Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume II

Chapitre XXVII. Le rayonnement de la civilisation incasique

Texte intégral

1 - Le prestige d'un vaste empire

1Toutes les données concernant la Sierra de la Plata et le territoire contrôlé par le célèbre Rey Blanco avaient été obtenues grâce aux indigènes qui vivaient à l'est de la cordillère des Andes. Or, ces renseignements, plus ou moins précis, que les Européens engrangeaient avec avidité, correspondaient à une réalité que dans les premiers temps les explorateurs ne connaissaient pas encore. L'Empire des Incas était ignoré des découvreurs du Brésil. Vasco Núñez de Balboa ne révéla qu'en 1513 l'existence de la mer du Sud. Le Río de la Plata avait déjà été visité, plusieurs années avant que les soldats de Cortés pussent contempler les merveilles de l'Empire aztèque et bien avant que Francisco Pizarro ne fût ébloui par celles de l'Empire des Incas. En Amérique du Sud, l'imagination pouvait se donner libre cours sur les rivages de l'Atlantique car aucun Européen n'avait, dans les premières années de la découverte, la possibilité d'établir la relation entre les récits des indigènes et ce qui existait vraiment près des côtes du Pacifique.

2Mais plus surprenante est l'attitude des explorateurs qui se présentèrent quelques années plus tard. Álvar Núñez Cabeza de Vaca n'avait-il point entendu parler de l'Empire des Incas ? Domingo Martinez de Irala, qui envoya Nuffio de Chaves auprès du gouverneur La Gasca, ignorait-il l'existence du Pérou ? Et cependant les conquistadores s'obstinèrent et recherchèrent activement la Sierra de la Plata ! C’était, assurément, une chimère qu'ils poursuivaient. Seuls comptaient pour eux les récits des Indiens de la zone tropicale.

3Toutefois ces derniers ne mentaient pas. Ils rapportaient simplement, à leur manière, l'existence du puissant empire situé à l'Ouest. Les renseignements qu'ils communiquaient étaient toujours concordants. Ils savaient que l'on pouvait atteindre, très loin, un État puissant et traduisaient cela en évoquant un souverain extraordinaire qui ne ressemblait aucunement à leurs chefs. Ce roi vivait dans les montagnes ; c'était là un élément étonnant pour les tribus des plaines. Ils étaient aussi informés que cet empire produisait du métal, surtout de l'argent — le métal blanc par excellence — même si les outils ou les bijoux qu'ils pouvaient acquérir étaient parfois d'or ou de cuivre. La montagne était donc, pour eux, une montagne d’argent. C'est ainsi que l'on percevait l'Empire des Incas dans les contrées situées entre les Andes et l'Atlantique.

4L'éloignement de certaines tribus ne permettait pas que celles-ci eussent une idée précise de ce qui existait dans la Cordillère, mais l'essentiel subsistait : le roi puissant, les montagnes, le métal blanc. Que pouvaient raconter d'autre les Indiens des régions côtières ? Dans l'hinterland, cependant, les renseignements étaient plus étoffés : les indigènes de l'Ouest avaient parfois des rapports directs avec ceux de la Cordillère et ils étaient même dans certains cas très menaçants pour les Incas. D'ailleurs, comme le signale Henri Favre :

  • 1 Henri Favre, Les Incas, Paris, P.U.F., 1972, col. "Que sais-je ?" no 1504, ch. 2, par. 3, p. 27-28 (...)

"A l'est [de l'Empire], une ligne de fortifications les protégeait contre les incursions des indomptables et prédatrices tribus sylvicoles de l'Amazonie qui tentaient sporadiquement de remonter le versant des Andes et de prendre pied à l'intérieur des terres hautes1."

5Les Incas devaient donc organiser soigneusement leur défense et s'imposer par la force en certaines occasions.

6Le rayonnement de l'Empire incasique fut immense. Dans toute l'Amérique du Sud — ou presque — on avait quelque idée de sa puissance et de sa richesse. Les Indiens de la côte du Brésil ou des rives de Paraná n'en fournissaient-ils pas la preuve ?

  • 2 H. Favre, Les Incas, op. cit., ch. 1, p. 5.

"L'éclat de leur civilisation — écrit encore H. Favre — atteignait Panama, et il parvenait même aux lointains rivages atlantiques du Brésil sous la forme d'outils de cuivre ou de parures d'or et d'argent transportés de tribu en tribu à travers la forêt amazonienne. De toute l'Amérique méridionale vivant encore à l'âge de la pierre, seule la Terre de Feu échappait à la fascination de leur magnificence qui devait donner naissance au mythe d’El Dorado quand les Européens la subirent à leur tour2."

7Et Louis Baudin signale également :

  • 3 L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 3e part., ch. 5, p. 279.

"Avec les marchandises circulaient les nouvelles. Si l'Indien de la masse, fixé sur sa terre, savait peu de chose du monde extérieur, en revanche les voisins de l'Empire, les nomades des pampas méridionales, les Araucans indomptables, les hommes des forêts brésiliennes ou de la partie occidentale de factuel Equateur étaient, eux, au courant des institutions et des événements de l'Empire. La formation de ce grand État monolithique remplissait tous ceux qui en entendaient parler d'admiration ou d'épouvante. (...) L'intensité du rayonnement de l'Empire ne permettait pas de discerner de l'extérieur les détails précis et véridiques de la vie quotidienne3."

8Il est bien naturel que l'on idéalise ce que l'on connaît mal. Les récits des indigènes qui, les premiers, informèrent les nouveaux venus de l’existence d'un puissant empire dans la cordillère des Andes, devaient transfigurer la réalité. Dans le voisinage du domaine des Incas, l'influence de l'émerveillement, de l'admiration ou de la crainte produisaient sans doute des effets comparables.

***

9Mais les explorateurs de la façade atlantique de l'Amérique du Sud ne furent pas les seuls à recueillir des informations sur le Pérou des Incas. Lorsque Vasco Nüñez de Balboa cherchait à atteindre la mer du Sud, en 1513, Panquiaco, le fils d'un cacique du Darién nommé Comagre, lui donna de précieuses indications sur l'Empire de la cordillère des Andes.

10Panquiaco, le fils aîné du cacique, avait fait apporter de somptueux présents aux conquistadores :

"(...) il ordonna que l'on apportât certaines pièces d'or très belles car elles étaient de métal très fin et magnifiquement travaillé, qui pouvaient être estimées à quatre mille pesos, et fit amener soixante-dix esclaves qu'il offrit en signe d'amitié à Vasco Núñez et Rodrigo Enríquez de Colmenares, reconnaissant en eux les personnes les plus importantes du groupe (...)"

  • 4 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 2, p. 267.

11indique Antonio de Herrera dans son Historia General4. Les Espagnols en vinrent à se disputer devant leurs hôtes à propos du partage du métal précieux. Alors se situe une scène exemplaire que les chroniqueurs ne manquent jamais d'évoquer dans leurs œuvres, et qui est digne de figurer sur une image d'Epinal. Panquiaco se montra d'une sagesse remarquable et, tel un Salomon américain, s'interposa entre les adversaires pour tenter de les réconcilier :

  • 5 Ibid., vol. 3, déc. I, liv. 9, ch. 2, p. 267.
    Nombreux sont les auteurs qui font référence à cette (...)

"Pendant le partage ils se disputèrent — poursuit Herrera — et poussèrent de grands cris, chacun cherchant à faire prévaloir son point de vue sur la répartition des pièces les plus belles et les mieux travaillées. Voyant cela, le fils aîné de Comagre, qui assistait à la scène, asséna un grand coup de son poing fermé sur les plateaux de la balance et l'or se répandit sur le sol. Et il dit : "Pourquoi les Chrétiens se disputent-ils pour si peu ?" Il ajouta que s'ils avaient un tel désir d’acquérir cet or qu'ils recherchaient en jetant le trouble parmi les pacifiques habitants de cette région et en s'exilant au prix de mille souffrances, il leur indiquerait une province qui pourrait satisfaire leurs aspirations. Mais il était nécessaire qu'ils fussent plus nombreux car ils auraient à lutter contre de puissants monarques qui défendaient farouchement leurs terres, et qu'ils rencontreraient d'abord un cacique, vivant à environ six soleils — soit six journées — de là, qui disposait en abondance de cet or qui représentait pour eux la richesse. Il montrait de son doigt la mer du Sud, en direction du Midi, qu'ils apercevraient, expliquait-il, dès qu'ils auraient traversé certains pays où d'autres peuples naviguaient sur des vaisseaux et des barques à peine plus petits que les nôtres et qui étaient munis de voiles et de rames. Une fois qu'ils auraient traversé cette mer, ils trouveraient de l'or en grande quantité car ces gens-là possédaient de grands récipients d’or dont ils se servaient pour manger et pour boire5."

12Et Antonio de Herrera ajoute :

  • 6 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 2, p. 267.

"(...) et l'on en déduisait que ce peuple-là, tout comme ceux du Darién, était fort bien informé sur les peuples et les richesses du Pérou (...)6''

13Les Indiens du Darién connaissaient donc parfaitement l'existence de l'Empire incasique qu'ils situaient avec précision et sur lequel ils pouvaient fournir des détails. Il est vrai que la zone dominée par les Incas était très étendue et que le Darién se trouvait à proximité.

  • 7 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 3, p. 168.

14Le récit du fils de Comagre fut considéré comme la première information véritable obtenue sur l'existence de l'Empire des Incas. On imagine sans peine l'enthousiasme qui s'empara des conquistadores. Ils savaient maintenant qu'ils pourraient s’enrichir rapidement. Et, comme l’écrit Pietro Martyre d'Anghiera, "la passion du gain et l’espoir de récolter de l’or leur faisaient venir l’eau à la bouche7 ".

  • 8 Cf. A. Métraux, Les Incas, op. cit., ch. 1, p. 4.
  • 9 Ibid., ch. 1, p. 4.

15Le cacique du pays de Tumaco confirma bientôt les renseignements glanés dans la tribu de Comagre ; il ajouta que les Incas avaient des bêtes de somme et il dessina des lamas que les Espagnols prirent pour des moutons8. Ces animaux jouèrent un rôle important dans l’élaboration du mythe de l’Eldorado. Les "moutons" produisaient de la laine, et la laine pouvait être tissée. Il ne faisait donc aucun doute qu’il y avait, loin vers le Sud, une riche civilisation, et que l’on pourrait trouver des Indiens vêtus qui disposaient d’extraordinaires quantités de métal précieux. Et, comme l’indique A. Métraux : "En 1515, il n’était question à Panama que de cette terre inconnue qu’on appelait déjà "Pérou" (...)9 "

16La renommée et le prestige de l’Empire incasique avaient marqué la quasi-totalité des peuples de l’Amérique du Sud. Grâce au rayonnement exceptionnel de leur civilisation, les Incas étaient connus, respectés et enviés, parfois très loin des territoires qu’ils contrôlaient directement.

2 - Les merveilles du pays des Incas

17Malgré les obstacles constitués par l’éloignement ou les conditions géographiques, les nouvelles parvenaient jusqu'aux indigènes les plus isolés. Les outils, les bijoux passaient d'une tribu à l'autre et rappelaient dans tout le continent qu'un peuple ayant un mode de vie très différent et des ressources exceptionnelles existait, là-bas, sur de hautes montagnes.

18Car la supériorité technique de la civilisation incasique était étrangement liée à une situation géographique très particulière. Même l'altitude jouait en faveur des Incas ! Et la légende de la Sierra de la Plata en est la meilleure preuve. Les Incas étaient les souverains de la Montagne, d'une forteresse naturelle qui les isolait des peuples de la forêt. Quant aux Araucans du Chili, ils auraient eu bien du mal à franchir les étendues désertiques qui les séparaient de leurs voisins du Nord. Et la Cordillère se prolongeait jusqu'aux rivages de la mer des Caraïbes.

19De plus, au beau milieu de ces chaînes de montagnes, se trouvait une étrange mer intérieure, un lieu sacré pour les Incas, le vaste lac Titicaca que la tradition indigène signalait comme le berceau de la civilisation, le point de départ des fondateurs de l'Empire :

  • 10 Garcilaso de la Vega (el Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., li (...)

"Avec ce commandement qui manifestait sa volonté, Notre Père le Soleil plaça ses deux enfants près du lac Titicaca qui se trouve à quatre-vingts lieues d'ici. Et il leur dit de partir dans la direction de leur choix, et qu'en tous lieux où ils s'arrêteraient pour manger ou dormir, ils cherchassent à enfoncer dans le sol un bâton d'or long d'une demi-vare et d'une épaisseur de deux doigts qu'il leur donna pour signe afin qu’ils comprissent qu'à l'endroit où ce bâton s'enfoncerait dans le sol du premier coup, le Soleil Notre Père souhaitait qu'ils s'arrêtassent pour s'y établir et fonder leur capitale.10 "

  • 11 Voir supra, ch. 21, par. 2.

20écrit l'Inca Garçilaso de la Vega qui rapporte une vieille légende entendue pendant son enfance, à Cuzco. Dans la plus importante des îles du lac Titicaca, où certains prétendaient que l'on avait jeté la célèbre "chaîne d'or" de Huayna Cápac11, avait été construit un temple merveilleux consacré au Soleil. Antonio de Alcedo indique à ce sujet dans son Diccionario Geográfico :

  • 12 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 4, p. 78 (art. "Titicaca"). Cf., également, P. A. Vázquez (...)

"(...) comme il s'agissait d'un lieu sacré [le lac Titicaca], ils y édifièrent le célèbre temple, entièrement recouvert d'or, qu'ils avaient consacré au Soleil. C'était le plus magnifique de tous ceux qu'ils eurent dans ce royaume. Chaque année les seigneurs et les vassaux de tout l'Empire s'y rassemblaient et y apportaient leurs dons pour rendre hommage à leur fausse divinité suprême. On raconte aussi qu'ils construisirent là-bas le palais de l'Inca. Mais tout cela, à l'instar des richesses si renommées que l'on disait s'y trouver, semble n’être que fable inventée par les Indiens, car l'on ne voit aujourd'hui [au XVIIIe siècle] dans toute l’île rien qui serve d'indice de cette grandeur, comme à Tiahuanaco et ailleurs (...)12 "

  • 13 Cf. Garcilaso de la Vega (El Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit. (...)

21Cet édifice qui, d'après l'Inca Garcilaso de la Vega, pouvait rivaliser, pour la richesse de son ornementation, avec le célèbre sanctuaire de Cuzco13, avait un lien étroit avec des légendes se rapportant au Soleil :

  • 14 Ibid., liv. 3, ch. 25, p. 119.

"A cause de ces deux fables, les Incas et tous les sujets de leur Empire tinrent cette île pour un lieu sacré. Ils ordonnèrent donc que l'on y construisît un magnifique temple, entièrement garni de plaques d'or, qui était consacré au Soleil. On y venait de toutes les provinces qui dépendaient de l'Inca, pour offrir chaque année beaucoup d'or, d'argent et de pierres précieuses comme action de grâce rendue au Soleil pour les deux faveurs qu'il leur avait faites en cet endroit14."

22On aurait employé pour la construction de ce temple d'immenses quantités d'or. Garcilaso, s'appuyant sur l'autorité du P. Blas Valera, indique à ce propos :

  • 15 Ibid., liv. 3, ch. 25, p. 119.

"Le P. Blas Valera, en parlant de la richesse de ce temple et de tous les excédents que l'on avait entassés, explique que les Indiens transplantés — qu'ils appellent Mitmac — qui vivent à Copacauano, lui avaient affirmé qu'il y avait eu tant de restes d’or et d'argent que l'on aurait pu les utiliser pour construire un deuxième temple, des fondations jusqu'au toit, sans qu'il fût nécessaire d'employer quelque autre matériau, et que lorsque les Indiens apprirent que les Espagnols étaient arrivés dans ce pays et qu'ils s'emparaient de toutes les richesses qu'ils trouvaient, ils jetèrent tout cela dans ce grand lac15."

***

23A la tête de l’Empire, l’Inca, l’homme-dieu, le fils du Soleil, régnait sans partage. Chef tout-puissant d’une société solidement organisée, disposant d’une armée redoutable, il imposait ses décisions à ses sujets et se faisait respecter aux frontières de son royaume. Servi par un réseau de voies de communication exceptionnel, il veillait au bon fonctionnement des rouages bien conçus d’une administration efficace et autoritaire. Quelle différence entre cet état prévoyant, stable et policé et les tribus "primitives" et nomades de l'Amazonie !

24Mais le pouvoir de l'Empire incasique ne se résumait pas à l'autorité d'un seul homme. Des forteresses s'élevaient çà et là, des villes éblouissantes où se dressaient des palais avaient été construites. Que l'on se rappelle les récits des éclaireurs envoyés à Túmbez par Francisco Pizarro et que l'on n'oublie pas l'étonnement des Européens qui découvrirent la ville de Cuzco ! Les édifices de pierre, les demeures somptueuses, les sanctuaires rutilants, portaient témoignage de l'extraordinaire richesse d’un pays dont le centre principal se trouvait au cœur de la Cordillère.

25Bien évidemment, tous les sujets de l'Empire ne vivaient pas dans le luxe. Mais, qu'apercevaient de prime abord les étrangers, sinon les imposantes façades et l'étalage impressionnant des richesses concentrées dans quelques lieux attirants !

26Ce roi puissant, que l'on connaissait à l'autre bout du continent était entouré de curieux personnages : les Orejones. Le cosmographe Girava, évoquant la province de Cuzco, les présente de la manière suivante :

  • 16 Ierosme Giraua Tarragonoys, La situation..., op. cit., p. 178.

"En ceste prouince sont ceux qu'ils appellent Orejones, ou Oreillons, qui sont les plus riches & les plus puissants de tous ceux du Peru, lesquels sont tousiours tonduz, & mettent toute peine d'auoir grandes oreilles, lesquelles ilz se perçent, & pendent a icelles grands anneaux & verges d'or. Et a ceste cause les Espaignols les ont appelle Oreillons. Ceux ci sont les principaux du pays, comme les Nobles en autres quartiers & fidalgues en Espaigne : et souloyent en ceste Prouince seruir aux Seigneurs Ingues de garde, et de reputation, et estoyent ceux qui plus se faisoyent valoir en la guerre. Et par ainsi chaussoyent souliers, alloient magnifiquement accoustrez de beaux plumages et autres accoustremens, qui les faisoyent apparoistre riches, nobles et priuilegiés a cause de l’art militaire16."

  • 17 Cristóbal de Molina indique (en 1552), dans sa Relación de muchas cosas acaescidas en el Perd qu'i (...)
  • 18 Les Orejones auraient, d'après certains, reconstitué l'empire déchu dans la selva amazonienne. Les (...)

27Ces soldats d’élite de la cour impériale, facilement reconnaissables grâce à leurs oreilles difformes ornées de grands anneaux d'or ou d'argent17, ont attiré l'attention des conquistadores, tout comme ils surprirent les Indiens qu'ils combattaient aux confins de l'Empire. Les Orejones, que l'on retrouvera plus tard dans la selva, étaient devenus l’un des symboles les plus remarquables et les plus célèbres de la civilisation incasique18.

***

28Mais il est une autre sorte de personnages, tout aussi connus que les Orejones, que les chroniqueurs mentionnent régulièrement : ce sont les fameuses Mamaconas, ou "Vierges du Soleil" qui jouaient un rôle important dans la société indigène. Elles faisaient également partie de l'élite et vivaient à l'ombre des temples du Soleil que l'on trouvait dans les principales agglomérations.

"Dans chaque ville importante, capitale de province, où existait un temple consacré au Soleil, ils avaient construit à côté un monastère, une maison de retraite qu'ils appelaient Acllaguaci — ce qui signifie "Maison des élues” — où vivaient quantité de vierges appelées Mamaconas — ce qui signifie "les dames mères" — dont le nombre était plus ou moins important suivant la grandeur et la notoriété du temple au service duquel elles se trouvaient. Dans certains temples il y en avait jusqu'à deux cents."

  • 19 B. Cobo, Hist., op. cit., liv. 13, ch. 37, p. 231.

29explique le P. Bernabé Cobo, dans son Historia del Nuevo Mundo19, en les comparant aux Vestales romaines.

30C'étaient des êtres sacrés, hautement protégés, et dotés de pouvoirs exceptionnels. Le Jésuite anonyme, auteur de la Relación de las costumbres antiguas de los naturales del Pirú — texte vraisemblablement écrit en 1594 ou 1595 —, les nomme acllas et prétend qu'elles avaient qualité pour protéger les délinquants qui s'en remettaient à elles :

  • 20 [El Jesuita Anónimo], Relación de las costumbres antiguas de los naturales del Pirú, dans Crónicas (...)

"Les acllas bénéficiaient d'une exemption. Elles étaient sacrées. Et si, lorsqu'elles circulaient dans la rue, escortées et accompagnées de leurs serviteurs, un délinquant se plaçait sous leur protection, la justice ne pouvait arrêter ce dernier car la présence des acllas lui servait de sauvegarde. Elles jouaient le même rôle que les temples qui assuraient l'immunité à tous les délinquants qui y cherchaient refuge (...)20 "

  • 21 Cf. P. Sarmiento de Gamboa, Hist. Índ., op. cit., ch. 52, p, 257 ; voir également ch. 36, p. 240 e (...)

31Les Vierges du Soleil jouissaient donc d’un immense prestige dans l'Empire depuis, selon certains chroniqueurs, que Topa Inca Yupanqui, le fils de Pachacuti, avait décidé de créer cette catégorie de servantes du Soleil21.

  • 22 L'Inca Garcilaso de la Vega a consacré les six premiers chapitres du livre 4 de sa Primera Parte d (...)

32Leur occupation principale était de filer et tisser la laine pour fabriquer les vêtements que portait l'Inca, et de préparer la chicha, la boisson que l'on offrait rituellement au Soleil22. Elles vivaient recluses, hors d'atteinte du commun des mortels, consacrées au dieu Soleil et à l'Inca, son représentant. Pascual de Andagoya précise que l'on condamnait à la peine de mort tous ceux qui osaient s'attaquer à leur virginité. Certains durent cependant réussir à enfreindre cette loi implacable :

  • 23 P. de Andagoya, Relación..., op. cit., p. 254.

"(...) ils avaient certaines maisons du Soleil où ils lui offraient des jeunes filles appelées "épouses du Soleil" qui vivaient comme des religieuses dans cette maison, et sous surveillance afin qu'aucun homme ne pût avoir commerce avec elles. Ceux qui convoitaient leurs charmes étaient exécutés. Ces jeunes filles avaient des rentes ; on leur accordait une pension. Lorsque l'une d'elles se retrouvait enceinte, elle disait que c'était l'œuvre du Soleil : on tenait son explication pour vraie si l'on ne pouvait l’incriminer23."

33Ces femmes jouissaient d’une sorte d'impunité. Elles étaient, croyait-on, directement au service de la divinité. Et, comme le souligne Hernando de Santillán, les Indiens étaient persuadés que le Soleil les visitait :

  • 24 Hernando de Santillán, Relación del origen, descendencia, política y gobierno de los Incas, dans C (...)

"Ils ajoutaient foi à beaucoup de mensonges au sujet du Soleil. Ils étaient, par exemple, persuadés que le Soleil allait partager la couche de ces femmes qui lui étaient consacrées, et croyaient d’autres choses de même nature (...)24 "

34C'est dire le prestige et la renommée qu'avaient ces Mamaconas au sein de la société incasique et, par conséquent, au-delà des frontières de l'Empire.

  • 25 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia G., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 10, p. 324 ; (...)

35Les conquistadores en virent à Túmbez, Cajamarca, Vilcas, Tomebamba, et sur les rives du lac Titicaca25, mais surtout à Cuzco où elles étaient très nombreuses dans la ville sacrée des Incas.

***

  • 26 Cf., en particulier, P. de Cieza de León, El Señorío de los Incas, op. cit., ch. 27, p. 97-99.

36Là se trouvait le temple le plus important du dieu Soleil, la Casa del Sol nommée Curicancha ou Coricancha ('enceinte dorée'), dont les chroniqueurs ont évoqué l'aspect imposant et l'extraordinaire richesse26. L'Inca Garcilaso écrit à ce sujet :

  • 27 Garcilaso de la Vega (El Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., li (...)

"Les trésors de cet édifice étaient si extraordinaires que je ne me risquerais pas à en parler si cela n'avait déjà été fait par tous les historiens espagnols qui traitent du Pérou. Toutefois, ce que nous écrivons, eux et moi, ne peut parfaitement rendre compte de l'importance de ces trésors27."

  • 28 P. Sancho de la Hoz, Relación para S. M..... op. cit., dans Biblioteca Peruana - Primera Serie, op (...)

37Les murs de ce temple étaient couverts de plaques d'or, et une remarquable statue du dieu Soleil, en or elle aussi, trônait à l'intérieur au milieu d'étranges momies. Pedro Sancho de la Hoz, qui évoque dans sa Relación l'extraordinaire quantité de métal précieux dont s'emparèrent les conquistadores dans la ville de Cuzco, précise que l'on fit main basse sur plus de 500 plaques d'or en provenance du temple, que les plus petites pesaient 4 ou 5 livres (1 840 ou 2 300 kg), et qu'il y en avait de 10 ou 12 livres (4 600 ou 5 520 kg)28. Quant à la statue du Soleil, elle était, si l'on en croit Antonio Vázquez de Espinosa, fort impressionnante :

  • 29 A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., II, liv. 4, ch. 87, par. 1512, p. 373.

"Sur la façade principale du temple, qui regardait vers l'Orient, se trouvait la statue, l'image du Soleil figurée sur une énorme plaque d'or. Son visage était circulaire et entouré de rayons, tout comme il apparaît dans le ciel. Cette représentation était si grande qu'elle remplissait entièrement la façade, d'un mur à l'autre (...)29 "

38Antonio de Herrera précise que cette statue reflétait les rayons du soleil levant et que le spectacle était alors du plus bel effet :

  • 30 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 4, p. 291.

"Là se trouvait l'idole qui représentait le Soleil, faite d'or très pur et ornée de joyaux, contre laquelle donnait le Soleil au moment de son lever, et lorsqu'il donnait sur elle, les rayons s'y réfléchissaient et semblaient provenir d'un nouveau soleil (...)30 "

  • 31 Ibid., vol. 11, déc. 5, liv. 6, ch. 12, p. 72 :
    "Fueron luego a ver el gran templo de Pachacamá, y (...)

39et le chroniqueur ajoute qu'une grande plaque d'or représentant le Soleil, qui se trouvait dans ce temple, échut en partage à un soldat espagnol qui s'empressa de la perdre au jeu... Un autre Espagnol, le pilote Quintero, eut une idée astucieuse qui lui permit de devenir riche. Il demanda à Francisco Pizarro une faveur insolite : qu'on lui accordât simplement les crochets qui soutenaient sur les murs les fameuses plaques d’or. Cela suffit à l'enrichir31.

40On comprend aisément l'effet que produisirent ces anecdotes et ces récits sur ceux qui n'avaient pas eu la chance de participer au partage de ce merveilleux butin.

41D'après la Relation de la Conquête du Pérou, attribuée par H. Ternaux-Compans à Fray Marcos de Niza, la ville de Cuzco n'était qu'un amoncellement de richesses :

  • 32 [Fr. Marcos de Niza], Relation de la conquête du Pérou..., op. cit., p. 265.

"Cette ville était très-riche et ils [les Espagnols] y trouvèrent une quantité d'or, d'argent, d'étoffes et de vivres ; car il y avait de grands dépôts de toutes les productions du pays, des temples nombreux et une maison du soleil dont tous les ustensiles étaient d'or et d'argent. Il y avait douze vases d'argent bruni dont chacun était de la hauteur d'une lance et que deux hommes n'auraient pu soulever. Dans un autre endroit, ils trouvèrent une maison toute en argent, dont les poutres et les planches étaient d'une bonne épaisseur32."

  • 33 Relatione di vn Capitano / spagnuolo délia conquista del Peru, dans G. B. Ramusio, Navigationi..., (...)

42Bien d'autres temples, découverts dans d'autres villes, recélaient des trésors. Dans le pays de Collao — suivant une relation du XVIe siècle écrite par un capitaine espagnol, que Ramusio a transcrite dans le tome III de sa collection de voyages —, dans une île située au milieu d'un grand fleuve, il y aurait eu, d'après les informations recueillies auprès d'Atahualpa, un temple couvert d'or dont le sol était du même métal33.

43Ces temples regorgeant d'or ou d'argent qui émerveillèrent tant les conquistadores devaient produire les mêmes effets sur les Indiens qui n'appartenaient pas à l'aire dominée par les Incas et dont la plupart, en Amazonie ou dans la région du Río de la Plata, ne disposaient d'aucune mine de métal précieux. La thésaurisation de l'or et de l'argent pratiquée surtout à des fins religieuses par les habitants de la Cordillère accentuait le désir de puissance et soulignait les immenses possibilités d'un empire étonnant.

44L'or et l'argent ne servaient pas uniquement à couvrir les murs des temples, orner leurs façades ou les garnir de statues. Ces métaux avaient parfois un usage profane. On en faisait des bijoux ou de la vaisselle destinée à l'Inca ou aux membres de l'aristocratie. Les orfèvres, très nombreux, travaillaient remarquablement ces matériaux et créaient des objets admirables.

***

45Les chroniqueurs évoquent, régulièrement, l'existence à Cuzco, près de la Casa del Sol, d'un curieux jardín de oro qui a provoqué l'apparition d'une légende bien connue. Il semble que, l'imagination aidant, on ait beaucoup exagéré l'importance de cet endroit bizarre dont la réalité ne peut toutefois être mise en doute. Alfred Métraux explique à ce sujet :

  • 34 A. Métraux, Les Incas, op. cit., ch. 7, p. 116-117.

"Dans le Coricancha, il y avait un petit jardin que l'Inca défrichait symboliquement lors de la fête des semailles. On y plantait trois fois par an des tiges de maïs en or, dont les feuilles et les épis étaient du même métal. Ces plantes artificielles, qui figurent dans l'inventaire de la rançon d'Atahualpa, sont à la source de toutes les descriptions fantaisistes que l'on a faites de ce jardin merveilleux tout en or ; d'or, les arbres, l'herbe, les oiseaux, les insectes et même les gardiens avec leurs lamas grandeur naturelle. Beaucoup d'historiens modernes ont pris au sérieux ces imaginations de romans de chevalerie34."

46Pedro de Cieza de León, qui indique que le jardin se trouvait à côté du temple principal de Cuzco, le décrit ainsi :

  • 35 P. de Cieza de León, El Señorío de los Incas, op. cit., ch. 27, p. 99.

"Ils avaient un jardin, dont les mottes de terre étaient des blocs d'or fin, avec un champ de maïs merveilleusement reproduit. Les plantes avec leurs tiges, leurs feuilles et leurs épis étaient toutes d'or. Elles étaient si bien plantées que même les vents les plus forts ne pouvaient les arracher. En outre ils avaient fabriqué, en or, plus de vingt moutons et brebis avec leurs agneaux et les bergers qui les gardaient — en or eux aussi — munis de leurs frondes et de leurs houlettes35."

47Ces derniers détails sont d'une grande importance. L'or, la puissance des Incas, les merveilles de leur Empire, apparaissent ainsi associés aux lamas, que les Espagnols appelaient abusivement des "moutons". Les conquistadores ont retenu tout cela. Le jardín de oro fut l’une des merveilles les plus remarquables du pays des Incas.

48Si l'on en croit Garcilaso de la Vega, Pedro de Candia, l'homme envoyé par Francisco Pizarro en éclaireur dans la ville de Túmbez, au début de la conquête du Pérou, y aurait vu, aussi, un jardin surprenant :

  • 36 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú..., op. cit., liv. 1, ch. 12, p. 32.

"Ils entrèrent dans les jardins où Pedro de Candia vit des arbres et des plantes plus petites, des herbes, des animaux et des insectes, de ceux que l'on trouvait dans les potagers et les jardins d'agrément royaux — dont nous avons parlé — reproduits d'après nature, en or et en argent. Le Chrétien fut alors plus médusé que les Indiens lorsqu'ils virent ce personnage, pour eux si étrange et merveilleux36."

  • 37 Voir supra, ch. 20, par. 8.

49L’aventure de Pedro de Candia à Túmbez est trop marquée par l’imaginaire — surtout si l'on se rappelle l'étrange épisode des fauves apprivoisés37 — pour que l'on puisse accorder, sur ce point, une entière confiance au récit de Garcilaso. N'y aurait-il pas d'ailleurs quelques interférences entre ces jardins extraordinaires et les collections de l’empereur aztèque Moctezuma II que Cortés et ses hommes découvrirent à Tenochtitlán ?

50Le merveilleux jardin de oro de Cuzco marqua profondément les conquistadores. Il donna même lieu à d’intéressantes évocations. Marmontel explique, par exemple, dans son ouvrage Les Incas ou la Destruction de l'Empire du Pérou :

  • 38 J.-F. Marmontel, Les Incas ou la Destruction de l'Empire du Pérou, op. cit., ch. 31, p. 457.

"(...) il le mena le lendemain dans ces jardins éblouissants, où l’on voyait, imités en or et avec assez d’industrie, les plantes, les fleurs, et les fruits qui naissent dans ces climats. Ce qui eût été parmi nous un exemple inouï de luxe, n’annonçait là que l’abondance et l’inutilité de l'or38."

51Il n’est pas indifférent que le lama — baptisé sommairement oveja ('mouton') — ait été régulièrement placé parmi les reproductions qui figuraient dans le jardín de oro de Cuzco. Cet animal est certainement le plus caractéristique et le plus représentatif du pays des Incas. Les conquistadores l'ont cependant immédiatement assimilé au mouton européen car il semblait en avoir les mêmes avantages : il se contentait de maigres pâturages et produisait de la laine. Ainsi les Indiens des Andes pouvaient-ils se vêtir et se protéger des rigueurs du climat. Les vêtements de laine tissée caractérisaient les habitants de la Cordillère dont l'aspect extérieur était alors complètement différent de celui des Indiens des régions, chaudes. La laine symbolisait ainsi les progrès d’une civilisation et contribuait à séparer encore un peu plus les peuples des montagnes de ceux des plaines tropicales.

***

52L'originalité de l'Empire des Incas apparaissait clairement et il est intéressant de constater quels en furent les traits marquants pour les aborigènes qui vivaient au-delà de ses frontières, et pour les Européens qui le découvrirent.

53C'était le pays d'un souverain tout-puissant, bien défendu et isolé par des conditions géographiques favorables, entouré de personnages mystérieux ou sacrés comme les Orejones et les Vierges du Soleil, élément féminin complémentaire d'une divinité qui se manifestait aux yeux de tous et dont le rôle primordial était souligné par la pompe d'une religion exigeante. Mais l'Empire incasique c'était aussi la richesse et le faste, l'or et l’argent abondants, les temples merveilleux... Là vivaient des hommes différents, vêtus de cette laine que leur prodiguaient des troupeaux de "moutons".

54Inévitablement, tous ces éléments qui impressionnaient les étrangers devaient nourrir l'imaginaire et il était tout naturel que l'on transfigurât une réalité nouvelle ou mal perçue à cause de l'éloignement.

No 30 - "Temple du Soleil dans l'île de Titicaca". Gravure publiée dans Le Tour du Monde, 1er semestre 1877, p. 302.

Notes

1 Henri Favre, Les Incas, Paris, P.U.F., 1972, col. "Que sais-je ?" no 1504, ch. 2, par. 3, p. 27-28. Avant l’arrivée de Sébastien Cabot, une tribu d’indiens – les Chiriguanos – auraient établi le contact entre l'Empire des Incas et la région du Paraná. Mais cette invasion est assez mal connue, comme le précise le Dr. Martin de Moussy dans son article "Coup d'œil sur l'histoire du bassin de la Plata, avant la découverte", dans Revue Américaine, 2e série, no 5, 1864 (t. 2), p. 276-277 :
"Une circonstance particulière donnait d’ailleurs une base aux récits que les Indiens firent à ce navigateur [S. Cabot] sur cet empire de l'Occident. Il n'y avait pas longtemps qu'une tribu puissante de leur nation, les Chiriguanos, étaient allés s'établir sur ses frontières, au pied des montagnes de la province actuelle de Tarija et dans les vastes plaines qui terminent le Chaco dans cette région. Par suite de cette expédition, seraient venus les plaques et ornements d'argent offerts à Cabot par les Guaranis du bas Paraguay, et qui lui firent donner au Parana le nom de Rio de la Plata, la rivière de l'Argent : l'histoire de cette invasion est restée entourée de beaucoup d'obscurités aussi bien que celle de l'incursion d’Alexis Garcia, dont nous allons parler plus bas. (...)
Il paraît certain que l'inca Yupanqui, qui avait déjà essayé de les soumettre, avait été repoussé par eux ; et ce n'était pas la première tentative des monarques péruviens sur cette région : déjà Viracocha et Pachacutec en avaient fait.”

2 H. Favre, Les Incas, op. cit., ch. 1, p. 5.

3 L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 3e part., ch. 5, p. 279.

4 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 2, p. 267.

5 Ibid., vol. 3, déc. I, liv. 9, ch. 2, p. 267.
Nombreux sont les auteurs qui font référence à cette scène exemplaire. P. Martyre d'Anghiera l'évoque dans sa deuxième décade (De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 3, p. 166-167) et F. López de Gómara la rapporte dans son Hisp. Vict., op. cit., I, p. 192. L'inca Garcilaso de la Vega s'en remet au récit de López de Gómara, cf. Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 1, ch. 6, p. 14. Fr. B. de Las Casas exploite le sujet à sa manière, en insistant sur la "cudicia de grandes riquezas" dont faisaient preuve les Espagnols. Cf. Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 2, ch. 242, p. 369-370.

6 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 2, p. 267.

7 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 3, p. 168.

8 Cf. A. Métraux, Les Incas, op. cit., ch. 1, p. 4.

9 Ibid., ch. 1, p. 4.

10 Garcilaso de la Vega (el Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 1, ch. 15, p. 26.

11 Voir supra, ch. 21, par. 2.

12 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 4, p. 78 (art. "Titicaca"). Cf., également, P. A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit.. II, liv. 5, ch. 1, par. 1618, p. 403.

13 Cf. Garcilaso de la Vega (El Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 3, ch. 25, p. 118.

14 Ibid., liv. 3, ch. 25, p. 119.

15 Ibid., liv. 3, ch. 25, p. 119.

16 Ierosme Giraua Tarragonoys, La situation..., op. cit., p. 178.

17 Cristóbal de Molina indique (en 1552), dans sa Relación de muchas cosas acaescidas en el Perd qu'il y avait deux sortes d'Orejones, et il explique (p. 72) :
"(...) Ilamábanse orejones, porque traen las orejas horadadas y meten dentro de ellas unas ruedas hechas de juncos anchos con que acrecientan las orejas, y cada una de ellas, puesta la rosca de junco dentro, la hacen tan ancha como una gran rosca de naranja. Los señores y principales traían aquellas roscas de oro fino en las orejas ; los unos de estos orejones eran trasquilados y los otros de cabellos largos, que se llaman hoy día chilques (...)"
Cf. Cristóbal de Molina (El Almagrista), Relación de muchas cosas acaescidas en el Perú. Atribuida a Cristóbal de Molina, El Almagrista, dans Crónicas Peruanas de Interés Indígena, Edición y Estudio Preliminar de Francisco Esteve Barba, Madrid, Ediciones Atlas, 1968, col. "B.A.E." no 209, p. 57-95.
Voir également, à ce sujet, Fernando Montesinos, Mémoires Historiques sur l'Ancien Pérou par le Licencié Fernando Montesinos. Inédits, dans H. Temaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., t. 17, ch. 6, p. 57. Montesinos y précise que les Orejones étaient de sang royal.
P. Sarmiento de Gamboa (Hist. Ind., op. cit., ch. 42, p. 247) et B. Cobo (Hist., op. cit., liv. 12, ch. 27, p. 119 et liv. 12, ch. 36, p. 138) font de ces Orejones des membres d'un ordre de chevalerie.
L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 2e part., ch. 2, p. 94-98, consacre un long paragraphe à ces soldats d'élite et explique de manière très détaillée "Comment on devenait "Oreillard"".

18 Les Orejones auraient, d'après certains, reconstitué l'empire déchu dans la selva amazonienne. Les Indiens Xarayes du nord du Paraguay portèrent aussi ce nom.
Voltaire les désigne avec le nom d'Oreillons dans son célèbre conte Candide ou l'Optimisme (Paris, Hachette, 1976, col. "Nouveaux Classiques illustrés Hachette, ch. 16, p. 98-102).

19 B. Cobo, Hist., op. cit., liv. 13, ch. 37, p. 231.

20 [El Jesuita Anónimo], Relación de las costumbres antiguas de los naturales del Pirú, dans Crónicas Peruanas de Interés Indígena, op. cit., p. 174.

21 Cf. P. Sarmiento de Gamboa, Hist. Índ., op. cit., ch. 52, p, 257 ; voir également ch. 36, p. 240 et D. Pedro de Mercado de Penalosa, Agustín Sanchez, Gabriel González, Francisco de Uceda, Melchior Molina, Relación de la provincia de Los Pacajes, dans Relaciones Geográficas de Indias - Perú, op. cit., t. 1, p. 338.

22 L'Inca Garcilaso de la Vega a consacré les six premiers chapitres du livre 4 de sa Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas (op. cit., p. 121-127) aux Vierges du Soleil et à leurs activités car, dit-il, les chroniqueurs espagnols n'accordent pas suffisamment de place dans leurs ouvrages à ces femmes qui jouaient un rôle de premier plan ("pasan por ello conforme al refrán que dice : Como gato por brasas.").
Voir, également, Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 2, ch. 140, p. 24-27.

23 P. de Andagoya, Relación..., op. cit., p. 254.

24 Hernando de Santillán, Relación del origen, descendencia, política y gobierno de los Incas, dans Crónicas Peruanas de Interés Indigena, op. cit., p. 111.

25 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia G., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 10, p. 324 ; vol. 10, déc. 5, liv. 5, ch. 1, p. 343 ; vol. 11, déc. 5, liv. 7, ch. 15, p. 176-177.

26 Cf., en particulier, P. de Cieza de León, El Señorío de los Incas, op. cit., ch. 27, p. 97-99.

27 Garcilaso de la Vega (El Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 3, ch. 20, p. 112.

28 P. Sancho de la Hoz, Relación para S. M..... op. cit., dans Biblioteca Peruana - Primera Serie, op. cit., vol. 1, p. 277-278 :
"(...) de allí a diez o doce días llegaron los dos españoles que traían el oro de Cuzco, y al punto se fundió una parte de él porque eran piezas pequeñas y muy finas y montó a la suma de quinientas y tantas planchas de oro arrancadas de unas paredes de la casa del Cuzco, y las planchas más pequeñas pesaban cuatro o cinco libras cada una y otras chapas de diez o doce libras, con las cuales estaban cubiertas todas las paredes de aquel templo (...)"
Francisco de Jerez parle de "setecientas planchas que una con otra tenían a quinientos pesos". Cf. Francisco de Jerez, Verdadera Relación de la Conquista Del Perú y Provincia del Cuzco llamada la Nueva Castilla (...), dans Biblioteca Peruana - Primera Serie, op. cit., vol. 1, p. 258.

29 A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., II, liv. 4, ch. 87, par. 1512, p. 373.

30 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 4, p. 291.

31 Ibid., vol. 11, déc. 5, liv. 6, ch. 12, p. 72 :
"Fueron luego a ver el gran templo de Pachacamá, y díjose que Quintero, piloto, pidió por merced a don Francisco Pizarro los clavos que estaban en las paredes, que sostenían las chapas de oro, que se quitaron y que se la dió como cosa de burla, y que contado el oro y plata le valieron cuatro mil marcos de plata."

32 [Fr. Marcos de Niza], Relation de la conquête du Pérou..., op. cit., p. 265.

33 Relatione di vn Capitano / spagnuolo délia conquista del Peru, dans G. B. Ramusio, Navigationi..., op. cit., t. III, fol. 371 v°-378 v°. Ce capitaine y raconte (fol. 378 r°) :
"Questo non voglio restar di dire, che disse il Cacique Atabalipa, che era vn paese detto Collao, doue è vn fiume molto grande, nel quale è vna Isola, doue sono cette case, tra lequali ne era vna molto grande, tutta coperta d'oro, fatto in modo di paglia, della quale alcuni Indiani venuti da quella Isola ne portorono vna brancata, gli traui, & tutto il resto ch'era in casa, tutta era coperto di piastre d'oro, & che vi era il pauimento fatto con grani d'oro, cosi come lo trouauano nelle minere."
Ce passage se retrouve mot pour mot dans Cristóbal de Mena, La conquista del Perú, op. cit., p. 168.

34 A. Métraux, Les Incas, op. cit., ch. 7, p. 116-117.

35 P. de Cieza de León, El Señorío de los Incas, op. cit., ch. 27, p. 99.

36 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú..., op. cit., liv. 1, ch. 12, p. 32.

37 Voir supra, ch. 20, par. 8.

38 J.-F. Marmontel, Les Incas ou la Destruction de l'Empire du Pérou, op. cit., ch. 31, p. 457.

Table des illustrations

Légende No 30 - "Temple du Soleil dans l'île de Titicaca". Gravure publiée dans Le Tour du Monde, 1er semestre 1877, p. 302.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 595k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search