Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Troisième partie : Le temps de l'épopée

Chapitre XV. Les indigènes et les légendes

Texte intégral

1 - Des êtres hors du commun

1Les Européens, nous l’avons vu, ont découvert de nombreux monstres "humains" sur le continent américain. Pygmées, géants, troglodytes, albinos ont été repérés ou aperçus dans beaucoup de régions. Mais le monde indigène n’était pas constitué que de peuples monstrueux. Certains Indiens ont cependant surpris les nouveaux venus grâce à leurs qualités exceptionnelles ou à cause de leur aspect insolite.

  • 1 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 10, ch. 3, p. 277.
  • 2 Ibid., vol. 4, déc. 2, liv. 3, ch. B, p. 245. C’est la Barbade actuelle (en anglais Barbados).

2On a signalé, par exemple, l’existence d’Américains barbus. C’est un fait assez rare pour être noté, et Antonio de Herrera écrit : "Ils laissent pousser leur barbe et qui est de belle taille, mais toutefois avec des poils aussi rêches que le crin de cheval1." D’ailleurs une île ne porte-t-elle pas le nom évocateur d’Isla de los Barbudos2 ?

  • 3 N. Federmann, Alemanes en América, op. cit., ch. 11, p. 98.
  • 4 H. de Ribera, Relación, op. cit., p. 598.
  • 5 Cf. A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 33 (56), p. 142 et P. F.-X. de Charlevoix, Hist. Nouv. Franc (...)

3Quelques tribus d’indiens noirs paraissaient tout aussi mystérieuses. Les "Guaycaríes, qui sont des individus tout noirs" ont attiré l’attention de Nicolas Federmann3 et Hernando de Ribera enregistre qu’au Paraguay se trouvent de "grandes agglomérations où vivent des individus à la peau noire et qui, d'après ce que l'on raconta, portent des barbes recourbées, à la manière des Maures4." Pour Thevet et Charlevoix il existerait aussi des Noirs au Labrador5. Gómara indique cependant, qu’à sa connaissance, il n’y aurait pas d’autres indigènes noirs, sur le continent américain, que ceux qui ont été signalés dans le Darién :

  • 6 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 290. G. Fernandez de Oviedo rapporte également ce (...)

"L’on ne trouva que quelques nègres à Guareca, quand Vasco Núñez de Balboa découvrit la mer du Sud, c’est pourquoi l'on est persuadé que cela dépend des hommes et non du pays (…)6"

4Mais l’aspect physique des Indiens n’est pas le seul motif de surprise. Fernandez de Oviedo rapporte que certains autochtones sont si agiles et si rapides à la course qu’ils peuvent chasser du gros gibier sans utiliser leurs armes :

  • 7 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 23, ch. 3, p. 356.

"(…) une race d'Indiens chasseurs de cerfs qui courent si rapidement qu'ils parviennent à les saisir par les pattes : leur vélocité surpasse de beaucoup celle des Troglodytes qui, selon Pline, vont plus vite que les chevaux7."

  • 8 Cf. J. de Oviedo y Baños, Hist., op. cit., liv. 3, ch. 6, p. 86-87.

5Et lorsqu’ils se servent des armes, leur technique est admirable. Les sarbacanes, par exemple, sont employées avec une telle adresse et les résultats obtenus avec les dards empoisonnés paraissent si remarquables que les Européens manifestent leur étonnement8.

2 - La longévité des Américains

6Les documents du XVIe siècle montrent que l’on s’intéresse beaucoup à l’extraordinaire longévité de certains Américains ; on précise régulièrement l’âge des plus vieux.

  • 9 Il s’agit d'une lettre attribuée à Amerigo Vespucci. Cf., Americ Vespuce, Lettre à Laurent di Pier (...)

7Amerigo Vespucci, qui a fréquenté les Indiens du Brésil écrit dans une lettre adressée en 1502 à Laurent di Pier Francesco de Medicis, que les indigènes qu’il a rencontrés atteignent généralement un âge respectable ("vivono molti anni"). Il est même capable de préciser que leur doyen aurait vécu 1 700 lunaisons, soit, d’après ses calculs, 132 ans ("contando 13 lunari l’anno"). Les Indiens le lui auraient fait comprendre à l’aide d’un tas de cailloux : chaque caillou représentant une lunaison9 ! Mais les Brésiliens étaient-ils si évolués et pratiquaient-ils si bien l’arithmétique pour pouvoir compter ainsi, même en se servant de cailloux ?

  • 10 F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 49, p. 278.

8Cervantes de Salazar, évoquant le séjour de Cortés à Tlaxcala, signale que ce dernier y aurait rencontré Xicoténcatl (el viejo), un vieillard âgé de plus de 130 ans ("parce qu'il avait plus de cent trente ans")10.

9Des membres de l’expédition de Pedro de Mendoza au Río de la Plata (1535- 1537), faisant escale à l’île Española, racontent à qui veut l’entendre — Fernández de Oviedo l’apprend ainsi — qu’il y a dans l’Amérique australe des Indiens de plus de 150 ans :

  • 11 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 23, ch. 6, p. 356.

"(…) ils disaient grand bien de ce pays qu'ils estimaient très sain et assuraient qu'il y a là-bas des gens de plus de cent cinquante ans, qu'ils sont nombreux et que ce sont des êtres robustes et vigoureux11."

  • 12 Cf. Vicente D. Sierra, Historia de la Argentina, Introducción, Conquista y Población (1492-1600), (...)
  • 13 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 212.

10La longévité dépend de la qualité de l’air que l’on respire. Comme on l’y avait trouvé exceptionnellement bon, on y avait fondé une ville qui fut évidemment baptisée Nuestra Señora de Buenos Aires. Ce nom de la Vierge — qui existait déjà en Italie — s’appliquait si bien aux circonstances12 ! Pour López de Gómara, les Querandíes du Río de la Plata vivent aussi jusqu’à 150 ans ("viven cient y cinquenta años")13. L’information avait donc été largement diffusée.

  • 14 Sir Walter Ralegh, The discoverie…, op. cit., p. 300.
  • 15 Relation de la Guiane et du Commerce qu'on peut y faire, dans Woodes Rogers, Voyage…, op. cit., t.  (...)

11D’après Walter Raleigh, le cacique Carapana, de la région de l’Orénoque, serait presque centenaire ("being little lesse then an hundred yeeres olde")14. Une relation française du XVIIe siècle précise d’ailleurs que les centenaires pullulent en Guyane : "Car c’est mourir jeunes parmi eux, que de ne vivre que cent ans15."

  • 16 Alonso Soleto Pernia, Memorial de lo que han echo mis padres y [yo], / en busca del Dorado que ans (...)

12Alonso Soleto Pernia, l’un des nombreux explorateurs qui cherchent l’Eldorado, considère que don Pedro, le cacique de Pocona, qui l’a renseigné, avait "cent ans et beaucoup plus"16.

  • 17 P. R. Breton, Relations…, op. cit., Relations latines, Relation A, p. 132.

13Pour sa part, le Père Raymond Breton affirme que les Caraïbes de la Guadeloupe "vivaient jusqu’à cent cinquante ans et plus"17.

14Francisco Coreal est un peu plus modeste lorsqu’il parle des Brésiliens :

  • 18 F. Coreal, Voyages…, op. cit., 2 part. ch. 3, p. 163.

"Plusieurs vivent, dit-on, jusqu’à cent vingt ans. Je le crois presque, car ils vivent sans soucis & n’accumulent pas pour l’avenir18."

15Et le Père Antonio Vázquez de Espinosa ne craint pas d’être taxé de naïveté lorsqu’il écrit — au début du XVIIe siècle — dans son Compendio y Descripción de las Indias Occidentales :

  • 19 A. Vázquez de Espinosa, Compendia…, op. cit., liv. 3, ch. 1, par. 339, p. 87.

"La province ou royaume de Yucatán est chaude, très peuplée, saine et fertile. Le nombre des indigènes de ce pays a augmenté. Ils vivent en bonne santé durant de longues années car lorsque les Espagnols la découvrirent ils y trouvèrent beaucoup de vieillards et, parmi eux, un homme de 300 ans, ainsi qu'en apportent la preuve les histoires de ces Indiens, et un autre âgé de 140 ans, fort agile, qui avait des fils et petits-fils très vieux et chenus (…)19"

***

  • 20 Strabon, Géogr., op. cit., liv. XV, ch. 1, p. 228-229.
  • 21 Ibid., liv. XV, ch. 1,p.231.
  • 22 Cité par E. Charton, Voyageurs…, op. cit., vol. 1, t. 1, p. 163.

16Tous ces "témoins" qui soulignent l’extraordinaire longévité des Américains ne réagissent pas autrement que certains auteurs de l’Antiquité qui assuraient que les habitants de telle région vivaient plus de 100 ans et ceux de telle autre plus de 200 ans. Strabon, qui est généralement très prudent, attribue ainsi 130 ans aux Musicâniens, et il précise : "(…) on prétend cependant avoir observé chez les Sères des cas de longévité encore plus grande20." Il ajoute d’ailleurs, quelques lignes plus loin, que les "Sères macrobiens” sont censés "atteindre et dépasser deux cents ans de vie21." Ctésias, parlant des Cynocéphales, indique de la même manière : "Ils poussent leur carrière jusqu’à cent soixante-dix ans, et quelques-uns jusqu’à deux cents ans22." Ces exagérations étaient couramment admises. Mais Mathusalem, le personnage biblique, n’était-il pas encore plus vieux ?

17Le Moyen Âge suivit la même voie. Chrétien de Troyes raconte, par exemple, dans Erec et Enide, que l’on vit arriver à la cour du roi Arthur, le suzerain des Chevaliers de la Table ronde, deux cents vieillards centenaires désireux d’assister aux noces :

  • 23 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, Publié par Mario Roques, Paris, Librairie Honoré Champion, édit (...)

"Quirions, li rois vialz d’Orcel,
n’i amena nul jovancel,
einz avoit conpaignons .II cenz,
don li mainz nez avoit cent anz ;
les chiés orent chenuz et blans,
que vescu avoient lonc tans,
et les barbes jusqu’às ceinturs ;
ces tint molt chiers li rois Artus23."

18Et même si Ton considère qu’il s’agit ici d’une œuvre de fiction où l’auteur peut, en toute liberté, envisager des situations extraordinaires, il n’en reste pas moins que l’idéal de longévité apparaît clairement.

  • 24 Cf., J.-R. Hale, La Europa…, op. cit., ch. 1, p. 9-10.

19Cet idéal, que Ton a déjà remarqué chez Ponce de León et les membres de son expédition partis à la recherche de la célèbre Fontaine de Jouvence de Bimini, est une constante de l’Humanité. En insistant sur l’âge des Indiens les plus vieux, les chroniqueurs et les explorateurs de l’Amérique n’exprimaient-ils pas cette aspiration universelle ? Mais pouvaient-ils évaluer avec précision l’âge des indigènes alors qu’ils n’étaient pas capables de connaître le leur ? Comme le souligne fort justement J. R. Hale, personne ne savait à l’époque de la Renaissance la date exacte où il avait vu le jour, même dans les hautes sphères de la société24. Et les Indiens ne devaient pas être mieux renseignés. De plus, il fallait pouvoir se comprendre et ne pas se tromper dans les calculs en utilisant des unités de temps différentes.

20La question de la longévité des Américains, qui a suscité tant d’admiration est devenue légendaire. Passe encore que les hommes de la Renaissance, qui portaient toujours la marque du Moyen Âge, se soient laissé dominer par-leur imagination, mais que penser de ceux qui au cours des siècles suivants répètent les mêmes données sans faire preuve d’un minimum d’esprit critique ?

21Voilà une légende qui était solidement implantée.

3 - Les merveilles du monde indigène

22Au Mexique, puis au Pérou, les conquistadores eurent l’occasion de constater que les indigènes étaient remarquablement organisés. Toutes les régions du continent n’avaient pas atteint un haut degré de civilisation et les Européens durent s’adapter aux conditions très différentes qu’ils rencontrèrent. Or, des étranges demeures des Indiens Zuñi du Nouveau-Mexique aux temples dorés de Cuzco, tout était de nature à surprendre les nouveaux venus. Et les témoignages ne manquent pas. Nous nous contenterons de donner ici quelques exemples de ces réalisations surprenantes et merveilleuses qui ont excité la curiosité des Européens.

  • 25 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 4, p. 174-175.

23La découverte, dans le Darién, de huttes construites sur les branches de grands arbres a étonné les explorateurs. Et Pietro Martyre, rapportant le fait, manifeste sa surprise — "Genre d’habitation nouveau et étrange !" s’exclame-t-il25 — tout en donnant les explications qui s’imposent.

  • 26 M. de Montaigne, Essais, op. cit., liv. 3, ch. 6, (Des Coches), p. 887.

24Mais ceci n’est rien à côté de l"'espouventable magnificence des villes de Cuzco et de Mexico" dont parle Montaigne dans le chapitre Des Coches de ses Essais26.

  • 27 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit.

25Tenochtitlán, à l’époque de sa splendeur, lorsqu’elle fut visitée pour la première fois par Hernán Cortés, avait une apparence stupéfiante. Les Espagnols furent surpris par le nombre et la richesse des temples et des palais. Tout juste s’ils parvenaient à établir la comparaison avec la Plaza Mayor de Salamanque, le château de Burgos, la Giralda de Séville et, pour les plus experts, avec la cité de Venise. L’immense marché qui se tenait à Tlatelolco — dont on retrouve la description chez H. Cortès et B. Díaz del Castillo — devait être particulièrement impressionnant. Hernán Cortés, d’ordinaire si froid et si concis dans ses lettres, montre pourtant de l’enthousiasme dans sa Segunda Carta de Relación27. Certes, l’intention d’éblouir le lecteur apparaît de manière éclatante, mais il y a dans le récit un ton qui ne trompe pas et qui dénote une grande admiration. Lorsqu’il évoque le palais où vit l’empereur Moctezuma avec sa cour, Cortés avoue tout simplement :

  • 28 Ibid., p. 66.

"Il y a tant à écrire au sujet du service de Mutezuma et des choses étonnantes qui tenaient à sa qualité et à sa magnificence, que je certifie à Votre Altesse ne point savoir par où commencer pour parvenir à en évoquer complètement une partie (…)28"

26Charles Quint devait être satisfait d’avoir un tel vassal !

27Bernai Díaz del Castillo est lui aussi très admiratif devant le marché de Tlatelolco :

  • 29 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 92, p. 331.

"Pourquoi usé-je tant de mots pour dire ce que l’on vendait sur cette grande place ? Parce qu'il est impossible de tout dire en détail et de venir à bout de cette évocation (…)29

  • 30 Cette relation dont on ne connaît pas l'auteur a été publiée en italien dans la fameuse collection (...)

28Dans la relation du Conquistador Anonyme sont évoquées les magnifiques demeures des dignitaires de l’empire aztèque30. L’auteur, qui a participé à la conquête de Tenochtitlán, a bien connu les splendeurs de cette capitale. Son texte révèle l’immense curiosité d’un soldat ébloui par tant de merveilles :

  • 31 Ibid., ch. 22, p. 23-24.

"Il y a et il y avait dans cette ville beaucoup de belles et bonnes maisons de seigneurs, si grandes, avec tant de pièces et d’appartements, et des jardins en haut et en bas, que c’était quelque chose de merveilleux à voir ; et, pour moi, je suis entré plus de quatre fois dans l’une des maisons du Souverain, sans autre dessein que de la visiter, et chaque fois j’ai tant marché que je me suis fatigué et que je n’ai pu venir à bout de la visiter en entier31."

29Si un soldat habitué à de longues marches ne peut terminer la visite du palais, on peut juger de l’immensité de l’édifice !

30Mais Tenochtitlán n’était pas la seule ville importante du Mexique. Avant même que l’on fût parvenu jusqu’à elle, on avait visité d’autres agglomérations importantes, en particulier Tlaxcala et Cholula. Tlaxcala avait aussi fortement marqué Hernán Cortés :

  • 32 H. Cortés, Segunda Carta-Relación, op. cit., p. 41.

"Cette ville — dit-il — est si grande et si étonnante que, bien que je passe sous silence beaucoup de choses que je pourrais dire à son sujet, le peu que je dirai est, à mon avis, presque incroyable, car elle est bien plus importante que Grenade, mieux fortifiée et pourvue d'édifices aussi remarquables, et bien plus peuplée que Grenade du temps où elle fut conquise (…)32"

31Cuzco, également, a réservé beaucoup de surprises. La forteresse de Sacsahuamán, que l’on peut encore admirer à proximité de cette ville a produit une grande impression sur un religieux originaire de Montilla que l’Inca Garcilaso de la Vega connaissait bien et dont il rapporte les propos :

  • 33 Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 7, (...)

”(…) il me dit qu'avant de les avoir devant les yeux [les pierres monstrueuses] il n'avait jamais pu penser qu'elles fussent aussi grandes qu'on le lui avait expliqué, et qu'après les avoir vues elles lui semblèrent dépasser de beaucoup ce que leur renommée laissait croire, et qu'alors il fut pris d'un doute bien plus inquiétant car il considéra que l'on n'avait pu les placer dans cet ouvrage que grâce à quelque artifice diabolique33."

32Et Garcilaso ajoute :

  • 34 Ibid., liv. 7, ch. 28, p. 286.

"(…) cet ouvrage surpasse les sept que l'on présente comme les Merveilles du Monde (…)34"

  • 35 Cf. P. de Cieza de León, La Crónica del Perú, op. cit., ch. 60, p. 258-259.

33Les caractéristiques exceptionnelles de certaines constructions incasiques étaient très célèbres. On parlait des temples et des palais péruviens mais aussi de deux grandes chaussées. Ces dernières furent évoquées par bon nombre de témoins et de chroniqueurs35. Fray Bartolomé de Las Casas, qui s’intéresse à elles, rappelle, lui aussi, que l’on pourrait avantageusement les comparer aux Sept Merveilles du Monde. Puis, à propos de celle qui aboutit au Chili — et qui aurait plus de 1 100 lieues (6 130 km !) —, il conclut en disant :

  • 36 Fr. B. de Las Casas, Apol., Hist., op. cit., vol. 2, ch. 262, p. 429.

"J'ai vu, en Espagne et en Italie, quelques tronçons de la voie qui, dit-on fut tracée par les Romains depuis l'Espagne jusqu'à l’Italie, mais tout cela n'est rien en comparaison de celle que j'ai évoquée à propos de ces gens et de ce pays36."

34Ces ouvrages titanesques dont les dimensions défiaient l’entendement étaient bien connus en Europe. Montaigne examine longuement la question dans ses Essais (chapitre Des Coches) et établit à son tour le rapport avec les grandes réalisations de l’Antiquité :

  • 37 M. de Montaigne, Essais, op. cit., liv. 3, ch. 6, (Des coches), p. 893.

"Quant à la pompe et magnificence, par où je suis entré en ce propos, ny Græce, ny Romme, ny Ægypte ne peut, soit en utilité, ou difficulté, ou noblesse comparer aucun de ses ouvrages au chemin qui se voit au Peru, dressé par les Roys du pays, depuis la ville de Quito jusques à celle de Cusco (il y a trois cens lieuës), droict, uny, large de vingt-cinq pas, pavé, revestu de costé et d’autre de belles et hautes murailles, et le long d’icelles, par le dedans, deux ruisseaux perennes, bordez de beaux arbres qu’ils nomment molly37."

35Il est évident qu’avec tant de références aux Sept Merveilles du Monde, nous accédons naturellement au domaine de la légende.

36La surprise et l’étonnement des Européens furent d’autant plus grands qu’ils s’étaient habitués depuis un quart de siècle à la fréquentation des Indiens de la mer des Caraïbes, de la Floride ou des côtes du Brésil, peu organisés et dans l’ensemble peu évolués. Le continent, doté d’une considérable quantité de merveilles naturelles, leur permettait aussi de découvrir celles que des cultures et des civilisations originales avaient su produire.

Notes

1 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 10, ch. 3, p. 277.

2 Ibid., vol. 4, déc. 2, liv. 3, ch. B, p. 245. C’est la Barbade actuelle (en anglais Barbados).

3 N. Federmann, Alemanes en América, op. cit., ch. 11, p. 98.

4 H. de Ribera, Relación, op. cit., p. 598.

5 Cf. A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 33 (56), p. 142 et P. F.-X. de Charlevoix, Hist. Nouv. France, op. cit., t. 1, p. 26-27.

6 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 290. G. Fernandez de Oviedo rapporte également cette information, cf. Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 29, ch. 10, p. 242.

7 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 23, ch. 3, p. 356.

8 Cf. J. de Oviedo y Baños, Hist., op. cit., liv. 3, ch. 6, p. 86-87.

9 Il s’agit d'une lettre attribuée à Amerigo Vespucci. Cf., Americ Vespuce, Lettre à Laurent di Pier Francesco De Medicis (Lisbonne, 1502), dans H. Vignaud, Americ Vespuce 1451-1512, op. cit., p. 411.

10 F. Cervantes de Salazar, Crónica…, op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 49, p. 278.

11 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 23, ch. 6, p. 356.

12 Cf. Vicente D. Sierra, Historia de la Argentina, Introducción, Conquista y Población (1492-1600), Buenos Aires, Unión de Editores Latinos, 1956, liv. 2, ch. 2, par. 8, p. 214.

13 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 212.

14 Sir Walter Ralegh, The discoverie…, op. cit., p. 300.

15 Relation de la Guiane et du Commerce qu'on peut y faire, dans Woodes Rogers, Voyage…, op. cit., t. 2, p. 248.

16 Alonso Soleto Pernia, Memorial de lo que han echo mis padres y [yo], / en busca del Dorado que anssí se llama / esta conquista y dicen que es el Paytitti, AGI, Audiencia de Charcas, leg. 21, fol. 34 r°-40 r°
Ce document a été publié par M. Serrano y Sanz (c’est le texte que nous citons ici), qui a modifié le début du titre (Memorial est devenu Memoria) et en a rectifié l'orthographe. Cf. M. Serrano y Sanz, Autobiografías y Memorias coleccionadas é ilustradas por M. Serrano y Sanz, Madrid, Librería Editorial de Bailly-Baillière é Hijos, 1905, col. "Nueva Biblioteca de Autores Españoles" no 2, p. 479.

17 P. R. Breton, Relations…, op. cit., Relations latines, Relation A, p. 132.

18 F. Coreal, Voyages…, op. cit., 2 part. ch. 3, p. 163.

19 A. Vázquez de Espinosa, Compendia…, op. cit., liv. 3, ch. 1, par. 339, p. 87.

20 Strabon, Géogr., op. cit., liv. XV, ch. 1, p. 228-229.

21 Ibid., liv. XV, ch. 1,p.231.

22 Cité par E. Charton, Voyageurs…, op. cit., vol. 1, t. 1, p. 163.

23 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, Publié par Mario Roques, Paris, Librairie Honoré Champion, éditeur, 1968, col. "Les Classiques français du Moyen Âge", p. 59-60, vers 1933-1940.

24 Cf., J.-R. Hale, La Europa…, op. cit., ch. 1, p. 9-10.

25 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 4, p. 174-175.

26 M. de Montaigne, Essais, op. cit., liv. 3, ch. 6, (Des Coches), p. 887.

27 H. Cortés, Segunda Carta-Relación…, op. cit.

28 Ibid., p. 66.

29 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 92, p. 331.

30 Cette relation dont on ne connaît pas l'auteur a été publiée en italien dans la fameuse collection de Ramusio (1556). Nous utilisons ici l'édition bilingue préparée par Jean Rose. Cf. Le Conquistador anonyme. Traduction, Introduction et Notes de Jean Rose (…), Mexico, institut français d’Amérique Latine, 1970, Publications de l’institut français d’Amérique Latine.

31 Ibid., ch. 22, p. 23-24.

32 H. Cortés, Segunda Carta-Relación, op. cit., p. 41.

33 Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 7, ch. 28, p. 286.

34 Ibid., liv. 7, ch. 28, p. 286.

35 Cf. P. de Cieza de León, La Crónica del Perú, op. cit., ch. 60, p. 258-259.

36 Fr. B. de Las Casas, Apol., Hist., op. cit., vol. 2, ch. 262, p. 429.

37 M. de Montaigne, Essais, op. cit., liv. 3, ch. 6, (Des coches), p. 893.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search