Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Troisième partie : Le temps de l'épopée

Chapitre XVIII. Les héros et leurs légendes

Texte intégral

1 - Les vaisseaux d'Hernán Cortés

1L'histoire de l'établissement des Européens en Amérique a très souvent été réduite à celle de quelques héros — Christophe Colomb, Hernán Cortés et Francisco Pizarro — dont l'action dans le Nouveau Monde a été embellie et ornée de légendes que le public appréciait grandement. Mais le héros, personnage hors du commun n'appartient-il pas, naturellement, au monde légendaire ?

2Dès le début de la Conquista les circonstances ont favorisé l'apparition de légendes. L'audacieux pari d'Hernán Cortés était déjà de nature à susciter l'admiration. S'attaquer à l'Empire aztèque avec 508 soldats, 109 marins, 16 chevaux et 10 canons dut paraître une gageure lorsque l'on se rendit compte de l'extraordinaire puissance de l'adversaire. D'autant plus que les membres de l'expédition ne pouvaient espérer aucune aide. Tout secours en provenance de Cuba était à exclure puisque Cortés avait choisi de négliger les ordres reçus. La métropole, que l'on n'oublia pas de prévenir, se trouvait trop loin pour envoyer rapidement des renforts. Seuls comptaient alors l'audace, le courage et l'obstination. Cette incroyable situation, délibérément voulue par Hernán Cortés, transformait les membres de l'expédition — parfois bien malgré eux — en véritables héros. Comme ce fut le cas à plusieurs reprises, Cortès fit preuve à cette occasion d'un sens aigu de la diplomatie et d'une grande habileté. N'avait-il pas fondé la Villa Rica de la Veracruz afin que le Concejo de cette nouvelle cité pût le choisir pour chef et donner, de ce fait, une base légale à son action future ? L'affaire avait été rondement menée et les partisans du gouverneur de Cuba, Diego Velázquez, n'avaient pu s'opposer à une entreprise aussi machiavélique. Mais le mécontentement était apparu au grand jour : un complot — soigneusement réprimé — permettait de craindre le pire. Il était donc urgent d'empêcher toute tentative de désertion et de départ pour Cuba. Hernán Cortés explique d'ailleurs clairement ses craintes dans sa deuxième Carta de Relación. Il y informe la Couronne des raisons qui l'ont poussé à détruire ses navires.

3C'est le complot qui l'a mis en garde. Les conjurés cherchaient à s'emparer d'un brigantin pour retourner auprès de Diego Velázquez. Mais il fallait aussi éviter que s'installât le découragement : certains soldats, effrayés par les renseignements qui leur parvenaient sur la puissance de l'Empire aztèque auraient pu déserter, et l'expédition eût été un échec :

  • 1 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 32-33.

"Et parce que, outre ceux qui pour être des familiers et des amis de Diego Velázquez avaient le désir de quitter cette contrée, il y en avait d'autres qui la voyant si étendue et si bien défendue par tant de gens, et considérant que nous, les Espagnols, n'étions pas assez nombreux, étaient du même avis, je pensai que si je le laissais là les navires, ils se soulèveraient et les utiliseraient pour déserter, et qu'une fois partis ceux qui étaient de cet avis, je me retrouverais presque seul, au détriment du grand service que l'on a rendu à Dieu et à Votre Altesse dans ce pays. Alors je trouvai moyen, prétextant que lesdits navires n'étaient pas en état de naviguer, de les faire échouer sur la côte, ce qui leur fit perdre à tous l'espoir de quitter le pays. J'assurai ainsi ma progression, sans crainte qu'une fois le dos tourné, les gens que je devais laisser dans la ville ne fissent défaut1."

4Cortés a décidé, seul — il emploie la première personne du singulier —, de s'opposer à toute velléité de désertion. La destruction des navires n'aurait donc été dictée que par ces considérations.

  • 2 Le taret est un mollusque bivalve, vermiforme, qui perfore les bois immergés. Il causa d'énormes s (...)

5D'après Francisco López de Gómara, un familier de Cortés, la décision prise par ce dernier aurait été accompagnée de toute une mise en scène. Un accord secret aurait été passé avec les pilotes. Ceux-ci furent, en effet, chargés de proclamer bien haut que les navires, rongés par le taret (labroma), devenaient dangereux2. Le prétexte choisi pouvait paraître plausible car d'autres expéditions avaient connu ce problème dans les eaux tropicales. Et López de Gómara précise :

  • 3 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 324.

"Tous le crurent, car cela faisait trois mois qu'ils étaient là, un laps de temps suffisant pour qu'ils fussent rongés par le taret3."

6Bernai Díaz del Castillo, témoin oculaire et compagnon de Cortés, donne de précieuses indications sur le comportement de son chef :

  • 4 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 58, p. 215-216.

"(…) et suivant ce que je vis et compris, cette conversation sur l'échouement des navires que nous lui proposâmes alors, correspondait aux décisions que Cortés lui-même avait déjà prises ; mais il voulait que cela vînt de nous car si l'on devait lui réclamer le paiement des navires, il aurait pu arguer du fait qu'il avait agi sur nos conseils et alors nous aurions été tous concernés par la dette4."

  • 5 Ibid., vol. 1, ch. 59, p. 217.
  • 6 Cf. Licenciado Manuel Orozco y Berra, Historia Antigua y de la Conquista de México (…) Con un Estu (...)

7Et ce sabordage aurait eu lieu "au vu de tous" ("a ojos vistas"), et non dans le plus grand secret comme le laisse entendre Gómara5. Suivant les déclarations de plusieurs témoins oculaires — Francisco de Montejo, Alonso Hernández Puertocarrero, Andrés de Tapia — c'est bien le prétexte de la broma qui aurait été mis en avant6.

8Manuel Orozco y Berra, qui a longuement étudié cette question, souligne un point important :

  • 7 Ibid., t. 4, p. 154, n. 26. A l’appui de cette affirmation est cité – longuement – un texte de Jua (...)

"(…) nous constatons que les acteurs, les témoins oculaires et les auteurs bien informés s'accordent unanimement à dire que les navires furent échoués par le travers. Cependant, malgré une preuve aussi irréfutable, il ne manque point de gens qui, tant en prose qu'en vers, se sont risqués à dire que les navires furent brûlés7."

9Or c'est cette dernière version qu'ont retenue les siècles suivants, pendant lesquels s'est propagée la légende de l'incendie des vaisseaux de Cortés. Une expression castillane rappelle les faits : Quemar las naves. Et Cesáreo Fernández Duro indique à ce propos :

  • 8 Cesáreo Fernandez Duro, Las joyas de Isabel la Católica – Las naves de Cortés – El Salto de Alvara (...)

"Quand une phrase finit par devenir proverbiale c'est parce que la philosophie populaire a définitivement fixé l'usage courant. Parmi les Espagnols, quemar las naves équivaut à adopter une résolution extrême, à la différence d'autres adages dont l'origine est ignorée parce qu'elle se perd dans la nuit des temps. Celle de celui-ci est connue de tous8."

  • 9 S. de Covarrubias, Tesoro…, op. cit.
  • 10 Real Academia Española, Diccionario de la lengua castellana, en que se explica el verdadero sentid (...)
  • 11 César Oudin, Tesoro de las dos lenguas española y francesa, de Cœsar Oudin, Interprete del Rey de (...)
  • 12 Cf. S. de Covarrubias, Tesoro…, op. cit., p. 891, art. "Quemar" : "Quemar la hazienda y abrasarla, (...)

10Cesáreo Fernández Duro dit vrai ; l'expression, qui rappelle inévitablement la légende, est attestée par les dictionnaires modernes, mais ni Sebastián de Covarrubias9, ni le Diccionario de Autoridades10, ni les dictionnaires bilingues de César Oudin, Francisco Sobrino et De Sejournant ne la relèvent11. Cette phrase proverbiale semble donc n'être apparue que tardivement, ce qui tendrait à prouver que la légende s'était solidement installée. L'expression serait-elle née d'une confusion ? Le verbe quemar que l'on retrouve chez Covarrubias avec le sens de "gâter tout"12 aurait, peut-être, été abusivement sollicité.

  • 13 Cf. Maurice Rat, Dictionnaire des locutions françaises, édition augmentée d'un supplément, Paris, (...)
  • 14 Cf. Philip Gosse, Histoire de la piraterie. Traduit de l'anglais par P. Teillac, Paris, Payot, 197 (...)
  • 15 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit.. II, p. 324.

11L'histoire nous apprend toutefois qu'Hernán Cortés n'est pas le premier capitaine qui ait "brûlé ses vaisseaux". D'autres illustres exemples de flottes incendiées ont certainement nourri la légende. On cite ainsi Guillaume le Conquérant et le tyran de Syracuse Agathocle13. Ce dernier, fuyant sa ville assiégée, débarqua en Afrique (en 311 avant J.-C.) et brûla ses vaisseaux avant d'entreprendre une campagne contre Carthage. Le pirate barbaresque Bãba 'Arudj' ('Arudj, dit Barberousse), qui réalisa le blocus des ports principaux de la côte algérienne en 1509 et 151014, avait lui aussi détruit ses navires : "sept galiotes et fustes pour s'emparer de Bougie" précise Francisco López de Gómara15. Cet événement récent était suffisamment connu des Espagnols pour avoir pu inspirer Cortés.

12Cesáreo Fernández Duro, qui écrit à la fin du XIXe siècle, signale l'existence d'une "collection de gravures" ("colección de láminas") fort intéressante. Ces "images d'Epinal", qui sont les meilleurs véhicules des légendes, doivent attirer notre attention. Il y eut deux éditions — bilingues — différentes de cette collection qui franchit les Pyrénées dans le premier tiers du XIXe siècle. Et ces gravures sont accompagnées d'explications. Dans la première édition se trouve une planche intitulée : "Fernand-Cortés incedie [sic] sa flotte". Le texte français imprimé est le suivant :

  • 16 C. Fernández Duro, Las joyas…, op. cit., p. 27-28. Nous respectons l'orthographe du texte cité. A (...)

"Sur le refus de Montezume de laiser pénétrer Fernand-Cortès dans ses États, celui-ci rasembla les envoyés du Monarque sur le bord de la mer, et en leur présence il mit de sa propre main le feu à ses vaisseaux ; puis, se tournant vers les députés, il leur parla ainsi : "Tant que j'aurais eu le moyen de m'eloigner de ce rivage, Montezume aurait pu douter si je persisterais dans ma resolution. Mexicains, dites-lui ce que vous avez vu, et qu'il se prépare à me resçevoir, en ami ou en ennemi."16"

13Dans la deuxième édition — bilingue, également — se trouve le texte suivant :

  • 17 Ibid., p. 28-29. Le texte espagnol est le suivant :
    "Fernán-Cortés pone fuego á sus bajeles.
    Habiend (...)

"Fernand-Cortès brûle ses vaisseaux. Montezume, ayant envoyé à Fernand-Cortès des ambassadeurs chargés de riches présens pour l'engager à quitter le Mexique, le Général espagnol voulût donner à ses ennemis une haute idée de sa puissance et de sa résolution ; après les avoir fait admirer sa flotte, il s'élance, une torche á la main ; il met lui-même le feu à ses vaisseaux, qui en un instant furent réduits en cendres. Puis s'adressant aux envoyés : "Allez dire à votre maitre, que je reste et que dans peu il sera mon prisonnier."17"

14Que de chemin parcouru ! Voilà que la légende nous présente maintenant un Hernán Cortés incendiaire, "une torche à la main", proclamant son intention de vaincre Moctezuma !

15Joachim Heinrich Campe, un écrivain allemand qui vécut à l'époque de la Révolution française et composa plusieurs livres de lecture destinés à la jeunesse de son pays, reprend la légende des navires de Cortés dans son Histoire de la Découverte et de la Conquête de l'Amérique, et, plus scrupuleux que bon nombre de ses contemporains, ne parle pas d'incendie. Cependant il travestit, lui aussi, quelque peu la vérité lorsqu'il déclare :

  • 18 Joachim Heinrich Campe, Histoire de la Découverte et de la conquête de l'Amérique. (…) Traduction (...)

"Alors le général parla à ses soldats avec tant de chaleur et d'entraînement, qu'ils coururent eux-mêmes démolir les bâtiments, puis en tramèrent sur le rivage les planches et les poutres18."

16On voit que, l'imagination aidant, la légende a connu de profondes transformations.

2 - L'ahuehuete de Popotlan

17Bien d'autres légendes sont associées au nom du glorieux conquérant du Mexique. Et c'est dans les situations difficiles que ce héros donne toute sa mesure. Alors qu'il vient de connaître la cuisante défaite de la Noche Triste — dans la nuit du samedi 30 juin au dimanche 1er juillet 1520 — Cortés, qui fuit la ville de Tenochtitlán, rassemble les blessés et tente de regrouper les quelques survivants encore valides. Il s'est réfugié sur une hauteur (un cerro) où l'on créera plus tard le sanctuaire de Nuestra Señora de los Remedios. Cortés s'y arrête et pleure sur son malheur, à l'image du Cid qui, à l'occasion, ne sait retenir ses larmes. Francisco López de Gómara met en scène ce moment d'émotion :

  • 19 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 368.

"Alors Cortés s'arrêta, et même s'assit, non point pour se reposer mais pour pleurer sur les morts et les survivants et méditer sur le coup que lui avait asséné le destin en lui faisant perdre tant d'amis, tant de trésors, tant de pouvoir, un royaume et une aussi grande cité. Il ne se lamentait pas seulement sur le funeste sort qui l'accablait alors mais craignait l'avenir car ils étaient tous blessés, qu'ils ne savaient où aller et qu'il ne pouvait compter avec certitude sur l'amitié des gens de Tlaxcala et sur la possibilité de s'y réfugier. Qui n'aurait pas pleuré en considérant la mort et les dommages subis par ceux qui naguère étaient arrivés aussi triomphalement, avec pompe et tant d'allégresse19 ?"

18Fernando de Alva Ixtlilxóchitl rapporte également le fait dans son Historia de la nación chichimeca :

  • 20 Fernando de Alva Ixtlilxóchitl, Historia de la nación chichimeca, Edición de Germán Vázquez, Madri (...)

"Dès que Cortés partit avec les siens lors de cette nuit si dommageable il battit en retraite vers les hauteurs de Tlacopan qui se trouve en direction de la butte de Tototépec, qui porte aujourd'hui le nom de Nuestra Señora de los Remedios [Notre-Dame-des-Remèdes], où miraculeusement la Reine des Anges lui prêta assistance et secours et où, suivant la relation des Tlaxcaltèques que l'on a mentionnée, il s'arrêta, triste et affligé, et versa des pleurs abondants en considérant la perte de tant de compagnons et d'amis qui étaient morts et qu'il abandonnait au pouvoir de ses ennemis, mais aussi le miracle éclatant que la Reine des Anges, son intercesseur l'apôtre saint Pierre et celui des armées espagnoles Santiago, avaient réalisé en lui permettant de s'échapper lui et ceux de sa suite (…)20"

  • 21 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 128, p. 470.

19Hernán Cortés ne dit rien à ce sujet et Bernal Díaz del Castillo, habituellement si prolixe, se contente d'indiquer : "C'étaient bien plus les chevaux et les soldats manquants que l'on devait pleurer21." Simple pudeur virile ?

20Il semble bien que l'évocation des pleurs du héros vaincu soit un développement des faits imputable aux chroniqueurs qui ne furent pas les témoins oculaires de la scène qu'ils relatent.

21Le lieu où Cortés se reposa avec ses compagnons blessés, où il prit conscience d'avoir atteint le fond de l'abîme, et où il recommença peut-être à espérer, a été perçu comme un endroit exceptionnel. Le héros y avait connu des sentiments humains qui le rapprochaient, ne serait-ce que d'une manière fugace, du commun des mortels. On s'empressa donc de sanctifier ce lieu en remplaçant le temple aztèque qui s'y trouvait par une chapelle. Et ce nouveau sanctuaire devint rapidement un but de pèlerinage ; Diego Munoz Camargo le précise dans son Historia de Tlaxcala :

  • 22 D. Muñoz Camargo, Histoire de Tlaxcala, liv. 2, ch. 6, dans Récits aztèques de la Conquête, op. ci (...)

"Harcelés sur leur route par les ennemis, ils se battaient tout en marchant et les escarmouches ne cessèrent qu'aux abords de cet endroit, qu'on baptisa dès lors, en action de grâces, Notre-Dame-des-Remèdes, et qui reste un lieu de pèlerinage fréquenté avec beaucoup de dévotion22."

***

  • 23 Le mot vient du náhuatl ahuehuetl qui désigne un arbre qui pousse près des cours d'eau et dans les (...)

22Une légende était née, mais elle subit — comme toutes les légendes — quelques transformations, et l'on imagina Cortés pleurant au pied d'un ahuehuete, une sorte de cyprès mexicain23. Carlos Pereyra explique ainsi la légende :

  • 24 Carlos Pereyra, Hernán Cortés, Prólogo de Martín Quirarte, México, Editorial Porrúa S.A., 1971, co (...)

"Cortés revint avec quelques-uns de ces capitaines et en voyant arriver Alvarado accompagné de quatre survivants de sa section qui était constituée de plus de deux cents fantassins, "ses yeux se remplirent de larmes". Voilà l'origine de la légende de ses pleurs au pied d'un ahuehuete de Popotla24."

23Cet ahuehuete et la légende qui s'y rattachait étaient très populaires au siècle dernier. Le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle, de Pierre Larousse, le confirme :

  • 25 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle. Français, historique, géographique, (...)

Ce cyprès est connu dans tout le Mexique, sous le nom de Ahuehuete de la noche triste y desgraciada. C'est à l'abri de son feuillage que Cortez se reposa dans la fatale nuit du 1er juillet 1520, après avoir été chassé de Mexico par un soulèvement général, qu'avait provoqué la cupidité de Pedro de Alvarado, lequel n'avait pas craint de s'emparer de l'idole la plus chère aux Indiens. C'est sur la route de Mexico à Popotlan que se trouve cet arbre, qui est le cupressus distycha de Linné. La tête en est chenue, les rameaux sont brisés, il végète plus qu'il ne vit ; il présente bien, dit un historien, le symbole de l'heure désastreuse où Cortez doutant de son étoile, s'assit à son ombre et ne recouvra quelque tranquillité qu'en revoyant près de lui Alvarado, Sandoval, Olid, Ordaz, ces compagnons intrépides qu'il croyait avoir perdus. A côté de l'antique cyprès, on voit une petite chapelle, qui bien que d'une construction postérieure à ces événements, semble être là comme la consécration de quelque mystérieux souvenir25."

  • 26 La pluie qui gêna les chevaux fut une des causes le plus souvent invoquées de l'échec retentissant (...)

24L'immense pouvoir de l'imagination a, une fois encore, transfiguré la réalité, et, en l'occurrence, en dépit du bon sens : comment Cortés aurait-il pu s'asseoir à l'ombre d'un cyprès au cours d'une nuit pluvieuse26 !

3 - La boussole d'Hernán Cortés

25La personnalité de Cortés est à l'origine de plusieurs autres légendes. Pendant son expédition à Las Hibueras (l'actuel Honduras), dont il rend compte longuement dans sa cinquième Carta de Relación, datée du 3 septembre 1526, se sont produits des événements remarquables qui eurent un grand retentissement. Le comportement, les décisions audacieuses et l'aura du capitaine furent à la base de certaines légendes qui ne tardèrent pas à se développer. C'est, bien entendu, chez les témoins et chez les chroniqueurs que nous pouvons en trouver les éléments.

26L'une d'entre elles est née d'une idée remarquable : l'utilisation de la boussole, jusqu'alors réservée aux navigateurs, pour retrouver son chemin en pays inconnu. Cortés précise d'ailleurs dans sa Relación, qu'il n'en était pas à sa première expérience et que la boussole lui avait déjà rendu des services :

  • 27 H. Cortés, Quinta Carta-Relación…, op. cit., p. 230.

"J'ordonnai que l'on m'apportât une boussole que j'avais prise et qui me servait souvent pour repérer mon chemin, bien que jamais auparavant nous n'eussions connu de telles difficultés (…)27"

27Bernai Díaz del Castillo confirme, dans l'Historia Verdadera de la Conquista de la Nueva España, l'utilisation de cet instrument. Il souligne la remarquable prévoyance de Cortés et ajoute — précision d'importance — qu'un pilote participait à l'expédition :

  • 28 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd… op. cit., vol. 2, ch. 175, p. 267.

"Et comme Cortés était diligent en toute chose et s'appliquait avec soin à ne pas être pris au dépourvu, nous transportions une boussole et nous avions avec nous un pilote nommé Pedro López. Et, s'aidant du morceau d'étoffe que nous avions apporté de Guazaculco, sur lequel étaient signalés les villages, Cortés ordonna qu'avec l'aide de la boussole nous nous enfoncions dans la forêt, en ouvrant un chemin en direction de l'est où le morceau d'étoffe indiquait la position du village (…)28"

28Or, la boussole va jouer un rôle inattendu dans les rapports entre Cortés et les Indiens qu'il avait emmenés avec lui. Les préparatifs de l'expédition à Las Hibueras avaient été particulièrement soignés. Cortés s'était entouré d'un grand luxe de précautions. La présence de la boussole suffirait à le prouver, tout comme le grand troupeau de porcs qui suivait ses soldats, assurés ainsi de ne pas mourir de faim. Cortés pensait à tout. Il entraînait aussi dans son sillage un important prisonnier, le malheureux Cuauhtémoc, dernier empereur de Tenochtitlán que l'on avait réussi à capturer à la fin du terrible siège de la capitale. Et Cuauhtémoc n'était pas seul : plusieurs dignitaires aztèques le suivaient dans son exil forcé. Francisco López de Gómara indique qu'il s'agissait là d'une mesure de sécurité :

  • 29 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 412.

"Cortés emmenait avec lui Cuauhtémoc et de nombreux autres seigneurs mexicains, afin qu'ils ne provoquassent pas de troubles dans la ville et dans le pays, et trois mille serviteurs et porteurs indiens29."

29Les Espagnols de l'expédition auraient eu vent d'un complot fomenté par Cuauhtémoc, et Cortés décida de l'exécuter. L'entourage du chef indien, abasourdi, ne comprit pas comment le prétendu complot avait pu être découvert. La seule explication qui leur vint à l'esprit fut — d'après Gómara — que la mystérieuse boussole qui guidait les Européens était à l'origine de leurs maux :

  • 30 Ibid.. II, p. 413.

"(…) et ils croyaient que la boussole et la carte le lui avaient dit et que les renseignements ne provenaient d'aucun être humain. Et ils étaient intimement persuadés que l'on ne pouvait lui dissimuler les pensées puisqu'il avait réussi dans cette affaire et trouvé le chemin de Huatepan. Et ainsi beaucoup vinrent lui dire qu'il regardât dans le miroir — c'est le nom qu'ils donnaient à la boussole — et qu'il y verrait combien ils l'estimaient et qu'ils n'avaient aucune mauvaise intention à son égard. Lui et tous les Espagnols favorisaient cette croyance afin qu'ils eussent quelque crainte30."

30Voilà comment une légende née de la surprise des indigènes a pu se développer avec l'hypocrite et prudente complicité des conquistadores.

4 - Les ponts d'Hernán Cortés

31L'expédition de Cortés à Las Hibueras connut toutefois bien d'autres difficultés liées à la nature du terrain sur lequel elle cherchait à avancer. La végétation tropicale du Petén, les nombreux marécages qui existaient dans cette zone, et d'importants cours d'eau étaient autant d'obstacles qui retardaient la progression. Cortés dut alors construire plusieurs ponts car la vase des marais et les crocodiles mettaient en péril les hommes et les bêtes. L'édification de ces ouvrages, pour rudimentaires qu'ils fussent, retarda considérablement le mouvement. Certains ponts d'une longueur étonnante furent d'ailleurs peu utiles car sur l'autre rive on devait retrouver les mêmes difficultés dues aux fréquentes inondations provoquées par d'abondantes pluies tropicales, et ceux que l'on avait réussi à construire étaient souvent détruits. Hernán Cortés l'avoue :

  • 31 H. Cortés, Quinta Carta-Relación…, op. cit., p. 232-233.

"(…) nous étions alors persuadés que les crues des cours d'eau avaient emporté les ponts que nous avions construits. Or, il était très difficile de les reconstruire car tous étaient maintenant fatigués31."

32Bernai Díaz del Castillo manifeste cependant son admiration pour l'un de ces ouvrages insensés :

  • 32 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 175, p. 264-265.

"(…) et sept lieues après l'Ayagualco il franchit une lagune qui s'ouvre dans la mer et on lui contruisit un pont qui avait une longueur d'environ la moitié d'un quart de lieue [697 m]. C'était une prouesse, au milieu de cette lagune (…)32"

33Francisco Lopez de Gómara donne quelques indications sur un pont remarquable. Il précise que ce sont les Indiens de l'expédition qui ont fourni l'essentiel du travail. Cortés leur avait fait des promesses :

  • 33 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 411.

"Il leur fit de grandes promesses pour le temps où ils seraient de retour à Mexico s'ils construisaient ce pont33."

34Mais, ajoute-t-il, c'est Hernán Cortés qui était le maître d'œuvre :

  • 34 Ibid., II, p. 411.

"Cortés était le principal maître d'œuvre et travailla tellement et avec tant de diligence qu'au bout de six jours le pont était construit et que le septième jour toute l'armée et tous les chevaux purent l'emprunter. Ce fut une réalisation qui ne semble pas avoir été possible sans l'aide de Dieu. Les Espagnols furent émerveillés et apportèrent leur contribution car, bien qu'ils soient médisants, ils agissent bien34."

35Ce fut une entreprise hors du commun :

  • 35 Ibid., II, p. 411.

"Mille poutres de huit brasses de long [3,37 m] et cinq ou six empans d'épaisseur [1,05 et 1,26 m] furent nécessaires ainsi que d'autres pièces de bois plus petites et plus minces pour le tablier. Il fut assemblé avec des lianes, car il n'y eut d'autres clous que ceux qui servaient à ferrer les montures, et des chevilles de bois pour quelques perforations35."

36Et les Espagnols étaient très fiers de l'ouvrage qui produisait le meilleur effet sur les Indiens de la région :

  • 36 Ibid.. II, p. 412.

"Cortés lui sut gré de sa bienveillance. Il lui remit quelques menus objets d'Espagne pour offrir à son seigneur. Puis il les emmena voir le pont et les renvoya avec les mêmes Espagnols. Ils restèrent ébahis devant cette construction, parce qu'il n'en existe pas en cette contrée, mais aussi par ses dimensions et parce qu'ils pensaient qu'il n'y avait rien d'impossible pour les Espagnols36."

37Les "ponts de Cortés", c'est ainsi qu'on les nomma désormais — car certains résistèrent et restèrent en place durant des années —, entrèrent dans la légende et suscitèrent l'admiration des Espagnols. Bernal Díaz del Castillo permet d'ailleurs d'en juger :

  • 37 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 178, p. 285.

"Les Espagnols qui étaient sur ces chemins et trouvaient quelques-uns des ponts restés intacts au bout de nombreuses années, avec ces grands troncs d'arbres que nous utilisions, expriment leur étonnement et ont coutume de dire maintenant : "Voilà les ponts de Cortés", comme s'ils disaient : "Voilà les Colonnes d'Hercule"37."

5 - Le cheval Tziminchac

  • 38 Cf. Diego López Cogolludo, Historia de Yucatán, México, Editorial Academia Literaria, 1957. Ferdin (...)
  • 39 Cf. F. Denis, Le Monde enchanté…, op. cit., ch. 7, p. 140 :
    "Lorsque Fernand Cortez alla à Honduras (...)

38Il est une autre légende très curieuse qui montre quels étranges rapports s'étaient établis entre Cortés et les indigènes. Ferdinand Denis, utilisant des renseignements tirés de l'Historia de Yucatán de Diego López Cogolludo38, l'a résumée dans son ouvrage Le Monde Enchanté39.

39Nous nous référerons cependant plutôt à Juan de Villagutierre qui rapporte dans son Historia de la conquista de Itzá ce qu'il advint alors. Cortés, avançant en direction du Honduras se trouvait donc dans le Petén. Au cours d'une chasse, la monture de Palacios Rubios, qui accompagnait Cortés, s'effondra, et le cheval de ce dernier tomba gravement malade :

  • 40 J. de Villagutierre, Hist., op. cit., liv. 1, ch. 7, p. 82-83.

"(…) parce qu'ils étaient fatigués, et que la touffeur, la chaleur insupportable qui régnaient à ce moment-là, la poursuite des cerfs pendant la chasse, avaient fait fondre la graisse de leur corps. Mais, enfin, celui de Don Fernando Cortés ne mourut pas alors de cette maladie ; c'eût pourtant été un moindre mal s'il eût péri de la sorte, comme on le verra plus loin40."

40Et Cortés dut abandonner son cheval qu'il confia aux Indiens Itzáes en leur recommandant d'en prendre grand soin :

  • 41 Ibid., liv. 1, ch. 8, p. 88.

"Il confia aux Itzáes son cheval noir qui avait une foulure et dont la graisse avait fondu, en leur recommandant de prendre grand soin de lui et de veiller à son rétablissement. Plus tard, depuis l'endroit où il rencontrerait les Espagnols qu'il cherchait, il enverrait quelqu'un quérir ce cheval, car il l'estimait grandement à cause de ses qualités et du prix que là-bas l'on attachait alors aux montures41."

41Les Indiens, chargés de mener à bien une mission aussi importante, soignèrent l'animal du mieux qu'ils purent. Mais leurs efforts donnèrent un résultat contraire à celui qu'ils attendaient :

  • 42 Ibid., liv. 2, ch. 4, p. 129.

"(…) ils prétendirent le soigner et, le tenant pour un animal doué de raison, lui donnaient à manger des poules et autres viandes et lui offraient des bouquets de fleurs comme ils avaient coutume de le faire avec les personnes de qualité lorsqu'elles étaient malades. Ils croyaient ainsi le régaler et l'honorer, mais tout cela aboutit à la perte du pauvre cheval, car il mourut de faim ce qui ne se serait peut-être pas produit à cause de la maladie si on l'avait au moins laissé paître, même sans autres soins42."

  • 43 Ibid., liv. 2, ch. 4, p. 129. Cette statue était de pierre, dit Villagutierre, ou peut-être de boi (...)

42Les malheureux Indiens décidèrent alors d'ériger une statue qui représentât le cheval43 afin de ne pas encourir les reproches ou la colère du Conquistador. Des missionnaires qui visitèrent la région, les Pères Orbita et Fuensalida, ont remarqué que cette statue était considérée comme une image du dieu de la foudre :

  • 44 Ibid., liv. 2, ch. 4, p. 128.

"Ces barbares le vénéraient comme dieu du tonnerre et de la foudre, en lui donnant le nom de Tziminchac, qui signifie 'cheval du tonnerre ou de la foudre'44."

43L'explication de ce nom est fort simple, et Villagutierre nous éclaire à ce sujet :

  • 45 Ibid., liv. 2, ch. 4, p. 129.

"Ils l'appelèrent "cheval du tonnerre" ou "de la foudre" parce qu'ils avaient su que certains Espagnols de cette expédition de Cortés tiraient des coups d'arquebuse alors qu'ils étaient à cheval pour chasser des cerfs. Ils en déduisirent que ces animaux étaient à l'origine de ces éclats qu'ils prenaient pour des coups de tonnerre ; quant à l'éclair qui sortait de la lumière du canon ils pensaient qu'il s'agissait de la foudre45."

44C'est le Père Orbita qui détruisit cette statue que les Indiens considéraient alors comme la représentation d'une de leurs divinités. Quand on sait l'importance qu'eurent les chevaux pendant la Conquista et l'effroi qu'ils produisirent chez les Indiens (qui pensaient que le cavalier et l'animal ne formaient qu'une seule et même bête), on peut comprendre la réaction des indigènes du Yucatán qui se crurent en présence d'un nouveau dieu.

6 - Francisco Pizarro et "Los trece de la Fama

45Francisco Pizarro, l'émule d'Hernán Cortés, est lui aussi entré dans la légende. On évoque très souvent — mais n'est-ce pas le cas pour bon nombre de héros qui doivent tout à leur force de caractère ? — son enfance misérable, en Estrémadure.

"Ce que l'on raconte sur sa jeunesse et son travail de gardien des pourceaux de son père est bien probable ; qu'il ait abandonné son foyer pour avoir perdu quelques porcs effrayés par les mouches n'est pas une question d'une grande transcendance."

  • 46 F. A. Kirkpatrick, Los Conquistadores Españoles, Traducido del inglés por Rafael Vázquez Zamora, M (...)

46écrit F. A. Kirkpatrick46. Or, ces détails, vrais ou faux, de peu d'importance auprès des événements qui suivront, ont été pieusement transmis par la tradition et ont contribué à magnifier le personnage.

47Le moment suprême, est sans conteste celui où Francisco Pizarro put compter ses partisans, lorsqu'il fallut choisir entre le retour vers la base de départ et la poursuite d'une entreprise téméraire.

***

48Une première expédition, partie de Panama en 1524, reconnut, sous sa direction, la côte de l'actuelle Colombie. Les résultats furent très décevants. Toutefois, une seconde tentative eut lieu en 1526. Francisco Pizarro, soutenu par Diego de Almagro et le prêtre Hernando Luque, ses associés, avait pris la tête de cette nouvelle expédition qui semblait devoir échouer comme la première. Pizarro dut se réfugier dans l'île del Gallo, attendant les renforts que devait envoyer Diego de Almagro. Or, le gouverneur de Panama, Pedro de los Ríos, n'autorisa qu'une expédition de secours, dirigée par Juan Tafur et destinée à rapatrier Pizarro et ses hommes qui se trouvaient en bien piteux état. Alors se situe un épisode remarquable que les chroniqueurs rappellent souvent. Francisco de Xerez, le premier, relate les faits :

  • 47 F. de Xerez, Verdadera Relación…, op. cit., p. 67.

"(…) le Gouverneur décida à ce sujet que tous ceux qui désiraient venir à Panama puissent le faire en toute liberté. Seize hommes restèrent avec le capitaine Pizarro et tous les autres s'embarquèrent pour Panamá47."

49Il s'agit, très simplement, de la décision prise par Pizarro et 16 de ses hommes de ne pas abandonner, de poursuivre l'effort entrepris malgré les immenses difficultés qu'ils connaissaient. Coupés de l'arrière, privés de tout secours immédiat, ils se retrouvaient dans la même situation qu'Hernán Cortés après la destruction de sa flotte. La conquête de l'empire incasique commençait donc par un geste symbolique qui lui donnait un aspect légendaire.

50Les 16 fidèles de Pizarro furent très souvent réduits à 13. C'est ainsi qu'ils sont connus sous l'appellation : Los trece de la Fama.

51Pour Pedro de Cieza de León, ces 13 soldats auraient eu pitié de Francisco Pizarro qui s'obstinait dans son entreprise, malgré les avis contraires :

  • 48 Pedro de Cieza de León, Descubrimiento y Conquista del Perú [Tercera Parte de la Crónica del Perú] (...)

"(…) sauf treize d'entre eux qui, ayant de la compassion pour lui et peu désireux de rentrer à Panama, déclarèrent qu'ils l'accompagneraient pour vivre ou mourir avec lui48."

52Le même sentiment de pitié est évoqué par Antonio de Herrera qui propose une version plus évoluée de la légende : Pedro Tafur, le capitaine chargé de ramener les Espagnols à Panamá aurait tracé une ligne sur le sol pour que l'on vît clairement les deux partis en présence :

  • 49 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 7, déc. 3, liv. 10, ch. 3, p. 438.

"Rien ne parvint à ébranler leur détermination. Ils priaient plutôt instamment Juan Tafur de les tirer promptement de là. Celui-ci, malgré l'ordre très strict qu'on lui avait donné de les ramener tous, par respect pour Pizarro qui, animé d'un courage à toute épreuve le supplia de lui laisser quelques compagnons, se plaça du côté du navire et, traçant une ligne sur le sol, plaça de l'autre côté de cette ligne Francisco Pizarro et ses soldats, puis il dit que ceux qui souhaitaient partir pour Panama vinssent de son côté et que ceux qui seraient de l'avis contraire ne franchissent pas la ligne. Seuls treize d'entre eux et un mulâtre décidèrent de rester : la courageuse constance de leur chef et la compassion qu'ils avaient pour lui ainsi que le désir de ne point le laisser seul inspirèrent leur décision, et ils se proposèrent pour mourir avec lui en le suivant partout où il voudrait49."

53Mais la légende allait encore évoluer. Pour l'Inca Garcilaso de la Vega, c'est le chef lui-même, Francisco Pizarro, qui traça la ligne sur le sol et tint des propos héroïques :

  • 50 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú…, op. cit., liv. 1, ch. 9, p. 28-29 (vol (...)

"Pour les tirer d'embarras, mais aussi pour voir qui déclarerait son amitié pour lui, il saisit son épée et traça avec la pointe une longue ligne sur le sol du côté du Pérou où son désir le poussait. Puis se tournant vers les siens il leur dit : "Messieurs, cette ligne signifie, souffrance, faim, soif et fatigue, blessures et maladies et tous les autres dangers et tourments que l'on doit endurer dans cette conquête, jusqu'à perdre la vie. Que ceux qui auraient assez de courage pour souffrir et supporter tout cela dans cette quête si héroïque franchissent la ligne montrant et donnant ainsi la preuve de leur courage et de leur vaillance, et comme témoignage de fidélité à mon égard dans l'avenir. Que ceux qui se sentiraient indignes d'une aussi noble entreprise, s'en retournent à Panama : je ne veux forcer la main à quiconque. Car — avec ceux qui resteront auprès de moi, même s'ils sont peu nombreux —, j'espère que Dieu, pour son plus grand honneur et sa plus grande gloire, et la perpétuelle renommée de ceux qui m'auront suivi, nous prêtera assistance et que son Éternelle Majesté nous aidera de telle sorte que nous ne ressentions pas le manque de ceux qui seront partis."50"

54Francisco Pizarro est présenté ici comme un héros obstiné qui a foi en l'avenir et s'oppose sans crainte à l'avis de la majorité. Cette scène, devenue légendaire, fut convenablement exploitée en Espagne pour exalter l'idéal patriotique et appuyer le nationalisme militant. Nous n'en voulons pour preuve que ces quelques lignes tirées d'un manuel de lecture (12e éd„ 1962) qui, avec l'imprimatur de l'Archevêché de Burgos (en 1935) et l'approbation du Ministerio de Educación Nacional (en 1959), diffusait ainsi la légende dans les écoles de la Péninsule :

  • 51 Manuel Siurot, La Emoción de España. Libro de cultura patriótica popular. Ilustraciones de M. Huet (...)

"Nous en avons aussi un éclatant témoignage avec la ligne sur le sol tracée par Francisco Pizarro, malade, affamé et plongé dans la solitude inconnue d'une ingrate contrée. Alors qu'il n'y a d'autre recours que la mort et qu'arrive près de la côte un bateau avec des ordres de ses supérieurs qui lui signifient d'abandonner cette entreprise qualifiée de folie, lui, en se traînant sur le sol, trace avec un poignard une ligne en disant : "Au nord de cette ligne se trouvent la facilité et l'échec, au sud, le sacrifice et l'immortalité ; que celui qui se considèrerait comme un courageux Castillan me suive." Et sur ces propos il franchit la ligne en direction du sud, imité par treize hommes déterminés, presque abattus par les fièvres, la soif et la fatigue. Ceux qui franchirent la ligne comblèrent l'Espagne de gloire car ils furent ceux qui découvrirent et civilisèrent le vaste Empire du Pérou51."

55Que de chemin parcouru ! La légende, solidement installée est encore bien vivante dans la deuxième moitié du XXe siècle. Les héros de la Conquista sont loin d'être oubliés.

No 11 - L'ahuehuete de Popotlan.
Gravure tirée du Harper's Magazine, janvier 1874, p. 172.

Notes

1 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 32-33.

2 Le taret est un mollusque bivalve, vermiforme, qui perfore les bois immergés. Il causa d'énormes soucis aux navigateurs dont les vaisseaux eurent à en souffrir, tout particulièrement dans les eaux tropicales.

3 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 324.

4 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 58, p. 215-216.

5 Ibid., vol. 1, ch. 59, p. 217.

6 Cf. Licenciado Manuel Orozco y Berra, Historia Antigua y de la Conquista de México (…) Con un Estudio Previo de Ángel Ma. Garibay K. y Biografía del autor, más tres Bibliografías referentes al mismo, de Miguel León-Portilla, México, Editorial Porrúa S.A., 1960, 4 t., col. "Biblioteca Porrúa", no 17 à 20, t. 4, p. 153, n. 26. L'auteur analyse toutes les sources de renseignements mais semble négliger le texte d'H. Cortés.

7 Ibid., t. 4, p. 154, n. 26. A l’appui de cette affirmation est cité – longuement – un texte de Juan Suarez de Peralta (tiré de ses Noticias históricas de la Nueva España, Madrid, Imp. de M. G. Hernández, 1878 ; nouvelle éd. avec le titre : Tratado del descubrimiento de las Indias, México, Secretaría de Educación Pública, 1949), écrit au XVIe siècle, qui parle de navires incendiés. Mais M. Orozco y Berra, qui signale que J. Suárez de Peralta vivait au Mexique, ajoute :''no parece bien informado en las cosas de la conquista''.

8 Cesáreo Fernandez Duro, Las joyas de Isabel la Católica – Las naves de Cortés – El Salto de Alvarado - Epístola dirigida al llmo. Señor Don Juan de Dios de la Rada y Delgado por C. Fernández Duro, Madrid, G. Hernández, 1882, p. 27.

9 S. de Covarrubias, Tesoro…, op. cit.

10 Real Academia Española, Diccionario de la lengua castellana, en que se explica el verdadero sentido de las voces, su naturaleza y calidad, con las phrases o modos de hablar, los proverbios o refranes, y otras cosas convenientes al uso de la lengua. Dedicado al Rey Nuestro Señor Don Phelipe V. (Que Dios guarde). A cuyas reales expensas se hace esta obra. Compuesto por la Real Academia Española (…) Con privilegia. En Madrid : en la imprenta de Francisco del Hierro (…) Año de 1726. 6 t., 1726-1739. Ed. fac-sim., sous le titre Diccionario de Autoridades, Madrid, Editorial Gredos S.A., 1964 (3 vol.), col. "Biblioteca Románica Hispánica".

11 César Oudin, Tesoro de las dos lenguas española y francesa, de Cœsar Oudin, Interprete del Rey de Francia, Corregido y aumentado de infinidad de omisiones. adiciones y vocablos ; con sus géneros, y un vocabulario de xerigonça, y de las principales ciudades, villas, reynos, comarcas, provincias, y rios del mundo : nvevamente enriquecido de muchos vocablos, frasis, proverbios, o sentencias, sacadas del Tesoro de Covarruvias ; y tambien del mismo vocabulario de ciudades &c, en romance, al fin de este primer volumen (…) En Leon de Francia. A Costa de I. Bavt. Bourlier & Lavr Avbin. M. DC. LXXV. Con permission.
Francisco Sobrino, Diccionario nuevo de las lenguas española y francesa ; El mas amplio y el mejor que ha salido à luz hasta aora, en que se contiene la explicacion del Español en Francès, y del Francès en Español, en dos partes, con las phráses y modos de hablar particuláres, sacadas de diferentes autores españoles, principalmente de Covarrubias, Saavedra, Quevedo, Gracian, Solis y del Diccionario de la Academia Real Española, y los nombres de los reynos, provincias, comàrcas, ciudàdes, villas y rios del mundo ; los nombres proprios de hombres y mugeres, y los de las naciones ; las explicaciones de los libros de la sagrada Escritura, muchos refranes, y otras cosas muy curiosas de las Historias antiguas. Por Francisco Sobrino, que fuè Maestro de la Lengua Española en la Corte de Brusse las. Tercera edicion corregida y considerablemente augmentada (…) En Brusselas, En Casa de Pedro Foppens, Mercader de Libros. M. DCC. XXXIV. 2 t.

– De Sejournant, Nouveau Dictionnaire Espagnol-François et Latin, composé sur les dictionnaires des Académies Royales de Madrid et de Paris. Par M. de Sejournant, Ecuyer, Interprete du Roi, pour la Langue Espagnole. Nouvelle édition corrigée et augmentée. (…) A Paris, Chez Charles-Antoine Jombert, Pere, Libraire du Roi pour l'Artillerie & le Génie, rue Dauphine, à l'Image Notre-Dame. M. DCC. LXXXVII. Avec approbation et privilege du Roi. 2 t.

12 Cf. S. de Covarrubias, Tesoro…, op. cit., p. 891, art. "Quemar" : "Quemar la hazienda y abrasarla, es echarla a perder." Ce que César Oudin (Tesoro…, op. cit., p. 792) traduit par : "Gaspiller son bien & le mettre à perdition”.

13 Cf. Maurice Rat, Dictionnaire des locutions françaises, édition augmentée d'un supplément, Paris, Librairie Larousse, 1981, (1ère éd. 1957), p. 69, art. "brûler".

14 Cf. Philip Gosse, Histoire de la piraterie. Traduit de l'anglais par P. Teillac, Paris, Payot, 1978, col. "Bibliothèque Historique", liv. 1, ch. 2, p. 28.

15 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit.. II, p. 324.

16 C. Fernández Duro, Las joyas…, op. cit., p. 27-28. Nous respectons l'orthographe du texte cité. A la suite, C. Fernández Duro donne la traduction espagnole de ce texte :
"Fernan-Cortés maldice su flota.
Habiendo Montezuma rehusado el dejar que Fernán-Cortés entrase en sus Estados, este reunió á los enviados de Montezuma en la orilla del mar, y á presencia suya hizo quemar sus bajeles, para no poderse volver hacia atrás, y les dijo : "Ahora que vuestro amo y señor se prepare para recibirme, bien como amigo ó bien como enemigo.""

17 Ibid., p. 28-29. Le texte espagnol est le suivant :
"Fernán-Cortés pone fuego á sus bajeles.
Habiendo enviado Montezuma á Fernán-Cortés unos embajadores cargados de ricos presentes, para incitarlos á que saliesen de Méjico, el General Español quiso dar à sus enemigos la alta idea de su poder y de su resolución ; después de haberles hecho admirar su flota, se arroja con una hacha de viento en la mano, pone él mismo el fuego en sus bajeles, que en un instante fueron hechos cenizas, y después, volviéndose hacia los enviados, les dice : "Id á decir á vuestro amo que me quedo aquí y que dentro de poco tiempo sera mi prisionero.""

18 Joachim Heinrich Campe, Histoire de la Découverte et de la conquête de l'Amérique. (…) Traduction nouvelle, précédée d'un essai sur la vie et les ouvrages de l'auteur par Charles Saint-Maurice, Traducteur des Mélanges de Wieland. Nouvelle Edition ornée de vignettes dessinées par MM. Staal et Bertrand. Paris, Garnier Frères, Libraires-Editeurs, s.d. [XIXe siècle], 2e part., ch. 2, p. 250.

19 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 368.

20 Fernando de Alva Ixtlilxóchitl, Historia de la nación chichimeca, Edición de Germán Vázquez, Madrid, Historia 16, 1985, col. "Crónicas de América" no 11, ch. 89, p. 264.

21 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 128, p. 470.

22 D. Muñoz Camargo, Histoire de Tlaxcala, liv. 2, ch. 6, dans Récits aztèques de la Conquête, op. cit., p. 232.

23 Le mot vient du náhuatl ahuehuetl qui désigne un arbre qui pousse près des cours d'eau et dans les lieux humides (Cupressus disticha : Taxodium mucronatum). Cf. Francisco J. Santamaría, Diccionario de Mejicanismos. Razonado ; comprobado con citas de autoridades ; comparado con el de americanismos y con los vocabularios provinciales de los más distinguidos diccionaristas hispanamericanos, Méjico, Editorial Porrúa S.A., 1959, p. 45, art. "ahuehuete".

24 Carlos Pereyra, Hernán Cortés, Prólogo de Martín Quirarte, México, Editorial Porrúa S.A., 1971, col. "Sepan Cuantos…" no 165, 2e part., ch. 7, p. 119.

25 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle. Français, historique, géographique, mythologique, bibliographique, littéraire, artistique, scientifique, etc., etc. Comprenant (…) par Pierre Larousse, Paris, Vve P. Larousse et Cie, Imprimeurs-Editeurs, 1865-1876 (16 t.), t. 5, p. 215, art. "Cortez".

26 La pluie qui gêna les chevaux fut une des causes le plus souvent invoquées de l'échec retentissant de Cortés cette nuit-là.

27 H. Cortés, Quinta Carta-Relación…, op. cit., p. 230.

28 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd… op. cit., vol. 2, ch. 175, p. 267.

29 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 412.

30 Ibid.. II, p. 413.

31 H. Cortés, Quinta Carta-Relación…, op. cit., p. 232-233.

32 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 175, p. 264-265.

33 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 411.

34 Ibid., II, p. 411.

35 Ibid., II, p. 411.

36 Ibid.. II, p. 412.

37 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 178, p. 285.

38 Cf. Diego López Cogolludo, Historia de Yucatán, México, Editorial Academia Literaria, 1957. Ferdinand Denis (Le Monde enchanté…, op. cit., ch. 7, p. 140, n. 1) l'appelle Diego López Coculludo.

39 Cf. F. Denis, Le Monde enchanté…, op. cit., ch. 7, p. 140 :
"Lorsque Fernand Cortez alla à Honduras, dit la vieille chronique, il laissa un cheval aux habitants du Yucatan. Craignant d'abord que ce chef redouté ne leur demandât son cheval de guerre et que celui-ci ne vînt à mourir, ils firent une statue à son image, puis ils finirent par l'adorer lui-même, et prétendirent le nourrir comme un de leurs dieux ; ils ne lui présentaient que de la volaille et des gibiers exquis qu'ils recouvraient de bouquets de fleurs. Ils l'avaient surnommé Tzimin-Chac, le Courrier du tonnerre. Le pauvre animal mourut bientôt accablé de trop d'honneurs."

40 J. de Villagutierre, Hist., op. cit., liv. 1, ch. 7, p. 82-83.

41 Ibid., liv. 1, ch. 8, p. 88.

42 Ibid., liv. 2, ch. 4, p. 129.

43 Ibid., liv. 2, ch. 4, p. 129. Cette statue était de pierre, dit Villagutierre, ou peut-être de bois. Il dit se référer à un historien – certainement Diego López Cogolludo – qui donne ces deux renseignements.

44 Ibid., liv. 2, ch. 4, p. 128.

45 Ibid., liv. 2, ch. 4, p. 129.

46 F. A. Kirkpatrick, Los Conquistadores Españoles, Traducido del inglés por Rafael Vázquez Zamora, Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1935, col. "Vidas Extraordinarias" no 14, ch. 12, p. 131.
Cf., également, Louis Baudin, La vie de François Pizarre, Paris, Librairie Gallimard, N.R.F., 1930 (5e éd.), col. "Vies des hommes illustres" no 50, ch. 1, p. 18.

47 F. de Xerez, Verdadera Relación…, op. cit., p. 67.

48 Pedro de Cieza de León, Descubrimiento y Conquista del Perú [Tercera Parte de la Crónica del Perú], Edición de Carmelo Sáenz de Santa María, Madrid, Historia 16, 1986, col. "Crónicas de América" no 17, ch. 16, p. 78.

49 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 7, déc. 3, liv. 10, ch. 3, p. 438.

50 Garcilaso de la Vega (El Inca), Historia General del Perú…, op. cit., liv. 1, ch. 9, p. 28-29 (vol. 3).

51 Manuel Siurot, La Emoción de España. Libro de cultura patriótica popular. Ilustraciones de M. Huete, Burgos, Hijos de Santiago Rodríguez, 1962 (12a ed. reformada). L'imprimatur est de 1935.

Table des illustrations

Légende No 11 - L'ahuehuete de Popotlan.Gravure tirée du Harper's Magazine, janvier 1874, p. 172.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 331k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search