en trouver au nord du Pérou.

99Francisco Pizarro, lorsqu'il aborda sur les côtes péruviennes, s'empressa de se diriger vers la zone centrale de l'empire, où se tenait la capitale, Cuzco. Il avait cependant pris soin de laisser à San Miguel (au nord de Cajamarca) une garnison destinée à protéger ses arrières. A la tête des troupes de San Miguel il avait nommé le capitaine Sebastián de Belalcázar (ou Benalcázar).

100Alléché par les renseignements qui lui parvenaient au sujet de la province de Quito, ce dernier décida de partir — sans en avoir reçu l'ordre — vers le territoire privilégié de l'Inca Atahualpa. La région de Quito jouissait en effet d'une réputation très flatteuse. L'or devait y être abondant et l'on ne manquerait pas d’y découvrir quelque trésor caché par Ruminahui, le général de l'Inca déchu. Il pouvait également sembler profitable de s'engager vers le Nord puisque l’on pénétrerait ainsi dans la zone équinoxiale, plus apte que toute autre à enrichir de pauvres soldats. Belalcázar partit donc à la fin de l'année 1533 et s'installa dans la province de Quito.

  • 97 Nous avons vu que Fray Marcos de Niza, le futur "héros" de Cíbola, faisait partie des membres de l (...)

101On apprit alors au Pérou que Pedro de Alvarado, le puissant et prestigieux gouverneur du Guatemala, préparait une expédition maritime et ne tarderait pas à débarquer au Pérou avec ses hommes. Alvarado était fasciné par les richesses que l'on venait d'y découvrir97. Il est intéressant de constater qu'il choisit de se diriger vers la zone équinoxiale qui était, certes, la plus proche de son point de départ et la plus éloignée du territoire contrôlé par Pizarro, mais aussi la plus prometteuse, suivant l'idée en faveur à l'époque : il pensait donc s'enrichir facilement dans ce secteur.

  • 98 "(...) porque un día u otro pensaban toparlo todo o mucha parte de ello (...)", précise G. Fernánd (...)
  • 99 Un document de la RAH (col. Munoz) — daté par erreur de 1536, alors que les faits relatés (à la fi (...)

102C'est Diego de Almagro qui fut dépêché auprès de Belalcázar pour lui annoncer l'arrivée imminente d'Alvarado : Francisco Pizarro tenait à maintenir sa domination sur une région qu’il estimait lui revenir de droit. Les troupes de Belalcázar, occupées à rechercher les trésors cachés qui, pensait-on, ne tarderaient pas à être repérés98, obéirent aux ordres de Francisco Pizarro. Belalcázar et Almagro s'unirent alors pour tenter de repousser l'intrus. L’affaire se termina au mieux et Alvarado, après avoir obtenu une indemnité de 100 000 pesos d'or pour payer les dépenses qu'il avait engagées, s'en retourna au Guatemala99. Le 28 août 1534, Almagro et Alvarado fondèrent, de concert, la ville de San Francisco de Quito qui devint la principale base de départ des explorateurs de la zone située au nord du Pérou. Ce fut à cette époque que l'on découvrit de la cannelle dans la région. Gonzalo Fernández de Oviedo précise à ce sujet :

  • 100 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 46, ch. 20, p. 115.

"C’est là que les Espagnols obtinrent les informations sur Condelumar et sa seigneurie. Ils y trouvèrent de la cannelle de bonne qualité qui avait l’aspect de la cupule du gland tout en étant plus large et presque plate et moins recoquillée que celle du gland, mais plus ouverte et presque plate, car le fruit doit être beaucoup plus grand que celui du gland100."

***

103En effet, il ne fait aucun doute que l'on obtint de la cannelle dans le pays situé à l'est de Quito. Le P. Bernabé Cobo explique :

  • 101 B. Cobo, Hist.. op. cit., vol. 1, liv. 6, ch. 47, p. 254.
    Voir aussi, à ce sujet, les explications (...)

"Dans les provinces qui jouxtent la partie orientale du diocèse de Quito et qui ne sont pas encore pacifiées, croît une grande quantité d'arbres très hauts que nous appelons canneliers parce que leur écorce et leurs feuilles sentent la cannelle. Mais ce sont les bourgeons de ces arbres que l’on tient en plus haute estime : leur saveur et leur odeur sont beaucoup plus proches de celles de la cannelle. On s'en sert dans la province de Quito en guise de cannelle. J'en ai vu et j'en ai goûté quelques-uns que l'on a apportés à Lima. Leur saveur n'est cependant pas aussi forte et prononcée que celle de la cannelle de l'Inde Orientale101."

  • 102 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 4, p. 282. Il attribue à ce végétal le nom de Laurus Indi (...)

104De nombreux auteurs signalent cette différence entre la "cannelle d'Amérique" ("canela de América"), comme l'écrit Antonio de Alcedo102, et celle d'Asie. Gonzalo Fernández de Oviedo, qui agrémente sa description d'une reproduction du végétal, précise également :

  • 103 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 9, ch. 31, p. 300. Cf., également, vol. (...)

"(...) elle ne ressemble pas à celle que nous utilisons habituellement et qui vient du Pays des épices ["Especiería"], des îles Moluques ["Maluco"] et Bornéo ["Brunei"] et de ces régions lointaines. Elle a un autre aspect et ne s'apparente à celle que nous connaissons tous que pour sa saveur et son odeur car elle n'a pas la même forme (...)103 "

105Il indique, de plus, qu'en 1540 il eut l’occasion de s'entretenir de ce sujet, à Santo Domingo, avec Sebastián de Belalcázar qui était de passage :

  • 104 Ibid., vol. 1, liv. 9, ch. 31, p. 301.

"(...) je m'entretins avec lui de cette question de la cannelle, car il fut le premier Espagnol de la province de Quito qui apprit son existence. Il me dit qu'il était bien déterminé à la voir sur les arbres qui la produisent et que, d'après les renseignements dont il disposait, elle pousse sur la rive du grand fleuve Marañón que découvrit Vicente Yáñez, et dans l'intérieur de la région de Terre-Ferme104."

***

106La découverte du Pays de la Cannelle semble avoir été l'une des préoccupations majeures de Sebastián de Belalcázar. D’ailleurs, lorsqu'il fit la déclaration précédente à Gonzalo Fernández de Oviedo, il rentrait de la métropole, et il venait d'obtenir une capitulatión — signée à Louvain le 31 mai 1540 — qui ne laisse aucun doute sur ses intentions :

  • 105 Capitulation que se tomó / con Sebastián de Benal/cáçar para el descubrimiento / de Popayán (Lobay (...)

"Item, vu votre rapport sur les informations que vous avez obtenues au sujet de certaines terres où se trouvent des épices — tout au moins de la cannelle — et comme vous avez manifesté l'intention d'œuvrer pour Notre service en partant les découvrir et que vous m'avez supplié de vous réserver perpétuellement le droit pour vous et vos successeurs, dès que vous auriez découvert ces épices, ou cannelle, de les exploiter en exclusivité, Nous nous engageons, par la présente, si vous découvriez, à vos dépens quelque épice que ce soit, ou de la cannelle, dans les limites du territoire signalé, à vous accorder le privilège, comme Nous vous l’accordons par la présente, pour vous et deux de vos héritiers qui vous succéderaient, l'un après l'autre, et que vous auriez choisis librement, ou pour toute autre personne à laquelle vous ou ces derniers auriez délégué vos pouvoirs, d'exploiter lesdites épices si vous et vos susdits héritiers ou toute autre personne à laquelle vous auriez délégué vos pouvoirs, vous soumettez à l'obligation d'apporter dans ce royaume les épices qui se trouveraient dans ledit pays que vous auriez découvert (...)105 "

107Notons, au passage, que Sebastián de Belalcázar ne semblait pas, en 1540, obsédé par le Pays de l’Eldorado, mais bien par celui de la cannelle. La capitulation qu'il obtint ne mentionne aucunement le Dorado. Elle nous permet de situer dans le temps l'apparition du mythe dans la région de Quito et d’infirmer certaines allégations car il est évident que Belalázar ne cherchait pas le Dorado avant son voyage en Espagne.

108A la suite de la grande expédition qu'il organisa en 1537 et qui le mena jusqu'à Santa Fe de Bogotá, Belalcázar fut autorisé par la Couronne à rechercher le célèbre Pays de la Cannelle. Nicolás Federmann, Gonzalo Jiménez de Quesada et Sebastián de Belalcázar s’étaient retrouvés inopinément sur le plateau de Bogotá, venant de directions différentes, mais tous trois en quête de richesses, désireux de découvrir l'or, les émeraudes, la Casa del Sol ou le Pays de Meta. Ils décidèrent alors de soumettre à la Couronne l'épineuse question de droit qui se posait. Qui pouvait prétendre avoir priorité sur les deux autres ? L'Administration devait trancher. Aussi s'embarquèrent-ils, ensemble, en 1539, pour obtenir un jugement équitable en métropole.

109Sebastián de Belalcázar relate cet épisode dans une lettre, adressée à l'Empereur, qu'il écrivit à Madrid le 20 mars 1540 :

  • 106 Sebastián de Belalcázar, Carta de Sebastián de Belalcázar al Emperador Carlos V, sobre sus descubr (...)

"Et ainsi, avec tous les moyens que j'avais réunis, avec les artisans qualifiés et les outils que j'avais à ma disposition, je fis construire deux brigantins et je descendis le cours du Río Grande de Sancta Marta [le Magdalena] en compagnie des capitaines du Venezuela et de Sancta Marta. Nous arrivâmes à Cartagena d’où nous partîmes pour venir dans ce royaume. Quand nous fûmes arrivés, j'appris que Votre Majesté était partie en Flandre. Vu l'absence de Votre Majesté, je fis un rapport complet au cardinal de Séville et aux membres du Conseil des Indes.
Je pense qu'ils ont dû en informer Votre Majesté106."

110Pendant l'absence de Sebastián de Belalcázar, occupé dans la région de Bogota, Gonzalo Díaz de Pineda fut désigné par Francisco Pizarro (le 12 janvier 1538) pour le remplacer à Quito. Díaz de Pineda organisa alors trois expéditions vers le Pays de la Cannelle. Demetrio Ramos Pérez explique à ce sujet :

  • 107 Cf. Homero Viteri Lafronte, "Gonzalo Díaz de Pineda", dans Boletín de la Academia Nacional de la H (...)
  • 108 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 9, p. 244.

"(...) Díaz de Pineda, rentrant de Lima avec le titre de sous-gouverneur, est de plus en plus fasciné par la chimère de la Cannelle. Il organise alors les trois expéditions, appelées préliminaires, qu'Homero Viteri107 fixe chronologiquement de la manière suivante : "celle qui a lieu de septembre à novembre 1538, celle qu'il organisa du 8 décembre de cette même année jusqu'au mois de février 1539 et qu'il reprit ensuite de mars à juin de la même année"108."

111Cependant les tentatives de Díaz de Pineda avaient été précédées, en 1537, par celle de Pedro de Puelles, qui recherchait lui aussi l'arbre merveilleux.

***

  • 109 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 13, déc. 6, liv. 8, ch. 6, p. 192.

112Gonzalo Díaz de Pineda — signale Antonio de Herrera — avait visité la "province de la Cannelle et des Quixos"109. Toutes ces expéditions parties à la recherche des canneliers des terres chaudes rapportaient aussi des informations sur certaines contrées mystérieuses où abondaient les métaux précieux. Derrière tout cela, bien entendu, on trouve des rumeurs comparables à celles qui avaient fait apparaître l'image du Pays de Meta. C'est-à-dire que la recherche de la cannelle se doublait d'une autre recherche non moins importante. Antonio de Herrera précise qu'au-delà de la zone que parcourut Díaz de Pineda, on situait vaguement une région, peuplée d'indiens habiles et fort riches, qui donnait beaucoup d’espoir :

  • 110 Ibid., vol. 13, déc. 6, liv. 8, ch. 6, p. 192.

"(...) et que plus loin — disait-on — se trouvaient des pays très riches où les habitants portaient des armures et des bijoux en or, et qu’il n’y avait point de chaînes de montagnes (...)110 "

113L’expédition vers le Pays de la Cannelle dirigée par Gonzalo Pizarro — le frère de Francisco Pizarro — obéissait, elle aussi, à ce double objectif qui, en fait, n’en formait plus qu'un. Gonzalo Pizarro le montre bien dans une lettre écrite à l'Empereur le 3 septembre 1542. Il emploie même le terme Dorado qui venait de faire son apparition :

  • 111 Carta de Gonzalo Pizarro al Emperador, Tomebamba 3 de septiembre de 1541, AGI, Patronat ». leg. 90 (...)

"(...) vu les importantes informations que j'obtins, à Quito et hors de cette région — tant de grands caciques très âgés, que des Espagnols —, qui confirmaient que la province de la Cannelle et du lac du Dorado était un pays très riche et très peuplé(...) je décidai de partir la conquérir et la découvrir(...)111 "

114D’après Gonzalo Fernández de Oviedo, qui paraît bien informé sur les questions qui touchent à la région nord de l’Amérique du Sud, Gonzalo Pizarro aurait été envoyé à Quito par son frère car Belalcázar se serait montré un peu trop indépendant :

  • 112 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 236.
    L'assimilation entre (...)

"Le marquis Don Francisco Pizarro, apprenant que Benalcázar était parti de Quito sans son autorisation, envoya là-bas son frère, le capitaine Gonzalo Pizarro, qui prit le commandement de cette ville de Sanct Francisco et d’une partie de cette province et décida en cet endroit de s'engager dans l'expédition de recherche de la cannelle et d'un grand prince, appelé el Dorado, renommé en ces lieux pour sa grande richesse112."

115Cette version des faits est confirmée par Antonio de Herrera. Si le chroniqueur parle d'un abus de pouvoir de la part de Francisco Pizarro (qui, juridiquement, ne pouvait céder que la totalité du territoire qu'il gouvernait), il précise également :

  • 113 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 13, déc. 6, liv. 8, ch. 6, p. 192.

"Comme Gonzalo Pizarro s'était tranquillement adjugé le gouvernement, il semblait que l'on avait placé suffisamment d'obstacles sur la route de Sebastián de Belalcázar pour gêner son retour, après avoir obtenu en Castille la Charge d’administrateur de ces provinces. Car le Marquis était bien décidé à ne laisser personne — avec ou sans décret royal — gouverner un pouce de ce Nouveau Monde, ainsi qu'il le démontra avec Don Diego de Almagro et Don Diego de Alvarado113."

116On comprend alors que Belalcázar n'ait pas hésité — après l'épisode de Santa Fe de Bogota — à se rendre en Espagne pour obtenir la confirmation officielle de ses droits.

117Gonzalo Pizarro partit de Quito en février (ou mars) 1541, accompagné de 200 soldats et de 4 000 Indiens. Il franchit la cordillère orientale et parvint, au terme d'une marche pénible, dans la vallée de Zumaco, à environ 170 km de son point de départ. Là, Francisco de Orellana — le fondateur de Santiago de Guayaquil — se joignit à lui. Ils suivirent le cours du Río Coca qui se jette dans le Río Napo, lui-même affluent important de la rive gauche du fleuve des Amazones (alors appelé Río Marañón). Les vivres commençaient à faire cruellement défaut et l'on pensa — les renseignements donnés par les indigènes furent, semble-t-il, déterminants — qu'un détachement pourrait partir vers l'aval, sur le Río Coca, pour aller chercher du ravitaillement dans des zones plus favorables. Francisco de Orellana prit la tête d’une poignée d’hommes qui connurent avec lui une aventure exceptionnelle : ils réussirent à traverser le continent, d’Ouest en Est en naviguant sur le fleuve des Amazones. Laissons là Orellana que nous aurons l’occasion de retrouver dans l’un des chapitres suivants et voyons ce qui advint de Gonzalo Pizarro et de ses troupes.

  • 114 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 239. Mais Fernández d (...)
  • 115 Ibid., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 239.
  • 116 Ibid., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 239.

118Pizarro avait découvert quelques canneliers dans la région qu'il parcourut. Cependant sa situation devint précaire. Il ne disposait d'aucun ravitaillement et Francisco de Orellana ne revint pas vers lui. Comme ce dernier s'était embarqué, semble-t-il, avec toutes les munitions disponibles, Pizarro ne pouvait même pas se défendre en cas d'attaque114. "Il fut dupé", souligne Gonzalo Fernández de Oviedo115. Gonzalo Pizarro et ses hommes rentrèrent à Quito dans un état pitoyable : selon Fernández de Oviedo, sur le chemin du retour, ils durent sacrifier pour se nourrir des chevaux et même des chiens ("plus de cent chevaux et de nombreux chiens qu'ils emmenaient avec eux116 "). Le chroniqueur des Indes, qui tire ses informations de certaines lettres (écrites à Popayán le 13 août 1542) qu'il avait pu lire dans la ville de Santo Domingo, conclut le récit de cette malheureuse expédition en indiquant :

  • 117 Ibid., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 239.

"On écrit aussi que l'on assurait que Gonzalo Pizarro s'était établi quelque part et qu'il faisait accroire qu'il était dans le besoin pour regrouper des hommes et des chevaux, et que son retour à Quito n’avait d'autre but que de prendre connaissance des projets du président Vaca de Castro et de Don Diego de Almagro. Mais l'on pensa plutôt que ce capitaine Gonzalo Pizarro était rentré en piteux état, car sur les deux cent trente hommes qu'il emmena, il n'en rentra que cent, misérables et malades pour la plupart. Ces derniers, et ceux qui s'échappèrent par le fleuve avec Francisco de Orellana sont les seuls survivants. Les autres périrent. Selon toute vraisemblance ils étaient plus de quatre-vingt-sept (...)117 "

119Et Fernández de Oviedo ne compte pas les Indiens qui accompagnaient Gonzalo Pizarro ! Il est tout de même remarquable que des rumeurs concernant une colonie que Pizarro aurait prétendument fondée dans le Pays de la Cannelle, aient couru à Popayán. Voilà comment l'imagination des Européens, avivée par le désir de s'enrichir et le goût du mystère, pouvait leur suggérer de nier l'évidence et de fermer les yeux sur une triste réalité !

120Les échecs répétés ne pouvaient cependant effacer l'idée qu'un riche pays devait, un jour ou l'autre être découvert sur les contreforts orientaux du nord de la cordillère des Andes.

No 31 - Détail (partie Est) de la carte du Venezuela insérée dans l'Histoire du Nouveau Monde de Jean de Laet (Leyde, 1640).

No 32 - Tierra Firme et le Nuevo Reino de Granada (Royaume de Nouvelle-Grenade). Carte de l'Histoire du Nouveau Monde de Jean de Laet (Leyde, 1640).

No 33 - "La Canela" (Pays de la Cannelle), au sud-est de Quito, sur une carte de Guillaume de l'Isle (Amsterdam, 1726),

Notes

1 Cf. supra, ch. 21, par. 3.

2 Certains l'appellent aussi Dabaiba ou Dobaiba. Une ville de Colombie située dans le département d'Antioquia, au nord-ouest de Medellín, porte encore de nos jours le nom de Dabeiba.

3 V. Núñez de Balboa, Carta dirigida al Rey... (20-1-1513), op. cit., p. 218.

4 Ibid., p. 219 : "(...) señalan los indios que son del tamaño de naranjas y como el puño, y piezas segund señalan a manera de planchas llanas."

5 Ibid., p. 219.

6 Cf. Vasco Núñez de Balboa, Carta dirigida al Rey por Vasco Núñez de Balboa, desde Santa Maria del Darién, a 16 de octubre de 1515, informándole de varias acontecimientos y del gobierno de Pedrarias Dávila, dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., t. 2, Establecimientos (...) Darién, doc. no 5, p. 227.

7 Cf. P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 3, ch. 4, p. 241. A. de Alcedo signale cependant que le nom Dabaiba désigne un fleuve imaginaire. Cf. A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 2, p. 3 (art. "Dabaiba") :
"Dabaiba : Río imaginario y fabuloso, que algunos viajeros han fingido en las montanas de Abide ; pero entre los muchos que nacen y bajan de aquella cordillera no hallamos ninguno con este nombre en las cartas antiguas y modernas de los mejores geógrafos."

8 Ceci est fréquent dans la région. Un cacique s'appelait Bogota et le Dorado, comme nous le verrons, fut à la fois le nom d'un Indien et du pays où il vivait.

9 L.-X. Eyma, Légendes, Fantômes et Récits du Nouveau Monde, op. cit., t. 1,1, liv. 1, ch. 5, p. 23.

10 Ibid, t. 1,1, liv. 1, ch. 5, p. 23 :
"Une autre tradition n'attribuait pas une origine divine, mais une sagesse surhumaine à la reine de Dobayba, ce qui lui mérita, après sa mort, les honneurs d'un temple où les caciques se rendaient en pèlerinage des points les plus éloignés, y apportant des présents en or d'une magnificence rare. Ainsi en avait-il été de génération en génération, depuis des siècles, en sorte que les murs du temple ruisselaient d'or, disait-on.”

11 A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., II, liv. 2, ch. 15, par. 996, p. 233-234.

12 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 29, ch. 10, p. 247.

13 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 3, ch. 77, p. 352.

14 Ibid., vol. 2, liv. 3, ch. 77, p. 352. Cf., également, A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 4, déc. 2, liv. 2, ch. 14, p. 147.

15 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 29, ch. 10, p. 247.

16 Cf. Docteur Saffray, "Voyage à la Nouvelle Grenade (1869)", dans Le Tour du Monde, 2e semestre 1872, p. 130 (ch. 4, Province d'Antioquia).

17 Mircea Eliade, Forgerons et Alchimistes, Paris, Flammarion, 1977 (Nouvelle édition corrigée et augmentée), col. "Champs" no 12, ch. 4, p. 37.
Le capitaine P. Mariño de Lobera (Crónica, op. cit., liv. 1, part. 2, ch. 21, p. 278) exprime clairement cette opinion à propos des mines chiliennes :
"Tienen una propriedad maravillosa estas minas ; y es que aunque se saque tanto de ellas que las dejen apuradas y sin rastro de oro, con todo eso si vuelven a ellas a cabo de algún tiempo como de seis meses, se halla mucho de nuevo engendrado, por donde se ve claro que la tierra lo produce ordinariamente, y se cria como en otras tierras las plantas (...)“

18 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 3, ch. 8, p. 316.
A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 3, ch. 15, p. 247-248, s'exprime sur ce sujet en des termes identiques :
"Los metales son como plantas escondidas en las entranas de la tierra, con su tronco y ramos, que son las vetas que en cierta manera parece, que a semejanza de plantas van creciendo, no porque tengan vida interior, sino que de tal manera se producen en las entranas de la tierra por la voluntad del Sol y de los planetas, que con el tiempo se van acrecentando ; y así como los metales son como plantas escondidas en la tierra, las plantas son animales firmes en un lugar, sustentadas del alimento que la naturaleza les produce en su nacimiento (...)"

19 Doctor Juan de Cárdenas, Problemas y secretos maravillosos de las Indias par el Doctor Juan de Cardenas. Obra impresa en Mexico, por Pedro Ocharte, en 1591 y ahora editada en facsimil, Madrid, Ediciones Cultura Hispánica, 1945, Colección de Incunables Americanos, siglo XVI, volumen IX, liv. 2, ch. 1, fol. 83 v°-84 r°

20 B. Cobo, Hist., op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 34, p. 136.

21 Robert de Berqven, Les Merveilles des Indes Orientales et Occidentales, ov Nouueau Traitté des Pierres precieuses & Perles, contenant leur vraye nature, dureté, couleurs & vertus (...), Par Robert de Berqven Marchand Orpheure à Paris. A Paris. De l'Imprimerie de C. Lambin ruë vieille Draperie, proche le Palais, à l'Image Sainct Martin. (...) M. DC. LXI. Avec privilege dv Roy., ch. 16, p. 92.

22 Nicolas Boileau Despréaux, Discours au Roi (1665), dans Œuvres Complètes de Boileau accompagnées de Notes historiques et littéraires et précédées d'une Etude sur sa vie et ses ouvrages par A. Ch. Gidel (...), Paris, Garnier Frères, Libraires-Editeurs, t. 1 (1870), p. 41.

23 La question était toujours discutée au XVIII e siècle. Le P. Benito Jerónimo Feijoo écrit dans le Discurso 14 (Paradojas Físicas, paradoja XI) de son Teatro Crítico, op. cit., t. 2, p. 220 :
"Muchos son los filósofos que conciben al Sol como a un agente universal, sin cuyo concurso no se produce cosa alguna en todo el vasto imperio de las regiones sublunares." Et il ajoute, qu'il ne cherche qu'à
"(...) probar que no alcanza la actividad del sol a producir los metales y especialmente la plata y el oro, que es quien comúnmente se reputa por su más legítimo hijo."

24 C. Colon, Primer Viaje, op. cit., p. 116 (Miércoles 21 de noviembre).

25 Mossén Jaume Ferrer de Blanes, Letra de Mossén Jaume Ferrer feta al Almirante de las Indias Christofol Colón : es letra de molta doctrina y de mirable intelligencia e practica. Al Muy Magnífico y Spetable Señor el Señor Almirante de las Indias, en la gran isla de Cibau (Burgos, 5VIII-1495), dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 1, II - Documentas de Colon y de las primeras poblaciones, doc. no LXVIII, p. 362.

26 Obispo de Palencia, Carta (de Inspruch [Innsbruck] a último de Nouiembre de 1551), AHN, Diversos. Documentas de Indias, no 112.

27 D. Bemardo de Vargas Machuca, Milicia y Descripción..., op. cit., vol. 2, p. 166.

28 A. Thevet, Cosmogr., op. cit., ch. 16, p. 227.
L'or africain transitait en particulier par la forteresse portugaise de São Jorge da Mina qui se trouvait sur la côte de Guinée.

29 Il s'agit du Traslado de la carta que el Cardenal de Sevilla escrivió a Samano intégré dans le document intitulé Memorandum of the Councils of State and of the Indies (antérieur au 26-VI-1541), dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. no CLXIII, p. 325. Ce doc., également transcrit par Buckingham Smith, Colección..., op. cit., t. 1, p. 109-111, est tiré de l'AGI (ancienne cote : Est. 2, Caj. 5, leg. 1/22, no 13).

30 J. F. Lagarto, Letter from Lagarto to John the Third, King of Portugal, op. cit., p. 78-79.

31 Encyclopédie..., op. cit., t. 23 (1778), art. "Or", p. 804-805.

32 Cf. Vicente Blasco Ibáñez, En busca del Gran Kan (Cristóbal Colon), dans Obras Completas, t. 3, Madrid, Aguilar, 1961 (4e éd.), parte 1a ch. 3, p. 1230 :
" "Donde hay negros hay oro" afirmaban sabios y navegantes, estableciendo una relación directa entre el sol cáustico que abrasaba la piel de los hombres hasta darle el color del ébano y calcinaba al mismo tiempo los pedruscos de las entrañas del suelo convirtiéndolos en aurífero metal."

33 P. J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 4, ch. 5, p. 94.

34 Cf. Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Sumario de la Natural Historia de las Indias, por Gonzalo Hernandez de Oviedo y Valdés ; dirigido d la Sacra, Católica, Cesárea y Real Majestad del Emperador Nuestro Senor, dans Historiadores Primitivos de Indias, op. cit., t. 1, ch. 82, p. 510 :
"Digo mas, que cuanto mas ha corrido el oro desde su nacimiento hasta donde se halló, tanto mas esta liso y purificado y de mejor quilate y subido, y cuanto mas cerca està de la mina ó vena donde nasció, tanto mas crespo y áspero le hallan y de menos quilates (...)”

35 Ameilhon, Premier mémoire sur la métallurgie des Anciens. Exploitation des mines d'or. Par M. Ameilhon, dans Mémoires de Littérature tirés des registres de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 46 (1793), p. 483.

36 B. Cobo, Hist., op. cit., vol. I, liv. 3, ch. 34, p. 136.

37 Á. Núñez Cabeza de Vaca, Comentarios..., op. cit.. II, ch. 53, p. 578.

38 Cf. Jules Humbert, Les Origines Vénézuéliennes. Essai sur la Colonisation Espagnole au Vénézuéla (...) Thèse principale pour le Doctorat ès Lettres. Présentée à la Faculté des Lettres de l'Université de Paris (...), Bordeaux, Feret & Fils, Lyon, Henri Georg, Marseille, Paul Ruat, Montpellier, C. Coulet, Toulouse, Edouard Privat, Madrid, Murillo, Paris, Albert Fontemoing, 1905, liv. 2, ch. 1, p. 31-33.
Juan de Ampués est également nommé Juan de Ampiés.

39 En fait les Welser d'Augsbourg administrèrent officiellement le Venezuela jusqu'en 1556. Mais au cours des dix dernières années, ils n’eurent aucune influence sur la gestion du pays.

40 Cf. Jules Humbert, L'Occupation Allemande du Vénézuéla au XVIe siècle..., op. cit., ch. 1, p. 3-13.
J. Humbert analyse longuement un doc. de l'AGI (ancienne cote : Est. 1, caj. 1, leg. 1/27, ramo 7) intitulé : Asiento original que el Rey hizo con Enrique Yngery Gerónimo Sailer, alemanes, sobre ir a conquistar la provincia de Venezuela. Il fait remarquer que le nom des Welser n'y est pas mentionné et développe sa thèse en s’appuyant sur certaines idées déjà exprimées par Konrad Habler, "Eine deutsche Kolonie in Venezuela", dans Historisches Taschenbuch von Raümer, Leipzig, 1890, p. 207.

41 Ibid., ch. 1, P-5.

42 Le doc., conservé à l’AGI (ancienne cote : Est. 1, caj. 1, leg. 1/27, ramo 12 : Descubrimientos, descripciones y poblaciones tocantes al nuevo Reyno de Granada (años 1526 a 1591)), est intitulé : Capitulation sobre descubrir, conquistar y poblar límites de Venezuela, encomendadas a Bartolomé y Antonio Velzar. Cf. Jules Humbert, L'Occupation Allemande du Vénézuéla au XVIe siècle..., op. cit., ch. 1, p. 13, n. 2.

43 A. de Herrera signale que l’intention première d’Alfinger et de Sailer était d’exploiter les mines. Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 8, déc. 4, liv. 4, ch. 8, p. 244 :
"(...) y habiendo Enrique Alfinger y Jerónimo Sayller, alemanes, en nombre de los Belzares [Welser], sus principales, entendido que en aquella parte que confina con la provincia de Santa Maria había una muy rica tierra, de la cual se podía sacar mucho provecho, porque en ella se habían descubierto muchas minas, se ofrecieron de servir al Rey (...)"
Il indique également (p. 245), que des experts allemands des mines devaient faire partie de l’ex pédition :
"Obligáronse también de llevar, dentro de este término, cincuenta alemanes para todas las Indias, maestros mineros que supiesen conocer las venas del oro, plata y otros metales (...)"

44 Federmann explique, dans le récit de son premier voyage au Venezuela :
"El segundo día de octubre de mil quinientos veintinueve, yo, Nicolas Federmann el joven, de Ulm, embarqué en Sanlúcar de Barrameda, puerto de la provincia de Andalucía en España. Iba nombrado por el senor Ulrich Ehinger en nombre de los senores Bartolomé Welser y Compañía, Capitán al mando de ciento veintitrés soldados espanoles y de veinticuatro mineros alemanes a quienes debfa yo conducir a tierras de Venezuela, situadas en el gran mar Océano y cuyo gobiemo y dominio ha concedido Su Magestad Imperial a dichos Welser, mis senores."
Cf. Nicolás Federmann, Relación del primer viaje a Venezuela, dans N. Federmann et Ulrico Schmidl, Alemanes en América, op. cit., ch. 1, p. 43.
La relation de Federmann a également été publiée en français par H. Temaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., vol. 1, avec le titre : Belle et agréable narration du premier voyage de Nicolas Federmann le Jeune, d'Ulm, aux Indes de la Mer Océane, et de tout ce qui lui est arrivé dans ce pays jusqu'à son retour en Espagne, écrite brièvement, et divertissante à lire. Haguenau. 1557.

45 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 10, ch. 7, p. 299.

46 N. Federmann, Relaciôn del primer viaje a Venezuela, op. cit., ch. 3, p. 57.

47 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 1, p. 8.

48 Cf. J. Humbert, L'Occupation Allemande du Vénézuéla au XVIe siècle..., op. cit., ch. 4, p. 30.

49 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 2, p. 12.

50 Cf. Demetrio Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., p. 85-86, n. 88.

51 Ibid., ch. 2, p. 18-28. D. Ramos Pérez signale qu’une sorte de contribution aux investissements nécessaires pour le Río de la Plata aurait néanmoins été imposée à Ordás. Il fallait donc qu’il éprouvât une attirance très forte pour la région équinoxiale !

52 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., 1, Elegía IX, canto I, p. 81.

53 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 24, ch. 2, p. 389.

54 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 10, ch. 9, p. 309.

55 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 24, ch. 3, p. 392, précise :
"Este nombre Huyapari que los cristianos dan a este famoso río, hobo origen de los cristianos que con el piloto Joan Bono de Quejo habían ido a le descubrir desde Cubagua, que le llamaron así mucho tiempo antes que el capitán Diego de Ordaz se ocupase en esta empresa. Pero el nombre de este río propriamente, es llamado por los indios naturales de aquella tierra e Costa, Urinoco. Pero no obstante aquesta verdad, porque habemos de seguir la relación de esta gente militar, y ellos le nombran Huyapari, entended letor que donde se dijere Huyapari, es Urinoco."

56 Fray Pedro de Aguado, Recopilación Historial de Venezuela, Estudio preliminar de Guillermo Morón, Caracas, Academia Nacional de la Historia - Fuentes para la Historia Colonial de Venezuela, 1963, Biblioteca de la Academia Nacional de la Historia, no 62-63, t. 1, liv. 4, ch. 10, p. 400.

57 Ibid., t. 1, liv. 4, ch. 16, p. 427. Fray Pedro de Aguado précise :
”(...) y conociendo queera oro después de haberle estregado y olido (...)"

58 Ibid., t. 1, liv. 4, ch. 16, p. 427.

59 Ibid., t. 1, liv. 4, ch. 16, p. 427.

60 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 24, ch. 7, p. 409-410.

61 Jerónimo de Ortal [Dortal], Carta al Emperador, de Jerónimo de Ortal, Gobernador en el Golfo de Paria. Cubagua, 24 de diciembre de 1534, RAH, col. Muñoz, t. 62, fol. 82 r°.

62 Ibid., fol. 82 r°.

63 Cf. Géronimo Ortal, [Carta] Al Emperador. Cubagua, 12 [de] septiembre [de 15] 35, RAH, col. Munoz, t. 62, fol. 135 v°, où il déclare :
"(...) pues he hecho comprima con Sedeño para / buscar esta provincia de Meta. Aunque temo no quiera cumplirla (...)”
Cf., également, Gerónimo Dortal, [Carta] Al Emperador. Deste asiento y real de Neveri en la Tierra Firme, 30 [de] Noviembre [15]35, RAH, col. Munoz, t. 62, fol. 136 v° :
"Ya dige que havía hecho compañía con Sedeno por la jornada de / Meta. Ya ha comenzado a enbiar caballos i gente, i a él espe/ro cada día, aunque me dicen de algunas cautelas suyas. Vuestra Magestad / provea como no tengamos pendencias."

64 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 24, ch. 8, p. 411.

65 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 11, déc. 5, liv. 7, ch. 1, p. 100.

66 Cf. Fr. P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., t. 2, 4" Noticia, ch. 4, par. 3, p. 20 ; 4e Noticia, ch. 20, par. 2, p. 84 et 5e Noticia, ch. 1, par. 2, p. 124.

67 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 11, déc. 5, liv. 10, ch. 16, p. 395.

68 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dom., op. cit., I, liv. 6, p. 453.

69 De larges extraits de l'acte de nomination d'Hohermuth sont publiés par J. Humbert, L'Occupation Allemande du Vénézuéla au XVIe siècle..., op. cit., ch. 7, p. 54, n. 1.

70 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 10, p. 35.

71 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 11, p. 37.

72 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 11, p. 37.

73 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 11, p. 38.

74 Cf. F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. 4, op. cit., ch. 11, par. I, P-223.

75 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 17, p. 50.

76 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 17, p. 50.

77 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 17 et 18, p. 48-53. Le titre du ch. 17 (p. 48) est le suivant :
"Cómo el capitán Fedreman, teniente del gobernador Jorge Espira, fué a poblar por su mandado al cabo de la Vela, y desde allí, sin su licencia, entré la tierra adentro, y después, al cabo, se fué a España, e de lo que se supo por su carta misiva que él escribió a esta cibdad de Sancto Domingo a un amigo suyo, vecino e regidor de aquí ; y se cree que fué muy rico."
Federmann écrivait à Francisco Dávila, regidor de la ville de Santo Domigo, qui était un de ses amis.

78 Ibid., vol. 3, liv. 25, ch. 18, p. 52.

79 La région de Bogotá.

80 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 18, p. 52. Voir, à ce sujet, les commentaires que propose D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 6, p. 136.

81 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 13, p. 417.

82 Pedro de Limpias, qui fut un compagnon de Nicolás Federmann.

83 J. Humbert, L'Occupation Allemande du Vénézuéla au XVIe siècle..., op. cit., ch. 9, p. 81.

84 Cf. F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. 4, op. cit., ch. 11, par. 1, p. 224.

85 J. Humbert, L'Occupation Allemande du Vénézuéla au XVIe siècle..., op. cit., ch. 9, p. 78.

86 Ibid., ch. 9, p. 78-79. J. Humbert ne croit pas que Bastidas ait agi par intérêt : sa fortune personnelle en serait la meilleure preuve. C'était le fils de l'un des premiers découvreurs du Nouveau Monde.

87 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., II, Elegía III, canto 1, p. 226 :
"Eran mil y quinientos y cuarenta
Cuando Filipe de Uten, mozo tierno,
Puso sobre sus hombros el gobierno."

88 Texte cité par F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. 4, op. cit., ch. 11, par. 4, p. 236.

89 Relación del viaje que en 1536 hizo Gonzalo Jiménez de Quesada por el río de la Magdalena, RAH, col. Munoz, t. 24, fol. 166 r°.

90 F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. 4, op. cit., ch. 11, par. 4, p. 241.

91 Autre nom de l'Orénoque.

92 Relación del viaje que en 1536..., op. cit., fol. 164 v°.

93 Ibid., fol. 171 v°.

94 Ibid., fol. 171 v°.

95 Ibid., fol. 172 r°-172 v°.

96 Texte cité par D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 9, p. 243, n. 343. D'autres documents cités dans la même note, semblent confirmer ce renseignement.

97 Nous avons vu que Fray Marcos de Niza, le futur "héros" de Cíbola, faisait partie des membres de l'expédition de Pedro de Alvarado. Cf. supra, ch. 22, par. 3.

98 "(...) porque un día u otro pensaban toparlo todo o mucha parte de ello (...)", précise G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 46, ch. 19, p. 113.

99 Un document de la RAH (col. Munoz) — daté par erreur de 1536, alors que les faits relatés (à la fin du doc.) incitent à penser qu'il est postérieur à 1539 — donne d’intéressantes précisions sur ce qui se passa lors de l'arrivée de Pedro de Alvarado. Ce texte appartient au t. 62, fol. 299 r°-301 r°.
C'est une copie, signée par Munoz, d'un doc. tronqué qui a été enregistré avec le titre : Relación de incidente entre Almagro y Alvarado, y expedición de Benalcázar, 1536.
D'après cet écrit, Almagro et Belalcázar auraient réussi à attirer dans leur camp les hommes d’Alvarado grâce à un stratagème ingénieux (fol. 299 r°) :
"(...) i como el Capitán Venalcázar i Almagro tuviesen me/nos gente, usaron de un aviso que fue mandar a las puer/tas de los ranchos poner piedras de moler maíz i hacer pan / i chicha, i mandó matar muchas ovejas i carneros de la / tierra, i como los contrarios viesen la abundancia de comida / i servicio se comenzaron a pasar a la parte de el Capitán / Venalcázar, i visto esto por D. Pedro de Alvarado, trató de / conciertos, i fue que le pagasen dos navíos i un galeón que / dexava en el puerto, i el gasto que havía hecho con los sol / dados que traía, i que se bolvería a Guatimala de do havía / salido."

100 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 46, ch. 20, p. 115.

101 B. Cobo, Hist.. op. cit., vol. 1, liv. 6, ch. 47, p. 254.
Voir aussi, à ce sujet, les explications de Nicolás Monardes, Hist. Médicinal, op. cit., 3e part., fol. 98 r°-99 r°, que nous reproduisons dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no 1, doc. no 12, p. 1048-1050.

102 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 4, p. 282. Il attribue à ce végétal le nom de Laurus Indica. La cannelle de Ceylan est le Cinnamonum Zeilanicum, celle de Java, le Cinnamonum Burmani, et celle de la Chine, le Cinnamonum Cassia. Cf. A. de Herrera, Historia Gen., op. cit., vol. 1, Descripcíon de las Indias Occidentales, ch. 18, p. 140, n. 142.
Voir également, Licenciado Salazar de Villasante, Relation General de las poblationes españolas del Perú hecha por el Licenciado Salazar de Villasante (1571 ou 1572), dans Relaciones Geográficas de Indias - Perú, op. cit., t. 1, p. 140.
Juan de Villagutierre, Hist., op. cit., liv. 3, ch. 12, p. 223, laisse entendre que l'on aurait pu trouver de la cannelle au Chili :
"Y con que también dijésemos algo por lo menos de los embustes, brujerías, supersticiones y otros desusados modos, con que los indios de Chile perseguían por estos tiempos las vidas de los pobres cristianos y en especial en el valle de Arauco ; llegando a tanto la fuerza de sus hechizos, que sólo con un canelo que llaman ellos, que debe ser palo de árbol de canela o parecido, que mojaban en cierto licor, que confeccionaban de cosas venenosas por arte del demonio se hacían invisibles, y pasaban de partes distintas a otras ; y sin mas que disparar el canelo, que solo arrojaba de sí una como chispa de fuego, mataban al que querían, aunque estuviese entre muchos, y se volvían, sin ser sentidos.''

103 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 9, ch. 31, p. 300. Cf., également, vol. 5, liv. 49, ch. 3, p. 240.

104 Ibid., vol. 1, liv. 9, ch. 31, p. 301.

105 Capitulation que se tomó / con Sebastián de Benal/cáçar para el descubrimiento / de Popayán (Lobayna, 3I-V-1540), AGI, Indiferente General, leg. 415, fol. 243 r° (ou 235 r°).
Ce doc. a été publié dans CODOIN, vol. 23, p. 33-54 (Il est daté de Madrid, 31-V-1540).

106 Sebastián de Belalcázar, Carta de Sebastián de Belalcázar al Emperador Carlos V, sobre sus descubrimientos en América. (Madrid, 20-111-1540), BNM, Ms. no 18.633/15, fol. 1 r°. Nous reproduisons intégralement ce document dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no l, doc. no 13, p. 1051-1052.
Signalons aussi l'existence à l'AGI, Justicia (Autos vistos en el Consejo de Indias - Audiencia de la Contratación de Sevilla), leg. 1160 (Ynformaciones y Probanzas, año de 1550 a 1572), d'un doc. daté de''Sevilla... Año de 1550'', intitulé : Información de servicios / del Adelantado Don Sebastián / de Velalcázar, residente en Yndias / en la provincia de Popayán, qui apporte quelques précisions intéressantes sur la carrière de Belalcázar.

107 Cf. Homero Viteri Lafronte, "Gonzalo Díaz de Pineda", dans Boletín de la Academia Nacional de la Historia (Quito), no 100 (1962), p. 200-220.

108 D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 9, p. 244.

109 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 13, déc. 6, liv. 8, ch. 6, p. 192.

110 Ibid., vol. 13, déc. 6, liv. 8, ch. 6, p. 192.

111 Carta de Gonzalo Pizarro al Emperador, Tomebamba 3 de septiembre de 1541, AGI, Patronat ». leg. 90, ramo 8, no 11. Nous utilisons ici la transcription de D. Ramos Pérez, El mito del Dorado..., op. cit., ch. 10, p. 288.

112 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 236.
L'assimilation entre la Canela et le Dorado, apparaît ensuite fréquemment, par exemple dans le doc. suivant qui se trouve à l'AGI, Patronato, leg. 114, no 1, ramo 3 : Otra [información] de los [méritos y servicios] de Estevan Rodríguez Cabeza de Baca en el descubrimiento y conquista de la provincia de los Quijos y Zumaco, y la Canela, o el Dorado, con el Gobernador Gonzalo Pizarro (1566).

113 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 13, déc. 6, liv. 8, ch. 6, p. 192.

114 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 239. Mais Fernández de Oviedo, qui ajoute qu'Orellana aurait emporté "mucha riqueza de oro e piedras", ne donne pas ces renseignements pour sûrs. Il précise : "Si esto fué asl, como estas cartas dicen, adelante con el tiempo se sabrá.''Soulignons que ces lignes furent écrites dans l'avant-dernier livre de l'ouvrage.

115 Ibid., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 239.

116 Ibid., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 239.

117 Ibid., vol. 5, liv. 49, ch. 2, p. 239.

Table des illustrations

Légende No 31 - Détail (partie Est) de la carte du Venezuela insérée dans l'Histoire du Nouveau Monde de Jean de Laet (Leyde, 1640).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47960/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende No 32 - Tierra Firme et le Nuevo Reino de Granada (Royaume de Nouvelle-Grenade). Carte de l'Histoire du Nouveau Monde de Jean de Laet (Leyde, 1640).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47960/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende No 33 - "La Canela" (Pays de la Cannelle), au sud-est de Quito, sur une carte de Guillaume de l'Isle (Amsterdam, 1726),
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47960/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 555k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search