Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Deuxième partie : Les premiers accès de l'imagination

Chapitre XIII. Les géants de Patagonie

Texte intégral

  • 1 N. E. Restif de la Bretonne, La Découverte australe..., op. cit., liv. 1, ch. 6, p. 99.

"Les Peuples de la-Victorique (c'est le nom qu'ils donnèrent à la grande Île, qui sera désormais le chef-lieu de la Cinquième Partie-du-Monde) sont tous des espèces de Patagons d'environ douze à quinze pieds de haut. Ils sont si-doux qu’on ne voit pas entre eux la moindre querelle."
(Restif de la Bretonne, La Découverte australe par un Homme-volant, ou le Dédale français, I, 6)1.

1 - Magellan découvre les Patagons

1En 1519, alors que les conquistadores se préparaient à partir à l'assaut de l'empire de Moctezuma, Magellan quittait Séville pour entreprendre son voyage autour du monde. L’expansion européenne en Amérique entrait dans sa deuxième période, continentale et guerrière, mais la première phase, d'exploration maritime et côtière, n'était pas complètement terminée. Toute la façade atlantique du Nouveau Monde n'avait pas été reconnue et l'on ne savait rien des rivages du Pacifique, à peine entrevu par Vasco Núñez de Balboa. L'immensité du continent américain a provoqué un décalage : Haïti faisait déjà figure de vieille colonie quand le Río de la Plata attirait les pionniers, et le Pérou n'était pas découvert quand l'Empire aztèque ne survivait plus que dans les mémoires. Les mythes et légendes liés à l'activité maritime se sont, bien entendu, développés de concert avec les progrès de l'expansion. Six lustres, environ, après l'arrivée de Christophe Colomb aux Indes Occidentales, c’est dans la partie australe du continent que va naître une nouvelle légende : celle des Patagons géants.

***

"Il n'y a peut-être pas de pays au monde dont on ait plus parlé et qui soit moins connu que la Patagonie (...)"

  • 2 Alcide d'Orbigny, Voyage pittoresque..., op. cit., ch. 35, p. 273.

2déclare Alcide d'Orbigny dans son Voyage pittoresque dans les deux Amériques2. La Patagonie est certainement l'une des régions du monde qui ont le plus attiré l'attention, et cela pendant des siècles. Ce pays que l'éloignement rendait encore plus mystérieux, aurait été peuplé de géants. Ces créatures étranges, ont été connues dans toute l'Europe et la question de leur existence a été longuement discutée, jusqu'à l'aube du XXe siècle. Une légende d'une telle importance mérite un traitement particulier.

3Tout a commencé en 1520. Magellan qui a quitté Las Muelas, à Séville, le lundi 10 août 1519, se retrouve (après une escale à Tenerife), le 29 novembre 1519 en vue des côtes du Brésil. Il se dirige vers le pôle austral, à la recherche du détroit qui lui permettrait de passer dans la mer du Sud que Balboa avait aperçue. En janvier 1520, les vaisseaux atteignent l'estuaire du Río de la Plata où Juan de Soifs avait été dévoré par des anthropophages. Mais là, point de détroit, et le voyage se poursuit vers le Sud.

  • 3 Cf. la Préface de Léonce Peillard dans Antonio Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 5-86. Nou (...)

4Les détails du périple nous sont heureusement connus. Un membre de l'expédition, Antonio Pigafetta, un noble italien qui accompagnait Magellan comme criado del Capitán (un homme attaché à l'Amiral), tenait le journal de bord3. On ne peut imaginer de meilleur observateur. C'est l'un des 18 hommes qui eurent la chance de revenir à Séville. A son retour, Pigafetta écrivit une relation où il narrait le premier voyage autour du monde accompli sous les ordres de Magellan, puis de Juan Sebastián Elcano qui ramena en Espagne, après la mort de l'Amiral, le vaisseau Victoria, seul rescapé de la périlleuse navigation.

5Fin mars 1520, alors que le froid commence à se faire sentir, Magellan qui a atteint les 49° 30'de latitude Sud, se prépare à hiverner dans la baie de San Julián. C'est là qu'il découvre les fameux Patagons.

***

6L'endroit était peu fréquenté. Deux mois s'étaient écoulés depuis qu'on avait choisi le mouillage et jamais un indigène ne s'était manifesté sur le rivage. Pigafetta écrit alors :

  • 4 A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 100.

"Toutefois, un jour, sans que personne y pensât, nous vîmes un géant qui était sur le bord de la mer tout nu, et il dansait et sautait et chantait, et en chantant il mettait du sable et de la poussière sur sa tête4."

7Le récit prend alors un tour différent. On a l'impression de lire un de ces contes merveilleux qui évoquent les aventures extraordinaires des capitaines pleins d'audace.

8Les marins ne semblent pas avoir été frappés de stupeur, car les propos de Pigafetta ne traduisent que surprise et curiosité. L'apparition d'un géant serait-elle considérée comme un de ces événements auxquels doit s'attendre tout explorateur ? Les nombreux mois qui se sont écoulés entre la rencontre du géant et l'instant de la narration auraient-ils émoussé l'étonnement initial ? Pigafetta aurait-il pensé qu'il était inutile d'insister sur l'un des épisodes merveilleux que le public s'attendait à trouver dans un récit de voyage ? Fallait-il surenchérir, alors que le lecteur, blasé, se rappelait inévitablement les incroyables aventures relatées dans les romans de chevalerie ? A l'époque où naissaient Gargantua et Pantagruel, où la frontière entre la réalité et la fiction était quasiment inexistante, pouvait-on montrer de la stupéfaction quand surgissait un géant ? Car, suivant Pigafetta, l'expédition de Magellan aurait bien rencontré des géants. Leur stature était impressionnante ; on avait pu se comparer à eux :

  • 5 Ibid. p. 100-101.

"Il était si grand que le plus grand de nous ne lui venait qu'à la ceinture. Il était vraiment bien bâti5."

9Comme le précise Léonce Peillard, les équipages n’étaient pas composés que de méridionaux :

  • 6 Ibid., p. 82-83. 15 Français (19 pour d'autres) participaient à l'expédition ; un seul semble être (...)

"Toutes les nationalités sont représentées : Espagnols et Portugais en majorité, Italiens et Français, Belges, deux Anglais, un Allemand (...)6 "

10Il devait bien se trouver, sur un total de 265 ou 270 hommes, quelque individu particulièrement grand. Mais le géant que décrit Pigafetta n'a que des nains autour de lui. Et cet indigène a des compagnons que l'on voit apparaître, progressivement, au cours des jours suivants. Quand on le découvrit, il était nu, mais on l'aperçut, peu après, dans son accoutrement ordinaire :

  • 7 Ibid., p. 101.

"Quand il fut amené au Capitaine, il était vêtu d'une peau de certaine bête cousue bien subtilement. (...) Ce géant avait les pieds couverts de la peau de la dite bête en forme de souliers, et il portait à la main un arc court et gros (...)7 ".

11Ces curieuses chaussures, qui ont retenu l'attention des Européens, sont certainement à l'origine du nom que l'on attribua aux autochtones. Pigafetta déclare, un peu plus loin, sans commentaire :

  • 8 Ibid., p. 105.

"Le capitaine appela cette manière de gens Pataghoni8."

  • 9 Cf Annette Laming-Emperaire, "Le Chili et l'Argentine", dans Encyclopédie de La Pléiade, Ethnologie (...)
  • 10 Cf. A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 282, n. 49.

12Les pieds, chaussés de ces mocassins en peau de guanaco devaient paraître plus grands, d'où le surnom de Patagöe ou pata goa dont fut gratifié l'Indien. La tribu reçut alors le nom de Patagons et le pays s'appela la Patagonie9. D'après Paul Groussac, le mot viendrait plutôt de pata de cão ('patte de chien')10. Cette hypothèse semble séduisante, surtout si l'on considère que Magellan était d'origine portugaise.

  • 11 F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. 4, op. cit., ch. 7, p. 138.

13Mais peut-être faut-il songer, comme le suggère F. Morales Padrón, à l'influence des romans de chevalerie où abondent les géants : "(...) ou parce qu’il leur rappelait le monstre Patagón du roman de chevalerie Primaleón"11. Quoi qu'il en soit le nom s'est maintenu. Et les Patagons resteront pour les Européens ces créatures à la taille démesurée, pourvues de grands pieds, que Pigafetta avait décrites.

***

  • 12 Nous nous référons ici aux indications fournies par Francisco Albo, autre membre de l'expédition, p (...)
  • 13 A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 105.

14L'hivernage dura plusieurs mois — du 31 mars au 24 août 152012 — et les hommes de Magellan purent examiner tout à loisir les Patagons. Ils remarquèrent, en particulier, que ces Indiens couraient très vite : "ces géants courent plus qu'un cheval et sont fort jaloux de leurs femmes"13.

15Après le naufrage de l'un de ses cinq vaisseaux (le Santiago), Magellan dut subir une mutinerie, à la tête de laquelle se trouvait Juan de Cartagena (le capitaine du San Antonio). Il réussit à se tirer d'affaire et réprima durement la révolte. Alors reprit la recherche du détroit. Le 28 novembre, trois navires arrivaient dans l'Océan Pacifique : le Trinidad, le Victoria et le Concepción. Le quatrième, le San Antonio, avait déserté et mis le cap sur l’Espagne. Pigafetta précise :

  • 14 Ibid., p. 109.

"En ce navire qui s'en alla et retourna était un des susdits deux géants que nous avions pris, lequel, quand il sentit la chaleur, mourut14."

  • 15 Ibid., p. 112-114. Il avait agi de même avec les Indiens du Brésil, mais le lexique proposé (8 voca (...)

16Il restait donc un géant auprès de Magellan. Pigafetta en profita pour établir, en "conversant" avec lui, un lexique qu'il intitule : "Vocables des géantz pathagoniens"15. Il y relève 90 mots qu’il traduit. Ce Patagon que l’on emmenait en Espagne périt lui aussi ; le scorbut faisait des ravages et l’on avait recensé une trentaine de malades :

  • 16 Ibid., p. 114.

"Quand ce géant se trouvait mal — écrit-il —, il demandait la croix et l’embrassait et la baisait fort. Il voulut se faire chrétien devant sa mort, et nous le nommâmes Paul16."

17Les géants de Patagonie ne sont donc pas des créatures rapidement aperçues sur le rivage. Certains ont vécu avec les membres de l'expédition. Alors, comment douter de leur existence ? Le récit de Pigafetta a diffusé la nouvelle. Elle connut un franc succès.

2 - La diffusion d'une légende

  • 17 Cf. l'introduction de Leoncio Cabrero (p. 17), dans Antonio Pigafetta, Primer viaje alrededor del m (...)
  • 18 M. Transilvano, Relación..., op. cit., p. 563.
  • 19 Ibid., p. 563.

18Maximiliano Transilvano, le secrétaire particulier de Charles Quint, a assisté à l'entrevue qui eut lieu entre Pigafetta et l'Empereur. Il était donc parfaitement renseigné sur l'expédition de Magellan. Il écrit alors une Relación qu'il adresse à l'évêque de Cartagena, le 5 octobre 1522, et reprend, évidemment, les indications que Pigafetta avait données au Souverain17. Il raconte que les Indiens "avaient des corps robustes comme ceux des géants”18. Puis il les présente, franchement comme d'"épouvantables géants indiens"19. Ce texte, qui fut le premier document imprimé sur le voyage de Magellan, répandit largement en Europe la légende des Patagons géants, car dès 1523 deux éditions — en latin — furent publiées, respectivement à Rome et à Cologne. Il est vrai que le premier voyage de circumnavigation était d’une importance capitale puisqu'il prouvait définitivement la rotondité de la Terre.

19Pietro Martyre évoque, lui aussi, cette extraordinaire expédition dans sa cinquième Décade et ne manque pas de parler des Patagons :

  • 20 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 7, p. 489.

"Ils aperçurent trois hommes à demi sauvages, tout nus, qui dépassaient de deux coudées la stature humaine20."

20Et il ajoute, un peu plus loin :

  • 21 Ibid., déc. 5, ch. 7, p. 491.

"Ce sont des sauvages, sans force. Ils n'ont que des peaux comme vêtements. Ils sont nomades, sans résidence fixe, sans lois. D'une très haute stature. On les nomme Patagons21."

21Jean Alfonse de Saintonge rappelle également la légende lorsqu'il écrit, en 1544, dans sa Cosmographie :

  • 22 J. Alfonse de Saintonge, Cosmogr.. op. cit., fol. 158 r°-158 v°, p. 424-425.

"Les gens sont grandz comme géants, et y a esté veu homme plus grand deux foys que le plus grand de toute l'Europe, et a esté trouvé en terre son pas, et estoit plus grand que deux piedz des nostres et eust bien chaulsé soulliers de vingt et quatre poinctz et large à l'esquipollent22."

22Rabelais n'eût certainement pas renié ces quelques lignes ! Mais Jean Alfonse de Saintonge n'est pas un témoin oculaire. André Thevet non plus. Ce dernier écrit pourtant, en 1575 :

  • 23 A. Thevet, Cosmogr., op. cit., ch. 1, p. 6.

"(...) que les habitans autour de la rivière de Platte sont gens de grande et haulte stature, approchans plustost de la nature du Geant, que de la commune proportion des hommes (...)23 "

  • 24 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 2, liv. 20, ch. 1, p. 219.

23Gonzalo Fernández de Oviedo, attribue, de son côté, "treize empans" (2,73 m) aux Indiens de Patagonie24. Il pense que dans cette région la taille est fonction de la latitude :

  • 25 Ibid., t. 2, liv. 23, ch. 3, p. 356.

C'est pourquoi je pense que la taille de hommes de ces régions augmente au fur et à mesure qu'en suivant cette côte l'on se rapproche du Détroit et du pôle antarctique25."

24Après avoir vu de grands os et de grosses dents, il imagine que ces géants devaient mesurer dix-huit ou dix-neuf pieds ("diez e ocho o diez e nueve pies de alto”), soit 5,04 m à 5,32 m ! D'ailleurs les géants ne peuvent être que Patagons, comme l'indique le vice-roi Antonio de Mendoza dans une missive adressée au chroniqueur :

  • 26 Ibid., t. 4, liv. 33, ch. 52, p. 252-253. Il s'agit d'une lettre adressée à Gonzalo Fernández de Ov (...)

"Nous ne sommes pas informés qu'il y ait des géants ailleurs que dans la région du Détroit de Magellan : je présume que ces ossements doivent venir de là-bas, parce que dans la région du Nord je ne connais pas de gens aussi grands, quoiqu'il y en ait de belle apparence26."

  • 27 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 214.

25Gómara leur attribue "onze empans de hauteur” (2,31 m), mais ajoute : "on dit qu’il y en a de treize empans [2,73m], ce qui est une très grande taille, et que leurs pieds sont difformes, c’est pourquoi on les nomme Patagons27."

  • 28 A. de Herrera, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 9, ch. 13, p. 337-338.

26Antonio de Herrera se contente d’indiquer que le plus petit de ces Patagons qui ont été vus par les hommes de Magellan "était plus grand et de taille plus élevée que le plus grand homme de Castille". Il précise que l'un de ces Indiens avait été nommé "Jean le Géant" ("Juan Gigante")28.

***

  • 29 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. In (...)

27Une multitude de témoignages sur "les Patagons vrais ou faux" — comme l'écrit Jean-Jacques Rousseau29 — pourraient être cités. Ils confirmeraient que les géants de Patagonie jouissaient d'une grande renommée. Avant le XVIIIe siècle leur existence semble couramment admise. Mais, avec la multiplication des expéditions, le doute s'instaura. Rousseau n'osait se prononcer à leur sujet, et l'éminent historien écossais du XVIIIe siècle, Robertson, conclut de la manière suivante :

  • 30 William Robertson, L'Histoire de l'Amérique, Par M. Robertson, Principal de l'université d'Edimbour (...)

"L'existence de cette prétendue race de géans semble donc être encore un de ces problèmes d'histoire naturelle, sur lesquels un esprit sage doit suspendre son jugement, jusqu'à ce que des preuves plus complettes lui apprennent s'il peut adopter un fait contraire en apparence à ce que l'expérience & la raison ont découvert jusqu'ici concernant la forme & la structure de l'homme dans toutes les contrées diverses où il a été observé30."

28Or, les géants patagons ont eu un tel succès aux XVIe et XVIIe siècles, qu'il était rarement question de mettre en doute leur existence. Les cartographes se firent l'écho du phénomène. On voit régulièrement ces géants mentionnés sur les représentations de l'Amérique du Sud. Parfois une légende explicative ou un dessin rappellent leurs dimensions extraordinaires. Nous les avons ainsi retrouvés sur 47 cartes différentes (entre 1520 et 1688) et 4 fois dans une île située à l’ouest du détroit de Magellan (entre 1570 et 1576).

29Les navigateurs, les explorateurs, les missionnaires qui se succèdent dans cette région s'intéressent, tous, à la taille des Patagons. Et V. de Rochas, dans son Journal publié en 1861, peut encore s'exclamer :

  • 31 V.de Rochas, "Journal d'un voyage au détroit de Magellan et dans les canaux latéraux de la côte occ (...)

"Combien de nos compatriotes croient encore aux Polyphèmes qui sur les rivages magellaniques menacent la vie du navigateur imprudent ou malheureux31 !"

  • 32 Cf. N. E. Restif de la Bretonne, La Découverte australe..., op. cit. Le 2e titre de l'œuvre est : L (...)

30Le Patagon était devenu un personnage célèbre. Restif de la Bretonne le montre bien en créant le Mégapatagon pour les besoins de son utopie32.

***

31Il est incontestable que certains habitants de la Patagonie ont une taille respectable. Les plus récentes observations anthropologiques en donnent la preuve.

  • 33 Handbook of South American Indians, Julian H. Steward, Editor, Washington, United States Governent (...)

32Une carte, publiée dans l’ouvrage Handbook of South American Indians33, indique clairement que, près de la côte atlantique de l'Amérique du Sud, dans la région de Comodoro Rivadavia, qui semble correspondre à l'endroit où Magellan hiverna, la taille moyenne des Indiens est de 1,70 m. Seulement deux autres zones, plus limitées, peuvent être comparées à la première : l'une coïncide avec le Détroit de Magellan et l'autre se situe au sud-ouest de Goias, au Brésil.

33Henri-V. Vallois signale également, à propos de la "sous-race des pampas (sous-race patagone)" :

  • 34 Henri-V. Vallois, "L'Anthropologie Physique", dans Encyclopédie de La Pléiade, Ethnologie Générale, (...)

"Plus brachycéphale que la précédente [la sous-race sud-Pacifique] et surtout de taille beaucoup plus élevée (1,68 à 1,80 m), elle la continue de l’autre côté des Andes méridionales, dans les Pampas et la Patagonie ; elle est aujourd'hui à peu près disparue34."

34Les marins de Magellan ont certainement été frappés par la haute stature des Indiens de la baie de San Julian et de la région du détroit. Ils ont dû les comparer à des géants. L'imagination a fait le reste. Mais l'idée était lancée : la Patagonie était le pays des géants. Et les membres des expéditions suivantes ne manqueront pas de répéter cela. Il fallait bien susciter l'intérêt avec des témoignages quelque peu exagérés.

35Remarquons cependant que Pigafetta est le grand responsable de la légende. C'est lui qui la diffuse directement dans son récit de voyage, mais aussi indirectement, par le truchement de Maximiliano Transilvano qui a cru tout ce que le Lombard avait raconté à Charles Quint.

  • 35 F. Albo, Diario, op. cit.
  • 36 Cf. l'introduction de Leoncio Cabrero, dans A. Pigafetta, Primer viaje..., op. cit., p. 33-34.

36Or, il existe un document provenant d'un autre témoin oculaire, un rescapé lui aussi. C’est le Diario o derrotero del viaje de Magallanes écrit par le pilote Francisco Albo35. On a même pensé, vu le silence de ce Diario sur la triste fin de Magellan, que le véritable auteur pourrait être Elcano, lui-même, qui avait bien des raisons pour occulter certains faits gênants36. Et ce journal de bord — assez aride dans l'ensemble — qui ne donne très souvent que des relevés utiles à la navigation, évoque cependant la rencontre avec les Indiens de San Julian. Voici ce qu'il nous apprend à ce sujet :

  • 37 F. Albo, Diario, op. cit., p. 536.

"(...) et ce port se trouve par 49 degrés et deux-tiers ; nous y réparons nos navires. De nombreux Indiens y vivent. Ils sont couverts de peaux d'"élans", qui ressemblent à des chameaux sans bosse, et utilisent des arcs de bambou de très petite taille, comme ceux des Turcs, avec des flèches semblables aux leurs qui ont une pointe de silex à la place du fer. Ils sont très agiles, bons coureurs, hommes de belle taille, avec de beaux visages. Nous le quittâmes le 24 de ce même mois d'août (...)37 "

37Albo a pu observer les Patagons, tout comme Pigafetta, or, il n'est aucunement question des géants dans son texte. Les indigènes sont agiles et bons coureurs ; ils sont grands ("muy cumplidos"), un point c’est tout. Faut-il en déduire que Pigafetta s'est laissé emporter par son imagination ? Aurait-il eu l'intention d'enjoliver son récit ? Tous les témoins ne semblent pas avoir vu de géants. Mais la légende était créée.

38Les explorateurs de l’Amérique australe qui ont mesuré, pendant des siècles, la taille des célèbres Patagons, n'agissaient pas autrement que les compagnons de Juan Ponce de León qui, en se baignant dans toutes les rivières et toutes les mares qu'ils rencontraient, cherchaient la preuve irréfutable tant espérée.

3 - La taille des Patagons

  • 38 Nous convertirons les anciennes unités de mesure en adoptant les équivalences suivantes qui sont gé (...)

39Nous ne saurions réunir ici tous les témoignages concernant la taille des Indiens de Patagonie. Nous avons cependant jugé utile de dresser une liste des indications que nous avons pu recueillir à ce sujet. Seuls les témoins directs (navigateurs, explorateurs, missionnaires) ont été pris en compte. Ils suffiront à donner une idée de l'intérêt extraordinaire suscité par les Patagons au cours des siècles38.

  • 39 A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 100-101.

1520 - Antonio Pigafetta signale, le premier, l'existence de géants. Il écrit à propos de l’un d'eux : "Il était si grand que le plus grand de nous ne lui venait qu'à la ceinture39."

- Maximiliano Transilvano (en 1523) suit ses indications.

  • 40 Voir supra.

- Francisco Albo, pilote de Magellan, signale uniquement qu'il a vu des hommes "de belle taille avec de beaux visages"40.

1526 - Voyage du Comendador Frey García Jofre de Loaysa. Antonio de Herreraparle, à ce propos, de l’existence de géants, mais semble douter des témoignages :

  • 41 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 7, déc. 3, liv. 9, ch. 4, p. 378.

"et parce que c'étaient des hommes de belle taille et vigoureux, d'aucuns les nommèrent géants et d’autres les ont appelés Patagons. Et vu la diversité des informations que l'on donne sur eux, on n’en dira pas plus à leur sujet41."

- Le clérigo D. Joan de Areyzaga, qui faisait partie de l'expédition de Frey García Jofre de Loaysa, déclare, suivant Fernández de Oviedo :

  • 42 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., t. 2, liv. 20, ch. 6, p. 244.

"Le Père don Joan disait que ni lui, ni aucun des Chrétiens qui se trouvèrent là-bas n'étaient assez grands de taille pour atteindre le niveau de leurs organes génitaux. Il ne purent leur donner l’accolade qu'avec une main, tellement ils étaient grands. Et ce religieux n’était pas un petit homme car il était de bonne stature42."

On lit, de plus, quelques lignes plus loin :

  • 43 Ibid., t. 2, liv. 20, ch. 6, p. 244.

"(...) les Patagons, qui sont des hommes de treize empans de hauteur [2,73m], et leurs femmes sont aussi grandes qu'eux43."

  • 44 Capitán Andrés de Urdaneta, Relación del viaje hecho á las islas Molucas ó de la Especieria por la (...)

- Andrés de Urdaneta, relatant (en 1537) l'expédition de Loaysa, écrit à propos d’un Patagon : "Il était grand et laid44 ".

1577-1579 - Voyage de Francis Drake et John Winter. Edward Cliffe, qui narre l’expédition, signale qu'il y a des Anglais plus grands que le plus haut des Patagons :

  • 45 Edward Cliffe, The voyage of M. John Winter into the South Sea by the Streight of Magellan, in cons (...)

"Ces hommes ne sont pas aussi grands que le racontent les Espagnols, mais à peu près de la taille des Anglais, car j'ai vu, en Angleterre, des hommes aussi grands que n'importe lequel d'entre eux45."

- Nuño da Silva, pilote d'une expédition envoyée par le vice-roi de la Nouvelle Espagne, et rapatrié par Drake, écrit que les Patagons sont grands, forts, et ont belle apparence :

  • 46 Nuño Da Silva, The relation of a Voyage mode by a Pilot called Nuno da Silva for the Vice-roy of ne (...)

"(...) des gens de haute taille et de belle apparence, vigoureux et de grande stature (...)46 "

1579-1580 - Voyage de Pedro Sarmiento de Gamboa. Les "géants" mesureraient 3 varas (2,50 m).

  • 47 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 2, ch. 84, p. 208.

- Lizárraga parle à ce sujet d'indiens "un peu moins grands que des géants qui ont jusqu'à une fois et demie notre taille", et il emploie, quelques lignes plus loin, l'expression "demi-géants"47.

- Hernando Alonso et Hernando Lamero, pilotes de l'expédition ont apporté leur témoignage que mentionne B. Cobo. Ils disent des Patagons :

  • 48 B. Cobo, Hist., op. cit.. liv. 11, ch. 3, p. 14.

"(...) lesquels, bien que corpulents, ne sont pas aussi grands que l'on puisse les appeler géants car leur taille ne dépasse pas celle des hommes les plus grands que l'on voit en Europe48."

1587 - Voyage de Thomas Cavendish autour du monde (1586-1588). Les Indiens du détroit de Magellan sont décrits comme des hommes d'une taille raisonnable :

  • 49 Thomas Cavendish, The Voyage of Thomas Cavendish round about the Globe, 1586-1588. [From the Hakluy (...)

"Ainsi, naviguant dans le détroit, le 20 janvier, alors que nous étions à mi-chemin, nous aperçûmes des sauvages de raisonnables stature et nous nous dirigeâmes vers eux et leur parlâmes (...)49 "

  • 50 Cf. George Chaworth Musters, Vida entre los Patagones. Un año de excursiones por tierras no frecuen (...)

1592 - Pour Knyvet, qui participe au deuxième voyage de Thomas Cavendish, les indigènes auraient de 15 à 16 palmos de hauteur (3,15 m à 3,36 m)50.

  • 51 Cf. Frédéric Lacroix, "Patagonie, Terre-du-Feu et Îles Malouines. Par M. Frédéric Lacroix, de l'Ile (...)

1593 - L'Anglais Richard Hawkins parle de véritables géants51.

  • 52 Cf Miguel Vernazani, Observaciones extraidas de los viajes que al Estrecho de Magallanes han egecut (...)

1599 - Le Hollandais Olivier Van Noort dit que les Indiens ont une grande taille52.

  • 53 Cf Woodes Rogers, Voyage..., op. cit., t. 1, p. 174. Les renseignements sont tirés "d'Ovalle & de q (...)

- Sébald de Weert et Candish ont vu des géants53.

  • 54 P. Ordóñez de Ceballos, Viaje..., op. cit., liv. 2, ch. 28, p. 246 et liv. 3, ch. 21, p. 357.

1614 - Pedro Ordóñez de Ceballos parle d'une "terre des géants" dans le récit de son voyage autour du monde. Et il précise : "où l'on en a aperçu beaucoup"54.

  • 55 Cf. Woodes Roger, Voyage..., op. cit., t. 1, p 174.

1614 - 1615 - Le capitaine hollandais Jorge Spilberg a vu des géants55.

  • 56 Cf. P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 3, liv. 22, p. 259.

1615 - Les navigateurs hollandais Jacques Lemaire et Schouten ont découvert des ossements de 10 à 11 pieds de long (3,05 m à 3,35 m si l'on se réfère au pied anglais)56.

  • 57 Cf J. H. Linschot, Description de l'Amérique, op. cit., p. 53.

1638 - Le navigateur hollandais Jan Huygen Van Linschoten signale : "Environ ce Destroit demeurans des Geans de 10 ou 11 pieds de hauteur57." Il reprend certainement les informations de Lemaire et Schouten.

  • 58 Cf G. Chaworth Musters, Vida entre los Patagones, op. cit., Apéndice B, p. 411. Cf, également, Capi (...)

1669 - Pour les Anglais Narborough et Wood, les Patagons ont une taille moyenne : Mr. Wood était plus grand qu'eux58.

  • 59 Cf. F. Lacroix, "Patagonie...", art. cit., p. 19.

1704 - Le navigateur Carmon leur attribue 10 pieds (3,25 m)59.

1712 - Le navigateur français Amédée François Frézier, s'appuyant sur les dires de certains témoins parle de 9 ou 10 pieds (2,92 m ou 3,25 m) :

  • 60 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 3, p. 142 (art. "Patagones (o Tirumenos)").

"(...) il assure qu'il existe des géants — écrit Alcedo — non pas pour les avoir vus, mais en se fondant sur la bonne foi de ceux qui le lui dirent et qui leur attribuaient neuf ou dix pieds de hauteur. L'opinion généralement admise est qu'ils sont d'une taille un peu plus grande que l'ordinaire, mais qu'il ne s'agit pas de géants (...)60 "

1745 - Les jésuites José Cardiel et José de Quiroga ont trouvé des ossements de 11 pieds de long (3,08 m), mais signalent que les ossements récents induisent à penser que les Patagons ont une taille moyenne. Le P. Pedro Lozano, dans son Journal d'un voïage le long de la côte de la mer Magellanique, tiré des observations des deux religieux, écrit :

  • 61 P. Pedro Lozano, Journal d'un voïage le long de la côte de la Mer Magellanique, Depuis Buenos-Ayrès (...)

"(...) ils trouvèrent sur les flancs élevés de la zone de Puerto Deseado, des tombes de Géants, dont les os mesuraient onze pieds de long, parce que les ossements des corps que l'on a trouvés de nos jours correspondent à une stature ordinaire61."

1762 - Bernardo Ibáñez de Echavarri, qui a vécu plusieurs années à Buenos Aires n'a jamais vu d'Indien de plus de 1,75 m. C'est ce que rapporte Robertson :

  • 62 W. Robertson, L'Histoire de l'Amérique, op. cit., t. 2, p. 488 (n. 47).

"Plusieurs témoins oculaires qui ont vécu et commercé avec ces Indiens, m'en ont donné une description exacte. Ils sont de la même taille que les Espagnols ; je n'en ai jamais vu qui eût plus de deux vares & deux ou trois pouces" ; c'est-à-dire, environ 80 ou 81,332 pouces Anglois si M. Echavarri a calculé d'après la vare de Madrid (...)62 "

  • 63 Dom Pernety, Journal Historique d’un Voyage fait aux Îles Malouines en 1763 & 1764, pour les reconn (...)
  • 64 Ibid., t. 1, Préface, p. VI-VII.

1764 - Le commodore Byron, "excité par l'idée de faire une découverte au sujet de ces Patagons, dont l'existence étoit depuis longtems, en Angleterre, un sujet de conversation", comme l'écrit Dom Pernety, le chapelain de Bougainville63, examine les Patagons. Il leur trouve une taille moyenne d'environ 8 pieds (2,44 m). Les plus grands mesureraient 9 pieds et plus (2,75 m). Et ces résultats seraient même en deçà de la vérité64.

  • 65 Cf Louis-Antoine de Bougainville, Voyage autour du monde par la frégate la Boudeuse et la flûte l'É (...)

1766 - D'après l’équipage de l'Étoile, qui a pour capitaine Chesnard de la Giraudais, plusieurs Patagons de six pieds de hauteur (1,95 m) auraient été aperçus65.

  • 66 Cf G. Chaworth Musters, Vida entre los Patagones, op. cit., Apéndice B, p. 411.

1766 - Wallis et Carteret ont mesuré les indigènes. Ils ont, en moyenne une taille de 5 pieds 10 pouces à 6 pieds (1,78 m à 1,83 m en se référant au pied anglais). Plusieurs mesuraient 6 pieds 5 pouces (1,95 m) et l'un d'entre eux 6 pieds 7 pouces (2 m)66.

1767 - Louis-Antoine de Bougainville indique qu’ils ont entre 5 pieds 5 à 6 pouces (1,76m ou 1,78m) et 5 pieds 9 à 10 pouces (1,87 m ou 1,90 m) :

  • 67 Cf. L.-A. de Bougainville, Voyage..., op. cit., ch. 6, p. 132.

"Ces hommes sont d'une belle taille ; parmi ceux que nous avons vus, aucun n'était au-dessous de cinq pieds cinq à six pouces, ni au-dessus de cinq pieds neuf à dix pouces (...)67 "

  • 68 Cf F. Lacroix, "Patagonie...", art. cit., p. 19.

- M. de Commerson, le médecin de l'expédition, évalue leur taille entre 5 pieds 8 pouces (1,84 m) et 6 pieds 4 pouces (2,06 m)68.

  • 69 Ibid., p. 19. Cf., également, Dom Pernety, Journal..., op. cit., p. 693.

- Le capitaine de brûlot Duclos-Guyot, qui se trouve sur la Boudeuse avec Bougainville, donne 5 pieds 7 pouces (1,81 m) pour les plus petits69.

1767 - Le jésuite Tomás Falkner parle d'un cacique patagon et indique :

"Il mesurait sept pieds et quelques pouces de hauteur. Il était bien proportionné. Son frère Suaisman mesurait près de six pieds."

Ce qui donne, respectivement (en se référant aux unités de mesure anglaises) environ 2,20 m et 1,83 m. Et il ajoute :

  • 70 Cf T. Falkner, Descripción de Patagonia..., op. cit., p. 3. L'œuvre n'a été publiée qu'en 1774. Cf (...)

"Les Patagons et les Puelches sont grands et corpulents, mais je n’en ai jamais vu de l'espèce des géants que d'autres mentionnent, bien que j'aie vu des personnes de différentes tribus d'indiens méridionaux70."

1783 - Pour Francisco de Viedma qui a navigué le long des côtes de Patagonie, les Indiens mesurent, en moyenne, entre 1,67 m et 1,89 m :

  • 71 Francisco de Viedma, Diario de un viaje à la Costa de Patagonia, dans CDA, VI, 15, p. 68.

"Tous les Indiens de ces parages appartiennent à un même peuple. Leur stature est très grande : de deux vares et demie à neuf empans en général pour les hommes. On en voit rarement de plus grands. Quant aux femmes, elles n’ont pas ces proportions, mais sont d'une bonne taille pour leur sexe71."

1785-1786 - Dans la relation du voyage de la frégate Santa María de la Cabeza, il est précisé que l'on a mesuré les Patagons :

  • 72 "Remarques faites pendant un voyage par le détroit de Magellan" [Abrégé de "Relación del último Via (...)

"Il est vrai que les Patagons sont grands et d'une constitution forte et robuste ; mais après les avoir exactement mesurés, il en est résulté que les plus grands n'ont que sept pieds un pouce et quart [1,99 m], et ceux d’une taille moyenne, que six pieds et demi [1,82 m], mesure espagnole (le pied d'Espagne a un pouce et demi de plus que celui de France), (...)72 ".

  • 73 Cf. F. Lacroix, "Patagonie...", art. cit., p. 20.

1820 - M. Gautier, armateur de baleinières, attribue 6 pieds (1,95 m) aux Patagons73.

  • 74 "Les Patagons et les habitans de la Terre du Feu." Dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 54 (1832) (...)

1826-1830 - Pour le capitaine King : "Très peu avaient six pieds (anglais) de haut [1,83 m] ; un seul était plus grand, sa taille allait à six pieds un pouce et demi [1,87 m]74."

1829 - Alcide d'Orbigny a observé plus de 600 Indiens :

  • 75 A. d'Orbigny, Voyage pittoresque..., op. cit., ch. 35, p. 274.

"Le gigantesque fantôme de ces fameux Patagons de sept à huit pieds de haut [2,27 m à 2,60 m], décrit par les anciens voyageurs, s'est évanoui pour moi. J'ai vu là des hommes encore très-grands, sans doute, comparativement aux autres races américaines, mais qui, pourtant, n'ont rien d'extraordinaire, même pour nous ; car, sur plus de six cents individus observés, le plus grand n'avait que cinq pieds onze pouces de France [1,93 m], et je crois pouvoir évaluer leur taille moyenne à cinq pieds quatre pouces [1,73 m]. Peut-être la manière dont ils se drapent avec de grandes pièces de fourrure expliquerait-elle l'ancienne erreur75."

1834 - Charles Darwin, qui navigue avec le capitaine Fitz-Roy, déclare dans son Voyage d'un naturaliste autour du monde :

  • 76 Ch. Darwin, Voyages..., op. cit., vol. 2, ch. 8, p. 8.

"Ils ont 6 pieds [1,83 m] en moyenne ; quelques-uns sont plus grands ; d'autres, mais en fort petit nombre, sont plus petits ; les femmes sont aussi fort grandes ; c'est en somme la plus grande race que j’aie jamais vue76."

1856 - V. de Rochas, chirurgien de la Marine Impériale écrit dans son Journal :

  • 77 V. de Rochas, "Journal...", art. cit., p. 214.

"(...) maintenant j'avais à côté de moi un homme de belle taille sans doute, mais qu'il ne m'était pas possible d'évaluer à plus d'un mètre quatre-vingts centimètres77."

  • 78 Docteur Jean Antoine Victor Martin (dit Martin de Moussy), "Les populations indiennes actuelles du (...)

1860 - Le docteur Martin de Moussy attribue aux "Patagons proprement dits ou Tehuelches", la taille moyenne de 1,73 m78.

1862 - Le docteur Amédée Moure indique à propos de la taille des Indiens de l'Amérique du Sud :

  • 79 Docteur Amédée Moure, "Les Indiens de la province de Mato-Grosso (Brésil). Observations par le Dr A (...)

"Mais elle ne dépasse pas en hauteur, même pour les Patagons que j'ai vus, et que l'on donne pour des géants, le niveau de l'homme européen, et elle ne descend pas non plus, pour l'exiguïté, plus bas que la petitesse des Indiens de la Bolivie79."

1864 - A. Guinnard qui a été, pendant trois ans, esclave chez les Patagons écrit au sujet des Patagons orientaux :

  • 80 A. Guinnard, "Les populations de la Patagonie" [Extrait de Trois ans d'esclavage chez les Patagons,(...)

"Ils me semblèrent d'une stature approchant de six pieds [1,95 m] ; leur type me parut peu différent de celui des Puelches80."

  • 81 Cf. G. Chaworth Musters, Vida entre los Patagones, op. cit., Apéndice B, p. 411.

1867-1868 - Cunningham, ressortissant anglais, dit que les Patagons mesurent rarement moins de 5 pieds 11 pouces (1,80 m) et que leur taille habituelle est de 6 pieds et quelques pouces (1,85 m à 1,90 m). L'un d'entre eux avait une hauteur de 6 pieds 10 pouces (2,08 m)81.

  • 82 Ibid., ch. 5, p. 235.

Vers 1871 - L'Anglais Clarke a scupuleusement mesuré la taille de deux Patagons : il a noté 6 pieds et 4 pouces (1,93 m)82.

  • 83 Ibid., ch. 5, p. 235.

1871- George Chaworth Musters attribue aux Tehuelches (hommes) qu'il a rencontrés 5 pieds et 10 pouces (1,77 m)83.

1896 - Le comte Henry de La Vaulx, qui a voyagé à travers la Patagonie, signale :

  • 84 Comte Henry de La Vaulx, "A travers la Patagonie, du Rio-Negro au Détroit de Magellan. Par M. le Co (...)

"(...) le Tehuelche, appelé vulgairement Patagon, qui, lui, est d'une stature plutôt élevée, souple et élégant dans ses mouvements ; sa taille moyenne est de 1,73 m84."

40On voit que l'intérêt suscité par la question de la taille des Patagons, n'a jamais faibli au cours des siècles. Il est rare qu'une légende ait un tel succès. La taille moyenne, plutôt élevée, des Indiens de l'Amérique australe, que beaucoup ont pu apprécier, a aidé au développement de la légende. L'éloignement de la Patagonie et les difficultés de la navigation dans la zone du détroit de Magellan ont très certainement contribué à renforcer le mystère et à aviver la curiosité des Européens. C'est une légende exemplaire du temps de la découverte maritime du continent américain.

No 8 - Détail d'une carte insérée dans le t. 3 de l'Histoire de la Navigation de Jan Huygen Van Linschoten (Amsterdam, 1638). On peut y voir le dessin de deux Patagons géants. Une mention (en latin) précise qu’ils mesurent de 9 à 10 pieds (environ 3 m).

Notes

1 N. E. Restif de la Bretonne, La Découverte australe..., op. cit., liv. 1, ch. 6, p. 99.

2 Alcide d'Orbigny, Voyage pittoresque..., op. cit., ch. 35, p. 273.

3 Cf. la Préface de Léonce Peillard dans Antonio Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 5-86. Nous citerons désormais cette édition. Le texte de Pigafetta a également été publié en italien dans le vol. 1 de la collection de Ramusio (fol. 352 r°-370 r°), avec le titre suivant : Viaggio atorno il mondo fatto & descritto per M. Antonio Pigafetta Vicentino Caualier di Rhodi, & da lui indrizzato al Reuerendissimo gran Maestro di Rhodi M. Philippo di Villiers Lislea-/dam tradotto di lingua Francesa nella ltaliana.

4 A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 100.

5 Ibid. p. 100-101.

6 Ibid., p. 82-83. 15 Français (19 pour d'autres) participaient à l'expédition ; un seul semble être revenu.

7 Ibid., p. 101.

8 Ibid., p. 105.

9 Cf Annette Laming-Emperaire, "Le Chili et l'Argentine", dans Encyclopédie de La Pléiade, Ethnologie Régionale II (Asie Amérique – Mascareignes), Volume publié sous la direction de Jean Poirier, Paris, Gallimard-N.R.F., 1978, "Encyclopédie de La Pléiade" vol. 42, p. 1829. Cf, également, A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 282, n. 49.

10 Cf. A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 282, n. 49.

11 F. Morales Padrón, Gran Enciclop., t. 4, op. cit., ch. 7, p. 138.

12 Nous nous référons ici aux indications fournies par Francisco Albo, autre membre de l'expédition, pilote de l'un des navires, qui a fait un relevé précis de toutes les données concernant la navigation. Le document, conservé à l'AGI, a été édité par M. Fernández de Navarrete dans le vol. 2 de sa Colección (Apéndice de documentos pertenecientes a Fernando de Magallanes y su expedición al Maluco, doc. no 22, p. 532-556). Il porte le titre suivant : Diario o derrotero del viaje de Magallanes desde el Cabo de San Agustín, en el Brasil, hasta el regreso a España de la nao Victoria, escrito por Francisco Albo.

13 A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 105.

14 Ibid., p. 109.

15 Ibid., p. 112-114. Il avait agi de même avec les Indiens du Brésil, mais le lexique proposé (8 vocables) était beaucoup plus modeste (cf. p. 98-99).

16 Ibid., p. 114.

17 Cf. l'introduction de Leoncio Cabrero (p. 17), dans Antonio Pigafetta, Primer viaje alrededor del mundo, Edición de Leoncio Cabrero, Madrid, Historia 16, 1985, col. "Crónicas de América" no 12.

18 M. Transilvano, Relación..., op. cit., p. 563.

19 Ibid., p. 563.

20 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 7, p. 489.

21 Ibid., déc. 5, ch. 7, p. 491.

22 J. Alfonse de Saintonge, Cosmogr.. op. cit., fol. 158 r°-158 v°, p. 424-425.

23 A. Thevet, Cosmogr., op. cit., ch. 1, p. 6.

24 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 2, liv. 20, ch. 1, p. 219.

25 Ibid., t. 2, liv. 23, ch. 3, p. 356.

26 Ibid., t. 4, liv. 33, ch. 52, p. 252-253. Il s'agit d'une lettre adressée à Gonzalo Fernández de Oviedo par le vice-roi de la Nouvelle-Espagne Don Antonio de Mendoza : "Al muy noble señor Gonzalo Hernandez de Oviedo, alcaide de la fortaleza de Sancto Domingo en la isla Española y cronista de Su Majestad" (México, 6-X-1541). Cette information réapparaît dans le ch. suivant, p. 254.

27 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 214.

28 A. de Herrera, Historia Gen., op. cit., vol. 5, déc. 2, liv. 9, ch. 13, p. 337-338.

29 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. Introduction, commentaires et notes explicatives par J.-L. Lecercle (...), Paris, Editions Sociales, 1979, col. "Les Classiques du Peuple”, p. 174.

30 William Robertson, L'Histoire de l'Amérique, Par M. Robertson, Principal de l'université d'Edimbourg, & Historiographe de Sa Majesté Britannique pour l'Ecosse. Traduite de l'Anglais, Seconde édition revue & corrigée (...) A Paris, Chez Pissot, Libraire, Quai des Augustins, M. DCC. LX.XX. (...), t. 2, liv. 4, p. 233.

31 V.de Rochas, "Journal d'un voyage au détroit de Magellan et dans les canaux latéraux de la côte occidentale de la Patagonie, par M. V. De Rochas, chirurgien de la marine impériale (1856-1859. – Texte inédit.)." Dans Le Tour du monde, 1861, 1er Semestre, p. 210.

32 Cf. N. E. Restif de la Bretonne, La Découverte australe..., op. cit. Le 2e titre de l'œuvre est : Les Mégapatagons. Cf. Raymond Ruyer, L'Utopie et les utopies, Paris, P.U.F., 1950, bibliothèque de philosophie contemporaine (...) Psychologie et Sociologie (...), II, ch. 11, p. 203.

33 Handbook of South American Indians, Julian H. Steward, Editor, Washington, United States Governent Printing Office, 1946-1959 (7 vol.), Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology, Bulletin 143, vol. 6 (1950), p. 59, Map 4: "Distribution of stature among South American Indians".

34 Henri-V. Vallois, "L'Anthropologie Physique", dans Encyclopédie de La Pléiade, Ethnologie Générale, op. cit., p. 725.

35 F. Albo, Diario, op. cit.

36 Cf. l'introduction de Leoncio Cabrero, dans A. Pigafetta, Primer viaje..., op. cit., p. 33-34.

37 F. Albo, Diario, op. cit., p. 536.

38 Nous convertirons les anciennes unités de mesure en adoptant les équivalences suivantes qui sont généralement admises :
- Pour les unités espagnoles :
1 vara : 83,59 cm
1 codo : 41,80 cm
1 pie : environ 28 cm
1 palmo : environ 21 cm
1 pulgada : un peu plus de 2,3 cm
- Pour les unités françaises :
1 pied : 32.48 cm
1 pouce : 2.706 cm
- Pour les unités anglaises :
1 pied (foot) : 30.48 cm
1 pouce (inch) : 2.539 cm

39 A. Pigafetta, Premier voyage..., op. cit., p. 100-101.

40 Voir supra.

41 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 7, déc. 3, liv. 9, ch. 4, p. 378.

42 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., t. 2, liv. 20, ch. 6, p. 244.

43 Ibid., t. 2, liv. 20, ch. 6, p. 244.

44 Capitán Andrés de Urdaneta, Relación del viaje hecho á las islas Molucas ó de la Especieria por la armada â las órdenes del Comendador Garcia Jofre de Loaysa, hecha por el Capitan Andrés de Urdaneta (Valladolid, 26-II-1537), dans CODOIN, vol. 5, p. 10.

45 Edward Cliffe, The voyage of M. John Winter into the South Sea by the Streight of Magellan, in consort witli M. Francis Drake, begun in the yeere 1577. By which Streight also he returned safely into England the second of June 1579. contrary to the false reports of the Spaniards which gave out, that the said passage was not repasseable: Written by Edward Cliffe Mariner, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 8, p. 95.

46 Nuño Da Silva, The relation of a Voyage mode by a Pilot called Nuno da Silva for the Vice-roy of new Spaine, the 20 of May, in the yere of our Lord 1579. in the citie of Mexico, front whence it was sent to the Vice-Roy of the Portugall-Indies: wherein is set downe the course and actions passed in the Voyage of Sir Francis Drake that tooke the aforesayd Nuno da Silva at S. Iago one of the Islands of Cabo Verde, and caried him along with him through the Streights of Magellan, to the Haven of Guatulco in new Spaine, where he let him goe againe. Dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 8, p. 76.

47 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 2, ch. 84, p. 208.

48 B. Cobo, Hist., op. cit.. liv. 11, ch. 3, p. 14.

49 Thomas Cavendish, The Voyage of Thomas Cavendish round about the Globe, 1586-1588. [From the Hakluyt of 1589], dans C. R. Beazley, Voyages..., vol, 1, p. 283.

50 Cf. George Chaworth Musters, Vida entre los Patagones. Un año de excursiones por tierras no frecuentadas, desde el estrecho de Magallanes hasta el río Negro. Estudio Preliminar y Notas de Raúl Rey Balmaceda, Buenos Aires, Ediciones Solar-Hachette, 1964, col. "El Pasado Argentino", Apéndice B, p. 411.

51 Cf. Frédéric Lacroix, "Patagonie, Terre-du-Feu et Îles Malouines. Par M. Frédéric Lacroix, de l'Ile de France”, dans L'Univers, ou Histoire et Description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs, coutumes, etc., t. 51, Paris, Firmin Didot Frères, Editeurs, 1840, p. 19.

52 Cf Miguel Vernazani, Observaciones extraidas de los viajes que al Estrecho de Magallanes han egecutado en diferentes años los Almirantes y Capitanes, Olivares de Noort, Simon de Cordes, Jorge Spilberg, Francisco Drake, Juan Childey, Thomas Candish, Juan Narborough ; y noticias adquiridas en las expediciones egecutadas desde esta isla por los Franceses, con la fragata Aguila, dans CDA, V, 5, p. 30-33.

53 Cf Woodes Rogers, Voyage..., op. cit., t. 1, p. 174. Les renseignements sont tirés "d'Ovalle & de quelques autres Ecrivains".

54 P. Ordóñez de Ceballos, Viaje..., op. cit., liv. 2, ch. 28, p. 246 et liv. 3, ch. 21, p. 357.

55 Cf. Woodes Roger, Voyage..., op. cit., t. 1, p 174.

56 Cf. P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 3, liv. 22, p. 259.

57 Cf J. H. Linschot, Description de l'Amérique, op. cit., p. 53.

58 Cf G. Chaworth Musters, Vida entre los Patagones, op. cit., Apéndice B, p. 411. Cf, également, Capitaine Narbrough, Journal de Voyage du Capitaine Narbrough. A la Mer du Sud, par ordre de Charles III. Roi de la Grand'Bretagne, dans F. Coreal, Voyages..., op. cit., t. 2, p. 139-318.

59 Cf. F. Lacroix, "Patagonie...", art. cit., p. 19.

60 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 3, p. 142 (art. "Patagones (o Tirumenos)").

61 P. Pedro Lozano, Journal d'un voïage le long de la côte de la Mer Magellanique, Depuis Buenos-Ayrès jusqu'à l'entrée du Détroit de Magellan : Tiré des observations des Peres Joseph Cardiel & Joseph de Quiroga, de la Compagnie de Jesus ; Par le Père Pierre Loçano, de la même Compagnie, dans P. F.-X. de Charlevoix, Histoire du Paraguay, op. cit., t. 3, p. CCLXXIV-CCXCVI. Le texte est publié, intégralement, en langue espagnole. Nous le retrouvons dans CDA, I, 6 avec le titre : Diario de un viaje a la Costa de la Mar Magallanica en 1745, desde Buenos Aires hasta el estrecho de Magallanes ; formado sobre las observaciones de los PP. Cardiel y Quiroga, por el P. Pedro Lozano.

62 W. Robertson, L'Histoire de l'Amérique, op. cit., t. 2, p. 488 (n. 47).

63 Dom Pernety, Journal Historique d’un Voyage fait aux Îles Malouines en 1763 & 1764, pour les reconnaître & y former un établissement ; et de deux Voyages au Détroit de Magellan, avec une Relation sur les Patagons. Par Dom Pernety, Abbé de l'Abbaye de Burgel (...) A Berlin, Chez Etienne de Bourdeaux, Libraire du Roy & de la Cour. MDCCLXIX (2 t.), t. 1, Préface, p. V.

64 Ibid., t. 1, Préface, p. VI-VII.

65 Cf Louis-Antoine de Bougainville, Voyage autour du monde par la frégate la Boudeuse et la flûte l'Étoile, suivi du supplément de Diderot, Présentation par Michel Hérubel, Paris, Union Générale d'Editions, 1966, col. "Le monde en 10-18", no 283-284-285, ch. 6, p. 132.

66 Cf G. Chaworth Musters, Vida entre los Patagones, op. cit., Apéndice B, p. 411.

67 Cf. L.-A. de Bougainville, Voyage..., op. cit., ch. 6, p. 132.

68 Cf F. Lacroix, "Patagonie...", art. cit., p. 19.

69 Ibid., p. 19. Cf., également, Dom Pernety, Journal..., op. cit., p. 693.

70 Cf T. Falkner, Descripción de Patagonia..., op. cit., p. 3. L'œuvre n'a été publiée qu'en 1774. Cf F. Lacroix, "Patagonie...", art. cit., p. 20.

71 Francisco de Viedma, Diario de un viaje à la Costa de Patagonia, dans CDA, VI, 15, p. 68.

72 "Remarques faites pendant un voyage par le détroit de Magellan" [Abrégé de "Relación del último Viage al estrecho de Magellanes, de la fragata de S. M. Santa María de la Cabeza, en los annos de 1785-1786. A Madrid, 1788."]. Dans Annales des voyages, t. 11 (1810), p. 71.

73 Cf. F. Lacroix, "Patagonie...", art. cit., p. 20.

74 "Les Patagons et les habitans de la Terre du Feu." Dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 54 (1832), p. 332.

75 A. d'Orbigny, Voyage pittoresque..., op. cit., ch. 35, p. 274.

76 Ch. Darwin, Voyages..., op. cit., vol. 2, ch. 8, p. 8.

77 V. de Rochas, "Journal...", art. cit., p. 214.

78 Docteur Jean Antoine Victor Martin (dit Martin de Moussy), "Les populations indiennes actuelles du bassin de la Plata et de la Patagonie.", dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 156 (1860, t. 4), 1er art., p. 201-202.

79 Docteur Amédée Moure, "Les Indiens de la province de Mato-Grosso (Brésil). Observations par le Dr Amédée Moure.", dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 159 (1862, t. 2), p. 8.

80 A. Guinnard, "Les populations de la Patagonie" [Extrait de Trois ans d'esclavage chez les Patagons, 1 vol. in-18 de 337 p., 2e éd., Paris, 1864, Chez Brunet, présenté par V. A. Malte-Brun], dans Nouvelles Annales des Voyages, t. 163 (1864, t. 2), p. 93.

81 Cf. G. Chaworth Musters, Vida entre los Patagones, op. cit., Apéndice B, p. 411.

82 Ibid., ch. 5, p. 235.

83 Ibid., ch. 5, p. 235.

84 Comte Henry de La Vaulx, "A travers la Patagonie, du Rio-Negro au Détroit de Magellan. Par M. le Comte Henry de La Vaulx, Membre de la Société des Américanistes.", dans Journal de la Société des Américanistes (Paris, musée de l’Homme), t. A II (1898), p. 84. Voir également le "Tableau comparatif des tailles attribuées aux Géants Patagons par quelques voyageurs représentatifs" que propose Jean-Paul Duviols dans L'Amérique espagnole vue et rêvée. Les livres de voyages de Christophe Colomb à Bougainville, Paris, Promodis, 1985, 1ère part., ch. 4, p. 70.

Table des illustrations

Légende No 8 - Détail d'une carte insérée dans le t. 3 de l'Histoire de la Navigation de Jan Huygen Van Linschoten (Amsterdam, 1638). On peut y voir le dessin de deux Patagons géants. Une mention (en latin) précise qu’ils mesurent de 9 à 10 pieds (environ 3 m).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search