Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume II

Chapitre XXVI. La Sierra de la Plata

Texte intégral

1La découverte d'un détroit permettant d'accéder aux rivages asiatiques, fut l'un des buts essentiels des explorateurs de l'Amérique Centrale et de la partie nord du Nouveau Continent. C'est pourtant en Amérique du Sud que les efforts des navigateurs furent récompensés : Magellan finit par trouver le détroit tant espéré. De nombreuses expéditions avaient longé la façade atlantique de l'Amérique du Sud, sans atteindre toutefois l'extrémité australe du continent. La rivalité hispano-portugaise avait précipité les événements et favorisé la reconnaissance des côtes du Brésil et de l'Argentine. Comme cette région était quelque peu éloignée de l'île Espanola — qui devint, après le premier voyage de Christophe Colomb aux Indes Occidentales, le point d'appui et la base principale de la politique d'expansion menée par les Espagnols dans la zone intertropicale — c'est de la péninsule Ibérique que partirent les hommes qui s'intéressaient à l'Atlantique Sud.

2Les explorations, essentiellement maritimes dans un premier temps, changèrent bientôt de caractère grâce à la large brèche que constitue l'estuaire du Río de la Plata. Et le fleuve Paranâ, sur lequel on pouvait naviguer très loin vers l'amont, permit tout naturellement de passer d'une reconnaissance côtière à une exploration plus "continentale" que le choix de la base d'Asuncion — au Paraguay —, au détriment d'un établissement sur l'estuaire, confirma au bout de quelques années.

1 - Le Río de la Plata

  • 1 Cf. R. A. Laguarda Trías, Elpredescubrimiento..., op. cit., ch. 5, p. 59.
  • 2 Ibid., ch. 5, p. 59.

3Dès que fut connue l'existence du Brésil, en 1500, à la suite du voyage de Pedro Álvares Cabrai, les Portugais envoyèrent une série d'expéditions dans cette zone ; le but de celles-ci, avant tout commercial, permit cependant de mieux connaître un territoire qui était maintenant sous la dépendance du Roi du Portugal. On estime qu'à partir de 1502, le Brésil fut ainsi visité une fois l’an1. Des renseignements indiquent qu'en 1511, le navire Bertoa explora les côtes brésiliennes, et qu'en 1513, Jorge Lopes Bixorda fit de même2.

  • 3 Voir supra, ch. 11, par. 3.

4Le Río de la Plata et les côtes de l'Argentine ne tardèrent pas à être reconnus. On prétend qu'Amerigo Vespucci aurait poussé, lors d'un voyage (très contesté), réalisé en 1501-1502, jusqu'au Río de la Plata — alors appelé Río Jordán3 —, ou même jusqu'à la baie de San Julian.

  • 4 Cf. Francisco Morales Padrón, Gran Enciclop., t. IV, op. cit., ch. 6, par. 5, p. 104-106. Voir, en (...)

5Rien ne permet cependant de confirmer cette hypothèse4.

6La ligne de démarcation fixée en 1493 par le Pape et repoussée, un an plus tard, vers l'Ouest par le Traité de Tordesillas, était une cause évidente du secret qui entourait les expéditions envoyées dans l'Atlantique Sud. Les Portugais pouvaient-ils avouer avoir dépassé les limites qui leur étaient assignées ? Les Castillans pouvaient-ils déclarer qu'ils naviguaient le long des côtes d'un territoire qui ne leur était pas attribué ? Avait-on, d'ailleurs, une idée précise de la situation géographique des pays que l'on visitait ?

  • 5 Ibid., ch. 7, par. 3, p. 132.

7C'est ainsi qu'au cours d'un voyage clandestin organisé (en 1513 et 1514) par Nuño Manuel, l'armateur Cristóbal de Haro et le pilote Juan de Lisboa, on découvrit, probablement, l'estuaire du Río de la Plata5.

  • 6 Cf. R. A. Laguarda Trias, El predescubrimiento..., op. cit.
  • 7 Ibid., ch. 5, p. 60.

8Mais les Portugais n'auraient-ils pas devancé les Espagnols dans cette région ? D'après Rolando A. Laguarda Trías, une expédition portugaise s’y serait rendue en 1511-15126. La rivalité hispano-portugaise eut là une nouvelle occasion de s'exprimer. Les espions lusitaniens avaient de quoi s'occuper. D’autant plus que les Espagnols mirent souvent à contribution les pilotes du pays voisin pour monter leurs propres expéditions. N'oublions pas que Magellan était portugais et que tous les pilotes qu'il choisit l'étaient aussi7.

  • 8 Dans une cédula adressée le 22 février 1517 par le cardinal Francisco Jiménez de Cisneros à la Cas (...)
  • 9 Voir, à ce sujet, Duarte Leite, "Quem descobriu o rio da Prata ?" dans Hist. Desc., op. cit., vol. (...)

9C'est un autre Lusitanien, Juan Díaz de Solís 8 qui découvrit officiellement le Río de la Plata pour le compte de la couronne de Castille9. Ce navigateur expérimenté quitta Sanlúcar de Barrameda le 8 octobre 1515 avec 60 marins et 3 caravelles. Après avoir longé les côtes de l'Uruguay — en février 1516 — il parvint à l'estuaire du Paraná. Mais Solís joua de malchance et périt au cours de cette expédition, mangé — d'après certains — avec quelques compagnons, par les Indiens Charrúas. Le Jésuite Guevara rapporte ainsi les faits (au XVIIIe siècle) dans son Historia del Paraguay :

  • 10 P. Guevara, Hist., op. cit., liv. 2, part. 1, par. 1, p. 80.
    La triste aventure de Juan Díaz de Sol (...)

"Solís, qui ne connaissait pas la perfidie de ce peuple, se fiant aux démonstrations en apparence amicales, débarqua avec un petit nombre de compagnons sans armes. Alors les Charruas sortirent soudainement des forêts, tuèrent Solís et ses hommes et les dévorèrent sous le regard de ceux qui se trouvaient dans la caravelle et qui furent témoins de cette action sans pouvoir venger l'assassinat. Craignant qu'un sort tout aussi funeste ne leur fût réservé, ils battirent en retraite vers le navire amiral qui était ancré près de l'île San Gabriel. Ils convinrent alors de rentrer en Espagne où ils rapportèrent, avec la première nouvelle de la découverte du Río de la Plata, celle de la malheureuse fin de son artisan10."

  • 11 P. Guevara, Hist., op. cit., liv. 2, part. 1, par. 1, p. 80.
    La triste aventure de Juan Díaz de Sol (...)

10Solís avait baptisé le fleuve Río de Santa Maria. Ce nom persistera chez les Portugais pendant plusieurs années. Mais, pour les Castillans, l'estuaire s'appellera désormais Mar Duke ou Río de Solís, en souvenir du malheureux explorateur11.

11L'estuaire du Río de la Plata fut également visité en 1518 ou 1519 par une flotte portugaise commandée par Cristóváo Jacques, puis en 1520 par l'expédition de Magellan et en 1525 par celle de Frey García Jofre de Loaysa.

12L'appellation Río de la Plata semble n'être apparue qu’à l'époque où Sébastien Cabot naviguait dans les parages. Cabot, qui était alors au service de la couronne de Castille, avait succédé à Juan Díaz de Solís comme Piloto Mayor de la Casa de la Contratación de Séville (5 février 1518). Il fut chargé de préparer une expédition aux îles Moluques (Indonésie) dont la situation exacte posait alors un problème. Cette région, qui fournissait des épices, d'un intérêt économique évident, devait être précisément située par rapport à la ligne de démarcation qui passait également par l'Asie, depuis que Magellan et Elcano avaient apporté la preuve de la rotondité de la Terre. Mais Sébastien Cabot, qui devait se rendre aux Moluques, changea subitement d'intention, en longeant les côtes de l'Amérique du Sud, et s'intéressa en priorité à l'estuaire du Río de la Plata, négligeant ainsi le continent asiatique et l'expédition de Frey García Jofre de Loaysa à laquelle il devait initialement prêter main-forte.

  • 12 Ibid., liv. 2, ch. 1, par. 4, p. 178.
  • 13 Cf. Louis Ramirez [Luis Ramírez], Lettre de Louis Ramirez sur le vovage de Sébastien Cabot au Rio (...)

13Sébastien Cabot avait de bonnes raisons pour modifier ses plans et désobéir par la même occasion aux instructions officielles qu'il avait reçues. Dès son arrivée (en juin 1526), à Pernambuco, sur les côtes du Brésil, il apprit que le Paranâ pourrait bien être la voie idéale pour parvenir à contrôler d'immenses richesses que l'on disait se trouver à l'intérieur du continent. Ces informations étaient dues en particulier à un certain Juan (ou Jorge) Gômez, ancien membre de l'équipage de Juan Díaz de Solís que Sébastien Cabot rencontra à Pernambuco12. Malgré l'opposition d'une partie de ses hommes, Cabot, attiré par ce nouveau mirage, mit à la voile le 29 septembre 1526 vers le Río de la Plata. Arrivé au Puerto de los Patos, d'autres marins espagnols — d'anciens membres des expéditions de Solís et Loaysa — qui vivaient parmi les indigènes, lui confirmèrent que l'on pouvait s'enrichir en remontant le fleuve. Il y aurait, disaient-ils, d'importantes mines d'or et d'argent en amont13. Faut-il voir là l'explication du nouveau nom qu'on donna alors à l'estuaire ?

***

  • 14 Alonso de Santa Cruz, Islario General de todas las islas del Mundo, Madrid, 1918. Le texte fut pub (...)
  • 15 A. Rosenblat, El nombre de la Argentina, op. cit., ch. 1, p. 13.

14L'appellation Río de la Plata est peut-être antérieure au voyage de Sébastien Cabot. Le Portugais Cristóvão Jacques — précise Ángel Rosenblat, dans son étude El nombre de la Argentina — aurait été attiré dans cette région, si l'on en croit le cosmographe Alonso de Santa Cruz14, par "les bruits qui couraient sur l'or abondant que l'on y trouvait"15. Mais le Río de Solís devait, dans les milieux maritimes, s'appeler Río de la Plata depuis plusieurs années déjà. Francisco Dávila, qui faisait partie de l'expédition de García Jofre de Loaysa et se trouvait sur le vaisseau San Cristôbal renvoyé vers l'Espagne alors que le reste des navires explorait l'estuaire, cita ce nouveau nom dans une déclaration enregistrée à La Coruña en 1527 :

  • 16 Texte cité par Á. Rosenblat. Ibid., ch. 1, p. 13.
    L'appellation Río de la Plata semble avoir été ad (...)

"Dans la région du Río de Solís, dit de la Plata, le jour des saints Innocents [de l’an 1526], ladite flotte dut essuyer une forte tempête (...)16''

15Le San Cristôbal avait fait escale au Brésil au cours de son voyage de retour. Peut-être y parlait-on alors du fameux Río de la Plata. Ce nom avait une sorte de pouvoir magique et attirait les navigateurs. Certains auteurs avouent ne pas connaître son origine. Fray Bartolomé de Las Casas explique, par exemple, en parlant du voyage de Solís :

  • 17 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 3, ch. 82, p. 365.

"(...) et il découvrit à l'occasion de ce voyage le fleuve que l'on appelle maintenant Río de la Plata, je ne sais pour quel motif. C'est ledit Juan de Solís qui baptisa ainsi le cap et le fleuve de Sancta Maria17."

16Il est vrai que Las Casas était plus expert pour les questions touchant à l'hémisphère nord.

17Fray Reginaldo de Lizárraga reconnaît aussi son ignorance à ce sujet :

  • 18 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 2, ch. 68, p. 190.

"Dans la région qui est située à l'est de toute la province de Tucumán, gît (pour parler comme les marins) le Río de la Plata. Je ne sais pourquoi on l'a nommé ainsi car on n'y a pas trouvé une seule parcelle [d'argent], ni d'or. Ici nous l'appelons Paraguay (...)18 "

18Lizárraga, qui ne se réfère pas ici à l'estuaire, indique toutefois que l’appellation Río de la Plata semblait injustifiée. Cette absence de mines d'argent, dont on se rendit compte assez rapidement, ne facilitait pas les commentaires sur l'origine du nom, et certains imaginèrent d'autres causes. Lopez Vaz écrit, en 1587, que la pureté des eaux aurait incité Solís à qualifier ainsi le fleuve :

  • 19 López Vaz, A discourse of the West Indies..., op. cit., p. 174.
    L'affirmation de López Vaz dénote u (...)

"(...) et il lui donna le nom de Río de la Plata, c'est-à-dire "fleuve de l'argent", à cause de l'extrême limpidité des eaux qui s'y trouvent, car je n’ai jamais ouï dire que l’on y eût découvert la moindre parcelle d'argent19."

  • 20 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 211.

19Mais à l'époque de Sébastien Cabot, la présence de métal précieux dans la région ne paraissait pas devoir être mise en doute. La plupart des chroniqueurs expliquent d’ailleurs que le nom du Río de la Plata n'a pas d'autre origine. Et certains attribuent la paternité de ce nom à Solís. Francisco Lopez de Gómara indique à ce propos : "Il y trouva un peu d'argent et l’appela ainsi20."

20André Thevet n’est pas très précis, mais donne d’intéressantes indications :

  • 21 A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 32 (55), p. 132.

"Puisque nous sommes si avant en propos, je me suis avisé de dire un mot de ce beau fleuve de l'Amérique que les Espagnols ont nommé Plate ou pour sa largeur ou pour les mines d’argent qui se trouvent auprès, lequel en leur langue ils appellent Plate ; vrai est que les sauvages du pays le nomment Paranagacu qui est autant à dire que mer ou grande congrégation d'eau. (...) Je pense que le nom de Plate lui a été donné par ceux qui au commencement le découvrirent pour la raison premièrement amenée21."

21Le poète-géographe Jean Mallart évoque lui aussi la présence d'argent :

  • 22 J. Mallart, Dernier livre de la Description de tous les Portz de lunivers..., op. cit., p. 150.

"Chascun la dict la riviere deplate
Au long cest eau on void minne d'argent,
Gens comme nous et sont de bonne gent
Qui ne font mal a personne vivant22."

22Le Paranâ était attirant et l'endroit devait paraître merveilleux.

23Le cosmographe Girava signalait aussi, en 1581, que la "Riuiere que les Indians appellent Paranaguaçu" avait changé de nom et que l'on y trouvait d'abondantes richesses :

  • 23 I. Giraua Tarragonoys, La situation..., op. cit., p. 184.

"Ilz l'appellent auiourd'huy la Riuiere de Plata, cest a dire Riuiere d'Argent : & aucuns l'appellent la Riuiere de Solis, du nom de celuy qui la trouua. On tire de ceste Riuiere grande quantite d'argent, de Perles, & Pierres fines, & est aussi tresabondante en Poisson23."

24Pour Antonio de Herrera, les Indiens auraient offert à Cabot de l'or et de l'argent qui provenait du Pérou, et le nom du fleuve procéderait d'une sorte de malentendu :

  • 24 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Cen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 8, ch. 11, p. 151.

"(...) grâce à l'amitié de ceux-ci, il apprit de nombreux secrets du pays et obtint de l'or et de l'argent qu'ils apportaient du Pérou — et c'est ainsi, comme on l'a mentionné, que le fleuve prit le nom de Río de la Plata — car il n'y a pas d'argent dans leur région. Il y obtint aussi beaucoup de pierres précieuses que les Indiens donnaient en troc24."

25Cette explication fut très souvent reprise. Antonio de Alcedo écrit, par exemple :

  • 25 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 3, p. 211 (art. "Plata").
    P. Fr.-X. de Charlevoix donne à (...)

"(...) et parce qu'il crut que ce métal s'y trouvait en abondance, il [Sebastián Caboto] l'appela Río de la Plata et le fleuve perdit alors le nom de Río de Solís que lui avait donné son découvreur (...)25 "

  • 26 Cf. D. de Alvear, Relación Geográphica..., op. cit., p. 18, et P. Guevara, Hist., op. cit., liv. 2 (...)
  • 27 Diego García partit le 15 août 1526.

26Cabot dut croire que l'argent venait des régions traversées par le fleuve26. Il s'engagea donc vers l'amont et navigua jusqu'au confluent du Río Pilcomayo et du Río Paraguay. En repartant vers l'estuaire, il rencontra l'expédition de Diego García de Moguer, partie de Galice quelques mois après que Cabot, qui devait se rendre en Asie, eût mis à la voile27.

  • 28 Á. Rosenblat, El nombre de la Argentina, op. cit., ch. 1, P-15.

27C'est — comme le précise Ángel Rosenblat — dans les Instructions données en 1526 à Diego García, qu'apparaît pour la première fois, officiellement, dans un document administratif, le nom de Río de la Plata28. Mais l'idée que le fleuve pouvait mener au pays où l'on trouvait le métal précieux en abondance existait depuis longtemps déjà, et les marins colportaient de bien curieux renseignements sur les régions de l'intérieur.

2 - La Sierra de la Plata et le Rey Blanco

  • 29 Cf. R. A. Laguarda Trías, El predescubrimiento..., op. cit., ch. 10, p. 131-149 et ch. 11, p. 151- (...)

28Le Río de la Plata était alors considéré comme la meilleure voie d'accès à une certaine Sierra de la Plata que l'on situait vers l'Ouest, loin à l'intérieur des terres. Les Indiens du Brésil avaient, depuis longtemps, expliqué aux navigateurs portugais qui cherchaient à commercer le long des côtes, qu'il fallait pénétrer dans les terres pour y découvrir de l'argent en abondance, de l'or et d'autres métaux. Un document, non daté, mais probablement de 1514 ou 1515, découvert au XIXe siècle dans la Bibliothèque Royale de Dresde, permet d'en avoir la certitude. Ce récit, dont l'existence a été révélée par Alexander Von Humboldt, qui s'intitule Copia der Newen Zeytung / auss Presillg Landt, relate le voyage d'un navire portugais parti reconnaître les côtes du Brésil29. Et l'on peut y lire le texte suivant :

  • 30 Ibid., ch. 10, p. 139.

"Sachez en outre qu'ils rapportent une nouvelle qu'ils glanèrent dans un port et un fleuve qui se trouve à deux cents milles de distance du cap mentionné, dans notre direction. Là ils apprirent qu'il y avait moult argent et cuivre, et pareillement de l'or à l'intérieur des terres. On dit que leur capitaine, celui de l’autre navire, rapporte au Roi du Portugal une hache d'argent semblable aux haches de pierre dont ils usent. Ils rapportent aussi un métal qui, suivant leurs dires, a l'apparence du laiton, n'est point attaqué par la rouille et ne subit aucune altération. Ils ne savent point si c'est de l'or de mauvaise qualité ou autre chose. En ce même endroit, près du rivage, ils apprirent de cette même tribu, qu'à l'intérieur des terres vit un peuple montagnard qui possède moult or battu que les gens portent en guise de harnois sur le front et sur la poitrine.
Ce capitaine ramène un homme de ce pays qui souhaita voir le Roi du Portugal et qui dit vouloir expliquer au Roi qu'il se trouve dans le pays tant d'or et d'argent que ses navires ne suffiront pas pour le transporter30."

29Et pour couronner le tout, l'auteur (anonyme) signale :

  • 31 Ibid., ch. 10, p. 139.

"On dit aussi que les gens de ce pays atteignent l’âge de cent quarante ans31."

30Voilà donc planté le décor des futures recherches menées par les explorateurs : un pays merveilleux où abondent les métaux précieux, peuplé d’indiens qui connaissent une extraordinaire longévité. Un détail doit cependant attirer notre attention : le document souligne l'existence d’un "peuple montagnard". Les expéditions tentées d’approcher ces riches contrées devront, par conséquent, s'orienter vers quelque sierra, vers quelque chaîne de montagnes. Et le métal que l'on pourrait y trouver le plus facilement serait, sans conteste, l'argent. Une hache que l'on rapporta triomphalement au Portugal n'en fournissait-elle pas la preuve ?

31On peut donc dire qu'en 1515 — et peut-être même avant — existaient déjà les bases indispensables pour que se développât la légende de la Sierra de la P lata.

***

  • 32 L'un de ces quatre Portugais était son propre fils.
  • 33 Georg Friederici souligne qu'il s'agissait d'une expédition originale, "inigualada en seu gênera e (...)

32L'absence d'or et d'argent dans la zone côtière du Brésil incita les Portugais à explorer l'hinterland. L'expédition la plus remarquable fut celle d'Aleixo Garcia et de ses quatre compagnons32, qui, accompagnés d'un grand nombre d'indigènes, partirent — vraisemblablement en 1522 — de la région de São Vicente (24° de latitude Sud)33. Ils se dirigèrent vers l'Ouest, franchirent le fleuve Paraná, puis le Paraguay, et arrivèrent dans le Chaco, aux portes de l'empire des Incas.

33Ruy Díaz de Guzman explique, dans La Argentina, quelles furent les dernières étapes parcourues par Aleixo Garcia :

  • 34 R. Díaz de Guzman, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 5, p. 47.

"(...) au bout de nombreuses journées de marche ils découvrirent les cordillères et chaînes de montagnes du Pérou et, s'en approchant, ils franchirent la frontière de ce royaume entre le lieu maintenant appelé Mizque et la région de Tomina. Ils y trouvèrent quelques agglomérations d'indiens vassaux du puissant Inca, le roi de ce royaume, et ils attaquèrent ces Indiens, volant et tuant tous ceux qu'ils rencontraient et poursuivirent leur route jusqu'à arriver à proximité des villages de Presto et Tarabuco où une multitude d'indiens Chacas s'opposèrent à eux (...)34 "

34Après avoir rencontré, sans dommage, les troupes de Huayna Cápac, Aleixo Garcia revint vers son point de départ, chargé d'argent et de cuivre. Depuis le Río Paraguay, il envoya deux de ses compagnons raconter leur aventure à São Vicente. Aleixo Garcia, lui, eut moins de chance et ne put rentrer : il périt peu de temps après. Quant à son jeune fils, qui le suivait, il disparut sans laisser de traces.

35L'intrépide Portugais, qui fut le premier Européen à approcher les richesses du monde incasique, avait ouvert la voie, et le récit de ses compagnons confirma les rumeurs qui circulaient depuis des années dans la région côtière sur l'abondance de métaux précieux à l'intérieur du pays. C'est alors que naquit véritablement la légende de la Sierra de la Plata, doublée d'une légende annexe et complémentaire : celle du Rey Blanco, souverain puissant et richissime du lointain pays des métaux précieux.

***

36On comprend alors que Sébastien Cabot, vraisemblablement informé de l'expédition d'Aleixo Garcia, ait subitement changé le cours de son voyage, au risque d'encourir les foudres de son souverain et son incursion sur les eaux du Paraná et du Paraguay montre bien qu'il cherchait à retrouver les merveilles que le Portugais avait découvertes.

  • 35 Sébastien Cabot, Planisphère (1544) ["Sébastian Caboto capitan, y piloto mayor de la S.C.C.m. del (...)

37La légende inscrite sur le planisphère dessiné par Cabot en 1544 est d'ailleurs très éloquente35. On peut y lire une explication "officielle" de la modification des buts de l'expédition, mais aussi les vraies raisons qui poussèrent Cabot à s'engager dans l'estuaire du Río de la Plata :

  • 36 Ibid., p. 356.

"(...) et plusieurs années après il fut redécouvert [le Río de la Plata] par Sebastián Caboto — capitaine et Piloto Mayor de Sa Catholique et Césarienne Majesté, l'Empereur don Carlos, cinquième du nom, et Notre Roi — qui était le commandant d'une flotte que Sa Majesté fit armer pour partir à la découverte de Tarsis, Osir ['Ophir'] et le Catayo Oriental. Le susdit capitaine Sebastián Caboto entra fortuitement dans l'embouchure de ce fleuve car le navire amiral où il se trouvait fit naufrage. Comme il ne pouvait poursuivre le voyage prévu, il décida de découvrir ledit fleuve avec les hommes qui l'accompagnaient. Il avait été séduit par les informations extraordinaires fournies par les Indiens du pays sur les prodigieuses quantités d'or et d'argent qu'il y avait dans ledit pays (...)36 "

38Le séjour du pilote castillan à Pernambouc puis dans I'île de los Patos (environ à 31° de latitude Sud) fut sans aucun doute déterminant. Un témoin de première importance, Luis Ramírez, qui accompagnait Cabot précise d'ailleurs que certains "chrétiens" de la région de l'île de los Patos lui apportèrent de précieuses informations :

  • 37 Lettre de Louis Ramirez..., op. cit., p. 46.

"Il paraît que ces Indiens se hâtèrent d'aller prévenir de notre arrivée les chrétiens qui se trouvaient dans l'intérieur du pays ; car, le lendemain, nous vîmes arriver un autre canot d'indiens avec lesquels se trouvait un chrétien qui raconta à notre chef, qu'ils étaient au nombre de quinze et depuis assez longtemps de ce pays. Ils provenaient d'un des vaisseaux qui étaient partis sous les ordres du commandeur Loaysa, pour se rendre aux îles des Épices. Quand la flotte de celui-ci fut dispersée dans le détroit, D. Rodriguo de Acuña, capitaine du vaisseau qu'ils montaient, les avait laissés dans cet endroit, parce qu'ils ne voulaient pas retourner en Espagne37."

39Mais les membres de l'expédition de Frey García Jofre de Loaysa, n’étaient-ils pas au courant de l'incroyable — et récente — aventure d'Aleixo Garcia ? Luis Ramírez ajoute que des survivants de la flotte de Díaz de Solís vivaient aussi dans ces parages :

  • 38 Ibid., p. 46.

"Il y avait encore avec eux deux autres chrétiens, nommés Melchior Ramirez, habitant de Lepe, et Henrique Montes, qui étaient restés de l'expédition de Juan Diaz de Solis (...)38 "

40Or, Henrique Montes se révéla être un informateur remarquable :

  • 39 Ibid., p. 46-47.

"Il vanta beaucoup les richesses qui se trouvaient dans le fleuve à l’entrée duquel son chef avait été tué par les Indiens. Il connaissait parfaitement le pays, car il avait été informé de tout par les Indiens dont il parlait très-bien la langue. Il nous assura que si nous voulions le suivre, il remplirait nos vaisseaux d'or et d’argent, parce qu'en remontant le rio de Solis, nous arriverions à l'entrée d'une autre rivière appelée Parana, qui est très-considérable et se jette dans le Rio de Solis par vingt-deux embouchures ; il ajouta qu’en la remontant rien ne serait plus facile que de remplir nos vaisseaux de métaux précieux, quand même ils seraient encore plus grands ; car cette rivière et ses affluents prenaient leur source dans une chaîne de montagnes remplies de mines, et les Indiens de la côte qui la fréquentaient lui avaient assuré qu’on y trouvait en abondance de l'or, de l'argent et une autre espèce de métal qui leur était inconnu, mais qui n'était pas du cuivre. Cette chaîne de montagnes s'étendait, disaient-ils, à plus de deux cents lieues dans l'intérieur39."

41Melchior Ramírez confirma les propos de son compagnon et apporta de surcroît d'intéressantes précisions. Les rescapés de l'expédition de Solís étaient en fait plus nombreux : on en comptait sept. Et, explique Luis Ramírez, Montes fut le seul à rester avec Melchior Ramírez dans la zone côtière. Les autres étaient partis vers l'intérieur du pays à la recherche d'un certain Rey Blanco ('Roi Blanc') dont ils avaient entendu parler :

  • 40 Ibid., p. 48.

"(...) mais qu'il n'y avait qu'eux deux qui fussent restés sur la côte ; que les autres ayant appris la grande richesse des montagnes et l'existence dans l'intérieur d'un roi blanc qui s’habillait comme les Européens, étaient partis pour s'y rendre, dans le but de vérifier le fait. Ceux-ci leur avaient écrit pour leur faire savoir qu’ils n'étaient pas encore arrivés aux mines, mais qu'ils avaient causé avec des Indiens qui habitaient dans le voisinage des montagnes, et qui portaient des couronnes d'argent sur la tête et des bijoux d’or suspendus aux oreilles et au cou40,"

42Cependant cette tentative se termina fort mal. Melchior Ramírez et Henrique Montes reçurent bientôt de mauvaises nouvelles :

  • 41 Ibid., p. 48.

"Ils avaient en effet appris quelque temps après que les voyageurs avaient été massacrés à leur retour en traversant le territoire des Indiens appelés Guaranis qui avaient voulu s'emparer des esclaves chargés de métal qu'ils conduisaient avec eux41."

43Sommés par Sébastien Cabot de montrer des échantillons d'or qui seraient tout de même parvenus au Puerto de los Patos :

  • 42 Ibid., p. 49.

"Ils répondirent — écrit Luis Ramírez — que quatre mois avant notre arrivée (...) un navire commandé par le même D. Rodrigue de Acuña, y était venu et qu’ils lui avaient remis deux arrobes [23 kg] d'or et d'un autre métal très-bon, avec une relation du pays pour la transmettre à S. M. ; mais que la chaloupe, qui les transportait à son bord, avait été renversée par les vagues qui étaient alors très-fortes, de manière que tout avait été perdu42."

44Sébastien Cabot, vraisemblablement convaincu par ces propos, s'engagea alors sans tarder dans le Río de la Plata, et remontant le Paraná et une partie du Paraguay, au cours de l'année 1527, s'efforça d’atteindre, sans succès, le pays du Rey Blanco et la prometteuse Sierra de la Plata.

45Il donne d'ailleurs dans la légende du planisphère qu'il dessina en 1544, une explication de l'adjectif blanco :

  • 43 Sébastien Cabot, Planisphère (1544). Légende reproduite dans H. Harrisse, J. et S. Cabot, op. cit. (...)

"Les habitants dudit pays sont très divers : ceux qui vivent sur les pentes des montagnes sont blancs comme nous, et ceux qui se trouvent près des rives du fleuve ont la peau brune43."

46Le Rey Blanco qui vivait dans les montagnes, aurait donc, comme ses sujets, le teint plus clair que les Indiens des plaines de la zone tropicale.

***

47Cabot rencontra, au cours de son voyage vers l'amont du fleuve Paraná, un autre survivant de l'expédition de Díaz de Solís qui était esclave des Indiens : un certain Francisco del Puerto. Ce dernier — toujours d'après Luis Ramírez — confirma les renseignements précédemment obtenus sur les côtes de l'Atlantique :

  • 44 Lettre de Louis Ramirez..., op. cit., p. 54.

"(...) il se hâta de venir trouver notre capitaine général, qui lui fit beaucoup de questions sur le pays. Il en donna une très-bonne description et vanta beaucoup sa richesse ; il indiqua les rivières qu'il fallait remonter pour arriver chez les nations qui possèdent des métaux précieux44."

48A la fin du mois de mai 1527, l'expédition de Sébastien Cabot, qui avait beaucoup souffert de la faim, entra dans le cours d'eau nommé Carcarañ. Les Espagnols y rencontrèrent une tribu d'indiens, les Querandíes, qui leur racontèrent mille fables :

  • 45 Ibid.,p. 56-57.
    La légende du planisphère de Sébastien Cabot de 1544 (reproduite dans H. Harrisse, (...)

"Cette tribu nous donna beaucoup de renseignements sur les montagnes, sur le roi blanc, et sur diverses nations difformes dont je ne parle pas ici, parce que cela ressemble à des fables. Mais, s'il plaît à Dieu, je vous les décrirai bientôt comme témoin oculaire, et non pas par ouï-dire. (...) Outre les montagnes et le roi blanc, dont ils nous parlèrent en détail, ils nous racontèrent ainsi qu'ils trafiquaient avec une nation qui, du genou en bas, avait des pieds d'autruche. Ils nous firent beaucoup de contes du même genre, que je n’écris pas, parce qu'ils me semblent peu vraisemblables. Ils nous dirent aussi que, de l'autre côté des montagnes, on trouvait une mer dont le flux et le reflux s'étendaient très-loin. Notre capitaine général croit que c'est la mer du Sud, et ne regarde pas cette découverte comme moins importante que celle des mines d'argent, à cause de l'utilité dont elle sera à S. M.45 "

49Cabot, en bon navigateur et cosmographe, comprit l'importance de ces renseignements. Il ne fait aucun doute que les "montagnes" où l'on trouvait des mines d'argent (Sierra de la Plata) et le pays du Rey Blanco, n'étaient autre que les Andes dominées par les Incas.

50Luis Ramírez fait preuve dans sa lettre d'un certain esprit critique : il rejette les "fables" et les "contes" des Indiens Querandíes, mais se demande tout de même s'il n'y a pas là un fond de vérité. Il doute, à l'évidence, et attend d'avoir personnellement une confirmation. Ses propos sont très prudents au sujet des monstres que l'on a évoqués : "cela ressemble à des fables", "ils me semblent peu vraisemblables". Mais pour ce qui est de la Sierra de la Plata et du Rey Blanco, il ne manifeste aucune hésitation. Cette double légende avait donc l'apparence de la vérité et ne laissait place à aucune incertitude parmi les équipages de Sébastien Cabot. Celui-ci construisit des brigantins pour mieux remonter les fleuves, et avec l'accord et l'aide de Diego García de Moguer, qui ne tarda pas à le rejoindre, s'engagea vers le Nord-Ouest en direction du pays merveilleux.

  • 46 Voir, infra, le ch. 33 consacré à la Cité des Césares.

51Cabot, vivement intéressé par les déclarations des Indiens Querandíes, songea également à envoyer une expédition à travers les pampas jusqu'à la Sierra Grande de Córdoba. Il mit à la tête de ce détachement l'un de ses proches, le capitaine Francisco César, dont le nom fit longtemps rêver les Espagnols46. On sait peu de choses sur cette célèbre expédition qui dut connaître mille difficultés. Comme le fait remarquer Vicente D. Sierra :

  • 47 V. D. Sierra, Historia de la Argentina, op. cit., liv. 2, ch. 1, par. 7, p. 186.

"On n'a que peu de renseignements sur celle-ci, qui fut certainement difficile à organiser, car Gaboto qui s’était engagé dans une entreprise maritime, manquait de chevaux, si bien que les explorateurs durent remplir leur mission à pied, et très certainement sans porteurs indigènes47."

  • 48 Declaración de Cabota ante los oficiales de la Casa de Contratación de Sevilla (29-VII-1530), dans (...)
  • 49 Declaración de Pedro Morales como testigo en el proceso de Catalina Vázquez e hijos contra Caboto, (...)

52Francisco César partit vraisemblablement du fort de Sancti Spiritus — dans la région de Rosario — à la fin de mois de novembre 1528. Dans une déclaration faite le 29 juillet 1530 devant les fonctionnaires de la Casa de la Contratación de Séville, Cabot prétendit que la célèbre Sierra se trouvait "à l'intérieur des terres, à soixante-dix ou quatre-vingts lieues de l’endroit où ils construisirent le fort", soit entre 334 et 445 km du fort48. D'après un certain Pedro Morales, qui témoigna en 1530 contre Cabot, les hommes de Francisco César auraient été divisés en trois groupes qui seraient partis en suivant des chemins différents : "les uns vers le territoire des Querandís, les autres vers celui des Curacuraes et les derniers le long de la rivière de Curacuraz49 ". On ne peut que formuler des hypothèses sur l'itinéraire suivi, mais il est vraisemblable que ces explorateurs se sont dirigés vers l'Ouest. Les nouvelles rapportées — probablement à la mi-février 1529 — par les survivants de l'expédition étaient extraordinaires. Et Cabot en fit part à Séville, le 29 juillet 1530, aux fonctionnaires qui l'interrogeaient :

  • 50 Declaración de Caboto (29-VII-1530), op. cit., p. 160. Texte cité par Hans Steffen, "Los Fundament (...)

"(...) sur la foi du rapport du capitaine César qui fut l’un de ceux que le déposant envoya vers l'intérieur des terres, et qui revint avec sept compagnons. Ces hommes lui avaient expliqué qu'ils avaient vu de grandes richesses : de l'or, de l'argent et des pierres précieuses50."

53L'un des compagnons de Francisco César confirme ces propos :

  • 51 Interrogatorio presentado por Sebastián Caboto, etc., Sevilla,27 de Agosto de 1530, dans J. T. Med (...)

"(...) et que ce témoin a vu lesdites richesses, l'or, l'argent et les pierres précieuses51."

54Sébastien Cabot eut, semble-t-il, l'intention de partir lui-même à la tête d'une seconde expédition, mais il révisa ses plans et rentra en Espagne à la fin de l'année 1529.

55Les hommes qui explorèrent la région de l'Ouest, avaient, selon toute vraisemblance, atteint les frontières du domaine des Incas. Et les récits quelque peu exagérés des participants contribuèrent à renforcer la légende de la Sierra de la Plata, maintenant bien installée dans la région du Río de la Plata.

56Le chroniqueur Ruy Díaz de Guzman, déclare à propos du voyage d'exploration de Francisco César :

  • 52 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 9, p. 65.

"(...) ils entrèrent dans une province très peuplée où les habitants, qui possédaient beaucoup d'or et d'argent, avaient beaucoup de bétail et des moutons du pays qui leur donnaient la laine avec laquelle ils fabriquaient de grandes quantités de vêtements bien tissés52."

57Sur les rives du Paraná, il y avait donc matière à échafauder des plans et l'on pouvait se laisser bercer par l'imagination.

***

58Les nouvelles rapportées en Espagne par Sébastien Cabot encouragèrent les futurs colons de l'Argentine et du Paraguay. Au cours des années qui suivirent, les expéditions projetées partirent dans ce but d'atteindre la célèbre Sierra de la Plata et le Pays du Rey Blanco. Comme le souligne Manuel Frontaura Argandona, cette intention est manifeste chez Pedro de Mendoza qui navigua vers les terres australes en 1535 :

  • 53 Manuel Frontaura Argandona, Descubridores y Exploradores de Bolivia, La Paz - Cochabamba, Editoria (...)

"La fascination qu'exerçaient les mines situées dans la Sierra de la Plata était irrésistible pour les conquistadores et les membres des expéditions qui venaient d'outre-Atlantique. Pedro de Mendoza, l'Adelantado du Río de la Plata, prépare son expédition dans ce but. Toutes ses opérations de conquête et d’exploration de la zone qui lui avait été attribuée avaient pour objectif fondamental la découverte de la Sierra de la Plata53."

  • 54 Ibid., part. 1, ch. 3, p. 46-48.

59Juan de Ayolas, Domingo Martínez de Irala — compagnons de Pedro de Mendoza — et Nufrio de Chaves (en 1557), qui explorèrent la Bolivie, étaient également animés des mêmes intentions54.

  • 55 Le port fut abandonné en septembre 1541 et ses habitants partirent pour Asunción.

60Après avoir fondé Nuestra Señora Maria del Buen Aire (Buenos Aires) le 2 février 153655, Pedro de Mendoza envoya Juan de Ayolas, en amont, sur le fleuve Paraná. Ce dernier rapporta des victuailles — très appréciées, car la faim faisait souffrir les membres de l'expédition — et d'excellentes nouvelles. Vers la fin du mois d'août, Mendoza remonta à son tour le Paranâ mais, encore une fois, le manque de vivres se fit cruellement sentir et la tentative tourna au désastre. Ayolas fut cependant chargé de poursuivre son effort et de s'engager sur le Río Paraguay, en quête du Rey Blanco et de la Sierra de la Plata. Mendoza, mal en point, repartit vers l'Espagne. Ayolas devait lui succéder, mais il périt en avril 1538.

  • 56 Cabeza de Vaca avait appris la mort de Pedro de Mendoza au cours du voyage qui le menait du Mexiqu (...)

61Le mirage eut également une influence sur Álvar Núñez Cabeza de Vaca qui, après avoir parcouru pendant de longues années le sud des États-Unis, était rentré en Espagne où l'Empereur l'avait récompensé avec un titre d'Adelantado. Cabeza de Vaca tenta alors une nouvelle fois sa chance en Amérique du Sud56. Parti de la métropole en septembre 1540, il arriva au Paraguay en 1542. Préoccupé lui aussi par la découverte de la Sierra de la Plata, il confia une mission d'exploration à Domingo Martínez de Irala. Trois navires furent préparés et Irala s’apprêta à remonter le Paraguay avec 93 hommes. En janvier 1543 il se trouvait à la latitude de 16° 30'. Il établit alors un port qu'il nomma : Puerto de los Reyes. Là il trouva un Indien qui, plusieurs années auparavant, avait fait partie de l'expédition du Portugais Aleixo Garcia. Il rapporte ainsi certaines réponses que l'Indien fit à ses questions :

  • 57 Texte tiré d’une Relación écrite par Domingo Martinez de Irala et reproduit par V. D. Sierra, Hist (...)

"(...) lorsqu'on lui demanda s'il avait accompagné ledit Garcia jusqu'à son retour, il dit "oui" ; lorsqu'on lui demanda jusqu'où était parvenu ledit Garcia et où il obtint le métal qu'il rapporta, il répondit qu'il était allé jusqu'au pays des Indiens nommés Paysunos et que ce furent les Chanes et lesdits Paysunos qui lui donnèrent ledit métal (...)57 "

  • 58 La Relación de Hernando de Ribera, enregistrée officiellement le 3 mars 1545, a été reproduite à l (...)
  • 59 Les indigènes lui auraient signalé, en particulier, l’existence d’Amazones. Nous aurons l’occasion (...)

62Álvar Núñez Cabeza de Vaca organisa deux expéditions : l'une vers le Chaco, confiée à Francisco de Ribera, et l'autre en amont du fleuve Paraguay, sous le commandement d'Hernando de Ribera. Ce dernier parvint à proximité de la source et rentra avec de merveilleux renseignements que l'on retrouve consignés dans une Relación enregistrée officiellement le 3 mars 154558. Hernando de Ribera, parmi tant d'autres récits qu'il dit avoir recueillis de la bouche des indigènes59, indique qu'en direction du Nord-Ouest se trouve un pays très riche où abondent les métaux précieux :

  • 60 H. de Ribera, Relación, op. cit., p. 598.

"(...) lesdits Indiens signalèrent pareillement que de l'Ouest-Nord-Ouest jusqu'au Nord-Ouest, un quart vers le Nord, il y a de nombreuses autres grandes agglomérations d'indiens, qu'il y a de si grandes villes que l'on ne peut les traverser en un jour, que tous les habitants possèdent beaucoup de métal blanc et jaune qu'ils utilisent dans leurs demeures, qu'ils portent tous des vêtements, et qu'il serait possible d'arriver rapidement dans ce pays sans jamais s'écarter des régions très peuplées60."

  • 61 Cf., à ce sujet, Manuel Domínguez, Eldorado Enigma de la Historia Americana, era el Perú de los In (...)

63Les renseignements obtenus par Hernando de Ribera ont bien évidemment un rapport avec l'Empire des Incas dont les Indiens du Paraguay avaient des notions assez précises61, mais notre explorateur dut voir là une description de la mystérieuse Sierra de la Plata et du royaume de l'étrange Rey Blanco.

  • 62 Parfois nommé Nuflo de Chávez ou Ñuflo de Chaves.
  • 63 D'après Ulrico Schmidl, Relacion del viaje al Rio de la Plata, dans Alemanes en America (éd. de Lo (...)
  • 64 Egalement appelés Corcoquis, Guorocoquis, Gorgotoqui ou Korokotoki. Cf. U. Schmidl, Relación..., o (...)

64Domingo Martínez de Irala, qui succéda en 1545 comme gouverneur à Álvar Núñez Cabeza de Vaca, montra moins de précipitation que son prédécesseur pour rechercher la Sierra de la Plata. Il confia cependant — en octobre 1546 — une expédition à Nufrio de Chaves62. Celui-ci remonta le Río Paraguay puis repartit vers le Río Pilcomayo où il apprit que des soldats espagnols — appartenant vraisemblablement à l'expédition de Felipe Gutiérrez et Diego de Rojas, qui avait quitté Cuzco en mai 1543 — étaient passés dans la région de Santa Fe. Irala avait donc des concurrents. Il lui parut indispensable de presser le mouvement et il organisa une nouvelle expédition qui atteignit la province des Indiens Charcas. Mais d'autres Espagnols se trouvaient déjà sur les lieux. Il ne restait plus à Irala qu'à envoyer un ambassadeur — ce fut Nufrio de Chaves — vers La Gasca, qui dirigeait alors le Pérou63. Mais pendant qu'Irala attendait le retour de sa délégation, il obtint dans la province des Indiens Corocotoquis64 d'autres renseignements sur la merveilleuse Sierra de la Plata. Il ne put cependant poursuivre, et l'expédition repartit pour Asunción en novembre 1548.

65Un rêve était en train de s’évanouir. La Sierra de la Plata et le Rey Blanco, que l'on s'efforçait de découvrir n'étaient, en fait, que le lointain Pérou dont les Indiens du Paraguay et du Brésil connaissaient l'existence. Ces renseignements, souvent imprécis, et transformés par l'imagination des aborigènes ou des Européens, ont longtemps mobilisé les explorateurs avides de richesse et de nouveauté.

No 29 - Le Paranà et le Paraguay. Dans Le Tour du Monde, 1er semestre 1874, p. 371.

Notes

1 Cf. R. A. Laguarda Trías, Elpredescubrimiento..., op. cit., ch. 5, p. 59.

2 Ibid., ch. 5, p. 59.

3 Voir supra, ch. 11, par. 3.

4 Cf. Francisco Morales Padrón, Gran Enciclop., t. IV, op. cit., ch. 6, par. 5, p. 104-106. Voir, en particulier, la carte de la p. 104.

5 Ibid., ch. 7, par. 3, p. 132.

6 Cf. R. A. Laguarda Trias, El predescubrimiento..., op. cit.

7 Ibid., ch. 5, p. 60.

8 Dans une cédula adressée le 22 février 1517 par le cardinal Francisco Jiménez de Cisneros à la Casa de la Contratación de Séville, il est précisé :
"Por parte del Serenísimo Rey de Portugal, nos ha sido fecha relación que Juan Díaz de Solís, portugués, vino huyendo a estos reinos de Castilla desde Portugal, por muchos crimenes y excesos que allí había hecho, y estando en el Andalucía procuré que algunas personas armasen ciertos navíos y se fuesen a la tierra del Brasil con él (...)"
Díaz de Solís avait assassiné sa femme au Portugal. Les Castillans lui confièrent pourtant de hautes responsabilités. C'est dire combien les pilotes portugais étaient estimés en Castille, surtout lorsqu'il s'agissait de mettre le cap sur le Brésil.
Le document est reproduit par R. A. Laguarda Trías, El predescubrimiento..., op. cit., ch. 8, p. 102-103. L'original se trouve à l'AGI, Indiferente General, leg. 419, liv. 6, fol. 114r°-114v°.

9 Voir, à ce sujet, Duarte Leite, "Quem descobriu o rio da Prata ?" dans Hist. Desc., op. cit., vol. 2, liv. 4, p. 285-289.

10 P. Guevara, Hist., op. cit., liv. 2, part. 1, par. 1, p. 80.
La triste aventure de Juan Díaz de Solís et de ses compagnons a été fort plaisamment contée par le romancier argentin Juan José Saer, El Entenado, México-Buenos Aires, Folios Ediciones S.A., 1983, Colección Narrativa Latinoamericana. C'est ainsi que la carte de l’extrémité australe de l'Amérique du Sud, dessinée par A. de Pigafetta pour accompagner son récit du voyage de Magellan, donne la légende suivante, à côté du Paraná : "Fuime [pour Fiume ?] de Johan de Solis". Cette carte, conservée par la Biblioteca Ambrosiana de Milan, est reproduite par Vicente D. Sierra dans son Historia de la Argentina, op. cit., liv. 2, ch. 1, par. 2, p. 166.

11 P. Guevara, Hist., op. cit., liv. 2, part. 1, par. 1, p. 80.
La triste aventure de Juan Díaz de Solís et de ses compagnons a été fort plaisamment contée par le romancier argentin Juan José Saer, El Entenado, México-Buenos Aires, Folios Ediciones S.A., 1983, Colección Narrativa Latinoamericana. C'est ainsi que la carte de l’extrémité australe de l'Amérique du Sud, dessinée par A. de Pigafetta pour accompagner son récit du voyage de Magellan, donne la légende suivante, à côté du Paraná : "Fuime [pour Fiume ?] de Johan de Solis". Cette carte, conservée par la Biblioteca Ambrosiana de Milan, est reproduite par Vicente D. Sierra dans son Historia de la Argentina, op. cit., liv. 2, ch. 1, par. 2, p. 166.

12 Ibid., liv. 2, ch. 1, par. 4, p. 178.

13 Cf. Louis Ramirez [Luis Ramírez], Lettre de Louis Ramirez sur le vovage de Sébastien Cabot au Rio de la Plata, traduite du manuscrit inédit de la bibliothèque de M. Ternaux-Compans, publiée par H. Ternaux-Compans dans Nouvelles Annales des Voyages, op. cit., t. 99 (1843), p. 30-73. Voir en particulier les p. 46-47.
Certains passages de cette lettre, datée du 10 juillet 1528, ont été publiés par V. D. Sierra, Historia de la Argentina, op. cit., liv. 2, ch. 1, par. 4, p. 178-179 et 180.

14 Alonso de Santa Cruz, Islario General de todas las islas del Mundo, Madrid, 1918. Le texte fut publié pour la première fois en 1541. Alonso de Santa Cruz était le trésorier de la flotte de Sébastien Cabot.

15 A. Rosenblat, El nombre de la Argentina, op. cit., ch. 1, p. 13.

16 Texte cité par Á. Rosenblat. Ibid., ch. 1, p. 13.
L'appellation Río de la Plata semble avoir été adoptée ensuite très rapidement par l'Administration espagnole. Dans une lettre d'Alonso de Solís — datée du 8 septembre 1531 - adressée à l'Impératrice et au Consejo de Indias, on peut lire, fol. I r° :
"El rrey me ha mandado llamar y me ha dicho que ya me acordaría de lo que le huve ha/blado de parte de Vuestra Majestad sobre el Ryo de la Plata (...)"
Ce doc. de 2 fol. (très détérioré) s'intitule Caria de Alonso de Solís al Consejo de Indias sobre el Río de la Plata (Sobrescrito : "A la muy alta y muy poderosa señora / la Enperatriz y Reyna Nuestra Señora"). Il est conservé à l'AGI, Indiferente General, leg. 1092 (Cartas remitidas al Consejo, 1519-1541, ramo 3, doc. no 29.

17 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 3, ch. 82, p. 365.

18 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 2, ch. 68, p. 190.

19 López Vaz, A discourse of the West Indies..., op. cit., p. 174.
L'affirmation de López Vaz dénote un certain embarras. D'autres fleuves n'auraient-ils pu mériter ce nom à cause de la qualité et de la pureté de leurs eaux ? Il semble toutefois que celles du Parana aient été remarquables. Dans un rapport écrit au début du XIXe siècle par un colonel d’artillerie de l'armée espagnole, on peut lire ceci :
"De ce qui vient d'être exposé il résulte que le Parana est admirable, non seulement par la nature de ses débordemens, par la profondeur de ses eaux, l'étendue de son cours et la pureté (limpieza) de son lit, mais encore comme récipient d'un si grand nombre de rivières navigables à des distances énormes, et presque toutes pourvues des mêmes avantages que ce fleuve dans lequel elles se jettent."
Cf. "Sur le fleuve Parana et ses affluens ; par don Angel de Monasterio, colonel d'artillerie espagnole", dans Nouvelles Annales des Voyages, op. cit., t. 17 (1823), p. 127.

20 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 211.

21 A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 32 (55), p. 132.

22 J. Mallart, Dernier livre de la Description de tous les Portz de lunivers..., op. cit., p. 150.

23 I. Giraua Tarragonoys, La situation..., op. cit., p. 184.

24 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Cen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 8, ch. 11, p. 151.

25 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 3, p. 211 (art. "Plata").
P. Fr.-X. de Charlevoix donne à peu près la même explication (Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 1, p. 28) :
"(...) mais ils lui donnèrent des lingots d'argent pour des marchandises d'Espagne de très peu de valeur. Ne doutant donc plus qu’il n'y eût des Mines d'argent dans ce Païs, il donna au Paraguay le nom de Rio de la Plata, qui a trompé tous ceux, qui ne savaient pas l'origine de cette dénomination."

26 Cf. D. de Alvear, Relación Geográphica..., op. cit., p. 18, et P. Guevara, Hist., op. cit., liv. 2, part. 1, par. 1, p. 82.

27 Diego García partit le 15 août 1526.

28 Á. Rosenblat, El nombre de la Argentina, op. cit., ch. 1, P-15.

29 Cf. R. A. Laguarda Trías, El predescubrimiento..., op. cit., ch. 10, p. 131-149 et ch. 11, p. 151-162. Le document, intégralement traduit en espagnol y est reproduit (p. 136-139). C'est ce texte que nous utilisons ici. Le titre de cette version espagnole est : Noticia traída por un navío que había salido de Portugal para descubrir la tierra del Brasil mas adelante de lo que ya se conocía, y al regreso llegó a la isla de Madeira ; escrita por un buen amigo desde Madeira para Antuerpia.

30 Ibid., ch. 10, p. 139.

31 Ibid., ch. 10, p. 139.

32 L'un de ces quatre Portugais était son propre fils.

33 Georg Friederici souligne qu'il s'agissait d'une expédition originale, "inigualada en seu gênera e jamais por êles [os portuguêses] repetida", et, déplorant le manque de documentation à ce sujet, il fait remarquer :
"Aleixo Garcia há muito teria sido reconhecido e consagrado como grande explorador, se dispuséssemos de melhor documentaçéo da história de seu empreendimento e se, em lugar dos portuguêses, tivessem aportado a São Vicente os espanhóis, que teriam seguido, com sua energia habituai, pegadas como as que êle deixou."
Cf. G. Friederici, Caráter da Desc op. cit., ch. 4, p. 175-176.

34 R. Díaz de Guzman, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 5, p. 47.

35 Sébastien Cabot, Planisphère (1544) ["Sébastian Caboto capitan, y piloto mayor de la S.C.C.m. del Imperador don Carlos quinto deste nombre, y Rey nuestro sennor hizo esta figura extensa en piano, anno del nascimiento de nuestro saluador Iesu Christo de M.D. XL IIII. annos"], conservé à la BNP. Cf. H. Harrisse, J. et S. Cabot..., op. cit., p. 356-358, doc. XXXIII ("Légende de la Carte de 1544 concernant l'expédition de Cabot à la Plata"). Une reproduction partielle du planisphère se trouve au début de l'ouvrage d'H. Harrisse.

36 Ibid., p. 356.

37 Lettre de Louis Ramirez..., op. cit., p. 46.

38 Ibid., p. 46.

39 Ibid., p. 46-47.

40 Ibid., p. 48.

41 Ibid., p. 48.

42 Ibid., p. 49.

43 Sébastien Cabot, Planisphère (1544). Légende reproduite dans H. Harrisse, J. et S. Cabot, op. cit., doc. XXXIII, p. 357.

44 Lettre de Louis Ramirez..., op. cit., p. 54.

45 Ibid.,p. 56-57.
La légende du planisphère de Sébastien Cabot de 1544 (reproduite dans H. Harrisse, J. et S. Cabot..., op. cit., doc. XXXIII, p. 357) reprend d'ailleurs certaines de ces "fables" :
"Algunos dellos dizen q[ue] enlas dhas sierras ay hombres que tienen el Rostro como de perro y otros de la rodilla abaxo como de Abestruz y que estos son grandes trabaiadores, y q[ue] cogen mucho mays de que hazen pan y uino del, otras muchas cosas dizen de aquella tierra que no se pone aquy porno ser prolixas."

46 Voir, infra, le ch. 33 consacré à la Cité des Césares.

47 V. D. Sierra, Historia de la Argentina, op. cit., liv. 2, ch. 1, par. 7, p. 186.

48 Declaración de Cabota ante los oficiales de la Casa de Contratación de Sevilla (29-VII-1530), dans José Toribio Medina, El Veneciano Sebastián Caboto al servicio de Espana y especialmente de su proyectado viaje a las Molucas por el estrecho de Magallanes, y al reconocimiento de la Costa del continente hasta la gobernación de Pedrarias Dávila, Santiago de Chile, 1908, t. II, p. 158. Texte cité par Hans Steffen, "Los Fundamentos histórico-geográficos de la leyenda de "Los Césares"", dans GAEA, Anales de la Sociedad Argentina de Estudios Geográficos, Buenos Aires, 1928, vol. III, fasc. 1, p. 19.

49 Declaración de Pedro Morales como testigo en el proceso de Catalina Vázquez e hijos contra Caboto, 1530, dans J. T. Medina, El Veneciano Sebastián Caboto..., op. cit., t. II, p. 436. Texte cité par Hans Steffen, "Los Fundamentos..art. cit., p. 19.

50 Declaración de Caboto (29-VII-1530), op. cit., p. 160. Texte cité par Hans Steffen, "Los Fundamentos...", art. cit., p. 20.

51 Interrogatorio presentado por Sebastián Caboto, etc., Sevilla,27 de Agosto de 1530, dans J. T. Medina, El Veneciano Sebastián Caboto..., op. cit., t. 1, p. 468. Texte cité par Hans Steffen, "Los Fundamentos...", art. cit., p. 20.

52 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 9, p. 65.

53 Manuel Frontaura Argandona, Descubridores y Exploradores de Bolivia, La Paz - Cochabamba, Editorial "Los Amigos del Libro", 1971, col. "Enciclopedia Boliviana" vol. 25, part. 1, ch. 3, p. 46.

54 Ibid., part. 1, ch. 3, p. 46-48.

55 Le port fut abandonné en septembre 1541 et ses habitants partirent pour Asunción.

56 Cabeza de Vaca avait appris la mort de Pedro de Mendoza au cours du voyage qui le menait du Mexique en métropole. Probablement influencé par son ami Gonzalo de Acosta, qui le suivit en Argentine, il aurait demandé à prendre la relève de Mendoza. Cf. V. D. Sierra, Historia de la Argentina, op. cit., liv. 2, ch. 2, par. 23, p. 239.
Le texte de la Capitulación que se tomó con Áluar/Nünez Cabeça de Vaca (Madrid, 18-III-1540), conservé à l’AGI, (Indiferente General, leg. 415, fol. 148 v° à 152 r°), souligne d’ailleurs que Cabeza de Vaca prend la succession de Pedro de Mendoza. Le doc. commence ainsi (fol. 148 v°) :
"Por quanto Nos mandamos tomar çierto asiento y capitulación / con don Pedro de Mendoça, ya difunto, sobre la conquista y pobla/çión de la prouinçia del Rrío de la Plata y le probeímos de la gobemaçión / de la dicha prouinçia desde el dicho Rrío de la Plata hasta la Mar del Sur / que començasen desde donde acauase la gobernación que tenía/mos encomendado al Mariscal Don Diego de Almagro hazia / el estrecho de Magallanes (...)"

57 Texte tiré d’une Relación écrite par Domingo Martinez de Irala et reproduit par V. D. Sierra, Historia de la Argentina, op. cit., liv. 2, ch. 2, par. 26, p. 245-246.

58 La Relación de Hernando de Ribera, enregistrée officiellement le 3 mars 1545, a été reproduite à la suite des Comentarios de Álvar Nünez Cabeza de Vaca, Adelantado y Gobernador del Río de la Plata, dans Historiadores Primitivos de Indias, op. cit., t. 1, p. 597-599. C’est ce texte que nous citons ici. Elle a également été publiée (avec sa trad. française) par P. F.-X. de Charlevoix dans son Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, p. I à X, avec le titre : Relation de Fernand de Ribera (1545).

59 Les indigènes lui auraient signalé, en particulier, l’existence d’Amazones. Nous aurons l’occasion de revenir sur ces informations.

60 H. de Ribera, Relación, op. cit., p. 598.

61 Cf., à ce sujet, Manuel Domínguez, Eldorado Enigma de la Historia Americana, era el Perú de los Incas, Buenos Aires, Talleres Gráficos Rodriguez Giles - Sarmiento 1172, 1925 (Texte d’une conférence donnée le 31 mai 1924). Ce texte, traduit en anglais, a été publié avec le titre ""Eldorado", the enigma of American History", dans Inter-America, A Monthly Magazine/English, New York, Inter-America Press, vol. no 3, (February 1926).

62 Parfois nommé Nuflo de Chávez ou Ñuflo de Chaves.

63 D'après Ulrico Schmidl, Relacion del viaje al Rio de la Plata, dans Alemanes en America (éd. de Lorenzo E. López y Sebastián), Madrid, Historia 16, 1985, col. "Crónicas de América" no 15, ch. 48, p. 210, Nufrio de Chaves était accompagné de 3 soldats :
"Nuestro capitán mandó entonces al Perd a cuatro compañeros, para que vieran al Gobernador. Era un capitán llamado Ñuflo de Chaves, un tal Oñate, el tercero Miguel de Rutio y el cuarto Aguayo de Córdoba".
Seuls Nufrio de Chaves et Oñate atteignirent Lima. Les deux autres, malades, demeurèrent à Potosí.
Le texte de Schmidel a également été publié dans CDA (t. 3) : Ulderico Schmidel, Viage al Rio de la Plata y Paraguay, Buenos Aires, Imprenta del Estado, 1836.
Une traduction française a été publiée par H. Temaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., vol. 5, avec le titre suivant : Histoire véritable d'un voyage curieux, fait par Ulrich Schmidel de Straubing, dans l'Amérique ou le Nouveau Monde, par le Brésil, et le Rio de la Plata, depuis l'année 1534, jusqu'en 1544. Où l'on verra tout ce qu'il a souffert pendant ces dix-neuf ans. et la description des pays et des peuples extraordinaires qu'il a visités. Ouvrage écrit par lui-même, et publié de nouveau après corrections des noms de villes, de pays et de rivières, par Levinus Hulsius. Nuremberg. Aux Frais de Levinus Hulsius. 1599.

64 Egalement appelés Corcoquis, Guorocoquis, Gorgotoqui ou Korokotoki. Cf. U. Schmidl, Relación..., op. cit., ch. 47, p. 206, n. 218.

Table des illustrations

Légende No 29 - Le Paranà et le Paraguay. Dans Le Tour du Monde, 1er semestre 1874, p. 371.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search