Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Quatrième partie : Recrudescence d'activité des mythes

Chapitre XXII. Les Sept Cités de Cíbola

Texte intégral

  • 1 "Enfin au lever de la réjouissante aurore
    Il gagne le sommet de quelque colline grimpant haut
    Qui à (...)

"(...) at last by break of chearful dawne
Obtains the brow of some high-climbing Hill,
Which to his eye discovers unaware
The goodly prospect of some forein land
First seen, or some renownd Metropolis
With glistering Spires and Pinnacles adornd,
Wich now the Rising Sun guilds with his beams."
(John MILTON, Paradise Lost, book III,
vers 545-551)1.

1Avec la chute de l'Empire aztèque s’achevait en Nouvelle-Espagne une époque de luttes acharnées, génératrices de légendes empreintes d'un caractère épique indéniable. Mais l'effort d'expansion territoriale n'était pas terminé pour autant. Les stratèges allaient devenir des explorateurs chargés, d'abord, de maintenir la mouvance active de l'ancienne capitale puis de repousser aussi loin que possible les frontières du nouvel empire qui se constituait.

2Que connaissait-on, au juste, du territoire dominé par les Aztèques ? Peu de choses à vrai dire car l'action menée par Cortés et ses hommes n'avait eu d'autre but que le contrôle de la capitale et de ses satellites immédiats. Or l’Empire de Moctezuma débordait largement du cadre étroit de l'Anáhuac. México tout comme Cuzco et Lima, quelques années plus tard — fut la nouvelle base, le nouveau point de départ des expéditions destinées à pousser plus avant la conquête, à reculer les limites du monde connu des Européens.

1 - L'exploration de la Nouvelle Espagne et des régions adjacentes

  • 2 Cf. ch. 18, par. 3, 4 et 5.

3Dès la reddition de Tenochtitlán (13 août 1521), Cortés organisa l'exploration systématique de l'Empire aztèque. Il chargea ses lieutenants de reconnaître les provinces qui dépendaient de Moctezuma, mais intervint lui-même en diverses occasions pour élargir le champ de sa conquête. Plusieurs expéditions furent envoyées vers la Sierra Madre del Sur et l'isthme de Tehuantepec : Francisco de Orozco à Oaxaca (1521), Pedro de Alvarado vers Tutepec (1522), Gonzalo de Sandoval à Tuxtepec et Coatzacoalcos, sur la baie de Campêche (1521), Luis Marin vers la région de Chiapas (1521-1524). Cristobal de Olid partit vers le Michoacán et la côte du Pacifique, à Zacatula (1522), puis vers le Honduras (1524). Pedro de Alvarado, traversant l'isthme de Tehuantepec, aboutit au Guatemala, qu'il gouverna pendant plusieurs années. Francisco Cortés, visita la province de Jalisco (1524) et Hernán Cortés partit reconnaître la région de Las Hibueras (Honduras), où, comme nous l'avons vu, son intervention détermina l'apparition de plusieurs légendes2.

4Mais au-delà du désir de parvenir à une meilleure compréhension du terrain et d'établir l'inventaire des richesses et des immenses possibilités de la Nouvelle-Espagne et des régions adjacentes, apparaît très clairement une préoccupation essentielle : la recherche du fameux détroit qui éviterait le long détour par les Terres Magellaniques. Car l'obsession qui animait Christophe Colomb n'avait pas disparu. Le but privilégié des explorateurs était encore la découverte du plus court chemin vers l'Asie merveilleuse. Cortès n'a jamais oublié cet objectif. C'est vers le sud ou vers les côtes, qu'il expédia d'abord ses lieutenants. À la poussée expansionniste en direction du nord à partir de l'isthme de Panama, correspond l'élan vers le Sud des conquistadores de la Nouvelle-Espagne qui se produit simultanément.

5La recherche du détroit a toujours été perçue comme une priorité par Hernán Cortés. Dans la lettre de présentation de sa Tercera Carta de Relación (Coyoacán, 15 mai 1522) qu’il adressa à l'Empereur, le Conquistador exprimait clairement son souci :

  • 3 H. Cortés, Caria de H. Cortés al Emperador Carlos V - Coyoacán, 15 de mayo de 1522, dans Carias de (...)

"Votre Majesté pourra s'assurer, grâce à la relation que je fais parvenir, que je me suis employé, avec sollicitude et diligence, à découvrir la mer du Sud, et elle s'apercevra qu’avec l'aide de Notre-Seigneur je m'y suis engagé dans trois directions : Votre Altesse peut considérer cela comme l'un des services les plus éminents qui lui ont été rendus aux Indes. Elle pourra constater également que pour découvrir et connaître tous les secrets — car il ne fait aucun doute, suivant les renseignements que nous avons, que l'on trouvera des choses merveilleuses — j'ai commencé à construire près de la côte, à plus de quatre-vingt-dix lieues des provinces où je me trouve, des navires et des brigantins (...)3 "

6Dans sa Cuarta Carta-Relación (15 octobre 1524), il expliquait ainsi sa décision d'envoyer Cristobal de Olid vers Las Hibueras :

  • 4 H. Cortés, Cuarta Carta-Relación..., op. cit., p. 184.

"(...) tant parce qu'on m'a amplement informé de la richesse de cette contrée, que parce que de nombreux pilotes sont persuadés que dans cette baie se trouve le détroit qui mène à l'autre mer. La découverte de ce détroit est ce que je désire le plus en ce monde, car j'estime que ce serait rendre un immense service à Votre Majesté Césarienne4."

7Son intention était de repérer le détroit coûte que coûte. C'est ainsi qu’il envisagea d'organiser des expéditions dans le golfe du Mexique et, simultanément, le long des côtes du Pacifique :

  • 5 Ibid., p. 200.

"Je pense également envoyer les navires que j'ai fait construire dans la mer du Sud et qui, si Dieu le veut, navigueront à la fin du mois de juillet de cette année 1524, en suivant la côte vers le sud pour rechercher ledit détroit. Car si ce détroit existe, il ne peut rester dissimulé à la fois pour ceux-ci qui vogueront sur la mer du Sud et pour les autres de la mer du Nord (...)5 "

  • 6 H. Cortés, Quinta Carta-Relación..., op. cit., p. 281.

8Il évoque encore dans sa Quinta Carta-Relación (3 septembre 1526), les préparatifs d'une expédition maritime qu’il comptait envoyer dans la mer du Sud6.

***

9Cortés n'était pas le seul à être fasciné par cet introuvable détroit. Pietro Martyre constate dans sa Septième Décade :

  • 7 P. Martyr ; Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 7, ch. 5, p. 611.

"Les explorateurs sont possédés d'une telle rage de découvrir le détroit, qu'ils s'exposent à mille dangers. Aussi bien celui qui le découvrira, si tant est qu'on le découvre, est sûr d'obtenir la faveur impériale sans parler d'une grande autorité. Si, en effet, on découvrait un passage entre l'océan austral et la mer du Nord, la route serait moins longue vers les îles qui produisent les aromates et les pierres précieuses, et le débat institué avec le Portugal, dont j'ai parlé dans mes premières décades, n'aurait pas de raison d’être. Peu d’espoir de trouver le détroit7."

  • 8 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit.. II, p. 402.
  • 9 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 165, p. 188-189.
  • 10 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 3, ch. 17, p. 343.

10Les chroniqueurs insistent sur la préoccupation de Cortés : Francisco López de Gómara8, Bernai Díaz del Castillo9 et Antonio de Herrera10 en font état.

11Cortés, qui se plaignait que la Couronne ne manifestát pas suffisamment d'intérêt pour ses tentatives de découverte du détroit, ne ménageait pas ses efforts. Il fut autorisé, en 1529, à poursuivre ses recherches dans le Pacifique. On peut lire dans la Capitulación que se tomó con el Marqués del Valle para el descubrimiento de la Mar del Sur (Madrid, 27 octobre 1929) :

  • 11 Capitulación que se tomó con el / Marqués del Valle para el / descubrimienlo de la Mar del Sur, AG (...)

"Premièrement, Nous vous donnons licence, pouvoir et faculté, en agissant pour Nous et, en Notre nom, pour la Couronne Royale de Castille, de découvrir, conquérir et coloniser toutes les îles de la mer du Sud de ladite Nouvelle-Espagne se trouvant en quelque lieu que ce soit, et mêmement toutes celles que vous pourriez repérer en direction du ponant d'icelle à la condition qu'elles ne soient pas à proximité des terres qui ont un gouverneur officiellement nommé. Nous vous octroyons pareillement la même licence et faculté pour que vous puissiez découvrir toute région du continent que vous pourriez trouver le long de ladite côte du Sud, en direction du ponant, pourvu qu'elle n'ait point été découverte à ce jour et qu'elle se trouve au-delà des limites nord et sud des terres qui ont été octroyées aux gouverneurs Pánphilo de Narbáez et Nufio de Guzmán11."

  • 12 Ce titre lui fut concédé à Barcelone, le 6 juin 1529. Cf. Título de Capitán General de la Nueva-Es (...)

12Cortés obtenait ainsi satisfaction, d'autant plus qu'on lui octroyait simultanément le titre de "Capitán General ['maréchal'] de ladite Nouvelle-Espagne et des côtes et provinces de la mer du Sud d'icelle12." Il était récompensé de ses efforts, mais cela ne se fit pas sans mal car il semble bien que l'on ait montré quelque réticence à la cour, à la suite des nombreuses expéditions qu'il avait organisées en Nouvelle-Espagne. Il s'en plaignait d'ailleurs dans une lettre adressée au Souverain le 11 septembre 1526 :

  • 13 H. Cortés, Caria de Hernán Cortés al Emperador Carlos V - Tenuxtitan, 11 de septiembre de 1526, da (...)

"J'ai appris, de la bouche de certaines personnes qui sont venues ici, et tout particulièrement de celle de Juan de Ribera qui a résidé à la cour de Votre Majesté pour s'occuper d'affaires me concernant, non seulement que Votre Majesté n'appréciait aucunement la peine que je prenais et la dépense que je faisais pour découvrir et placer sous sa domination certaines terres et provinces de ces régions, mais qu'en outre elle trouvait cela fort mal, et que les membres du Conseil de Votre Majesté vous l'avaient suggéré maintes fois en disant que ce que j'avais déjà pacifié et soumis à l'autorité de Votre Majesté était un domaine d'action largement suffisant. Il est vrai que si j'avais écarté mon devoir envers Votre Majesté pour ne penser qu'à mon seul intérêt, j'aurais eu de quoi m'occuper tout à loisir dans cette Nouvelle-Espagne sans me mêler de découvertes ou de sujétion de terres (...)13 "

13Les troubles que connut México après le départ de Cortés pour Las Hibueras (12 octobre 1524), avaient peut-être indisposé la Couronne à l'égard du Conquistador qui s'était engagé un peu trop légèrement dans une nouvelle aventure.

***

  • 14 Voir à ce sujet l'étude de Miguel León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sur, op. cit.
  • 15 Cf. ch. 10, par. 4.

14Celui-ci fit alors porter son effort sur l'exploration maritime des côtes du Pacifique14. Dès 1523, Gonzalo de Sandoval avait rapporté de la côte de la mer du Sud, de très curieux renseignements sur de prétendues Amazones, richissimes, qui auraient hanté la région de Cihuatlán15. L'intérêt qu'éveillèrent de telles nouvelles, accru par le sentiment que l'on pouvait découvrir un détroit et parvenir facilement en Asie, explique l'attention qu'Hernán Cortés porta aux rivages du Pacifique.

15Il avait été nécessaire, pour venir à bout de la résistance de Tenochtitlán, de fabriquer quelques brigantins qui semèrent la panique sur le lac. Grâce à ce stratagème Cortés s'imposa plus facilement. Fort de cette expérience il entreprit alors la construction de vaisseaux plus importants pour explorer la mer du Sud.

  • 16 Cf. Cédula del Emperador a Hernán Cortés para que despache desde los puertos de la Costa occidenta (...)
  • 17 Plusieurs documents nous renseignent sur les préparatifs de cette expédition. Voir, en particulier (...)

16Une Real Cédula, du 20 juin 1526, lui ordonnait d'envoyer en direction des Moluques les navires qu'il avait construits à Zacatula et qu'il tenait prêts pour l'exploration des côtes américaines du Pacifique16. On pensait, en effet, qu’il était nécessaire d'envoyer des secours aux flottes du Commandeur Frey Garcia Jofré de Loaysa et de Sébastien Cabot, qui étaient parties pour l'Extrême-Orient et dont on était sans nouvelles. Cortés obtempéra. Ses navires mirent à la voile le 30 octobre 1527. Mais il avait prévu le retour et donné des instructions pour que les cales des vaisseaux revinssent pleines d'épices17. Il n’en reste pas moins que son projet de navigation dans les eaux américaines devait être ajourné.

  • 18 C'est ce que souligne Miguel León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sur, op. cit., ch, 3, p. 85 (...)
  • 19 Il en informe le Souverain dans une lettre du 20 avril 1532.

17Moins d’un an plus tard (17 mars 1528), Cortés s'embarqua pour l'Espagne où il séjourna plusieurs mois, obtenant (en 1529) l'autorisation d'explorer dont nous avons fait mention. De retour au Mexique, au cours de l'été 1530, le Conquistador dut affronter Nuño de Guzmán qui devint l'un de ses ennemis les plus acharnés. Ce dernier avait provoqué la destruction de cinq navires que l'on préparait pour Cortés pendant son voyage en métropole. Mais celui-ci ne désarma pas pour autant. Encouragé par une cédula qui parvint à l'Audiencia de México au début de l’année 1531, et certainement destinée à l’éloigner de la capitale aztèque18, il se lança, à nouveau, dans la construction de quatre navires : deux à Tehuantepec et les deux autres à Acapulco19.

18Au début du mois de juin 1532, les deux vaisseaux d'Acapulco prirent la mer sous le commandement de Diego Hurtado de Mendoza et cinglèrent vers le nord en suivant la côte du Mexique. Cette expédition connut un échec retentissant. L'un des deux navires, le San Marcos, à la suite d'une mutinerie qui éclata au nord des îles Tres Marias, revint vers la province de Jalisco que contrôlait Nuño de Guzmán, l'ennemi juré de Cortés. L'autre, le San Miguel, commandé par Diego Hurtado de Mendoza, disparut au large de la province de Sinaloa, à l'entrée du golfe de Californie. Le sort semblait s'acharner sur le Marqués del Valle.

  • 20 C'est ce que nous apprend la lettre qu'il écrivit le 20 juin 1533 au Licenciado Francisco Núñez. I (...)
  • 21 Cf. Cuenta de lo que ha gastado el Marqués del Valle con los oficiales é marineros é gente de guer (...)
  • 22 Ces îles se trouvent par 19° de latitude N. et 111° de longitude W.
    L'action de Cortés — et de Nuño (...)

19Toutefois, dès le mois de novembre 1532, ce dernier récidiva20. Il mit sur pied une double expédition. Diego Becerra, commandant La Concepción s'achemina vers la Basse-Californie21, mais cette fois encore une mutinerie, au cours de laquelle le capitaine trouva la mort, fit tomber La Conception, qui avait mis le cap sur la province de Jalisco, aux mains de Nuño de Guzmán. Par contre, Hernando de Grijalva, parti vers l'ouest sur le San Lázaro, découvrit l'île de Santo Tomás (actuellement nommée Socorro) de l'archipel appelé Islas de Revillagigedo22 : tous les efforts de Cortés n'avaient donc pas été vains.

***

20Cortés décida alors de faire une troisième tentative et prit lui-même le commandement de la flotte. Il partit de Chametla (au sud de Mazatlán), au début du printemps 1535, avec trois navires : le San Lázaro, le Santa Águeda et le Santo Tomás et parvint à La Paz dans la Bahia de Santa Cruz, au sud-est de la péninsule de Basse-Californie, qu'il atteignit le 3 mai 1535. Après une escale à Guayabal (province de Sinaloa) pour se ravitailler, il revint à la Bahia de Santa Cruz puis mit le cap sur Acapulco. Cette expédition, qui fournit de nombreux renseignements, permit d'établir une carte où figurait une partie de la péninsule de Basse-Californie. Elle ouvrit également des horizons insoupçonnés et contribua à éclaircir le mystère de la région située au nord-ouest de la Nouvelle-Espagne.

21Hernán Cortés, sûr de son bon droit et s'appuyant sur l'autorisation et les incitations diverses émanant de l'Administration centrale, conserva toujours l'espoir de progresser vers le nord pour découvrir de nouvelles terres. Mais, vraisemblablement poussé par un intérêt plus immédiat que les renseignements en provenance du Pérou ne faisaient qu'aviver, il se tourna provisoirement vers le Pacifique Sud qui devenait fort prometteur. Dès le 8 février 1535, juste avant son voyage vers la Basse-Californie, il exprimait — dans une lettre écrite à Salagua, adressée au Conseil des Indes — son intention de commercer avec les régions contrôlées par Francisco Pizarro.

22En vue de la réalisation de ce projet, Hernando de Grijalva quitta Acapulco, en 1536, et partit pour le Pérou avec deux navires. Ce précieux renfort fut très apprécié par Francisco Pizarro qui connaissait à ce moment-là de grandes difficultés et sut témoigner sa gratitude au vainqueur de Tenochtitlán : un échange de présents établit un lien entre Francisco Pizarro et Hernán Cortés. Et le retour au Mexique de l'un des deux vaisseaux de Grijalva dut combler de joie Cortés qui envisagea d'autres échanges : un navire — au moins — refit le trajet en 1538.

  • 23 "En 1537 Grijalva et Alvarado découvrirent une île voisine de la côte des Papous et qu'ils appelèr (...)

23Hernando de Grijalva, qui était resté au Pérou, avait reçu des instructions secrètes et il cingla vers l'ouest en partant du port de Paita. Il traversa le Pacifique et arriva près de la Nouvelle-Guinée où il eut quelques démêlés avec les indigènes23.

  • 24 Il demanda l'appui du Consejo de Indias. Cf. Carta de Hernán Cortés, al Consejo de Indias, pidiend (...)

24Cortés continua d'organiser des expéditions dans le Pacifique24 — trois d'entre elles se dirigèrent vers Panama, de 1538 à 1540 — mais il était toujours fasciné par le nord-ouest de la Nouvelle-Espagne.

2 - Le pouvoir d'attraction du Nord

  • 25 Une intéressante description de cette région est proposée par V. A. Malte-Brun, "Etude Géographiqu (...)
  • 26 Cf. M. León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sut, op. cit., ch. 4, p. 134.

25L'obstination de Cortés avait permis de connaître la Basse-Californie. Notre conquistador, visiblement attiré par cette région à peine découverte, tenait à savoir s'il s'agissait d'une île ou d'une presqu'île. Il entreprit donc d'envoyer une autre flotte dans cette direction, avec la mission de longer les côtes et de s'informer de la configuration exacte de ces nouvelles terres. C'est Francisco de Ulloa qui dirigea l'expédition. Il partit d'Acapulco en mai 1539 avec trois vaisseaux, le Santa Agueda, le Trinidad et le Santo Tomás et fit escale dans la Bah fa de Santa Cruz (La Paz), précédemment visitée par Hernán Cortés, puis mit le cap sur le nord-est, longea les côtes de la province de Sonora25 jusqu'à l'embouchure du Río Colorado, suivit le rivage de la péninsule de Basse-Californie, qu'il contourna, et repartit vers le nord jusqu'à la Isla de Cedros (28° de latitude N.) dont il prit officiellement possession le 20 janvier 154026. Cette importante expédition apporta la preuve du caractère péninsulaire de la Basse-Californie, et le golfe de Californie fut dorénavant appelé Mar Bermejo ('mer Rouge'), à cause de la couleur de ses eaux, ou Mar de Cortés.

26Le Marqués del Valle, qui avait trouvé des perles dans la Bahía de Santa Cruz, devait fonder de grands espoirs sur cette région qu'il avait découverte. D'autres provinces, beaucoup plus riches, n'existeraient-elles pas au-delà de ces terres désolées ? Comme le souligne Miguel León-Portilla :

  • 27 Ibid., ch. 4, p. 120.

"Si ce que l'on avait découvert jusqu'alors n'était qu'une terre aride, l'on était cependant en droit de supposer que plus au nord, au moins à la même latitude que celle de certaines régions de la Nouvelle-Galice, on pourrait trouver une fertilité et même des richesses minières comparables à celles que l'on connaissait déjà dans le Sinaloa27."

  • 28 F. Cervantes de Salazar, Crónica, op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 12, p. 255.

27Notre conquistador avait tenu à s'informer sur toutes les régions voisines de la Nouvelle-Espagne, où, d'après certains Indiens, il se trouvait, en direction du nord, de riches agglomérations. Francisco Cervantes de Salazar apporte la précision suivante : "certains Indiens l'informèrent que vers le nord se trouvaient de grandes agglomérations28." C'est cependant un de ses rivaux acharnés, Nuño de Guzmán, qui le précéda au nord-ouest de la Nouvelle-Espagne.

***

28Nuño Beltrán de Guzmán était gouverneur de Pánuco lorsque furent nommés les Oidores de la première Audiencia de México. Il avait quitté l'Espagne en 1527. C'est ce qu'il déclare dans une lettre adressée à l'Empereur depuis Chiametla, au mois de février 1531 :

  • 29 Nuño de Guzman, Otra [carta] al rey en que dize haber pasado por la Costa de la provincia de Astat (...)

"Dans cette province et dans la précédente, où j'ai hiverné, j'ai appris que cinq navires avaient longé cette côte et s’y étaient arrêtés pour faire de l’eau et cela il y a quatre ans et demi ou cinq ans. Si l'on considère le temps qui s'est écoulé, ces vaisseaux sont ceux de Sebastián Gaboto [Sébastien Cabot] qui partirent de Séville lorsque je m'y trouvais, attendant de m'embarquer pour venir ici29."

  • 30 Il déclare dans la Relación qu'il écrivit à Omitlán le 8 juillet 1530 :
    "Desde Mechuacán escreví a (...)
  • 31 "Il fut attaché à la queue d'un cheval, traîné à travers la plaine et brûlé", précise Henry Bamfor (...)
  • 32 Fray Alonso de la Rea, Chronica de la Orden de N. Seraphico P. S. Francisco, Prouincia de S. Pedro (...)
  • 33 Il était né à Guadalajara (d'où le nom de la ville qu'il fonda), mais sa famille était originaire (...)

29Le Consejo de Indias, séduit par l’intelligence et les qualités de Nuño de Guzmán, le nomma président de l'Audiencia. Celui-ci, profitant du pouvoir que lui conféraient ses hautes fonctions, commit quelques abus et dirigea la Nouvelle-Espagne d'une main de fer. En décembre 1529, il quitta México à la tête d'une troupe de 300 Espagnols et 8 000 Indiens30 et se dirigea vers l'ouest. Après avoir fait prisonnier, puis torturé atrocement, le cacique Caltzontzin31, il chercha à dominer la région — déjà reconnue par Hernán Cortés — où fut fondée la ville de Guadalajara. C'était une province très riche : "A ma connaissance la très opulente Tinacria [pour Trinacria,'Sicile'] n'est pas aussi fertile et aussi riche que cette province de Michoacán...", s'exclame en 1643 Fray Alonso de la Rea dans sa Chronica de la Orden de N. Seraphico P. S. Francisco, Prouincia de S. Pedro y S. Pablo de Mechoacan32. Il passa ensuite dans la région de Jalisco et baptisa le pays Nueva Galicia, en souvenir de ses origines33.

  • 34 Cf. Hernán Cortés, Carta al Rey de Hernán Cortés - Año de 1530 [Lettre écrite au nom de Cortés par (...)

30Nuño de Guzmán s'était fait beaucoup d'ennemis lorsqu'il présidait la première Audiencia de México, et contrôlait étroitement tout le courrier en partance pour la métropole. Mais Fray Juan de Zumárraga, l'évêque de México, parvint à transmettre secrètement une missive, et Nuño de Guzmán ne tarda pas à être remplacé par Sebastián Ramírez de Fuenleal qui débarqua en 1530 et présida une nouvelle Audiencia. L'expédition vers la Nueva Galicia pouvait donc permettre à Nuño de Guzmán de retrouver quelque crédit. Mais il s'opposait ainsi directement à Cortés et, dès son retour au Mexique, ce dernier revendiqua ce qu'il estimait lui revenir de droit.34.

  • 35 Cf. ch. 10, par. 4.

31A la fin de la Relación qu'il écrivit à Omitlán le 8 juillet 1530, Nuño de Guzmán dévoile ses projets à l'Empereur. Son exploration de la Nouvelle-Galice, menée de façon systématique, obéissait à un plan bien précis, tout en laissant une part non négligeable à l'imaginaire, car — nous l'avons déjà signalé — il recherchait aussi le fameux pays des Amazones de Cihuatlán35 :

  • 36 Relación de Nuño de Guzman. Omitlán, 8 de julio de 1530, doc. cit., fol. 331 v°-332 r°

"(...) en passant par ces provinces je me rendrai à la province d'Aztatlán dont on dit qu'elle est extraordinaire et [fol. 332 r°] que j’y serai accueilli par de nombreux guerriers. Elle se trouve à trois jours de marche d'ici. De là, si cela m'est loisible, je partirai en quête des Amazones qui, m'assure-t-on, se trouvent à dix jours de marche. D'aucuns disent qu'elles habitent une île et d'autres près d'un bras de mer, et qu'elles sont riches et tenues pour des déesses par les habitants de la contrée. Elles sont plus blanches que les Indiennes d'ici, portent des arcs, des flèches et des boucliers et, à une certaine époque de l'année, ont commerce avec leurs voisins. Si elles enfantent ensuite d'un mâle — dit-on — elles le tuent, mais gardent les filles. Il y a jusque chez elles de nombreuses et grandes agglomérations. De là-bas, si Dieu le veut, je m'engagerai vers l'intérieur des terres en direction de la mer du Nord et j'enverrai une partie de mes hommes le long de la côte de la mer du Sud pour reconnaître le reste et j'informerai Votre Majesté de tout ce que Dieu aura eu la bonté de me faire découvrir en votre nom (...)36."

32Nuño de Guzmán n'envisageait donc pas, au début de l'été 1530, de poursuivre très loin son exploration vers le nord. Il se détermina même à bifurquer vers l'est pour atteindre, en franchissant la Sierra Madre Occidental, les côtes du golfe du Mexique. Carl Sauer s'étonne de cette décision :

  • 37 Carl Sauer, "The Road to Cíbola", dans Ibero-Americana: 3, Berkeley (California), University of Ca (...)

"Il est donc étrange que, se trouvant à Culiacán, environ à mi-chemin sur la route directe de Cíbola, Guzmán ait changé d'itinéraire en s'éloignant du but supposé37."

33Ce changement de route inopiné peut paraître surprenant si l'on part du principe que Nuño de Guzmán se dirigeait vers un but bien précis, situé au nord. Mais songeait-il à avancer vers le nord le 8 juillet 1530 ? Sa Relación indique plutôt le contraire. Or, dans la lettre adressée à l'Empereur qu'il écrivit à Chiametla le 15 janvier 1531, Nuño de Guzmán, qui rappelait son intention d'atteindre le pays des Amazones, ajoutait ceci :

  • 38 Nuño de Guzmán, Carta (al Rey), doc. cit. (Ms. de l'AGI, Patronato, leg. 184, doc. 17, 2e lettre), (...)

"S'il plaît à Dieu, je partirai dans huit jours à leur recherche, en suivant la côte jusqu'au quarantième degré — car je me trouve actuellement au vingt-cinquième — si un froid trop rigoureux ne m'empêche pas d'avancer puisque je vais droit vers le nord (...)38 "

  • 39 Ibid., fol. 1 r°

34On pourrait croire qu'il comptait poursuivre la chimère des Amazones jusqu'au 40e degré de latitude Nord (soit, à peu près jusqu'à l'actuel cap Mendocino). C'était un très long voyage puisqu'il disait se trouver au 25e degré. Mais Nuño de Guzmán ne semble pas avoir voulu s'engager dans une telle expédition uniquement à cause des Amazones car il précise, juste avant, que ces farouches guerrières vivent dans une contrée qui n'est pas très éloignée de l'endroit où il se trouve : "No estàn muy lenxos de donde agora me hallo39." Il songea donc, en janvier 1531, à poursuivre vers le nord, alors que 6 mois auparavant il n'en était nullement question. Il dut avoir de bonnes raisons pour modifier ses plans. Aurait-il été informé par les indigènes de l'existence de terres fertiles, de mines riches ou d'importantes agglomérations ? Il ne mit pas ce nouveau projet à exécution, mais il suffit qu'il en ait exprimé l'intention, qu'il ait simplement envisagé de continuer dans cette direction.

***

35Pedro de Castañeda de Nájera, explique, dans sa Relation du Voyage de Cíbola, que Nuño de Guzmán avait quitté México avec une autre idée en tête :

  • 40 1 115 km si l’on réfère à la lieue espagnole.
  • 41 P. de Castaneda de Nágera, Relation..., op. cit., ch. 1, p. 1-3.

"En l'an 1530, Nuño de Guzmán, qui était président de la Nouvelle-Espagne, possédait un Indien, natif de la Vallée ou des Vallées d'Oxitipar, que les Espagnols nomment Tejos. Cet Indien lui dit qu'il était fils d'un marchand mort depuis longtemps, que pendant son enfance son père parcourait l'intérieur du pays pour y vendre les belles plumes d'oiseau qui servent à faire des panaches, et qu'il rapportait en échange une grande quantité d'or et d'argent, métaux suivant lui très-communs dans ce pays. Il ajouta qu'il avait accompagné son père une ou deux fois, et qu'il avait vu des villes si grandes qu'on pouvait les comparer à México avec ses faubourgs. Ces villes étaient au nombre de sept ; il y avait des rues entières habitées par des orfèvres. Il ajoutait que pour y arriver il fallait marcher pendant quarante jours à travers un pays désert, où il n'y avait qu'une espèce d'herbe courte, de cinq pouces environ, et qu'on devait s'enfoncer dans l'intérieur en se dirigeant vers le nord entre les deux mers.
Nuño de Guzman, plein de confiance dans ces renseignements, réunit une armée de quatre cents Espagnols et de vingt mille Indiens alliés, de la Nouvelle-Espagne ; partit de Mexico et traversa la province de Tarasca, qui dépend du Mechoacan. Selon le rapport de l'Indien, il devait, en se dirigeant vers la mer du Nord, trouver le pays qu'il cherchait, et auquel il avait déjà donné le nom de pays des sept villes. Nuño de Guzman le croyait éloigné d'environ deux cents lieues40, car l'Indien lui avait dit qu'il y avait quarante jours de marche41.

  • 42 Cf. F. Esteve Barba, Historiografía lndiana, op. cit., ch. 5, par. 6, p. 241-242.

36Pedro de Castañeda de Nájera — qui fut un des soldats de l'expédition vers Cí bola dirigée par Francisco Vázquez de Coronado — relate ces faits avec quelque 30 ans de retard42, et l'on peut comprendre qu'il s'écarte parfois de la vérité. Mais que Nuño de Guzmán ait été attiré par les mystères du Nord dès son départ de l'Anáhuac, comme le prétend notre auteur, ou qu'il n'ait envisagé de poursuivre vers le 40e parallèle que quelques mois plus tard, alors que l'expédition en Nouvelle-Galice commençait à porter ses fruits, les mêmes conclusions s'imposent. Les Européens de la Nouvelle-Espagne croyaient, assurément, que de riches territoires existaient vers le nord.

37D'après Castañeda de Nájera, Nuño de Guzmán aurait abandonné son projet d'expédition vers les régions septentrionales à cause de la configuration du terrain :

"Quand Nuño de Guzmán fut arrivé dans la province de Culiacan, où finissait son gouvernement, et que l'on appelle actuellement le nouveau royaume de Galice, il rencontra de grandes difficultés. Les montagnes qu'il faut traverser sont si sauvages, que malgré tous ses efforts il lui fut impossible de trouver un chemin.

  • 43 P. de Castañeda de Nágera, Relation..., op. cit., ch. 1, p. 3-4.

Ce manque de route obligea l'armée de s'arrêter longtemps dans la province de Culiacan. Nuño de Guzmán avait avec lui beaucoup de gens riches qui possédaient au Mexique un grand nombre d'indiens ; ils se découragèrent, et ne pensèrent plus qu'à retourner d'où ils venaient, à l'exception toutefois de leur chef43."

  • 44 Cf. C. Sauer, "The Road to Cíbola", art. cit., p. 9-10.

38Nous savons qu'il avait choisi de franchir la Sierra Madre Occidental par la vallée du Río Humaya, au nord de San Miguel de Culiacan. C'était une route bien difficile pour atteindre Cíbola, comme le souligne Carl Sauer44. La décision de Nuño de Guzmán, qui paraît surprenante à bien des égards, s'explique pourtant si l'on songe qu'il s'était fixé pour but de rejoindre, à cette latitude, les côtes du golfe du Mexique. Mais, fait aussi remarquer Castañeda de Nájera, Nuño de Guzmán n'avait plus de guide pour continuer vers le Pays des Sept Cités :

  • 45 P. de Castaneda de Nágera, Relation..., op. cit., ch. 1, p. 4-5.

"L'Indien Tejo qui lui servait de guide mourut sur ces entre-faites, et depuis cette époque les sept villes n'ont été connues que de nom, car on ne les a pas encore découvertes45."

39Il semble, si l'on en croit Antonio de Herrera, que Nuño de Guzmán ait freiné les ardeurs de certains de ses soldats qui souhaitaient que l'on s'engageât résolument vers le Nord :

  • 46 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 9, ch. 11, p. 227.

"Juan de Samano partit à la découverte dans une direction et Hernando Chirinos dans une autre. Cristóbal de Oñate, Lope de Samaniego et le mestre de camp partirent dans une autre direction. Ils rencontrèrent des chaînes de montagnes difficilement franchissables. La pluie abondante était un nouvel obstacle et après que l'on eût découvert soixante-dix lieues supplémentaires, Nuño de Guzmán se résolut, avec l'accord déférent de tous ses hommes, à abandonner l'exploration. Il réunit son armée, fit un long discours où il annonça qu'il voulait rentrer pour récompenser ceux qui avaient souffert au service du Roi. Le mestre de camp lui demanda de l'autoriser à poursuivre, uniquement avec ses hommes, et reconnaître cent lieues de plus pour voir s'il découvrirait les Sept Cités sur lesquelles on avait quelques informations depuis México, mais il ne voulut point46."

40Antonio de Herrera — tout comme Pedro de Castañeda de Nájera — atteste ainsi que les Sept Cités hantaient l'esprit des conquistadores depuis longtemps.

***

  • 47 Des historiens texans ont cherché à reconstituer l'itinéraire qu'ils suivirent. Mais on ne peut, b (...)

41Ces rumeurs qui circulaient en Nouvelle-Espagne, reçurent une sorte de confirmation avec le retour inopiné d'Álvar Nú ñez Cabeza de Vaca et de ses trois compagnons d'infortune : Alonso del Castillo Maldonado, Andrés Dorantes et le "Noir arabe" Estebanico de Azamor. Ces quatre rescapés de la malheureuse expédition que Pánfilo de Narváez avait organisée pour reconnaître la Floride et les côtes du golfe du Mexique, avaient vécu 8 ans parmi les indigènes du sud des États-Unis. Ils avaient exploré une région presque totalement ignorée des Européens. Estebanico, surtout, qui s'entretenait avec les Indiens, les questionnait, s'informait sur la configuration du pays, la densité du peuplement, le chemin que l’on devait suivre, était une mine de renseignements. Il avait l'habitude du contact avec les indigènes, beaucoup plus que ses compagnons européens qui s'enfermaient, par calcul, dans une sorte de mutisme mystérieux destiné à renforcer le prestige de la fonction de chaman qu'ils assumaient pour tenter de survivre47.

  • 48 Cf. C. Sauer, "The Road to Cíbola", art. cit., p. 20.

42Le récit de la prodigieuse aventure de ces quatre explorateurs dut émerveiller plus d'un colon de la Nouvelle-Espagne. Leur pénible voyage s'était aussi révélé très utile car ils avaient amassé une grande quantité de renseignements que l'on n'allait pas tarder à exploiter. Il était maintenant prouvé, par 4 témoins oculaires et dignes de foi, qu'il se trouvait au nord de la Nouvelle-Espagne un territoire vaste et peuplé qui s'étendait de la mer du Sud à la Floride et que l'on pouvait explorer sans rencontrer d'obstacle majeur, hormis certaines contrées désertiques et le puissant fleuve Mississippi. La pénétration de ces régions était possible grâce à des pistes fréquentées que nos quatre hommes avaient empruntées48. Et l'on avait tout lieu de croire à l'existence de peuples hautement civilisés puisque les indigènes avaient offert un grelot à Andrés Dorantes et qu'interrogés au sujet de cet objet insolite, ils avaient répondu :

  • 49 Cf. Á. Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios, op. cit., ch. 29, p. 540 (voir supra, ch. 19, par. 3).

"(...) qu'en ce lieu d'où provenait le grelot, il y avait de nombreuses plaques de ce métal enterrées (...)49 "

43Or, un grelot ne pouvait avoir été fabriqué par des primitifs. On en déduisait que certains Indiens connaissaient bien l'art de la métallurgie et qu'une civilisation remarquable s'était développée au nord des régions explorées.

44Les quatre rescapés avaient également été informés de l'existence de nombreuses villes, mais dans ce domaine la plus grande prudence s'imposait car un Indien vivant avec sa tribu dans un endroit isolé pouvait, en toute bonne foi, exagérer l'importance d'agglomérations qu'il n'avait peut-être jamais vues.

45Soulignons au passage une erreur très répandue que l'on retrouve, malheureusement, reproduite par de nombreux historiens : Alvar Núñez Cabeza de Vaca n'a jamais dit dans ses Naufragios qu'il avait appris l'existence des Sept Cités de Cíbola au cours de son voyage. On lui attribue à tort, trop souvent, la paternité de cette "nouvelle" à laquelle il ne fait aucunement allusion. Aurait-on, compte tenu de l'importance des renseignements qu'il rapportait, interprété ses propos en faisant intervenir ces rumeurs qui circulaient depuis quelque temps en Nouvelle-Espagne au sujet des fameuses Sept Cités ?

46Les quatre survivants de l'expédition de Pánfilo de Narváez avaient traversé le Texas d'est en ouest puis étaient passés au sud du Nouveau-Mexique et de l'Arizona avant d'entrer en Nouvelle-Espagne, dans la région de Sonora. Ils avaient donc parcouru plus de chemin que nécessaire pour retrouver les Européens. Mais il n’est pas indifférent de constater qu'ils aboutirent sur la côte du Pacifique : c'est dans cette direction que partiront les diverses expéditions destinées à découvrir le pays de Ct'bola que l'on situait ainsi, vaguement, au nord de la Nouvelle-Galice, gouvernée alors par Nuño de Guzmán, et près de la côte qu'Hernán Cortés s'efforçait d'explorer par la voie maritime. Suivant les dires de Cabeza de Vaca, le pays civilisé d'où provenait le grelot de Dorantes devait se trouver dans ce secteur :

  • 50 Ibid., ch. 29, p. 540.

"(...) et il y avait des bâtiments d’habitation, et nous pensons qu'il s'agit de la mer du Sud, car nous avons toujours entendu dire qu'il y a plus de richesse du côté de cette mer que du côté de celle du Nord50."

47Il n'y avait donc pas de doute : c’était bien en direction du nord-ouest que l'on pensait pouvoir découvrir le riche pays dont l'existence semblait confirmée par les quatre voyageurs.

48Nuño de Guzmán fut l'un des premiers informés de l'aventure de Cabeza de Vaca puisque celui-ci resta une dizaine de jours auprès de lui :

  • 51 Ibid., ch. 36, p. 547.

"(...) et une fois arrivés à Compostela, le Gouverneur nous accueillit fort bien et nous donna des vêtements qu'il avait. Mais moi je ne pus les porter pendant de nombreux jours et aucun de nous ne réussissait à dormir autrement qu'à même le sol. Au bout de dix ou douze jours nous partîmes pour México (...)51 "

49L'arrivée de Cabeza de Vaca et de ses compagnons que l'on croyait disparus fit grand bruit dans toute la Nouvelle-Espagne. Quant aux informations dont ils abreuvèrent un public avide de nouveauté, elles constituèrent le maillon indispensable d'une longue chaîne, le prétexte inattaquable pour se lancer à corps perdu à la recherche des Sept Cités mystérieuses.

3 - Les préparatifs de la première mission d'exploration

50Álvar Núñez Cabeza de Vaca et les trois autres voyageurs étaient rentrés à México le dimanche 23 juillet 1536. Ils y furent reçus à bras ouverts et fêtés de bonne manière :

  • 52 Ibid., ch. 36, p. 547.

"Nous arrivâmes à México un dimanche, un jour avant la vigile de la Saint-Jacques. Le vice-roi et le Marqués del Valle nous traitèrent fort bien et nous accueillirent avec grand plaisir ; ils nous donnèrent des vêtements et nous offrirent tout ce qu'ils avaient. Et le jour de la Saint-Jacques il y eut une fête avec des joutes et une course de taureaux52."

51Il y avait effectivement de quoi se réjouir. Et l'on voit, dès les premiers instants, le vice-roi Antonio de Mendoza — en poste depuis 1535 — et Hernan Cortés, rivaliser de bonté et s'empresser auprès des rescapés qui apportaient des nouvelles exceptionnelles.

  • 53 Un résumé de cette missive se trouve dans le t. 63 de la collection de Muñoz (RAH), fol. 71 r° :
    "A (...)

52Quelques mois plus tard, Alvar Nú ñez Cabeza de Vaca et Andrés Dorantes décidèrent de partir pour l'Espagne. Le vice-roi plaida en leur faveur dans une lettre adressée à l'Impératrice le 2 février 153753. Ils avaient tenté de faire la traversée dès le mois d’octobre 1536, mais une tempête détruisit le vaisseau sur lequel ils devaient s'embarquer et ils attendirent la fin de l'hiver à México. Au printemps suivant — le jour des Rameaux — ils se trouvaient sur un nouveau vaisseau qui ne put appareiller avant deux semaines ("car le temps n’était pas favorable"). L'embarcation semblait peu sûre ("elle faisait eau partout") et Cabeza de Vaca choisit un autre navire, se séparant ainsi de Dorantes. Le 10 avril, enfin, ils quittèrent le port de Veracruz. Mais seul le bateau sur lequel se trouvait Cabeza de Vaca atteignit la Havane, car les deux autres vaisseaux de la flottille — Dorantes était sur l'un d'eux — qui faisaient eau de toutes parts rentrèrent à Veracruz. Nous laisserons donc Cabeza de Vaca voguer vers l'Europe — il parvint à Lisbonne le 9 août 1537 — avant de le retrouver, plus tard, en Amérique du Sud, pour nous intéresser plus spécialement à Andrés Dorantes.

53Ce dernier n'avait pu se rendre à la cour pour y solliciter une juste récompense, mais il était toujours sous la protection d'Antonio de Mendoza. Le vice-roi ne l'avait pas oublié, bien au contraire ; il lui proposa de repartir vers le nord à la tête d’une mission d'exploration.

54Antonio de Mendoza s'activait beaucoup pour tirer au clair et exploiter tous les renseignements confus qui lui étaient parvenus au sujet des riches contrées prétendument situées au-delà de la Nouvelle-Galice. Comprenant que Dorantes et Cabeza de Vaca ne songeaient qu'à rentrer en Espagne, il avait imaginé une solution de remplacement : il avait acheté à Dorantes son esclave Estebanico — l'un des quatre rescapés —, pensant l'utiliser au mieux pour faire aboutir ses projets de découverte. C'est ce qu’il confie à l'Empereur dans une lettre datée du 10 décembre 1537 :

  • 54 Ce qui prouve que le quatrième compère, Alonso Castillo Maldonado, n'était plus disponible pour le (...)
  • 55 Carta de D. Antonio de Mendoza, virey de Nueva España, al EmPerúdor, dándole cuenta de varios asun (...)

"Cabeza de Vaca et Dorantes, qui font partie de ce groupe de rescapés de la flotte de Pánfilo de Narváez qui, ainsi que je l'ai déjà dit à Votre Majesté, ont abouti dans ce pays, ont décidé après être arrivés ici de partir pour l'Espagne. Alors, considérant que si Votre Majesté estimait nécessaire pour son service que l’on envoyât dans cette lointaine contrée quelques soldats pour mieux la connaître il ne resterait personne qui puisse les accompagner ou qui soit capable de donner des renseignements54, j'achetai, dans ce but, à Dorantes un Noir qui revint de là-bas, et avait été constamment auprès d'eux, et qui se nomme Esteban, car c'est un être raisonnable55."

55Mais, dans la même lettre, le vice-roi explique qu'ayant à nouveau Dorantes sous la main, il envisage de lui confier une expédition. Antonio de Mendoza montre à quel point la question le préoccupe et tout l'intérêt qu'il porte à la mission qu’il prépare :

  • 56 Ibid., p. 206.

"Puis il advint que le navire sur lequel se trouvait Dorantes rentra au port. Quand je l'appris, je lui écrivis à la Vera-Cruz en le priant de venir ici. Lorsqu'il arriva je m'entretins avec lui et lui dis qu’il acceptât de retourner dans cette contrée avec quelques religieux et des cavaliers que je lui fournirais pour y effectuer une expédition de reconnaissance et savoir vraiment ce qu'il y avait. Et lui, au vu de ma décision et après que je lui eus représenté qu'il rendrait ainsi service à Dieu et à Votre Majesté, me répondit que cela lui agréait. Je suis donc décidé à l'envoyer làbas avec les cavaliers et les religieux dont j'ai parlé. Je pense que ce sera pour le plus grand bénéfice de Dieu et de Votre Majesté56."

56Et le vice-roi ajoute qu'il prévoit de consacrer 3 500 ou 4 000 pesos — provenant des sommes dues au titre du quinto par certains encomenderos — pour financer l'expédition.

  • 57 Robert Ricard, La "conquête spirituelle " du Mexique. Essai sur l'apostolat et les méthodes missio (...)

57Il apparaît dans ce document qu'Antonio de Mendoza avait la ferme intention d'envoyer vers le nord une mission de reconnaissance. Car, même s'il évoque la présence de cavaliers, il n'était pas question de conquérir à ce moment-là. Il s'agissait d'observer minutieusement le terrain ("pour y effectuer une expédition de reconnaissance et savoir vraiment ce qu'il y avait") et de préparer l'évangélisation. La participation des religieux est bien mise en avant. On observe d'ailleurs à cette époque-là — d'après Robert Ricard57 — une intense activité des hommes d'Église au nord de la Nouvelle-Espagne :

"(...) c'est le commencement des grandes explorations apostoliques dans le nord ; c'est en 1538, en effet, que, sur l'ordre du provincial Fr. Antonio de Ciudad-Rodrigo, Fr. Juan de la Asunción et un autre religieux dont le nom est resté inconnu auraient exploré le Sinaloa (...)"

58Dans une lettre adressée à l'Empereur, avec la Relaçión de Fray Marcos de Niza — vraisemblablement à la fin de l'année 1539 —, Antonio de Mendoza rappelle également les préparatifs de l'expédition qu'il pensait confier à Andrés Dorantes :

  • 58 Antonio de Mendoza, Première Lettre [A l'Empereur Charles V] (fin 1539 ?), dans Lettres d'Antonio (...)

"J'eus de fréquents entretiens avec lui ; je pensai qu'il pouvait rendre un grand service à votre majesté ; si je l'expédiais avec quarante ou cinquante chevaux et tous les objets nécessaires pour découvrir ce pays. Je dépensai beaucoup d'argent pour l'expédition, mais je ne sais pas comment il se fit que l'affaire n'eut pas de suite. De tous les préparatifs que j'avais faits, il ne me resta qu'un nègre qui est venu avec Dorantès, quelques esclaves que j'avais achetés, et des Indiens, naturels de ce pays, que j'avais fait rassembler58."

59Finalement, Andrés Dorantes ne partit pas pour le nord-ouest. Mais le viceroi s’obstinait. Il ne tarda pas à mettre sur pied la mission d'exploration qui lui donnait tant de souci. Il fit alors appel à Estebanico et à deux Franciscains, Fray Honorato et Fray Marcos de Niza.

***

60On note l'absence de guerriers européens dans cette première expédition. Deux Franciscains et un esclave africain allaient donc partir à l'aventure accompagnés par des Indiens. En fait, le succès de cette mission reposait sur deux des participants : Estebanico et Fray Marcos de Niza, car Fray Honorato tomba malade dès le départ et n'intervint aucunement par la suite.

  • 59 Voir supra, n. 55.

61Estebanico — nous l'avons déjà mentionné — était un homme précieux car il avait acquis beaucoup d'expérience lors de son premier voyage et savait se faire comprendre des indigènes. Aussi son rôle fut-il déterminant. Il est en général présenté comme un "negro", sans plus de détails. Antonio de Mendoza n'écrivait-il pas dans sa lettre au Souverain du 10 décembre 1537 qu'il avait acheté "un Noir qui revint de là-bas, et avait été constamment auprès d'eux, et qui se nomme Esteban, car c'est un être raisonnable59 " ? Mais les avis sont très variables au sujet de cet Africain.

62Gonzalo Fernández de Oviedo précise :

  • 60 G. Femández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 35, ch. 7, p. 318.

"Le quatrième se nomme Estebanico, il est noir, c'est un Arabe, originaire d'Azamor [Azemmour], en Afrique60."

63Pour Francisco López de Gómara, il n'était pas noir mais il avait le teint basané :

  • 61 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 183.

"Des trois cents Espagnols qui débarquèrent près de la Floride avec Narváez, je pense que seuls survécurent Álvar Núnez Cabeza de Vaca, Alonso del Castillo Madonado, Andrés Dorantes de Béjar et Estebanico d'Azamor, un homme au teint basané (...)61 "

64Álvar Núnez Cabeza de Vaca, qui connaît fort bien le personnage, dit simplement à son sujet :

  • 62 Á. Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios, op. cit., ch. 38, p. 548.

"Le quatrième s'appelle Estebanico ; c'est un Noir, arabe, originaire d'Azamor62."

65Robert Ricard pense que ce "nègre marocain" a pu vivre quelque temps en "milieu portugais" :

  • 63 Robert Ricard, "Estebanico de Azamor et la légende des Sept Cités", dans Journal de la Société des (...)

"Estebanico était un nègre marocain, originaire d’Azemmour, (...) et il ne faut pas oublier que la ville d'Azemmour fut occupée par les Portugais de 1513 à 1542. Estebanico a donc pu vivre en milieu portugais, et il n'est pas impossible que d'Azemmour il ait été envoyé à Lisbonne, qui était alors, comme on sait, un grand marché d'esclaves (...)63 "

66L'hypothèse de Robert Ricard semble très plausible, car il y avait à Lisbonne beaucoup d'esclaves nègres et maures dans la première moitié du XVIe siècle. Charles Verlinden indique à ce propos :

  • 64 Charles Verlinden, L'Esclavage dans l'Europe Médiévale. Tome premier : Péninsule Ibérique - France (...)

"En 1535, l'humaniste belge Nicolas Cleynaerts dit dans une lettre envoyée d'Evora à Latomus que les esclaves nègres sont innombrables dans le pays et qu'on se décharge sur eux de toutes sortes de travaux. Le luxe qu'avait introduit la prospérité faisait à chacun l'obligation d'avoir son ou ses esclaves. (...) A côté de noirs, on trouvait, comme autrefois des Maures, ainsi que le note Cleynaerts64."

67Plusieurs esclaves africains participèrent aux expéditions organisées par les Européens en Amérique. Il s'ensuivit d'ailleurs certaines difficultés que mentionne Antonio de Herrera :

  • 65 A. de Herreray Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 1, ch. 16, p. 93. Herrera (...)

"On donna aussi des ordres pour que les esclaves noirs ne participassent pas aux voyages et expéditions qui seraient organisés dorénavant car on avait appris qu'ils causaient de grands dommages aux Indiens (...)65 "

68L'un d'eux aurait pourtant réussi à imposer son autorité au Mexique, vers 1530 :

  • 66 Ibid., vol. 9, déc. 4, liv. 9, ch. 14, p. 248.

"Presque à cette époque-là, un Noir, qui appartenait au trésorier Alonso de Estrada, nommé Juan, auquel on accorda la liberté et une ferme dans la vallée d'Otzumba pour élever des porcs, alors qu'il s'occupait de la ferme d'un seigneur du pays otomí appelé Don Domingo qui habitait le quartier d'Ocotelutco à Tlascala, parvint, avec l'aide de ce dernier, à faire descendre les Indiens qui habitaient sur une hauteur proche de sa ferme jusqu'à celle-ci que l'on nomma "colonie de Napaluca", créant ainsi une agglomération d'un millier d'habitants qui servirent et reconnurent le Noir comme leur maître et lui obéirent jusqu'à sa mort (...)66 "

  • 67 Cf. Relación de las provincias y naciones que los yndios llamados Aruacas, quistan en la costa de (...)

69On signale aussi qu'un "morisco" ('morisque'ou'descendant d'Européen et de mulâtresse’) qui avait vécu douze ans parmi les Indiens servit d’interprète dans l'île Margarita67. Ces exemples ne sont pas isolés. Les Africains ont participé, eux aussi, à la conquête des Indes Occidentales.

  • 68 Cédula de Don Carlos (Valladolid, 13-XI-1550) : "Para que los esclauos / berberiscos se echen de / (...)

70Le nombre des esclaves originaires de l'Afrique du Nord dut s'accroître rapidement en Amérique au début de la période coloniale. Une cédula royale, signée à Valladolid le 13 septembre 1550, ordonne leur expulsion des Indes Occidentales. L'intitulé est très éloquent : "Pour que les esclaves barbaresques ("berberiscos") soient expulsés des Indes68." Et cette disposition concerne l'ensemble des colonies situées sur le continent américain. La raison invoquée est essentiellement d'ordre religieux :

  • 69 Ibid., fol. 73 r°-73 v°

"(...) sachez que Nous avons appris que sont partis là-bas et partent tous les jours certains esclaves barbaresques, hommes et femmes, et autres personnes libres qui sont des Maures convertis depuis peu ou les fils de ces derniers alors que nous avons interdit qu'ils partent sous aucun prétexte parce qu'il s'est avéré que de nombreux inconvénients sont apparus avec ceux qui sont déjà partis. Et pour éviter les dommages que pourraient causer tant ceux qui ont déjà fait le voyage que ceux qui envisageraient dorénavant de partir, car dans un pays neuf comme celuilà, où l'on implante la foi, il convient que l'on élimine toute possibilité d'enracinement et de croissance de la secte de Mahomet, ou de toute autre, qui constituerait une offense à Notre Seigneur Dieu et serait préjudiciable à notre Sainte Foi Catholique, après examen et discussion au sein de notre Conseil des Indes, la décision fut prise d'ordonner que tous les esclaves, hommes et femmes, barbaresques ainsi que les Maures nouvellement convertis, et leurs enfants, comme il a été dit, qui se trouveraient là-bas, soient expulsés de l'île ou de la province où ils résident et renvoyés dans Notre royaume de telle sorte qu’ils ne restent là-bas sous aucun prétexte (...)69 "

71Cette cédula visait également à faire disparaître certaines pratiques frauduleuses : des fonctionnaires se seraient emparés de berberiscos qui voyageaient clandestinement et les auraient vendus comme esclaves au nom de la Couronne. Quoi qu'il en soit, ces dispositions administratives prouvent bien que les berberiscos arrivaient nombreux et s'installaient dans les Indes Occidentales, créant ainsi quelques difficultés. Les dispositions prises en 1550 laissent supposer que le mouvement avait pris une certaine ampleur et qu’il était perceptible depuis longtemps.

  • 70 Voir supra, n. 55.

72Estebanico de Azamor est toutefois, par l'importance du rôle qu'il a joué auprès d'Andrés Dorantes et Cabeza de Vaca puis de Fray Marcos de Niza, une exception remarquable. D'ailleurs le vice-roi ne disait-il pas de lui que c'était un "être raisonnable"70 ? Il ne s'agissait donc pas d'un esclave ordinaire.

***

73Le second protagoniste de la mission d'exploration envoyée par Antonio de Mendoza vers les Sept Cités est tout aussi exceptionnel que le précédent. C'est un religieux, Franciscain, nommé Fray Marcos de Niza.

  • 71 Carta de Fray Jerónimo Ximénez de San Esteban á Santo Tomás de Villanueva (Acapichtla, 9-X-I539), (...)
  • 72 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., t. 2, liv. 4, ch. 42.
    On retrouve plusieurs ressor (...)
  • 73 Madeleine Turrell Rodack, "Fray Marcos de Niza and the Search for Cíbola", dans Adolph F. Bandelie (...)

74Comme son nom l'indique, il était très certainement originaire de Nice, dans le duché de Savoie, une ville où devaient résider de nombreux Français. Dans une Carta adressée le 9 octobre 1539 par Fray Jerónimo Ximénez de San Esteban à Santo Tomás de Villanueva, il est précisé que Fray Marcos était "d'origine française" ("francés de nación")71. Fray Jerónimo de Mendieta indique également, dans son Historia Eclesiástica Indiana, que Fray Marcos de Niza était "originaire de la même ville, dans le duché de Savoie"72. Madeleine Turrell Rodack, fait remarquer à ce propos qu'il devrait plutôt être appelé "Frère Marc de Nice"73.

  • 74 A. F. Bandelier, The Discovery..., op. cit., p. 69:
    "Having arrived in México in 1531, he went almo (...)

75C'est en 1531 qu'il aurait quitté l'Europe pour la Nouvelle-Espagne. Et dès son arrivée au Mexique — d'après Adolph Francis Bandelier74 — il serait parti en direction des côtes du Pacifique ; un an plus tard, on le retrouverait au Pérou. Son passage au Pérou, qui est incontestable, est cependant assez mal connu : on note certaines différences dans les documents.

  • 75 Elle est conservée à la BNM avec la cote : Ms. 2950 (fol. I r°-144 v°). Nous donnons dans le vol.  (...)

76Dans une œuvre, manuscrite, intitulée América en / el Mar del Sur / llamada Imperio / de los Reynos del / Perú, vraisemblablement rédigée au XVIIe siècle75, l’auteur (anonyme) prétend que Fray Marcos faisait partie du groupe restreint des premiers conquistadores du Pérou. Il s'appuie sur l'autorité du P. Fray Diego de Córdoba :

  • 76 América en / et Mar del Sur / llamada Imperio / de los Reynos del / Perú, BNM, Ms. 2950, fol. 51 r (...)

"Le Père Fray Diego de Córdova, Franciscain, affirme dans sa Chrónica de el Perú, que le Père Fray Marcos de Niça (...) est arrivé au Pérou avec les premiers conquistadores, bien qu'il se fût rendu ensuite en Nouvelle-Espagne, où Dieu inspira à son cœur ce zèle ardent pour sauver ces infidèles76."

  • 77 Fr. B. de Las Casas, Brev. Relation, op. cit., p. 169-171.

77Il cite également — en l'abrégeant — un texte de Fray Marcos de Niza repris par Fray Bartolomé de Las Casas dans la Brevísima Relación de la Destruición de las Indias77. Dans ce document, Fray Marcos se présente comme un témoin qui a relevé de nombreux actes de cruauté commis par les conquistadores. Mais s'il a été bien souvent un "témoin oculaire", on ne peut en déduire pour autant, comme l'affirme l'auteur anonyme du manuscrit América en el Mar del Sur llamada Imperio de los Reynos del Perú, qu’il a effectivement assisté au supplice d'Atahualpa et de certains lieutenants de l'Inca. Fray Marcos explique ceci :

  • 78 Ibid., p. 170.

"Item, je suis témoin et je témoigne que sans que ces Indiens eussent fourni un quelconque prétexte ou motif aux Espagnols, ceux-ci, après avoir envahi leurs terres et obtenu plus de deux millions d'or du cacique principal Atabalipa, et après que les Indiens leur eussent donné sans résister tous leurs domaines, brûlèrent ledit Atabalipa, qui était maître de tout le pays et ensuite brûlèrent vif son maréchal ("capitán general") Colichimaca qui était venu, avec d'autres notables, accueillir pacifiquement le Gouverneur. Et en outre, quelques jours après ceux-ci, ils brûlèrent Chamba, un autre grand seigneur de la province de Quito, sans qu'il fût coupable et sans le moindre motif d'accusation78."

  • 79 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 2, ch. 168, p. 127. Fray Marcos de Niza a été pou (...)

78Fray Marcos ne précise pas qu'il a vu tout cela ; il ne souligne pas — comme il le fait parfois — qu'il fut témoin oculaire des événements. Par contre, le texte que reproduit Las Casas prouve que le futur explorateur de Cíbola était d'abord passé par le Pérou. Las Casas s'appuyait sur les dires de Fray Marcos pour étayer sa démonstration. Il connaissait bien le Franciscain et déclare dans son Apologética Historia : "(...) arriva un moine de l'ordre de Saint-François, que j'ai bien connu, et qui s'appelle Fray Marcos de Niza (...)79 " Le manuscrit de la Biblioteca National de Madrid, que nous avons mentionné, donne cependant de fort intéressantes précisions. D'après le très savant Don Francisco Fernandez de Córdoba, un "avocat de l'Audience Royale de Lima", Fray Marcos aurait débarqué au Pérou dès le début de la conquête. Ce juriste déclare :

"Le Révérend Père Fray Marcos de Niça, de l'ordre de Saint-François, un homme aux qualités extraordinaires, qui prêcha dans la région de Tierra Firme avec ses compagnons avant de partir pour le Nicaragua. Là ils s'embarquèrent sur un navire que tenait prêt le capitaine Joan Mogrovejo de Quinones pour venir ici avec Sebastián de Balcáçar, et ils arrivèrent au Pérou où ils rencontrèrent Don Francisco Pizarro — qui était accompagné du Révérend Père Fray Vicente de Valverde — à Puerto Viejo, avant de se rendre à Caxamarca (...)"

79et il termine ainsi :

  • 80 BNM, Ms. 2950, op. cit., fol. 51 v°-52 r°

"(...) ainsi donc, le calcul du temps qui s'est écoulé permet de dire que lesdits Pères, Fray Marcos de Niça et ses compagnons, firent partie du groupe des premiers missionnaires du Pérou dont on ne connaît pas le nombre exact même si l'on sait que du temps de la conquête ils étaient 12, que les conquistadores appelaient "les 12 apôtres"80. "

80Cette présentation des faits trouve une confirmation dans le texte de la Relation de la découverte et de la conquête du Pérou écrite dans la première moitié du XVIIe siècle par un provincial de Lima, le P. Ruiz Naharro :

  • 81 P. Pedro Ruiz Naharro, Relation de la découverte et de la conquête du Pérou..., op. cit., p. 75-76

"Il (F. Pizarro) prit possession de tout l'empire au nom de S. M., et fonda en 1533, à Cuzco, la seconde ville d'Espagnols qu'il y ait eu au Pérou. Il désigna des édifices pour la cathédrale, l'hôtel de ville et les couvents de Saint-Dominique, de Saint-François (car Francisco de Niza [sic] et ses compagnons étaient déjà arrivés), et pour celui de la Merci qui fut fondé par Fr. Sébastien de Truxillo y Castaneda, confesseur de Pizarro81."

81L’auteur du texte América en el Mar del Sur llamada lmperio de los Reynos del Perú, se fonde également sur une autre déclaration de Fray Bartolomé de Las Casas qui se trouve à la suite du document de Fray Marcos de Niza inséré dans la Brevósima Relación de la Destruición de las Indias. Las Casas écrit ceci :

  • 82 Fr. B. de Las Casas, Brev. Relation, op. cit., p. 171.

"L'on doit ici prendre en considération ce que ce Père dit avoir vu, car il parcourut cinquante ou cent lieues, et cela il y a neuf ou dix ans, puisque cela se passa au début (...)82 "

82Malgré l'imprécision des propos du Dominicain, on peut en déduire, en sachant que la Brevtsima Relación (parue en 1552) a été écrite en 1542, que Fray Marcos devait se trouver au Pérou en 1532 ou 1533.

83Pedro de Cieza de León n'indique pas la présence de Fray Marcos de Niza parmi les compagnons de Belalcázar lorsque ce dernier arriva au Pérou :

  • 83 P. de Cieza de León, Descubrimiento y conquista del Perú, op. cit., ch. 32, p. 122.

"Il [Francisco Pizarro] demeura quinze jours dans cette contrée et apprit, grâce à un petit navire en provenance du Nicaragua, que Sebastián de Belalcázar arrivait par voie terrestre avec d'autres Chrétiens et quelques chevaux. Cela lui fit grand plaisir. Peu de jours après arrivèrent Belalcázar et Mogrovejo, Francisco de Quinones, Juan de Porras, De Fuentes, Diego Prieto, Rodrigo Núñez, Alonso Beltrán, et d'autres : ils étaient trente au plus, et il y avait douze chevaux. Le Gouverneur et tous ceux qui l'accompagnaient les reçurent fort bien83."

  • 84 L'expédition avait quitté le Nicaragua le 23 janvier 1534.

84Il signale, par contre, l'arrivée de Fray Marcos au début de l'année 1534, avec l'expédition commandée par l’Adelantado Pedro de Alvarado84 :

  • 85 P. de Cieza de León, Descubrimiento y conquista del Perú, op. cit., ch. 63, p. 217-218.

"Et s'il eût disposé d'autres navires, il eût amené plus d'hommes — du groupe des deux cents Espagnols disponibles — et plus de chevaux. Parmi les arrivants se trouvaient son frère Gómez de Alvarado, Diego de Alvarado, Alonso de Alvarado — qui par la suite devint maréchal ("mariscal") —, Garcilaso de la Vega, (...) Garcia Holguín, Pedro de Villareal, et le Père Fray Marcos85."

  • 86 Henry R. Wagner, "Fray Marcos de Niza", dans New México Historical Review, vol. IX (April 1934), p (...)

85Cieza de León, qui avait une bonne connaissance des événements, est un témoin plus sûr que Las Casas — qui avoue ne pas se rappeler exactement la date — et que les auteurs de documents écrits près d'un siècle plus tard. Sa version des faits semble exacte, car elle est confirmée par un document de l'Archivo General de Indias de Séville dont fait état Henry R. Wagner dans son article "Fray Marcos de Niza"86.

  • 87 The Harkness Collection... Documents.... op. cit., p. 219, n, 1:
    "Fray Marcos was with the expeditio (...)

86Il s'agit d’un texte inédit, une copie d'une déposition de Pedro de Alvarado, datée du 25 septembre 1536, dans laquelle l’Adelantado cherche à se justifier au retour de son expédition au Pérou. On peut y lire que Fray Marcos de Niza accompagnait Alvarado lorsque celui-ci quitta le port de La Posesion, au Nicaragua. Le document est plus imprécis quant à la date du retour de Fray Marcos de Niza en Amérique Centrale87.

87Le séjour de Fray Marcos de Niza au Pérou est, en fait, assez mal connu. M. Turrell Rodack passe en revue différentes hypothèses :

  1. Fray Marcos aurait pu débarquer en compagnie de Sebastián de Belalcáza. Cette hypothèse ne peut être rejetée car Cieza de León ne donne pas tous les noms des compagnons de Belalcázar et Fray Marcos était encore un in- connu. Mais Cieza prouve tout de même qu'il le connaissait et il peut paraître étonnant qu'il n’ait point fait état de sa présence.
  2. Fray Marcos, si l'on en croit Las Casas, aurait pu débarquer au Pérou en 1532 ou 1533, mais cette affirmation semble mal étayée.
  3. D'après le document cité par Henry R. Wagner, Fray Marcos aurait fait partie de l'expédition de Pedro de Alvarado qui mit à la voile en janvier 1534.
  4. Fray Marcos a peut-être navigué deux fois vers le Pérou car les relations par voie maritime entre le Nicaragua et le Pérou n'étaient pas rares. Il est effectivement question dans une lettre écrite à Panama et datée du 25 février 1532 du retour de certains Franciscains qui avaient quitté le Nicaragua pour le Pérou. Fray Marcos de Niza aurait fort bien pu être de ce premier voyage et rien ne l'empêchait de repartir en 1534 avec Alvarado88.
  • 89 Seule la date est sûre, mais il est fort probable que le document — qui fait partie d'un ensemble (...)
  • 90 Georges Baudot, Utopie et Histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexica (...)

88La présence de Fray Marcos de Niza au Pérou, en 1534, est attestée par un document qu'il a signé à Santiago de Quito le 29 août de cette année-là89. Il y avait donc fort peu de chances — comme le signale G. Baudot — que Fray Marcos se trouvât au Nicaragua en 153490.

  • 91 [Relation de la conquista y poblacion del Perú], RAH, col. Muiioz, t. 60, fol. 143 r°-178 r° J. B. (...)
  • 92 Voir supra.

89Fray Marcos de Niza fit, semble-t-il, un séjour assez important au Pérou. On lui attribue d’ailleurs une Relación de la conquista y población del Perú qui figure dans la collection de Juan Bautista Muñoz y Ferrandis91. Cette relation qui rapporte les événements de la conquête du Pérou, depuis l'arrivée de Francisco Pizarro jusqu'au début de la guerre de Las Salinas (1537), pourrait effectivement être l'œuvre du Franciscain, qui n'aurait pas pu relater les faits postérieurs à 1537, surtout si l'on considère que le récit s'interrompt de manière assez inattendue. Mais, à quelques exceptions près, le texte ne dénonce pas les abus commis au cours de cette période agitée et la comparaison avec le document écrit par Fray Marcos que Las Casas a inséré dans sa Brevísima Relación92 est quelque peu décevante. Il n'y a pas dans la Relación attribuée au Franciscain le même ton, et la condamnation des méfaits — qui devait si bien servir la cause que Las Casas défendait — y est à peine esquissée. On peut douter que ce récit de la conquête soit de Fray Marcos.

90D'après l'Histoire du Royaume de Quito du P. Juan de Velasco, Fray Marcos aurait écrit plusieurs œuvres — dont aucune ne semble être parvenue jusqu'à nous —. Juan de Velasco donne les titres suivants :

  • Conquista de la provincia del Quito ;
  • Ritos y ceremonias de los Indios : Las dos Líneas de los Incas y de los Scyris en las provincias del Perú y del Quito ;
  • Cartas informativas de lo obrado en las provincias del Perú y del Cuzco 93.

***

91Juan de Castellanos, qui souligne l'influence que Fray Marcos exerça sur Fray Bartolomé de Las Casas, affirme dans son Elegía a Benalcázar que le Franciscain avait quitté l'Amérique du Sud en même temps que 1’Adelantado Pedro de Alvarado :

"(...) Tous sont mis en déroute et s'enfuient apeurés
Hormis Chamba qui demeure captif
Et qui, pour les fautes dont on l'accuse,
Mourra peu après brûlé vif.
L'évêque de Chiapa parle de cela
Mais ne peut s'empêcher d'exagérer

  • 94 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., III, Elegía a Benalcázar, canto 1, p. 450.

Quand il dit que l'on fit un grand carnage,
Lorsque Chamba fut condamné au feu,
En suivant le récit de Fray Marcos de Niza
Qui narrait ce qu'il n'avait point vu.
Coupant ainsi le fil de la vérité
Car il était déjà parti avec Alvarado.
Mais son compagnon Fray Iodoco
Conte très justement l'affaire que j’évoque94."

  • 95 México ne devint le siège d'un archevêché que le 11 février 1540.
  • 96 Carta de Don Fray Juan de Zumárraga a un eclesiástico desconocido. - México, 4 de abril de 1537, d (...)

92En avril 1537, nous retrouvons Fray Marcos à México, auprès de l'évêque Fray Juan de Zumárraga (un Franciscain lui aussi)95. Ce dernier, dans une lettre adressée le 4 avril 1537 à un religieux dont le nom est resté inconnu, dit à propos de Fray Marcos : "qui est ici, chez moi"96.

93Cette missive est de grande importance car elle révèle l’activité extraordinaire que déployait Fray Marcos, tout en expliquant les raisons de son déplacement à México ; elle donne également de précieuses indications sur les rapports qui existaient entre Fray Juan de Zumárraga et Fray Marcos, et la politique suivie par les Franciscains de la Nouvelle-Espagne qui cherchaient à engager le vice-roi Antonio de Mendoza dans une entreprise de propagation de la foi par des méthodes pacifiques, en évitant tout "carnage" ("carnicería") :

  • 97 Ibid., p. 83-84. A propos de la diffusion de "l'évangile de Jésus-Christ sans procéder à une conqu (...)

"Ce Père [Fray Marcos] est un éminent religieux, digne de foi, dont la vertu est reconnue, très zélé et très pieux, que les moines choisirent au Pérou comme custode. Lorsqu'ils partirent et que certains d'entre eux arrivèrent ici, lui, au vu de l'injustice et de la cruauté de ceux qui se disent Chrétiens, m'écrivit depuis le Guatemala, et moi je lui répondis qu'il vînt ici. C'est ce qu'il fit, et moi je l'emmenai auprès de Sa Seigneurie le vice-roi qui fit parvenir sa relation à Sa Majesté et aux membres de son Conseil. Comme lui et tous les autres étaient tellement occupés par les sermons et les confessions, je n'ai pu le rencontrer jusqu'à présent, et même si elles sont rédigées précipitamment, je vous envoie quelques déclarations qu'il a faites comme témoin oculaire. Que Votre Paternité donne l'un de ces deux textes, en mains propres, à l'Empereur notre Seigneur, et qu'elle en parle avec Monsieur le Docteur Bernai qui saura toucher son cœur de bon catholique et le persuader de mettre un terme à ces conquêtes qui couvrent d'opprobre et d'infamie notre chrétienté et notre foi catholique car elles ont transformé le pays tout entier en un vaste champ de carnage. Si Sa Majesté en donnait l'ordre à son vice-roi Don Antonio de Mendoza, je crois que cela cesserait et que tout ce qui a été découvert, comme ce que l'on pourrait découvrir, serait conquis apostoliquement, chrétiennement, ainsi qu'il ressort de nos échanges de vues avec les religieux. Il faut que l'ordre soit donné aux Espagnols, sous peine de mort, de ne pas pénétrer dans un village ou dans la demeure d'un Indien avant que les religieux n'entrent dans les villages et que les Espagnols, sans armes, n’aient commencé à pratiquer le troc et à offrir aux Indiens ces babioles qu'ils souhaitent obtenir de nous. Il faut qu'ils construisent des bâtiments fortifiés sans faire de mal à un seul Indien, sans montrer leurs armes car ces Indiens les reçoivent pacifiquement, les servent et les nourrissent, et que seuls les religieux pénètrent dans leurs agglomérations en leur donnant à entendre que les Chrétiens n’ont d'autre but que de servir les moines et de commercer avec les Indiens ainsi que le font les Portugais. Je suis sûr que si Sa Majesté envoyait ces ordres à Don Antonio de Mendoza, celui-ci saurait les appliquer convenablement. Et nous sommes persuadé que de cette manière, et sans que les Espagnols se servent de leurs armes, il serait possible de mettre bon ordre aux affaires du Pérou. (...)97 "

  • 98 P. de Castaneda de Nájera (Relation..., op. cit., ch. 2, p. 10) précise que :
    "Fray Marcos de Niça f (...)

94A partir de l'exemple du Pérou, rapporté par Fray Marcos de Niza, l'évêque de México exprime dans ce document la politique que les Franciscains entendaient mettre en œuvre, en faisant pression sur Antonio de Mendoza grâce à l'appui de la Couronne. On comprend alors que quelques mois plus tard le vice-roi ait confié à un religieux une mission d'exploration. Fray Marcos de Niza était l'homme de la situation : il avait de l'expérience98, il était Franciscain et l'un des plus ardents défenseurs de l'action pacifique, jouissait de la confiance et de l'appui de la plus haute autorité ecclésiastique de la Nouvelle-Espagne et montrait un goût certain pour les voyages et l'aventure. En obtenant la responsabilité de cette mission, il devait prouver la justesse des idées que préconisait son ordre et se trouvait donc condamné à réussir. Il était, de plus, lié moralement au vice-roi qui se révélait favorable à cette entreprise et l'assistait en lui fournissant le meilleur guide — Estebanico — et des Indiens initialement destinés à accompagner Dorantes. Mais, s'il disposait de l'aide logistique des troupes espagnoles jusqu'aux confins des territoires occupés, il ne devait compter — et c'était une application stricte des principes émis par les religieux — sur aucune escorte armée pour l'exploration des terres nouvelles.

4 - Fray Marcos de Niza à la recherche des Sept Cités

95Si l'on en croit le Franciscain Motolinía, Fray Marcos de Niza aurait été précédé au nord de la Nouvelle-Galice par deux frailes qui seraient partis dans cette direction en 1538, soit un an avant lui. Motolinía explique dans ses Memoriales :

  • 99 Fr. T. de Benavente (Motolinîa), Memoriales, op. cit., 1e part., ch. 51, par. 318, p. 195-196.

"Ladite année [1538], ce même provincial, Fray Antonio de Ciudad Rodrigo, envoya deux moines sur la côte de la mer du Sud pour aller vers le nord en passant par la région de Xalisco ['Jalisco'] et la Nouvelle Galice, pour accompagner un capitaine qui partait à la découverte. Alors qu'ils allaient quitter le pays qui est découvert, connu et conquis près de cette côte, ils trouvèrent deux chemins parfaitement praticables. Le capitaine choisit de s'engager sur celui qui était à main droite et qui menait vers l'intérieur des terres. Au bout de peu de jours de marche il se trouva face à des chaînes de montagnes si abruptes qu'il ne put les franchir et fut obligé de s’en retourner par la route qu'il avait suivie à l'aller99."

  • 100 M. Turrell Rodack, "Fray Marcos de Niza and the Search for Cíbola", ét. cit., p. 31-33.

96Le texte de Motolinia est trop imprécis pour satisfaire notre curiosité. Il est fort probable, comme le fait remarquer Madeleine Turrell Rodack100, que le chroniqueur ait confondu les événements. La suite du texte reprend d'ailleurs étrangement des renseignements que l'on retrouve dans le récit de Fray Marcos de Niza :

  • 101 Fr. T. de Benavente (Motolinîa), Memoriales, op. cit., 1e part., ch. 51, par. 319, p. 196.

"L’un des deux moines tomba malade ; l’autre, accompagné de deux interprètes, prit le chemin de gauche qui s'orientait vers la côte et qu'il put suivre continûment et qui se révéla toujours praticable (...)101 "

97La description de la contrée a trop de points communs avec celle du texte de Fray Marcos pour ne pas attirer l'attention.

  • 102 Cf. Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit.
  • 103 Fray Juan de Torquemada, Veinte i un libros rituales i Monarchia indiana, Madrid, Of. de Nicolas R (...)
  • 104 Cf. M. Turrell Rodack, "Fray Marcos de Niza and the Search for Cíbola", ét. cit., p. 32.
    Voir égale (...)
  • 105 Cf. M. Turrell Rodack, "Fray Marcos de Niza and the Search for Cíbola", ét. cit., p. 32-33. On a m (...)

98Cette version des faits réapparaît en 1571 chez Fray Jerónimo de Mendieta102, en 1615 chez Fray Juan de Torquemada103 mais aussi dans les œuvres de plusieurs autres écrivains104. La question fait l'objet d'une controverse ; Motolinía semble toutefois être à l'origine de ces curieux renseignements105. Mais c'est à Fray Marcos de Niza que nous devons les premières indications détaillées sur les terres situées aux confins de la Nouvelle-Galice.

***

99Le 20 novembre 1538, Fray Marcos de Niza, qui se trouvait déjà en NouvelleGalice — attendant très certainement l'autorisation officielle pour partir vers Cíbola — reçut à Tonala une copie des instructions rédigées par D. Antonio de Mendoza. Le Franciscain s'engagea alors à obéir aux ordres du vice-roi :

  • 106 Ces instructions précèdent le texte de la Relaçión de Fray Marcos.
    Nous reproduisons ici le documen (...)

"(...) je promets de suivre fidèlement ladite instruction /[fol. 2r.]/ et de ne point désobéir ni passer outre quelque disposition qui se trouve en icelle, maintenant ni jamais. Et parce que je m'engage à la respecter et à m'y soumettre, j'ai apposé ici ma signature. A Tonala, le vingtième jour du mois de novembre de l'an mille cinq cent trente-huit, où je fus mandaté et me fut baillée ladite Instruction, dans cette province de Nouvelle-Galice106."

  • 107 Ce dernier se trouvait sur le terrain en 1538. Une lettre adressée à l'Empereur le 15 décembre 153 (...)

100Fray Marcos était chargé par le vice-roi de jouer un rôle modérateur parmi les Indiens de la Nouvelle-Galice en les assurant de la bienveillance avec laquelle l'Administration de la Nouvelle-Espagne entendait les traiter désormais. Il fallait au préalable rétablir une situation quelque peu compromise au cours des années passées par le bouillant Nuño de Guzmán, maintenant écarté des responsabilités et remplacé par Francisco Vázquez de Coronado107.

101Il était prévu que ce dernier accompagnât Fray Marcos jusqu'à San Miguel de Culiacán. Là, le Franciscain serait entièrement libre de ses mouvements ; Estebanico l'accompagnerait :

  • 108 Fr. M. de Niza, Relaçidn del frayle para Su Magestad, AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 10 (2), (...)

"Et si, avec l'aide de Dieu Notre-Seigneur et la grâce du Saint-Esprit, vous trouviez un chemin qui vous permette d'aller de l'avant et de pénétrer dans le pays, vous emmèneriez Estevan, celui de Dorantes, comme guide, auquel j'ordonne d'obéir, en tout et pour tout, aux ordres que vous lui donneriez, comme à moimême (...)108 "

102Fray Marcos serait également épaulé par plusieurs Indiens — le nombre n'est pas précisé — mais, détail d'importance, parmi ces indigènes se trouvaient ceux qui accompagnèrent Álvar Núñez Cabeza de Vaca à la fin de son odyssée. L'intention était donc claire, il s'agissait de retourner sur les traces des rescapés qui avaient traversé quelque temps auparavant le sud des États-Unis :

  • 109 Ibid., fol. 1 r°

"En outre ledit gouverneur Francisco Vázquez emmène les Indiens qui arrivèrent avec Dorantes ainsi que d’autres, originaires des mêmes contrées, que l'on a pu rassembler, afin que si lui ou vous-même souhaitiez vous faire accompagner par certains d'entre eux, vous puissiez le faire et les utiliser comme il vous paraîtrait le plus convenable pour le service de Dieu Notre-Seigneur."109

103Vázquez de Coronado était donc associé de très près à cette entreprise qui avait pour maître d'œuvre le vice-roi. Tous les moyens furent mis à contribution pour faciliter la tâche de Fray Marcos, mais il n'était aucunement question d'envoyer des troupes au nord de la Nouvelle-Galice. Le Franciscain pouvait alors, librement, mettre en pratique les théories de son ordre sur la pénétration pacifique et religieuse des nouveaux territoires, avec l'appui sans réserve du vice-roi.

104Fray Marcos devait mener à bien une importante mission de reconnaissance parmi des populations presque inconnues vivant dans un pays inexploré :

  • 110 Ibid, fol. 1 v°

"Vous prendrez grand soin de vous renseigner sur la population — précisaient les Instructions — en cherchant à vous rendre compte si elle est nombreuse ou pas et si ces gens vivent regroupés ou non. Cherchez aussi à savoir quels sont les avantages du pays, s'il est fertile, si le climat est bon, quels sont les animaux domestiques ou sauvages que l'on peut y voir, quel est l'aspect de la contrée, si elle est rude ou plate, s'il y a des rivières, grandes ou petites, et quels sont les métaux et les pierres qui s'y trouvent. Et rapportez ou envoyez tout ce que l'on pourrait envoyer ou rapporter comme échantillon afin que l'on puisse informer Sa Majesté de tout cela110."

105Ce programme, chargé, n'était d'ailleurs pas dénué d'intentions stratégiques et commerciales. Mais il s'agissait également — et nous retrouvons là un souci maintes fois exprimé depuis des années — de s'intéresser à l'existence éventuelle d'un passage commode pour aller d'un océan à l'autre :

  • 111 Ibid., fol. 1 v°

"Et toujours s'informer pour savoir si l'on a entendu parler de la côte, de la mer du Sud ou de la mer du Nord, car il se pourrait que la terre s'étrécît ou qu'un bras de mer s'enfonçât vers l'intérieur (...)111 "

106Le vice-roi n'oubliait pas, toutefois, de mentionner combien il souhaitait la propagation de la foi chrétienne. Mais cette recommandation, dont il fait état après toutes les autres, ne semble pas, à ses yeux, avoir autant d'importance que les précédentes. Il est cependant remarquable qu'il demande d'agir secrètement et avec célérité. L’essentiel ne serait-il pas, pour lui, d’obtenir des informations sur l'existence de grandes villes ?

  • 112 Ibid., fol. 1 v°

"Et s'il plaisait à Dieu que vous trouvassiez quelque grande agglomération où, à votre avis, l'on aurait toutes facilités pour construire un monastère et envoyer des religieux qui s'occupent de convertir les habitants, faites-le savoir par des messagers indiens ou rentrez à Culuacán secrètement et transmettez l'information afin que l'on prenne les mesures nécessaires sans provoquer de désordre et pour que la pacification des terres que vous pourriez découvrir se fasse en accord avec ce qui convient pour le service de Notre-Seigneur et le bien des habitants du pays112."

107Jamais le vice-roi ne mentionne directement dans ses instructions le but véritable de l'expédition, mais l'intention manifestée d'explorer minutieusement la région et de rechercher de grandes agglomérations suffit à montrer quelle préoccupation se dissimule entre les lignes de ce texte officiel. Il fallait bien vérifier, avant d'engager de coûteuses dépenses, s'il existait quelque chance de découvrir le riche royaume dont on ne cessait de parler en Nouvelle-Espagne. La proposition des Franciscains, qui évitait un déferlement de troupes vers une région sur laquelle on fondait tant d'espoirs, devait plutôt servir les intérêts du vice-roi qui exigeait le secret le plus absolu. Il y avait une heureuse conjonction entre les aspirations des moines et celles du représentant de l'Administration royale. Mais les pourparlers engagés à México avec, vraisemblablement, la participation de l'évêque Zumárraga — qui dut mettre en avant son protégé — et celle du provincial des Franciscains Fray Antonio de Ciudad Rodrigo, n'auraient-ils pas abouti à quelques clauses secrètes qui expliqueraient le comportement ultérieur de Fray Marcos de Niza et son dévouement absolu à la cause du vice-roi ? Le récit que propose Fray Marcos de sa découverte de Cíbola montre bien qu'il a suivi à la lettre les instructions officielles reçues le 20 novembre 1538.

108Fray Antonio de Ciudad Rodrigo, le responsable des Franciscains de la province du Santo Evangelio, trace un portrait flatteur de Fray Marcos dans l'Attestation qui accompagne la Relaçión du moine. Il indique les raisons qui auraient poussé à choisir Fray Marcos :

  • 113 Ibid., fol. 2 r°

"(...) il fut reconnu apte et capable pour entreprendre ce voyage de découverte, tant pour ses qualités personnelles ci-devant mentionnées que pour son savoir, non seulement en matière de théologie mais aussi de cosmographie et de navigation (...)113 "

  • 114 Cf. supra, ch. 18, par. 3.

109Il peut paraître curieux que l'on ait choisi un expert en cosmographie et un navigateur averti pour une mission exclusivement terrestre. Pourtant ne songeait-on pas à rechercher un détroit ? De plus, les connaissances des marins étaient parfois utiles sur le continent. Hernán Cortés n'avait-il pas utilisé une boussole et n'était-il pas assisté par un pilote lors de son intervention à Las Hibueras114 ? On imaginait aussi que les expéditions maritimes dans le golfe de Californie pouvaient approcher le fameux Pays des Sept Cités qu'il était bon de situer avec précision.

  • 115 Fr. M. de Niza, Relaçidn del frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 2 r°

110Fray Marcos de Niza, qui partait vers le nord avec Estebanico, était accompagné par un autre Franciscain, appelé Fray Honorato. Le rôle de ce "frère lai" était certainement d'assister Fray Marcos et, peut-être, de transmettre les renseignements obtenus dans le pays en cas de nécessité (" il partit avec un compagnon, un frère lai nommé Fray Onoratto, suivant les ordres du seigneur Don Antonio de Mendoça (...)115 ").

111Le voyage, comme le précise Fray Antonio de Ciudad Rodrigo, fut préparé par le vice-roi, en parfait accord avec les Franciscains de la Nouvelle-Espagne. Les instructions officielles données à Fray Marcos avaient reçu l'approbation du provincial :

  • 116 Ibid., fol. 2 r°

"(...) et cette Instruction, qui est ici reproduite, je la vis au préalable, après avoir été consulté à ce sujet par Sa Seigneurie qui me demanda ce que j'en pensais et qui, avec mon agrément, la fit transmettre à Fray Marcos par le truchement de Francisco Vázquez de Coronado. Elle lui fut effectivement remise et il l'applique fidèlement comme on a pu le constater116."

  • 117 L'attestation de Fray Antonio de Ciudad Rodrigo est datée du 26 août 1539. Ibid., fol. 2 r°

112Vázquez de Coronado était un élément important du dispositif que le vice-roi avait mis sur pied pour parvenir à ses fins. Il accompagna Fray Marcos au cours de la première étape du voyage et lui prêta l'assistance souhaitée par Antonio de Mendoza. Il s'explique d'ailleurs sur ce sujet dans une lettre écrite à Compostela le 15 juillet 1539117 :

  • 118 Francisco Vázquez de Coronado, [Caria] A Su Magestad. De Francisco Vázquez de Coronado, a 15 de ju (...)

"J'emmenai dans cette province de Culiacán un religieux, de l'ordre de Saint-François, nommé Fray Marcos de Njsa, que le vice-roi de la Nouvelle-Espagne me demanda de faire pénétrer à l'intérieur du pays car il partait sur son ordre, au nom de Votre Majesté, à la découverte par voie terrestre de la côte de cette Nouvelle-Espagne pour connaître les secrets, la configuration du pays et les habitants de cette contrée que l'on n'a jamais vue. Et afin qu'il pût avancer plus sûrement je lui adjoignis certains Indiens /[fol. 2 v°]/ de ceux que le vice-roi libéra parmi les esclaves dont on s'empara dans cette province de Galizia ['Nouvelle-Galice'], dans les villages de Petatlán et de El Cuchillo, environ à soixante lieues au-delà de Culjacán (...)118 "

  • 119 Ce point sera confirmé par la Relaçión de Fray Marcos de Niza.

113Vázquez de Coronado confirme bien ici qu'il s'agissait de préparer une exploration de la région côtière située au nord de la Nouvelle-Galice. Et le vice-roi apparaît comme le maître d'œuvre de ce projet. Vázquez de Coronado ne signale pas toutefois la présence de Fray Honorato qui semble donc n'avoir accompagné Fray Marcos que durant les premiers jours119. Il précise, en parlant des aborigènes qui devaient prêter main-forte à Estebanico et à Fray Marcos :

  • 120 F. Vázquez de Coronado, [Carta] A Su Magestad (15-VII-1539), doc. cit., fol. 2 v°

"(...) je leur recommandai d'emmener sûrement vers l'intérieur Fray Marcos et Estevan : c’est un Noir que le vice-roi acheta à cette intention à l'un des rescapés de la Floride et qui est appelé Estevan. Ils suivirent ces recommandations et s'occupèrent fort bien d'eux120."

114Le vice-roi, vraisemblablement impatient, n'avait donc plus qu'à espérer recueillir le fruit de ses efforts.

5 - Le premier voyage de Fray Marcos de Niza au Pays des Sept Cités

115Fray Marcos de Niza avait quitté México au mois de septembre 1538, comme le confirme une lettre de Fray Jerónimo Ximénez de San Esteban à Santo Tomás de Villanueva, expédiée d'Acapichtla le 9 octobre 1539 :

  • 121 Fr. J. Ximénez de San Esteban, Carta (9-X-1539), doc. cit., p. 194.

"Le mois de septembre dernier cela fit un an qu'un moine de Saint-François, d'origine française, quitta cette ville de México pour rechercher un pays dont les gouverneurs de cette contrée ont entendu parler mais qu'ils n'ont pu découvrir121."

116Les préparatifs durèrent de nombreuses semaines. Ces quelques mois de délai, peuvent paraître surprenants si l'on considère que l'entreprise avait tant d'importance pour le vice-roi. En fait, pendant ce temps, Fray Marcos fit une première tentative vers la province de Topira. L'ordre de s'engager dans cette direction avait dû lui être donné par Antonio de Mendoza car celui-ci envisagea de participer en personne à cette mission, prouvant ainsi qu'il portait le plus grand intérêt aux territoires inexplorés du Nord-Ouest. Le vice-roi explique d'ailleurs ses intentions dans une lettre adressée à Charles Quint (fin 1539) avec la Relaçión de Fray Marcos de Niza :

  • 122 A. de Mendoza, Première Lettre [A l'Empereur Charles V] (fin 1539 ?), op. cit., p. 289.

"J'avais aussi entendu parler d'une province nommée Topira, qui est située au milieu des montagnes, et j'avais donné l'ordre au gouverneur [Vázquez de Coronado] de prendre des informations sur ce pays. Considérant que c’était une affaire importante, je résolus de partir en personne pour la visiter. J'avais arrêté avec le religieux [Fray Marcos de Niza] que je le rejoindrais dans les montagnes, à une ville nommée los Corazones, éloignée de cent vingt lieues [669 km] de Culiacan. Quand il fut arrivé dans cette province, il vit ainsi que je l'ai dit dans mes lettres, qu'on y manquait de vivres. Les montagnes étaient si escarpées, qu'il ne trouva aucun chemin pour les traverser, et il fut forcé de retourner à San-Miguel122."

  • 123 Cf. Fr. M. de Niza, Relaçión del frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 2 r°

117Fray Marcos repartit enfin de San Miguel de Culiacán, en Nouvelle-Galice, le vendredi 7 mars 1539123. Il était accompagné de Fray Honorato, d'Estebanico et d'un certain nombre d'indiens que le vice-roi avait mis à sa disposition. Ils s'acheminèrent vers le village de Petatlán où les indigènes les accueillirent fort bien. Après un court séjour (d'une durée de 3 jours), Fray Marcos dut abandonner Fray Honorato qui était souffrant :

  • 124 Ibid., fol. 2 v°

"Je m'arrêtai trois jours dans ce village de Petatlán car mon compagnon Fray Onoratto était tombé malade. Il me parut bon de l'y laisser. Puis, conformément à ce qui était précisé dans ladite Instruction, je poursuivis mon voyage en me laissant guider par le Saint-Esprit (...)124 "

  • 125 Ibid., fol. 2 v°

118A l’évidence, les instructions du vice-roi furent suivies à la lettre par notre Franciscain qui se retrouvait ainsi seul avec Estebanico pour affronter hardiment les dangers d'un pays inconnu. Mais rien ne semblait pouvoir les arrêter. Ils parcoururent 25 ou 30 lieues (de 140 à 170 km) et rencontrèrent des Indiens venus "de l'île où était allé le Marqués del Valle, auprès desquels je voulus m'assurer qu'il s'agissait bien d'une île et non d'une partie du continent, comme certains le prétendent (...)125 " Fray Marcos montre ainsi qu'il était informé des efforts réalisés par Hernán Cortès pour connaître la configuration de la presqu'île de Basse-Californie.

119Puis ils traversèrent une région déserte pendant quatre jours. L'intention de Fray Marcos apparaît clairement : il se renseigne pour trouver un pays peuplé de gens civilisés :

  • 126 Ibid., fol. 2 v°

"Et toujours, par tous les moyens qui étaient en mon pouvoir, je cherchais à savoir s'il y avait un pays avec de nombreuses agglomérations et peuplé d'êtres plus policés et raisonnables que ceux que je rencontrais (...)126 "

  • 127 Le texte de Fray Marcos ne donne pas suffisamment de détails pour que l'on puisse situer Vacapa av (...)

120Le Franciscain obtint peu de renseignements intéressants et parvint, le vendredi 21 mars, à l'agglomération de Vacapa qui, précise-t-il, se trouve à 40 lieues (plus de 220 km) du Pacifique127. Respectueux des consignes données par le vice-roi, il chercha à mieux connaître la région côtière en y envoyant des Indiens :

  • 128 Fr. M. de Niza, Relaçión del frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 3 r°

"(...) j'envoyai des messagers indiens en direction de la mer par trois routes différentes et je les chargeai de me ramener des Indiens de la côte et de certaines de ces îles afin que je puisse m'informer auprès d'eux (...)128 "

121Notons, au passage, qu'il ne se déplaça pas en direction de l'océan. Cette exploration lui aurait-elle semblé d'un intérêt secondaire ? Car, simultanément, il envoya Estebanico en mission de reconnaissance vers le nord.

122Il confia donc à son assistant noir le soin de le précéder et de parcourir 50 ou 60 lieues (280 à 330 km). C'était une sage décision car Estebanico — qui était arrivé dans cette région quelques années auparavant avec Álvar Núñez Cabeza de Vaca — connaissait le terrain et savait parfaitement se tirer des difficultés et communiquer avec les indigènes. Fray Marcos rappelle alors son intention — et son espoir — de découvrir "quelque chose extraordinaire de celles que nous recherchions". Il est maintenant évident que la mission d'exploration que lui avait confiée Don Antonio de Mendoza n'était, à ses yeux, qu'un moyen pour atteindre un autre but. Car il s'agissait bien de rechercher quelque chose d'important. Le moine avait donc, dès le départ, quelque idée de ce qu'il pourrait trouver.

123Fray Marcos et Estebanico décidèrent alors d'un code simple pour communiquer, afin que les Indiens qui avaient la charge de transmettre les "nouvelles" ne les déformassent pas :

  • 129 Les deux documents (A et B) de l'AGI donnent palo qui est certainement une erreur pour palmo ('emp (...)
  • 130 Fr. M. de Niza, Relaçión del frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 3 r°

"(...) et nous décidâmes que s'il apprenait l'existence d’un pays riche et peuplé qui fût une chose extraordinaire, il ne poursuivrait pas au-delà mais reviendrait ou m'enverrait des Indiens munis d’un objet symbolique. Et nous nous accordâmes pour que, si la chose était moyenne, il me fit parvenir une croix blanche de la longueur d’un empan129, que si elle était importante il en envoyât une de deux empans et que si elle était plus grande et supérieure à la Nouvelle-Espagne, il m'envoyât une grande croix130."

124Il est intéressant de constater que Fray Marcos de Niza envisageait très sérieusement la découverte d'une région "plus grande et supérieure à la Nouvelle-Espagne". Quelles ne devaient pas être les hypothèses émises par les conquistadores sur le Pays des Sept Cités !

125Estebanico partit donc seul le dimanche 23 mars 1539. Fray Marcos ne devait plus le revoir.

  • 131 Ibid., fol. 3 r°

126Au bout de quatre jours, Estebanico envoya un messager indien à Fray Marcos. Il pressait ce dernier de partir le rejoindre car il avait de grandes nouvelles : "il avait rencontré des gens qui lui avaient donné des renseignements sur la plus grande chose du monde131 ". De plus, Esteban avait des témoins ("il avait auprès de lui des Indiens qui s'y étaient rendus") et en envoyait un vers le Franciscain. C'est ainsi que Fray Marcos obtint les premiers renseignements "incontestables" sur Cíbola :

  • 132 Ibid., fol. 3 r°

"Et parce qu'il me semble digne de coucher sur ce papier ce que cet Indien, qu'Estevan m'envoya, dit à propos du pays, je veux le faire. Cet Indien raconte et affirme que dans cette première province se trouvent sept cités très grandes, qui dépendent toutes d’un même seigneur, qu'elles sont constituées de grands bâtiments construits à pierre et à chaux, dont le plus petit n'a qu'un étage avec une terrasse au-dessus et d'autres ont deux ou trois étages, que celui du seigneur a quatre étages et qu'ils sont tous regroupés suivant un ordre précis. Il dit aussi que les portails des bâtiments les plus importants sont pourvus d'ornements de turquoises — dont il affirma qu'il y en avait en abondance — et que les habitants de ces cités vont très bien vêtus. Il me donna beaucoup de détails, tant sur ces sept cités que sur d'autres provinces situées plus loin dont chacune, suivant ses dires, est plus remarquable que ces sept cités132."

  • 133 Ibid., fol. 3 r°

127C'était une véritable moisson de renseignements. Le pays de Cíbola semblait donc riche et civilisé, avec une population sédentaire, vêtue, et qui savait construire de hauts édifices. Sept grandes villes s'y trouvaient : l'ensemble formait un seul royaume. Il y avait de quoi rêver. Estebanico précisait également dans son message que la première cité que l'on devait rencontrer se nommait Cíbola133. Etait-il possible de douter des informations transmises par Estebanico qui communiquait si bien avec les indigènes ?

128Tout au long de la Relaçión de Fray Marcos, les indices s'accumulent et rendent de plus en plus crédible l'existence des sept villes mystérieuses.

  • 134 Ibid., fol. 3 v°

129De nouveaux Indiens arrivèrent et confirmèrent les propos du témoin précédent. Fray Marcos quitta Vacapa le mardi 8 avril 1539. Estebanico lui fit alors parvenir une deuxième croix, aussi grande que la première ; le messager qui l'apportait était chargé de prier le moine de presser le pas. Deux jours plus tard, Fray Marcos rencontra les premiers informateurs d'Estebanico qui lui précisèrent que Cíbola ne se trouvait plus qu'à 30 jours de marche. Et, souligne Fray Marcos, Cíbola était bien connue de ces Indiens ; il ajoute : "Et je n'eus pas qu'un témoignage, mais plusieurs". Le Franciscain apprit alors que trois autres royaumes se trouveraient au-delà de Cíbola :"Maratta, Acus et Totonteac"134.

130Les renseignements gagnaient chaque fois en précision. On savait comment vivaient les habitants de Cíbola, quelles étaient leurs coutumes, de quelle manière ils s'habillaient, les produits qu'ils utilisaient... Fray Marcos avançait toujours, parfois sollicité par les indigènes qui voyaient en lui un puissant chaman, capable de guérir leurs maladies :

  • 135 Ibid., fol. 4 r°

"Ils m'amenaient des malades pour que je les guérisse, et cherchaient à toucher mon habit ; je lisais l'Evangile devant eux135."

131Il est probable qu'Estebanico, qui venait de passer par là, avait pensé à utiliser les procédés qui lui avaient sauvé la vie quelques années auparavant, alors qu'il se trouvait auprès d' Álvar Núñez Cabeza de Vaca. Et Fray Marcos suivait ses traces.

132Estebanico avait pris soin — suivant les recommandations qu'il avait reçues — de placer sur le chemin une nouvelle croix. Celle-ci était immense : elle indiquait que les informations glanées par le Noir paraissaient chaque fois plus encourageantes.

133La Relaçión de Fray Marcos de Niza prend ainsi l'aspect d'un long climax. Une pression toujours plus importante s'exerce sur le lecteur qui réunit les apports de deux sources parallèles aux effets légèrement décalés. Les nouvelles transmises par Estebanico sont rapportées puis confirmées par Fray Marcos quelque temps plus tard. Cette répétition systématique, doublée d'un lent mouvement de progression qui va s'amplifiant tout au long du récit a un caractère très convaincant. Fray Marcos réussit incontestablement à piquer la curiosité. Sa Relaçión dut exciter les passions et provoquer un grand enthousiasme. Et cependant, ce qui y est rapporté ne relève bien souvent que du on-dit et de l'ouï-dire. Mais, s'appuyant sur des détails vraisemblables qui correspondent à son propre cheminement, il permet d'estomper le décalage qui subsiste entre son témoignage et celui — beaucoup plus fantaisiste — d'Estebanico.

134Fray Marcos se montre parfois sceptique et cherche à obtenir une confirmation. Les édifices à étages de Cíbola le préoccupaient tout particulièrement :

  • 136 Ibid., fol. 4 v°

"Je leur disais qu'il n'était pas possible que les bâtiments fussent ainsi qu'ils me le disaient. Pour me permettre de le comprendre, ils prenaient de la terre et de la cendre, y versaient de l'eau et me montraient comment ils plaçaient la pierre et construisaient l'édifice en disposant cela et la pierre de manière à arriver en haut136."

135Il voulait aussi connaître la configuration générale du pays et s'inquiétait de savoir comment se présentaient les côtes du Pacifique et quelle était l'orientation du rivage. Mais il était trop obsédé par les Sept Cités de Cíbola pour pousser plus avant ces investigations.

  • 137 Ibid., fol. 5 r°

136Il rencontra enfin un véritable témoin, un habitant de Cíbola qu'il estimait être — c'était bon signe — "beaucoup plus doué de raison que les indigènes de cette vallée et des régions précédemment visitées"137. Il apprit alors que les bâtiments de Cíbola pouvaient compter jusqu'à 10 étages et que les façades des maisons les plus importantes étaient ornées de turquoises. Il obtint également confirmation de l'existence des royaumes d'Acus, Maratta et Totonteac (à l'ouest). Ce dernier, surtout, dépasserait de beaucoup celui de Cíbola :

  • 138 Ibid., fol. 5 r°

"(...) et il dit que c’est la chose la plus extraordinaire qui existe, la plus peuplée et la plus riche où les gens sont vêtus de ce même drap dont est fait mon habit et d'autres tissus fins fabriqués avec la laine de ces animaux dont on m'a parlé auparavant, et que ce sont des êtres très policés, différents de ceux que j’ai vus138."

137Comment douter ? Comment ne pas croire à ces puissants royaumes et à ces riches civilisations ?

  • 139 Les bisons furent très longtemps appelés vacas de Cíbola. Les membres des expéditions qui visitère (...)

138Fray Marcos découvrit à ce moment-là les fameuses "vacas de Cíbola" — les bisons — qui vivaient en grand nombre dans la région139.

139Sur ces entrefaites, Estebanico informa le Franciscain de l'imminence de son arrivée à Cíbola. Fray Marcos, lui, se reposa quelques jours et repartit le samedi 9 mai. II dut traverser un désert mais l'obstacle fut franchi sans mal car les indigènes lui avaient préparé du ravitaillement.

140C'est alors que les événements se précipitèrent. L'un des Indiens qui accompagnaient Estebanico apporta la nouvelle de sa mort. Le Noir, qui adoptait toujours les méthodes qui avaient si bien réussi lorsqu'il voyageait avec Cabeza de Vaca, eut beaucoup moins de chance dans cette région. Sa technique était assez simple : il annonçait son arrivée prochaine dans les villages en faisant parvenir aux chefs un calebasse ("calabaço") ornée de deux plumes. Cette coutume, bien connue des Indiens, lui permettait d'approcher sans encombre et d'entrer en rapport avec des tribus nouvelles. Mais à Cíbola le stratagème eut un effet contraire et la calebasse provoqua la colère du chef :

  • 140 Fr. Marcos de Niza, Relaçión del Frayle para Su Magestad, doc. cit. fol. 6 r°

"La calebasse avait deux rangées de grelots et deux plumes, l'une blanche et l'autre rouge. Et lorsqu'ils arrivèrent à Cíuola et se trouvèrent devant celui que le seigneur a placé là comme chef et qu'ils lui présentèrent la calebasse, celui-ci, dès qu'il l'eut dans ses mains et qu'il vit les grelots, s'emporta et jeta furieusement la calebasse sur le sol et intima aux messagers l'ordre de partir immédiatement, car lui savait bien quelles étaient ces personnes et il ajouta qu'on leur dît de ne point entrer dans la ville sinon ils seraient tous tués140."

  • 141 Stephen Graham, In Quest of El Dorado, London, Macmillan and C° Limited, 1924, liv. 5, ch. 5, p. 2 (...)

141Les Indiens de Cíbola durent être surpris par l'apparition d'un homme de couleur qui se disait représentant d'un empereur de race blanche, comme le souligne Stephen Graham141. Cette explication, que donne également Pedro de Castañeda de Nájera, n'est pas suffisante car Estebanico avait un comportement fort inquiétant qui devait irriter les indigènes :

  • 142 C'est une erreur manifeste : Fray Honorato avait dû rester en Nouvelle-Galice et Fray Marcos de Ni (...)
  • 143 P. de Castañeda de Nágera, Relation..., op. cit., ch. 3, p. 12-13. La dernière phrase citée est fo (...)

"Mais comme les Indiens de Cíbola ont l'esprit plus ouvert que ceux qu'Esteban emmenait avec lui, ils l'enfermèrent dans une maison hors de leur village ; et là il fut interrogé par les vieillards et les caciques sur le but qui l'avait conduit dans leur pays. Après l'avoir questionné pendant trois jours, ils se rassemblèrent pour décider de son sort. Comme le nègre avait dit aux Indiens qu’il précédait deux hommes blancs142 envoyés par un puissant prince, et très-savants dans les choses du ciel qu'ils venaient leur enseigner, ces gens pensèrent qu'il devait être le guide ou l'espion de quelque nation qui voulait les subjuguer. Il leur parut surtout incroyable qu'il fût du pays des hommes blancs, lui qui était noir. Estevan leur avait demandé leurs richesses et leurs femmes, et il leur semblait dur d'y consentir. Ils se décidèrent donc à le tuer, ce qu'ils firent sans faire le moindre mal à ceux qui l’accompagnaient143."

142La Relaçión de Fray Marcos de Niza ne donne aucune explication sur l'attitude hostile des Indiens de Cíbola mais rapporte d'une manière très détaillée les événements qui se produisirent.

143Estebanico, dédaignant l'avertissement qu'on lui avait donné de ne pas s'approcher de la ville, s'achemina tranquillement vers Cíbola. On lui aurait alors interdit l'entrée dans l'agglomération et il se serait retrouvé prisonnier, dépouillé des turquoises et autres marchandises de valeur qu'il avait amassées au cours du voyage. Ces derniers détails prouvent amplement que le compagnon de Fray Marcos savait profiter de son état et ne se contentait pas d'explorer le terrain. Mais Fray Marcos lui-même transportait des objets qui ne devaient pas servir uniquement à amadouer les Indiens qui l'accueillaient. Il n'y avait cependant rien de censurable dans cette attitude si habituelle chez les explorateurs.

144Pendant la nuit, Estebanico aurait cherché à s'enfuir, et ses gardiens l'auraient alors abattu. Quant aux indigènes qui l'accompagnaient, bon nombre d'entre eux auraient subi le même sort.

145Fray Marcos, atterré par la nouvelle, commença alors à craindre la vengeance des Indiens qui l'avaient aidé. Il prit la décision de leur distribuer toutes les marchandises qu'il transportait pour tenter de les apaiser. Il poursuivit cependant sa route et dit s'être trouvé à une journée de marche de Cíbola. Or, les Indiens blessés qui avaient échappé au massacre de Cíbola étaient sur le chemin du retour et offrirent au groupe emmené par Fray Marcos un bien pitoyable spectacle. On prit alors la dimension exacte du désastre. Le Franciscain écrit à ce propos :

  • 144 Fr. M. de Niza, Relaçión del Frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 6 v°

"Ils poussaient tant de cris qu'il m'était impossible de les questionner sur ce qui était advenu d'Esteban et sur ce qui leur était arrivé. Alors je les priai de se taire et de nous informer de ce qui se passait. Ils répondirent qu’ils ne pouvaient se taire car plus de trois cents hommes qui accompagnaient Estevan étaient morts et que ces hommes-là étaient leurs pères, leurs fils et leurs frères, et qu'ils ne se risqueraient plus à aller à Cíbola comme ils le faisaient auparavant144."

  • 145 Ibid., fol. 6 v°
  • 146 Ibid.. fol. 6 v°

146Comme le prouve le nombre de morts, Esteban était accompagné par un groupe d'indiens très nombreux. Il est d'ailleurs précisé par la suite que plus de 300 hommes et beaucoup de femmes le suivaient ("il devait y avoir plus de trois cents hommes, mais aussi de nombreuses femmes145 "). Estebanico jouait donc un rôle important. Il avait créé un personnage que les indigènes révéraient, le croyant sans doute d'essence divine. Il devait avoir une haute opinion de son pouvoir et profitait de la crédulité des aborigènes certainement éblouis par cet être qui les impressionnait, ne serait-ce que par l’étrange pigmentation de son épiderme. Il en vint ainsi à négliger tout avertissement et à ignorer les preuves d’hostilité et les menaces. Ne déclarait-il pas à ceux qui approchaient avec lui de Cíbola : "(...) qu’il désirait aller là-bas parce que s'il obtenait de mauvaises réponses on le recevait bien quand même146 " ? Pour lui, il n'y avait aucun danger : il avait dû connaître ailleurs les mêmes difficultés et s'était toujours tiré des mauvais pas !

147Fray Marcos, malgré les conseils d'un Indien qui l'accompagnait depuis México, décida de voir Cíbola. Il parvint enfin à contempler la ville depuis une hauteur voisine. Il en donne la description suivante :

  • 147 Ibid., fol. 7 r°

"Là-dessus, je leur dis que de toute façon je pensais voir la cité de Çíuola, et ils me répondirent qu'aucun d'entre eux ne m'y accompagnerait, mais, en fin de compte, voyant ma détermination, deux chefs dirent qu'ils iraient avec moi. Ainsi donc, en leur compagnie, et avec mes Indiens et mes truchements, je poursuivis mon chemin jusqu'à parvenir en vue de Çíuola, qui est bâtie sur un endroit plat situé sur le flanc d'une butte arrondie. C'est une agglomération magnifique, la plus belle que j'aie vue dans cette région. Les bâtiments sont ainsi que les Indiens me les avaient décrits, tous construits en pierre, avec leurs étages et leurs terrasses, comme il m'apparut lorsque je l'observai du haut d'une butte. Cette ville est plus grande que México (...)147 "

148Fray Marcos de Niza aurait vérifié les dires des Indiens. Il aurait donc pu admirer la grande ville qu'il recherchait. Mais il l'avait vue de loin, en évitant vraisemblablement d'être repéré. Il ne pouvait par conséquent en donner une description parfaite. Cíbola le fascinait et il souhaitait ardemment pouvoir la contempler de plus près, mais le danger lui parut trop grand :

  • 148 Ibid., fol. 7 r°

"Parfois je fus tenté d'aller jusque là-bas car je savais que je n'avais rien d'autre à perdre que ma vie, que j'avais offerte à Dieu le jour où j'entrepris mon voyage. Mais je finis par avoir des craintes en considérant le danger auquel je m'exposais et en songeant que si je mourais l'on ne pourrait avoir d'informations sur ce pays qui, à mon avis, est le plus grand et le meilleur de tous ceux que l'on a découverts148."

149On imagine sans peine l'effet que produisit ce récit sur les Européens de la Nouvelle-Espagne. D'immenses possibilités se présentaient à eux. Cíbola promettait beaucoup. La comparaison que Fray Marcos établissait entre Cíbola et México était fort éloquente. Et même si cette dernière ville n’avait plus l’importance de la Tenochtitlán que découvrit Hernán Cortés, son étendue et le nombre de ses habitants étaient tout de même considérables. Robert Tomson, un Anglais qui la visita en 1556, déclare :

  • 149 Texte cité par Berta Flores Salinas, México visto par algunos de sus viajeros (siglos XVI y XVII),(...)

"México était alors une ville qui ne comptait pas plus de 1 500 demeures d’Espagnols. Toutefois il y avait 300 000 Indiens qui habitaient les faubourgs.149 "

150Or, d’après Fray Marcos, Cíbola dépassait México, et il ajoute même que Cíbola n’était que quantité négligeable, comparée aux six autres cités :

  • 150 Fr. M. de Niza, Relaçión del Frayle para Su Magestad, doc. cit. fol. 7 r°

"Lorsque je dis aux chefs qui étaient avec moi que Çíuola m'avait favorablement impressionné, ils m'expliquèrent que c'était la plus petite des sept cités et que Tolonteac est beaucoup plus grande et plus importante que toutes les autres cités et qu'il y a tant de bâtiments et tant d'habitants que l’on ne peut les compter150."

151Fray Marcos prit alors officiellement possession, non seulement du pays de Cíbola — qu'il propose de baptiser " le Nouveau Royaume de Saint-François" ("El Nuebo Reyno de San Francisco") —, mais aussi

  • 151 Ibid., fol. 7 r°

"(...) de toutes les Sept Cités et des royaumes de Totonteac, Acus et Maratta (...)151 "

152Il précise qu'il n'a pas poursuivi au-delà afin de pouvoir témoigner de son extraordinaire découverte. Il était, en vérité, plutôt effrayé par l'hostilité grandissante que les indigènes lui manifestaient.

153Son voyage de retour est narré avec concision. Il ne songea pas à s'attarder, reprit le même chemin et atteignit enfin San Miguel de Culiacán. Il indique, enfin, que le texte de sa Relaçión serait communiqué aux membres de son ordre avant d'être transmis au vice-roi :

  • 152 Ibid., fol. 7 v°

"(...) pour la donner à notre Père provincial afin que celui-ci la communique à ceux des Pères de notre ordre qu'il voudra bien choisir ou qu'il la présente au chapitre qui m'a mandaté, afin qu'elle soit transmise à l'Illustrissime vice-roi de la Nouvelle-Espagne, à la demande duquel on me confia cette mission152."

  • 153 Ibid., fol. 7 v°-8 r°

154Fray Marcos présenta sa Relaçión au vice-roi le 2 septembre 1539 : l'attestation officielle qui la termine en fait foi153.

***

155On peut cependant se demander si Fray Marcos de Niza a réellement vu Cíbola. La description qu'il propose est très vague et imprécise ; et même s'il prétend n'avoir aperçu la ville que de loin et en cachette, certaines formules employées dans la Relaçión laissent planer un doute.

  • 154 Ibid., fol. 7r°
  • 155 Ibid.. fol. 7 r°

156Fray Marcos, par exemple, s'appuie trop souvent sur les dires des Indiens : "Les bâtiments sont ainsi que les Indiens me les avaient décrits, tous construits en pierre (...)". Et il ne peut affirmer l'exactitude de certains détails que les indigènes lui avaient donnés : "(...) comme il m'apparut lorsque je l'observai du haut d'une butte154 ". Le désir qu'il exprime, avec beaucoup d'ardeur semble-t-il, de voir vraiment Cíbola ("Parfois je fus tenté d'aller jusque là-bas...155 ") n'est-il pas remarquable en ce qu'il a de révélateur ? D'ailleurs, ne précise-t-il pas "parfois", ce qui laisse supposer un séjour suffisamment long à proximité de la ville qu'il n'a pourtant pu apercevoir — dit-il — qu'une fois et très brièvement.

  • 156 Ibid., fol. 7 r°

157L'enthousiasme qu'il manifeste pour cette prodigieuse découverte paraît, aussi, un peu forcé. N'avait-il donc rien d'autre à dire et ne pouvait-il choisir de termes plus passionnés que ceux de la plate considération : "C'est une agglomération magnifique, la plus belle que j'aie vue dans cette région156 " ? N'est-il pas étrange que par la seule influence de sa grande détermination il ait réussi à provoquer un tel changement chez les Indiens qui l'accompagnaient et qui — souligne-t-il — manifestaient alors à son égard une vive hostilité ? Comment ces êtres profondément affligés par la perte récente de 300 des leurs, désireux de se débarrasser de l’intrus responsable de leur infortune, auraient-ils pu accepter de poursuivre leur voyage, ne serait-ce qu'une seule journée, jusqu'à la ville dont ils avaient tant à redouter ? Car ils ne parlent pas de venger leurs compagnons en attaquant Cíbola. Devons-nous croire que Fray Marcos avait — par sa seule renommée ou l'ascendant qu'il avait pris sur eux — provoqué un revirement aussi extraordinaire ? Nous n'avons, hélas, d'autre témoignage que le sien. Les importants renseignements rapportés à la fin de sa Relaçión, que l'on ne peut vérifier à l’aide d'autres sources incontestables, doivent être considérés avec beaucoup de prudence, puisque l'on en est réduit, à défaut d’autres sources d'information, à faire confiance au récit de Fray Marcos.

  • 157 Il la place en 1538. Voir supra.

158Il est intéressant de constater que dans le récit du Franciscain Motolinía — qui semble correspondre à l'expédition de Fray Marcos de Niza157 — il n’est pas précisé si le moine est arrivé à Cíbola :

  • 158 Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., 1ère part., ch. 51, par. 319, p. 196.

"Ainsi, il parcourut plus de trois cent lieues, et presque tout le long de son chemin on l'informa sur un pays très peuplé de gens portant des vêtements qui vivent dans des bâtiments avec de nombreux étages et des terrasses. On dit que ces gens se sont établis sur la rive d’une grande rivière où se trouvent de nombreux villages protégés par des enceintes et que de temps à autre les seigneurs de ces villages font la guerre aux autres. On dit aussi qu'au-delà de cette rivière il existe d'autres agglomérations plus importantes et plus riches158."

159De même, pour Castañeda de Nájera seul le Noir Estebanico aurait vu Cíbola :

  • 159 P. de Castañeda de Nagera, Relation..., op. cit., ch. 4, p. 16.

"A son retour à Culiacan, il [Vázquez de Coronado] y trouva les religieux qui venaient d'arriver. Ils lui firent une description si pompeuse de tout ce que le nègre avait découvert, de ce que les Indiens leur avaient conté, et des îles remplies de richesses qui, leur avait-on assuré, existaient dans la mer du Sud, que Vazquez Coronado se décida à partir sur-le-champ pour Mexico, en emmenant avec lui frère Marcos, pour qu'il pût rendre compte au vice-roi de tout ce qu'il avait vu159."

***

160Dans son article intitulé "The Road to Cíbola", Carl Sauer, après avoir analysé minutieusement les données concernant l'itinéraire suivi par Fray Marcos de Niza, émet de sérieuses réserves sur l'exactitude de ce journal de voyage. Son argumentation est la suivante :

  1. Il était très difficile, voire impossible, de traverser — comme le prétend Fray Marcos — le dernier désert qui se trouve avant Cíbola en trois semaines160.
  2. Fe retour, de Cíbola vers la région de Compostela, dut nécessairement prendre plus d'un mois, si l'on songe que Fray Marcos circulait à pied.
  3. Il était impossible de parcourir plus de 64 km ("forty miles") par jour à l'époque des plus fortes chaleurs. Or, Fray Marcos serait arrivé à Compostela à la fin du mois de juin ; un trajet de 1 932 km (1 200 miles) réalisé, à pied, en un mois est inconcevable.
  4. Le voyage devait nécessairement être interrompu pour chercher des guides et du ravitaillement, et le franchissement des cours d'eau ne pouvait que retarder la marche. Encore faut-il ajouter à cela les inévitables pauses nécessaires pour prendre un minimum de repos.
  5. Cependant deux raisons incitent à penser que Fray Marcos devait — comme il l'assure — se trouver à Compostela à la fin du mois de juin :
    1. La saison des pluies, dont le retour peut être facilement prévu à cause de sa régularité, gêne tout déplacement. Les inondations sont fréquentes dans la région de Compostela et un explorateur avisé, comme Fray Marcos, devait prendre en compte ce fait.
    2. Fray Marcos avait bien besoin de 2 mois pour se rendre de Compostela à México et rédiger sa Relaçión : un document officiel —joint au récit de son voyage — précise qu'il présenta son rapport au vice-roi le 2 septembre 1539161.

161Toutes ces raisons incitent Carl Sauer à penser que Fray Marcos de Niza ne serait pas allé jusqu'à Cíbola, et qu'il aurait préféré s'en retourner après l'annonce de la mort d'Estebanico.

162La démonstration de Carl Sauer est très convaincante. Elle part de l'hypothèse que la ville de Cíbola se trouve sur le territoire des Indiens Zunis. Ceci paraît d'ailleurs à peu près certain : Cíbola ne serait, selon les dires de ces Indiens, que le village de Quiaquima. Jean Cazeneuve précise ce point qui a fait l'objet d'une controverse :

  • 162 J. Cazeneuve, Les Dieux dansent à Cíbola..., op. cit., ch. 1, p. 16. Adolph Francis Bandelier (The (...)

"II semble établi que le village où Estevan était parvenu et avait trouvé la mort était celui de Quiaquima, l'une des sept cités. Telle est l'opinion de l'historien Bandelier, d'accord sur ce point avec l'ethnographe Cushing. A vrai dire, elle a été contestée par Hodge. Mais en l'absence de preuves précises, il semble sage de s'en tenir à ce que racontent les Zuñis eux-mêmes. Et ceux-ci affirment que le Noir fut tué à Quiaquima162."

***

163On peut, en reprenant les informations contenues dans la Relaçión de Fray Marcos de Niza, essayer d'estimer le temps qui lui fut nécessaire pour l'aller et le retour.

  • 163 Les références (fol.) que nous donnons ici correspondent à la Relaçión del frayle para Su Magestad (...)

164Fray Marcos partit de San Miguel de Culiacán le 7 mars 1539. La date ne peut être remise en question. Il dit avoir atteint Vacapa le 21 mars et y être resté jusqu'au jour de Pâques, le 6 avril. Puis il quitte Vacapa deux jours après Pâques, soit le 8 avril (fol. 3 v°)163. Il chemine ce jour-là et deux autres jours jusqu'à un village où il se trouve donc le 10 avril au soir et apprend que Cíbola est à trente journées de route (fol. 3 v°). Il dit être reparti le lendemain, 11 avril (fol. 4 r°). A-t-il poursuivi son voyage immédiatement — il a planté deux croix qu'il fallait bien fabriquer —, soit le 12 avril ? Adoptons cette hypothèse. Il marche cinq jours en pays peuplé, donc jusqu'au 16 avril (le 15 avril si l'on compte sa rencontre avec les Indiens parmi ces cinq jours). Prenons l'hypothèse la plus favorable : nous sommes déjà au 15 avril. On lui annonce alors qu'à deux journées de marche se trouve un "despoblado" qui ne peut être traversé qu'en quatre jours. Il aurait donc pu arriver au despoblado le 17 et l'avoir quitté le 21 avril. Il dit s'être pressé (fol. 4 r°). Il arrive dans une vallée où on lui parle abondamment de Cíbola. Alors se situe un épisode intéressant :

  • 164 Fr. M. de Niza, Relaçión deI Frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 5 r°

"Là, j'appris que la côte s'orientait tout à coup vers le Ponant, parce que jusqu'à l'entrée de ce premier désert que je traversai, la côte suivait toujours la direction du nord. Et comme cet éventuel changement de direction de la côte est d'une extrême importance, je voulus m'en assurer et l'observer. Je partis donc voir la côte et je m'aperçus qu'elle s'orientait nettement vers l'ouest à la hauteur du trente-cinquième degré et cela me remplit autant de joie que les renseignements favorables que j'avais sur le pays164."

  • 165 Voir supra, par. 4 (l'attestation de Fr. Antonio de Ciudad Rodrigo).

165Cette parenthèse appelle un bref commentaire, car elle semble importante. Fray Marcos obéit ainsi scrupuleusement aux instructions du vice-roi qui était préoccupé par la région côtière. Il est évident, d'après le texte, que le Franciscain a subitement bifurqué vers les rivages du golfe de Californie. Notons que le trajet — aller et retour — devait être long puisqu'il se trouvait déjà à l'intérieur des terres. Il est toutefois étonnant que les indigènes qui vivaient si loin des côtes aient pu avoir une idée aussi précise de l'orientation de celles-ci. Admettons cependant tout ce que dit Fray Marcos. Mais soulignons que la côte ne s'oriente franchement vers l'ouest qu'à la latitude de 31° environ. Est-il possible que le Franciscain que l'on disait expert dans l'art de la navigation et bon cosmographe165 se soit trompé de 4° ? De plus, s'il se trouvait effectivement à la latitude de 31° ou 32°, il lui restait beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre les côtes du golfe de Californie. Il est pourtant très affirmatif sur ce point, mais il n'indique pas la durée exacte de ce court voyage qu'il ne présente d'ailleurs qu'incidemment. Peut-être pourrions-nous estimer cette durée en examinant la suite de l'itinéraire.

166Il reprend alors le récit de sa progression vers Cíbola, en indiquant qu'il mit cinq jours pour traverser une vallée (fol. 5 r°) ; mais il ajoute un peu plus loin qu'il n'y passa que trois jours (fol. 5 v°). Admettons la possibilité d'un lapsus et retenons la durée de trois jours. Il se repose ensuite trois autres jours dans un village ; on le lui avait vivement conseillé

  • 166 Fr. M. de Niza, Relaçión del Frayle para Su Magestad, doc. cit, fol. 5 v°

"(...) parce que le désert se trouvait à quatre jours de marche de cet endroit et que depuis le début de ce désert jusqu'à la cité de Çíuola il y a une bonne quinzaine de jours de voyage (...)166."

167Il se trouverait donc à une vingtaine de journées de marche de Cíbola. Et il indique enfin une date : "En suivant mon chemin je pénétrai dans le désert le neuvième jour du mois de mai (...)" (fol. 5 v°). Il a donc quitté le village le 5 mai, et il y était arrivé le 2 mai, ce qui laisse penser qu'il avait repris son voyage (interrompu par l'excursion vers la côte), dans le meilleur des cas, le 30 avril. S'il partit vers le golfe de Californie, cet homme infatigable aurait alors fait l'aller et le retour entre le 21 et le 29 avril. Cela n'est pas impossible, mais que de chemin parcouru par un voyageur qui, ne l'oublions pas, ne disposait pas d'une monture !

168Il chemine une journée dans le désert ("despoblado"). Il parle ensuite d’une marche de douze jours. C'est par conséquent le 21 mai qu'il apprend la nouvelle de la mort d'Estebanico. Il reprend alors son voyage (sans indiquer de durée) et dit se trouver à une journée de Cíbola (fol. 6 r°). Ayant quitté le dernier village le 5 mai, et considérant que ce village était à vingt jours de marche du but, Fray Marcos, le 23 mai (approximativement) espérait atteindre Cíbola très rapidement. On peut donc estimer qu'il aurait aperçu la grande ville le 24 ou le 25 mai 1539 car il signale qu'il mit deux jours pour retrouver les Indiens qui l'accompagnaient mais ne l'avaient pas suivi jusqu'aux abords de la cité. Il prend alors le chemin du retour, escorté par ces indigènes jusqu'au village qui se situait avant le dernier désert qu'il a mentionné.

169Le retour fut rapide, dit-il, et les étapes étaient de 8 ou 10 lieues (45 à 56 km) ! En déduisant les jours de repos qu’il prit à Petatlán (trois jours), à Vacapa (quinze jours) et dans un autre village (trois jours), et la parenthèse de neuf jours correspondant au voyage vers la côte, on peut penser qu'il marcha une cinquantaine de jours pour se rendre à Cíbola. En admettant qu'il ait — sans prendre de repos — eu besoin du même laps de temps pour revenir (l'itinéraire fut à peu près le même), il aurait dû arriver à San Miguel de Culiacan vers le 13 juillet. Remarquons tout de même qu’il ne fait aucunement mention de la Pentecôte — qui coïncidait avec sa découverte de Cíbola — et de la fête du Corpus (5 juin) qu'il dut respecter malgré son désir de rentrer le plus vite possible.

170Il ne lui restait donc, environ, qu'un mois et demi pour se rendre à Compostela, écrire au vice-roi et au provincial de son ordre (Fray Antonio de Ciudad Rodrigo), attendre les instructions venues de México (fol. 7 v°), rédiger sa Relaçión qui devait être soumise au chapitre des Franciscains (fol 7 v°) avant d'être transmise à Antonio de Mendoza. Tout cela avant le 2 septembre, date officiellement enregistrée de sa comparution devant le vice-roi ! Même si l'on considère que le voyage de retour fut plus rapide et que Fray Marcos put, éventuellement, emprunter une monture dans les derniers jours, le délai paraît beaucoup trop bref pour que les propos du Franciscain ne puissent être mis en doute. Il y a donc lieu de soupçonner Fray Marcos d'avoir "arrangé" la fin de sa Relaçión, car le récit du début du voyage paraît tout à fait vraisemblable. Il y a cependant tant d'imprécision dans certaines parties du texte que l'on ne peut, malgré tout, qu'avancer des hypothèses.

  • 167 L. Febvre, Le problème de l'incroyance au XVIe siècle..., op. cit., 2e part. liv. 2, ch. 3, par. 4 (...)

171Mais dans un siècle où partout régnaient "fantaisie, imprécision, inexactitude167 ", était-il si important que Fray Marcos de Niza fût parvenu jusqu'à Cíbola ? L'essentiel n'était-il pas qu'il l'eût affirmé ? Dès lors, Cíbola existait.

6 - Les bases du mythe des Sept Cités de Cíbola

172La découverte de Fray Marcos de Niza fut l'ohjet de nombreux commentaires en Nouvelle-Espagne ; la fièvre s'empara aussitôt des Européens.

173Il semble même que le Franciscain ait contribué à amplifier le mouvement. La lettre écrite par Fray Jerónimo Ximénez de San Esteban, le 9 octobre 1539 — soit quelques jours après le retour de Fray Marcos — est très instructive, et montre à quel point les esprits étaient échauffés. Après avoir rapidement évoqué le voyage de Fray Marcos et donné quelques détails sur les Indiens que ce dernier avait rencontrés, Fray Jerónimo ajoute :

  • 168 Fr. J. Ximénez de San Esteban, Carta a Santo Tomás de Villanueva (Acapichtla, 9-X-1539), op. cit.,(...)

"Je ne dis rien des richesses de ce pays, car il conte tant de choses à ce sujet que cela semble incroyable. Le moine, lui-même, me dit qu'il vit un temple de leurs idoles dont les murs étaient couverts de pierres précieuses, dedans comme dehors. Je crois qu'il me parla d'émeraudes. On dit aussi que plus loin, à l'intérieur des terres, il y a des chameaux et des éléphants. Certains hommes que la convoitise de l'or a fait errer dans la mer du Sud prétendent avoir rencontré près de ce pays des îles très riches avec des gens semblables et aussi policés168."

174Les nouvelles, à l'évidence, commençaient à être déformées, et Fray Marcos de Niza paraît avoir quelque responsabilité. Il n'est jamais question, dans la Relaçión qu'il transmit aux autorités, de chameaux ni d'éléphants, et pourtant le bruit devait courir avec insistance. Aurait-on pensé que les contrées situées au nord de la Nouvelle-Galice avaient quelque rapport avec l'Asie ? Serait-ce à cause des richesses que l'on croyait y trouver ? Fray Juan de Zumárraga, l'évêque de México, qui était intervenu dans les préparatifs de l'expédition de Fray Marcos, était bien placé pour en connaître les résultats. Et s'il ne parle pas de temples couverts de pierres précieuses, il évoque tout de même l'existence de chameaux et de dromadaires dans la région de Cíbola. Aurait-il mal compris les explications de Fray Marcos à propos des bisons ? Il écrit ainsi à son neveu, le 23 août 1539 :

  • 169 Fr. Juan de Zumárraga, [Carta a su sobrino] (México, 23-VIII-1539), dans Tres Cartas Familiares de (...)

"Il y a des perdrix et des vaches, suivant ce que raconte ce Père [Fray Marcos] qui apprit aussi l'existence de chameaux et dromadaires et d'autres cités plus importantes que cette ville de México169."

***

175Si l'on considérait en Nouvelle-Espagne, avant la mission d'exploration de Fray Marcos de Niza, qu'il y avait de riches contrées en direction du nord, c'est toutefois le Franciscain qui précisa clairement dans sa Relaçión que les Sept Cités existaient. Il est vrai que Fray Marcos parlait aussi d’autres territoires encore plus riches — Maratta, Acus, Tontonteac —, mais il semble que les sept villes aient tout particulièrement avivé l’imagination des Européens.

176Le nombre 7 — il n'est point besoin d'insister — est un symbole universellement reconnu. On le retrouve sur toute la planète. C'est le nombre "de l'achèvement cyclique et de son renouvellement" et, comme le précisent J. Chevalier et A. Gheerbrant dans leur Dictionnaire des Symboles :

  • 170 J. Chevalier et A. Gheerbrant, Dictionnaire des Symboles..., op. cit., t. 4, p. 171 et 172. Voir é (...)

"Il symbolise la totalité de l'espace et la totalité du temps. Associant le nombre quatre, qui symbolise la terre (avec ses quatre points cardinaux) et le nombre trois, qui symbolise le ciel, sept représente la totalité de l'univers en mouvement170."

177Il n’est donc pas étonnant que ce nombre qui a une telle charge symbolique ait séduit les Européens tout comme les Indiens. Car peut-être faut-il voir dans l'apparition de ces Sept Cités de Cíbola une résurgence de mythes indigènes mal compris des Européens.

178D'après la tradition aztèque — que les Espagnols ne devaient pas ignorer — les premiers peuples qui s'établirent dans l'Anahuac venaient du Nord. Fray Bernardino de Sahagun le rappelle d'une manière précise dans le prologue de son Historia General :

  • 171 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., t. 1, fol. 2 v°

"Les vieillards disent, au sujet de l'origine de ces gens, qu'ils arrivèrent par mer, en provenance du Nord. Et il est certain qu'ils arrivèrent dans quelques embarcations. On ne sait exactement quel était l'aspect de celles-ci, mais on imagine, suivant une croyance largement répandue parmi tous ces indigènes qui veut qu'ils soient sortis de sept cavernes, que ces sept cavernes correspondent aux sept navires, ou galères, dans lesquels seraient arrivés ceux qui s'établirent dans ce pays. On est en droit de penser, avec quelque raison, que ce peuple qui vint s’installer ici, était parti de la Floride, qu'il navigua en suivant la côte et débarqua dans le port de Pánuco, qu'ils nomment Panco, ce qui signifie'lieu où arrivèrent ceux qui voyagèrent sur les eaux'171."

179Le mythe évoquait habituellement sept tribus, sorties de sept cavernes situées au nord du Mexique. Et Jacques Soustelle indique à ce sujet :

  • 172 J. Soustelle, La pensée cosmologique des anciens Mexicains, op. cit., ch. 5, p. 139.
    Voir également (...)

"Selon une tradition très connue, ces tribus, au nombre de sept, étaient sorties d'un lieu situé loin dans le Nord, Chicomoztoc, "les sept cavernes". Le Nord, pays où les morts vont s'engloutir à jamais sous la terre, est aussi le pays d'où sont venus les vivants, jaillissant de la terre-mère172."

***

  • 173 Cf. Handbook of American lndians, op. cit., part. 2, art. "Zuñi", p. 1015-1020. Sur les Indiens Zu (...)

180Mais l'origine du mythe des Sept Cités doit également être recherchée au sein même de la tribu des Indiens Zunis qui peuplaient la région de Cíbola. Ces indigènes qui appartenaient au groupe des Indiens Pueblos, se répartissaient en 7 phratries173 qui rassemblaient plusieurs clans. Chez les Zuñis, cette division sociale correspondait aux "coordonnées cosmiques de l'homme". J. Chevalier et A. Gheerbrant écrivent à ce sujet :

  • 174 J. Chevalier et A. Gheerbrant, Dict. des Symboles..., op. cit., t. 4, art. "sept", p. 176-177. Ces (...)

"La ville sainte de Zuni, Centre du Monde, est divisée en sept parties correspondant aux sept quartiers du monde. Elle est faite de la réunion de sept anciens villages représentant la même division du cosmos. La division sociale était calquée sur le même plan, les clans étant rattachés par groupes de trois à ces septièmes, à l'exception du clan des perroquets, premier clan de la tribu, qui occupait seul le milieu, l’ici174."

181Les sept villes signalées par Fray Marcos de Niza dans sa Relaçión existaient bien en 1539. Pedro de Castañeda de Najera, qui accompagna Francisco Vázquez de Coronado à Cíbola, l'année suivante, le confirme, malgré la déception qu’il ne manque pas d'exprimer :

  • 175 P. de Castañeda de Nagera, Relation..., op. cit., ch. 9, p. 42.

"Cíbola est construit sur un rocher : ce village est si peu considérable, qu'il y a des fermes dans la Nouvelle-Espagne qui ont meilleure apparence. Il peut contenir deux cents guerriers. Les maisons ont trois ou quatre étages ; elles sont petites, peu spacieuses et n'ont pas de cour ; une seule cour sert à tout un quartier. Les habitants de la province s'y étaient réunis. Elle est composée de sept villes ; quelques-unes sont beaucoup plus grandes et mieux fortifiées que Cíbola175."

  • 176 Voir, par exemple, les photographies publiées par le Handbook of American Indians, op. cit., part. (...)

182Fray Marcos expliquait dans son récit qu'il n'avait pu voir qu'une de ces villes — Cíbola — qui l'impressionna fortement par sa taille et la qualité de ses constructions. Cependant il lui était difficile de fournir beaucoup de précisions car il n'avait fait qu'apercevoir Cíbola, à la sauvette. En fait, d'après son texte, notre Franciscain cherchait à vérifier les informations qui lui étaient parvenues au cours de son voyage. Hormis les dimensions qu'il lui attribue, la Cíbola qu'il décrit est tout à fait vraisemblable. Les maisons bâties en terre rouge, regroupées, avec de nombreuses terrasses, correspondent parfaitement au type de constructions du pays des Zuñis176. L'expédition de F. Vázquez de Coronado, en apporta la preuve quelques mois plus tard. La Relaçión de Fray Marcos est donc indiscutable sur ce point. Elle l'est, par contre, beaucoup moins sur l'étendue de la ville et la richesse de ses édifices.

***

183L'apport des mythes indigènes et l'existence d'agglomérations estimables en pays zuni sont, sans conteste, l'une des bases du mythe des Sept Cités de Cíbola. Mais les Européens se seraient-ils lancés avec tant de fougue, de passion et d'avidité vers le nord de la Nouvelle-Galice s'ils n'avaient eu que cela pour encourager leurs efforts ?

184Les Sept Cités, constituant un royaume, avaient un fort pouvoir d’attraction. Cíbola, la première, la seule que Fray Marcos ait admirée, n'était, selon les dires du missionnaire, que la plus petite, la moins riche de toutes. Or la vague description qui figurait dans la Relaçión suffisait pour laisser imaginer les très importantes richesses que l'on pourrait y découvrir.

185Les Sept Cités, que l'on situait encore assez mal se trouvaient dans une région que certains pouvaient croire assez proche de l'Asie, car la perception de l'espace était alors très incertaine. On connaissait fort mal les côtes de la Californie et la durée des rares expéditions transocéaniques qui avaient lieu dans le Pacifique ne gênait en rien ceux qui étaient persuadés que la partie nord du continent américain était reliée à l'Asie. Or l'Asie continuait d'être perçue comme une contrée fabuleuse d'une richesse exceptionnelle. Le pays de Cíbola ne pouvait-il donc apparaître comme une marche de l'Asie, l'antichambre qui permettait d'accéder à ces lointains trésors ? Les chameaux, les dromadaires et les éléphants que l'on retrouve, mentionnés par les personnes que Fray Marcos avait mises dans la confidence, ne le prouvent-ils pas ?

***

  • 177 Nous l'avons repérée jusqu'en 1600. Cf., ch. 3, par. 4.

186Le mythe des Sept Cités de Cíbola s'appuie cependant sur une autre base, plus européenne celle-là. Il est incontestable que l'on a cru voir dans les sept agglomérations du pays des Zunis, les fameuses sept cités peuplées en d'autres temps par des habitants de la péninsule Ibérique qui avaient fui l’occupation des Maures, sous la houlette de leurs chefs spirituels. L'île des Sept-Cités était restée introuvable. Les cartographes continuaient cependant de la faire figurer sur les cartes qu'ils dressaient177. Mais n'est-il pas curieux que cette île, en général placée au milieu de l'Atlantique, se soit rapprochée très nettement des côtes américaines après 1541 ? Les nouvelles en provenance de Cíbola n'auraient-elles pas eu quelque influence dans cette évolution ? S'il ne s'agissait que d'une coïncidence, celle-ci donnerait tout de même à réfléchir.

187Le souvenir de l'île légendaire des Sept-Cités était loin d'avoir disparu. La nouvelle de l’existence des sept agglomérations riches et isolées, à l'intérieur du continent, a certainement provoqué la résurgence d'un mythe difficilement localisable. Et, comme le souligne Manuel Ferrandis Torres :

  • 178 M. Ferrandis Torres, El mita del oro..., op. cit., ch. 12, p. 127. Cf., également, E. de Gandía, H (...)

"(...) la localisation était distincte, les données étaient différentes, mais si la légende portugaise avait été tenue pour vraisemblable, celle des cités américaines pouvait s'avérer encore plus acceptable, surtout si l'on considère que l'on vivait à une époque où rien ne paraissait invraisemblable178."

188L'existence des sept villes des Zuñis et les traditions indigènes ont contribué à favoriser l’amalgame. Il est cependant nécessaire de s'interroger sur le rôle qu'a pu jouer l'un des protagonistes de l'affaire : Estebanico de Azamor.

189La légende de l'île des Sept-Cités, comme nous l'avons signalé, est d'origine ibérique, et très vraisemblablement portugaise, or Estebanico a certainement vécu parmi les Portugais. Dans une note intitulée "Estebanico de Azamor et la légende des Sept Cités", Robert Ricard, qui rappelle qu'"Estebanico était un nègre marocain, originaire d'Azemmour", souligne que cette ville fut occupée par les Portugais de 1513 à 1542. Il en déduit :

  • 179 R. Ricard, "Estebanico de Azamoret la légende des Sept Cités", art. cit., p. 414.

"Estebanico avait donc pu vivre en milieu portugais, et il n'est pas impossible que d'Azemmour il ait été envoyé à Lisbonne, qui était alors, comme on sait, un grand marché d'esclaves (...)179 "

190Il ajoute qu’Andrés Dorantes, le maître d’Estebanico, était né à Béjar (province de Salamanque) et avait habité Gibraleón (province de Huelva), donc à proximité du monde portugais où la légende "était encore certainement populaire". La conclusion de Robert Ricard, qui paraît convaincante, pourrait expliquer la réapparition de la légende sur le continent américain :

  • 180 Ibid. p. 414.

"Il est donc vraisemblable qu'Estebanico l'a connue de façon plus ou moins confuse, et il n'est pas étonnant que son imagination, à la fois simple et ardente, lui ait fait découvrir dans le Nord du Mexique les Sept Cités dont il avait entendu parler par les Portugais180."

191Robert Ricard n'est pas le seul à avoir souligné le rôle de l'imagination d'Estebanico. Manuel Ferrandis Torres lui attribue également un grand pouvoir :

  • 181 M. Ferrandis Torres, El milo del oro..., op. cit., ch. 12, p. 128.

"L'imagination de celui-ci, plus prompte à s'enflammer que celle des Blancs, mieux prédisposée à l'égard du surnaturel, ou plus torturée par les privations de l'odyssée, fut à l'origine de la fantaisie qui se répandit immédiatement dans México, excita les passions et en vint même à persuader le vice-roi Don Antonio de Mendoza qu’il était nécessaire de savoir ce qui était vrai dans tout cela181."

192Complétant la note qu'il avait écrite en 1929, Robert Ricard revient sur la question qu'il avait soulevée, dans une autre note publiée quelques années plus tard (1936) et intitulée : "La diffusion de la légende des Sept Cités en Amérique". Il y explique que :

  • 182 Robert Ricard, "La diffusion de la légende des Sept Cités en Amérique", dans Journal de la Société (...)

"(...) le cas d'Estebanico n'est pas isolé et que la tradition des Sept Cités a pu se transmettre, directement ou indirectement, d'une autre manière182."

193Dans cette même note, il souligne que l'influence portugaise aurait été importante au nord du Mexique pendant tout le XVIe siècle. Il rappelle, de plus, les contacts problables d'Andrés Dorantes avec le monde portugais et signale que Cabeza de Vaca, originaire de Jerez de la Frontera passa ses premières années dans une atmosphère "pénétrée d'influence portugaise". Et il conclut à propos de ce dernier :

  • 183 Ibid., p. 405.

"Il lui a donc été facile de connaître, comme Estebanico, la légende portugaise des Sept Cités, et lui aussi a pu la répandre en Amérique183."

194Si l'on adopte les hypothèses de Robert Ricard, d'ailleurs tout à fait plausibles, on peut penser que l'ancienne légende des Sept Cités était connue du petit groupe des quatre rescapés de la malheureuse expédition de Pánfilo de Narváez en Floride. Auraient-ils alors, à la fin de l'odyssée qui les mena jusqu'aux côtes du Pacifique, fait l'amalgame entre les nouvelles qui leur parvenaient au sujet de riches civilisations situées au Nord, les éléments provenant du mythe indigène des sept cavernes et la légende merveilleuse d'origine européenne ? Et dans ce cas le responsable de l'assemblage ne serait-il pas Estebanico de Azamor ?

195Pendant le voyage qu'il fit avec Fray Marcos de Niza, Estebanico — dont on n'a pas manqué d'évoquer la puissante imagination — précédait Fray Marcos sur le chemin de Cíbola. N'aurait-il pas laissé libre cours à sa fantaisie dès qu’il apprit l'existence de sept agglomérations ? Les "messages" qu'il fit parvenir au Franciscain auraient alors travesti la réalité d'une manière bien explicable.

196Que l’on ait songé à la possibilité de retrouver les fameuses Sept Cités de la légende dès le retour de Cabeza de Vaca et ses compagnons ou que l'idée ne soit apparue que lors de la mission d'exploration confiée à Fray Marcos, le résultat est le même. Les sept villes dont on parlait depuis si longtemps étaient maintenant rattachées à une vieille légende ibérique. Le mythe s'installait peu à peu dans les esprits. Il faut reconnaître que les circonstances étaient particulièrement favorables et que l'apport indigène fut tout à fait déterminant. On allait dès lors rechercher sept cités mystérieuses où l'on imaginait pouvoir découvrir de fabuleuses richesses. Et l'on se mit à préparer fébrilement une nouvelle expédition.

7 - La compétition entre Hernán Cortés et le vice-roi Antonio de Mendoza

  • 184 Voir supra, par. 5.

197Nous avons pu constater l'importance du rôle joué par le vice-roi Don Antonio de Mendoza dans la préparation de l'expédition de Fray Marcos de Niza vers les contrées situées au nord de la Nouvelle-Galice. Il attachait beaucoup d'intérêt à la réussite de cette mission. D'ailleurs n'avait-il pas envisagé de rejoindre Fray Marcos dans la province de Topira où le Franciscain fit, sur son ordre, une rapide incursion vraisemblablement destinée à trouver dans les montagnes la route directe qui menait à Cíbola184 ?

198Le vice-roi avait de grandes ambitions et songeait à de nouvelles découvertes. Peu de temps après son entrée en fonctions, il demanda l'autorisation de s'occuper personnellement de quelque exploration. La licencia tardant à venir, il rappela sa requête dans une lettre adressée à l'Empereur le 10 décembre 1537 :

  • 185 Carta de D. Antonio de Mendoza (México, 10-XII-I537), op. cit., CODOIN, t. 2, p. 211.

"J'ai déjà écrit pour supplier Votre Majesté de bien vouloir me donner licence afin que je puisse m'occuper de quelque découverte, et de m'accorder le même privilège qu'on octroie à d'autres qui s'engagent dans de semblables entreprises, or, à ce jour, rien ne m'a été concédé185."

  • 186 [Capitulacián que se tomó] Con el Capildn Hernando de Soto (20-IV-1537), AGI, Indiferente General, (...)
  • 187 Capitulación que se tomó con / Pedro de Aluarado sobre el / descubrimiento de las yslas/del Mar de (...)

199Il est vrai qu'Antonio de Mendoza était parfaitement informé de toutes les capitulaciones octroyées par la Couronne. Il savait ce qui se passait au Pérou, mais, plus près de lui, le capitaine Hernando de Soto n'avait-il pas été autorisé, le 20 avril 1537, "à conquérir et coloniser la province du Río de las Palmas jusqu'à la Floride186 " ? Pedro de Alvarado, n'avait-il pas, dès le 5 août 1532, obtenu une capitulación pour partir à la découverte "des îles de la mer du Sud187 " ? Ce dernier manifestait une grande ambition — son expédition au Pérou en fournit une preuve irréfutable — et voulait apparaître comme l'émule de son ancien chef Hernán Cortés.

200Le principal rival du vice-roi était le Marqués del Valle qui avait de bonnes raisons de se sentir frustré. Cortés pouvait-il se contenter de son titre et de sa fonction de Capitán general de la Nouvelle-Espagne ? Ne se sentait-il pas capable d'assumer la responsabilité du gouvernement du vaste territoire qu'il avait donné à la Couronne ? Or, suivant la judicieuse remarque de l'Histoire Universelle (1788) :

  • 188 Histoire Universelle..., op. cit., t. 114 (1788), liv. 33, p. 454.

"Comme César & Pompée, Mendoza ne voulait point avoir de supérieur, ni Cortez d'égal188."

201Hernán Cortés, nous le savons, déployait d'immenses efforts et s'activait sur les côtes du Pacifique, et ses expéditions vers le golfe de Californie (que Nuño de Guzmán avait tenté de saboter) étaient dirigées vers ces territoires situés au nord de la Nouvelle-Galice que les rumeurs rendaient si fascinants. Cortés avait donc le même but que le vice-roi. Dès lors, les frictions étaient inévitables entre ces deux personnages ambitieux. Les nouvelles rapportées de Cíbola par Fray Marcos de Niza servirent de détonateur.

202Il semble toutefois — d'après les dires de certains chroniqueurs — qu'il y ait eu une tentative d’accord entre Cortés et le vice-roi. Girolamo Benzoni écrit ainsi dans La Historia del Mundo Nuevo :

  • 189 G. Benzoni, La Historia del Mundo Nuevo, op. cit., liv. 2, p. 172.

"Don Antonio de Mendoza, vice-roi de la Nouvelle-Espagne, et Hernán Cortés, Capitán General de ce royaume, stimulés par cette relation, cherchèrent à parvenir à un accord pour s'engager dans cette entreprise ou envoyer des soldats. Mais ils y renoncèrent car ils n'avaient pas confiance l'un dans l'autre189."

203Et Fray Antonio de Remesal explique également :

  • 190 Fray Antonio de Remesal, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 1, p. 257.

"Le Marqués del Valle Don Fernando Cortés et Don Antonio de Mendoza, le vice-roi de la Nouvelle-Espagne, désiraient, chacun pour soi, organiser une expédition pour conquérir Sibola. Don Antonio, en qualité de vice-roi, et le Marquis comme Capitán General et explorateur de la mer du Sud. Ils essayèrent de s'associer pour cette expédition, toutefois comme ils ne se faisaient pas mutuellement confiance, ils finirent par se fâcher190."

204Parmi les témoins ou les chroniqueurs proches des deux rivaux, il n'est cependant aucunement question de rapprochement entre eux. Fray Juan de Zumárraga, qui a suivi de très près les événements, écrit ainsi à son neveu le 23 août 1539 (Fray Marcos venait à peine de rentrer) :

  • 191 Fray J. de Zumárraga, [Caria a su sobrino] (México. 23-VIII-1539), op. cit., p. 283.

"La paix règne toujours dans le pays, comme lors de ton départ. Fray Marcos [de Niza] en a découvert un autre bien plus important à quatre cents lieues de la contrée où se trouve Nuño de Guzmán, près de l'île où passa le Marquis, et beaucoup de gens s'activent pour y aller. Le Marquis prétend que cette conquête lui revient de droit et le vice-roi s'en charge au nom de l'Empereur et souhaite envoyer d'abord des moines sans armes afin que la conquête ait un caractère chrétien et apostolique, en évitant le carnage191."

205Au-delà de la polémique, à laquelle participaient les Franciscains de la Nouvelle-Espagne, sur le caractère que devaient avoir les expéditions de découverte, ce texte montre bien que la rivalité entre Cortés et le vice-roi ne connut point de trêve et que tous deux souhaitaient s'engager — chacun de son côté — dans une expédition vers Cíbola.

206Francisco Lopez de Gómara, qui recueillit les confidences d'Hernán Cortés, souligne le mauvais tour que prirent les événements :

  • 192 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 454.

"Il y eut une épouvantable querelle entre Cortés et Don Antonio de Mendoza au sujet de l’expédition de Sibola car chacun prétendait qu'il lui appartenait de s'en charger par privilège de l'Empereur : Don Antonio en tant que vice-roi et Cortés comme Capitán General. Il y eut une telle altercation entre eux, qu'ils ne parvinrent jamais à se réconcilier totalement alors qu'ils avaient été très amis. Ainsi dirent-ils et écrivirent-ils mille méchancetés l’un sur l’autre ce qui leur fut préjudiciable et les discrédita192."

  • 193 G. Fernández de Oviedo, Hist Gen., op. cit., vol. 4, liv. 40, ch. 1, p. 351 :
    "Esto que está dicho (...)

207Gonzalo Fernandez de Oviedo, qui utilise les renseignements qu’il tenait du vice-roi et de l'Administration de la Nouvelle-Espagne193 signale que ce différend provoqua le départ de Cortés pour la métropole :

  • 194 Ibid., vol. 4, liv. 40, ch. 1, p. 351.

"Sur cette conquête il est en désaccord avec le vice-roi. Celui-ci dit qu'elle lui revient car c'est lui qui a découvert le pays, et le Marquis allègue et explique qu'il l'a découvert, lui, depuis longtemps et dépensé, pour ce faire, de très nombreux pesos d'or, tout cela accompagné, de part et d'autre, de force sommations et répliques. Enfin, le Marquis a la ferme intention de s'embarquer pour l'Espagne sur les premiers navires qui partiront194."

  • 195 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 286 : "(...) mas no se concertaron, antes riñeron (...)

208Cette version des faits est confirmée par Francisco Lopez de Gómara195. Mais Cortés lui-même s'explique à ce sujet dans un Memorial dirigido a Carlos V, daté du 25 juin 1540, alors qu'il a déjà traversé l'Atlantique :

  • 196 Hernán Cortés, Memorial dirigido a Carlos V, de 25 de junio de 1540, dans Colección de documentas (...)

"Très Puissant Seigneur :
Moi, Marqués del Valle, j'affirme être arrivé dans ce royaume, en provenance de la Nouvelle-Espagne, essentiellement pour informer Votre Majesté et les membres de votre Conseil Royal des Indes de l'abus de pouvoir et de l'offense notoire que j'ai dû subir, et que je subis, de la part de Don Antonio de Mendoza, viceroi de la Nouvelle-Espagne, qui m'a empêché de réaliser et a mis des obstacles à la conquête de certaine terre qui se trouve à l'intérieur des limites de ce qui, sur l’ordre de Votre Majesté, a été stipulé dans la convention qui m'en accorde le privilège depuis l'an 1529. Cette terre a été découverte il y a fort longtemps par moi et mes capitaines que j'ai envoyés là-bas avec des flottes construites à mes frais, et j'en ai pris possession en application de la convention ["capitulation"] signée avec Votre Majesté.
Et ledit vice-roi, sous couleur de justifier son abus de pouvoir et la contrainte qu'il a exercée et qu'il exerce toujours sur moi, prétend qu'un certain Fray Marcos de Niza, envoyé dans ce but par ledit vice-roi a redécouvert ladite terre, ce qui a été l'objet — et l'est encore — de rapports malintentionnés adressés à Votre Majesté.
Nonobstant, la vérité est qu'appliquant et me conformant aux dispositions de ladite convention, en respectant les limites de temps qui me furent fixées par Votre Majesté, et en commençant d'ailleurs bien avant, je me suis employé à mettre sur pied cette opération de découverte et de conquête de cette terre, préparant pour cela quatre flottes, à mes frais, pour lesquelles j'ai dépensé plus de trois cent mille ducats. J'accompagnai l’une d’elles, endurant mille souffrances et me trouvant en grand danger. Et toujours mes capitaines suivirent une route directe, conformément à ce qui était convenu avec Votre Majesté, vers le lieu où ladite terre et lesdites îles semblent se trouver196."

209Environ un mois auparavant (10 avril 1540) le vice-roi avait obtenu de la Couronne l'autorisation de poursuivre les recherches vers le nord. Le texte de la cédula est fort instructif ; il permet de constater que la conquête de Cíbola avait excité bien des esprits. L’Empereur, s'adressant au vice-roi Antonio de Mendoza, écrivait ceci :

  • 197 La Relaçión était donc parvenue à la cour dans un délai de 8 mois, puisqu'elle avait été officiell (...)
  • 198 On voit qu'Antonio de Mendoza avait pris les devants et préparé en peu de temps l'expédition qu'il (...)
  • 199 Cédula de Carlos V a Antonio de Mendoza, 10 de abril 1540. Citée par M. León-Portilla, Hernán Cort (...)

"Nous avons vu la relation, que vous avez envoyée, de l'expédition de Fray Marcos de Niza, signée par lui et munie du sceau de l'ordre de Saint-François197. Nous en sommes très satisfait et approuvons votre décision d'expédier trois cents hommes pour conquérir le pays en Notre nom198. Et bien qu'ici le Marqués del Valle, 1’Adelantado Don Pedro de Alvarado, gouverneur du Guatemala et l'Adelantado Don Hernando de Soto, gouverneur de Flogouvernement de la province de Galicia ["Nouvelle-Galice"] (...), nous avons ordonné qu’ils soient tous entendus par une cour ordinaire et l’affaire est dans l'attente de la délibération de Notre Conseil des Indes, et puisque, au vu des contrats signés, (...) il n'apparaît pas que ce pays fait partie d'aucun desdits gouvernements, vous poursuivrez, en Notre nom, ladite conquête, et le ferez sans quitter vous-même le territoire de la Nouvelle-Espagne à cause des inconvénients que votre départ pourrait causer (...) et vous Nous ferez un rapport particulier à ce sujet199."

210Hernán Cortés revint cependant à la charge en 1542. Dans une Petitión, adressée à Charles Quint, il écrivait :

  • 200 Petición de don Hernando Cortés, marqués del Valle, sobre que la visita que se había mandado hacer (...)

"Parce que Votre Altesse sait déjà très certainement que Don Antonio de Mendoza, votre vice-roi dans ledit pays, dépassant les limites de sa charge de vice-roi et gouverneur dont Votre Altesse l'a pourvu, s'est occupé, et s'occupe toujours, de découvertes et de conquêtes de nouvelles terres, délaissant dans le passé comme aujourd’hui, les affaires qui touchent au bon gouvernement du pays, qui doivent constituer sa principale préoccupation puisque Votre Altesse l'a nommé pour cela. Cependant, pour continuer à découvrir et conquérir, il a pratiqué l'extorsion, exercé des pressions et offensé tant lesdits naturels que les colons espagnols (...)200 "

  • 201 Cf, à ce sujet, Proceso del Marqués del Valle y Nuño de Guzman y los Adelantados Soto y Alvarado, (...)

211En plus de cette polémique qui l'opposait à Antonio de Mendoza, Hernán Cortés s'engagea, avec Nuño de Guzmán, Hernando de Soto et Pedro de Alvarado, dans un long procès au sujet des nouveaux territoires de la région de Cíbola201.

212Un écho des démêlés qu'eurent Hernán Cortés et le vice-roi apparaît dans les questions de l'Interrogatorio preparado por Antonio de Mendoza para la visita que se le hizo ['Questionnaire préparé par Antonio de Mendoza pour l'inspection à laquelle il fut soumis’] (8 janvier 1547). — On peut y lire (cargo XXXV) :

  • 202 Interrogatorio preparado por Antonio de Mendoza para la visita que se le hizo (8-1-1547), dans Los (...)

"Item, s'ils savent, etc., que les armées que ledit vice-roi a organisées, tant sur mer que sur terre, pour la découverte de la nouvelle terre de Cíbola, de la côte de la mer du Sud et des îles du Ponant, l'ont été avec licence et autorisation de Sa Majesté comme il appert et ressort des conventions accordées par Sa Majesté et des lettres écrites sur ce sujet audit vice-roi. Qu'ils disent ce qu'ils savent202."

213Don Antonio de Mendoza semblait sûr de son bon droit. Il était également demandé (cargo XLIII) :

  • 203 Ibid., vol. 1, doc. no 7, cargo XL1V, par. 254, p. 103. Et l'on évoque un peu plus loin (par. 255) (...)

"Item, s’ils savent, etc., que le Marqués del Valle Don Hernando Cortés a montré de l'animosité, de l'inimitié et de la malveillance envers tous ceux qui, au nom de Sa Majesté ont gouverné dans cette Nouvelle-Espagne, et en particulier envers ledit vice-roi en raison du fait qu'ayant découvert la terre nouvelle de Cí bola, il ne consentit point que ledit marquis la colonisât et la fît sienne (...)203 "

214L'attitude de la Couronne changea pourtant en 1542. Dans le texte des Leyes Nuevas signé à Barcelone le 26 novembre 1542 (et publié au début de l'année suivante), une disposition, vraisemblablement inspirée par ce qui venait de se produire en Nouvelle-Espagne, stipulait :

  • 204 Le texte est repris par Fray Antonio de Remesal, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 12, p.  (...)

"Item, qu'aucun vice-roi et qu'aucun gouverneur ne s'occupe de nouvelles découvertes sur mer ni sur terre, à cause des inconvénients qui sont apparus lorsqu'une même personne était à la fois gouverneur et découvreur204."

215Les difficultés qui avaient surgi avec les entreprises dirigées par Antonio de Mendoza, paraissaient donc suffisamment graves pour que l'on prît une telle mesure. Cette interdiction réapparut d'ailleurs régulièrement, sous une forme stéréotypée, dans les instructions données ultérieurement aux vice-rois qui partaient en Amérique :

  • 205 Cf., par exemple :
    Instrucción a Luis de Velasco (I6-IV-I550) ;
    Instrucción al Conde de La Coruñ (...)

"Et parce que l'expérience a montré les préjudices et inconvénients qui sont apparus, et apparaissent, lorsque ceux qui gouvernent aux Indes s'occupent de profits, de découvertes et autres gains, je vous ordonne de ne point vous occuper d'organiser des flottes ni des expéditions de découverte (...)205 "

***

216Antonio de Mendoza, en lutte contre Hernán Cortés réussit à se trouver un puissant allié : l’Adelantado Pedro de Alvarado. Ce dernier, qui avait vaillamment secondé Hernán Cortés au début de la conquête du Mexique, fut envoyé au Guatemala où, finalement, il s'établit. Mais son activité, débordante, ne pouvait se satisfaire de ce lointain gouvernement. Le rapport écrit sur ses "mérites et services" est très éloquent et résume bien la carrière agitée de ce conquistador particulièrement entreprenant :

  • 206 Otra [información] de los [méritos y serbicios] del Adelantado Da Pedro Alvarado, uno de los1os de (...)

"(...) l'un des premiers découvreurs et conquistadores de la Nouvelle-Espagne, du Guatemala, d'Higueras, Honduras et Jalisco. Ce fut l'un de ceux qui aidèrent le mieux Sa Majesté à accroître le patrimoine de la Couronne royale. Il participa à de nombreuses expéditions et de nombreux combats pénibles et obscurs, supportant de grosses dépenses pour ce faire, et tout spécialement lorsqu'il organisa la flotte du Pérou, celle des Épices et celle de la conquête du Ponant qui était constituée de 11 navires. Enfin il périt en luttant dans une armée au service de Sa Majesté, au cours de la pacification de la Nouvelle-Galice qui était alors en danger d'être perdue, après avoir fondé auparavant la ville de Guatemala en 1524 (...)206 "

217Pedro de Alvarado, qui caressait de grands espoirs et disposait d'une flotte dans le Pacifique, avait déjà montré ses intentions en s'embarquant pour le Pérou. Mais il n'était pas aisé de s'emparer d'un territoire que Francisco Pizarro tenait à se réserver. Il se tourna donc vers le nord, mais, là, se trouvait en concurrence, directement, avec Hernán Cortés. Le départ de ce dernier pour la métropole lui permit alors de s'affirmer et de montrer sa puissance, avec le soutien d'Antonio de Mendoza qui obtenait ainsi un appui non négligeable. La rivalité entre les trois personnages pouvait provoquer de sérieux incidents. Et l’évêque du Guatemala, Francisco Marroquín, écrivit à l'Empereur le 20 novembre 1539, juste avant le départ de Cortés, une lettre dans laquelle il évoquait les préparatifs d'Alvarado et les difficultés que l'on devait craindre :

  • 207 Sur la Relaçión de Fray Marcos de Niza, présentée au vice-roi le 2 septembre 1539, le Franciscain (...)
  • 208 Le passage placé entre tirets a été ajouté en marge dans le manuscrit.
  • 209 [Francisco Marroquin], [Carta] Al Emperador. Episcopus Cuahvtemalensis. Santiago [de los Caballero (...)

"Quant à la Terre Nouvelle découverte par Fray Marcos de Nisa, provincial de l'ordre de Saint-François207, je crains que son importance ne favorise le dépeuplement de ces provinces. Le Guatemala a beaucoup souffert de la flotte organisée naguère par le Gouverneur. Je déplore aujourd'hui le dommage que va causer celle que l'on prépare, qui provoque une extrême agitation parmi les Espagnols et les Indiens, et incite le Gouverneur à ne point se préoccuper du bien du pays et à ne s'intéresser qu'aux bénéfices qu'il peut en tirer. Votre Majesté a autant intérêt à gagner plus qu'à conserver ce qui a été acquis. Pour en revenir à la Terre Nouvelle, le vice-roi veut contrôler l'entreprise, mais le Marqués del Valle allègue qu'il a des droits sur elle et pour cela part baiser les pieds de Votre Majesté. Nous pensons que ce Gouverneur, prétendant que cette terre dépend du domaine concédé par la convention qu'il a obtenue, va se diriger vers elle et que cela pourrait donner lieu à quelque scandale. Tous trois sont puissants — le vice-roi de par sa charge, Cortés de par sa richesse et Alvarado de par sa flotte puissante, avec tant de soldats si bien équipés.208 — et leur union serait fort profitable. Que Votre Majesté considère de quelle manière elle pourrait les réunir (...)209 "

218C'était donc la conjonction des ambitions de Pedro de Alvarado et du vice-roi qui inquiétait Cortés au plus haut point. Alvarado, rentré d'Espagne le 4 avril 1539 avec trois navires et deux cent cinquante soldats bien équipés, devenait menaçant. Et Francisco López de Gómara, qui rapporte les renseignements qu'il tient de Cortés, laisse imaginer l'amertume du conquérant de la Nouvelle-Espagne :

  • 210 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 286.

"(...) et Cortés vint en Espagne et le vice-roi envoya quérir Pedro de Albarado, qui disposait des navires précédemment mentionnés, pour se concerter avec lui. Albarado se rendit avec sa flotte au port — me semble-t-il — de Navidad et de là gagna México par voie terrestre. Il se concerta avec le vice-roi pour aller à Sibola sans tenir aucun compte du préjudice qu'il causait à Cortés et de l'ingratitude dont il faisait preuve envers celui à qui il devait sa position210."

  • 211 Asiento y capitulación que celebró Da Antonio de Mendoza, Virey de Nueva España, y el Adelantado D(...)
  • 212 Ibid., fol. 1 v°

219Le 29 novembre 1540, Pedro de Alvarado et le vice-roi signaient un accord dans le village de Tiripitío211. Du texte de ce contrat il ressort à l'évidence que si leurs intérêts étaient convergents, les deux hommes voulaient également éviter tout conflit :
"(...) c'est pourquoi lesdits seigneurs, vice-roi et Adelantado, déclarèrent que, puisque cela était convenable pour le service de Dieu et de Sa Majesté et, pour éviter certains inconvénients qui pourraient s'ensuivre s'ils ne pouvaient s'accorder et agir de conserve en s'associant, ils créaient ladite association, se liant par contrat et s'accordant de la manière suivante avec les dispositions et les conditions qui seront consignées ci-après. (...)212 "
L'accord aurait été laborieux si l'on en croit le texte d'une lettre adressée, le 6 octobre 1541, par Antonio de Mendoza au chroniqueur Gonzalo Fernandez de Oviedo :

  • 213 Antonio de Mendoza, [Caria] Al muy noble senor Gonzala Hernandez de Oviedo, alcaide de la fortalez (...)

"Il plut à Sa Majesté que j'intervinsse dans un contrat qui fut signé avec l'Adelantado Don Pedro de Alvarado concernant les découvertes dans cette mer du Sud. Malgré certains différends qu’il y eut entre nous au sujet de cet accord, considérant que Sa Majesté m'avait baillé ce privilège, à mon insu et sans que je lui en eusse fait la demande, et me rappelant ce qui s'était produit au Pérou, j'établis une convention avec lui et nous décidâmes d'envoyer deux flottes : l'une pour explorer la côte de cette Nouvelle-Espagne et l'autre qui se dirigerait vers le Ponant en quête des Lequios et du Catayo213."

220Le but de l'expédition maritime envisagée par Alvarado le long des côtes de la Nouvelle-Espagne n'était autre, bien entendu, que d'atteindre la région des Sept Cités par une voie que l'on estimait plus commode. Gonzalo Fernandez de Oviedo explique d’ailleurs :

  • 214 Il s'agit d'Acajutla, au Guatemala.
  • 215 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 40, ch. 2, p. 351.

"(...) [Pedro de Alvarado] partit d’ici pour Acaxucla214, un port de la mer du Sud, où devait commencer son voyage en quête des Sept Cités, au mois d’août dernier de l'an passé, mille cinq cent quarante, avec treize navires au total, grands et petits (...)215 "

221Il était donc urgent que le vice-roi parvînt à signer un accord avec un rival si déterminé et si bien équipé. D'autant plus que le tout récent départ d'Hernán Cortés pour la métropole rendait tactiquement indispensable cet accord de raison.

  • 216 Cf. Antonio de Mendoza, Caria de Don Antonio de Mendoza, virey de la Nueva España, al Comendador m (...)
  • 217 Cf. M. León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sur, op. cit. ch. 5, p. 161-162.
    Voir, également, (...)

222Pedro de Alvarado ne put réaliser son rêve. Au début de l'année 1541, il se trouvait en Nouvelle-Galice. Les Indiens de la zone située au nord de Jalisco s'étant révoltés, Cristóbal de Oñate (le gouverneur de la Nouvelle-Galice) était en difficulté, et le vice-roi fit appel à Pedro de Alvarado pour qu'il intervînt et secourût le gouverneur. Alvarado trouva la mort au cours de cette périlleuse mission, le 4 juillet 1541216. Le vice-roi, s'appropriant alors la flotte de son ancien associé, prépara une expédition dont il confia le commandement a Juan Rodríguez Cabrillo. Ce dernier longea les côtes de Californie et parvint jusqu'aux environs du 42e parallèle217.

8 - L'expédition de Francisco Vázquez de Coronado

223Cependant, Antonio de Mendoza n'avait pas attendu l’appui de Pedro de Alvarado pour se lancer dans l'aventure et envoyer des expéditions vers les Sept Cités de Cíbola.

  • 218 Juan de Zaldívar — Basque d'origine — était le neveu de Cristóbal de Oñate. Cf. Ma. Lourdes Díaz T (...)

224Dès le retour de Fray Marcos de sa mission d'exploration à Cíbola, on songea à expédier une nouvelle mission pour obtenir confirmation des nouvelles rapportées par le religieux. Melchior Díaz, assisté de Juan de Zaldívar218, partit ainsi dès le 17 novembre 1539 en direction de Culiacán. Pedro de Castañeda de Nájera attribue à Francisco Vázquez de Coronado — qui gouvernait alors la Nouvelle-Galice — l'initiative de cette expédition, mais les renseignements qu'il fournit ne lui sont parvenus que par ouï-dire :

  • 219 P. de Castañeda de Nagera, Relation..., op. cit., 1ère part., ch. 7, p. 29.

"II paraît qu'en quittant Culiacan avec frère Marcos pour aller rendre compte de sa découverte au vice-roi de la Nouvelle-Espagne, Francisco Vázquez avait ordonné aux capitaines Melchior Díaz et Juan de Saldibar, de partir avec une douzaine d'hommes déterminés, et d'aller à la recherche des pays que frère Marcos avait visité [sic]219."

225En fait, la décision avait été prise par le vice-roi. La date de départ de l'expédition tendrait à le prouver. Fray Marcos ayant fait son rapport le 2 septembre 1539, et Melchior Díaz étant parti le 17 novembre, le délai était suffisant pour préparer cette mission avec quelques volontaires. D'ailleurs Antonio de Mendoza s'attribue la responsabilité de la décision dans une lettre écrite à Jacona au printemps de l'année suivante (17 avril 1540) :

  • 220 Carta á S. M. del Virey de Nueva España D. Antonio de Mendoza en que refiriéndose á una de los que (...)

"J'ai écrit il y a quelques jours à Votre Majesté pour vous expliquer que j'avais ordonné à Melchor Díaz, qui se trouvait dans la ville de San Miguel de Culuacán, de partir avec quelques cavaliers pour se rendre compte si la relation du Père Fray Marcos correspondait à ses propres observations. Celui-ci quitta Culuacán, avec quinze cavaliers, le dix-sept /[fol. 1 v°]/ du mois de novembre de l'an passé, et le vingt du mois de mars de cette année, je reçus une lettre de lui que m'apporta Juan de Çaldyvar qui était accompagné par trois cavaliers (...)220. "

226L'expédition de Melchior Díaz aboutit à un échec. La date de départ choisie — preuve d'une certaine précipitation — ne pouvait convenir. L'hiver approchait et la neige gêna la progression du petit groupe d'explorateurs qui ne put aller très loin sur le chemin indiqué par Fray Marcos de Niza. De plus, les soldats souffrirent de la faim :

  • 221 Ibid., fol. 1 v°

"Ils expliquent que, l'année ayant été mauvaise, il souffrit de la faim en de nombreux endroits et qu'après avoir parcouru cent lieues [557 km] au-delà de Culuacán, il commença à entrer dans un pays froid où il y avait de fortes gelées et que plus il avançait plus il faisait froid, à tel point que certains des Indiens qui l'accompagnaient périrent gelés et que deux Espagnols furent en grand danger221."

  • 222 Le vice-roi donne des extraits du rapport de Melchor Díaz dans sa lettre.
  • 223 Ces renseignements, longuement rapportés dans le document, donnent une idée assez précise de la vi (...)

227Cependant, Melchior Díaz et ses hommes, qui avaient parcouru près de 560 km en direction du nord, avaient obtenu des renseignements sur Cíbola. De nombreux Indiens — disait-il222 — qui avaient vécu de 15 à 20 ans dans le pays de Cíbola, lui avaient fait une description assez précise de la région et des mœurs de ses habitants223. Il avait également eu confirmation des circonstances de la mort d'Estebanico que Fray Marcos de Niza avait rappelées dans sa Relaçión. Quant aux richesses de Cíbola, Melchior Díaz n’était pas aussi disert que le Franciscain qui l'avait précédé...

228Le rapport que fit Melchior Díaz était inquiétant ; il troubla les préparatifs de Vázquez de Coronado. Mais, heureusement, Fray Marcos se trouvait là pour encourager les troupes. C'est du moins ce qu’indique Pedro de Castañeda de Nájera :

  • 224 P. de Castañeda de Nagera, Relation..., op. cit., 1ère part., ch. 7, p. 30.

"Quoiqu'ils n’eussent parlé qu'en secret au général [Vázquez de Coronado], les mauvaises nouvelles qu'ils apportaient se répandirent bientôt, et il y eut plusieurs personnes qui, toutes dorées qu'elles fussent, ne laissèrent pas de montrer ce qu'il y avait au fond. Frère Marcos de Niça, voyant que quelques-uns commençaient à perdre courage, tâcha de les ranimer en les assurant que tout le pays que ces deux capitaines avaient vu était bon, et qu'il conduirait l'armée dans une province d'où ils ne reviendraient pas les mains vides. Ces promesses les tranquillisèrent un peu, ou du moins ils firent bonne contenance224."

***

  • 225 Ibid., 1ère part., ch. 4, p. 16 :
    "Il [Fray Marcos] augmenta encore l'importance de la découverte e (...)
  • 226 Voir supra, par. 4.

229Melchior Díaz avait ouvert la voie et les préparatifs de l'expédition de Francisco Vázquez de Coronado étaient trop avancés pour que l'on songeât à ajourner l'aventure. Comment risquer de décevoir les colons de la Nouvelle-Espagne qui avaient fait preuve de tant d'enthousiasme ! Car les nouvelles rapportées par Fray Marcos avaient suscité de grands espoirs. On croyait fermement que les Sept Cités de Cíbola étaient immensément riches. Nous avons déjà évoqué les rumeurs qui circulaient au sujet des chameaux et des éléphants annonciateurs des fabuleuses contrées de l'Asie, et le rôle important joué par Fray Marcos lui-même qui distilla dès son retour d'incroyables informations. Les grandes possibilités de la Tierra Nueva qu'il avait découverte devaient paraître d'autant plus extraordinaires que les confidences qu'il fit étaient certainement réservées à un groupe restreint d'individus225 : au vice-roi, évidemment, qui, ne l’oublions pas, lui avait demandé de garder le secret226, mais aussi à l'évêque de México qui l'avait appuyé, à ses supérieurs et aux autres membres de son ordre. L'affaire s'était pourtant rapidement ébruitée. L'imagination suppléa au manque de détails et l'on transforma Cíbola et les six autres villes en de fabuleuses cités.

230L'essentiel de ce que savait Fray Marcos figurait dans la Relaçión qu'il avait écrite et qu'il dit avoir eu l'intention de soumettre à son ordre avant de la confier à Don Antonio de Mendoza. Or, si l'on imagine que le Franciscain dissimula quelque secret destiné au seul vice-roi, celui-ci aurait-il eu intérêt à ne pas en informer l'Empereur ? Il avait tout à gagner en dévoilant qu'une contrée exceptionnelle se trouvait au nord de la Nouvelle-Espagne. Son prestige en eût été accru et ses efforts récompensés. C'est cependant la Relaçión de Fray Marcos qui fut envoyée en métropole. Et ce document avait été rendu public en Nouvelle-Espagne ; on l'y avait officiellement enregistré.

231Il paraît alors nécessaire de se pencher une nouvelle fois sur ce texte. Que ditil exactement sur les richesses de Cíbola ? Il faut avouer qu'il renseigne mal sur cette question. On apprend qu'il y a beaucoup de turquoises — qui servent à orner les façades des édifices — et des cuirs des fameux bisons ou vacas de Cíbola. Mais rien d'autre. Seules des considérations sur l'étendue des villes, l'importance de la population, les mœurs et les techniques évoluées (présence de lits, tissage) apparaissent dans le texte. Il n'y est jamais question d'or, d'argent ou de perles. Ce fait incite, évidemment, à s'interroger sur la véracité de la Relaçión. Si Fray Marcos avait décidé de mentir, ne serait-il pas allé jusqu'au bout ? Le seul point qui puisse donc paraître douteux est, à notre avis, celui de la description de la ville, vue de loin, depuis une hauteur.

232Tous les renseignements sur Cíbola qui apparaissent dans le document — hormis cette "description” de la ville — proviennent de sources indirectes : témoins indigènes rencontrés par Fray Marcos ou émissaires envoyés par Estebanico qui — faut-il le rappeler — évoquait la grandeur de Cíbola bien avant de l'avoir vue. Fray Marcos n'aurait-il pas été tenté de souligner la véracité de ses propos en affirmant avoir vu la cité ? Sa crédulité, son intime conviction d'avoir touché au but, ne l'auraient-elles pas décidé à franchir le dernier pas — opération impossible à réaliser effectivement étant donné l'hostilité des Indiens dans les derniers temps — lorsqu'il écrivit son rapport ? D'ailleurs le problème peut paraître secondaire : même si Fray Marcos avait aperçu la ville — comme il le prétend — qu'aurait-il pu ajouter aux renseignements fournis par les indigènes ?

233Et l'on se rend compte que toute l'affaire des Sept Cités de Cíbola ne reposait, finalement, que sur des témoignages indirects et sur des conjectures. La Relaçión du Franciscain le démontre. C’est alors qu'intervient l'imaginaire et que le mythe peut apparaître.

234Fray Marcos devait être convaincu d'avoir parcouru le chemin qui menait à un riche pays, sinon aurait-il accepté de participer à l'expédition de Francisco Vázquez de Coronado ? Aurait-il infirmé les dires de Melchior Díaz ? Il avait réussi à se persuader de l'existence d'un pays d'exception et avait converti le vice-roi à cette idée en apportant une sorte de confirmation aux rumeurs qui circulaient depuis si longtemps en Nouvelle-Espagne. Antonio de Mendoza devait lui faire confiance et, comme l'explique Marcos Jiménez de la Espada :

  • 227 Fray Juan de Zumárraga, Tres Carias Familiares de Fr. Juan de Zumárraga, primer Obispo y Arzobispo (...)

"Mais ce qui paraît être le fruit d'une imagination trop fertile n'était peut-être que le produit d'une candeur et d'une crédulité excessives. Sinon, l'on ne peut comprendre que le vice-roi Mendoza, sous le mandat duquel il fit ses deux voyages à Cíbola et Quivira, l'ait emmené comme conseiller et guide lors de l'expédition de Xalisco et Nuchtitlan (...), ni que Zumárraga l'ait traité avec l'affectueuse déférence et la vive et cordiale spontanéité qui caractérise sa réponse à la dernière de ces quatre lettres227."

  • 228 Cf. Copia y Relación de la orden que se tiene en celebrar los Capítulos Provinciales desta Provinc (...)

235Il devait en être de même pour ses pairs qui le choisirent pour provincial228.

***

236Le vice-roi, imaginant les richesses que pouvait recéler le pays de Cíbola, se mit à préparer une expédition. En fait il en mit deux sur pied et celles-ci étaient complémentaires. La première fut confiée à Francisco Vázquez de Coronado. Quant à la seconde, destinée à épauler la précédente, elle fut dirigée par Hernando de Alarcón. Si Vázquez de Coronado devait suivre la route récemment empruntée par Fray Marcos, Alarcón, lui, partait par la voie maritime, jugée sans doute plus rapide. Ce dernier choix ne peut surprendre si l'on considère que Fray Marcos de Niza — obéissant en cela aux instructions données par le vice-roi — avait constamment cherché à savoir quelle était la configuration de la côte et de combien de lieues il s'en éloignait. Car le fameux territoire que l'on s'efforçait d'atteindre était, pensait-on, proche de l'océan. Comment imaginer autrement l'activité déployée dans la Pacifique par Hernán Cortés et Pedro de Alvarado ? Cette zone étant mal connue, on comprend que l'on ait pu — surtout à l'époque — commettre de telles erreurs de localisation.

  • 229 Fr. J. de Mendieta, Hist., Ecles. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 5 (2e part.), ch. 3, p. 235.
  • 230 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 29, ch. 33, p. 349.
  • 231 A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., I, liv. 4, ch. 1, p. 130. Voir également, F. Asís (...)
  • 232 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 29, ch. 33, p. 349.
  • 233 P. de Castaneda de Nágera, Relation..., op. cit., 1ère part., ch. 4, p. 17.

237C'est Francisco Vázquez de Coronado qui partit le premier. Les informations que l'on trouve sur ce personnage sont en général très élogieuses. Fray Jerónimo de Mendieta le qualifie, par exemple, d"'homme de sang illustre et très chrétien"229, Gonzalo Fernández de Oviedo indique qu'il s'agissait d'un "homme de bon lignage, parent de nobles gentilshommes"230 et Antonio Vázquez de Espinosa précise que c'était un "gentilhomme originaire de Salamanque, descendant du sang royal des souverains de France231 ". C'était un homme jeune — il était né à Salamanque vers 1510 — qui, d'après Gonzalo Fernández de Oviedo, serait arrivé en Amérique avec Pedrarias Dávila qu'il suivit dans le Darién. Mais on le retrouve très vite à Cuba, auprès de l'Adelantado Diego Velázquez232. Il prit ensuite le chemin de la Nouvelle-Espagne où il débarqua, semble-t-il, avec le vice-roi Antonio de Mendoza en 1535. Cet "homme sage, prudent et habile" était très lié au vice-roi qui, d'après Pedro de Castañeda de Nájera, "le protégeait beaucoup" et "en avait fait son favori"233. C'était l'homme dont avait besoin Antonio de Mendoza pour mettre un peu d'ordre dans les affaires de la Nouvelle-Galice passablement perturbées par Nuño de Guzmán. Il y emmena, comme nous l'avons mentionné, Fray Marcos de Niza qu'il accompagna, au départ de sa mission et à son retour, jusqu'à México. Le vice-roi ne disposait pas de meilleur capitaine et c'est à lui qu'il confia l'expédition principale chargée de vérifier les dires du Franciscain.

238On recruta très facilement des volontaires pour cette mission fort prometteuse. Antonio de Herrera écrit à ce sujet :

  • 234 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 13, déc. 6, liv. 9, ch. 11, p. 279-280.

"Et comme il s'agissait d'une expédition préparée par le vice-roi, de nombreux gentilshommes et personnes de qualité souhaitèrent y participer, d'autant plus que la relation du Père Fray Marcos leur laissait espérer de grands profits234."

  • 235 Testimonio en relación de la gente, armas y municiones que salió de Compostela en N. E. (siendo Vi (...)

239Et cet auteur signale que Vázquez de Coronado était accompagné de 150 cavaliers (qui emmenaient parfois deux chevaux) et de 200 fantassins bien équipés, avec beaucoup de provisions. Nous avons cependant une liste très détaillée des participants et de leur équipement235. Ce document donne le total suivant :

  • 236 Ibid., fol. 9 v° La dernière phrase citée semble avoir été rajoutée : elle est écrite en évitant l (...)

"DLII. Ce sont cinq cent cinquante-deux chevaux.
Et tous ces cavaliers mentionnés emportaient leurs lances et leurs épées outre les armes précédemment signalées et d'autres armes. De sorte que ce sont quelque deux cent trente cavaliers auxquels s'ajoutent ceux qui partent devant avec les deux religieux et ceux qui sont attendus en provenance de México, qui partent pour ce voyage et cette expédition.
L'infanterie compte soixante-deux hommes munis desdites armes en plus des autres armes du pays qui leur ont été données. Il faut ajouter à cela les autres soldats que le vice-roi expédie par mer et par voie terrestre. (...)236 "

  • 237 Información recibida a peticián del virrey de N. España Dn. Antonio de Mendoza de la gente que iba (...)

240Ce décompte précis des forces mobilisées par le vice-roi, qui porte la date du 27 février 1540, fait écho à un autre document émanant de Francisco Vázquez de Coronado, écrit le 21 du même mois à la demande d'Antonio de Mendoza pour faire taire les critiques des opposants237. Car il semble bien que la préparation de cette double expédition ait soulevé quelques protestations et que le vice-roi ait dû imposer son point de vue :

  • 238 Ibid., fol. 1 r°

"Moi, Francisco Vázquez de Coronado, gouverneur de cette Nouvelle-Galice (...) je déclare avoir appris que certaines personnes, qui voient d'un mauvais œil cette expédition que Votre Seigneurie envoie, au nom de Sa Majesté, ont prétendu que de nombreux habitants de la cité de México et des autres cités et villes de la Nouvelle-Espagne, de cette cité de Compostella et des autres villes de cette province et de ce gouvernement partent pour cette expédition parce qu'elles y ont été priées et poussées par moi, et qu'en conséquence ladite cité de México, et la Nouvelle-Espagne restent dégarnies de soldats et sans protection, et que cette situation pourrait causer de sérieux inconvénients, et pour que l'on sache la vérité (...)238 "

  • 239 Ynterrogatorio / para la residencia del Virey Dn. An/tonio de Mendoza. 1543. / México. / Visita de (...)

241L'expédition de Vázquez de Coronado fut un objet de polémique. L'une des questions de l'Ynterrogatorio / para la residencia del Virey Dn. An/tonio de Mendoza évoque d'ailleurs le nombre des soldats qui y participèrent239.

***

  • 240 Il écrit à l'Empereur dans la lettre qu'il adresse, de Jacona, le 17 avril 1540 (Carta á S.M. del (...)

242A la fin du mois de février 1540, Vázquez de Coronado quitta Compostela avec ses troupes. Le vice-roi était présent. Il accompagna même l'expédition vers le nord deux jours durant, ce qui prouve bien l'intérêt que suscitait en lui cette nouvelle tentative240. Fray Marcos partait avec les soldats. N'était-il pas le meilleur guide que l'on pût emmener ?

  • 241 Ibid., fol. 1 r°
    Le capitaine Juan Jaramillo, qui faisait partie de l'expédition, en a laissé un ré (...)

243Les difficultés apparurent très vite après Culiacán, qui se trouve à 80 lieues (450 km) environ de Compostela. Les vivres commençaient à manquer241. La vallée de Culiacán n'était pas désertique, mais l'approvisionnement pour tant d'hommes et de montures était problématique, ainsi que le précise la Relaçión del suçeso de la jornnada que Francisco Vázquez hizo en el descobrimiento de Çívola :

  • 242 Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descubrimiento de Çívola (Anony (...)

"Francisco Vázquez traversa toute cette contrée, mais comme les semis étaient encore jeunes, on ne put avoir de maïs tout au long du voyage excepté dans cette vallée de Señora où l'on en recueillit un peu. Et grâce à ce que l'on emporta de Culuacán, où l'on s'approvisionna pour quatre-vingts jours, on arriva à Cíbola au bout de soixante-treize jours, en endurant beaucoup de souffrances et en devant déplorer la perte de nombreux chevaux et la mort de quelques Indiens. Cependant notre peine s'accrut encore quand nous découvrîmes l'agglomération, même si nous y trouvâmes du maïs en quantité242."

244On commença alors à croire ce que Melchior Díaz avait laissé entendre, et à douter du succès de l'expédition. Pedro de Castañeda de Nájera, souligne dans sa Relation qu'un sentiment de tristesse s'empara de Vázquez de Coronado :

  • 243 Chichilticalli ('la maison rouge').
  • 244 P. de Castañeda de Nágera, Relation..., op. cit, 1ère part., ch. 9, p. 40-41.

"Quand le général eut traversé tout le pays habité jusqu'à Chichilticale243 où commence le désert, et qu'il eut vu qu'il n'y avait rien de bon, il ne put se défendre d'un sentiment de tristesse, quoiqu’on lui promit qu'il trouverait plus loin des merveilles. Personne ne les avait vues, excepté les Indiens, qui avaient accompagné le nègre, et déjà on les avait surpris plusieurs fois à mentir. Il fut surtout affligé de voir que ce Chichilticale, dont on avait tant parlé, se réduisait à une maison en ruines et sans toit ; mais qui cependant, paraissait avoir été fortifiée. On voyait bien que cette maison, construite en terre rouge, était l'ouvrage des gens civilisés et venus de loin244."

245On conservait donc, cependant, quelque espoir. Et la marche se poursuivit vers les Sept Cités de Cíbola.

***

246Pendant que Vázquez de Coronado avançait vers le nord de la Nouvelle-Galice, le vice-roi ne resta pas inactif. Il avait songé, comme nous l'avons vu, à préparer une deuxième expédition, maritime, pour apporter quelque aide aux troupes qui suivaient l'itinéraire de Fray Marcos. C'était Hernando de Alarcon qui commandait la flottille.

  • 245 D. Muñoz Camargo, Hist. de la Rép. de Tlaxcallan, op. cit., p. 187 (t. 99).

"Le but de l'expédition d'Alarcon — écrit Diego Muñoz Camargo — était de mettre tout de suite en rapport avec la Nouvelle-Espagne, les pays que Coronado pourrait découvrir, mais tous les deux après être remontés assez loin dans le nord, s'en revinrent sans s'être rencontrés et sans avoir rien découvert qui en valût la peine ; ils commençaient à manquer de vivres et avaient perdu beaucoup de monde par les maladies245."

  • 246 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 202, p. 408.

247Tout comme Francisco Vázquez de Coronado, Hernando de Alarcón était un proche du vice-roi auprès duquel il avait exercé — d'après Bernai Díaz del Castillo — les fonctions de maestresala ('officier de salle')246.

  • 247 Il a donné une relation de ce voyage, qui a été publiée par Ramusio dans le vol. 3 de ses Navigati (...)

248Hernando de Alarcón mit à la voile le dimanche 9 mai 1540, avec deux navires, le San Pedro et le Santa Catalina247. Arrivé au port d'Aguaiaval, un troisième navire, le San Gabriel, chargé de vivres destinés à Vázquez de Coronado les rejoignit. Ils mirent le cap sur le Nord et explorèrent le golfe de Californie. Alarcón aborda plusieurs fois et eut de nombreux contacts avec les Indiens de la région. Ces aborigènes n'avaient, pour la plupart, jamais vu d'Européens. Et le capitaine, usant d'un stratagème qui avait déjà fait ses preuves, se présenta comme l'envoyé du dieu Soleil. Mais Alarcón ne put obtenir de renseignements sur l'expédition de Coronado qu'il cherchait à rejoindre. Il écrit ainsi :

  • 248 H. de Alarcón, Relation, op. cit., ch. 3, p. 315.

"La première question que je lui fis fut s'il n'avait jamais vu d'autres personnes semblables à nous, ou s'il en avait entendu parler. Il répondit que non ; que cependant il avait entendu dire aux vieillards, que dans une contrée fort éloignée, il y avait des hommes blancs qui avaient de la barbe comme nous, mais qu'ils ne savaient rien de plus. Je lui demandai s'il connaissait un pays que l'on nommait Cevola et un fleuve appelé Totonteac : il me répondit que non, ce qui me fit voir qu'il ne pouvait pas me donner des nouvelles de Francisco Vasquez ni de ses gens248."

249Alarcón parvint pourtant à glaner des informations sur la cité de Cíbola. Un "interprète" lui fit quelques confidences :

  • 249 Ibid., ch. 5, p. 324-325.

"J'appris de lui qu'il avait été à Cevola, qui est à trente jours de marche de son pays, mais qu'on s'y rendait très-facilement par un sentier qui suit le fleuve, qu'il faut alors quarante jours ; qu'en faisant ce voyage, il n'avait eu d'autre but que de voir Cevola, parce que c'était un pays extraordinaire. Il y a, me dit-il, des maisons très-élevées, en pierres, de trois ou quatre étages, avec des fenêtres sur toutes les faces ; elles sont entourées d'une muraille, haute une fois et demie comme un homme, et habitées dans le haut et dans le bas par des hommes qui font usage des mêmes armes que nous avions vues (...)249 "

250Plus loin, Alarcón apprit qu'il s'était encore rapproché de Cíbola :

  • 250 Ibid., ch. 7, p. 335.

"Cet homme me répondit qu'il était nécessaire de traverser un espace de dix jours de marche, où il n'y avait pas de maisons, et qu'à partir de ce désert ils ne comptaient plus la distance parce qu'il y avait des habitants250."

251La mission d'Hernando de Alarcón fut un échec. Non seulement il n'avait pu atteindre Cíbola par la voie maritime, mais il n'avait pas non plus réussi à apporter de secours à Vázquez de Coronado.

252Alarcón était de retour en Nouvelle-Espagne à l'automne de 1540. Il repartit l'année suivante pour tenter, une nouvelle fois, d'approvisionner Coronado. Fray Marcos de Niza, qui était rentré au Mexique en 1541, était venu, dit Bernai Díaz del Castillo :

  • 251 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 202, p. 408.

"(...) faire son rapport au vice-roi Don Antonio de Mendoza et lui demander d'expédier des navires le long de la côte de la mer du Sud, avec des fers à chevaux, des pièces de canon, de la poudre, des arbalètes et toutes sortes d'armes, du vin, de l'huile et du biscuit (...)251. "

  • 252 Cf. Instruccion que debia observar el capitan Hernando de Alarcon en la expedicion á la California (...)

253Les troupes de Coronado devaient manquer de tout ! Le vice-roi répondit à cette demande et Alarcón fut chargé d'essayer de rejoindre Coronado. Il reçut de nouvelles instructions252. Antonio de Mendoza y exprime le mécontentement que lui causa la première mission d'Alarcón :

  • 253 Ibid, p. 4.

"Vous vous efforcerez d'être plus avisé dans vos rapports et vos échanges avec les Indiens parce qu'il semble nécessaire de montrer plus de réserve envers eux que vous ne le fîtes la dernière fois253."

254Et surtout il se montre préoccupé par l'établissement d'une liaison maritime avec la région de Cíbola :

  • 254 Ibid., p. 4-5.

"Il faut que vous ayez toujours présent à l'esprit que vous partez d'abord pour vous informer de ce qu'il advient du Capitán General Francisco Vázquez de Coronado et des soldats qui se trouvent avec lui. Vous devez aussi chercher à commercer avec eux par mer et à découvrir le ou les ports les plus adéquats. Consacrez-vous entièrement à cela, en utilisant toutes les voies possibles, tant terrestres que maritimes sans jamais vous laisser distraire de ce but avant d'avoir obtenu les informations nécessaires et mis tout cela à exécution, et ne rentrez pas sans nous avoir préalablement mis au courant de votre action et des résultats obtenus afin que nous prenions les dispositions qui nous sembleraient convenables254."

***

255Pendant ce temps, Francisco Vázquez de Coronado avait franchi les nombreuses lieues qui séparaient la Nouvelle-Biscaye, dernière région sous contrôle européen, du pays des Sept Cités de Cíbola.

  • 255 Cf. G. Baudot, Utopie et histoire au Mexique..., op. cit., ch. 1, p. 20.

256La découverte de Cíbola — le 7 juillet 1540 — fut très décevante. L'immense ville aperçue par Fray Marcos de Niza se révélait n'être qu'un amas d’habitations où n'apparaissaient pas de traces de richesses. Et Vázquez de Coronado, fort marri, ne trouva "qu'une région assez primitive" et "passablement pauvre"255. C'était une petite agglomération zuñi où l'on pouvait voir cependant ces maisons à plusieurs étages dont Fray Marcos avait souligné l'existence. Mais point de palais merveilleux ni de façades richement ornées. Juan Jaramillo la décrit ainsi dans sa Relaçión :

  • 256 J. Jaramillo, Relación (Ms., AGI), op. cit., fol. 2 r°.

"Nous partîmes de là et, après deux jours de marche, nous arrivâmes audit village qui est aussi le premier de la province de Çíbola. Il est constitué de maisons avec des murs de pierre et de torchis et couvertes par des terrasses. C'est là que l'on tua Estebanillo, le Noir qui était rentré de la Floride avec Dorantes et qui était reparti avec Fray Marcos de Niça. Il y a dans cette province de Çibola cinq petits villages comme celui-ci, tous avec des terrasses et construits avec de la pierre et du torchis ainsi que je l'ai dit256."

257La relation anonyme du voyage de Vázquez de Coronado donne plus de détails à ce sujet :

  • 257 Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descobrimento de Çívola (Ms., A (...)

"Le Père Frai Marcos avait compris — ou laissé entendre — que la contrée, ou le territoire où se trouvent sept villages n’était qu'un seul village que lui nommait Çívola. Mais toute cette agglomération et toute cette contrée se nomme Çí'vola. Les villages sont de trois cents, deux cents, cent, et parfois cinquante maisons. Toutes les maisons de ces villages sont accolées. Bien que dans certains villages elles soient séparées en deux ou trois quartiers, en générai elles sont accolées, avec des cours intérieures où se trouvent leurs étuves pour l'hiver ; celles qui servent l'été se trouvent à l’extérieur des villages. Les maisons ont deux ou trois étages. Les murs sont de pierre et de torchis, et certains de terre. Les villages, en de nombreux endroits, ont l'aspect d'habitations fortifiées pour les Indiens. Il y a trop de bons logements, surtout pour ces hommes qui sont de véritables brutes et ne se montrent policés qu'en matière de constructions257."

  • 258 Traslado de las nuevas que vinieron de la / çibdad de Çíbola que es en la Tierra Nueva, AGI, Patro (...)

258Dans un document de l'Archivo General de Indias de Séville, intitulé Traslado de las nuevas que vinieron de la / çibdad de Çíbola que es en la Tierra Nueva258, on trouve une brève description des édifices de Cíbola :

  • 259 Ibid., fol. 1 v°

"Quand Monseigneur le Général arriva dans cette ville, il vit qu'elle était entourée d'un rempart de maisons de pierre et que les maisons étaient très hautes, de quatre, cinq et même six étages chacune, avec des terrasses et des galeries (...)259 "

  • 260 Le texte figure dans le t. 3 des Navigationi de Ramusio (fol. 359 v°-363 r°) avec le titre : Relat (...)
  • 261 Ibid., fol. 361 r° :
    "Restami hora à dar conto delle sette città, & Regni, & Prouincie, di che il p (...)
  • 262 Ibid., fol. 361 r° :
    "Le sette città, sono sette terre picciole tutte di queste case che io dico, & (...)
  • 263 Ibid., fol. 361 v°

259Vázquez de Coronado a laissé son propre témoignage dans une relation qu'il envoya au vice-roi le 3 août 1540, soit plus d'un mois après son arrivée dans la région260. Il dément les renseignements qu'avait donnés Fray Marcos l'année précédente ("rien de ce qu'il a dit n'est vrai") et ne reconnaît que deux précisions exactes données par le religieux : le nom de la ville et la hauteur des maisons ("excepté le nom de la ville et ce qui concerne les grandes maisons de pierre")261. Il signale aussi que les six autres cités sont semblables à celle-ci et que le nom de Cíbola s'applique à l'ensemble des sept villes262. Enfin, il indique au vice-roi qu'il a décidé de baptiser cette première côte Granada, car, dit-il, elle ressemble un peu à la ville espagnole du même nom et qu'il rend ainsi hommage à Antonio de Mendoza qui était originaire de Granada ("parce qu'elle lui ressemble un peu et pour que l'on conserve la mémoire de Votre Seigneurie263 ").

260On comprend aisément la déception de Coronado et de ses troupes, que résume bien Pedro de Castañeda de Nájera :

  • 264 P. de Castañeda de Nagera, Relation..., op. cit., 1ère part., ch. 9, p. 42.

"Cíbola fut le premier village que l'on découvrit : en le voyant l'armée s'emporta en malédictions contre frère Marcos. Dieu veuille qu'il ne ressente rien264 !"

261Les Européens durent lutter pour approcher de la ville, mais les Zuñis l'abandonnèrent rapidement et les combats cessèrent. Coronado, que ses armes dorées désignaient comme une cible privilégiée, fut blessé à cette occasion. Le calme rétabli, les nouveaux venus purent s'installer dans le village où — piètre consolation ils trouvèrent quelques vivres. Et le bref rapport, déjà mentionné, sur la découverte de Cíbola se termine ainsi :

  • 265 Traslado de tas nuevas que vinieron de la çibdad de Çíbola que es en la Tierra Nueva, doc. cit., f (...)

"(...) car, lorsque les Indiens virent la détermination dont faisait preuve Sa Seigneurie et sa volonté de pénétrer dans leur ville, ils cessèrent bientôt de la défendre, ce qui leur valut d'avoir la vie sauve et de pouvoir partir librement. Nous y trouvâmes ce qui, plus que l'or ou l'argent, nous était indispensable : du maïs en quantité, des haricots, de plus grosses poules ['dindes'] que celles de la Nouvelle-Espagne et du sel, le meilleur et le plus blanc que j'aie jamais vu265."

262Comme le fait remarquer Jean Cazeneuve :

  • 266 J. Cazeneuve, Les Dieux dansent à Cíbola..., op. cit., ch. 1, p. 13.

"L'histoire de la découverte de Cíbola par les Blancs commence ainsi qu'un conte de fées et s'achève comme une fable de La Fontaine266 ".

  • 267 Signalons, à propos de Cíbola, l'intéressant article, qui résume bien la question, de Silvana Sera (...)

263On n'avait point trouvé de trésor, mais la leçon était profitable. Cependant cette amère déception ne fit pas disparaître pour autant tout recours ultérieur à l'imaginaire267.

No 14 - Lettre autographe de Nuño de Guzmán (Chiametla, 15-1-1531). AGI, Patronato, leg. 184, doc. no 17(1re lettre).

No 15 - Début du texte des Instructions Officielles données à Fay Marcos de Niza (1539). AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 10 (2), fol. 1 r°.

No 16 - Sceau et signature de Fray Marcos de Niza à la fin du texte de sa Relaçión (1539). AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 10 (2), fol. 7 v°.

No 17 - Dernier folio de la Relaçión de Fray Marcos de Niza (1539). AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 10 (2), fol. 8 r°.

No 18 - La ville de Zuñi. Gravure publiée dans Le Tour du Monde, 1er semestre 1860, p. 360.

No 19 - Lettre de Francisco Vázquez de Coronado adressée à Charles Quint (Compostela, 15-VII1539), fol. 3 r°. AGI, Audiencia de Guadalajara, leg. 5.

No 20 - Itinéraire de l'expédition de Francisco Vázquez de Coronado vers Cíbola et Quivira. D’après Ruge, Das Zeitalter der Enldeckungen, p. 417.

No 21 - Texte autographe et signature du vice-roi Antonio de Mendoza à la fin d'une lettre adressée à Charles Quint (Jacona, 1540).
AGI, Patronato, leg. 184, no 1, doc. no 31, fol. 3 r°.

Notes

1 "Enfin au lever de la réjouissante aurore
Il gagne le sommet de quelque colline grimpant haut
Qui à son œil découvre inopinément
L'agréable perspective d'une terre étrangère
Vue pour la première fois, ou quelque fameuse métropole
Ornée de clochers et de pinacles étincelants
Que le soleil levant dore de ses rayons."
John Milton, Paradis perdu. Introduction, traduction et notes de Pierre Messiaen, Paris, Aubier - Editions Montaigne, 1966 (2 t.), t. 1, p. 182-183.

2 Cf. ch. 18, par. 3, 4 et 5.

3 H. Cortés, Caria de H. Cortés al Emperador Carlos V - Coyoacán, 15 de mayo de 1522, dans Carias de Relación, op. cit., p. 99.
Il précise d'ailleurs ses intentions dans la Tercera Carta-Relacón... (op. cit., p. 163) :
"Como en el capítulo antes de éste he dicho, yo tenía, muy poderoso señor, alguna noticia, poco había, de la otra mar del Sur, y sabla que por dos o tres partes estaba a doce y a trece y a catorce jomadas de aqui ; y estaba muy ufano, porque me parecía que en la descubrir se hacía a vuestra majestad muy grande y señalado servicio, especialmente que todos los que tienen alguna ciencia y experiencia en la navegación de las Indias, han tenido por muy cierto que descubriendo por estas partes la mar del Sur, se habian de hallar muchas islas ricas de oro y perlas y piedras preciosas y especería, y se habian de descubrir y hallar otros muchos secretos y cosas admirables ; y esto han afirmado y afïrman también personas de letras y experimentadas en la ciencia de la cosmografía."

4 H. Cortés, Cuarta Carta-Relación..., op. cit., p. 184.

5 Ibid., p. 200.

6 H. Cortés, Quinta Carta-Relación..., op. cit., p. 281.

7 P. Martyr ; Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 7, ch. 5, p. 611.

8 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit.. II, p. 402.

9 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 165, p. 188-189.

10 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 3, ch. 17, p. 343.

11 Capitulación que se tomó con el / Marqués del Valle para el / descubrimienlo de la Mar del Sur, AGI, Indiferente General, leg. 415, libro 1, fol. 109 v°
Ce texte, avec quelques variantes, se retrouve dans le Traslado de una Real cédula, por la que el Rey concede á Hernán Cortés pueda descubrir y poblar en el Mar del Sur y Tierra Firme, pudiendo nombrar gobernadores, alcaldes y justicias (5 de noviembre de 1529), conservé à l'AGI (ancienne cote : Patronato, Est. 1°, Caj. 1°), publié dans CODOIN, vol. 12, p. 491. On y précise que Cortés a formulé la demande qui justifie cette cédula :
"Por cuanto vos Don Fernando Cortés, marqués del Valle, con deseo de nos servir é del bien é acrescentamiento de la nuestra corona Real, os habeis ofrecido á descubrir, conquistar é poblar qualesquier islas que ay en la mar del Sur de la Nueva Espana, é todo lo que halláredes hacia el Poniente délia (...)"
On retrouve ce texte dans Miguel León-Portilla, Hernán Cariés y la Mar del Sur, op. cit., ch. 3, p. 80.

12 Ce titre lui fut concédé à Barcelone, le 6 juin 1529. Cf. Título de Capitán General de la Nueva-Espana y Costa del Sur, expedido á favor de Hernán-Cortés por el Emperador Carlos V, dans CODOIN, vol. 4, p. 572 (Copie d'un document de l'AGI qui se trouve dans la collection de Vargas Ponce de la RAH).

13 H. Cortés, Caria de Hernán Cortés al Emperador Carlos V - Tenuxtitan, 11 de septiembre de 1526, dans Carias de Relación, op. cit., p. 291. Ce même texte, daté du 3 septembre 1526, apparaît dans CODOIN, vol. 12, p. 480-490, avec le titre : Carta de Hernán Cortés á Su Mageslad, en que dice partie de La Habana para Nueva España á 16 de marzo y llegó á San Juan á 24 del mismo mes y año, desde donde pasó á la Villa de Medellín, en lu que supo los grandes disturbios, y que desde México escribió caria de haber llegado a Medellín el licenciado Luis Ponce de León, como juez de residencia (Temixtitan, 3-IX-I526). Il est vrai que cette lettre accompagnait la Quinta Carta-Relación qui est datée du 3 septembre 1526.

14 Voir à ce sujet l'étude de Miguel León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sur, op. cit.

15 Cf. ch. 10, par. 4.

16 Cf. Cédula del Emperador a Hernán Cortés para que despache desde los puertos de la Costa occidental de Nueva España algunas embarcaciones al Maluco para saber el paradero de las que fueron con Magallanes y Loaisa (20-VI-1526), dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 3, Apéndice de docs. - A. de Saavedra, doc no 27, p. 251-252.

17 Plusieurs documents nous renseignent sur les préparatifs de cette expédition. Voir, en particulier :
Instrucción que dió Hernán Cortés a Alvaro de Saavedra, veedor de la armada que enviaba al Maluco, para el mejor desempeño de su encargo (27-V-1527), dans M. Fernández de Navarrete, Coleccion..., op. cit., vol. 3, Apéndice de docs. - A. de Saavedra, doc. no 28, p. 252.
Instrucción que dió Hernán Cortés a Antonio Guiral para desempeñar el cargo de contador en la armada de Saavedra (27-V-I527), ibid., vol. 3, doc. no 29, p. 253.
Instrucción que dió Hernán Cortés a Alvaro de Saavedra Cerón para el viaje que había de hacer con el armada a las islas de Maluco (28-V-I527), ibid., vol. 3, doc. no 30, p. 253-261.
Carta que escribió Hernán Cortés al rey de Cebú manifestándole el objeto, de la expedición que iba al Maluco mandada por Alvaro de Saavedra (28-V-1527), ibid., vol. 3, doc. no 34, p. 264-265.
Carta que escribió Hernán Cortés al rey de Tidore, ddndole gracias en nombre del Emperador por la buena acogida que hizo a la gente de la armada de Magallanes que quedó en aquella isla (28-V-1527), ibid., vol. 3, doc. n 35, p. 265-266.

18 C'est ce que souligne Miguel León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sur, op. cit., ch, 3, p. 85 :
"Considerando tal vez el emperador que, para facilitar la acción de la nueva Audiencia ayudaría alejar por algún tiempo a Cortés de cuanto podía interesarle en la capital de la Nueva Espana, ordenó, en real cédula suscrita por la reina Juana, se notificara al marqués de la obligación que tenía de iniciar cuanto antes los preparativos necesarios para disponer de una armada con la cual iniciar los descubrimientos a que se había comprometido."

19 Il en informe le Souverain dans une lettre du 20 avril 1532.

20 C'est ce que nous apprend la lettre qu'il écrivit le 20 juin 1533 au Licenciado Francisco Núñez. Il y indique qu'il prépare cette expédition depuis 7 mois. Cf. M. León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sur, op. cit., ch. 3, p. 93.
Voir également la Carta de Hernán Cortés á S. M. ddndole noticia de estar en Tehuantepek, preparando unos navíos para ir a nuevos descubrimientos en el mar del Sur (Tecoantepeque, 25 de Enero de 1533), dans CODOIN, vol. 12, p. 541-544.

21 Cf. Cuenta de lo que ha gastado el Marqués del Valle con los oficiales é marineros é gente de guerra del armada que salío d descubrir en el mar del Sur, desde el puerto de Santiago, en 29 de octubre de 1533, de que fué por capitán Diego Becerra Año de 1533 (Santiago de Tegoantepeque, octubre de 1533), dans CODOIN, vol. 12, p. 298-313.

22 Ces îles se trouvent par 19° de latitude N. et 111° de longitude W.
L'action de Cortés — et de Nuño de Guzman — fut cependant freinée par l'Audiencia de México. Cf. Traslado de una provision de la Audiencia de México, dirigida á Hernán-Cortés, mandándole que no vaya d pacificar y poblar cierta isla de la mar del Sur, insertando otra provision que con igual feclta se envió d Nuño de Guzmán, gobernador de la Nueva Galicia, para el mismo efecto, y diligencias hechas en apelacion de la misma (Año de 1534), dans CODOIN, vol. 12, p. 417-429.

23 "En 1537 Grijalva et Alvarado découvrirent une île voisine de la côte des Papous et qu'ils appelèrent "Isla de los Crespos", île des gens à cheveux crépus." précise Armand Rainaud, Le Continent Austral. Hypothèses et Découvertes. Thèse présentée à la faculté des lettres de Paris (...), Paris, Armand Colin et Cie Editeurs, 1893, 3e part., ch. 6, p. 275.

24 Il demanda l'appui du Consejo de Indias. Cf. Carta de Hernán Cortés, al Consejo de Indias, pidiendo ayuda para continuar sus armadas, y recompensa para sus servicios, y dando algunas noticias sobre la constitución de la propriedad de las tierras entre los indios (México, 29-IX-1538), dans CODOIN, vol. 3, p. 535-543.

25 Une intéressante description de cette région est proposée par V. A. Malte-Brun, "Etude Géographique sur la Sonora", dans Nouvelles Annales des Voyages, op. cit., t. 161, (1863, t. 2), p. 129-157.

26 Cf. M. León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sut, op. cit., ch. 4, p. 134.

27 Ibid., ch. 4, p. 120.

28 F. Cervantes de Salazar, Crónica, op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 12, p. 255.

29 Nuño de Guzman, Otra [carta] al rey en que dize haber pasado por la Costa de la provincia de Astatlan una armada de cinco navíos al mando de Sebastián Caboto - a 15 de enero (Chiametla, 15-1-1531), AGI, Patronato, leg. 184, doc. no 17 (2e lettre). L'ensemble du document no 17 est intitulé : Cartas de Nuño de Guzman diciendo que el Obispo de Mégico remite una provanza hecha contra él sobre la inmunidad de Cristóval de Angulo y García de Herrera, a la que espera que el Consejo no dé crédito. Dite también que tiene noticias de grandes y ricas provincias y entre ellas una de solas mugeres que no consienten hombres sino en ciertos tiempos, y que partirá para dichas provincias hasta llegar por la Costa a los 40 grados, pues se hallaba sólo a los 25, yendo derecho al norte, y de allí volver la tierra adentro a la otra mar. Añade haber escrito noticia que pasó por la provincia de Aicutlan una armada de cinco navíos al mando de Sebastián Caboto, suponiendo ser la misma que salió de Sevilla cuando él en 1527. 1531. Le document comprend 3 lettres. La lettre expédiée de Chiametla est transcrite dans CODOIN, vol. 13, p. 408-414.

30 Il déclare dans la Relación qu'il écrivit à Omitlán le 8 juillet 1530 :
"Desde Mechuacán escreví a V. M., después de haver / escripto desde México, como benía con ciento i cinquen/ta de caballo i otros tantos peones bien armados i con do/ce piezas de artillería menuda i con siete o ocho mil / yndios amigos i probeídos de todo bastimento a descu/brir la tierra i conquistar la provincia de los Tebles / Chichimecas que confina con la Nueba España, i las que / más adelante se ofresciesen (...)"
Cf. Relación de Nuño de Guzmán. Omitlán, 8 de julio de 1530, doc. cit., fol. 309 r°

31 "Il fut attaché à la queue d'un cheval, traîné à travers la plaine et brûlé", précise Henry Bamford Parkes, Histoire du Mexique, Traduction de Collin Delavaud, Préface de Jacques Soustelle, Paris, Payot, 1961, Bibliothèque Historique, ch. 2, par. 4, p. 83.

32 Fray Alonso de la Rea, Chronica de la Orden de N. Seraphico P. S. Francisco, Prouincia de S. Pedro y S. Pablo de Mechoacan. México, 1643, dans Crónicas de Michoacán, Selección, introducción y notas de Federico Gómez de Orozco, México, Ediciones de la Universidad Nacional Autónoma, 1954 (2e éd.), Biblioteca del Estudiante Universitario no 12, p. 44.

33 Il était né à Guadalajara (d'où le nom de la ville qu'il fonda), mais sa famille était originaire de Galice. C'est en pensant à ses ancêtres qu'il choisit le nom de Nueva Galicia et celui de Compostela qu'il attribua à une ville.

34 Cf. Hernán Cortés, Carta al Rey de Hernán Cortés - Año de 1530 [Lettre écrite au nom de Cortés par Juan de Villanueva], RAH, col. Muñoz, t. 60, fol. 348 r°-349 v°, et Carta al Emperador, de Hernán Cortés. Méjico, 20 de abril de 1532, ibid, t. 61, fol. 101 r°-102 v°
Nuño de Guzman se plaignit, lui aussi, de Cortés. Cf. Carta de Nuño de Guzmán al Emperador. Valle de Vanderas, 8 de Junio de 1535, RAH, col. Muñoz, t. 62, fol. 103 r°-104 v°

35 Cf. ch. 10, par. 4.

36 Relación de Nuño de Guzman. Omitlán, 8 de julio de 1530, doc. cit., fol. 331 v°-332 r°

37 Carl Sauer, "The Road to Cíbola", dans Ibero-Americana: 3, Berkeley (California), University of California Press, 1932, p. 9.

38 Nuño de Guzmán, Carta (al Rey), doc. cit. (Ms. de l'AGI, Patronato, leg. 184, doc. 17, 2e lettre), fol. 1 r°

39 Ibid., fol. 1 r°

40 1 115 km si l’on réfère à la lieue espagnole.

41 P. de Castaneda de Nágera, Relation..., op. cit., ch. 1, p. 1-3.

42 Cf. F. Esteve Barba, Historiografía lndiana, op. cit., ch. 5, par. 6, p. 241-242.

43 P. de Castañeda de Nágera, Relation..., op. cit., ch. 1, p. 3-4.

44 Cf. C. Sauer, "The Road to Cíbola", art. cit., p. 9-10.

45 P. de Castaneda de Nágera, Relation..., op. cit., ch. 1, p. 4-5.

46 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 9, ch. 11, p. 227.

47 Des historiens texans ont cherché à reconstituer l'itinéraire qu'ils suivirent. Mais on ne peut, bien souvent, sortir du domaine de l'hypothèse, car les renseignements sont trop vagues et aléatoires. Cf., en particulier, H. Davenport et J. K. Wells, "The First Europeans in Texas", dans Southwestern Historical Quarterly, vol. 22, p. 248-255 (Cités par C. Sauer, "The Road to Ctbola", art. cit., p. 14, n. 15).
Mais au XIXe siècle, Bancroft et Bandelier avaient déjà essayé de retrouver cet itinéraire. Cf. Hubert H. Bancroft, North Mexican States and Texas, San Francisco, 1883-1889, et Adolph Francis Alphonse Bandelier Hemenway Southwestern Archaeological Expedition. Contributions to the History of tlie Southwestern Portion of the United States, Cambridge, 1890 (Cités par Armando Arteaga y S., "Fray Marcos de Niza y el Descubrimiento de Nuevo México", dans The Hispanic American Historical Review, Durham. North Carolina, vol. XII. no 2 (May 1932), p. 482-483). Voir également l'abondante bibliographie que propose Henry W. Haynes, "Early Explorations of New México", dans J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 2, ch. 7, p. 473-503.

48 Cf. C. Sauer, "The Road to Cíbola", art. cit., p. 20.

49 Cf. Á. Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios, op. cit., ch. 29, p. 540 (voir supra, ch. 19, par. 3).

50 Ibid., ch. 29, p. 540.

51 Ibid., ch. 36, p. 547.

52 Ibid., ch. 36, p. 547.

53 Un résumé de cette missive se trouve dans le t. 63 de la collection de Muñoz (RAH), fol. 71 r° :
"A la Emperatriz. D. Antonio de Mendoza (Virrei de Nueva España), México II. Febrero 37. (ib.)/Cabeza de Baca i Francisco [erreur pour Andrés] Dorantes, que son de los que escaparon del arma/da de Pánfilo de Narváez, <van> demás de la Relación que dieron, van a ha/cerla a V. M. i suplicar alguna merced. Mui bien lo merecen."
Ce résumé est présenté dans un ensemble de documents intitulé : Documentas relativos a Nueva España - Año de 1537.

54 Ce qui prouve que le quatrième compère, Alonso Castillo Maldonado, n'était plus disponible pour le vice-roi. Mais Antonio de Herrera laisse entendre qu'il était resté au Mexique : "y Cabeza de Vaca y Orantes se apartaron en México de Castillo y Estebanico y se fueron a embarcar a la VeraCruz.” Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 12, déc. 6, liv. 1, ch. 7, p. 44.
Un texte précise d'ailleurs qu'il a vécu en Nouvelle-Espagne et joui de certains bénéfices octroyés par la Couronne. Cf. Francisco Asís de Icaza, Diccionario autobiográfico de conquistadores y pobladores de Nueva Espana (Madrid, 1923), éd. fac.-sim. Guadalajara (Jalisco), Edmundo Aviña Levy Editor, 1969, vol. 1, p. 187 :
"Castillo Maldonado ; es fallecido ; dexó hijos ; dize
Que es natural de la çiudad de Salamanca, y hijo del doctor Castillo y de doña Aldonça Maldonado ; y que touo muchos deudos que an seruido a Su Magestad, teniendo offiçios preeminentes de justiçia en su Corte y en esta Nueua Spana ; y que paso a estas partes el año de veynte y siete, con Pánfilo de Narváez, para la Florida, de donde para venyr, vendió parte de su legítima ; y entré en la tierra como capitán ; y traya ofiçios preeminentes, donde pasó muchos trabajos y estouo casi nueue aúos en poder de yndios ; e que ha onze años que se casŒ en esta çiudad, y tiene tres hijos e hijas ; y que para perpetuarse en esta tierra ; vendió su legítima, la qual ha gastado para sustentarse, atento a lo qual, Su Magestad le hizo merçed de una cédula, porque no embargante que touiese yndios, Vuestra Señoría Illustrísima le diese corregimiento en lo más comarcano a esta çiudad ; y que tiene en encomyenda la quarta parte de Teguacán."

55 Carta de D. Antonio de Mendoza, virey de Nueva España, al EmPerúdor, dándole cuenta de varios asuntos de su gobierno (10 de diciembre de 1537), dans CODOIN, vol. 2, p. 206. Ce texte est reproduit dans Buckingham Smith, Coleccidn, op. cit., 1.1. p. 119-139, sous le titre : Carta escrita por D. Antonio de Mendoza, virey de Nueva España, al Rey Católico D. Fernando V, dándole cuenta de lo ocurrido en los territorios que estaban bajo su mando. (1537).
On en trouve également une traduction française, sous le titre Lettre de D. Antonio de Mendoza, Premier Vice-Roi du Mexique, au Roi (México, 10 décembre 1537), dans Henri Ternaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., t. 16, p. 229-277.

56 Ibid., p. 206.

57 Robert Ricard, La "conquête spirituelle " du Mexique. Essai sur l'apostolat et les méthodes missionnaires des Ordres Mendiants en Nouvelle Espagne de 1523-24 à 1572, Paris, université de Paris, Institut d'Ethnologie, 1933, Travaux et Mémoires de l’Institut d'Ethnologie - XX, liv. 1, ch. 3, p. 85.
Jean Cazeneuve, Les Dieux dansent à Cíbola - Le Shalako des Indiens Zuñis, Paris, Gallimard-N.R.F., 1957 (4e éd.), ch. 1, p. 14, signale aussi qu'avant l’arrivée au Mexique de Cabeza de Vaca et de ses compagnons :
"(...) deux moines. Pedro Nadal et Juan de Olmeda, au cours d'un voyage d'exploration en Arizona, recueillirent d'autres renseignements au sujet d'un peuple vivant quelque part au nord-est, au bord d'une rivière dans des villes opulentes dont les maisons hautes de plusieurs étages étaient couvertes de pierres précieuses."

58 Antonio de Mendoza, Première Lettre [A l'Empereur Charles V] (fin 1539 ?), dans Lettres d'Antonio de Mendoza. A l'empereur Charles V, dans H. Ternaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., t. 9, Appendice no 3, p. 287. On retrouve ce texte (en espagnol) dans A. Arteaga, "Fray Marcos de Niza y el Descubrimiento de Nuevo México", art. cit., p. 483.

59 Voir supra, n. 55.

60 G. Femández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 35, ch. 7, p. 318.

61 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 183.

62 Á. Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios, op. cit., ch. 38, p. 548.

63 Robert Ricard, "Estebanico de Azamor et la légende des Sept Cités", dans Journal de la Société des Américanistes, Nouvelle série, t. XXI (1929), p. 414.

64 Charles Verlinden, L'Esclavage dans l'Europe Médiévale. Tome premier : Péninsule Ibérique - France, Brugge, De Tempel, 1955, Rijksuniversiteit Te Gent-Werken Uitgegeven Door De Faculteit Van De Letteren en Wijsbegeerte 119e Aflevering, liv. 1, ch. 5, p. 836-837.
Cf., également, à ce sujet, Georg Friederici, Caráter da Desc..... op. cit., ch. 4, p. 40-41.
Les esclaves, dont la possession était souvent un luxe, vivaient en grand nombre dans certaines villes de la péninsule Ibérique. Bartolomé Bennassar signale le fait pour Valladolid dans son étude Valladolid au Siècle d'Or, une ville de Castille et sa campagne au XVIe siècle, Paris La Haye, Mouton & C°, 1967, liv. 3, ch. 4, par. 4, p. 467 :
"L’absence des registres paroissiaux pour les années antérieures à 1540 ne permet pas de savoir si les esclaves étaient nombreux à Valladolid avant cette date. En revanche ces registres établissent à l'évidence que les esclaves abondaient dans les années cinquante."

65 A. de Herreray Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 1, ch. 16, p. 93. Herrera parle ici de Castilla del Oro et de l'Amérique Centrale.

66 Ibid., vol. 9, déc. 4, liv. 9, ch. 14, p. 248.

67 Cf. Relación de las provincias y naciones que los yndios llamados Aruacas, quistan en la costa de Tierra-Firme, doscientas y mas leguas de la Ysla de la Margarita, hazia donde sale el Sol, hecha por mi, Rodrigo de Navarrete, par mandado de Su Magestad, vecino de la dicha Ysla de la Margarita, á donde los dichos yndios vienen á contratar con los Cristianos ; donde tomé dellos la dicha relacion por lenguas é interpretes que á los dichos yndios entendieron, en especial de un morisco que entrellos estuvo en sus tierras doze anos, y por otros que se han dado á entender la dicha lengua y los han conversado en sus tierras, dans CODOIN, vol. 21, p. 221-239.

68 Cédula de Don Carlos (Valladolid, 13-XI-1550) : "Para que los esclauos / berberiscos se echen de / las Yndias." BNM, Ms. no 3017 (Bulas y Cédulas para el gobierno de las Indias, dirigidas a la Audiencia del Nuevo Reino de Granada), fol. 73 r°-74 r°

69 Ibid., fol. 73 r°-73 v°

70 Voir supra, n. 55.

71 Carta de Fray Jerónimo Ximénez de San Esteban á Santo Tomás de Villanueva (Acapichtla, 9-X-I539), dans Nueva Colección de Documentos para la Historia de México, t. 1 (Cartas de Religiosos de Nueva España), op. cit., p. 194 :
"Este pasado mes de Setiembre hizo un año que partió un fraile de S. Francisco, francés de nación, desta ciudad de México."

72 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., t. 2, liv. 4, ch. 42.
On retrouve plusieurs ressortissants de la ville — ou de la région — de Nice en Amérique :
– Un certain Juan de Niza, cité par P. de Cieza de León, fut l'un des fantassins qui participèrent au partage du trésor de Cajamarca. Cf. P. de Cieza de León, Descubrimiento y conquista del Perú, op. cit., ch. 52, p. 180.
Il est également mentionné dans le Memorial de las personas que fueron condenadas en las Yndias e provincia del Perú, sobre la rebelión de Gonzalo Pizarro, por el Licenciado Cianca, Oidor de la Audiencia Real del Perú e Juez delegado para ello (dans CODOIN, vol. 20, p. 486-542). Ce Memorial donne aussi les noms des deux personnages suivants :
– "Pedro de Niza, natural de Niza, sentenciado en cient azotes, e por traydor, e destierro perpetuo a España, e galeras al rremo toda su vida, e perdimiento de bienes." (p. 490).
– "Duarte de Niza, natural de Niza, sentenciado por traydor, e cient azotes e destierro perpetuo a Espafia, e galeras al rremo toda su vida, e perdimiento de bienes.” (p. 491).

73 Madeleine Turrell Rodack, "Fray Marcos de Niza and the Search for Cíbola", dans Adolph F. Bandelier's The Discovery of New México by the Franciscan Monk, Friar Marcos de Niza in 1530 Tucson (Arizona), University of Arizona Press, 1981, p. 28:
"The priest might have been more correctly referred to as "Frère Marc de Nice," but, since he served the Spaniards in the New World, he became known as Fray Marcos de Niza." Le texte de Bandelier publié par M. Turrell Rodack est une traduction de l'article "La Découverte du Nouveau Mexique par le Moine Franciscain Frère Marcos de Nice en 1539", paru dans la Revue d'Ethnographie (Paris), t. V (1886), no 1 (janvier-février), p. 31-48 ; no 2 (mars-avril), p. 117-134 ; no 3 (mai-juin), p. 193-212.

74 A. F. Bandelier, The Discovery..., op. cit., p. 69:
"Having arrived in México in 1531, he went almost immediately to the Pacific coast, and from there to Perú the following year, and accompanied Sebastian de Belalcázar to Quito."

75 Elle est conservée à la BNM avec la cote : Ms. 2950 (fol. I r°-144 v°). Nous donnons dans le vol. 5 de notre thèse (texte dactylographié), appendice no l, doc. no 7, p. 1005-1009, les extraits qui concernent l'action de Fray Marcos de Niza (fol. 51 r° à 52 v°, 53 v° et 66 r°).

76 América en / et Mar del Sur / llamada Imperio / de los Reynos del / Perú, BNM, Ms. 2950, fol. 51 r°

77 Fr. B. de Las Casas, Brev. Relation, op. cit., p. 169-171.

78 Ibid., p. 170.

79 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 2, ch. 168, p. 127. Fray Marcos de Niza a été pour Las Casas une précieuse source de renseignements sur les faits et gestes des conquistadores du Pérou.

80 BNM, Ms. 2950, op. cit., fol. 51 v°-52 r°

81 P. Pedro Ruiz Naharro, Relation de la découverte et de la conquête du Pérou..., op. cit., p. 75-76.

82 Fr. B. de Las Casas, Brev. Relation, op. cit., p. 171.

83 P. de Cieza de León, Descubrimiento y conquista del Perú, op. cit., ch. 32, p. 122.

84 L'expédition avait quitté le Nicaragua le 23 janvier 1534.

85 P. de Cieza de León, Descubrimiento y conquista del Perú, op. cit., ch. 63, p. 217-218.

86 Henry R. Wagner, "Fray Marcos de Niza", dans New México Historical Review, vol. IX (April 1934), p. 184-227 et 336-337.
Nous n'avons pu consulter cet article et nous nous en remettons à l'analyse du document de l'AGI exploité par H. R. Wagner (ancienne cote : 2-2-1), publiée en note dans The Harkness Collection in the Library of Congress - Documents from early Perú - The Pizarros and the Almagros, 1531-1578, Washington, United States, Government Printing Office, 1936, p. 218-219, n. 1 (du doc. no 8).

87 The Harkness Collection... Documents.... op. cit., p. 219, n, 1:
"Fray Marcos was with the expedition from the time of its departure from Puerta [sic] de la Posesión (Corinto) in Nicaragua until Alvarado left Riobamba with Almagro to collect payment for the fleet. The deposition does not indicate whether he accompanied Alvarado from there on or went elsewhere."

88 Document dont fait état Antonio Tibesar, O.F.M., dans Franciscan Beginnings in Colonial Perú, Washington, D. C„ Academy of American-Franciscan History, 1953. Cf. M. Turrell Rodack, "Fray Marcos de Niza and the Search for Cíbola", ét. cit., p. 29-30.

89 Seule la date est sûre, mais il est fort probable que le document — qui fait partie d'un ensemble — a été signé à Santiago de Quito. Cf. The Harkness Collection in the Library of Congress — Calendar of Spanish Manuscripts concerning Perú, 1531-1651, Washington, United States, Government Printing Office, 1932, p. 17-18, doc. no 73.
Ce doc. intitulé Fray Marcos de Niza. Memorandum of autliority to Diego de Almagro. Santiago de Quito, Aug. 29, 1534, ne se compose que de 4 lignes adressées à "el senor mariscal" (Almagro). Il est reproduit, avec sa traduction anglaise dans The Harkness Collection... Documents..., op. cit.,p. 18-19 :
"En XXIX de Agosto de MDXXXIIII años el padre fray Marcos comisario del custodio del nombre de Ihesus dio poder por virtud de lo que tiene al senor mariscal para que pueda tomar posesyon del monasterio e poner persona que hedifique la casa e rresida en el monasterio en su lugar son testigos Mateo de Lezcano e Alonso Hernandes de La Veja e para que pueda gozar de todos los previlegios como padre espiritual de toda la dicha custodia.
Sta estfratre MARCOS DE NISA comisario."

90 Georges Baudot, Utopie et Histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexicaine (1520-1569), Toulouse, éd. Edouard Privat, 1977, ch. 5, par. 2, p. 267, n. 86. L'auteur écrit à propos de Fray Toribio de Benavente (Motolinía) :
"Nous ne voyons pas sur quoi peut bien s'appuyer Fray Lázaro Lamadrid pour affirmer que ce second voyage au Guatemala fut inspiré à Motolinîa par la présence de Fray Marcos de Niza, en 1534, au Nicaragua, lors du trajet qui mena ce dernier du Pérou au Mexique."

91 [Relation de la conquista y poblacion del Perú], RAH, col. Muiioz, t. 60, fol. 143 r°-178 r° J. B. Muñoz, signale dans une note, que l’original est classé dans les "Descripciones y Poblaciones. Simancas. Sala de Indias (leg. 2)" et que l'on doit attribuer ce texte à un religieux. Une autre note — plus récente — indique que le document, publié au Pérou, serait de Cristóbal de Molina.
H. Ternaux-Compans a traduit cette relation, qu'il a publiée avec le titre Relation de la conquête du Pérou, traduite de l'espagnol, sur un inédit de la bibliothèque de M. Temaux-Compans, dans les Nouvelles Annales des Voyages, op. cit., t. 96 (1842, t. 4), p. 257-334. Il précise en note (p. 257) :
"Le manuscrit original se trouve dans les archives des Indes. L'auteur paraît être un religieux, probablement Fr. Marcos de Niza."

92 Voir supra.

93 L'œuvre de Don Juan de Velasco fut écrite au XVIIIe siècle (la dédicace est datée du 15 mars 1789) et imprimée à Quito en 1844. Elle se compose de 3 parties. M. Temaux-Compans a publié la 2'partie dans sa collection Voyages, Relations..., t. 18 (liv. I à 3) et t. 19 (liv. 4 à 5) sous le titre : Histoire du Royaume de Quito, par Don Juan de Velasco, natif de ce royaume. Il a également publié de longs extraits de la 3e partie dans les Nouvelles Annales des Voyages, sous le titre Description du Royaume de Quito (op. cit.).
Juan de Velasco cite abondamment Fray Marcos de Niza. 11 écrit même (t. 18, liv. 3, par. 5, p. 274) :
"A tout prendre, il n’y a de véritable histoire de l'ancien royaume de Quito et des guerres civiles des deux frères que celle qui a été écrite par F. Marcos Niza ; si l'on en supprime les fables et les faits d'une trop haute antiquité, c'est la seule qui mérite le nom de première et vraie source des faits historiques et de la chronologie."
On trouve dans la préface dut. 19 (p. VIII), la liste des œuvres de Fray Marcos de Niza.
Martin Gusinde (p. 47) donne une liste quelque peu différente des œuvres de Fray Marcos :
"Ritos y ceremonias de los Indios ;
Las dos líneas de los Incas y de los Scyris en las provincias del Perú y de Quito ;
Carias informativas de lo obrado en las provincias del Perú y de Quito."
Cf. Martin Gusinde, "Fray Marcos de Niza entdeckt New México im jahre 1539", dans Iberoamerikanisches Archiv, Hamburg - Berlin, XVI (April-Juli 1942), p. 42-58. Cf., également, Clements R. Markham, "The Inca Civilization in Perú", dans J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 1, ch. 4, p. 268.

94 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., III, Elegía a Benalcázar, canto 1, p. 450.

95 México ne devint le siège d'un archevêché que le 11 février 1540.

96 Carta de Don Fray Juan de Zumárraga a un eclesiástico desconocido. - México, 4 de abril de 1537, dans Documentas inéditos del siglo XVI para la Historia de México - Colegidos y anotados por el P. Mariant) Cuevas, S. J. Publicación hecha bajo la dirección de Genaro Garcia por el Museo Nacional de Arqueología, Historia y Etnología, México, Talleres del Museo Nacional de Arqueología, Historia y Etnologia, 1914, doc. no XVII, p. 83-84. L’original est signalé à l'AGI (ancienne cote : 2-2-4,4).

97 Ibid., p. 83-84. A propos de la diffusion de "l'évangile de Jésus-Christ sans procéder à une conquête au moyen des armes", voir R. P. Canedo, "Différentes attitudes face à l'Indien", dans La Découv. de l'Amér..., op. cit.,p. 198-199.

98 P. de Castaneda de Nájera (Relation..., op. cit., ch. 2, p. 10) précise que :
"Fray Marcos de Niça fut préféré, parce qu'il avait déjà fait partie de l'expédition que D. Pedro d'Alvarado avait conduite par terre au Pérou."

99 Fr. T. de Benavente (Motolinîa), Memoriales, op. cit., 1e part., ch. 51, par. 318, p. 195-196.

100 M. Turrell Rodack, "Fray Marcos de Niza and the Search for Cíbola", ét. cit., p. 31-33.

101 Fr. T. de Benavente (Motolinîa), Memoriales, op. cit., 1e part., ch. 51, par. 319, p. 196.

102 Cf. Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit.

103 Fray Juan de Torquemada, Veinte i un libros rituales i Monarchia indiana, Madrid, Of. de Nicolas Rodriguez Franco, 1723, 3 vol. (le texte est de 1615). Reproduction en fac.-sim. (3 vol.), México, Chávez Hayhoe, 1844.

104 Cf. M. Turrell Rodack, "Fray Marcos de Niza and the Search for Cíbola", ét. cit., p. 32.
Voir également, Relaciones de todas las cosas que en el Nuevo México se han visto y sabido, así por mar como por tierra, desde el ano de 1538 hasta el de 1626, por el Padre Gerónimo de Zárate Salmerón, predicador de la órden de los Menores de la provincia del Santo Evangelio. Dirigidas a Nuestro Reverendísimo Padre Fray Francisco de Apodaca, Padre de la Provincia de Cantabria y Comisario General de todas las de esta Nueva-Espana, dans Documentas para servir a la Historia del Nuevo México, 1538-1778, Madrid, Ediciones José Porrúa Turanzas, 1962, Colección Chimalistac de Libros y Documentos acerca de la Nueva Espana, no 13, p. 120-121 :
"En el mismo año [1538] envío el padre provincial otros dos religiosos por tierra por la misma Costa del mar del Sur, caminando hácia el Norte por Jalisco y la Nueva-Galicia. Estos dos religiosos iban en compañía de un capitan y doce soldados, los cuales iban en busca de minas, y pasada toda la tierra que por aquella parte estaba descubierta y conquistada, hallaron dos caminos, bien abiertos. El capitan escogió el de mano derecha y lo siguió diciendo que iba al Norte, y á pocas jornadas dieron en tierras tan agrias que les obligé á volverse atrás, como lo hicieron, y de los religiosos el uno enfermé y también se volvié, y el otro con dos indios intérpretes que llevaba siguió su camino de mano izquierda hácia la Costa, camino muy seguido. (...)"

105 Cf. M. Turrell Rodack, "Fray Marcos de Niza and the Search for Cíbola", ét. cit., p. 32-33. On a même attribué des noms à ces deux moines mystérieux. Robert Ricard écrit que l'un des deux s'appelait Fr. Juan de la Asunción (Voir supra, par. 3).
Voir également, sur cette éventuelle mission d'exploration, Matias de la Mota Padilla, Historia de la conquista de la Nueva-Galicia escrita por el Licenciado Matias de la Mota Padilla en 1742. Publicada por la Sociedad Mexicana de Geografía y Estadística, México, Imprenta del Gobierno, 1870, ch. 22, p. 111.

106 Ces instructions précèdent le texte de la Relaçión de Fray Marcos.
Nous reproduisons ici le document conservé à l'AGI, Patronato, leg. 20, no 5, rarno 10 (2). Deux textes de la Relaçión du Franciscain existent à l'AGI (l'autre avec la cote : Patronato, leg. 20, no 5, ramo 10 (1)).
Le premier document (de 10 fol.) conservé dans le legajo ramo 10(1) — porte la mention suivante : "Relaçión que enbié Don Antonjo de Mendoza del/descubrimjento de las syete cibdades." Le second, de 8 fol. — ramo 10 (2) —, est intitulé : "Relaçión del frayle/para Su Magestad."
Il y a assez peu de différences entre les deux textes qui portent le sceau et la signature de Fray Marcos.
Nous reproduisons intégralement en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse (vol. 5, appendice no l, doc no 8, p. 1010-1035), le document "Relaçión del frayle para Su Magestad" (Nous l'appellerons : doc. A). L'autre, que nous appellerons doc. B, pourrait n'être qu'une copie — avec quelques rares variantes — du doc. A. Nous signalons ces variantes. Certaines parties du doc. A étant détériorées, nous avons complété — entre [ ] — les manques grâce au doc. B. Nous citerons dorénavant le texte du doc. A.
C'est ce dernier qui est reproduit dans CODOIN (vol. 3, p. 329-350) et qui semble avoir été utilisé pour la traduction en langue italienne que propose Ramusio — dans le vol. 3 de ses Navigationi (op. cit., fol. 356 r°-359 v°), sous le titre Relatione del Reverendo Fra/Marco da Nizza — et pour la traduction en langue française publiée, sous le titre Relation de Frère Marcos de Niza, par H. Ternaux-Compans dans sa collection (Voyages. Relations..., op. cit., t. 9, p. 256-284).
Au début des deux documents (A et B) figurent les instructions données à Fray Marcos par le vice-roi Antonio de Mendoza, que nous retrouvons dans CODOIN (vol. 3, p. 325) avec le titre Instrucción de Don Antonio de Mendoza, Visorey de Nueva Espana et dans la collection de Ternaux-Compans (t. 9, p. 249-253) avec le titre Instruction donnée par Don Antonio de Mendoza, Vice-Roi de la Nouvelle-Espagne, Au père Marcos de Niza. Vient ensuite un accusé de réception écrit par le Franciscain et daté du 25 novembre 1538, que Ternaux-Compans sépare, avec le titre Accusé de réception (t. 9, p. 253), mais qui est réuni dans CODOIN (vol. 3, p. 328-329), sous le titre Certificaciones, à l'attestation délivrée par le supérieur de Fray Marcos, Fray Antonio de Ciudad Rodrigo, que Ternaux-Compans présente à part, sous le titre Attestation du père Antonio de Cibdadrodrigo, provincial des franciscains à México (t. 9, p. 254-255).

107 Ce dernier se trouvait sur le terrain en 1538. Une lettre adressée à l'Empereur le 15 décembre 1538 le prouve. Cf. A la S.C.C.M. del Emperador/y Rrey de Espana Nuestro Senor. /A Su Magestad, de Francisco Vázquez de Coronado, de XV de diziembre de 1538. Nueva Galizia (Ciudad de Conpostela), AGI, Audiencia de Guadalajara, leg. 5.

108 Fr. M. de Niza, Relaçidn del frayle para Su Magestad, AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 10 (2), fol. 1 r°

109 Ibid., fol. 1 r°

110 Ibid, fol. 1 v°

111 Ibid., fol. 1 v°

112 Ibid., fol. 1 v°

113 Ibid., fol. 2 r°

114 Cf. supra, ch. 18, par. 3.

115 Fr. M. de Niza, Relaçidn del frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 2 r°

116 Ibid., fol. 2 r°

117 L'attestation de Fray Antonio de Ciudad Rodrigo est datée du 26 août 1539. Ibid., fol. 2 r°

118 Francisco Vázquez de Coronado, [Caria] A Su Magestad. De Francisco Vázquez de Coronado, a 15 de jullio de 1539. / Nueva Galicia. / A la S.C.C.M. del ynvitísimo / Enperadory Senor (Conpostela. a 15 de jullio de 1539 años), AGI, Audiencia de Guadalajara, leg. 5 (4 fol.), fol. 2 r°-2 v° Nous transcrivons intégralement le texte de cette lettre en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no l, doc. no 9, p. 1036-1040.

119 Ce point sera confirmé par la Relaçión de Fray Marcos de Niza.

120 F. Vázquez de Coronado, [Carta] A Su Magestad (15-VII-1539), doc. cit., fol. 2 v°

121 Fr. J. Ximénez de San Esteban, Carta (9-X-1539), doc. cit., p. 194.

122 A. de Mendoza, Première Lettre [A l'Empereur Charles V] (fin 1539 ?), op. cit., p. 289.

123 Cf. Fr. M. de Niza, Relaçión del frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 2 r°

124 Ibid., fol. 2 v°

125 Ibid., fol. 2 v°

126 Ibid., fol. 2 v°

127 Le texte de Fray Marcos ne donne pas suffisamment de détails pour que l'on puisse situer Vacapa avec précision. Et la distance relevée semble plutôt correspondre au village indien de Vaca. Cf. C. Sauer, "The Road to Cíbola", art. cit., p. 25.

128 Fr. M. de Niza, Relaçión del frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 3 r°

129 Les deux documents (A et B) de l'AGI donnent palo qui est certainement une erreur pour palmo ('empan').

130 Fr. M. de Niza, Relaçión del frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 3 r°

131 Ibid., fol. 3 r°

132 Ibid., fol. 3 r°

133 Ibid., fol. 3 r°

134 Ibid., fol. 3 v°

135 Ibid., fol. 4 r°

136 Ibid., fol. 4 v°

137 Ibid., fol. 5 r°

138 Ibid., fol. 5 r°

139 Les bisons furent très longtemps appelés vacas de Cíbola. Les membres des expéditions qui visitèrent le Nouveau-Mexique ne manquèrent pas de décrire ce curieux animal qui étonna les Européens. Pedro de Castaneda de Nájera — l'un des soldats qui étaient partis avec Francisco Vázquez de Coronado — consacre tout un chapitre de sa Relation (op. cit., ch. 8, p. 235 et suivantes) à cet animal : "Où l'on raconte plusieurs choses étonnantes relativement aux bizons que l'on vit dans les plaines."
Nombreux sont les auteurs qui parlent des bisons. Le terme Cíbolas, qui les désignait, s'appliqua aussi à tous les Indiens qui les chassaient. Cf. Handbook of American Indians, op. cit., part. 1, p. 299 (art. "Cíbolas"):
"(Mexican Span.:'buffaloes'). A term applied by early spanish writers to any buffalo-hunting Indians. (...)
Une description détaillée, accompagnée d'un très intéressant croquis de bison, est proposée (en septembre 1598) par Vicente de Zaldívar, Trasunto de como son las Bacas de Clbola, dans la col. Muñoz de la RAH, t. 68, fol. 83 r°
Cf., également, la reproduction du dessin de bison (figurant dans A. Thevet, Les Singularitez de la France Antarctique, éd. d'Antwerp, 1558) que propose Henry W. Haynes, "Early Explorations of New México", ét. cit., p. 488.
Le P. Bernabé Cobo (Hist., op. cit., vol. 1, liv. 9, ch. 60, p. 369) a consacré tout un chapitre de son Historia del Nuevo Mundo à la "vaca de Cíbola". Il compare la bosse du bison à celles du chameau.
Voir, enfin, l'article très documenté de G. Friederici, Amer. Wört., op. cit., p. 188-190 (art. "cí-bolo").

140 Fr. Marcos de Niza, Relaçión del Frayle para Su Magestad, doc. cit. fol. 6 r°

141 Stephen Graham, In Quest of El Dorado, London, Macmillan and C° Limited, 1924, liv. 5, ch. 5, p. 238:
"The Indians of Cíbola would not believe the blackamoor when he said he represented a white race and had a great white emperor. His complexion belied it. The Indians concluded it would be safer to kill him."

142 C'est une erreur manifeste : Fray Honorato avait dû rester en Nouvelle-Galice et Fray Marcos de Niza était demeuré seul. L’auteur parle d'ailleurs un peu plus loin (p. 13) de 3 moines.

143 P. de Castañeda de Nágera, Relation..., op. cit., ch. 3, p. 12-13. La dernière phrase citée est formellement démentie par le récit de Fray Marcos. Mais Castañeda n'est pas toujours très bien ren seigné.
Cf., également, J. Cazeneuve, Les Dieux dansent à Cíbola..., op. cit., ch. 1, p. 16 :
"Il se présentait comme l'ambassadeur d'une très grande nation d'hommes blancs. Ce procédé, qui avait sans doute eu du succès auprès des autres tribus, n'impressionna pas favorablement les Zuñis, lorsqu'il arriva dans l'un de leurs sept villages. Ils pensèrent que ce Noir était un imposteur, qui prétendait venir d'un pays d'hommes blancs et que sa présence n'annonçait rien de bon. En outre, cet étrange personnage s'efforçait, partout où il passait, de séduire les plus jolies Indiennes. Les Zuñis, probablement après avoir tenu conseil, décidèrent de mettre fin à ses exploits."

144 Fr. M. de Niza, Relaçión del Frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 6 v°

145 Ibid., fol. 6 v°

146 Ibid.. fol. 6 v°

147 Ibid., fol. 7 r°

148 Ibid., fol. 7 r°

149 Texte cité par Berta Flores Salinas, México visto par algunos de sus viajeros (siglos XVI y XVII), México, Ediciones Botas, 1964, p. 23.
Cf., également, Robert Tomson, The voyage of Robert Tomson merchant into New Spaine, in the yere 1555, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., t. 6, p. 246-263. Voir aussi, à ce sujet, A. F. Bandelier, The discovery..., op. cit., p. 100-101.

150 Fr. M. de Niza, Relaçión del Frayle para Su Magestad, doc. cit. fol. 7 r°

151 Ibid., fol. 7 r°

152 Ibid., fol. 7 v°

153 Ibid., fol. 7 v°-8 r°

154 Ibid., fol. 7r°

155 Ibid.. fol. 7 r°

156 Ibid., fol. 7 r°

157 Il la place en 1538. Voir supra.

158 Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., 1ère part., ch. 51, par. 319, p. 196.

159 P. de Castañeda de Nagera, Relation..., op. cit., ch. 4, p. 16.

160 Carl Sauer, "The Road to Cíbola", art. cit., p. 28:
"This performance, though not impossible, would be extraordinary, and is entirely out of pace with the previous marches, which represent good average performance in this country for a party afoot."

161 Voir supra.

162 J. Cazeneuve, Les Dieux dansent à Cíbola..., op. cit., ch. 1, p. 16. Adolph Francis Bandelier (The discovery..., op. cit., p. 95), après de nombreuses recherches et un séjour parmi les Indiens Zuñis, aboutit à la conclusion suivante:
"These traditions have the value of being authentic inasmuch as they are purely Indian and peculiar to Zuñi, and are ancient and no created or modified by foreign intrusions. Therefore, it is history, and this history tell us that a Negro was killed at Qa-quima. The two traditions relate to the same facts, but, since the Zuñi of today (called Halona by its inhabitants) is peopled by the descendants of the six or seven ancient pueblos, and each pueblo preserved (and still preserves) its local traditions, that of Qaquima is more definite, agrees more with the events than does the first, which, originating in places where the Negro had never even been seen, merely reflects certain aspects of the story and even those only vaguely."

163 Les références (fol.) que nous donnons ici correspondent à la Relaçión del frayle para Su Magestad, de Fr. M. de Niza, que nous avons citée précédemment.

164 Fr. M. de Niza, Relaçión deI Frayle para Su Magestad, doc. cit., fol. 5 r°

165 Voir supra, par. 4 (l'attestation de Fr. Antonio de Ciudad Rodrigo).

166 Fr. M. de Niza, Relaçión del Frayle para Su Magestad, doc. cit, fol. 5 v°

167 L. Febvre, Le problème de l'incroyance au XVIe siècle..., op. cit., 2e part. liv. 2, ch. 3, par. 4, p. 367.
Sur la véracité de la Relaçión de Fray Marcos, cf. George J. Undreiner, "Fray Marcos de Niza and his journey to Cíbola", dans The Americas, Washington, 1947, vol. III, p. 470-472.

168 Fr. J. Ximénez de San Esteban, Carta a Santo Tomás de Villanueva (Acapichtla, 9-X-1539), op. cit.,p. 195.
Gonzalo Fernandez de Oviedo s'est fait aussi l'écho de cette nouvelle. Il écrit dans son Historia General, op. cit., vol. 4, liv. 40, ch. 1, p. 350 :
"E hay animales de camellos y elefantes, e vacas de las nuestras e montesinas, que las cazan por los montes la gente della, e mucha cantidad de ovejas como las del Perú, e otros animales que tienen un cuerno, solamente, que le allega hasta los pies ; a cuya causa dice que corne echado de lado. Dice que no son unicornios, sino otra manera de animales."

169 Fr. Juan de Zumárraga, [Carta a su sobrino] (México, 23-VIII-1539), dans Tres Cartas Familiares de Fr. Juan de Zumárraga, primer Obispo y Arzobispo de México ; y contestación á otra que le dirige Fr. Marcos de Niza, dans Nueva Colección de Documentas para la Historia de México, op.cit., vol. 1, t. 2 (Códice Franciscano Siglo XVI), p. 283.

170 J. Chevalier et A. Gheerbrant, Dictionnaire des Symboles..., op. cit., t. 4, p. 171 et 172. Voir également, C. Kappler, Monstres..., op. cit., ch. 3, p. 97.

171 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., t. 1, fol. 2 v°

172 J. Soustelle, La pensée cosmologique des anciens Mexicains, op. cit., ch. 5, p. 139.
Voir également, à ce sujet, Daniel G. Brinton, The Myths of the New World. A treatise on the symbolism an Mythology of the Red Race of America, New York, Leypoldt & Holt et London, Trübner & C°, 1868, ch. 8, p. 227-228, et Abbé Brasseur de Bourbourg, "Esquisses d’Histoire, d'Archéologie, d'Ethnographie et de Linguistique, pouvant servir d'instructions générales pour les voyages d'exploration scientifique au Mexique, rédigées par l'abbé Brasseur de Bourbourg, accompagnées d'une carte par M. V. A. Malte-Brun.", dans Nouvelles Annales des Voyages, op. cit., t. 164 (1864, t. 3), p. 42.
De nombreux écrivains font référence à ce mythe des sept tribus et des sept cavernes que l'on retrouve aussi chez les Mayas. Cf. G. Baudot, Les Lettres Précolombiennes, op. cit.,p. 213.
Une intéressante variante du mythe mexicain est signalée par Ernest Desjardins, "Le Pérou avant la conquête espagnole, d'après les principaux historiens originaux et quelques documents inédits sur les antiquités de ce pays", dans Nouvelles Annales des Voyages, op. cit., t. 150 (1857, t. 3), p. 278.
Voir, enfin, les indications données, à propos de ce mythe, par J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 1, ch. 3, p. 138-139, n. 5.

173 Cf. Handbook of American lndians, op. cit., part. 2, art. "Zuñi", p. 1015-1020. Sur les Indiens Zuñis, voir l'abondante bibliographie signalée par l'art, précédent, et J. Cazeneuve, Les Dieux dansent à Cíbola..., op. cit.
Une source importante de renseignements sur cette tribu, est le Twenty-third annual report of the Bureau of American Ethnology to the Secretary of the Smithsonian Institution. 1901-1902, Washington, Government Printing Office, 1904. Cet ouvrage, abondamment illustré, constitue une somme tout à fait remarquable de connaissances sur le sujet. Le cœur de l'ouvrage est l'étude de Matilda Coxe Stevenson, "The Zuñi lndians. Their Mythology, esoteric Fraternities, and Ceremonies", p. 1-642.
Voir également J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 1, p. 395-397.

174 J. Chevalier et A. Gheerbrant, Dict. des Symboles..., op. cit., t. 4, art. "sept", p. 176-177. Ces auteurs s'appuient sur l'étude de Werner Muller, "Les religions des Indiens de l'Amérique du Nord", dans Les religions amérindiennes, Traduit de l'allemand par L. Jospin, Paris, 1962, p. 277-278.

175 P. de Castañeda de Nagera, Relation..., op. cit., ch. 9, p. 42.

176 Voir, par exemple, les photographies publiées par le Handbook of American Indians, op. cit., part. 2, p. 689 et 1016, et les documents photographiques qui accompagnent l'étude de Matilda Coxe Stevenson, "The Zuñi Indians...", ét. cit.

177 Nous l'avons repérée jusqu'en 1600. Cf., ch. 3, par. 4.

178 M. Ferrandis Torres, El mita del oro..., op. cit., ch. 12, p. 127. Cf., également, E. de Gandía, Hist. Crít., op. cit., ch. 5, p. 64-65.

179 R. Ricard, "Estebanico de Azamoret la légende des Sept Cités", art. cit., p. 414.

180 Ibid. p. 414.

181 M. Ferrandis Torres, El milo del oro..., op. cit., ch. 12, p. 128.

182 Robert Ricard, "La diffusion de la légende des Sept Cités en Amérique", dans Journal de la Société des Américanistes, Nouvelle Série, t. XXVIII (1936), p. 404.

183 Ibid., p. 405.

184 Voir supra, par. 5.

185 Carta de D. Antonio de Mendoza (México, 10-XII-I537), op. cit., CODOIN, t. 2, p. 211.

186 [Capitulacián que se tomó] Con el Capildn Hernando de Soto (20-IV-1537), AGI, Indiferente General, leg. 415, liv. 1, fol. 37 r° Texte reproduit dans Buckingham Smith, Colección, op. cit., t. 1, p. 140-146, avec le titre : Asienlo y capitulacion hechos por el Capilan Hernando de Soto con el Emperador Carlos V para la conquisla y poblacion de la Provincia de la Florida, y encomienda de la gobernacion de la Isla de Cuba (1537).

187 Capitulación que se tomó con / Pedro de Aluarado sobre el / descubrimiento de las yslas/del Mar del Sur (Medina del Campo, 5-VIII-1532), AGI, Indiferente General, leg. 415, liv. 1, fol. 133 r°-139 v° Ce document est transcrit dans CODOIN, vol. 22, p. 307-324.

188 Histoire Universelle..., op. cit., t. 114 (1788), liv. 33, p. 454.

189 G. Benzoni, La Historia del Mundo Nuevo, op. cit., liv. 2, p. 172.

190 Fray Antonio de Remesal, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 1, p. 257.

191 Fray J. de Zumárraga, [Caria a su sobrino] (México. 23-VIII-1539), op. cit., p. 283.

192 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 454.

193 G. Fernández de Oviedo, Hist Gen., op. cit., vol. 4, liv. 40, ch. 1, p. 351 :
"Esto que está dicho saqué yo a la letra de las mesmas cartas originales del visorrey e contador."

194 Ibid., vol. 4, liv. 40, ch. 1, p. 351.

195 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 286 : "(...) mas no se concertaron, antes riñeron sobre ello ; y Cortés se vino á España (...)"

196 Hernán Cortés, Memorial dirigido a Carlos V, de 25 de junio de 1540, dans Colección de documentas inéditos para la Hisloria de España, por don Martín Fernández Navarrete, don Miguel Salvá y don Pedro Saínz de Baranda, Madrid, Viuda de Calero, 1842-1895 (112 vol. ), t. IV, p. 210. Ce texte est cité par M. León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sur, op. cit., ch. 5, p. 151.

197 La Relaçión était donc parvenue à la cour dans un délai de 8 mois, puisqu'elle avait été officiellement enregistrée à México le 2 septembre 1539.

198 On voit qu'Antonio de Mendoza avait pris les devants et préparé en peu de temps l'expédition qu'il confia à Francisco Vázquez de Coronado.

199 Cédula de Carlos V a Antonio de Mendoza, 10 de abril 1540. Citée par M. León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sur, op. cit., ch. 5, p. 152-153. Le texte est emprunté à Ciriaco Pérez Bustamante, "Don Antonio de Mendoza, primer virrey de la Nueva España (1535-1550)", dans Anales de la Universidad de Santiago, Santiago de Compostela, vol. III (1928), p. 58-59.

200 Petición de don Hernando Cortés, marqués del Valle, sobre que la visita que se había mandado hacer en la Nueva España tuviese el carácter de juicio de residencia con suspensión de cargos. Madrid 1542. Texte cité par M. León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sur, op. cit., ch. 5, p. 163.

201 Cf, à ce sujet, Proceso del Marqués del Valle y Nuño de Guzman y los Adelantados Soto y Alvarado, sobre el descubrimiento de la Tierra Nueva (Ano de 1541), dans CODOIN, vol. 15, p. 300-409.

202 Interrogatorio preparado por Antonio de Mendoza para la visita que se le hizo (8-1-1547), dans Los Virreyes Espanoles en America durante el Gobierno de la Casa de Austria - México, op. cit., vol. 1, doc. no 7, cargo XXXV, par. 124, p. 80.

203 Ibid., vol. 1, doc. no 7, cargo XL1V, par. 254, p. 103. Et l'on évoque un peu plus loin (par. 255) le comportement haineux de Cortés en métropole.

204 Le texte est repris par Fray Antonio de Remesal, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 12, p. 297. Antonio de Herrera y Tordesillas en donne un résumé ; cf. Historia Gen., op. cit., vol. 14, déc. 7, liv. 6, ch. 5, p. 395, no 35 : "Que ningún Visorrey ni Gobernador se entremeta en descubrimientos."
Ce texte mettait un frein aux ambitions d'Antonio de Mendoza. Celui-ci s'en plaignit amèrement dans une lettre adressée à Juan de Aguilar (son émissaire chargé d'expliquer sa politique aux membres du Conseil des Indes). Le document a été publié par Buckingham Smith dans sa Colección, op. cit., t. 1, p. 7-10, avec le titre : Instrucción de D. Antonio de Mendoza, Virey de Nueva Espana, d Juan de Aguilar sobre lo que debia decir á los senores del Consejo acerca del descubrimiento de las siete ciudades de Poniente. (1539-1543). Nous le retrouvons dans CODOIN, vol. 3, p. 506-511 avec le titre : Carta de D. Antonio de Mendoza á Juan de Aguilar, pidiendo se la autorizase para avenirse con los portugueses sobre la posesión de territorios conquistados (sin fecha). C'est ce dernier texte que nous citons.
Le vice-roi écrit, en particulier (p. 509-510) :
"Con estas cosas y con venir en las nuevas leyes una, que ninguno, Visorey ni Gobemador, pueda entender en descubrimientos, yo perdí lo mas del crédito y reputacion que ténia con la gente para poder llevar adelante la empresa (...)"
Et, après un long raisonnement où apparaît toute sa déception, il indique la cause essentielle qui — selon lui — a déterminé ces dispositions (p. 510) :
"No se como bastan hipocresias vanas, so especial de religion cristiana, para tener á S. M. tan ciego, que crea que los que nunca trataron los negocios los entienden, y que sus criados y los que en estas partes le sirvimos, somos tan desalmados y sin conciencia, que pospongamos el servicio de Dios y el suyo, sin que haya ninguno que se pueda aceptuar de esta opinion. Pluviera á Dios que, como S.M. tiene puestos los ojos en el imperio de Oriente, tuviera uno en el colodrillo con que mirara el de Occidente, que no viera menos grandezas, ni menos dinas de su gran ánimo y pensamientos."

205 Cf., par exemple :
Instrucción a Luis de Velasco (I6-IV-I550) ;
Instrucción al Conde de La Coruña (3-VI-1580) ;
– Instrucciones al Marqués de Villamanrique (I-III-1585) ;
dans Los Virreyes Espanoles en América durante el Gobierno de la Casa de Austria - México, op. cit., vol. 1, respectivement p. 144 (no 47), 242-243 (no 53), 265-266 (no 54).

206 Otra [información] de los [méritos y serbicios] del Adelantado Da Pedro Alvarado, uno de los1os descubridores y conquistadores de Nueva España, Guatemala, Higueras, Honduras y Jalisco. (...) Hecha en Guatemala a 9 noviembre de 1556. (...), AGI, Patronato, leg. 60, no 5, ramo 3.

207 Sur la Relaçión de Fray Marcos de Niza, présentée au vice-roi le 2 septembre 1539, le Franciscain faisait suivre sa signature (fol. 7 v°) de "Vice Comissarjo". On peut donc penser qu'il était devenu Provincial entre le 2 septembre et le 20 novembre 1539.

208 Le passage placé entre tirets a été ajouté en marge dans le manuscrit.

209 [Francisco Marroquin], [Carta] Al Emperador. Episcopus Cuahvtemalensis. Santiago [de los Caballeros], 20 noviembre 1539, dans Documentas referentes a Guatemala. Ano de 1539, RAH, col. Muñoz, t. 63, fol. 294 v° (écriture de Muñoz).
Cf., également, la Carta á S. M. del Adelantado Don Pedro de Alvarado acerca de la nueva espedicion que iba a emprender (Santiago de Guatymala, I8-XI-1539), dans CODOIN, vol. 24, p. 339-342. Alvarado demande en particulier (p. 341) :
"Suplico a Vuestra Magestad no capitule con nadie en toda la Costa de la Nueva España, pues yo lo tengo sobre ml (...)"

210 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 286.

211 Asiento y capitulación que celebró Da Antonio de Mendoza, Virey de Nueva España, y el Adelantado Da Pedro de Alvarado sobre el descubrimiento que ésse ofrecío hacer en el Mar del Sur, provincia de Guatemala, dando la tercera parte a dicho Virey. 1540, AGI, Patronato, leg. 21, no 3, ramo 2, fol. 1 r° Ce document a été publié dans CODOIN, vol. 3, p. 351-362, avec le titre : Asiento y Capitulaciones, entre el virey de Nueva España, D. Antonio de Mendoza, y el Adelantado, D. Pedro de Alvarado, para la prosecución del descubrimiento de Tierra Nueva, hecho por Fr. Márcos de Niza (Pueblo de Tiripitío - Nueva España. Lunes 29-XI-1540). Nous utilisons ici le texte du doc. de l'AGI. Voir l’analyse détaillée du texte de l'accord dans José Milia, Historia de la América Central, Desde el descubrimiento del país por los españoles (1502) hasta su independencia de la España (1821) (...), Guatemala, Establecimiento Tipografico de "El Progreso" (...), 1879, t. 1, ch. 16, p. 312-313.
D. Antonio de Mendoza explique dans sa Carta a Juan de Aguilar (s.d., mais écrite après l'entrée en vigueur des Leyes Nuevas —-1543 —), op. cit., CODOIN, vol. 3, p. 507, les circonstances de cet accord :
"El Adelantado Alvarado aderezó doce navios, como pudo con cuatro cientos hombres y sesenta caballos, y metióse en ellos diciendo, que, por la capitulacion que tenia, le pertenecía esta conquista y vino á un puerto desta Nueva España, donde él é yo nos concertamos y hicimos cierta compañía, en que me dió la meitad de todos sus navios."

212 Ibid., fol. 1 v°

213 Antonio de Mendoza, [Caria] Al muy noble senor Gonzala Hernandez de Oviedo, alcaide de la fortaleza de Sancto Domingo en la isla Española y cronista de Su Majestad, dans G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 33, ch. 52, p. 253.

214 Il s'agit d'Acajutla, au Guatemala.

215 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 40, ch. 2, p. 351.

216 Cf. Antonio de Mendoza, Caria de Don Antonio de Mendoza, virey de la Nueva España, al Comendador mayor de León, participdndole ta muerte del adelantado de Guatemala y Honduras, y el estado de otros asunlos (México, 10 de marzo de 1542), dans Carias de Indias, op. cit., vol. 1, doc. no 45, p. 253-255.

217 Cf. M. León-Portilla, Hernán Cortés y la Mar del Sur, op. cit. ch. 5, p. 161-162.
Voir, également, la Relacion, ó diario, de la navegacion que hizo Juan Rodriguez Cabrillo con dos navios, al descubrimiento del paso del Mar del Sur al norte, desde 27 de Junio de 1542 que salió del puerto de Navidad, hasta 14 de Abril del siguiente año que se restituyó á él, haviendo llegado hasta el altura de 44 grados, con la descripcion de la costa, puertos, ensenadas, é islas que reconoció y sus distancias, en la estension de toda aquella Costa (1542), dans Buckingham Smith, Colección, op. cit., t. 1, p. 173-189. (L'original se trouve à l'AGI).
Cabrillo était un "portugués honrado, valiente y práctico en la marina", comme le signale Francisco Xavier Clavijero dans son Historia de la Antigua o Baja California (Estudio preliminar por Miguel León-Portilla), México, Editorial Porrúa, S.A., 1970, col. "Sepan Cuantos..." no 143, liv. 2, ch. 2, p. 75.

218 Juan de Zaldívar — Basque d'origine — était le neveu de Cristóbal de Oñate. Cf. Ma. Lourdes Díaz Trechuelo, Navegantes y Conquistadores Vascos, Madrid, Publicaciones Españolas, 1965, col. "Temas de España ante el Mundo", no 20, ch. 5, p. 111.

219 P. de Castañeda de Nagera, Relation..., op. cit., 1ère part., ch. 7, p. 29.

220 Carta á S. M. del Virey de Nueva España D. Antonio de Mendoza en que refiriéndose á una de los que iban á Cíbola, se reftere lo que es aquella tierra. Que en volviendo á México escribiria mas largo pues estaba enfermo de una calentura que habia contraido en Colima. A 17 de abril (1540 Jacona), AGI, Patronato, leg. 184, no 1, doc. 31 (3 fol.). C’est ce texte, signé par le vice-roi (fol. 3 r°), que nous citons ici.
Le document a été publié dans CODOIN, vol. 2, p. 356-362, avec le titre : Carta del virey D. Antonio de Mendoza al Emperador, sobre asuntos de su Gobierno (17 de abril de 1540).
Une traduction française a été publiée par H. Ternaux-Compans, avec le titre : Deuxième Lettre, dans les Lettres de D. Antonio de Mendoza. Cf. Voyages. Relations..., op. cit., t. 9, appendice no 3, p. 290-298.

221 Ibid., fol. 1 v°

222 Le vice-roi donne des extraits du rapport de Melchor Díaz dans sa lettre.

223 Ces renseignements, longuement rapportés dans le document, donnent une idée assez précise de la vie des Indiens Zuñis.

224 P. de Castañeda de Nagera, Relation..., op. cit., 1ère part., ch. 7, p. 30.

225 Ibid., 1ère part., ch. 4, p. 16 :
"Il [Fray Marcos] augmenta encore l'importance de la découverte en ne la communiquant qu'à ses plus chers amis, et en leur faisant promettre le secret."

226 Voir supra, par. 4.

227 Fray Juan de Zumárraga, Tres Carias Familiares de Fr. Juan de Zumárraga, primer Obispo y Arzobispo de México y contestación a orra que le dirige Fr. Marcos de Niza. (Publicadas en el Boletín de la Real Academia de la Historia), Madrid, Imprenta de Fortanet (...), 1885, p. 7, n. I (notes de Marcos Jiménez de la Espada).
La quatrième lettre (p. 16) que mentionne M. Jiménez de la Espada a été écrite par Zumárraga le samedi 27 février 1546 en réponse à une lettre de Fray Marcos écrite un vendredi (vraisemblablement la veille). Ce dernier suppliait son protecteur de lui apporter le réconfort d'un peu de vin pour soigner sa maladie :
"(...) Sabra V. S. que por dejar la tierra caliente me ha ido muy mal ; por esto nuestro P. provincial me manda volver á ella en Xuchimilco, y como yo, huérfano, no tengo padre ni madre, amigo ni abrigo sino á vuestra señoria, el cual he hallado mas que padre en todas mis necesidades, y esto, sin yo merecerlo, por la sobrada y demasiada caridad de vuestra señoría ; por la cual suplico á vuestra señoría, que si por algunos meses me pudiere hacer limosna de un poco de vino de lo que tengo tanta necesidad, por ser mi enfermedad falta de sangre y de calor natural, recibire muy grandísima limosna (...)”
Et Zumarraga répondit (p. 16-17) :
"A esto digo, padre mio, siervo de Dios, que por los meses y años que yo viviere, mientras durare vuestra enfermedad y necesidad, cada mes una arroba de vino se os dará, y desde agora os lo envio y pongo en Martin de Aranguren que os lo dé á mi cuenta de lo mejor que hobiere (...)"
De plus, il terminait sa lettre avec les mots suivants :
"Y si más fuere menester se dará de buena gana."

228 Cf. Copia y Relación de la orden que se tiene en celebrar los Capítulos Provinciales desta Provincia del Santo Evangelio, que es de la Orden de Sant Francisco en la Nueva España ; y de los Capltulos que se han celebrado, y de las Actas que en ellos se han ordenado, las cuales se guardan so las penas en ellas contenidas, dans Nueva Colección de Documentas para la Historia de México, op. cit., vol. 1, t. 2, Códice Franciscano - s. 16, p. 144, où il est précisé que Fray Marcos fut le 3e provincial et qu’il succéda à Fray Antonio de Ciudad Rodrigo.
Cf., également, Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 42, p. 113 :
"Acabado su trienio, promovieron por tercero provincial a Fr. Marcos de Niza, natural de la mesma ciudad, en el ducado de Saboya, hombre docto y religioso, que con celo de la salud de las aimas, empleó lo más del tiempo de su oficio en descubrir tierras nuevas en aquella parte que llamaron Cíbola, y de los grandes fríos que pasó, lo hallé yo cuando vine de España, morador en Jalapa, gafo o tollido de pies y manos ; y sintiendo que se le llegaba la hora de la muerte, por enterrarse con los santos viejos, se hizo traer a México, donde acabó la peregrinación de esta vida."
P. de Castañeda de Nájera (Relation..., op. cit., 1ère part., ch. 4, p. 17) signale que le vice-roi aurait usé de son autorité pour orienter ce choix :
"L’influence du vice-roi détermina les Franciscains à choisir frère Marcos pour leur provincial (...)"

229 Fr. J. de Mendieta, Hist., Ecles. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 5 (2e part.), ch. 3, p. 235.

230 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 29, ch. 33, p. 349.

231 A. Vázquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., I, liv. 4, ch. 1, p. 130. Voir également, F. Asís de Icaza, Dicc. autobiográfico, op. cit, no 364, p. 186-187.
Une intéressante biographie de Coronado, signée par Ferdinand Denis, se trouve dans la Nouvelle Biographie Générale depuis les Temps les plus reculés jusqu'à 1850-60 (...), Paris, Firmin Didot Frères, Fils et Cie, Editeurs, 1857-1886 (46 vol.), vol. 45 (1866), p. 985-986 (Réimpr. : Copenhague, Rosenkilde et Bagger, 1963-1969, 46 t. en 23 vol).

232 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 29, ch. 33, p. 349.

233 P. de Castaneda de Nágera, Relation..., op. cit., 1ère part., ch. 4, p. 17.

234 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 13, déc. 6, liv. 9, ch. 11, p. 279-280.

235 Testimonio en relación de la gente, armas y municiones que salió de Compostela en N. E. (siendo Virrey de ella Dn. Antonio de Mendoza) que se llevó á la tierra nuevamente descubierta por el Padre Fray Marcos de Niza, cuyo General fue Francisco Vázquez Coronado. (1540) Compostela, AGI, Audiencia de Guadalajara, leg. 5. Ce doc. comprend 11 fol. Il a été transcrit intégralement par Arthur S. Aiton, "Coronado’s Muster Roll", dans The American Historical Review, vol. XLIV, no 3 (April 1939), p. 556-570 (p. 559-570 pour le doc.). Nous utilisons ici le texte de l’original.

236 Ibid., fol. 9 v° La dernière phrase citée semble avoir été rajoutée : elle est écrite en évitant les 3 traits obliques qui marquent le bas du fol. Le dernier mot, qui nous paraît devoir être lu ymbía, et que nous traduisons "expédie" a été transcrit ymbio par A.S. Aiton (cf. note précédente). Le doc. est daté du 27 février 1540 — la veille du départ de Coronado — or, cette phrase se réfère à l’expédition maritime de Hernando de Alarcón, que l’on devait être en train de préparer. Il paraît donc difficile de lire ymbió ('expédia').

237 Información recibida a peticián del virrey de N. España Dn. Antonio de Mendoza de la gente que iba a poblar la Nueva Galicia con Francisco Vázquez Coronado Gobernador de ella. 1540, AGI, Patronato, leg. 21, no 2, ramo 3 (6 fol.).

238 Ibid., fol. 1 r°

239 Ynterrogatorio / para la residencia del Virey Dn. An/tonio de Mendoza. 1543. / México. / Visita del Licenciado de Sandoval. Principio de una de las pro/vanzas de descargos del Virrey Dn. Antonio de Mendoza. / 1543 (le doc. est du 8-1-1547), AHN, Diversos, Serie de Indias, cajas I a 9, doc. no 46, par. 199 (pagination fantaisiste) :
"Yten si saben - que la gente que salió de la Villa de San / Miguel de Culuacán, que es el postrer lugar de Galizia/de la Nueva España para yr en descubrimiento de la Tier/ra Nueva de Cíbola con el Capitán General Francisco Vázquez / de Coronado fueron hasta dozientos y cinquenta españo/les de a cavallo, los quales así para sus personas como para su carruaje, armas y bastimentos, y municiones, / y otras cosas neçesarias para el dicho viaje llevaron más / de mill cavallos y azémilas. Y así lo dirán los testigos / porque lo vieron y hallaron presentes y fueron al dicho / viaje. Digan - lo que saben -"
Le texte a été publié avec le titre Interrogatorio preparado pur Antonio de Mendoza para la visita que se le hizo (8-1-1547), op. cit., cargo XLI, par. no 199, p. 93.
Diego Muñoz Camargo, Hist. de la Rép. de Tlaxcallan, op. cit, p. 186 (t. 99), avance de son côté que "plus de mille Espagnols très-bien équipés" participaient à l'expédition.
Dans les rapports écrits sur la carrière des soldats et des capitaines, il n'est pas rare de trouver mentionnée l'expédition de Vázquez de Coronado. Cf, par exemple :
Otra [información] de los [méritas y serbicios] de Juan de Paladinas. Se halló en la jornada de Cíbola con el Gobernador don Francisco Vázquez Coronado. Mégico, 6 de junio de 560. [1560], AGI, Patronato, leg. 63, no l, ramo 5.
Información de los méritas y servicios de Rodrigo de Paz Maldonado. Se halló en el descubrimiento y conquista de Santa Maria con el Adelantado Dn. Alonso Luis de Lugo, en el de las 7 ciudades en N. E. con Francisco Vázquez Coronado y después en la pacificación del Perú ayudando a Blasco Núñez Vela. (...)(1564), AGI, Patronato, leg. 112, no 1, ramo 2.
Otra [información] de los [méritos y servicios] de Miguel de Entrambasaguas, natural de Burgos. Sirbió en la conquista del Perú y jornada de las 7 ciudades y después con don Gonzalo Pizarro cuando mataron a Pedro de Puelles. (1576), AGI, Patronato, leg. 121, no l, ramo 8.

240 Il écrit à l'Empereur dans la lettre qu'il adresse, de Jacona, le 17 avril 1540 (Carta á S.M. del Virey..., op. cit., fol. 1 r°) :
"Desde Conpostela, a postrero de hebrero, screuí a V. M. haziéndole rela/çión de mi venida allí y partida de Francisco Vázquez con la gentte que en nombre / de V. M. enbiaua a la paçificaçión y asientto de la tierra nuevamente / descubiertta (...)"

241 Ibid., fol. 1 r°
Le capitaine Juan Jaramillo, qui faisait partie de l'expédition, en a laissé un récit. Il se trouve à l'AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 8, doc. no 1, avec le titre : Relación hecha por el capitán Juan Jaramillo del suceso de la jornada que había hecho a la tierra nueva de Nueva España en el descubrimiento a Quivira y Cíbola yendo por General de ella Francisco Vázquez Coronado. Il se compose de 6 fol. C’est le texte que nous utilisons.
Muñoz a reproduit le doc. dans sa Colección (t. 65, fol. 13 r°-19 r°) ; nous le retrouvons dans la Colección de Buckingham Smith (op. cit., t. 1, p. 154-163) avec le même titre : Relación que dió el Capitan Joan Jaramillo, de la jornada que hizo á la tierra nueva, de la qual fue General Francisco Vázquez de Coronado (1542).
Une traduction française existe dans H. Ternaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., t. 9, p. 364-382. Elle porte le titre : Relation du voyage fait à la Nouvelle-Terre, Sous les ordres du général Francisco Vasquez. de Coronado, commandant de l'expédition. Rédigée par le Capitaine Juan Jaramillo.
A. de Herrera y Tordesillas a largement utilisé cette relation. Cf. Historia Gen., op. cit., vol. 13, déc. 6, liv. 9, ch. 11 et 12, p. 279-289.
Jaramillo confirme la distance de 80 lieues, et il précise que dans la région de Culiacán, on trouve un "camino despoblado y sin comidas" (Ms. de l'AGI, fol. 1 r°).

242 Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descubrimiento de Çívola (Anonyme), AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 8, doc. no 2, fol. 1 r°
Ce doc. a été inséré par Muñoz dans sa Colección, t. 65, fol. 20 r°-25 r° (Relación del suceso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descubrimiento de Cíbola, 1542). On le retrouve, avec le même titre, dans Buckingham Smith, Colección, op. cit., t. 1, p. 147-154.

243 Chichilticalli ('la maison rouge').

244 P. de Castañeda de Nágera, Relation..., op. cit, 1ère part., ch. 9, p. 40-41.

245 D. Muñoz Camargo, Hist. de la Rép. de Tlaxcallan, op. cit., p. 187 (t. 99).

246 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 202, p. 408.

247 Il a donné une relation de ce voyage, qui a été publiée par Ramusio dans le vol. 3 de ses Navigation !... (op. cit., fol. 363 r°-370 v°), avec le titre : Relatione della navigatione/& scoperta che fece il Capitano Fernando Alarcone per ordine/dello lllustrissimo Signor Don Antonio di Mendozza/Vice Re della nuova Spagna, data in Colima, porto della nuova Spagna.
Une traduction française du document existe dans H. Ternaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., t. 9, Appendice IV, p. 299-348, avec le titre : Relation de la navigation et de la découverte faite par le Capitaine Fernando Alarcon. Par l'ordre de l'illustrissime seigneur don Antonio de Mendoza, donnée à Colima, port de la Nouvelle-Espagne.
Antonio de Herrera y Tordesillas a largement utilisé ce document ; cf. Historia Gen., op. cit., vol. 13, déc. 6, liv. 9, ch. 13 à 15, p. 291-306.

248 H. de Alarcón, Relation, op. cit., ch. 3, p. 315.

249 Ibid., ch. 5, p. 324-325.

250 Ibid., ch. 7, p. 335.

251 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 202, p. 408.

252 Cf. Instruccion que debia observar el capitan Hernando de Alarcon en la expedicion á la California que iba á emprender de órden del virey D. Antonio de Mendoza (México, 31-V-I541), dans Buckingham Smith, Colección, op. cit., t. 1, p. 1-6. L'original se trouve à la Bibliothèque de l'Escorial.

253 Ibid, p. 4.

254 Ibid., p. 4-5.

255 Cf. G. Baudot, Utopie et histoire au Mexique..., op. cit., ch. 1, p. 20.

256 J. Jaramillo, Relación (Ms., AGI), op. cit., fol. 2 r°.

257 Relaçión del suçeso de la jornada que Francisco Vázquez hizo en el descobrimento de Çívola (Ms., AGI), doc. cit., fol. 1 v°

258 Traslado de las nuevas que vinieron de la / çibdad de Çíbola que es en la Tierra Nueva, AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 8, doc. no 3. Ce court document de 2 fol. (1 fol. r°-v° pour le texte) a été faussement daté de 1531. Cette erreur est d'ailleurs corrigée dans le sobrescrito où l’on signale "154..". Cependant l'année 1531 apparaît dans la transcription de CODOIN (vol. 19, p. 529-532) : Traslado de las nuevas y noticias que dieron sobre el descobrimento de una Cibdad, que llamaron de Cíbola, situada en la Tierra Nueva. Ano de 1531. La date exacte de l'original, suivant les faits relatés, pourrait être 1540 ou 1541.

259 Ibid., fol. 1 v°

260 Le texte figure dans le t. 3 des Navigationi de Ramusio (fol. 359 v°-363 r°) avec le titre : Relatione che mando Francesco Vazquez di Coronado, Capitano Generale della gente che fu mandata in nome di Sua Maesta al paese nouamente scoperto, quel che successe nel viaggio dalli ventidua d'Aprile di questo anno MDXL che parti da Culiacan per innanzi, & di quel che trouo nel paese doue andaua.

261 Ibid., fol. 361 r° :
"Restami hora à dar conto delle sette città, & Regni, & Prouincie, di che il padre Prouinciale diede relatione à Vostra Signoria, & per non dilatarmi molto, posio dirle in uerità che in niuna cosa che dise, ha detto il vero, ma è stato tutto al rouescio, eccetto nel nome delle città, & delle case grandi di pietra, perche auuega che sian lauorate di turchino, ne di calcina, ne di mattoni sono, nondimeno bonissime case, di tre, di quattro, & di cinque solari, doue sono boni alloggiamenti, & belle stanze con coridori, & certe stanzze sotto terra assai buone, & mattonate, le quali son fatte per lo inuerno, & sono quasi alla maniera delle stufe, & le scale che hanno per le lor case son quasi tutte leuatoie, et portatili, che si leuano & mettono quando lor piace, & son fatte di dua legni con i lor scaloni corne le nostre."

262 Ibid., fol. 361 r° :
"Le sette città, sono sette terre picciole tutte di queste case che io dico, & stan tutte vicine à quattro leghe, & si chiamano tutti Regno di Ceuola, & ciascuna ha il suo nome, & niuna si chiama Ceuola, ma tutte in insieme si chiamano Ceuola (...)"

263 Ibid., fol. 361 v°

264 P. de Castañeda de Nagera, Relation..., op. cit., 1ère part., ch. 9, p. 42.

265 Traslado de tas nuevas que vinieron de la çibdad de Çíbola que es en la Tierra Nueva, doc. cit., fol. 1 v°

266 J. Cazeneuve, Les Dieux dansent à Cíbola..., op. cit., ch. 1, p. 13.

267 Signalons, à propos de Cíbola, l'intéressant article, qui résume bien la question, de Silvana Serafin, "Frate Marco da Nizza, Francesco Vázquez Coronado, Fernando Alarcon e il mito delle "Sette Città"", dans Studi di Letteratura Ispano-Ame ricana no 9, Milano, Cisalpino-Goliardica, Universitá degli Studi di Venezia, Facoltà di Lingue e Letterature Straniere, Seminario di Letteratura Iberiche e Iberoamericane, 1979, p. 123-139, et l’ouvrage de George P. Hammond et Edgar F. Goad, agrémenté de nombreuses gravures : The Adventure of Don Francisco Vásquez de Coronado, Albuquerque, The University of New México Press, 1938. Cf., également, George P. Hammond et Agapito Rey, Narratives of the Coronado Expédition, 1540-1542, Coronado Cuarto Centennial Publications, 1540-1940, vol. 2, Albuquerque (New México), University of New México Press, 1940.
En ce qui concerne l’apparition de Cíbola sur les cartes géographiques, voir ch. 23, par. 4, et l’étude placée en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no 2, p. 1084-1131.

Table des illustrations

Légende No 14 - Lettre autographe de Nuño de Guzmán (Chiametla, 15-1-1531). AGI, Patronato, leg. 184, doc. no 17(1re lettre).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende No 15 - Début du texte des Instructions Officielles données à Fay Marcos de Niza (1539). AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 10 (2), fol. 1 r°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende No 16 - Sceau et signature de Fray Marcos de Niza à la fin du texte de sa Relaçión (1539). AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 10 (2), fol. 7 v°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende No 17 - Dernier folio de la Relaçión de Fray Marcos de Niza (1539). AGI, Patronato, leg. 20, no 5, ramo 10 (2), fol. 8 r°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47953/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende No 18 - La ville de Zuñi. Gravure publiée dans Le Tour du Monde, 1er semestre 1860, p. 360.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47953/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende No 19 - Lettre de Francisco Vázquez de Coronado adressée à Charles Quint (Compostela, 15-VII1539), fol. 3 r°. AGI, Audiencia de Guadalajara, leg. 5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47953/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende No 20 - Itinéraire de l'expédition de Francisco Vázquez de Coronado vers Cíbola et Quivira. D’après Ruge, Das Zeitalter der Enldeckungen, p. 417.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47953/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende No 21 - Texte autographe et signature du vice-roi Antonio de Mendoza à la fin d'une lettre adressée à Charles Quint (Jacona, 1540).AGI, Patronato, leg. 184, no 1, doc. no 31, fol. 3 r°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47953/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 355k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search