Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Troisième partie : Le temps de l'épopée

Chapitre XX. Le merveilleux et le surnaturel

Texte intégral

1 - Les interventions célestes

1Le merveilleux, le surnaturel, ont joué un rôle très important à l'époque de la Conquista. Comme le souligne Lucien Febvre dans son étude intitulée Le problème de l'incroyance au XVIe siècle :

  • 1 Lucien Febvre, Le problème..., op. cit., 2e part., liv. 2, ch. 4, par. 6, p. 407.

"(...) pas plus que notre notion du possible par rapport à l'impossible, les hommes du XVIe siècle ne possédaient notre notion du naturel s'opposant au surnaturel1."

2Si l'on considère, de plus, que l'univers de l'épopée, qui est en train de revivre outre-Atlantique, fait souvent appel au merveilleux, les nombreux récits d'apparitions ou d'interventions d'êtres célestes ou infernaux qui émaillent les œuvres des chroniqueurs et les témoignages des premiers colons ne peuvent surprendre.

3Le rêve, moyen commode pour que s'établisse la communication avec un monde transcendant, n'est pas réservé aux héros du passé. Hernán Cortés n'a-t-il pas raconté maintes fois à son entourage ("el pronóstico que él muchas veces conto") qu'il avait eu, en rêve, l'annonce de sa bonne fortune ? C'est ce que rapporte Francisco Cervantes de Salazar :

  • 2 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 1, liv. 2, ch. 17, p. 179.

"(...) quand il se trouvait à Azúa, où il remplissait la fonction de notaire, une après-midi, alors qu'il s'était assoupi, il rêva soudain que, dépouillé de son ancienne pauvreté, il se voyait paré de riches étoffes et servi par de nombreux étrangers qui lui donnaient des titres élogieux et hautement honorifiques (...)2"

4Le Cid, lui aussi, faisait cette sorte de rêves :

  • 3 Poema de Mio Cid, Edición y notas de Ramón Menéndez Pidal (...), Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1960 (9(...)

"Mon Cid y coucha et quand la nuit fut venue.
Un doux sommeil l'envahit ; il s'endormit très bien.
L'ange Gabriel lui apparut, il eut une vision :
"Chevauchez, Cid, le bon Campeador,
"Car jamais un baron n'eut une aussi bonne occasion ;
"Pendant que vous vivrez tout ira pour le mieux. "
Quand le Cid s'éveilla il se signa la face3."

5Comme aux meilleurs moments de l’épopée médiévale, on note les interventions plus ou moins fugaces d'anges ou de saints qui prêtent main-forte aux conquistadores, encouragent les héros ou interviennent en faveur de la "bonne cause".

6Gonzalo Fernández de Oviedo, parlant de la charité exceptionnelle dont certains indigènes font preuve à l'égard des "Chrétiens", n'hésite pas à écrire :

  • 4 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 28, ch. 2, p. 179.

"(...) et j'ai le sentiment que ce ne furent pas des Indiens mais des anges qui se montrèrent aussi charitables et que Dieu se substitua aux Indiens pour ce faire4."

  • 5 Fray J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 2, p. 112.

7Mais les anges visitent aussi les Indiens. L'un de ceux-ci, qui fut sacrifié à Tlatelolco juste avant l'arrivée des Espagnols au Mexique, aurait été chargé par un ange d'informer ses concitoyens que les sacrifices humains cesseraient bientôt. Et Fray Jerónimo de Mendieta rapporte les encouragements célestes qu'il reçut, dans son Historia Eclesiástica Indiana5.

  • 6 A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 100.

8Antonio de Pigafetta, relatant le voyage de Magellan, signale que lors d'une tempête, à l'approche des côtes de Patagonie, l'apparition de saint Anselme, saint Nicolas et sainte Claire écarta tout danger, "et incontinent la tempête cessa"6.

  • 7 R. P. Pierre François-Xavier de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 1, p. 45.
  • 8 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 50, ch. 10, p. 330.
  • 9 Cf. Fray A. de Remesal, Hist. Gen., op. cit., II, liv. 11, ch. 16, p. 441.

9Saint Biaise, vêtu de blanc et armé d'une épée, aurait — en 1539 — ébloui les Indiens pendant le combat et favorisé la victoire des Espagnols : le P. Charlevoix le raconte dans son Histoire du Paraguay7. Sainte Anne, vêtue de blanc et de vert serait apparue à une jeune Indienne de onze ans — Inesica — pour l'inciter à aider certains Européens en détresse8. Et le Christ, lui-même, daigna se montrer à un religieux, nommé Fray Cristóbal9.

10Mais les interventions le plus fréquemment mentionnées sont, sans conteste, celles de la Vierge et de l'apôtre Santiago.

2 - Les apparitions de la Vierge Marie

11La Vierge Marie intervient sans cesse, dans toutes les régions. Des témoins signalent partout sa présence. Elle prête aide et assistance aux premiers colons des Caraïbes, puis aux conquistadores qui se battent au Mexique, au Pérou et au Chili. Après la fin de la Conquista, ce sont les frailes qui raconteront les nombreux miracles qu'elle réalise.

12Pietro Martyre d'Anghiera relate qu'un matelot chrétien vivant parmi les indigènes de Cuba portait sur lui une image de la Vierge qui avait un pouvoir considérable : elle arrêtait les idoles tutélaires des tribus ennemies. Mais la Vierge était aussi apparue au cours des combats :

  • 10 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 6, p. 186.

"Et on n'aperçut pas seulement l'image sainte, mais une femme revêtue de beaux habits blancs qui, au fort de l'action, secourait les indigènes contre leurs ennemis. Ceux-ci, de leur côté, ont déclaré qu'en face d'eux leur était apparue une femme, le sceptre en main, le visage menaçant qui encourageait l'armée opposée : aussi, à son aspect, sentaient-ils leurs cœurs frémir d'épouvante10."

13Dans l'île Espanola, la ville de la Concepción de la Vega s'enorgueillissait de posséder une croix miraculeuse. Un document de 1523 explique que près de 6 000 Indiens qui avaient décidé de l'abattre en furent empêchés par l'intervention de la Vierge :

  • 11 Las cosas que Pero Lopez de Mesa habia de pedir á Su Magestad en favor de la Ciudad de la Concepcio (...)

"Informez Sa Majesté que dans cette ville, sur une butte voisine, se trouve une croix érigée par l'amiral Don Cristóbal Colon du temps où il créa cette ville. Cette croix est l'objet d'une grande dévotion. Il est notoire que lorsqu'elle fut érigée, un grand nombre d'indiens — plus de cinq ou six mille — tenta vainement de la renverser : ils expliquèrent que sur la croix se tenait une femme de Castille, très belle, qui ne les laissait pas s'en approcher (...)11 "

14Cette légende réapparaît au XVIIIe siècle dans l'Histoire de l'Isle Espagnole ou de S. Domingue, du P. Charlevoix. Celui-ci décrit longuement les sombres desseins des autochtones puis ajoute :

  • 12 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dom., op. cit., t. 1, liv. 6, p. 479.

"Ils renoncèrent enfin à un travail inutile, & plusieurs ont même assûré, qu'ils avoient apperçu une Dame d'un port & d'un regard pleins de majesté, assise sur un des Bras de la Croix, qui rendoit tous leurs efforts inutiles12."

***

15Au Mexique, Moctezuma aurait été vivement impressionné par l'apparition d'une grande dame ("una gran tecleciguata de Castilla") qui avait provoqué la défaite de ses armées :

  • 13 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 94, p. 346.

"Et ils répondirent que leurs bâtons, leurs flèches, n’étaient d'aucune utilité, qu'il ne servait à rien de combattre vaillamment, et qu'ils ne parvinrent pas à les faire reculer car une grande tecleciguata de Castille allait devant eux et que cette dame effrayait les Mexicains et s'adressait à ses teules ['dieux'] pour les encourager (...)13."

16Moctezuma avait pu identifier le personnage divin grâce à une statuette de la Vierge que les Espagnols lui avaient offerte. Bernai Díaz del Castillo, qui rapporte les faits, précise — avec son honnêteté habituelle — qu'il n’a pas été témoin de l'événement ("je ne le vis point, car je me trouvais à México"), mais que de nombreux soldats assurent que cela s'est bien passé ainsi. Le chroniqueur met cependant en doute la réalité de l'apparition :

"(...) mais ce que racontèrent certains conquistadores qui s'y trouvaient. Plût à Dieu qu'il en fût ainsi !"

17Bernai Díaz del Castillo n'écarte pas cependant la possibilité d'interventions miraculeuses, puisqu'il ajoute :

  • 14 Ibid., vol. 1, ch. 94, p. 346-347.

"Et nous tous qui accompagnâmes Cortés dans son expédition, sommes intimement persuadés — et c'est la pure vérité — que la miséricorde divine et Notre-Dame la Vierge Marie nous ont toujours assistés, et je leur en rends grâce14."

18D'ailleurs, comment douter de l'appui céleste alors que l'on est intimement convaincu que la lutte menée contre les Indiens est le meilleur moyen pour propager la foi chrétienne ?

19Antonio de Herrera signale que les Mexicains échouèrent dans leur entreprise lorsqu'ils cherchèrent à éliminer une statue de la Vierge qu'Hernán Cortès avait placée dans un de leurs temples, au sommet d'une pyramide :

  • 15 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 10, ch. 9, p. 427.

"Leurs mains y restaient collées et ils ne pouvaient se dégager pendant un bon moment ; d'aucuns sentaient une grande faiblesse dans les bras, d'autres leurs jambes s'engourdir puis roulaient sur les marches où ils avaient la tête et les reins cassés15."

  • 16 Ibid., vol. 5, déc. 2, liv. 10, ch. 9, p. 427.

20Et il ajoute que la Vierge était personnellement intervenue au cours d'une bataille pour aveugler les Mexicains : "la statue de Notre-Dame leur jetait de la poudre aux yeux16."

21Cette précision est également donnée par Francisco López de Gómara :

  • 17 F. López de Gómara, H isp. Vict., op. cit., II, p. 364.

" Et que la dame de l'autel leur jetait de la poussière à la face et les aveuglait ; et ainsi, incapables de combattre, ils rentraient chez eux pensant avoir perdu la vue et s'apercevaient alors qu'il n'en était rien. Et lorsqu'ils repartaient à l'assaut de l'édifice ils disaient : "Si nous n'étions point effrayés par une dame et le cavalier à la monture blanche, il y aurait longtemps que votre maison serait détruite, que l'on vous aurait fait cuire, sans toutefois vous dévorer, car vous n’êtes pas bons à manger : nous l'avons tenté l'autre jour et nous avons trouvé la chair amère (...) "17 "

  • 18 A. de Solís y Ribadeneyra, Hist., op. cit., liv. 3, ch. 18, p. 295.

22Antonio de Soifs donne beaucoup moins de précisions et se contente d'affirmer à propos de l'apparition : "Elle les éblouissait et les gênait afin qu'ils ne puissent combattre18."

***

23Les troupes de I'Inca connurent aussi le même type de mésaventures. Garcilaso de la Vega rapporte, par exemple, qu'une apparition de la Vierge Marie changea le cours d'une bataille :

  • 19 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú..., op. cit., liv. 2, ch. 25, p. 125.

"Alors que les Indiens étaient sur le point d'attaquer les Chrétiens, ils eurent dans les airs la vision de Notre-Dame qui portait l'Enfant Jésus dans ses bras et qui apparut, splendide et magnifique, pour se placer devant eux. Les Infidèles demeurèrent interdits en voyant cette merveille. Ils sentaient que tombait sur leurs yeux une sorte de poudre qui ressemblait à du sable ou à de la rosée et qui leur troublait la vue, si bien qu'ils ne savaient plus où ils se trouvaient19."

24Le choix des termes employés ici (Chrétiens, Infidèles) montre bien que la Conquista est présentée comme une véritable croisade, et que les interventions du surnaturel y trouvent logiquement leur place.

25Dans l’Historia de Chile écrite par Alonso de Góngora Marmolejo, dans le dernier quart du XVIe siècle, on retrouve les mêmes indications :

  • 20 Capitán Alonso de Góngora Marmolejo, Historia de Chile desde su descubrimiento hasta el año de 1575 (...)

"Les Indiens parlaient de la grande défaillance qu'ils avaient eue lorsque si nombreux en présence d'un si petit groupe de Chrétiens, ils avaient été mis en déroute et vaincus. Si certains chefs les blâmaient pour cela, ils s'excusaient en disant qu'ils n'avaient pu faire mieux car au-dessus d'eux, se mouvait une dame qui les épouvantait et les aveuglait (...)20 "

26Pedro Marino de Lobera rapporte la même légende dans sa chronique :

  • 21 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 3, part. 2, ch. 28, p. 530.

"(...) à quoi il répondit qu'il regardait une grande dame qui se tenait dans les airs et qui lui reprochait son délit, son infidélité et son aveuglement (...)21 "

27Cette intervention de la Vierge fut très efficace, car les indigènes restèrent paralysés par la crainte et l'étonnement :

  • 22 Ibid., liv. 3, part. 2, ch. 28, p. 530.

"Puis l’ayant regardée longuement, ils baissèrent la tête et restèrent pendant une demi-heure aussi cois qu'une statue puis, sans souffler mot, chacun s'en fut de son côté et rentra chez soi sans qu’un seul d'entre eux s'enhardît dorénavant de prendre les armes contre les Chrétiens22."

28La Vierge Marie, qui apparaît ainsi régulièrement pour appuyer l'action des conquistadores, est puissamment secondée par l’apôtre Santiago pour lequel les Espagnols avaient une grande vénération.

3 - Les apparitions de l'apôtre Santiago

  • 23 J. Lafaye, Quetzalcóatl..., op. cit., liv. 2, ch. 3, p. 266.
  • 24 Ibid., liv. 2, ch. 3, p. 266-267.

29Santiago (saint Jacques), le saint patron de l'Espagne de la Reconquista, l'apôtre que l'on invoquait traditionnellement au moment de l'attaque, devait nécessairement réapparaître en Amérique. C'était l'un des saints les plus prisés des soldats de la péninsule Ibérique. Il fut donc exporté, tout naturellement, et se manifesta dans les combats menés contre les "Infidèles" américains. Comme il était toujours mis en avant et que son rôle était comparable à celui de la Vierge Marie, les Mexicains confondirent les deux personnages "avec le couple originel de leur religion, Orne teotl"23. D'où l'immense prestige qu'eut Santiago au Mexique, à l'époque de la Conquista, mais aussi au cours des siècles suivants24.

30Un doute subsiste, toutefois, si l'on en croit Francisco López de Gómara, sur la personnalité du saint qui daigna intervenir pour assister les troupes de Cortés. Celui-ci, grand dévot de saint Pierre, eût préféré que l'on diffusât la nouvelle de l'apparition du chef des apôtres. Il faut croire que Santiago était beaucoup plus populaire parmi les soldats :

  • 25 F. López de Gómara, H isp. Vict., op. cit., II, p. 309.

"(...) et tous expliquèrent qu'ils avaient aperçu par trois fois l'homme au cheval gris pommelé les aider dans leur combat contre les Indiens, comme on l'a dit précédemment, et qu'il s'agissait de Santiago, notre saint patron. Fernando Cortés eût préféré que ce fût saint Pierre, son intercesseur familier. Mais quel qu'il fût, on tint cela pour un miracle, et l'on put en avoir confirmation car non seulement les Espagnols l'aperçurent, mais les Indiens, eux aussi, s'en rendirent bien compte en considérant les ravages qu'il faisait chaque fois qu'il attaquait leur escadron, et parce qu'il leur semblait qu'il les aveuglait et engourdissait leurs sens. On apprit tout cela grâce aux prisonniers que l'on fit25."

31Francisco Cervantes de Salazar, qui se réfère à la bataille de Champotón qui eut lieu en 1519, au début de la conquête du Mexique — le lundi de la semaine sainte —, indique qu'un étrange cavalier apparut trois fois pour soutenir les efforts des soldats espagnols. Ceux-ci crurent qu'il s'agissait de Cortés ("el General") ou de Francisco de Morla. Puis Cortés, s’adressant à eux, leur cria :

  • 26 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 1, liv. 2, ch. 33, p. 200.

"A l'attaque, mes amis, car Dieu et Sainte Marie sont avec nous de même que l'apôtre saint Pierre : le secours céleste ne peut nous manquer si nous faisons notre devoir26."

32Alors surgit la légende :

  • 27 Ibid., vol. 1, liv. 2, ch. 33, p. 200.

"(...) ils se mirent à discuter sur l'identité du cavalier ; la plupart disaient qu'il s'agissait de l'apôtre Santiago, bien que Cortés, qui avait une grande dévotion pour saint Pierre, eût dit qu'il s'agissait de son intercesseur sous la protection duquel il s'était mis ce jour-là fort dévotement (...)27 "

  • 28 Ibid., vol. 1, liv. 3, ch. 6, p. 216.

33L'incertitude de la mêlée permit toutes les interprétations. Les prouesses remarquables réalisées par un cavalier anonyme furent alors transcendées grâce aux croyances religieuses. Et l'exploit devint ainsi légendaire. Mais Francisco Cervantes de Salazar n’est pas un témoin oculaire et ne fait que rapporter des renseignements qui datent de plusieurs décennies. Quelque temps après cette intervention céleste, tout le Mexique en avait entendu parler et Cortés, en qui les Indiens voyaient un protégé des dieux, pouvait entamer sa conquête sous les meilleurs auspices28.

34Cette légende a inspiré les poètes. Gabriel Lobo Lasso de la Vega écrit, par exemple, en 1594, dans son œuvre Mexicana :

  • 29 Gabriel Lobo Lasso de la Vega, Mexicana (1594), Estudio preliminar y edición de Don José Amor y Váz (...)

"Qu'ils avaient vu, monté sur un cheval blanc
Un homme qui causait parmi eux de cruels ravages
Et qu'ils tinrent pour un être céleste
En voyant sa figure et son habit brillant ;
Qu'ils s'éloignèrent de lui épouvantés
Et abandonnèrent le combat ardent :
La première était la Vierge et le second était
Le saint patron de l'Espagne auquel nous devons tant29."

***

  • 30 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 32, ch. 7, p. 419-420.

35Au début de la conquête du Mexique, Alonso de Ávila — un des lieutenants de Cortés — qui se trouvait à la tête d'un détachement et s'était perdu en pays ennemi, fut lui aussi secouru par l'apôtre Santiago, c'est du moins ce que l'on conclut de l'étrange aventure qu'il vécut et qui est rapportée par Gonzalo Fernandez de Oviedo30.

36Une sentinelle ameute, une nuit, tout le campement et explique :

"Alors que j’étais de garde sur l'un des côtés du chemin, un cavalier, accompagné de six ou sept autres cavaliers, s'approcha de moi et me dit : " Ne dors pas, réveille-toi et va dire au capitaine Alonso Dávila et aux Chrétiens qu'ils poursuivent leur route sans crainte." Il ajouta qu'il était venu pour les prévenir."

37A peine le soldat a-t-il rendu compte de cette curieuse visite, qu'un suave parfum envahit le camp ("on respira la sainte et douce odeur d’un parfum divin") et que tous les membres de l'expédition se sentent ragaillardis, pleurent de joie et en déduisent :

"Le glorieux Santiago, notre saint patron de l'Espagne : l'apôtre est le secours que nous envoie Dieu dans sa miséricorde."

38Car cela ne fait aucun doute : c'est Santiago qui est intervenu. D'ailleurs la preuve existe ; il suffit de compter les cavaliers :

"(...) parce qu'il n’y avait que trois cavaliers parmi les Espagnols et que la sentinelle assurait qu'elle en avait vu six ou sept avec ce cavalier qui — ainsi qu'on l'a dit — lui avait parlé."

39Une légende tient parfois à peu de chose : au témoignage douteux d'une sentinelle somnolente, et.... à beaucoup d'imagination !

***

40Santiago s'est également manifesté pendant la conquête du Pérou. Alors que Manco Cápac assiégeait la ville de Cuzco, défendue par Hernando Pizarro et deux de ses frères, l'apôtre intervint opportunément. L'Inca Garcilaso de la Vega rappelle les faits dans son Historia General del Perú :

  • 31 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú..., op. cit., liv. 2, ch. 24, p. 125.

" A ce moment-là, alors que l'on était pressé par le besoin, il plut à Notre-Seigneur de secourir ses fidèles en envoyant le bienheureux apôtre Santiago, saint patron de l'Espagne, qui apparut et que virent tous les Espagnols — de même que les Indiens —, monté sur un magnifique cheval blanc et portant un écu avec l'emblème de son ordre militaire. Il tenait dans sa main droite un glaive si flamboyant qu'il semblait un éclair. Les Indiens furent pris de panique en apercevant ce nouveau cavalier, et ils se disaient l'un l'autre : "Quel est ce viracocha avec l'illapa dans sa main ? (ce qui signifie éclair, tonnerre et foudre)." Partout où le saint attaquait, les Infidèles s'enfuyaient effrayés et affolés ; ils se noyaient les uns les autres en cherchant à échapper à ce prodige31."

  • 32 Fr. Reginaldo de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 2, ch. 31, p. 144.

41Décidément Santiago est partout. Des Indiens Chiriguanos repentis affirment, par exemple — d'après Fray Reginaldo de Lizárraga —, qu'un ange "qu'ils nommèrent ensuite Santiago" — ils ne savent plus à quel saint se vouer ! — leur aurait demandé de cesser de vivre comme des païens32. Certains indigènes du Pérou assurent, également — Antonio de Herrera enregistre leurs propos —, qu’ils ont vu un étrange cavalier qui les poursuivait :

  • 33 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 10, p. 323-324.

" (...) et ils assurent avoir vu dans les airs un cavalier monté sur un cheval blanc et tenant un glaive dans sa main, qui les poursuivait et les épouvantait, les Castillans disent avec certitude qu'il s'agit de leur saint patron, le bienheureux apôtre Santiago33."

***

  • 34 P. de Valdivia, Relación, op. cit., p. 55. Il le répète dans la lettre qu'il adresse à Charles Quin (...)

42Bien entendu, Santiago apparaît aussi au Chili. Pedro de Valdivia écrit dans la Relation qu'il adresse à Charles Quint (15 octobre 1550), qu'un homme âgé, monté sur un cheval blanc aurait averti les Indiens en leur disant : "Fuyez tous car ces Chrétiens vous tueront", et les indigènes apeurés auraient pris la fuite34.

43Le capitaine Pedro Marino de Lobera, qui parle beaucoup de l’apôtre, fait tout de même preuve d'une grande prudence, car, dit-il, il faut se méfier des Indiens qui aiment beaucoup les "contes" ("cuentos") :

  • 35 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 3, part. 1, ch. 20, p. 513.

"Mais, nonobstant tout cela, les Indiens expliquèrent ensuite que la force qui les avait vaincus avait été plus efficace : ils assuraient que le glorieux Santiago avait combattu durant la bataille, portant un chapeau doré et un glaive étincelant. Et bien que cela soit vraisemblable et ne puisse être exclu, car il est avéré que ce saint glorieux a porté secours en d'autres circonstances aux conquistadores de ce royaume, l'on doit faire preuve d'une grande circonspection lorsqu'il s'agit d'ajouter créance à ce que racontent les Indiens qui parlent espagnol, car ils adorent les histoires fabuleuses et les contes du même genre. D'autant plus que ceux-ci connaissent parfaitement ce que l'on peut lire dans les histoires de ce glorieux saint patron de l'Espagne, et qu'ils en ont entendu longuement parler dans les sermons, outre le fait qu'ils l'ont vu maintes fois représenté grâce aux statues des églises35."

  • 36 Cf. A. de Góngora Marmolejo, Hist. de Chile, op. cit., ch. 11, p. 94-95.

44Alonso de Góngora Marmolejo signale que l'apparition de Santiago (et de la Vierge Marie) était une excuse facile pour les Indiens honteux d'avoir échoué — avec plus de cinquante mille combattants ! — contre la poignée de soldats de Pedro de Valdivia36.

45Et même en 1568, au Paraguay, on voit Santiago — ou San Blas — intervenir en faveur des Espagnols : les indigènes, là aussi, prennent la fuite épouvantés. Ruy Diaz de Guzman écrit à ce propos dans son œuvre La Argentina :

  • 37 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 3, ch. 15, p. 208.

"A la fin de l'échauffourée on apprit que les Indiens s'étaient enfuis parce qu'ils n'avaient pu résister à la bravoure et au courage d'un très valeureux cavalier qui, auréolé d'une éclatante splendeur, les combattait à coups de lance, avec tant de promptitude que l'on eût dit un éclair37."

***

  • 38 J. H. Parry, The Age of Reconnaissance, Op. cit., part 1, ch. 1, p. 30.

46Il est remarquable — et Valdivia n'est, peut-être qu'une tardive exception — que les témoins directs des événements n'affirment jamais avoir vu Santiago. Les apparitions de l’apôtre seraient-elles des inventions des chroniqueurs ? C'est ce que pense J. H. Parry qui souligne : "Les légendes concernant les apparitions véritables de saint Jacques au cours des batailles furent inventées par les chroniqueurs et non par les conquistadores38."

47Bernai Díaz del Castillo, un témoin oculaire, qui commente les propos de López de Gómara, signale que lui, qui était présent, n'a pas eu la chance d'apercevoir Santiago — ou San Pedro — et pourtant il se rappelle très bien, malgré les années qui se sont écoulées, dans quelles circonstances s'est déroulée la bataille :

"(...) et il se pourrait que ceux dont parle Gómara fussent les glorieux apôtres, le seigneur Santiago et le seigneur saint Pierre et que moi, qui suis un pauvre pécheur, je n'eusse pas été digne de les voir. Ce que je vis alors, ce que j'aperçus, ce fut Francisco de Morla monté sur un cheval brun, qui arrivait en compagnie de Cortés. Il me semble, maintenant que j'écris cela, que tous les combats passent devant mes yeux de pécheur, exactement comme ils se produisirent là-bas. Et bien que moi, indigne pécheur, je n'eusse pas eu le privilège de voir l'un de ces glorieux apôtres, il y avait cependant dans notre compagnie quelque quatre cents soldats, avec Cortés et de nombreux autres gentilshommes ; et l'on aurait parlé de cela et enregistré des témoignages et donné à la ville le nom de Santiago-de-la-Victoire ou Saint-Pierre-de-la-Victoire, tout comme on le fit pour Sainte-Marie-de-la-Victoire (...)"

48Et il termine en affirmant de la manière la plus catégorique :

  • 39 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 34, p. 149-150.

"(...) et plût à Dieu que cela se fût passé comme le dit le chroniqueur, car jusqu'à ce que j'eusse lu sa chronique, jamais on n'entendit les conquistadores qui étaient alors présents raconter de telles choses à ce sujet39 ".

49Le bon sens de Bernai Díaz del Castillo écarte toutes les objections. Les prétendues apparitions de Santiago — tout au moins pour le début de la Conquista — pourraient bien n'être que des inventions de chroniqueurs désireux d'accentuer le caractère épique et religieux de l'entreprise. Une fois le mouvement lancé, il suffisait de l'entretenir pour obtenir un ensemble impressionnant. Mais le merveilleux, le surnaturel, se manifestent sous bien d'autres formes.

4 - Les fantômes

  • 40 J. Delumeau, La Peur en Occident..., op. cit., 1ère part., ch. 2, par. 1, p. 103.

50Les hommes du XVIe siècle croyaient aux revenants. "Autrefois — écrit Jean Delumeau —, le passé n'était pas vraiment mort et pouvait à tout moment faire irruption, menaçant, à l'intérieur du présent40." Et l'on retrouve, tout au long de la Conquista, des histoires de revenants ou de fantômes qui inquiètent les Européens et les indigènes.

51Les hommes de la mer étaient particulièrement concernés : les marins qui avaient disparu sans sépulture erraient longtemps — croyait-on — sur les flots ou sur les grèves, et de nombreuses légendes évoquaient le sort des trépassés. Ces légendes sont de tous les pays, comme ceux qui les racontent. Les voyageurs qui effectuaient de longues traversées entre l'Ancien et le Nouveau Monde entendaient ainsi de bien curieux récits. Gonzalo Fernandez de Oviedo déclare à ce propos dans son Historia General y Natural de las Indias :

  • 41 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 50, ch. 8, p. 319.

"J'ai souventes fois entendu raconter aux marins et à d'autres personnes dignes de foi qui ont navigué et ont essuyé des naufrages et de grandes tempêtes, qu'ils ont ouï des voix, qui ressemblaient à des voix humaines, parler dans les airs au moment où ils se trouvaient le plus en danger, et qu'ils ont vu des choses épouvantables et aperçu des démons41."

52Mais sur le continent aussi, les conquistadores ne manquent pas d'évoquer de mystérieuses manifestations de l'au-delà et de narrer d'étranges faits qui dépassent l'entendement.

53Dans l'île Española, la ville de Santa Isabel qui, du temps de la colonie, n'était plus habitée, effrayait ceux qui l'approchaient. Fray Bartolomé de Las Casas, qui a bien connu les Antilles, se fait l'écho de cette légende :

  • 42 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 1, ch. 92, p. 264.

"(...) pendant longtemps de nombreuses personnes furent convaincues, dans cette île Espanola, que personne ne pouvait oser, sans être épouvanté et se trouver en grand danger, passer par la ville d'Isabela après qu'elle eut été abandonnée, car on racontait que ceux qui, de jour ou de nuit, passaient par là ou devaient s’y trouver pour quelque raison — tels les gardiens qui faisaient paître leurs pourceaux (il y en eut de nombreux en cet endroit, par la suite), et d’autres qui habitaient la campagne aux alentours —, avaient là-bas des visions et entendaient beaucoup de voix effrayantes, horribles et épouvantables, qui leur ôtaient toute envie de retourner en ces lieux42."

  • 43 Ibid., vol. 1, liv. 1, ch. 92, p. 264-265.

54On racontait même ("parmi les gens du peuple, au moins, on racontait et l’on assurait") qu’un visiteur — peut-être accompagné — avait tout à coup été cerné par deux groupes d’hommes de qualité ("comme des gentilshommes qui fréquentent le Palais Royal"). Il salua ces étrangers qui lui répondirent en ôtant leur chapeau... et leur tête par la même occasion ("Ils ôtèrent à la fois leurs chapeaux et leurs têtes, et restèrent comme décapités, puis disparurent."). On imagine la terreur qui devait s'emparer des visiteurs de cette ville hantée par les fantômes43 !

***

55Au Mexique, on croyait aussi aux revenants. Les Aztèques pensaient que la nuit était particulièrement propice à ce genre d'apparitions. Fray Bernardino de Sahagún, qui a recueilli la tradition auprès de nombreux informateurs indigènes, traite dans le livre V de son Historia General de las Cosas de la Nueva España (chapitres 12 et 13) de ces "fantasmas" que l'on craignait tant. Ceux que l'on nommait Tlacanexqujmjlli étaient très redoutables :

  • 44 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., t. 1, liv. 5, ch. 12, fol. 11 v°-1 (...)

"Quand, la nuit, on apercevait des fantômes — qui n'ont ni pieds ni tête — qui roulent sur le sol en gémissant comme un malade et dont on savait qu'il s'agissait d’artifices créés par Tezcatlipuca, malgré cela leur apparition était considérée comme un mauvais présage, et ceux qui en étaient témoins s'estimaient directement concernés. Ils pensaient en leur for intérieur qu’ils devaient mourir à la guerre, ou succomber bientôt à leur maladie, ou qu'un revers de fortune devait incontinent les frapper. Et lorsque ces fantômes apparaissaient à des gens peureux du bas peuple, ceux-ci s'enfuyaient à toutes jambes et, pris d'épouvante, perdaient la tête de telle sorte qu'ils trépassaient [fol. 12 r.] bientôt ou subissaient quelque calamité44."

56Certains de ces fantômes étaient même franchement agressifs :

  • 45 Ibid., t. 1, liv. 5, ch. 13, fol. 13 r°

"Une autre sorte de fantômes apparaissait de nuit et ressemblait à une tête de mort. Elle apparaissait la nuit, soudainement, à une ou plusieurs personnes, puis sautait sur ses mollets ou le suivait en faisant un bruit de tête de mort qui avance en sautant45."

57Que n'a-t-on pas dû raconter à nos conquistadores !

***

  • 46 Voir supra, ch. 20, par. 3.
  • 47 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 5 et 6, p. 247.

58L'un d'eux, Alonso de Ávila, un compagnon de Cortés, fut agréablement tourmenté par un aimable fantôme de sexe féminin. Ce devait être un spécialiste des apparitions puisque Santiago avait su lui indiquer le bon chemin alors qu'il s'était perdu avec ses troupes46. Hernán Cortés l'avait chargé — en 1522 — d'une importante mission : il devait déposer aux pieds de l'Empereur les 80 000 pesos en lingots d'or que son chef envoyait à la Couronne. Mais voilà que le corsaire français Jean Florin parvint à intercepter les deux navires du convoi dans l'Atlantique. Alonso de Ávila fut fait prisonnier et traité comme un personnage important : la cargaison, d'une exceptionnelle valeur, pouvait le laisser imaginer. François Ier exigea une lourde rançon pour le libérer et le tint enfermé — pendant 3 ans — dans une forteresse plutôt confortable. C’est là, sur la terre de France, qu'il connut le célèbre fantôme dont parle longuement Francisco Cervantes de Salazar dans sa Crónica de la Nueva España47 :

"(...) durant la première année, presque depuis le premier jour où il entra dans cette forteresse, absolument toutes les nuits, une fois les chandelles éteintes, il entendait, au bout de peu de temps, que l'on ouvrait le rideau de son lit et sentait que s'allongeait auprès de lui une chose qui, d'après la démarche et la manière d'ouvrir le lit, semblait être une personne. Au cours des premières nuits il tenta de la serrer dans ses bras, mais comme il n'enlaçait aucun corps il en déduisit qu'il s'agissait d'un fantôme. "

59Et, un soir, le fantôme lui adressa même la parole, en français, bien entendu :

'"'Mosiur, pourquoi es-tu triste ?" I1 entendit la voix et n'aperçut que les bras qui lui semblèrent très blancs. Il tourna sa tête pour voir la face : cet être avait disparu."

60Mais les fantômes ne sont pas toujours prêts à dorloter amoureusement les pauvres conquistadores.

***

61Au Pérou, d'après un récit du P. Blas Valera, reproduit par l'Inca Garcilaso, un revenant apparaissait dans une église à un Espagnol de ses amis :

  • 48 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú..., op. cit., liv. 2, ch. 38, p. 162.

"Après plusieurs jours de dévotions, il entendit dans l'église des plaintes et des gémissements. Alors lui apparut l'un de ses amis qui étaient morts là-bas. Mais il ne dit rien et l'encouragea seulement à venir lui rendre visite très souvent dans la journée et à certaines heures de la nuit48."

62Dans la région de Villacuri — raconte Fray Reginaldo de Lizárraga — on pouvait entendre certaines nuits les fantômes des morts d'une bataille :

  • 49 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 1, ch. 60, p. 46.

"Dans ces endroits sablonneux de Villacuri le tyran Francisco Hernandez Giron mit en déroute le capitaine Lope Martin, et l'on assure que certaines nuits l'on entend des fifres et des tambours, des clameurs de combat et le bruit de la troupe de chevaux munis de grelots : cela est épouvantable49."

63Un Indien du Chili, prisonnier de Villagrán, fut soumis à la torture puis laissé pour mort. Et Marino de Lobera, qui rapporte le fait, ajoute qu'on lâcha un chien féroce sur cet indigène pour s'assurer de son décès. L'animal le mordit copieusement mais n'obtint aucune réaction. Or, le malheureux était encore vivant :

  • 50 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 1, part. 2, ch. 30, p. 299.

"Cependant dès qu'il vit qu'on le croyait mort, que l'on ne prêtait plus attention à lui et que ses bourreaux s'étaient écartés, il se dressa avec l'agilité d'un jaguar et détala aussi vite qu'un cerf50."

64On lâcha à nouveau le chien. L'Indien parvint à se sauver. Et Marino de Lobera conclut :

  • 51 Ibid., liv. 1, part. 2, ch. 30, p. 299.

"Mais enfin ce que je crois c'est que ce dernier ne devait pas être un homme mais quelque esprit sous les traits d'un être humain envoyé ou toléré par Dieu (...)51"

65Dans la Nouvelle-Grenade, des Espagnols furent les témoins d'étranges événements que Juan de Castellanos relate dans ses Elegías :

  • 52 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., parte III, Historia de Antioquía, canto II, p. 511.

"Alors que ces Espagnols, pour prendre leur repas,
Etaient assis autour de la table,
Du haut de la cabane tombèrent,
Sans que l'on pût en connaître l'origine,
Cinq gouttes de sang véritables
Qui maculèrent la nappe blanche :
Tous se troublèrent et furent chagrinés,
Pris de sueurs froides, comme il arrive
A ceux qui perdent leurs couleurs
Et dont les cheveux ébouriffés se hérissent
Quand au cours d'une nuit ténébreuse
Un fantôme se met en travers sur leur chemin
Et qu'ils en tirent un mauvais augure52."

66On rencontrait donc des fantômes sur les chemins !

67Nous citerons enfin le cas de celui qui serait intervenu lors de l'expédition que Pedro de Orsúa entreprit pour découvrir le Dorado. Ce capitaine, qui devait périr pendant le voyage, aurait, d'après les chroniqueurs, été prévenu de sa fin prochaine par un mystérieux personnage que l'on ne put voir nettement. Peut-être s'agissait-il d'une apparition...

68Pedrarias de Almesto, qui a relaté les événements, précise que cinq jours avant l’assassinat de Pedro de Orsúa, un Espagnol, "commandeur de Saint-Jean, appelé Juan Núñez de Guevara, grand ami du gouverneur, homme de bien, d'âge avancé et digne de créance", donc un témoin digne de foi, aurait assisté à la scène suivante :

  • 53 Pedrarias de Almesto, Relación..., op. cit., p. 127.

"(...) il vit passer derrière la cabane dudit gouverneur une forme imprécise qui ressemblait à une personne et qui dit à mi-voix : "Pedro de Orsúa, gouverneur du Dorado et d'Omagua, Dieu te pardonne !" Et ledit gouverneur courut savoir qui avait dit cela et raconta que devant ses yeux la forme s'évanouit et qu'il ne vit personne53."

  • 54 T. de Ortiguera, Jornada del río Marañón..., op. cit., ch. 21, p. 342.

69L'affaire dut impressionner les membres de l’expédition. Nous retrouvons d'ailleurs, à quelques détails près, le même récit dans la relation de Toribio de Ortiguera, qui cite exactement les mêmes paroles54.

70L'intervention du surnaturel est donc couramment admise. Les chroniqueurs, qui n'hésitent pas à mentionner ces curieuses histoires de fantômes, nous en fournissent la preuve. Mais il est un esprit qui intervient avec une remarquable persévérance et dont on ne cesse de rappeler les apparitions et les interventions : le démon, qui semble régner en maître sur le continent américain.

5 - Satan et ses œuvres

71Dans les Indes Occidentales qui paraissaient avoir oublié la doctrine chrétienne dispensée par saint Thomas — ou d'autres apôtres — ou qui n'avaient peut-être jamais été évangélisées, le démon s'était taillé un vaste empire. Ce dernier se montrait en tous lieux. Les idoles des autochtones ne pouvaient, bien entendu, que représenter Satan lui-même. Pour les conquistadores, les prêtres ou sorciers indiens entraient régulièrement en communication avec le diable, lui parlaient, suivaient ses conseils et obéissaient à ses ordres. Ainsi, López de Gómara écrit-il à propos de l'île Espanola :

  • 55 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 172.

"Le dieu principal qu'adorent les habitants de cette île, c'est le diable qu'ils représentent partout tel qu’il leur apparaît souventes fois, et même leur parle55."

72Il nous indique également que l'empereur mexicain Cuauhtémoc s'adressait au démon :

  • 56 Ibid., II, p. 383.

"Il parla au diable, qui avait pris l'apparence de Vitcilopuchtli, lequel lui dit de ne point craindre les Espagnols qui étaient si peu nombreux, ni les autres qui les accompagnaient, puisqu'ils ne continueraient pas à les assiéger, et il lui conseilla de les attaquer et de se mesurer à eux sans avoir peur car il l'aiderait et tuerait ses ennemis56."

73Mais Cuauhtémoc n'est pas le seul chef indigène qui converse avec les puissances infernales.

74J.-Baptiste Sanséla qui relate l'expédition réalisée en 1540 par Jorge Robledo dans la province d'Antioquia (Nouvelle-Grenade), constate que le diable y est bien connu :

  • 57 J.-B. Sanséla, Relation..., op. cit., t. 141 (1854, t. 1), p. 39.

"Ils croient que le diable qui leur parle souvent est leur père, qu'il a créé le ciel et la terre : il leur apparaît souvent sur les chemins et dans leurs maisons, et ils le peignent comme ils le voient. Cette espèce de queue et les peintures qu'ils font sur la figure et sur le corps, sont les marques distinctives du diable quand il se présente à eux57."

75Hernando Pizarro, lui, n'hésite pas à employer la torture pour connaître la vérité :

  • 58 Hernando Pizarro, Carta de Hernando Pizarro a la Audiencia de Santa Domingo (23-XI-1533), dans Bibl (...)

"Je suis persuadé qu'ils ne parlent pas avec le diable, cependant les serviteurs de celui-ci trompent les caciques pour se servir d'eux. Car je me suis activement employé à connaître la vérité. Ainsi un vieux page parmi les plus intimes de leur dieu, dont un cacique me dit qu'il avait dit que le diable lui avait dit qu'il n'eût pas peur des chevaux qui effrayaient mais ne faisaient point de mal, fut mis, sur mon ordre, à la torture, et s'obstina dans les errements de sa religion : on ne put rien en tirer si ce n'est la certitude qu'il est leur dieu58."

76Et ces propos montrent bien qu'Hernando Pizarro est dans le doute et qu'il n'exclut pas la possibilité d'interventions sataniques.

***

77Divers documents relatent des apparitions du diable, beaucoup de témoins l'auraient aperçu ; ils le décrivent en détail.

78Juan de Castellanos évoque un démon qui a l'apparence d'un être humain :

  • 59 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., parte III, Elogio de Gaspar de Rodas, canto 1, p. 544.

"Dans la vallée de Penco, qui est riche
Et soumise à la ville de Santa Fe,
Certain démon qui était appelé, et portait
Le nom de Sobce, apparut très nettement
A tous ceux qui désiraient le voir.
Il était vêtu à la mode des Indiens du pays.
Ses vêtements étaient noirs. Il portait les cheveux longs
Et une couverture roulée sur son épaule (...)59 "

  • 60 Fr. A. de Remesal, Hist. Gen., op. cit., II, liv. 9, ch. 12, p. 233.

79Remesal parle, de son côté, d'un "démon sous l'apparence d'un bélier, avec de très longues cornes, démesurées, dont le corps était couvert de laine et dont la partie inférieure correspondait à une chèvre" qui aurait été vu par un Indien60.

  • 61 Maestre Joan, Relación. op. cit. Voir supra, ch. 19, par. 2.

80Dans la Relación y derrotero del viaje que hizo el Maestre Joan en el Golfo de Méjico a varias islas especialmente a la de la Serrana (1528—1535), l'auteur, un naufragé qui a vécu une aventure exceptionnelle, signale qu'il a vu le diable sur son île61. Désespéré, au bout de huit longues années de vie précaire, le maître Joan avait proféré : "puisque Dieu ne veut pas me tirer de là, que ce soit le diable et ce sera la fin de mon existence." Or, ces paroles firent leur effet, et le malheureux Joan raconte :

  • 62 Ibid., p. 64.

"(...) et de nuit je me levai pour uriner, et je le vis contre ma hutte avec une apparence pire que celle qu'on lui attribue : il avait un nez très camus, crachait une sorte de fumée par le nez et du feu par les yeux ; il avait aussi des pieds de griffon, et des queues de chauve-souris, des jambes d'homme et des cheveux très noirs avec deux cornes de taille moyenne (...)62"

81Et quinze jours plus tard :

  • 63 Ibid., p. 64.

"(...) la nuit je fus saisi d’épouvante, et je ne vis rien mais j'entendis des bruits de pas et je ne vis rien63."

82On comprend aisément que des naufragés soient victimes de telles hallucinations, mais que penser du récit de ce cacique de la Nouvelle-Espagne qui se confie à un religieux ?

  • 64 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 2, ch. 12, p. 59.

"Un cacique d’Amequemeca, jadis, expliqua à certain religieux que le démon apparaissait à son père, sous la forme d’une guenon, derrière lui, sur une épaule, et que s'il tournait la tête pour le voir, il passait sur l'autre, et qu'il jouait ainsi à passer d'un côté à l'autre64."

83Le diable est partout et intervient constamment. Un navire parti de Santa Maria el Antigua, dans le Darién, qui se dirigeait vers la Española fut pris dans une violente tempête. Et le diable était là... Antonio de Herrera y Tordesillas rapporte les faits :

  • 65 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 4, déc. 2, liv. 4, ch. 1, p. 289.

"(...) et beaucoup de ceux qui essuyèrent cette tempête affirmèrent qu'ils virent à la proue des figures démoniaques et autres visions épouvantables, et qu'ils entendirent une voix qui disait : "Change de cap !", comme s'il y avait quelqu'un à la poupe occupé à gouverner ; et ce dernier aurait répondu : "Je ne peux pas !"65 "

84Heureusement, Notre-Dame de Guadalupe veillait au grain !

  • 66 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. I, liv. 2, ch. 3, p. 40.

85Au Pérou, le diable se manifeste violemment. Bartolomé Arzáns de Orsúa signale, par exemple (au XVIIIe siècle), que dans la région de Potosí le malin rapproche les rochers des défilés lorsque des êtres humains s’y aventurent, et qu'il déchaîne de terribles ouragans66.

  • 67 Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., part. 1, ch. 35, par. 204, p. 121.

86En Nouvelle-Espagne, une Indienne ne parvient à sauver son bébé — qui n'est pas encore baptisé — qu'en disant "Jésus !, Jésus !" chaque fois que le diable s'approche, raconte Motolinía dans ses Memoriales67.

87Nous ne saurions recenser ici la multitude de légendes qui rappellent les interventions du démon. Certaines présentent toutefois un grand intérêt car elles montrent combien la crainte des puissances infernales était répandue à l'époque de la Conquista et au début de la période coloniale. Les ecclésiastiques, évidemment, ne manquent pas d'évoquer la lutte impressionnante que se livrent en Amérique les forces du bien et du mal. Combien de croix subissent directement ou indirectement les assauts de Satan !

  • 68 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 49, p. 185.
  • 69 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 1, ch. 130, p. 450.
  • 70 P. Manuel Rodríguez, El Marañón..., op. cit., liv. 2, ch. 5, p. 92-93 et liv. 5, ch. 12, p. 334- 33 (...)

88A Cholula, dit Fray Jerónimo de Mendieta, le diable voulut se venger après la destruction de son temple ("de rage, à cause de la destruction de son temple où il faisait ses choux gras ") et détruisit, par la foudre, une croix qui avait été érigée là68. On retrouve d'ailleurs le même récit dans l'Apologética Historia de Fray Bartolomé de Las Casas qui précise que le temple — petit et vétuste — avait été démoli par les Franciscains69. Le P. Manuel Rodriguez et le P. Cobo rapportent eux aussi de bien étranges affaires où l'on voit le démon transporter fort loin des êtres humains ou pactiser avec eux70.

***

89Au XVIe et au XVIIe siècles, la peur du diable atteignit un degré extrême, et les légendes que l'on racontait reflétaient naturellement cet état d'esprit. Comme le souligne Jean Delumeau :

  • 71 J. Delumeau, La Peur en Occident..., op. cit., part. 2, ch. 7, p. 304.

"La Renaissance héritait assurément de concepts et d'images démoniaques qui s'étaient précisés et multipliés au cours du Moyen Âge. Mais elle leur donna une cohérence, un relief et une diffusion jamais atteints auparavant71."

90Or, la période de la Conquista correspond précisément à cette époque.

91Le diable se manifeste régulièrement en Amérique. Et l'influence de l'Église, si forte du temps de la colonie, ne fait qu'accentuer cette peur des puissances infernales que l'Europe a exportée outre-Atlantique.

  • 72 P. Duviols, La lutte..., op. cit., ch. I, p. 29.

"L'historiographie péruvienne des XVIe et XVIIe siècles — précise P. Duviols — accorde une place prépondérante au démon et donne de lui, de son rôle, de ses pouvoirs, une certaine idée à la fois riche et précise, héritée de la tradition européenne. (...) La démonologie fut sans doute la science théologique la mieux partagée parmi les conquérants et les colonisateurs du Pérou72."

92Au Pérou, comme dans les autres colonies américaines, on fit grand cas des interventions du malin. Le Nouveau Monde, où l'idolâtrie était si répandue, apparaissait comme une zone où Satan avait ses coudées franches et régnait trop souvent en maître.

93Mais le démon n'est aussi, parfois, qu’une explication facile pour de sombres affaires qui ne concernent que les êtres humains.

94Pedro de Castañeda de Nájera en donne un exemple très éloquent, qu'il qualifie d'ailleurs de "plaisant" :

  • 73 P. de Castañeda de Nágera, Relation..., op. cit., part. 1, ch. 8, p. 36-37.

"Un jeune soldat, nommé Truxillo, prétendit avoir eu une vision en se baignant dans la rivière. Il fut amené devant le général [Francisco Vázquez de Coronado], feignant d'être très-effrayé, et il raconta que le démon lui était apparu et lui avait dit : "Si tu veux tuer ton général, je te marierai avec dona Béatrix, sa femme et je te donnerai de grands trésors." Il ajouta une foule de contes, et frère Marcos [de Nizal fit là-dessus un beau sermon, prétendant que le démon, effrayé du fruit que devait produire l'expédition, faisait tous ses efforts pour l'empêcher. Non-seulement toute l'armée en fut persuadée, mais les religieux qui l'accompagnaient l'écrivirent à leurs couvents de Mexico, et pendant longtemps on fit retentir toutes les chaires de cette aventure, en y ajoutant une foule de fables73."

95Voilà comment les aspirations d'un jeune écervelé peuvent donner matière à sermon et défrayer la chronique ! Décidément, le diable a bon dos.

***

  • 74 Voir à ce sujet : André Saint-Lu, "Secousses sismiques, perturbations psychiques et remous socio-po (...)
  • 75 Cf. l'Introduction d'Edmundo O'Gorman dans Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., p (...)

96A Santiago de los Caballeros de Guatemala, on pense aussi avoir vu le démon en septembre 1541. On ne peut l’affirmer absolument, mais on semble en être fortement convaincu. Quelque trois mois après le décès de Pedro de Alvarado — le gouverneur du Guatemala —, sa veuve, Doña Beatriz de la Cueva périt au cours d’une catastrophe qui s'abattit sur la ville74. Cette catastrophe, précédée de deux journées de pluies violentes surprit cependant par sa soudaineté. Motolinía — qui visita le Guatemala dans les derniers mois de l'année 1543 ou au début de 154475 — donne quelques précisions à ce sujet dans ses Memoriales :

  • 76 Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., part. 1, ch. 69, par. 500, p. 288.

"Alors que nous célébrions la mémoire de Don Pedro à Santiago de Quauhtemallan depuis la fête de la Nativité de Notre-Dame, qui tomba le jeudi huit septembre, ce jour-là et les deux suivants il plut à torrents, et le samedi, qui fut le dix dudit mois, à deux heures du matin, s'abattit depuis le haut du volcan une tempête avec des trombes d'eau, si bien que — semble-t-il — une brèche s'ouvrit dans la montagne du volcan, ou qu'un pan de montagne se détacha, libérant une grande quantité d’eau qui y était retenue. Il y en eut tant qu'elle roulait de grosses pierres, plus grandes que des pierres de pressoir et certaines étaient aussi énormes que huit ou neuf bœufs réunis (...)76 "

  • 77 Ibid., part. 1, ch. 69, par. 501, p. 289.
  • 78 Ibid., part. 1, ch. 69, par. 503, p. 290. Francisco López de Gómara rapporte ces mêmes propos (Hisp (...)

97L’eau envahit toute la ville, détruisant tout sur son passage, et de nombreux habitants périrent. Seule la chambre à coucher de Beatriz de la Cueva semble avoir été épargnée, mais cette dernière s'était enfuie pour se sauver... Or, comme l'indique Motolinia : "Cette dame, si elle n'eût point bougé, aurait survécu, mais en cherchant à survivre, elle mourut là-bas (...)77." Pour lui, le décès de Dona Beatriz fut une sorte de châtiment que Dieu envoya à cette veuve désespérée qui disait que, dans sa situation : "Dieu n'avait plus d'autre moyen pour lui faire du mal"78. Il est vrai que la malheureuse avait alors un comportement bizarre :

  • 79 Ibid., part. 1, ch. 69. par. 503, p. 290.

"Elle fit peindre toute sa maison de noir, à l'intérieur et à l'extérieur, et faisait et disait des choses qui épouvantaient les auditeurs79."

98Il était donc inévitable que dans un tel décor, et qui plus est, la nuit du sabbat, le démon se manifestât. Une Relación écrite en 1541, à Santiago de Guatemala, précise qu'un certain Alvaro de Paz, voisin de Doña Beatriz, accourut — monté sur son cheval — pour la secourir. Il ne put la rejoindre malgré ses efforts et remarqua qu'une vache particulièrement agressive empêchait que l'on approchât de la demeure :

  • 80 Relación de lo que fue Dios servido y acaeció, sábado dos horas despues de anochecido, á diez dias (...)

"Et en entrant il se trouva, dans la maison, face à une vache qui, dit-il, avait une corne cassée et l’autre prise dans une corde et fonça sur lui, le plongeant dans la fange par deux fois, de telle manière qu'il pensa y laisser la vie (...)80"

  • 81 Cf. A. Saint-Lu, "Secousses sismiques...", art. cit., p. 223.

99Il était tout à fait plausible qu'une vache égarée se trouvât en pleine ville à la suite de la catastrophe81. Mais la conclusion que l'on en tira immédiatement fut que cet animal ne pouvait être qu'une incarnation du diable :

  • 82 Relación de lo que fue Dios servido..., op. cit., p. 384.

"(...) et l'on pense que cette vache n'était autre que le diable, parce qu'il y avait une telle confusion dans les airs que ceux qui entendaient ce fracas en étaient apeurés et épouvantés. Cette même vache s'installa sur la place et ne laissa passer personne qui voulût porter secours aux autres (...)82 "

  • 83 Cf. Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., part. 1, ch. 69, p. 288, n. 7. Cette Rel (...)

100Motolinía, qui utilise certainement le texte d'une Relación publiée sur le sujet à Mexico, en 154183, rapporte l'opinion généralement répandue au Guatemala :

  • 84 Ibid., part. 1, ch. 69, par. 503, p. 290.

"(...) tout le monde pensa que cette vache tenait plus du démon que d'un animal, car ses œuvres étaient semblables à celle du cruel ennemi, d'après ce que disait la Relación84."

101On comprend que la panique engendre des hallucinations, cependant la légende de l'apparition du diable sous la forme d'un bovidé, semble s'être imposée avec quelque succès.

102Satan ne s'en tint pas là car, la même nuit, on l'aperçut sous la forme d'un Noir de grande taille. C'est encore Motolinía qui nous renseigne sur ce point :

  • 85 Ibid. part. 1, ch. 69, par. 502, p. 290. Cf. également, A. de Herrera y Tordesillas, Historía Gen., (...)

"(...) parce qu'alors un Espagnol et sa femme étaient coincés sous une poutre et sur le point de mourir, un grand Noir arriva, et l'Espagnol le supplia d’enlever cette poutre, car ils étaient près d'expirer. Et le Noir s'adressant à eux, demanda : "C'est toi Morales ?", et lui répondit "Oui". Alors le Noir souleva facilement la poutre et dégagea Morales, puis laissa retomber la poutre sur la femme qui mourut là. Et cet Espagnol affirme qu'il vit partir le Noir dans la rue comme s'il allait à pied sec, ce qui paraissait impossible car il y avait deux brasses de fange et de boue en plus de l'eau85."

103Et, ajoute Fray Jerónimo de Mendieta, qui raconte la même aventure :

  • 86 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 9, p. 27.

"(...) d'après tout cela il ne pouvait s'agir que de quelque démon, car un ange ne serait point apparu sous la forme d'un Noir86."

  • 87 A. Saint-Lu, "Secousses sismiques...", art. cit., p. 223.

104A ce propos, André Saint-Lu fait remarquer que "ce qui nous intéresse ici c'est le côté fantastique du personnage, à la fois colossal et aérien, et le crédit dont semble avoir bénéficié un témoignage aussi suspect87." On accepta, sans hésiter, l'idée d'une nouvelle apparition du diable.

105Les événements bizarres qui accompagnèrent cette catastrophe furent abondamment commentés. L'intervention de Satan était une explication facile, couramment admise. On parla même de sorcellerie, car la vache pouvait fort bien n'être qu'une sorcière. On cita un nom, que rapporte Francisco López de Gómara :

  • 88 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 286. On retrouve cette indication chez Fr. A. de R (...)

"Beaucoup furent persuadés que ce Noir était le diable et la vache une certaine Augustina, épouse du capitaine Francisco Cava et fille d'une femme que l'on fouetta à Cordoue comme maquerelle et sorcière et qui avait ensorcelé et tué, là-bas au Cuauhtemallan [Guatemala], Don Pedro Portocarrero parce qu'il la délaissait alors qu'elle était sa concubine (...)88 "

106Toutefois, les sorciers ne sont-ils pas les suppôts de Satan ?

6 - La sorcellerie

  • 89 Voir supra, ch. 3, par. 4.

107La sorcellerie a été une préoccupation constante à la fin du Moyen Âge et au XVI siècle. La crainte des sorciers est cependant de tous les temps et de tous les pays. On leur a toujours attribué d'immenses pouvoirs qui les ont très souvent menés au bûcher en Europe Occidentale. Et "l'art de nigromance" semblait fort répandu. Le marchand flamand Eustache de La Fosse, qui naviguait sur un vaisseau portugais (en 1479-1480) le long des côtes africaines, n'attribuait-il pas la disparition provisoire de l'île des Sept-Cités à un évêque du Portugal qui s'y était réfugié89 ? Même les Princes de l’Église étaient donc capables de pratiquer la magie !

108Les sorciers étaient en général considérés comme des personnages nuisibles dont on devait se débarrasser. Il n'était, cependant, pas rare que l'on se tournât vers les astrologues — qui ne pactisaient pas forcément avec les puissances infernales — lorsque l'avenir paraissait incertain. Hernán Cortés en avait un parmi ses soldats. On s'empressa, bien évidemment, de recueillir son avis au moment où l'on songea (le 30 juin 1519) à évacuer Tenochtitlán. Bernai Díaz del Castillo parle de lui à propos de cette fameuse Noche Triste que le devin n'avait aucun mal à prévoir, vu l’extraordinaire hostilité que manifestaient alors les Mexicains :

  • 90 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 128, p. 463.

"En outre, se trouvait parmi nous un soldat appelé Botello, qui semblait être un honnête homme et savait le latin, qui était allé à Rome et dont on disait qu'il avait son "démon familier", et que d'aucuns qualifiaient d'astrologue. Quatre jours auparavant, ce Botello avait déclaré que, d'après ses observations divinatoires et astrologiques, si la nuit prochaine nous ne quittions pas México, et que si nous nous retardions encore plus, aucun soldat ne se retrouverait en vie à l'extérieur. Il avait même annoncé d'autres fois que Cortés devait beaucoup souffrir et serait privé de sa gloire et de son honneur et qu'il redeviendrait un grand seigneur fortuné. Il disait beaucoup de choses de cette sorte90.

***

109Toute situation difficile pouvait éveiller la suspicion et déboucher sur une accusation de sorcellerie. Colomb, que ses équipages considéraient comme un personnage hors du commun, fut ainsi soupçonné de pratiques peu orthodoxes. Nous en trouvons un écho dans le récit de son dernier voyage.

110L'expédition connaissait alors les pires ennuis et l'Amiral en était tenu pour responsable. Colomb, qui avait du mal à imposer son autorité, déclare :

  • 91 Cristóbal Colón, Cuarto y último viaje de Cristóbal Colon, dans M. Fernández de Navarrete, Colecció (...)

"Alors que je sillonnais péniblement cette mer, d'aucuns s'abandonnèrent à une croyance hérétique : ils crurent, et croient toujours, que nous étions ensorcelés91."

  • 92 Deux Tables étaient particulièrement utilisées à l’époque : les Ephemerides Astronomicæ de Johann R (...)

111D'ailleurs, Colomb n'entretenait-il pas lui-même la confusion ? On le voit — toujours au cours de son quatrième voyage — chercher à impressionner les Indiens de la Jamaïque, qui refusent de le secourir, en prédisant une éclipse de lune. Colomb, bon marin, était expert en cosmographie et astronomie. Il pouvait donc connaître longtemps à l'avance la date et l'heure d'une éclipse, d'autant plus qu'il disposait d'un almanach, comme tous les navigateurs de l'époque92.

112Pour les Indiens des îles, moins évolués que certains de leurs semblables qui vivaient sur le continent, une éclipse était une manifestation concrète des désirs des êtres surnaturels. Et l'Amiral paraissait ainsi partager le secret des dieux. La ruse fut efficace, comme le souligne Hernando Colon qui faisait partie de l'expédition :

  • 93 H. Colón, Hist...., op. cit., ch. 103, p. 337-338.

"L'éclipse ayant commencé au moment où la lune se leva, elle ne fit que prendre de l'ampleur au fur et à mesure que celle-ci s'élevait dans le ciel, et comme les Indiens prêtaient à cela beaucoup d'attention, ils furent épouvantés et terrifiés hurlant et poussant de grands cris et accoururent de toutes parts jusqu'aux navires, chargés de victuailles, suppliant l'Amiral qu'il priât Dieu avec ferveur de ne point les accabler de son courroux et promettant pour l’avenir de lui fournir prestement tout ce dont il aurait besoin. L'Amiral leur dit qu'il voulait s'entretenir un moment avec son Dieu. Il s'enferma tout le temps que dura la croissance de l'éclipse au milieu des cris de supplication des Indiens93."

113Cette anecdote devint célèbre. Elle fut sans cesse répétée par les chroniqueurs et les historiens.

114Tout comportement anormal, tout événement surprenant pouvait éveiller des soupçons. Jorge Juan et Antonio de Ulloa relèvent ainsi, dans leur Relación Histórica (1748), qu'un pilote particulièrement expérimenté avait réussi à naviguer vers le Sud, entre le Pérou et le Chili en un temps exceptionnellement court. On avait alors le plus grand mal à réaliser ce voyage sur mer car il fallait lutter contre le courant que nous appelons courant de Humboldt. Il n'était pas rare que l’on mît un an pour se rendre du Callao au Chili, et en revenir. Et voilà qu'une embarcation était arrivée au Chili un peu plus d'un mois après son départ du Pérou ! Alors, précisent nos deux navigateurs :

  • 94 J. Juan et A. de Ulloa, Relación Historica..., op. cit., t. 3, liv. 2, ch. 3, p. 273.

"Cette nouvelle extraordinaire et la confirmation des dates apportée par les missives les poussèrent tous à croire qu'il naviguait en pratiquant l'art diabolique et cette opinion engagea l’Inquisition à procéder à une enquête sur sa conduite (...)94"

115L’affaire n'eut pas de suites, mais cet exemple montre bien que, du temps de la colonie, les esprits pouvaient encore s'échauffer très rapidement et porter des accusations de sorcellerie.

***

116Le démon, qui dominait le continent américain, avait ses zélateurs. Les sorciers pullulaient dans les Indes Occidentales. Il y en avait de toutes sortes et on leur attribuait de grands pouvoirs. Fray Bernardino de Sahagún a recueilli, de la bouche de ses informateurs indigènes, une sorte de portrait type du sorcier mexicain :

  • 95 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., t. 3, liv. 10, ch. 9, fol. 21 r°

"L'homme qui a pactisé avec le démon prend l'apparence de divers animaux et, animé d'un sentiment de haine, souhaite la mort des autres en usant de sortilèges et de nombreux maléfices contre eux, si bien qu'il en est réduit à la plus grande pauvreté et qu'il se trouve dans le plus complet dénuement sans avoir un morceau de pain pour se nourrir chez lui. Enfin il est dans un tel état de misère et de détresse qu'il connaît toujours le malheur et l'infortune95."

117Les sorciers indigènes auraient le don de se transformer en animaux. C'est une des légendes que l'on retrouve le plus fréquemment mentionnées à leur sujet. Gonzalo Fernandez de Oviedo écrit ainsi, à propos du Nicaragua :

  • 96 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 11, p. 420-421.

"C'est une opinion très répandue que dans ce gouvernement du Nicaragua il y a de nombreux sorciers et sorcières qui, lorsqu'ils le désirent, se transforment en jaguars et en pumas, en dindons, en poules et en caïmans, et certains, convaincus d'imposture, ont été tramés en justice et châtiés à León : ils avouaient d'eux-mêmes qu'ils parlaient avec le diable. Et l'on a trouvé des Indiens et des Indiennes morts dont on dit qu'ils ont été tués par des sorciers courroucés. On raconte à ce propos mille mensonges, que l'on ne rapportera pas ici par manque d'informations précises96."

  • 97 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 283. A. de Herrera y Tordesillas reprend ces propo (...)

118Francisco López de Gómara déclare de même, toujours à propos des habitants du Nicaragua : "Ils se transforment en chiens, en pourceaux et en guenons"97. Et Antonio de Herrera y Tordesillas signale qu'en 1530, dans la province de Cabo de Honduras :

  • 98 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 8, ch. 5, p. 119.

"Les grands sorciers se transformaient en jaguars et en pumas et battaient les forêts, assassinant les gens avant qu'on ne s'empare d'eux et qu'on ne les pende98."

119Tout ce que l'on rapportait sur ces sorciers indigènes devait beaucoup intéresser les Européens. Et au XIXe siècle, encore, le très savant Abbé Brasseur de Bourbourg écrit, en parlant des États d'Oaxaca et de Chiapas :

  • 99 Abbé Brasseur de Bourbourg, "Voyage sur l'isthme de Tehuantepec, dans l'Etat des Chiapas et la répu (...)

"C'était même une des raisons qui avaient déterminé mon voyage dans ces contrées : je voulais avoir le cœur net au sujet de toutes ces sorcelleries indiennes99."

***

120Si l'on en croit les informateurs de Fray Bernardino de Sahagún, Moctezuma aurait dépêché des magiciens pour tenter d'arrêter les Espagnols fermement décidés à poursuivre leur route vers Tenochtitlán. Le texte náhuatl du Codex de Florence rappelle l'échec de ces émissaires :

  • 100 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), texte náhuatl du liv. XII, ch. 13, trad. de (...)

"Et alors, aussi, un autre groupe de messagers, des devins et des prêtres brûleurs d'encens, est aussi parti. Ils sont aussi partis, ils sont donc partis à leur rencontre. Mais nulle part ils n’ont rien fait, nulle part ils n’ont rien vu ; ils n'ont plus réussi quoi que ce soit, ils n'ont plus réussi sur qui que ce soit, ils n'ont plus été compétents100."

121En Amérique Centrale, les Indiens assuraient que le cacique Lempira était, grâce au pouvoir de la magie, mystérieusement à l'abri des flèches ennemies. Antonio de Herrera y Tordesillas mentionne cette légende dans sa sixième Décade :

  • 101 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 12, déc. 6, liv. 3, ch. 19, p. 279-280.

"(...) et les vieux Indiens assurèrent que l'on tenait pour vrai que Lempira était ensorcelé ou, comme disent les gens du commun, enchanté, car jamais, au cours des nombreuses batailles auxquelles il participa, il ne fut blessé ni atteint par une flèche101."

122Mais si les Espagnols croyaient que les Indiens usaient contre eux de sorcellerie, la réciproque n'en était pas moins vraie. Góngora Marmolejo signale, par exemple, dans son Historia de Chile, que les indigènes décimés par une épidémie accusaient Villagra et prétendaient être victimes d'un maléfice :

  • 102 A. de Góngora Marmolejo, Hist. de Chile, op. cit., ch. 33, p. 142-143.

"(...) parce que dès le débarquement, l'air se corrompit de telle manière que les Indiens furent frappés par une épidémie de vérole, si grave, que nombreux furent les morts de toute sorte, car il s'agit d'une pestilence très dangereuse, et c'est pour cela que les combattants indiens disaient que Villagra, incapable de se défendre contre eux, avait usé de sorcellerie en apportant cette maladie pour les faire périr. Il est vrai que beaucoup en moururent, tant parmi les Indiens ennemis que parmi ceux qui étaient soumis102."

***

123Les agissements des sorciers pouvaient d'ailleurs servir de prétexte, d'explication commode, pour se tirer d'un mauvais pas. Le cacique d'Apalache, en Floride, qui avait été fait prisonnier par les troupes d'Hernando de Soto, parvint, une nuit, à s'échapper. Les sentinelles s'étaient endormies et les indigènes qui accompagnaient les Espagnols avaient favorisé l'évasion du cacique. Alors, les deux capitaines qui avaient fait si mauvaise garde racontèrent que le prisonnier devait avoir été emporté par les démons. L'Inca Garcilaso de la Vega rapporte cette anecdote dans son récit de la conquête de la Floride :

  • 103 Garcilaso de la Vega (El Inca), La Florida del Inca, op. cit., 2e part., liv. 2, ch. 12, p. 336.

"Au général et aux autres capitaines, ils contèrent mille fables pour se faire pardonner leur négligence et garantir leur honneur, assurant tous qu’ils avaient été témoins cette nuit-là de bien étranges faits et qu'il n'y avait d'autre explication à son évasion qu'une fuite par la voie des airs avec les diables, car — juraient-ils — il était impossible qu'il eût réussi d’une autre manière vu l’étroite surveillance qu'ils assuraient103."

124Hernando de Soto, bien entendu, comprit la situation et abonda dans leur sens. Et pour ménager l'honneur et la réputation de ses subalternes il déclara :

  • 104 Ibid., 2e part., liv. 2, ch. 12, p. 336. A. de Herrera y Tordesillas, qui rapporte, lui aussi, les (...)

"(...) que les Indiens étaient de si grands sorciers qu'ils étaient capables de réaliser beaucoup plus que cela104."

125Il est cependant remarquable que l'on ait choisi — et admis — cette excuse incroyable pour justifier une erreur. L'explication aurait donc, dans d'autres circonstances, pu paraître plausible. Les sorciers semblaient, par conséquent, dotés d'un immense pouvoir.

126Assurément, ces sorciers qui savaient si bien prendre l'aspect de nombreux animaux, avaient la faculté de se déplacer dans les airs. Antonio de Herrera y Tordesillas, qui explique longuement quels étaient leurs agissements, signale le fait :

  • 105 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 7, p. 307.

"Les rois Incas autorisèrent en particulier une sorte de magiciens — qui ressemblent à des sorciers — qui prenaient l'apparence de leur choix et en peu de temps se déplaçaient dans les airs sur de longues distances ; ils allaient où ils voulaient et parlaient avec le démon qui leur répondait à travers certaines pierres et autres objets qu'ils vénéraient grandement (...)105 "

127Une sorcière — raconte Pascual de Andagoya —, aurait été aperçue, au même moment, en deux endroits fort éloignés :

  • 106 P. de Andagoya, Relación..., op. cit., p. 237.

"Mais on eut l'occasion de vérifier qu'une sorcière se trouvait une nuit dans un village en compagnie d'autres femmes et qu'à la même heure on la vit dans une demeure où se trouvaient des gens qui étaient sous les ordres de son maître, à une lieue et demie de là106."

128Une autre, nommée Juana Garcia, de Santo Domingo, aurait avoué s’être envolée à la Bermude. Juan Rodriguez Freyle rapporte ainsi cette étrange aventure :

  • 107 J. Rodríguez Freyle, El Carnero, op. cit., ch. 9, p. 129.

"Dans ses aveux elle dit que lorsqu'elle fut à la Bermude, où la Capitane coula, elle s'envola de la butte qui se trouve derrière Nuestra Señora de las Nieves, où se trouve l'une des croix, et que, beaucoup plus tard, l'on appela Juana Garcia ou butte de Juana García107."

129Les sorciers n'apparaissaient pas exclusivement en Amérique. La sorcellerie fut aussi une grande préoccupation des habitants du Vieux Continent. L’existence de pratiques étranges, constatées chez les Indiens, a renforcé de toute évidence une croyance déjà bien ancrée dans l’esprit des Européens que la peur du démon et de ses suppôts tourmentait grandement.

7 - Les miracles

"Des miracles ! D’abord, il y en avait partout, en ce temps-là, il s’en faisait tous les jours, à toute heure, en tous lieux, à tout propos. Et nul n'en ignorait."

  • 108 L. Febvre, Le problème..., op. cit., I, liv. 2, ch. 3, p. 203.

130écrit Lucien Febvre à propos du XVIe siècle108. Le merveilleux religieux apparaît avec une constance remarquable dans les ouvrages de la Renaissance. Et, comme le souligne Geoffroy Atkinson dans son étude sur les ouvrages français de l'époque, il ne semble pas qu'il y ait eu de changement important "ni dans le fonds ni dans la forme, dans la littérature "géographique" de la Renaissance" :

  • 109 G. Atkinson, Les nouveaux horizons..., op. cit., I, ch. 10, p. 272.

"Les événements miraculeux relatés par les auteurs dévots de 1609 — ajoutet-il — furent tout aussi merveilleux que ceux qu'on avait relatés en 1480. Il est donc manifeste que, malgré les écrits de certains voyageurs et historiens, qui doutaient du merveilleux, il y avait au cours de toute cette époque, un public lettré qui s'intéressait à la littérature "géographique" où figuraient des miracles et des guérisons opérées grâce à l'intervention des reliques109."

131Ces remarques semblent tout aussi valables pour le monde Ibérique, car le goût pour le merveilleux religieux est patent, depuis l'époque de Colomb jusqu'au XVIIe siècle.

132Gonzalo Fernandez de Oviedo, qui n'hésite pas à parler des miracles, éprouve cependant le besoin de se justifier :

  • 110 G. Fernández de Oviedo. Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 33, ch. 47, p. 228.

"Je sais bien que les incrédules où ceux qui ont peu de dévotion diront que l'intérêt que je manifeste ici pour des miracles que je n'ai pas vus est superflu et que je perds mon temps à raconter des histoires. Moi, je prétends que tout cela et même bien plus peut et doit être cru car les païens, les infidèles et les idolâtres écrivent que de leur temps il y eut de grands mystères et que se produisirent de grands miracles et que nous savons que tout cela était l’œuvre du diable110."

  • 111 Fray Antonio Caulín, Historia Corográfica, Natural y Evangélica de la Nueva Andalucía, Provincias d (...)

133Et même vers la fin du XVIIIe siècle, le P. Caulín écrit dans son Historia Corográfica, que, tout en étant peu enclin à relater des miracles ("sans la pleine justification requise pour la transmission"), il ne lui semble pas possible de passer sous silence les merveilles qui sont l'œuvre de Dieu111.

  • 112 Cf. F. Esteve Barba, Historiografía Indiana, op. cit., ch. 7, par. 6, p. 319.
  • 113 J. de Oviedo y Baños, Hist., op. cit., II, ch. 1, p. 41.

134Des miracles sont, effectivement, signalés en tous lieux et à toutes les époques. On note cependant que les ecclésiastiques ont une prédilection — tout à fait logique — pour les merveilles qui dépendent de la Divinité. Ce sont, par conséquent, les clercs ou les dévots de l'époque coloniale qui se sentent le plus concernés par les miracles. José de Oviedo y Baños, majordome de l'Archiconfrérie de Nuestra Señora del Rosario et syndic général des couvents de Franciscains du Venezuela112 n'accuse-t-il pas les conquistadores de l'ancien temps de s'être occupés plus de l'or que des miracles ("comme les conquistadores de cette époque-là étaient beaucoup plus intéressés par la découverte des richesses que par les investigations sur les miracles...113") ?

***

135Il y a dans les documents qui correspondent à l'époque de la Conquista des récits de miracles très divers. Certains sont très "classiques" : croix qui résistent à des sacrilèges, lévitation, personnes inexplicablement sauvées de la mort... D'autres paraissent plus originaux et sont directement liés à la Conquista et à ses héros.

  • 114 Cf. F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 176.

136Pour bon nombre de miracles, le décor est exotique, mais la substance est européenne. Francisco Lopez de Gómara nous relate ainsi l'aventure d'un petit groupe d'indigènes d’Haïti qui périrent foudroyés au cours d'un violent orage. Toutefois l'un d’eux survécut : il avait prié la Vierge Marie114. L'histoire aurait tout aussi bien pu se situer en Sicile ou au Japon !

  • 115 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 1, liv. I, ch. 7, p. 25.

137Le cacique Quoanhua, de l'île Espanola, cherchant à "coucher avec une sienne femme" qui priait dans l’église fut durement puni par l'Éternel : "il satisfit ses appétits puis, soudainement, perdit l'usage de la parole et resta paralysé". Mais ce pauvre cacique se repentit et se mit au service de Dieu en s’occupant de l’église jusqu'à la fin de ses jours115. Fray Jerónimo de Mendieta rapporte ce miracle parmi tant d'autres. Et Pietro Martyre d'Anghiera, qui semble encore mieux informé sur ce qui se passa, en donne la version suivante :

  • 116 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 3, ch. 8, p. 309.

"Le cacique de la région trouva un jour sa femme qui priait dans une chapelle bâtie par les chrétiens sur son territoire. Il voulut s'unir à elle. L'épouse allégua la sainteté du lieu. Elle parla ainsi : Teitoca, teitoca ; ce qui veut dire : tiens-toi tranquille. Techéta cynato guamechyna ; ce qui signifie : Dieu serait fort irrité. Le cacique se montra fort irrité de ce téchéta cynato guamechyna. Il répondit en menaçant avec son bras ; Guayba, c'est-à-dire : va, cynato machabucha guamechyma ; ce qui veut dire : que m'importe la colère de ton Dieu. Et il fit violence à sa femme ; mais il devint aussitôt muet, et perdit à moitié l'usage du bras. Plein de repentir et frappé par le miracle, il vécut, le reste de sa vie comme un religieux. Il ne souffrit pas que la chapelle fût balayée ou ornée par d’autres mains que par les siennes. Ce miracle fit une grande impression sur beaucoup d'indigènes et sur tous les chrétiens, et la chapelle fut par eux respectée et visitée. Quant au cacique, il supporta sans se plaindre et volontiers la punition de son insulte (...)116 "

  • 117 Cf. Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 56, p. 198.

138La cordelière de saint François, que l'on court chercher au couvent lors des accouchements difficiles117 et qui semble vraiment très efficace est un autre exemple de transfert des croyances — ou superstitions — de l'Europe vers l'Amérique.

  • 118 Cf Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 1, ch. 86, p. 69.

139Plus originale est une intervention miraculeuse de la Vierge Marie qui sauve in extremis une pauvre Indienne que voulait jeter du haut d'un arbre son épouvantable mari : l'aventure nous est contée par Fray Reginaldo de Lizárraga118. Bien entendu, on organisa une procession solennelle en convoquant les religieux du voisinage.

140Un exemple de lévitation miraculeuse est rapporté par Fray Antonio Caulín. Le P. Laruel, un saint homme, aurait ainsi étonné ses paroissiens en s'élevant au-dessus du sol alors qu'il célébrait une messe :

  • 119 Fr. A. Caulín, Historia Corografíca..., op. cit., IV, ch. 2, p. 506.

"(...) alors que tous ses sens étaient aliénés, ceux qui assistaient à la Messe le virent s'élever au-dessus du sol, absorbé par la contemplation des divins mystères119."

***

141Les croix miraculeuses, que l'on retrouve chez de nombreux chroniqueurs, ont connu une faveur toute particulière.

142Au Nicaragua — écrit Fray Antonio de Remesal —, du temps du capitaine Francisco Hernandez de Córdoba (1524), les Indiens s'acharnèrent contre une de ces croix que les Espagnols plantaient régulièrement pour jalonner leur route :

  • 120 Fr. A. de Remesal, Hist. Gen., op. cit., I, liv. 3, ch. 4, p. 196.

"(...) les Indiens païens voulurent en renverser une mais n'y parvinrent point malgré tous leurs efforts. Ils tentèrent de la brûler en disposant près d'elle le bois le plus sec et le plus adéquat qu'ils trouvèrent, mais le feu ne voulut point la détruire120."

143Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, le corsaire anglais Sir Francis Drake aurait — d'après Antonio de Alcedo — cherché à se venger du village mexicain de Santa Maria de Huatulco, qui lui fournissait peu de provisions, en s'attaquant à une croix :

  • 121 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 2, p. 207 (art. "Huatulco (Santa Maria de)").

"(...) ils étaient furieux et voulurent se venger rageusement sur la croix qui était plantée là-bas. Ils y mirent le feu après l'avoir préalablement enduite de brai, mais celui-ci brûla sans que le bois fut attaqué. Alors, transportés d'une fureur encore plus grande, ils attachèrent l'extrémité d'un cable sur la sainte solive et l'autre extrémité au mât d'un navire qui mettait à la voile : malgré la violence de l'impulsion la croix ne bougea pas de sa place, et le cable se rompit. Quelque temps plus tard ils revinrent à terre et décidèrent de la débiter à coups de haches, mais le prodige continua et ils virent leurs outils s'émousser sans parvenir à pénétrer dans le bois (...)121"

144Une chapelle fut construite à cet endroit pour rappeler l'aventure qui était devenue légendaire.

145Pedro Pizarro, de son côté, a retenu un miracle qui sauva de la destruction une église de Cuzco :

  • 122 P. Pizarro, Relación..., op. cit., p. 521.

"II se trouve que les Indiens avaient le grand désir d'incendier l'église car, disaient-ils, s'ils la brûlaient ils nous tueraient tous. Il advint donc qu'avec quelque pierre ou quelque flèche incendiaire qu'ils durent lancer, ainsi que je l'ai dit, l'église prit feu et commença à brûler, car elle était de paille. Et sans que personne luttât contre l'incendie, il s'éteignit de lui-même, comme beaucoup d'entre nous pûmes le constater. C'est ce qui se produisit. Voyant cela, les Indiens furent très découragés (...)122 "

146Du temps de la colonie, dans la région de Popayán, en Nouvelle-Grenade, des Indiens s'en prirent, de la même manière, à une cloche qui les incommodait. Le P. Manuel Rodriguez rapporte qu'un miracle eut lieu à cette occasion :

  • 123 P. Manuel Rodríguez, El Marañón..., op. cit., liv. 1, ch. 6, p. 25.

"(...) furieux contre la cloche qui les convoquait au catéchisme et à la messe, ils résolurent de la détruire et y parvinrent en lançant contre elle de grosses pierres et, suivant ce que l'on apprit plus tard de la bouche de ces mêmes agresseurs, lorsque les pierres frappaient la cloche, il s'écoulait du sang qui la tachait. Les Indiens en furent épouvantés et s'apercevant aussi qu'ils ne pouvaient la détruire, ils la jetèrent dans une forêt et l'abandonnèrent parmi les broussailles, au cœur de celle-ci123."

147La cloche fut facilement retrouvée, car, lors des tempêtes, elle se mettait à sonner ! Le même religieux conte également l'aventure d'un missionnaire qui subit le martyre et fut tué par le cacique Quiriquare. Or, après son décès, le saint homme donna beaucoup de mal à ses bourreaux. Les Indiens cherchèrent à le décapiter pour conserver la tête : ils avaient la coutume de boire dans le crâne de leurs ennemis. Ils s'armèrent donc de coutelas :

  • 124 Ibid., liv. 5, ch. 4, p. 307.

"(...) tous les sept essayèrent le fil de leur coutelas mais, ô prodige !, la gorge semblait d'acier et les lames de cire car, malgré la sauvagerie de leurs tentatives réitérées sur le cou, ils ne parvinrent pas à séparer la tête des épaules : fait extraordinaire qui causa un grand étonnement aux barbares et sacrilèges homicides eux-mêmes qui, tout pantois, disaient que cet homme n'était pas comme les autres mais d'une espèce supérieure (...)124 "

148Mais les bienfaits du Ciel sont dispensés à tous. Des Indiens en profitent régulièrement, et plusieurs miracles les concernent. Quand les Espagnols de Santo Domingo, avec une horrible cruauté — que dénoncent des religieux de l'ordre de saint Dominique —jetèrent un bébé indien dans une rivière, Dieu réalisa un miracle et sauva l'enfant :

  • 125 Carta que escribieron varios padres de la órden de Santo Domingo, residentes en la isla Española á (...)

"(...) et là Dieu fit un miracle : l’enfant flotta comme un bouchon pendant près d’une demi-heure sur les eaux sans se noyer, de telle sorte, qu’à la vue du miracle, d'autres se jetèrent à l'eau pour le récupérer et le rendirent à sa mère125."

149Beaucoup de ces "cuentos de frailes" ('fables de moines') sont mentionnés dans les documents. Toutes ces légendes ont favorisé, bien entendu, l'implantation de l'Église dans le Nouveau Monde.

***

150Pourtant les clercs ne sont pas les seuls à évoquer les miracles de la Providence. Une Relation, de la deuxième moitié du XVIe siècle, conte ainsi le sauvetage miraculeux, le 1er janvier 1568, d'un marin de l'expédition d'Alvaro Davendaña qui se trouvait alors dans les eaux du Pérou. Une nuit, le matelot passa par-dessus bord. Comment le récupérer ? L'opération semblait impossible, et pourtant, dit l'auteur de la Relación :

  • 126 Esta es la relación y suceso de las cosas que han sucedido y pasado en el descubrimiento de las isl (...)

"(...) d'après moi ce fut Notre-Dame qui le sauva miraculeusement car, alors qu'on la priait d'intervenir en sa faveur, d'aucuns dirent qu'ils voyaient une lumière à l'endroit où le jeune homme répondait, semblable à la lueur d'une chandelle, et lui-même dit après avoir été remonté à bord avoir vu une lumière au-dessus de lui126."

151Pedro Mariño de Lobera prétend dans sa Crónica del Reino de Chile, qu'un Indien rebelle, qui avait blasphémé, aurait été mis en pièces — et lui seul parmi beaucoup d'autres — par les chiens féroces des Espagnols. A la suite d'une bataille, de nombreux corps d'indigènes jonchaient le sol, et les chiens se seraient acharnés uniquement sur celui de l'Indien nommé Gaspar. Marino de Lobera a vu là un miracle :

  • 127 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 2, 2e part., ch. 21, p. 434.

"Ce miracle ne mérite pas un autre nom moins remarquable si on examine la question sous tous ses aspects, car nous savons que les corps étaient nombreux mais aussi qu'il y avait quatre chiens et si l'on considère qu'ils se sont tous jetés sur ce corps en négligeant les autres, l'on ne peut mettre en doute le caractère miraculeux manifeste de l'événement127."

152On aboutit ainsi très facilement à de bien curieuses conclusions !

  • 128 Voir supra, ch. 19, par. 3.
  • 129 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 7, ch. 27, p. 243.

153Nous avons déjà eu l'occasion de constater, en évoquant les pérégrinations d'Álvar Núñez Cabeza de Vaca et de ses compagnons128, que ces héros s'étaient fort remarquablement tirés d'affaire en pratiquant une médecine rudimentaire qui relevait plutôt de "l'art de nigromance". Les étranges guérisons qu'ils obtenaient et qui leur permettaient d'avoir la vie sauve pouvaient passer pour autant de miracles. Le P. José de Acosta mentionne cela dans un chapitre qu'il intitule : "De certains miracles que Dieu accomplit aux Indes au bénéfice de la foi, sans mérite pour ceux qui les réalisèrent129." Et il termine son évocation en ces termes :

  • 130 Ibid., liv. 7, ch. 27, p. 243.

"Avec cette renommée ils durent continuer à remplir la même fonction dans tous les villages — et ils furent innombrables — de sorte qu'ils s'étonnaient eux-mêmes, alors qu'ils n'étaient que des hommes ordinaires et que l'un d'entre eux était un Noir130."

***

154La conquête du Mexique a constamment été présentée par son héros Hernán Cortés, comme une entreprise de propagation de la foi chrétienne. Aussi les interventions divines n'en sont-elles pas absentes. Dès le départ, alors que les Espagnols se sont assurés non sans mal, l'appui de la cité de Tlaxcala, le Ciel se manifeste en faveur des nouveaux alliés indigènes qui ne doivent pas tarder à se convertir. Antonio de Soifs y Ribadeneyra écrit à ce sujet dans son Historia de la Conquista de Méjico, qu'un mystérieux nuage apparut au-dessus de Tlaxcala quand les Européens sortirent de la ville, et qu'il y demeura plusieurs années, à la verticale d'une croix, comme symbole de l'appui et de la bonne volonté des Puissances célestes :

  • 131 A. de Solís y Ribadeneyra, Hist., op. cit., liv. 3, ch. 5, p. 271.

"(...) car, à peine les Chrétiens se furent-ils éloignés de la ville, qu'une nuée prodigieuse descendit du ciel pour veiller à sa défense. Elle était d'une agréable et exquise blancheur et descendit doucement à travers la région de l'air jusqu'à ce que, s'élargissant sous forme de colonne, elle s'arrêta perpendiculairement juste au-dessus de la croix où elle se maintint, avec plus ou moins de netteté (merveille de la Providence !) pendant les trois ou quatre ans que l'on dut employer — à cause de divers contretemps — pour convertir cette province. De la nuée émanait une sorte de douce lueur qui incitait à la vénération et ne se laissait pas vaincre par les ténèbres de la nuit131."

155Antonio de Soifs relate également ce qu'il appelle un "quasi-miracle" de la dévotion de Cortés. Alors qu'ils sont enfin parvenus à entrer dans Tenochtitlán où Moctezuma les a reçus comme des émissaires du dieu Quetzalcóatl, les Espagnols — Hernán Cortés le premier — détruisent les idoles qu'ils remplacent par des symboles de la foi chrétienne. Une croix placée, malgré l'opposition de Moctezuma, dans une chapelle installée sur la pyramide du grand temple de Tenochtitlán serait devenue miraculeuse. La région connaissait alors une période de grande sécheresse que les Indiens attribuèrent, naturellement, au courroux de leurs dieux ulcérés par l'impudence des Espagnols :

  • 132 Ibid., liv. 4, ch. 1, p. 301.

"(...) peu après les Mexicains manifestèrent quelque agitation car l'eau du ciel manqua et leurs champs ne purent en profiter. Ils vinrent trouver Cortès, en personne, prêts à se révolter, et criant que leurs dieux n'envoyaient pas la pluie car l'on avait introduit dans leur sanctuaire des divinités étrangères (...)132 "

156Francisco Cervantes de Salazar, qui rapporte les mêmes faits, donne beaucoup plus de détails. Il dépeint les Indiens, chargés d’épis de maïs en piteux état, qui s'adressent à Cortés en ces termes :

  • 133 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 31, p. 358-359.

"Afin que tu voies ce que tu as fait et le peu d'obligations que nous avons envers toi, considère qu'après que tu aies jeté à bas nos dieux, jamais il n'a plu : nos champs ensemencés souffrent de la sécheresse et bientôt nous mourrons de faim133."

157Alors, Cortés, accusant les dieux indigènes d'impuissance, fait une promesse hasardeuse :

  • 134 Ibid., vol. 1, liv. 4. ch. 31, p. 359.

"(...) soyez assurés que d'ici demain il pleuvra et que la récolte de cette année sera la meilleure de toutes : moi et mes compagnons supplierons Dieu pour cela, par l'intercession de sa Très Sainte Mère, grâce aux interventions et aux mérites de laquelle nous avons obtenu et été dignes de grandes grâces134."

158C'est un pari étonnant, un appel audacieux aux Puissances célestes qui, en cas de réponse favorable, transformeraient Cortés en interlocuteur privilégié. Alors, tous les moyens terrestres sont mis en œuvre dans les plus brefs délais. On célèbre une messe solennelle — et le chef communie — dans le but de rentrer dans les bonnes grâces du Très-Haut. Et le miracle se produit. Francisco Cervantes de Salazar rappelle dans quelles circonstances :

  • 135 Ibid., vol. 1, liv. 4, ch. 31, p. 359.

"Peu après la fin de la messe, avant que les nôtres ne descendissent du sanctuaire, alors que le ciel était complètement serein, devant toutes les forces mexicaines, d’épais nuages commencèrent à couvrir une butte appelée Tepeaquilla. Puis il y eut une averse si violente que, malgré le peu de distance qui sépare le sanctuaire du palais, les nôtres et les Indiens qui étaient sortis de chez eux arrivèrent trempés135."

159Et l'auteur signale : "Moctezuma en fut épouvanté." Antonio de Soifs analyse cependant le "miracle" :

  • 136 A. de Solís y Ribadeneyra, Hist., op. cit., liv. 4, ch. 1, p. 302.

"Nous ne discutons pas de l’engagement que prit Cortés lorsqu'il promit des miracles devant des infidèles pour démontrer la valeur de sa religion car peut-être fut-il une impétueuse manifestation de sa piété ; nous ne nous étonnons pas, non plus, de ce prodigieux événement car peut-être eut-il alors cet atome de foi vivante qui permet de mériter et d'obtenir les miracles. Cependant le fait lui-même est si peu conforme aux lois de la raison qu’il semble difficile de croire aux recommandations de Cortés et au génie et à la science de Fray Bartolomé de Olmedo136."

160Soifs ne peut nier l'intervention divine, mais se sent mal à l'aise face à ces événements. Quoi qu'il en soit, la miraculeuse pluie prétendument provoquée par Hernan Cortés est devenue légendaire, et la tradition en a conservé le souvenir.

***

161Le conquérant du Mexique eut néanmoins des émules qui utilisèrent de "miraculeux" changements météorologiques pour renforcer leur prestige parmi les populations indigènes. Hernando de Soto, qui connut bien des difficultés dans le sud des Etats-Unis, parvint lui aussi à fléchir l'Éternel et obtint une pluie salutaire. De Soto — raconte Antonio de Herrera — qui s'apprêtait à hiverner, en 1541, arriva à Casquín où il fit planter une grande croix sur une hauteur voisine, car le pays souffrait de la sécheresse. Le cacique de la région lui avait demandé d'intervenir auprès de son Dieu :

  • 137 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 14, déc. 7, liv. 2, ch. 6, p. 117.

"(...) car lui savait que son Dieu était meilleur que le leur, puisqu'il donnait la victoire à si peu d'hommes opposés à tant d'ennemis. Et il le priait de demander que la pluie tombe sur ses champs car ils souffraient de la sécheresse137."

162On organise alors une procession jusqu'à la croix, on prie à genoux devant plus de vingt mille Indiens, on rentre en chantant des psaumes. Et, ô miracle, la pluie se met à tomber au milieu de la nuit. Tous les êtres qui gravitent autour de De Soto manifestent leur joie et célèbrent le miracle que personne ne met en doute.

163Au Brésil, c’est l'arrêt des précipitations que parvient à obtenir Hans Staden. Il indique, dans le récit de ses aventures parmi les anthropophages, qu'il avait érigé une croix devant sa hutte pour prier fréquemment :

  • 138 Hans Staden de Homberg, Véritable Histoire..., op. cit., ch. 46, p. 199-200.

"J'avais prévenu les sauvages de ne pas la renverser, ou qu'il leur arriverait malheur : ils méprisèrent mes avertissements. Un jour que j'étais avec eux à la pêche, une femme l'arracha, et la donna à son mari pour polir des coquillages dont les sauvages font des colliers, ce qui me fit beaucoup de peine. Les sauvages vinrent alors me prier d’obtenir de mon Dieu que la pluie cessât, disant que sans cela leurs récoltes seraient perdues, car c'était l'époque des semailles. Je leur répondis qu'ils avaient irrité mon Dieu en arrachant la croix près de laquelle j'avais coutume de dire mes prières. Croyant donc que c'était la cause de la pluie, le fils de mon maître se hâta de m'aider à en fabriquer une autre. Il était alors environ une heure après midi. A peine la croix fut-elle placée, que le temps s'éclaircit, bien qu'il eût fait auparavant un violent orage, ce qui les étonna beaucoup ; et ils s'écrièrent que mon Dieu faisait tout ce que je voulais138."

164Hans Staden n'emploie pas le mot "miracle", cependant les indigènes — et de nombreux lecteurs — devaient être persuadés qu'il s'en était produit un. Ce n'est là qu'un de ces nombreux "miracles" qui émaillent les récits du XVIe siècle, surtout ceux des chroniqueurs qui intéressaient ainsi prodigieusement leurs lecteurs.

165Il en est un qui a particulièrement retenu l'attention. Il se produisit au début de la conquête du Pérou, et le héros de l'aventure se nomme Pedro de Candia.

8 - La légende de Pedro de Candia

  • 139 Carlos F. Lummis précise à ce sujet que les Grecs étaient alors considérés dans toute l’Europe comm (...)

166Au cours de sa deuxième expédition maritime dans l'océan Pacifique, à la recherche du Pérou (1526-1528), Francisco Pizarro était resté seul avec quelques fidèles ("los Trece de la Fama") sur l’île de la Gorgona (septembre 1527). Ces hommes résolus décidèrent de continuer l’exploration côtière. Parmi ces conquistadores se trouvait un Grec, Pedro de Candia, un soldat précieux, spécialiste de l'artillerie139, qui se rendit célèbre à cause de l'aventure qui lui advint dans la ville indigène de Túmbez que nos héros avaient pu atteindre.

167Une fois arrivé en vue de Túmbez, Francisco Pizarro décida prudemment d'envoyer en éclaireurs Alonso de Molina et un Noir de l'expédition. Ce dernier fit sensation auprès des Indiens surpris par la couleur de sa peau. Pedro de Cieza de León précise même à ce sujet :

  • 140 P. de Cieza de León, Descubrimiento y Conquista del Perd, op. cit., ch. 20, p. 88.

"(...) comme ils le voyaient noir, ils le regardaient et le firent laver pour voir si sa noirceur était une couleur véritable ou due à quelque onguent, mais lui, découvrant ses dents blanches, éclatait de rire. Et les uns s’approchaient pour l'examiner puis laissaient la place aux autres, et ce manège dura si longtemps qu'il n'avait plus le temps de manger140."

168Mais la surprise des indigènes n'eut d'égale que celle d'Alonso de Molina qui avait pu entrevoir quelques-unes des richesses de l’Empire incasique :

"En revenant sur le navire, il était tellement frappé de stupeur par ce qu’il avait vu, qu'il ne racontait rien."

  • 141 Ibid., ch. 20, p. 88.

169indique Cieza de Leon141. Le rapport d'Alonso de Molina dut exciter la curiosité de Francisco Pizarro et de ses compagnons qui désiraient mieux connaître les immenses richesses qu'ils imaginaient. Il fallait, alors, agir avec prudence et envoyer un autre éclaireur, d'une trempe exceptionnelle, car le danger était grand à cause de l'extrême inégalité numérique. Cet homme fut Pedro de Candia qui portait la barbe et impressionna fortement les Indiens. C'est ce que souligne Girolamo Benzoni dans La Historia del Mundo Nuevo :

  • 142 Girolamo Benzoni, La Historia del Mundo Nuevo, Traducción y notas de Marisa Vannini de Gerulewicz, (...)

"Cependant, il y avait tant d'indiens éparpillés sur cette côte qu'aucun Espagnol ne faisait preuve d'assez de courage pour débarquer, jusqu'à ce que Pedro, originaire de l'île de Candie, prit la résolution d'y aller et, empoignant une épée, il débarqua causant une grande surprise parmi les indigènes qui restaient ébahis en voyant un homme barbu (...)142"

***

170Pedro de Candia — si l'on en croit Cieza de Leon — fut bien accueilli par les autochtones qui lui demandèrent d'utiliser son arquebuse. Il eut beaucoup de succès :

  • 143 P. de Cieza de León, Descubrimiento y Conquista del Perú, op. cit., ch. 21, p. 89-90.

"Quand il tira un coup d'arquebuse, de nombreux Indiens tombèrent sur le sol et d'autres crièrent ; ils estimaient que le Chrétien était très valeureux à cause de sa prestance et de ces coups d'arquebuse qu'il avait tirés...143 "

171Il fallait donc mettre à l'épreuve le courage et la vaillance de l'étranger. Le cacique aurait alors eu une idée qui entraîna l'apparition d'une légende. Cieza de León explique ce qui se passa :

  • 144 Ibid., ch. 21, p. 90.

"(...) et d'aucuns disent que le seigneur de Túmbez ordonna qu'on amenât un puma et un jaguar que l'on avait là-bas, pour voir si Candía saurait se défendre ou s'il serait tué. Ils disent aussi qu’on les amena et qu’on les lâcha sur Candía et que celui-ci, qui avait chargé son arquebuse, fit feu, et qu'encore plus d'indiens qu'auparavant se retrouvèrent, pris de panique, sur le sol ; quant aux animaux, ils s'approchèrent de lui aussi doux que des agneaux. C'est ce que raconta Candía qui ne parla point des Indiens. Le cacique ordonna qu'on les remît où ils étaient et, après avoir demandé l'arquebuse à Candía, il versa dans le canon de nombreux vases de leur vin de maïs en disant : "Bois donc ; puisque l'on peut produire tant de bruit avec toi, tu es semblable au tonnerre du ciel". Et il demanda à Pedro de Candía de s’asseoir144."

172Ce récit montre quelle est la base de la légende. Candía ne semble cependant jamais menacé. Les fauves que l'on amène, passablement apeurés par le bruit de la détonation, ne représentent qu’une sorte d'épreuve voulue par le cacique qui, dans le fond, admire l'étranger et lui prouve même sa sympathie. Il s'agit de se convaincre de ce que l'on a imaginé : le nouveau venu ne connaît pas la peur, c'est un être exceptionnel, peut-être l'un des compagnons de Viracocha que l'on respecte tant.

173La légende va évoluer. Francisco López de Gómara ne souffle mot de l'affaire, mais Girolamo Benzoni, dont l''Historia paraît en 1565, insiste toujours sur l'aspect amical de l'entrevue ("Il fut reçu avec beaucoup d’affection par le chef des indigènes.") Il ne montre pas que Candfa a subi une épreuve, et se contente d'expliquer :

  • 145 G. Benzoni, La Historia del Mundo Nuevo, op. cit., liv. 3, p. 193.

"(...) il vit dans l'embrasure de la porte certains animaux qui ressemblaient à des lions ['pumas'] et deux tigres ['jaguars'] qui, cependant ne lui firent aucun mal145."

  • 146 Il s'agit de pumas et de jaguars que les Espagnols appelaient león et tigre sans chercher à les dis (...)

174Notons simplement, au passage, qu'il n'y a, pour Benzoni, aucune intention hostile de la part des Indiens, bien au contraire — le cacique offre ensuite des bijoux à Pedro de Candía — et le nombre des fauves a grandi : il y a maintenant 2 jaguars ("tigres") auprès de plusieurs pumas ("leones")146.

175Pour Antonio de Herrera, Pedro de Candía n'était pas seul, il était accompagné du Noir qui, d'après Cieza de León avait débarqué avec Alonso de Molina. Et, bien entendu, le Noir aurait aussi subi l'épreuve des fauves :

  • 147 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 7, déc. 3, liv. 10, ch. 5, p. 449.

"Le seigneur ordonna que l’on amenât un jaguar et un puma pour voir s'ils sauraient se défendre ; lui [Candía] tira un coup d'arquebuse et plus d'indiens épouvantés se retrouvèrent sur le sol qu'auparavant, et les animaux, très doux, s'approchèrent de lui, puis le cacique ordonna qu'on les remît où ils étaient (...)147 "

176Il y a, en fait, fort peu de différences entre la version de Pedro de Cieza de León et celle d'Antonio de Herrera, hormis la présence du Noir dans le second cas. Mais peut-être Herrera s'est-il trompé car il ne mentionne pas ce témoin — cependant très important — quand il précise comment l'information fut diffusée :

  • 148 Ibid., vol. 7, déc. 3, liv. 10, ch. 5, p. 449.

"Candía le dit et de nombreux Indiens le racontèrent, et ainsi on le tient pour vrai148."

177On voit d'ailleurs que pour Antonio de Herrera la multiplicité des témoignages suffit à prouver la véracité des faits rapportés.

***

178L'Inca Garcilaso de la Vega qui écrit la deuxième partie de ses Comentarios Reales à la même époque, présente l'aventure de Pedro de Candia sous un jour très différent. L'Inca Garcilaso ne mentionne pas Alonso de Molina, et montre la détermination de Pedro de Candia :

  • 149 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú..., op. cit., liv. 1, ch. 11, p. 31.

"Je suis décidé à partir seul pour voir ce qu'il y a dans cette vallée. Si l'on me tuait, la perte d'un seul compagnon serait infime ou nulle, et si je parvenais à réaliser ce que nous souhaitons, notre victoire n'en serait que plus grande149."

179déclare-t-il avant son départ.

180Le héros s'arme alors comme un chevalier et — détail d'importance — se munit d'un crucifix, mais d'un crucifix d'une taille respectable qui pourrait servir de massue :

  • 150 Ibid., liv. 1, ch. 11, p. 31.

"(...) et arborant dans sa main droite une croix de bois de plus d'une vare [84 cm], dans laquelle il avait plus de confiance que dans ses armes, car elle était le symbole de notre rédemption150."

181La religion est ainsi intimement associée à l'aventure. Cependant Candia ressemble plutôt à un preux de l'ancien temps :

  • 151 Ibid., liv. 1, ch. 11, p. 31.

"Quand Pedro de Candia arriva au village il trouva la forteresse et la place pleines de gens armés prêts à combattre. Tous furent remplis d'étonnement en voyant une chose aussi étrange ; ils ne savaient que lui dire et n'osèrent pas lui faire de mal car il paraissait être, à leurs yeux, une chose divine151."

182Cet individu, très grand — Garcilaso a connu son fils et peut le décrire —, imposant et bardé de fer avait de quoi impressionner les Indiens. Ces derniers essayent alors de mieux connaître cet étrange personnage en utilisant la meilleure arme qu'ils possèdent : un jaguar ("tigre") et un puma ("león") qui avaient été confiés par Huayna Cápac aux chefs de la région :

  • 152 Ibid., liv. 1, ch. 11, p. 31.

"Pour comprendre qui il était, les chefs, et le curaca avec eux, décidèrent de lâcher sur lui le puma et le jaguar que Huayna Cápac leur avait confiés, comme nous l'avons signalé dans le récit de sa vie, afin qu’ils le missent en pièces. Et ils mirent en œuvre cette décision152."

183Et, d’après Garcilaso, c'est le crucifix qui aurait réalisé un véritable miracle :

  • 153 Ibid., liv. l, ch. 12, p. 32.

"(...) ces féroces animaux, à la vue du Chrétien et surtout du signe de la Croix, s'approchèrent de lui sans cette férocité naturelle qu'ils avaient, et comme s'ils étaient deux chiens qu'il eût élevés, ils se caressèrent contre lui et se couchèrent à ses pieds153."

184Alors Pedro de Candía caresse les animaux et les touche avec sa croix :

  • 154 Ibid., liv. 1, ch. 12,p. 32.

"(...) il plaça la croix sur eux, en incitant ces païens à penser que la vertu de ce symbole apprivoisait et faisait disparaître la férocité des animaux sauvages (...)154 "

  • 155 Albert Garcia, La découverte et la conquête du Pérou : Essai d'interprétation de la psychologie des (...)

185Le récit a considérablement évolué. Nous nous trouvons maintenant dans le domaine de la légende. Le héros, chevalier et missionnaire à la fois, champion du christianisme, évolue dans un monde hostile et païen en comptant avant tout sur l'arme de la religion. Il n'est plus question d'arquebuse ni de rapports amicaux. Seule l'opposition paganisme-christianisme semble importante. Et l'on peu fort bien parler ici, en reprenant les termes d'Albert Garcia, de "scène hagiographique digne des premiers temps de l’ère chrétienne"155.

186Mais l'évolution de la légende n'est pas terminée.

***

  • 156 Son texte s'intitule : Relación sumaria de la entrada de los españoles en el Perú hasta que llegó e (...)

187Une relation de la première moitié du XVIIe siècle, écrite par Fray Pedro Ruiz Naharro, provincial de l'ordre de la Merci à Lima, en fournit la preuve156. Les faits y sont présentés de curieuse manière :

  • 157 Ibid., p. 59.

"Pedro de Candia, sans autres armes qu'un crucifix à la main et une image de Notre Dame sur la poitrine, s'arrêta quelques instants pour se recommander à Dieu et fut bientôt environné d'indiens tout étonnés d'une apparition si nouvelle. Enfin, ils amenèrent un tigre enchaîné qu'ils lâchèrent contre lui. Mais cet animal, après avoir fait mille gambades comme un chien qui reconnaît son maître, vint se coucher à ses pieds. Pedro de Candia le toucha avec la croix, le caressa de la main et lui ordonna de s'en aller sans faire aucun mal aux Indiens, qui furent tout étonnés de ce prodige ; car c'était un des animaux les plus féroces de leur pays, et on lui sacrifiait des Indiens qui lui servaient de nourriture157."

188Avec ce texte de Pedro Ruiz Naharro, nous constatons que la décantation — que l'on apercevait déjà dans la version de Garcilaso — s'est poursuivie. Alonso de Molina, maintenant, n'existe plus. Pedro de Candia est seul. Il débarque sans autres armes que celles de la religion chrétienne. Son caractère a subi une profonde transformation. C'est un missionnaire exalté et non plus un valeureux Don Quichotte qui subit sans broncher une épreuve initiatique. Il se trouve seul, face à un seul fauve, redoutable et presque diabolique, présenté comme une véritable idole assoiffée de sang. La croix, les caresses dont il gratifie l'animal, le désintéressement qu'il manifeste pour son propre sort — alors que la vie des Indiens compte beaucoup plus pour lui —, tout cela hisse le personnage de Pedro de Candia sur un piédestal réservé d'ordinaire aux prophètes (Daniel) ou aux saints martyrs (Blandine). Il est évident qu'une telle version des "faits" ne peut être due qu'à un religieux.

189La légende est devenue célèbre. Antonio de Alcedo la rappelle brièvement dans son article sur la ville de Túmbez :

  • 158 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 4, p. 127 (art. "Túmbez").

"(...) l'un des soldats, Grec, originaire de l'île qui porte son nom, le premier qui foula ce sol où se produisit le prodige de l'humiliation, devant une croix que ce soldat tenait à la main, d'un puma furieux que les Indiens lâchèrent contre lui pour qu'il le mît en pièces, ce qui les incita à se soumettre aux Espagnols (...)158"

190Et dans la première moitié du XVIIIe siècle, Bartolomé Arzans de Orsúa explique :

  • 159 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 1, part. 1, liv. 1, ch. 3, p. 17.

"(...) Pedro de Candía (Grec de naissance et orginaire de Candie) qui n'était accompagné que d'un Noir et qui, s'approchant des Indiens, vit que ceux-ci lâchèrent sur lui un jaguar et un puma qui devaient le mettre en pièces. Mais lorsque Pedro de Candía arriva tout près, ils perdirent leur férocité au pied de la croix qu’il tenait dans sa main159."

***

191En 1536, dans la région du Río de la Plata, on constate l’apparition d’une autre légende qui met en scène une Européenne et une leona.

  • 160 Cf. R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 12, p. 76-77 et ch. 13, p. 81. L'abbé (...)
  • 161 Cf. Vicente D. Sierra, Historia de la Argentina, op. cit., liv. 2, ch. 10, par. 11, p-568.

192Pedro de Mendoza vient de fonder Buenos Aires — le 2 février 1536 —, mais la colonie qui s’est établie là manque cruellement de vivres, à tel point que l’on a pu signaler des cas d’anthropophagie parmi les Européens. Et, d'après Ruy Díaz de Guzman, qui nous conte l’aventure au début du XVIIe siècle, une Espagnole, tenaillée par la faim, aurait quitté le camp fortifié pour chercher de la nourriture, désobéissant ainsi aux ordres très stricts du gouverneur160. Cette femme était appelée La Maldonada. Vicente D. Sierra précise qu’il s'agirait en fait de Catalina de Vadillo, l'épouse de Francisco de Vadillo161.

193Elle parvint à quitter le camp et suivit la côte. La nuit venue, elle se mit en quête d’un refuge. Elle entra alors dans une grotte où elle se trouva nez à nez avec une "féroce lionne qui douloureusement mettait bas". La "lionne" — c'est bien naturel dans de telles circonstances — montra une certaine agressivité, mais elle se calma bientôt. Et, raconte Ruy Díaz de Guzman :

  • 162 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 12, p. 77.

"(...) en se montrant très affectueuse elle s'approcha ainsi de celle qui n’attachait plus grand prix à sa vie, et elle, reprenant son courage, l’aida dans sa mise bas où elle donna le jour à deux lionceaux ; elle demeura quelques jours avec la lionne qui lui permettait de se nourrir avec la chair des animaux qu’elle apportait (...)162 "

194La Maldonada fut, peu de temps plus tard, retrouvée par des Indiens qui la ramenèrent au bercail.

195Le P. Charlevoix, qui raconte l’aventure dans son Histoire du Paraguay — et nomme la femme Maldonata —, précise que l’héroïne fut obligée de quitter la caverne car elle fut abandonnée par la "lionne" :

  • 163 P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 1, p. 38.

"Elle alloit, tous les jours chercher de quoi vivre, & elle ne manqua jamais de mettre aux pieds de Maldonata sa provision pour toute la journée. Cela dura tant que ses Petits la retinrent dans la Caverne ; dès qu’elle les en eut tirés, Maldonata ne la revit plus, & fut obligée d’aller chercher ailleurs de quoi subsister163."

196Mais cette aventure eut une suite. Pedro de Mendoza, parti pour l’Espagne, fut remplacé à Buenos Aires par Francisco Ruiz Galán. Ce dernier voulut punir La Maldonada et ordonna qu’on la livrât aux fauves qui pullulaient à cette époque-là ("une terrible invasion de pumas, jaguars et onces"). La malheureuse fut attachée à un arbre à une lieue de l’agglomération. C’est alors que se produisit un deuxième miracle :

  • 164 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 13, p. 81.

"(...) on la ligota à un arbre et on l’abandonna à environ une lieue du village, où cette nuit-là un grand nombre de fauves s'assemblèrent pour la dévorer ; parmi eux se trouvait la lionne que cette femme avait aidée à mettre bas et qui, l’ayant reconnue, la protégea des autres qui voulaient la mettre en pièces164."

197Cette situation dura encore un jour et une nuit. Les soldats qui étaient revenus pour s'enquérir du sort de La Maldonada, la délivrèrent aussitôt :

  • 165 Ibid., liv. 1, ch. 13, p. 81.

"Les soldats détachèrent la femme et l'emmenèrent. La lionne demeura là en poussant de sauvages rugissements, exprimant sa peine de rester seule après le départ de sa bienfaitrice et démontrant en outre sa bonne volonté, sa gratitude et une humanité qui avait fait défaut aux hommes165."

198Cette légende, qui ressemble beaucoup à un conte, dut enchanter le public. Le P. Charlevoix précise bien que Ruy Díaz de Guzman fut le premier qui l'ait mentionnée :

  • 166 P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 1, p. 39.

"L'Auteur de l''Argentina, qui le premier a écrit cette avanture, assure qu'il l'avoit apprise de la voix publique, & de la bouche même de Maldonata, & le Pere del Techo dit, que quand il arriva au Paraguay, plusieurs personnes lui en parlerent comme d'un événement, qui s'étoit passé de leur temps, & que personne ne révoquoit en doute166."

199Il faut, si l'on en croit le P. Charlevoix, reconnaître la grande popularité de cette curieuse légende au Paraguay et dans la région du Río de la Plata.

Notes

1 Lucien Febvre, Le problème..., op. cit., 2e part., liv. 2, ch. 4, par. 6, p. 407.

2 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 1, liv. 2, ch. 17, p. 179.

3 Poema de Mio Cid, Edición y notas de Ramón Menéndez Pidal (...), Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1960 (9e éd.), col. "Clásicos Castellanos" no 24, Cantar del Destierro, 19, vers 404-410, p. 127-128.

4 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 28, ch. 2, p. 179.

5 Fray J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 2, p. 112.

6 A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 100.

7 R. P. Pierre François-Xavier de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 1, p. 45.

8 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 50, ch. 10, p. 330.

9 Cf. Fray A. de Remesal, Hist. Gen., op. cit., II, liv. 11, ch. 16, p. 441.

10 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 6, p. 186.

11 Las cosas que Pero Lopez de Mesa habia de pedir á Su Magestad en favor de la Ciudad de la Concepcion de la isla Española para su poblacion (1523), dans CODOIN, vol. 10, p. 562-563. Ce document se trouve à l'A.G.I. (Patronato, leg. 18).

12 P. F.-X. de Charlevoix, Hist. S. Dom., op. cit., t. 1, liv. 6, p. 479.

13 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 94, p. 346.

14 Ibid., vol. 1, ch. 94, p. 346-347.

15 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 10, ch. 9, p. 427.

16 Ibid., vol. 5, déc. 2, liv. 10, ch. 9, p. 427.

17 F. López de Gómara, H isp. Vict., op. cit., II, p. 364.

18 A. de Solís y Ribadeneyra, Hist., op. cit., liv. 3, ch. 18, p. 295.

19 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú..., op. cit., liv. 2, ch. 25, p. 125.

20 Capitán Alonso de Góngora Marmolejo, Historia de Chile desde su descubrimiento hasta el año de 1575, compuesta por el capitán Alonso de Góngora Marmolejo, dans Crónicas del Reino de Chile, op. cit., ch. 38, p. 151.

21 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 3, part. 2, ch. 28, p. 530.

22 Ibid., liv. 3, part. 2, ch. 28, p. 530.

23 J. Lafaye, Quetzalcóatl..., op. cit., liv. 2, ch. 3, p. 266.

24 Ibid., liv. 2, ch. 3, p. 266-267.

25 F. López de Gómara, H isp. Vict., op. cit., II, p. 309.

26 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 1, liv. 2, ch. 33, p. 200.

27 Ibid., vol. 1, liv. 2, ch. 33, p. 200.

28 Ibid., vol. 1, liv. 3, ch. 6, p. 216.

29 Gabriel Lobo Lasso de la Vega, Mexicana (1594), Estudio preliminar y edición de Don José Amor y Vázquez, Madrid, Ediciones Atlas, 1970, col. "B.A.E." no 232, canto 23, str. 45, p. 180.

30 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 32, ch. 7, p. 419-420.

31 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú..., op. cit., liv. 2, ch. 24, p. 125.

32 Fr. Reginaldo de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 2, ch. 31, p. 144.

33 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 10, p. 323-324.

34 P. de Valdivia, Relación, op. cit., p. 55. Il le répète dans la lettre qu'il adresse à Charles Quint le 26 octobre 1552. Cf. Pedro de Valdivia, [Carta] Al Emperador Carlos V - Concepción, 15 de octobre de 1550, dans Crónicas del Reino de Chile, Edición y prólogo de Francisco Esteve Barba, Madrid, Atlas, 1960, col. "B.A.E.” no 131, p. 60.

35 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 3, part. 1, ch. 20, p. 513.

36 Cf. A. de Góngora Marmolejo, Hist. de Chile, op. cit., ch. 11, p. 94-95.

37 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 3, ch. 15, p. 208.

38 J. H. Parry, The Age of Reconnaissance, Op. cit., part 1, ch. 1, p. 30.

39 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 34, p. 149-150.

40 J. Delumeau, La Peur en Occident..., op. cit., 1ère part., ch. 2, par. 1, p. 103.

41 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 50, ch. 8, p. 319.

42 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 1, ch. 92, p. 264.

43 Ibid., vol. 1, liv. 1, ch. 92, p. 264-265.

44 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., t. 1, liv. 5, ch. 12, fol. 11 v°-12 r°.

45 Ibid., t. 1, liv. 5, ch. 13, fol. 13 r°

46 Voir supra, ch. 20, par. 3.

47 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 5 et 6, p. 247.

48 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú..., op. cit., liv. 2, ch. 38, p. 162.

49 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 1, ch. 60, p. 46.

50 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 1, part. 2, ch. 30, p. 299.

51 Ibid., liv. 1, part. 2, ch. 30, p. 299.

52 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., parte III, Historia de Antioquía, canto II, p. 511.

53 Pedrarias de Almesto, Relación..., op. cit., p. 127.

54 T. de Ortiguera, Jornada del río Marañón..., op. cit., ch. 21, p. 342.

55 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 172.

56 Ibid., II, p. 383.

57 J.-B. Sanséla, Relation..., op. cit., t. 141 (1854, t. 1), p. 39.

58 Hernando Pizarro, Carta de Hernando Pizarro a la Audiencia de Santa Domingo (23-XI-1533), dans Biblioteca Peruana, Primera Serie, op. cit., vol. 1, p. 128.

59 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., parte III, Elogio de Gaspar de Rodas, canto 1, p. 544.

60 Fr. A. de Remesal, Hist. Gen., op. cit., II, liv. 9, ch. 12, p. 233.

61 Maestre Joan, Relación. op. cit. Voir supra, ch. 19, par. 2.

62 Ibid., p. 64.

63 Ibid., p. 64.

64 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 2, ch. 12, p. 59.

65 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 4, déc. 2, liv. 4, ch. 1, p. 289.

66 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. I, liv. 2, ch. 3, p. 40.

67 Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., part. 1, ch. 35, par. 204, p. 121.

68 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 49, p. 185.

69 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 1, ch. 130, p. 450.

70 P. Manuel Rodríguez, El Marañón..., op. cit., liv. 2, ch. 5, p. 92-93 et liv. 5, ch. 12, p. 334- 335.
-P. B. Cobo, Hist., op. cit., liv. 13, ch. 19, p. 198.
-Voir également A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 3, p. 399-400. (art. "Supay-Urcu”).

71 J. Delumeau, La Peur en Occident..., op. cit., part. 2, ch. 7, p. 304.

72 P. Duviols, La lutte..., op. cit., ch. I, p. 29.

73 P. de Castañeda de Nágera, Relation..., op. cit., part. 1, ch. 8, p. 36-37.

74 Voir à ce sujet : André Saint-Lu, "Secousses sismiques, perturbations psychiques et remous socio-politiques à Santiago de Guatemala", dans La Ville en Amérique Espagnole Coloniale, Séminaire Interuniversitaire sur l'Amérique Espagnole Coloniale, Premier Colloque, 4 et 5 juin 1982, Paris, université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, Service des Publications, 1984, p. 215-232.

75 Cf. l'Introduction d'Edmundo O'Gorman dans Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., p. CXIV.

76 Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., part. 1, ch. 69, par. 500, p. 288.

77 Ibid., part. 1, ch. 69, par. 501, p. 289.

78 Ibid., part. 1, ch. 69, par. 503, p. 290. Francisco López de Gómara rapporte ces mêmes propos (Hisp. Vict., op. cit., I, p. 286).

79 Ibid., part. 1, ch. 69. par. 503, p. 290.

80 Relación de lo que fue Dios servido y acaeció, sábado dos horas despues de anochecido, á diez dias del mes de Setiembre, de 1541 años, en la ciubdad de Santiago de Guatemala, dans CODOIN, vol. 3, p. 384. G. Fernández de Oviedo reproduit presque littéralement ce passage ; cf. Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 41, ch. 3, p. 360.

81 Cf. A. Saint-Lu, "Secousses sismiques...", art. cit., p. 223.

82 Relación de lo que fue Dios servido..., op. cit., p. 384.

83 Cf. Fr. T. de Benavente (Motolinía), Memoriales, op. cit., part. 1, ch. 69, p. 288, n. 7. Cette Relación — d’après J. García Icazbalceta — a été publiée à México par Juan Cromberger en 1541, et aussi en Espagne (s.d.).

84 Ibid., part. 1, ch. 69, par. 503, p. 290.

85 Ibid. part. 1, ch. 69, par. 502, p. 290. Cf. également, A. de Herrera y Tordesillas, Historía Gen., op. cit., vol. 14, déc. 7, liv. 2, ch. 13, p. 155-156.

86 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 9, p. 27.

87 A. Saint-Lu, "Secousses sismiques...", art. cit., p. 223.

88 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 286. On retrouve cette indication chez Fr. A. de Remesal, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 6, p. 277.

89 Voir supra, ch. 3, par. 4.

90 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 128, p. 463.

91 Cristóbal Colón, Cuarto y último viaje de Cristóbal Colon, dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 1, p. 237.

92 Deux Tables étaient particulièrement utilisées à l’époque : les Ephemerides Astronomicæ de Johann Regiomontanus (ou Millier), ouvrage publié en 1474, et l’Almanach perpetuum d’Abraham Zacuto. Cf. H. Colón, Hist…, op. cit., ch. 103, p. 337, n. 180.
L’éclipse eut lieu dans la nuit du 29 février au 1er mars 1504 (c’était une année bissextile). Cette éclipse totale avait les mêmes caractéristiques que celle du 17 octobre 1986. Comme une éclipse de lune "se produit de façon presque identique tous les 18 ans 11 jours 8 heures", il est aisé, en comptant les Saros (nom de la période en question) et en remontant le temps de connaître les caractéristiques des différentes éclipses. L’article d’Yves Delaye, "Quand la lune sauva Christophe Colomb", dans Science et Vie no 829 (octobre 1986), p. 142-144, nous apprend que l’éclipse du 1er mars 1504 devait être particulièrement impressionnante : "(...) la pleine lune se lève à l’horizon puis devient progressivement rouge sang avant de disparaître". On sait, d’après l’échelle établie par l’astronome français André Danjon, que les éclipses totales de lune peuvent avoir 4 couleurs différentes (du gris, ou brun, à l’orange). La couleur rouge sang de l’éclipse de 1504, s'ajoutant au mystère du phénomène et de la prédiction de l'Amiral avait de quoi affoler les Indiens naïfs et superstitieux de la Jamaïque.

93 H. Colón, Hist...., op. cit., ch. 103, p. 337-338.

94 J. Juan et A. de Ulloa, Relación Historica..., op. cit., t. 3, liv. 2, ch. 3, p. 273.

95 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., t. 3, liv. 10, ch. 9, fol. 21 r°

96 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 42, ch. 11, p. 420-421.

97 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 283. A. de Herrera y Tordesillas reprend ces propos ; cf. Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 4, ch. 7, p. 395.

98 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 8, ch. 5, p. 119.

99 Abbé Brasseur de Bourbourg, "Voyage sur l'isthme de Tehuantepec, dans l'Etat des Chiapas et la république de Guatémala, dans les années 1859 et 1860", 1ère part, suite et fin, dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 159 (1862, t. 1), p. 54.

100 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), texte náhuatl du liv. XII, ch. 13, trad. de G. Baudot, dans Récits aztèques de la Conquête, op. cit., p. 72.

101 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 12, déc. 6, liv. 3, ch. 19, p. 279-280.

102 A. de Góngora Marmolejo, Hist. de Chile, op. cit., ch. 33, p. 142-143.

103 Garcilaso de la Vega (El Inca), La Florida del Inca, op. cit., 2e part., liv. 2, ch. 12, p. 336.

104 Ibid., 2e part., liv. 2, ch. 12, p. 336. A. de Herrera y Tordesillas, qui rapporte, lui aussi, les faits, signale à propos de De Soto : "prudentemente, con risa, admitió la excusa, diciendo que los indios eran tan grandes hechiceros, que de ellos creía cualquier cosa (...)". Cf. Historia Gen., op. cit., vol. 13, déc. 6, liv. 7, ch. 12, p. 155.

105 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 7, p. 307.

106 P. de Andagoya, Relación..., op. cit., p. 237.

107 J. Rodríguez Freyle, El Carnero, op. cit., ch. 9, p. 129.

108 L. Febvre, Le problème..., op. cit., I, liv. 2, ch. 3, p. 203.

109 G. Atkinson, Les nouveaux horizons..., op. cit., I, ch. 10, p. 272.

110 G. Fernández de Oviedo. Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 33, ch. 47, p. 228.

111 Fray Antonio Caulín, Historia Corográfica, Natural y Evangélica de la Nueva Andalucía, Provincias de Cumaná, Nueva Barcelona, Guayana y vertientes del Rio Orinoco, por Fray Antonio Caulín Dos veces Provincial de los Observantes de Granada, dans Historiadores de Indias III - Venezuela, op. cit., IV, ch. 7, p. 525.

112 Cf. F. Esteve Barba, Historiografía Indiana, op. cit., ch. 7, par. 6, p. 319.

113 J. de Oviedo y Baños, Hist., op. cit., II, ch. 1, p. 41.

114 Cf. F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 176.

115 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 1, liv. I, ch. 7, p. 25.

116 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 3, ch. 8, p. 309.

117 Cf. Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 56, p. 198.

118 Cf Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 1, ch. 86, p. 69.

119 Fr. A. Caulín, Historia Corografíca..., op. cit., IV, ch. 2, p. 506.

120 Fr. A. de Remesal, Hist. Gen., op. cit., I, liv. 3, ch. 4, p. 196.

121 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 2, p. 207 (art. "Huatulco (Santa Maria de)").

122 P. Pizarro, Relación..., op. cit., p. 521.

123 P. Manuel Rodríguez, El Marañón..., op. cit., liv. 1, ch. 6, p. 25.

124 Ibid., liv. 5, ch. 4, p. 307.

125 Carta que escribieron varios padres de la órden de Santo Domingo, residentes en la isla Española á Mr. de Xevres (4-VI-15I6), op. cit., p. 408.

126 Esta es la relación y suceso de las cosas que han sucedido y pasado en el descubrimiento de las islas que el ilustre Sr. Álvaro Davendaña fué á descubrir el ano de 1567 hasta el año de 1568, por mandado del muy ilustre Señor el Licenciado Castro, Su tío, Gobernador y presidente de los reinos del Perú. Va sacada De verbo ad verbum de la que al Señor Presidente se le envió, el tenor de la cual es el que se sigue. Dans CODOIN, vol. 5, p. 223-224.

127 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 2, 2e part., ch. 21, p. 434.

128 Voir supra, ch. 19, par. 3.

129 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 7, ch. 27, p. 243.

130 Ibid., liv. 7, ch. 27, p. 243.

131 A. de Solís y Ribadeneyra, Hist., op. cit., liv. 3, ch. 5, p. 271.

132 Ibid., liv. 4, ch. 1, p. 301.

133 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 31, p. 358-359.

134 Ibid., vol. 1, liv. 4. ch. 31, p. 359.

135 Ibid., vol. 1, liv. 4, ch. 31, p. 359.

136 A. de Solís y Ribadeneyra, Hist., op. cit., liv. 4, ch. 1, p. 302.

137 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 14, déc. 7, liv. 2, ch. 6, p. 117.

138 Hans Staden de Homberg, Véritable Histoire..., op. cit., ch. 46, p. 199-200.

139 Carlos F. Lummis précise à ce sujet que les Grecs étaient alors considérés dans toute l’Europe comme des spécialistes de l'artillerie. D'ailleurs n'attribuait-on pas à Callinicos l'invention du célèbre feu grégeois qui brûlait même au contact de l'eau et que l'on ne savait plus fabriquer ? Cf C. F. Lummis, Los Exploradores Españoles del siglo XVI..., op. cit., part. 3, ch. 2, p. 183.

140 P. de Cieza de León, Descubrimiento y Conquista del Perd, op. cit., ch. 20, p. 88.

141 Ibid., ch. 20, p. 88.

142 Girolamo Benzoni, La Historia del Mundo Nuevo, Traducción y notas de Marisa Vannini de Gerulewicz, Estudio preliminar de Leon Croizat, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 1967, Biblioteca de la Academia Nacional de la Historia, no 86 - Fuentes para la Historia Colonial de Venezuela, liv. 3, p. 193.

143 P. de Cieza de León, Descubrimiento y Conquista del Perú, op. cit., ch. 21, p. 89-90.

144 Ibid., ch. 21, p. 90.

145 G. Benzoni, La Historia del Mundo Nuevo, op. cit., liv. 3, p. 193.

146 Il s'agit de pumas et de jaguars que les Espagnols appelaient león et tigre sans chercher à les distinguer de ces derniers.

147 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 7, déc. 3, liv. 10, ch. 5, p. 449.

148 Ibid., vol. 7, déc. 3, liv. 10, ch. 5, p. 449.

149 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú..., op. cit., liv. 1, ch. 11, p. 31.

150 Ibid., liv. 1, ch. 11, p. 31.

151 Ibid., liv. 1, ch. 11, p. 31.

152 Ibid., liv. 1, ch. 11, p. 31.

153 Ibid., liv. l, ch. 12, p. 32.

154 Ibid., liv. 1, ch. 12,p. 32.

155 Albert Garcia, La découverte et la conquête du Pérou : Essai d'interprétation de la psychologie des conquistadors et de leur comportement envers les Indiens, Doctorat d'État présenté par Albert Garcia, sous la direction de Monsieur le Professeur Frédéric Mauro, Paris, Université de Paris X - Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Nanterre, 1970 (Thèse dactylographiée), t. 1, part. 3, ch. 4, p. 47.

156 Son texte s'intitule : Relación sumaria de la entrada de los españoles en el Perú hasta que llegó el licenciado Baca de Castro. J. B. Muñoz, qui l'a recopié lui-même — il figure dans le t. 59 de sa collection, fol.109 r°-122 r°—, précise qu'il l'a trouvée à la fin de 1’Apología por la verdad écrite par Fray Pedro Ruiz Naharro qui était conservée dans les archives de son ordre. Une traduction française de cette relation a été publiée par H. Ternaux-Compans dans les Nouvelles Annales des Voyages, t. 101 (1844), p. 56-81, avec le titre suivant : Relation de la découverte et de la Conquête du Pérou, extraite de l'ouvrage inédit du P. Pedro Ruiz Naharro, de l'ordre de la Merci de la province de Lima ; intitulé : Apología por la Verdad. C'est cette traduction que nous utilisons ici.

157 Ibid., p. 59.

158 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 4, p. 127 (art. "Túmbez").

159 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 1, part. 1, liv. 1, ch. 3, p. 17.

160 Cf. R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 12, p. 76-77 et ch. 13, p. 81. L'abbé Delaporte écrit (dans Le Voyageur François..., op. cit., t. 13, lettre 153, p. 14) qu’il fut interdit de quitter la ville car "il étoit dangereux d'accoutumer les Infideles à verser le sang des Chrétiens".

161 Cf. Vicente D. Sierra, Historia de la Argentina, op. cit., liv. 2, ch. 10, par. 11, p-568.

162 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 12, p. 77.

163 P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 1, p. 38.

164 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 13, p. 81.

165 Ibid., liv. 1, ch. 13, p. 81.

166 P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 1, p. 39.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search