Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Deuxième partie : Les premiers accès de l'imagination

Chapitre XI. La Fontaine de Jouvence

Texte intégral

  • 1 "Bonne eau ! bonne terre ! Qui y arrive n'en sort jamais ; car ce pays, c'est le vrai Bimini." Cit (...)

"Gutes Wasser ! Gutes Land ! Wer dort angelangt, verlässt es Nimmermehr den dieses Land Ist das wahre Bimini." (H. Heine, Bimini)1

1 - Juan Ponce de León en Floride

  • 2 F. Morales Padrón, Gran Enciclopedia de España y América, t. IV, op. cit., ch. 6, par. 5, p. 96.

1L'exploration de la mer des Caraïbes fut menée avec passion par Christophe Colomb qui effectua quatre voyages dans cette région. La reconnaissance de la façade atlantique du continent américain commençait. Jean Cabot, en 1497 et 1498, Gaspar et Miguel Corte Real, en 1500-1501 et 1502, Álvares Cabrai et Bastidas, en 1500, furent du premier groupe de découvreurs, avec Ojeda, Amerigo Vespucci, Juan de la Cosa, Pero Alonso Niño, Vicente Yáñez Pinzón, Diego de Lepe... La décennie qui suivit l'arrivée de la première expédition de Colomb fut particulièrement animée et, à ce propos, Francisco Morales Padrón parle, très justement, de "fièvre du voyage"2. De Bristol à Séville, les informations rapportées par Christophe Colomb incitèrent les esprits aventureux à partir à la découverte.

2C'est ainsi que, peu à peu, au fil des années, se dessinèrent les contours des Terres Nouvelles. Et la grande préoccupation des navigateurs fut la recherche du détroit qui les mènerait vers le continent asiatique. Si dans les premiers temps on a pu croire que l'archipel antillais n'était qu'une partie de ces milliers d'îles évoquées par Marco Polo dans le Livre des Merveilles, on s'aperçut assez rapidement — Colomb était une exception — que l'on était encore loin du but. Et la découverte du Pacifique, par Vasco Núñez de Balboa — le 25 septembre 1513 —, ne fut qu'un encouragement supplémentaire à persévérer. D'où les nombreuses tentatives, vers le Nord, vers le Sud, et dans le golfe du Mexique pour découvrir le détroit tant espéré. Magellan ne mettra pourtant pas un terme à ces recherches puisque Verrazano (en 1524), Vázquez de Ayllón (en 1526), ou Cartier (en 1534) cherchaient toujours un passage vers l'Asie.

***

3C'est dans ce contexte de grande activité maritime que se situe l'expédition qui, en 1513, mena Juan Ponce de León en Floride. Celui-ci est officiellement reconnu comme le découvreur de la partie sud-est de l'Amérique du Nord. Et suivant l'habitude très répandue chez les explorateurs, il donna à ce nouveau pays le nom que portait le calendrier le jour de sa découverte ; c'était le temps pascal (Pascua Florida) : il l'appela Florida.

  • 3 Cf. les explications données face à la reproduction de la carte, dans W. P. Cumming, R. A. Skelton (...)

4Mais Ponce de León est-il vraiment le premier Européen qui ait vu les côtes de cette péninsule ? On peut en douter si l'on examine la fameuse carte universelle dessinée par Cantino, en 1502, pour le duc de Ferrare. Ce magnifique document, qui représente les terres connues du continent américain, pose un énorme problème. Au nord-ouest de Cuba (Yssabella) apparaît une masse de terre bien curieuse dont les contours semblent, compte tenu de l'orientation qui lui est donnée, correspondre parfaitement à ceux de la péninsule de Floride. Certains ont pensé y voir une représentation du Yucatán ou un écho de Cuba qui serait ainsi dédoublée. Mais malgré l'erreur manifeste que l'on relève à propos de Terre-Neuve (Terra Del Rey de Portuguall), placée à l'est de la célèbre ligne de démarcation créée en 1493 par la Bulle Inter Cœtera du pape Alexandre VI et repoussée vers l'Ouest par le traité de Tordesillas (4 juin 1494) — il faut bien reconnaître que les terres ont été dessinées avec soin et indiquées avec précision. Cette grande île — ou péninsule — dont on n'aperçoit qu'une partie, légèrement décalée vers l'Ouest, constitue, sans aucun doute, "l'énigme la plus déroutante de cette carte"3. Faut-il voir dans la carte de Cantino la preuve de la découverte de la Floride plus de dix ans avant Juan Ponce de León ? La question est controversée. Aucun document écrit ne permet de l'affirmer. Cependant, si l'on considère que de nombreuses expéditions, dont on n'a nulle trace officielle, ont certainement eu lieu, et que la politique du secret — si bien pratiquée par les Portugais — a pu jouer pleinement en Amérique, on ne peut s'étonner de voir subitement apparaître — avec tant de netteté — sur une carte un pays jusqu’alors ignoré. Ponce de León aurait-il eu vent de l'affaire ? Il n'a pourtant, répétons-le, jamais été question de cette découverte dans aucun document connu.

***

  • 4 Cf. Demetrio Ramos Pérez, "Los Colón y sus pretensiones continentales : los planes sobre Norteamér (...)

5Juan Ponce de León, qui s'embarqua pour Bimini en mars 1513, était, depuis longtemps, sorti de l’anonymat. Il avait accompagné Christophe Colomb dans les Caraïbes, à l'occasion du deuxième voyage de l'Amiral (1493). Puis, devenu lieutenant de Nicolas de Ovando dans l'île Hispaniola (Saint-Domingue), il conçut le projet de coloniser l'île de Boriquén (appelée plus tard San Juan, et actuellement Puerto Rico). La soumission de cette île — où l'on pensait que l'or était abondant — ne se fit pas sans mal et notre capitaine dut lutter contre les indigènes qui s'opposaient obstinément à l’établissement des intrus. Mais il parvint à ses fins et en 1511, trois ans après son arrivée, toute résistance avait cessé. Diego Colón ayant officiellement succédé à son père, Puerto Rico dépendait maintenant de lui et le gouvernement de l'île fut confié — en 1511 — à Juan Cerón et Miguel Díaz4. Ponce de León, dépossédé de sa conquête, demanda alors l'autorisation de s'embarquer pour Bimini, une île qui promettait beaucoup.

6Fray Bartolomé de Las Casas, qui défend la famille Colomb et les Indiens, juge sévèrement l'action de Ponce de León à Saint-Domingue et Puerto Rico, et présente le personnage sous un jour peu favorable :

  • 5 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 3, ch. 20, p. 221.

"Parce qu'étant donné que l'Amiral don Diego Colón l’avait privé du gouvernement de cette île [Puerto Rico] et avait nommé un autre gouverneur à sa place, et qu'il s'était enrichi de la sueur, du sang et des souffrances de tant d'hommes et d'individus qui l’avaient servi, dans cette île [Hispaniola], dans la province de Higuey, comme dans ladite île de Sant Juan, il fut nécessaire, pour que Dieu soulignât la justice et la raison qui avaient inspiré ses actions et avaient soutenu ses efforts, qu’il s'engageât dans cette entreprise, dans cette affaire qui lui donnerait l’occasion de gaspiller le produit de ses vols longuement amassé et, finalement, de périr de male mort5."

  • 6 Capitulación con Joan Ponce de León/sobre el descubrimiento de la ysla Benimj, AGI, Indiferente Gen (...)
  • 7 [Capitulación] Con el dicho Joan Ponce sobre/la dicha ysla Binimi, AGI, Indiferente General, leg. 4 (...)

7Ponce de León va, en effet, engager sa fortune pour mener à bien l’entreprise qu’il envisage. Et, comme d'habitude, la Couronne ne participe pas financièrement aux préparatifs. Il est bien précisé, dans la capitulación signée, au nom du Roi, par Lope de Conchillos — à Burgos, le 3 février 15126 — que tous les frais sont à la charge de l’explorateur : "avec les vaisseaux qu'il vous plairait d'emmener à vos frais". Indication renouvelée dans la deuxième capitulation — Valladolid, 26 septembre 1514 — qui l'autorise à repartir pour coloniser "L'île de Beniny et l'île Florida que vous avez découvertes par Notre ordre"7.

  • 8 D. Ramos Pérez, "Los Colón...”, art. cit., p. 15-24.
  • 9 Ibid., p. 20.
  • 10 Ibid., p. 21. L'île est appelée isla de bermondi. On ne voit que la partie sud de cette terre. L'or (...)
  • 11 D. Ramos Pérez, "Los Colón...", art. cit., p. 20.

8Or, Juan Ponce de León était en compétition avec l’Adelantado Bartolomé Colón, un frère du Découvreur, qui, lui aussi, avait des vues sur Bimini. Il paraît probable, si l'on suit la démonstration de Demetrio Ramos Pérez8, que l'octroi d’une autorisation à Ponce de León ne soit que l’une des facettes du différend qui opposait la famille Colón à la Couronne. Celle-ci, désireuse de limiter les ambitions des héritiers de l'Amiral, aurait placé son pion — Ponce de León — dans une zone stratégique. L'île de Bimini, que l'on situait au nord des Grandes Antilles, pouvait, croyait-on, contrôler le détroit que l’on pensait découvrir dans cette région9. Une carte qui accompagnait l'édition de la première Décade de Pietro Martyre (Séville, 1511), présente, en effet, Bimini comme une grande île (?) située au nord de Cuba10. Le titre d'Adelantado de Bimini et de la Floride concédé à Ponce de León pourrait être une preuve supplémentaire du désir manifesté par le pouvoir central d'en faire l'égal de Bartolomé Colón11.

  • 12 Cf. Samuel Eliot Morison, The European discovery of America – The Southern Voyages, A. D. 1492-161 (...)

9Quelles qu'aient été les raisons cachées de la Couronne, Ponce de León obtint sa capitulación. D'ailleurs, ne devait-on pas le récompenser pour tous les services rendus, et ce depuis la guerre contre les Maures du Royaume de Grenade12 ? Il fallait bien le dédommager de la perte du gouvernement de Boriquén qu'il avait dû céder à l'amiral Diego Colón.

  • 13 D. Ramos Pérez, "Los Colón...", art. cit., p. 16.
  • 14 Ibid., p. 16 et n. 23. Cette cédula accompagnait la capitulación (qui concernait Juan Ponce de León (...)
  • 15 Ibid., p. 16.

10Il semble que Juan Ponce de León ait eu des prétentions exagérées dans la demande qu'il adressa au Souverain. Demetrio Ramos Pérez indique à ce sujet : "Il présenta de telles exigences, que la Couronne s’en indigna"13. Dans une cédula royale, signée à Burgos le 23 février 1512, adressée aux Oficiales de l'île Hispaniola14, il est précisé que les découvertes à venir sont moins ardues ("tout ce que l'on peut découvrir maintenant est plus facile à découvrir."), que l'on ne peut accepter de prétentions exorbitantes et que le temps où Christophe Colomb présentait ses exigences est bien révolu15.

  • 16 Ces vaisseaux étaient nommés, Santiago, Santa Maria de Consolación et San Cristóbal. Cf. S. E. Mor (...)

11Quittant, le 3 mars 1513, le port de San Germán (dans l'île de Puerto Rico) avec trois vaisseaux16, accompagné du pilote Antón de Alaminos, bon connaisseur de la mer des Caraïbes, il se dirige vers les Bahamas, à la recherche de la fameuse île de Bimini. Il arrive, le 2 avril, en vue des côtes de Floride où il découvre un fort courant marin : le Gulf Stream. Il suit le littoral vers le sud, longe les Keys, aboutit sur la côte ouest de la péninsule puis se dirige vers le Yucatán (que certains membres de l'équipage prennent pour Cuba). Mais si Ponce de León a découvert le Gulf Stream et la Floride, il n'a pas réussi à se baigner dans la fameuse Fontaine de Jouvence de Bimini.

2 - La Fontaine de Jouvence de Bimini

12Car tel était le but que voulait atteindre notre explorateur qui aurait pu se contenter de la renommée dont il jouissait :

"Il ne voulut jamais prendre de repos
Alors qu'il aurait enfin pu en jouir "

  • 17 J. de Castellanos, Elegías, op. cit., Elegía VI, Canto 7, p. 69.
  • 18 Cf. S. E. Morison, Southern Voy., op. cit., ch. 21, p. 503.

13écrit Juan de Castellanos dans ses Elegías17. Il n'était pourtant pas encore un vieillard, même pour l'époque, puisqu'il n'avait que 39 ans18.

14Les Européens s’étaient établis dans les Antilles une vingtaine d'années auparavant. Ils communiquaient maintenant beaucoup mieux avec les autochtones. Ceux-ci faisaient profiter les nouveaux venus de leur expérience, de leur connaissance de la région et de leurs croyances. Les Espagnols durent recueillir de nombreuses confidences de leurs serviteurs. C'est ainsi que l'on attribue aux indigènes une légende qui aurait décidé Juan Ponce de León à partir pour Bimini. Juan de Castellanos rappelle la genèse de cette expédition :

  • 19 J. de Castellanos, Elegías, op. cit., Elegía VI, Canto 7, p. 69.

"Parmi les plus anciens indigènes,
Il y avait de nombreux Indiens qui parlaient
De Bimini, une île très puissante
Où plusieurs peuples se rendaient,
Attirés par les grandes vertus de sa fontaine,
Où les vieillards se transformaient en jeunes gens
Et où les femmes les plus âgées
Effaçaient leurs rides et leurs cheveux blancs19."

15Puis il souligne l'enthousiasme provoqué par cette nouvelle :

  • 20 Ibid., Elegía VI, Canto 7, p. 69.

"Que de biens, de bijoux et d'objets précieux
Les hommes n'eussent pas vendus pour rajeunir !
(...)
La renommée de cette eau inondait
Tous les conseils et toutes les assemblées.
Et à la seule pensée de sa découverte
Beaucoup de vieillards se sentirent plus jeunes,
Poursuivant cette folle chimère
Sans vouloir prêter attention aux conseils qu'on leur donnait.
Ainsi plusieurs s'engagèrent sur la voie
D'un égarement aussi insensé20."

16Un véritable vent de folie aurait donc soufflé sur les Grandes Antilles. Mais tout en reconnaissant le droit du poète à l'exagération lyrique, il faut bien avouer que ces quelques vers rendent compte du climat d'exaltation qui dut régner dans le microcosme colonial. Car au-delà du mythe, sous-jacent, de l'éternelle jeunesse, apparaissaient des avantages bien réels, comme le suggère Castellanos :

  • 21 Ibid., Elegía VI, Canto 7, p. 69.

"Ah comme il serait riche et puissant
Celui qui pourrait être le roi d'une telle fontaine21 !"

  • 22 Léon X n'est autre que Jean de Médicis. Il fut élu en 1513.

17La légende a fait grand bruit. Dans sa 2e Décade, adressée au pape Léon X22, Pietro Martyre évoque l'affaire avec quelque scepticisme :

  • 23 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 10, p. 218.

"Parmi ces terres est une île nommée par les uns Boinca, par les autres Aganeo, célèbre par une source d'eau courante, qui rend la jeunesse aux vieillards. Que Votre Sainteté ne croie pas que ce soit un propos jeté en l’air et à la légère. C'est très sérieusement qu'on a raconté cette histoire dans toute la cour, à tel point que le peuple tout entier, et même ceux qu'élèvent au-dessus du peuple leur puissance ou leur fortune, tiennent le fait pour avéré. Que si vous me demandez mon avis à ce sujet, je vous répondrai que je n'accorde pas un tel pouvoir à la nature créatrice et je pense que Dieu s'est réservé cette prérogative, tout aussi bien que celle de scruter les cœurs des hommes, ou de permettre à ceux qui n'ont rien l'accès des richesses23."

18Il revient sur le sujet dans sa 7e Décade en invoquant le témoignage précis d'un Indien d'Hispaniola, un serviteur nommé "Antoine" :

  • 24 Ibid., déc. 7, ch. 7, p. 620-621.

"Cet Antoine raconta qu'il avait un père déjà accablé par la vieillesse. Il quitta son île natale, voisine de la Floride, sur le bruit des vertus de cette source, et avec l'espoir de prolonger sa vie. Il avait préparé les provisions nécessaires pour la route. (...) Il partit donc vers cette fontaine désirée. Il alla, fit un séjour, et y but pendant quelque temps, en suivant le régime que lui indiquèrent les baigneurs, et revint avec des forces nouvelles et une virilité renouvelée, car il se maria de nouveau et eut des fils. En témoignage de cette guérison, Antoine présente plusieurs de ses compatriotes des Lucayes qui affirment qu'ils ont connu cet homme presque appesanti par la vieillesse et la décrépitude, puis comme régénéré, fort et robuste24."

  • 25 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 2, liv. 16, ch. 11, p. 102.
  • 26 Ibid., t. 2, liv. 16, ch. 13, p. 105.
  • 27 Ibid., t. 4, liv. 36, ch. 1, p. 320.

19Gonzalo Fernández de Oviedo rappelle plusieurs fois dans son Historia General la légende de la Fontaine de Bimini qu'il qualifie de "mystification"25, "égarement"26 et "chimère trompeuse"27. Et lui aussi confirme son incroyable succès et la multiplicité des témoins :

  • 28 Ibid., t. 2, liv. 16, ch. 11, p. 102.

"Ceci fut tellement divulgué et assuré par les Indiens de cette région, que le capitaine Joan Ponce, ses hommes et ses caravelles errèrent et souffrirent pendant plus de six mois, naviguant d'une île à l'autre à la recherche de cette fontaine28."

***

  • 29 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., t. 3, liv. 15, p. 131.
  • 30 Cité par E. Charton, Voyageurs..., op. cit., vol. 1, t. 1, p. 159.

20Les sources ont toujours fait l'objet de beaucoup d'attention, chez tous les peuples du monde. Ovide, dans le livre XV de ses Métamorphoses, se réfère à plusieurs sources, fleuves ou lacs aux pouvoirs étranges et merveilleux : lacs d'Ethiopie qui rendent fou, fleuve Crathis qui donne aux cheveux "la couleur de l'Ambre et de l'or", fontaine Clitorium, où quiconque a apaisé sa soif "prend le vin en horreur"29. Ctésias, lui, parle d’une "fontaine d'où il coule de temps à autre un vin très-agréable" et d'une fontaine "d'où l'on tire la poix"30.

  • 31 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 14, déc. 7, liv. 3, ch. 13, p. 218.

21Mais en Amérique même, Antonio de Herrera signale l'existence de sources d'eau chaude et curative qui soignent la syphilis ("mal francés") ou guérissent de la stérilité ("Et des femmes qui n'ont jamais enfanté se sont retrouvées enceintes après s'y être baignées")31.

  • 32 La reprinse de la Floride par le Cappitaine Gourgue, dans Henri Ternaux-Compans, Voyages. Relations (...)

22Les Indiens de Floride semblent avoir tenu les "fontaines" en grande estime. Grâce à la relation anonyme intitulée La reprinse de la Floride par le Capitaine Gourgue, nous apprenons, par exemple, qu'une "fontaine guérissoit des fiebvres"32. Et Las Casas évoque dans son Apologética Historia certaines cérémonies pratiquées autour d'elles :

  • 33 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 2, ch. 168, p. 125.

"Ils sacrifient aux fontaines de la manière suivante : ils offrent de nombreuses plumes d'oiseaux de diverses couleurs et les fichent dans le sol autour des fontaines, près de l'eau. Ils y jettent aussi de la farine de maïs avec d'autres poudres jaunes (...)33 "

23Parmi toutes les sources remarquables, il en est une que l'on nomme la Fontaine de Jouvence. Celle-ci fut très célèbre au Moyen Âge. On l'associait parfois à l'Arbre de Vie du Paradis terrestre. Jean de Mandeville l'a, bien entendu, repérée dans l'Inde, et dit même avoir éprouvé ses vertus avec un certain succès :

  • 34 J. de Mandavila, Libro.... op. cit., liv. 2, ch. 1. p. 112.

"Item, au bout de cette forêt se trouve la cité de Plumbea et au dessus de cette cité se trouve une grande montagne appelée Plumbe qui a donné son nom à la cité. Et au pied de cette montagne se trouve une fontaine qui a l'odeur et la saveur de toutes les épices et change d'odeur et de saveur à chaque heure. Et celui qui boit par trois fois de cette eau à jeun se retrouve guéri de n'importe quelle maladie. Et les habitants de l'endroit boivent souvent de cette eau et ainsi ne sont jamais malades. Moi, j'en ai bu trois ou quatre fois et il me semble qu'à présent j'en ressens les bienfaits. Et l'on dit que cette fontaine vient du Paradis et que c'est pour cela que ceux qui boivent quotidiennement de son eau semblent des jeunes gens. Aussi d’aucuns l’appellent-ils Fontaine de Jouvence, pour les raisons susdites34."

24Le souvenir de la Fontaine de Jouvence s'était perpétué. Jean Alfonse de Saintonge en parle, encore, dans sa Cosmographie, et la place dans le Caucase :

  • 35 J. Alfonse de Saintonge, Cosmogr., op. cit., fol. 85 r°, p. 239.

"Et icy es la fontaine Cascose, laquelle l'on dict qu'elle a vertu de toutes sciences et de faire le viel jeune, et aulcuns l'appellent la fontaine de Jouvence35."

  • 36 Cf. Leonardo Olschki, "Ponce de León's Fountain of Youth: History of a Geographic Myth", dans The (...)

25Or nos conquistadores connaissaient bien ce mythe. L'intérêt manifesté par les Indiens pour les sources et les cours d'eau a certainement avivé leur curiosité. Et la Fontaine de Jouvence médiévale a coulé, une nouvelle fois, sous les deux du Nouveau Monde36. L'influence des idées européennes est manifeste : ce sont les Espagnols qui ont parlé de "fontaine", les Indiens, eux, recherchaient un fleuve.

3 - Le fleuve Jordán

26Antonio de Herrera ne se prononce pas sur la nature exacte de la fameuse Fontaine de Bimini. Il emploie les deux termes, "fuente" et "río" en se référant à Ponce de León :

  • 37 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 1, Descripción de las Indias Occidental (...)

"(...) ayant divulgué son intention de rechercher cette fontaine ("fuente") ou ce fleuve ("río") dont les Indiens disaient que les vieillards rajeunissaient lorsqu'ils se lavaient dans ses eaux37."

27Herrera confirme ainsi qu'il était également question d'un fleuve. Hernando de Escalante Fontaneda, qui connaissait bien la Floride où il avait vécu longtemps, prisonnier des indigènes, apporte un témoignage convaincant : la Fontaine de Jouvence est en réalité un fleuve que les Indiens de Cuba recherchaient activement :

  • 38 Licenciado Hernando de Escalante Fontaneda, Memoria de las cosas y Costa y indios de la Florida, q (...)

"Juan Ponce de León partit rechercher le fleuve Jordán en Floride sur la foi des déclarations des Indiens de Cuba et de Santo Domingo ou pour s’occuper ou rechercher la gloire et la fin de sa vie — ce qui est le plus sûr — ou, sinon, pour rajeunir en se lavant dans ce fleuve, et c'est ce qui nous intéresse. Car ce n'étaient là que des rites des Indiens de Cuba et de toute cette région qui accomplissaient ainsi une obligation et disaient que le fleuve Jordán se trouvait en Floride. Moi, du moins, lorsque j'étais captif, je me baignai dans de nombreux cours d’eau mais, pour mon malheur, jamais je ne parvins à le trouver. Il y a fort longtemps, de nombreux Indiens de Cuba débarquèrent dans la province de Carlos pour rechercher ce fleuve, et le père du roi Carlos, qui s'appelait Senquene, les accueillit et les regroupa : leurs descendants s'y trouvent encore aujourd'hui. Animés de la même intention, d'autres quittaient leurs terres et arrivaient pour rechercher le fleuve Jordán38."

  • 39 E. de Gandía, Hist. crít., op. cit., ch. 4, p. 56-57.

28Escalante donne ici de précieuses indications. D'après lui, les Indiens de Cuba franchissaient le canal des Bahamas en quête d'un fleuve qui aurait le pouvoir de rajeunir ceux qui s'y baignent. L'explication de cette croyance, si l'on suit la démonstration d'Enrique de Gandía, paraît assez simple39. Certains arbres peuvent, d'après les indigènes, transmettre leurs vertus curatives aux fleuves qui coulent à proximité. Dans ces conditions, un cours d'eau devient miraculeux. Et les Indiens des Grandes Antilles pensaient trouver le fleuve magique au-delà du détroit.

  • 40 Mircea Eliade, Traité d'Histoire des Religions, Paris, Payot, 1977, "Petite Bibliothèque Payot", n(...)
  • 41 Cf. J. Humbert, "El árbol de la vida...", art. cit. Voir supra (ch. 7).
  • 42 M. Eliade, Traité..., op. cit., ch. 8, par. 109, p. 249.

29L'arbre sacré, comme le précise Mircea Eliade, est une constante des "traditions populaires du monde tout entier"40. Nous en avons déjà eu un exemple avec le fameux palmier moriche du Venezuela signalé par Jules Humbert41. On retrouve l'arbre sacré sous la forme de l'Arbre de Vie, "prototype de toutes les plantes miraculeuses qui ressuscitent les morts, guérissent les maladies ou rendent la jeunesse"42. L'association eau-arbre, que l'on observe dans diverses traditions est fréquente. L'Arbre de Vie n'est-il pas au centre du Paradis biblique, d'où sortent quatre fleuves ?

30Les premières informations recueillies sur la Fontaine de Bimini sont donc, sans aucun doute, d'origine indienne, mais la transformation du fleuve en Fontaine de Vie ou de Jouvence paraît être d'origine européenne.

***

  • 43 Laudonnière écrit : Jourdan. Cf. Laudonnière, L'Histoire notable..., op. cit., p. 39.

31Un fait curieux doit cependant attirer notre attention. Escalante Fontaneda nomme le fleuve : c'est le Río Jordán. On songe inévitablement au fleuve de Palestine dans lequel — d'après la tradition chrétienne — fut baptisé le Christ. La tentation est si grande que les Français l'appellent aussi "Le Jourdain"43. Nous lisons, par exemple, dans un document français de 1565, en provenance de la Floride :

  • 44 Copie d'une lettre venant de la Floride, envoyée à Rouen, et depuis au seigneur d'Eueron ; ensemble (...)

"A vingt-cinq lieues de nostre fort y a une riuiere laquelle se nomme le lourdain, en laquelle se trouue de fort belles peaux de martres sublines, auquel lieu esperons aller auec l'aide de Dieu, auant qu’il soit six sepmaines44."

32L'amalgame entre la tradition indigène et la tradition chrétienne paraît donc avoir eu lieu.

33Pour Antonio de Herrera, qui a bien compris le problème, l'origine du nom est cependant très simple :

  • 45 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 12, p. 328.

"(...) de nos jours encore d'aucuns cherchent à trouver la solution de ce mystère. Et certains pensent, sans raison, qu'il s'agit du fleuve appelé maintenant Jordán, près de la pointe de Santa Elena, sans se rendre compte que ce furent les Castillans qui le baptisèrent ainsi en l'an vingt, lors de la découverte du pays de Chicora45."

34Il ajoute dans sa 2eDécade :

  • 46 Ibid., vol. 5, déc. 2, liv. 10, ch. 6, p. 407. Cette information réapparaît dans le vol. 7, déc. 3, (...)

"(...) fleuve Jordán, parce que Jordán était le nom de l'un des capitaines ou maîtres d’équipage de ces vaisseaux : c'était l'usage, chez les découvreurs, de donner son propre nom aux fleuves et autres lieux, ou bien celui du saint de ce jour-là, ou enfin le nom de son choix46."

35Gonzalo Fernández de Oviedo s'est également penché sur la question et fournit de précieux renseignements :

  • 47 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 2, liv. 21, ch. 9, p. 334.

36"A cause de cela on l'appela Río Jordán, et un autre portant le même nom se trouve par vingt et un degrés, ou presque, au-delà de la ligne équinoxiale. Et quelque ignorant pourra penser que l’un de ceux-ci est celui dans lequel Jésus-Christ Notre Rédempteur fut baptisé. En vérité, je ne sais ce qui a pu inciter à donner ce nom à ces fleuves. Nous savons pourtant, nous, les Chrétiens que le Jourdain ("Jordán") où Notre Sauveur voulut instituer le Très Saint Sacrement du Baptême, se trouve en Judée et fort éloigné de ces Jourdains-là. Ce fut donc une erreur de les nommer ainsi — à moins qu'il n'y eût une raison très valable — car il est faux et mal venu de prétendre qu'ils se trouvent à la même latitude et sur un parallèle commun (...) Il se pourrait que les Chrétiens, lorsqu'ils découvrirent ces fleuves y eussent baptisé quelques Indiens et qu'en souvenir du baptême ils les eussent nommés "Jourdain". C'est peut-être aussi à cause d'une autre raison que j'ignore47."

  • 48 Cf Ángel Rosenblat, El nombre de la Argentina, Buenos Aires, Eudeba, Editorial Universitaria de Bu (...)
  • 49 Ibid., ch. I, p. 10.
    La mappemonde de Johannes Ruysch porte le titre : Universalior Cogniti Orbis Ta (...)

37Fernández de Oviedo avoue ne pas connaître les raisons qui ont poussé les explorateurs à appliquer le nom Jordán à deux fleuves, mais à aucun moment il ne mentionne le marin appelé Jordán qu'Herrera fera intervenir. Il est intéressant de constater qu'il y a eu 2 fleuves Jordán en Amérique, mais l'un semble bien avoir été baptisé ainsi plusieurs années avant l'autre. Chronologiquement, le premier se situe en Amérique du Sud. Ce serait, pour Ángel Rosenblat, l'ancien nom du Río de la Plata dont la découverte remonterait à l'année 150248. Il apparaît en tout cas sur la mappemonde de Johannes Ruysch, qui date de 1508, au nord-est du Brésil49.

  • 50 Voir l'étude que nous proposons en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse.

38Nous avons repéré le Río Jordán plusieurs fois sur des cartes très diverses50, 1 fois dans l'actuelle Patagonie (en 1507), 2 fois sur la côte du Brésil (1508 et 1513), 3 fois à la place qu'occupe l'actuel Río de la Plata (en 1528 et 2 fois en 1534) et 18 fois en Floride (entre 1529 et 1744).

  • 51 Voir supra.

39Il semble donc que l'on ait donné très tôt le nom à un fleuve de la côte atlantique de l'Amérique du Sud, avec toute l'imprécision qui découle de la mauvaise connaissance que l'on avait de celle-ci. Peut-être s'agissait-il, comme le pense A. Rosenblat du Río de la Plata lui-même, puisqu'en 1534 deux cartes en donnent une preuve évidente. Plusieurs années après ce premier Rio Jordán, apparaît celui de Floride. Antonio de Herrera, comme nous l'avons mentionné, croyait que le nom avait été attribué en 152051. Cela ne semble pas impossible car nous ne l'avons jamais remarqué en cet endroit avant 1529.

40Faut-il voir dans le nom Jordán donné à un fleuve — puissant — de l'Amérique du Sud, le souvenir du Paradis terrestre que Christophe Colomb n'hésitait pas à placer dans cette région ? Le Jourdain, fleuve sacré pouvait fort bien s'adapter à la situation avec... beaucoup d'imagination !

41Quant au Río Jordán de Floride, plusieurs hypothèses peuvent être envisagées. On peut imaginer, par exemple, qu'un marin, ayant précédemment participé à l'exploration côtière de l'Amérique du Sud, ait cru bon d’établir une comparaison entre les deux fleuves et, après leur avoir trouvé quelque ressemblance, se soit décidé à leur appliquer le même nom. Il y a, évidemment la possibilité — comme le signalent Herrera et bien d'autres — qu'un capitaine appelé Jordán ait donné son nom au cours d'eau. Mais, à notre avis, c'est plutôt le caractère merveilleux que les Indiens attribuaient à une rivière de Floride qui a été déterminant : le fleuve miraculeux aurait été comparé au Jourdain de Palestine.

42Le Río Jordán a donc pris le relais de la Fontaine de Jouvence qui restait introuvable et prolongé, avec une apparence chrétienne, la légende indigène qui l'avait créé. Le mythe, universel, de l'Eau de Jouvence recouvrait en Floride une double tradition.

No 6 - Lettre de Juan Ponce de León à Charles Quint (10-II-1521). AGI, Patronato, leg. 176, no l, ramo 9, fol. 23 r°.

Notes

1 "Bonne eau ! bonne terre ! Qui y arrive n'en sort jamais ; car ce pays, c'est le vrai Bimini." Cité par Alexandre H. Krappe, La Genèse des Mythes (...), Paris, Payot, 1952, Bibliothèque Scientifique, p. 99. Heine est cité d'après l’éd. Elster (II, 146).

2 F. Morales Padrón, Gran Enciclopedia de España y América, t. IV, op. cit., ch. 6, par. 5, p. 96.

3 Cf. les explications données face à la reproduction de la carte, dans W. P. Cumming, R. A. Skelton, D. B. Quinn, La Découverte de l'Amérique du Nord, op. cit., ch. 2, p. 56-57.

4 Cf. Demetrio Ramos Pérez, "Los Colón y sus pretensiones continentales : los planes sobre Norteamérica, Venezuela, México y Perú", dans Cuadernos Colombinos no 7, Casa-Museo de Colón, Seminario de Historia de América de la Universidad de Valladolid, 1977, p. 15-16.

5 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 3, ch. 20, p. 221.

6 Capitulación con Joan Ponce de León/sobre el descubrimiento de la ysla Benimj, AGI, Indiferente General, leg. 415, vol. 1, fol. 9 r°-ll v° Le texte cité ici est celui de CODOIN, vol. 22, p. 26-32 (Capitulacion con Juan Ponce de Leon sobre el descubrimiento de la Isla de Beniny).

7 [Capitulación] Con el dicho Joan Ponce sobre/la dicha ysla Binimi, AGI, Indiferente General, leg. 415, vol. 1, fol. 11 v°-12 v° Cette copie manuscrite donne la date erronée de 1512, reproduite dans CODOIN (vol. 22, p. 33-37 : Con el dicho Joan Ponce sobre la dicha Ysla Benimy) que nous citons ici. Ponce de León étant parti à la découverte de la Floride en mars 1513, et le document précisant qu'il a déjà découvert la Floride, la date probable du texte est 1514. Le copiste transcrivant à la suite deux textes concernant le même sujet, l'erreur est explicable.

8 D. Ramos Pérez, "Los Colón...”, art. cit., p. 15-24.

9 Ibid., p. 20.

10 Ibid., p. 21. L'île est appelée isla de bermondi. On ne voit que la partie sud de cette terre. L'orientation des côtes représentées est très différente de celle de la carte de Cantino (cf. n. 3).

11 D. Ramos Pérez, "Los Colón...", art. cit., p. 20.

12 Cf. Samuel Eliot Morison, The European discovery of America – The Southern Voyages, A. D. 1492-1616, New York, Oxford University Press, 1974, ch. 21, p. 502. Juan Ponce de León était alors page de Pedro Núñez de Guzmán.

13 D. Ramos Pérez, "Los Colón...", art. cit., p. 16.

14 Ibid., p. 16 et n. 23. Cette cédula accompagnait la capitulación (qui concernait Juan Ponce de León). Elle se trouve à l'AGI, Indiferente General, leg. 418, liv. 3, fol. 252 r°-252 v°

15 Ibid., p. 16.

16 Ces vaisseaux étaient nommés, Santiago, Santa Maria de Consolación et San Cristóbal. Cf. S. E. Morison, Southern Voy., op. cit., ch. 21, p. 506. Voir également A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen. op. cit., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 10, p. 317-318.

17 J. de Castellanos, Elegías, op. cit., Elegía VI, Canto 7, p. 69.

18 Cf. S. E. Morison, Southern Voy., op. cit., ch. 21, p. 503.

19 J. de Castellanos, Elegías, op. cit., Elegía VI, Canto 7, p. 69.

20 Ibid., Elegía VI, Canto 7, p. 69.

21 Ibid., Elegía VI, Canto 7, p. 69.

22 Léon X n'est autre que Jean de Médicis. Il fut élu en 1513.

23 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 10, p. 218.

24 Ibid., déc. 7, ch. 7, p. 620-621.

25 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 2, liv. 16, ch. 11, p. 102.

26 Ibid., t. 2, liv. 16, ch. 13, p. 105.

27 Ibid., t. 4, liv. 36, ch. 1, p. 320.

28 Ibid., t. 2, liv. 16, ch. 11, p. 102.

29 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., t. 3, liv. 15, p. 131.

30 Cité par E. Charton, Voyageurs..., op. cit., vol. 1, t. 1, p. 159.

31 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 14, déc. 7, liv. 3, ch. 13, p. 218.

32 La reprinse de la Floride par le Cappitaine Gourgue, dans Henri Ternaux-Compans, Voyages. Relations..., op. cit., vol. 20, p. 314.

33 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 2, ch. 168, p. 125.

34 J. de Mandavila, Libro.... op. cit., liv. 2, ch. 1. p. 112.

35 J. Alfonse de Saintonge, Cosmogr., op. cit., fol. 85 r°, p. 239.

36 Cf. Leonardo Olschki, "Ponce de León's Fountain of Youth: History of a Geographic Myth", dans The Hispanic American Historical Review, vol. XXI, no 3 (August, 1941), p. 361-385.

37 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 1, Descripción de las Indias Occidentales, p. 51.

38 Licenciado Hernando de Escalante Fontaneda, Memoria de las cosas y Costa y indios de la Florida, que ninguno de cuantos la liait costeado. no lo han sabido declarar, dans CODOIN, vol. 5, p. 536-537. Le même texte, à quelques variantes orthographiques près (par exemple Senquene devient Seuquene), se retrouve dans CODOIN, vol. 10, p. 70-71, sous le titre : Descripcion de las islas de Incayo y de Ahiti, en el canal de Bahama, hecha par el Licenciado De Escalante Fontaneda. Une traduction française existe dans H. Ternaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., vol. 20, p. 9-42 : Hernando d'Escalante Fontanedo [erreur], Mémoire sur la Floride, ses côtes et ses habitants, qu'aucun de ceux qui l'ont visitée n'ont su décrire, par (...).

39 E. de Gandía, Hist. crít., op. cit., ch. 4, p. 56-57.

40 Mircea Eliade, Traité d'Histoire des Religions, Paris, Payot, 1977, "Petite Bibliothèque Payot", no 312, ch. 8, par. 95, p. 229.

41 Cf. J. Humbert, "El árbol de la vida...", art. cit. Voir supra (ch. 7).

42 M. Eliade, Traité..., op. cit., ch. 8, par. 109, p. 249.

43 Laudonnière écrit : Jourdan. Cf. Laudonnière, L'Histoire notable..., op. cit., p. 39.

44 Copie d'une lettre venant de la Floride, envoyée à Rouen, et depuis au seigneur d'Eueron ; ensemble le plan et portraict du fort que les François y ont faict. – A Paris, pour Vincent Norment et leanne Bruneau, en la rue Neufue-Nostre-Dame, à l'Image Sainct-Iean l'Euangeliste. – 1565. Dans H. Ternaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., vol. 20, p. 242.

45 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 3, déc. 1, liv. 9, ch. 12, p. 328.

46 Ibid., vol. 5, déc. 2, liv. 10, ch. 6, p. 407. Cette information réapparaît dans le vol. 7, déc. 3, liv. 8, ch. 8. p. 310.

47 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 2, liv. 21, ch. 9, p. 334.

48 Cf Ángel Rosenblat, El nombre de la Argentina, Buenos Aires, Eudeba, Editorial Universitaria de Buenos Aires, 1964, Biblioteca de América, Libres del Tiempo Nuevo, ch. 1, p. 10.

49 Ibid., ch. I, p. 10.
La mappemonde de Johannes Ruysch porte le titre : Universalior Cogniti Orbis Tabula Ex recentibus confecta observationibus. On la trouve reproduite dans J. Winsor, Narrative..., op. cit., vol. 2, p. 115 et vol. 3, p. 8-9, et dans S. E. Morison, Northern Voy., op. cit., p. 189.

50 Voir l'étude que nous proposons en appendice dans le texte dactylographié de notre thèse.

51 Voir supra.

Table des illustrations

Légende No 6 - Lettre de Juan Ponce de León à Charles Quint (10-II-1521). AGI, Patronato, leg. 176, no l, ramo 9, fol. 23 r°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search