Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Troisième partie : Le temps de l'épopée

Chapitre XXI. L’or et les richesses légendaires du temps de la Conquista

Texte intégral

  • 1 Lettre d'un soldat de Cajamarca à son oncle (20-VII-1533), Trad. de P. Duviols, dans Francisco de J (...)

"Il y a ici plus d'or et d'argent qu'il n'y a de fer en Biscaye…"
(Lettre d'un soldat de Cajamarca à son oncle, 20-VII-1533)1.

1L'or, l'argent, les perles, les pierres précieuses, découverts en abondance par les conquistadores ont fait rêver l’Amérique et l'Europe. De nombreuses légendes se rattachent à cette obsession généralisée des richesses que l'on note tout au long de la Conquista, et même bien au-delà. L'or, surtout, a intéressé les Européens qui ont entrepris de folles expéditions, souvent au péril de leur vie, pour posséder quelques lingots. Le personnage de l'indiano, du perulero, qui apparaît tant de fois dans les œuvres littéraires, est l'une des conséquences de l'incroyable boulimie de métal jaune qui a caractérisé l'époque de la Conquista. L'or excitait l'imagination et permettait de rêver. Aussi n'est-il pas rare de trouver dans les documents du XVIe siècle, des descriptions de trésors ou des allusions à des richesses introuvables que l'on recherche activement.

  • 2 Cf. Historia Social y Económica de España y América, Dirigida por J. Vicens Vives, vol. 3 : Los Aus (...)
  • 3 Earl J. Hamilton, American treasure and price revolution in Spain (1500-1650), Cambridge-Massachuse (...)
  • 4 Pierre Vilar, Or et monnaie dans l'Histoire. 1450-1920, Paris, Flammarion, 1974, col. "Science Flam (...)

2Les quantités d'or américain exportées vers l'Espagne n'étaient pas considérables au début de la période d'expansion européenne dans les Indes Occidentales. Si nous suivons les données fournies par l'Historia Social y Económica de España y América de J. Vicens Vives, nous constatons que de 1503 — date de l'établissement de la Casa de la Contratación de Séville, qui contrôlait l'ensemble du commerce transatlantique — à 1520, les exportations de métal précieux américain correspondent à une valeur de 3,4 millions de pesos. De 1521 à 1545, à 10,5 millions de pesos, alors que le total pour la période 1503-1600 est estimé à 214,4 millions de pesos. C'est-à-dire que de 1503 à 1545, le trésor américain officiellement exporté ne correspond qu'à 6,48 % du total exporté au cours du XVIe siècle2 ! Pierre Vilar, s'appuyant sur une étude de Earl J. Hamilton3, précise que de 1503 à 1510, 4 950 kilos d'or auraient été exportés ; de 1511 à 1520, 9 153 kilos ; de 1521 à 1530, 4 889 kilos, et que de 1551 à 1560 on aurait transféré 42 600 kilos de métal4. La progression est impressionnante. Nous devons toutefois retenir de ces constatations que l'époque de la Conquista n'est pas celle où l'or américain inondait l'Espagne. Et l'on pourrait même penser que, paradoxalement, la Conquista coûtait plus qu'elle ne rapportait.

3Cependant, les conquistadores ont eu, parfois, le sentiment que l'or et l'argent étaient très abondants. C'est ainsi que Vasco Núñez de Balboa déclare dans la lettre qu'il adresse à la Couronne le 20 janvier 1513 :

  • 5 V. Núñez de Balboa, Caria dirigida al Rey… (20-1-1513), op. cit., p. 217.

"(…) jusqu'à présent nous avons attaché plus de prix à la nourriture qu'à l'or car l'or nous faisait moins défaut que la santé et, souventes fois, en de nombreux endroits, je me réjouissais plus lorsque je découvrais un panier de maïs qu'un panier d'or : j'en donne l'assurance à Votre Altesse Royale, car sans cesse la nourriture nous a manqué plus que l'or5."

4Nos conquistadores s'appropriaient alors le métal précieux que les indigènes avaient thésaurisé pendant des siècles. L'essentiel de l'or que l'on parvenait à se procurer procédait de l'orpaillage ou de l'exploitation rudimentaire de quelques filons. Les autochtones avaient ainsi accumulé une certaine quantité d’or, et l'on pouvait constater l'existence de trésors détenus par les chefs. Avec la découverte de ces trésors et leur transfert — parfois aléatoire — sont apparues des légendes qui ont suscité un émerveillement intéressé. Car c'est à l'époque de la Conquista que l'on a pu voir, pour la première fois, de grandes quantités de métal précieux.

1 - Butin, rançons et trésors

5Les découvertes d'or et de perles avaient été fréquentes depuis le début de l'établissement des Européens dans le Nouveau Monde. Les Indiens possédaient toujours quelque objet de métal jaune, quelque bijou, ou connaissaient un banc d'huîtres perlières ou un cours d'eau qui roulait des pépites d'or. De petits "trésors" furent ainsi repérés qui donnèrent beaucoup d'espoir et excitèrent l'avidité des nouveaux venus. Cependant, ce n'est qu'à Tenochtitlán, en 1519, que l'on vit un trésor de grande importance : c'est celui qui se trouvait dans le "magasin aux bijoux" d’un palais de Moctezuma.

***

6Quand Hernán Cortés et ses troupes arrivèrent dans la capitale aztèque, le 8 novembre 1519, l’empereur Moctezuma les reçut magnifiquement et les hébergea dans le palais qu’il tenait de son père, l'empereur Axayácatl. Les Espagnols s'installèrent donc dans ce vaste édifice qu'ils entreprirent de visiter avec beaucoup de soin. C'est alors qu'ils découvrirent un trésor derrière une porte qui avait été murée. Ce serait, d'après la Relación d'Andrés de Tapia — l'un des membres de l’expédition — Hernán Cortés lui-même qui aurait découvert ce secret :

  • 6 Andrés de Tapia, Relación hecha por el señor Andrés de Tapia, sobre la conquista de México, dans Co (...)

"Le Marquis, s'étant reposé quelque peu de son entrée à Mexico, et soucieux de préserver sa vie et celle de ses hommes, se promenait dans le logement qu’il occupait. Il aperçut alors une porte qui lui parut avoir été condamnée depuis peu à chaux et à pierre. Il la fit ouvrir, franchit le seuil et découvrir au delà un grand nombre de salles. Dans plusieurs de celles-ci il y avait une énorme quantité d'or sous forme de bijoux et d'idoles, et beaucoup de plumes. Nombre de ces objets étaient remarquables. Il y était entré avec deux de ses serviteurs et en ressortit sans toucher à quoi que ce soit6."

7Puis, quelque temps plus tard, Cortés informa Moctezuma de la découverte du trésor et, pour s'excuser, expliqua que ses hommes étaient trop curieux :

  • 7 Ibid, p. 580.

"(…) et [Cortés] lui dit : "Ces Chrétiens sont turbulents et en circulant dans ce palais ils ont trouvé une certaine quantité d'or et s'en sont emparés. Ne vous chagrinez pas pour cela." Et lui, répondit libéralement : "Cela appartient aux dieux de ce peuple : laissez les plumes et ce qui n'est pas de l’or et emportez l'or. Quant à moi je vous donnerai tout celui dont je pourrais disposer (…)7"

  • 8 Axayácatl a été élu empereur en 1469 et a régné jusqu'en 1481. Ses successeurs furent Tizoc (1481-1 (...)
  • 9 S. de Madariaga, Hernan Cortès, op. cit., part. 3, ch. 16, p. 314.

8Car le palais d'Axayácatl, le père de Moctezuma8, était alors "un temple, un couvent de prêtresses et la maison du trésorier impérial"9. Cette pièce secrète, où avait été entreposé un immense trésor, fut appelée "le magasin aux bijoux".

  • 10 Ibid., part. 4, ch. 19, p. 363.

9Moctezuma aurait donc accepté de bonne grâce de livrer aux Espagnols le métal précieux du palais d'Axayácatl. Torquemada, "qui fonde explicitement son récit sur celui, maintenant perdu, d'un autre témoin oculaire, Alonso de Ojeda"10, donne à peu près la même version des faits qui "blanchit" les conquistadores en soulignant la libéralité de Moctezuma. Mais un troisième témoin oculaire nous livre une version sensiblement différente des faits. Bernal Díaz del Castillo était présent et raconte avec sa franchise habituelle ce qui se serait produit à ce moment-là. D’après lui, les soldats espagnols recherchaient dans le palais un endroit convenable pour installer une chapelle. Alonso Yáñez, "plâtrier", calculait où il pourrait bien construire l'autel. Alors, écrit Bernal Díaz del Castillo :

  • 11 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 93, p. 341.

"(…) il vit sur une paroi des traces qui semblaient correspondre à une ancienne porte murée que l'on avait très soigneusement obturée avec du plâtre. Et comme le bruit courait et que l'on avait appris que Montezuma conservait dans ces appartements le trésor de son père Axayaca, on soupçonna sa présence dans cette pièce qui avait été condamnée et murée récemment (…)11"

10Nous apprenons ainsi que Moctezuma avait fait murer l’entrée de la pièce peu de temps avant l'arrivée des Espagnols et que ces derniers se doutaient de l'existence du trésor qu'ils recherchaient activement. Le choix de l’emplacement de l’autel n’était-il pas un habile prétexte? Doña Marina — l'interprète et la compagne de Cortés — ou les alliés tlaxcaltèques devaient bien savoir que les empereurs aztèques entassaient des richesses. Il était fort probable que ce palais d'un ancêtre, temple et demeure du trésorier impérial, recélât des monceaux d'or. Il suffisait d’un peu de patience, de perspicacité et de l'avis éclairé d'un expert. Alonso Yáñez prévint donc ses supérieurs, Juan Velázquez de León et Francisco de Lugo — parents de Bernal Díaz del Castillo — qui avisèrent incontinent Hernán Cortés :

  • 12 Ibid., vol. 1, ch. 93, p. 341.

"(…) et ils en informèrent Cortés, et l'on ouvrit la porte en secret. Quand elle fut ouverte, Cortés et quelques capitaines pénétrèrent les premiers et virent une telle abondance de bijoux et de plaques en or, ainsi que de nombreux lingots, des pierres vertes ["chalchihuites"] et d'autres richesses, qu’ils restèrent muets de ravissement en découvrant un si grand nombre de richesses. Puis la nouvelle circula parmi tous les autres capitaines et les soldats. Nous entrâmes alors, en grand secret, contempler le trésor. Quand je le vis, je vous assure que je fus subjugué. Comme j'étais alors très jeune et que de ma vie je n'avais vu autant de richesses, je fus persuadé qu'il ne devait pas en exister de plus grande quantité dans le monde (…)12"

11La réaction de Bernal Díaz del Castillo, émerveillé par cette caverne d'Ali Baba, où l'or aperçu à la lueur des torches devait lancer des éclats fascinants, nous en dit long sur le sentiment des conquistadores. Soulignons au passage l'aspect mystérieux de cette découverte, renforcé par le secret qui présida à l'invention du trésor. On convint alors de préserver ce secret :

  • 13 Ibid., vol. 1, ch. 93, p. 341.

"(…) alors tous les nôtres, capitaines et soldats, s'accordèrent pour ne point toucher — fût-ce en pensée — à une quelconque pièce du trésor, et décidèrent plutôt de murer à nouveau la porte sans délai, de l'obturer et de la plâtrer en la laissant dans l'état où on la découvrit respecter le silence à ce sujet afin que Montezuma n'apprît point la nouvelle, et d'attendre une prochaine occasion13.''

12Et pourtant Moctezuma apprit tout ce qui s'était passé et offrit même son trésor à son suzerain, le souverain espagnol :

"(…) prends cet or que l'on a rassemblé, dont il n'y a pas une grande quantité car le temps a manqué (…)"

13déclara-t-il quelque temps plus tard à Cortés, et il ajouta :

  • 14 Ibid., vol. 1, ch. 104, p. 381.

"(…) et ce que j'ai préparé pour l'Empereur, c’est tout le trésor que m’a transmis mon père et que vous détenez dans votre logement, car je sais bien que dès votre arrivée vous vous empressâtes d'ouvrir la salle et de tout examiner en détail avant de la refermer en la laissant dans son état initial. Quand vous le lui enverrez, dites-lui dans vos missives et annales : "Cela vous est envoyé par votre bon vassal Montezuma" (…)14"

14Hernán Cortés n'évoque pas la découverte du trésor dans ses Cartas de Relación, mais certains indices permettent de penser qu'elle a eu lieu. Moctezuma, s'adressant au capitaine espagnol, montre qu'il est informé des rumeurs qui devaient courir :

  • 15 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 52.

"(…) je sais également qu'on vous a dit que je possédais des palais avec des murs couverts d'or, que les nattes de mes estrades ainsi que d'autres objets destinés à mon service étaient aussi en or, et que j'étais et souhaitais que l'on me tînt pour un dieu, outre de nombreuses autres affirmations15."

15Et il laisse entendre qu'il possède une certaine quantité de richesses qui proviennent de ses ancêtres :

  • 16 Ibid., p. 52.

"Voyez comme on vous a menti. Il est vrai que je possède quelques objets en or qui m'ont été légués par mes ancêtres : tout ce dont je dispose vous appartiendra si vous en manifestez le désir (…)16"

16Le trésor que l'on avait découvert était estimé à plus de six cent mille ducats, indique Francisco Cervantes de Salazar, qui précise que la porte fut ouverte par un certain Joan de Guzmán :

  • 17 F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 119, p. 55.

"Les richesses de cette salle étaient considérables : l'ensemble représentait plus des six cent mille ducats. Ce fut Joan de Guzmán, le valet de chambre de Cortés, qui ouvrit la salle où se trouvait le trésor17."

17Fray Diego Durán montre bien dans son Historia de las Indias de Nueva España, que la recherche du trésor dans le palais d'Axayácatl était la principale préoccupation des Espagnols. Un religieux de l'expédition fut interrogé par le chroniqueur sur le prétendu baptême de Moctezuma ; il aurait déclaré :

  • 18 Fray Diego Durán, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme. Escrita por Fr (...)

"(…) que les soldats et le capitaine qui furent logés dans ce palais, se montrèrent plus préoccupés — et le saint prêtre lui aussi — par la recherche du trésor de Motecuhzoma, que soucieux d'initier Motecuhzoma à la doctrine et aux choses de la foi18."

18Et le Dominicain ajoute :

  • 19 Ibid., vol. 2, ch. 74, par. 17, p. 542-543.

"J'incline à penser et à dire que l'une des deux attitudes a primé car un conquistador très pieux m'a assuré de la sollicitude et du soin extrême que l'on mit à rechercher l'arrière-chambre et la trésorerie de Motecuhzoma jusqu'à ce qu’un jour la sollicitude et la convoitise des richesses leur permirent de remarquer la mystérieuse existence d'une porte basse et étroite d'un appartement secret qui était murée et crépie à chaux depuis peu. On la fit ouvrir et après avoir pénétré par cette ouverture basse et étriquée, on découvrit une grande salle spacieuse au centre de laquelle il y avait un tas d'or, de bijoux et de riches pierres précieuses, si haut, qu’un homme derrière lui n'eût point été vu pour aussi grand qu'il fût19."

19Puis Fray Diego Durán décrit de façon très détaillée les richesses qui se trouvaient dans la pièce et termine ainsi :

  • 20 Ibid., vol. 2, ch. 74, par. 20, p. 543.

"Bref, se trouvait dans cette pièce le plus grand amoncellement de richesses que l'on eût jamais vu. Les Espagnols, surpris et médusés, en informèrent le Marquis et lui portèrent les plats d'or afin qu'il pût juger de l'importance des richesses qui se trouvaient là. Celui-ci se rendit en ce lieu et, découvrant tant d'admirables merveilles et considérant qu'ils avaient comblé leurs désirs, il ordonna — sous peine de mort — que l'on se tînt à l'écart du trésor, que l'on murât incontinent cette salle en lui faisant retrouver son aspect initial et que l'on plaçât des gardes pour veiller sur elle au nom de Sa Majesté qui avait là ses meilleurs revenus et le montant du quint qui lui était dû. Ainsi donc l'on plaça des factionnaires et la pièce fut à nouveau fermée comme devant afin que nul n'eût l'audace de s'en approcher20."

20Hernán Cortés ne serait donc pas, suivant cette version des faits, l'inventeur du trésor.

21Francisco López de Gómara, lui, prétend le contraire. Cortés, dit-il, aurait remarqué la fameuse porte murée en se promenant seul ; il l'aurait ouverte avec l'aide de deux serviteurs. Fortement impressionné par l'extraordinaire quantité de richesses qu'il vit accumulées derrière cette porte ("et une telle quantité d’or qu’il en fut épouvanté, et tant de magnifiques objets qu'il en fut émerveillé "), il aurait décidé de ne pas toucher au trésor. Et López de Gómara conclut :

  • 21 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 11, p. 351.

"Il referma la porte du mieux qu'il put et partit sans y rien toucher pour ne point mécontenter Moctezuma et ne point gêner son arrestation, mais aussi parce que tout cela restait à portée de la main21."

22Comme le fait remarquer justement Salvador de Madariaga, il est nécessaire de relier la découverte du trésor avec la décision d'emprisonner Moctezuma. Les deux événements — tous les documents l'attestent — sont consécutifs :

  • 22 S. de Madariaga, Hernan Cortès, op. cit., part. 4, ch. 19, p. 364.

"(…) partout la découverte du magasin aux bijoux précède immédiatement la décision d'emprisonner Motecuçuma avec une telle précision d'horlogerie qu'elle équivaut à un aveu involontaire de la conviction personnelle de l'auteur que la relation fut de cause à effet22."

23Ce trésor qu'Hernán Cortés chercha à sauver lors de la Noche Triste et dont les quatre cinquièmes furent distribués aux soldats, disparut dans les canaux de Tenochtitlán ou fut récupéré par les Mexicains sur les dépouilles des conquistadores. Mais il suffisait d'avoir vu cet amoncellement d'or et de pierres précieuses pour croire à la possibilité de s'enrichir. Le souvenir du trésor que l'on découvrit dans le palais d'Axayácatl demeura dans toutes les mémoires.

***

24Une cargaison d'or et de curieux objets mexicains était cependant déjà parvenue en Europe.

  • 23 Cette lettre du Cabildo de Veracruz est généralement considérée comme la première missive envoyée p (...)

25La lettre, datée du 10 juillet 1519, que le Cabildo de la Rica Villa de la Veracruz adressa à la Couronne était accompagnée d'un long mémoire qui décrivait par le menu toutes les richesses que l’on envoyait avec les deux délégués du Conseil : Alonso Fernández Puertocarrero et Francisco de Montejo23. Cet envoi était, bien évidemment, destiné à impressionner le Souverain, exciter sa curiosité et s'attirer ses bonnes grâces. Mais après le siège de Tenochtitlán, alors que les Espagnols s’établissaient solidement au Mexique, Cortés prépara un envoi encore plus important. Malgré les pertes considérables — surtout celle du trésor de Moctezuma — le butin que l'on expédiait devait émerveiller Charles Quint et sa cour. Toutes ces richesses ne parvinrent pas en Espagne car la majeure partie fut hardiment détournée par un corsaire français que les documents espagnols nomment Juan Florín.

  • 24 George Dexter est de cet avis, cf. "Cortereal, Verrazano, Gomez, Thevet", dans J. Winsor, Narrative (...)

26Pour certains, ce Juan Florín (ou Florentin) ne serait autre que le célèbre navigateur Giovanni da Verrazano qui reconnut la côte Est des Etats-Unis pour le compte du roi François Ier24. Il semble, toutefois, que le nom Juan Florín ne soit qu'une adaptation espagnole de Jean Fleury. Ce dernier, capitaine de l'armateur dieppois Jean Ango, s'illustra dans l'Atlantique Nord en s'attaquant aux flottes espagnoles qui revenaient des Indes Occidentales.

  • 25 Voir supra, ch. 20, par. 4.

27Hernán Cortés envoya donc, en 1523, un riche butin à l'Empereur, sur les navires de l'escadre qui partit de Veracruz. Alonso de Ávila et Antonio de Quiñones, deux de ses fidèles lieutenants accompagnaient le trésor. En arrivant près des Açores, la flotte espagnole fut attaquée par Jean Fleury. Elle réussit cependant à se réfugier à l'île Sainte-Marie où elle attendit l'arrivée des trois caravelles de Domingo Alonso que l'Espagne envoyait pour l'escorter. Mais la poursuite reprit vers la fin du voyage et, à la hauteur du cap Saint-Vincent, Jean Fleury réussit à s'emparer de deux des caravelles qui transportaient le trésor. Antonio de Quiñones périt au cours du combat et Alonso de Ávila fut emmené en France où il resta prisonnier pendant trois ans et eut l'occasion, comme nous l'avons signalé, de fréquenter un fantôme fort attentionné25.

28L'essentiel du trésor était perdu pour Charles Quint, mais ce désastre permit, n'en doutons pas, aux Français de se rendre compte de l'incroyable richesse des Indes Occidentales. L'Empereur reçut malgré tout une partie du butin. Charles de La Roncière souligne l'importance de ces événements dans son Histoire de la Marine Française :

  • 26 Ch. de la Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 3, p. 250.

"L'affaire eut un retentissement considérable ; l'empereur attacha une telle importance aux riches "accoustremens de plumes venuz des Indes", éventails de plumes montés en or, heaumes à plumets à tête diabolique, corsets et manteaux d'apparat, souliers cousus d'or, qu'il en fit présent à la gouvernante des Pays-Bas, Marguerite d'Autriche, laquelle en rétrocéda au duc de Lorraine26."

  • 27 Cf. René Herval, Dieppe (…), Caen-Paris, Ozanne et Cie, 1947, 2e part., ch. 3, p. 79.
  • 28 Reproduit dans Ch. de la Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 3, p. 250-251. Un autre vitrail, ex-vot (...)

29Jean Fleury tomba finalement aux mains des Espagnols en 1527 et fut exécuté sur l’ordre de Charles Quint à Colmenar de Arenas27. Un vitrail de l’église de Villequier, en Normandie, daté de 1523, rappelle l’attaque de la flotte qui transportait les trésors du Mexique28.

  • 29 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 394.

30Francisco López de Gómara relate l’événement et précise que les deux caravelles dont s’empara Jean Fleury étaient celles qui transportaient l’or, et qu’un troisième vaisseau, en provenance des Antilles, fut également capturé29.

31Bernal Díaz del Castillo souligne l’émerveillement des Français à la vue de ces richesses qu’ils avaient détournées :

  • 30 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 159, p. 143-144.

"Par la même occasion, le fameux Juan Florín pilla un autre navire qui venait de l’île de Saint-Domingue et déroba quelque mille pesos d’or, une très grande quantité de perles, du sucre et des cuirs de vaches et ainsi devenu riche, il rentra en France, où il fit de magnifiques présents à son Roi et à l’Amiral de France, prélevés sur le butin et les pièces d’or qu’il rapportait de la Nouvelle-Espagne : la France entière fut émerveillée à la vue des richesses que nous envoyions à notre grand Empereur, et le Roi de France éprouva même le désir envieux de participer aux affaires des îles de la Nouvelle-Espagne. C’est alors qu’il déclara qu'avec le seul or de ce pays qui était destiné à notre César, il était possible de s'engager dans une guerre contre son royaume de France (…)30"

32Hernán Cortés, qui déplore ce qui s'est passé, accuse la Casa de la Contratación de négligence :

  • 31 H. Cortés, Cuarta Carta-Relación, op. cit., p. 201.

"(…) à cause des mauvais ordres que les gens de la Casa de la Contratación de Séville donnèrent pour qu’ils fussent escortés à partir de l’île des Açores31."

33Ce trésor a pourtant joué un grand rôle : il a fait rêver deux nations, et peut-être beaucoup d'autres.

***

34Cortés chercha, bien évidemment, à effacer la déception causée à l'Empereur par Juan Florín en envoyant en métropole de nouvelles richesses. Il ne pouvait réunir rapidement une quantité équivalente d'or, mais offrit à Charles Quint un curieux objet de très grande valeur qui fit longtemps parler de lui : une couleuvrine d'argent — mêlé d'un peu d'or — qui pesait 1 127 kg ! Il évoque lui-même le coût et la fabrication de cette couleuvrine dans sa quatrième Carta-Relación datée du 15 octobre 1524 :

  • 32 Ibid., p. 202.

"J'envoie aussi avec elles une couleuvrine d'argent pour laquelle on dut fondre vingt-quatre quintaux et deux arrobes de métal, quoiqu'il me semble que l’on utilisa aussi de l'or pour la fonte qui se fit en deux fois et qui me revint assez cher car, outre le prix du métal, dont le montant s'éleva à vingt-quatre mille cinq cents pesos d'or, à raison de cinq pesos d'or le marc, avec les autres frais occasionnés par le paiement des salaires des fondeurs et des graveurs et par le transfert jusqu'au port elle me revint à plus de trois mille pesos d'or supplémentaires. Mais comme il s'agissait d’un objet aussi précieux et remarquable et digne d’être présenté à un prince si puissant et si excellent, je m'engageai dans cette entreprise et assumai la dépense32."

  • 33 Le prix signalé par H. Cortés est confirmé par G. Fernández de Oviedo (Hist. Gen., op. cit., liv. 3 (...)

35Il s'agirait donc d’un présent extraordinaire entièrement payé par Hernán Cortés33. On se servit de l'argent du Michoacán, précise Francisco López de Gómara qui ajoute :

  • 34 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 405.

"Elle portait en bosse un phénix, avec une inscription, destinée à l'Empereur, qui disait ceci :
Celle-ci n'a point d'égal,
Moi, je vous sers sans rival,
Vous, êtes sans pareil dans le monde34."

36Bernal Díaz del Castillo confirme tout cela et fournit, de plus, quelques renseignements précieux. Cette célèbre couleuvrine aurait fait monter la pression à la cour, provoquant de nombreuses interventions du parti favorable à Cortès et de ses ennemis acharnés. Hernán Cortés fut calomnié par ses détracteurs. A cause de l'inscription que portait la couleuvrine, les passions se déchaînèrent :

  • 35 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 170, p. 242.

"(…) lorsque la nouvelle parvint à la cour, comme certains ducs, marquis, comtes et hommes de grand mérite estimaient être des serviteurs exceptionnels de Sa Majesté et étaient intimement persuadés que d'autres gentilshommes n’avaient pas rendu d'aussi grands services qu'eux à Sa Majesté, il y eut matière à médisance à propos de la pièce d'artillerie et même de Cortés pour avoir rédigé une telle devise35."

37L'Empereur, avec le souci de calmer cette tempête, et certainement aussi par manque de liquidités fit fondre la prestigieuse couleuvrine :

  • 36 Ibid., vol. 2, ch. 170, p. 243.

"(…) la couleuvrine ne sortit point de Séville ; nous apprîmes que Sa Majesté en avait fait don à Don Francisco de los Cobos, le Grand Commandeur de León, qu'on la détruisit, que l'on procéda à l'affinage de l'or qui fut fondu à Séville et qui, suivant ce que l'on dit, fut estimé à quelque vingt mille ducats36."

  • 37 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit.. II, p. 421.

38Cette couleuvrine dont l'existence fut connue dans tout le royaume, et même bien au-delà, suscita beaucoup d'admiration et d'envie. Francisco López de Gómara en parle comme d'une "chose nouvelle et de valeur" et précise que l'émerveillement fut tel que "toute l'Espagne et d'autres royaumes en furent couverts de gloire"37.

39Seul un soldat pouvait avoir eu l'idée de fabriquer un canon d'argent ! Cette pièce, symbolique, représentait, au-delà du tribut offert par un vassal, la Conquista elle-même : un effort militaire qui produisait une incroyable quantité de richesses. Mais Cortés, emporté par son exceptionnelle réussite, avait, pour une fois, raté l'effet psychologique qu'il escomptait obtenir.

***

  • 38 Cf. P. Larousse, Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle…, op. cit., t. 5, p. 215 (art. "Cortez (...)
  • 39 Ibid., t. 5, p. 215.
  • 40 Ibid., t. 5, p. 215.

40Lors de la découverte du trésor de Moctezuma dans le palais d'Axayácatl, Cortés s'était réservé cinq belles émeraudes qu'il conserva longtemps38. Or, ces joyaux ont beaucoup fait parler d'eux et sont devenus légendaires. Cortés les offrit à son épouse Doña Juana de Zúñiga, la "fille du deuxième comte d'Aguilar et nièce du duc de Bejar", lors de son mariage (vers 1529)39. Ces émeraudes, que l'on estimait à 100 000 ducats, défrayèrent la chronique. "Elles acquirent — dit le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle — une telle renommée en Espagne, après le retour de Cortez, qu'on se contentait de les rappeler lorsqu'on voulait signaler les magnificences tirées du trésor de Montézuma40." Francisco López de Gómara donne une description détaillée de ces pierres précieuses que Cortés ne put conserver :

  • 41 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., Il, p. 425.

"Cortés avait cinq émeraudes très fines, parmi d'autres qu'il obtint auprès des Indiens et auxquelles la rumeur publique attribua la valeur de cent mille ducats. L'une était taillée en forme de rose, l'autre en forme de cornet et une autre ressemblait à un poisson avec des yeux d'or ; c'était un ouvrage merveilleux réalisé par les Indiens. Une autre avait l'aspect d’une petite cloche avec une perle fine comme battant et des incrustations d'or ; elle portait l'inscription : "Béni soit celui qui t'a créée". Une autre avait la forme d'une petite tasse, dont la base était en or, pourvue de quatre chaînettes destinées à la tenir qui étaient fixées à une longue perle servant de fermoir ; le bec était en or, et elle présentait la sentence suivante : Inter natos mulierum non surrexit major41."

  • 42 Ibid., II, p. 425.

41Ces pierres avaient attiré l'attention de nombreuses personnes. Des Génois de La Rábida, qui espéraient les revendre au Grand Turc, en auraient offert 40 000 ducats, signale Francisco López de Gómara42. Mais c'est, semble-t-il, l'Impératrice qui désirait le plus ardemment les posséder. Cortés, cependant, ne voulut point se dessaisir de ces joyaux. Et l'on dit que la Souveraine en conçut une grande amertume et montra beaucoup d'animosité : elle n'aurait jamais pardonné ce refus au conquérant du Mexique. Salvador de Madariaga remarque très justement à ce propos :

  • 43 S. de Madariaga, Hernan Cortès, op. cit., 6'part. ch. 30, p. 582.

"Cela ne s’accorde pas du tout avec le caractère hautain de l'impératrice, mais le ragot n'est que trop dans la manière mesquine des semeurs de discorde de la cour43."

42La légende a une suite : Cortés perdit ces pierres précieuses qu'il estimait tant.

43Alors que le Conquistador aurait pu jouir tranquillement de sa gloire passée, et recueillir les fruits de son dur labeur, il se porta volontaire pour participer à l'expédition que la Couronne préparait contre le port d'Alger dans lequel se réfugiaient trop souvent les pirates barbaresques. Il s'embarqua donc en 1541 et perdit au cours d'une tempête ces fameuses émeraudes que tout le monde lui enviait. Bernal Díaz del Castillo évoque la panique qui s'empara de l'équipage lorsque le navire sombra et explique ce que fit Cortés dans ces circonstances :

  • 44 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 204, p. 416. F. López de Gómara donne la m (...)

"(…) de nombreux serviteurs de Cortés affirmèrent l'avoir vu attacher autour de son bras certains morceaux d'étoffe qui contenaient des bijoux ornés de pierres magnifiques que, comme les grands seigneurs, il emportait avec lui, ainsi qu'on le dit communément, "pour être à l'abri". Dans le désordre qui s'installa sur la galère lors du sauve-qui-peut, et au milieu de la multitude qui s’y trouvait, il perdit tous les bijoux et toutes les pierres précieuses qu'il avait sur lui et qui, suivant ce que l'on disait, valaient de nombreux pesos d'or44."

44Cette légende, avec une fin si morale, se présente sous l'aspect d'une vraie fable. Les pierres précieuses que l'on avait subtilisées aux Indiens retournaient ainsi à leur état originel, dans les sables ou la fange de la mer Méditerranée. La convoitise était mal récompensée. Cortés pouvait apparaître un peu trop attaché aux biens terrestres, et la Providence l'aurait pénalisé. Cela n'a pas été mis en relief par les chroniqueurs. Il faut noter cependant que tous les éléments étaient réunis pour que cette légende devînt exemplaire.

***

45La rapacité des conquistadores trouva aisément l'occasion de se manifester lors de l'invasion de l'empire des Incas. Le samedi 17 novembre 1532, l'Inca Atahualpa fut fait prisonnier par Francisco Pizarro à Cajamarca. Atahualpa, pensant que les nouveaux venus étaient plus sensibles à l'or et aux richesses qu'à tout autre chose, proposa de racheter sa liberté en payant aux Espagnols une rançon extraordinaire. Ce que promit alors l'Inca émerveilla les conquistadores assoiffés de métal précieux. Atahualpa s’engageait à fournir une incroyable quantité d'or que les chroniqueurs ne manquent pas de mentionner. Gonzalo Fernández de Oviedo rapporte ainsi les propos de l'Inca :

  • 45 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen, op. cit., vol. 5, liv. 46, ch. 9, p. 62.

"Il dit qu'il donnerait l'or que contiendrait une pièce, où le gouverneur se tenait dans la journée, qui mesurait vingt-deux pieds de long et dix-sept de large, et qu'il la ferait remplir jusqu'à un trait blanc tracé à la chaux qui se trouvait à mi-hauteur de la pièce et à une toise et demie du sol. Il assura qu'il donnerait tout cela et remplirait cette pièce de cruches et de pots pleins d'or, de lingots d'or massif et de divers autres objets. Il ajouta qu'il remplirait deux fois cette salle d'argent et qu'il tiendrait sa promesse avant deux mois45."

  • 46 P. Vilar, Or et monnaie dans l'Histoire. 1450-1920, op. cit., ch. 1, par. 2, p. 23.

46L'Inca se serait donc engagé — d'après G. Fernández de Oviedo — à livrer 86,20 m3 d'or et 344,82 m3 d'argent ! Il est vrai que les volumes en question étaient estimés de façon très approximative et qu'ils n'auraient pas été entièrement remplis par le métal. Il y avait cependant de quoi rêver. On pouvait difficilement imaginer de tels volumes de métal précieux. Si l’on songe que d'après certaines estimations modernes, tout l'or produit dans le monde jusqu'en 1905 "eût pu tenir dans un bloc cubique de 10 mètres de côté" et "qu’un pareil bloc fait avec tout l'or disponible dans l'Europe de 1500 (…) n'eût pas mesuré deux mètres de côté (8 m3)"46, on comprend facilement que les promesses d'Atahualpa aient fortement impressionné les conquistadores. Mais ces derniers semblent avoir admis avec quelques réticences qu'un engagement aussi étonnant pût être tenu, et Huáscar Cápac, le frère d'Atahualpa, alors engagé avec lui dans une lutte sans merci pour dominer le royaume légué par Huayna Cápac, se montrait sceptique et s'exprimait ironiquement à ce sujet. C'est du moins ce que rapporte la Relación de Pascual de Andagoya :

  • 47 P. de Andagoya, Relación…, op. cit., p. 251.

"(…) il dit que quand bien même son frère parviendrait à retenir ses femmes, d'où pourrait-il tirer tant d'or et d'argent pour sa propre personne? Et il ajouta qu'il paierait une somme double de celle de son frère pour que celui-ci fût tué et que lui restât comme seul seigneur47."

47Francisco López de Gómara souligne la réaction d’incrédulité qui apparut chez les Espagnols :

  • 48 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 229.

"Et [Atahualpa], voyant que les Espagnols qui étaient présents faisaient la moue, pensa qu'ils ne le croyaient pas. Il assura qu'il leur donnerait au bout d'un certain temps tellement de récipients et d'autres objets en or et en argent que la salle en serait remplie jusqu’à la hauteur qu'il indiqua lui-même sur le mur avec sa main, et qu'il fit marquer par un trait rouge qui courait tout autour de la salle pour servir de repère. Il ajouta, cependant, que cela se ferait à la condition et avec la promesse que l'on ne détruirait et que l'on ne casserait pas les jarres, cruches et récipients qui y seraient placés jusqu'à ce qu'on eût atteint le trait48."

48Et même si Gómara se contente de dire que la pièce dans laquelle on devait entreposer la rançon était une "très grande salle" — ce qui ne permet aucunement de calculer le volume qu'allait occuper le trésor —, nous devons constater que le chroniqueur est plus modeste que Gonzalo Fernández de Oviedo qui place la marque tracée sur le mur à une hauteur beaucoup plus importante (un estado et demi, soit environ 2,94 m). Francisco López de Gómara laisse entendre que les propos d’Atahualpa furent une sorte de surenchère, de défi lancé aux Espagnols incrédules, car la promesse initiale de l'Inca pouvait être tenue avec plus de facilité :

  • 49 Ibid., I, p. 229.

"Et comprenant combien ces Espagnols étaient cupides, il dit qu’il donnerait comme rançon tant d'argent et d'or ouvragés que tout le sol d'une grande salle où on le gardait prisonnier en serait couvert49."

  • 50 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú…, op. cit., liv. 1, ch. 28, p. 56.

49L'Inca Garcilaso de la Vega, qui cite la chronique de Gómara, ajoute qu'on eut toutes les peines du monde à trouver une telle quantité de métal précieux : "et bien qu’on en apportât d'énormes quantités, il paraissait presque impossible de tenir la promesse qu'il avait faite50.".

50Il semble pourtant que les Espagnols aient cru à la possibilité d'obtenir tout cet or. Antonio de Herrera y Tordesillas explique que le doute disparut peu à peu :

  • 51 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 3, ch. 1, p. 158.

"Les Pizarro accueillirent avec une grande incrédulité un engagement aussi important qui, à leurs yeux, ne traduisait que la préoccupation d'un prisonnier. Cependant, la ténacité de l'Inca, les échantillons que l'on avait vus jusqu'alors et la renommée dont jouissaient les richesses de Cuzco, des nombreux temples du Soleil, huacas et autres sanctuaires, les incitèrent à penser que cet engagement pourrait être tenu sans difficulté (…)51"

51On parvint toutefois à réunir une masse imposante de métal précieux, et Hernando Pizarro fut chargé par son frère de convoyer jusqu'en Espagne la part du trésor qui revenait à la Couronne. Il était à Séville au début du mois de janvier 1534. L'arrivée d'une telle quantité de richesses impressionna fortement. C'est ce que souligne Antonio de Herrera :

  • 52 Ibid., vol. 11, déc. 5, liv. 6, ch. 13, p. 79-80.

"(…) il déchargea pour le Roi cent cinquante-cinq mille trois cents pesos d'or et cinq mille quatre cents marcs d'argent, trente-huit récipients d'or et quarante-huit d'argent, grands et moyens, dont les uns étaient des jarres et d'autres des cruches et des pots, mais aussi des sacs, des tambours et autres objets ainsi que la statue d'une idole, en or, de la taille approximative d'un enfant de deux ans. Pour les particuliers il déchargea vingt-quatre cruches d'argent et quatre en or et quatre cent quatre-vingt-dix-neuf mille pesos d'or et cinquante-quatre mille marcs d’argent, sous forme de barres, de plaques et blocs. La renommée de cet immense trésor dès qu'elle se fut répandue, provoqua une grande agitation dans tout le royaume, car l'on disait que la Casa de la Contratación de Séville était remplie de jarres, de cruches d'or et d’argent et d'autres lourdes pièces admirables52."

  • 53 L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 3e part., ch. 4, p. 267.

52On conçoit sans peine l'effet que put produire un tel trésor dans toute la Péninsule. Les esprits durent s’enflammer et l'imagination fut, très certainement, mise à contribution. "L'histoire de la rançon d'Atahualpa — écrit Louis Baudin — a contribué à répandre en Europe la légende de l'or au Pérou53." Combien de vocations de conquistadores sont nées à la suite de ce transfert de métal précieux? On ne saurait le préciser, mais il est incontestable que les richesses du Pérou que l'on débarqua à Séville incitèrent bon nombre d'Européens à s'expatrier et alimentèrent les conversations. La légende de la rançon d'Atahualpa allait amplifier la réalité.

***

53Peu d'années plus tard, dans le Royaume de Nouvelle-Grenade, un cacique fit exactement la même promesse qu'Atahualpa. Les Espagnols auraient-ils imaginé pouvoir s'approprier un butin comparable?

  • 54 Cf. M. Hernández Sánchez-Barba, Historia de América, Madrid, Alhambra, 1981, col. "Alhambra Univers (...)
  • 55 Ibid., vol. 2, Ière part., ch. 3, p. 107.
  • 56 Cf. F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. IV, op. cit., ch. 11, par. 4, p. 240.
  • 57 Le terme, d'origine antillaise, a été utilisé par les Espagnols dans toutes les régions. Il désigne (...)

54Le territoire qui correspond à l'actuelle Colombie était particulièrement riche en or. Gonzalo Jiménez de Quesada parvint ainsi, en 1537, à s'emparer de 4 600 kg de métal précieux dans le palais du cacique de la province d’Iraca54. A Tunja, la même année, on empila le butin dans la cour du palais : le tas empêchait de voir les soldats qui se trouvaient derrière, et des cavaliers on n'apercevait que la tête et le buste55 ! Si l'on découvrait autant de richesses chez les caciques de moindre importance, le trésor du chef le plus puissant de la région, le Zipa de Bacatá (Bogotá) devait être merveilleux ! Et Gonzalo Jiménez de Quesada rechercha activement le Zipa Tisquesusa dont la renommée fascinait les conquistadores. Tisquesusa fut tué au cours des combats et c'est Zaquesazipa (appelé également Sacresazigua ou Zaquesaxigua) qui lui succéda56. Ce dernier conclut un pacte avec Gonzalo Jiménez de Quesada qui, sous la pression de ses soldats avides de métal précieux, s'empara finalement de lui. C'est ici que l'histoire d'Atahualpa semble se reproduire. Zaquesazipa, sommé de remettre aux Espagnols le trésor de son prédécesseur, promit alors de remplir un vaste bohío57.

55Fray Bartolomé de Las Casas dépeint le Zipa, le cacique Bogotá — il porte le même nom que sa capitale — comme un être épouvanté qui cherchait à obtenir sa libération :

  • 58 Fr. B. de Las Casas, Brevísima Relación de la Destruición de las Indias, Colegida por el Obispo Don (...)

"Ledit roi, qui s'appelait Bogotá, terrifié, déclara qu'il otempérerait en remplissant d'or une maison ("casa"), pensant ainsi pouvoir se libérer du joug de son oppresseur, et il envoya des Indiens quérir de l'or. Chacun à son tour apporta de l'or et des pierres précieuses dont on amassa une grande quantité, mais comme Bogotá ne parvenait pas à remplir d'or la maison, les Espagnols disaient qu'il devait être exécuté pour n'avoir point tenu sa promesse58."

56Pour Las Casas, l'idée de remplir une "maison" d'or émanait des Espagnols, et Bogotá ne fit qu'acquiescer. Nous sommes loin ici de l'orgueilleux pari d'Atahualpa. Cependant, les conquistadores semblent avoir retenu la leçon des événements qui se produisirent lors de l'emprisonnement de l'Inca.

57Gonzalo Fernández de Oviedo dit toutefois — et répète — que Bogotá aurait lui-même proposé la rançon, en des termes qui ressemblent étrangement à ceux employés par Atahualpa :

  • 59 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 26, ch. 11, p. 88.

"Alors ledit Bogotá déclara que dans un délai de vingt jours il remplirait d'or et de nombreuses pierres précieuses une petite maison qui se trouvait tout près de la sienne. Et dans cette maison on le traita aussi bien que possible, en lui laissant les Indiens et les Indiennes qui étaient à son service59."

58Et Fernández de Oviedo, qui dit tenir ses renseignements des capitaines Joan de Junco et Gômez de Corral, qui firent escale à Santo Domingo au mois de juillet 1541, ajoute :

  • 60 Soit une surface de plus de 49 m2.
  • 61 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 26, ch. 13, p. 95.

"(…) et lorsqu'il était prisonnier des Chrétiens il leur promit de remplir d'or une case ("buhío"). Suivant les dires de ces capitaines et d'autres personnes qui étaient présentes lorsqu'il tint ces propos, le logement, la case indiquée pour tenir sa promesse, mesurait plus de vingt-cinq pieds de longueur et autant de largeur60. La lettre des officiers et ce que j'ai entendu dire à certains témoins permettent aussi de croire que les tourments qui accompagnèrent la mort de Bogotá furent à l'origine de ladite promesse, car il tarda à tenir parole61."

59II précise d'ailleurs un peu plus loin :

  • 62 Ibid., vol. 3, liv. 26, ch. 29, p. 124.

"(…) et si cela se fût vérifié, il aurait offert plus de quinze millions en or. Et il dit qu'en outre il donnerait trois grands vases pleins d'émeraudes62."

60Et cet immense trésor devait être amassé en 20 jours ! Atahualpa, lui, avait demandé un délai de deux mois…

61L'affaire de la rançon du cacique Bogotá présente beaucoup trop de points communs avec celle d'Atahualpa. Une pareille coïncidence peut sembler incroyable. Peut-être Las Casas est-il dans le vrai : les conquistadores, émerveillés par le riche butin de Cajamarca, auraient fort bien pu être tentés de répéter une opération si fructueuse. Mais Bogotá n'était pas Atahualpa. Ce dernier cherchait à gagner le plus de temps possible et se présentait, malgré sa défaite, comme l'égal de ses vainqueurs ou pensait peut-être leur donner une preuve de son immense pouvoir. Bogotá n'avait ni les ressources ni l'expérience de l'Inca.

62L'espoir de s'enrichir rapidement obsédait les conquistadores qui avaient commencé à goûter aux plaisirs que procurait la possession de l'or américain. Ils recherchèrent donc avec impatience tous les trésors qu'ils pensaient pouvoir s'approprier. Mais beaucoup de ces richesses semblaient difficilement accessibles.

2 - Les trésors introuvables

  • 63 Le vocable désigne une sépulture. Mais ce terme s'applique aussi à un "tesoro escondido" (cf. F. J. (...)

63Sur toute l'étendue du territoire des Indes Occidentales, il y aurait, d'après les documents, de grandes quantités de richesses cachées par les indigènes, de trésors enterrés, enfouis dans les huacas63, jetés au fond des lacs, de mines fermées afin d'en préserver le secret. Que de certitudes, d'affirmations péremptoires, d'hypothèses, d'espoirs trompeurs et d'échecs retentissants ! La fièvre de l'or s'empara des Européens qui recherchèrent activement des trésors mystérieux. La crainte qu'inspiraient les nouveaux venus fit disparaître rapidement les métaux précieux des temples et des palais. La dissimulation des trésors tant convoités était la réponse logique des autochtones à la cupidité des conquistadores. Il est incontestable — de très nombreux documents en fournissent la preuve — que l'on chercha ainsi à se protéger de l'appétit insatiable de l'envahisseur toujours porté à surestimer les quantités d'or ou d'argent disponibles. Car les Européens, dotés d'une puissante imagination, pensaient trouver l'occasion de s'enrichir à chaque pas. Leur logique était très simple : les indigènes avaient, sans aucun doute, entassé des richesses, et si l'on ne parvenait pas à repérer celles-ci c'est qu'ils les avaient fait disparaître. D'où la croyance à de multiples trésors dissimulés avant l'arrivée des conquistadores ou pendant la période des combats. D'ailleurs certaines découvertes surprenantes n'encourageaient-elles pas à multiplier les recherches?

***

64Le fabuleux trésor de Moctezuma, que l'on avait possédé pendant quelques jours puis perdu lors de la fameuse Noche Triste n'avait-il pas — en grande partie — été récupéré par les Mexicains? Cortés et ses troupes en étaient intimement persuadés et mirent tout en œuvre pour le retrouver à la fin du siège de Tenochtitlán.

65Les informateurs indigènes de Fray Bernardino de Sahagún n'avaient pas oublié la rapacité des conquistadores qui, dès les premiers instants, fouillèrent les malheureux qui s'enfuyaient de la capitale :

  • 64 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen., texte náhuatl du Codex de Florence, liv. 12, ch. 40, dans Récits azt (...)

"Et partout, sur le bord des chemins, les Espagnols dévalisaient les gens, ils cherchaient l'or, ils ne comptaient pour rien le jade, les plumes de quetzal et les turquoises. Partout elles le portaient, cet or, dans leur corsage, dans leurs jupes, les femmes chéries. Et nous, les hommes, partout nous le portions dans le pagne, et dans la bouche64."

66Et, dès la fin des opérations militaires, Hernán Cortés s'adressa aux chefs indigènes soupçonnés de détenir le fameux trésor :

  • 65 Ibid. (liv. 12, ch. 41), p. 147-148.

"Aussitôt, le Marquis, le Capitaine, a admonesté les seigneurs, il leur a dit :
"Où se trouve l'or que l'on gardait à Mexico?"
Aussitôt, alors a été tiré des barques tout l'or : les bannières garnies d'or, les mitres en or, les bracelets en or, les jambières en or, les casques en or, les disques en or. Ils ont tout déposé devant le Capitaine. Tout simplement, eux, les Espagnols, ont tout enlevé.
Aussitôt, alors, le Capitaine a dit :
"Est-ce là, uniquement tout l'or que l'on gardait à Mexico? Vous devez tout montrer. Que nos seigneurs le cherchent bien !"65"

67Francisco López de Gómara rappelle la déception des Espagnols et l'activité qu'ils déployèrent pour parvenir à leurs fins :

  • 66 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 393.

"On ne trouva point à Mexico tout l'or que les nôtres avaient eu naguère en leur possession et l'on ne découvrit aucune trace du très fameux trésor de Moteczuma. Les Espagnols en étaient fort marris car ils pensaient, après leur victoire à Mexico, trouver un grand trésor, ou pour le moins retrouver ce qu'ils avaient perdu en s'enfuyant de Mexico. Cortés s'étonnait qu'aucun Indien ne pût lui fournir d'or ni d'argent. Les soldats persécutaient les habitants pour en tirer quelque richesse. Les officiers du Roi voulaient découvrir l’or, l'argent, les perles, les pierres précieuses et les bijoux pour amasser un quint important. Cependant ils ne parvinrent jamais à obtenir quelque renseignement des Mexicains, bien que tous déclarassent que le trésor de leurs dieux et de leurs rois était immense. Ainsi donc ils décidèrent de torturer Cuahutimoc et un autre gentilhomme qui était son favori66."

68Le dernier empereur aztèque, Cuauhtémoc fut donc soumis à la torture, "en oignant de nombreuses fois ses pieds avec de l'huile et en les plaçant sur le feu" précise Gómara qui exprime sa réprobation et condamne les agissements de ces Chauffeurs du Nouveau Monde :

  • 67 Ibid., II, p. 413.

"(…) ils ne se couvrirent point d’or mais d'opprobre, et Cortés aurait mieux fait de le garder en vie en le protégeant comme un trésor car il était le symbole glorieux de son triomphe et de ses victoires67."

69Et, comme Vercingétorix que son vainqueur Jules César tint enfermé dans un ergastule pendant quelques années, Cuauhtémoc fut provisoirement épargné. Peut-être attendait-on de lui qu'il révélât où le trésor était caché.

70Le supplice de Cuauhtémoc est devenu légendaire. Les détracteurs de la politique espagnole, les tenants de la Leyenda Negra, surent exploiter cet acte de cruauté. Jean-François Marmontel en fait état dans son œuvre Les Incas et présente l'empereur aztèque comme un martyr, une victime de la barbarie de Cortés :

"Ô Guatimozin ! ô le plus magnanime, ô le meilleur des rois ! Un brasier, des charbons ardens !… C'est sur ce lit qu'ils l'étendirent. "Ô barbarie atroce !" s'écrie à ce récit l'Inca, saisi d'horreur.
Attends, dit le cacique, attends ; tu vas mieux le connaître. Tandis que le feu pénétrait jusqu'à la mœlle des os, Cortés, d'un œil tranquille, observait les progrès de la douleur, et il disait au roi : "Si tu es las de souffrir, déclare où tu as caché tes trésors."

71Alors Cuauhtémoc répond au "tyran" :

"Homme féroce et sanguinaire, connais-tu pour moi de supplice égal à celui de te voir?"

72et à son "fidèle ami" qui est aussi torturé et se plaint auprès de lui :

  • 68 J.-F. Marmontel, Les Incas…, op. cit., ch. 10, p. 368. F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit.,(...)

"Et moi, lui dit Guatimozin, suis-je sur un lit de roses68?"

73Ce vassal n'avoua rien, et Francisco Cervantes de Salazar explique à ce propos :

  • 69 F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 2, p. 244.

"(…) on ne parvint pas à lui faire avouer où se trouvait le trésor, soit parce qu'il ne savait rien à son sujet — mais cela est difficile à croire — soit — et cela est le plus sûr — parce que les vassaux et les serviteurs des rois et des seigneurs font preuve de beaucoup de fidélité et de loyauté, préférant qu'on les tue plutôt que de révéler les secrets que leurs Seigneurs leur confient (…)69"

74Or, d'après Antonio de Herrera, Cuauhtémoc aurait tout de même avoué que le trésor se trouvait au fond du lac :

  • 70 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 2, ch. 8, p. 180-181.

"(…) ce même Quautimoc avait déclaré auparavant qu'il jetterait aussi dans le lac tout l'or et tous les bijoux qu’il avait car le diable l'avait prévenu qu'il serait vaincu70."

75Les Espagnols ont donc l'intime conviction que le trésor de Moctezuma gît sous les eaux du lac de Tenochtitlán. On s'active, on recherche, on fouille partout, on sonde le lac… Le trésor a mystérieusement disparu. La déception est d'autant plus grande que l'on a vu et palpé ces richesses. On ne peut croire à leur perte :

  • 71 Ibid., vol. 6, déc. 3, liv. 2, ch. 8, p. 181.

"Et malgré d'actives recherches en de nombreux endroits du lac, jamais le trésor ne fut découvert. Il parut donc impossible — et l'affaire méritait qu'on lui portât une grande attention — que l’on eût pu dissimuler autant de richesses71."

76On évoqua longtemps ce trésor introuvable.

***

77Fray Marcos de Niza — qui fit beaucoup parler de lui à propos des Sept Cités de Cíbola, et qui se présente lui-même comme l'un des premiers découvreurs chrétiens de l'Empire incasique — explique qu'il y a au Pérou beaucoup d'or dissimulé par les indigènes. Fray Bartolomé de Las Casas reproduit littéralement un texte du Franciscain — dans sa Brevísima relación de la destrucción de las Indias — où l'on peut lire le passage suivant :

  • 72 Fr. B. de Las Casas, Brev. Relación, op. cit., p. 170-171.

"Item, je dis que les Indiens ont raconté que l'or qui a été découvert est peu de chose à côté de celui qui est caché, car ils n'ont point voulu en livrer le secret à cause des injustices et des atrocités commises par les Espagnols, et ils n'en livreront point le secret tant qu'ils subiront d'aussi mauvais traitements et préfèreront mourir comme les autres72."

78On signale de nombreux trésors cachés dans tout l'empire des Incas. Jan Huygen Van Linschoten indique, par exemple, que :

  • 73 J. H. Linschot, Description de l'Amérique…, op. cit., p. 66.

"En la susdite Isle de Puna y avoit autresfois des Temples esquels on tient y avoir eu des grands trésors d'or et d'argent cachez73."

79Atahualpa avait ordonné à ses sujets de rassembler une immense quantité d'or et d'argent afin de payer la rançon qu'il avait proposée à Francisco Pizarro. Les Indiens mirent un certain temps pour parvenir à satisfaire leur souverain ; on ne saurait les blâmer, vu l’importance de la masse de métal précieux qu'il fallait réunir. Mais Atahualpa fut exécuté alors que l'on continuait à rassembler de quoi satisfaire les envahisseurs. Tout l'or demandé ne parvint donc pas à Cajamarca, et les Espagnols soupçonnèrent certains vassaux de l'Inca d'avoir dissimulé la plus grande partie de la rançon. Antonio de Herrera écrit à ce sujet dans son Historia General :

  • 74 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 11, p. 329.

"(…) d'aucuns pensent que les capitaines Yrruminavi et Zopezopagua, et d'autres, ainsi que les prêtres, firent disparaître plus de six cents charges d'or afin que les Castillans ne puissent s’en emparer. Les mitimaes firent bien plus car, n'ayant plus de souverain et alors que les Castillans qui contrôlaient le pays ne comprenaient rien à leurs quipus et à leurs calculs pour leur demander des comptes sur ce dont ils étaient responsables, ils s'appropriaient tout ce qu'ils pouvaient (…)74"

80Rumiñahui, l'un des généraux de l'armée indigène, qui se replia sur Quito, aurait ainsi emporté beaucoup d'or. Gonzalo Fernández de Oviedo estime à 60 000 charges ("cargas") la masse de métal précieux que ce dignitaire fit disparaître :

  • 75 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 46, ch. 22, p. 123.

"On apprit et l'on présenta comme une certitude la nouvelle du départ du capitaine Orominavi (dont l'histoire a dit qu'il s'insurgea avec certains hommes et s'empara des trésors d'Atabalipa) qui s'enfuit avec douze ou quinze mille guerriers, en emportant soixante mille charges d'or vers Quito et d'autres lieux où il lui sembla qu'il pourrait dissimuler cet or plus efficacement, ce qu'il fit si bien que l'on n'a pu en retrouver qu’une infime quantité malgré la diligence du capitaine Benalcázar qui l’a recherché en tuant et rôtissant de nombreux nobles indiens à Quito et dans toute la région. Mais on ne put jamais rien savoir à ce propos, ni percer le secret et connaître l'endroit où se trouve cet or75."

81Les estimations sur la quantité d'or dissimulée par Rumiñahui sont très variables, mais il semble généralement admis qu'un important trésor doit se trouver dans la région de Quito. On comprend alors l'intérêt que Sebastián de Belalcázar a manifesté pour cette province. Antonio de Herrera souligne d'ailleurs combien le capitaine espagnol fut obsédé par ce trésor qu'il se mit à rechercher dès son arrivée dans la contrée ("s'appliquant incontinent à rechercher le trésor avec diligence"). Les soldats de Belalcázar ne purent rien découvrir et se montrèrent très déçus ("les soldats éprouvèrent une profonde tristesse en voyant leurs espoirs s'évanouir après avoir consenti tant d'efforts et enduré tant de souffrances"). Belalcázar se mit alors à interroger — sans succès — les Indiens :

  • 76 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 11, déc. 5, liv. 6, ch. 5, p. 33.

"(…) Belalcázar demandait aux Indiens et s'employait à repérer l'endroit où se trouvait ce grand trésor dont on lui avait tant parlé. Ces derniers répondaient tout étonnés qu'ils n'en savaient rien et qu'il avait dû être caché par Yrruminavi76."

  • 77 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 3, p. 272 (art. "Quinara").

82Antonio de Alcedo signale également qu'un certain Quinará, "capitaine de l'Inca Atahualpa" aurait enterré une partie de la fameuse rançon dans la région de Loja (près de Quito), après l'annonce de l'exécution de son Souverain77. La province de Quito avait de quoi fasciner nos conquistadores et favoriser l'apparition de légendes.

***

83La capitale de l'Empire, Cuzco, fournit un butin considérable aux troupes de Francisco Pizarro. Les soldats n'en croyaient pas leurs yeux. Pedro de Cieza de León écrit à ce sujet :

  • 78 P. de Cieza de León, Descubrimiento y conquista del Perú, op. cit., ch. 69, p. 236-237.

"Lorsque les Espagnols y pénétrèrent, ils ouvraient les portes des demeures et trouvaient soit des tas de grosses pépites d'or de grande valeur, soit de grands récipients d'argent. La vue d'une telle quantité d'or les rendait furieux78."

84Les richesses qui avaient été amassées à Cuzco causèrent une grande impression sur les conquistadores. La splendeur de l'empire des Incas était devenue légendaire : leur renommée avait largement dépassé les limites du territoire qu'ils contrôlaient. D'ailleurs les Espagnols n'avaient-ils pas été informés de l'existence d'un royaume exceptionnel, situé vers le Sud, lors de la découverte du Darién? Il faut voir là, sans aucun doute, l'une des raisons qui expliquent le développement du mythe de l'Eldorado qui eut une telle importance pour de nombreux explorateurs.

85Mais les conquistadores ne pouvaient se satisfaire des trésors qu'ils avaient découverts à Cuzco. Ils étaient persuadés que les Indiens cherchaient à dissimuler ces métaux précieux qui excitaient leur convoitise. L'Inca Garcilaso de la Vega souligne cet état d'esprit qui existait au moment de la Conquista, mais aussi à l'époque de la colonie :

  • 79 Garcilaso de la Vega (El Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv (...)

"Un bruit s'est maintenant répandu — mais ces Espagnols en étaient alors informés — qui dit que les Indiens ont caché d'immenses trésors dans des lacs, des cavernes et des montagnes sans que l'on puisse avoir l'espoir de les récupérer79."

86Des dispositions officielles évoquaient également d'éventuelles découvertes de trésors dissimulés par les autochtones. Dans les instructions données par la Couronne au Licenciado Vaca de Castro qui était chargé des affaires du Pérou (15 juin 1543), on peut lire ceci :

  • 80 Instrucción al Licenciado Vaca de Castro (15-VI-1543), dans Los Virreyes Españoles en America duran (...)

"En outre, Nous avons été informé que malgré, les dispositions que Nous avons prises et les ordres que Nous avons donnés par Nos ordonnances afin que tous les trésors cachés qui seraient découverts Nous soient réservés puisqu'ils sont à Nous pour avoir appartenu aux seigneurs et aux personnes importantes de ce pays, rien n'a été fait jusqu'à présent à ce sujet parce que les Indiens qui ont connaissance de ces trésors disent qu'ils doivent les protéger80."

87Pour les Espagnols, les huacas recélaient des trésors dont ils pensaient pouvoir profiter.

88On croyait que près de la forteresse de Cuzco était enterré un immense trésor. Pedro Pizarro le rappelle dans sa Relación del descubrimiento y conquista del Perú :

  • 81 P. Pizarro, Relación…, op. cit., p. 501-502.

"(…) derrière la forteresse de Cuzco, dans un endroit plat, se trouvait, sous terre, une très grande cave où étaient dissimulées et enfouies plus de quatre mille charges d'or et d'argent (…)81"

  • 82 B. Cobo écrit Suárez, cf. Hist., op. cit., liv. 12, ch. 20, p. 100.

89Il précise que Manco Inca aurait donné l’information à un certain Simón Juárez82, un soldat espagnol avec lequel il s'était lié d'amitié. Mais il ne s'agissait, vraisemblablement que d'une ruse destinée à assouvir une vengeance personnelle — Manco Inca voulait se débarrasser de son frère — et le trésor ne fut point découvert. D'ailleurs il n’existait pas de trésor impérial. La coutume voulait que l'on plaçât auprès de la momie de l'empereur défunt tous les objets de valeur qu'il avait possédés. Son héritier ne pouvait donc en disposer, comme le précise Louis Baudin :

  • 83 L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 2e part., ch. 1, p. 83.

"Quant aux biens, ils restaient à la disposition du défunt. La momie continuait de résider en son palais comme par le passé, entourée de ses armes, de ses objets d'art, de ses serviteurs. L'héritier du trône se faisait construire une autre demeure, et c'est pourquoi il existe au Cuzco des vestiges d'autant de palais qu'il y eut de souverains, chacun portant le nom de l'un d'eux83."

  • 84 Un plan de ces salles souterraines, intitulé "Trasa del tesoro de los ingas" a été dessiné. Nous le (...)

90Les magasins de la forteresse de Cuzco, destinés à recevoir les armes et les vêtements nécessaires aux guerriers — où l'on avait parfois entreposé quelques richesses, comme l'indique Pedro Pizarro — ont cependant excité l'imagination des Espagnols, car il s'agissait de constructions souterraines dont ils ne connaissaient pas bien le rôle84.

***

91Parmi les merveilles que l'on pensait découvrir à Cuzco ou dans les environs, il en est une qui a tout particulièrement attiré l'attention des chroniqueurs : c'est la célèbre "chaîne d'or" que l'Inca Huayna Cápac aurait ordonné que l'on fabriquât à l'époque de la naissance de son fils Huáscar, l'héritier officiel du Trône qui combattait contre son frère Atahualpa quand Francisco Pizarro arriva au Pérou. Agustín de Zárate rappelle cette décision de l'Inca dans son Historia del descubrimiento y conquista del Perú :

  • 85 A. de Zárate, Hist. del descubr., op. cit., liv. 1, ch. 11, p. 140.

"A l'époque où naquit son fils aîné, Guaynacaba ordonna que l'on confectionnât une corde d'or ["maroma de oro"] si grosse (d’après ce que racontent de nombreux Indiens qui sont en vie), que plus de six cents Indiens Orejones ne pouvaient la soulever facilement. Et en mémoire de ce remarquable bijou, l'on nomma le fils Guascar (ce qui dans leur langage signifie "grosse corde"), avec le surnom "inca", que l'on donnait à tous les rois, à la manière des empereurs romains qui étaient appelés "Auguste"85."

  • 86 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 3, ch. 13, p. 235 et ch (...)

92Les chroniqueurs hésitent, en général, sur la nature exacte de l'objet. Certains, comme Antonio de Herrera, parlent de "maroma de oro"86, d'autres de chaîne métallique. L'Inca Garcilaso de la Vega écrit, par exemple dans la deuxième partie de ses Comentarios Reales :

  • 87 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú…, op. cit., liv. 8, ch. 16, p. 165.

"(…) et l'un des bijoux était la chaîne d'or que Huayna Cápac fit fabriquer pour la fête et la cérémonie que l'on devait organiser lorsque l'on attribuerait un nom à son fils aîné Huáscar Inca (…)87"

  • 88 Jesús Lara, Diccionario Qhëshwa-Castellano Castellano-Qhëshwa, La Paz - Cochabamba, Editorial "Los (...)

93L'hésitation est bien compréhensible si l'on considère que les témoins indigènes devaient se référer à une waska, or, ce vocable, d'après le Diccionario Qhëshwa-Castellano de Jesús Lara, peut indifféremment être traduit par "soga" ('grosse corde'), "maroma" ('grosse corde') ou "cadena" ('chaîne')88. Certains auteurs ont ainsi préféré parler de chaîne d'or : l'effet produit sur le lecteur était plus frappant.

94On se complaît d'ailleurs à décrire cette chaîne que l'on n'a jamais vue : elle est devenue légendaire. Et l'on constate souvent un goût marqué pour l'exagération. Antonio Vázquez de Espinosa explique ainsi, en parlant de Huayna Cápac :

  • 89 P. Antonio Vázquez de Espinosa, Compendio…, op. cit., II, liv. 4, ch. 100, par. 1573, p. 387.

"(…) il fit confectionner une chaîne d'or, si épaisse que chaque chaînon était gros comme le poignet d'un homme, qui était d'une longueur de 350 pas d'après ce que disaient les Indiens de ce temps-là et ce que racontent les historiens dans leurs écrits. C'était un bijou d'incroyables dimensions comparable à d'autres ouvrages qu'ils réalisèrent89."

  • 90 J. H. Linschot, Description de l'Amérique, op. cit., p. 83.

95Jan Huygen Van Linschoten indique qu'il s'agissait d'une corde ou d'un câble ("Ce mot de Guascar signifie Corde ou Cable"). Notre marin choisit finalement de parler d'un "Cable d'or de telle grandeur qu'à peine 200 hommes le pouvoyent porter90."

96Il y a, sans aucun doute, une relation entre le nom Huáscar et la corde — ou chaîne — d'or dont on signale l'existence.

97La "maroma de oro" servait au cours des fêtes publiques que l'on célébrait à Cuzco. Cette précision apparaît chez Pedro de Cieza de León :

  • 91 P. de Cieza de León, El Senorío de los Incas, op. cit., ch. 49, p. 146-147.

"Quand ils organisaient ces grandes danses, la place de Cuzco était entourée par une grosse corde en or que l'on avait fait fabriquer avec le produit considérable des tributs payés par les régions (…)91

98Mais c'est Pedro Sarmiento de Gamboa qui donne certainement la meilleure description de la maroma dans son Historia Indica :

  • 92 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. ind., op. cit., ch. 31, p. 237.

"Et l'on raconte qu'il fît surtout une grosse corde de laine de diverses couleurs et recouverte d'or, avec une houppe rouge à chaque extrémité. Elle mesurait, diton, environ cent cinquante brasses [250 m] de long. Elle était utilisée lors de leurs fêtes publiques — il y en avait quatre principales par an — (…) ainsi donc ils se rendaient en chantant du Temple du Soleil ("Casa del Sol") jusqu'à la place nommée moroy Urco, qu'ils entouraient complètement avec la corde92."

  • 93 Frédéric Lacroix, "Pérou et Bolivie", dans L'Univers, ou Histoire et Description de tous les Peuple (...)

99Cette chaîne d'or qui avait donc disparu, et que seuls les Indiens avaient vue, fit beaucoup parler d’elle. Certains ont prétendu que Túpac Amaru l'avait récupérée93. Mais la plupart des chroniqueurs signalent qu'elle avait été jetée au fond d'un lac lors de l'arrivée des Espagnols.

  • 94 A. d'Orbigny, Voyage pittoresque, op. cit., ch. 40, p. 370.

100Alcide d'Orbigny, dans son Voyage Pittoresque, parle de cette chaîne d'or de "deux cent trente-trois aunes de long [environ 280 m], et dans laquelle pouvaient danser six mille hommes" qui aurait disparu dans les eaux du lac Titicaca94.

101On se borne parfois à indiquer qu'elle aurait été jetée dans un lac ("laguna"). Juan de Solórzano y Pereyra écrit ainsi :

  • 95 J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., liv. 6, ch. 5, p. 338.

"(…) et l'on pense aussi qu'elle est cachée avec le reste. D'autres disent qu'on l'a jetée dans un lac que beaucoup ont tenté de vider sans autre but que de la rechercher95."

102Il souligne d'ailleurs, au passage, tout l’intérêt que les conquistadores portaient à cette chaîne d'or.

103Antonio de Alcedo propose deux versions différentes au sujet de la disparition de la maroma. Dans l'article de son Diccionario Geográfico qu'il consacre au lac de Chucuito (le Titicaca), il indique :

  • 96 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. I, p. 329 (art. "Chucuito").

"(…) les Indiens rappellent traditionnellement que l'on jeta dans ce lac la plus grande partie de leurs richesses lorsque commença la conquête espagnole. Parmi elles se trouvait la grande chaîne d'or, que fit fabriquer l’Inca Huaynacápac, qui mesurait 233 vares de long [194,76 m] et entourait 6 000 hommes qui dansaient à l'intérieur96."

104Mais à propos du village d'Urcos, il écrit :

  • 97 Ibid., t. 4, p. 144 (art. "Urcos").

"Village de la province et du corregimiento de Quispicanchi, au Pérou, près duquel se trouve le lac où l'on dit que les Indiens ont jeté cette fameuse grande chaîne d'or fabriquée lors de la naissance de Huáscar et que l'on a cherché à retrouver avec diligence, sans que l'on réussisse à la découvrir (…)97"

105Cette dernière explication correspond à ce qu'affirme l'Inca Garcilaso de la Vega :

  • 98 Garcilaso de la Vega (El Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv (...)

"(…) dans la vallée de Orcos, qui se trouve à six lieues au sud de Cuzco, se trouve un petit lac qui mesure moins d'une demi-lieue de circonférence mais qui est très profond et entouré de hautes collines. L'on raconte que les Indiens y jetèrent beaucoup de trésors de Cuzco dès qu'ils apprirent l'arrivée des Espagnols. Et l’on assure qu'avec d'autres richesses on y jeta la chaîne d'or que Huayna Cápac avait fait fabriquer (…)98"

106Il semble plus vraisemblable que l'on ait préféré le lac d'Urcos au Titicaca, éloigné de 300 km, pour faire disparaître un objet aussi lourd et aussi difficile à déplacer. Mais nous sommes maintenant dans le domaine de la légende, où l'on ne s'embarrasse point de telles considérations ! La chaîne d'or fut très activement recherchée du temps de la colonie. Si l’on en croit Juan de Solórzano y Pereyra, le lac d'Urcos et le Titicaca furent l'objet de la plus grande attention : un trésor qui représentait un tel poids de métal précieux — surtout s'il s'agissait d'une chaîne — devait faire naître de grands espoirs. Il y eut certainement de nombreuses déceptions, mais l'essentiel n'est-il pas que l'on ait cru pouvoir retrouver cette merveilleuse chaîne d'or que l'on n'avait jamais vue ?

3 - La pêche de l'or

107Parmi les légendes directement liées à l’abondance de métal précieux, il en est une qui a excité prodigieusement l'imagination et provoqué le départ de nombreux Européens pour le Nouveau Monde. Cette légende évoquait la pêche de l'or en Amérique Centrale.

  • 99 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 133 (Martes, 18 de diciembre).

108Dès son premier voyage outre-Atlantique, Christophe Colomb apprit que l'on pouvait recueillir de l'or dans les cours d'eau américains. Cette technique de l'orpaillage était d'ailleurs la seule que connussent les Indiens des îles, et leur unique source d'approvisionnement en métal jaune. Colomb mentionnait qu'il existait des îles où l'on trouvait beaucoup d'or que les indigènes obtenaient en tamisant le sable ("ils le prennent et le passent avec des sortes de tamis99").

109Núñez de Balboa signalait aussi que les Indiens de l'isthme de Panamá recueillaient l'or des rivières qu'ils conservaient sur des claies ou plaçaient dans des paniers :

  • 100 V. Núñez de Balboa, Caria dirigida al Rey… (20-1-1513), op. cit., p. 220.

"Il y a là-bas dans ces chaînes de montagnes certains caciques qui ont dans leurs demeures de l'or en grande quantité. Ils disent que toutes les rivières de ces montagnes roulent des pépites d'or et qu'il y en a de très grosses et en abondance. Ils se le procurent ainsi : lorsqu'ils en voient dans l’eau, ils le prennent et le placent dans leurs paniers (…)100"

110Faut-il voir là l'origine de la légende de la pêche de l'or? Ce n'est pas impossible. La technique employée par les Indiens, qui se servaient de claies ou de paniers pour conserver l'or et peut-être aussi pour tamiser les sables aurifères, a dû frapper les premiers explorateurs qui ont été prompts à en déduire que l'on pêchait ainsi le métal précieux.

  • 101 Cf Numa Broc, La Géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, Bibliothèque Nationale, 1980, Min (...)
  • 102 Cité par A. de Humboldt, Rel. Hist., op. cit., t. 3, p. 537.
    L'œuvre de Manuel Fernández de Enciso, (...)

111La légende se répandit très vite. Dans sa Suma de Geografía, publiée à Séville en 1519, le Bachiller Fernández de Enciso, le "premier grand géographe moderne101", déclare : "Le Darién et le Zenú, est un pays si riche en pépites d'or, que, dans les eaux courantes, on pêche ce métal avec des filets102." Fernández de Enciso, ancien associé d'Ojeda et ennemi de Núñez de Balboa, connaissait bien la région du Cenú et du Darién qu'il avait été l'un des premiers à explorer. On devait donc pouvoir lui accorder une entière confiance et croire ses affirmations.

112Fray Bartolomé de las Casas fait, lui aussi, grand cas de cette légende, en se moquant de la crédulité de ses compatriotes qui prirent pour argent comptant tous ces propos fantaisistes que l'on tenait sur la région du Rio Cenú :

  • 103 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., vol. 2, liv. 3, ch. 45, p. 281.

"L'on peut estimer ici la légèreté des hommes et les propriétés de la cupidité et de l'avarice, en considérant l'efficacité de cette renommée qui fit croire à de très nombreux individus que l'on pêchait véritablement de l'or dans les rivières103."

113Et Las Casas mentionne ensuite un exemple très éloquent :

  • 104 Ibid., vol. 2, liv. 3, ch. 45, p. 281.

"J'ouïs dire à un ecclésiastique, qui semblait très sensé et n'était plus tout jeune, et qui faisait partie du groupe de ceux que cette nouvelle poussa à quitter la Castille pour partir pêcher de l'or, lorsque je me trouvais dans l'île de Cuba où, fuyant cette pêcherie, il vint s'échouer, hâve et passablement affamé et ne disposant même pas d'un denier, qu'il avait laissé en Castille cent mille maravédis de rente d'un bénéfice dont il jouissait pour venir pêcher de l'or. Il disait que s'il n'avait point été persuadé qu'il devait rentrer rapidement en Castille avec un coffre rempli de pépites d'or aussi grosses que des oranges ou des grenades, ou même plus encore, il n'aurait jamais quitté sa demeure en abandonnant tout ses biens pour obtenir une quantité d'or inférieure à ce qu'il disait. Il affirmait cela sous la foi du serment en présence de personnes très sérieuses. J'en fus moi-même témoin104."

114Il explique d'ailleurs un peu plus loin, à propos de l'extraordinaire renommée du Cenú :

  • 105 Ibid., vol. 2, liv. 3, ch. 53, p. 300.

"(…) Il y eut tant de candidats au voyage lorsque fut diffusée la nouvelle de la pêche de l'or avec des filets, que si le Roi eût bien voulu donner licence à dix mille hommes, ils seraient partis de leur gré, sans un liard ou sans un denier105."

115Ce qui nous donne une idée assez précise de l'influence qu'eut cette légende de la pêche de l'or sur les populations ibériques.

116Francisco López de Gómara, de son côté, semble avoir admis sans hésitation toutes ces sornettes. Il déclare ainsi avec conviction :

  • 106 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 199.

"Ils recueillent de l'or où ils le désirent, et quand il pleut beaucoup ils tendent des filets aux mailles très serrées dans ce fleuve [Cenú] et dans d'autres, et parfois y pêchent des pépites d'or pur grosses comme des œufs106."

117Le fleuve Pactole coulerait-il donc dans les Indes Occidentales?

118Les conquistadores, toujours à l'affût des nouvelles, pour trouver l'occasion de s'enrichir rapidement, faisaient grand cas des propos que tenaient les Indiens sur la question de la pêche de l'or. Et Antonio de Herrera signale :

  • 107 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 7, p. 300-301.

"(…) et parce qu'il y en eut un qui dit qu'il y avait un fleuve où on le pêchait avec des filets, on l'emmena en Castille pour qu'il le dît au Roi. C'est ainsi que cette fameuse nouvelle se propagea à travers tout le royaume, que tout le monde se prépara pour cette pêche et que cette province que l'on avait baptisée "Andalousie" fut désormais appelée "Castille de l'or" ("Castilla del Oro")107."

119Voilà l’origine d’un nom qui faisait rêver !

120Que ne devait-on pas imaginer ! Car la pêche de l'or avec des filets — et l'on voit que la légende a évolué — supposait de belles prises : les pépites devaient nécessairement être d'une taille respectable. Mais que de déceptions sur le terrain ! Le capitaine Luis Carrillo, attiré en Amérique Centrale par la légende, en est un bon exemple. Antonio de Herrera explique quel fut son comportement :

  • 108 Ibid., vol. 4, déc. 2, liv. 1, ch. I, p. 8.

"L'on a déjà parlé du capitaine Luis Carrillo qui s'en fut coloniser la région située à six ou sept lieues du Darién, du côté de la rivière des Canards (río de las Ánades) et qui malgré la fertilité et l'attrait de l'endroit où on lui avait ordonné de s'installer, et l'abondance des indices d'or que l'on y trouvait, décida d'abandonner ce lieu car il ne vit point que l'on y pût pêcher avec des filets108."

121Juan de Solórzano y Pereyra, d’ordinaire plus pondéré, admet la réalité de cette pêche merveilleuse. Après avoir lu dans les œuvres d'Antonio de Herrera et du Bachiller Enciso qu'il existe des fleuves où l'on pêche l'or avec des filets, il déclare :

  • 109 J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., liv. 1. ch. 12, p. 118.

"(…) et cela ne peut être considéré comme une fable car ceux qui évoquent de manière détaillée les richesses de ces régions australes et occidentales disent cela tant du Zenú que d'autres fleuves109."

122Jugeant, un peu plus loin, certaines affirmations qui lui semblent discutables, il précise à propos de la pêche de l'or :

  • 110 Ibid., liv. 6, ch. 1, p. 300.

"(…) ce n’est pas [faux] ce qu'ajoute [Simón Mayolo] à propos des fleuves et des pays où l'on pêche avec des filets et où l'on trouve des pépites aussi grosses que des œufs de poule, et certaines d'une valeur de plus de trois mille castellanos110."

123On voit que même en 1648, la légende était encore bien vivante  !

4 - L'enfer de Masaya

  • 111 Cf. Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., 1ère part., ch. 68, p. 283. Fr. Bartolom (...)

124Au Nicaragua, l'attention des conquistadores fut attirée tout spécialement par un volcan que l'on nommait Masaya. Ce volcan en activité était remarquable. On l'apercevait, disait-on, fort bien la nuit, depuis l’océan, à vingt lieues [112 km] des côtes111, et de nombreux témoins signalaient que l’on pouvait, sans difficulté, à deux lieues de distance, lire une lettre à la lueur de son feu. Fray Bartolomé de Las Casas, qui a eu l'occasion de gravir ses pentes, avec d'autres religieux, et de passer la nuit au sommet, prétend avoir chanté les matines sans autre source de lumière :

  • 112 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. I, ch. 112, p. 390.

"Certains moines restèrent avec moi là-bas toute une nuit. Je crois que nous pûmes y dire l'office de matines sans autre lumière que celle que nous fournissait la lueur qui émanait du volcan112."

125Un lac de lave en fusion produisait ce phénomène. C’était une de ces merveilles qui inspiraient de la crainte et fascinaient ceux qui les approchaient. Ce fameux volcan s'était acquis une solide réputation car on accédait très facilement au cratère. Contrairement à beaucoup d'autres volcans, celui-ci pouvait être visité. Motolinía précise que l'on y arrivait à cheval :

  • 113 Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., 1ère part., ch. 68, p. 282.

"Il ne se trouve pas au sommet d'une très haute montagne, mais sur une manière de butte arrondie sur laquelle on peut se rendre à cheval ; la montée ne mesure pas une demi-lieue. Sur la partie haute, au milieu d'une plate-forme circulaire se trouve le cratère, lui aussi circulaire, de cet épouvantable volcan113."

  • 114 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 5, p. 394.

126Il semble toutefois que Motolinía soit très optimiste. Gonzalo Fernández de Oviedo, qui a vu le volcan de Masaya, indique qu'il n'a pu monter à cheval jusqu'au cratère ("J'ai gravi, à cheval, plus des trois quarts de la pente114").

  • 115 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 1, ch. 111, p. 387.

127On considérait habituellement, à l'époque, que les volcans étaient des bouches de l'Enfer. L'idée n'était pas nouvelle. D'ailleurs, les Anciens ne plaçaient-ils pas les forges de Vulcain dans le cratère de l'Etna? C'est avec cette connotation implicite qu'apparaît le plus souvent "l’Enfer de Masaya". Et même si Fray Bartolomé de Las Casas refuse une telle interprétation — en soulignant que les feux de l’Enfer ne peuvent être aussi resplendissants et que les âmes n'ont nul besoin d'ouvertures pour circuler115 —, cette appellation connut un franc succès.

  • 116 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 8, p. 404.

128La tradition indigène permettait également de confirmer cette interprétation "infernale" de l'endroit. Gonzalo Fernández de Oviedo indique que les Indiens pratiquaient des sacrifices humains et précipitaient leurs victimes dans ce cratère116. Les caciques s'y réunissaient aussi pour tenir conseil avec le diable qui se montrait à eux sous les traits d'une vieille femme qui, disait-on, habitait le volcan où elle disparaissait mystérieusement :

  • 117 Une plate-forme située à l’intérieur du cratère.
  • 118 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 5, p. 397.

"J'ouïs dire à ce cacique de Lenderi que, parfois, il était descendu avec d'autres caciques jusqu'à la plate-forme117 où se trouve le gouffre de Masaya, et que de ce gouffre sortait une très vieille femme, nue, avec laquelle ils tenaient leur monexico (ce qui signifie réunion secrète) et discutaient pour savoir s'ils feraient la guerre ou non, ou s'ils accorderaient un trêve à leurs ennemis (…)118"

129Le portrait de ce curieux personnage ne laisse aucun doute sur sa vraie nature :

  • 119 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 5, p. 397.

"Je l'interrogeai sur ce qui se passait après qu'ils eussent tenu leur conseil, le monexico, avec la vieille femme : Que devenait celle-ci? Quel âge avait-elle? Quel était son aspect? Il me répondit qu'elle était très vieille et toute ridée et que sa poitrine tombait jusqu'au nombril, qu’elle avait peu de cheveux et que ceux-ci étaient dressés sur sa tête, que ses dents étaient longues et pointues, tels des crocs de chien, que son teint était plus sombre et foncé que celui des Indiens et qu'elle avait des yeux enfoncés et luisants. Bref, il en faisait une description qui correspondait à celle du diable119.".

130Et les confesseurs utilisèrent cette remarquable conjoncture pour intimider leurs pénitents et les placer réellement face à l'une des entrées de l'Enfer. Mais l'effet obtenu laissait beaucoup à désirer :

  • 120 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 8, p. 404.

"Et à ce sujet [Fray Blas del Castillo] dit que dans ce pays les confesseurs ont imposé comme pénitence à certaines personnes qu'ils ont confessées, d'aller le voir. Mais après l'avoir découvert, les yeux ne se lassent pas de le voir, même après l'avoir aperçu mille fois car la vue est charmée par cette liqueur étincelante qui bouillonne dans les profondeurs120."

131Le lac de lave fascinait ceux qui l’approchaient. Tous les témoins l'indiquent. Et la fascination était d'autant plus grande que l'on croyait généralement que dans cette gigantesque chaudière bouillonnait un lac d'or ou d'argent.

***

  • 121 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 5, p. 395.

132La description la plus détaillée que l'on ait du volcan de Masaya est certainement celle que propose Gonzalo Fernández de Oviedo dans son Historia General y Natural de las Indias. Le chroniqueur a examiné avec soin le cratère le 25 juillet 1529. Il y est monté par la face Est, la plus accessible et la moins élevée. Le volcan aurait, d'après lui, à la base, une circonférence de 3,5 ou 4 lieues (entre 19,5 et 22,3 km) et serait situé à 3 lieues (16,7 km) de la ville de granada. Un panache de fumée s'en échappait sans cesse, mais les vents dominants venant de l'Est, il était tout à fait possible de gravir la pente Est sans encombre. La paroi intérieure était à pic et l’on apercevait en contrebas une large plate-forme circulaire (plaza) percée d'un gouffre (pozo) rempli de matière en fusion. Gonzalo Fernández de Oviedo ne peut donner que des dimensions estimées puisqu'il n'a procédé à aucune mesure. Vu du bord du cratère, le gouffre aurait un diamètre de 14 ou 15 pas. Du sommet jusqu'à la plate-forme il y aurait — d'après le gouverneur du Nicaragua Rodrigo de Contreras qui s'est intéressé au volcan — 130 brazas (217,33 m), et du bord du Gouffre au niveau de la matière en fusion, 40 brazas (66,90 m). Mais ces mesures ayant été relevées quelque huit ans après l'excursion de Fernández de Oviedo, la configuration des lieux a pu changer. Pour Fray blas del Castillo qui est descendu dans le cratère en 1537, il y aurait 233 brazas (389 m) du sommet (à l'Est) à la plate-forme, et le pozo aurait 100 brazas (167 m) de profondeur121. Il ne pouvait, évidemment, être question que de mesures imprécises, et forcément provisoires, puisque le volcan était en activité, que le gouffre semble s'être déplacé et que le niveau de la matière en fusion serait même monté, d'après certains, jusqu'aux bords du cratère. Le phénomène est fréquent et les lacs de lave sont en état de perpétuelle transformation. Il est tout de même remarquable que des hommes mal équipés aient songé, au début du XVIe siècle à tenter l'aventure et soient descendus jusqu'au bord du gouffre.

133Divers témoins avaient examiné le volcan. Les Indiens, nous l’avons vu, y tenaient d'étranges conciliabules. Mais plusieurs Européens en avaient gravi les pentes facilement accessibles. Gonzalo Fernández de Oviedo, qui fut l'un des premiers, nous livre dans son Historia General y Natural de las Indias les noms de témoins oculaires qui virent le volcan dès le début de la colonisation du Nicaragua :

  • 122 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 10, p. 411.

"(…) Fray Francisco de Bobadilla, de l'ordre de la Merci, et le maître Alonso de Rojas, ecclésiastique, et Fray Bartolomé de las Casas, de l'ordre des Frères prêcheurs et Fray Joan de Gandabo, de l'ordre de saint François (…)122"

134Tous ces témoins estimaient que la matière en fusion que l'on apercevait était du métal. Il faut noter au passage que ce sont les religieux qui semblent avoir montré le plus de curiosité pour le phénomène. L'Enfer serait-il donc si attirant pour les ministres du culte? Et c'est un autre religieux qui va tenter la première descente vers ce domaine du diable !

***

  • 123 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 6, 8, 9, 10, p. 398 à 413.
  • 124 Cf. F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 282. A. de Herrera y Tordesillas donne le même (...)

135Ce dernier, un personnage remarquable, est un Dominicain du nom de Fray Blas del Castillo qui a laissé une Relación que Gonzalo Fernández de Oviedo a largement utilisée, en suivant le texte pas à pas et en citant de nombreux passages123. Francisco López de Gómara — qu'Antonio de Herrera a certainement mis à contribution — le nomme "Fray Blas de Iñesta124 ", peut-être à la suite d'une confusion.

136Fray Blas avait une activité débordante. Ayant conçu le projet d'explorer le cratère dès 1534, il dut renoncer provisoirement car d'autres aventures l'attendaient au Pérou. On le retrouve, en 1536, en Nouvelle-Espagne, toujours obsédé par le volcan de Masaya. De là, il passe au Nicaragua afin de mettre sur pied sa folle entreprise. Son impatience était grande. Il tenait à savoir quelle était la matière en fusion que l'on apercevait au fond du pozo du cratère :

  • 125 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 6, p. 399.

"Et ce Père raconte qu'aucun de ceux qui sont montés là-haut ne peuvent dire véritablement quelle est la nature de ce qu'ils aperçoivent dans les profondeurs, car certains disent que c'est de l'or, d'autres, de l'argent, du cuivre, du fer, du soufre ou de l'eau. D'autres, enfin, prétendent qu'il s'agit de l'Enfer, de la bouche du mal (…)125"

  • 126 C'était un Flamand nommé Frater Johanes de Gandavo. Il intervint au Nicaragua en compagnie de Fray (...)

137Le mardi 12 juin 1537, jour de la Saint-Basile, Fray Blas monte voir le volcan. Il est accompagné de Joan Anton, Joan Sánchez Portera et Francisco Hernandez de Guzmán. Ces hommes, bientôt rejoints par Gonzalo Melgarejo et Pedro Ruiz, forment une équipe bien décidée à affronter les difficultés. Un religieux les soutient et encourage leurs efforts : c'est le Franciscain flamand Fray Juan de Gandabo, l'un des tout premiers qui s'établirent au Nicaragua126. Ce dernier joua un rôle qui est loin d'être négligeable, comme le laisse entendre Gonzalo Fernández de Oviedo :

  • 127 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 6, p. 399.

"Et dès qu'ils se trouvèrent dans la ville, ils prirent conseil auprès de ce moine flamand qui avait déjà vu le volcan de Masaya et souhaitait en connaître le secret. Celui-ci leur dit même que cette matière en fusion que l'on y voyait ne pouvait être que de l'or ou de l'argent et qu'il n'y avait pas de plus grandes richesses au monde. Il s'appliqua à le leur démontrer et leur dit qu'à son avis il serait bon d'aller s'en assurer127."

138Une véritable légende est donc en voie de création autour du lac de lave de Masaya.

139Et après un long examen du lieu, on se lance dans l'aventure, le vendredi 12 avril 1538. Il y avait déjà eu trois tentatives en 1537 — la troisième en présence du gouverneur Rodrigo de Contreras —, mais une interruption des activités fut nécessaire, à cause de la saison des pluies qui gênait les opérations. Joan Anton, Joan Sanchez Portera, Pedro Ruiz et Fray Blas del Castillo préparent alors leur appareillage : des cordes, des poulies, un cabestan. Le samedi 14 avril, veille des Rameaux, Fray Blas descend dans le cratère. Il est fort mal équipé. Fernández de Oviedo, qui suit la Relación du religieux, le décrit ainsi :

  • 128 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 9, p. 405.

"(…) puis le moine retroussa le bas de son froc qu'il attacha à sa ceinture, croisa, comme les prêtres, l’étole sur sa poitrine et la serra avec le cordon sacré, il prit un petit marteau qu'il accrocha à sa ceinture, sur le côté droit (afin de faire tomber les pierres instables qu'il rencontrerait), et une petite calebasse remplie d'environ une chopine de vin et d'eau qu'il attacha à sa main gauche puis mit un casque de fer sur sa tête avec, par-dessus, un chapeau solidement lié. C'est ainsi qu'il prit place dans le nœud coulant ou la sangle dans laquelle il devait se glisser et, une fois bien arrimé, il saisit une petite croix de bois qu'il tint dans sa main et parfois dans sa bouche et commença à descendre le long de la corde128."

140Il était bon, en effet, de montrer aux Indiens qui les secondaient, que la Croix était plus puissante que le Diable. Ce remède infaillible devait évidemment protéger les audacieux explorateurs qui s'aventuraient avec tant de témérité jusqu'aux portes de l'Enfer. Et Gonzalo Fernández de Oviedo ne manque pas d'exprimer sa stupéfaction :

  • 129 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 9, p. 406.

"La hardiesse et l'audace de ce moine sont, à mon avis, le plus grand exemple de témérité que j'aie jamais rencontré. Car, ayant vu l'enfer de Masaya, et me rappelant sa profondeur, je suis encore plus émerveillé par ce que ce Père entreprit où je perçois plus d'audace et de cupidité que de sagesse étant donné qu'il laisse entendre plusieurs fois dans sa relation que cette matière qui bouillonne est de l'or ou de l'argent129."

  • 130 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 9, p. 407.

141Après avoir prié et planté une croix sur la plate-forme, Fray Blas sonde les parois du cratère, à la recherche de minerai, puis demande à être remonté. L'exploit était impressionnant, car on tenait pour impossible toute descente à l'intérieur du volcan, et l'on pensait ne pouvoir tenter l'expérience qu'avec un condamné à mort130 !

142On envisage alors rapidement une nouvelle tentative. Nos aventuriers reçoivent quelque renfort, et l'on procède à un tirage au sort : Pedro Ruiz descendra le premier, suivi de Benito Dávila puis Joan Sánchez Portera et Fray Blas del Castillo. Tout se passe comme convenu. Une fois sur la plate-forme, l'équipe s'active avec son matériel : un bassinet de bombarde, un marteau, des tenailles, une chaîne, un mortier pour puiser le liquide qui bouillonne dans le pozo. On s'installe d'abord pour passer la nuit dans le cratère, mais il est difficile de dormir. On s'occupe alors à extraire le précieux métal que l'on aperçoit au fond du gouffre. Au sommet, on s'inquiète : a-t-on trouvé l'or tant espéré? Ceux d'en bas répondent en attachant un billet à la corde. Mais il est hors de question d'avouer un échec :

  • 131 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 10, p. 409.

"(…) et ils ne leur écrivirent pas ce qui se passait pour qu'ils ne perdissent point courage mais, bien au contraire, leur expliquèrent qu'il y avait là un grand trésor ou qu'il y avait des indices d'argent131."

  • 132 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 10, p. 410.

143Cette nouvelle provoque un grand mouvement d'enthousiasme sur la crête mais, en bas, sur la plate-forme, on ne parvient pas à plonger le mortier dans la matière en fusion. Un billet descend du sommet : comme l'on pense que Fray Blas et ses compagnons ont extrait beaucoup d'argent, on leur conseille de cacher le métal en remontant, car les hidalgos de la région paraissent maintenant s'intéresser à cette source de revenus qui semblait jusqu'alors inaccessible. L'information avait circulé très rapidement. Mais il faut faire bonne figure devant tous ces curieux avides de richesses et Fray Blas fait croire qu’il dissimule dans une corbeille un merveilleux échantillon du précieux métal. Il refuse de montrer le résultat des efforts de l’expédition. Fray Blas et Benito Dávila écrivent au gouverneur Rodrigo de Contreras en précisant : "Que l’on ne devait plus dire enfer de Masaya, mais paradis"132. On imagine alors le mécontentement des spectateurs frustrés, et l’extraordinaire succès… de la légende qui se voyait ainsi confirmée.

144Le dernier mardi d’avril 1538, on recommence. Le petit groupe d’explorateurs s’est agrandi : on peut croire que cela s’est fait sans difficultés. Sept hommes descendent alors, parmi lesquels se trouvent un Portugais nommé Anton Fernández et le Français Nicardo. Bien entendu, Fray Blas est du nombre. Mais certaines discussions enveniment les rapports. On plonge cependant un récipient dans la lave en fusion. Le mortier remonte rempli de scories. La corde brûle, la chaîne rougit et casse : il est impossible d’atteindre le "métal". On emporte cependant des fragments de lave. Rodrigo de Contreras — "gentilhomme très sage" dit Fernández de Oviedo — interdit alors toute nouvelle tentative. Le mystère reste entier, et beaucoup — Fray Blas le premier — prétendent toujours qu’un lac d’or ou d’argent se trouve au fond du volcan de Masaya. La légende continuera longtemps à échauffer les esprits.

***

145Il y a pourtant quelques personnes peu convaincues par les nouvelles qui proviennent du volcan de Masaya. Pascual de Andagoya explique ainsi :

  • 133 P. de Andagoya, Relación…, op. cit., p. 245.

"Je ne crois pas qu’il puisse s'agir d'or, car l'or est un métal froid et ne pourrait se trouver en état de fusion, hormis sous l'effet de circonstances exceptionnelles. Pour moi, cette matière a le feu à l'intérieur d'elle-même et ne le reçoit point d'ailleurs133."

146José de Acosta, qui écrit sur les événements, avec un demi-siècle de recul, juge que Fray Blas a fait preuve d'une obstination ridicule :

  • 134 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 3, ch. 24, p. 85.

"(…) un ecclésiastique cupide se persuada que ce magma brûlant était de l'or ; il en conclut qu'il ne pouvait s'agir d'une autre matière ni d'un autre métal puisque cette chose brûlait depuis tant d'années sans jamais se consumer. Animé par cette conviction il fabriqua des chaudrons et des chaînes avec je ne sais quel engin pour recueillir et tirer l'or de ce gouffre. Mais le feu le trompa. A peine la chaîne de fer, avec le chaudron, avait-elle atteint son but qu'elle fondait et cassait comme de l'étoupe. On me raconta aussi que ce personnage s'obstinait dans son idée et qu'il proposait d’autres trouvailles ingénieuses pour extraire l'or qu'il imaginait134."

147Le Dominicain part pour l’Espagne, demander à la cour que l'on soutienne ses efforts. Gonzalo Fernández de Oviedo, qui a eu vent de l'affaire, écrit alors à Charles Quint pour souligner l'extravagance des propos que tient Fray Blas del Castillo :

  • 135 G. Fernández de Oviedo, Carta de Gonzalo Fernández, de Oviedo a S. Magestad, hablando del volcán de (...)

"(…) il me semble qu'il veut faire croire que la matière qui se trouve dans cet enfer ou plutôt ce puits de soufre, suivant mon avis et celui d'autres personnes, est un métal précieux. Outre ceci il raconte d'autres choses plus propres à charmer ceux qui n'ont pas vu tout cela que véritablement profitables et qui n'ont d'autre but que de donner créance à cette chimère tout en laissant entendre à Votre Majesté qu'elle n'en est pas une (…)135"

  • 136 Información que sobre el volcán de Masaya hizo el Gobernador de Nicaragua, Rodrigo de Contreras, el (...)

148Le lendemain de la dernière tentative de l'équipe de Fray Blas, le gouverneur Rodrigo de Contreras fait enregistrer officiellement les dépositions de 5 des participants : Antonio Hernándes, García Martín de Paniagua, Juan Platero, Pedro Ximénes, et le Français Pedro Nicardo136. Tous répondent à peu près comme Antonio Hernándes :

  • 137 Ibid., t. 5, p. 503 (fol. 1 r°).

"(…) il dit qu'à son avis il s'agit d'un métal mais qu'il ne sait point quel est ce métal et qu'il ne peut se prononcer que sur l'odeur de soufre qui en émane (…)137"

149Juan Platero, qui est un expert, apporte une précision supplémentaire :

  • 138 Ibid., t. 5, p. 505 (fol. 2 r°-2 v°).

"(…) et ce que témoin dit, comme expert en matière de mines et d'affinage de l'argent, qu'à son avis ce n'est pas une terre favorable à l'argent/fol. 2 v°/ et qu'il y a de grosses scories qui brûlent dans ledit feu, et que l'on n'y a pas vu de traces de métal (…)138"

150Il est cependant intéressant de constater que tous ces témoins abondent dans le sens du gouverneur qui a décidé d'interdire l'exploration du cratère. Leurs déclarations évoquent, d'une manière trop itérative pour ne pas paraître suspecte, les dangers auxquels on s'expose. Tous disent comme, par exemple, Pedro Nicardo :

  • 139 Ibid., t. 5, p. 506 (fol. 3 v°).

"(…) et que Monsieur le Gouverneur devrait interdire que quiconque y descende car cela est très dangereux139."

151Rodrigo de Contreras aurait-il décidé de se réserver les bénéfices de l'exploitation du métal qui se trouverait dans le cratère? Les témoins ne songeraient-ils pas à retourner dans l’enfer de Masaya pour extraire, enfin, en toute tranquillité le métal précieux qui attire les Européens de la contrée? Un accord secret existerait-il entre le gouverneur et les membres de l’expédition de Fray Blas del Castillo? Tous n'étaient peut-être pas convaincus de la présence d’or ou d'argent au fond du gouffre, mais l'attitude que certains ont adoptée nous incite à penser que cette hypothèse leur paraissait crédible.

***

  • 140 Real Cédula expedida en Madrid a 3 de octubre de 1539, para que el Gobernador y Obispo de la Provin (...)

152Nous savons, grâce à la lettre de Gonzalo Fernández de Oviedo adressée à l'Empereur, que Fray Blas del Castillo voulait poursuivre ses efforts avec l'assentiment du pouvoir central. Son voyage en métropole n'avait pas d'autre but que d'obtenir une capitulación en bonne et due forme et quelque aide financière de la Couronne. Il ne fut d'ailleurs pas le seul à solliciter cette faveur. Juan Antón, Juan Sánchez Portero, Pedro Ruiz et Francisco Sánchez, qui, en avril 1538, avaient secondé Fray Blas dans sa folle entreprise, obtinrent, dès le 3 octobre 1539, l'autorisation de poursuivre les recherches. Ces quatre compagnons du Dominicain avaient donc accompli les démarches nécessaires en un temps record : 17 mois leur avaient suffi pour convaincre l'Administration espagnole ! Charles Quint aurait-il cru à l'or du volcan de Masaya? L'investissement nécessaire était, bien entendu, à la charge des demandeurs. Mais la Real Cédula qui leur octroyait la concession indique que l'on s'intéressait décidément beaucoup à ce volcan de Masaya : "nous le connaissions bien et notre attention avait été attirée par le volcan de Masaya", précise-t-on dans le texte140."

153Rodrigo de Contreras, qui ne semble pas avoir apprécié cette cédula royale en vint même à ordonner que l'on emprisonnât Juan Sánchez Portero qui le pressait de lui accorder une autorisation. Une plainte soumise — vraisemblablement en 1542 ou 1543 — à l'Audiencia de Panama indique, parmi de nombreux autres reproches à l'endroit du gouverneur, que celui-ci s'opposait à toute nouvelle tentative d'exploration du cratère :

  • 141 Escrito de queja que Francisco Sánchez, vecino de Granada, y Diego Núñez Téllez, vecino de León, en (...)

"L XVII. Item, que Votre Altesse soit instruite de l'accord que conclurent Francisco Sanchez, Juan Anton, Juan Sánchez et Pedro Ruiz pour chercher, à leurs dépens, à découvrir et savoir ce qu'il y a dans le volcan de Masaya car ils pensent que le métal qui s'y trouve est de l'or ou de l'argent. Si cela était, Votre Altesse en tirerait un grand bénéfice et verrait augmenter ses revenus et les droits de la Couronne. Pour cette découverte et les frais afférents, les susdits signèrent une obligation par-devant notaire, puis ledit Juan Sánchez et ledit Pedro Ruiz partirent pour ladite ville de León présenter une requête à Votre gouverneur, le priant de bien vouloir leur accorder l'autorisation de s'engager dans cette entreprise de découverte puisqu'ils en assumaient tous les frais. Alors Votre gouverneur s'irrita et s'emporta contre ledit Juan Sánchez et le fit arrêter — il pourra témoigner du traitement qu'il subit — et ordonna à un alguazil de le mener en prison et ledit Juan Sánchez, alarmé, prit la fuite et chercha asile dans l'église. C'est ainsi que ladite découverte ne se fit point, que rien ne fut entrepris et que l'on a certainement rendu un mauvais service à Votre Altesse141."

***

  • 142 Asiento que se tomó con / el Bachiller Juan Ál/uarez, clérigo, sobre / lo del bolcán. (Valladolid, (...)

154L'or de l'enfer de Masaya devait encore faire parler de lui. Le Bachiller Juan Álvarez, un religieux, fit une demande au Consejo de las Indias et obtint, le 9 septembre 1551, l'autorisation d'exploiter le cratère de Masaya. L’asiento qui le concerne précise que le demandeur envisage la découverte d'or ou d'argent ("pour savoir ledit secret et s'il y a dans ledit volcan de l'or, de l'argent ou quelque autre chose dont il conviendrait d'ordonner l'extraction142"). Mais il est prévu dans ce document une éventuelle participation financière de la Couronne. Le fait est assez peu courant pour être signalé. Faut-il voir dans cette précision, une preuve de l'intérêt tout particulier qu'éveillait le volcan? Aurait-on escompté obtenir rapidement de riches bénéfices pour un investissement relativement peu important? Il est cependant clairement indiqué que la proposition émanait du solliciteur :

  • 143 Asiento que se tomó con el Bachiller Juan Álvarez…, op. cit., fol. 253 v°

"(…) me suppliant de vous en donner licence et de m'associer à vous suivant les dispositions subséquentes : ainsi qu’il a été dit, vous découvrirez à vos dépens le secret et les métaux dudit volcan et une fois la découverte réalisée, Sa Majesté recevra la moitié de tout le métal trouvé dans ledit volcan pour autant que Sa Majesté prenne à sa charge la moitié des frais qui seraient engagés pour extraire lesdits métaux, et que vous preniez à votre charge l'autre moitié (…)143"

  • 144 Joan Sánchez Portero. Sobre el descubrimiento del bolcán de Masaya. (Valladolid, 28-IX-1557). A.G.I (...)

155L'entreprise n'aboutit pas, puisqu'une nouvelle autorisation — prévoyant, elle aussi, une éventuelle association avec la Couronne — fut octroyée à Joan Sanchez Portera l'un des compagnons de Fray Blas del Castillo le 28 septembre 1557144. Cependant — et cela tendrait à prouver l'impatience de la métropole —, il fut mis une restriction à cette autorisation ; le bénéficiaire devait intervenir dans un délai de deux ans :

  • 145 Ibid., fol. 255 v°

"Et outre cela, pour autant que vous commenciez à entreprendre ce qui a été précédemment indiqué dans un délai de deux ans. Et si ce délai n’était pas respecté, ledit contrat serait nul et non avenu145."

  • 146 El Liçenciado Hortiz, Sobre lo del bolcán (Madrid, 7-II-1560 et Toledo 14-VIII-1560), AGI, Indifere (...)

156Juan Sánchez Portera fut, vraisemblablement, incapable de tenir ses engagements. Une cédula du 7 février 1560, adressée au Licenciado Hortiz, Alcalde Mayor du Nicaragua146, envisage la possibilité de la défection de Juan Sánchez Portero :

  • 147 Ibid., fol. 256 r°

"Et parce qu'il se pourrait que ledit Juan Sánchez ne réalisât pas ses projets, ne tînt pas ses engagements et ne mît point en œuvre tout ce qui serait nécessaire pour connaître ledit secret et qu'ici il nous semble que, dans ce cas, il conviendrait que Nous nous en chargions puisque l'on a dit que ce qui se trouve dans ledit volcan est de l'or ou de l'argent (…)147"

157On ne saurait affirmer plus clairement l'intérêt que l’on porte aux richesses du cratère de Masaya. On croit, par conséquent, aux bruits qui courent sur le fameux lac de métal précieux.

  • 148 Ibid., fol. 256 v°-257 r° Ce nouveau doc. est associé au précédent et le complète. Il est daté de T (...)

158Six mois plus tard, la Couronne prend directement à sa charge les frais de l'entreprise148. On songe cependant à associer aux recherches Juan Sánchez Portero, qui est un expert qualifié, en fixant le salaire de sa participation à un maximum de trente mille ducats. Mais la Couronne précise qu'elle n'autorise pas le Licenciado Hortiz à dépenser pour cette exploration plus de trois cents ducats !

  • 149 Ibid., fol. 256 v°-257 r°

"Et ledit Juan Sánchez participera à l'entreprise en apportant ses idées comme il s'y est engagé, et vous pourrez utiliser pour cela, si nécessaire, les cinq cents ducats, car la cédule que vous trouverez ci-jointe / [fol. 257 r°]/ vous autorise à dépenser au maximum trois cents ducats149."

159Commencerait-on à douter de la possibilité d'atteindre ces fabuleuses richesses? L'affaire traîne depuis 22 ans, mais l'impact de la légende semble toujours important.

160Toutefois d'autres mirages sont apparus entre-temps, et d’autres lacs attirent l'attention et excitent l'imagination des Européens impatients de s'enrichir.

No 13 - Le volcan Masaya du Nicaragua, sur la carte Nova Hispania, Nova Galicia, Guatimala de l'Histoire du Nouveau Monde de Jean de Laet (Leyde, 1640).

Notes

1 Lettre d'un soldat de Cajamarca à son oncle (20-VII-1533), Trad. de P. Duviols, dans Francisco de Jerez, Relation véridique…, op. cit., p. 125,

2 Cf. Historia Social y Económica de España y América, Dirigida por J. Vicens Vives, vol. 3 : Los Austrias Imperio Español en América, Barcelona, Editorial Vicens-Vives, 1974 (Ière éd. 1957), col. "Libres Vicens-bolsillo", ch. 2, p. 30 (Tableau : El tesoro americano en España) et p. 31 (Tableau : Importación del tesoro americano en España).

3 Earl J. Hamilton, American treasure and price revolution in Spain (1500-1650), Cambridge-Massachusetts, 1934, col. "Harvard Studies".

4 Pierre Vilar, Or et monnaie dans l'Histoire. 1450-1920, Paris, Flammarion, 1974, col. "Science Flammarion", ch. 7, par. 5, p. 81.

5 V. Núñez de Balboa, Caria dirigida al Rey… (20-1-1513), op. cit., p. 217.

6 Andrés de Tapia, Relación hecha por el señor Andrés de Tapia, sobre la conquista de México, dans Colección de documentos para la historia de México. Publicada por Joaquín Garcia Icazbalceta, México, Librería de J. M. Andrade, t. 2 (1866), p. 579.

7 Ibid, p. 580.

8 Axayácatl a été élu empereur en 1469 et a régné jusqu'en 1481. Ses successeurs furent Tizoc (1481-1486), Auitzotl (1486-1503) puis Moctezuma II en 1503. Le souverain mexicain était élu par l'oligarchie militaire et sacerdotale. Le Tlatoani ('empereur') était en fait choisi parmi les nombreux membres d"une même famille. Cf. J. Soustelle, Les Aztèques, op. cit., ch. 3, par. 8, p. 45-49.

9 S. de Madariaga, Hernan Cortès, op. cit., part. 3, ch. 16, p. 314.

10 Ibid., part. 4, ch. 19, p. 363.

11 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 93, p. 341.

12 Ibid., vol. 1, ch. 93, p. 341.

13 Ibid., vol. 1, ch. 93, p. 341.

14 Ibid., vol. 1, ch. 104, p. 381.

15 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 52.

16 Ibid., p. 52.

17 F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 119, p. 55.

18 Fray Diego Durán, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme. Escrita por Fray Diego Durán, Dominico, en el siglo XVI. Edición paleográfica del manuscrito autógrafo de Madrid, con introducciones, notas y vocabularios de palabras indígenas y arcaicas. La prépara y da a luz Ángel Ma. Garibay K. (…), México, Editorial Porrúa S.A., 1967, 2 t., Biblioteca Porrúa, no 36 et 37, t. 2, ch. 74, par. 16, p. 542.

19 Ibid., vol. 2, ch. 74, par. 17, p. 542-543.

20 Ibid., vol. 2, ch. 74, par. 20, p. 543.

21 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 11, p. 351.

22 S. de Madariaga, Hernan Cortès, op. cit., part. 4, ch. 19, p. 364.

23 Cette lettre du Cabildo de Veracruz est généralement considérée comme la première missive envoyée par Cortés, et lui est ainsi indirectement attribuée. Cf. Hernán Cortés, Primera Carta-Relación de la Justicia y Regimiento de la Rica Villa de la Vera Cruz a la Reina Doña Juana y al Emperador Carlos V, su hijo - 10 Julio de 1519, dans H. Cortés, Carias de Relación, op. cit., p. 24-27.

24 George Dexter est de cet avis, cf. "Cortereal, Verrazano, Gomez, Thevet", dans J. Winsor, Narrative…, op. cit., vol. 4, ch. 1, p. 5. La thèse a également été défendue par Luigi Hughes, dans Raccolta di documenti…, op. cit., part. V, vol. III. Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 4, ch. 20, p. 470, n. 1.

25 Voir supra, ch. 20, par. 4.

26 Ch. de la Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 3, p. 250.

27 Cf. René Herval, Dieppe (…), Caen-Paris, Ozanne et Cie, 1947, 2e part., ch. 3, p. 79.

28 Reproduit dans Ch. de la Roncière, Hist. Mar., op. cit., t. 3, p. 250-251. Un autre vitrail, ex-voto de l'église normande de Vatteville, se rapporte à cet événement.

29 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 394.

30 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 159, p. 143-144.

31 H. Cortés, Cuarta Carta-Relación, op. cit., p. 201.

32 Ibid., p. 202.

33 Le prix signalé par H. Cortés est confirmé par G. Fernández de Oviedo (Hist. Gen., op. cit., liv. 3, ch. 12). Cf. Fernando de Alva Ixtlilxóchitl, Cruautés horribles des conquérants du Mexique, et des Indiens qui les aidèrent à soumettre cet empire à la couronne d'Espagne, Mémoire de Don Fernando d'Alva Ixtlilxochitl, supplément à l'Histoire du Père Sahagun, Publié et dédié au gouvernement suprême de la confédération mexicaine, par Charles-Marie de Bustamante. Mexico, De l'Imprimerie du Citoyen Alexandre Valdés, dans H. Ternaux-Compans, Voyages, Relations…, op. cit., t. 8 (1838), p. 159, no 1.

34 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 405.

35 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 170, p. 242.

36 Ibid., vol. 2, ch. 170, p. 243.

37 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit.. II, p. 421.

38 Cf. P. Larousse, Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle…, op. cit., t. 5, p. 215 (art. "Cortez").

39 Ibid., t. 5, p. 215.

40 Ibid., t. 5, p. 215.

41 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., Il, p. 425.

42 Ibid., II, p. 425.

43 S. de Madariaga, Hernan Cortès, op. cit., 6'part. ch. 30, p. 582.

44 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 204, p. 416. F. López de Gómara donne la même version des faits (Hisp. Vict., op. cit., II, p. 454). Peut-être H. Cortés pensait-il payer sa rançon grâce à ces émeraudes au cas où il aurait été fait prisonnier.

45 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen, op. cit., vol. 5, liv. 46, ch. 9, p. 62.

46 P. Vilar, Or et monnaie dans l'Histoire. 1450-1920, op. cit., ch. 1, par. 2, p. 23.

47 P. de Andagoya, Relación…, op. cit., p. 251.

48 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 229.

49 Ibid., I, p. 229.

50 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú…, op. cit., liv. 1, ch. 28, p. 56.

51 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 3, ch. 1, p. 158.

52 Ibid., vol. 11, déc. 5, liv. 6, ch. 13, p. 79-80.

53 L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 3e part., ch. 4, p. 267.

54 Cf. M. Hernández Sánchez-Barba, Historia de América, Madrid, Alhambra, 1981, col. "Alhambra Universidad" (3 vol.), vol. 2, Ière part., ch. 3, p. 107.

55 Ibid., vol. 2, Ière part., ch. 3, p. 107.

56 Cf. F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. IV, op. cit., ch. 11, par. 4, p. 240.

57 Le terme, d'origine antillaise, a été utilisé par les Espagnols dans toutes les régions. Il désigne une vaste hutte, "Cabaña hecha de madera y ramas, caña o paja, generalmente con una sola puerta, y techada de palmas o yaguas". Cf. Francisco J. Santamaría, Diccionario General de Americanismos (…), Méjico D. F„ Editorial Pedro Robredo, 1942 (3 t.), t. 1, p. 218 (art. "bohío").

58 Fr. B. de Las Casas, Brevísima Relación de la Destruición de las Indias, Colegida por el Obispo Don Fray Bartolomé de Las Casas o Casaus, de la orden de Sanlo Domingo. Año 1552, dans Obras Escogidas, t. 5, Madrid, Atlas, 1958, col. "B.A.E." no 110, p. 172.

59 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 26, ch. 11, p. 88.

60 Soit une surface de plus de 49 m2.

61 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 26, ch. 13, p. 95.

62 Ibid., vol. 3, liv. 26, ch. 29, p. 124.

63 Le vocable désigne une sépulture. Mais ce terme s'applique aussi à un "tesoro escondido" (cf. F. J. Santamaría, Dicc. Gen. de Americanismos, op. cit., t. 2, p. 34, art. "Guaca") car les sépultures péruviennes recélaient beaucoup d'objets de valeur.

64 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen., texte náhuatl du Codex de Florence, liv. 12, ch. 40, dans Récits aztèques de la Conquête, op. cit., p. 146.

65 Ibid. (liv. 12, ch. 41), p. 147-148.

66 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 393.

67 Ibid., II, p. 413.

68 J.-F. Marmontel, Les Incas…, op. cit., ch. 10, p. 368. F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 2, p. 244, donne la phrase suivante : "Caballero vil, apocado e inconstante, ¿qué me miras como si yo estuviese en algun baño o en otro algún deleite ? ; haz lo que yo, pues soy tu señor."

69 F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 2, p. 244.

70 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 2, ch. 8, p. 180-181.

71 Ibid., vol. 6, déc. 3, liv. 2, ch. 8, p. 181.

72 Fr. B. de Las Casas, Brev. Relación, op. cit., p. 170-171.

73 J. H. Linschot, Description de l'Amérique…, op. cit., p. 66.

74 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 11, p. 329.

75 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 46, ch. 22, p. 123.

76 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 11, déc. 5, liv. 6, ch. 5, p. 33.

77 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 3, p. 272 (art. "Quinara").

78 P. de Cieza de León, Descubrimiento y conquista del Perú, op. cit., ch. 69, p. 236-237.

79 Garcilaso de la Vega (El Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 3, ch. 25, p. 119-120.

80 Instrucción al Licenciado Vaca de Castro (15-VI-1543), dans Los Virreyes Españoles en America durante el gobierno de la Casa de Austria Perú I, éd. de Lewis Hanke con la colaboración de Celso Rodríguez, Madrid, Atlas, 1978, col. "B.A.E." no 280, par. 48, p. 35-36. Le document se trouve à l'AGI, Audiencia de Lima, leg. 566.

81 P. Pizarro, Relación…, op. cit., p. 501-502.

82 B. Cobo écrit Suárez, cf. Hist., op. cit., liv. 12, ch. 20, p. 100.

83 L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 2e part., ch. 1, p. 83.

84 Un plan de ces salles souterraines, intitulé "Trasa del tesoro de los ingas" a été dessiné. Nous le trouvons dans le t. 3 de l'ouvrage Carias de Indias. Cf. la série de cartes et plans reproduits à la fin du t. 3 de Cartas de Indias, op. cit. Voir également le texte explicatif qui l'accompagne (pas de pagination) et qui est intitulé : "Tesoro de los Incas".

85 A. de Zárate, Hist. del descubr., op. cit., liv. 1, ch. 11, p. 140.

86 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 3, ch. 13, p. 235 et ch. 16, p. 252.

87 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú…, op. cit., liv. 8, ch. 16, p. 165.

88 Jesús Lara, Diccionario Qhëshwa-Castellano Castellano-Qhëshwa, La Paz - Cochabamba, Editorial "Los Amigos del Libro", 1971, p. 315 : "Waska. s. Soga, cuerda, cadena."

89 P. Antonio Vázquez de Espinosa, Compendio…, op. cit., II, liv. 4, ch. 100, par. 1573, p. 387.

90 J. H. Linschot, Description de l'Amérique, op. cit., p. 83.

91 P. de Cieza de León, El Senorío de los Incas, op. cit., ch. 49, p. 146-147.

92 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. ind., op. cit., ch. 31, p. 237.

93 Frédéric Lacroix, "Pérou et Bolivie", dans L'Univers, ou Histoire et Description de tous les Peuples, de leurs religions, mœurs, coutumes, etc., Paris, Firmin Didot Frères, Editeurs, t. 50 (1843), p. 473.

94 A. d'Orbigny, Voyage pittoresque, op. cit., ch. 40, p. 370.

95 J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., liv. 6, ch. 5, p. 338.

96 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. I, p. 329 (art. "Chucuito").

97 Ibid., t. 4, p. 144 (art. "Urcos").

98 Garcilaso de la Vega (El Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 3, ch. 25, p. 119.

99 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 133 (Martes, 18 de diciembre).

100 V. Núñez de Balboa, Caria dirigida al Rey… (20-1-1513), op. cit., p. 220.

101 Cf Numa Broc, La Géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, Bibliothèque Nationale, 1980, Ministère des Universités, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Mémoires de la section de Géographie - 9, ch. 5, p. 65.

102 Cité par A. de Humboldt, Rel. Hist., op. cit., t. 3, p. 537.
L'œuvre de Manuel Fernández de Enciso, qui connut une extraordinaire diffusion dans le monde ibérique et fut appréciée en Europe, est, d'après N. Broc (La Géographie…, op. cit., ch. 5, p. 65), "un ouvrage avant tout pratique qui rassemble : un manuel de navigation, un traité de cosmographie, une brève description des parties du monde et en particulier de l'Amérique que Enciso connaît bien." Le titre exact de l'œuvre est : Suma de Geografía que trata de todas las partidas y provincias del mundo ; en especial de las Indias y trata largamente del arte del marear ; juntamente con la espera en romance : con el regimiento del sol y del norte : nuevamente hecha. Con privilegio real, fue impressa en la nobilíssima y muy leal ciudad de Sevilla por Jacobo Cronberger, alemán, en el año de la Encarnación de Nuestro Señor de mil y quinientos y diez y nueve (1519). On la trouve à la BNM sous la cote : Raros 100.382.

103 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., vol. 2, liv. 3, ch. 45, p. 281.

104 Ibid., vol. 2, liv. 3, ch. 45, p. 281.

105 Ibid., vol. 2, liv. 3, ch. 53, p. 300.

106 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 199.

107 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 7, p. 300-301.

108 Ibid., vol. 4, déc. 2, liv. 1, ch. I, p. 8.

109 J. de Solórzano y Pereyra, Polít. Ind., op. cit., liv. 1. ch. 12, p. 118.

110 Ibid., liv. 6, ch. 1, p. 300.

111 Cf. Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., 1ère part., ch. 68, p. 283. Fr. Bartolomé de Las Casas prétend même qu'on l'aperçoit à 50 lieues (279 km) ! Cf. Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 1, ch. 112, p. 390.

112 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. I, ch. 112, p. 390.

113 Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., 1ère part., ch. 68, p. 282.

114 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 5, p. 394.

115 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 1, ch. 111, p. 387.

116 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 8, p. 404.

117 Une plate-forme située à l’intérieur du cratère.

118 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 5, p. 397.

119 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 5, p. 397.

120 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 8, p. 404.

121 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 5, p. 395.

122 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 10, p. 411.

123 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 6, 8, 9, 10, p. 398 à 413.

124 Cf. F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 282. A. de Herrera y Tordesillas donne le même nom, cf. Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 4, ch. 7, p. 392.
Girolamo Benzoni se contente de déclarer qu'il s'agit d'un "fraile de la orden de Santo Domingo", cf. La Historia del Mundo Nuevo, op. cit., liv. 2, p. 170.
Motolinía qui semble, lui aussi, avoir vu le volcan au début du mois d'août 1544, ne parle que d'un "fraile". Cf. Memoriales, op. cit., 1ère part., ch. 68, p. 283 et n. 2.
G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 9, p. 406, précise :
"No dejo de creer que este fraile fué marinero algún tiempo, e que seyendo hombre de la mar, pasó a las Indias, pues dice su Relación que fray Tomás de Berlanga le dió el hábito en Santiago ; el cual, mucho tiempo antes que fuese obispo, fué morador en las Indias e perlado e buen religioso en el monesterio de la cibdad de Santiago de la isla Española."
Le poète José-Maria de Heredia le nomme Blas de Imena, et explique dans une note qui accompagne sa traduction de l'Historia verdadera de la conquista de la Nueva España de Bernal Díaz del Castillo :
"Le volcan de Granada, nommé le cerro de Masaya, situé près du lac de Nicaragua. Un moine dominicain, Blas de Imena, armé d'une cuiller et d’un seau de fer, s'y fit descendre dans un panier d'osier, à cent quarante brasses de profondeur, pour en retirer la lave qu'il croyait être d'or. Son seau de fer fut fondu, et il se sauva à grand'peine. En 1551, le doyen du chapitre de la ville de León, Juan Álvarez, obtint de la cour de Madrid la permission d'ouvrir le volcan et de recueillir l'or qu'il contient. (Gómara. Historia de las Indias.)"
Cf. Bernal Díaz del Castillo, Véridique Histoire de la conquête de la Nouvelle-Espagne par le Capitaine Bernal Díaz del Castillo, l'un des Conquérants. Traduite de l'espagnol avec une introduction et des notes par José-Maria de Heredia (…) Paris, Alphonse Lemerre, Editeur (…), t. 2, 1879, (notes) p. 407.

125 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 6, p. 399.

126 C'était un Flamand nommé Frater Johanes de Gandavo. Il intervint au Nicaragua en compagnie de Fray Francisco de Aragón. Cf. Cartas de Indias, op. cit., t 3, p. 762. G. Fernández de Oviedo précise qu’il s'agissait d'un "fraile de Sanct Francisco, flamenco o francés" (Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 6, p. 399).

127 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 6, p. 399.

128 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 9, p. 405.

129 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 9, p. 406.

130 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 9, p. 407.

131 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 10, p. 409.

132 Ibid., vol. 4, liv. 42, ch. 10, p. 410.

133 P. de Andagoya, Relación…, op. cit., p. 245.

134 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 3, ch. 24, p. 85.

135 G. Fernández de Oviedo, Carta de Gonzalo Fernández, de Oviedo a S. Magestad, hablando del volcán de Masaya y de otros de la Provincia de Nicaragua. Santo Domingo, 17 de julio de 1539. Ce document se trouve à l'AGI (ancienne cote : Estante 53, Cajón núm. 6, legajo 1°). Il est reproduit dans CODOIN, vol. 42, p. 19-22, et dans la Colección Somoza, Documentos para la Historia de Nicaragua, Madrid, Imprenta Viuda de Galo Sáez, t. 6 (1955), doc. no 438, p. 19-20. C'est cette dernière transcription que nous citons ici. Un résumé (ms.) du document se trouve dans la coll. Múñoz de la RAH, t. 63, fol. 129, et porte le titre : Extracto de Carta de Gonzalo Fernández de Oviedo al Emperador, de Santa Domingo, a 1° de julio de 1539 [erreur pour 17 de julio], dando noticias del Volcán predicho [de Masaya], que él vió y es cosa de mucha admiración ; en cuanto al oro y plata que suponen en fusión, él y otros creen que es azufre.

136 Información que sobre el volcán de Masaya hizo el Gobernador de Nicaragua, Rodrigo de Contreras, el 1° de mayo de 1538, dans Colección Somoza, op. cit., t. 5 (1955), doc. no 406, p. 502-508. L'original se trouve à l'AGI, Patronato, leg. 180, ramo 71. Il se compose de 4 fol. Cf. également, col. Muñoz, t. 63, fol. 129 v° (Información hecha en 1° de mayo de 1538, ante el Gobernador Rodrigo de Contreras, del volcán de Masaya en términos de Granada).

137 Ibid., t. 5, p. 503 (fol. 1 r°).

138 Ibid., t. 5, p. 505 (fol. 2 r°-2 v°).

139 Ibid., t. 5, p. 506 (fol. 3 v°).

140 Real Cédula expedida en Madrid a 3 de octubre de 1539, para que el Gobernador y Obispo de la Provincia de Nicaragua, no impidan entrar al volcán de Masaya, a Juan Antón, Juan Sánchez Portera, Pedro Ruiz y Francisco Sánchez, que sobre tal motivo escribieron a S. M., dans Colección Somoza, op. cit., t. 6 (1955), doc. no 449, p. 58. Le doc. se trouve à l'AGI, Audiencia de Guatemala, leg. 401, libro S 3, fol. 61 v°

141 Escrito de queja que Francisco Sánchez, vecino de Granada, y Diego Núñez Téllez, vecino de León, en la Provincia de Nicaragua, en su nombre y como apoderados de Francisco Pérez de Guzmán, Miguel Lucas, Cristóbal García, Francisco López, Pedro González Herrero, Juan de Salamanca, Sebastián Picado y Pedro García, presentaron a la Audiencia de Panamá, contra el Gobernador Rodrigo de Contreras. Carece de fecha ; pero en 1542 habían sucedido todos los hechos en que se fundamenta la queja. Dans Colección Somoza, op. cit., t. 7 (1955), doc. no 523, p. 373 (fol. 17 r°). Le doc. se trouve à l'AGI sous la cote : Audiencia de Guatemala, leg. 52.

142 Asiento que se tomó con / el Bachiller Juan Ál/uarez, clérigo, sobre / lo del bolcán. (Valladolid, 9-IX-1551). AGI, Indiferente General, leg. 415, fol. 253 v° Ce doc. est reproduit en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no 1, doc. no 4, p. 996-998. Cf. également, CODOIN, vol. 23, p. 265-269.
Voir supra, n. 124.
Juan Bautista Muñoz y Ferrandis a intégré dans le t. 68, fol. 159 r° de sa Colección une Carta al Consejo de Indias, del Licenciado Juan Álvarez, Arcediano de León, Nicaragua, 7 de julio [1552], Il ne s'agit que d'extraits de la lettre, écrits par Muñoz. On y apprend que Juan Álvarez n'a encore rien entrepris.

143 Asiento que se tomó con el Bachiller Juan Álvarez…, op. cit., fol. 253 v°

144 Joan Sánchez Portero. Sobre el descubrimiento del bolcán de Masaya. (Valladolid, 28-IX-1557). A.G.I., Indiferente General, leg. 415, fol. 254 v°-255 v° (autre numérotation : 262 v°-263 v°). Nous reproduisons le doc. en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no 1, doc. no 5, p. 999-1001. Cf. également, CODOIN, vol. 23, p. 269-273.

145 Ibid., fol. 255 v°

146 El Liçenciado Hortiz, Sobre lo del bolcán (Madrid, 7-II-1560 et Toledo 14-VIII-1560), AGI, Indiferente General, leg. 415, fol. 256 r°-257 r° (autre numérotation : 264 r°-265 r°). Nous transcrivons ce doc. en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no 1, doc. no 6, p. 1002-1004. Cf. également, CODOIN, vol. 23, p. 144-148.

147 Ibid., fol. 256 r°

148 Ibid., fol. 256 v°-257 r° Ce nouveau doc. est associé au précédent et le complète. Il est daté de Toledo, 14-VIII-1560. Nous le transcrivons en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse, vol. 5, appendice no 1, doc. no 6, p. 1003-1004.

149 Ibid., fol. 256 v°-257 r°

Table des illustrations

Légende No 13 - Le volcan Masaya du Nicaragua, sur la carte Nova Hispania, Nova Galicia, Guatimala de l'Histoire du Nouveau Monde de Jean de Laet (Leyde, 1640).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search