Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Deuxième partie : Les premiers accès de l'imagination

Chapitre XII. Géants et Pygmées

Texte intégral

  • 1 Cet opuscule imprimé à Cordoue ("Con licencia : En Córdoba en la Imprenta de Don Rafael Garcia Rodr (...)

"(...) il s'en revenait chercher la chaloupe quand, regardant au loin, il s'aperçut que ses gens s'enfuyaient en ramant, poursuivis par un homme d'une stature de géant qui s'avançait dans la mer, sans avoir de l'eau jusqu'aux genoux, et faisait des pas extraordinairement grands. Cependant, eux, avaient pris une demi-lieue d'avance et comme ils étaient loin du rivage le Géant ne put atteindre la chaloupe."
(Historia del descubrimiento de las tierras de los gigantes, p. 6)1.

1 - Les géants américains

1L'exploration des côtes américaines, bientôt suivie par de timides incursions sur le continent allait révéler d'autres secrets dont les navigateurs et les conquistadores se feront l'écho.

2Partis d'Andalousie en mai 1499, Alonso de Ojeda, Juan de la Cosa et Amerigo Vespucci mettent le cap sur l'Amérique du Sud, suivant ainsi la voie tracée par Christophe Colomb au cours de son troisième voyage. Arrivés sur l'île de Curaçao, ils font une surprenante découverte que relate Vespucci dans sa Seconde Navigation :

  • 2 Cf. A. Vespucio, Segunda Navegación, op. cit., p. 157.

"(...) mais en cheminant sur la plage nous remarquâmes certaines traces de pieds demesurés : nous en déduisîmes que si les autres membres étaient en rapport avec les pieds, les habitants devaient être très grands2 ".

3Puis, un peu plus loin, ils découvrent un petit village avec des huttes qui semblent habitées :

  • 3 Ibid. p. 157.

"(...) et en entrant dans celles-ci nous trouvâmes cinq femmes — deux vieilles et trois jeunes — d'une grande stature ; cela nous remplit de stupeur3."

4Et ce n'est pas tout, car quelques instants plus tard :

  • 4 Ibid. p. 157-158.

voilà que commencent à entrer dans la demeure quelque 36 hommes, d’une taille encore plus grande que celle des femmes, si vigoureux et de si belle apparence que c’était un plaisir de les voir. Leur apparition nous troubla tant que nous eussions préféré être sur nos vaisseaux qu’au milieu de ces individus4.".

5Cette découverte aura une conséquence très logique :

  • 5 Ibid., p. 158.

"A cause de la grande taille de ses habitants nous donnâmes à cette île le nom d’Île des Géants ("de los Gigantes")5."

  • 6 Cf. Homère, L'Odyssée, op. cit., chant IX, p. 127-141.

6Seul le nom attribué à l’île évoque la présence de géants. Les indigènes ont une taille imposante mais sont bien différents des cyclopes aperçus par Ulysse au cours de son voyage6. On voit pourtant ici comment peut naître une légende. Des Indiens plus grands que ceux que l'on trouve d'habitude ont impressionné les explorateurs et le nom donné à leur île perpétuera le souvenir de la rencontre. L’imagination aidant, les voyageurs qui suivront penseront qu'il y a là des colosses : la légende est créée.

7Dans la lettre adressée, le 18 juillet 1500, à Laurent de Médicis, Amerigo Vespucci, qui relate la rencontre précédente, franchit un nouveau pas. Les Indiens deviennent de vrais géants que les souvenirs mythologiques vont transfigurer :

  • 7 Americ Vespuce [Amerigo Vespucci], Lettre du 18 juillet 1500 à Laurent di Pier Francesco de Medicis (...)

"Enfin ils avaient une stature de géants, vu leur haute taille et les proportions du corps, qui étaient en rapport avec la taille — écrit-il — : chaque femme semblait une Penthésilée et les hommes paraissaient des Antée (...)7 "

  • 8 Luis de Camoens, Les Lusiades ou Les Portugais, Poème en dix chants, par Camoens. Traduction de J.- (...)

8En se référant à la reine des Amazones Penthésilée et au géant Antée, bien connus des hommes de la Renaissance, Vespucci donne une dimension extraordinaire aux autochtones qu'il a rencontrés ; il fournit un parfait exemple des modifications que certains récits ont fait subir à la réalité. Agit-il autrement que Luis de Camoes qui crée le géant Adamastor dans le 5e chant des Lusiades8 ?

  • 9 Lo que vos el Liçençiado Rodrigo de Figueroa que bais por nuestro Juez de Residencia a/la ysla Spañ (...)

9Le nom d'Isla de los Gigantes s'est maintenu. C’est ainsi que des instructions royales données — le 9 décembre 1518, à Saragosse — au "Licenciado Rodrigo de Figueroa qui partez Nous représenter comme Juge de Résidence de l'île Española", parlent des "Indiens des Barbudos et Gigantes", que l'on doit traiter comme les autres Indiens9. En fait le nom Isla de los Gigantes s’applique à un groupe d'îles. Bartolomé de Las Casas, qui évoque toute l'affaire, ne met pas en doute l'existence de ces géants mais précise qu'il n’a pu obtenir d'autres témoignages directs à ce sujet :

  • 10 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., II, liv. 2, ch. 2, p. 11.

"Cette île presque ronde, qui doit avoir vingt lieues de circonférence, est aujourd'hui — comme auparavant — peuplée d'indiens semblables aux autres et non de géants. Je n'ai pas connu d'homme alors, et je n'en connais pas de nos jours, qui ait vu ces géants et je n'ai jamais su ce que ces géants auraient pu devenir. Je ne sais pas pourquoi depuis lors nous donnons à ces îles le nom d’îles des Géants, ni s'il y en avait dans les cinq autres10."

  • 11 A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 32 (55), p. 134.
  • 12 "parecían ser de gigantes". Cf. Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., II, liv. 2, ch. 16, p. 4 (...)

10Bien souvent on ne procède que par comparaison ; on dit que les indigènes sont "presque comme des géants"11 et que leurs armes "semblent être des armes de géants"12. Mais il arrive que l'on exagère les résultats des observations.

11Un an et demi après l'expédition dont faisait partie Amerigo Vespucci, un autre voyage est organisé : Vicente Yáñez Pinzón et son neveu Arias Pinzón quittent Palos et aboutissent, également, au Venezuela. Ils racontent, eux aussi, qu'ils ont rencontré des indigènes "plus grands que des Allemands ou des Hongrois". Pietro Martyre, qui rapporte ces informations dans sa première Décade, ajoute :

  • 13 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. l, ch.9, p. 109-110.

"Nos hommes ont affirmé sous serment que la trace de leurs pas observée sur le sable dénotait des pieds deux fois plus grands que les pieds d'un homme de taille moyenne13."

12Les marins ont décidément beaucoup d'imagination. Gómara, est plus modeste :

  • 14 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 210.

"Les nôtres s'enfuirent en les voyant ; il s'agissait d'hommes plus grands que des Allemands, avec d'énormes pieds car, suivant ce que racontèrent plus tard les Pinzón, ils étaient une fois et demie comme les leurs14."

  • 15 Pascual de Andagoya, Relación de los sucesos de Pedrarias Dávila en las provincias de tierra firme (...)

13Dans une région proche, le Darién, on trouve une autre tribu indienne remarquable, et Pascual de Andagoya, qui en parle, se garde d'exagérer : "et j'en vis certains : à côté d'eux les autres Indiens ressemblaient à des nains" écrit-il, en suggérant simplement qu'on aurait pu penser à des géants15.

***

  • 16 Luis Hernández de Biedma, Relación de la isla de la Florida, por (...), s.d., dans CODOIN, vol. 3, (...)

14Plusieurs documents signalent qu’il y aurait des géants en Floride. L’un de ceux-ci, chef de tribu, a tout particulièrement attiré l’attention. Nous le trouvons mentionné dans la Relación de la Isla de la Florida de Luis Hernández de Biedma ("un Indien si grand que d'après l'opinion générale, c'était un géant16 ") et dans l'Historia de la Florida de l'Inca Garcilaso de la Vega :

  • 17 El Inca Garcilaso de la Vega, La Florida del Inca. Historia del Adelantado Hernando de Soto, gobern (...)

"Ils furent épouvantés par l'apparence de géant qu’avaient le cacique Tascaluza et son fils, qui était comme son père (...)17 ".

15La renommée de ce cacique fut certainement très grande. Le cosmographe Girava le connaissait :

  • 18 lerosme Giraua Tarragonoys, La Situation..., op. cit., p. 166.

"Les hõmes de ceste contree [Chicora] sont de treshaute stature, tellement qu’ilz semblent estre Geans, & au temps quelle fut trouuee, le Roy d’icelle estait merueilleusement grand18."

  • 19 [Capitulación] Con el Licençiado Ayllón / para lo de la Florida, AGI, Indiferente General, leg. 415 (...)

16Une capitulación, signée à Valladolid le 12 juin 1523, intitulée "Avec le Licenciado Ayllón, pour l'affaire de la Floride"19, indique :

"(...) qu'en outre vous avez des renseignements qui disent que la majeure partie de ce pays est dominée par un homme qui a une stature de géant et qu'il s’y trouve des perles et autres choses qu'ils négocient (...)".

  • 20 Real cédula de población, otorgada á los que hicieran descubrimientos en Tierra firme (1521), dans (...)
  • 21 Le palmo ('empan') correspond, environ, à 21 cm.
  • 22 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit. déc. 7, ch. 3, p. 556-557.
  • 23 Álvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios de Alvar Núñez Cabeza de Vaca, y Relación de la Jornada que (...)

17Une Real Cédula de 1521 précise à propos de la Floride : "Et qu'il y a des gens en certaines contrées de ce pays qui mesurent de dix à onze empans de hauteur (...)20 " Ces Indiens mesureraient donc entre 2,10 m et 2,30 m21 ! Mais cette taille extraordinaire serait obtenue par un artifice. C’est ce qu'explique le Licenciado Vázquez de Ayllón à Pietro Martyre. Dès le berceau, on appliquerait "certaines herbes" qui "amollissent” les jeunes os du bébé et, pendant quelques jours, on frotterait avec ces herbes les membres de l'enfant. Avec l'aide d'une nourriture spéciale ingérée par la nourrice et de beaucoup de patience — on recommencerait plusieurs fois l'opération —, on obtiendrait un résultat tout à fait étonnant22. Cela ne semble pas impossible, puisque, nous l'avons vu, les Caribes parvenaient à déformer le front grâce à une planchette. Mais peut-être ne s'agissait-il, en Floride, que de cas isolés. L’illusion n'aurait-elle pas plutôt été créée par certaines réactions peu avouables ? Álvar Núñez Cabeza de Vaca explique, dans ses Naufragios, que la peur pouvait aussi enfanter des géants : "(...) qu'ils fussent grands ou non, notre frayeur les faisait ressembler à des géants (...)23 "

***

  • 24 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 7, ch. 3, p. 210.
  • 25 P. de Castañeda de Nágera, Relation..., op. cit., ch. 9, p. 44.

18La Nouvelle-Espagne a hébergé des hommes d'une taille exceptionnelle. Les traditions y rappellent la lutte des Tlaxcaltèques contre des géants chichimèques en des temps reculés, comme le rapporte le Père José de Acosta24. Mais à l'époque où les Espagnols s'établirent dans le pays, des "géants" furent repérés dans le Nord. Pedro de Castañeda de Nájera, qui narre le voyage de Cíbola, parle d'"un homme qui était si grand, que le plus haut de nos soldats ne lui arrivait qu'à la poitrine" et, ajoute-t-il, "l'on disait que sur cette côte [du Pacifique] il y avait des Indiens encore plus grands25."

  • 26 Capitán Nicolás de Cardona, Memorial del Capitán Nicolás Cardona al Rey, sobre sus descubrimientos (...)
  • 27 Capitán Nicolás de Cardona, Relación del descubrimiento del Reino de la California, por el Capitán (...)
  • 28 Cf. Almirante D. Pedro Porter Casanate, Memorial del Almirante D. Pedro Porter Casanate, al Rey, re (...)

19Une géante est également signalée par le capitaine Nicolás de Cardona dans un Memorial qu'il adresse à son souverain26. Et dans sa Relación, il mentionne une "très grande femme, dont la taille, suivant ce qui fut rapporté, était semblable à celle d'un géant"27. Il y aura ainsi une île de la Géante ("Isla de la Giganta") dans la région28.

  • 29 Fr. R. de Lizárraga, Descripción.... op. cit., liv. 2, ch. 32, p. 146.

20Mais on remarque la présence de tribus de géants dans bien d'autres endroits. Les Indiens Tobas sont des anthropophages qui ne se donnent même pas la peine de rôtir leur viande, dit Fray Reginaldo de Lizárraga, et, précise-t-il : "l'Indien qu'ils attrapent, ils le placent sur leur dos et, en poursuivant les ennemis, peu à peu ils le croquent tout vif, à belles dents"29 ! Or ces Tobas redoutables sont aussi des géants que l'on n'ose approcher. Un Carmélite qui était accompagné par des Indiens Chiriguanos les a cependant aperçus :

  • 30 Ibid., liv. 2, ch. 32, p. 146.

"(...) et que s'il le désirait ils le mèneraient au pays de ces géants. Il voulut les voir et demanda qu'on l'y menât. Il racontait qu'il les avait aperçus depuis une hauteur— mais personne ne se risqua à descendre dans la plaine — et qu'à son avis ils devaient mesurer trois vares et demie ou quatre de hauteur, et que c'étaient de solides gaillards (...)30 "

21La vare mesurant 835,9 mm, ces Indiens auraient donc une taille de 2,93 m à 3,35 m ! Mais on les a vus de loin.

  • 31 Fray Pedro Simón, Noticias Historiales de Venezuela, Estudio preliminar por Demetrio Ramos Pérez, C (...)

22Fray Pedro Simón, lui, évoque une sorte de Polyphème — hermaphrodite de surcroît — qui mesure 5 vares (4,18 m). Et, ajoute-t-il : "seuls son museau et ses dents de devant étaient longs et saillants"31. Hormis cela, il était bien proportionné.

2 - Les explorateurs et les géants

23On ne peut s'étonner de trouver de telles exagérations chez des hommes habitués à entendre parler de géants. L'influence des romans de chevalerie, dont se moquera si aimablement Cervantes, a très certainement joué. Mais les géants sont bien antérieurs à cette littérature dont on faisait si grand cas à l'époque. La mythologie gréco-latine et la tradition populaire ont eu leur part dans cette prolifération d'êtres à la stature extraordinaire. La Bible, elle-même, n'oppose-t-elle pas David à un géant ? Les Philistins de l'Ancien Testament n'avaient rien à envier aux terribles Tobas de Fray Reginaldo de Lizárraga. Nos explorateurs étaient préparés par une longue tradition à retrouver outre-Atlantique ces créatures exceptionnelles qu'ils connaissaient si bien.

  • 32 Frédéric Mauro, Le XVIe siècle européen. Aspects économiques, Paris, P.U.F., 1966, col. "Nouvelle C (...)

24Considérons également que le terme géant est souvent appliqué à des hommes un peu plus grands que la moyenne. Or les habitants du sud de l'Europe pour qui les Allemands et les Hongrois sont des gens très grands, ne devaient pas être d'une taille très élevée. La sous-alimentation, la famine chronique, constatées par de nombreux historiens, avaient des effets certains sur la croissance des individus. L'homme, aux XVe et XVIe siècles, était sensiblement plus petit que de nos jours. Comme le fait remarquer très judicieusement Frédéric Mauro : "nous ne pouvons entrer dans les armures des hommes du XVIe siècle"32. Il n’était donc pas très difficile de voir des géants là où il n'y en avait pas.

25D'ailleurs, de nombreux documents n'emploient pas le mot géant et se bornent à signaler des hommes et des femmes de grande taille. Les termes sont parfois très prudents. On compare les Indiens à des géants sans pour autant en faire de vrais géants.

26Mais l'imagination intervient souvent. Qu'une légende indigène rappelle opportunément qu'il y a fort longtemps des géants se sont établis en tel ou tel endroit, ont combattu tel peuple ou créé telle ville, et les Européens en tirent immédiatement profit. Que des idoles, des statues aux proportions démesurées, soient découvertes — au Mexique ou au Pérou — et c'est une avalanche d'hypothèses, de suppositions, d'affirmations sur des êtres gigantesques qui auraient vécu longtemps auparavant. Des traces remarquées sur une plage suffisent, nous l'avons vu avec Amerigo Vespucci, à déclencher le mécanisme. Dans ces conditions les ossements énormes, prétendument humains, que l'on trouve peuvent constituer des preuves irréfutables.

***

  • 33 Pietro Martyre s'adresse au pape Clément VII (1523-1534), mais la 5e Décade était dédiée à Adrien V (...)

27Car on a découvert une invraisemblable quantité d'os et de dents de géants sur le continent américain. Pietro Martyre, s'adressant au Pape, dans sa 5e Décade33, lui signale, par exemple, que Diego de Ordás a fait une trouvaille d'importance dans l'île Hispaniola :

  • 34 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 9, p. 527-528.

"Or il a trouvé dans le sanctuaire d'un temple l'os de la cuisse d'un géant, qui avait été coupé et était à demi rongé de vétusté. Cet os fut apporté à Vittoria, peu de temps après que Votre Sainteté a quitté cette ville pour se rendre à Rome, par le licencié Ayllon, un des plus savants jurisconsultes qui font partie du sénat d'Hispaniola. J'ai conservé cet os quelques jours chez moi. II mesure en longueur, depuis le col jusqu'à la rotule, cinq coudées [2,09 m]. Sa largeur est en proportion. Envoyés par Cortés dans les montagnes du sud, quelques-uns de ces hommes ont plus tard découvert le pays habité par ces géants. En témoignage de leur découverte, ils ont rapporté plusieurs côtes enlevées aux cadavres34."

  • 35 G. Chinard, L'Exotisme américain..., op. cit., p. 98.

28André Thevet s'intéresse, lui aussi, à ce genre d'objets qu'il collectionne et, comme le dit G. Chinard : "rien n'égale sa joie quand il reçoit quelque pièce rare, ossements d'un prétendu géant, dents de squale ou crocodile empaillé35."

29Bernal Díaz del Castillo raconte dans son Historia Verdadera qu’il a vu des ossements de ces géants de l’ancien temps dont parlent les traditions indigènes :

  • 36 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 78, p. 274.

"(...) et afin que nous voyions quelle était leur grandeur et leur haute taille, ils apportèrent un os, un fémur de l'un d'eux qui était énorme, d'une longueur comparable à la taille d'un homme de bonne stature. Je m'en servis pour me mesurer : il était aussi grand que moi qui suis de bonne taille. Ils apportèrent d'autres morceaux d'os semblables au premier mais qui étaient déjà rongés et détériorés par leur séjour dans la terre. La vue de ces grands ossements nous effraya et nous fûmes persuadés qu’il y avait eu des géants dans ce pays (...)36 "

30Ces "os de géants" faisaient partie de la pharmacopée aztèque. Fray Bernardino de Sahagún explique de quelle manière ils étaient utilisés :

  • 37 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., liv. XI, ch. 7, par. 5, no 147, fo (...)

"On trouve dans ce pays des ossements de géants, sous terre, dans les montagnes. Ils sont énormes et très longs. Un de ces os — ou une partie de celui-ci— réduit en poudre, est bon contre le flux de sang et contre le flux purulent qui ne peuvent être guéris avec d'autres remèdes. On doit le boire avec du cacao, préparé de la manière habituelle37."

  • 38 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 159, p. 141.
  • 39 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 3, p. 245.

31Certains échantillons furent d'ailleurs expédiés par Hernán Cortés à Charles Quint, et ceci est confirmé par Díaz del Castillo : "(...) nous expédions en outre des morceaux d'os de géants trouvés dans un temple de Cuyoacán (...)38 ". Ce qui montre bien l'intérêt qu'attachaient les Espagnols à ces découvertes et le respect qu'avaient les Aztèques pour ces restes. Francisco Cervantes de Salazar précise qu'il y avait parmi les pièces transférées en Espagne "un crâne qui contint plus de deux arrobes d'eau [entre 20 et 32 litres], et nombreux sont ceux qui parlent — moi je ne l'ai pas vu — de quatre arrobes39."

32José de Acosta souligne que ces ossements constituent une preuve de l'existence passée des géants :

  • 40 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 7, ch. 3, p. 210-211.

"Que personne ne s'émerveille ni considère comme une fable cette affaire des géants car on trouve de nos jours des ossements humains d'une incroyable grandeur. Alors que je me trouvais à Mexico, en l'an quatre-vingt-six, on découvrit l'un de ces géants enterré dans l'une de nos propriétés que nous appelons Jésus del Monte, et l'on vint nous en présenter une dent qui, sans exagération, devait être largement aussi grande que le poing d'un homme, et tout le reste était en rapport. Je le vis et fus émerveillé par cette taille extraordinaire40."

33Le P. Bernabé Cobo, lui aussi, a vu une énorme dent qui provenait du Pérou :

  • 41 B. Cobo. Hist.. op. cit., vol. 1. liv. 3, ch. 21, p. 124.

"(...) une personne qui avait beaucoup de curiosité me montra une fois une dent de géant que l'on avait trouvée dans ce royaume du Pérou. Elle était plus grande que le poing et présentait à n'en pas douter, par sa forme et sa configuration, l'aspect d'une dent (...)41 "

  • 42 Cf. le P. Guevara (S. I.), Historia del Paraguay, Río de la Plata y Tucumán, por el P. Guevara de l (...)

34Une autre dent "grande comme le poing" et "à moitié pétrifiée" aurait été trouvée, vers 1740, au Paraguay42.

  • 43 Cf. Charles Darwin, Voyages d'un naturaliste autour du monde, Paris, F. Maspero, 1982, col. "La Déc (...)
  • 44 Cf. Fr. B. J. Feijoo, Teatro Crítico, op. cit., vol. 5, discurso 1 (Regla Matemática de la fe human (...)

35En fait, tous ces chercheurs d'ossements gigantesques découvraient des restes d'animaux préhistoriques qui semblent très nombreux dans certaines régions. Charles Darwin, au cours de son voyage autour du monde en a vu d'énormes quantités dans les pampas argentines43. Mais l'idée que ces ossements étaient ceux d'anciennes races de géants a prévalu44.

36Un gisement particulièrement remarquable avait été repéré dès les premiers temps de la Conquista, sur la côte du Pacifique, en Amérique du Sud : c'est celui de la Punta de Santa Elena.

3 - Les géants de Santa Elena

37La Punta de Santa Elena qui se trouve au nord du golfe de Guayaquil, en Équateur, est ainsi décrite par Antonio de Alcedo :

  • 45 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 2, art. "Elena (Punta de Santa)", p. 37-38.

"(...) c'est une langue de terre, une pointe de la côte, qui entre dans la mer sur la distance d’une lieue. Elle s'appelle ainsi car elle fut découverte par Francisco Pizarro le jour dédié à cette sainte, en l'an 1525 (...)45 "

38Pedro de Cieza de León est certainement le premier chroniqueur qui ait rapporté le mythe des géants de Santa Elena. Il consacre le chapitre 52 de sa Crónica del Perú à cette tradition et raconte que ces géants — d'après les récits indigènes — seraient arrivés sur des embarcations de jonc et, à cause du manque d'eau, auraient creusé de grands puits. Ils ne portaient pas de barbe, allaient nus ou vêtus de peaux de bêtes. Ils n'amenaient aucune femme. Comme ils avalaient une énorme quantité de nourriture ils devaient pêcher beaucoup pour pouvoir manger. Les indigènes qui se voyaient privés de leurs épouses, enlevées puis tuées, combattaient ces intrus sanguinaires. Au bout de quelques années, les géants, manquant de femmes, se seraient adonnés à la sodomie et Dieu les aurait châtiés :

  • 46 Pedro de Cieza de León, La crónica del Perú, Edición de Manuel Ballesteros, Madrid, Historia 16, 19 (...)

"Et l'on dit ainsi qu'alors qu'ils se vautraient tous dans leur maudite sodomie, un feu effrayant et épouvantable descendit du ciel avec grand fracas. Un ange resplendissant en sortit, portant un glaive tranchant et éblouissant avec lequel il les tua tous d'un seul coup. Puis le feu les consuma et il ne resta que des crânes et des ossements que Dieu voulut sauver du feu afin qu'il restât un témoignage de ce châtiment. Voilà ce que l'on raconte sur les géants et nous croyons que cela s'est bien passé ainsi parce que dans la région dont on parle on a trouvé, et l'on trouve, des ossements démesurés. J'ai appris de la bouche d'Espagnols qui ont vu des morceaux de dent, qu'à leur avis, si elle avait été entière, elle aurait pesé plus d'une demi-livre carnassière [517g.]. Ils racontaient aussi qu'ils avaient vu un morceau de tibia qui surprend par sa taille énorme, ce qui prouve que les événements se sont bien produits (...)46 "

  • 47 Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 9, (...)

39L'Inca Garcilaso de la Vega reprend longuement le récit de Cieza de León dans la première partie de ses Comentarios Reales puis signale d'autres découvertes d'ossements en Nouvelle-Espagne et conclut que tous ces restes trouvés en des endroits si différents pourraient bien correspondre à une même race de géants : "et ils pourraient bien être tous de la même sorte"47.

40Au début, l'information donnée par les Indiens a été mise en doute. Les conquistadores se montraient réticents. Mais les "preuves" de l'existence des géants apparurent bientôt. Agustín de Zárate explique cela dans son Historia :

  • 48 A. de Zárate, Hist. del descubr., op. cit., liv. 1, ch. 5, p. 121.

"Et malgré tout cela on n'accorda jamais entièrement créance à ce que les Indiens racontaient à propos des géants jusqu'au jour où le vice-gouverneur de Puerto-Viejo, le capitaine Juan Olmos, originaire de Trujillo, ayant entendu parler de tout cela, fit creuser dans cette vallée, en l'an 1543. On y trouva de grandes côtes et d'autres ossements qui, si l'on n'avait découvert les têtes à proximité, n'auraient pu être tenus pour humains. Et ainsi avec cette découverte et la présence des traces de la foudre sur les rochers, on tint pour vrai ce que les Indiens racontaient, et l'on envoya en divers endroits du Pérou quelques-unes des dents qui furent trouvées là-bas, dont chacune avait trois doigts de largeur et quatre de longueur48."

  • 49 Descripción de la Gobernación de Guayaquil, en lo natural, dans CODOIN, vol. 9, p. 247-309. Cf., en (...)
  • 50 Diego de Trujillo, Relación del descubrimiento del Reyno del Perú que hizo Diego de Trujillo en com (...)
  • 51 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 277.
  • 52 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 1, Descripción de las Indias Occidentale (...)
  • 53 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 1, ch. 19, p. 31.
  • 54 Fr. R. de Lizárraga, Descripción, op. cit., liv. 1, ch. 4, p. 5 et liv. 2, ch. 30, p. 143.
  • 55 B. Cobo, Hist., op. cit., liv. 12, ch. 1, p. 56-58.
  • 56 Juan de Velasco, Description du royaume de Quito (1ère partie), dans Nouvelles Annales des Voyages,(...)
  • 57 Francesco Carletti, Ragionamenti del mio viaggio intorno al mondo (1594-1606), dans Viaggiatori del (...)

41Les géants de Santa Elena sont mentionnés dans de nombreux documents. Une Descripción de la Gobernación de Guayaquil, rappelle le mythe et signale l'énorme quantité d'ossements que l'on découvre49. Diego de Trujillo50, Francisco López de Gómara51, Antonio de Herrera52, José de Acosta53, Fray Reginaldo de Lizárraga54, Bernabé Cobo55 et Juan de Velasco56 s'intéressent à cette affaire qui a eu un grand retentissement. Le voyageur italien Francesco Carletti, qui se trouvait à Lima en 1595, indique dans le récit de son voyage, qu'il a vu une dent ("grande comme le poing") et un os — d'une jambe — très long ("plus grand qu'un homme de taille moyenne"). Il dit, lui aussi, son étonnement57.

42La renommée des géants de Santa Elena fut donc immense, et l'on voit comment un mythe indigène, que des "preuves" rendaient crédible, a pu marquer profondément les conquistadores et les colons qui s'établirent au Pérou. Les géants de Santa Elena n'existaient plus, mais d'autres géants, bien vivants ceux-là, avaient été aperçus ailleurs.

4 - Les Pygmées américains

43Si les géants sont remarquables à cause de leur taille, d'autres créatures, les Pygmées ne le sont pas moins, et pour des raisons identiques. On pourrait être surpris de rencontrer des Pygmées outre-Atlantique alors que traditionnellement on les plaçait en Afrique ou en Asie. Mais l'Amérique est un monde nouveau où tout est possible. Et l’on y aperçoit des hommes de petite taille, qui, rapidement, seront appelés Pygmées.

  • 58 P. Guevara, Hist., op. cit., liv. 1, part. 1, par. 3, p. 8.

44Ces "réductions de la Nature qui aspirent à être des hommes et ne peuvent sortir de leur condition d'embryons" — suivant les termes employés par le Jésuite Guevara58 — ont été vus en divers endroits du continent américain.

  • 59 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 4, p. 43.

45D'après Ruy Díaz de Guzmán, on en trouve au Paraguay où ces êtres seraient, de surcroît, troglodytes ("pygmées qui vivent sous terre")59. Hernando de Ribera, qui connaît bien la région, les présente comme des ennemis d'une tribu d'Amazones :

  • 60 Hernando de Ribera, Relación, dans Historiadores Primitivos de Indias, t. 1, op. cit., p. 598. Nous (...)

"(...) et qu'avant d'arriver chez cette nation d'indiens — des gens très petits — qui doivent — tout comme ceux qui l'informèrent — lutter et subir la guerre que leur font lesdites femmes (...)60 "

46Dans une Relaçión, manuscrite, du début du XVIIe siècle, on apprend qu'un peuple de nains existe au Paraguay :

  • 61 Relaçión que se va tomando para el descubrimiento de los Moxos, AGI, Audiencia de Charcas, leg. 21, (...)

"(...) ils indiquaient qu'il y avait une nation de gens de petite taille, et cela faisait dix mois que j'avais reçu une lettre d'un père de la Compagnie de la province du Paraguay qui me demandait de lui signaler si par ici nous étions informés de l'existence d'une nation de nains (...)61 "

47On en a vu également au Pérou, dans la vallée de Chincha où, indique Cieza de León :

  • 62 P. de Cieza de León, La crónica del Perú, op. cit., ch. 74, p. 292.

"(...) ils trouvèrent beaucoup de gens qui avaient un corps si petit que le plus grand mesurait à peine plus de deux coudées (...)62 "

  • 63 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 11, déc. 5, liv. 6, ch. 12, p. 75.

48Ce qui donne, pour le plus grand 83,6 cm ! Cette information se retrouve chez Antonio de Herrera, qui précise cependant que ces indications ont été fournies par les indigènes63.

49Juan de Castellanos les rapetisse encore :

"Pas très loin des Andes
Ils firent prisonniers un mâle et une femelle
De ces Pygmées si renommés."

50La femme est ensuite présentée de la façon suivante :

  • 64 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., parte 3, Elegía a Benalcázar, canto 2, p. 455.

"(...) Bien proportionnée dans les limites de sa taille,
Avec un visage qui, de plus, était parfait,
Et telle, qu'elle était loin d'être laide
Avec sa stature d'un peu plus d’une coudée64."

  • 65 Ibid, p. 455, n. 2.
  • 66 B. Cobo, Hist., op. cit., liv. XI, ch. 3, p. 14.
  • 67 Fr. P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., vol. 1, 1a Noticia Historial, ch. 2, p. 31.

51Ce qui correspond — approximativement — à une taille ridicule de 50 cm ! Nos témoins sont vraiment très crédules, ou ne reculent devant aucun effet. D'ailleurs, une remarque de Pablo Sarmiento, écrite en marge de ce texte, nie absolument l'information : "Ce n'est pas vrai, car j'y étais et Juan Álvarez Maldonado se trouvait à Lima65 ". Le même récit apparaît chez Bernabé Cobo, qui diminue encore la taille de ces Pygmées ("on trouva deux Pygmées pas plus hauts qu'une coudée66 ") et chez Fray Pedro Simón ("avec deux Pygmées, un mâle et une femelle, pas plus hauts qu'une coudée67 ").

  • 68 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales..., op. cit., ch. 10, p. 350.

52Humboldt, qui a trouvé des "Indiens nains et blanchâtres" dans la région de l'Orénoque, leur attribue la taille moyenne de "quatre pieds sept pouces à quatre pieds huit pouces [1,35 m à 1,40 m]"68. Nicolas Federmann avait déjà remarqué — dans le récit de son premier voyage au Venezuela — une tribu d'indiens (Ayamanes) de petite taille, mais il ne les qualifie pas de Pygmées :

  • 69 N. Federmann, dans Alemanes en América, op. cit., ch. 5, p. 65.

"Quoique cette nation des Ayamanes soit presque entièrement constituée de nains, je rencontrai toutefois beaucoup d'individus, hommes et femmes de taille ordinaire69."

53Il ajoute cependant que, suivant des renseignements obtenus auprès des indigènes, plus loin, existe une tribu de nains ("enanos").

  • 70 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 4, p. 94 (art. "Tomina").

54Nous retrouvons la même prudence chez Antonio de Alcedo qui, évoquant les Indiens de la ville de Tomina, au Pérou, écrit : "On remarque la difformité des indigènes qui semblent des pygmées tant ils sont petits"70.

  • 71 Cité par G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., I, ch. 10, p. 291.
  • 72 J. Cartier, Voyages de J. Cartier..., op. cit., 2e voyage, p. 175.

55Pour André Thevet, par contre, il existe une province des "Pygmées" en Amérique du Nord71. Et Jacques Cartier, rappelant les propos tenus par le chef indien Donnacona, signale l'existence d'un pays de "Picquenyans"72.

  • 73 P. Pierre François-Xavier de Charlevoix, Histoire et description générale de la Nouvelle France, op (...)

56Des indications plus précises sur les Pygmées furent données "par une jeune esclave de la Nation des Eskimaux, qui fut prise en 1717 & menée chez M. de Courtemanche à la Côte de Labrador, où elle étoit encore en 1720 lorsque j'arrivai à Quebec", écrit le P. Charlevoix73. Cette esclave a l'air d’être fort bien renseignée :

  • 74 Ibid., t. 1, liv. l, p. 27-28.

"L’Esclave parla des Pygmées, qui sont, dit-elle, une Nation particuliere, n’ont pas plus de trois pieds de haut [0,97 m], & sont d'une extrême grosseur. Leurs Femmes, ajoûta-t'elle, sont encore plus petites, & il n'est point au Monde de Peuple plus malheureux : les Eskimaux, dont ils sont Esclaves, les traitent fort durement, & prétendent leur faire une grace fort signalée, quand ils leur donnent un peu d'eau douce à boire74."

  • 75 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., vol. 2, p. 55 (art. ''Esquimaux'').

57Signalons aussi qu'Alcedo place près de la baie d'Hudson "une race d'hommes très petits qui avaient la tête carrée"75.

***

  • 76 J. de Mandavila, Libro..., op. cit., liv. 2, ch. 55, p. 136-137.

58Les explorateurs ont certainement vu ou entendu parler de tribus composées d'individus de petite taille ; les renseignements ne manquent pas à ce sujet. Du Nord au Sud de l'Amérique on a dû constater le fait. Or, certains documents donnent le nom de Pygmées à ces êtres extraordinaires. C'est là qu'apparaît tout le poids des légendes médiévales. Jean de Mandeville avait consacré un chapitre de son récit de voyage aux fameux Pigneos : "D'un pays où les hommes sont très petits et où les grues se battent contre eux76." Il ne faisait d'ailleurs que reprendre une vieille tradition qui nous mène, inévitablement, jusqu'à Homère. Celui-ci, dans le troisième chant de l'Iliade, parle des Troyens qui poussent des cris, et il indique :

  • 77 Homère, L'Iliade, Traduction, introduction et notes par Eugène Lasserre (...), Paris, Garnier-Flamm (...)

"(...) ainsi crient les grues sous le ciel, quand, fuyant l'hiver et les pluies incessantes, en criant elles volent vers le cours de l'Océan, portant aux Pygmées le meurtre et la mort77."

  • 78 Pline l'Ancien [Caius Plinius Secundus], Histoire naturelle, Trad. E. Littré, Paris, Firmin Didot, (...)
  • 79 Cité par E. Charton, Vovageurs..., vol. 1, t. 1, p. 160.
  • 80 Cf Edouard Garnier, Les Nains et les Géants, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1884, bibliothèque d (...)

59Cette fable réapparaîtra souvent. Pline l'Ancien signale, par exemple, que "la nation des Pygmées a une trêve par le départ des grues, qui (...) leur font la guerre"78. La petite taille des Pygmées — deux coudées pour les plus grands, dit Ctésias79 — permettait de les opposer à des oiseaux. Pour Ptolémée, les Pygmées d'Homère ne sont que les Péchiniens, un peuple d'Ethiopie80. Et l'on s'aperçoit qu'il existe un rapport évident entre ces Péchiniens et les Picquenyans de Jacques Cartier.

  • 81 Voir l'étude de cartes géographiques proposée dans l'appendice no 2 du texte dactylographié de notr (...)

60Les Européens ont donc transformé la réalité américaine pour l'adapter à leurs propres traditions. Et les Indiens de petite taille sont très souvent devenus des Pygmées. La cartographie reflète aussi cette vision du Nouveau Monde. Nous avons retrouvé 4 fois des Pygmées sur des cartes représentant l'Amérique du Nord (en 1550, 1562, 1566 et 1572), et 2 autres fois, placés au Groenland (en 1569 et 1585)81.

***

61Les explorateurs, arrivant sur des terres inconnues, se sont naturellement comparés aux autochtones. Les indigènes qui se distinguaient par leur taille, moindre ou plus élevée, ont immédiatement attiré leur attention. C'est ainsi que sont apparues des nations de "Pygmées" ou de "géants". Mais l'influence des mythes et des légendes a été déterminante dans plusieurs cas. Les géants de Santa Elena ou de la Nouvelle-Espagne étaient aussi le produit de croyances indigènes, et les Pygmées du Moyen Âge et de l'Antiquité se sont opportunément transportés en Amérique. Il faut bien convenir —cette fois encore — que la perception de la réalité s'est trouvée modifiée par l'intervention de l'imaginaire.

No 7 - Le cap "Ste Helene” (Punta de Santa Elena) au nord de la "Baye de Guayaquil", sur une carte de Guillaume de l'Isle (Amsterdam, 1726).

Notes

1 Cet opuscule imprimé à Cordoue ("Con licencia : En Córdoba en la Imprenta de Don Rafael Garcia Rodriguez y Cuenca, Calle de la Libreria.'') n'est pas daté. Cependant certains indices nous permettent de croire qu'il a été réalisé dans les dernières années du XVIIIe siècle. Il est conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris sous la cote Rés Y2.1049. C'est une traduction assez fidèle du début du Voyage à Brobdingnag de Jonathan Swift. Cf. J. Swift, Voyages de Gulliver, Traduit et annoté par Jacques Pons d'après l'édition de Emile Pons, Préface de Maurice Pons, Paris, Gallimard 1964-1976, col. "Folio'' no 597, part. 2, ch. 1, p. 111-193. Signalons qu'une Historia del descubrimierito de las tierras de los Gigantes se trouve également à la Bibliothèque Nationale de Paris sous la cote Rés.Y2 1071

2 Cf. A. Vespucio, Segunda Navegación, op. cit., p. 157.

3 Ibid. p. 157.

4 Ibid. p. 157-158.

5 Ibid., p. 158.

6 Cf. Homère, L'Odyssée, op. cit., chant IX, p. 127-141.

7 Americ Vespuce [Amerigo Vespucci], Lettre du 18 juillet 1500 à Laurent di Pier Francesco de Medicis attribuée à Vespuce, Texte de Vaglienti, Recension de Bandini 1745 (Sources : Chapitre IV et no 128-131), dans Henry Vignaud, Americ Vespuce, 1451-1512, Sa bibliographie – Sa vie – Ses voyages – Ses découvertes – L'attribution de son nom à l'Amérique – Ses relations authentiques et contestées, par (...), Paris, Ernest Leroux, éditeur, 1917, Recueil de Voyages et de Documents pour servir à l'Histoire de la Géographie. Depuis le XIII" jusqu'à la fin du XVIe siècle, p. 399.

8 Luis de Camoens, Les Lusiades ou Les Portugais, Poème en dix chants, par Camoens. Traduction de J.-B.-J. Millié, revue, corrigée et annotée par M. Dubeux de la Bibliothèque Royale ; Précédées d'une Notice sur la vie et les ouvrages de Camoens, par M. Charles Magnin, membre de l'Institut, Paris, Charpentier, libraire-éditeur (...), 1844, chant 5e, p. 166-170.

9 Lo que vos el Liçençiado Rodrigo de Figueroa que bais por nuestro Juez de Residencia a/la ysla Spañola auéis de sauer para vuestra ynformaçión para lo que toca a la manera de los yndios,/y lo que auéis de hazer en esse camino que yo os mando yr en los cargos que llenáis es lo sigujente (Çaragoça, 9-XII-15I8). Ce document se trouve à l'AGI, Indiferente General, leg. 415, liv. 2, fol. 19 r°-25 v°
Il y est dit en marge (fol. 22 v°) : "
Que los yndios barbudos/y gigantes estén como los otros."
Et le texte indique (fol. 22 v°) :
"Yten como beréis a la dicha ysla spanola se an traído / yndios de los Barbudos y Gigantes e de los otros yndios
que / dizen que no son caribes ni pueden ni deuen ser esclauos/y los tienen los vezinos de la dicha ysla como naborias de casa. E mi voluntad es que a éstos no se haga mas agrauio que / a los otros naturales de la dicha ysla. Proueed como queden / y estén de la manera que los otros naturales de la dicha isla / estvuieren."

10 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., II, liv. 2, ch. 2, p. 11.

11 A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 32 (55), p. 134.

12 "parecían ser de gigantes". Cf. Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., II, liv. 2, ch. 16, p. 46.

13 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. l, ch.9, p. 109-110.

14 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 210.

15 Pascual de Andagoya, Relación de los sucesos de Pedrarias Dávila en las provincias de tierra firme o Castilla del Oro, y de lo ocurrido en el descubrimiento de la mar del Sur y costas del Perú y Nicaragua, escrita por el adelantado Pascual de Andagoya, dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 2, p. 243.

16 Luis Hernández de Biedma, Relación de la isla de la Florida, por (...), s.d., dans CODOIN, vol. 3, p. 423. Une traduction française de ce texte, sous le titre Relation de ce qui arriva pendant le voyage du capitaine Soto, et détails sur la nature du pays qu'il parcourut, se trouve dans H. Ternaux-Compans, Voyages, relations..., op. cit., vol. 20, p. 51-106.

17 El Inca Garcilaso de la Vega, La Florida del Inca. Historia del Adelantado Hernando de Soto, gobernador y capitán general del reino de la Florida, y de otros heróicos caballeros españoles e indios, escrita por el Inca Garcilaso de la Vega, Capitán de su Majestad, natural de la gran Ciudad del Cozco, Cabeza de los reinos v provincias del Perú, dans Obras Completas vol. 1, liv. 6, ch. 19, p. 517.

18 lerosme Giraua Tarragonoys, La Situation..., op. cit., p. 166.

19 [Capitulación] Con el Licençiado Ayllón / para lo de la Florida, AGI, Indiferente General, leg. 415, liv. 1, fol. 32 r°-37 r°

20 Real cédula de población, otorgada á los que hicieran descubrimientos en Tierra firme (1521), dans CODOIN, vol. 2, p. 560.

21 Le palmo ('empan') correspond, environ, à 21 cm.

22 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit. déc. 7, ch. 3, p. 556-557.

23 Álvar Núñez Cabeza de Vaca, Naufragios de Alvar Núñez Cabeza de Vaca, y Relación de la Jornada que hizo a la Florida con el Adelantado Pánfilo de Narváez, dans Historiadores Primitivos de Indias, op. cit., t. 1, ch. 11, p. 526.

24 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 7, ch. 3, p. 210.

25 P. de Castañeda de Nágera, Relation..., op. cit., ch. 9, p. 44.

26 Capitán Nicolás de Cardona, Memorial del Capitán Nicolás Cardona al Rey, sobre sus descubrimientos y servicios en la California (XVIIè s.), dans CODOIN, vol. 9, p. 54.

27 Capitán Nicolás de Cardona, Relación del descubrimiento del Reino de la California, por el Capitán y Cabo Nicolás de Cardona, (XVIIè s.), dans CODOIN, vol. 9, p. 32.

28 Cf. Almirante D. Pedro Porter Casanate, Memorial del Almirante D. Pedro Porter Casanate, al Rey, recomendando una nueva espedicion á la California para adquirir más noticias sobre tan importante territorio, dans CODOIN, vol. 9, p. 24. Ce texte est du XVIIe siècle.

29 Fr. R. de Lizárraga, Descripción.... op. cit., liv. 2, ch. 32, p. 146.

30 Ibid., liv. 2, ch. 32, p. 146.

31 Fray Pedro Simón, Noticias Historiales de Venezuela, Estudio preliminar por Demetrio Ramos Pérez, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 1963, Biblioteca de la Academia Nacional de la Historia, no 66 et 67, Fuentes para la Historia Colonial de Venezuela (2 vol. ), vol. 1,1a Noticia Historial, ch. 3, p. 32.

32 Frédéric Mauro, Le XVIe siècle européen. Aspects économiques, Paris, P.U.F., 1966, col. "Nouvelle Clio – L'Histoire et ses problèmes" no 32, 2e part., ch. 2, par. 2, p. 177.

33 Pietro Martyre s'adresse au pape Clément VII (1523-1534), mais la 5e Décade était dédiée à Adrien VI, qui ne fut pape qu'un an (1522-1523).

34 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 9, p. 527-528.

35 G. Chinard, L'Exotisme américain..., op. cit., p. 98.

36 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 78, p. 274.

37 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen. (Ms. Codex de Florence), op. cit., liv. XI, ch. 7, par. 5, no 147, fol. 179 r° Un dessin d'os sectionné accompagne ce passage.

38 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 159, p. 141.

39 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 3, p. 245.

40 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 7, ch. 3, p. 210-211.

41 B. Cobo. Hist.. op. cit., vol. 1. liv. 3, ch. 21, p. 124.

42 Cf. le P. Guevara (S. I.), Historia del Paraguay, Río de la Plata y Tucumán, por el P. Guevara de la Compañía de Jesús [XVIII s.], dans CDA, II, 2, liv. I, part. 2, par. 3, p. 52.

43 Cf. Charles Darwin, Voyages d'un naturaliste autour du monde, Paris, F. Maspero, 1982, col. "La Découverte", no 44-45 (2 vol. ), vol. 1, ch. 5, p. 90-95. Nous avons retrouvé à l’AGI, dans la section Mapas y Planos, Buenos Aires no 248, un dessin de l'année 1787, qui porte la légende : "Copia del Esqueleto de un Animal desconocido, [Megaterio] que se halló soterrado en la barranca del Rio Luxan". Ce dessin mesure 52 x 36 cm. Nous l'avons reproduit dans notre thèse (texte dactylographié), vol. 1, p. 168/169.

44 Cf. Fr. B. J. Feijoo, Teatro Crítico, op. cit., vol. 5, discurso 1 (Regla Matemática de la fe humana), par. XII, p. 152-153.

45 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 2, art. "Elena (Punta de Santa)", p. 37-38.

46 Pedro de Cieza de León, La crónica del Perú, Edición de Manuel Ballesteros, Madrid, Historia 16, 1984(2e éd.), ch. 52, p. 232-233.

47 Inca Garcilaso de la Vega, Primera Parte de los Comentarios Reales de los Incas, op. cit., liv. 9, ch. 9, p. 346.

48 A. de Zárate, Hist. del descubr., op. cit., liv. 1, ch. 5, p. 121.

49 Descripción de la Gobernación de Guayaquil, en lo natural, dans CODOIN, vol. 9, p. 247-309. Cf., en particulier, p. 273.

50 Diego de Trujillo, Relación del descubrimiento del Reyno del Perú que hizo Diego de Trujillo en compañía del Gobernador Don Francisco Pizarro y otros capitanes desde que llegaron a Panamá el año de 1530, en que refieren todas las derrotas y sucesos hasta el día 15 de abril de 1571 (1571), dans Biblioteca Peruana,1a Serie, op. cit., vol. 2, p. 16. Cf. également la n. 48 (p. 56-57) où sont analysés divers témoignages de chroniqueurs.

51 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., I, p. 277.

52 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 1, Descripción de las Indias Occidentales, ch. 17, p. 131-132 et vol. 10, déc. 5, liv. 3, ch. 1, p. 162-163.

53 J. de Acosta, Hist. Nat., op. cit., liv. 1, ch. 19, p. 31.

54 Fr. R. de Lizárraga, Descripción, op. cit., liv. 1, ch. 4, p. 5 et liv. 2, ch. 30, p. 143.

55 B. Cobo, Hist., op. cit., liv. 12, ch. 1, p. 56-58.

56 Juan de Velasco, Description du royaume de Quito (1ère partie), dans Nouvelles Annales des Voyages, vol. 83 (1839), p. 151.

57 Francesco Carletti, Ragionamenti del mio viaggio intorno al mondo (1594-1606), dans Viaggiatori del Seicento, a cura di Marziano Guglielminetti, Torino, Unione Tipografico-Editrice Torinese, 1969 (1ère éd. 1967), Quarto Ragionamiento Dell'Indie Occidentali, p. 95-96.

58 P. Guevara, Hist., op. cit., liv. 1, part. 1, par. 3, p. 8.

59 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 4, p. 43.

60 Hernando de Ribera, Relación, dans Historiadores Primitivos de Indias, t. 1, op. cit., p. 598. Nous nous référerons dorénavant à cette édition. Le P. Charlevoix a publié ce texte avec une trad. française dans son Histoire du Paraguay, t. 1, p. 1-10.

61 Relaçión que se va tomando para el descubrimiento de los Moxos, AGI, Audiencia de Charcas, leg. 21, fol. 14 v° Il s'agit de l'expédition de Gonzalo de Solís Holguín (1617).

62 P. de Cieza de León, La crónica del Perú, op. cit., ch. 74, p. 292.

63 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 11, déc. 5, liv. 6, ch. 12, p. 75.

64 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., parte 3, Elegía a Benalcázar, canto 2, p. 455.

65 Ibid, p. 455, n. 2.

66 B. Cobo, Hist., op. cit., liv. XI, ch. 3, p. 14.

67 Fr. P. Simón, Noticias Historiales..., op. cit., vol. 1, 1a Noticia Historial, ch. 2, p. 31.

68 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales..., op. cit., ch. 10, p. 350.

69 N. Federmann, dans Alemanes en América, op. cit., ch. 5, p. 65.

70 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 4, p. 94 (art. "Tomina").

71 Cité par G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., I, ch. 10, p. 291.

72 J. Cartier, Voyages de J. Cartier..., op. cit., 2e voyage, p. 175.

73 P. Pierre François-Xavier de Charlevoix, Histoire et description générale de la Nouvelle France, op. cit., t. I, liv. 1, p. 26.

74 Ibid., t. 1, liv. l, p. 27-28.

75 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., vol. 2, p. 55 (art. ''Esquimaux'').

76 J. de Mandavila, Libro..., op. cit., liv. 2, ch. 55, p. 136-137.

77 Homère, L'Iliade, Traduction, introduction et notes par Eugène Lasserre (...), Paris, Garnier-Flammarion, 1965, Chant III, p. 61.

78 Pline l'Ancien [Caius Plinius Secundus], Histoire naturelle, Trad. E. Littré, Paris, Firmin Didot, t. 1, liv. 10, par. XXX, p. 401.

79 Cité par E. Charton, Vovageurs..., vol. 1, t. 1, p. 160.

80 Cf Edouard Garnier, Les Nains et les Géants, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1884, bibliothèque des Merveilles, liv. 1, ch. 1, p. 10 :
"‘(...) un siècle plus tard, Ptolémée (liv. IV, ch. VIII) plaçait également en Ethiopie, entre le fleuve Astopodis et les monts Garbates, une race d'hommes de petite stature qu’il appelle Péchiniens, sur lesquels il donne peu ou point de détails, mais qui ne seraient autres que les Pygmées entrevus avant lui."
Cf, également, Abbé Banier, "Dissertation sur les Pygmées. Par M. l'abbé Banier", dans Mémoires de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, Imprimerie Royale, vol. 5 (1729), p. 110.

81 Voir l'étude de cartes géographiques proposée dans l'appendice no 2 du texte dactylographié de notre thèse (vol. 5).

Table des illustrations

Légende No 7 - Le cap "Ste Helene” (Punta de Santa Elena) au nord de la "Baye de Guayaquil", sur une carte de Guillaume de l'Isle (Amsterdam, 1726).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search