Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Troisième partie : Le temps de l'épopée

Chapitre XIV. Les merveilles du continent

Texte intégral

  • 1 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 6, ch. 29, p. 186.

"Les choses du monde et de la Nature sont si grandes et de si haute valeur, et le désir de les comprendre est si exaltant pour les esprits subtils, qu'aucun homme doué de sagesse ne les peut percevoir ni les considérer sans que son entendement en éprouve jouissance et délectation."
(Gonzalo Fernandez de Oviedo, Historia General, vol. 1, liv. 6, ch. 29)1.

1 - La recherche des secrets

  • 2 A propos de sens à donner à l'idée de découverte, cf. Wilcomb E. Washburn, "The Meaning of "Discov (...)
  • 3 Capitaine Paulmier de Gonneville, Voyage du Capitaine Paulmier de Gonneville au Brésil (1503-1505) (...)
  • 4 J. de Castellanos, Elegías, op. cit., III, Elogio de Rodas, canto 3, p. 552.

1Parmi les termes que l'on rencontre le plus fréquemment dans les documents de l'époque de la Découverte et de la Conquista, il en est un qui réapparaît avec constance : c'est le mot secreto (ou secret), souvent associé au verbe descubrir2. Le secreto, c'est tout ce qui est inconnu, tout ce dont l'existence n'a pas encore été révélée. Il y a derrière ce vocable l'immense curiosité des hommes du XVIe siècle, le désir d'être surpris, séduit, émerveillé par la nouveauté, de savoir quelles sont ces "choses singulières inconnues en Chrestienneté"3 que l'on n'a jamais vues, "De voir et découvrir ce qui n'a jamais été vu" comme le dit si clairement Juan de Castellanos4.

2La découverte des secrets du pays est l'un des buts que l'on se fixe, l'une des obligations du bon explorateur."

Il Nous plairait infiniment que ledit pays fût découvert et révélât ses secrets, et de savoir qui sont les habitants, de connaître leur qualité, leurs mœurs et les richesses les plus abondantes dont ils disposent (…)"

  • 5 Real cédula que contiene el asiento capitulado con Lucas Vázquez de Aillón para proseguir el descu (...)

3dit une Real cédula du 12 juin 15235. L'opération, comme on le voit, n'est pas totalement désintéressée, mais elle implique beaucoup de curiosité. Et Gonzalo Fernandez de Oviedo peut écrire après l’exécution de Diego de Almagro :

  • 6 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 47, ch. 19, p. 202.

"Sa Majesté Césarienne perdit l'un des bons vassaux et loyaux serviteurs qu'elle avait aux Indes, et l'un de ceux qu'animait le plus le désir de découvrir des terres (…)6"

4Les hommes font souvent preuve d'une obstination remarquable. Rodrigo de Colmenares, l'un des conquistadores du Darién en est un bel exemple :

  • 7 Rodrigo de Colmenares, Memorial presentado al Rey por Rodrigo de Colmenares sobre el desgraciado s (...)

"C'est ainsi que ledit Rodrigo de Colmenares resta là-bas durant trois ans, en réalisant des incursions à l'intérieur des terres pour en connaître les secrets et chercher quelque nourriture car la faim les tenaillait (…)7"

5Et l'on s'empresse de relater tout ce qui paraît surprenant, tout ce que l'on estime susceptible d’intéresser le Souverain, la cour ou le public en général :

"Je veux rendre compte à Votre Altesse Royale des choses et des grands secrets touchant aux merveilleuses richesses qu'il y a dans ce pays (…)"

  • 8 Vasco Núñez de Balboa, Carta dirigida al Rey por Vasco Nûñez de Balboa desde Santa María del Darié (...)

6écrit Núñez de Balboa dans sa lettre du 20 janvier 15138. Et Hernan Cortès explique, dans sa 4e Carta de Relación :

  • 9 H. Cortés, Cuarta Carta-Relación, op. cit., p. 205.

"Je prendrai toujours grand soin d'apporter en complément les recommandations qui ne sembleraient les plus adéquates, car l'immensité et la diversité des pays que chaque jour l'on découvre et les secrets que chaque jour l'on apprend sur ces découvertes obligent à donner de nouveaux avis et conseils à propos de ces nouveaux faits (…)9"

***

7La nature révélait ses secrets. Les paysages américains étaient si différents de ceux que l'on avait coutume de voir en Europe ! Les marins avaient découvert avec surprise la diversité des climats ou de la végétation, mais les explorateurs de l'intérieur avaient aussi de quoi être émerveillés. Le Nouveau Monde, avec ses grands espaces, ne pouvait être mesuré à l’aune européenne. Les llanos, la selva, les déserts, demandaient un considérable effort d'adaptation, tout comme la cordillère des Andes où l'on devait composer avec l'altitude.

  • 10 Cf. R. Mandrou, Introd. à la France moderne…, op. cit., part. 1, ch. 2, p. 58-59, et J. Delumeau, (...)

8La qualité de l'air — si importante à une époque où l'on pense qu'elle peut déterminer l'apparition de terribles épidémies10 — est l'objet de beaucoup d’attention. Une légende court à ce propos dans la région de Panama : l’air de Portobelo serait préjudiciable aux femmes enceintes et aux animaux, qui ne se reproduisent plus :

  • 11 Histoire universelle…, op. cit., t. 116 (1788), liv. 33, p. 8-9.

"(…) les Espagnols se gardent bien de faire leur résidence dans un lieu dont l’air est même fatal aux naturels du pays. Il y a long-temps que l'on suppose qu'il est très-contraire à la génération ; & les femmes Espagnoles avoient coutume de quitter cette ville vers le troisieme ou quatrieme mois de leur grossesse, & de se retirer de l'autre côté de l'isthme pour accoucher à Panama. L'opinion générale est que les animaux que l'on transporte à Porto-Bello cessent de multiplier11."

9Et cette légende est encore colportée à la fin du XVIIIe siècle !

10Il arrive que les sources, les cours d'eau soient étranges et merveilleux. Antonio de Herrera évoque à ce sujet la triste aventure d'un enfant malchanceux :

  • 12 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 8, ch. 9, p. 138-139.

"Un enfant glissa et son pied s'enfonça dans l'un de ces marécages, et bien qu'on lui eût porté secours incontinent, il y laissa la chair de toute la jambe, ne retirant que les os et les nerfs mis à nu : il en mourut. De toutes ces sources naît la rivière appelée Caliente12."

  • 13 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 27, ch. 7, p. 153.

11Gonzalo Fernandez de Oviedo signale aussi l'existence de rivières qui coulent par intermittence13.

  • 14 Cf. G. Friederici, El carácter del descubrimiento…, ch. 1, par. 2, p. 62-65.

12Parmi les phénomènes naturels qui causèrent une immense surprise, citons encore les tremblements de terre et les volcans14. Les événements essentiels de la Conquista s'étant déroulés dans la zone de la "ceinture de feu" du Pacifique, les Européens eurent à subir les caprices de la nature. Mais ce furent les volcans, omniprésents, qui avivèrent particulièrement leur curiosité.

***

13Du Mexique au Chili, l'intense activité volcanique avait de quoi surprendre :

"Les volcans des Indes sont extrêmement nombreux. C'est une chose monstrueuse et hors du commun qu'ils crachent tant de matière (…)"

  • 15 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 5, ch. 1, p. 341.

14indique Antonio de Herrera dans sa 5e Décade15. Les plus célèbres volcans furent, bien entendu, ceux dont l'accès était le plus facile — tel le volcan Masaya du Nicaragua que l'on pouvait approcher à cheval — ou que l'on découvrit au début, comme le Popocatepetl. Puis l'intérêt diminua car l'accoutumance à ces phénomènes opéra.

  • 16 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 78, p. 276.

"Cessons de discourir sur le volcan — dit Bernal Díaz del Castillo en parlant du Popocatepetl — car maintenant que nous savons ce que c'est et que nous avons vu d'autres volcans, comme ceux du Nicaragua et du Guatemala, nous aurions pu passer sous silence ceux de Guaxocingo et ne pas les mentionner dans la relation (…)16"

  • 17 Cf C. Kappler, Monstres…, op. cit., ch. 4, 2e section, par. XII, p. 173. Cf, également, Benedeit, (...)
  • 18 Cf P. Grimal, Dict. de la myth., op. cit., p. 185-186.

15Le Popocatepetl, qui se trouvait sur la route de Cortés lors de sa première montée vers l'Anáhuac, fut une véritable révélation. Les Espagnols s'étaient peu familiarisés, à ce moment-là, avec les volcans que l'on considérait au Moyen Age comme des "puits d'enfer" ou des "espiraulx" de l’enfer17. Et une longue tradition, remontant à l'Héphaïstos (Vulcain pour les Romains) de la mythologie grecque, les transformait en des lieux mystérieux peuplés de Cyclopes18. Aussi le Popocatepetl intrigua-t-il avec son énorme panache de fumée.

"Le nuage de fumée est aussi fort qu'une grande maison. Il s'élève dans les airs avec une telle impétuosité que bien que l’air soit ébranlé par des vents violents, la fumée ne dévie pas de la première direction. Ce phénomène étonna Cortés."

  • 19 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 2, p. 425.

16déclare Pietro Martyre dans son De Orbe Novo19.

17Sahagún en parle, hélas trop brièvement, dans le livre XI de son Historia General :

  • 20 Fr. B. de Sahagun, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., liv. XI, ch. 12, par. 6, fol. 232 (...)

"Il y a une très haute montagne qui fume, sise près de la province de Chalco, appelée Popocatepetl (ce qui veut dire : montagne fumante). C'est une montagne d'apparence monstrueuse. J'ai gravi ses flancs20."

18La première ascension des pentes du Popocatepetl est devenue légendaire. Les Indiens considéraient ce sommet comme une sorte de lieu tabou et dangereux.

  • 21 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 6, ch. 19, p. 126.

"(…) et les Indiens disaient que jamais un être humain n'avait foulé le sol de cette cime21."

19écrit Antonio de Herrera qui présente l'envoi d'un détachement vers le cratère comme un véritable défi aux croyances indigènes et une éclatante manifestation de hombría :

  • 22 Ibid., vol. 5, déc. 2, liv. 6, ch. 19, p. 126.

"Hernando Cortés, voulant faire comprendre aux Indiens que ce qu'ils tenaient pour un difficile obstacle n'avait point d'importance pour les Castillans, se réjouit de voir Diego de Ordás entreprendrre cette expédition22."

20D'ailleurs Cortés lui-même s'explique à ce sujet dans sa 3e Carta de Relación :

  • 23 Hernán Cortés, Tercera Carta-Relación de Hernán Cortés al Emperador Carlos V Coyoacán 15 de ma (...)

"(…) et parce que les Indiens nous faisaient comprendre que c'était très dangereux et que ceux qui escaladaient la montagne périssaient, je décidai d'y faire grimper quelques Espagnols et leur mandai d'en inspecter le sommet. Et pendant leur escalade il y eut un dégagement de fumée avec un tel fracas, qu’ils ne purent ni s'enhardirent à s'approcher de l'orifice. Plus tard, j'envoyai d'ici d'autres Espagnols qui y grimpèrent deux fois jusqu'à parvenir à l'orifice de la montagne d'où s'échappe cette fumée (…)23."

21Notons au passage qu'il laisse entendre que c'est lui qui a pris l’initiative de l'expédition de reconnaissance, alors que, d'après Herrera, le mérite en reviendrait à Diego de Ordás :

  • 24 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 6, ch. 19, p. 126.

"Diego de Ordás prétendit voir cette merveille car c’était jusqu'alors quelque chose de nouveau pour les Castillans (…)24".

22Cette information est confirmée par le texte de Bernal Díaz del Castillo. Celui-ci, un témoin oculaire, n'est cependant pas aussi catégorique qu'Antonio de Herrera :

  • 25 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 78, p. 275.

"(…) comme nous n'avions jamais vu une telle chose, nous en fûmes très étonnés. Et l'un de nos capitaines, appelé Diego de Ordás, eut l'irrésistible envie d'aller voir de quoi il s'agissait. Il pria le général de lui accorder l'autorisation d'y grimper. Celui-ci la lui donna, et même, pour dire vrai, lui en intima l'ordre (…)25"

  • 26 - Signalons que pour G. Fernández de Oviedo les 10 hommes de l'expédition, gênés par la neige et le (...)

23Quoi qu'il en soit, une immense curiosité semble s'être manifestée à propos de ce volcan. Cortés, plus précis, signale deux échecs et une tentative réussie, or Díaz del Castillo et Herrera ne parlent que d'une expédition, la dernière. Cela suffirait à démontrer que l'ascension périlleuse du Popocatepetl était devenue légendaire puisque la mémoire n'en a conservé que les meilleurs moments26.

24Les merveilles de la nature n’étaient pas forcément toujours aussi spectaculaires. La flore, la faune, si étranges et surprenantes ont également excité la curiosité.

2 - Les merveilles du règne végétal

25Les Européens, toujours en contact avec la nature, ont découvert une multitude de végétaux dont ils ne soupçonnaient même pas l'existence. Les arbres, les plantes, les fruits leur devinrent vite familiers. Ils apprirent beaucoup des indigènes et utilisèrent, à leur tour, les végétaux dont ils se servaient. Le maïs, le manioc, la patate douce, le cacao, les fruits tropicaux leur permettaient de survivre quand la pénurie alimentaire faisait sentir ses effets. Mais d’autres végétaux, étranges ou mystérieux, apparaissent dans divers documents. Telle cette granada dont la fleur suscite l'admiration de Martin del Barco Centenera :

  • 27 M. del Barco Centenera, Argentina…, op. cit., Canto 3, fol. 17 r°

"La fleur de la grenade ou grenadille
Des Indes, vu les mystères qu'elle recèle,
Ne peut que vous laisser médusé.
L'on peut y voir les douze apôtres
Figurés en vert ; jaune est la couronne
Et les trois clous de couleur violette.
Ils sont si naturels et si vrais
Qu'en écrivant ceci j'en suis émerveillé27. "

26Quelques végétaux présentent cependant de réels dangers. Jean Mallart, poète français du XVIe siècle, décrit un arbre dont le fruit qui "de pomme a structure" est fatal à ceux qui le goûtent car les vers qui se trouvent à l'intérieur "Mengent le cueur de l’homme et sont grand nombre". L'arbre lui-même se révèle malfaisant :

  • 28 Jean Mallart, Dernier livre de la Description de tous les Portz de mer de lunivers avecques summai (...)

"En se couchant seulement dessoulz lumbre
De ce dit arbre ung homme fol devient28."

27La funeste influence de l'ombre de certains arbres n’est pas propre au continent américain, toutefois plusieurs "observateurs" du Nouveau Monde ont souligné le fait. Pietro Martyre signale, par exemple, qu’une espèce d’arbres de la région de Cartagena a d’étranges pouvoirs :

  • 29 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 1, p. 137.

"C’est surtout l’ombre de cet arbre qui est funeste. Si, en effet, on s'endort quelque temps sous ses ombrages, on se réveille avec la tête enflée et presque privé de la vue : mais, pour peu qu'on dorme quelque temps, la cécité disparaît au bout de quelques jours29."

28Pietro Martyre s'intéresse aussi à des arbres des Antilles non moins dangereux :

  • 30 - Ibid., déc. 5, ch. 9, p. 525. Cette dernière information, si l'on en croit A. de Herrera y Tordes (...)

"On signale dans ces îles un autre arbre nommé Guchon, dont le suc, quand il touche un homme, le pénètre, comme s'il absorbait un poison. Si on a le malheur de regarder fixement cet arbre, on perd la vue et on grossit comme si on était hydropique. Remarquons encore deux autres arbres, dont les feuilles et le bois, quand on les brûle, sont mortels30."

29Le pilote et cosmographe Jean Alfonse de Saintonge parle de certain "pommier" peu recommandable car, dit-il :

  • 31 J. Alfonse de Saintonge, Cosmogr., op. cit., fol. 166 r°, p. 448. Cf., également, fol. 139 r°, p.  (...)

"(…) si ung homme dort à l'umbre dudict pommier, les yeulx luy sortiront hors de la teste. Je veidz l'un de mes mariniers, pour avoir seullement touché des doigtz a la pomme et touché desdicts doigts à la langue, lui enfla ladicte langue aussi grosse que le bras31."

30Un autre arbre, qui est mentionné dans la Descripción de la ciudad de Tunja (1610), provoque de curieuses réactions :

  • 32 - Description de la ciudad de Tunja, sacada de las informaciones hechas por la Justicia de aquella (...)

"Il est un grand arbre qui fait enfler tout le corps et le couvre de lèpre lorsqu'on s’abrite sous son feuillage. On soigne les malades en pratiquant une saignée et en les frottant avec leur propre sang32."

31Il y a également des plantes qui semblent participer à la fois du règne végétal et du règne animal. Ces êtres hybrides qui ont fait le bonheur des hommes du Moyen Âge, réapparaissent maintenant outre-Atlantique. Pedro Magalhães de Gandavo, qui a l'intention de ne parler que des plantes utiles, fait tout de même une exception en présentant une "espèce, qui est très-extraordinaire et dont les propriétés causeront beaucoup d'étonnement quand on les connaîtra. " Puis il la décrit de la manière suivante :

  • 33 P. Magalhanes de Gandavo, Hist., op. cit., ch. 5, p. 63-64. Cette plante serait la sensitive (cf. (...)

"Elle se nomme herva viva ; elle a quelque ressemblance avec la ronce, mais quand on la touche avec les mains ou d'une autre manière, elle se retire et paraît pour ainsi dire une créature sensible qui souffre et est offensée de cet attouchement ; et quand on la laisse, comme oubliant cet affront, elle commence de nouveau à s’épanouir et redevient aussi verte et aussi robuste qu'auparavant33."

32Cette plante bizarre a également intéressé le P. Manuel Rodriguez qui lui prête même des sentiments humains :

  • 34 P. Manuel Rodríguez, El Marañon, y Amazonas. Historia de los descvbrimientos, entradas y redvcción (...)

"Sa vie, qui n'est que celle d'un végétal paraît être plus rationnelle que sensitive. Comme si elles se savaient délicates, ses feuilles se rassemblent pour se défendre lorsqu'on les touche. Connaissant leur faiblesse, elles se contractent avec une sorte de timidité et occultent avec gêne la belle apparence de l'une de leurs faces, se dérobant ainsi aux regards de ceux qui les effrayèrent en les touchant. Cette plante si pudique et si timide face aux dangers paraît être un symbole de la pureté34."

***

33L'apparence des végétaux et leurs étranges propriétés ne sont pas les seuls éléments que l'on prend en compte. Les Européens s'extasient aussi sur leur fécondité extraordinaire qui est liée au climat. Andrés Bernáldez signale, par exemple :

  • 35 A. Bernáldez, Memorias…, op. cit., ch. 124, p. 310.

"Dans ce pays [la Jamaïque] les arbres et les plantes produisent des fruits deux fois l'an. Cela fut connu et vérifié (…)35"

34Fernandez de Oviedo parle d'un arbre capable de produire en 24 heures des fruits semblables aux amandes :

  • 36 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 20, ch. 36, p. 304.

"Et l'on remarque — cela est encore plus étonnant — que si on les cueille tous aujourd'hui, demain (je veux dire le lendemain de la cueillette), on en trouve autant ou plus encore (…)36"

35Cela tient du prodige. Mais que dire alors de ce radis monstrueux de la région d'Arica à l'ombre duquel cinq chevaux pouvaient être attachés ? C'est l'Inca Garcilaso de la Vega qui donne l'information :

  • 37 El Inca Garcilaso de la Vega, Primera parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. (...)

"Ce radis était si volumineux qu'un homme pouvait à peine l'entourer de ses bras ; il était si tendre qu'on le porta ensuite dans la demeure de don Garcia [de Mendoza, le fils du vice-roi du Pérou] et que de nombreuses personnes en mangèrent37."

36Et Garcilaso a eu confirmation de ce fait par un témoin oculaire. Ce dernier, nommé Martin de Contreras — un neveu du célèbre gouverneur du Nicaragua, lui aurait même dit :

  • 38 Ibid., liv. 9, ch. 29, p. 370-371.

"Et vous pouvez ajouter qu'au cours de cette même expédition, je vis dans la vallée d'Ica un melon qui pesait quatre arrobes et trois livres [47,388 kg]. Cela fut enregistré par un notaire afin qu'une chose aussi monstrueuse trouvât créance. Et dans la vallée de Yucay je mangeai d'une salade qui pesait sept livres et demie [3,450 kg]38."

37On voit que certains témoins, fortement impressionnés, n'ont pas hésité à exagérer. Mais s'agissait-il de salades, radis et melons ? N'y aurait-il pas confusion ? N'a-t-on pas vu des légumes européens là où n'existaient que des plantes autochtones ? N'a-t-on pas cherché à éblouir le public avec des histoires prodigieuses ?

3 - Les merveilles du règne animal

  • 39 A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 29 (52), p. 122.
  • 40 P. de Castañeda de Nágera, Relation…, op. cit., part. 1, ch. 10, p. 55.

38On racontait beaucoup de fables au sujet des animaux. Nous avons déjà pu constater combien les plus monstrueux avaient attiré l'attention des Européens. Rappelons simplement ici la bizarre bête haüt (ou haüthi) qui a "la tête presque semblable à celle d'un enfant et la face semblablement", longuement décrite par André Thevet et qui, d'après cet auteur, "n'a jamais été vue manger, de mémoire d'homme"39. Or, tous les animaux du Nouveau Monde n'ont pas l'aspect monstrueux de la bête haüt. Certains sont simplemement "curieux", comme celui dont on retrouva une corne aux dimensions exceptionnelles : "Elle avait une brasse et demie de long ; la base était grosse comme la cuisse (…)" écrit Castaneda de Nájera dans sa Relation40.

39Mais, en Amérique, circulaient aussi de bien étranges histoires. Gonzalo Fernández de Oviedo rapporte, par exemple, que dans la région située entre Quito et Popayán, on peut constater le comportement singulier de certains animaux ;

  • 41 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 6, ch. 31, p. 189.

"Il est extraordinaire que les cerfs et le bétail qui se trouvent sur la rive de Quito, ne la traversent pas [la rivière Angasmayo] pour venir de ce côté bien qu'il leur soit possible de le faire grâce aux nombreux gués. De même, ceux qui naissent et se trouvent sur cette rive, ne franchissent pas ladite rivière pour aller sur la rive de Quito41."

  • 42 Cf. P. Guevara, Hist., op. cit., liv. 1, part. 2, par. 5, p. 60. Le texte est du XVIIIe siècle, ma (...)

40On attribuait, parfois, au chant des oiseaux une valeur prémonitoire, et cela depuis les temps les plus reculés. Ainsi, en Amérique du Sud, l'oiseau appelé opacaá annoncerait la fin de la yerba del Paraguay (le maté) dont on fait un si grand cas ; opa-caá signifiant pour les indigènes : "Il n’y a plus de maté"42. Les conquistadores ont dû remarquer ces interprétations et ces croyances superstitieuses.

  • 43 J. Cartier, 2eVoyage, dans Voyages de J. Cartier…, op. cit., p. 127.

41L'aspect étrange ou insolite de certaines créatures favorise d'audacieuses comparaisons. Jacques Cartier, apercevant des morses dans la région du Saint-Laurent, cherche à transmettre son impression et parle de "poissons qui ont forme de chevaulx"43. Que pouvait alors imaginer un lecteur européen peu averti ?

42Mais il y a des animaux encore plus surprenants. Les reptiles, on le sait, peuvent avoir des dimensions monstrueuses. Gumilla, se référant au P. Simon, conte à ce sujet une anecdote convaincante :

  • 44 P. J. Gumilla, El Orinoco…, op. cit., part. 2, ch. 14, par. 7, p. 395.

"Fray Pedro Simón raconte que lors de la conquête, dans les forêts de Coro — une province du Venezuela — dix-huit Espagnols harassés s'assirent sur l'un de ceux-ci [un gros serpent], qu'ils prirent pour un tronc ou une poutre grossière, et qui peu de temps plus tard se mit à avancer, parce qu’il s'agissait en réalité d'un énorme serpent44."

43Cette histoire a dû avoir beaucoup de succès, puisque cet événement qui s'est produit longtemps auparavant n'a pas été oublié : deux auteurs le rappellent.

  • 45 Ibid., part. 2, ch. 18, p. 424.
  • 46 Sebastián de Covarrubias, dans son Tesoro, consacre 15 fois plus de texte au cocodrilo qu'au caymá (...)
  • 47 S. de Covarrubias, Tesoro…, op. cit., p. 330.
  • 48 Ibid., p. 330. Covarrubias le dit d'ailleurs très rapidement en relevant le "mote plorat et devorat(...)
  • 49 Cf. Sir J. Hawkins, Second Voyage, op. cit., p. 60.

44Une autre légende circulait dans la zone tropicale. Elle concernait la lutte qui opposerait le tigre (jaguar) et le caïman. Gumilla, qui n'a jamais pu assister au combat, le décrit pourtant avec beaucoup de détails, en s'appuyant sur des récits indigènes45. Il faut avouer que les crocodiles — dont l'Europe connaissait l’existence car il y en avait dans le Nil46 — étaient très célèbres. Plusieurs légendes concernaient ces sauriens. Sebastián de Covarrubias prétend ainsi, dans son Tesoro de la Lengua Castellana o Española, qu’ils avaient le safran en horreur47. Il rappelle, bien entendu, la vieille histoire des larmes que verserait cet animal. Cependant, il ne s'agirait plus, au début du XVIIe siècle, que d'une sorte de dicton48. Or, John Hawkins, qui relate — vers 1565 — les aventures de son second voyage, et se réfère lui aussi aux Lachrymae Crocodili que l'on attribue au sexe faible, raconte, le plus sérieusement du monde, que les crocodiles pleurent pour attirer leurs proies49. Les légendes peuvent facilement être adaptées lorsque les circonstances sont favorables.

  • 50 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 4, p. 166 (art. "Verde").

45Le rémora, qui était connu en Méditerranée, réapparaît ainsi dans les eaux chaudes de l'Amérique. Antonio de Alcedo signale sa présence en Nouvelle-Grenade, dans le Río Verde, et actualise une vieille légende de l'Antiquité, qui affirmait que ce poisson pouvait arrêter les navires : "Là se trouvent les rémoras qui arrêtent la marche des embarcations50."

46Quant au gymnote, que l'on découvre en Amérique du Sud, il émerveille les explorateurs qui expérimentent ses décharges électriques. C'est ce que raconte Gonzalo Fernández de Oviedo dans son Historia General :

  • 51 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 24, ch. 13, p. 429.

"Alors qu'il se trouvait dans cette ville de Sancto Domingo de l'île Espanola pour se plaindre d'Antonio Sedeño, le gouverneur Hiéronimo Dortal m’assura, en présence de quelques personnes notables que l'on captura dans la rivière Huyapari un poisson qui ressemblait à une murène, tacheté, aussi gros que le poignet d'un homme et d'une longueur approximative de quatre empans [85 cm]. On le prit dans un filet. Et tant qu'il fut vivant, lorsqu'on le touchait avec une lance, une épée ou un bâton, quelle que fût la distance où se trouvait l'homme qui le touchait, il produisait incontinent une telle douleur dans le bras, ou le paralysait douloureusement de telle manière que l'on devait immédiatement cesser tout contact. Tous les Espagnols qui se trouvaient là purent le vérifier, parce que malgré les plaintes exprimées par celui qui en faisait l'expérience, ceux qui le regardaient doutaient jusqu'à avoir essayé eux-mêmes à plusieurs reprises.51."

47Comme les végétaux, qui font preuve d’une étonnante fécondité, les animaux semblent favorisés par le climat. C'est ce que croit Pietro Martyre qui déclare, en évoquant les succès obtenus à Hispaniola avec des animaux domestiques européens :

  • 52 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 3, ch. 7, p. 303.

"Nous avons dit, à propos des animaux, que les bœufs amenés d'Espagne devenaient plus gros. On a prétendu, quand on a parlé de cet accroissement des animaux, que les bœufs ressemblaient à des éléphants et les porcs à des mules, mais c’est une exagération52."

48Les résultats de l'acclimatation étaient spectaculaires et l'enthousiasme a provoqué l'exagération. On comprend d'autant mieux la réaction des colons qu’il s'agissait de bêtes importées, ce qui facilitait la comparaison à l'heure du bilan. Et Pietro Martyre s'émerveille de l'incroyable prolifération des animaux :

  • 53 Ibid., déc. 3, ch. 7, p. 303.

"Les quadrupèdes sont si nombreux qu’on importe déjà en Espagne des chevaux et des cuirs de bœufs et d’autres animaux : la fille vient en aide à la mère pour beaucoup de choses53."

49Cette fécondité extraordinaire, si largement reconnue, était en passe de devenir légendaire.

***

50Il y avait aussi en Amérique des animaux dotés de merveilleux privilèges : le lama en est un parfait exemple. On s'aperçut bien vite que cette bête était capable de produire la fameuse pierre bézoard tant appréciée pour ses vertus.

  • 54 Cf. Nicolás Monardes, Historia medicinal de las cosas que se traen de nuestras Indias Occidentales (...)

51Depuis l'Antiquité on recherchait le bézoard. C'est une sorte d'aegagropile, de boule constituée pour l'essentiel de poils que les animaux avalent en se léchant. On la trouve dans l’estomac des ruminants qui ne peuvent s'en débarrasser. Le docteur Monardes a consacré de nombreuses pages de son Historia medicinal de las cosas que se traen de nuestras Indias Occidentales — imprimée à Séville en 1574 — aux vertus que l'on reconnaissait alors au bézoard54. Cette "pierre" était très prisée car on pensait, en particulier, qu'elle avait le pouvoir de neutraliser poisons et venins. Le nom qu'elle portait indiquait bien sa destination :

  • 55 Ibid., fol. 133 v°

"Cette Pierre Bezaar — dit Monardes — porte plusieurs noms car les Arabes l’appellent Hager, les Perses Bezaar, les Indiens Bezar, les Hébreux Belzaar, les Grecs Alexipharmacum, les Latins contra venenum, les Espagnols Pierre contre les poisons et les évanouissements55."

52Monardes rappelle que le monde musulman l'estimait beaucoup et s'en servait comme antidote :

  • 56 Ibid., fol. 138 v°-139r°

"Un autre Maure appelé Abdala Narach Español, un savant médecin, dit : "La pierre Bezaar est efficace contre tous les poisons. J'en ai vu une qui était conservée précieusement par le Roi de Cordoue Miramamolin. On fit prendre à ce monarque un poison très dangereux, or, dès qu’il eut pris la pierre il fut complètement hors de danger et, en conséquence, fit don de son palais à celui qui lui avait donné la pierre et évité le trépas." Ce fut assurément un don royal car nous voyons de nos jours que l’alcazar de Cordoue est une chose remarquable et de grande valeur. Et l'on attacha beaucoup de prix à cette pierre, puisque l'on avait tant offert pour elle56."

53Voilà une belle légende qui souligne bien l’intérêt que l’on portait au bézoard. Il précise ensuite que, d'après Averroès ("Aueroyz") :

  • 57 Ibid., fol. 139 r°

"La pierre Bezaar est, à l’évidence, hautement profitable et efficace contre toutes sortes de morsures venimeuses, et principalement contre les piqûres de scorpions57."

  • 58 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 9, p. 317.

54Il était donc particulièrement indiqué, surtout dans l'Amérique tropicale, d'avoir à portée de la main un remède aussi efficace contre les morsures de serpents. Or le lama fournit le légendaire bézoard. Et l'on trouve beaucoup de ces "pierres" car, signale Antonio de Herrera : "On dit que l’on trouve la pierre Bezahar dans tous les animaux du Pérou (…)58"

  • 59 Licenciado Palacio, Relation hecha por el Licenciado Palacio al Rey D. Felipe II, en la que descri (...)
  • 60 Cf., à ce sujet, le long article "Bezoard" signé par M. Geoffroy le jeune, publié dans l'Encyclopé (...)
  • 61 B. de Vargas Machuca, Milicia y Descripción…, op. cit., vol. 2, p. 130.

55Il y en a aussi dans d’autres régions. Au Guatemala, par exemple, où le Licenciado Palacio — qui s'adresse, en 1576, au roi Philippe II — a découvert de fort bonnes pierres dans l'estomac des cerfs ("venados”) qu il a sacrifiés. Et ces bézoards seraient comparables à ceux qui viennent de "la India de Portugal59. On a longtemps discuté les mérites respectifs des "bézoards occidentaux" et des "bézoards orientaux" ; l'Encyclopédie se fait encore l'écho — au XVIII siècle — de cet important débat60. Il y aurait, en effet, divers types de bézoards, plus ou moins efficaces. Vargas Machuca accorde ainsi une priorité à ceux qui proviennent des "cerfs (venados) qui meurent dans les régions tempérées et qui ont eu l'occasion de vivre dans les régions chaudes"61. Ces animaux, piqués par les serpents des terres chaudes — vaccinés en quelque sorte — et nourris de l'herbe des terres tempérées, produiraient donc des pierres du meilleur cru.

  • 62 Cf. B. Cobo, Hist., op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 29, p. 128-131. Cf., également, S. de Covarrubia (...)
  • 63 Cf. Doctor D. Vasco de Contreras y Valverde, Relación de la Ciudad del Cuzco, de su fundación, des (...)

56Il existait des bézoards d'origines très variées62. Ils étaient très prisés en Espagne où une hiérarchie s'était établie : les pierres asiatiques étaient les plus recherchées, puis venaient celles de Cuzco que l'on préférait à celles de la Nouvelle-Espagne. C’est du moins ce que prétendait le docteur Vasco de Contreras y Valverde63.

  • 64 Capitaine Narbrough, Journal de voyage…, op. cit., p. 183.
  • 65 Ils les estiment encore beaucoup au XXe siècle si l’on en croit Louis Baudin. Cf. Louis Baudin, La (...)

57Narborough, au cours de son voyage, a sacrifié un guanaco car, écrit-il : "J’avois ouï dire à des Espagnols des Indes Occidentales, qu'ils avoient trouvé le bezoard dans les Guanacos (…).64". Les Indiens du Pérou, qui estiment encore beaucoup les bézoards65, ont cherché à tromper les Espagnols avec de fausses pierres. C'est ce que signale Vargas Machuca :

  • 66 B. de Vargas Machuca, Milicia y Descripción…, op. cit., vol. 2, p. 131.

"Faux bézoards.
Ces pierres sont très fines et les Indiens les contrefont très souvent en utilisant de la glaise, car elles en ont l'aspect, et nombreux sont ceux qui se laissent prendre à ce piège66."

  • 67 Cf. P. Labat, Voyages…, op. cit., part. 1, ch. 13, p. 100.

58On voit combien ce merveilleux produit a intéressé les Européens. Il ne fut pas le seul, loin de là, car d'autres pierres ont été recherchées pour leurs vertus curatives, en particulier les fameuses pierres vertes des Amazones qui empêchaient "les vertiges, les éblouissements et les accidents de l'épilepsie"67.

59Le légendaire bézoard, asiatique à l'origine, s'est donc adapté au continent américain où il a été l'objet d’un intense trafic. Le Nouveau Monde prouvait ainsi qu'il pouvait, avec ses merveilles, être un concurrent de l'Asie.

***

60On comprend aisément la surprise et l'étonnement des Européens qui découvraient une réalité si différente de celle qu'ils connaissaient. Les légendes sont apparues, informant sur des faits curieux, recensés dans tout le continent américain. Le Nouveau Monde a intrigué et fasciné les pionniers qui ne parvenaient pas toujours à le comprendre et manifestaient parfois quelque crainte. Les légendes traduisent bien leur émerveillement.

No 9 - La bête haüt qui, d'après A. Thevet, "n'a jamais été vue manger, de mémoire d'homme” apparaît sur une carte insérée dans le t. 3 de l'Histoire de la Navigation de Jan Huygen Van Linschoten (Amsterdam, 1638).

Notes

1 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 6, ch. 29, p. 186.

2 A propos de sens à donner à l'idée de découverte, cf. Wilcomb E. Washburn, "The Meaning of "Discovery” in the Fifteenth and Sixteenth Centuries", dans The American Historical Review, vol. LXVIII, no 1 (October, 1962), p. 1-21.

3 Capitaine Paulmier de Gonneville, Voyage du Capitaine Paulmier de Gonneville au Brésil (1503-1505), Annoté par Ch.-A. Julien, dans Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle, t. 1, p. 34.

4 J. de Castellanos, Elegías, op. cit., III, Elogio de Rodas, canto 3, p. 552.

5 Real cédula que contiene el asiento capitulado con Lucas Vázquez de Aillón para proseguir el descubrimientoprincipiado con buques suyos y de otrospor los 35° a 37° N.-S. de la isla Española, y para buscar un estrecho (12-VI-1523), dans M. Fernández de Navarrete, Colección…, op. cit., vol. 2, Apéndice – Viajes Menores, doc. no 46, p. 102.

6 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 5, liv. 47, ch. 19, p. 202.

7 Rodrigo de Colmenares, Memorial presentado al Rey por Rodrigo de Colmenares sobre el desgraciado suceso de Diego de Nicuesa, y de los que con él fueron a poblar en la provincia de Urabá, dans M. Fernández de Navarrete, Colección…, op. cit., vol. 2, Establecimientos de los Espanoles en el Darién, doc. no 6, p. 232.

8 Vasco Núñez de Balboa, Carta dirigida al Rey por Vasco Nûñez de Balboa desde Santa María del Darién, pidiendo los auxilios necesarios para asegurar la población, y adelantar los descubrimientos en aquellas tierras (Santa María del Antigua, 20-1-1513), dans M. Fernández de Navarrete, Colección…, op. cit., vol. 2, Establecimientos de los Españoles en el Darién, doc. no 4, p. 218.

9 H. Cortés, Cuarta Carta-Relación, op. cit., p. 205.

10 Cf. R. Mandrou, Introd. à la France moderne…, op. cit., part. 1, ch. 2, p. 58-59, et J. Delumeau, La Peur en Occident…, op. cit., part. 1, ch. 3, par. 1, p. 136.

11 Histoire universelle…, op. cit., t. 116 (1788), liv. 33, p. 8-9.

12 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 9, déc. 4, liv. 8, ch. 9, p. 138-139.

13 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 3, liv. 27, ch. 7, p. 153.

14 Cf. G. Friederici, El carácter del descubrimiento…, ch. 1, par. 2, p. 62-65.

15 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 5, ch. 1, p. 341.

16 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 78, p. 276.

17 Cf C. Kappler, Monstres…, op. cit., ch. 4, 2e section, par. XII, p. 173. Cf, également, Benedeit, Voyage…, op. cit., p. 92-93.

18 Cf P. Grimal, Dict. de la myth., op. cit., p. 185-186.

19 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 2, p. 425.

20 Fr. B. de Sahagun, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., liv. XI, ch. 12, par. 6, fol. 232 v°

21 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 6, ch. 19, p. 126.

22 Ibid., vol. 5, déc. 2, liv. 6, ch. 19, p. 126.

23 Hernán Cortés, Tercera Carta-Relación de Hernán Cortés al Emperador Carlos V Coyoacán 15 de mayo de 1522, dans H. Cortés, Carias de Relación, op. cit., p. 171.

24 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 6, ch. 19, p. 126.

25 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 78, p. 275.

26 - Signalons que pour G. Fernández de Oviedo les 10 hommes de l'expédition, gênés par la neige et les cendres, ne seraient pas parvenus au sommet ("Pero llegaron bien cerca de lo alto (…)"). Cf. Hist. Gen., vol. 4, liv. 33, ch. 5, p. 27.

27 M. del Barco Centenera, Argentina…, op. cit., Canto 3, fol. 17 r°

28 Jean Mallart, Dernier livre de la Description de tous les Portz de mer de lunivers avecques summaire mention des conditions differentes des peuples et adresse pour le Rung des Ventz propre a naviguer, dans R. Le Moine, L'Amérique et les Poètes français de la Renaissance, op. cit., p. 146.

29 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 1, p. 137.

30 - Ibid., déc. 5, ch. 9, p. 525. Cette dernière information, si l'on en croit A. de Herrera y Tordesillas (Historia Gen., op. cit., vol. 4, déc. 2, ch. 10, p. 52-53) aurait été donnée en 1515 à Pedrarias Dávila, le gouverneur de Castilla del Oro par le cacique Careta.

31 J. Alfonse de Saintonge, Cosmogr., op. cit., fol. 166 r°, p. 448. Cf., également, fol. 139 r°, p. 370-371.

32 - Description de la ciudad de Tunja, sacada de las informaciones hechas por la Justicia de aquella ciudad en 30 de mayo de 1610 anos, dans CODOIN, vol. 9, p. 403. Tunja est en Colombie.

33 P. Magalhanes de Gandavo, Hist., op. cit., ch. 5, p. 63-64. Cette plante serait la sensitive (cf. n. 1, p. 63).

34 P. Manuel Rodríguez, El Marañon, y Amazonas. Historia de los descvbrimientos, entradas y redvcción de naciones. Trabajos malogrados de algvnos conqvistadores, y dichosos de otros, assi temporales, como espiritvales, en las dilatadas montañas, y mayores rios de la America. Escrita por el Padre Manvel Rodrigvez, de la Compañia de Iesvs, Procurador General de las Provincias de Indias, en la Corte de Madrid. Con Licencia. En Madrid, en la imprenta de Antonio Gonçalez de Reyes. Año de 1684, liv. 6, ch. 3, p. 376.

35 A. Bernáldez, Memorias…, op. cit., ch. 124, p. 310.

36 G. Fernandez de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 20, ch. 36, p. 304.

37 El Inca Garcilaso de la Vega, Primera parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 9, ch. 29, p. 370.

38 Ibid., liv. 9, ch. 29, p. 370-371.

39 A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 29 (52), p. 122.

40 P. de Castañeda de Nágera, Relation…, op. cit., part. 1, ch. 10, p. 55.

41 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 1, liv. 6, ch. 31, p. 189.

42 Cf. P. Guevara, Hist., op. cit., liv. 1, part. 2, par. 5, p. 60. Le texte est du XVIIIe siècle, mais il se réfère à une longue tradition.
Sur la question des présages, voir également Augurios y abusiones, Introducción, versión y notas de Alfredo López Austin, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Históricas, 1969, Fuentes indígenas de la cultura náhuatl, Textos de los informantes de Sahagún, no 4.

43 J. Cartier, 2eVoyage, dans Voyages de J. Cartier…, op. cit., p. 127.

44 P. J. Gumilla, El Orinoco…, op. cit., part. 2, ch. 14, par. 7, p. 395.

45 Ibid., part. 2, ch. 18, p. 424.

46 Sebastián de Covarrubias, dans son Tesoro, consacre 15 fois plus de texte au cocodrilo qu'au caymán, mais il précise à propos de ce dernier : "deve ser a modo de los cocodrilos que se crían en el río Nilo.” Cf. Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la Lengua Castellana o Espanola según la impresión de 1611, con las adiciones de Benito Remigio Noydens publicadas en la de 1674. Edición preparada por Martin de Riquer (…) Barcelona, Ediciones Araluce, s.d. [à l'origine : S.A. Horta de Impresiones y Ediciones, 1943], Cf. notre art. "Sebastián de Covarrubias et l'Amérique" dans Cahiers du Monde Hispanique et Luso-Brésilien (Caravelle), université de Toulouse-Le Mirail, Institut d'études hispaniques, hispano-américaines et luso-brésiliennes, no 27 (1976), p. 251-261.

47 S. de Covarrubias, Tesoro…, op. cit., p. 330.

48 Ibid., p. 330. Covarrubias le dit d'ailleurs très rapidement en relevant le "mote plorat et devorat" qui s'applique à "la ramera, que con lágrimas fingidas engaña al que atrae a sí para consumirle."

49 Cf. Sir J. Hawkins, Second Voyage, op. cit., p. 60.

50 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 4, p. 166 (art. "Verde").

51 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., vol. 2, liv. 24, ch. 13, p. 429.

52 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 3, ch. 7, p. 303.

53 Ibid., déc. 3, ch. 7, p. 303.

54 Cf. Nicolás Monardes, Historia medicinal de las cosas que se traen de nuestras Indias Occidentales, que sirven en medicina ; tratado de la piedra Bezaar, y de la yerva Escuerçonera : diálogo de las virtudes medicinales del Hierro : tratado de la nieve y del beber frío por el doctor Nicolas Monardes medico. En Sevilla, En Casa de Alonso, Escriuano Impressor en la Calle de la Sierpe, 1574.

55 Ibid., fol. 133 v°

56 Ibid., fol. 138 v°-139r°

57 Ibid., fol. 139 r°

58 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 10, déc. 5, liv. 4, ch. 9, p. 317.

59 Licenciado Palacio, Relation hecha por el Licenciado Palacio al Rey D. Felipe II, en la que describe la provincia de Guatemala, las costumbres de los indios y otras cosas notables (Guatemala, 8-III-1576), dans CODOIN, vol. 6, p. 16.

60 Cf., à ce sujet, le long article "Bezoard" signé par M. Geoffroy le jeune, publié dans l'Encyclopédie, op. cit., t. 4 (1777), p. 786-787.

61 B. de Vargas Machuca, Milicia y Descripción…, op. cit., vol. 2, p. 130.

62 Cf. B. Cobo, Hist., op. cit., vol. 1, liv. 3, ch. 29, p. 128-131. Cf., également, S. de Covarrubias, Tesoro…, op. cit., p. 214 (art. "Bezar").

63 Cf. Doctor D. Vasco de Contreras y Valverde, Relación de la Ciudad del Cuzco, de su fundación, descripción, vidas de los obispos, religiones y de todo lo demás perteneciente a eclesiástico desde el descubrimiento de este reyno hasta el tiempo presente. - Fecha por orden de Su Magestad, por el doctor Don Vasco de Contreras y Valverde, dean de la Cathedral, Consultor del Santo Oficio, Comisario Apostólico, Subdelegado de la Santa Cruzada, Cobernador, Provisor y Vicario General de su obispado - Al Rey Nuestro Senor : en su Real Consejo de Indias (Cuzco, 1° de enero de 1650), dans Relaciones geográficas de Indias - Perú, Por Don Marcos Jiménez de la Espada, Edición y estudio preliminar por José Urbano Martínez Carreras, Madrid, 1965 (3 vol.), col, "B.A.E.”, no 183-184-185, vol. 2, p. 11.

64 Capitaine Narbrough, Journal de voyage…, op. cit., p. 183.

65 Ils les estiment encore beaucoup au XXe siècle si l’on en croit Louis Baudin. Cf. Louis Baudin, La vie quotidienne au temps des derniers Incas, Paris, Hachette, 1955, col. "La vie quotidienne", III, ch. 1, p. 209.

66 B. de Vargas Machuca, Milicia y Descripción…, op. cit., vol. 2, p. 131.

67 Cf. P. Labat, Voyages…, op. cit., part. 1, ch. 13, p. 100.

Table des illustrations

Légende No 9 - La bête haüt qui, d'après A. Thevet, "n'a jamais été vue manger, de mémoire d'homme” apparaît sur une carte insérée dans le t. 3 de l'Histoire de la Navigation de Jan Huygen Van Linschoten (Amsterdam, 1638).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 587k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search