Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Quatrième partie : Recrudescence d'activité des mythes

Chapitre XXIII. Le Royaume de Quivira

Texte intégral

1 - L'exploration du Pays des Sept Cités

1 Cíbola avait quelque peu déçu les membres de l'expédition de Francisco Vázquez de Coronado, et les affabulations de Fray Marcos de Niza n'avaient provoqué qu'une colère mêlée d'amertume. Mais devait-on perdre espoir ? Le Franciscain, sur la foi de renseignements recueillis auprès des aborigènes, n'avait-il pas indiqué l'existence d’autres agglomérations encore plus riches ? Cíbola n'était que la première "cité". On allait certainement découvrir les six autres. Si Fray Marcos avait menti dans sa Relaçión, ce ne pouvait être que parce qu'il n'avait pas vraiment vu Cíbola. Pourquoi ces fameuses contrées qui alimentaient, depuis des années, les conversations des Européens de la Nouvelle-Espagne, n'existeraient-elles pas au-delà des territoires que l'on avait visités ? Et il était impensable que des centaines d'hommes qui avaient parcouru tant de lieues, rentrassent bredouilles et déconfits. Coronado continua donc ses recherches pendant plusieurs mois.

2D'après les dires des Indiens, enregistrés par Fray Marcos au cours de son premier voyage, un certain nombre de régions, beaucoup plus riches que Cíbola, se trouveraient dans le secteur. Le religieux écrivait :

  • 1 Fray Marcos de Niza, Relaçion del frayle para Su Majestad (Ms., AGI), doc. cit., fol. 3 r.

"Et il me donna bien d'autres détails, sur ces Sept Cités comme sur d'autres provinces situées au-delà dont chacune, selon ses dires, est beaucoup plus importante que ces Sept Cités. Et pour m'informer sur les raisons qu'il avait de le croire, je le questionnai longuement et en obtins de nombreuses réponses et je m'aperçus qu’il était fort sensé1."

  • 2 Ibid., fol. 5 r°.
  • 3 Ibid., fol. 5 r°.
    "Dize que / a la parte del sueste, ay un reyno que se llama Maratta, en que solía (...)
  • 4 Ibid., fol. 5 r°.

3Ces renseignements devaient donc être considérés avec beaucoup d’attention. Fray Marcos rappelait aussi l'existence de trois royaumes, Maratta, Acus — ce nom, dit-il, ne doit pas être confondu avec Ahacus, l'une des Sept Cités2 — et Totonteac où l'on trouverait du tissu semblable à la bure de son habit et du tissu beaucoup plus fin. Dans Maratta, qu'il situait au sud-ouest, il y aurait de nombreuses et grandes agglomérations3 ; quant à Totonteac, un Indien lui aurait assuré : "C'est la chose la plus extraordinaire qui soit au monde, la plus peuplée et la plus riche (...)4." Tous les indigènes ne pouvaient mentir et les précisions qu'ils donnaient correspondaient peut-être à la réalité... Ces affirmations devaient d'ailleurs, semble-t-il, reposer sur des bases solides. Alexandre de Humboldt souligne le fait dans sa Relation Historique du Voyage aux Régions équinoxiales du Nouveau Continent :

  • 5 Alexander Von Humboldt, Relation historique du Voyage aux Régions équinoxiales du Nouveau Continen (...)

"Je n'ignore pas combien peu de confiance méritent les relations de Fray Marcos de Niza : mais on ne saurait révoquer en doute qu'au milieu du XVIe siècle, il s'étoit encore conservé un petit centre de civilisation dans les régions situées au nord du Nouveau-Mexique, à Cibora et à Quivira5."

4Et, comme il le fait remarquer, Vázquez de Coronado, qui pour "justifier son retour" se plaint amèrement des mensonges de Fray Marcos

  • 6 Ibid., p. 158.
    Sur les questions techniques posées par les constructions zuñis, cf. Chita De La Cal (...)

"(...) est tellement frappé de la grandeur des édifices à plusieurs étages, construits en pierres et en torchis, à Cibora et à Quivira, qu'il doute que les indigènes qu'il dit être intelligens, mais peu industrieux, les aient pu construire eux-mêmes6."

***

  • 7 Pour Tusayan (dans l'Arizona). Cf. Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en (...)

5Coronado, maintenant établi dans la nouvelle base de Cíbola (qu'il avait nommée Granada), envoya plusieurs détachements pour explorer la région. Pedro de Tovar trouva sept autres villages en direction de l'ouest, à une vingtaine de lieues, dans le pays de Tuçan7, puis revint avec des turquoises, des cuirs, des provisions et des renseignements sur un grand fleuve que les indigènes disaient être situé à l'ouest. Garcia Lopez de Cardenas partit bientôt vérifier ces informations et découvrit le canon du Colorado.

6Le gros des troupes n'étant pas encore arrivé à Cíbola et s'efforçant de rejoindre Coronado, ce dernier dépêcha vers ces hommes attardés — à la mi-septembre 1540 — Melchior Díaz et Juan Gallegos. Fray Marcos accompagna les deux capitaines puis s'en retourna, avec Juan Gallegos, à México pour informer le vice-roi. Le rôle du Franciscain s'arrêtait là. Il avait perdu tout son prestige et ne pouvait plus être utile à Coronado. Sa mission s'était terminée dans de bien mauvaises conditions. Melchior Díaz, lui, était chargé d'explorer la côte et d'établir le contact avec Hernando de Alarcón qui naviguait dans le golfe de Californie.

  • 8 C'est le royaume d'Acus dont parlait Fray Marcos.
  • 9 Taos fut également visitée, l'année suivante (1541), par Francisco de Barrionuevo, un autre lieute (...)

7Pendant ce temps, Hernando de Alvarado partait vers l'est, reconnaissait la région d'Acuco (Acoma)8, puis arrivait à Tiguex (Taos)9 et découvrait la vallée du Rio Grande. Il en informa Coronado qui se mit en route — en septembre 1540 — pour le rejoindre. Juan Jaramillo décrit Tiguex et les alentours, où il dit avoir vu de nombreux troupeaux de bisons. C'est dans le village de Çiquique, proche de Tiguex, que Coronado aurait appris de la bouche de certains Indiens l'existence d'une contrée extrêmement riche. Il n'aurait donc pas entrepris le voyage de Cíbola pour rien ! Et la Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descobrimiento de Çívola explique à ce sujet :

  • 10 Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descobrimiento de Çívola (Ms., (...)

"Des Indiens que l'on trouva dans le village de Çicuyque donnèrent à Francisco Vázquez certaines informations qui, si elles s'avéraient exactes, correspondraient à la découverte la plus riche de toutes celles qui ont été faites aux Indes. L'Indien qui apporta cette nouvelle et fit ce récit était originaire d'un village qu'il nommait "Harale", situé à trois cents lieues à l'est de cette rivière. Il appuyait ses affirmations sur tant de détails, comme s'il avait vraiment vu tout cela, que l'on se douta, plus tard, que c'était le diable qui s'exprimait par sa bouche. Francisco Vázquez, et nous tous, ajoutions créance à ses propos, quoique certains gentilshommes lui eussent conseillé de ne point engager dans cette affaire le camp tout entier mais d'envoyer plutôt un capitaine en mission de reconnaissance. Mais lui prit la décision d'engager toute la troupe et même d'envoyer Don Pedro de Tobar à Los Coraçones chercher la moitié des soldats qui se trouvait dans cette ville, et il partit ainsi avec tous ses hommes (...)10."

8Cette "découverte la plus riche de toutes celles qui ont été faites aux Indes" n'était autre que le royaume de Quivira que l'on se mit dès lors à rechercher activement. Vázquez de Coronado avançait avec deux guides indigènes et l'un de ceux-ci l'avait informé de la richesse de Quivira. Juan de Jaramillo rapporte ainsi les faits dans sa relation :

  • 11 Juan Jaramillo, Relaçión... (Ms., AGI), doc. cit., fol. 3 r°.

"(...) et à partir d'ici l'Indien qui nous guidait, qui était celui qui avait parlé de Quebira et d'Arahey, présentant ces contrées comme des pays très riches où l'on trouvait en abondance de l'or et d'autres choses. Cet Indien et un autre étaient originaires de ce pays dont je parle, où nous nous rendions ; on les avait découverts dans les villages aux terrasses. Il semble bien que ledit Indien, désireux de rentrer chez lui, dépassa largement les limites de la triste réalité que nous découvrîmes plus tard (...)11."

2 - La découverte de Quivira

  • 12 Il neigea beaucoup en décembre 1540. Coronado réquisitionna 300 vêtements chez les Indiens. Cf. H. (...)
  • 13 Ce document, Carta a S. M. de Francisco Vázquez Coronado. Describe muy por menor la situación de l (...)

9Vázquez de Coronado s'installa à Tiguex pour y passer l'hiver. Ses troupes durent alors affronter un froid rigoureux : pendant quatre mois, le fleuve gelé put supporter le passage des chevaux12. Au printemps de l'année 1541 — le 23 avril — Coronado quitta enfin Tiguex pour partir à la découverte de Quivira. Il explique cela dans une lettre adressée à l'Empereur depuis la province de Tiguex, le 20 octobre 154113 :

  • 14 Ibid., fol. 1 r°.

"(...) les informations obtenues permettant d'envisager une grande découverte qu'il importait de réaliser pour le service de Votre Majesté, je me décidai à y aller avec les soldats que j'avais sous la main, et je quittai cette province le vingt-trois avril dernier en suivant la route par laquelle les Indiens voulurent me mener14."

10Coronado avait donc le sentiment de partir à l'aventure, mais il croyait fermement à l'existence des richesses de Quivira. Il parcourut alors plus de 300 lieues (1 671 km). L'eau manqua cruellement ; seuls les bisons permettaient de survivre. Il décida alors de n'emmener qu'un détachement et confia le reste de ses troupes à Tristn de Arellano qui devait demeurer dans la région habitée par les Indiens Teyas.

11Coronado devait avoir quelque crainte, car les guides indigènes qui le conduisaient à Quivira paraissaient peu experts :

  • 15 Ibid., fol. 1 r°-l v°.

"(...) je poursuivis ma marche cinq jours de plus et j'arrivai dans une plaine si démunie de points de repère que nous avions l'impression de nous trouver au milieu de la mer. Mes gens s'affolèrent car l'on ne voit dans toute cette plaine de pierre, côte, arbre, touffe d'herbe ni [fol. 1 v°] quoi que ce soit qui en ait l'apparence15."

12Les Indiens Teyas, sur le territoire desquels Coronado se trouvait maintenant, le mirent en garde contre les allégations mensongères des guides. Le général — de retour de son expédition — ne manque pas de le rappeler :

  • 16 Ibid., fol. 1 v°.

"Ceux-ci m’informèrent sur le pays où m'emmenaient mes guides et m'expliquèrent qu'il n'y avait rien de ce que l'on m'avait dit ; d'après eux les habitations étaient faites de paille et de cuirs et non de pierre avec des étages comme les décrivaient mes guides, et il y avait peu de mais pour se nourrir. Cela m'attrista infiniment, surtout que je me trouvais au milieu de cette plaine infinie (...) Alors les guides m'avouèrent qu'ils m'avaient menti, mais seulement à propos des dimensions des habitations, qui étaient faites de paille, car ils assuraient toujours qu'ils avaient dit la vérité pour ce qui était du grand nombre des habitants et de leurs mœurs policées. Les Teyas, eux, affirmaient le contraire16."

13Coronado et ses hommes ne savaient plus quoi penser. Le manque d'eau et de vivres (s'ajoutant à cette incertitude) provoqua donc sa décision de ne pas faire courir de risques inutiles à l'ensemble de ses troupes, et de ne partir vers Quivira qu'à la tête d'un petit groupe d’hommes. Il devait tout de même subsister en lui quelque espoir de découvrir une contrée merveilleuse. L'imaginaire, une fois de plus, pesait de tout son poids. Coronado s'en remettait aux deux guides indigènes de l’expédition, Ysopete — originaire de Quivira — et El Turco — un indien Pawnee —, qui n'étaient pas d'accord — sur la route à suivre et sur les richesses de Quivira — et constituaient en fait un obstacle supplémentaire.

***

14On parvint enfin à proximité de Quivira. Le pays avait une belle apparence et semblait plein de promesses, comme l'indique Juan Jaramillo :

  • 17 Juan Jaramillo, Relacíon... (Ms.. AGI), doc. cit., fol. 4 r°.

"Le bel aspect que présente assurément ce pays situé entre celui des vaches et celui-là, et au-delà de ce dernier, nous donna quelque satisfaction17."

15Cette contrée paraissait si différente des autres que l'on en déduisit d'étranges conclusions et que l'on en vint à échafauder des hypothèses :

  • 18 Ibid., fol. 4 r°.

"Là, le général écrivit une missive pour le gouverneur d'Harahey et de Quibira, car il avait compris que c'était un Chrétien des armées de la Floride qui avait disparu : les renseignements que l'Indien avait fournis sur sa manière de gouverner et le bon ordre de son administration nous l'avaient fait croire18."

16Il est vrai qu'Álvar Núñez Cabeza de Vaca et ses compagnons avaient vécu pendant plusieurs années dans cette région mal connue qui séparait la Floride de la Nouvelle-Galice. D'ailleurs Coronado n'avait-il pas rencontré un Indien qui connaissait — peut-être — Cabeza de Vaca et Dorantes ? Il explique à ce propos :

  • 19 Ibid., fol. 3 v°.

"(...) au bout desquels nous découvrîmes une autre hutte d'indiens qui vivaient et s'abritaient comme les précédents. Parmi eux se trouvait un vieillard aveugle et barbu qui nous fit comprendre par gestes qu’il avait vu, longtemps auparavant, quatre autres personnes comme nous, et il indiquait un endroit proche, plus près de la Nouvelle-Espagne. Nous en déduisîmes, et nous comprîmes qu'il devait s'agir de Dorantes, de Cabeça de Vaca et de ceux dont j'ai parlé19."

17La découverte de la cité de Quivira fut une nouvelle source de déception. On doutait parfois des merveilles que promettaient certains Indiens, mais on avait conservé quelque espoir de les découvrir. Cependant, à la vue des masures que l'on trouva, toute illusion disparut. La Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descobrimiento de Çívola témoigne de l'amertume des explorateurs :

  • 20 Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descobrimiento de Çívola (Ms., (...)

"Les gens de Quibira vivent comme des brutes et ne sont aucunement policés en ce qui concerne leurs habitations — ni pour le reste — qui sont faites de paille à la manière des huttes des Tarascos. Dans certains villages, d'environ deux cents maisons accolées, ils ont du maïs, des haricots et des courges. Ils n'ont ni coton ni poules ['dindes'] et ne cuisent pas leur pain [de maïs] sur un comal ['plateau de terre cuite'], mais sous la cendre20."

18Quant à la Relaçión de Juan Jaramillo, elle n’est guère plus enthousiaste à ce sujet :

  • 21 Le texte dit "seis v seis" ('six ou six'). Nous rectifions cette erreur manifeste.
  • 22 Juan Jaramillo, Relaçión... (Ms., AGI), doc. cit., fol. 4 v°.

"Ainsi donc les Indiens regagnèrent leurs habitations qui se trouvaient à la distance que l’on nous avait indiquée, quant à nous, nous poursuivîmes notre marche, à notre allure, jusqu'à atteindre l'agglomération que nous découvrîmes près de quelques ruisseaux où coulait peu d'eau mais qui étaient cependant fort estimables et avec des rives agréables et qui vont se jeter dans cet autre cours d’eau plus important dont j'ai parlé. Il s'agissait, si ma mémoire est bonne, de six ou sept21 villages éloignés l'un de l'autre dans une contrée que nous visitâmes en quatre ou cinq jours et dont les espaces situés entre deux ruisseaux étaient déserts. Nous arrivâmes — suivant leurs dires — à la limite de la province de Quibira pour découvrir ces grandes richesses dont ils parlaient et que Teucarea nous avait indiquées. Quand nous les interrogeâmes sur ce qu'il y avait au-delà, ils répondirent que cela n'entrait plus dans la province de Quibira mais dans celle d’Arahej et que l'on y trouverait des choses semblables et la même sorte d'agglomérations d'une taille comparable22."

19Coronado quitta très rapidement Quivira, pour s'en retourner dans la province de Tiguex où il s'était précédemment établi pour hiverner, non sans avoir dû subir au préalable les manifestations d'hostilité des indigènes que le guide nommé El Turco avait ameutés contre lui. Ce dernier fut exécuté.

20Mais si les explorateurs rentraient déçus de n'avoir pas trouvé de cité merveilleuse, ils gardaient tout de même un excellent souvenir de la contrée qu'ils jugèrent riche et fertile. La Relaçión anonyme l'affirme sans équivoque :

  • 23 Ibid., fol. 4 v°.

"Cette contrée a un bel aspect. Je n'en ai pas vu de meilleure dans toute notre Espagne, en Italie, dans la partie de la France ni dans les autres pays que j'ai visités au service de Sa Majesté car ce n'est pas une région très accidentée et que l'on n'y trouve que de grandes collines, des plaines et des rivières estimables qui ont un bel aspect. Cette terre me satisfait pleinement et je présume qu’elle doit être très féconde et donner abondamment toutes sortes de fruits. Pour ce qui est du bétail, nous en avons la preuve sous les yeux, car il y en a autant que l'on peut imaginer23."

21Vázquez de Coronado, qui avait passé vingt-cinq jours dans la province de Quivira, n'y avait pas trouvé d'or. On lui avait pourtant signalé l'existence d'autres provinces au-delà de Quivira, mais la lassitude paraît l'avoir emporté, et sa déception était grande. Il explique ainsi à l'Empereur sa décision de mettre fin aux recherches :

  • 24 Carta a S. M. de Francisco Vázquez Coronado (Tiguex, 20-X-1541), (Ms., AGI), doc. cit., fol. 2 r°.

"Je m'arrêtai vingt-cinq jours dans cette province de Quivira, tant pour explorer le pays que pour obtenir des renseignements sur ce qui se trouvait au-delà et savoir ce que je pourrais découvrir pour Votre Majesté car les guides que j'avais m'avaient parlé d'autres provinces situées plus loin. Et j'appris qu'il n'y avait ni or ni argent dans toute cette région. En ce qui concerne les autres que l’on m'a indiquées, l’on n'y trouve que de petits villages où l'on ne sème pas, où les habitations sont faites de cuir et de roseau, et dont les habitants se déplacent en suivant les vaches ['bisons']24."

  • 25 Il était arrivé à Tiguex à la mi-juillet.

22Il lui semblait donc inutile de poursuivre ses efforts, d'autant plus que les guides avaient avoué leurs mensonges. En octobre de l'année 1541, il se trouvait à Tiguex, d'où il écrivait à Charles Quint la lettre que nous venons de citer25.

  • 26 Vázquez de Coronado avait emmené 5 religieux. Outre Fray Marcos de Niza (qui était reparti pour Mé (...)

23Après avoir débattu avec ses officiers de la décision qu'il fallait prendre, il s'engagea sur le chemin du retour en avril 1542. Il laissa cependant trois Franciscains derrière lui : Fray Juan de Padilla — qui repartit pour Quivira où il mourut assassiné —, Fray Luis de Escalona (ou Descalona) — qui resta à Pecos, dans la province de Tiguex, et connut le même sort — et Fray Juan de la Cruz qui se fixa à Tiguex26.

24Le vice-roi Antonio de Mendoza fut, lui aussi, très déçu lorsqu'il apprit l'échec de l'expédition de Francisco Vázquez de Coronado. C'est ce qu'explique l'Inca Garcilaso de la Vega :

  • 27 Garcilaso de la Vega (el Inca), La Florida del Inca, op. cit., liv. 1, ch. 2, p. 252.

"Il rentra à México et le vice-roi en fut très peiné car il voyait que tous les efforts qu'il avait faits pour cette conquête, en rassemblant une troupe bien équipée, avec de nombreux chevaux, avaient été vains et stériles27."

25Francisco López de Gómara écrit également à ce sujet :

  • 28 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 288.

"Don Antonio de Mendoza fut très chagriné quand ils revinrent car il avait investi plus de soixante mille pesos d’or dans cette entreprise et qu'il en devait encore beaucoup, alors qu'ils ne rapportaient rien de là-bas, pas un seul échantillon d’or, d'argent ni de richesses28."

3 - Le Royaume du Roi Tatarrax

26Si Francisco Vázquez de Coronado n'avait pas rapporté d'or, il avait tout de même permis de connaître une région que les Européens ignoraient. Cependant, l'idée que l'on pouvait se faire des terres récemment découvertes, en Nouvelle-Espagne et, a fortiori, en métropole, restait beaucoup trop imprécise pour ne pas laisser une grande place à l'imaginaire. On n'avait obtenu, en définitive, que peu de renseignements et ceux-ci ne concernaient que des civilisations sans grand relief qui n'avaient créé aucune capitale remarquable et dont il ne restait que de vagues souvenirs. Qu'avait-on retenu des missions d'exploration de Fray Marcos et Vázquez de Coronado ? Qu'il se trouvait là-bas, loin au nord de la Nouvelle-Galice, de curieux édifices avec plusieurs étages, et de nombreux troupeaux de bisons qui permettaient à quelques pauvres tribus de survivre et de se vêtir.

27On n’oubliait pas toutefois — certaines rumeurs sont tenaces — qu’il était possible que l’on découvrît un jour quelque cité merveilleuse et d'incroyables richesses. D'ailleurs, Coronado n'avait-il pas laissé subsister un espoir ? Quivira, qui impressionna Juan Jaramillo, était une terre pleine de promesses, et, au-delà, ne soupçonnait-on pas l'existence d'autres provinces plus opulentes ? A partir de ces bases, somme toute assez fragiles, l'imagination construisit des merveilles.

28Dans un rapport adressé à Charles Quint depuis Compostela (en Nouvelle-Galice), le 18 février 1551, le Licenciado Martínez de la Marcha écrivait à propos de la région que parcourut Vázquez de Coronado :

  • 29 Licenciado Hernando Martinez de La Marcha, Rapport adressé à l'Empereur Charles V, sur le Royaume (...)

"(...) on croit positivement qu'en suivant cette vallée on peut aller en Floride, car ceux qui y sont descendus ont appris que plus loin il y avait un pays très-habité. On dit qu'à trente journées de là on trouve des lacs et une ville aussi grande que México ; on prétend qu'elle est dans la direction que suivit le capitaine Soto, gouverneur pour Votre Majesté lorsqu'il partit pour faire la conquête de la Floride ; on dit même que c'est dans cette contrée que sont les richesses dont ce gouverneur avait eu connaissance. S'il en est ainsi, il sera facile de les découvrir29."

***

29Juan Jaramillo, comme nous l'avons déjà mentionné, avait, dans sa Relation, fait allusion à une missive que Vázquez de Coronado envoya à un certain "gouverneur d'Harahey et de Quibira" que l'on pensait être un Chrétien rescapé des expéditions de la Floride. Mais ce gouverneur ne fut jamais retrouvé. Coronado, après avoir sillonné le pays de Quivira, dut bien se rendre compte qu'il ne s'agissait que d'une illusion. D’ailleurs il ne rappelle pas cette démarche dans la lettre qu'il écrivit à Charles Quint, à Tiguex, le 20 octobre 1541. S'il avait eu quelque raison sérieuse de croire à l'existence d'un roi — indigène ou européen — particulièrement intéressant, il n'aurait certes pas manqué d'en parler dans son rapport. Toutefois l'initiative qu'il prit alors doit attirer notre attention car elle révèle un état d'esprit et démontre que l'on était à l'affût de tout renseignement capable de confirmer l'idée que l'on s'était faite de Quivira. Cette ville s'était substituée aux décevantes Sept Cités de Cíbola que l'on avait visitées.

30Or, l'éventualité de l'existence d'un puissant royaume continua de hanter l'esprit des Européens, et ce fameux roi introuvable devait encore donner naissance à bien des projets et bien des illusions. Il est curieux que ce souverain ait, d'emblée, été qualifié de "chrétien". L'opinion, énoncée par Jaramillo, qu'il pût s'agir d'un rescapé de la Floride devait être partagée par d'autres membres de l'expédition. Mais ne faut-il pas voir là une réminiscence de la célèbre légende médiévale du Prêtre-Jean, étrangement transportée en Amérique ? Si l'on n'avait pas hésité, à la suite de la première mission de Fray Marcos à Cíbola, à parler de chameaux et même d'éléphants dans les milieux bien informés de la Nouvelle-Espagne, démontrant ainsi que l'on percevait Cíbola comme la porte de l'Asie, pourquoi ne pas penser au Prêtre-Jean des Indes ?

31Aucun des auteurs des documents que nous avons consultés ne franchit ce pas décisif, mais il est fort possible que des esprits de la première moitié du XVIe siècle, encore nourris de légendes médiévales, aient songé à faire ce rapprochement. Ferdinand Denis l'affirme très clairement :

  • 30 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., Origine de l'El Dorado, p. 213.

"(...) cela en vint au point, que le vieux souverain des régions asiatiques et de l'Ethiopie arriva, au seizième siècle, jusque dans le Nouveau-Monde, et que Vasquez de Coronado trouva le prêtre Jehan dans Cíbola, à environ 400 lieues au nord du Mexique30."

  • 31 Alexander Von Humboldt, Rel. Hist., op. cit., t. 3, Notes du livre IX, note A, p. 157.

32Alexandre de Humboldt, lui, est plus prudent et se contente de parler d'"une espèce de Prêtre-Jean"31.

***

33Ce roi mystérieux portait un nom, on l’appelait Tatarrax. D’après Francisco López de Gómara, ce fameux Tatarrax ne serait que l’un des chefs indigènes rencontrés par Vázquez de Coronado dans la région de Quivira :

  • 32 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 288.

"Ils arrivèrent enfin à Quivira et trouvèrent le fameux Tatarrax qu’ils recherchaient. C’était un homme chenu, qui ne portait aucun vêtement et n’avait qu'un bijou de cuivre autour du cou : c'étaient là ses seules richesses32."

34Tatarrax, que Gómara ne décrit pas comme un personnage extraordinaire, prit cependant, au fil des années, une dimension que rien ne semblait justifier au départ.

35Le nom relevé par Gómara est déjà mystérieux car, à notre connaissance, aucun des récits directs de l'expédition de Coronado ne le mentionne. Peut-être s'agit-il d'une de ces informations impossibles à vérifier qui devaient circuler parmi les soldats et qui, déformées au cours de leur transmission, avaient produit ce curieux nom si bien assorti à celui de Tiguex. On le retrouve, modifié, de nombreuses années plus tard dans le Grand Dictionaire Historique de Louis Morery (1707) :

  • 33 L. Morery, Le Grand Dictionaire..., op. cit., t. 4, p. 367 (art. "Quivira"). Les renseignements do (...)

"Enfin lors qu'ils y furent arrivez, ils allerent voir le Roy, qui étoit appelé Tatarappa ; & qui étoit un Vieillard nud, avec un collier de cuivre pour tout ornement33."

36Le royaume du roi Tatarrax a, peu à peu, pris de l'importance. Au XVIIIe siècle, le Père Feijoo, qui essaie de rétablir la vérité, évoque toutefois la "grande Quivira" et le "grand Prince Tatarrajo" dont on parlait à propos de l'expédition de Francisco Vázquez de Coronado :

  • 34 Fr. B. J. Feijoo y Montenegro, Obras escogidas, op. cit., t. 4, Suplemento del Teatro Critico - Fá (...)

"Voyant la stérilité de cette entreprise, ils se laissèrent convaincre par une autre invitation de même nature qui les incitait à partir à la recherche de la grande Quivira, où l'on disait que régnait depuis fort longtemps le grand Prince Tatarrajo, et qui était un pays où existaient en abondance l'or, l'argent et les pierres précieuses. Stimulés par la convoitise, ils s'obstinèrent à avancer sur des sentiers difficiles et des terres incultes, supportant les rigueurs du climat et traversant des régions inhabitables. Endurant mille tourments et essuyant de pénibles échecs, ils parvinrent enfin à atteindre le but recherché. Mais que trouvèrent-ils ? La cour n'était qu'un pauvre petit douar d'aspect barbare, le Prince Tatarrajo n'était qu'un misérable vieillard, nu, qui n’avait comme trésor qu’un petit bijou de laiton qui le distinguait des autres34."

37Moins d'un siècle après le voyage d'exploration de Vázquez de Coronado, le roi Tatarrax avait aussi un autre nom : el Rey Coronado ('le Roi Couronné'). Il est évident que l'on confondait ce souverain mystérieux avec le chef de l'expédition qui l'avait découvert. La transformation était d’autant plus aisée que le patronyme Coronado évoquait directement la corona ('couronne'), donc le symbole de la royauté. Et c'est ainsi que l’on envisagea de partir en quête de ce royaume de fantaisie dans lequel on disait exister — élément d'importance que l'on retrouve en Amérique du Sud — une certaine "laguna del oro" ('lac de l'or') que l'on pouvait considérer comme une preuve évidente de l'abondance du métal précieux que l'on pensait découvrir. Fray Antonio de la Ascension écrit ainsi dans sa Relación (1620) :

  • 35 Fray Antonio de la Ascensión, Relacion breve en que se dá noticia del descubrimiento que se hizo e (...)

"A mon avis, il serait très judicieux de commencer la pacification du royaume du Nouveau-Mexique par le port du Río del Tizón, car on assure que les agglomérations les plus importantes et les plus riches se trouvent dans cette contrée puisque le lac de l'or ["laguna del oro"] et les villages du Rey Coronado sont situés à proximité, et que cette région est très peuplée35."

38On trouve également, à peu près à la même époque, dans le Memorial del Almirante D. Pedro Porter Casanate, les remarques suivantes :

  • 36 Almirante D. Pedro Porter Casanate, Memorial..., op. cit., p. 24.

"XV. Qu'il nous permettra d'avoir des informations sur la grande cité de Quivira, sur le Rey Coronado et sur le lac de l'or. (...) XIX. Que l'on saura où habitent les hommes blancs et vêtus avec lesquels les Indiens de Californie disent avoir des relations36."

  • 37 Plusieurs expéditions étaient parties avant la sienne, vers la région découverte par Francisco Váz (...)

39Ce célèbre lac qui démontre que l'on connaissait bien mal les régions situées au nord de la Nouvelle-Biscaye, fut, semble-t-il, l'un des buts recherchés par Antonio de Espejo qui séjourna en 1582, puis en 1583, en pays zuñi37. L'indication apparaît dans une Relación breue y berdadera del descubrimiento del Nuevo México, adressée au Roi après la première expédition d'Antonio de Espejo, par Philippe d'Escalante et Hernando Barrando :

  • 38 Hernando Barrando et Philippe D'Escalante, Relación breue y berdadera del descubrimiento del Nueuo (...)

"(...) puis ils découvrirent encore onze villages très peuplés. D'après ce qu'ils racontent, on leur aurait parlé d'un très grand lac, avec de nombreuses agglomérations importantes, où l'on circule sur des canoës dont la proue est munie d'une grande boule de la couleur du laiton. On dit qu’Antonio de Espejo va partir avec huit compagnons à la recherche de ce lac. Le Père Frai Bernardino Beltrán fera un long rapport complet à ce sujet38."

  • 39 Sir Humphrey Gilbert, A discourse written by sir Humphrey Gilbert Knight, to proove a passage by t (...)
  • 40 Voir supra, ch. 4, par. 3.

40Dans un document du XVIe siècle, inséré par Hakluyt dans sa collection de récits de voyages, Sir Humphrey Gilbert, qui veut prouver l'existence d'un détroit en Amérique du Nord, prétend que Vázquez de Coronado aurait trouvé une grande mer ("a great sea") dans la région de Cíbola et de Quivira39. Mais il se pourrait que Sir Humphrey Gilbert ait confondu certains renseignements car le bruit avait couru que l'on avait découvert des navires chinois sur les côtes du Pacifique40. Cette nouvelle était d'ailleurs attribuée aux troupes de Coronado.

41Le fameux lac serait-il à mettre en rapport avec les Grands Lacs, situés bien plus au nord, que les indigènes de Cíbola et Quivira connaissaient peut-être ? Quoi qu'il en soit, l'idée de son existence survécut très longtemps. Antonio Vázquez de Espinosa signale ainsi, vers 1630, que d'anciens participants de l'expédition de Coronado avaient assuré que le pourtour du lac était très peuplé :

  • 41 A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., I, liv. 4, ch. 9, par. 565, p. 139.

"On signala l'existence d'un grand lac sur les rives duquel se trouvaient de grandes agglomérations, et l’on dit que le pays était très riche41."

42N'oublions pas qu'au XVIe siècle on recherchait aussi dans la région équinoxiale de l'Amérique du Sud, un lac près duquel se trouvait une ville merveilleuse : Quivira pouvait donc apparaître comme l'Eldorado de l'Amérique du Nord.

  • 42 Par exemple, sur la Carte réduite des Parties Septentrionales du Globe, Situées entre l'Asie et l' (...)

43 Cíbola et Quivira que l'on imaginait situées à proximité d'une grande étendue d'eau, furent souvent placées par les cartographes près de l'océan Pacifique42.

4 - Le témoignage des cartographes

44Les cartographes, qui enregistrent parfois les informations avec beaucoup de retard, fournissent cependant des témoignages fort intéressants : l'apparition ou la disparition de telle indication, le déplacement dans l'espace, représenté graphiquement, d'une ville ou d'une région, peuvent être d’une grande utilité pour comprendre l'évolution qui s'est produite. Ils traduisent concrètement les idées qui avaient cours de leur temps. Or la région située au nord du Mexique, bien que mal connue, devait aussi être dessinée.

  • 43 Voir l'étude "Cartes et documents géographiques" que nous proposons en appendice dans le texte dac (...)

45Nous avons repéré sur les cartes les villes de Cíbola, Totonteac et Quivira. Parfois ces noms semblent plutôt désigner une région, et nous les enregistrons à part43.

46La ville de Cíbola apparaît, seule, quatre fois sur les cartes que nous avons pu consulter (en 1542, 1570, 1582 et 1592), mais nous l'avons également trouvée six fois accompagnée d'un dessin, ce qui prouve l'importance qu'on lui attribuait (en 1541, 1556, 1571, 1593, 1597 et sur une carte — non datée — de la fin du XVIe siècle).

47Les Sept Cités apparaissent, dessinées seules, huit fois (entre 1542 et 1643), mais on trouve sept fois les Sept Cités accompagnées du nom Cíbola (dans le dernier cas, Cíbola désigne la région), entre 1560 et 1643. Signalons aussi que le nom Cíbola s'applique à une région sur une carte de 1717. Nous avons repéré quatre cartes où figurent à la fois Cíbola et l'île des Sept Cités ou l'île de Saint-Brandan, ce qui démontre que, curieusement, la légende des Sept Cités a survécu aux échecs des missions d'exploration envoyées vers le Nouveau-Mexique, car la première de ces quatre cartes (qui, fait exceptionnel, signale à la fois Cíbola, l'île des Sept-Cités et l'île de Saint-Brandan) date de 1570 ; les trois autres cartes sont de 1593, 1597 (l'île de Saint-Bbrandan y est placée dans l'océan Indien) et, vraisemblablement, de 1600.

48La ville de Totonteac est placée sur deux cartes (1592 et 1597).

49 Quivira est signalée à douze reprises comme une ville (entre 1556 et 1717), et vingt-sept fois comme une région (entre 1557 et 1788).

50Enfin, la ville du Rey Coronado apparaît trois fois : en 1625, 1635 (on indique : "Rey Coromeda") et 1684.

51On s'aperçoit qu'à l'exception de la carte de 1643, et de celle de 1717 (ou Cíbola désigne une région), Cíbola n'est mentionnée qu'au XVIe siècle, mais qu'elle apparaît très tôt (1541 ou 1542), ce qui prouve l'intérêt qu'a dû susciter l'annonce de son existence. Nous ne l'avons jamais vue avant 1541 : les rumeurs qui circulaient devaient être "vérifiées". Sa représentation graphique semble coïncider avec la diffusion des renseignements rapportés par Fray Marcos et, peut-être — mais le délai paraît un peu court — des premières nouvelles envoyées par Vázquez de Coronado.

52 Quivira, qui n’est placée sur les cartes que nous avons examinées qu'à partir de 1556, paraît avoir pris, tardivement, le relais de Cíbola. Il est vrai que les rapports de Coronado étaient peu encourageants. C'est donc au fil des années que Quivira prit de l'importance, figurant bien souvent sur les cartes comme l'un des rares points de repère d'une région mal connue, et située dans de nombreux cas sur les rivages du Pacifique, parfois très au nord. L'imprécision des renseignements a favorisé l'apparition du Rey Coronado qui, semble-t-il, a connu le succès dans la première moitié du XVIIe siècle.

53 Cíbola et Quivira sont la preuve de la résurgence de légendes et de mythes anciens. L'île des Sept-Cités, transformée en royaume, devint progressivement une seule cité baignée par les eaux d'un grand lac mystérieux. Mais la région qui vit naître Cíbola et Quivira ne fut pas la seule à attirer l'attention au cours du XVIe siècle. Car, simultanément (ou presque), d'autres cités merveilleuses occupèrent les Européens en divers endroits du continent américain.

No 22 - La ville de Ceuola (Cíbola) et les Sept Cités. Détail d'une carte de Wytfliet (1597).

No 23 - Fol. 1 r°. de la Relaçion du capitaine Juan Jaramillo.
AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 8.

No 24 - Texte autographe et signature de Francisco Vázquez de Coronado à la fin d'une lettre adressée à Charles Quint (Tiguex, 20-X-1541).
AGI, Patronato, leg. 184, doc. no 34, fol. 1 v°.

Notes

1 Fray Marcos de Niza, Relaçion del frayle para Su Majestad (Ms., AGI), doc. cit., fol. 3 r.

2 Ibid., fol. 5 r°.

3 Ibid., fol. 5 r°.
"Dize que / a la parte del sueste, ay un reyno que se llama Maratta, en que solía aver / muchas y muy grandes poblaçiones, y que todas tienen estas casas de piedra / y sobrados (...)"

4 Ibid., fol. 5 r°.

5 Alexander Von Humboldt, Relation historique du Voyage aux Régions équinoxiales du Nouveau Continent (...), op. cit., t. 3, Notes du livre IX, note A, p. 157.

6 Ibid., p. 158.
Sur les questions techniques posées par les constructions zuñis, cf. Chita De La Calle, "Techniques Précolombiennes", dans Histoire Générale des Techniques, t. 1 : Les Origines de la Civilisation Technique, Paris, P.U.F., 1962, 5'partie (L'Amérique Précolombienne), ch. unique, p. 391-423. Voir, en particulier, le croquis de la p. 402.

7 Pour Tusayan (dans l'Arizona). Cf. Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descobrimiento de Çívola (Ms., AGI), doc. cit., fol. 2 r°.

8 C'est le royaume d'Acus dont parlait Fray Marcos.

9 Taos fut également visitée, l'année suivante (1541), par Francisco de Barrionuevo, un autre lieutenant de Coronado. Cf. Hand. of. Amer. Ind., op. cit., p. 688 (art. "Taos"). Taos se trouve entre 36° et 37° de latitude N., au nord-est de l'actuelle Albuquerque.

10 Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descobrimiento de Çívola (Ms., AGI), doc. cit., fol. 3 v°.

11 Juan Jaramillo, Relaçión... (Ms., AGI), doc. cit., fol. 3 r°.

12 Il neigea beaucoup en décembre 1540. Coronado réquisitionna 300 vêtements chez les Indiens. Cf. H. W. Haynes, "Early Explorations of New Mexico", ét. cit., p. 490-491.

13 Ce document, Carta a S. M. de Francisco Vázquez Coronado. Describe muy por menor la situación de la provincia de los Tiguex, la que había descubierto Fr. Marcos de Niza Provincial de la orden de San Francisco a cuya pucificación fue mandado por disposición del Virey de Nueva España. 1541, se trouve à l'AGI (Patronato, leg. 184, doc. 34). C'est ce texte que nous citons ici. Muñoz l'a reproduit dans sa Colección (t. 64, fol. 185 r°-188 v°) avec le titre : Carta al Emperador, de Francisco Vázquez de Coronado. Tiguex, 20 de octubre de 1541.
Ce même document a été publié 2 fois dans CODOIN :
– vol. 3, p. 363-369 : Carta de Francisco Vazquez Coronado al Emperador, dándole cuenta de la expedicion á la provincia de Quivira, y de la inexactitud de lo referido á Fr. Marcos de Niza, acerca de aquel país ;
– vol. 13, p. 261-268 : Carta á Su Magestad, de Francisco Vazquez Coronado, en que hace relacion del descubrimiento de la provincia de Tiguex. (20 de Octubre de 1541).
Une traduction française du texte se trouve dans H. Ternaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., t. 9, Appendice no V (Lettres de Vasquez Coronado...), p. 355-363, avec le titre : Troisième Lettre. A l'empereur Charles V.

14 Ibid., fol. 1 r°.

15 Ibid., fol. 1 r°-l v°.

16 Ibid., fol. 1 v°.

17 Juan Jaramillo, Relacíon... (Ms.. AGI), doc. cit., fol. 4 r°.

18 Ibid., fol. 4 r°.

19 Ibid., fol. 3 v°.

20 Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descobrimiento de Çívola (Ms., AGI), doc. cit., fol. 4 v°.

21 Le texte dit "seis v seis" ('six ou six'). Nous rectifions cette erreur manifeste.

22 Juan Jaramillo, Relaçión... (Ms., AGI), doc. cit., fol. 4 v°.

23 Ibid., fol. 4 v°.

24 Carta a S. M. de Francisco Vázquez Coronado (Tiguex, 20-X-1541), (Ms., AGI), doc. cit., fol. 2 r°.

25 Il était arrivé à Tiguex à la mi-juillet.

26 Vázquez de Coronado avait emmené 5 religieux. Outre Fray Marcos de Niza (qui était reparti pour México) se trouvaient parmi les membres de l'expédition Fray Juan de Padilla et Fray Juan de la Cruz qui, d'après Fr. J. de Mendieta (Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 5, 2e part., ch. 3, p. 235) seraient restés à Tiguex. Un autre religieux, Fray Luis de Escalona (ou Descalona) était un frère convers.
D'après A. de Alcedo (Dicc. Geogr., op. cit., t. 3, p. 288, art. "Quivira"), Andrés Docampo – un Portugais – et 12 Indiens convertis du Michoacán seraient restés avec les religieux.

27 Garcilaso de la Vega (el Inca), La Florida del Inca, op. cit., liv. 1, ch. 2, p. 252.

28 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 288.

29 Licenciado Hernando Martinez de La Marcha, Rapport adressé à l'Empereur Charles V, sur le Royaume de la Nouvelle-Grenade, par te Licencié de La Marcha, dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 82 (1839), p. 329-330.
Ce "Royaume de la Nouvelle-Grenade" ne doit pas être confondu avec le Nuevo Reino de Granada (l'actuelle Colombie) ; il s'agit bien ici de Cíbola nommée Granada par Vázquez de Coronado.
Ce document figure dans le t. 68 de la Colección de Muñoz (fol. 1 r°-12 v°), avec le titre : Carta al Emperador, del Licenciado Hernando Martinez de La Marcha (Compostela, 18 de febrero de 1551).

30 F. Denis, Le Monde enchanté..., op. cit., Origine de l'El Dorado, p. 213.

31 Alexander Von Humboldt, Rel. Hist., op. cit., t. 3, Notes du livre IX, note A, p. 157.

32 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 288.

33 L. Morery, Le Grand Dictionaire..., op. cit., t. 4, p. 367 (art. "Quivira"). Les renseignements donnés par Gómara (cf. n. précédente) semblent avoir été utilisés ici.

34 Fr. B. J. Feijoo y Montenegro, Obras escogidas, op. cit., t. 4, Suplemento del Teatro Critico - Fábula de las Batuecas..., par. 104, p. 396-397. Feijoo, qui cite ici un auteur, reprend tout de même à son compte ces propos.

35 Fray Antonio de la Ascensión, Relacion breve en que se dá noticia del descubrimiento que se hizo en la Nueva-España, en la Mar del Sur, desde el puerto de Acapulco hasta más adelante del Cabo Mendocino ; en que se dá cuenta de las riquezas y buen temple y comodidades del Reino de Californias, y de cómo podrá S. M. á poca Costa pacificable y encorporable en su Real Corona, y hacer que en él se predique el Santo Evangelio, por el padre Fr. Antonio de la Ascension, religioso carmelita descalzo que se halló en él. (Méjico, 12-X-1620), dans CODOIN, vol. 8, p. 569.
Ce document figure dans la Colección de Muñoz (RAH), t. 23, fol. 68 r°-135 v°, avec le titre : Viaje de el nuevo descubrimiento que se hizo en la nueva España por la mar del Sur, desde el puerto de Acapulco asta el Cabo mendocino, por mandado de la Magestad del Rey Phelipe tercero, siendo Virrey el Conde de Monterrey en el año 1602. Siendo General de la Armada Sebastián Vizcaíno, compuesto por el P. Fray Antonio de la Ascensión, Religioso descalzo de Nuestra Senora del Carmen.
C'est le texte de CODOIN que nous citons ici.

36 Almirante D. Pedro Porter Casanate, Memorial..., op. cit., p. 24.

37 Plusieurs expéditions étaient parties avant la sienne, vers la région découverte par Francisco Vázquez de Coronado. Antonio de Espejo fit deux séjours en pays zuñi (1582 et 1583).
Cf. Antonio de Espejo, Relaçión del biaje que yo Antonio de Espejo, çiudadano de la çiudad de México, natural de Córdoua / hize con catorze soldados y vn religioso de la orden de San Francisco a las Prouinçias y poblaçiones del Nueuo / México a quien puse por nombre "La Nueva Andaluçía" a contemplaçión de mi patria, enfin del ano de mil / y quinientos y ochenta y dos, AGI, Patronato, leg. 22, no 1, ramo 1, fol. 6 r°-20 v°. Il écrit, en particulier, après avoir retrouvé des traces du passage d’Álvar Nünez Cabeza de Vaca (fol. 8 v°) :
"(...) dixéron / nos y diéronnos a entender por yntérpetres que / por allí abían pasado tres cristianos i vn negro / y, por las señas que dauan, pareçío auer sido Álvaro / Núñez Caueça de Vaca, y Dorantes, y Castillo / Maldonado, y vn negro, que todos ellos autan / escapado de la armada con que entró Pánfilo de / Naruáez en la Florida."
Voir, à ce sujet, la chronologie des expéditions vers le Nouveau-Mexique proposée par Cesáreo Fernández Duro, dans son étude : Don Diego de Peñalosa y su descubrimiento del Reino de Quivira, Informe presentado a la Real Academia de la Historia por el Capitán de Navío Cesáreo Fernández Duro, Individuo de Número, Madrid, Imprenta y Fundición de Manuel Tello, 1882, p. 123-146.
Cf., également, Luis Navarro Garcia, La Conquista de Nuevo México, Madrid, Ediciones Cultura Hispánica del Centra Iberoamericano de Cooperación, 1978.
En ce qui concerne l'expédition de Juan de Oñate (en 1601), voir P. Lorenzo Pérez, "Relación de la expedicón que en 1601 hizo Juan de Oñate en el Nuevo Méjico", dans Archivo Ibero-Americano, Estudios Históricos sobre la Orden Franciscana en España y sus Misiones, Madrid, Año III, núm. XIV (marzo-abril 1916), p. 242-263.

38 Hernando Barrando et Philippe D'Escalante, Relación breue y berdadera del descubrimiento del Nueuo México, que descubrimos nueue compaheros que salimos de Santa Barbora, en compañía de tres religiosos de la Orden de Senor Sant Francisco, dans Cartas de Indias, op. cit., vol. 1, doc. no 39, p. 232.

39 Sir Humphrey Gilbert, A discourse written by sir Humphrey Gilbert Knight, to proove a passage by the Northwest to Cataya, and the East Indies, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 5, p. 102-103 :
"2. Also Franciscus Vasques de Coronado passing from Mexico by Cevola, through the countrey of Quivira, to Siera Nevada, found there a great sea, where were certaine ships laden with Merchandise, carrying on their prowes the pictures of certaine birds called Alcatrarzi, part whereof were made of golde, and part of silver, who signified by signes, that they were thirty dayes comming thither (...)"

40 Voir supra, ch. 4, par. 3.

41 A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., I, liv. 4, ch. 9, par. 565, p. 139.

42 Par exemple, sur la Carte réduite des Parties Septentrionales du Globe, Situées entre l'Asie et l'Amérique, insérée dans le t. 15 de l'Histoire Générale des Voyages ou Nouvelle Collection de toutes les Relations de Voyages par mer et par terre (...) de l'abbé Antoine François Prevost, A Paris, Chez Didot, Libraire, Quai des Augustins, à la Bible d'or, 60 t. (1749-1759), on peut lire, près d'un grand golfe dessiné en pointillé – donc mal connu – et dans la partie située entre la côte de Californie et les Grands Lacs (étrangement proches de cette côte), la mention suivante : "Ici peuvent etre / Quivira et Teguayo". A l'emplacement du golfe est écrite cette légende : "Ce qu'on nomme / Mer de l'Ouest / peut être placé dans / cette Partie". Cette carte a été dessinée en 1758 par "M. Bellin Ingr. de la Marine".

43 Voir l'étude "Cartes et documents géographiques" que nous proposons en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse, vol.  5, appendice no 2, p. 1084-1131.

Table des illustrations

Légende No 22 - La ville de Ceuola (Cíbola) et les Sept Cités. Détail d'une carte de Wytfliet (1597).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende No 23 - Fol. 1 r°. de la Relaçion du capitaine Juan Jaramillo.AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 8.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Légende No 24 - Texte autographe et signature de Francisco Vázquez de Coronado à la fin d'une lettre adressée à Charles Quint (Tiguex, 20-X-1541).AGI, Patronato, leg. 184, doc. no 34, fol. 1 v°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 375k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search