Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Troisième partie : Le temps de l'épopée

Chapitre XVI. L'évangélisation précolombienne du continent américain

Texte intégral

1 - Héros civilisateurs, messies et prophètes

1Il existait de bien curieuses ressemblances entre certaines croyances indigènes et la tradition chrétienne. Cette remarquable concordance détermina l'apparition de nouvelles légendes qui se développèrent à l'époque coloniale.

2Les chroniqueurs et les témoins se réfèrent très fréquemment à des mythes ou légendes autochtones qui évoquent les faits et gestes de héros, prophètes ou messies. On peut constater qu'il y eut en Amérique un grand nombre d'hommes-dieux ou de personnages mystérieux que l'on retrouve dans tout le continent.

***

3En débarquant à Guanahaní, Christophe Colomb et son équipage avaient été traités par les Indiens Taïnos comme des êtres surnaturels. Le journal de bord du premier voyage de l'Amiral rapporte, dès le dimanche 14 octobre 1492, ce fait si important pour l'avenir :

  • 1 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 97 (Domingo 14 de octubre).

"(…) et un vieillard vint vers nous dans le canot, et d’autres criaient à tous les hommes et les femmes : "Accourez voir les hommes venus du ciel : apportez-leur boisson et nourriture." Beaucoup s'approchèrent. Il y avait de nombreuses femmes. Chacun apportait quelque chose et rendait grâces à Dieu en se prosternant sur le sol, et tous élevaient leurs mains vers le ciel puis nous hélaient à grands cris en nous invitant à débarquer (…)1"

4La partie semblait être gagnée avant même d'avoir commencé. La réaction des indigènes s'explique aisément : ils manifestaient de la surprise et de l'étonnement face à des créatures singulières, barbues, vêtues, blanches de peau, venues on ne sait d'où, sur d'incroyables engins. Ainsi s'accomplissait une vieille prophétie. Car les zémès, ces divinités que l'on consultait pour connaître l'avenir, avaient prédit au père de Guarionex, un cacique d'Hispaniola :

"(…) que dans quelques années débarquerait à Hispaniola une race d’hommes vêtus, qui bouleverserait les rites et les cérémonies des insulaires et massacrerait tous leurs enfants ou les priverait de liberté."

  • 2 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 1, ch. 9, p. 124.

5comme l'écrit Pietro Martyre dans sa première Décade2. Cette prédiction qui, pensait-on, s'appliquait aux redoutables Caribes, convenait parfaitement aux envahisseurs espagnols.

  • 3 [Fidalgo de Elvas], Histoire de la Conqueste de la Floride, par les Espagnols, sous Ferdinand de S (...)
  • 4 E. H. Long, "Relation d’une expédition faite, en 1822, à la source de la rivière Saint-Pierre, au (...)

6Ce devait être une idée largement répandue, le fruit d'une vieille tradition, puisqu'on la retrouve en Floride et à l'est des Etats-Unis. Il est question chaque fois d'une nation de Blancs qui sèmeraient le trouble et domineraient les tribus indiennes. La Relation de la Floride, écrite par un gentilhomme ("fidalgo") portugais originaire d'Elvas, signale ainsi que les Indiens "avoient appris de leurs ancestres qu'une nation blanche viendrait conquérir leur pais"3. D'après une autre relation — de 1822 — des prophéties "circulaient parmi plusieurs tribus de la Virginie et à Quizquiz, près du Mississipi, relativement à la venue des hommes blancs parmi elles4."

7Les Maya du Yucatán attendaient également des blancs venus de l'Est :

  • 5 Chilam Balam de Chumayel et de Tizimín, cités par Georges Baudot, Les Lettres Précolombiennes, Préf (...)

"Ils sont venus d'Orient lorsqu'ils sont arrivés à ce pays les barbus, les messagers du signe divin, les étrangers du pays, les hommes rouges… début de la Fleur de Mai. Ay ! pauvre Itzá, Sorcier-de-l'eau, ils arrivent les lâches blancs du ciel, les fils blancs du ciel ! Le bâton du blanc descendra, viendra du ciel, il viendra partout, à l'aube vous verrez le signe qui l'annonce5."

  • 6 Cf. J. de Villagutierre, Hist., op. cit., liv. 1, ch. 6, p. 76-77.
  • 7 Ibid, liv. 1,ch. 6,p.77.

8C'est ainsi que les livres de Chilam Balam annonçaient l'arrivée des Espagnols. Chilam Balam était le grand prêtre de "Tixcacayón Cabich en Maní"6, bien souvent appelé Chilán Cambal par les chroniqueurs7. Antonio de Herrera, qui emploie ce dernier nom, cite sa prophétie :

  • 8 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 4, déc. 2, liv. 3, ch. 1, p. 203.
    Cf., é (...)

"Que bientôt, provenant de la région où naît le soleil arriveraient des Blancs barbus, arborant le signe de la Croix, qu’il leur montra ; que leurs Dieux ne pourraient faire obstacle et s'enfuiraient en le voyant, et que ces gens devaient établir leur domination sur le pays, sans faire de mal à ceux qui les accueilleraient avec de paisibles intentions et abandonneraient leurs idoles pour adorer ce Dieu unique que ces hommes-là adoraient8."

***

  • 9 Voir, à ce sujet, Alfredo López Austin, Hombre-Dios. Religión y política en el mundo náhuatl, Méxi (...)

9Au Mexique, cette tradition joua un rôle de premier plan car elle détermina l'hésitation du souverain aztèque Moctezuma et précipita sa chute, bientôt suivie de celle de son royaume. Chez les Indiens de l'Anâhuac, le messie qui devait venir de l'Est s'appelait : Quetzalcóatl ('le serpent à plumes'). Sa silhouette est difficile à préciser9. Quetzalcóatl était, en effet, à la fois considéré comme un dieu et un héros civilisateur, cependant un grand prêtre portait aussi ce nom. Ce n'était pas l'une des toutes premières divinités de la mythologie aztèque, mais l'annonce de l’arrivée des Espagnols, rappelant inévitablement la prophétie liée à sa personne, lui donna une grande importance.

  • 10 T. Todorov, La Conq. de l'Amér., op. cit., ch. 2, p. 123.

"Notons ici — souligne Tzvetan Todorov — que l'idée du retour d’un messie ne joue pas un rôle essentiel dans la mythologie mexicaine ; que Quetzalcoatl n'est qu'une divinité parmi d'autres et n'occupe pas de place privilégiée (en particulier chez les habitants de Mexico, qui le perçoivent comme le dieu des Cholultèques) ; et que certains récits seulement promettent son retour, alors que d'autres se contentent de décrire sa disparition10."

  • 11 Francisco Javier Clavijero précise qu'il aurait pu être le grand prêtre de Tula. D'après la tradit (...)
  • 12 Cf. Jacques Soustelle, La vie quotidienne des Aztèques à la veille de la conquête espagnole, Paris (...)

10Le retour de Quetzalcóatl à Tula, son royaume11, devait se produire une année Ce-acatl ('Un-Roseau') suivant le calendrier divinatoire aztèque. Or l’année de l'arrivée d'Hernán Cortés au Mexique — 1519 — était précisément une année Ce-acatl. Le signe acatl appartenant à l’Est12 et nos conquistadores venant de l’Orient, toutes les conditions étaient donc réunies pour que les Mexicains eussent quelque crainte à la vue des étrangers. Dès les premiers instants les indigènes apparaissent préoccupés par les nouveaux venus :

  • 13 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., t. 3, liv. XII, ch. 2, fol. 4 r° (...)

"(…) et dès qu'ils se trouvèrent tout près des navires et qu'ils virent les Espagnols, tous baisèrent la proue de leurs pirogues en signe d'adoration. Ils pensèrent que le dieu Quetzalcóatl était de retour, car ils l'attendaient et l’attendent toujours, comme l'indique l'histoire de ce dieu13."

11écrit Fray Bernardino de Sahagún qui traduit du náhuatl les informations recueillies auprès des Indiens.

12Hernán Cortés, reconstituant, dans le goût antique, un discours qui lui tint Moctezuma peu après son arrivée à Tenochtitlán, prête à l'empereur aztèque les propos suivants :

  • 14 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 52.

"Il y a longtemps que nous savons — nos ancêtres nous l'ont transmis grâce à nos écritures — que ni moi, ni tous ceux qui habitent ici, ne sommes originaires de ce pays : nous sommes des étrangers venus de régions fort éloignées. Nous savons aussi que notre peuple est arrivé, guidé par un seigneur dont tous étaient les vassaux et qui s'en retourna vers son lieu d'origine puis tarda tant à revenir que ceux qui étaient restés avec les femmes de cette contrée s'étaient mariés, avaient eu une abondante progéniture et avaient créé des villages où ils s'étaient établis. Comme ce seigneur souhaitait les emmener, ils refusèrent de repartir et ne voulurent pas reconnaître son autorité, en conséquence de quoi il s'en retourna. Nous avons toujours cru que ses descendants viendraient dominer ce pays et nous réduire à l’état de vassaux. D'après ce que vous dites au sujet de votre provenance, qui est l'endroit où naît le soleil, et d'après les propos que vous tenez sur ce grand seigneur ou ce roi qui vous a envoyés ici, nous croyons et sommes persuadés qu'il doit s'agir de notre seigneur naturel, surtout puisque vous nous dites qu'il y avait longtemps qu'il connaissait notre existence (…)14"

  • 15 Cf. Jacques Soustelle, Les Aztèques, Paris, P.U.F., 1970, col. "Que Sais-Je ?" no 1391, ch. 1, par (...)
  • 16 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 60.

13C'est le mythe de Quetzalcoatl — associé à celui de la fondation de la ville de Tula par les Toltèques, précurseurs des Aztèques — que rappelle ici l'empereur Moctezuma15. Il tient d'ailleurs à peu près le même discours aux dignitaires qu'il réunit quelque temps plus tard pour les inciter à reconnaître la suzeraineté de Cortés16, considéré, en effet, comme l'émissaire de Quetzalcóatl. Trop de "preuves" étaient réunies : le hasard avait bien fait les choses.

  • 17 Cf. R. Siméon, Dict., op. cit., p. 651 (art. "Tonatiuh") et B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. (...)

14Le caractère semi-divin du chef était, évidemment, partagé par ses compagnons. L'un d'eux, Pedro de Alvarado, avait été surnommé Tonatiuh (Tonatio, dit B. Díaz del Castillo) par les Indiens, c'est-à-dire "Soleil", à cause "de la blancheur de son teint et de l'éclat de ses cheveux blonds" qui le transformaient, aux yeux des autochtones, en une sorte de teule, d'être surnaturel17.

15Il est vrai que Cortés n'a rien tenté pour essayer d'écarter le nimbe mystérieux dont on l’avait paré, bien au contraire. L'équivoque, soigneusement entretenue, dans les premiers temps de la Conquista, fut une arme psychologique qui servit amplement ses desseins.

  • 18 Cf. B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 78, p. 275; ch. 89, p. 317; ch. 129, (...)

16Bernai Díaz del Castillo, qui rappelle plusieurs fois la tradition indigène18, montre de quelle manière cette croyance a été utilisée par les Espagnols. Cortés, s'adressant aux Tlaxcaltèques, se présente ainsi avec beaucoup d'habileté :

  • 19 Ibid., vol. 1, ch. 78, p. 275.

"(…) et notre capitaine Cortés leur répondit et expliqua que nous venions assurément du côté où le soleil se lève et que, le Roi, Notre Seigneur, nous avait envoyés pour cela en nous recommandant de les traiter comme des frères, parce qu'il connaissait leur existence et qu'il souhaitait qu'avec l'aide de Dieu ils parvinssent à être sauvés grâce à nous. Nous répondîmes tous : "Amen."19"

17Gonzalo de Sandoval, capitaine servant sous les ordres de Cortés, s'exprima avec moins de prudence. Il s'assimila complètement à l'un de ces teules dont parlaient les indigènes et il déclara aux Indiens :

  • 20 Ibid., vol. 1, ch. 139, p. 527.

"(…) qu'ils s'efforçassent tous de se soumettre au grand roi des teules, car leurs ancêtres leur avaient certainement dit que ce pays devait être dominé par des hommes barbus qui viendraient de la direction du soleil levant, et qu'ils avaient eu l'occasion de voir qu'il s'agissait de nous (…)20''

  • 21 Don Fernando Alva Ixtlilxóchitl, (Relación de la venida de los españoles y principio de la ley eva (...)

18Fernando de Alva Ixtlilxóchitl, historien métis de la Nouvelle-Espagne, précise que les Mexicains pensèrent au retour des fils du Soleil, dès qu'ils aperçurent les navires de Juan de Grijalva (en 1518) qui avait reconnu les côtes avant l'arrivée de Cortés21. Et Gonzalo Fernandez de Oviedo prête à Moctezuma des propos très nets sur l'origine divine des Espagnols :

  • 22 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 33, ch. 45, p. 218.

"Dès qu'il eut appris ce que l'on a raconté, Montezuma fut épouvanté et annonça : "Ces gens sont ceux dont l'arrivée m'avait été annoncée par notre Dieu. Ils devaient se rendre maîtres du pays. Mon père l'avait aussi prédit, car mon père m'en avait fait part"22."

19Mais, dès le débarquement des conquistadores, certains autochtones semblent avoir douté et mis en cause l'identification des Européens avec les émissaires de Quetzalcóatl. C'est ce que rapporte Fray Bartolomé de Las Casas dans son Apologética Historia :

  • 23 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 1, ch. 122, p. 425.

"(…) quand ils aperçurent les bateaux à voiles des Espagnols, ils déclarèrent que leur dieu Quetzalcóatl était de retour et qu'il apportait sur les eaux de la mer les temples qui devaient lui servir de lieu de résidence. Mais lorsque les Espagnols débarquèrent ils dirent : "Il y a là un bien grand nombre de dieux (ils disent tequeteteuh dans leur langue) ; ce n'est pas notre dieu Quetzalcóatl."23"

20La prophétie du retour de Quetzalcóatl a donc joué un grand rôle : elle a directement aidé les Espagnols à imposer leur domination. On voit, à l'évidence, que le mythe a eu dans ce cas des conséquences pratiques considérables.

***

21L'histoire de la conquête de l'Empire des Incas a beaucoup de points communs avec le sujet précédent. Il est également question au Pérou d'une prophétie annonçant l'arrivée d'hommes blancs et barbus qui devaient s'emparer du royaume.

22D'après les chroniqueurs, le onzième Inca, Huayna Câpac — dont le règne (1493-1527) se termine juste avant l'arrivée des conquistadores —, aurait prévu les événements qui allaient se produire. Il réunit ses enfants et les informa de ce que serait l'avenir :

"(…) il prophétisa qu'après sa disparition entreraient dans son royaume des gens que l’on n'avait jamais vus et auxquels on n'avait jamais pensé. Ces individus priveraient ses fds de leur souveraineté, bouleverseraient l'État et feraient disparaître leur idôlatrie. Peu avant son trépas il apprit que les Espagnols pénétraient dans son royaume et il eut le grand désir de les voir, mais la mort l'en empêcha et il laissa l'Empire à son fils Cusi Huáscar à qui il revint comme aîné et légitime héritier."

  • 24 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 1, part. 1, liv. I, ch. 3, p. 27.

23explique Bartolomé Arzáns de Orsúa y Vela dans son Historia de la Villa Imperial de Potosí24. Il est vrai que l'Inca Huayna Cápac devait prévoir les difficultés de sa succession : ses deux fils Huâscar et Atahualpa allaient se disputer le trône. D’après Agustín de Zárate, c'est Huáscar, l'héritier légitime, qui aurait rapporté la prophétie de son père :

  • 25 A. de Zárate, Hist. del descubr., op. cit., liv. 2, ch. 6, p. 158.

"(…) il dit aussi [Guáscar] que son père, quand il lui confia ses dernières volontés, lui recommanda d'établir des liens d'amitié avec les hommes blancs et barbus qui arriveraient dans le pays, parce que ceux-ci devaient dominer le royaume. Tout cela porte peut-être la marque de l’art diabolique, car avant la mort de Guaynacaba [Huayna Cápac], le Gouverneur avait déjà commencé la conquête des côtes du Pérou25."

  • 26 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 230.

24López de Gómara précise lui aussi que les intrus que l’on attend sont des blancs qui portent la barbe ("gentes blancas y barbudas"26). L'Inca Garcilaso de la Vega, moins net à ce sujet, rappelle que Huayna Câpac a simplement explicité de vieilles croyances transmises par la tradition :

  • 27 El Inca Garcilaso de la Vega, Historia General del Perú. Segunda Parte de los Comentarios Reales d (...)

"(…) il leur expliqua sans dissimulation les prédictions et les prophéties que depuis fort longtemps oracles et prodiges leur avaient permis de connaître à ce sujet. Il s'exprimait confusément et de manière obscure. Cependant Huayna Câpac, lui, avait annoncé tout cela clairement, prophétisant pour les siens l'arrivée des Espagnols et celle des Saints Evangiles dans son Empire du Pérou, en indiquant un délai qui correspondait à celui de sa vie. C'est pourquoi les Indiens vénéraient les Espagnols comme des dieux avec les marques de soumission et les démonstrations ostentatoires dont on a parlé, persuadés que ces êtres étaient ceux qui étaient destinés à accomplir la prophétie de leur roi27."

  • 28 A. Métraux, Les Incas, op. cit., ch. 7, p. 118.

25Garcilaso de la Vega, qui a le souci de démontrer que les Incas se trouvaient sur la voie qui mène au christianisme, a transformé Huayna Câpac en une sorte de saint Jean-Baptiste, de prophète qui annonce l’arrivée imminente du Messie. Or la tradition indigène avait des racines très profondes qui nous permettent de remonter jusqu'à Viracocha, "à la fois Créateur, héros civilisateur et Transformateur ['celui qui parachève l’œuvre']" comme le fait remarquer Alfred Métraux28. Ce personnage mythique, qu’il est possible de comparer au Quetzalcóatl des Aztèques, avait, lui aussi, accompli une importante œuvre civilisatrice dans l'ancien temps puis s'était mystérieusement éclipsé. Cieza de León, reprenant les informations indigènes, présente ainsi son départ.

  • 29 Pedro de Cieza de León, El señorío de los Incas, Edición de Manuel Ballesteros, Madrid, Historia 1 (...)

"Et ils ajoutent à ce sujet que, partant de là, il arriva au bord de la mer puis, étendant son manteau, il y disparut au milieu des ondes pour ne plus jamais reparaître ni être vu. Et après sa disparition on le nomma Viracocha, ce qui veut dire "écume de la mer"29."

26Mais Viracocha devait revenir un jour, comme tous les héros civilisateurs dont les mythes prévoient la réapparition :

  • 30 A. Métraux, Les Incas, op. cit., ch. 7, p. 118.

"Généralement — dit Alfred Métraux —, le héros civilisateur prédit son retour soit pour réformer le monde et y apporter un nouveau bonheur, soit au contraire pour détruire son œuvre30."

  • 31 P. de Cieza de León, El señorio de los Incas, op. cit., ch. 5, p. 39-40.

27Et même si Atahualpa — qui accueillit les Espagnols — ne semble pas avoir été dupe longtemps, puisque les envahisseurs n'étaient que des mortels, les nouveaux venus qui avaient débarqué de leurs navires présentaient suffisamment de points communs avec Viracocha pour qu’on leur appliquât ce nom. Mais Cieza de León ne croit pas à cette identification un peu rapide. D’après lui, le nom de viracochas aurait été donné aux Espagnols par les partisans de Huáscar — l’héritier officiel du trône, en lutte contre son frère Atahualpa — qui se seraient réjouis de la capture de leur ennemi par Francisco Pizarro, devenu dès lors le héros vengeur et juste, le descendant de Viracocha31. Quoi qu'il en soit, le mythe indigène a servi les conquistadores du Pérou et facilité leur implantation.

  • 32 Sir W. Ralegh, The discoverie…, op. cit., p. 349-350:
    And I farther remember that Berreo confessed (...)

28Walter Raleigh, qui cherchait à coloniser la Guyane à la fin du XVIe siècle, n’a pas hésité à s'appuyer sur les croyances des Incas en prétendant que les Anglais étaient les sauveurs tant attendus par les Indiens du Pérou, ceux qui devaient les délivrer du joug espagnol32 ! Raleigh affirmait que les Incas qui avaient fui à l’époque de la Conquista s’étaient réfugiés dans l'Eldorado ; il donnait ainsi une nouvelle impulsion au mythe du retour de Viracocha. La prophétie pouvait d'ailleurs fort bien s'adapter à la situation, car il était prévu qu'un faux Viracocha fasse d'abord son apparition. C'est du moins ce qu'explique Sarmiento de Gamboa :

  • 33 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. Índ., op. cit., ch. 7, p. 210.

"[Viracocha] leur dit qu'apparaîtraient certaines gens qui prétendraient être le vrai Viracocha, leur créateur, et qu'ils n'accordassent pas créance à leurs affirmations car lui, dans l'avenir, leur enverrait ses messagers pour les protéger et les éduquer33."

***

29Il y eut en Amérique du Sud bien d’autres exemples de cette croyance. Les Indiens du Brésil, par exemple, accueillirent les Français comme des émissaires divins. A. Thevet le signale dans sa Cosmographie Universelle :

  • 34 A. Thevet, Cosmogr., op. cit., ch. 6, p. 82.

"Mais un cas vous diray-je bien, que long temps.avant que nous y arrivassions l'esprit leur avoit predit nostre venuë : et je le sçay, non seulement d'eux mesmes, mais aussi de plusieurs Chrestiens Portugais, qui estoient detenuz prisonniers de ce peuple barbare : Et autant en fut dit aux premiers Espaignols, qui onc descouvrirent le Peru, et Mexique34."

  • 35 Alfred Métraux, Religions et magies indiennes d'Amérique du Sud, éd. posthume établie par Simone D (...)

30Alfred Métraux précise que les Tupinamba "donnèrent aux Français le nom de Maira ou Maraiarta qui n'est autre que celui d'un des principaux personnages de leur mythologie, le personnage divin qui donna au monde son apparence actuelle et établit les bases de leur culture35."

  • 36 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 212.

31Dans la région de l'actuelle Florianópolis, près de l’île de Santa Catarina, un indigène du nom d'Otiguara aurait, suivant López de Gómara, annoncé l’arrivée imminente des Chrétiens36.

32Chez les Indiens du Paraguay on attendait aussi des Blancs vêtus et barbus. Gonzalo Fernandez de Oviedo écrit à ce propos :

  • 37 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen.,op. cit., vol. 2, liv. 33, ch. 14, p. 380-381.

"(…) et parce qu’autrefois leurs pères — et leurs ancêtres à leurs pères — leur avaient dit que lorsque les gens de Manuel arriveraient dans ce pays, ils verraient des hommes blancs, barbus, portant des vêtements, et très différents des Indiens. Ils leur avaient recommandé de les accueillir comme des amis car ceux-ci pénétraient le sens des choses et savaient quelle était la vérité37."

  • 38 Walter Krickeberg, Mitos y Levendas de los Aztecas, Incas. Mayas y Muiscas, México, Fondo de Cultu (...)

33Dans la région de Nouvelle-Grenade, les Muiscas (Chibchas) rappelaient qu'un inconnu portant une longue barbe ("avec des cheveux et une barbe qui arrivaient à la taille") était venu il y avait bien longtemps ("il y a vingt siècles, et chaque siècle comprend soixante ans "). Cet homme arrivait de l'Est ("du côté de l'Est où se trouvent les llanos qui prolongent ceux du Venezuela"). On lui avait donné plusieurs noms ; on l'appelait "messager de Chiminiagua" (le dieu suprême) ou "Nemterequeteba" ou "Xue". Cet étranger enseigna à filer et à tisser le coton. Il prêchait en plusieurs langues ("on dit qu'il prêchait à chaque peuple dans sa langue"). Puis il disparut mystérieusement. Tel est le récit que nous rapporte Walter Krickeberg dans son ouvrage : Mitos y leyendas de los Aztecas, Incas, Mayas y Muiscas38.

34L'apparition d'étrangers mystérieux, envoyés par les divinités, était donc une constante remarquable des traditions indigènes. L'effort d'expansion des Européens en fut grandement facilité. Bien entendu, ceux-ci adaptèrent ces croyances dans leurs récits et les mythes indigènes furent transformés par des éléments d'origine chrétienne. Toutes ces prophéties, interprétées dans un sens favorable, permettaient en effet d'envisager sérieusement l'éventualité d’une évangélisation précoce des populations américaines.

2 - Les indices d'une évangélisation précolombienne

35Le problème du peuplement précolombien du continent américain, qui a tant préoccupé les Européens, avait pour corollaire une question bien embarrassante : celle de l'évangélisation des Indiens. Il était impensable, à la fin du Moyen Âge et à l'époque de la Renaissance, que tous les êtres humains n'eussent pas été instruits de l'existence du dieu des Chrétiens. La Bible indiquait clairement que le monde entier avait été sillonné par les apôtres du Christ. Or, si l'on considérait que les Indiens étaient des créatures humaines, on devait nécessairement croire qu'ils avaient quelque souvenir de l'antique diffusion du christianisme. Tout "indice" fut alors soigneusement rapporté et interprété en fonction de cette idée.

36On s'enquit, notamment, de l'un des grands événements universels relatés par la Bible : le Déluge. De nombreux peuples Américains se le rappelaient. Pascual de Andagoya indique, par exemple, que les indigènes du Darién — que l'on avait interrogés — connaissaient parfaitement cette catastrophe :

  • 39 P. de Andagoya, Relación…, op. cit., p. 237.

"En désirant apprendre de ces gens s'ils avaient quelque connaissance de Dieu, on découvrit qu'ils connaissaient le Déluge de Noé, qu’ils savaient que ce dernier en avait réchappé dans une pirogue, en compagnie de sa femme et de ses enfants et que par la suite ils avaient procréé et peuplé le monde (…)39"

37La tradition du Déluge universel, que l'on retrouve d'ailleurs sur toute la planète, était particulièrement vivace en Amérique.

  • 40 Cf. Román Piña Chan, Una visión del México prehispánico, México, U.N.A.M., Instituto de Investigac (...)

38Ainsi, les Mexicas qui comptaient 4 soleils — 4 univers — avant l'ère actuelle, prétendaient que le quatrième soleil s'était achevé à la suite de grandes inondations provoquées par Chalchiuhtlicue et que seuls les poissons avaient pu survivre40. C'est ce que l'on peut lire dans l'Historia de los Mexicanos por sus pinturas, un texte du XVIe siècle :

  • 41 Historia de los Mexicanos por sus pinturas, dans Nueva Colección de Documentos para la Historia de (...)

"La dernière année du soleil de Chalchiutlique, comme on l’a dit, il plut si abondamment que les cataractes du ciel semblaient s'être déchaînées et que les eaux emportèrent tous les sujets du royaume [maceguales] qui donnèrent naissance à toutes les sortes de poissons qu'il y a. C'est ainsi que les hommes cessèrent d’exister et que le ciel disparut parce qu'il tomba sur la terre (…)41"

39Le cacique Nicaragua — qui a donné son nom au pays — paraissait, lui, spécialement préoccupé par la question du Déluge :

  • 42 A. de Herrera y Tordesillas. Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 4, ch. 5, p. 384.

"Nicaragua demanda si les Chrétiens avaient connaissance du Déluge qui inonda la terre, s'il devait s'en produire un autre, si la terre allait être bouleversée et si le ciel devait tomber42 ?"

40rapporte Antonio de Herrera dans ses Décades. Et cet auteur signale également que les Indiens de Cuba avaient le souvenir du Déluge :

  • 43 Ibid., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 4, p. 280.

”(…) ils eurent une bonne connaissance du Déluge et savaient que le monde avait été détruit par des cataractes d'eau43."

41Leur tradition a pu assimiler, après l'arrivée des Européens, certains éléments bibliques car on y retrouve un vieillard et une colombe qui transporte un rameau feuillu. Il est possible que les nouveaux venus, qui ont recueilli ce mythe, l'aient aussi adapté à leurs propres croyances.

42Antonio de Herrera mentionne, en outre, l'existence du mythe dans le Pérou préincasique. On peut y reconnaître l'évocation d'un raz de marée particulièrement violent :

  • 44 Ibid., vol. 10, déc. 5, ch. 6, p. 193.

"(…) il y eut un tel déluge que la mer déborda, que la terre fut couverte d'eau et que tous les gens périrent (…)44"

  • 45 Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 1, (...)

43Garcilaso de la Vega rappelle, de son côté, que certains Espagnols ont tenté de faire coincider l'histoire de Noé avec un récit péruvien qui évoque les origines de l'Empire des Incas45.

44Cieza de León est plus circonspect :

  • 46 P. de Cieza de León, El señorio de los Incas, op. cit., ch. 3 (en fait, le 1er de l'œuvre), p. 32.

"(…) à mon avis ces Indiens ne conservent pas la mémoire du déluge, parce que je suis convaincu qu'ils s'établirent sur ces terres après qu’il se fût produit et que les hommes eussent été séparés par la diversité des langues à la suite de la construction de la Tour de Babel46."

  • 47 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. Ind., op. cit., ch. 6, p. 207.

45Quant à Sarmiento de Gamboa, il précise que les Incas appelaient le Déluge : uno pachacuti ("qui veut dire 'l'eau qui bouleversa la terre'47").

46Les Tupinambas, que Staden a fréquentés, parlaient d'une "grande inondation" :

  • 48 Hans Staden, Véritable histoire et description d'un pays habité par des hommes sauvages nus, féroc (...)

"Ils disent qu'autrefois il y eut une grande inondation ; que tous leurs ancêtres furent noyés, excepté quelques-uns qui réussirent à s'échapper dans leurs canots, ou en montant sur de grands arbres. Je pense qu'ils veulent parler du déluge48."

  • 49 J. de Léry, Hist., op. cit., ch. 16, p. 248.

47Jean de Léry, bon connaisseur de la Bible et des Brésiliens fait aussi le rapprochement entre le Déluge universel "qui auint du temps de Noé" et l'"opinion confuse" dont il est "fait mention en leurs chansons"49.

48André Thevet souligne que la croyance au Déluge est bien enracinée chez les indigènes du Brésil :

  • 50 A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 30 (53), p. 126.

"Or ils affirment et maintiennent constamment leur Déluge, et si on les contredit, ils s'efforcent par certains arguments de soutenir le contraire50."

  • 51 P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 4, p. 184.
  • 52 Cf. G. Gravier, Découverte…, op. cit., 6e part., ch. 1, p. 170. G. Gravier se réfère (n. 1) à Chri (...)
  • 53 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales…, op. cit., ch. 10, p. 361.

49Ainsi, de nombreux témoignages confirment l'importance de ce mythe dans tout le continent. Le Père Charlevoix considère le récit des Indiens du Paraguay comme le souvenir d'une "grande inondation”51. Mais au XVIIIe siècle, le Père Christian Le Clerq, missionnaire au Canada, remarque l'étrange parenté qui existe entre les croyances des indigènes de Gaspésie (Nouvelle-Ecosse) et le texte de la Genèse52. Et nombreux sont les explorateurs qui relèveront de telles traditions, comme Alexandre de Humboldt chez les Tamanaques du Venezuela53. Quant à Jorge Juan et Antonio de Ulloa qui — à la fin du XVIIIe siècle — ont découvert des fossiles marins dans les Andes, ils en tirent immédiatement la conclusion qu'il s'agit là d'une indication incontestable :

  • 54 J. Juan et A. de Ulloa, Relación Histórica…, op. cit., t. 3, liv. 2, ch. 6, p. 325.

"(…) et cela me paraît suffisant pour que l'on puisse conclure qu'il s'agit d'une marque évidente laissée en ces lieux par le Déluge Universel (…)54"

***

  • 55 Cf. Fr. B. de Sahagún, Hist., Gen., op. cit., liv. VI, ch. 7 pour la confession et ch. 37 et 38 po (...)
  • 56 Cf. Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv (...)

50Si le Déluge universel ne semble pas une preuve suffisante puisqu'il concerne le monde entier et qu’il a eu lieu à une époque bien antérieure au Christ, d’autres indices paraîtront cependant plus convaincants. Les jeûnes ou pénitences que s'imposent certains Indiens, la pratique de la confession ou du baptême qu'évoque Fray Bernardino de Sahagún dans son Historia General55, les idées prêtées aux Incas sur l'existence d'un Dieu suprême, sur l'immortalité de l'âme et la résurrection universelle56, le Paradis, si souvent mentionné, et toutes les ressemblances qui procèdent de comparaisons hâtives ou d'une mauvaise compréhension des traditions et des mœurs indigènes : tous ces indices ont induit les Européens à penser que le continent américain avait dû, jadis, être évangélisé.

51Un autre "preuve" a retenu tout spécialement l’attention : de nombreuses croix ont été découvertes et fidèlement recensées par les chroniqueurs. Y aurait-il un argument plus décisif alors que ce signe était considéré comme le symbole essentiel du christianisme ?

  • 57 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 17, ch. 3, p. 114.
  • 58 Fr. D. de Landa, Relación de las Cosas de Yucatán, op. cit., ch. 52, p. 140.

52On a signalé des croix au Yucatán. Gonzalo Fernández de Oviedo, qui dit tenir le renseignement du pilote Anton de Alaminos, ajoute, avec une bonne dose de scepticisme : "mais pour moi c'est une fable, et s'il y en avait je ne crois pas qu'ils les aient fabriquées en pensant ce qu'ils faisaient en les fabriquant57." Fray Diego de Landa ne croit pas non plus à cette fable car, ayant parlé avec un cacique, il s'entendit répondre : "qu'il n'avait jamais entendu ses ancêtres dire quoi que ce soit à propos du Christ ni de la Croix58."

53La question a cependant agité les esprits. Dans les instructions données — le 23 octobre 1518 — par Diego Velázquez à Hernán Cortés qui s'apprêtait à mettre le cap sur le Yucatán, on peut lire le passage suivant :

  • 59 Traslado autorizado de los capítulos e instrucciones que llevó Hernán Cortés, cuando fué á poblar l (...)

"Item. Parce que dans ladite île de Santa Cruz l'on a trouvé des croix en de nombreux endroits et au-dessus de certaines tombes et sépultures et que l'on dit qu'ils ont une grande vénération pour ces croix, vous vous enquerrez et vous efforcerez de savoir par tous les moyens possibles, avec grand soin et diligence, ce que signifie l'existence d'icelles et si leur existence est due à leur connaissance passée ou présente de Dieu Notre-Seigneur ou s'ils croient qu'un homme y a souffert. Vous ferez cela avec beaucoup d'attention, enregistrerez tout par-devant votre notaire et en donnerez un rapport complet et détaillé, tant pour ladite île que pour toutes celles que vous visiteriez et où vous pourriez trouver ladite croix59."

  • 60 A. d'Orbigny, Voyage pittoresque…, op. cit., ch. 46, p. 457.

54Le Yucatán a longtemps fait parler de lui à ce sujet. Alcide d'Orbigny signale, par exemple, au XIXe siècle, qu'une "prétendue adoration de la croix sur laquelle nos archéologues ont savamment disserté" aurait été découverte dans les ruines de Palenque60. La légende a donc allègrement vaincu l'obstacle du temps.

55P. de Castañeda de Nájera dit avoir vu une croix au nord de la Nouvelle-Espagne :

  • 61 P. de Castañeda de Nágera, Relation…, op. cit., 3e part., ch. 8, p. 240.

"A Tutahaco, nous trouvâmes sur une sépulture qui paraissait récente une croix faite de deux morceaux de bois attachés avec du fil de coton, et ornée de fleurs desséchées. C'est ce qui me fait penser que d'une manière ou d'une autre les Indiens ont eu quelque connaissance de la croix de Jésus-Christ notre rédempteur, et cela probablement par la voie de l’Inde d'où ils sont venus61."

  • 62 Cf. P. Gaffarel, Etude…, op. cit., 3e part. ch. 3, p. 287.
  • 63 Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 2, (...)

56Le Père Antonio Ruys mentionne, pour sa part, une croix miraculeuse repérée au Paraguay et le Père Le Clerq parle d’une autre croix découverte en Gaspésie62. L'Inca Garcilaso de la Vega consacre tout un chapitre de ses Comentarios Reales à une croix que les Incas auraient conservée "en un lieu sacré". Elle était de "jaspe cristallin" et, ajoute-t-il : "ils ne savent dire depuis quand ils l'ont". II dit l'avoir vue à Cuzco où elle se trouvait encore en 1560, et la décrit de façon très détaillée63.

  • 64 Marcos Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco y Signo de la Cruz Precolombianos (Congreso Interna (...)

57Plusieurs croix mystérieuses auraient été découvertes au Pérou, signale Marcos Jiménez de la Espada dans son étude : Del hombre blanco y signo de la Cruz precolombianos en el Perú. Il cite en particulier celles de Santa Cruz de la Sierra, de Los Chunchos, de Las Salinas et de Carabuco qui ont attiré l'attention64. Or, ces croix semblent avoir quelque rapport avec le prétendu passage d'un apôtre dans cette région.

3 - Les apôtres en Amérique

  • 65 Ville baptisée São-Tomé par les Portugais. Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., ch. 177, p. 444, n (...)
  • 66 Ibid., vol. 2, ch. 177, p. 444-447.
  • 67 J. de Mandavila, Libro…, op. cit., liv. 2, ch. 44, p. 113-122.
  • 68 P. Ordóñez de Ceballos, Viaje…, op. cit., liv. 2, ch. 26, p. 236.

58Il était inévitable, puisqu'on croyait à la possibilité d'une évangélisation précolombienne du continent américain, que l’on cherchât les preuves du passage de l'un des apôtres du Christ. Et celui qui devait avoir prêché en Amérique était certainement saint Thomas qui avait pour mission de diffuser la doctrine chrétienne aux Indes. Comme l'Asie, pensait-on à l'époque, était reliée à l'Amérique du Nord, et que rien n'était impossible à un émissaire divin, on imagina que saint Thomas avait parcouru le continent américain. D'ailleurs, il n'aurait fait qu'y passer car on savait fort bien qu'il avait fini ses jours en Inde : plusieurs voyageurs qui connaissaient l'Asie contaient leur visite au tombeau de l'apôtre à Mailapuram65. Marco Polo avait ainsi consacré un chapitre de sa relation au "lieu où est le corps de Messire Saint-Thomas, l'Apôtre"66, et Jean de Mandeville s'était intéressé au "bras miraculeux de Saint Thomas qui toucha les plaies du Christ et que l'on trouve en Inde"67. Pedro Ordóñez de Ceballos, qui n'a pas manqué d'effectuer le pèlerinage lors de son séjour dans l'océan Indien, y a vu, en particulier, "une croix très miraculeuse tracée sur une pierre par le saint" qui, à son avis, est une des choses les plus extraordinaires qui soient ("mas prodigiosas que hoy hay en el mundo")68.

***

59Les premières informations recueillies auprès des indigènes sur le voyage d'un apôtre en Amérique du Sud, ont été diffusées par les missionnaires jésuites du Paraguay. Le Père Manuel de Nóbrega écrit, en 1549, dans une lettre adressée depuis São Salvador de bahia au Doctor Martin de Azpilcueta :

  • 69 Cité par M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit., p. 4.

"(…) les naturels du Brésil ont conservé la mémoire de la prédication qu'y fit l'apôtre saint Thomas, dont parlaient les habitants du village nommé San Vicente, sis au début du Brésil [au Sud], qui expliquaient que cet apôtre leur avait même enseigné à reconnaître ce qu'ils pouvaient manger sans se trouver en péril (…)69"

60Il s'agit certainement de l'un de ces messies que l'on retrouve si fréquemment en Amérique du Sud, comme le signale Alfred Métraux :

  • 70 A. Métraux, Religions…, op. cit., ch. 1, p. 12.

"En plus des conditions historiques, les traditions mythiques de beaucoup de tribus sud-américaines ont favorisé l'apparition de personnages revendiquant la qualité de Dieu ou d'émissaire de la divinité70."

61Les Européens n’ont fait qu'interpréter des croyances largement répandues. Mais l'identification de l'un de ces messies, ou prophètes, à l'apôtre saint Thomas est explicable par une curieuse coïncidence. Et c'est encore le Jésuite Nôbrega qui nous éclaire à ce sujet. Il écrit dans une de ses lettres datée de 1552 :

  • 71 Cité par M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit., p. 5.

"Les indigènes brésiliens ont eu connaissance de Santo Tomé qu'ils nomment Pay Zumé. D'après la tradition — léguée par leurs aînés — il aurait visité ces régions (…)71"

  • 72 P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 6, p. 312.

62Ce fameux Pay Zumé apparaît au Paraguay avec le nom Pay Zuma ou Pay Tuma (on voit clairement l'évolution), suivant les dires du P. Charlevoix72. Martin del Barco Centenera précise, en marge de son texte, qu’il s'appelait Paycume, mais la cédille n'a sûrement pas été reproduite lors de l'impression :

  • 73 M. del Barco Centenera, Argentina…, op. cit., fol. 208 v°

"C'est une croyance très répandue chez les Guaranis : un saint homme aurait jadis prêché parmi eux. Ils le nomment aujourd'hui Paycume et Santo Thome (…)73".

63Et Bartolomé Arzáns de Orsúa indique l'étymologie du nom :

  • 74 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2,1ère part., liv. 9, ch. 31, p. 274-275.

"Dans la province du Paraguay ce terme pay signifie aussi 'père'. Et ainsi, là-bas, l'apôtre Santo Tomé est habituellement appelé Pay Zumé. Ils disent, en particulier, Pay Abaré qui signifie 'Père-prêtre' et littéralement 'Père-homme' pour montrer que par sa chasteté il est différent des autres hommes74."

64Et il ajoute :

  • 75 Ibid., vol. 2, 1ère part., liv. 9, ch. 31, p. 275.

"Dans ce royaume du Pérou on appela aussi ce saint apôtre Pay Tumé (ce qui équivaut à Père Tomé en castillan) et dans la province du Brésil on le nomma Zomé, changeant avec le temps ce nom, en substituant le T au Z, ou pour dire mieux en le faisant évoluer suivant les règles propres à leur langage75."

65Car saint Thomas se serait aussi transporté au Pérou. On y aurait d'ailleurs retrouvé une statue qui le représenterait, ainsi que l'affirme une Relación écrite par l'un des premiers missionnaires Augustins :

  • 76 Relacion de la religion y ritos del Perú, hecha por los primeras religiosos agustinos que allí pasa (...)

"(…) et là-bas, dans le Collao on découvrit une statue de pierre — en un lieu dont je ne me rappelle plus le nom, mais cela est bien connu — qui avait l'apparence de l'apôtre, avec sa couronne et ses sandales [axotas] telles qu'on les représente ici. Et les Indiens racontent que ce Viracoche voulait les convertir au christianisme et qu'on l'expulsa de la région76"

66Il aurait séjourné dans la région du Titicaca où sa légende se confond avec celle de Viracocha puisque, comme le rapporte Bartolomé Arzáns de Orsúa :

  • 77 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosi, op. cit., vol. 1, lère part. liv. 1, ch. 2, p. 13. Cf., à (...)

"(…) le saint partit vers le lac puis, étendant son manteau sur les eaux, y navigua jusqu'à une jonchaie qui se trouve sur la rive et s'échappa par un profond marécage, dont la surface était calme mais avec un puissant courant en profondeur, qui sert maintenant de déversoir au lac qui autrefois n'en avait pas77"

67Pierre Duviols fait remarquer, dans son ouvrage La lutte contre les religions autochtones dans le Pérou colonial, que l'on ne peut soupçonner les Jésuites d'avoir lancé l'idée d’un éventuel passage de saint Thomas au Pérou. La tradition de l'intervention de l'apôtre s'est installée simultanément au Pérou et au Paraguay (où, par contre, l'influence des Jésuites est patente) :

  • 78 P. Duviols, La Lutte…, op. cit., ch. 1, p. 51-52.

"On admet généralement que ce furent les Jésuites du Paraguay qui alimentèrent, encouragèrent cette tradition et que ce n'est que plus tard qu’elle essaima dans d’autres pays d’Amérique, au Pérou en particulier. Mais la lettre de P. Manuel de Nóbrega (1549) est bien le premier document où il soit question du passage de l’apôtre au Paraguay, il faut conclure à un développement parallèle de la tradition au Paraguay et au Pérou, car dans ce dernier pays il fut question de ce mythe dès 1548, sinon plus tôt. D’autre part, bien des éléments se trouvent réunis qui montrent que la région du lac Titicaca fut le berceau de cette légende, bel échantillon d’acculturation mythologique78."

***

  • 79 Cf. R. Laguarda Trías, El predescubrimiento…, op. cit., ch. 10, p. 138, n. 41.
  • 80 Cf. M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit.

68Tout comme en Inde, où l’on montrait aux pèlerins un rocher marqué de deux traces de pas de saint Thomas79, on va trouver en Amérique du Sud cet indice irréfutable du passage de l’apôtre. Et les légendes ne manquent pas à ce sujet. Marcos Jiménez de la Espada a étudié longuement les manifestations concrètes de cette croyance qui a eu une importance considérable du Brésil au Pérou80. L'écho de cette tradition est nettement perceptible dans bon nombre de documents. Certains témoins oculaires affirment avoir examiné ces traces, et Martin del Barco Centenera est de ceux-là :

  • 81 M. del Barco Centenera, Argentina…, op. cit., fol. 208 v°

"(…) j'ai vu, de mes propres yeux, un rocher, d'environ 9 pieds de longueur sur 4 de largeur [2,52 m x 1,12 m] où apparaissent les marques et le vestige de traces d'un pied humain. Ces traces ne sont pas d'origine indienne car les marques laissées par leurs pieds sont bien connues à cause des énormes différences qu'elles présentent avec celles laissées par les pieds du Chrétien, même si le pied de l'un ou de l'autre est déchaussé, car les Indiens ont les orteils écartés alors que ceux du Chrétien sont joints ; on voit aussi cela chez le Noir d'Ethiopie81."

  • 82 H.-V. Vallois, "L'Anthropologie Physique”, art. cit., p. 631.
  • 83 M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit., p. 12-13.

69L'observation de Martín del Barco Centenera paraît fort juste si l’on considère que le pied "s'élargit considérablement dans sa partie antérieure chez les races primitives", comme le souligne Henri-V. Vallois82. Mais peut-être faut-il mettre en doute ces précisions si l'on songe que le P. Pedro Lozano, qui a vu ces mêmes traces de Tacumbú au XVIIIe siècle, n'a pas remarqué l'empreinte des orteils et parle des "sandales du saint apôtre". L'effet de l'érosion se serait-il fait sentir entre temps, comme le suggère Marcos Jiménez de la Espada83 ?

  • 84 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 3, p. 91 (art. ''Pai-Zuma") ; vol. 2, p. 367-368 (art. (...)
  • 85 A. Vàzquez de Espinosa, Compendio, op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 13, p. 283.
  • 86 Ibid., vol. 1, liv. 2, ch. 21, p. 60.
  • 87 Cf. G. Friederici, Caráter da Desc…., op. cit., ch. 4, p. 206.

70Si l'on examine les œuvres géographiques d'Antonio de Alcedo et d’Antonio Vázquez de Espinosa, on peut juger de l'importance de la légende. Les traces du saint sont innombrables en Amérique du Sud. Alcedo en a repéré au Paraguay (articles "Pay Zuma" et "Manacicas"), au Pérou (articles "Tarija" et "Paraná") et en Colombie (article "Itoco")84, et Vâzquez de Espinosa au Pérou85 et en Amazonie86, mais il y en avait également au Brésil, au Chili et en Argentine87.

  • 88 Voir, à ce sujet, Jacques Lafaye, Quetzalcóatl et Guadalupe. La formation de la conscience nationa (...)
  • 89 Carlos María de Bustamante reproduit la Dissertation de Servando Teresa de Mier dans son édition d (...)

71On a pensé, aussi, que saint Thomas avait visité le Mexique. Et certains assimilent sa légende au mythe de Quetzalcóatl88. Servando Teresa de Mier, notamment, a disserté longuement sur ce sujet et soutenu que l'apôtre était passé par la Nouvelle-Espagne89.

***

72Saint Thomas n'est pas, toutefois, le seul apôtre que l'on ait fait voyager en Amérique. En fait, deux des apôtres avaient été chargés d’évangéliser le continent asiatique : saint Thomas et saint Barthélémy. Deux autres devaient prêcher en Perse : saint Simon et saint Jude. Enfin, saint Matthieu devait s'occuper de l'Ethiopie et de l'Égypte, et saint Barnabé de l'Asie Mineure. Fray Bartolomé de Las Casas nous donne quelques précisions à ce propos, dans son Apologética Historia :

  • 90 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., t. 2, ch. 263, p. 433. Cf. également, à ce sujet, J. d (...)

"Saint Thomas fut évangéliser les Parthes, puis les populations de l'Inde ; saint Barthélémy celles de l'Inde Ultérieure et de l'extrémité de celle-ci, et se trouva par bonheur près de nos Indes actuelles ; (…) saint Mathieu, en Éthiopie et jusqu'en Égypte (…) ; saint Simon et Jude, également nommé Thaddée, prêchèrent et convertirent d'innombrables habitants de la Perse (…)90"

73Si l'un des apôtres avait séjourné en Amérique, il fallait le chercher parmi ceux qui s'étaient occupés des régions que l'on nommait, assez vaguement, au Moyen Âge "les Indes", c'est-à-dire toutes les terres de l'Éthiopie au Japon. C'est ainsi que le calviniste Jean de Léry pense à saint Matthieu :

  • 91 Cité par J. Lafaye, Quetzalcóatl…, op. cit., liv. 2, ch. 3, p. 245.

"Pourtant Nicéphore, racontant l'histoire de saint Matthieu, dit expressément qu'il a prêché l'Évangile au pays des Cannibales qui mangent les hommes, peuple pas trop éloigné de nos Brésiliens américains91."

  • 92 Ibid., liv. 2, ch. 3, p. 245.

74De même, le Père Nicolas Mascardi imagine que saint Barnabé est passé par le sud du Chili92.

  • 93 R. P. Touron, Hist. Gen., op. cit., t. 2, part. 1, liv. 4, ch. 149, p. 303.

75A la fin du XVIIIe siècle, le P. Touron s'étonne de ces affirmations et il intitule le chapitre 149 du livre IV de son Histoire Générale de l'Amérique : "Ridicule imagination de quelques Auteurs, qui ont écrit que les Apôtres, S. Simon, St Barthelemi, & St. Thomas, avoient annoncé la loi de J. C. aux Américains93."

76Dans la Descripción de los pueblos de la jurisdicción del corregimiento de la villa del Villar Don Pardo, en la provincia de los Purguayes qui date, vraisemblablement, du début du XVIIe siècle (1605 ?), il est expliqué, à propos du village de San Bartolomé de Hambato, situé dans la région de Quito :

  • 94 Descripcion de los pueblos de la jurisdiccion del corregimiento de la villa del Villar Don Pardo, e (...)

"A une demi-lieue d'Hambato se trouve une grande pierre portant la marque de huit traces de pied humain. Les Indiens la vénèrent et assurent que ce sont celles que laissa l'apôtre saint Barthélémy dont ils savent qu'il a prêché, par leur ancienne tradition. C'est pourquoi le village de San Bartolomé de Hambato porte ce nom et la fête de cet apôtre y est célébrée avec une grande solennité94."

  • 95 M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco, op. cit., p. 37, explique :
    "(…) à principios del siglo (...)

77A Cuzco, une statue de Viracocha rappelle inévitablement aux Espagnols l'apôtre San Bartolomé, car un animal est sculpté auprès du personnage, or, l'on représentait habituellement saint Barthélémy avec le démon, vaincu, à ses pieds95. On évoque la possibilité du passage du saint, et les métis décident alors de perpétuer la tradition. C'est ce que rapporte l'Inca Garcilaso de la Vega qui termine en disant :

  • 96 Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 5, (...)

"Et les métis originaires de Cuzco, et cela depuis trente ans, organisés en une confrérie qu'ils créèrent seuls, en refusant la participation des Espagnols, et qu’ils animent brillamment en faisant de grandes dépenses, choisirent pour intercesseur ce bienheureux apôtre en expliquant que puisque l'on avait dit ou prétendu qu’il avait évangélisé le Pérou, ils désiraient l'avoir pour saint patron. Nonobstant les déclarations de certains Espagnols médisants qui, à la vue des pompeux ornements et des parures qu'ils exhibent ce jour-là, ont soutenu qu'ils ne font point tout cela en l'honneur de l'apôtre, mais plutôt de l'Inca Viracocha96."

***

  • 97 Cf. J.-F. Lafitau, Mœurs…, op. cit., t. 1, ch. 6, p. 256, et Dom Pernety, Journal…, op. cit., t. 1 (...)
  • 98 J.-P. Duviols, L'Amérique espagnole vue et rêvée, op. cit., 2e part., ch. 6, p. 158.

78Il n'est pas indifférent de constater que l'on donne au maté, l'"herbe du Paraguay" ou "thé des Jésuites", les noms d'herbe de saint Thomas ou herbe de saint Barthélémy97. C'est en effet au Brésil et au Paraguay que la légende de Pay Zumé — saint Thomas a véritablement pris forme, et cela sous l'impulsion des Jésuites qui se sont tout spécialement intéressés à la région. Comme le souligne Jean-Paul Duviols, la politique évangélisatrice des Jésuites "a parfaitement réussi avec Tupã, Aña et Sumé, transfigurés respectivement en Dieu créateur, en Satan et en saint Thomas, avec la "Terre sans mal" naturellement assimilée au Paradis chrétien98." Les éléments des religions autochtones qui présentaient quelque ressemblance avec le christianisme ont été mis à profit. Il était assez facile de mettre en parallèle l'action de Pay Zumé et le prosélytisme des apôtres. De plus, une extraordinaire coïncidence phonétique permettait de rapprocher Zumé de Tomé (ou Tomás). Les Jésuites ont su habilement utiliser la tradition indigène, comme le précise Hélène Clastres :

  • 99 Ibid., 2e part., ch. 6, p. 158. La citation d’Hélène Clastres est tirée de La terre sans mal. Le Pr (...)

"Dès les premiers temps de la conquête, les Blancs ont appréhendé et rapporté les croyances tupi-guarani en ne retenant d'elles que les motifs qu'ils pouvaient réinterpréter dans les termes de leur propre religion99."

  • 100 Cf. M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit., p. 37. P. Duviols souligne dans son ouv (...)

79Mais s'ils n'introduisirent pas saint Thomas au Pérou, l'apôtre y eut cependant autant de succès qu'au Paraguay100. Quant à Saint Barthélémy, sa légende se développa, parallèlement à celle de saint Thomas, toujours sous l'impulsion des Jésuites. Si ces derniers n'avaient pas été expulsés des territoires contrôlés par les Espagnols, Saint Barthélémy aurait certainement joui d'une plus grande renommée, en particulier en Amazonie. C'est ce que souligne Marcos Jiménez de la Espada :

  • 101 M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit., p. 64.

"L'apôtre saint Barthélémy parvint enfin à avoir au Pérou une tradition propre et distincte de celle de son glorieux condisciple, et dans un pays où ce dernier n'était jamais allé à notre connaissance, à savoir les immenses réductions des Mainas ou de l'Amazone ; et si ce n'eût été à cause de l'expulsion de la Compagnie de Jésus des possessions espagnoles, il est presque certain que saint Barthélémy aurait joué pour les Mainas le même rôle que saint Thomas pour les Guaranis.101."

  • 102 Cf. A. d’Orbigny, Voyage pittoresque…, op. cit., ch. 16, p. 85.

80Mais les Jésuites, et les Européens en général, n'ont fait qu'exploiter des virtualités qui préexistaient à leur arrivée. Les mythes aborigènes prévoyaient le retour de dieux ou de héros civilisateurs. Quetzalcóatl était bien mexicain, Viracocha appartenait à la mythologie incasique, Bochica (ou Xue) à celle des Muiscas102 et Pay Zumé à la tradition des Guaranis. Ces croyances indigènes ont facilité la tâche des conquistadores et des colons qui ont su les utiliser à leur profit, créant ainsi de nouvelles légendes à coloration chrétienne qui allaient durer. Mais si l'on y regarde de plus près, on s'aperçoit qu'il ne s'agissait, pour les autochtones, que d'une modification, somme toute assez superficielle, apportée à leurs propres mythes.

  • 103 Cf. G. Friederici, Caráter da Desc., op. cit., ch. 4, p. 206. Voir également, l’ouvrage de J. E. M (...)

81Cependant, la question vue du côté européen avait une tout autre importance : les Indiens jadis évangélisés ne devaient plus être considérés comme des païens ignorants, mais tenus pour des apostats, des renégats qui avaient abandonné la vraie religion103. Alors il pouvait paraître juste de dominer des hommes qui, autrefois, avaient été dûment évangélisés et qui persistaient dans les errements de l'idolâtrie. Cependant, les Espagnols hésitèrent.

  • 104 P. Duviols, La Lutte…, op. cit., ch. 1, p. 62.

"Le XVIe siècle péruvien — déclare P. Duviols —, jusqu'à l'arrivée de Toledo (1569) fait confiance aux Indiens qu’on considère comme des mineurs, certes, mais non comme des coupables104."

82Au XVIIe siècle, par contre, la culpabilité des Indiens fut largement soulignée par les religieux qui se servirent du "mythe" de l’évangélisation précolombienne pour imposer le christianisme. P. Duviols fait ainsi remarquer que :

  • 105 Ibid., ch. 1, p. 62-63.

"Ce n'est pas par hasard non plus que les grands extirpateurs et prédicateurs du XVIIe siècle Hernando de Avendano et Francisco de Àvila, d'une part affirment le mythe et l'utilisent dans leurs sermons pour inculquer aux Indiens un profond sentiment de culpabilité, et d'autre part menacent ces mêmes Indiens, malgré la législation en vigueur, des bûchers du Saint Office105."

  • 106 Ibid., ch. 1, p. 63 : "(…) en affirmant qu’une évangélisation avait eu lieu avant celle des Espagn (...)

83La légende du passage d’un apôtre sur le continent américain permit également aux Jésuites du Paraguay, de justifier le désir d'autonomie qui les animait : la couronne d'Espagne ne pouvait revendiquer un droit de priorité sur des régions où le Pape, héritier de la tradition apostolique, avait aussi son mot à dire106.

Notes

1 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 97 (Domingo 14 de octubre).

2 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 1, ch. 9, p. 124.

3 [Fidalgo de Elvas], Histoire de la Conqueste de la Floride, par les Espagnols, sous Ferdinand de Soto. Ecrite en Portugais par un Gentil-homme de la ville d'Elvas. Par M. D. C. [De Citri de la Guette]. A Paris, Chez Denys Thierry, rue Saint-Jacques devant la ruë du Plâtre, à l'enseigne de la Ville de Paris. M. DC. LXXXV. (…) Le texte original a été publié pour la première fois en 1557.
Il existe une traduction espagnole plus récente de cette relation : Fidalgo de Elvas, Expedición de Hernando de Soto a Florida, Texto íntegro traducido al español de la Relación del Fidalgo de Elvas por Miguel Muñoz de San Pedro, Conde de Canilleros, Madrid, Espasa-Calpe S.A., 1965 (3e éd.), col. "Austral" no 1099.

4 E. H. Long, "Relation d’une expédition faite, en 1822, à la source de la rivière Saint-Pierre, au lac Ouinnipig, au lac des Bois, etc." dans Nouvelles Annales des Voyages, op. cit., t. 25 (1825), 27 (1825), 29 (1826) et 30 (1826), 2e art. (t. 29, 1826), p. 204-205. Il s'agit en fait de renseignements tirés de la relation du Fidalgo de Elvas (cf. note précédente).

5 Chilam Balam de Chumayel et de Tizimín, cités par Georges Baudot, Les Lettres Précolombiennes, Préface de Jacques Soustelle, Toulouse, Edouard Privat, Editeur, 1976, p. 179. Cf., également, "Profecía llamada interpretación de la llegada de los extranjeros españoles por los Ah Kines en un Katun 13 Ahan" dans El libro de los Libros de Chilam Balam, Traducción de sus textos paralelos por Alfredo Barrera Vásquez y Silvia Rendón basada en el estudio, cotejo y reconstrucción hechos por el primero, con introducciones y notas, México - Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 1965 (3e éd.), p. 99-101.

6 Cf. J. de Villagutierre, Hist., op. cit., liv. 1, ch. 6, p. 76-77.

7 Ibid, liv. 1,ch. 6,p.77.

8 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 4, déc. 2, liv. 3, ch. 1, p. 203.
Cf., également, vol. 9, déc. 4, liv. 10, ch. 3, p. 275-276. Charlevoix, qui s'en remet à Herrera, reprend ce récit, cf. Hist. S. Dom., op. cit., t. 1, liv. 5, p. 374.
Voir aussi Fr. D. de Landa, Relación de las Cosas de Yucatán, op. cit., ch. XI, p. 20-21 et Fr. A. de Remesal, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 5, ch. 7, p. 354.

9 Voir, à ce sujet, Alfredo López Austin, Hombre-Dios. Religión y política en el mundo náhuatl, México, U.N.A.M., Instituto de Investigaciones Históricas, 1973, Serie de Cultura Náhuatl - Monografías no 15.

10 T. Todorov, La Conq. de l'Amér., op. cit., ch. 2, p. 123.

11 Francisco Javier Clavijero précise qu'il aurait pu être le grand prêtre de Tula. D'après la tradition, Quetzalcóatl était blanc, grand et barbu. Cf. F. J. Clavijero, Historia Antigua de México, Edición y Prólogo del R. P. Mariano Cuevas (Edición del original escrito en castellano por el Autor), México, Editorial Porrúa S.A., 1968 (2e éd.), col. "Sepan Cuantos…" no 29, liv. 6, par. 4, p. 151.

12 Cf. Jacques Soustelle, La vie quotidienne des Aztèques à la veille de la conquête espagnole, Paris, Hachette, 1955, col. "La vie quotidienne", ch. 3, p. 139.

13 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., t. 3, liv. XII, ch. 2, fol. 4 r° Le texte náhuatl du Codex a été convenablement respecté. Le texte traduit du náhuatl par Georges Baudot, est le suivant :
"Et, quand ils se furent approchés tout près des Espagnols, aussitôt devant eux ils ont mangé-la-terre à la pointe du navire ; ils ont pensé que c'était lui, notre seigneur Quetzalcoatl, qui était arrivé."
Cf. Récits aztèques de la Conquête, Textes choisis et présentés par Georges Baudot et Tzvetan Todorov. Traduits du náhuatl par Georges Baudot et de l'espagnol par Pierre Cordoba. Annotés par Georges Baudot. Paris, éditions du Seuil, 1983, p. 51 (ch. 2).

14 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 52.

15 Cf. Jacques Soustelle, Les Aztèques, Paris, P.U.F., 1970, col. "Que Sais-Je ?" no 1391, ch. 1, par. 1-4, p. 6-13.

16 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit., p. 60.

17 Cf. R. Siméon, Dict., op. cit., p. 651 (art. "Tonatiuh") et B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 97, p. 358 et vol. 2, ch. 161, p. 157.
Cf., également, Salvador de Madariaga, Hernán Cortès, Traduit de l'anglais par René Guyonnet, Paris, Calmann-Lévy, 1953, col. "Le Livre de Poche Historique”, no 1184-1185-1186, lère part., ch. 6, p. 102.

18 Cf. B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 78, p. 275; ch. 89, p. 317; ch. 129, p. 480; ch. 139, p. 527.

19 Ibid., vol. 1, ch. 78, p. 275.

20 Ibid., vol. 1, ch. 139, p. 527.

21 Don Fernando Alva Ixtlilxóchitl, (Relación de la venida de los españoles y principio de la ley evangélica.) Decimatercera Relación. De la venida de los Españoles y principio de la ley evangélica, escrita por Don Fernando Alva Ixtlilxóchitl, dans Fr. B. de Sahagún, Historia General de las de Cosas de Nueva España escrita por Fr. Bernardino de Sahagún Franciscano y fundada en la documentación en lengua mexicana recogida por los mismos naturales. La dispuso para la prensa en esta nueva edición, con numeración, anotaciones y apéndices Angel María Garibay K„ México, Editorial Porrúa S.A., 1975 (3e éd.), col. "Sepan Cuantos…" no 300, p. 825.

22 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 4, liv. 33, ch. 45, p. 218.

23 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 1, ch. 122, p. 425.

24 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 1, part. 1, liv. I, ch. 3, p. 27.

25 A. de Zárate, Hist. del descubr., op. cit., liv. 2, ch. 6, p. 158.

26 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 230.

27 El Inca Garcilaso de la Vega, Historia General del Perú. Segunda Parte de los Comentarios Reales de los Incas, dans Obras Completas, op. cit. (vol. 3 et 4), vol. 3, liv. 1, ch. 32, p. 61.

28 A. Métraux, Les Incas, op. cit., ch. 7, p. 118.

29 Pedro de Cieza de León, El señorío de los Incas, Edición de Manuel Ballesteros, Madrid, Historia 16, 1985, col. "Crónicas de América" no 5, ch. 5, p. 37.

30 A. Métraux, Les Incas, op. cit., ch. 7, p. 118.

31 P. de Cieza de León, El señorio de los Incas, op. cit., ch. 5, p. 39-40.

32 Sir W. Ralegh, The discoverie…, op. cit., p. 349-350:
And I farther remember that Berreo confessed to me and others (which I protest before the Majestie of God to be true) that there was found among prophesies in Peru (at such time as the Empire was reduced to the Spanish obedience) in their chiefest temples, amongst divers others which foreshewed the losse of the said Empire, that from Inglatierra those Ingas should be againe in time to come restored, and delivered front the servitude of the said Conquerors."
Voir plus loin, ch. 31, par. 6, et ch. 32, par. 1.

33 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. Índ., op. cit., ch. 7, p. 210.

34 A. Thevet, Cosmogr., op. cit., ch. 6, p. 82.

35 Alfred Métraux, Religions et magies indiennes d'Amérique du Sud, éd. posthume établie par Simone Dreyfus, Paris, Galliinard-N.R.F., 1967, col. "Bibliothèque des Sciences Humaines", ch. 1, p. 13.

36 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., 1, p. 212.

37 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen.,op. cit., vol. 2, liv. 33, ch. 14, p. 380-381.

38 Walter Krickeberg, Mitos y Levendas de los Aztecas, Incas. Mayas y Muiscas, México, Fondo de Cultura Económica, 1971, Sección de Obras de Antropología, ch. 33, p. 153-154.

39 P. de Andagoya, Relación…, op. cit., p. 237.

40 Cf. Román Piña Chan, Una visión del México prehispánico, México, U.N.A.M., Instituto de Investigaciones Históricas, 1967, Serie de Culturas Mesoamericanas no 1, ch. 5, p. 235.

41 Historia de los Mexicanos por sus pinturas, dans Nueva Colección de Documentos para la Historia de México, op. cit., vol. 2, t. 3 (Varias Relaciones Antiguas), ch. 5, p. 233-234.

42 A. de Herrera y Tordesillas. Historia Gen., op. cit., vol. 6, déc. 3, liv. 4, ch. 5, p. 384.

43 Ibid., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 4, p. 280.

44 Ibid., vol. 10, déc. 5, ch. 6, p. 193.

45 Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 1, ch. 18, p. 30-31.

46 P. de Cieza de León, El señorio de los Incas, op. cit., ch. 3 (en fait, le 1er de l'œuvre), p. 32.

47 P. Sarmiento de Gamboa, Hist. Ind., op. cit., ch. 6, p. 207.

48 Hans Staden, Véritable histoire et description d'un pays habité par des hommes sauvages nus, féroces et anthropophages, situé dans le Nouveau Monde nommé Amérique, inconnu dans le pays de Hesse, avant et depuis la naissance de Jésus-Christ, jusqu'à l'année dernière. Hans Staden de Homberg, en Hesse, l'a connu par sa propre expérience et le fait connaître actuellement par le moyen de l'impression. Marbourg, Chez André Kolben. 1557. A l'enseigne de la feuille de trèfle. Dans H. Ternaux-Compans, Voyages, Relations…, op. cit., vol. 3, ch. 22, p. 286.

49 J. de Léry, Hist., op. cit., ch. 16, p. 248.

50 A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 30 (53), p. 126.

51 P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 4, p. 184.

52 Cf. G. Gravier, Découverte…, op. cit., 6e part., ch. 1, p. 170. G. Gravier se réfère (n. 1) à Christian Le Clerq, Nouvelle relation de la Gaspésie qui contient les Mœurs et la Religion des Sauvages Gaspésiens Porte-Croix, Adorateurs du Soleil, et d'autres Peuples de l'Amérique septentrionale, dite Canada. Paris, A. Auroy, 1691, in-12, p. 171.

53 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales…, op. cit., ch. 10, p. 361.

54 J. Juan et A. de Ulloa, Relación Histórica…, op. cit., t. 3, liv. 2, ch. 6, p. 325.

55 Cf. Fr. B. de Sahagún, Hist., Gen., op. cit., liv. VI, ch. 7 pour la confession et ch. 37 et 38 pour le baptême.

56 Cf. Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 2, ch. 7, p. 52-53.

57 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 17, ch. 3, p. 114.

58 Fr. D. de Landa, Relación de las Cosas de Yucatán, op. cit., ch. 52, p. 140.

59 Traslado autorizado de los capítulos e instrucciones que llevó Hernán Cortés, cuando fué á poblar las tierras de Ulúa y Cozumel y otras que fueron descubiertas por Juan de Grijalba, por el adelantado Diego Velazquez en nombre de Sus Altezas, (23-X-1518), dans CODOIN, vol. 12, p. 235-236.

60 A. d'Orbigny, Voyage pittoresque…, op. cit., ch. 46, p. 457.

61 P. de Castañeda de Nágera, Relation…, op. cit., 3e part., ch. 8, p. 240.

62 Cf. P. Gaffarel, Etude…, op. cit., 3e part. ch. 3, p. 287.

63 Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 2, ch. 3, p. 45-46.

64 Marcos Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco y Signo de la Cruz Precolombianos (Congreso Internacional de Americanistas de Bruselas - Año 1879), Bruselas, Imprenta de Ad. Mertens, 1887, p. 89-100.

65 Ville baptisée São-Tomé par les Portugais. Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., ch. 177, p. 444, n. 410.

66 Ibid., vol. 2, ch. 177, p. 444-447.

67 J. de Mandavila, Libro…, op. cit., liv. 2, ch. 44, p. 113-122.

68 P. Ordóñez de Ceballos, Viaje…, op. cit., liv. 2, ch. 26, p. 236.

69 Cité par M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit., p. 4.

70 A. Métraux, Religions…, op. cit., ch. 1, p. 12.

71 Cité par M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit., p. 5.

72 P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 1, liv. 6, p. 312.

73 M. del Barco Centenera, Argentina…, op. cit., fol. 208 v°

74 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosí, op. cit., vol. 2,1ère part., liv. 9, ch. 31, p. 274-275.

75 Ibid., vol. 2, 1ère part., liv. 9, ch. 31, p. 275.

76 Relacion de la religion y ritos del Perú, hecha por los primeras religiosos agustinos que allí pasaron para la conversión de los naturales, dans CODOIN, vol. 3, p. 24.

77 B. Arzáns de Orsúa y Vela, Hist. Potosi, op. cit., vol. 1, lère part. liv. 1, ch. 2, p. 13. Cf., à ce sujet, Manuel Rigoberto Paredes, Mitos, supersticiones y supervivencias populares de Bolivia, La Paz - Bolivia, Ediciones "Burgos", 1973 (4e éd.), ch. 2, par. VI, p. 69-70. Voir également P. Duviols, La lutte…, op. cit., ch. 1, p. 50-54.

78 P. Duviols, La Lutte…, op. cit., ch. 1, p. 51-52.

79 Cf. R. Laguarda Trías, El predescubrimiento…, op. cit., ch. 10, p. 138, n. 41.

80 Cf. M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit.

81 M. del Barco Centenera, Argentina…, op. cit., fol. 208 v°

82 H.-V. Vallois, "L'Anthropologie Physique”, art. cit., p. 631.

83 M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit., p. 12-13.

84 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 3, p. 91 (art. ''Pai-Zuma") ; vol. 2, p. 367-368 (art. "Manacicas"); vol. 4, p. 28-29 (art. "Tarija”); vol. 3, p. 129 (art. "Paraná"); vol. 2, p. 251 (art. "Itoco").

85 A. Vàzquez de Espinosa, Compendio, op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 13, p. 283.

86 Ibid., vol. 1, liv. 2, ch. 21, p. 60.

87 Cf. G. Friederici, Caráter da Desc…., op. cit., ch. 4, p. 206.

88 Voir, à ce sujet, Jacques Lafaye, Quetzalcóatl et Guadalupe. La formation de la conscience nationale au Mexique (1531-1813), Préface d'Octavio Paz, Paris, Gallimard-N.R.F., 1974, Bibliothèque des Histoires, liv. 2, ch. 3, p. 238-275.

89 Carlos María de Bustamante reproduit la Dissertation de Servando Teresa de Mier dans son édition de l'Historia General de las Cosas de Nueva España publiée à México en 1829. A. M. Garibay reproduit les notes de Bustamante. Cf. Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (éd. d'A. M. Garibay K., México, Porrúa, 1975), op. cit., p. 981-1000.

90 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., t. 2, ch. 263, p. 433. Cf. également, à ce sujet, J. de Villagutierre, Hist., op. cit., liv. 1, ch. 2, p. 53.

91 Cité par J. Lafaye, Quetzalcóatl…, op. cit., liv. 2, ch. 3, p. 245.

92 Ibid., liv. 2, ch. 3, p. 245.

93 R. P. Touron, Hist. Gen., op. cit., t. 2, part. 1, liv. 4, ch. 149, p. 303.

94 Descripcion de los pueblos de la jurisdiccion del corregimiento de la villa del Villar Don Pardo, en la provincia de los Purguayes, dans CODOIN, vol. 9, p. 457.

95 M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco, op. cit., p. 37, explique :
"(…) à principios del siglo XVII, seguia asegurando Garcilaso que la supuesta estatua de S. Bartolomé era la imagen del dios Viracocha, por más que semejase à las imágenes de nuestros bienaventurados apóstoles y mas propiamente á la del nombrado, por que la pintan con el demonio atado a sus pies, como estaba la figura del Inca Viracocha con su animal no conocido."

96 Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 5, ch. 22, p. 180.

97 Cf. J.-F. Lafitau, Mœurs…, op. cit., t. 1, ch. 6, p. 256, et Dom Pernety, Journal…, op. cit., t. 1, p. 332.

98 J.-P. Duviols, L'Amérique espagnole vue et rêvée, op. cit., 2e part., ch. 6, p. 158.

99 Ibid., 2e part., ch. 6, p. 158. La citation d’Hélène Clastres est tirée de La terre sans mal. Le Prophétisme tupi-guarani, Paris, éd. du Seuil, 1975, p. 73 et suiv. ("Les migrations des Tupi vers la Terre sans mal.").

100 Cf. M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit., p. 37. P. Duviols souligne dans son ouvrage La lutte contre les religions autochtones dans le Pérou colonial (op. cit., ch. 1, p. 63-64) : "On doit remarquer tout d’abord que le mythe de l'Apôtre y apparaît au moins en 1548, c’est-à-dire bien avant l’arrivée des Jésuites (qui date de 1569), et surtout que les témoignages concernant l’évangélisation préhispanique sont relativement peu nombreux dans l’historiographie jésuite au Pérou. Au contraire, le meilleur et le plus prestigieux théologien-juriste de la Compagnie au Pérou, le Père Acosta, accueille la légende avec le plus grand scepticisme :"Les vestiges de la foi prêchée en des temps anciens que l’on dit avoir trouvés en certains endroits – croix érigées et quelques autres traces – ne constituent pas un argument convaincant…""

101 M. Jiménez de la Espada, Del Hombre Blanco…, op. cit., p. 64.

102 Cf. A. d’Orbigny, Voyage pittoresque…, op. cit., ch. 16, p. 85.

103 Cf. G. Friederici, Caráter da Desc., op. cit., ch. 4, p. 206. Voir également, l’ouvrage de J. E. Monast (O.M.I.), On les croyait Chrétiens : les Aymaras, Paris, Les éditions du Cerf, 1969.

104 P. Duviols, La Lutte…, op. cit., ch. 1, p. 62.

105 Ibid., ch. 1, p. 62-63.

106 Ibid., ch. 1, p. 63 : "(…) en affirmant qu’une évangélisation avait eu lieu avant celle des Espagnols, le Pape – et par conséquent la Compagnie – pouvait alléguer (pour raison d’antériorité) plus de droits que le roi d’Espagne, et par là même les Jésuites pouvaient mieux justifier l’autonomie de leurs reducciones au Paraguay."

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search