Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Troisième partie : Le temps de l'épopée

Troisième partie. Le temps de l'épopée

Texte intégral

1Avec l'expédition d'Hernán Cortés en Nouvelle-Espagne commence la deuxième étape du mouvement d’expansion en Amérique. En échouant ses navires sur la côte du golfe du Mexique, Cortés, en effet, coupe symboliquement le cordon ombilical qui le rattachait à l'Ancien Monde.

2L’Amérique seule compte maintenant pour lui et ses hommes. En tournant résolument le dos au littoral il affirme clairement son désir de s'implanter sur le continent. L'exploration du Nouveau Monde s'en trouve radicalement transformée. On a décidé de pénétrer loin vers l'intérieur des terres : les vaisseaux ne serviront plus de refuge. Il fallait une incroyable audace pour s’aventurer ainsi.

3On ne se contente plus d'explorer : on veut maintenant conquérir, on conquiert en explorant. Alors commence le temps de l'épopée. Il faudra lutter contre deux empires bien organisés, policés et puissants où des civilisations remarquables sont en train de s'épanouir, mais, simultanément, on va découvrir des merveilles et apprendre à vivre dans un nouvel univers. Car le conquistador est un soldat qui doit reconnaître le terrain avant de chercher à imposer sa domination. C'est ce double aspect de l'action des Européens que nous voudrions souligner ici. L’Andalousie, l'Italie, l'Afrique du Nord, théâtres de grands exploits, étaient des régions connues, à la différence de l'Amérique où tout devait être découvert. L'exotisme, qui engendre l'émerveillement, donne un aspect original à la Conquista. Celle-ci n'est donc pas, simplement une conquête.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search