Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Troisième partie : Le temps de l'épopée

Chapitre XVII. L'épopée de la Conquista

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, Morceaux choisis de Victor Hugo – Poésie, Paris, Librairie Delagrave, 1958, p. 316.

"On ne savait jamais d'où sortaient ces fantômes ;
On disait : Qui sont-ils ? d’où viennent-ils ? Ils sont
Ceux qui punissent, ceux qui jugent, ceux qui vont.
- Tragiques, ils avaient l'attitude du rêve."
(Victor Hugo, La légende des siècles, Les chevaliers errants1.)

1 - L'époque des conquistadores

1En faisant fi des ordres reçus, Hernán Cortés, déterminé à s'installer au Mexique, a transformé radicalement le caractère de l'expansion. C'est une longue époque de lutte armée qui commence. On ne peut, certes, oublier les efforts réalisés dans les Grandes Antilles, Tierra Firme et la Floride. De nombreux combats s'y étaient déroulés et les indigènes avaient amplement démontré leur capacité à se défendre et très sérieusement malmené les Espagnols ou anéanti leurs audacieuses tentatives. Mais au Mexique la lutte organisée, planifiée, conçue par des stratèges, menée par des tacticiens, remplace les sanglantes échauffourées des premiers temps. Les Européens s'attaquent maintenant à un empire puissant que l'on pourrait avantageusement comparer aux États de l'Ancien Monde. Et le conquistador entre alors véritablement en scène, défrichant le terrain pour les futurs colons.

2Les premiers démêlés d'Hernán Cortés avec certains soldats de son expédition, partisans de Diego Velázquez, sont très révélateurs. Le gouverneur de Cuba n'avait envisagé qu'une mission de rescate, d'exploration, destinée à pratiquer un troc rentable. Mais Cortés avait une autre idée en tête, et le sabordage de ses vaisseaux le prouve à l'évidence : il voulait s'installer sur les nouvelles terres, s'y tailler un fief, se libérer de l'autorité de Diego Velázquez. C'est ce que lui reprochent les fidèles de ce dernier qui déclarent à Bernal Díaz del Castillo :

  • 2 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 42, p. 173-174.

"Trouvez-vous convenable, Monsieur, qu'Hernán Cortès nous ait tous dupés de la sorte en faisant proclamer à Cuba qu'il venait coloniser alors que nous avons appris maintenant qu'il n'en avait nullement la licence et n'était autorisé qu'à commercer (…)2 ?"

3Cortés n’imaginait peut-être pas quelle était la puissance de l’adversaire, toutefois il devait se douter des difficultés qui l’attendaient. Un important souverain régnait sur la région et ne pouvait être comparé aux chefs de tribus que l’on avait rencontrés jusqu’alors.

***

4La conquête du Mexique fut bientôt suivie de celle d’un autre empire non moins important : le Pérou des Incas. Là aussi les Espagnols durent affronter des armées innombrables, impressionnantes et redoutables. Et ces deux entreprises consécutives mobilisèrent les conquistadores pendant de longues années.

5Mais, paradoxalement, ces immenses empires furent plus faciles à maîtriser que d’autres régions moins bien organisées. Hernando de Soto connut les pires difficultés dans le sud-est des Etats-Unis ; il paya son audace de sa vie. Quant à la conquête du Chili — autre source de déboires — on sait qu’elle s'éternisa et ne fut jamais menée à son terme. Les Européens progressaient mieux sur un terrain moins déroutant. Profitant de l'effet de surprise, de leur supériorité technique et de circonstances politiques favorables, ils parvinrent à rétablir l'équilibre, compenser leur infériorité numérique, puis s'imposer, quand ils se trouvaient face à un État structuré, dans des conditions proches de celles que l'on connaissait en Europe.

  • 3 Cf. J. Soustelle, La vie quotidienne des Aztèques…, op. cit., ch. 2, p. 69-72.
  • 4 Cf. L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 2e part., ch. 4, p. 146-1 (...)

6Malgré les énormes différences qui existaient entre les conquistadores et les Aztèques — ou les Incas —, il était plus facile pour les Espagnols de s'adapter à la conception de la guerre de ces nations policées qu'à celle de peuples moins organisés et, de ce fait, insaisissables. Les armées du Mexique ou du Pérou avaient des coutumes parfois surprenantes, mais on pouvait y retrouver un sens de la hiérarchie et des élites3, un souci tactique, qui rappelaient ceux des troupes européennes. Le siège de Tenochtitlán, dirigé par Cortés, permit de se rendre compte que Cuauhtémoc n'avait rien à envier à un stratège du Vieux Continent, et l'action de certains chefs péruviens fut tout aussi remarquable. Quant aux places fortes, le Pérou en était fort bien pourvu4.

***

7Les Européens du XVIe siècle se sont très souvent comportés en Amérique comme des hommes du Moyen Âge. Leur conception de l'organisation de la société, des rapports entre les individus, était très fortement marquée par la période médiévale. Fray Bartolomé de Las Casas, par exemple, cherchant à s'établir dans la région de Tierra Firme, ne songe ni plus ni moins qu'à créer une sorte de nouvel ordre de chevalerie avec ses colons. Il propose ainsi à Charles Quint d'anoblir les volontaires et d'en faire des "chevaliers aux éperons d'or". Gonzalo Fernandez de Oviedo signale dans son Historia General y Natural de las Indias, que le religieux aurait écrit à l'Empereur :

  • 5 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., 1ère part., liv. XIX, ch. 5. Texte cité par Marcel Bataillon, (...)

"(…) que les gens qui seraient envoyés avec lui ne devaient point être des soldats, des assassins, des hommes assoiffés de sang qui se complaisent à la guerre ou des agitateurs, mais des individus calmes et pacifiques, des paysans qui seraient anoblis et porteraient le titre de chevaliers aux éperons d'or, se verraient gratifier du prix du voyage et des vivres nécessaires, exempter de toutes charges, et recevraient une aide pour s'établir dans le pays et de nombreuses autres faveurs qu'il demanda pour eux comme bon lui sembla5."

  • 6 M. Bataillon, "Cheminement…", art. cit., p. 136.

8Certains se sont moqués de cette nouvelle noblesse coloniale recrutée, selon les dires calomnieux de Gonzalo Fernandez de Oviedo, parmi les rustres ("chevaliers de couleur douteuse" ["Caballeros Pardos"]), proposant plutôt que l'on accordât l'habit de Santiago aux hidalgos qui voudraient coloniser la région de Santa Marta. Ce "diable" de Fernandez de Oviedo — suivant l'expression de Marcel Bataillon6 — qui s'opposait farouchement à Las Casas ne mettait cependant pas en cause la création d'une caste de chevaliers : il ne se disait préoccupé que de leurs origines.

  • 7 Cf Luís Weckman, "A Idade Média na Conquista da América", dans Revista de História (São Paulo – Br (...)
  • 8 Cf Ruggiero Romano, Les Mécanismes de la conquête coloniale : les conquistadores, Paris, Flammario (...)
  • 9 Cf. L. Weckman,”A Idade Média…", art. cit., p. 335.
  • 10 Cf. R. Romano, Les mécanismes…, op. cit., Ière part., ch. 2, p. 53.
  • 11 Ibid., Ière part., ch. 2, p. 43-44.
  • 12 Roberval's Commission (15 janvier 1540/1), dans H. P. Biggar, A Collection…, op. cit., doc. CXII, (...)

9L’établissement de l'encomienda, qui plaçait un certain nombre d’indiens sous la protection directe d'un Espagnol, fait inévitablement songer au servage féodal7. D’ailleurs, le "partage" des indigènes, décidé par le capitaine qui dirige l'expédition est aussi une distribution de type seigneurial8. De nombreuses coutumes ancestrales ont également marqué l'action des conquistadores. Ces branches d'arbres coupées pour signaler que l’on prend officiellement possession d'un territoire, ces serments qui permettent la réconciliation des ennemis — comme celui que prêtent sur l'hostie Diego de Almagro et Francisco Pizarro — sont autant d'indices qui nous prouvent que le Moyen Âge est loin d'être oublié en Amérique9. Ces encomenderos qui doivent "tenir prêts armes et chevaux" pour répondre à toute sollicitation du suzerain10 et ces "incursions" (cabalgadas) sous la direction d'un caudillo11 qui n'a que de lointains rapports avec le Souverain font tout naturellement penser aux mœurs en usage à l'époque de la Reconquista. N'a-t-on pas signalé maintes fois ce lien étroit qui existe entre Conquista et Reconquista ? L'expansion sur le continent américain n'est-elle pas, pour les Ibériques, le prolongement des huit siècles de combats que l'on a livrés dans la Péninsule ? Imagine-t-on, en Europe, que puisse exister outre-Atlantique une autre manière de guerroyer que celle que l'on pratique ? Pourquoi n’y aurait-il pas alors dans les Indes Occidentales des chevaliers et des châteaux forts ? C'est ce que semble penser François Ier lorsqu'il donne au Sieur de Roberval — qui a la responsabilité officielle d'une expédition au Canada (3e voyage de Jacques Cartier) —, pouvoir et autorité pour "assaillir villes, chasteaulx fortz et habitacions"12. Le roi de France se faisait une bien étrange idée de l'Amérique septentrionale ! Mais François Ier n'est pas le seul à déformer ainsi la réalité américaine en l'adaptant à sa mentalité d'Européen. Hernán Cortés ne parle-t-il pas, dans sa deuxième Carta de Relación, des mosquées de Tenochtitlán ? :

  • 13 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 64.

"Il y a dans cette grande ville de nombreuses mosquées ou sanctuaires de leurs idoles qui sont des édifices de belle apparence (…)13"

  • 14 Antonio Truyol, "L'Etat indien après la Conquête", dans La Découv. de l'Amér…., op. cit., p. 184. (...)
  • 15 Cf Las Sergas de Esplandiân, op. cit., ch. 160, p. 542 :
    "(…) y como los paganos iban subiendo por (...)
  • 16 Miles Philips, A discourse written by one Miles Philips Englishman, one of the company put on shoa (...)

10La Conquista est bien souvent perçue comme une croisade, une guerre juste, destinée à propager la foi catholique, la suite logique de la Reconquista péninsulaire. "Il y a eu de toute évidence continuité d'impulsion", souligne Antonio Truyol14. D'ailleurs, les envahisseurs européens ne sont-ils pas régulièrement nommés "cristianos" par les chroniqueurs ? S'agirait-il simplement d'une habitude, contractée de longue date, pour désigner les défenseurs du royaume chrétien ? A l'imitation de ces récits de croisades qui opposent paganos et cristianos15, on voit les Indiens traités d'"Infidèles", qualificatif en général attribué aux Maures. En 1582, Miles Philips parle encore — à propos du Mexique — des "Savages or Infidels" qu'il a pu rencontrer16. Quant à Gonzalo Fernandez de Oviedo, il évoque les déplacements de l'armée des Chrétiens :

  • 17 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 34, ch. 7, p. 280.

"Et de cette province de Centiquipaque, l'armée catholique s'achemina vers une autre qui se nomme Iztuclán, séparée de la première par une dizaine de lieues17."

11A l'évidence, on ne traitait pas autrement les aborigènes américains que les Musulmans de la péninsule Ibérique. La splendeur et le raffinement constatés à Cuzco et Tenochtitlán devaient certainement rappeler ceux de Grenade.

12Dans un tel environnement, poursuivis par les souvenirs d'une lutte pluriséculaire, les Ibériques ne pouvaient-ils pas avoir le sentiment qu'ils vivaient toujours à l’époque du Cid, de Bernardo del Carpio ou de Fernán González ? L'épopée de la Reconquista ne se poursuivait-elle pas en Amérique ?

2 - Les idéaux européens

13Les modèles de gloire et de courage, les personnages exceptionnels que l'on désirait imiter ou même surpasser se trouvaient, d’abord, dans l'Antiquité gréco-romaine. Les hauts faits des héros et des grands stratèges avaient été soigneusement recensés et rapportés par les historiens de l'Antiquité, soucieux de transmettre des exemples de vaillance aux générations futures. Et le temps n'avait fait qu'amplifier les légendes. Le Moyen Âge avait donc conservé le souvenir de ces lointains exploits.

14Aussi, ne peut-on s'étonner de trouver tant de références à César, Hannibal, Alexandre le grand ou Hector chez les témoins et les chroniqueurs.

  • 18 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 164, p. 180.

"Et comme Cortés fut toujours animé des plus hautes pensées et désireux de s'imposer majestueusement, il voulut imiter en tous points Alexandre de Macédoine (…)18"

15écrit Bernal Díaz del Castillo qui revendique, à travers des propos prêtés à Pánfilo de Narváez, une part de cette gloire à laquelle il a contribué :

  • 19 Ibid., vol. 2, ch. 162, p. 169.

"(…) je vous assure qu'il n'y en a pas eu d'autres au monde plus heureux que Cortés. Il dispose de tels capitaines et de telles troupes que l'on pourrait au hasard les comparer à Octavien, pour ce qu'ils réalisèrent, chacun dans son domaine, à Jules César pour leurs victoires et à Hannibal pour leur vaillance et leur bravoure dans les batailles19."

16Il attribue également à Cortés des propos sans équivoque :

  • 20 Ibid., vol. I, ch. 69, p. 250.

"Et quand vous dites, Messieurs, que jamais les généraux romains parmi les plus célèbres, n'ont réalisé d'aussi grands exploits que nous, vous dites la vérité20."

17Les Romains sont fréquemment mentionnés, et Juan de Castellanos en donne de nombreux exemples :

  • 21 J. de Castellanos, Elegías…, op. cit., Parte III, Historia de Cartagena, canto 4, p. 387.

"Voyant le Gouverneur dans les conflits
Faire preuve d'un courage et d'une habileté de Romain.
Ils s'exclament : "Le Roi m'est témoin !" (…)21."

18Les conquistadores sont ainsi mis sur le même plan que les héros de l'Antiquité et leurs mérites dépasseraient parfois ceux de ces derniers, comme n'hésite pas à l'écrire Juan de Castellanos :

  • 22 Ibid., parte II, Elegía III, canto 1, p. 233.

"Car, où a-t-on pu lire
Dans toutes les anciennes écritures
Que si peu d'hommes aient fait une conquête
Accablés par tant de malheurs et de souffrance,
En franchissant d'immenses déserts
Ou en se frayant difficilement un passage parmi une végétation hostile
Et mis à genoux des peuples féroces
En endurant la faim et les maladies22 ?"

  • 23 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 52.
  • 24 Jules César, La Guerre des Gaules, Traduction, préface et notes par Maurice Rat (…), Paris, Garnie (...)

19Hernan Cortés devait avoir Jules César pour modèle. Ses Cartas de Relación — la 2e en particulier — ne sauraient nous démentir. On retrouve même des expressions identiques dans leurs récits respectifs. Le "Je répondis à tout ce qu'il me dit en lui accordant ce qui me semblait convenir (…)23" de Cortés, semble, par exemple, tellement calqué sur le "César répondit à ce discours ce qui lui parut bon24" que le doute n'est pas permis. D'ailleurs, l'extrême sobriété, la précision du style, la manière d'élaborer les descriptions, dénotent l'intérêt évident qu'Hernán Cortés manifeste pour son illustre prédécesseur.

***

20Les conquistadores avaient bien retenu les leçons de l'Antiquité. Ils puisaient aussi abondamment dans le vaste réservoir de l'épopée. Qu'il s'agisse de la guerre de Troie, de l'époque de Charlemagne ou de celle du Cid, toutes les prouesses mémorables de l’ancien temps sont mentionnées à l'époque de la Conquista :

  • 25 J. de Castellanos, Elegías…, op. cit., Parte III, Historia de Cartagena, canto 4, p. 388.

"Quand, contre tant de forces invincibles,
Pour parler vrai et sans flatterie,
Hector, Telamon, et le grand Achille
Accomplirent-ils ce que vous fîtes seul ? (…)25"

21écrit Juan de Castellanos. Et Bernal Díaz del Castillo précise :

  • 26 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 126, p. 454.

"(…) et même si dix mille Hectors troyens et autant de Rolands se fussent trouvés là, ils n'eussent pu les tuer26."

22Gonzalo Fernandez de Oviedo donne également un aperçu de l'intérêt que l'on porte à ces héros que l'on cite souvent, lorsqu’il écrit sur les honneurs que les Indiens du Venezuela réservent aux plus méritants :

  • 27 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 19, p. 53.

"(…) qu'il semble que celui-ci est un Hector ou un Bernardo del Carpio ou un Cid Ruy Díaz, ou qui vous préférerez27."

23Le Cid est souvent mentionné. Il semble bien naturel que les Ibériques se réfèrent ainsi à l'un de leurs héros "nationaux" favoris. Ce nom devient même parfois une sorte d'unité de mesure de la vaillance lors des combats, comme le prouve Francisco Cervantes de Salazar :

  • 28 F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 2, liv. 5, ch. 184, p. 225.

"Au cours de cette bataille, les cavaliers, bien qu'ils se fussent battus comme des Cids, se trouvèrent en grande difficulté et en péril (…)28"

24Mais il n'est pas rare que l'on évoque d'autres héros et que l'on pense aux chansons de geste et aux romances qui en découlent.

***

  • 29 Cf., à ce propos, l'étude de Ramón Menéndez Pidal, Los romances de America y otros estudios, Madri (...)

25Les conquistadores connaissaient bien tous ces héros de romances29. Bernal Díaz del Castillo indique, par exemple :

  • 30 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 69, p. 251.

"Et Cortés répondit à demi courroucé qu'il valait mieux périr sans reproche, comme disent les chansons de geste, que vivre dans le déshonneur (…)30".

26Il nous donne aussi l'occasion de juger de la popularité des romances parmi les Espagnols qui participaient à la Conquista :

"Je me souviens qu’arriva un gentilhomme, nommé Alonso Hernandez Puerto-carrero, et qu'il dit à Cortés : "Il me semble, Monsieur, que ces gentilshommes qui sont déjà venus deux autres fois dans ce pays, vous ont dit avec assez d'insistance :

Regarde bien la France, Moutesinos
Regarde Paris, cette ville,
Regarde les eaux du Douro
Qui vont disparaître dans la mer.

  • 31 Ibid., vol. 1, ch. 36, p. 157.

Moi je vous invite à bien considérer la richesse des terres et à vous comporter sagement." Cortès comprit tout de suite la raison de ces propos et répondit : "Dieu nous donne autant de bonheur dans les combats qu'au paladin Roland car pour ce qui est du reste, avec vous, Monsieur, et avec les autres gentilshommes pour seigneurs, je saurai prendre les dispositions nécessaires."31"

27Le personnage de Roland, une des grandes figures de l'épopée, est abondamment cité et mis à contribution. Il est, comme le Cid, un des grands modèles auxquels on se réfère :

"Chaque Chrétien disait qu'il accomplirait plus d'exploits que Roland car nous n'espérions d'autre secours que de Dieu."

  • 32 Cristóbal de Mena, La Conquista del Perú, dans Biblioteca Peruana, Primera Serie, op. cit., vol. 1 (...)
  • 33 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 20, ch. 14, p. 259.
  • 34 P. Ordóñez de Ceballos, Viaje…, op. cit., liv. 2, ch. 28, p. 246.

28dit Cristóbal de Mena dans son récit de la conquête du Pérou32. Il existe même en Patagonie une baie — pour G. Fernandez de Oviedo33 — ou une sierra — pour P. Ordóñez de Ceballos34 — qui porte le nom de Campana de Roldán.

  • 35 Pedro de Valdivia, Relación hecha por Pedro de Valdivia al Emperador, dándole cuenta de lo sucedid (...)

29Les exploits de Roland devaient être bien connus. C'est ainsi que Pedro de Valdivia, dans la Relación qu'il adresse en 1550 l'empereur Charles Quint, parle de "méchanceté digne de Galalón", évoquant de cette manière le traître Ganelon de la chanson de geste35.

30Une telle accumulation de références aux modèles héroïques, aux grandes figures du passé, dont le souvenir était resté si vivant, donne à la Conquista elle-même un caractère épique. Elle apparaît ainsi comme une épopée moderne avec ses actions d'éclat et ses héros. C'est bien l'impression qu'a Lafitau lorsqu'il évoque les faits et gestes des Espagnols dans les Indes Occidentales :

  • 36 R. P. J.-F. Lafitau, Hist. Découv., op. cit., 1.1, Préface, p. XV.

"Les conquêtes des Portugais, dans le nouveau Monde, n'ont pas le même agrément pour le coup d'œil qu'ont les conquêtes du Méxique & du Perou. Dans celles-ci on voit un Conquerant seul, qui par la force de son courage, son invincible patience, la capacité & l'étenduë de son génie, son habileté à trouver des ressources, son attention à profiter de tous ses avantages, vient à bout dans un assez petit espace de tems & avec assez peu de monde de conquérir un Etat puissant, & de s'établir solidement sur les ruines d'un grand Empire. 11 semble que, comme dans le Poëme épique, ce n'est qu'une action seule embellie de quelques Episodes. Dans les premieres au contraire c'est un long periode d’années, une multitude de pays differents, un nombre infini d’actions, divers chefs qui se succedent avec des idées differentes, un assemblage de choses disparates, qui n'ont ni unité ni suite, & un espece de cahos, d'où il ne résulte un tout, que parce que c'est la même nation qui agit partout, & à laquelle tout se rapporte36."

31Les héros de la Conquista vont donc entrer, eux aussi, dans la légende et devenir les protagonistes d'une nouvelle épopée. Et leurs hauts faits seront parfois rapportés par des romances. Bernal Díaz del Castillo se rappelle ainsi quelques vers qui concernent son capitaine, Hernán Cortés :

  • 37 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 145, p. 39.

"A Tacuba est Cortés
Avec son escadron en déroute
Il est triste et affligé
Triste et accablé de désespoir,
Une main sur la joue
Et l'autre sur le côté, etc…37."

  • 38 J. de Castellanos, Elegías…, op. cit. ; Alonso de Ercilla, La Araucana, Introducción de Ofelia Gar (...)

32Mais le souffle épique qui inspira les romances produisit également des œuvres littéraires de première importance, parmi lesquelles on remarque les Elegías de Varones Ilustres de Indias de Juan de Castellanos et La Araucana d'Alonso de Ercilla38.

***

  • 39 Irving A. Leonard, Los libros del conquistador, Traducción de Mario Monteforte Toledo, México, Fon (...)

33Certains héros légendaires de l'époque médiévale, dont les prouesses étaient célèbres, devaient aussi leur renommée à un genre littéraire très en faveur du temps de la Conquista : le roman de chevalerie. Cette littérature de fiction, admirablement servie par le développement de l'imprimerie, connut un grand succès populaire au XVIe siècle. L'engouement pour ce type de récit d'aventures gagna toutes les couches de la société. On sait par Francisco de Ribera, le biographe de Thérèse d'Avila, que la sainte avait, dans son enfance, écrit avec son frère Rodrigo de Cepeda, un livre de chevalerie39. Celle-ci avoue d’ailleurs dans l’histoire de sa vie, qu'elle aimait beaucoup ce genre d'ouvrages :

  • 40 Santa Teresa de Jesús, Su Vida, Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1960 (5e éd.), col. "Austral" no 372, c (...)

"Je pris l'habitude de les lire, et ce que je considérais comme un péché véniel commença à tiédir mon ardeur et à m'engager pour le reste sur la voie de la faute. Je n'y voyais rien de mauvais alors que je passais de longues heures du jour et de la nuit à pratiquer un exercice aussi vain, et cela en cachette de mon père. J'étais tellement absorbée par cette occupation que si je n'avais point un nouveau livre à me mettre sous la dent je crois que je n'étais pas heureuse40."

34Charles Quint lui-même, tout comme son illustre aïeule la reine Isabelle la Catholique, avait une prédilection pour cette littérature de fiction. Et, comme le précise Irving A. Leonard :

  • 41 I. A. Leonard, Los libros del conquistador, op. cit., ch. 2, p. 36.

"Quand Charles Quint, chef en titre du Saint Empire romain germanique abdiqua la couronne d'Espagne, il emporta dans sa retraite plus d'un texte consacré aux chevaliers errants41."

35Les romans de chevalerie étaient connus même des analphabètes car il était courant que l'on procédât à des séances de lecture à haute voix certainement suivies avec beaucoup d'intérêt par ceux qui n'avaient pas le privilège de pouvoir déchiffrer le texte. Le long voyage transatlantique permettait, de plus, à de nombreux conquistadores, de suivre les passionnants récits des aventures d'Amadís de Gaula ou d'Esplandián que l'on ne manquait pas d'emporter sur le navire :

  • 42 Ibid., ch. 11, p. 159.

"Certains lisaient dans n'importe quel coin — écrit Irving A. Leonard — ; d'autres le faisaient à voix haute, au milieu d'un cercle d'auditeurs qui entraient avec intérêt dans les mondes créés par la littérature de fiction ou la poésie. Ainsi donc ces voyages contribuèrent au transfert en Amérique des livres de ce genre et à la diffusion de la fantaisie et de la pensée qui les animaient42."

36C'est ainsi que l'on retrouve chez les chroniqueurs des références aux chevaliers de la Table Ronde, aux douze pairs de France, à Amadis ou ses émules.

37Bernal Díaz del Castillo — l'exemple est souvent cité —, tout admiratif, ébahi devant la cité de Tenochtitlán qu'il vient de découvrir, ne peut s'empêcher de mentionner le livre d'Amadis et ses merveilles :

  • 43 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 87, p. 310-311.

"(…) nous restâmes ébahis et nous disions qu'elle ressemblait à ces choses et à ces enchantements qui sont narrés dans le livre d'Amadis, à cause des grandes tours, des cues ['temples'] et des édifices qu'ils avaient bâtis dans l'eau, construits à chaux et à ciment. Et certains parmi nos soldats se demandaient même s'ils ne rêvaient pas en voyant cela. Et il ne faut pas s'étonner si je l’écris ainsi car cela doit être dit sans crainte d'exagération : il m'est difficile de rapporter des choses inouïes, jamais vues ni même rêvées, comme celles que nous eûmes devant les yeux43."

38Notre conquistador ne peut en croire ses yeux et se raccroche, tout naturellement, à une œuvre de fiction qui lui est familière. Quelle autre comparaison aurait-il pu établir ? Irving A. Leonard fait très justement remarquer à propos de ce célèbre passage, que l'emploi de la première personne du pluriel est une preuve de la grande popularité du livre d'Amadis :

  • 44 I. A. Leonard, Los libros del conquistador, op. cit., ch. 4, p. 57.

"Lorsqu'il employa le pluriel "nous" en mentionnant la comparaison entre ce que voyaient les Espagnols et les panoramas du livre d’Amadis de Gaule, Bernal Diaz ne s'exprima point comme s'il se référait à ses propres lectures, mais traduisait une impression partagée par ses compagnons qui fréquentaient assidûment les livres de chevalerie44."

39Ce n’est, d'ailleurs, pas la seule mention du livre d'Amadis que l'on trouve chez Bernal Díaz del Castillo. Il écrit, un peu plus loin, qu'il ne souhaite pas être prolixe comme certains auteurs de romans de chevalerie :

  • 45 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 151, p. 75-76.

"(…) et je ne rapporte point dans ces chapitres tout ce que nous faisions quotidiennement car ce serait à mon sens faire preuve d'une grande prolixité et raconter une histoire interminable semblable aux livres d'Amadis ou d'autres romans de chevalerie (…)45".

  • 46 Ibid., vol. 2, ch. 205, p. 426-427. Il dit. à propos d’un certain Pedro de Ircio : "y llamábamosle (...)

40Il prouve qu'il connaît parfaitement tous les personnages secondaires, puisqu'il cite Agrajes, le neveu de la reine Elisena, la mère d'Amadis de Gaula46.

41Francisco López de Gómara se réfère, lui aussi, au livre d'Amadis lorsqu'il parle des conquistadores, et cherche ainsi à montrer à ses lecteurs que les merveilles de l'Amérique valent bien celles des livres de fiction :

  • 47 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 415.

"Ce passage était constitué par une dalle — un rocher plat et lisse — dont la longueur était égale à celle de la largeur de la rivière, avec plus de vingt crevasses par où s'écoulait l'eau sans la couvrir. Cela paraît une chose fabuleuse ou un produit d'un enchantement comme on en trouve dans le livre d’Amadis de Gaule, mais c'est tout à fait vrai47."

42Les prouesses dignes des romans de chevalerie ne sont, d'ailleurs, pas réservées aux seuls Européens. Il arrive que des Indiens particulièrement valeureux soient dignes d'éloges tels, qu'ils puissent être mis sur le même plan que les héros de l'épopée. Mariño de Lobera écrit, par exemple, dans sa Crónica del Reino de Chile :

  • 48 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 3, 3e part., ch. 36, p. 545.

"Il serait vain de vouloir donner ici la dimension exacte des exploits accomplis par ces Indiens qui auraient mérité une renommée encore plus grande que celle des douze pairs (…)48.

43Par l'utilisation répétée du procédé facile de la comparaison, les chroniqueurs parvinrent à persuader leurs lecteurs que la Conquista était une nouvelle épopée et que l'Amérique valait bien le décor de rêve dans lequel évoluaient les personnages tant admirés des romans de chevalerie. Pouvait-on imaginer un terrain plus favorable à la germination d'une multitude de légendes directement liées à l'action des conquistadores ? Le processus d'assimilation avait atteint un degré tel, que bon nombre d'écrivains protestaient de leur bonne foi et insistaient lourdement sur la véracité de leurs propos. Juan de Castellanos écrit ainsi :

  • 49 J. de Castellanos, Elegías…, op. cit.. Parte I, Elegía VI, canto 2, p. 56.

"Il se trouvait alors dans ces deux villages.
Du temps de ces luttes et échauffourées
Des hommes remarquables quoique peu nombreux
Qui firent des prouesses et accomplirent des exploits
Plus grands que ceux des vaillants douze pairs,
Et même plus extraordinaires encore
Car l'on n'insère point ici
De fables, d'inventions ni de gloses abusives49."

44Pedro de Castañeda de Nájera, s'apprêtant à narrer les "exploits du capitaine Juan Gallegos et des vingt soldats qui l'accompagnaient", s'entoure de précautions et déclare :

  • 50 P. de Castañeda de Nágera, Relation…, op. cit., 3e part., ch. 7, p. 229-230.

"Je vais le faire à présent, afin qu'à l'avenir ceux qui les raconteront puissent s'appuyer sur des preuves, et qu’on ne leur reproche pas d’exagérer, de conter des choses fabuleuses ou des romans de chevalerie, et cependant, à l’exception des enchantements, nos Espagnols ont fait et font tous les jours aux Indes dans leurs combats avec les naturels des choses qui surpassent tout ce que l’on lit dans ces livres, sur les exploits des douze pairs de France50."

45Marino de Lobera prévient également le lecteur :

  • 51 P. Marino de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 1, 3e part., ch. 45, p. 338.

"Je me sens presque obligé, dans ce chapitre, d’insister auprès du lecteur afin qu'il veuille bien me croire car les faits que l'on y rapporte sont si grandioses qu'ils pourraient avoir un arrière-goût de livres de chevalerie (…)51"

  • 52 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 18, Proemio, p. 182.
  • 53 Cf. I. A. Leonard, Los libros del conquistador, op. cit., ch. 12, p. 164-177.
  • 54 Juan Rodriguez Freyle, El Carnero. Conquista y descubrimiento del Nuevo Reino de Granada de las In (...)

46Mais ces dénégations, ces mises en garde répétées, ne produisaient-elles pas l'effet contraire de celui que l'on prétendait rechercher ? L’influence des œuvres de fiction à caractère épique était si importante que les conquistadores se trouvaient ainsi transfigurés. Et malgré les protestations de certains, qui déploraient la vogue des romans de chevalerie, l'imaginaire prenait irrésistiblement le dessus. Gonzalo Fernandez de Oviedo pouvait bien proclamer qu'il avait honte de la prolifération de ces œuvres ("(…) j’ai honte d’entendre dire qu'en Espagne l'on écrivit tant de futilités qui ont plongé dans l'oubli ce que firent les Grecs52."), et les autorités avaient beau lutter contre l'exportation clandestine de cette littérature vers l'Amérique53, les aventures contées dans les romans — que J. Rodriguez Freyle qualifie de tire-deniers ("sacadineros")54 — fascinaient le public et franchissaient allègrement l'Atlantique pour nourrir les rêves des conquistadores. L'interdiction officielle n'eut aucun effet notable, et les Indiens que l'on voulait protéger — on en était donc là ! — pouvaient disposer de cette nouvelle drogue venue de la métropole. L'Instruction du 14 juillet 1536, adressée au vice-roi de la Nouvelle-Espagne, Antonio de Mendoza, nous éclaire à ce sujet :

  • 55 Ampliación de la Instrucción a A. de Mendoza (14-VII-1536) [A.G.I., Indiferente General, leg. 415] (...)

Il y a déjà quelque temps que l’Empereur, Monseigneur le Roi, ordonna que l’on n’emportât point là-bas de romans traitant de matières profanes et de fables afin que les Indiens capables de lire ne s'adonnassent à cette passion en délaissant les ouvrages de bonne et saine doctrine, et qu'ils n'apprissent par leur fréquentation les mauvaises habitudes et les vices (…)55".

47Et, comme le souligne Irving A. Leonard, il était inévitable qu'une confusion s'établît entre la réalité et la fiction :

  • 56 I. A. Leonard, Los libros del conquistador, op. cit., ch. 3, p. 43.

"Il était inévitable qu'il y eût interaction entre les faits historiques et la littérature de fiction, entre le réel et l'imaginaire, et que cela engendrât une certaine confusion dans tous les esprits56."

48La reine California pouvait alors exister en Amérique, dans une "île" du Pacifique, et l'empereur Charles pouvait remplacer Charlemagne !

49Les exploits des conquistadores étaient de nature à faire rêver.

  • 57 Ibid., ch. 3, p. 43.

"Les prouesses des conquistadores étaient si extraordinaires — écrit encore Irving A. Leonard —, que le récit fidèle qu'en donnaient prosaïquement les chroniqueurs ressemblait à un roman d'aventures57."

50La Conquista produisit ainsi bon nombre de légendes dans lesquelles le terme "impossible" n'avait plus droit de cité.

3 - Les prouesses individuelles ou collectives

51Durant la conquête du Mexique, d'importantes batailles furent livrées. Les Espagnols devaient alors se souvenir des luttes sanglantes de l'époque de la Reconquista. L'exagération est fréquente : on n’hésite pas à signaler que des dizaines de milliers d'indiens sont opposés à une poignée de conquistadores. Cortés, lui-même, d'ordinaire si précis et si pondéré, parlant des Tlaxcaltèques qui affrontèrent ses maigres troupes, avance le nombre incroyable de cent mille ennemis :

  • 58 H. Cortés, Segunda Caria Relación…, op. cit., p. 37.

"(…) et ils manœuvrèrent si bien au cours de la bataille que nous nous retrouvâmes complètement encerclés par plus de cent mille combattants : nous luttâmes contre eux, et eux contre nous, toute la journée, jusqu'à ce qu'ils se retirassent une heure avant le coucher du soleil (…)58"

52Comment, dans ces conditions, ne pas songer aux farouches combats de l'époque médiévale ? Quant à l’épouvantable siège de Tenochtitlán, les Indiens y périrent par milliers, défendant rageusement leur capitale et cherchant à dissimuler leurs pertes avec une obstination qui provoqua le respect et l'admiration des vainqueurs :

  • 59 H. Cortés, Tercera Caria Relación…, op. cit., p. 161.

"Et pour sortir plus vite, ils se poussaient entre eux dans l'eau et se noyaient parmi cette multitude de morts, car il semble bien que l'eau salée qu'ils buvaient, la faim et la pestilence qui se dégageait avaient fait de tels ravages que plus de cinquante mille individus périrent. Afin que nous ne puissions connaître l'état lamentable dans lequel ils se trouvaient, ils ne jetaient pas les cadavres dans l'eau, car les brigantins auraient pu les découvrir, et ne s'en séparaient pas, car nous les aurions vus dans la ville. C'est ainsi que nous découvrîmes dans les rues où ils se tenaient, de telles quantités de corps amoncelés que l'on ne pouvait éviter de marcher dessus (…)59"

53Le vaincu, Cuauhtémoc, eut une attitude héroïque face à Hernán Cortés : il demanda à être sacrifié. Un Indien pouvait avoir le sens de l'honneur, tout comme un Européen :

  • 60 Ibid., p. 162.

"(…) et il plaça sa main sur une dague que je portais — explique Hernán Cortés —, en me disant que je le poignarde et que je le tue60."

54Les combats et les hommes du Nouveau Monde sont donc comparables à ceux de l'Ancien. Et les efforts de Cortés prennent ainsi une dimension exceptionnelle.

***

55La Nouvelle-Espagne n'est pas le seul théâtre de luttes acharnées et d'exploits remarquables. Les chroniques regorgent de récits d'actions extraordinaires menées par de courageux conquistadores. Antonio de Herrera écrit, par exemple, au sujet de deux cavaliers qui échappèrent à la mort :

  • 61 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 17, déc. 8, liv. 6, ch. 16, p. 85.

"(…) et ce fut une chose bien mystérieuse car malgré la pluie de flèches qui s'abattit sur ces deux Castillans et sur leurs chevaux, aucun projectile ne les atteignit (…)61"

56Fray Pedro Simón raconte qu'un certain García Calvete, conquérant du Venezuela, survécut miraculeusement après avoir été blessé par une flèche :

  • 62 Fr. P. Simón, Noticias Historiales…, op. cit., vol. 1, 3a Noticia Historial, ch. 18, p. 295.

"Parmi d'autres soldats qui furent blessés, se trouvait un certain García Calvete, un homme vaillant et plein de courage qui reçut un coup de flèche extraordinaire car la sagette pénétra par le larmier — un endroit délicat et dangereux — et ressortit par la nuque. Non seulement il eut la vie sauve, mais ne subit pas de séquelle restant toujours doté d'une vue aussi claire et puissante qu’auparavant comme purent en témoigner ceux qui le connurent bien plus tard, lorsqu'il jouissait d'une encomienda et résidait dans la ville de Vélez, sise dans ce royaume de Nouvelle-Grenade où il laissa son héritage à son fils, toujours vivant, nommé Pedro Calvete62."

57D'après José de Oviedo y Baños, un autre conquistador du Venezuela inspirait de la terreur aux Indiens qui reconnaissaient sa cape écarlate :

  • 63 J. de Oviedo y Baños, Hist., op. cit., liv. 4, ch. 6, p. 133-134.

"(…) il parvint à inspirer une telle crainte aux Indiens, qu'à l'époque où il participait aux opérations de la conquête de Caracas, lorsque quelqu'un voulait se déplacer sans encombre pour gagner un autre endroit, il lui suffisait de demander pour sauf-conduit qu'il lui prêtât la cape écarlate qu'il possédait et qu'il portait continuellement, car les Indiens en la voyant éprouvaient une telle crainte respectueuse qu'il suffisait de l'exhiber pour disposer d'un excellent passeport. Mais il eut trop confiance en son pouvoir et perdit la vie au cours d'un téméraire engagement63."

58La silhouette du Cid ne provoquait-elle pas le même type de réactions parmi les Maures ?

***

59L'interminable lutte contre les Araucans fut l'occasion de nombreux exploits dont le souvenir resta dans les mémoires. Don Garcia de Mendoza, comme le rapporte Mariño de Lobera, fit alors preuve d’un courage extraordinaire qui lui donna une stature de héros :

  • 64 P. Marino de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 2, 1ère part., ch. 11, p. 399.

"(…) nous mentionnons à tout moment le Cid et Bernardo del Carpio, dont nous ignorons s'ils ont accompli, l'épée à la main, autant de prouesses que don García dans cette périlleuse aventure64."

  • 65 A. de Ercilla, La Araucana, op. cit.

60Il ne s'agit cependant que de l'un de ces mille exemples qui émaillent les récits de la conquête du Chili. Les exploits ne sont pas, d'ailleurs, l'apanage des seuls Européens. Les Araucans ont inspiré le poète Alonso de Ercilla qui leur a consacré une œuvre copieuse, La Araucaria65, où la ténacité et la vaillance des indigènes est longuement soulignée. L'Indien y apparaît comme un être digne de respect qui se défend jusqu’à la mort et mérite l'hommage de ses vainqueurs. Les héros abondent dans ce poème épique de la deuxième moitié du XVIe siècle, qui obtint un énorme succès. On y voit, par exemple, un combattant couvert de sang lutter avec l'énergie du désespoir :

  • 66 Ibid., 1a parte, canto XIV, p. 204.

"Son sang coulait de plus de dix blessures ;
Il en était entièrement couvert.
Mais il ne faiblit point et criant de fureur
Assène des coups avec encore plus de puissance.
Il saute, virevolte, court agilement
Bosselant harnais et morions,
Ecrasant les grands panaches et défonçant les crânes,
Broyant les nerfs, la chair et les os résistants66."

61Le comportement héroïque des Araucans rappelle les meilleurs moments des anciennes épopées :

"Ils hurlent en regardant le ciel :
"La mort ! La mort !" et ne disent rien d'autre.
Ils désirent mourir et appellent la mort
À grands cris : "Pas de vie dans la honte !"
Voilà ce qu'ils répondent, voilà ce qu'ils proclament,
Et s'apprêtent avec courage et détermination
À mettre un point final à la sanglante guerre
En redoublant d'efforts pour faire de nécessité vertu.

"Ils s'adossaient l'un à l'autre
Et certains combattaient à genoux
Car ils ne pouvaient s'appuyer
Sur leurs jambes paralysées qui ne les portaient plus
Et parvenaient cependant ainsi à éviter les coups d'épées.
D'autres qui en étaient réduits à ramper sur le sol,
Cherchaient comme ils pouvaient à causer du dommage
En s'attaquant aux pieds de leurs ennemis.

  • 67 Ibid., 1a parte, canto XV, p. 214.

"Se vautrant et se retournant
Dans la fange ensanglantée
Où ils s'étaient écroulés
Tels des poissons, lorsqu'un lac
Se vide de son eau, qui se débattent
Et s'agitent furieusement entre deux éléments
Où malgré leurs efforts pour survivre
Ils finiront par perdre la vie67."

62Et l'on aboutit à des descriptions extraordinaires. Le sang coule à flots et l'herbe devient rouge :

  • 68 P. Marino de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 2,1ère part., ch. 6, p. 383.

"(…) dans une lutte si acharnée, que les herbes du champ en furent elles-mêmes affectées et perdirent subitement leur couleur verte pour se teindre de rouge sous les flots de sang qui les recouvraient, de sorte que quiconque les eût aperçues alors eût pu croire qu'elles avaient poussé ainsi, avec cette couleur rouge qu'elles avaient68."

63écrit Marino de Lobera à propos d'une bataille qui s'est déroulée au Chili. Ce type d'exagération épique se retrouve assez souvent. Le même Marino de Lobera parle d'un fleuve qui a changé de couleur après de sanglants combats :

  • 69 Ibid., liv. 1, 1ère part., ch. 2, p. 239.

"(…) qu'au bout de trois heures de bataille, on vit l'intérieur du fort tellement rempli de cadavres que la rivière qui passait à cet endroit fut teinte par le sang qui coula69."

64Gonzalo Fernandez de Oviedo explique aussi, à propos du Mexique :

  • 70 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 33, ch. 21, p. 101.

"J'ouïs dire à certaines personnes dignes de foi qui s’y trouvèrent, qu’un ruisseau qui entoure presque complètement ce village, fut teint de sang pendant plus d'une heure et que les Chrétiens vainqueurs ne purent se désaltérer, car il faisait alors très chaud et ils avaient grand besoin d'eau. Malgré cela, d'aucunS parmi les nôtres en burent, et tout particulièrement nos alliés indiens qui apprécièrent hautement ce breuvage70".

65Bernal Díaz del Castillo, par contre, refuse toute exagération et s'élève contre cette légende que diffuse Francisco López de Gómara :

  • 71 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 142, p. 13.

"Le chroniqueur Gómara explique à ce sujet que le sang empêcha les nôtres de se désaltérer car la rivière était rouge de sang. Et moi je dis qu'il y avait des sources d'eau claire, plus bas, dans le village, et qu'ils n'avaient point besoin d'autre eau71."

66Mais c’est avec le "tyran" Lope de Aguirre que l'on atteint, plus tard, les sommets de l’horreur. Toribio de Ortiguera, qui cherche à noircir le personnage, le présente comme un "tigre assoiffé de sang", un barbare qui ne recule devant aucune action, un monstre répugnant qui se venge sans pitié et qui inspire le dégoût :

  • 72 Toribio de Ortiguera, Jornada del río Marañón con todo lo acaecido en ella y otras cosas notables (...)

"Et en présence d'Antón Llamoso, il [Aguirre] s'allongea sur le ventre et dit : "Pour le service de mon souverain j'avalerai la cervelle de ce traître qui voulait l'assassiner". Et l'on assure qu'il le fit, quoiqu'il eût déclaré le contraire lorsque la question lui fut posée au moment de son exécution. Il expliqua alors qu'il avait seulement mouillé ses lèvres sur la cervelle et les avait trempées dans le sang72."

67Il est heureusement des légendes plus amènes qui donnent une autre impression de la Conquista !

***

68Comme nous l'avons signalé à propos des Araucans, les aborigènes sont parfois, eux aussi, dignes d'éloges et présentés comme des héros.

  • 73 Description de los pueblos de la provincia de Ancerma (1540-1541), dans CODOIN, vol. 3, p. 408.

69L'auteur de la Descripción de los pueblos de la provincia de Ancerma (1540-1541), souligne ainsi en parlant de certaines "échauffourées et escarmouches" qu'il eut avec les indigènes : "(…) il y eut des Indiens dont les prouesses dépassèrent celles des Romains (…)73."

70Les Indiens lancent des défis et invectivent les Espagnols avec un courage remarquable. Au Venezuela, le cacique Guaicaipuro, forcé de sortir de sa hutte que les conquistadores ont incendiée, s'écrie bravement :

  • 74 J. de Oviedo y Baños, Hist., op. cit., liv. 5, ch. 12, p. 183.

"Espagnols, vous êtes des poltrons ! Comme vous n'êtes pas assez courageux pour m’abattre, vous vous servez du feu pour me vaincre. Je suis Guaicaipuro, celui que vous recherchez, et qui ne trembla jamais devant votre peuple arrogant. Mais comme mon infortune me contraint de telle sorte que les efforts acharnés que je produis pour me défendre ne sont d'aucune utilité, me voilà devant vous : tuez moi afin que mon trépas vous délivre de l'épouvante que Guaicaipuro vous a toujours causée74 !"

71Don Quichotte aurait pu faire siens ces propos qui semblent sortis tout droit d'un roman de chevalerie !

72Et un Araucan, s'adressant au conquistador Cristóbal de Morales, le gratifie d'un "Chien, descends de ce cheval !", le sommant ainsi de combattre à pied. Alors, ajoute Mariño de Lobera :

  • 75 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 3, 3e part., ch. 35, p. 542.

"Et le Chrétien répondit : "N'as-tu donc pas honte d'affronter Morales l'Espagnol ?" Alors l'Indien répliqua : "Et toi, chien, n'as-tu pas honte de fouler ce sol qui est le mien, de te placer sous mon regard ou même de circuler sur le territoire de ma patrie alors que je suis vivant ? Ne sais-tu donc pas que je suis le général de tout ce pays et que mon nom est Mellinango qui signifie quatre lions ?"75"

73On comprend aisément que ce genre d’anecdotes, que ces récits où les combattants font preuve d'un courage admirable, que toutes ces exagérations épiques, aient pu entretenir la confusion en flattant le goût du lecteur — ou de l'auditeur — incapable, ou peu désireux, de distinguer la fiction de la réalité.

***

  • 76 B. de Vargas Machuca, Milicia y Descripción…, op. cit., vol. 1, liv. 2, p. 159.
  • 77 Cédula previniendo a don Juan de Fonseca, por si Dios ha dispuesto del Almirante, vaya Diego Carri (...)

74En marge de ces prouesses réalisées par des êtres humains, il est souvent fait mention d'exploits canins. Le chien était le compagnon indispensable du conquistador. Fidèle gardien de son maigre bagage, auxiliaire précieux qui permettait de chasser, et même nourriture d'appoint appréciable dans les cas de grave pénurie alimentaire, le chien a joué un rôle important dans la Conquista. Le capitaine Bernardo de Vargas Machuca, un expert, conclut d'ailleurs clairement l'un des paragraphes de son œuvre, consacré aux chiens, de la manière suivante : "Ils sont de grande utilité et je ne m'engagerais dans aucune expédition sans eux76." Dans un Memorial de las cosas que son menester proveer luego para despacho de cuatro carabelas que vayan para las Indias qui accompagne une cédula adressée à Don Juan de Fonseca, le 7 avril 1495, il est bien précisé que l'on devra se procurer des chiens : "Dogues et mâtins pour garder les marchandises et pour protéger les hommes77."

75Mais le perro de ayuda était plus qu'un chien de garde, et le verbe aperrear que l'on trouve si fréquemment, montre bien qu'il était utilisé pour attaquer les Indiens. Et les chroniqueurs rapportent dans leurs récits les exploits de quelques auxiliaires canins dont certains sont devenus légendaires.

  • 78 Jean-François Marmontel, Les Incas, ou la Destruction de l'Empire du Pérou, dans Œuvres complètes,(...)

76Le chien le plus célèbre de l'époque de la Conquista est, assurément, le fameux Becerrillo dont la renommée est encore perceptible au XVIIIe siècle, puisque Marmontel y fait allusion dans son œuvre : Les Incas ou la Destruction de l'Empire du Pérou78. Gonzalo Fernandez de Oviedo évoque longuement les prouesses de ce chien qui a sévi dans les Grandes Antilles :

  • 79 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 16, ch. 11, p. 103.

"C'était un chien appelé Becerrillo ['Petit veau'] que l'on avait emmené de cette île Española dans celle de Sanct Joan, de couleur rousse, le poil noir des yeux jusqu'à la truffe, de taille moyenne et exempt de toilettage, mais très intelligent et d'un grand courage. Et les Chrétiens, voyant ce que ce chien parvenait à faire, croyaient, assurément, que c'était Dieu qui le leur avait envoyé pour leur prêter assistance car il prit une telle importance dans la pacification de l'île qu'il fut l'équivalent du tiers de la maigre troupe de conquistadores qui participaient aux combats. Il était capable de découvrir un fuyard parmi deux cents Indiens ou, si on lui en montrait un, il le saisissait par un bras, le forçait à le suivre et l'amenait au camp ou à l’endroit où se trouvaient les Chrétiens ; et si l'individu résistait ou ne voulait pas le suivre, il le mettait en pièces. Il accomplit des prouesses et des exploits étonnants79."

  • 80 Ces renseignements sont fournis par G. Fernández de Oviedo, mais on les retrouve chez F. López de (...)

77Ce chien si doué, qui savait reconnaître le bon et le mauvais Indien, périt, atteint par une flèche empoisonnée lancée par un Caribe, en aidant le capitaine Sancho de Arango à se sauver80. Juan de Castellanos signale, à propos de cet animal :

  • 81 J. de Castellanos, Elegías…, op. cit.. Parte I, Elegía VI, canto 3, p. 57.

"Et l’on nous a dit sur ce chien des choses
Véritablement singulières et très étonnantes81."

78Becerrillo était devenu légendaire. On disait de lui qu'il avait droit à sa part de butin. C'est ce que précise Fray Bartolomé de Las Casas :

  • 82 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 2, ch. 55, p. 138.

"(…) c'est pour cela qu'il avait droit à une part et demie — comme un arbalétrier — du butin que l'on récupérait, qu'il s'agisse de nourriture, d'or ou d'esclaves indiens : c'est son maître qui en profitait. Finalement les Indiens, le traitant comme leur pire ennemi, s'acharnèrent sur lui et parvinrent à le tuer d'un coup de flèche82."

79Cela devait faire rêver plus d'un propriétaire de chien !

80Et Becerrillo — tout comme les héros de romans de chevalerie — eut de nombreux descendants et émules. Parmi ceux-ci, le non moins célèbre Leoncico (ou Leoncillo), qui appartenait à Vasco Núñez de Balboa, fut d’un grand rapport pour son maître :

"(…) il avait aussi droit à une part de butin, et parfois à deux parts, comme les combattants les plus vaillants. Le bénéfice en revenait à l'Adelantado qui était payé en or et en esclaves."

  • 83 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 16, ch. 11, p. 103. Ceci est confirmé p (...)

81précise Gonzalo Fernández de Oviedo83.

  • 84 J. Baptiste Sanséla, Relation de ce qui est arrivé au magnifique seigneur et capitaine George Robl (...)

82D'autres chiens sont également mentionnés comme de véritables héros. L'un d’eux, Turco ('Turc'), qui accompagnait en 1540 l'expédition de Jorge Robledo dans la province d'Antioquia eut sa part de gloire84. Les chiens étaient, en effet, très utiles dans les régions accidentées où les chevaux ne pouvaient passer.

83Juan de Castellanos s'intéresse longuement à un chien très efficace nommé Amadís, à propos duquel il écrit :

  • 85 J. de Castellanos, Elegias…, op. cit., Parte II, Elegio a D. L. de Rojas, canto 1, p. 320. Cf., ég (...)

"Il se nommait Amadís et fut plus farouche
Que l’autre, le chevalier fabuleux85."

84Fray Bartolomé de Las Casas dénonce avec violence la cruauté des Espagnols qui lancent les chiens sur les pauvres Indiens :

  • 86 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 2, ch. 55, p. 138.

"(…) comme passe-temps, et pour rendre les chiens encore plus furieux, ou pour causer encore plus d'épouvante aux Indiens terrifiés à l'idée qu'ils puissent les mettre en pièces86."

85Et il nous conte l'histoire d'une vieille Indienne à qui l'on avait confié une missive pour d’autres Espagnols. Ceux-ci, dès qu'ils l'aperçurent lâchèrent un féroce animal. L’Indienne, s'adressant au chien, lui dit en montrant la lettre :

"Monseigneur le chien, moi je vais porter cette missive aux Chrétiens ; ne me fais pas de mal, Monseigneur le chien."

86Et le chien ne lui fit aucun mal. Alors, conclut Las Casas :

  • 87 Ibid., vol. 2, liv. 2, ch. 55, p. 138.

"Les Espagnols en restent ébahis. Ils appellent le chien et l'attachent. Puis ils rendent sa liberté à la malheureuse femme pour ne pas se montrer plus cruels que le chien87.”

87Mais la cruauté dépasse parfois toutes les limites. C'est ainsi que des religieux dominicains écrivent le 4 juin 1516 à M. de Xèvres (Chièvres) :

  • 88 Carta que escribieron varios padres de la ôrden de Santo Domingo, residentes en la isla Española á (...)

"Item, alors qu'ils avançaient, certains Chrétiens virent une Indienne qui portait un bébé dans ses bras, et parce qu'un chien qu'ils emmenaient était affamé, ils arrachèrent l’enfant vivant des bras de sa mère et le jetèrent au chien qui le mit en pièces sous les yeux de cette dernière88."

88Les chiens, qui jouent un rôle non négligeable dans la Conquista, ont trop souvent servi à terroriser et à éliminer les indigènes. Ils ont accompli, eux aussi, des prouesses dont certaines, devenues légendaires, sont restées dans les mémoires. Et Becerrillo, Leoncico ou Amadís ont parfois été considérés comme de véritables héros.

No 10 - Plan de la ville de México paru dans le 3e volume des Navigationi et Viaggi de G. Ramusio (Venetia, 1556).

Notes

1 Victor Hugo, Morceaux choisis de Victor Hugo – Poésie, Paris, Librairie Delagrave, 1958, p. 316.

2 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 42, p. 173-174.

3 Cf. J. Soustelle, La vie quotidienne des Aztèques…, op. cit., ch. 2, p. 69-72.

4 Cf. L. Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, op. cit., 2e part., ch. 4, p. 146-150.

5 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., 1ère part., liv. XIX, ch. 5. Texte cité par Marcel Bataillon, "Cheminement d'une légende : Les "Caballeros Pardos" de Las Casas", dans M. Bataillon, Etudes sur Bartolomé de Las Casas, Réunies avec la collaboration de Raymond Marcus, Paris, Centre de recherches de l'institut d'études hispaniques, 1965, col. "Thèses, Mémoires et Travaux”, p. 115.

6 M. Bataillon, "Cheminement…", art. cit., p. 136.

7 Cf Luís Weckman, "A Idade Média na Conquista da América", dans Revista de História (São Paulo – Brasil), Ano V, no 18 (Abril-junho 1954), p. 336 :
"A própria encomienda, pelo fato de colocar um certo núméro de indígenas sob a proteção e guia de um espanhol, pode ser qualificada de instituição feudal, uma vez que se inspira no espírito de patronato, peculiar da organização social e política da Idade Média (…)"

8 Cf Ruggiero Romano, Les Mécanismes de la conquête coloniale : les conquistadores, Paris, Flammarion. 1972, col. "Questions d'Histoire" no 24, Ière part., ch. 2, p. 58.

9 Cf. L. Weckman,”A Idade Média…", art. cit., p. 335.

10 Cf. R. Romano, Les mécanismes…, op. cit., Ière part., ch. 2, p. 53.

11 Ibid., Ière part., ch. 2, p. 43-44.

12 Roberval's Commission (15 janvier 1540/1), dans H. P. Biggar, A Collection…, op. cit., doc. CXII, p. 180.

13 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 64.

14 Antonio Truyol, "L'Etat indien après la Conquête", dans La Découv. de l'Amér…., op. cit., p. 184. Il cite Adolf Rein (Die europäische Ausbreitung über die Erde, Wildpark - Potsdam, 1931, p. 64) :
"L'idée de croisade et l’idée de la découverte et de la conquête du monde sont historiquement liées l'une à l'autre de la façon la plus étroite".

15 Cf Las Sergas de Esplandiân, op. cit., ch. 160, p. 542 :
"(…) y como los paganos iban subiendo por la escala, los cristianos los derribaban, por donde muy muchos dellos fueron muertos y maltratados."

16 Miles Philips, A discourse written by one Miles Philips Englishman, one of the company put on shoare Northward of Panuco, in the West Indies by M. John Hawkins 1568. conteining many special things of that countrey and of the Spanish governnent, but specially of their cruelties used to our Englishmen, and amongst the rest to him selfe for the space of 15 or 16. yeres together, until by good and happy meanes he was delivered from their bloody hands, and returned into his owne Countrey. An. 1582., dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 6, p. 305. Il répète plus loin ces deux mots.

17 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 34, ch. 7, p. 280.

18 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 164, p. 180.

19 Ibid., vol. 2, ch. 162, p. 169.

20 Ibid., vol. I, ch. 69, p. 250.

21 J. de Castellanos, Elegías…, op. cit., Parte III, Historia de Cartagena, canto 4, p. 387.

22 Ibid., parte II, Elegía III, canto 1, p. 233.

23 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 52.

24 Jules César, La Guerre des Gaules, Traduction, préface et notes par Maurice Rat (…), Paris, Garnier-Flammarion, 1964, ch. 8, p. 78.

25 J. de Castellanos, Elegías…, op. cit., Parte III, Historia de Cartagena, canto 4, p. 388.

26 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 126, p. 454.

27 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 25, ch. 19, p. 53.

28 F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 2, liv. 5, ch. 184, p. 225.

29 Cf., à ce propos, l'étude de Ramón Menéndez Pidal, Los romances de America y otros estudios, Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1958 (6e éd.), col. "Austral" no 55.

30 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 69, p. 251.

31 Ibid., vol. 1, ch. 36, p. 157.

32 Cristóbal de Mena, La Conquista del Perú, dans Biblioteca Peruana, Primera Serie, op. cit., vol. 1, p. 141.

33 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 20, ch. 14, p. 259.

34 P. Ordóñez de Ceballos, Viaje…, op. cit., liv. 2, ch. 28, p. 246.

35 Pedro de Valdivia, Relación hecha por Pedro de Valdivia al Emperador, dándole cuenta de lo sucedido en el descubrimiento, conquista y población de Chile y en su viaje al Perú (Concepción del Nuevo Extremo, 15-X-1550), dans CODOIN, vol. 4, p. 18. Ce document se trouve également dans la col. Muñoz, t. 67, fol. 199-226.

36 R. P. J.-F. Lafitau, Hist. Découv., op. cit., 1.1, Préface, p. XV.

37 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 145, p. 39.

38 J. de Castellanos, Elegías…, op. cit. ; Alonso de Ercilla, La Araucana, Introducción de Ofelia Garza de Del Castillo, México, Editorial Porrúa S A.. 1977 (4e éd.), col. "Sepan Cuantos…", no 99.
Cf., à ce sujet. Ch. V. Aubrun, Histoire…. op. cit., ch. 2, p. 41-58.

39 Irving A. Leonard, Los libros del conquistador, Traducción de Mario Monteforte Toledo, México, Fondo de Cultura Económica, 1979 (2e éd. en espagnol) [1ère éd. en anglais, 1949], Sección de Lengua y Estudios Literarios, ch. 2, p. 38.

40 Santa Teresa de Jesús, Su Vida, Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1960 (5e éd.), col. "Austral" no 372, ch. 2, p. 23.

41 I. A. Leonard, Los libros del conquistador, op. cit., ch. 2, p. 36.

42 Ibid., ch. 11, p. 159.

43 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 87, p. 310-311.

44 I. A. Leonard, Los libros del conquistador, op. cit., ch. 4, p. 57.

45 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 151, p. 75-76.

46 Ibid., vol. 2, ch. 205, p. 426-427. Il dit. à propos d’un certain Pedro de Ircio : "y llamábamosle que era otro Agrajes, sin obras".

47 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 415.

48 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 3, 3e part., ch. 36, p. 545.

49 J. de Castellanos, Elegías…, op. cit.. Parte I, Elegía VI, canto 2, p. 56.

50 P. de Castañeda de Nágera, Relation…, op. cit., 3e part., ch. 7, p. 229-230.

51 P. Marino de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 1, 3e part., ch. 45, p. 338.

52 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 18, Proemio, p. 182.

53 Cf. I. A. Leonard, Los libros del conquistador, op. cit., ch. 12, p. 164-177.

54 Juan Rodriguez Freyle, El Carnero. Conquista y descubrimiento del Nuevo Reino de Granada de las Indias Occidentales del Mar Océano y fundación de la ciudad de Santa Fe de Bogota primera de este reino donde se fundó la Real Audiencia y Cancillería, siendo la cabeza se hizo arzobispado. Cuéntase en ella su descubrimiento, algunas guerras civiles que había entre sus naturales, sus costumbres y gentes y de qué procediô este nombre tan celebrado del Dorado. Los generales, capitanes y soldados que vinieron a su conquista, con todos los presidentes, oidores y visitadores que han sido de la Real Audiencia. Los Arzobispos, prebendados y dignidades que han sido de esta santa iglesia catedral, desde el año de 1539, que se fundó, hasta el de 1636 que esto se escribe; con algunos casos sucedidos en este Reino, que van en la historia para ejemplo, y no para imitarlos por el dano de conciencia. Compuesto por Juan Rodríguez Freyle natural de esta ciudad y de los Freyles de Alcalá de Henares en los reinos de España, cuyo padre fue de los primeros pobladores y conquistadores de este Nuevo Reino. Dirigido a la S. R. M. de Felipe IV, Rey de España Nuestro Rey y Señor natural. Edición de Jaime Delgado, Madrid, Historia 16, 1986, col. "Crónicas de América" no 18, ch. 11, p. 153.

55 Ampliación de la Instrucción a A. de Mendoza (14-VII-1536) [A.G.I., Indiferente General, leg. 415], dans Los Virreves Españoles en América durante el Gobierno de la Casa de Austria. México, Madrid, éd. Atlas, 1976-1978 (5 vol.), col. "B.A.E." no 273-274-275-276-277, vol. 1, p. 33.

56 I. A. Leonard, Los libros del conquistador, op. cit., ch. 3, p. 43.

57 Ibid., ch. 3, p. 43.

58 H. Cortés, Segunda Caria Relación…, op. cit., p. 37.

59 H. Cortés, Tercera Caria Relación…, op. cit., p. 161.

60 Ibid., p. 162.

61 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 17, déc. 8, liv. 6, ch. 16, p. 85.

62 Fr. P. Simón, Noticias Historiales…, op. cit., vol. 1, 3a Noticia Historial, ch. 18, p. 295.

63 J. de Oviedo y Baños, Hist., op. cit., liv. 4, ch. 6, p. 133-134.

64 P. Marino de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 2, 1ère part., ch. 11, p. 399.

65 A. de Ercilla, La Araucana, op. cit.

66 Ibid., 1a parte, canto XIV, p. 204.

67 Ibid., 1a parte, canto XV, p. 214.

68 P. Marino de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 2,1ère part., ch. 6, p. 383.

69 Ibid., liv. 1, 1ère part., ch. 2, p. 239.

70 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 33, ch. 21, p. 101.

71 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 142, p. 13.

72 Toribio de Ortiguera, Jornada del río Marañón con todo lo acaecido en ella y otras cosas notables dignas de ser sabidas, acaecidas en las Indias Occidentales, compuesta por Toribio de Ortiguera, natural montañés y vecino que fué de la ciudad de San Francisco de Quito en el Pirú. Dirigida al felicísimo don Felipe III, príncipe nuestro señor, dans Historiadores de Indias - Tomo II, (…) por M. Serrano y Sanz, Madrid, Bailly-Baillière é Hijos, 1909, col. "Nueva Biblioteca de Autores Españoles" no 15, ch. 52, p. 395.

73 Description de los pueblos de la provincia de Ancerma (1540-1541), dans CODOIN, vol. 3, p. 408.

74 J. de Oviedo y Baños, Hist., op. cit., liv. 5, ch. 12, p. 183.

75 P. Mariño de Lobera, Crónica, op. cit., liv. 3, 3e part., ch. 35, p. 542.

76 B. de Vargas Machuca, Milicia y Descripción…, op. cit., vol. 1, liv. 2, p. 159.

77 Cédula previniendo a don Juan de Fonseca, por si Dios ha dispuesto del Almirante, vaya Diego Carrillo para proveer en su ausencia lo que convenga, y entre otras cosas, le encargan envie un clérigo de conciencia y letras. Accompagnée d’un Memorial de las cosas que son menester proveer luego para despacho de cuatro carabelas que vayan para las Indias. Dans M. Fernández de Navarrete, Coleccción…, op. cit., vol. 1, Documentos de Colón y de las primeras poblaciones - Colección Diplomática, doc. 85, p. 399.

78 Jean-François Marmontel, Les Incas, ou la Destruction de l'Empire du Pérou, dans Œuvres complètes, t. 3, 2e part., Genève, Slatkine Reprints, 1968 [Réimpr. de l'éd. de Paris, 1819-1820, 7 vol.], Préface, p. 329, n. 1. Il s'étonne que les historiens aient "pris plaisir à faire un magnifique éloge de l'un de ces chiens, appelé Bézérillo (…)".

79 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 16, ch. 11, p. 103.

80 Ces renseignements sont fournis par G. Fernández de Oviedo, mais on les retrouve chez F. López de Gómara, Hist. Vict., op. cit., I, p. 180.

81 J. de Castellanos, Elegías…, op. cit.. Parte I, Elegía VI, canto 3, p. 57.

82 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 2, ch. 55, p. 138.

83 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 16, ch. 11, p. 103. Ceci est confirmé par F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 196.

84 J. Baptiste Sanséla, Relation de ce qui est arrivé au magnifique seigneur et capitaine George Robledo, dans son expédition à la découverte de la province d'Antioquia, en l'année 1540 ; par J. Baptiste Sanséla. Traduit de l'Espagnol sur le manuscrit inédit de la bibliothèque de M. Ternaux-Compans, dans Nouvelles Annales des Voyages, op. cit., t. 140 (1853, t. 4), p. 246.

85 J. de Castellanos, Elegias…, op. cit., Parte II, Elegio a D. L. de Rojas, canto 1, p. 320. Cf., également, p. 323.

86 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 2, ch. 55, p. 138.

87 Ibid., vol. 2, liv. 2, ch. 55, p. 138.

88 Carta que escribieron varios padres de la ôrden de Santo Domingo, residentes en la isla Española á Mr. de Xevres (Santo Domingo, 4-VI-1516), dans CODOIN, vol. 7, p. 402.

Table des illustrations

Légende No 10 - Plan de la ville de México paru dans le 3e volume des Navigationi et Viaggi de G. Ramusio (Venetia, 1556).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 570k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search