Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Troisième partie : Le temps de l'épopée

Chapitre XIX. Les exploits physiques et "sportifs"

Texte intégral

1L'exploration et la conquête de l'espace américain ont obligé certains êtres à se surpasser, à tout mettre en œuvre pour survivre dans un univers périlleux. Il est quasiment impossible de recenser l'ensemble des prouesses réalisées, en des lieux très variés, durant la période d'expansion. Nous ne retiendrons donc que quelques-uns de ces exploits qui, par leur caractère exemplaire et l'admiration qu'ils ont suscitée, sont devenus légendaires. Il est très naturel que des hommes, si souvent mis à l'épreuve et constamment exposés aux dangers d'un environnement hostile, aient salué dignement ceux qui, parmi eux, avaient accompli de prodigieuses actions en démontrant leurs extraordinaires qualités physiques ou leur exceptionnelle endurance. Certains noms sont demeurés dans les mémoires et les récits de leurs prouesses ont fait grand bruit.

1 - L'odyssée de Diego Méndez

2Parti de Cadix, le 9 mai 1502, Christophe Colomb entreprit un quatrième voyage aux Indes Occidentales. Ce voyage fut le plus long et dura 26 mois. Officiellement écarté d'Hispaniola, gouvernée alors par Nicolas de Ovando, Colomb voyagea du côté du Honduras, du Nicaragua, du Costa-Rica et du Panama, où il dut essuyer de fortes tempêtes. L'Amiral, malade et déçu, chercha enfin à regagner l'Espagne. Après un passage dans l'archipel nommé Jardín de la Reina, au sud de Cuba, il ne put, à cause de la terrible broma qui s'était attaquée à ses vaisseaux, songer à atteindre Hispaniola afin que ses équipages affamés et épuisés recouvrassent quelques forces. Cependant, il arriva péniblement, avec les deux caravelles vermoulues qui lui restaient, à aborder à la Jamaïque. Toute réparation était impossible et les Indiens ne se montraient pas particulièrement accueillants. Il ne restait plus aucune chaloupe et la situation s'avérait critique. Il n'y avait d'autre solution que de se tourner vers Nicolás de Ovando. Mais celui-ci n'était pas disposé à soutenir l'Amiral. Il le prouva, d’ailleurs, en retardant, à dessein, les secours dont Colomb avait tant besoin.

3Pour l'heure, il fallait parer au plus pressé car les survivants harassés et manquant de nourriture pouvaient montrer leur colère en s'en prenant à leur capitaine. La seule solution, inouïe, insensée, inhumaine, que l'on devait envisager, consistait à envoyer des émissaires à Hispaniola pour essayer d'obtenir un vaisseau de l'inflexible Ovando. Mais comment se rendre à Hispaniola alors que l'on n'avait d'autres embarcations que les frêles pirogues indigènes ? Et qui serait assez fou pour tenter d'affronter ainsi les périls de la mer et parcourir 450 milles en pagayant ? Un seul être était capable de se lancer à corps perdu dans l'aventure : le fidèle Diego Méndez.

4Cet hidalgo avait aidé l'Amiral à plusieurs reprises et ses interventions au cours du quatrième voyage avaient, régulièrement, été couronnées de succès. Il rappelle d'ailleurs, dans son testament daté du 6 juin 1536, combien Christophe Colomb, son fils don Diego, et son petit-fils don Luis, lui sont redevables :

  • 1 Diego Méndez, Relation hecha por Diego Méndez de algunos acontecimientos del último viaje del Almi (...)

"(…) ils sont mes obligés pour de nombreux et grands services que je leur ai rendus et pour lesquels j'ai employé le meilleur de ma vie jusqu'à la terminer à leur service. J'ai tout spécialement servi le grand Amiral don Cristóbal, en suivant Sa Seigneurie lors de la découverte des îles et du continent, m'exposant alors de nombreuses fois à des périls mortels pour sauver sa vie et celle de ceux qui l'accompagnaient et se trouvaient avec lui (…)1"

  • 2 Ibid., p. 241.

5Il mentionne, en particulier, l'audacieuse embuscade qu'il organisa pour s'emparer d’un cacique qui se disposait à attaquer l'expédition, alors que les caravelles, s'étant témérairement aventurées dans le "río de Belén ou Yebra"2, sur la côte de l'isthme de Panama, ne pouvaient se dégager après une baisse du niveau des eaux.

  • 3 Cristóbal Colón, [Carta] A mi muy caro fijo don Diego Colón ([Sevilla], 18-1-1505), dans M. Fernán (...)
  • 4 Cristóbal Colón, [Carta] A mi muy caro fijo don Diego Colón. En la corte (Sevilla, 5-11-1505), dan (...)
  • 5 Cristóbal Colón, [Carta] A mi muy caro fijo don Diego Colón. En la corte (Sevilla, 25-11-1505), da (...)

6Diego Méndez était donc l'homme de confiance, le bras droit de l'Amiral. Il resta auprès de ce dernier au cours des dernières années de sa vie. C'est lui qui fut chargé des missions délicates et des longues et pénibles démarches nécessaires pour que le Découvreur conservât un semblant de dignité. Son nom revient régulièrement dans les lettres que l'Amiral écrit à son fils Diego. Et Diego Méndez allait et venait pour servir le grand homme déchu. "Diego Méndez ira là-bas avec le sac plein", écrit, par exemple, l'Amiral le 18 janvier 15053, ou "Mon très cher fils : Diego Méndez est parti d'ici le lundi trois de ce mois", fait-il savoir, depuis Séville, le 5 février 15054, ou encore "Fais en sorte que Diego Méndez place cette supplique avec les autres que l’on remet au cours de la Semaine Sainte pour obtenir grâce auprès de Son Altesse. Si une suite était donnée, ce serait bien, sinon cherche un autre moyen pour qu'elle soit prise en considération", dans une lettre signée à Séville le 25 février 15055.

***

7Seul Diego Méndez pouvait donc tenter la périlleuse traversée. Colomb se confia à lui et le pressa de partir pour Hispaniola. Méndez — qui raconte l'aventure dans sa Relación — se montra d'abord très réticent :

  • 6 D. Méndez, Relación, op. cit., p. 244.

"Pour moi, aller de cette île jusqu'à l'île Espanola sur une si frêle embarcation comme une pirogue, n'est pas seulement difficile mais impossible. Car je ne vois pas qui oserait s'aventurer dans la traversée d'une étendue de 40 lieues de mer, parmi des îles où la mer est la plus impétueuse et de moindre repos, et s'exposer à un danger aussi patent6."

8Mais Colomb insista ("persuadiéndome reciamente") et Méndez finit par accepter en suggérant cependant que l'entreprise fût proposée publiquement à tous, pour éviter les calomnies :

  • 7 Ibid., p. 244-245.

"(…) je suis donc d’avis que Votre Seigneurie les mande venir tous et leur propose cette entreprise pour voir — mais j'en doute — s’il y aurait parmi eux quelqu'un disposé à la mener à bien. Et quand tous se seront mis à l'écart, j'engagerai ma vie jusqu'à la mort pour votre service, comme je l'ai fait maintes fois7."

  • 8 Ibid., p. 245.

9Tout se déroula comme prévu. Méndez s'embarqua alors avec un "Chrétien" et six Indiens et longea la côte de la Jamaïque. Mais les aborigènes montrèrent leur hostilité. Méndez fut fait prisonnier, parvint à s'échapper et retourna auprès de l’Amiral. La seconde tentative réussit. La traversée dura 5 jours et 4 nuits ; "(…) je n’ai jamais lâché la rame — déclare-t-il —, gouvernant la pirogue pendant que mes compagnons ramaient8."

10Hernando Colon évoque, de façon très détaillée, les mille et une souffrances que ne raconte pas Diego Méndez. Les courants défavorables empêchaient de progresser. La soif, surtout, tortura cruellement ces êtres intrépides :

  • 9 H. Colón, Hist, op. cit., ch. 105, p. 340.

"(…) et nous pourrions, à leur sujet, évoquer Tantale qui n’ayant l'eau qu’à un empan de distance de sa bouche, ne pouvait étancher sa soif, tout comme les nôtres qui endurèrent pour cela de grandes souffrances, à cause de la négligence des Indiens qui, vu la grande chaleur du jour et de la nuit précédents, avaient bu toute l'eau sans se montrer prévoyants9."

11Les hommes déliraient, et l'un d'eux mourut de soif. Un îlot rocheux leur permit de récupérer un peu d'eau douce, mais certains des Indiens qui avaient bu sans modération périrent à leur tour. On atteignit alors le rivage d'Hispaniola. Bartolomé Fiesco, qui accompagnait Méndez, devait — suivant les instructions de Colomb — retourner à la Jamaïque pour confirmer le succès de la traversée. Mais cela paraissait impossible. Hernando Colon explique à ce sujet :

  • 10 Ibid., ch. 105, p. 342.

"(…) mais comme les marins et les Indiens étaient épuisés et malades à cause des souffrances endurées et de l'eau de mer qu'ils avaient bue, à tel point qu'il leur semblait que Dieu les avait fait sortir du ventre d'une baleine, il n'y en eut aucun qui voulût revenir10."

12Diego Méndez, infatigable, continua sa navigation vers la ville de Santo Domingo puis partit, à pied, à Xuragoa (Xaraguá) rejoindre Nicolás de Ovando à l'intérieur de l'île Hispaniola. Il ne devait cependant rien obtenir du gouverneur qui interdit même que l'on mît une caravelle à sa disposition. Christophe Colomb dut ainsi attendre plus d'un an les secours dont il avait tant besoin.

  • 11 Ibid., ch. 105, p. 342, n. 182.

13L'odyssée de Diego Méndez et de ses compagnons devint célèbre. Le héros, comme le précise Luis Arranz, était désormais connu sous l'appellation de "l'homme de la pirogue" ("el de la canoa")11. Diego Méndez demanda d'ailleurs dans son testament qu'une pirogue fût gravée sur sa pierre tombale :

  • 12 D. Méndez, Relación, op. cit., p. 247.

"Item : que l'on grave au centre de ladite dalle une pirogue — c'est un tronc creusé qui sert d'embarcation aux Indiens — parce qu'il navigua 300 lieues sur l'un de ceux-ci ; et que l’on inscrive au-dessus le mot : canoa ['pirogue']12."

14Il n'était pas peu fier de son exploit ! Ainsi, à l’occasion, les auteurs d’actes exceptionnels ont-ils pu prendre part à l'élaboration de légendes qui conservaient le souvenir de leurs prouesses.

2 - Le naufrage de Pedro Serrano

  • 13 Alexander Selkirk, un marin anglais, avait été abandonné en 1704 dans l'île de Más a Tierra de l'a (...)

15La mer des Caraïbes fut aussi le théâtre d'un exploit non moins remarquable qui excita la curiosité de ceux qui eurent l'occasion d'approcher le héros. Celui-ci, nommé, dit-on, Pedro Serrano, vécut — près de deux siècles avant Alexander Selkirk, qui servit de modèle à Daniel Defoë pour son Robinson Crusoë13 — une incroyable aventure sur une île déserte.

  • 14 Garcilaso de la Vega (el Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., li (...)

16C'est l'Inca Garcilaso de la Vega qui raconte l'histoire de ce naufragé au début de ses Comentarios Reales de los Incas14. L'écrivain qui cherche, bien entendu, à charmer le lecteur, a inséré le récit des malheurs de Pedro Serrano dès les premiers chapitres de son œuvre. Cette histoire dans l'histoire n'est qu'une anecdote longuement développée qui a toute l'apparence d'un conte. Mais Garcilaso n'oublie pas de la replacer dans son contexte historique, sans toutefois donner de date précise. Nous apprenons ainsi que Charles Quint reçut le naufragé et lui accorda une pension dont il ne put profiter.

  • 15 Ils dépendent tous deux de la Colombie et se trouvent au nord-est des îles San Andrés y Providenci (...)

17Pedro Serrano, seul rescapé d'un naufrage, parvint grâce à ses qualités de nageur exceptionnel ("grandísimo nadador") jusqu'au rivage d'une île déserte de la mer des Caraïbes. Cette île, qui porte son nom — la Serrana — est située entre le port de Cartagena — en Colombie — et celui de La Havane ("qui se trouve sur l'itinéraire de Cartagena à La Habana"). Deux bancs portant les noms de Serrana et Serranilla sont signalés encore de nos jours aux navigateurs par 80° de longitude Ouest et, respectivement, 14° et 16° de latitude Nord15.

18Serrano survécut pendant sept ans ("grâce à son adresse et à sa capacité d'invention"), se nourrissant des tortues de l'île, de coquillages et de crabes, et buvant de l'eau de pluie qu'il recueillait. Au bout de trois ans de solitude, un autre naufragé le rejoignit ; ils apaisèrent leurs craintes mutuelles en récitant le Credo, car tous deux pensaient avoir vu une apparition du Démon. Ils adoptèrent ensuite la même attitude face à leurs sauveteurs pris d'épouvante en les voyant nus et couverts de poils. L'Inca Garcilaso narre par le menu les mille et une préoccupations de la vie quotidienne des deux hommes et les solutions ingénieuses qu'ils imaginèrent pour vivre et attirer l'attention des navires qui passaient près d'eux. Quelle ne fut pas la stupéfaction des marins qui les sauvèrent lorsqu'ils découvrirent ces individus à l'aspect repoussant car, dit Garcilaso : "ils n'avaient pas l'aspect d'êtres humains" ! Leur aventure étonna :

  • 16 Garcilaso de la Vega (el Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., li (...)

"Ainsi les emmena-t-on jusqu'au navire où ils causèrent l'étonnement de tous ceux qui les virent et ouïrent le récit des souffrances qu'ils avaient endurées16."

19Seul Pedro Serrano supporta le voyage de retour et voulut se présenter devant l'Empereur dont on connaissait le goût pour la nouveauté. On sait combien les monstres étaient objet de curiosité en ce temps-là, et cet homme extraordinaire, velu comme un singe, avec une barbe et des cheveux d'une longueur impressionnante attirait évidemment l'attention de ses contemporains. L'Empereur se trouvant alors en Allemagne, on imagine sans difficulté le long voyage que notre naufragé entreprit pour le rencontrer. Il s'était bien gardé d'améliorer son apparence afin de susciter un étonnement admiratif :

  • 17 Ibid., liv. 1, ch. 8, p. 18.

"Pedro Serrano arriva ici — Garcilaso vivait alors en Espagne — puis partit pour l'Allemagne où se trouvait l'Empereur à cette époque-là. Il conserva sa toison afin qu'elle fût le témoignage de son naufrage et de tout ce qu'il avait enduré à cette occasion17."

  • 18 Gonzalo Fernández de Oviedo consacre d'ailleurs 29 chapitres du livre 50 de son Historia General y (...)

20Pedro Serrano n'était pas le premier rescapé d'un naufrage18, mais son aventure, preuve d'une résistance — physique et psychologique — exceptionnelle que soulignait son curieux aspect, et le long voyage qu'il fit à travers l'Europe, lui ouvrirent le chemin qui mène à la légende :

"Dans tous les villages qu'il traversait à l'aller, il aurait pu gagner beaucoup d'argent s'il avait voulu s'exhiber."

21précise l'Inca Garcilaso, qui ajoute :

  • 19 Garcilaso de la Vega (el Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., li (...)

"Quelques seigneurs et chevaliers importants qui prirent plaisir à voir son apparence, lui donnèrent quelque secours d'argent pour le chemin, et Sa Majesté Impériale, après l'avoir vu et entendu, le gratifia d'une pension de quatre mille pesos qui sont l'équivalent de quatre mille huit cents ducats au Pérou. Alors qu'il partait pour en jouir, il mourut à Panama et ne parvint pas à en voir la couleur19.

22Diego Méndez avait conservé le sobriquet de "l’homme de la pirogue", Pedro Serrano, lui, tailla quelque peu sa barbe, mais pas complètement ("un peu au-dessus de la ceinture") afin que l'on se souvînt longtemps de son incroyable aventure. Il n’avait, cependant, pas besoin de cela pour entrer dans la légende : le banc sur lequel il avait vécu avec son compagnon porte encore son nom.

***

  • 20 Ce document se trouve à l’AGI, dans la section Patronato, leg. 18. Il a été reproduit dans CODOIN, (...)

23Voilà ce que l’Inca Garcilaso a retenu de cet exploit légendaire. Mais on peut prendre exactement la dimension des modifications qui ont été apportées à la réalité des événements en comparant les propos de Garcilaso avec le récit de l'aventure que nous a transmis le héros lui-même. Car il existe à l'Archivo General de Indias de Séville, une Relación d'un certain "Maestre Joan" qui a de nombreux points communs avec le Pedro Serrano des Comentarios Reales20.

24Le maître Joan, qui s'adresse à l'empereur Charles Quint, raconte son aventure dans la mer des Caraïbes. Ce faisant, il obéit à un ordre du Souverain (Pour réaliser ce que Votre Grâce m'ordonna de faire") qui semble donc désireux de perpétuer le souvenir de l'exploit.

25Notre héros partit de Santo Domingo le samedi, veille des Rameaux, de l’an 1528, sur un navire commandé par Pedro de Sifuentes. Le voyage devait mener les marins au village de Higuey (île Espanola), ou ils allaient embarquer des marchandises destinées à la forteresse de l'île de la Margarita (près du Venezuela). Ils firent deux escales, l’une à San Joan de Puerto-Rico et l'autre dans l'île de Sancta Cruz (au sud-est de Puerto Rico). Le pilote s'étant perdu, le cap fut mis sur l'Ouest pour longer la côte de Tierra Firme. Après avoir eu maille à partir avec les indigènes, ils décidèrent de retourner à Santo Domingo. Mais le pilote semblait peu expert. A l'occasion d'une escale dans l'île d'Arriba ce dernier s'enfuit, honteux. Les marins livrés à eux-mêmes naviguèrent seuls et, pris par la tempête, échouèrent sur le banc de la Serrana. Le maître Joan, qui devait être un bon nageur, parvint, à l'aide d’un filin, à sauver une partie de l'équipage. Privés de feu, et des moyens d'en faire, les naufragés furent réduits à manger de la viande crue :

  • 21 Maestre Joan, Relación, op. cit., p. 59-60.

"(…) nous mangeâmes pendant presque deux mois de la viande crue et nous bûmes le sang de phoques et de corbeaux qui venaient sur l'île21."

26Alors, désespérés, ils construisirent un radeau de fortune. Trois hommes partirent et trois restèrent ("deux adultes et un jeune homme”). L'un de ces derniers, Moreno de Málaga, mourut, pris de folie. Maestre Joan demeura alors seul avec le "gamin". Ils s'organisèrent pour survivre. Retournant, à l'aide d'un radeau, sur les lieux du naufrage, Joan trouva un galet qui lui permit de faire du feu pour se nourrir et signaler leur présence. Sur une île voisine, deux naufragés — d'un autre navire — aperçurent le feu et partirent les rejoindre. Ils vécurent ensemble cinq ans et réussirent, en se servant de l'épave, à construire une embarcation pour naviguer vers la Jamaïque. Joan pensa que l'entreprise était trop risquée. Il décida donc de rester sur la Serrana avec l'un des deux hommes qui l'y avaient rejoint. Les deux habitants de la Serrana s'activèrent et reconnurent les dix-sept îlots qui constituent le banc afin de transmettre les résultats de leur exploration aux futurs navigateurs qui fréquenteraient ces parages dangereux. Ils construisirent deux tours rudimentaires pour surveiller l'horizon, creusèrent un bassin pour avoir du poisson et bâtirent une maison. Trois longues années s'écoulèrent :

  • 22 Ibid., p. 63.

"(…) trois ans s’étaient écoulés après le départ des autres — cela faisait huit ans que nous vivions là — lorsque Dieu permit dans sa miséricorde qu'un secours nous parvînt. Un jour, la veille de la fête du Seigneur saint Mathieu, à l'heure de midi, nous vîmes s'approcher un navire toutes voiles dehors, et nous fîmes un grand feu sur l'une de nos petites tours. Dès que ceux du navire nous eurent vus, ils mirent le canot à l'eau. Le maître du vaisseau et les marins sautèrent à terre et ce maître, — nommé Joan Bautista Jinovés, originaire de Triana — fit enregistrer tout ce qu'il vit par le notaire, en guise de témoignage (…)22"

27L'aventure se termina à La Havane où les deux rescapés furent accueillis par Pedro de Alvarado qui leur fournit de quoi vivre, en Amérique pour l'un, et en Espagne pour l'auteur de la Relación. Puis le maître Joan donne quelques détails sur leur vie dans l'île et signale qu'il eut, à la fin de son séjour, l'occasion de voir le Démon.

28Que de chemin parcouru jusqu'à la légende élaborée que propose l'Inca Garcilaso de la Vega qui a souligné que le héros avait longtemps vécu seul sur son île ! Car la solitude du naufragé est l'élément fondamental de cette légende. On connaissait beaucoup d'histoires de naufrages, mais celle d'un rescapé solitaire méritait de passer à la postérité. Le récit autobiographique du maître Joan dément formellement cette interprétation. Quant au long voyage entrepris par Pedro Serrano pour rencontrer l'Empereur, s'il a certainement eu lieu, il n'est pas évoqué dans la Relación, pourtant écrite auprès de Charles Quint. Un fait extraordinaire a donc été adapté pour souligner son caractère exceptionnel et attirer l'attention du public. Mais n'est-il pas naturel qu'une légende retienne les éléments les plus frappants d'une histoire et les orne de multiples considérations ?

3 - Un naufragé du continent : Álvar Núñez Cabeza de Vaca

29L'immensité de l'océan n'est pas le seul endroit où l'on puisse faire naufrage. Les vastes espaces inconnus du continent américain jouèrent un rôle similaire. Et Álvar Núñez Cabeza de Vaca fut l'un des protagonistes d'une aventure hors du commun.

  • 23 Á. Nuñez Cabeza de Vaca, Naufragios, op. cit., p. 517-548.

30Ce compagnon de l'Adelantado Pánfilo de Narváez a pris soin de narrer son odyssée terrestre dans un ouvrage autobiographique intitulé : Naufragios de Álvar Núñez Cabeza de Vaca y Relación de la jornada que hizo a la Florida con el Adelantado Pánfilo de Narváez23.

  • 24 Par 28° de latitude Nord.

31La Floride, que l'on commençait à connaître, avait pourtant bien déçu Juan Ponce de León qui n'avait pu y trouver la célèbre Fontaine de Jouvence. Mais ce territoire n'était pas pour autant complètement exploré et devait, sans aucun doute, recéler bien des trésors. L'Adelantado Pánfilo de Narváez s'était vu confier, en 1527, le commandement d'une expédition — cinq vaisseaux et six cents hommes — pour reconnaître la côte du golfe du Mexique. A la suite du passage d'un cyclone, les navires durent se réfugier dans la baie de Tampa, sur la côte Ouest de la Floride24. On décida alors que pendant que les vaisseaux longeraient la côte, vers le Mexique, Narváez et trois cents hommes tenteraient d'avancer sur le continent : ces derniers ne devaient jamais revoir leurs navires qui allaient les chercher en vain. Narváez progressait difficilement sur un terrain marécageux. Il ne commandait alors que 250 survivants qui construisirent 5 grandes embarcations pour échapper à l'hostilité des autochtones.

32Le 22 septembre 1528, on avait mangé les chevaux (il n'en restait qu'un). Narváez monta alors dans la première barque avec 49 hommes. La deuxième emmena un nombre équivalent de soldats. Dans la troisième se trouvaient le capitaine Alonso del Castillo et Andrés Dorantes avec 48 hommes. Les capitaines Téllez et Peñalosa embarquèrent dans la quatrième avec 47 hommes et Cabeza de Vaca se retrouva dans la cinquième avec le veedor (l'inspecteur) et 49 hommes.

33Ils suivirent la côte, toujours exposés à la faim, à la soif, à l'hostilité des éléments et à celle des indigènes qui s'attaquaient à eux dès qu'ils s'approchaient du rivage. En novembre, la situation était désespérée :

  • 25 Á. Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios, op. cit., ch. 12, p. 526.

"Et comme c'était en novembre, qu'il faisait très froid et que nous nous trouvions dans un tel état de détresse que l'on aurait pu compter nos os, nous ressemblions véritablement à l'image de la mort25."

34Les barques avaient du mal à rester groupées à cause de la tempête et Cabeza de Vaca se retrouva, avec quelques compagnons, prisonnier des Indiens. Alonso del Castillo et Andrés Dorantes, qui naviguaient sur une autre embarcation, connurent eux aussi le même sort.

35Les indigènes cherchèrent alors à mettre à contribution ces étrangers qui leur causaient quelque surprise et ils les forcèrent à pratiquer une médecine rudimentaire :

  • 26 Ibid., ch. 15. p. 528.

"Dans cette île dont j'ai parlé — écrit Cabeza de Vaca — ils voulurent faire de nous des médecins sans juger préalablement nos capacités ni réclamer nos diplômes de médecine car chez eux on guérit les maladies en soufflant sur le malade : en soufflant de la sorte et avec une imposition des mains l'on en chasse la maladie. Ils nous ordonnèrent d'agir ainsi et de nous rendre utiles. Nous nous moquions de cela et disions que c'était une plaisanterie et que nous ne savions rien de l'art de guérir. Ils nous privaient alors de nourriture jusqu'à ce que nous obtempérions26."

36C'est ainsi qu'en soufflant sur les malades et en récitant des Pater et des Ave, Alonso del Castillo Maldonado, Andrés Dorantes, Estebanico "el negro" et Álvar Núñez Cabeza de Vaca purent survivre et atteindre enfin, après huit ans de vie aventureuse, le Mexique en traversant le Texas.

37A la fin de sa Relation, Cabeza de Vaca donne quelques précisions sur les héros de cette extraordinaire aventure :

  • 27 Ibid., ch. 38, p. 548.

38"Le premier est Alonso del Castillo Maldonado, originaire de Salamanque, fils du Docteur Castillo et de Doña Aldonza Maldonado. Le second est Andrés Dorantes, fils de Pablo Dorantes, originaire de Béjar et habitant de la ville de Gibraleón. Le troisième est Álvar Núñez Cabeza de Vaca, fils de Francisco de Vera et petit-fils de Pedro de Vera, le conquérant de la Canarie, et sa mère se nommait Dona Teresa Cabeza de Vaca, originaire de Jerez de la Frontera. Le quatrième se nommait Estebanico ; c'est un Noir arabe, originaire d'Azemmour27."

39Ce dernier personnage repartit d'ailleurs, quelque temps plus tard, vers le nord du Mexique en compagnie de Fray Marcos de Niza pour rechercher les célèbres Sept Cités de Cíbola.

***

40Nos quatre survivants essayèrent donc, tant bien que mal, de pratiquer une médecine qui avait au moins une vertu : elle sauvegardait leur vie et leur permettait d'échapper, peu à peu, à la triste condition d'esclaves des Indiens. Les indigènes, avec une foi aveugle, croyaient aux pouvoirs magiques de ces étrangers :

  • 28 Ibid., ch. 22, p. 535.

"(…) et ils étaient tellement convaincus qu'ils guériraient si nous les soignions — indique Cabeza de Vaca —, qu'ils croyaient que tant que nous resterions là aucun d'entre eux ne mourrait28."

41Andrés Dorantes parvint ainsi à se faire donner un grelot ("cascabel") et Cabeza de Vaca en déduisit qu'il y avait vers le Nord ("hácia el norte") des Indiens évolués qui pratiquaient l'art de la métallurgie :

  • 29 Ibid., ch. 29, p. 540.

"(…) et quand on leur demanda où ils avaient eu cela, ils dirent qu’ils l'avaient rapporté des pays du Nord et que là-bas il y en avait beaucoup et qu'on en faisait grand cas. Nous comprîmes alors que quel que fût l'endroit d'origine il y avait une fonderie où l'on moulait des pièces (…)29"

42Ce renseignement eut beaucoup d'importance quelque temps plus tard.

43La renommée des sorciers étrangers ne faisait que croître et les Indiens venaient en foule les solliciter :

  • 30 Ibid., ch. 29, p. 540.

"Chacun apportait sa ration pour que nous soufflions et fissions le signe de la croix dessus, sinon ils n'auraient jamais osé la manger. Et souvent nous étions accompagnés par trois ou quatre mille personnes. Nous étions tellement à la tâche que nous devions souffler et faire le signe de la croix sur la nourriture et la boisson de chacun. Et pour de nombreuses choses qu'ils souhaitaient faire ils venaient solliciter notre autorisation. On voit combien nous étions importunés30."

44D'ailleurs les quatre compagnons savaient fort bien exploiter la situation et créer autour d'eux une aura de mystère qui renforçait leur prestige :

  • 31 Ibid., ch. 31, P-543.

"Nous les traitions gravement, nous donnant beaucoup d'importance, et pour ce faire nous leur adressions peu de fois la parole. C'était le Noir qui leur parlait toujours. Il s'enquérait des chemins que nous devions suivre, des villages qu'il y avait et de tout ce que nous voulions savoir31."

45Estebanico de Azamor était donc celui qui connaissait le mieux les pays traversés. Il deviendra, par conséquent, un guide précieux et indispensable pour Fray Marcos de Niza.

46C'est le gouverneur Nuño de Guzman qui accueillit les héros dans la province de Nouvelle-Galice. De là, ils partirent pour México, où le vice-roi et Hernán Cortés leur firent fête :

  • 32 Ibid., ch. 36, p. 547.

"Nous arrivâmes à México un dimanche, un jour avant la veille de la Saint-Jacques. Le vice-roi et le Marqués del Valle [H. Cortés] nous y reçurent et nous y traitèrent fort bien : ils nous donnèrent des vêtements et nous offrirent tout ce qu'ils avaient. Et pour la Saint-Jacques il y eut des réjouissances, un tournoi et une course de taureaux32."

47L'aventure inouïe d’Álvar Núñez Cabeza de Vaca et de ses trois compagnons a défrayé la chronique. Elle attirait l'attention sur la partie Nord du Mexique et permettait de rêver à de riches pays et d'immenses royaumes, comme nous aurons bientôt l'occasion de le constater.

4 - Le saut d'Alvarado

48Parmi les nombreuses légendes de l'époque des exploits militaires, il en est une qui est fort célèbre : elle concerne le fameux saut d'Alvarado (salto de Alvarado). Le souvenir de cette légende est resté bien vivant, comme l'indique Carlos F. Lummis dans son étude Los exploradores españoles del siglo XVI :

  • 33 Carlos F. Lummis, Los exploradores españoles del siglo XVI. Vindicacidn de la acción Colonizadora (...)

"Si le lecteur se rendait un jour à México (…) on lui montrerait dans la Rivera de San Cosme, le lieu historique que l'on désigne encore avec le nom de "Saut d'Alvarado". C'est maintenant une rue large et bien aménagée, dotée d'un tramway, bordée de beaux immeubles et animée par les allées et venues d'étrangers et de gens heureux, sans que l'on puisse remarquer en ce lieu quoi que ce soit qui rappelle l'épouvante de la nuit la plus cruelle que narre l'histoire de l’Amérique : celle que l'on nomme Noche Triste33."

49Cette légende est née, effectivement, dans la nuit du 30 juin au 1er juillet 1520 au cours de la Noche Triste qui vit Hernán Cortés et ses soldats battre en retraite et quitter précipitamment Tenochtitlán qui n'était plus sûre. On lutta alors avec acharnement contre les Mexicains déchaînés. Les Espagnols avançaient avec difficulté et cherchaient à se réfugier à Tacuba (Tlacopan) en empruntant l'une des chaussées qui reliaient la capitale aztèque au rivage du lac. Tenochtitlán, que l’on avait pu comparer à Venise, était sillonnée par de nombreux canaux peu aisés à franchir avec des chevaux. D'autant plus qu'il pleuvait cette nuit-là et que les animaux glissaient sur le sol mouillé. Et les fantassins n'étaient pas mieux lotis que les cavaliers : alourdis par le butin qu'ils voulaient sauver à tout prix, cherchant leur chemin dans l’obscurité, sans cesse harcelés par les ennemis supérieurs en nombre, ils succombèrent sous les flèches en tentant de franchir les canaux à la nage, puisque les ponts avaient été détruits. Cortés parvint à passer, mais Alvarado qui commandait l'arrière-garde connut les pires difficultés. Cortés estompe d’ailleurs ces tristes événements dans sa deuxième Carta de Relación. Etait-il bien nécessaire d’insister sur l'ampleur du désastre ?

  • 34 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 83.

"Et laissant ces hommes devant — écrit-il au Souverain —, je revins vers l’arrière-garde que je trouvai engagée dans de durs combats et qui, à l'évidence, subissait de graves dommages qui affectaient les Espagnols autant que les Indiens de Tascaltecal [Tlaxcala] qui nous accompagnaient et qui furent tous tués. De nombreux serviteurs indigènes des Espagnols connurent même sort. Et aussi de nombreux Espagnols et beaucoup de chevaux étaient morts. Tout l'or et tous les bijoux et vêtements et de nombreuses autres choses que nous emportions étaient perdus, et nous n'avions plus d'armes à feu34."

50Il faut noter qu'Hernán Cortés ne souffle mot d'un quelconque exploit de son lieutenant Pedro de Alvarado. Celui-ci était un soldat fidèle — bien connu des Indiens qui l'avaient surnommé Tonatiuh ('Soleil') à cause de sa chevelure blonde — que Cortés avait, malheureusement, désigné pour le remplacer à Tenochtitlan lorsqu'il dut s'absenter lors du débarquement des troupes de Pánfilo de Narváez. Alvarado qui était prodigieusement actif fut l'un des plus célèbres héros de la conquête du Mexique. Il aurait ainsi accompli au cours de la Noche Triste un exploit remarquable que le chroniqueur Antonio de Herrera y Tordesillas présente de la manière suivante :

  • 35 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 10, ch. 11, p. 439.

"Alvarado marchait à l'arrière. Il portait une lourde charge et résistait courageusement. Il s'employait à presser les hommes et à les encourager à persister dans leur effort, mais aussi combattait avec ardeur. Il s'agissait alors de passer par-dessus les cadavres au milieu de cris de souffrance. Cependant le nombre des ennemis grandissait ; leur furie, leurs cris et leur acharnement s'accentuaient. Alors, voyant qu'il n'y avait plus rien à faire et d'autre recours que la mort, et qu’il était impossible de se tirer de ce mauvais pas autrement que du côté de l'eau où l'on courait à coup sûr le danger de la noyade, d'être tué ou capturé par ceux qui, en nombre incalculable, se trouvaient sur les pirogues, il sauta par-dessus l'eau, provoquant un grand étonnement parmi les Castillans comme parmi les Indiens et fut bientôt imité par beaucoup d'autres qui, tous, échouèrent dans leur tentative. Certains se noyèrent et d'autres eurent le plus grand mal à sortir de l'eau. Dorénavant on le nomma "Alvarado le Sauteur" et l'endroit où il réalisa cette prouesse "le saut d’Alvarado" (car le canal — ou le ruisseau — était si large qu'il provoqua l’étonnement de tous ceux qui le virent et effraye de nos jours tous ceux qui le voient.35."

51Voilà comment est née cette légende. Et les remarques d’Herrera prouvent que bien des années après on visitait encore le lieu de l’exploit. Francisco Cervantes de Salazar souligne, de son côté, quarante ans après la Noche Triste :

  • 36 F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 122, p. 58.

"Ce saut ayant été si remarquable et surprenant, il resta pour la postérité comme le saut d'Alvarado. L'endroit est maintenant comblé car la chaussée passe dessus ; d’autres disent qu'il s'agit d'une rigole de cette même chaussée qui va à Chapultepeque36."

52L'Inca Garcilaso de la Vega reproduit avec exactitude les quelques mots que Francisco López de Gómara a consacrés à cette prouesse :

  • 37 F. López de Gómara, H isp. Vid., op. cit., II, p. 368 et Garcilaso de la Vega (el Inca), Historia (...)

"Il arriva au dernier pont et sauta sur l'autre rive en s'aidant de sa lance. Ce saut épouvanta les Indiens et même des Espagnols, car il était démesuré et que d'autres ne purent réussir à l'imiter quoiqu'ils l'eussent tenté : ils périrent noyés37."

  • 38 Alvarado y avait d'ailleurs tenté sa chance et devait y alimenter les conversations.

53Mais il ajoute des commentaires de son cru qui montrent que la légende était bien connue dans le Pérou colonial38 :

  • 39 Garcilaso de la Vega (el Inca), Historia General del Perú…, op. cit., liv. 2, ch. 1, p. 80.

"Dans mon enfance j'entendis raconter par les Espagnols qui évoquaient les prouesses de ce gentilhomme, qu'après avoir repris Mexico l'on avait placé deux bornes de marbre d'un côté et de l'autre de l'endroit où il avait sauté afin que l'on pût juger de la distance et de l'ampleur du saut. Je m'en remets aux dires de ces témoins, s'ils sont encore vivants et n'ont point été anéantis par l'envie, (ce qui, cependant, paraît plus que probable)39."

54A. de Solis, lui, parle de

"(…) la merveilleuse audace [d’Alvarado] que l'on tint ensuite pour un exploit exceptionnel qui sortait de l'ordinaire (…)''

55et il souligne :

  • 40 A. de Solís y Ribadeneyra, Hist., op. cit., liv. 4, ch. 18, p. 335.

"(…) et Alvarado lui-même, considérant les faits et la distance, trouvait qu'il y avait quelque différence entre ce qui avait été réalisé et ce qui était réalisable40."

***

56La légende connut donc un immense succès. Mais, plusieurs lustres après l'événement, Bernai Diaz del Castillo, le vétéran de la conquête du Mexique, alors retiré au Guatemala — dont Alvarado fut le gouverneur —, met en doute l'exactitude des faits que l'on rapporte :

  • 41 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 128, p. 468-469.

"(…) et moi j'affirme qu'alors aucun soldat ne prit soin de voir s'il sautait loin ou non car nous avions un autre point de mire et que nous étions beaucoup plus occupés à sauver nos vies, vu le nombre des Mexicains qui nous combattaient ; parce que dans ces circonstances nous ne pouvions le voir ni avoir l'esprit alerte pour savoir s'il sautait ou réalisait vraiment un exploit (…) J'affirme aussi qu'il ne pouvait le sauter ni en s'aidant de sa lance ni d'autre manière, parce qu'un an plus tard, environ, quand nous assiégeâmes Mexico et remportâmes la victoire, je me trouvai maintes fois sur ce pont, luttant contre des escadrons mexicains qui s'y étaient retranchés et fortifiés et que l'on appelle maintenant "pont du saut d'Alvarado". Nous étions nombreux à parler de cela et ne pouvions nous convaincre qu'un homme pût raisonnablement sauter aussi agilement41."

  • 42 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 5, ch. 14, p. 27.

57Cesáreo Fernández Duro, qui s'est longuement intéressé à cette légende, fait remarquer que l'on trouve chez Antonio de Herrera42, le récit d'un autre exploit semblable à celui de Pedro de Alvarado. Le pilote d'Hernán Cortés, Diego Cermeño sautait lui aussi en s'aidant d'une lance :

  • 43 C. Fernández Duro, Las joyas…, op. cit., p. 49.

"(…) il sautait avec tant d'agilité, qu'en s'appuyant sur une lance il passait pardessus une autre que les hommes les plus grands de l'armée tenaient à bout de bras43."

  • 44 Ibid., p. 49.

58Ce qui laisse à penser que les conquistadores savaient occuper leurs loisirs en organisant des compétitions de saut à la perche ! D'après Fernandez Duro, Alvarado aurait fort bien pu sauter en plaçant l'extrémité de la lance sur le dernier point d'appui que pouvait offrir le pont — ou plutôt ce qu'il en restait —, car il était impensable de l'enfoncer dans la boue. Par contre, ajoute-t-il, la cuirasse et les lourds éperons augmentaient la difficulté et le poids de l'or transporté, ajouté à celui des vêtements trempés, devait rendre l'exploit quasiment impossible. Mais, souligne-t-il encore, suivant en cela Bernai Díaz del Castillo, il était plus de minuit et la pluie, qui empêchait les soldats d'avancer ne devait pas permettre de constater la réalité du saut44.

  • 45 Ibid., p. 51. Le texte en question est le suivant (cf. n. 1) : Proceso de residencia contra Pedro (...)

59Dans le Proceso de residencia contra Pedro de Alvarado45 que l'on instruisit quelques années après l'événement, l'accent fut mis non sur l'exploit prétendument réalisé, mais sur l'attitude du chef qui, suivant les réponses de certains témoins aurait abandonné ses hommes à leur triste sort. L'un d'eux, Bernardino Vázquez de Tapia, déclara même en substance :

  • 46 Ibid., p. 52.

"(…) qu'il était présent et qu'à son avis, si Alvarado eût agi et combattu comme il fallait, il y aurait eu moins de morts de Chrétiens et les pertes n'auraient pas été aussi importantes46."

60Mais malgré tous ces doutes émis par les témoins et toutes les accusations que l'on a pu porter sur Pedro de Alvarado, celui-ci resta pour les siècles futurs le héros d'un incroyable exploit.

No 12 - Détail de la Carte de l'Isle de Saint-Domingue dessinée par d'Anville (1730).

Notes

1 Diego Méndez, Relation hecha por Diego Méndez de algunos acontecimientos del último viaje del Almirante Don Cristóbal Colón, dans M. Fernández de Navarrete, Colección…, op. cit., vol. 1. p. 241.

2 Ibid., p. 241.

3 Cristóbal Colón, [Carta] A mi muy caro fijo don Diego Colón ([Sevilla], 18-1-1505), dans M. Fernández de Navarrete, Colección…, op. cit., vol. 1, Cartas de D. Cristóbal Colón, p. 258-259.

4 Cristóbal Colón, [Carta] A mi muy caro fijo don Diego Colón. En la corte (Sevilla, 5-11-1505), dans M. Fernández de Navarrete, Colección…. op. cit., vol. 1, Cartas de D. Cristóbal Colón, p. 259.

5 Cristóbal Colón, [Carta] A mi muy caro fijo don Diego Colón. En la corte (Sevilla, 25-11-1505), dans M. Fernández de Navarrete, Colección…. op. cit., vol. 1, Cartas de D. Cristóbal Colón, p. 259.

6 D. Méndez, Relación, op. cit., p. 244.

7 Ibid., p. 244-245.

8 Ibid., p. 245.

9 H. Colón, Hist, op. cit., ch. 105, p. 340.

10 Ibid., ch. 105, p. 342.

11 Ibid., ch. 105, p. 342, n. 182.

12 D. Méndez, Relación, op. cit., p. 247.

13 Alexander Selkirk, un marin anglais, avait été abandonné en 1704 dans l'île de Más a Tierra de l'archipel Juan Fernández qui se trouve dans le Pacifique au large des côtes du Chili. C'est le capitaine Woodes Rogers qui l'avait récupéré en 1709 (cf. W. Rogers, Voyage…, op. cit.). Daniel Defoë se servit du récit de cette aventure pour écrire son célèbre roman dont la 1ère éd. porte le titre suivant : The Life and Strange Surprizing Adventures of Robinson Crusoe, of York, Mariner : Who lived Eight and Twenty Years, all alone in an un-inhabited Island on the Coast of America, near the Mouth of the Great River of Oroonoque ; Having been cast on Shore by Shipwreck, where – In all the Men Perished but himself. With An Account how he was at last as strangely deliver'd by Pyrates. Written by Himself. London : Printed for W. Taylor at the Ship in Pater-Noster-Row. MDCCXIX.

14 Garcilaso de la Vega (el Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 1, ch. 7 et 8, p. 15-19.

15 Ils dépendent tous deux de la Colombie et se trouvent au nord-est des îles San Andrés y Providencia (à l'est du Nicaragua).

16 Garcilaso de la Vega (el Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. I, ch. 8, p. 18.

17 Ibid., liv. 1, ch. 8, p. 18.

18 Gonzalo Fernández de Oviedo consacre d'ailleurs 29 chapitres du livre 50 de son Historia General y Natural de las Indias à ces histoires de naufragés qui étaient, hélas, fort courantes.

19 Garcilaso de la Vega (el Inca), Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. l, ch. 18, p. 18-19.

20 Ce document se trouve à l’AGI, dans la section Patronato, leg. 18. Il a été reproduit dans CODOIN, vol. 10, p. 57-65, avec le titre : Relación y derrotero del viaje que hizo el Maestre Joan en el Golfo de Méjico a varias islas y especialmente á la de la Serrana. C'est ce texte imprimé que nous utilisons ici.
A. de Herrera s'est servi de cette Relación qu'il reproduit presque littéralement dans son Historia General, op. cit., vol. 10, déc. 6, liv. 3, ch. 21, p. 291-297. Il a intitulé son chapitre : "De lo sucedido a un navío que en este año salío del puerto de Santo Domingo, de la Isla Española, y a dos hombres que muchos anos estuvieron en una isla despoblada (1537)."

21 Maestre Joan, Relación, op. cit., p. 59-60.

22 Ibid., p. 63.

23 Á. Nuñez Cabeza de Vaca, Naufragios, op. cit., p. 517-548.

24 Par 28° de latitude Nord.

25 Á. Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios, op. cit., ch. 12, p. 526.

26 Ibid., ch. 15. p. 528.

27 Ibid., ch. 38, p. 548.

28 Ibid., ch. 22, p. 535.

29 Ibid., ch. 29, p. 540.

30 Ibid., ch. 29, p. 540.

31 Ibid., ch. 31, P-543.

32 Ibid., ch. 36, p. 547.

33 Carlos F. Lummis, Los exploradores españoles del siglo XVI. Vindicacidn de la acción Colonizadora española en America, Versión castellana con datos biográficos del autor por Arturo Cuyas, Prólogo de Rafael Altamira (…), Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1960 (4e éd.), col. "Austral" no514, ch. 8, p. 147.

34 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 83.

35 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 10, ch. 11, p. 439.

36 F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 122, p. 58.

37 F. López de Gómara, H isp. Vid., op. cit., II, p. 368 et Garcilaso de la Vega (el Inca), Historia General del Perú…, op. cit., liv. 2, ch. 1, p. 80.

38 Alvarado y avait d'ailleurs tenté sa chance et devait y alimenter les conversations.

39 Garcilaso de la Vega (el Inca), Historia General del Perú…, op. cit., liv. 2, ch. 1, p. 80.

40 A. de Solís y Ribadeneyra, Hist., op. cit., liv. 4, ch. 18, p. 335.

41 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 128, p. 468-469.

42 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 5, ch. 14, p. 27.

43 C. Fernández Duro, Las joyas…, op. cit., p. 49.

44 Ibid., p. 49.

45 Ibid., p. 51. Le texte en question est le suivant (cf. n. 1) : Proceso de residencia contra Pedro de Alvarado, ilustrado con estampas, notas y noticias biográficas, etc., por D. José Fernando Ramírez, Méjico, 1847.

46 Ibid., p. 52.

Table des illustrations

Légende No 12 - Détail de la Carte de l'Isle de Saint-Domingue dessinée par d'Anville (1730).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search