Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Volume II

Chapitre XXIV. Le mystérieux Royaume du Saguenay

Texte intégral

1 - Les Français dans l'Atlantique

1Si les couronnes d'Espagne et du Portugal furent les premières à organiser la découverte et la colonisation du continent américain, les autres puissances atlantiques européennes suivirent un peu plus tard ces exemples et cherchèrent à s'implanter au-delà de l'Océan. Les royaumes de France et d'Angleterre, à l'imitation de ceux de la péninsule Ibérique, tentèrent d'établir des colonies outre-mer. Le monopole, de fait et de droit, que l'Espagne et le Portugal avaient établi, avec l'appui du Saint-Siège, gênait considérablement toutes les initiatives émanant des autres États qui donnèrent d’ailleurs, initialement, l'impression de se désintéresser des lointaines Indes Occidentales.

2Les Français, plutôt tournés vers le bassin Méditerranéen et le Proche-Orient, mirent beaucoup de temps à comprendre quelle importance pouvaient avoir les expéditions dans l’Atlantique. Charles-André Julien fait remarquer à ce propos :

  • 1 Charles-André Julien, Les Français en Amérique au XVIIe siècle, Paris, Centre de Documentation Uni (...)

"Aucune raison géographique ou humaine ne plaçait la France en état d’infériorité maritime mais il y eut, en Espagne et au Portugal, une politique d'expansion, en France, des initiatives individuelles1."

  • 2 Cf. Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 2, p. 118.

3Au début du XVe siècle, la conquête des Canaries, entreprise par Jean de Béthencourt et Gadifer de La Salle, se fit sans intervention directe du Roi de France. Et Béthencourt n’eut aucune réticence à céder — le 17 octobre 1418 — tous ses droits sur l'archipel à la couronne de Castille2. Les marins et les armateurs français des ports de la façade atlantique — avec, souvent, le soutien des Amirautés qui trouvaient là une source de profit non négligeable — décidèrent seuls de partir à l'aventure ou d'engager les frais nécessaires pour mener à bien les expéditions projetées. Une figure exceptionnelle attire tout particulièrement l'attention, celle de l'armateur de Dieppe Jean Ango. L’activité qu'il déploya justifie amplement la remarque suivante de l'historien de la Marine Charles de La Roncière :

  • 3 Ibid., t. 3, p. 243.

"(...) si vous cherchez en France une idée directrice en fait de politique maritime, n'allez pas à la cour de François Ier, mais à Dieppe3."

4Il serait cependant injuste d'affirmer que le port de Dieppe fut le seul à s'intéresser à la navigation hauturière vers le Ponant. Rouen, Saint-Malo ou La Rochelle prirent part également à l'aventure.

  • 4 Cf. Giovanni Da Verrazano, Relation du Voyage de la "Dauphine" à François Ier Roi de France, dans (...)

5Les côtes du Brésil, de Terre-Neuve ou de la Guinée avaient été reconnues par les Normands, les Bretons, les Basques ou les Rochelais. L'entreprise la plus importante de l'époque fut sans conteste le voyage que fit le long des côtes atlantiques de l'Amérique du Nord — en 1523 et 1524 — le Toscan Giovanni Da Verrazano, avec l'appui de financiers florentins de Lyon et le soutien de l'inévitable Jean Ango4.

6Verrazano, naviguant dans la région du cap Hatteras (Caroline du Nord), trompé par les dimensions de la lagune de Pamlico Sound crut apercevoir le fameux Mare Indicum qui baignait les rivages de la Chine. Le détroit tant recherché pour gagner plus facilement l'océan Pacifique serait-il donc situé entre le 35e et le 36e degré de latitude Nord ? L'"isthme" qu’il découvrit n'était pas très large et semblait autoriser l'hypothèse de la présence du détroit. Il pensa donc, en toute bonne foi, avoir repéré le chemin le plus court pour gagner l'Asie par l’ouest. 11 déclare dans sa Relation du Voyage de la "Dauphine" qu'il adressa à François Ier :

  • 5 G. Da Verrazano, Relation..., op. cit., p. 59.

"Nous appelâmes cette terre l’Annunziata en souvenir du jour de notre arrivée [25 mars]. Il s'y trouve un isthme large d'un mille et long de 200 milles ! Du navire on apercevait la mer orientale vers le nord-ouest. Cette mer est sans doute celle qui baigne l'extrémité de l'Inde, de la Chine et du Cathay. Nous naviguâmes le long de cette île avec l'espérance tenace de trouver quelque détroit ou mieux un promontoire qui achevât cette terre vers le nord, afin que nous puissions pénétrer jusqu'aux bienheureux rivages du Cathay. A cet isthme fut donné par le découvreur le nom d'Isthme Verrazano. De même toute la terre rencontrée fut appelée Francesca en l'honneur de notre roi François5."

7Il ne restait alors qu'à trouver le détroit.

  • 6 Cf. ch. 23.

8La "découverte" de Verrazano eut d'importantes conséquences : elle encouragea la recherche, le long des côtes est de l'Amérique du Nord, du détroit qui mènerait à l'Asie. Les explorateurs de cette partie du continent consacrèrent, dans les années qui suivirent le voyage du Toscan, une somme d'efforts considérable pour tenter de découvrir cet éventuel passage : Jacques Cartier en donne le meilleur exemple. Les cartographes, sur la foi des renseignements diffusés par Verrazano, qui laissaient peu de place au doute et à l'incertitude, dessinèrent très souvent un immense golfe qui amenait le Pacifique à proximité de l'Atlantique Nord. Cette bizarre représentation de la partie nord du continent américain eut certainement quelque influence sur le choix de l'emplacement de la cité de Quivira que l'on imagina sur le rivage d'une grande étendue d'eau6.

9L'expédition de Giovanni Da Verrazano avait fait naître de grands espoirs et l'idée que l'on pouvait repérer dans l'hémisphère Nord le détroit qui ouvrirait les portes de l'Asie fit son chemin, malgré la priorité manifeste que donnait l'armateur Jean Ango aux voyages vers le Brésil.

2 - Jacques Cartier découvre le Saint-Laurent

10Verrazano avait ouvert la voie et la couronne de France commença de manifester quelque intérêt pour la partie des Indes Occidentales que les Espagnols et les Portugais n'avaient pas encore investie. Mais il fallait agir avec prudence car les terres situées outre-Atlantique avaient bel et bien été confiées par le Pape aux peuples de la péninsule Ibérique.

  • 7 Cf. Marcel Trudel, Histoire de la Nouvelle-France, t. 1 : Les vaines tentatives, 1524-1603, Montré (...)

11François Ier n'allait pas, cependant, laisser passer l'occasion de s'opposer une fois de plus à son grand rival Charles Quint, surtout si l’entreprise pouvait élargir le champ de son influence et rapporter de substantiels bénéfices. Mais pour cela il lui était nécessaire, dans un premier temps, de s'attirer les bonnes grâces de l'arbitre de la Chrétienté, le pape Clément VII. L'affaire fut vite conclue. Le mariage du Roi de France avec la nièce du Pape fut l'occasion d'une rencontre — au mois d'octobre 1533, à Marseille — au cours de laquelle le Souverain Pontife, plus préoccupé par les questions européennes que par les lointains problèmes de l'outre-mer, admit sans grande difficulté que les anciennes bulles qui partageaient le monde et favorisaient l'Espagne et le Portugal ne s'appliquaient aucunement aux terres récemment découvertes7. L'alliance de Clément VII et François Ier favorisa les nouvelles ambitions du Roi de France qui put alors, en toute tranquillité, chercher à supplanter Charles Quint dans un domaine que ce dernier considérait comme sa chasse gardée. François Ier ne pouvait supporter le monopole des Espagnols ; il exprimait parfois son sentiment à ce sujet avec humeur. Dans une lettre adressée à l'Empereur (le 27 janvier 1541), Juan Tavera, cardinal de Tolède, rapporte ainsi certaines déclarations fort éloquentes du Roi de France :

  • 8 [Juan Tavera], The Cardinal of Toledo to the Emperor (27-1-1541), dans H. P. Biggar, A Collection. (...)

"(...) il disait [que...] le soleil brillait pour lui comme pour les autres et qu'il était très désireux de voir le testament d'Adam pour savoir de quelle manière celui-ci avait partagé le monde, et d'autres propos de la même teneur où l'on comprend aisément quelles étaient ses intentions et sa détermination (...)8 "

12À la rencontre de Marseille, entre Clément VII et François Ier, participa le Grand Aumônier de France, l'évêque Le Veneur. Celui-ci, qui était également abbé du Mont Saint-Michel, recommanda chaudement à son souverain l'un de ses protégés, un pilote de Saint-Malo nommé Jacques Cartier.

13Cartier était l'homme idéal pour diriger une expédition destinée à rechercher le détroit qui permettrait d'atteindre rapidement le Pacifique. Ce marin expérimenté était bien placé pour explorer la région de Terre-Neuve où les Malouins pêchaient la morue depuis une trentaine d'années.

  • 9 Cf. André Lespagnol, "Saint-Malo et la découverte du Canada", dans Etudes Canadiennes - Canadian S (...)
  • 10 Jacques Cartier, Première Relation de Jacques Cartier de la Terre Neufve, dite la Nouvelle France, (...)

14François Ier se laissa convaincre par le Grand Aumônier, mais son choix ne fit pas l'unanimité dans les milieux marchands de Saint-Malo qui manifestèrent quelques craintes. La Bretagne venait d'être rattachée à la France (1532) et la première expédition de Cartier, largement financée par le Trésor royal, qui privait momentanément Saint-Malo de ses meilleurs marins, menaçait, par son caractère étatique, les privilèges et les intérêts de la bourgeoisie malouine9. La mission confiée à Cartier par le Roi de France était une affaire d'État. Mais, malgré les obstacles nés de ce conflit d’intérêts, l'entreprise put être mise sur pied et deux vaisseaux quittèrent Saint-Malo le "vingntiesme jour d'apvril oudit an, mil cinq cents trante quatre10."

15Le Roi attendait beaucoup de ce voyage qui allait peut-être révéler, outre l'existence du détroit tant recherché, celle de quelques terres inexplorées aussi riches que la Nouvelle-Espagne ou le Pérou fabuleux dont la renommée commençait à grandir. En allouant au pilote malouin la somme de "six mil livres tournois" le trésorier de la Marine, Jehan de Vymond, précise bien qu'il s'agit d'entreprendre.

  • 11 Grant of Money to Cartier for his First Voyage (18-III-1533/4), BNP, Ms. fr. 15.628, no 618, fol. (...)

"(...) le voyage de ce royaume es Terres Neufves pour descouvrir certaines ysles et pays où l'on dit qu'il se doibt trouver grant quantité d'or et autres riches choses11."

16Ces quelques mots, très révélateurs, montrent quels étaient les espoirs de profit immédiat de la couronne de France et la fascination que les étonnants trésors américains, drainés par les Espagnols, exerçaient au-delà des Pyrénées.

***

  • 12 Cf. la carte "Premier Voyage de Cartier - 1534", dans Marcel Trudel, Atlas de la Nouvelle France, (...)

17Jacques Cartier arriva à Terre-Neuve le 10 mai 1534 et s'engagea, par la baie des Châteaux, dans l'estuaire du Saint-Laurent. Il mit d'abord le cap sur le sud, longeant la côte ouest de Terre-Neuve, puis revint vers le nord après avoir séjourné dans la baie de Chaleur. Il contourna, par l'est, l'île de l'Assomption, à l'entrée du Saint-Laurent, puis repartit vers l'est et la baie des Châteaux avant d'entamer le voyage de retour. Son expédition avait permis de reconnaître l'embouchure du grand fleuve. Toutefois, il n'avait pu se rendre compte s'il s'agissait bien là du détroit qui menait à la Chine12.

  • 13 J. Cartier, Première Relation..., op. cit., fol. 63 v° et 64 r°, p. 102-103.

18Dans la "Baye de Chaleur", Cartier rencontra des indigènes qui lui parurent fort dociles. "Nous congneumes que se sont gens qui seroient fassiles à convertir (...)", écrit-il dans sa Relation. Il ajoute d'ailleurs, quelques lignes plus loin : "Je estime mielx que aultrement, que les gens seroint facilles à convertir à nostre saincte foy13." Propos d'un chrétien convaincu ou insistance "diplomatique" destinée à cacher les vrais buts de l'expédition ? Comme les Ibériques, le capitaine malouin mettait ainsi en avant son désir de propager la foi chrétienne.

  • 14 Sur la croix étaient inscrits ces mots : "Vive le Roy de France". Ibid., fol. 65 v°, p. 106.

19Sur les côtes de la Gaspésie, il érigea une grande croix, repère nécessaire pour les explorations futures et symbole de la prise de possession officielle du territoire au nom du Roi de France14. Un chef indigène, Donnacona, vint alors lui rendre visite à bord du navire. Il était accompagné de "trois de ses filz et son frère". Cartier les accueillit avec beaucoup d'égards et réussit à convaincre Donnacona de lui confier deux de ses fils, Dom Agaya et Taignoagny, qu'il promit de ramener bientôt. Ceux-ci, tout heureux de recevoir des présents, suivirent Cartier de bon gré :

  • 15 Ibid., fol. 66 r°, p. 107.

"Et acoustrames sesdits deux fils de deux chemises, et en livrées, et de bonnetz rouges, et à chaincun, sa chainette de laton au col. Dequoy se contentèrent fort, et baillèrent leurs vieulx haillyons à ceulx qui retournoient15."

20Ces deux Indiens jouèrent par la suite un rôle de premier plan car Jacques Cartier, tenant ses promesses, les embarqua avec lui lors de son second voyage.

21Le bilan de cette première expédition, qui se termina à Saint-Malo le 5 septembre 1534, paraissait bien maigre. Mais tout espoir de trouver le détroit n'était pas perdu, bien au contraire, car le Saint-Laurent avait été repéré et cette grande voie de pénétration vers l'intérieur du continent semblait de prime abord confirmer l'hypothèse de départ. Il suffisait donc d'explorer patiemment cette brèche : ce fut l'objectif de la seconde expédition.

3 - Le Royaume du Saguenay

  • 16 Cf. J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit.

22C'est en 1535 et 1536 qu'eut lieu le deuxième voyage de Jacques Cartier16. Ce fut, une nouvelle fois, une entreprise décidée et encouragée par François Ier. Le titre même de la relation de ce voyage est très net à ce sujet :

  • 17 Ibid., fol. E v°, p. 115.

"Seconde navigation faicte par le commandement et vouloir du Très-Chrestien Roy Françoys, premier de ce nom, au parachèvement de la descouverture des terres occidantales (...)17 "

  • 18 Cf. la carte "Deuxième Voyage de Cartier", dans M. Trudel, Atlas de la Nouvelle-France..., op. cit (...)

23Cartier quitta Saint-Malo le mercredi 19 mai 1535 avec trois navires : la Grand Hermyne, la Petite Hermyne et l'Hémerillon. Il arriva à Terre-Neuve le 7 juillet puis s'engagea dans l'estuaire du Saint-Laurent en suivant la côte nord. A l'ouest de l'île de l'Assomption, il se dirigea vers la côte sud qu'il suivit quelque temps et revint vers la côte nord où il découvrit les Sept-îles, avant de remonter résolument le fleuve18.

24Le capitaine malouin était — comme nous l’avons indiqué — accompagné des deux "sauvaiges" Dom Agaya et Taignoagny, fils du chef Donnacona, qu'il avait emmenés en Europe lors du premier voyage. Ceux-ci, qui connaissaient bien le fleuve, déclarèrent alors :

  • 19 J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit., fol. 6 r°, p. 124.
    Comme le signale Victor Tremblay, Hist (...)

"(...) que à deulx journées dudict cap et ysle [Anticosti] commançoyt le royaume de Saguenay, à la terre devers le nort, allant vers ledict Canada19."

25Quelque temps plus tard, ils confirmèrent ce renseignement :

  • 20 J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit., fol. 6 v°, p. 125.

"Et par les sauvaiges que avions, nous a été dict que c'estoit le commancement du Saguenay, et terre habitée et que de là venoyt le cuyvre rouge qu'ilz appellent caignetdazé20."

26Il était intéressant de connaître l'existence de mines de cuivre, mais Cartier, tout à son exploration du Saint-Laurent et à sa recherche du détroit, ne parut pas attacher une grande importance à cette nouvelle qu'il se contenta alors d'enregistrer. Le Saguenay n'était pas encore un objectif prioritaire. Cependant Cartier avait vu une rivière qui venait, disait-on, de ce lointain pays :

  • 21 Ibid., fol. 8 v°, p. 128.

"Et envyron quinze lieues dudict hable à l'ouaist surouaist, y a troys ysles, au parmy dudict fleuve le travers desquelles y a une ripvière fort parfonde et courante qui est la ripvière et chemyn du royaume et terre du Saguenay ainsi que nous a esté dict par noz [deux] hommes du pays de Canada21."

27Le Saguenay fut, notons-le au passage, la seule contrée de la Nouvelle-France qualifiée de royaume par le Malouin. Ceci est remarquable car, même si Cartier n'employait pas le terme avec le sens courant qu'il a à notre époque, le fait même de l'avoir choisi pour reproduire les indications données par des indigènes, montre bien qu'il se faisait une haute opinion du pays et lui accordait une importance particulière. Le terrain était donc favorable et devait permettre de futurs développements de cette idée. Toutefois, Cartier poursuivit son voyage sur le Saint-Laurent, pensant peut-être qu'il serait toujours temps de mieux se renseigner sur le "Royaume de Saguenay" que les Indiens ne faisaient qu'évoquer.

***

  • 22 Ibid., fol. 11 r°, p. 132.
  • 23 Ibid., fol. 11 v°, p. 133.

28Il arriva alors au pays du "seigneur de Canada, nommé Donnacona en nom, et l'appellent pour seigneur agouhana"22. Donnacona avait autorité sur Stadaconé, qui est l'ancien nom de Québec. Cartier, "après avoyr visité ledict lieu et treuvé estre convenable"23 resta quelque temps à cet endroit et apprit à mieux connaître les indigènes. Lorsqu'il manifesta son intention de naviguer toujours plus loin et d'atteindre Hochelaga (Montréal), Donnacona se montra fort "marry". La décision de Cartier provoqua bien des remous. Tous les stratagèmes furent employés par les Indiens pour qu'il renonçât à son projet, et aucun indigène ne voulut l'accompagner.

29Cartier partit de Stadaconé le 19 septembre et arriva le 2 octobre à Hochelaga. Du haut d'une "montaigne, qui est jacente à la dicte ville"— qu'il baptisa "le mont Royal" —, il put contempler le pays et avoir une vision panoramique de la contrée. Alors, les Indiens d'Hochelaga lui donnèrent de précieux renseignements :

"Et oultre nous monstroient que le long desdictes montaignes, estant vers le nort, y a une grande ripvière [l'Ottawa] qui descend de l'occident, comme ledict fleuve. Nous estimons que c'est la ripvière qui passe par le royaume et prouynce du Saguenay (...)"

30A ce moment-là intervint un élément déterminant pour l'avenir :

  • 24 Ibid., fol. 29 r°, p. 152.

"(...) et sans que [nous] leur fissions aucune demande et signe, prindrent la chaisne du sifflet du cappitaine, qui est d'argent, et ung manche de pongnard, qui estoit de laton jaune comme or, lequel pendoit au costé de l'un de noz [compaignons] mariniers, et monstrèrent que cela venoyt d'amont ledict fleuve (...)24 "

31Le Saguenay prenait maintenant beaucoup d'importance : un deuxième cours d'eau permettait d'y accéder. Mais les indigènes ne se seraient-ils pas trompés en signalant qu'il y avait de l'or et de l'argent dans une autre direction ? N'auraient-ils pas confondu l'or avec le cuivre ? Cartier voulut s'en assurer :

  • 25 Ibid., fol. 29 v°, p. 153.

"Ledict cappitaine leur montra du cuyvre rouge, qu’ils appellent caignetdazé, leur monstrant vers ledict lieu et demandant par signe, s'il venoyt de là. Et ils commancèrent à secourré la teste, disans que non, en monstrant qu'il venoyt du Saguenay, qui est contraire du précédent25."

32Il paraissait donc bien clair que le Saguenay ne produisait que du cuivre rouge. Remarquons cependant que Cartier, qui transportait un échantillon de métal, semblait montrer quelque intérêt pour les richesses minières et... le royaume dont on lui avait parlé.

***

33Le 13 octobre 1535, Cartier était revenu à Stadacomé. Il fut contraint d'y passer l'hiver :

  • 26 Ibid., fol. 47 v°-48 r°, p. 170.

"Depuis la my novembrre jusques au XVème jour d'apvril, avons esté continuellement enferméz dedans les glaces, lesquelles avoyent plus de deux brasses d'espesseur, et dessus la terre, y avoit la haulteur de quatre piedz de naiges et plus, tellement qu'elle estoyt plus haulte que les bors de noz // navires (...)26 "

34Mais, au cours de cette période d'inaction forcée, Cartier et ses hommes eurent de nombreux contacts avec les indigènes. Ils obtinrent alors de plus amples renseignements sur le Royaume du Saguenay.

  • 27 Depuis le Mont Royal.
  • 28 J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit., fol. 42 v° à 43 v°, p. 166-167.

"Et avons entendu par le seigneur Donnacona, Taignoagny, dom Agaya et aultres, que la ripvière davant dicte et nommée la ripvière du Saguenay, va jusques audict Saguenay, qui est loing du commancement // de plus d'une lune de chemyn, vers l'ouest norouaist ; et que passé huict ou neuf journées, elle n'est plus parfonde que pour bateaulx, mays que le droict et bon chemin [dudict Saguenay], et plus seur, est par ledict fleuve, jusques audessus de Hochelaga, à une ripvière qui descend dudict Saguenay et entre oudict fleuve ce que avons veu27, et que de là sont une lune à y aller. Et nous ont faict entendre que audict lieu les gens sont [vestuz et] habilléz de draps, comme nous, et [qu'il] y a force villes et peuples, et bonne[s] gens, et qu’ilz ont grand[e] quantité d'or et cuyvre rouge. Et nous ont dict que le tout de la terre, despuis ladicte première ripvière jusques audict Hochelaga, et Saguenay, est une ysle, laquelle est circuitte et envyronnée de ripvières et dudict fleuve ; et que, passé ledict Saguenay, va ladicte // ripvière, entrent en deux ou troys grands lacqs d'eaue, fort larges ; puys, que l'on treuve une mer doulce, de laquelle n'est mention avoyr veu le bout, ainsi qu'ilz ont ouy par ceulx du Saguenay ; car ilz nous ont dict n'y avoyr esté28."

35Le second séjour — prolongé — à Stadaconé avait donc été profitable. Que d'informations nouvelles sur le fameux royaume dont l'image commençait dès lors à se préciser ! Mais comment ne pas s'interroger sur ces tardives indications ? Pourquoi Dom Agaya et Taignoagny, qui n'avaient a priori aucune raison de se méfier de Cartier quand ils rentraient, heureux, dans leur pays, s'étaient-ils contentés de donner de sommaires indications sur le Saguenay et un vague renseignement concernant le cuivre rouge ? Pourquoi Donnacona, lors du premier séjour de Cartier à Stadaconé, avant que le Malouin eût pris la décision de pousser jusqu'à Hochelaga, n'avait-il pas révélé tout ce qu'il savait à un capitaine qui ne l'avait pas trompé en tenant sa promesse de revenir et de ramener ses fils ? Aurait-il voulu prouver au Breton qu'il connaissait mieux le pays que ses rivaux d'Hochelaga ? Cherchait-il à pousser Cartier, qui l'avait déçu, à quitter le territoire qu'il contrôlait ? Mais Jacques Cartier pouvait-il comprendre parfaitement Donnacona ?

36Certains détails nous incitent à penser que l'information avait bien été transmise par les indigènes. La situation géographique du Saguenay décrit par les Indiens de Stadaconé se révèle, globalement, exacte et l'existence du lac Saint-Jean, qu'aucun Européen ne pouvait connaître, était bien mentionnée. Que penser alors de toutes les précisions qui ornaient ce fond de vérité ? Les nombreuses agglomérations, les gens vêtus de drap — preuve d'une civilisation évoluée —, la grande quantité de cuivre et d'or — dont il n'avait jamais été question auparavant —, ne seraient-ils que de purs produits de l'imagination de marins désœuvrés ? S'agirait-il d'une confusion ? Car les Indiens du Canada avaient, semble-t-il quelques notions des régions situées plus au sud. Donnacona et les autres informateurs indigènes avaient également parlé d'"une terre, où il n'y a jamays glaces ny naiges" et où l'on trouvait des fruits en abondance. Cartier et son équipage n'auraient-ils pas alors pris leurs désirs pour des réalités ?

  • 29 Les carences alimentaires dues à la période hivernale avaient certainement provoqué l’apparition d (...)

37Aucun Indien de Stadaconé ni d'Hochelaga ne déclarait pourtant avoir vu le Saguenay. Tous se contentaient de rapporter des informations qu'ils connaissaient — ou disaient connaître — par ouï-dire. Cependant, après avoir découvert inopinément le remède qui guérissait le scorbut — une épidémie s'était déclarée à Stadaconé29 —, Cartier apprit que Donnacona en savait long sur le Saguenay et surtout qu'il avait visité ce pays.

38Pourquoi se serait-il abstenu de l'indiquer jusqu'alors ? Les renseignements qui paraissent — si l'on suit le récit du voyage — distillés avec parcimonie, ne prouveraient-ils pas plutôt que l'on avait du mal à se comprendre ou que l'imaginaire intervenait de plus en plus fréquemment ?

39Dès l'instant où il disposait d'un témoin oculaire, l'affaire prenait pour Cartier une nouvelle tournure. Il décida en conséquence d'emmener Donnacona en France pour le présenter à François Ier :

  • 30 J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit., fol. 53 r°, p. 175.

"Et aussi qu'il estoit bien desliberé de mener ledict seigneur Donnacona en France, pour compter et dire au Roy ce qu'il avoyt veu es pays occidentaulx des merveilles du monde ; car il nous a certiffié avoyr esté à la terre du Saguenay, où il y a infiny or, rubiz et aultres richesses, et y sont les hommes blancs, comme en France, et accoustréz de draps de laine30."

40On remarquera combien le Saguenay a encore pris d'importance. Il n'est maintenant plus question de cuivre rouge mais d'or, de rubis et d'autres richesses. Et surtout, Donnacona a certifié s'y être rendu. Le Royaume du Saguenay est devenu l'une de ces contrées fabuleuses qui faisaient rêver les Européens du XVIe siècle. Que de chemin parcouru depuis l'entrée dans le Saint-Laurent !

41Mais Cartier, déçu par le peu de profit qu'il avait tiré de cette deuxième expédition dans laquelle le Roi de France avait tant investi d'espoirs et de livres tournois n'avait-il pas trouvé là le meilleur moyen de se justifier et de préparer d'autres expéditions ? Peut-être croyait-il vraiment découvrir un jour une contrée merveilleuse. Ne songeait-il pas à préserver ses chances pour l’avenir et intéresser à ses entreprises des lecteurs qui ne demandaient qu’à rêver en suivant la relation de ses exploits ? Il est remarquable que l'on ait prêté à Donnacona d'autres propos tout à fait extravagants qui semblent pour le moins inspirés par les récits de l'ancien temps et les aventures de Jean de Mandeville :

  • 31 Ibid., fol. 53 r°-53 v°, p. 175.

"Plus, dict avoyr veu aultres pays, où les gens ne mengent poinct ; ains font seullement eaue par la verge. Plus, dict avoyr esté en aultre pays de Picquenyans, et aultre pays où les gens n'ont que une jambe, et aultres merveilles, longues à recompter. Ledict seigneur est homme ancien, et ne cessa jamays d'aller // par pays depuis sa congnoissance, tant par fleuves, ripvières que par terre31."

  • 32 On lui avait promis de le ramener chez lui.

42Un Indien âgé — donc plein de sagesse — et, qui plus est, témoin oculaire et grand voyageur, devait pouvoir convaincre le Roi de France. Et Donnacona, "fort joieulx", se laissa emmener32.

  • 33 J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit., fol. 59 v°, p. 180.

43Pendant que les vaisseaux se dirigeaient vers l'embouchure du Saint-Laurent, plusieurs embarcations indigènes, sorties de la rivière Saguenay, vinrent saluer le départ de Donnacona. Les Indiens qu'elles transportaient offrirent alors au chef "ung grand cousteau de cuyvre rouge, qui vient dudict Saguenay, et aultres choses"33. Ce couteau n'était-il pas une preuve tangible de l'existence du fameux royaume ? Cartier disposait de renseignements précis, du meilleur témoin oculaire et d'un objet de cuivre. N'était-ce pas suffisant pour persuader les incrédules et obtenir l'appui de la cour ?

***

44Il est incontestable que les indigènes avaient fourni à Jacques Cartier quelques renseignements sur la région située au nord du fleuve Saint-Laurent, mais il est également tout à fait patent que l'imaginaire joua un grand rôle dans l'élaboration du Royaume du Saguenay. Les Indiens n'auraient-ils pas rappelé devant Cartier certaines de leurs traditions que le Malouin aurait interprétées à sa manière ? L'historien Marcel Trudel envisage cette hypothèse :

  • 34 M. Trudel, Hist. de la Nouvelle-France, t. 1, op. cit., ch. 2, p. 109.

"S'agit-il d'un royaume de rêve, produit pur et simple de l'imagination indienne ? ou ne serait-ce pas plutôt la synthèse de traditions folkloriques reprise à son compte par Donnacona, comme cela se produit chez les primitifs34."

45A la fin du voyage, le Saguenay apparaissait comme un pays riche et mystérieux. Isolé, loin du grand fleuve, cet étrange "royaume" que les riverains du Saint-Laurent connaissaient mal semblait pourtant avoir été visité, au moins par Donnacona.

  • 35 M. Trudel signale à ce propos (Ibid., ch. 2, p. 109) :
    "On a tenté de rattacher ce mythe du Saguena (...)

46Mais le Saguenay qu'évoquait le chef indigène avait-il l'importance qu'on lui accordait ? Il peut paraître curieux qu'une région que l'on disait si évoluée, où l'on tissait la laine — mais où étaient les moutons ? — et où l'on bâtissait de grandes cités — très peuplée par conséquent —, n'eût pas entretenu plus de rapports avec les tribus qui vivaient à proximité du Saint-Laurent35 : rares étaient les objets qui provenaient de ce pays d'exception. On prétendait cependant que le Saguenay était aisément accessible : deux rivières permettaient de s'y rendre, et l'on connaissait avec suffisamment de précision le temps nécessaire pour entreprendre le voyage. Pourquoi un tel isolement aurait-il alors persisté ? Sur ce point, au moins, les récits des indigènes pouvaient être remis en cause.

  • 36 Cf. supra, ch. 3, par. 4, et l'étude "Cartes et documents géographiques” dans le texte dactylograp (...)

47Faut-il s'étonner de cette situation paradoxale ? Certainement pas si l'on considère que le Saguenay était avant tout un produit de l'imagination. Cartier le présente comme une île où des gens civilisés semblent avoir choisi de vivre à l'écart, au milieu de fabuleuses richesses. Ces données sont d'un grand intérêt. Le Saguenay ne serait-il pas, à bien des égards, une adaptation de la vieille légende de l'île des Sept-Cités ? Un mythe ne se serait-il pas développé ? L'île mystérieuse, que l'on situait à l'ouest des côtes européennes n'aurait-elle pas pu se trouver au Canada ? Nous avons d'ailleurs constaté, sur les cartes géographiques, qu'à partir de 1541 et jusqu'à la fin du XVIe siècle, l’île des Sept-Cités se rapprochait parfois curieusement des rivages de l'Amérique du Nord : nous l'avons vue cinq fois, placée de cette manière36.

  • 37 Ceci est prouvé par un doc. des archives communales de Saint-Malo (Archives d'Ille-et-Vilaine), Ju (...)
  • 38 Cf. supra, ch. 3, par. 3 et 4.

48Comme nous l'avons déjà signalé, la légende des sept évêques qui s'enfuirent de la péninsule Ibérique lorsque les Maures l'envahirent, était certainement d'origine portugaise. Jacques Cartier et les membres de son équipage auraient-ils pu connaître cette légende ? Il est fort probable que les marins de Saint-Malo ne l'ignoraient pas. Les contacts n'étaient pas rares entre les ports européens de l'Atlantique et les légendes circulaient vite dans les milieux maritimes. De plus, Jacques Cartier avait fréquenté les Portugais. Il connaissait même très bien leur langue puisqu'il intervint — en 1543 ou 1544 — comme interprète dans une affaire de justice, pour traduire les propos tenus par un capitaine portugais nommé Anthoine Albeires37. Enfin, n'oublions pas que l'île des Sept-Cités fut souvent confondue avec l'île de Saint-Brandan ou l'île Antilia38. Or, le second de saint Brandan, celui qui l'assista au cours de son périple merveilleux, n'était-il pas saint Malo ? Comment des marins originaires de Saint-Malo auraient-ils pu ignorer les hauts faits de leur saint patron !

49Il est intéressant de constater qu'à la même époque la même idée surgit en Nouvelle-Espagne. Dans le Royaume du Saguenay se trouveraient de nombreuses villes — le texte de Cartier ne donne aucun chiffre —, tout comme dans celui de Cíbola. Quivira, qui assura la survivance du mythe après la déception née de la découverte de Cíbola, ne fut-elle pas située près d'une grande étendue d'eau, comme le Saguenay, où l'on disait se trouver une mer d'eau douce ? Enfin ne parlait-on pas de l'existence de peuples évolués dans ces riches pays introuvables ? Cíbola, Quivira et le Saguenay pourraient bien n'être que des résurgences d'un même mythe dont l'une des bases essentielles serait constituée par les célèbres Sept Cités médiévales. Il est vrai que dans le cas du Saguenay jamais on ne fit mention explicitement des Sept Cités. Toutefois il existe trop de points communs entre ces trois royaumes pour ne pas envisager sérieusement une telle hypothèse.

  • 39 Voir l’étude "Cartes et documents géographiques" dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. (...)

50Pour les cartographes, le nom Saguenay est rarement associé à une agglomération. Nous n'en avons trouvé qu'un exemple, bien tardif, sur une carte de 1561. Mais nous avons vu deux fois représentée la Mer du Saguenay (1544-1545 et 1593). En général l'appellation Saguenay désigne une région (dix-sept exemples entre 1544 et 1647) ou, plus souvent, une rivière (vingt-neuf exemples entre 1543 et 1680). De nos jours, encore, le nom Saguenay s'applique à une région et à un cours d'eau39.

4 - Le troisième voyage au Canada de Jacques Cartier

51Le 16 juillet 1536, Cartier était de retour à Saint-Malo. Il voulait informer le Roi de France des découvertes réalisées au cours de son deuxième voyage. Il ne manqua pas, évidemment, de l'entretenir du mystérieux Royaume du Saguenay. Donnacona, le vieux chef indien, était là pour confirmer les renseignements. Cartier avait, en fait, ramené trois indigènes, mais deux d'entre eux n'avaient pas survécu et seul Donnacona put être présenté au Souverain.

  • 40 Ce document, conservé à l'Archivo Nacional da Torre do Tombo, de Lisbonne (Corpo Chronologico, par (...)
  • 41 Letter from Lagarto..., doc. cit., p. 76 :
    "(...) e me mostrou hum Rio na terra dos bacalhaos asent (...)

52François Ier fut fortement impressionné par tout ce qu'il apprit alors. Il prêta une grande attention aux nouvelles qui lui étaient rapportées. João Fernando Lagarto, un espion du roi João III de Portugal, qui s'entretint avec François Ier, indique, dans une lettre adressée à son souverain (le 22 janvier 1539), que le Roi de France croyait fermement au fabuleux Royaume du Saguenay et qu'il montrait à ce propos un grand enthousiasme40. Il était, dit-il, sincèrement persuadé de la richesse de ces nouvelles terres qu'il souhaitait contrôler un jour, et semblait avoir étudié avec soin deux cartes de la région que l'on avait dessinées à son intention. Il s'était convaincu de la réalité des renseignements dont on lui avait fait part41. Donnacona lui aurait parlé d'une grande ville nommée Saguenay, très riche et peuplée de gens vêtus :

  • 42 Ibid., p. 77.

"(...) qu'il s'y trouve une grande ville qui a pour nom Sagana où il y a de nombreuses mines d'or et de l'argent en abondance, et où vivent des gens vêtus et chaussés comme nous (...)42 "

  • 43 Ibid., p. 79.

53On trouverait des épices dans ce pays. Et Lagarto, qui répète au sujet de François Ier "e esto cre como se ho vira" ('il croit cela comme s’il l'avait vu'), précise que Jacques Cartier aurait rapporté des échantillons d'or (dix ou douze bijoux). Le Roi de France songeait aussi à la possibilité de trouver un détroit dans la région et repoussait sans hésitation les objections présentées par son interlocuteur portugais sur l'impossibilité d'obtenir des épices et de l’or dans une région aussi froide. Mais François Ier rappelait que l'on avait exploité des mines d'or en Hongrie, et disait qu’il avait une entière confiance en Donnacona ("et il me dit que ce Roi indien ne lui mentait pas43 ").

54Comme son souverain, Jacques Cartier était persuadé que d'immenses richesses existaient dans la région du Saguenay. Jacques Noël, le petit-neveu de Cartier, dans une lettre écrite (en 1587) à un certain Jean Growte, étudiant à Paris, précise que l'on pouvait lire sur une carte qui figurait parmi les papiers de son grand-oncle :

  • 44 Jacques Noël, Deux lettres de Jacques Noel, de St. Malo, touchant les découvertes de Jacques Quart (...)

"(...) au-dessus de l'endroit où la Rivière se partage en deux, au milieu des deux branches de la dite Rivière, et quelque peu plus proche de la branche qui court vers le Nord-Ouest, les mots qui suivent, écrits de la main de Jacques Quartier :
"Par le Peuple du Canada et Hochelaga il est dit : que c'est ici où est la Terre du Saguenay ; laquelle est riche et abonde en pierres précieuses." (...)44 "

***

  • 45 Mémoire des hommes & provisions necessaires pour les vaisseaux que le Roy voulait envoyer au Canad (...)

55Il était donc urgent d'exploiter les richesses du Saguenay. Dès la fin de l'année 1538, alors que la guerre entre François Ier et Charles Quint venait de se terminer par la trêve de Nice (18 juin 1538), on songea à créer une colonie au Canada. Un Mémoire des hommes & provisions necessaires pour les vaisseaux que le Roy voulait envoyer en Canada, daté de septembre 1538, en apporte la preuve45. Il fallait préparer l'établissement de colons sur les rives du Saint-Laurent. On sortait alors du cadre des missions d'exploration. Cartier, en bon pilote et capitaine expérimenté, avait mené à bien les deux premières missions de reconnaissance, mais les intentions de la Couronne étaient maintenant très différentes. L'engagement de l'État était trop important et l'organisation d'une colonie ne pouvait guère être confiée à un roturier. Une délégation de pouvoirs ne pouvait revenir qu'à un membre de la noblesse qui ferait ainsi fonction de vice-roi. C'est Jean François de La Roque, seigneur de Roberval, qui fut choisi. Ce protestant languedocien, ami du poète Clément Marot, devait faire valoir les droits de la Couronne sur des territoires qui, disait-on, ne relevaient pas de la souveraineté de l'Espagne et du Portugal. On s'entoura d'infinies précautions pour ne pas froisser les susceptibilités et convaincre les autres puissances européennes des intentions louables de l'expédition. Dans la Commission que reçut le délégué du Roi (15 janvier 1540) l'accent était mis, lourdement, sur le désir — très diplomatique — de propager la foi chrétienne parmi les Indiens :

  • 46 Roberval's Commission (15-1-1540/41), op. cit., p. 178. Le doc. se trouve aux Archives Nationales (...)

"(...) pour les faire vivre par raison et police et en la crainte et amour de Dieu, affin de myeux parvenir à notre intencion et faire chose agreable à Dieu, nostre createur, sauveur et Redempteur, et qui soit à la sanctificacion de son sainct nom et à l'augmentacion de nostre foy crestienne et accroissement de nostre mère saincte église catholique, de laquelle nous sommes dictz e no[m]mez le premier filz (...)46 "

56Les instructions données à Roberval, plus nuancées, manifestaient très clairement le souci de s'installer au Saguenay :

  • 47 Ibid., p. 178.

"(...) pour plus avant entrer esdits pays et jusques en la terre de Saguenay et tous autres pays susdits, affin den iceulx converser avec lesdits peuples estranges, si faire se peult, et habiter esdites terres et pays, y construyre et ediffier villes et fortz, temples et eglises pour la communication de nostre saincte foy catholique et dotrine crestienne (...)47 "

  • 48 Charge de cappitaine et pilotte general des navires que le Roy envoie au Saguenay (17 octobre 1540 (...)

57Cartier n'était pas écarté pour autant de l'entreprise. Comment se passer d'un homme aussi précieux ? Il fut nommé capitaine et pilote général de la Flotte le 17 octobre 154048 et il était prévu qu'il recherchât le Saguenay :

  • 49 Ibid., p. 128.

"Nous avons advisé et deliberé de renvoier ledict Cartier esdictz pays de Canada et Ochelaga et jusques en la terre de Saguenay, s'il peult y aborder (...)49 "

58Ces quelques mots laissent supposer que l'on envisageait de s'engager vers le Saguenay par la rivière que Cartier avait aperçue à Hochelaga, du haut du Mont Royal, car la rivière du Saguenay ne pouvait être remontée sur une très longue distance.

***

59Les préparatifs durèrent plusieurs mois et ne manquèrent pas d'éveiller les soupçons des Portugais et des Espagnols qui craignaient que le Roi de France n'en profitât pour monter quelque expédition vers les territoires qu'ils contrôlaient.

60Le 9 octobre 1540, dans une lettre adressée à Cristobal de Haro, "facteur et administrateur de la ville de Burgos", Charles Quint demandait que fût organisé un service d'espionnage dans les ports français de l'Atlantique et de la Manche.

  • 50 The Emperor Charles the Fifth to Christoval de Haro (Madrid, 9 octobre 1540), dans H. P. Biggar, A (...)

"(...) sachez qu'il convient pour Notre service que soient portées à Notre connaissance certaines informations. Nous désirons savoir si dans les ports de France et de Bretagne, et autres ports des domaines du Roi de France, on prépare quelque flotte sur son ordre ou sur celui de l'Amiral, de quelque capitaine, d’un particulier ou d'un corsaire pour venir agresser Nos sujets ou pour partir aux Indes. Et puisque Nous sommes assuré de votre fidélité et de votre désir de Nous servir, Nous avons décidé de vous confier cette affaire très importante pour Notre service en vous demandant de la traiter dans le secret le plus absolu. Vous chercherez à savoir sans délai quelles sont les personnes originaires de la ville qui ont dans le royaume de France, et plus particulièrement dans lesdits ports, des fils, frères ou parents ou des facteurs afin que chacun écrive directement à son parent ou à son facteur pour qu'en confidence et sous le sceau du secret, comme s'il s'agissait d'une information qu'il lui serait indispensable de connaître dans son propre intérêt, on lui dise si dans le port où se trouve son correspondant, ou dans un autre, on a armé, on arme, ou l'on envisage d’armer des bâtiments, quels navires composent la flotte, qui doit s'y embarquer et pour quelle destination, et surtout si cette flotte doit partir pour Nos Indes ou celles du Portugal (...)50 "

61Il s'agissait donc d'utiliser les commerçants pour recueillir des informations concernant l'activité maritime. Si l'Administration espagnole se montrait désireuse de connaître tout ce qui se passait dans les ports, elle semblait s'intéresser tout particulièrement à certains d’entre eux.

  • 51 C'est ce que rapporte Cristóbal de Haro dans une lettre adressée à l'Empereur (Burgos, 21-11-1541) (...)

62Pedro de Santiago, un envoyé de Cristobal de Haro, visita ainsi les ports de l'Atlantique. Il se rendit à Bordeaux, La Rochelle et Nantes ("Enantes"), après être passé par Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, puis écrivit qu'il envisageait de poursuivre son voyage jusqu'à Rouen51.

63Le 8 avril 1541, Cristobal de Haro informa l'Empereur qu'il avait reçu d'autres nouvelles de Pedro de Santiago. Ce dernier était passé à Saint-Malo où il avait vu les préparatifs de Jacques Cartier :

  • 52 Saint-Malo portait alors le nom de Saint-Malo de l'Île.
  • 53 Cristóbal de Haro, [Carta] De Cristóbal de Haro. A Su Magestad. 8 [de] Abr[il de 1541], AGI, Indif (...)

"Il dit aussi qu'à Saint-Malo ["Samalo de Lila"]52, sur la côte de Bretagne, on armait sur l'ordre du Roi de France, treize vaisseaux bien pourvus de nombreuses pièces d'artillerie et de toutes sortes d'armes et munitions, avec des vivres — d'après ce que l'on disait — pour deux ans, et que c'était un certain Xaques Cartier, qui habite cette ville, qui était responsable de cette flotte. Et que dans une ville appelée Dinan, qui se trouve à quatre ou cinq lieues de là, le beau-père dudit Xaques Cartier s'employait à acheter et à expédier audit port les vivres et tout ce qui était indispensable à ladite flotte. Et ledit Pedro de Santiago, prétendant être du pays, s'entretint avec Xaques Cartier et avec son beau-père et leur demanda dans quel but ils faisaient ces préparatifs, et le beau-père de Xaques Cartier lui dit que tout cela était destiné à la colonisation d’un pays qui, lui avait-on dit, se nommait Canada, où l'on souhaitait s'établir, fonder une ville et bâtir un ouvrage fortifié. Ils emmenaient donc des tailleurs de pierre, des charpentiers et des forgerons et toutes sortes d'artisans, avec leurs outils et les instruments qui leur sont nécessaires. On dit qu'il se prépare / [fol. 1 v.] / avec la plus extrême diligence53."

64Pedro de Santiago expliquait aussi que Cartier pensait partir vers la mi-avril, ou, au plus tard, fin avril, en réquisitionnant des navires destinés à la pêche de la morue et des prisonniers pour constituer son équipage. Il précisait également que Cartier avait la responsabilité de cette flotte.

65Le rapport de l'espion espagnol montre bien les difficultés qu'a connues le capitaine malouin dans sa ville natale — puisqu'il dut réquisitionner des navires et enrôler des prisonniers — et le but de cette longue expédition (plus de deux ans) : établir une colonie stable au Canada.

66Pedro de Santiago transmettait de précieuses informations, mais l'inquiétude de l'Administration espagnole était telle qu'on déplora la lenteur de sa mission et qu'on décida, à son retour, de le renvoyer dans les ports français pour obtenir plus de précisions. Ceci apparaît dans une lettre adressée, de Burgos, le 4 juin 1541, par Cristóbal de Haro au secrétaire de l'Empereur, Juan de Samano :

  • 54 De Haro to Samano (Burgos, 4-VI-1541), dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CLVI, p. (...)

"(...) on a été satisfait de la diligence dont a fait preuve Pedro de Santiago dans l'accomplissement de la mission qui lui avait été confiée, quoique l'on pense qu'il a trop tardé. Je m'en suis entretenu avec lui et il m'a expliqué que pour pouvoir rapporter les renseignements nécessaires, il était obligé de rester quelques jours dans chaque port pour glaner les informations indispensables. Le Conseil, au vu du rapport de Pedro de Santiago, et considérant le nombre des navires que l'on armait, a cru bon de renvoyer Pedro de Santiago dans les ports où l'on préparait les navires (...)54 "

67L'espion devait, en particulier, s'intéresser aux ports du Croisic ("Crusique") et Saint-Malo ("Samalo de Lila"). C'est dire si l'Espagne était préoccupée par les préparatifs de Jacques Cartier !

68Il se rendit effectivement à Saint-Malo et vit que Jacques Cartier était parti avec 8 des 13 navires qui étaient armés. Les 5 autres attendaient que l'autre chef (Roberval) fût prêt. Et Pedro de Santiago s'enquit de la situation géographique du Canada, comme l'indique une nouvelle lettre de Cristóbal de Haro à l'Empereur (Burgos, 28 septembre 1541) :

  • 55 Cristóbal de Haro, A la S.C.C.M. del Emperador / y Rrey Nuestro Señor, AGI, Indiferente General, l (...)

"(...) il chercha à savoir dans quelle région se trouvait cette terre que l'on appelle Canada. Et l'on ne sut rien lui dire, hormis qu'il était nécessaire de naviguer longtemps avant d'y parvenir55''

69Pedro de Santiago n'était pas au bout de ses peines. Le 17 octobre 1541, Juan de Samano demandait encore à Cristóbal de Haro que Pedro de Santiago repartît pour savoir si les 5 navires de Roberval avaient quitté Saint-Malo et s'ils avaient mis le cap sur le Canada. L'espion devait aussi s'intéresser à Jacques Cartier qui avait levé l'ancre plusieurs mois auparavant :

  • 56 Juan de Samano, Traslado de una carta que Samano mismo escrivió á Christobal de Haro en XVII de Oc (...)

"Il s'efforcera également de savoir si l'on a quelque nouvelle dudit Jaques Cartier depuis son départ et si l'on assure toujours qu'il est parti pour ladite terre de Canada ou sinon quelles étaient ses intentions56."

70Il devait, de plus, s'informer sur les navires destinés à compléter cette expédition que l'on construisait à Honfleur ("Anaflor") et au Havre ("abra de Graçia").

  • 57 Cf. Cristóbal de Haro, [Carta a la] C.C.M. del Empera [dor] / Nuestro Senor (24-X-1541), AGI, Indi (...)

71Cristobal de Haro confirma à l'Empereur, le 24 octobre 1541, qu'il avait reçu les ordres transmis par Juan de Samano qui demandait que Pedro de Santiago partît dans les plus brefs délais ("qu'il fasse diligence et reparte sans délai"). Mais ce dernier, qui avait un procès sur les bras — à Valladolid — demanda que l'on intervînt afin qu'il ne fût pas lésé57.

  • 58 Cf. [Bonvalot (Abbé de Saint-Vincent)], Traslado de vn capítulo de la carta del Embaxador de Su Ma (...)

72L'espionnage n'était pas cependant la seule source de renseignements de la couronne d'Espagne. L'ambassadeur de Charles Quint en France — Bonvalot, abbé de Saint-Vincent — transmettait lui aussi des informations sur Jacques Cartier et Roberval. Dans une lettre expédiée de Dijon le 3 novembre 1541, il explique à l'Empereur que Cartier est parti pour la "Terre Nouvelle dudit Roi de Portugal" et que "Robert Val" s’apprête aussi à quitter la France58. Et l'ambassadeur d'Espagne indique que le représentant du Portugal à la cour de France a fait des démarches auprès de François Ier qui, après "avoir différé plusieurs fois sa réponse", lui a signifié qu'il avait la ferme intention de poursuivre son effort en Amérique.

73L'expédition de Cartier et Roberval au Canada provoquait bien des remous dans la péninsule Ibérique : la couronne d'Espagne qui sentait la menace qui pesait sur ses intérêts coloniaux cherchait, par tous les moyens, à se procurer des informations sur ces terres nouvelles que les Français appelaient Canada. Des ordres précis furent donnés pour tirer profit de l'interrogatoire des prisonniers que l'on ferait sur mer. Parmi les questions que l'on devait leur poser figuraient celles-ci :

  • 59 Lo que particularmente paresçe que se deue preguntar a los franceses que han sido/presos, demás de (...)

"Item, on leur demandera tout particulièrement de préciser où, après leur arrivée dans la Terre Nouvelle, ledit Jaques Cartiel et sa flotte s'installèrent, dans quels ports ils mouillèrent, à quelle latitude se trouve le port où ils se réfugièrent et comment l'on navigue le long de cette côte. / [fol. 1 v.] /
Item, si une fois arrivés au port où ils mouillèrent et s'installèrent, ils restèrent là-bas ou s'ils remontèrent le fleuve, qui, dit-on, a son embouchure près de ce port où ils jetèrent l'ancre, et sur combien de lieues. Qu'on les interroge alors sur toutes les caractéristiques et sur les avantages de ce port, de ce fleuve et de la côte. S'ils répondaient qu'ils trouvèrent ce fleuve, qu'on les demande s'il s'oriente vers le nord, vers le sud, vers le Ponant, ou vers quel endroit59."

74Le Roi du Portugal s'inquiétait lui aussi des menées de Jacques Cartier et Roberval. Nous savons que le pilote Lagarto, qui avait réussi à gagner la confiance de François Ier, n'était qu'un espion qui transmettait des informations à Lisbonne.

  • 60 Cf., par exemple, Trozos de una carta que el embajador [Luis Sarmiento y de Mendoza] escribió desd (...)

75La correspondance diplomatique entre la Castille et le Portugal démontre que l'on avait quelques craintes. Les voyages financés par le Roi de France n'aboutissaient-ils pas dans une région sur laquelle les Portugais pensaient avoir des droits que justifiaient d'anciennes expéditions maritimes60 ?

***

  • 61 Cf., J. Cartier, Troisième Voyage de Jacques Cartier (1541) - (Voyages de Jacques Cartier au Canad (...)

76Comme l'indiquent les différents rapports expédiés depuis la France, Jacques Cartier, qui avait eu beaucoup de mal à mettre sur pied l'expédition, partit seul avec huit navires, laissant en arrière le sieur de Roberval, occupé à équiper cinq autres navires à Saint-Malo, et plusieurs autres bâtiments dans les ports de Normandie. Cartier devait être impatient de retourner au Canada et de tenter d'approcher le fameux Royaume du Saguenay. Le Malouin ne pouvait plus compter sur Donnacona qui était mort en Bretagne61.

77Il semble bien que Jacques Cartier se soit séparé de Roberval avec l'accord de ce dernier. Il l’attendit trois mois à Terre-Neuve, puis décida de poursuivre seul et revint sur les lieux qu'il avait visités au cours de ses voyages précédents. Il fit alors une grande découverte qui décida de l'avenir de l'expédition : il pensa avoir trouvé des diamants :

  • 62 Ibid., p. 193.

"Et en quelques endroits, nous avons trouvé des pierres comme diamans les plus beaux, polis et aussi merveilleusement taillés qu'il soit possible à l'homme de voir ; et lorsque le soleil jette ses rayons sur iceiux, ils luisent comme si c'étoient des étincelles de feu62."

78Après avoir renvoyé deux navires à Saint-Malo pour porter des nouvelles au Roi, Cartier se détermina à remonter le fleuve jusqu'à Hochelaga :

  • 63 Ibid., p. 193.

"(...) afin de voir et comprendre la façon des saults d'eau qu'il y a à passer pour aller au Saguenay et afin de se mettre plus en état au printemps de passer outre et durant la saison d'hiver apprêter toutes choses nécessaires et en ordre pour leurs affaires63."

79Le voyage vers l’amont commença et Cartier s'efforça d'obtenir des renseignements auprès des indigènes :

  • 64 Ibid., p. 195-196.

"Et après que le capitaine leur eut demandé tant par signes que par paroles combien de saults nous avions à passer pour aller à Saguenay et quelle était la longueur du chemin d'où nous étions, ces gens nous montrèrent et donnèrent à entendre que nous étions au deuxième sault et qu'il n’y en avoit qu'un autre à passer ; que la rivière n'étoit pas navigable pour se rendre à Saguenay et que le dit sault n'étoit qu'à une tierce partie du chemin plus outre que nous avions parcouru (...)64 "

80Les deux barques qui avaient entrepris l'exploration rentrèrent alors à Stadaconé, leur base de départ. Y eut-il d'autres tentatives de Cartier pour découvrir le Saguenay ? Nous n’en savons malheureusement rien car la relation de son troisième voyage au Canada s'interrompt alors brusquement. Il est cependant tout à fait évident que le Saguenay était considéré par le Malouin comme un objectif prioritaire et que son intention était de s'y rendre par la rivière Ottawa, à partir d'Hochelaga.

***

81Cartier, qui eut quelques difficultés avec les Iroquois, se décida à rentrer à Saint-Malo, où il arriva en septembre 1542. Et c'est au cours de son voyage de retour qu'il rencontra, enfin, à Terre-Neuve, Roberval et ses navires qui arrivaient en Amérique. Ce dernier évoque la rencontre dans le récit de son expédition :

  • 65 Jean-François de La Roque, Seigneur de Roberval, Voyage de Roberval au Canada (1542-1543) - Le voy (...)

"(...) nous ne pûmes atteindre la Terre Neuve que le septième jour de juin [1542]. Le huit de ce mois, nous entrâmes au havre de Saint-Jean où nous trouvâmes dix-sept navires de pêcheurs. Durant notre long séjour en cet endroit, Jacques Cartier et sa suite venant du Canada où il avoit été envoyé l'année d'auparavant avec cinq navires, arriva au même hâvre. Après avoir rendu ses devoirs à notre général, il lui dit qu'il avoit apporté certains diamans et une quantité de mine d'or qu'il avoit trouvés au païs. Le Dimanche suivant on fit l'essai de cette mine et elle fut trouvée bonne65."

82Cartier partit en secret, une nuit. C'est ce que rapporte la relation du voyage de Roberval :

  • 66 Ibid., p. 202.

"(...) mais lorsque notre général qui avoit des forces suffisantes lui eut commandé de retourner avec lui [au Canada], Cartier et ses gens remplis d'ambition et parce qu'ils vouloient avoir toute la gloire d'avoir fait la découverte de ces parties, se sauvèrent secrètement de nous la nuit suivante, et sans prendre congé partirent incontinent pour se rendre en Bretagne66."

83Il est vrai que Jacques Cartier pensait rapporter une cargaison d'une valeur inestimable qui ferait grande impression. Il transportait des échantillons d'or (du moins le croyait-il puisque la nature du minerai avait été contrôlée) et de grandes quantités de pierres qu'il jugeait être des diamants. Tout à la joie de la découverte de ces "richesses", aurait-il négligé de poursuivre plus avant pour atteindre le Saguenay ? Cette explication paraît plausible, puisqu'il pensait toujours à ce pays richissime et introuvable dans sa retraite malouine : la carte que mentionne — plusieurs années plus tard — son petit-neveu Jacques Noël n’en apporte-t-elle pas la preuve ? Pour l'instant, les diamants occupaient entièrement son esprit. Et si l’on en croit certains témoins, il y avait effectivement de quoi rêver.

  • 67 Examination of Newfoundland Sailors regarding Cartier (23-X-1542), dans H. P. Biggar, A Collection (...)

84Un document espagnol daté du 23 septembre 154267 donne quelques indications sur les bruits qui couraient à propos de ce trésor. Il s'agit de l'interrogatoire de pêcheurs basques qui, à la même époque, naviguaient dans les eaux de Terre-Neuve.

85L'un d'eux, "Rubert Lefant, habitant de la ville de Bayonne ["Bayona"]", déclara :

  • 68 Ibid., p. 451.

"(...) et qu'ensuite, alors qu'il se trouvait à Terre-Neuve ["Terra Noba''] avec son navire dans un port appelé l'île d'Esper, ledit Jacques [Cartier] arriva avec onze barils de minerai d'or et environ une fanègue [55,5 1] de rubis et de diamants et qu'il était seul, avec un seul navire (...)68 "

86Un autre témoin, Martin de Actalecu, de Fuenterrabfa, dit aussi que Cartier et ses hommes :

  • 69 Ibid., p. 457.

"(...) alors qu'ils se trouvaient dans ladite embouchure ["Gran Baya"] ils découvrirent du minerai d'or et d'argent, des pierres précieuses et des perles, et qu'ils rapportaient dix barriques de minerai d'or et sept d'argent et sept quintaux [322 kg] de perles et de pierres précieuses. Et que l'on s'aperçut que l'or était d'excellente qualité et qu'ils rentraient riches (...)69 "

87Clemente de Odelica, de Fuenterrabfa, déclara également :

  • 70 Ibid., p. 461.

"(...) que ce Jaques Cartier qui venait du Canada avait rencontré ces trois navires, qu'il rapportait neuf barriques de minerai d'or et sept dudit minerai d'argent et une certaine quantité de perles et de pierres précieuses de grande valeur (...)70 "

  • 71 Cf. Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 3, p. 326.

88Ces richesses extraordinaires qui excitèrent l'imagination des marins se révélèrent bientôt fort décevantes. Le minerai d'or que l'on transportait en grande quantité n'était que de la pyrite de fer, quant aux diamants... ils n'enrichirent que la langue française, de l'expression "faux comme un diamant de Canada"71. L'échec cuisant que connut Jacques Cartier mit très certainement un terme à sa carrière d'explorateur et détourna durablement l'attention d'une région de l’Amérique désormais jugée très peu productive.

89Roberval, qui était resté seul sur les rives du Saint-Laurent, tenta de son côté de trouver le mystérieux Royaume du Saguenay, mais il mena cette entreprise, semble-t-il, sans grande illusion. Comme le souligne Marcel Trudel :

  • 72 M. Trudel, Hist. de la Nouvelle-France, t. I, op. cit., ch. 3, p. 161.

"(...) à lire la relation on a l'impression que Roberval n'était pas tellement empressé à le chercher : arrivé à France-Roy en août 1542, ce n'est qu'en juin 1543 qu'il se met en route pour la "province de Saguenay"72."

90Le Saguenay conserva toutefois son caractère mystérieux. Le pilote Jean Alphonse de Xantoine (Jean Fonteneau, ou Jean Alfonse de Saintonge), qui accompagnait le sieur de Roberval, déclare ainsi à propos de la rivière qui vient du Saguenay :

  • 73 Jean Alphonse de Xanctoigne [Jean Fonteneau dit Jean Alphonse de Saintonge], Le routier..., op. ci (...)

"Je crois qu'icelle Rivière vient de la mer du Cathay, car dans cet endroit il sort un fort courant, et il y court une marée terrible73."

  • 74 Le sujet traité dans ce chapitre a fait l'objet d’une communication que nous avons présentée au Co (...)

91L'enthousiasme du Roi de France pour les expéditions de découverte au Canada s'était sérieusement émoussé : on ne pouvait tirer de cette colonie de profits immédiats. A quoi bon investir des sommes prodigieuses ? Le Royaume du Saguenay allait bientôt perdre son pouvoir de fascination74.

No 25 - Copie de la lettre de François 1er concernant l'expédition de Jacques Cartier au Canada (17-X-1540), fol. 1 r°, (Archives Communales de Saint-Malo, Archives d’Ille-et-Vilaine, série HHI, no 4).

No 26 - Carte de la Nouvelle-France insérée dans l'Histoire du Nouveau Monde de Jean de Laet (Leyde, 1640).

No 27 - Fol. 1 r° du questionnaire destinée aux marins français capturés par les Espagnols. AGI, Patronato, leg. 267, doc. no 2, ramo 4.

Notes

1 Charles-André Julien, Les Français en Amérique au XVIIe siècle, Paris, Centre de Documentation Universitaire et Société d'Enseignement Supérieur réunis, 1976 (Texte dactylographié d'un cours professé en 1957), p. 1.

2 Cf. Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 2, p. 118.

3 Ibid., t. 3, p. 243.

4 Cf. Giovanni Da Verrazano, Relation du Voyage de la "Dauphine" à François Ier Roi de France, dans Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle, op. cit., p. 53-76. Cette relation est datée du 8 juillet 1524. Cf., également, George Dexter, "Cortereal, Verrazano, Gomez, Thevet", art. cit.

5 G. Da Verrazano, Relation..., op. cit., p. 59.

6 Cf. ch. 23.

7 Cf. Marcel Trudel, Histoire de la Nouvelle-France, t. 1 : Les vaines tentatives, 1524-1603, Montréal - Paris, Fides, 1963, ch. 2, p. 67.

8 [Juan Tavera], The Cardinal of Toledo to the Emperor (27-1-1541), dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CXV, p. 190.

9 Cf. André Lespagnol, "Saint-Malo et la découverte du Canada", dans Etudes Canadiennes - Canadian Studies, Revue Interdisciplinaire des Etudes Canadiennes en France, Talence, Association Française des Etudes Canadiennes, no 17 (décembre 1984), p. 19-23.

10 Jacques Cartier, Première Relation de Jacques Cartier de la Terre Neufve, dite la Nouvelle France, trouvée en Tan 1534, fol. 52 r°. (Voyages de Jacques Cartier au Canada (...) annotés par Th. Beauchesne), dans Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle, t. 1, op. cit., p. 79-80.

11 Grant of Money to Cartier for his First Voyage (18-III-1533/4), BNP, Ms. fr. 15.628, no 618, fol. 213 v°-214 r°, dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. XLIX, p. 42.

12 Cf. la carte "Premier Voyage de Cartier - 1534", dans Marcel Trudel, Atlas de la Nouvelle France, An Atlas of New France, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1973, carte no 13, p. 40.
Le capitaine anglais Christopher Carlile écrit en 1583, à propos du premier voyage de Cartier :
"In the yeere 1534. James Carthier, of S. Malo made his first discoverie of those partes of America, which lie to the Westwardes, and as it were on the backeside of Newfoundland. In which voyage his principall intention was to seeke out the passage, which hee presumed might have beene found out into the East Indian Sea, otherwise called the passage to Cathaya, but this yere he went no higher then the Island of the Assumption in the great bay of S. Laurence, and so retumed backe into France."
Cf. Ch. Carlile, A briefe and summary discourse upon the intended voyage to the hithermost parts of America : written by Captaine Carlile in April 1583 (...), dans R. Hakluyt, The Principal Navig., op. cit., vol. 6, p. 89.
Cf., également, G. Lanctot, Histoire du Canada, t. 1 : Des Origines au Régime Royal, Montréal, Librairie Beauchemin Limitée, 1967, 5e éd. (1ère éd. : 1960), ch. 5, p. 81.

13 J. Cartier, Première Relation..., op. cit., fol. 63 v° et 64 r°, p. 102-103.

14 Sur la croix étaient inscrits ces mots : "Vive le Roy de France". Ibid., fol. 65 v°, p. 106.

15 Ibid., fol. 66 r°, p. 107.

16 Cf. J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit.

17 Ibid., fol. E v°, p. 115.

18 Cf. la carte "Deuxième Voyage de Cartier", dans M. Trudel, Atlas de la Nouvelle-France..., op. cit., carte no 14, p. 42.

19 J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit., fol. 6 r°, p. 124.
Comme le signale Victor Tremblay, Histoire du Saguenay depuis les origines jusqu'à 1870 (Edition nouvelle), Chicoutimi, Editeur La Librairie Régionale, Inc., Publications de la Société Historique du Saguenay - Numéro 21, 1968, p. 3 : "le nom Saguenay est le plus ancien et le plus authentique de la toponymie canadienne". Ce nom "signifie en langue montagnaise, "eau qui sort", ou, plus exactement, "là où l'eau sort" (p. 2).”
Cf., également, Hand. of Amer. Ind., op. cit., part. 2, p. 409 (art. "Saginaw" et "Saguenay”). Ce nom serait l’adaptation en français de Sâginawa ('embouchure'). Il s'applique de nos jours à une vaste région située au nord du Québec et à la rivière qui relie le lac Saint-Jean au fleuve Saint-Laurent.
A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 3, p. 329-330 (art. "Saguenay" et "Bahía de Saguenay"), signale qu'une autre rivière du Labrador, et qu'une baie de la côte Ouest du lac Huron portent aussi ce nom.

20 J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit., fol. 6 v°, p. 125.

21 Ibid., fol. 8 v°, p. 128.

22 Ibid., fol. 11 r°, p. 132.

23 Ibid., fol. 11 v°, p. 133.

24 Ibid., fol. 29 r°, p. 152.

25 Ibid., fol. 29 v°, p. 153.

26 Ibid., fol. 47 v°-48 r°, p. 170.

27 Depuis le Mont Royal.

28 J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit., fol. 42 v° à 43 v°, p. 166-167.

29 Les carences alimentaires dues à la période hivernale avaient certainement provoqué l’apparition du scorbut qui faisait des ravages parmi les marins, mais aussi chez les Indiens. Or, ces derniers parvenaient à se tirer d’affaire grâce aux décoctions de feuilles et d'écorce de l'arbre annedda (un résineux). Cartier l'apprit et utilisa ce remède.
Voir, au sujet de cette épidémie, l'article de Marie-Christine Gomez-Géraud, "Jacques Cartier devant les corps malades", dans Etudes Canadiennes - Canadian Studies, Revue Interdisciplinaire des Etudes Canadiennes en France, Talence, Association Française des Etudes Canadiennes, no 17 (décembre 1984), p. 91-97.

30 J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit., fol. 53 r°, p. 175.

31 Ibid., fol. 53 r°-53 v°, p. 175.

32 On lui avait promis de le ramener chez lui.

33 J. Cartier, Deuxième Voyage..., op. cit., fol. 59 v°, p. 180.

34 M. Trudel, Hist. de la Nouvelle-France, t. 1, op. cit., ch. 2, p. 109.

35 M. Trudel signale à ce propos (Ibid., ch. 2, p. 109) :
"On a tenté de rattacher ce mythe du Saguenay à l'expédition norvégienne de 1362 : recherche de trésors par des hommes blancs qui étaient vêtus de drap. Mais si, en voyageant à l’ouest d'Hochelaga, Donnacona et ses congénères ont réellement vu des Blancs habillés de drap et une abondance de métaux précieux, il faut alors supposer qu'ils ont remonté la rivière de Outaouais (le "droict et bon chemin" du Saguenay), ont navigué sur les Grands Lacs, sont entrés dans le réseau du Mississippi et ont atteint le pays des Espagnols. Vu de cette façon, le royaume du Saguenay existait réellement, mais il faudra attendre un siècle et demi avant que les Français ne refassent cet itinéraire."

36 Cf. supra, ch. 3, par. 4, et l'étude "Cartes et documents géographiques” dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no 2, p. 1084-1131.

37 Ceci est prouvé par un doc. des archives communales de Saint-Malo (Archives d'Ille-et-Vilaine), Juridiction ordinaire et commune de Saint-Malo, registre 8 [Procès d'Anthoine Albeires], Le passage concernant Cartier a été publié par H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CCXXIV (Cartier as Interpreter in Portuguese, 26-11-1543-4), p. 476. On peut y lire :
"Interprettes pour interpretez, Jac. Quartier et ledict Bourret et Baptiste Des (...)"

38 Cf. supra, ch. 3, par. 3 et 4.

39 Voir l’étude "Cartes et documents géographiques" dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no 2, p. 1084-1131.

40 Ce document, conservé à l'Archivo Nacional da Torre do Tombo, de Lisbonne (Corpo Chronologico, parte 3e, Maço 14, doc. 37) a été reproduit et traduit en anglais par H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. LXXV, p. 75-81, avec le titre : Letter from Lagarto to John the Third, King of Portugal. Nous en donnons le texte portugais en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no 1, doc. 10, p. 1041-1044.
M. Trudel, Hist. de la Nouvelle-France, t. 1, op. cit., ch. 3, p. 122-123, indique à ce propos :
"On n'est encore préoccupé que des seules richesses matérielles : les conversations de FrançoisI er avec un pilote portugais, Lagarto, si elles ont été rapportées exactement, le démontrent bien. Muni de précieuses cartes qu'il attribuait à un beau-frère et assez renseigné puisqu'il avait causé à Bourges avec Jacques Cartier lui-même, Lagarto avait offert ses services au roi de France. A ce Lagarto, qui faisait en même temps office d'espion pour le roi du Portugal, François Ier accorde de multiples entrevues et donne libre cours à son enthousiasme pour les nouvelles découvertes."

41 Letter from Lagarto..., doc. cit., p. 76 :
"(...) e me mostrou hum Rio na terra dos bacalhaos asentado e posto a sua vomtade e mandou ja la duas vezes e tem niso ho sentido e hua vomtade tam grande como se certo soubese ser asy o que diz e velo niso praticar he para se maravilharem os homens e tem praticado comigo niso muitas vezes que parece que ho vio com seus olhos (...)"

42 Ibid., p. 77.

43 Ibid., p. 79.

44 Jacques Noël, Deux lettres de Jacques Noel, de St. Malo, touchant les découvertes de Jacques Quartier en Canada, 1587 (Traduit de Hakluyt) - (Autre Lettre à M. Jean Growte, par le dit Jacques Noel), dans Voyages de Découverte au Canada, entre les Années 1534 et 1542, par Jacques Quartier, Le Sieur de Roberval, Jean Alphonse de Xanctoigne, etc. suivis de la description de Québec et de ses environs en 1608, et de divers extraits relativement au lieu de l'hivernement de Jacques Quartier en 1535-36. (Avec Gravures fac-similé). Réimprimés sur d'Anciennes Relations, et publiés sous la direction de la Société Littéraire et Historique de Québec, Québec, Imprimé chez William Cowan et Fils, 1843 — Réimpr. : Paris, éd. Anthropos, 1968, p. 100.
Ces documents ont également été publiés par Frédéric-Louis-Marie Joüon des Longrais, Jacques Cartier - Documents Nouveaux, Paris, A. Picard, 1888, doc. no XXXVIII, p. 143-148, avec le titre : 1587 - Deux lettres de Jacques Nouel de Saint-Malo touchant les découvertes de Jacques Cartier au Canada. Une réimpr. de cette œuvre a été publiée récemment (Rennes, F. Joüon des Longrais, 1984).

45 Mémoire des hommes & provisions necessaires pour les vaisseaux que le Roy voulait envoyer au Canada (septembre 1538). Publié avec le titre List of Men and Effects for Canada, dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. LXXIII, p. 70-74.

46 Roberval's Commission (15-1-1540/41), op. cit., p. 178. Le doc. se trouve aux Archives Nationales de Paris, Carton K. 1232, no 31.

47 Ibid., p. 178.

48 Charge de cappitaine et pilotte general des navires que le Roy envoie au Saguenay (17 octobre 1540). Publié avec le titre Cartier's Commission for his Third Voyage dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. LXXXIX, p. 128-131. Il existe une copie de ce doc. dans les archives communales de Saint-Malo (Archives d'Ille-et-Vilaine), série HH. I, no 4 (5 fol.). Cette copie est enregistrée avec le titre suivant : Copie de la lettre de François Ier concernant l'expédition de Jacques Cartier dans le Canada. Une autre copie se trouve à la BNP, Ms. fr. 5.503, fol. 190-191. Nous utilisons ici le texte publié par H. P. Biggar.

49 Ibid., p. 128.

50 The Emperor Charles the Fifth to Christoval de Haro (Madrid, 9 octobre 1540), dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. LXXXVI, p. 115-116. Le doc. se trouve à l'AGl (ancienne cote : estante 139, cajon 1, legajo 9, tomo 19, fol. CLXX).

51 C'est ce que rapporte Cristóbal de Haro dans une lettre adressée à l'Empereur (Burgos, 21-11-1541). Cf. [Carta] De Cristóbal de Haro, de XXI de hebrero de 1541, AGI, Indiferente General, leg. 1092, doc. no 290.
Cette lettre a été publiée dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CXXIII, p. 209-212, avec le titre Haro to the Emperor (21-11-1541).

52 Saint-Malo portait alors le nom de Saint-Malo de l'Île.

53 Cristóbal de Haro, [Carta] De Cristóbal de Haro. A Su Magestad. 8 [de] Abr[il de 1541], AGI, Indiferente General, leg. 1092, doc. no 292-B (doc. signé), fol. 1 r°-l v°.
Une copie (non signée) du doc. existe à l'AGI, Indiferente General, leg. 1092, doc. no 291. Elle porte la mention suivante : Copia de la carta que escribió / Cristóual de Haro a Su Magestad en ocho de / abril 1541.
Cette lettre a été publiée par H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CXL, p. 259-266, avec le titre : Haro to the Emperor (8-IV-1541).
Un résumé de ce document — dû a Navarrete — a également été publié par Buckingham Smith, Colección, op. cit., t. 1, p. 107-108, avec le titre : Relación de lo que dice la espia que el Consejo de las Indias embió á Francia para saver lo de las Armadas que se preparaban alli.

54 De Haro to Samano (Burgos, 4-VI-1541), dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CLVI, p. 300-301.
Cette lettre était une réponse à une lettre précédente, envoyée par Juan de Samano à Cristóbal de Haro (vraisemblablement le 26 mai 1541), qui donnait des ordres précis : Pedro de Santiago devait se rendre au Croisic ("Crusi"), à Saint-Malo ("Samalo de Lila"), Morlaix ("Morlaes"), Brest ("Breste"), Quimper ("Quin"), et s'intéresser à Honfleur ("Anaflor"), Harfleur ("Arallor") et Rouen ("Roan"). Cf. Juan de Samano, Traslado de vna carta que se escrivió a Cristóbal de / Haro, AGI, Indiferente General, leg. 1092, doc. 292-A ; doc. publié par H. P. Biggar, À Collection..., op. cit., doc. CLV, p. 297-300, avec le titre : Samano to Haro [26-V-1541 ].

55 Cristóbal de Haro, A la S.C.C.M. del Emperador / y Rrey Nuestro Señor, AGI, Indiferente General, leg. 1092, doc. no 292-C (doc. signé), fol. 1 r°.
Cette lettre a été publiée par H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CLXXXIII, p. 377-383, avec le titre : Traslado de una carta que Christoval de Haro escrivio á vuestra Magestad en XXVIII° de Setiembre de 1541 çerca de las nuevas que trae la espia que se enbió a Francia. Le texte repris par H. P. Biggar provient d’une copie du doc. conservée à Paris, Archives Nationales, série K. 1485, année 1540-1541, no 35.

56 Juan de Samano, Traslado de una carta que Samano mismo escrivió á Christobal de Haro en XVII de Octubre, doc. publié par H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CXC (p. 391-394), avec le titre Samano to Christoval de Haro (17-X-1541), p. 393. Ce texte est conservé à l’AGI (ancienne cote : Est. 2, caj. 5, leg. 1/22).

57 Cf. Cristóbal de Haro, [Carta a la] C.C.M. del Empera [dor] / Nuestro Senor (24-X-1541), AGI, Indiferente General, leg. 1092, doc. no 288.
Ce texte a été repris par H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CXCIII, p. 399-400, avec le titre : Haro to the Emperor (24-X-1541).

58 Cf. [Bonvalot (Abbé de Saint-Vincent)], Traslado de vn capítulo de la carta del Embaxador de Su Magestad/en Francia. De Dijon a iij de nouiembre 1541, AGI, Patronato, leg. 267, doc. no 2, ramo 4, fol. 1 r° (1 fol. r°-v°).
Ce texte est complété (mêmes références) par une Copia de dos capítulos que el Embaxador de Francia scriue a Su / Majestadpor carta de iij de noujembre y xvij de diziembre 1541 (1 fol. r°) et par une Copia de vn capítulo sacado de la carta del Embaxador de Su Majestad/en Francia. De xvij de deziembre 1541 (1 fol. r°) qui traitent le même sujet.
Le premier document cité a été publié par H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CXCV, p. 403-405, avec le titre : The Spanish Ambassador in France (Abbot of St. Vincent) to the Emperor (3-XI-1541).

59 Lo que particularmente paresçe que se deue preguntar a los franceses que han sido/presos, demás de lo general, es esto (s.d.), AGI, Patronato, leg. 267, doc. no 2, ramo 4, fol. 1 r°-l v°. Nous donnons le texte de ce doc. en appendice dans le vol. 5 du texte dactylographié de notre thèse (appendice no 1, doc. no 11, p. 1045-1047).

60 Cf., par exemple, Trozos de una carta que el embajador [Luis Sarmiento y de Mendoza] escribió desde Lisboa al Comendador mayor [Francisco de los Cobos] sobre solicitar armamento allí para estorbar el asiento de Franceses en la parte de los Bacallaos (1541), dans Buckingham Smith, Colección, op. cit., t. 1, p. 112-114.

61 Cf., J. Cartier, Troisième Voyage de Jacques Cartier (1541) - (Voyages de Jacques Cartier au Canada, 1534-1541), dans Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle, t. I, op. cit., p. 184.
Ce texte est malheureusement incomplet : la fin manque.

62 Ibid., p. 193.

63 Ibid., p. 193.

64 Ibid., p. 195-196.

65 Jean-François de La Roque, Seigneur de Roberval, Voyage de Roberval au Canada (1542-1543) - Le voyage de Jean-François de la Roque, chevalier, seigneur de Roberval, aux païs de Canada, Saguenay et Hochelaga, avec trois grands navires et deux cens personnes tant hommes que femmes et enfans, commencé en avril 1542. Auxquels lieux, il est demeuré pendant l'été de la même année et tout l'hiver suivant, dans Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle, t. 1, op. cit., p. 202.

66 Ibid., p. 202.

67 Examination of Newfoundland Sailors regarding Cartier (23-X-1542), dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit., doc. CCXII, p. 447-467. L'original est à l'AGI (ancienne cote : Est. 2, caj. 5, leg. 1/22, no 16).

68 Ibid., p. 451.

69 Ibid., p. 457.

70 Ibid., p. 461.

71 Cf. Ch. de La Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 3, p. 326.

72 M. Trudel, Hist. de la Nouvelle-France, t. I, op. cit., ch. 3, p. 161.

73 Jean Alphonse de Xanctoigne [Jean Fonteneau dit Jean Alphonse de Saintonge], Le routier..., op. cit., p. 84.

74 Le sujet traité dans ce chapitre a fait l'objet d’une communication que nous avons présentée au Colloque International "Jacques Cartier de Saint-Malo au Saint-Laurent" (Rennes et Saint-Malo, 9-10 et 11 avril 1984) dont le texte a été publié avec le titre suivant : "Jacques Cartier et le royaume de Saguenay" dans Etudes Canadiennes - Canadian Studies, Revue Interdisciplinaire des Etudes Canadiennes en France, Talence, Association Française des Etudes Canadiennes, no 17 (décembre 1984), p. 107-117

Table des illustrations

Légende No 25 - Copie de la lettre de François 1er concernant l'expédition de Jacques Cartier au Canada (17-X-1540), fol. 1 r°, (Archives Communales de Saint-Malo, Archives d’Ille-et-Vilaine, série HHI, no 4).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende No 26 - Carte de la Nouvelle-France insérée dans l'Histoire du Nouveau Monde de Jean de Laet (Leyde, 1640).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende No 27 - Fol. 1 r° du questionnaire destinée aux marins français capturés par les Espagnols. AGI, Patronato, leg. 267, doc. no 2, ramo 4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 335k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search