Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Deuxième partie : Les premiers accès de l'imagination

Chapitre X. Les premières Amazones

Texte intégral

1 - Les Amazones de Matinino

1Les Caribes ne furent pas le seul peuple exceptionnel dont l'Amiral entendit parler au cours de son premier voyage dans les Antilles. Une autre île, habitée uniquement par des femmes, lui aurait été signalée par les Indiens. Le 6 janvier 1493, son journal de bord donne l'information suivante :

  • 1 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 146 (Domingo 6 de enero).

"L'on dit aussi que l’Amiral apprit que là-bas, vers l'Est, il y avait une île où il n’y avait que des femmes, et l'on dit qu'il savait cela de la bouche de nombreuses personnes1."

2Il y aurait donc, du côté des Petites Antilles, une île curieusement peuplée. Ces renseignements, comme on le voit, procèdent de plusieurs sources, ce qui nous induit à penser que Christophe Colomb a cherché à obtenir confirmation et à recouper des témoignages. Simple souci de prouver la véracité de ses propos ? Cette précision réapparaît d'ailleurs une semaine plus tard :

  • 2 Ibid., p. 151 (Domingo 13 de enero).

"L'Amiral dit qu'il avait été renseigné sur ces îles [Matinino et Carib] par beaucoup de personnes2."

  • 3 Ibid., p. 159 (Jueves 21 de enero).

3L’île que l'Amiral appelle parfois Isla de las Mujeres (Île des Femmes)3, porte le nom indigène de Matinino :

  • 4 Ibid., p. 151 (Domingo 13 de enero).

"Cet Indien dit de l’île Matinino qu'elle était entièrement peuplée de femmes, qu’il n’y avait aucun homme. Il dit qu'il y a beaucoup de tuob — c'est-à-dire de l'or ou du cuivre ("alambre") — et qu'elle est située à l'est de Carib4."

4Les indications que donne Colomb doivent attirer notre attention car elles montrent que les deux îles — celle des Caribes et celle des Mujeres — sont associées, d'abord géographiquement (on situe l'une par rapport à l'autre), mais aussi dans la légende qui est en train de naître. L'île des Femmes est riche en or, ou tout au moins en un métal (alambre : cuivre ou laiton) qui a une couleur proche de celle de l'or. Il n'est pas indifférent de voir assemblés métal, Caribes et femmes isolées ! Or ce métal est travaillé par les indigènes qui s'en servent pour fabriquer des sortes de cuirasses. Cette information est transmise par l'Amiral qui signale, dans la lettre qu'il adresse, au retour de son premier voyage, à Rafael Sánchez :

  • 5 C. Colón, Caria a R. Sánchez, op. cit., p. 180.

"Ces femmes ne s'occupent à aucune tâche propre à leur sexe car elles utilisent des arcs et des dards, ainsi qu'on l'a signalé pour les précédents [Caribes] et se protègent avec des plaques de cuivre ["cobre"], un métal dont elles disposent en abondance5."

5Précisions également transmises à Luis de Santángel dans la missive qui lui est expédiée à la même époque :

  • 6 C. Colón, Carta al Escribano de Ración..., op. cit., p. 170.

"Elles ne s'adonnent à aucune tâche féminine mais se servent d'arcs et de flèches — comme les susdits utilisent les bambous — et sont armées et protégées par les plaques de cuivre ["alambre"] dont il y a abondance6."

6Hernando Colón fournit, dans son Historia, quelques éléments supplémentaires sur les indications données par un Indien le 13 janvier 1493. L'Amiral qui cherche à découvrir l'île des Caraïbes, questionne un indigène et obtient la réponse suivante :

  • 7 H. Colón, Hist..... op. cit., ch. 36, p. 138-139.

"(...) il montra du doigt et dit que plus loin, vers l'Orient, dans d'autres îles, il y avait des morceaux de guanín ['or de mauvaise qualité'] aussi grands que la moitié de la poupe de la caravelle, et que l'île Matinino était entièrement peuplée de femmes avec lesquelles, à une certaine époque de l'année, les Caribes allaient coucher et que si ensuite elles mettaient au monde des mâles, elles les confiaient à leurs pères afin qu'ils les élevassent7."

7Hernando Colón reproduit, bien entendu, une légende qui a déjà été "digérée". Il faut noter cependant que Christophe Colomb ne parle pas des Amazones, mais suggère simplement la possibilité de leur présence en cet endroit.

8Pietro Martyre, lui, franchit — dans sa première Décade — le pas décisif, mais sous forme de comparaison. Une telle information rappelle inévitablement à notre humaniste les mœurs des Amazones de l'Antiquité. Remarquons toutefois son extrême prudence dans la transmission des données :

  • 8 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 1, ch. 2, p. 25.

"Il paraîtrait que les Cannibales allaient, à de certaines époques de l'année, visiter ces femmes, de même que, d'après les traditions antiques, les Thraces passaient dans l'île de Lesbos habitée par des Amazones. Lorsque les enfants sont sevrés, elles envoient les garçons à leurs pères, mais retiennent les filles : ce n'est pas autrement qu'agissaient les Amazones. On prétend que ces femmes connaissent de grands souterrains où elles se cachent, si quelque homme essaye de les visiter avant l'époque convenue. Si on tente de forcer l'entrée de ces souterrains par violence ou par ruse, elles se défendent à coup de flèches, et elles savent les lancer avec beaucoup d'adresse. C’est du moins ce qu'on raconte. Je vous le répète8."

9Pietro Martyre précise un peu plus tard, dans sa 3e Décade, que le grand responsable de la légende est Christophe Colomb :

  • 9 Ibid., déc. 3, ch. 9, p. 327.

"Si parfois les hommes vont au dehors en expédition, les femmes se défendent elles-mêmes et virilement contre les assaillants. De là, sans doute, s'est accréditée l'opinion qu'il y avait dans cet océan des îles peuplées seulement par des femmes. L'amiral Colomb me le fit croire, et je l'ai répété dans ma première décade9."

10Il tient encore à mettre les choses au point dans sa 7eDécade :

  • 10 Ibid., déc. 7, ch. 8, p. 627.

"Quant à l'île Matinino. à propos de laquelle je n'ai pas dit qu'elle était habitée seulement par des femmes semblables aux Amazones, mais à propos de laquelle j'ai rapporté ce qu'on m'avait raconté, les témoignages, alors comme aujourd'hui, sont encore hésitants10."

11On sent que Pietro Martyre est sur la défensive et qu'il a dû subir maintes critiques à cause de l'audacieuse comparaison qu'il établissait. Il signale d'ailleurs — dans sa 7e Décade — que ses propos ont rencontré beaucoup de scepticisme :

  • 11 Ibid., déc. 7, ch. 9, p. 641.

"J'ai déjà parlé de ceci dans mes premières décades, et on ne l'a cru qu'à moitié11."

  • 12 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., t. I, liv. 2, ch. 8, p. 34.

12Fernández de Oviedo, lui, dit tout net qu'il ne croit pas à ces "fables qui sortent des sentiers de la vérité" que l'on trouve chez certains chroniqueurs12.

***

  • 13 A. Vespucio, Primera navegación, op. cit., p. 133.

13Que les Indiens des Petites Antilles se soient servis d'un métal de couleur jaune pour fabriquer des plaques protectrices, la chose n'est pas impossible. Que l'on ait aperçu des femmes indigènes luttant vaillamment sur leur île ne peut étonner. Les Caribes circulaient beaucoup sur mer ; il était tout naturel qu'en l’absence des hommes, occupés par quelque expédition maritime, leurs compagnes défendissent les huttes qu'elles habitaient avec leurs jeunes enfants. On signale souvent des femmes armées d’arcs et de flèches qui repoussent les intrus. Amerigo Vespucci déclare dans le récit de sa première navigation : "en certains endroits les femmes sont aussi très habiles à décocher des flèches"13. Il souligne également leur incroyable résistance physique :

  • 14 Ibid., p. 133.

"(...) une de ces femmes peut porter et transporter sur une distance de 30 ou 40 lieues une charge plus lourde que celle que peut soulever l'homme le plus robuste, ainsi que nous l'avons vu souvent14."

14Le Docteur Chanca a aussi remarqué que les femmes n'hésitaient pas à combattre :

  • 15 Doctor D. Álvares Chanca, Carta, op. cit., p. 187.

"Les Caribes s’étant aperçus qu'ils ne gagnaient rien à fuir, saisirent avec témérité leurs arcs — tant les femmes que les hommes — ; et je dis avec témérité parce que leur groupe ne comptait pas plus de quatre hommes et deux femmes et que les nôtres étaient plus de 25 (...)15 "

  • 16 H. Pérez de Oliva, Historia, op. cit., 2e Narración, p. 57.

15Ces Indiennes savent se défendre : "elles se défendent avec des flèches et les décochent avec beaucoup d'adresse", indique Hernán Pérez de Oliva16. Et J. H. Van Linschoten écrit à ce sujet :

  • 17 Jean Hugues Linschot [Jan Huygen Van Linschoten], Description de l'Amérique & des parties d'icelle (...)

"Tant hommes que femmes sont fort habiles à tirer de l'arc, vsans de flesches envenimées. Quant les hommes vont en voyage, les femmes tiennent leur place, & se défendent vaillamment & courageusement contre tout insulte17."

16Colomb a pu constater cet état de fait que de nombreux explorateurs reconnaîtront après lui. Mais en associant les Caribes et ces femmes courageuses, il a ranimé un mythe bien connu.

2 - Amazones et Chalybes

17Les Amazones antiques, dont le souvenir a persisté pendant tout le Moyen Âge, étaient des créatures bien caractérisées. Ce peuple, prétendait-on, était constitué de terribles guerrières qui vivaient à l'écart des hommes qu'elles n'admettaient sur leur territoire qu’à certaines périodes déterminées, dans le seul but de procréer. Elles ne gardaient que les enfants de sexe féminin qui devaient les remplacer plus tard. Cette séparation absolue et farouche des sexes est le fondement du mythe. C'est ainsi que saint Isidore de Séville fait dériver leur nom du grec háma dsôn :

  • 18 San Isidoro de Sevilla, Etimologías, op. cit., vol. 1, IX, par. 2, p. 751.

"On les nomme Amazones parce qu'elles vivent sans avoir besoin d'hommes, comme si l'on disait háma dsôn (...)18 "

18mais il ajoute aussitôt :

  • 19 Ibid., vol. 1, IX, par. 2, p. 751.

"(...) ou parce qu'elles brûlent leur mamelle droite afin qu'elle ne les gêne point pour décocher les flèches. Dans ce cas-là il s'agirait d'áneu madsôn19."

  • 20 Frédéric Guillaume Bergmann, Les Amazones dans l’histoire et dans la fable, Colmar, Imprimerie et (...)
  • 21 Strabon, Geogr., op. cit., liv. XI, ch. 5, p. 413.

19Car c'est bien là un autre trait caractéristique universellement reconnu de ces femmes : ce sont des guerrières qui sacrifient tout à leur instinct belliqueux. Ces deux qualités essentielles des Amazones auraient leur origine — si l'on en croit F. G. Bergmann — dans la religion d'Artémis, "cette déesse à la fois vierge, chasseresse et guerrière"20. Strabon constate cependant dans sa Géographie qu'"en ce qui concerne les Amazones, toutes les histoires, aussi bien celles d'à présent que celles du temps jadis, ne nous offrent que récits merveilleux, traditions absurdes et invraisemblables"21.

  • 22 L'article "Amazone" de l'Encyclopédie (op. cit., t. 2 (1777), p. 272-273) donne un aperçu des dive (...)
  • 23 Abbé C.-M. Guyon, Histoire des Amazones..., op. cit., ch. 1, p. 4.
  • 24 Quinte-Curce, Histoires, op. cit., t. 1, liv. 6, p. 181.

20Ce mythe a beaucoup intéressé les écrivains antiques qui ont longuement disserté sur l'existence de ces étranges femmes22. Les Amazones ont été placées en divers endroits de l'Afrique et de l'Asie : "Il y eut les Africaines, les Sauromatides, les Thermodontiennes & les Ephésiennes" précise l'Abbé Guyon dans son Histoire des Amazones23. Mais les plus connues sont celles que l'on imagine dans la région du Pont-Euxin, près du fleuve Thermodon que Jason atteindra dans sa quête insensée. Car il importe de souligner au passage que le mythe des Amazones et celui de la Toison d'or ont certains rapports entre eux. Ces guerrières étaient regroupées en trois tribus voisines, dont chacune avait sa capitale. C'est dans la région du fleuve Thermodon, dans "les plaines de Thémiscyre" qu'Alexandre le Grand les aurait retrouvées24.

  • 25 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, Texte établi et commenté par Francis Vian (...), Traduit par (...)

21Près du pays des Amazones, précise Apollonios de Rhodes, vivent "les plus misérables des hommes, les Chalybes qui habitent une terre rude et dure — ce sont des ouvriers adonnés au travail du fer —"25.

  • 26 Bailly, Lettres sur l'Atlantide, op. cit., 2 P lettre, p. 311.

22Quant aux Amazones africaines, elles auraient régné, d'après Bailly, sur une île appelée Hespérie située à l’ouest du lac Tritonide, voisin de la montagne Atlas, et auraient combattu et soumis les Atlantides26.

***

23On voit combien les Amazones américaines ont pu profiter de tous ces éléments mythologiques. La relation qui existait entre certaines Amazones et les habitants de l'Atlantide était de bon augure pour ceux qui établissaient quelque rapport entre le Nouveau Monde et le continent que l'on croyait englouti.

  • 27 Marco Polo, Devis, du M., op. cit., vol. 2, ch. 190, p. 474. Cf. également, Christóbal Cladera, In (...)
  • 28 Cf. C. Kappler, Monstres..., op. cit., ch. 4, p. 146.
  • 29 J. Alfonse de Saintonge, Cosmogr., op. cit., fol. 143 v°, p. 380.
  • 30 Poggio, Viaggio di Nicolo di Conti Venetiano, Scritto per Messer Poggio Florentino, dans Ramusio, (...)
  • 31 Cette mappemonde a été dessinée entre 1457 et 1459. Cf. A. de Humboldt, Examen crit., op. cit.. Se (...)

24Mais il faut également songer aux fameuses îles Mâle et Femelle — comme dit Marco Polo27 — ou Île des Hommes et Île des Femmes que l'on retrouve chez Mandeville, chez Jourdain de Séverac28, dans la Cosmographie de Jean Alfonse de Saintonge29 ou dans le récit du voyage en Asie du Vénitien Nicolo di Conti30. Les cartographes médiévaux ont fait grand cas de ces deux îles placées, par exemple sur la mappemonde de Fra Mauro, dans l'Océan Indien31.

  • 32 C. Kappler, Monstres.... op. cit., ch. 4, p. 146. Cf., également ch. 4, p. 151.

25La légende des Îles des Hommes et des Femmes a beaucoup de points communs avec le mythe des Amazones. Elle rappelle que des hommes vont visiter à certaines époques l'Île des Femmes, dont ils sont normalement exclus. Claude Kappler met très judicieusement en parallèle cette légende avec celle des Cynocéphales qui "s'accouplent périodiquement avec des femmes belles et assez civilisées"32. Christophe Colomb devait connaître toutes ces histoires médiévales que l'on voit réapparaître, sous son impulsion, dans les Antilles. La part de l'imaginaire est immense dans les premiers instants de la Découverte.

  • 33 Cf. L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 19.
  • 34 Cf. Lucien, Hist. Vér., op. cit., liv. 2, p. 53 : "une petite île habitée par des femmes qui avoie (...)

26Si l'on ajoute à cela la tradition celtique, qui a tant influencé les marins de l'Atlantique, avec sa Terre des Femmes située dans une île merveilleuse33, et ces îles étranges, peuplées de femmes qui enrichissent certaines œuvres de fiction34, il faut bien avouer que les explorateurs du Nouveau Monde ne manquaient pas de facilités pour remettre au goût du jour le mythe des Amazones.

27Mais on n’insistera jamais assez sur l'importance du rôle joué par Christophe Colomb dans ce renouveau des légendes antiques et médiévales.

  • 35 Signalons à ce propos une légende antillaise, rapportée par Hernán Pérez de Oliva (Historia, op. c (...)

28Le mythe renaissait. Les Amazones américaines allaient apparaître dans de nombreuses régions. Carib et Matinino, ce couple d'îles étranges, dont on attribuait la révélation aux dires des seuls Indiens35, étaient en fait la projection dans le monde américain de la mythologie antique. Les circonstances se prêtaient fort bien à ce transfert, et l’esprit enfiévré de l'Amiral transforma la réalité. Colomb fut certainement très persuasif car nombreux furent ceux qui le suivirent dans cette voie. Pietro Martyre n'a-t-il pas reconnu être tombé lui-même sous le charme ?

3 - La prolifération des Amazones américaines

29Le mythe des Amazones a eu beaucoup de succès en Amérique. Cela paraît bien naturel. Les Amazones, qui maniaient l'arc et les flèches avec dextérité, pouvaient intéresser tout particulièrement des conquistadores qui vivaient continuellement en état de guerre. Elles étaient de la même famille qu'eux, constituaient le deuxième volet du diptyque qui exaltait les vertus de courage et de virilité, la contre-épreuve nécessaire pour ces combattants en quête d’exploits. Encore fallait-il avoir une bonne connaissance de la mythologie gréco-latine.

30Les Amazones apparurent alors dans les endroits les plus divers, de l'Amérique du Nord au Chili et du Brésil... aux îles Palaos ! Nous aurons ultérieurement l'occasion de constater la vitalité de ce mythe et son adaptation à de nombreuses régions du continent sud-américain. Aussi nous proposons-nous de n'évoquer ici que les apparitions d’Amazones dans les premiers pays explorés.

***

  • 36 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit.. I, p. 178.

31On a cru retrouver les Amazones dans d’autres îles que celle de Matinino. Gómara signale, par exemple, que dans les Lucayes (l'archipel des Bahamas), les Indiennes étaient très belles et attiraient les habitants des autres îles et, ajoute-t-il, "je pense que c'est à cause de cela que l'on commença à dire qu'il y avait des Amazones en cet endroit"36. Si les propos de Gómara ont quelque fondement, on ne peut que constater une modification considérable du mythe puisque celui-ci n'apparaissait plus directement lié au souvenir de l'île des Hommes et de celle des Femmes. Mais les marins, les soldats peu cultivés, savaient-ils au juste — au moins dans les premiers temps — ce qu'étaient les Amazones ? N'étaient-elles pas pour eux, tout simplement, ces femmes idéales que recherchaient les indigènes ?

  • 37 Vraisemblablement l'île Mujeres, encore appelée ainsi de nos jours.

32Gonzalo Fernández de Oviedo incite à beaucoup de prudence. Décrivant la côte du Yucatan, il signale un cap appelé Punta de las Mujeres (Pointe des Femmes) et, à proximité une île portant le même nom37 ainsi qu'une autre île "des Amazones", et il précise :

  • 38 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 2, liv. 21, ch. 8, p. 330. L'auteur rappelle ensu (...)

"Ces noms de Pointe et Île des Femmes et des Amazones furent donnés par les premiers découvreurs, qui ignoraient ce que signifie Amazone, parce qu'ils s'aperçurent que les femmes de ces îles précédemment mentionnées savaient toutes décocher des flèches et lutter avec des arcs, comme les Indiens38."

33Francisco Cervantes de Salazar propose une explication différente :

  • 39 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 1, liv. 2, ch. 4, p. 156.

"Depuis cet endroit, reprenant leur navigation et longeant la côte du Yucatán pour l'examiner, la reconnaître entièrement et savoir ce qu'il y avait, ils parvinrent à une pointe, qui entrait dans la mer, sur laquelle se trouvait un édifice fait à chaux et à ciment que les nôtres, lorsqu'ils eurent débarqué, identifièrent comme un lieu de culte, objet d'une grande dévotion, où venaient prier et faire des sacrifices des femmes religieuses : le capitaine décida alors de baptiser cette pointe : "Pointe des Femmes". Il y en eut qui dirent que dans ce pays il y avait des Amazones, bien que les nôtres n'en eussent jamais vu, parce que certains Indiens disaient qu’elles s'étaient retirées à l'intérieur des terres lors de l'arrivée des Espagnols39."

  • 40 Cf. Fray Diego de Landa, Relación de las Cosas de Yucatán. Por el P. Fray Diego de Landa Obispo de (...)

34Fray Diego de Landa, de son côté, croit que le nom d'Isla de las Mujeres (Île des Femmes') est dû à certaines statues représentant des déesses indigènes que Francisco Hernandez de Córdoba y aurait découvertes en 151740.

35Quelle que soit l'origine de cette appellation, il faut bien constater que l'on se réfère facilement aux Amazones.

4 - Les Amazones de Cihuatlán

  • 41 C'est l’actuelle Cihuatlán.

36Dans sa quatrième Carta de relación, datée du 15 octobre 1524, Hernan Cortés parle de l'expédition, dirigée par Gonzalo de Sandoval, qu'il avait envoyée vers les côtes du Pacifique en 1523. Les conquistadores, partis vers l'ouest du pays, avaient obtenu la soumission de plusieurs provinces : Alimán, Colimonte et Ceguatán (également appelée Ciguatán41).Au retour de sa mission, Sandoval rapporte certaines informations que Cortés s'empresse de transmettre à Charles Quint :

  • 42 Hernán Cortés, Cuarta Carta-Relación de Hernán Cortés al Emperador Carlos V, Tenuxtitlan, 15 de oc (...)

"Et dans le rapport qu'il fit sur ces provinces, il signala l’existence d'un très bon port que l'on avait repéré sur cette côte. Je m'en rejouis car il y en a peu. 11 me rapporta également que les seigneurs de la province de Ciguatán assurent qu'il y a une île entièrement peuplée de femmes, sans aucun mâle, et qu'à certaines époques des hommes venus du continent s'accouplent avec elles : celles qui se trouvent enceintes gardent les filles après l'accouchement, mais rejettent les enfants mâles. Cette île est à dix jours de marche de cette province et plusieurs d'entre eux y sont allés et l'ont vue. Ils ajoutent qu'elle est très riche en perles et en or. Je m'efforcerai, dès que j'aurai l'équipement nécessaire, de connaître la vérité et j'en informerai longuement Votre Majesté42."

  • 43 Miguel León-Portilla, Hernán Cortès y la Mar del Sur, Madrid, Ediciones Cultura Hispánica, Institu (...)

37La grande nouvelle sera connue de tous : il y a des Amazones dans la région de Cihuatlán ("Ciguatán") ! Remarquons cependant qu'Hernán Cortés n'a pas nommé ces femmes. Mais peut-on douter ? Miguel León-Portilla dans son étude Hernan Cortés y la Mar del Sur, met très heureusement en parallèle le passage que nous venons de citer et quelques lignes du chapitre 157 du roman de chevalerie Las Sergas de Esplandián. Les deux textes se ressemblent beaucoup et, comme le souligne M. Leon-Portilla : "Les ressemblances, si elles sont fortuites, sont encore plus extraordinaires43." Comme cette comparaison est pour nous d'une grande importance, nous donnerons, également, un extrait de cette œuvre de fiction :

  • 44 Cf. Las Sergas de Esplandián, op. cit., ch. 157, p. 539.

"Sachez qu’à la dextre des Indes fut une île appelée California, qui se trouvait à proximité immédiate du Paradis terrestre et qui fut peuplée de femmes noires, sans qu'aucun mâle vécût parmi elles et dont les mœurs ressemblaient à celles des Amazones. Elles étaient courageuses et pleines d'ardeur dans leur corps comme dans leur cœur, et très vigoureuses ; (...) leurs armes étaient toutes d'or, comme les harnais des bêtes sauvages qu'elles chevauchaient lorsqu'elles les avaient domestiquées, car dans l'île entière il n'y avait d'autre métal. (...) Et parfois, lors d'une trêve avec leurs adversaires, elles se mêlaient à eux en toute sécurité et avaient des rapports charnels avec eux. Plusieurs d'entre elles se retrouvaient, naturellement, enceintes : si elles accouchaient d’une fille, elles la gardaient auprès d'elles, et si c'était d'un mâle, celui-ci était prestement tué44."

38L'influence des romans de chevalerie sur les conquistadores a été considérable, et l'on peut imaginer que Cortés connaissait Las Sergas de Esplandián. Il y a de nombreux points communs entre les deux passages que nous avons reproduits. Charles Quint, grand amateur de livres de chevalerie, dut certainement être très heureux en apprenant la nouvelle qu'Hernán Cortès lui donnait. Nous comprenons aussi pourquoi la grande presqu'île de Basse-Californie — longtemps tenue pour une île — porte le nom que nous lui connaissons aujourd'hui. On lui avait trouvé quelque ressemblance avec l'île California de Las Sergas de Esplandián.

39Il est possible que Cortés, Sandoval, ou les soldats de l'expédition se soient inspirés d'un récit de fiction, mais la base de la légende est indigène. Pour les anciens Mexicains, l'Ouest était le "pays de femmes", comme le signale Jacques Soustelle :

  • 45 Jacques Soustelle, La pensée cosmologique des anciens Mexicains (Représentation du monde et de l'e (...)

"L'Ouest était appelé Ciuatlampa, "le côté des femmes". Les déesses terrestres y résident, ainsi que les femmes divinisées Ciuateteo. Les images qu'évoque l'Ouest sont celles de féminité, et aussi d'ancienneté, d'antiquité45."

40Mais, de plus, ces femmes étaient considérées comme des guerrières. L'Historia General de Sahagún apporte cette précision :

  • 46 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen., op. cit., t. 2, ch. 29, fol. 140 v°-141 r° Nous utilisons ici le te (...)

"Ce que les anciens dirent sur les femmes, c'est que celles qui mouraient à la guerre et celles qui mouraient lors du premier accouchement (appelées mociaquetzque), considérées comme les morts de la guerre, toutes allaient à la demeure du Soleil et résidaient dans la partie occidentale du ciel. Ainsi, cette partie occidentale fut nommée cioatlanpa par les anciens : c'est là que se couche le Soleil parce que là se trouve la demeure des femmes. Et quand le Soleil se lève, le matin, les hommes lui font fête et l'accompagnent jusqu'à midi. Puis les femmes prennent leurs armes et commencent alors à le guider, lui faisant fête joyeusement, munies de leur équipement guerrier46."

  • 47 López de Gómara pense aussi qu’il y a eu méprise. Cf. Hisp. Vict., op. cit., II, p. 395-396 :
    "Traj (...)

41Les croyances indigènes, mal comprises par les conquistadores de Sandoval, ont aisément pu être transformées. Ces femmes guerrières de l'Ouest apparaissaient comme des Amazones de la mythologie grecque ou des romans de chevalerie47. Elles vivaient isolées, séparées des hommes, et portaient des armes : il n'en fallait pas plus aux soldats pour faire l'amalgame. Ainsi naquit la légende des Amazones de Cihuatlán. Ainsi ressurgit le mythe des Amazones sur les côtes mexicaines de Pacifique.

***

42La nouvelle fut largement diffusée. Pietro Martyre la présente dans sa 4e Décade, mais d'une manière assez curieuse :

  • 48 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 4, ch. 4, p. 362.

"Quelques personnes — écrit-il — pensent qu'elles vivent comme les Amazones. Ceux qui étudient de plus près les choses pensent que ce sont des vierges vouées à Dieu, qui se plaisent dans la solitude, comme nous en avons chez nous, et comme les anciens en avaient en beaucoup d'endroits (...)48 "

43Et le chroniqueur précise que les hommes qui leur rendent visite ne s'unissent pas à elles, mais cultivent leurs champs pour leur assurer des moyens de subsistance. Il ajoute cependant :

  • 49 Ibid., déc. 4, ch. 4, p. 362-363.

"Le bruit pourtant est répandu qu'il y a d'autres îles où demeurent également des femmes, mais de mauvaises mœurs, qui, dès leur tendre jeunesse, coupent leur mamelle, afin de pouvoir tendre leur arc avec plus d’agilité. Les hommes passent dans ces îles pour s'unir à elles, mais ils n'y restent pas. Je pense que c'est une fable49."

  • 50 Ibid., déc. 5, ch. 10, p. 542.

44Dans sa 5e Décade, il rapporte d'autres informations obtenues auprès de Juan Ribera, émissaire d'Hernan Cortés en Espagne, qui avait été chargé d'y convoyer des trésors mexicains. Ribera semble mal renseigné. Il parle du pays d'Yguatlán (ou Ygua), qu'il situe "du côté des montagnes qui sont dirigées vers le nord", mais — ajoute Pietro Martyre — "rien n'est moins certain"50. Notre humaniste se montre très prudent. Peut-être pense-t-il à l'accueil qu'avaient reçu les nouvelles qu’il avait transmises sur les Amazones découvertes par Christophe Colomb.

  • 51 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 1, liv. 6, ch. 33, p. 191-193, puis t. 4, liv (...)
  • 52 Cf. F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 13, p. 256 et ch. 20, p. 26 (...)

45Fernández de Oviedo évoque, lui aussi — 3 fois —, les fameuses Amazones de "Ciguatán" en reprenant les données que l’on connaît déjà51. De même, Francisco Cervantes de Salazar se réfère — 2 fois — aux Amazones de "Ciguatlán"52.

***

  • 53 Nuño de Guzmán, Carta à Su Magestad del presidente de la Audiencia de Méjico, Nuño de Guzmán, en q (...)
  • 54 Nuño de Guzmán, Carta a S. M. (8-VII-I530), op. cit., p. 392.
  • 55 Ibid., p. 392.

46Cortés ne fut pourtant pas le seul, au Mexique, à s'intéresser directement à Cihuatlán. Son émule, et ennemi, le président de la première Audiencia de Mexico, Nuno de Guzmán, attacha, lui aussi, beaucoup d'importance aux Amazones de l'Ouest. Il en parle dans une lettre adressée à Charles Quint, le 8 juillet 1530, qui a été reproduite — en italien — dans le 3e volume de la collection de voyages de Ramusio53. D'après ses dires, on ne sait trop où vivent ces Amazones : "d'aucuns disent qu'elles habitent au milieu de la mer et d'autres près d'un bras de mer (...)54 " Mais, détails importants — qui prouvent que les données se sont étoffées—, ces femmes sont riches et plus blanches que les autres indigènes ("son mas blancas que estas otras")55.

  • 56 Nuno de Guzmán, Carta (al Rey) - "Prov. de Chiametla en la mayor españa, XV de henero de D. XXXI". (...)

47Nuño de Guzman ne se contente pas de ces informations et prépare une expédition ("pour rechercher les Amazones") qu’il annonce à l'Empereur dans sa lettre. Il précisera plus tard, dans une autre lettre adressée à Charles Quint, le 15 janvier 1531, qu'il se trouve très près du pays des Amazones : "elles ne se trouvent pas très loin de l'endroit où je suis maintenant"56.

***

48Christophe Colomb est le premier responsable de l'apparition des Amazones sur le continent américain. Nous devons cependant constater que le terrain était favorable. Les mœurs des Caribes ou des habitants du Yucatán, les croyances aztèques, souvent mal perçues par les nouveaux arrivants, ont permis l'éclosion d'un mythe rajeuni et promis à un bel avenir. Bien d'autres Amazones américaines vont surgir çà et là...

Notes

1 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 146 (Domingo 6 de enero).

2 Ibid., p. 151 (Domingo 13 de enero).

3 Ibid., p. 159 (Jueves 21 de enero).

4 Ibid., p. 151 (Domingo 13 de enero).

5 C. Colón, Caria a R. Sánchez, op. cit., p. 180.

6 C. Colón, Carta al Escribano de Ración..., op. cit., p. 170.

7 H. Colón, Hist..... op. cit., ch. 36, p. 138-139.

8 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 1, ch. 2, p. 25.

9 Ibid., déc. 3, ch. 9, p. 327.

10 Ibid., déc. 7, ch. 8, p. 627.

11 Ibid., déc. 7, ch. 9, p. 641.

12 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., t. I, liv. 2, ch. 8, p. 34.

13 A. Vespucio, Primera navegación, op. cit., p. 133.

14 Ibid., p. 133.

15 Doctor D. Álvares Chanca, Carta, op. cit., p. 187.

16 H. Pérez de Oliva, Historia, op. cit., 2e Narración, p. 57.

17 Jean Hugues Linschot [Jan Huygen Van Linschoten], Description de l'Amérique & des parties d'icelle, comme de la Nouvelle France, Floride, des Antilles, Incaya, Cuba, lamaica, &c. Item de l'estendue & distance des lieux, de la fertilité & abondance du pays, religion & costumes des habitons, & autres Particularitez. (...) A Amsterdam, Chez Evert Cloppenburch, Marchand libraire, demeurant sur le Water à la Bible Doree. (...) 1638, p. 13. Il s'agit du t. 3 de l'Histoire de la Navigation de Iean Hvgues de Linschot Hollandois : Aux Indes Orientales Contenant diverses Descriptions des lieux iusques à present descouverts par les Portugais (...) A Amsterdam, Chez Evert Cloppenburch (...) 1638 (3 t.).

18 San Isidoro de Sevilla, Etimologías, op. cit., vol. 1, IX, par. 2, p. 751.

19 Ibid., vol. 1, IX, par. 2, p. 751.

20 Frédéric Guillaume Bergmann, Les Amazones dans l’histoire et dans la fable, Colmar, Imprimerie et Lithographie de Mme veuve Decker, s.d. [1852], ch. 2, p. 20.

21 Strabon, Geogr., op. cit., liv. XI, ch. 5, p. 413.

22 L'article "Amazone" de l'Encyclopédie (op. cit., t. 2 (1777), p. 272-273) donne un aperçu des divergences qui ont existé à propos des Amazones :
"Les auteurs ne sont pas tous d'accord qu'il y ait eu réellement une nation d'Amazones. Strabon, Paléphate, & plusieurs auteurs le nient formellement : mais Hérodote, Pausanias, Diodore de Sicile, Trogue Pompée, Justin, Pline, Pomponius Mela, Plutarque, & plusieurs autres, l'assurent positivement. (...)"

23 Abbé C.-M. Guyon, Histoire des Amazones..., op. cit., ch. 1, p. 4.

24 Quinte-Curce, Histoires, op. cit., t. 1, liv. 6, p. 181.

25 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, Texte établi et commenté par Francis Vian (...), Traduit par Emile Delage, Paris, Société d'édition "Les Belles Lettres", 1974-1981 (3 vol.), Collection des Universités de France publiée sous le patronage de l'association Guillaume-Budé, vol. 1, chant. 2, p. 194.

26 Bailly, Lettres sur l'Atlantide, op. cit., 2 P lettre, p. 311.

27 Marco Polo, Devis, du M., op. cit., vol. 2, ch. 190, p. 474. Cf. également, Christóbal Cladera, Investigaciones históricas sobre los principales descubrimientos de los españoles en el mar Océano en el siglo XV y principios del XVI. En respuesta à la Memoria de Mr. Otto sobre el verdadero Descubridor de América. Por Don Christobal Cladera, Dignidad de Tesorero de la Santa Iglesia de Mallorca. Madrid MDCCXCIV. Por Don Antonio Espinosa, Calle del Espejo, p. 201.

28 Cf. C. Kappler, Monstres..., op. cit., ch. 4, p. 146.

29 J. Alfonse de Saintonge, Cosmogr., op. cit., fol. 143 v°, p. 380.

30 Poggio, Viaggio di Nicolo di Conti Venetiano, Scritto per Messer Poggio Florentino, dans Ramusio, Navigationi..., op. cit., t. 1, fol. 342 r°

31 Cette mappemonde a été dessinée entre 1457 et 1459. Cf. A. de Humboldt, Examen crit., op. cit.. Section 1, p. 334-335.

32 C. Kappler, Monstres.... op. cit., ch. 4, p. 146. Cf., également ch. 4, p. 151.

33 Cf. L.-A. Vigneras, "La búsqueda...", art. cit., p. 19.

34 Cf. Lucien, Hist. Vér., op. cit., liv. 2, p. 53 : "une petite île habitée par des femmes qui avoient le pied d'ânon, mais du reste étoient tres belles.”

35 Signalons à ce propos une légende antillaise, rapportée par Hernán Pérez de Oliva (Historia, op. cit., Narración 9e, p. 122-123). Celui-ci parle de certaines femmes qui avaient dû être abandonnées sur l'île de Matinino.

36 F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit.. I, p. 178.

37 Vraisemblablement l'île Mujeres, encore appelée ainsi de nos jours.

38 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 2, liv. 21, ch. 8, p. 330. L'auteur rappelle ensuite ce qu'étaient les Amazones de la mythologie grecque.

39 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 1, liv. 2, ch. 4, p. 156.

40 Cf. Fray Diego de Landa, Relación de las Cosas de Yucatán. Por el P. Fray Diego de Landa Obispo de esa diócesis, Introducción por Angel María Garibay K. (...), México, éd. Porrúa S.A., 1973, ch. 3, p. 7.

41 C'est l’actuelle Cihuatlán.

42 Hernán Cortés, Cuarta Carta-Relación de Hernán Cortés al Emperador Carlos V, Tenuxtitlan, 15 de octubre de 1524, dans H. Cortés, Cartas de Relación, op. cit., p. 184.

43 Miguel León-Portilla, Hernán Cortès y la Mar del Sur, Madrid, Ediciones Cultura Hispánica, Instituto de Cooperación Iberoamericana, 1985, ch. 1, p. 39.

44 Cf. Las Sergas de Esplandián, op. cit., ch. 157, p. 539.

45 Jacques Soustelle, La pensée cosmologique des anciens Mexicains (Représentation du monde et de l'espace), dans L'Univers des Aztèques, Paris, Hermann, 1979, col. "Savoir", ch. 5, p. 141.

46 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen., op. cit., t. 2, ch. 29, fol. 140 v°-141 r° Nous utilisons ici le texte de notre éd. du liv. 6 (vol. 2, p. 167).

47 López de Gómara pense aussi qu’il y a eu méprise. Cf. Hisp. Vict., op. cit., II, p. 395-396 :
"Trajeron entendido Sandoval y sus companeros que á diez soles de allí había una isla de amazonas, tierra rica ; mas nunca se han hallado taies mujeres : creo que nació aquel error del nombre Ciuatlan, que quiere decir tierra ó lugar de mujeres."

48 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 4, ch. 4, p. 362.

49 Ibid., déc. 4, ch. 4, p. 362-363.

50 Ibid., déc. 5, ch. 10, p. 542.

51 Cf. G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 1, liv. 6, ch. 33, p. 191-193, puis t. 4, liv. 33, ch. 36, p. 172-173 et liv. 34, ch. 8, p. 282-284.

52 Cf. F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 2, liv. 6, ch. 13, p. 256 et ch. 20, p. 268.

53 Nuño de Guzmán, Carta à Su Magestad del presidente de la Audiencia de Méjico, Nuño de Guzmán, en que refiere la jornada que hizo á Mechuacan, a conquistar la provincia de los Tebles-Chichimecas, que confina con Nueva España (8-VII-1530), dans CODOIN, vol. 13, p. 356-393.
Cette lettre est reproduite dans Ramusio, Navigationi..., op. cit., t. 3, fol. 331 v°-339 r°, avec le titre suivant : Relation di Nvnno di Gvsman scritta in Omitlan prouincia di Mechuacan della maggior Spagna nel MDXXX Alli otto di Luglio.
Une copie ms. de ce texte existe dans la Collection Muñoz de la R.A.H., t. 60, fol. 309 r°-332 v°, et porte le titre de Relación de Nuño de Guzmán. Omitlan, 8 de julio de 1530.

54 Nuño de Guzmán, Carta a S. M. (8-VII-I530), op. cit., p. 392.

55 Ibid., p. 392.

56 Nuno de Guzmán, Carta (al Rey) - "Prov. de Chiametla en la mayor españa, XV de henero de D. XXXI". Ms. conservé par l'AGI, Patronato, leg. 184, doc. 17. Nuno de Guzmán y écrit ceci (fol. 1 r°) :
"(...) entre estas proujnçias ay vna de mugeres que no abitan con onbre[s] nj los consien/ten sino en çierto tiempo del ano y de lo que paren si es henbra la dexan consigo / y si varón dizen que lo matan. No están muy lenxos de donde agora me hallo. / Partirme he, mediante la voluntad de Dios, dentro de ocho días en su demanda / hasta llegar por la Costa a
los quarenta grados, porque agora estoi en los veynt / y çinco, si no lo defendiese la mucha frialdad, porque voy derecho al norte (...)
Ce texte a été reproduit dans CODOIN, cf. Nuño de Guzman, Carta de Nuño de Guzmán al Emperador, avisando elpaso par la Costa de Astatlan de una armada al mando de Sebastian Gaboto, y de otros asuntos (15-1-1531), dans CODOIN, vol. 13, p. 409.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search