Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume II

Chapitre XXV. La Cité de Norembègue

Texte intégral

1- Les richesses de l'Amérique du Nord

1Tout comme Cíbola qui n'avait apporté à Francisco Vázquez de Coronado qu'amertume et désillusion, le Royaume du Saguenay décevait les explorateurs du Canada qui n'avaient pu l'atteindre. Or Cíbola fut bientôt remplacée par Quivira que l'on considérait comme le siège véritable des richesses tant convoitées. Les vastes espaces de l'Amérique du Nord, méconnus des Européens, étaient encore en mesure de nourrir leur besoin de rêve et leur boulimie de métaux précieux. D'autres Cíbola et d'autres Saguenay pouvaient surgir à tout moment, et l'espoir de découvrir des merveilles subsistait.

2Vers la fin du XVIe siècle, les Anglais qui s'installaient en Virginie ne prêtaient-ils pas attention aux propos d'un "Roi" ("King") indigène qui leur signalait l'existence d'un royaume où l'on trouvait des perles en abondance ?

3Les hommes de Richard Grenville qui étaient restés en Virginie, sous le commandement de Ralph Lane, avaient recueilli des renseignements fort intéressants de la bouche d'un chef indien : à trois journées de canoë du lieu où ils se trouvaient, en amont de la rivière Chawanook, puis à quatre journées de voyage dans une autre direction, un roi indigène disposait d'énormes quantités de perles. Il y en avait tant que l'on s'en servait pour décorer les maisons et les lits ! Tous les nobles et tous les gens de la cour en portaient. C'était un royaume d'une richesse exceptionnelle :

  • 1 An account of the particularities of the imployments of the English men left in Virginia by Sir Ri (...)

"(...) et ses principaux gentilshommes et serviteurs sont couverts d'ornements fabriqués avec lesdites perles qu'ils utilisent aussi pour décorer leurs lits et leurs maisons. Il y en a de telles quantités que c'est merveille de les voir1."

4A l'évidence, toutes les possibilités offertes par les Indes Occidentales étaient loin d'être épuisées.

***

5 Cíbola, qui avait tant déçu les colons espagnols semblait toutefois avoir conservé tout son prestige au-delà des Pyrénées. La Relaçión du premier voyage vers le Nord de Fray Marcos de Niza avait largement profité de la renommée acquise grâce à sa publication dans la collection de voyages de Giovanbattista Ramusio. Comme le fait remarquer Charles-André Julien :

  • 2 Ch.-A. Julien, Voy. Découv., op. cit., ch. 5, p. 225.

"On ignorait à peu près tout des tentatives d'exploration ou de colonisation des Espagnols, à l'exception de l'expédition du R. Fr. Marcos de Niza que le recueil de Ramusio avait largement diffusée2."

  • 3 Malgré l'aspect hollandais de ce nom — déformé par les traducteurs — il s'agit en fait de "Jean Gr (...)

6L'intérêt suscité par cette expédition, et celles qui suivirent, ne paraît pas avoir faibli en Europe pendant tout le XVIe siècle. Le petit-neveu de Jacques Cartier, Jacques Noël, n'écrivait-il pas, en 1587, à son cousin Jean Groote3 :

  • 4 Ibid., p. 146-147.

"Mon cousin, je vous prie de me faire le plaisir de m'envoyer le livre qui traite de la découverte du Nouveau Mexique & l'une de ces nouvelles cartes des Indes occidentales que vous avez envoyée à vostre beau-frère Gilles Watier & qui est dédiée à M. Hackluyt, Monsieur Anglais4 " ?

  • 5 Cf. Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 4, p. 312-313.

7A Saint-Malo aussi, on prêtait beaucoup d'attention à l’expédition récente (1583) d'Antonio de Espejo au pays zuñi5.

  • 6 A. Thevet, Cosmogr., op. cit., ch. 2, p. 33.

8 Cíbola et Quivira étaient régulièrement mentionnées par les auteurs français. André Thevet parle de "Cinola" dans sa Cosmographie Universelle6, et le capitaine Laudonnière, qui s'intéressa à la Floride, signale :

  • 7 René de Goulaine de Laudonnière, L'Histoire Notable..., op. cit.,p. 38.
    Une partie du texte de Laud (...)

"En la partie Occidentale [de la Nouvelle-France] il y a plusieurs terres recognuës, comme la région de Quivira, Cevola, Astatlan et Terlichichimici7."

  • 8 Comme le signale Ch.-A. Julien, Voy. Découv., op. cit., ch. 5, p. 231, n. 1 :
    "Pour qu'il ait pu pe (...)

9Cependant, dès 1563, le capitaine Jean Ribault montrait dans son ouvrage La Complète et Véridique Découverte de la Terra Florida, que le mythe des Sept Cités de Cíbola préoccupait toujours les explorateurs français. A peine débarqué en Floride, Ribault s'enquit de Cíbola et de son emplacement8 :

  • 9 Capitaine Jean Ribault, La Complète et Véridique Découverte de la Terra Florida (en anglais la Ter (...)

"Nous interrogeâmes ensuite [les Indiens] sur le pays appelé Sevola, dont certains [auteurs] ont écrit qu'il n'était pas éloigné de là et qu'il était situé à l'intérieur du pays et du côté de la mer que l'on nomme du Sud. Ils nous montrèrent par signes, et nous le comprîmes du reste, qu'ils pouvaient y aller avec leurs bateaux, par les rivières, en vingt jours. Ceux qui ont parlé de ce royaume et de cette ville de Sevola, et des autres villes et royaumes avoisinants, disent qu'il y a grande abondance d'or et d'argent, de pierres précieuses et d'autres grandes richesses ; les gens, dit-on, arment leurs flèches non de fer mais de turquoises aiguisées9."

10Et l'Amérique du Nord devint le champ d'action privilégié des Britanniques et des Français qui, suivant les traces des explorateurs espagnols, italiens, et portugais, recherchèrent près des côtes atlantiques une mystérieuse cité appelée Norembègue.

2- Le Pays de Norembègue

  • 10 Carte reproduite par Marcel Trudel, Atlas de la Nouvelle-France, op. cit., carte no 9, p. 33. Cett (...)

11L'appellation Norembègue apparut, pour la première fois, sous la forme Oranbega, sur la carte dessinée en 1529 par Girolamo da Verrazano, le frère du navigateur Giovanni da Verrazano10, où les indications sont fortement déplacées vers l'est par rapport à la situation véritable des lieux désignés. René Herval et Charles-André Julien soulignent que le nom de Norumbega (ou Norombègue).

  • 11 Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle, t. 1, op. cit., p. 71, n. a).

"(...) devait s'appliquer primitivement, en relation avec le voyage de Verrazano, à la région entre la baie de Narragansett et New York, ainsi nommée par les Indiens. Plus tard le nom fut transféré au pays de Penobscot mais il est probable que les merveilles légendaires de la terre ou de la cité de Norumbega tirèrent leur origine de la description enthousiaste du Refuge par Verrazano11."

12Giovanni da Verrazano avait dit le plus grand bien de la baie de Narragansett (Etat de Rhode Island) qu'il avait perçue comme un véritable paradis. Il lui donna le nom de Refuge. Les Indiens l'y accueillirent avec bienveillance et il ne tarit pas d'éloges à leur égard :

  • 12 Giovanni Da Verrazano, Relation..., op. cit., p. 64-65.

"Cette race est la plus belle et la mieux policée que nous ayons rencontrée au cours de l'expédition. (...) Je ne parlerai pas à Votre Majesté des autres parties de leurs corps : elles sont dignes des hommes les mieux proportionnés. Les femmes sont également bien faites et belles. Elles sont fort gracieuses, ont l'air agréable et l'aspect plaisant. (...) Ces indigènes sont fort généreux et donnent tout ce qu'ils possèdent. Nous nous liâmes avec eux d'une grande amitié12."

13Le pays, lui-même, paraissait fort plaisant :

  • 13 Ibid., p. 66.

"A diverses reprises, nous fîmes des reconnaissances de cinq à six lieues à l'intérieur des terres. Nous y trouvâmes le pays le plus agréable et le plus favorable qui soit pour toute espèce de culture : blé, vin, huile. Il y existe des étendues de vingt-cinq et trente lieues accessibles de partout et complètement dépourvues d'arbres : elles sont si fertiles que toute graine doit y fructifier aisément13."

  • 14 Ibid., p. 67.

14Comment oublier une telle région où les indigènes "vivent vieux et sont rarement malades14 " ?

15Le souvenir d'un pays merveilleux, situé sur la côte atlantique de l'Amérique du Nord, dut persister longtemps et l'imagination des Européens qui n'avaient pas encore visité ces contrées suffit à transformer l'enthousiaste description de Verrazano. Le Norembègue fut alors signalé comme une région, comme un fleuve, et enfin comme un royaume dominé par une cité merveilleuse que l'on rechercha activement. Il prit en quelque sorte le relais du Saguenay, tout comme Quivira avait remplacé les décevantes Cités de Cíbola dans l'esprit des explorateurs.

***

  • 15 Cf. Hand. of Amer. Ind., op. cit., part. 2, p. 84-85 (art. "Norumbega"). Cf., également, ci-dessou (...)
  • 16 Ibid., p. 84.
  • 17 Voir, à ce sujet, l'étude de W. F. Ganong, "The Origin of the Place-names Acadia and Norumbega", d (...)

16L'origine du nom Norembègue a longtemps été discutée. On trouve de nombreuses variantes : Arambec, Arambeck, Arampec, Aranbega, Aranmbeg8k, Anorobagra, Nah-rah-begek, Nolumbeghe, Nolumbeka, Norambègue, Norembega, Norembegua, Norimbegue, Norombega, Norumbega, Norumbegua, Norum begue, Novembercque, Nvrvmberg, Nvrvmbega15... Il semble, malgré les affirmations de certains auteurs qui voient dans cette appellation — qui, pour eux, serait une déformation du nom Norvège — une preuve du passage des Scandinaves dans ces parages, que le nom soit d'origine américaine. Dans la langue des Indiens Abnaki, qui peuplaient la région de Penobscot, le mot désignerait une succession de chutes et de lieux où l'on trouve des eaux dormantes ("a succession of falls and still water")16. D'autres étymologies — beaucoup moins convaincantes — ont été recherchées pour ce nom quelque peu mystérieux17.

17Le Norembègue fut, pour les navigateurs et les explorateurs qui succédèrent à Verrazano, l'appellation attribuée à la baie de Penobscot (État du Maine) et à la région environnante. Une certaine hésitation apparaît chez les cartographes qui désignent ainsi tantôt un fleuve et tantôt la zone qu'il traverse. Il est parfois ardu de déterminer à quoi s'applique exactement le nom, que l'on retrouve régulièrement placé près de la côte et à la même latitude. Nous l'avons repéré à neuf reprises (entre 1529 et 1609), employé, semble-t-il, pour désigner un cours d'eau ou une baie, et trente-deux fois (entre 1548 et 1643) pour désigner une région.

  • 18 Voir l’étude "Cartes et documents géographiques" dans le vol. 5 du texte dactylographié de notre t (...)

18Mais et ceci montre bien une évolution intéressante en 1570, 1571 et 1587, trois des cartes que nous avons pu consulter donnent ce nom pour indiquer l'emplacement d'une agglomération. Il est donc très probable que la Cité de Norembègue ait surtout préoccupé les explorateurs de la deuxième moitié du XVIe siècle. Ce nom existait pourtant — au moins — depuis 1529. Mais contrairement à celui du Saguenay qui désigne encore de nos jours un fleuve et une région, le nom Norembègue n'a pas survécu très longtemps sur les cartes18.

***

19Les premières expéditions dans cette région — essentiellement maritimes — furent l’œuvre des Portugais, des Espagnols et des Français (ou d'Italiens au service du Roi de France). C'est ce que rappelle le poète-géographe Jean Mallart qui écrit (en 1547) dans le Dernier livre de la Description de tous les Portz de mer de lunivers (...) :

  • 19 J. Mallart, Dernier livre de la Description de tous les Portz de mer de lunivers (...), op. cit., (...)

"De terre neufve et mesme la terrasse,
Qui des bretons se dit bien trente lieux
Voire ou quarante et va suyvant ses lieux
Le long la coste ainsi comme l'on marque
Jusques a la riviere Novembercque,
Laquelle fut descouverte nagueres
Des portugays, avec plusieurs carrieres
Et despaignols (...)19 "

  • 20 The voyage of the two ships, where of the one was called the Dominus vobiscum, set out the 20 day (...)

20Dès l'année 1527 les Anglais avaient visité les côtes du Pays de Norembègue. Un document, publié par Richard Harluyt, précise que le vaisseau Dominus vobiscum (accompagné d'un autre navire) avait mis le cap sur Terre-Neuve. Le deuxième vaisseau, dont le nom n'est pas indiqué, avait longé les côtes de Norembègue ("the coastes of Arambec") en débarquant, à maintes reprises, des marins pour reconnaître la région ("and oftentimes putting their men on land to search the State of those unknowen régions")20. Ces explorations n'ayant abouti à aucune découverte d'importance, le navire reprit la mer et rentra au début du mois d'octobre. Suivant ce document, beaucoup trop bref, le Norembègue aurait simplement été visité par des marins qui ne semblent pas y avoir recherché un royaume.

  • 21 Cf. Rev. Benjamin F. De Costa, "Norumbega and its English Explorers", dans J. Winsor, Narrative... (...)

21Hakluyt, cependant, paraît avoir été mal informé. D’après Benjamin F. De Costa, le capitaine de cette expédition, John Rut, commandait deux navires, le Sampson et le Mary of Guilford, mais seul le second serait rentré en Angleterre, et il est fort peu probable qu’il ait navigué vers le sud21. L'essentiel n'est-il pas, toutefois, que les marins britanniques aient songé à ce pays d'Arambec qui figurait sur la carte de Girolamo da Verrazano ?

22Du temps des premières explorations françaises au Canada, le Norembègue est également mentionné. Jean Alfonse, le pilote de Roberval, parle dans sa Cosmographie du Norembègue comme d'un cours d'eau important :

  • 22 J. Fonteneau [J. Alfonse de Saintonge], Cosmogr., op. cit., fol. 182 r°, p. 495-496. J. Alfonse de (...)

"Et d'icy [le Canada] à la mer Occéane, à la coste dicte de la Franciscane, n'y a point passé cinquante lieues. Et à l'entrée de Norombègue y peult avoir cent cinquante lieues. Et de Norombègue à la Fleuride y a environ trois cens lieues, et de la Fleuride à Ochélaga y a quatre vingtz lieues, et de Ochélaga à l'isle des Raisins, y a trente lieues. Et pense que Norombègue vient entrer jusques à la rivière de France prime [le Saint-Laurent] et à la mer du Saguenay22."

  • 23 J. Fonteneau [J. Alfonse de Saintonge], Cosmogr., op. cit., p. 495, n. 1. Le texte cité provient d (...)

23Il ne mentionne pas, pourtant, de cité merveilleuse ni même de grande agglomération. Henry Harrisse soutient, qu'on "croyait à Dieppe, peu avant 1539, que la région située entre l'île du Cap-Breton et la Floride, était appelée par les naturels du pays Norembegue et Anorembegue, et qu'il s'y trouvait une très grande ville également de ce nom23." Si cette rumeur avait alors circulé dans les milieux maritimes français, pourquoi Jean Alfonse, qui connaissait les côtes de l'Amérique du Nord, ne l'aurait-il pas évoquée ?

24Le Norembegue pourrait cependant avoir été considéré comme une région, et le nom n'aurait pas été appliqué simplement à un cours d'eau si l'on en croit un document signalé (avec précision) par le P. Charlevoix dans son Histoire et Description Générale de la Nouvelle France. Le Jésuite écrit, à propos de Roberval :

  • 24 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. Nouv. France, op. cit., t. 1, p. 32.

"(...) le Roy par ses Lettres Patentes, qui sont insérées dans l'État ordinaire des Guerres en la Chambre des Comptes de Paris, dattées du 15. Janvier 1540. le déclare Seigneur de Norimbegue, son Vice-Roy & Lieutenant General en Canada, Hochelaga, Saguenay, Terre-Neuve, Belle-Isle, Carpon, Labrador, la Grande-Baye & Baccalaos, & lui donne dans tous ces lieux les mêmes pouvoirs & la même autorité, qu'il y avoit lui-même24."

  • 25 Cf. Roberval's Commission, doc. cit.
  • 26 Ibid., p. 185.

25Les renseignements fournis par le P. Charlevoix sont beaucoup trop détaillés pour que l'on songe à une vague interprétation d'un document peu fiable. Les Lettres Patentes datées du 15 janvier 1540, dont le texte a été reproduit par H.-P. Biggar25, donnent cependant beaucoup moins d'indications que le document signalé par le P. Charlevoix sur les titres et la mission de Roberval : ce dernier doit simplement réaliser un voyage "en divers pays transmarins et maritimes tant de Canada, Ochélaga, Saguenay que autres26 ".

26L'honnêteté du P. Charlevoix peut difficilement être mise en doute. Peut-être le Jésuite a-t-il consulté un document annexe, ou plus élaboré, ou une copie plus complète du texte. Si nous acceptons sans réticences les affirmations du P. Charlevoix, le "Norimbegue" apparaît non seulement comme une région géographique, mais aussi comme un territoire important concédé à Roberval à titre de seigneurie, l'intérêt porté au "Norimbegue" étant d'autant plus grand que cette distinction précède la fonction de "Vice-Roy". Aurait-on eu, dès 1540, quelques espérances, à la cour de France, au sujet du Norembègue ? Aurait-on songé à coloniser cette région qui promettait un bel avenir ?

  • 27 Ibid., p. 180.

27Il n'est pas impossible que le Norembègue ait été considéré, dès la première moitié du XVIe siècle comme un pays merveilleux recélant d'abondantes richesses. Giovanni Da Verrazano ne l'avait-il pas suggéré ? Quand on pense, comme François Ier, que l'on pourrait trouver au Canada des "villes" et des "chasteaulx fortz"27 — même si ces termes apparaissent dans les formules stéréotypées des Lettres Patentes — est-il absurde d'imaginer que l'on puisse découvrir de grandes agglomérations dans une contrée dont on avait signalé l'excellence, la fertilité et le comportement amène et "policé" de ses habitants ? Le poète-géo graphe Jean Mallart ne paraît pas en douter puisqu'il écrit (en 1547) à propos du Norembègue :

  • 28 J. Mallart, Dernier livre de la Description de tous les Portz de mer de lunivers (...), op. cit., (...)

"Lon trouve icy de tres excellentz portz
Ils ont chasteaux et'villes quilz decorent
Et le soleil et la lune ilz adorent28."

28Avec les premiers explorateurs britanniques, la région allait être transformée par le pouvoir de l'imagination, et la prodigieuse Cité de Norembègue devint la rivale de Cíbola, de Quivira, du Saguenay ou des contrées fabuleuses de l'Amérique du Sud.

3 - La merveilleuse Cité de Norembègue

  • 29 Cf. David Ingram's relation, of 1582, August-September, op. cit.
    Il existe 2 ms. de ce doc.. L'un e (...)
  • 30 Rev. B. F. De Costa, "Norumbega and its English Explorers", ét. cit., p. 170.

29La première évocation connue des merveilles du Pays et de la Cité de Norembègue est due au voyageur anglais David Ingram29. Celui-ci, qui faisait partie de l'expédition du capitaine John Hawkins, fut débarqué avec une certaine de personnes sur la côte ouest de la Floride. C'est le manque de vivres — précise Benjamin F. De Costa — qui avait incité Hawkins à se séparer provisoirement de certains de ses hommes30. David Ingram, avec deux compagnons, parcourut pendant deux ans (1568-1569), en suivant les pistes indiennes, la distance qui séparait le Río de Minas, sur le golfe du Mexique, de Cap-Breton, en Acadie. C'est ainsi qu'il traversa la région des États actuels du Massachusetts et du Maine, où il s’embarqua sur un navire français (le Gargarine) que commandait le capitaine Champagne. Puis il arriva en France. Il décrivit dans une relation de son voyage le territoire qu'il avait visité, en donnant des détails propres à faire rêver les Européens.

30Dans le Pays de Norembègue, il assure avoir rencontré des Indiens richement parés. Les hommes, dit-il, portent autour de leurs bras et de leurs chevilles d'épais bracelets d'or et d'argent garnis de perles, dont certaines sont de la dimension d'un pouce :

  • 31 Texte cité par Douglas R. McManis, European Impressions of the New England Coast, 1497-1620, op. c (...)

"Et la plupart des hommes ont leurs bras ornés de plusieurs bracelets d'or et d'argent fort épais ; ils en portent aussi autour de leurs chevilles. Ces bracelets sont ornés de nombreuses perles dont certaines sont plus grosses que le pouce31."

31Quant aux femmes, elles sont caparaçonnées de lourdes plaques d'or et elles portent autour de leurs membres des bracelets d'or et d'argent dans lesquels sont serties de magnifiques perles :

  • 32 Ibid., p. 67.

"Les femmes de ce pays ont tout leur corps recouvert de plaques d'or qui les protègent mieux qu'une armure et autour de leur taille elles en portent de très grandes, d'une dimension inouïe. En outre leurs bras et leurs chevilles sont ornés de bracelets d'or et d'argent sertis de perles magnifiques32."

  • 33 Cf. Rev. B. F. De Costa, "Norumbega and its English Explorers", ét. cit., p. 170.

32David Ingram décrivait aussi les habitations qui étaient d'une incroyable richesse. C'étaient, d'après lui, de véritables palais avec des colonnes de cristal revêtues d'or et d'argent. Et, précisait-il, dans la ville de Bega, leur capitale, qui s'étalait sur une distance de trois-quarts de mile (1,2 km), on trouvait des fourrures en abondance33. Le nom Bega que donne Ingram n'était peut-être que l'adaptation d'Oranbega, appellation placée quelque 40 ans auparavant par Girolamo Da Verrazano sur sa célèbre carte inspirée par les découvertes de son frère.

33Cependant, Ingram avait aussi laissé libre cours à son imagination en reprenant à son compte les descriptions de palais merveilleux que les récits médiévaux et les contes avaient diffusées à profusion. S'était-il rappelé celle du palais inhabité que visitèrent — d'après la légende — saint Brandan et ses compagnons ? C'était un "énorme château fort, beau et puissant", et les moines qui franchirent les murailles de l'enceinte s'aperçurent qu'elles étaient de cristal :

  • 34 Benedeit, Voyage..., op. cit., p. 37-38.

"Entrerent enz dedenz le mur
Qui tuz ert faiz de cristal dur
Paleiz veient tuz a marbre,
N'i out maisun faite de arbre ;
Gemmes od l'or funt grant clarté
Dun li pareit sut entailét34."

34Aurait-il songé à la merveilleuse demeure du Prêtre-Jean ? Ce palais était ainsi présenté au Moyen-Âge :

  • 35 F. Denis, Le Monde enchanté, op. cit., p. 203.

"Premièrement les paroys sont de cristal et la couverture de dessus est de pierres précieuses, et par dedens est aourné d'estoilles en semblance de celles des cieulx, et le pavement est cristal, et au dit palaix ne trouverez fenestre ne porte35.''

35Connaissait-il d'aventure la description qu'en donnait le célèbre Jean de Mandeville ?

  • 36 J. de Mandavila, Libro..., op. cit., liv. 2, ch. 64, p. 167.

"Et au sommet des tours principales du palais il y a deux pommes rondes en or et au-dessus de chacune d'elles se trouve une très grosse escarboucle ; elles brillent très nettement la nuit. Les précieuses pierres de ce palais sont d'une variété appelée "sardoine" ["sardinis"], les ornements et les garnitures sont en ivoire et les pièces ont des fenêtres de cristal et les tables où il prend ses repas sont d'émeraude, d'améthyste ou d'autres pierres précieuses. Les marches qu’il gravit pour gagner son trône sont l'une d'onyx, l'autre de cristal et l'autre de jaspe, puis il y en a une de sardoine et l'autre de cornaline et la marche sur laquelle reposent ses pieds est d'obsidienne36.''

  • 37 Walter Raleigh évoquera lui aussi, quelques années plus tard, l'existence d'une "Montagne de Crist (...)

36Le cristal apparaît comme un élément nouveau. On ne l'avait jamais évoqué en parlant des Sept Cités de Cíbola ou de Quivira37. Il figure, par contre, dans les récits qui font largement appel au merveilleux et dans les contes qui transfigurent la réalité. Les palais sous-marins dont Schahrazade évoque les splendeurs dans l'Histoire de Fleur-de-Grenade et de Sourire-de-Lune, sont construits avec ce matériau :

  • 38 Histoire de Fleur-de-Grenade et de Sourire-de-Lune, dans Le Livre des Mille et Une Nuits, op. cit. (...)

"Mais pour ce qui est de nos demeures, ce sont des palais splendides, d'une architecture que vous ne pourriez jamais imaginer sur la terre ! Ils sont de cristal de roche, de nacre, de corail, d'émeraude, de rubis, d'or, d'argent et de toutes sortes de métaux précieux et de pierreries, sans parler des perles qui, de quelque grosseur ou de quelque beauté qu'elles soient, ne sont pas bien estimées chez nous, et n'ornent que les demeures des pauvres et des indigents38."

  • 39 R. de Goulaine de Laudonnière, L'Histoire Notable..., op. cit., p. 75 :
    "Puis leur présenta quelque (...)

37David Ingram semble donc avoir largement puisé dans le vaste réservoir de l'imaginaire, mais peut-être a-t-il été émerveillé par quelque objet en cristal de roche qu'il aurait pu admirer au cours de son long voyage à travers l'Amérique du Nord. Le capitaine Laudonnière n'a-t-il pas vu, quelques années plus tard, "deux pierres de fin christal" chez les Indiens de Floride39 ?

  • 40 Calendar of State Papers - Colonial Series, 1574-1660. Preserved in the State Paper Department of (...)
  • 41 Ibid., p. 2.

38L'influence de Jean de Mandeville — qui décrivait la salle à manger du palais du Prêtre-Jean — paraît avoir été déterminante. Dans une relation incomplète due à certaines personnes qui ont parcouru des pays lointains ("travelled the aforesaid coutries [of America]") — s'agirait-il de David Ingram et de ses deux compagnons ? — enregistrée avec la date (probable) de 1580, que l'on trouve au Public Record Office40, sont évoqués des palais destinés aux festins que l'on aurait vus au Pays de Norembègue. Ces édifices seraient de cristal avec des piliers d'argent massif et parfois d'or ("Banquetting houses built of crystal, with pillars of massive silver, some of gold.")41.

  • 42 Douglas R. McManis, European Impressions of the New England Coast, 1497-1620, op. cit., ch. 2, p.  (...)
  • 43 Ibid., ch. 2, p. 58.

39Chez David Ingram, le recours au merveilleux — que Douglas R. McManis est prêt à excuser en soulignant que le récit du voyage n'a été écrit que dix ans après son retour ("pardonable because of the decade interval between his experience and his testimony42 ") — est peut-être aussi l'expression du désir de plaire au public ("but he also exaggerated and embellished to please his listeners43 "). Ce ne serait pas d'ailleurs le premier exemple de transformation de la réalité que l'on puisse trouver dans les relations de voyages.

  • 44 Cf., Rev. B. F. De Costa, "Norumbega and its English Explorers", ét. cit., p. 170, n. 2.

40L'idée de l'existence d'une cité fabuleuse dans le Pays de Norembègue se développa tout particulièrement en Angleterre. D'autres "témoins" confirmèrent les allégations de David Ingram : Ralph Lane, le responsable des Anglais demeurés en Virginie, aurait ainsi entendu parler, en 1585, d'édifices couverts de plaques de métal précieux44.

  • 45 The Letters Patents graunted by her Majestie to Sir Humphrey Gilbert Knight, for the inhabiting an (...)

41Plusieurs expéditions britanniques visitèrent les côtes du Norembègue. En 1578, Sir Humphrey Gilbert, le demi-frère de Walter Raleigh, reçut des Lettres Patentes de la Reine Elisabeth Ière pour découvrir et prendre possession des territoires qui ne seraient pas sous la dépendance de Princes chrétiens amis de Sa Majesté ("... if they shall not bee before planted or inhabited within the limites aforesayd, with the subjects of any Christian prince, being in amitie with her Majesty...45 ").

  • 46 Au sujet du voyage de Simon Ferdinando, cf. J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 3, p. 186-187.
  • 47 Cf. Calendar of State Papers - Colonial Series, 1574-1660, op. cit., vol. 1, doc. no 2, p. 2.
  • 48 S. E. Morison, North. Voy., op. cit., ch. 14, p. 468.

42En 1579, ce fut Simon Ferdinando, un homme de confiance du secrétaire de la Reine, Sir Francis Walsingham, qui fit le voyage vers le Norembègue sur une petite frégate ("the little frigate"), le Squirrel46. Puis John Walker, en 1580, découvrit une mine d'argent sur le rivage de la rivière Norembègue47. Mais ces deux derniers explorateurs étaient, comme le souligne Samuel Eliot Morison, trop honnêtes pour décrire une Cité de Norembègue qui n'existait pas48.

43Une tentative française est à signaler en 1583. Un marchand de Rouen, ami de Richard Hakluyt, aurait entrepris un voyage d'exploration de 200 lieues vers le sud, à partir de Cap-Breton. Mais cette tentative ne produisit, semble-t-il, aucun résultat.

44A la fin du XVIe siècle, le Norembègue était encore très mal connu. Les renseignements dont on disposait manquaient de précision et faisaient, dans certains cas, une part trop belle à l'imaginaire. Comment pouvait-il en être autrement en ce temps-là ?

***

45C'est avec l'esprit encombré de récits plus ou moins merveilleux que l'explorateur français Samuel de Champlain fit le voyage de Norembègue.

  • 49 Cf. M. Trudel, Hist. de la Nouvelle-France, op. cit., t. 1, p. 258.

46Champlain s'était embarqué pour le Canada en 1603, "en simple observateur"49. Il eut de nombreuses occasions de fréquenter les indigènes et remonta, en juin 1603 la rivière Saguenay sur une cinquantaine de kilomètres. Il fut le premier à pénétrer vraiment dans la région du Saguenay. Cherchait-il à découvrir le mystérieux royaume ? Il semble bien que sa curiosité n'ait pas dépassé les limites imposées par la réalité. Voyageur infatigable, il parcourut le territoire où les Français s'étaient établis et parut tout particulièrement attiré par la région d'Acadie. En fait, Champlain recherchait le célèbre détroit qui devait mener les Européens vers l’Asie et qui occupait les navigateurs depuis plusieurs décennies. Il pensait que le détroit pouvait être repéré plus facilement en suivant les côtes de l'océan Atlantique.

47En 1604, Samuel de Champlain, qui se trouvait dans la baie de Fundy, arriva à la hauteur de la rivière de "Saincte Croix", puis continua le long de la côte et atteignit la baie de Penobscot où il pensa reconnaître la rivière de Norembègue. Il déclare alors dans le récit de son voyage :

  • 50 Samuel de Champlain, Voyages du Sieur de Champlain, ou Journal ès Découvertes de la Nouvelle-Franc (...)

"Je crois que ceste rivière est celle que plusieurs pilotes et historiens appellent Norembègue, et que la plus part ont écrit estre grande et spacieuse, avec quantité d'isles, et son entrée par la hauteur de quarante-trois et trois quarts et demi, et d'autres par les quarante-quatre degrez, plus ou moins, de latitude. Pour la déclinaison, je n'en ai leu ni ouï parler à personne. On descrit aussi qu'il y a une grande ville fort peuplée de Sauvages adroits et habiles, ayants du fil de coton. Je m'asseure que la plus part de ceux qui en font mention ne l'ont veue, et en parlent pour l'avoir ouï dire à gens qui n'en sçavoient pas plus qu'eux50."

48Champlain avait donc entendu parler de la fameuse Cité de Norembègue, qu'il réduisait cependant aux dimensions d'une grande agglomération où vivaient des Indiens évolués. Il n'est point question ici des hypothèses délirantes qui avaient cours dans certains milieux maritimes. Champlain, arrivé depuis peu en Amérique, avait acquis très rapidement suffisamment d'expérience pour savoir apprécier la réalité nouvelle avec la prudence qui s'imposait. Il y avait tout de même chez lui une grande curiosité, et on le sent désireux d'approcher la "grande ville". Son intention, clairement annoncée, était de porter témoignage avec exactitude :

  • 51 Ibid., t. 1, liv. 2, ch. 3, p. 80-81.

"Je dirai donc au vrai ce que j'en ai recognu et veu depuis le commencement jusques où j'ai esté51."

49Champlain décrit alors la région de manière très détaillée et semble surpris de ne pas avoir fait d'importante découverte. Il exprime d'ailleurs ses doutes :

  • 52 Ibid., t. 1, liv. 2, ch. 3, p. 84.

"Or, il faut de nécessité que ceste rivière soit celle de Norembègue : car passé icelle jusques au quarante-uniesme degré que j'ai costoyé, il n'y en a point d'autre sur les hauteurs ci-dessus dites, que celle de Quinibequy, qui est presque en mesme hauteur, mais non de grande estendue52."

50Car, après avoir débarqué pour reconnaître le pays, il n’a vu aucune ville :

  • 53 Ibid., t. 1, liv. 2, ch. 3, p. 83.

"(...) et dirai que depuis l'entrée où je fus, qui sont environ vingt-cinq lieues, je ne veis aucune ville, ni village, ni apparence d'y en avoir eu, mais bien une ou deux cabanes de Sauvages, où il n'y avait personne (...)53 "

51Le sieur de Champlain était fort désappointé, car sa déception, tempérée par le recul qu'il avait pris face à l'événement lors de la rédaction de son texte, apparaît encore dans le récit. Il termine d'ailleurs ainsi le chapitre qu'il consacre au Norembègue :

  • 54 Ibid., t. 1, liv. 2, ch. 3, p. 87.

"Voilà au vrai tout ce que j'ai remarqué tant des costes, peuples, que rivière de Norembègue, et ne sont les merveilles qu'aucuns en ont escrites. Je croi que ce lieu est aussi mal agréable en hyver, que celui de Saincte Croix54."

  • 55 Ces 3 cartes représentent la Nouvelle-France. La première est de 1612 (cf. la liste de cartes prés (...)
  • 56 S. de Champlain : Carte de la nouuelle france, augmentée depuis la / derniere, seruant a la nauiga (...)

52En bon géographe, Champlain (qui dessinait admirablement) plaça le Norembègue sur trois cartes (de 1612 et 1613) qui illustrèrent le récit de ses voyages55. Cependant, sur une carte qu’il dessina en 1632, le nom Norembègue ne figure plus56. Simple oubli ? Pour Champlain, tout au moins, le rêve s'était évanoui.

  • 57 Cf. S. E. Morison, North. Voy., op. cit., ch. 14, p. 469-470.

53Le Norembègue mit longtemps à disparaître des cartes géographiques, mais quelques nostalgiques de la merveilleuse cité perpétuèrent la tradition57. La période d’activité de la légende était cependant terminée au début du XVIIe siècle.

54La partie Nord du Continent Américain n'eut pas toutefois le monopole des royaumes et des cités fabuleuses. Il y eut en Amérique du Sud plusieurs autres exemples de mirages fascinants et d’amères désillusions.

No 28 - La "Terra de Nvrvumbega" sur une carte de Gastaldi insérée dans les Navigationi et Viaggi de G. Ramusio (1556).

Notes

1 An account of the particularities of the imployments of the English men left in Virginia by Sir Richard Greenevill under the charge of Master Ralph Lane Generall of the same, front the 17. of August 1585. until the 18. of June 1586. at which time they departed the Countrey : sent and directed to Sir Walter Ralegh, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 6, p. 143.

2 Ch.-A. Julien, Voy. Découv., op. cit., ch. 5, p. 225.

3 Malgré l'aspect hollandais de ce nom — déformé par les traducteurs — il s'agit en fait de "Jean Grout de Saint-Malo, fils de François Grout, sieur de La-Ville-ès-Nouveaux, et de Guillemette Collin". Cf. Deux Lettres de Jacques Nouel de Saint-Malo touchant les découvertes de Jacques Cartier au Canada, dans F. Joüon Des Longrais, Jacques Cartier. Documents Nouveaux, op. cit., p. 144.

4 Ibid., p. 146-147.

5 Cf. Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 4, p. 312-313.

6 A. Thevet, Cosmogr., op. cit., ch. 2, p. 33.

7 René de Goulaine de Laudonnière, L'Histoire Notable..., op. cit.,p. 38.
Une partie du texte de Laudonnière figure également dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 6, p. 227-239, avec le titre : A notable historie containing foure voyages made by certaine French Captaines into Florida : Wherein the great riches and fruitefulnesse of the Countrey with the maners of the people hitherto concealed are brought to light, written all, saving the last, by Monsieur Laudonnière, who remained there himselfe as the French Kings Lieutenant a yeere and a quarter : Translated out of French into English by M. Richard Hakluyt.

8 Comme le signale Ch.-A. Julien, Voy. Découv., op. cit., ch. 5, p. 231, n. 1 :
"Pour qu'il ait pu penser que des indigènes du littoral atlantique pouvaient connaître une cité située non loin de la mer du Sud, il a fallu qu'il crût à l'existence d'un isthme étroit entre les deux mers."

9 Capitaine Jean Ribault, La Complète et Véridique Découverte de la Terra Florida (en anglais la Terre Fleurie). Contenant la nature et mœurs merveilleusement étranges de ce peuple et les merveilleux trésors et commodités de ce pays aussi bien que les plaisants ports, havres et routes (de cette contrée) jamais encore découverte avant Tannée passée 1562. Écrit en français par le Capitaine Ribault le premier qui la découvrit totalement. Et nouvellement mise en anglais le 30. de Mai 1563. Imprimé à Londres par Rowland Hall pour Thomas Hacket, dans Les Français en Amérique pendant la deuxième moitié du XVIe siècle, t. 2, Les Français en Floride (...), op. cit., p. 13-14.

10 Carte reproduite par Marcel Trudel, Atlas de la Nouvelle-France, op. cit., carte no 9, p. 33. Cette carte se trouve également dans Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle, t. 1, op. cit., p. 64-65.

11 Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle, t. 1, op. cit., p. 71, n. a).

12 Giovanni Da Verrazano, Relation..., op. cit., p. 64-65.

13 Ibid., p. 66.

14 Ibid., p. 67.

15 Cf. Hand. of Amer. Ind., op. cit., part. 2, p. 84-85 (art. "Norumbega"). Cf., également, ci-dessous, n. 20.

16 Ibid., p. 84.

17 Voir, à ce sujet, l'étude de W. F. Ganong, "The Origin of the Place-names Acadia and Norumbega", dans Mémoires de la Société Royale du Canada - Transactions of the Royal Society of Canada, Série III (juin et septembre 1917), vol. XI, Section II : English Literature, History, Archaeology, etc. (Ottawa, Imprimés pour la Société Royale du Canada), p. 105-111.

18 Voir l’étude "Cartes et documents géographiques" dans le vol. 5 du texte dactylographié de notre thèse (appendice no 2, p. 1084-1131).

19 J. Mallart, Dernier livre de la Description de tous les Portz de mer de lunivers (...), op. cit., p. 139.

20 The voyage of the two ships, where of the one was called the Dominus vobiscum, set out the 20 day of May in the 19 yere of king Henry the eight, and in the yere of our Lord God 1527. The discoverie of the North partes, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 5, p. 337.
Cette relation de voyage est reproduite sous un titre plus général, choisi par Hakluyt, qui précise qu'Arambec a été déformé en Norumbega :
"The Voyages of the English Nation to Newfoundland, to the Isles of Ramea, and the Isles of Assumption otherwise called Natiscotec, situate at the mouth of the River of Canada, and to the coastes of Cape Briton, and Arambec, corruptly called Norumbega, with the Patents, letters and advertisements thereunto belonging."

21 Cf. Rev. Benjamin F. De Costa, "Norumbega and its English Explorers", dans J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 3, ch. 6, p. 170.

22 J. Fonteneau [J. Alfonse de Saintonge], Cosmogr., op. cit., fol. 182 r°, p. 495-496. J. Alfonse de Saintonge n'a, semble-t-il, que de vagues notions sur cette rivière "Norombègue", même s'il déclare un peu plus loin (fol. 182 v°, p. 496) :
"Car j'ay esté en une baye jusques à quarante et deux degrez entre Norombègue et la Fleuride (...)"
Il déclare également dans Le routier..., op. cit., p. 86 :
"Et je n'ai aucun doute que la Norimbegue entre dans la Rivière de Canada, et jusques dans la mer du Saguenay."

23 J. Fonteneau [J. Alfonse de Saintonge], Cosmogr., op. cit., p. 495, n. 1. Le texte cité provient d'Henry Harrisse, Découverte et évolution cartographique de Terre-Neuve et des pays circonvoisins (1197-1501-1769), Paris - London, 1900.

24 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. Nouv. France, op. cit., t. 1, p. 32.

25 Cf. Roberval's Commission, doc. cit.

26 Ibid., p. 185.

27 Ibid., p. 180.

28 J. Mallart, Dernier livre de la Description de tous les Portz de mer de lunivers (...), op. cit., p. 143. Cf., également, S. E. Morison, North. Voy., op. cit., ch. 14, p. 465.

29 Cf. David Ingram's relation, of 1582, August-September, op. cit.
Il existe 2 ms. de ce doc.. L'un est conservé par le British Museum (Sloane manuscripts, 1447) et l'autre par la Bodleian Library (Tanner manuscripts, 79). Le texte d'Ingram fut publié par R. Hakluyt dans l'éd. de 1589 de sa collection de voyages, puis supprimé dans celle de 1600 : Hakluyt devait avoir quelques doutes sur la véracité des détails que donnait David Ingram. Cf. J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 3, ch. 6, p. 186 et n. 4.

30 Rev. B. F. De Costa, "Norumbega and its English Explorers", ét. cit., p. 170.

31 Texte cité par Douglas R. McManis, European Impressions of the New England Coast, 1497-1620, op. cit., ch. 2, p. 67.

32 Ibid., p. 67.

33 Cf. Rev. B. F. De Costa, "Norumbega and its English Explorers", ét. cit., p. 170.

34 Benedeit, Voyage..., op. cit., p. 37-38.

35 F. Denis, Le Monde enchanté, op. cit., p. 203.

36 J. de Mandavila, Libro..., op. cit., liv. 2, ch. 64, p. 167.

37 Walter Raleigh évoquera lui aussi, quelques années plus tard, l'existence d'une "Montagne de Cristal" du pays de l'Eldorado. Cf. ch. 31, par. 10.

38 Histoire de Fleur-de-Grenade et de Sourire-de-Lune, dans Le Livre des Mille et Une Nuits, op. cit., t. 2, p. 67.

39 R. de Goulaine de Laudonnière, L'Histoire Notable..., op. cit., p. 75 :
"Puis leur présenta quelque nombre de perles belles au possible, mesme deux pierres de fin christal, et de la mine d'argent. En recompence de ces dons, nos François ne s'oublierent de luy donner quelques joyaux : et l'interrogerent du lieu d'où venoit la mine et le christal (...)

40 Calendar of State Papers - Colonial Series, 1574-1660. Preserved in the State Paper Department of Her Majesty's Public Record Office. Edited by W. Noël Sainsbury, Esq. (...), London, Longman, Green, Longman, & Roberts, 1860, vol. 1, doc. no 2, p. 1-2.

41 Ibid., p. 2.

42 Douglas R. McManis, European Impressions of the New England Coast, 1497-1620, op. cit., ch. 2, p. 58.

43 Ibid., ch. 2, p. 58.

44 Cf., Rev. B. F. De Costa, "Norumbega and its English Explorers", ét. cit., p. 170, n. 2.

45 The Letters Patents graunted by her Majestie to Sir Humphrey Gilbert Knight, for the inhabiting and planting of our people in America, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 5, p. 351.

46 Au sujet du voyage de Simon Ferdinando, cf. J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 3, p. 186-187.

47 Cf. Calendar of State Papers - Colonial Series, 1574-1660, op. cit., vol. 1, doc. no 2, p. 2.

48 S. E. Morison, North. Voy., op. cit., ch. 14, p. 468.

49 Cf. M. Trudel, Hist. de la Nouvelle-France, op. cit., t. 1, p. 258.

50 Samuel de Champlain, Voyages du Sieur de Champlain, ou Journal ès Découvertes de la Nouvelle-France, Paris, Imprimé aux frais du Gouvernement pour procurer du travail aux ouvriers typographes, Août 1830, t. 1, liv. 2, ch. 3, p. 80.

51 Ibid., t. 1, liv. 2, ch. 3, p. 80-81.

52 Ibid., t. 1, liv. 2, ch. 3, p. 84.

53 Ibid., t. 1, liv. 2, ch. 3, p. 83.

54 Ibid., t. 1, liv. 2, ch. 3, p. 87.

55 Ces 3 cartes représentent la Nouvelle-France. La première est de 1612 (cf. la liste de cartes présentée en appendice dans le vol. 5 du texte dactylographié de notre thèse, appendice no 2, p. 1084-1131 : carte C 273), la deuxième, de la fin de cette même année ou du début de l'année 1613 (liste de cartes : no C 274) et la troisième de 1613 (liste de cartes : no C 275). Elles figurent dans les Œuvres de Champlain (éd. Laverdière) ; la première dans le vol. 3, p. 326 ; la deuxième dans le vol 3, p. 275 ; la troisième dans le vol. 1, p. 422. Elles ont été reproduites par M. Trudel, Atlas de la Nouvelle-France, op. cit., no 32 (p. 80), no 33 (p. 82) et no 34 (p. 84).

56 S. de Champlain : Carte de la nouuelle france, augmentée depuis la / derniere, seruant a la nauigation faicte en son vray / Meridien, par le Sr. de Champlain Capitaine pour le Roy / en la Marine ; lequel depuis Tan 1603 jusques en Tannée / 1629 ; a descouuert plusieurs costes, terres, lacs, riuieres, / et Nations de Sauuages, par cy deuant incognuës, comme / il se voit en ses relations quil a faict Imprimer en 1632. (...) Carte publiée dans les Œuvres de Champlain (éd. Laverdière), vol. 3, p. 1385, et reproduite dans M. Trudel, Atlas de la Nouvelle-France, op. cit., no 35, p. 86-87.

57 Cf. S. E. Morison, North. Voy., op. cit., ch. 14, p. 469-470.

Table des illustrations

Légende No 28 - La "Terra de Nvrvumbega" sur une carte de Gastaldi insérée dans les Navigationi et Viaggi de G. Ramusio (1556).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 415k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search