Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Deuxième partie : Les premiers accès de l'imagination

Chapitre IX. Les Caribes

Texte intégral

1Il est une catégorie de monstres "humains", que nous n'avons pas évoquée dans le chapitre précédent : les Caribes ou Caraïbes. Ces belliqueux indigènes avaient acquis une solide réputation de férocité qui a intrigué les premiers découvreurs. Régnant en maîtres incontestés sur tout l’archipel des Antilles et sur la partie nord de l'Amérique du Sud, ils ont, logiquement, donné leur nom à la région connue, d'ailleurs encore de nos jours, comme mer des Caraïbes.

1 - Cannibales et Caribes

  • 1 Cf. A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 1, p. 214 (art. "Caníbales o Caribes").
  • 2 Cf. G. Friederici, Amer. Wört., op. cit., p. 143-145 (art. "Caribe").

2Les termes Caníbales et Caribes sont bien souvent tenus pour synonymes. Antonio de Alcedo, par exemple, dans son Diccionario, les met sur le même plan1. Georg Friederici, qui relève une prodigieuse quantité de variantes, les traite également ensemble2. Et l'on remarque, très tôt, chez Christophe Colomb, une hésitation.

3On sait l'obsession de l'Amiral qui pensait avoir débarqué sur les rivages asiatiques. Dès le dimanche 21 octobre 1492, on le voit préoccupé d'établir des relations avec le Gran Can :

  • 3 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 103 (Domingo 21 de octubre).

"Toutefois j'ai encore la ferme intention de partir vers la terre ferme et la cité de Guisay, et de donner les lettres de Vos Altesses au Grand Khan ["Gran Can"], de demander une réponse et de rentrer la rapporter3."

  • 4 Ibid., p. 112 (Lunes 12 de noviembre).

4Et le souverain de l'Extrême-Orient, tant vanté par Marco Polo, réapparaît plusieurs fois dans le journal de bord de Colomb qui rêve à ces "cités du Grand Khan ["Gran Can"] que l'on ne manquera pas de découvrir"4. Aussi quelle ne dut pas être sa surprise, et sa joie, lorsqu'il apprit — le vendredi 23 novembre — de la bouche de certains Indiens qu'il avait emmenés sur son navire, que dans une grande île nommée Bohío se trouvaient des gens au nom curieux :

  • 5 Ibid., p. 116 (Viernes 23 de noviembre).

"(...) et qu'il y avait des gens qui n'avaient qu'un œil sur le front et d'autres qui étaient appelés Caníbales qui leur inspiraient une grande frayeur. Et quand ils apprirent que je me dirigeais vers cet endroit ils restèrent frappés de stupeur car ces gens, fortement armés, les dévoraient5."

5Voilà comment est née la légende : d'une méprise, d'un mot mal compris, d'une étrange ressemblance entre un vocable (Caníbales) émis par les indigènes, et celui que l’on souhaitait leur entendre dire (Can). Il n’en fallait pas plus. On approchait de la fameuse capitale du Gran Can ! Ils étaient donc tout près ces monstres asiatiques si longuement décrits par Jean de Mandeville !

6Le lundi 26 novembre, les Indiens donnent de nouvelles précisions : les monstres sont toujours des sortes de cyclopes, et, de plus, ressemblent à des cynocéphales. Colomb pense que les indigènes mentent, mais interprète les données dans un sens favorable à son idée :

  • 6 Ibid., p. 119 (Lunes 26 de noviembre).

"(...) et l'Amiral pensait que ceux qui les captivaient devaient être de l'empire du Gran Can6."

7A-t-il cru comprendre que les indigènes se trompaient en prenant ces "faces de chien" (can) pour les hommes du Gran Can ?

8Le mardi 11 décembre, l'Amiral apprend l'existence de la grande terre de Caritaba ('Tierra Firme') et s'aperçoit que les Indiens ont peur des habitants de l'île de Caniba. Nouvelle association d'idées : Caniba aurait un rapport avec le Gran Can :

  • 7 Ibid., p. 127 (Martes 11 de diciembre).

"(...) toutes ces îles vivent terrorisées par les habitants de Caniba, "et ainsi je répète ce que j'ai déjà expliqué — dit-il — : Caniba désigne simplement les sujets du Gran Can, dont les états doivent être tout proches, et dont les vaisseaux doivent venir pour les capturer, et comme les captifs ne s'en retournent pas chez eux, ils croient qu’on les a dévorés. Chaque jour nous comprenons mieux les Indiens et vice versa car bien souvent ils ont mal perçu nos paroles" — dit l'Amiral —7."

9On voit bien ici qu'il était difficile de communiquer parfaitement.

  • 8 Ibid., p. 141 (Miércoles 26 de diciembre). Las Casas parle pourtant de "Caritaba o Caribana", cf. H (...)

10Et la méprise continue. Le pays de Civao est pris pour Cipango (le Japon). On entend encore parler — le mercredi 26 décembre — de Caribata (et non plus de Caritaba) et de Caniba8. Ces deux noms géographiques vont tout naturellement donner Caribe et Caníbal. Qui plus est, la confusion s'établit dès ce jour-là :

  • 9 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 141 (Miércoles 26 de diciembre).

"(...) leur chef parle des gens de Caniba, qu'ils nomment Caribes, qui viennent les captiver, armés d'arcs et de flèches sans fer (...)9 "

  • 10 José Juan Arrom, dans une note explicative de son éd. d'Hernán Pérez de Oliva, pense que les deux (...)
  • 11 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales..., ch. 11, p. 401.

11Pour les autochtones, Caniba serait le pays des Caribes. Mais les Espagnols vont mélanger les deux noms et créer des synonymes10. Le mot Caribes n'apparaît pas pour la première fois chez Pietro Martyre, comme le croit Alexandre de Humboldt11. Il est bien connu un mois et demi après la découverte du Nouveau Monde. L'humaniste, qui s'est effectivement intéressé aux deux vocables dans sa première Décade, en fait des mots équivalents :

  • 12 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 1, p. 12.

"(...) ils nous avaient pris pour des Cannibales : tel est le nom qu'ils donnent à ces barbares. Ils les nomment encore Caraïbes12."

12ou

  • 13 Ibid., déc. 1, p. 21.

"(...) aussi arrivèrent-ils dans l'archipel des Cannibales ou des Caraïbes, que nous ne connaissions que par les récits des insulaires13."

13et encore, dans sa 8e Décade :

  • 14 Ibid., déc. 8, p. 685.

"Ils racontent que les indigènes se nomment Cannibales ou Caribes, et qu'ils mangent de la chair humai ne (14"

14Las Casas, pourtant, signale une différence. Pour lui, Caníbales fut le premier mot employé, auquel se serait substitué Caribes. Il le dit plusieurs fois, à peu près toujours de la même manière. Il écrit ainsi dans son Historia :

  • 15 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 131, p. 352.

"(…) et aller s'emparer de l’île Dominica ou quelque autre île des Caníbales que l'on nomme aujourd'hui Caribes (...)15 "

15et

  • 16 Ibid., t. 2, liv. 2, ch. 19, p. 52. Cf., également, Apol. Hist., t. 2, ch. 205, p. 242.

"qui, pour être Caníbales, nom que l'on appliquait alors à ceux que nous nommons de nos jours Caribes (...)16 "

16Ce qui nous prouve que Las Casas, qui a mis en forme le journal de bord de Colomb, ne se rappelle plus les propos de l'Amiral. Celui-ci devait affectionner tout particulièrement l'appellation Caníbales qui lui permettait de rêver à l'Asie. Notons cependant que Las Casas écrit longtemps après la première expédition de découverte outre-Atlantique.

  • 17 Cette appellation apparaît dans la lettre envoyée à R. Sánchez. Cf. C. Colón, Carta a R. Sánchez, (...)
  • 18 Cf. C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 151 (Domingo 13 de enero) :
    "(...) estaban con gran temor (...)

17Si l'on en croit le texte du journal de bord de ce premier voyage, les noms Carib (ou Caris17) et Caniba seraient deux mots différents pour désigner une seule et même île : les Indiens de l'île Española diraient Carib alors que ceux des autres îles emploieraient Caniba18.

  • 19 Le mot Caribes apparaîtra plus tard. Nous le trouvons ainsi dans 2 documents datés de 1515, deux l (...)

18Il est vrai que la terminologie officielle, certainement marquée par les dires de Christophe Colomb, préfère d’abord le terme Caníbales19.

  • 20 Provision para poder cautivar a los canibales rebeldes (30-X-1503), dans M. Fernández de Navarrete, (...)
  • 21 Cf. Asiento e capitulacion que se thomo con Alonso Doxeda..., op. cit., p. 260, et Asiento e capit (...)
  • 22 Américo Vespucio [Amerigo Vespucci], Segunda Navegación (De secundarice navigationis cursu), dans (...)

19Par exemple, une provisión signée le 30 octobre 1503, à Ségovie, par Isabelle la Catholique, autorise la capture des Caníbales20. Les asientos concernant Alonso de Ojeda et Juan de la Cosa — datés de 1504 —, que nous avons déjà mentionnés, parlent tous deux des "Îles de Barú appelées Caníbales"21. Mais on constate aussi qu'Amerigo Vespucci emploie le vocable Canibali dans le texte (latin) de sa Seconde Navigation22.

2 - Les anthropophages

  • 23 C'est ce que déduit aussi, plaisamment, Rabelais dans le lexique explicatif qu’il place à la fin d (...)
  • 24 A. Bernáldez, Memorias..., op. cit., ch. 118, p. 277.

20 Caribes ou Caníbales, voilà les noms de ceux qui inspirent tant de crainte aux pacifiques créatures qui ont accueilli Christophe Colomb. Ces terribles Indiens ont des mœurs peu amènes : c'est leur comportement qui détermine leur monstruosité. Des êtres apeurés les ont dépeints comme des cyclopes ou des cynocéphales. Mais les ont-ils vraiment décrits ainsi ? Colomb a-t-il bien compris ? Pouvait-il saisir toutes les nuances des propos qu'on lui adressait ? N’oublions pas que les premières données sur ces monstres apparaissent très vite dans son journal, quelques jours après son arrivée. L'effroi de ses "interlocuteurs" taínos est bien compréhensible : ils étaient sous la menace constante des épouvantables Caribes. Colomb a bien pu en déduire que la férocité était associée à la difformité23. Mais à l'époque, nous l'avons dit, le monstre n'est pas obligatoirement difforme. Andrés Bernáldez le reconnaît lorsqu'il évoque les habitants des îles Caribi : "Ils ne sont pas plus difformes que d’autres"24. D’ailleurs, comme le signale — à la fin du XVIIe siècle — le Père Labat, les Caraïbes de la Martinique n'ont pas un physique désagréable :

  • 25 Père Labat, Voyages du Père Labat aux Isles de l'Amérique, Adapté des textes originaux par Alain G (...)

"La taille des hommes est pour l'ordinaire au-dessus de la médiocre. Ils sont tous bien faits et bien proportionnés, les traits du visage assez agréables : il n'y a que le front qui paraît un peu extraordinaire, parce qu’il est fort plat et comme enfoncé25."

  • 26 Ibid., lère part., p. 85.

21Et le missionnaire précise qu’ils ne naissent pas ainsi mais produisent cette anomalie grâce à une "petite planche liée fortement derrière la tête"26. De là à croire qu'ils n'ont qu'un oeil ou une face de chien !

***

  • 27 Cf. A discourse of the necessitie and commoditie of planting English Colonies upon the North parte (...)

22Ces Caribes sont tenus pour des monstres, essentiellement parce qu'ils sont belliqueux, féroces et... anthropophages. Daniel Ingram, cité dans un document de la collection d'Hakluyt27, indique même qu'ils ont des crocs, comme les chiens ("and have teeth like dogges"). C'est dire l'effet qu'ont pu produire ces carnivores sur les Européens !

23Et l'on décrit avec force détails les atrocités coutumières des Caribes. Pietro Martyre, par exemple, les présente de la façon suivante :

  • 28 P. Martyr Anghiera, De Orbe Nova, op. cit., déc. 1, ch. 1, p. 12-13.

"Les Cannibales les prennent tout enfants, et les châtrent, comme nous faisons chez nous des poulets ou des porcs que nous voulons engraisser et attendrir pour nos repas ; quand ils ont grandi et se sont engraissés, ils les mangent. Lorsqu'ils tombent plus âgés entre leurs mains, les Cannibales les tuent et les coupent en morceaux. Ils mangent aussitôt les intestins et l'extrémité des membres. Quant aux membres ils les salent, ainsi que nous faisons des jambons de porc, que nous gardons en provisions. Ils ne mangent pas les femmes : ce serait pour eux un crime et une infamie28."

24Juan de Castellanos, qui parle plusieurs fois de ces horribles pratiques dans ses Elegías, évoque ainsi une macabre découverte :

  • 29 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., part. 3, Historia de Cartagena, canto 7, p. 415.

"Or ils aperçurent près des entrées une chose
Odieuse, bestiale et détestable :
Il y avait sur de grands bambous fendus
Des mains et des pieds d'hommes qu'ils dévoraient29."

25Dans le récit du second voyage de Colomb, écrit par le Docteur Álvares Chanca, nous trouvons quelques précisions sur l'épouvantable cuisine des Caribes :

  • 30 Doctor Diego Álvares Chanca, Carta que escribió a la ciudad de Sevilla [imprimée sous le titre Seg (...)

"Pour ce qui est des hommes dont ils peuvent s'emparer, ils emmènent chez eux ceux qui sont vivants pour les dépecer, quant aux morts, ils les dévorent incontinent. Ils disent que la chair humaine est plus délectable qu'aucune autre chose au monde : c’est bien possible puisque tous les os que nous trouvâmes dans ces demeures avaient été rongés complètement et qu'il n'y restait que les parties trop dures pour être mangées. L'on trouva là-bas, dans une maison, un cou humain en train de cuire dans une marmite. Ils coupent le membre viril aux enfants qu'ils capturent et les gardent à leur service jusqu'à l'âge adulte puis, à l'occasion d'une fête, les tuent et les dévorent car ils assurent que la chair des enfants et celle des femmes n'est pas bonne à manger30."

26Mais Colomb lui-même apporte un témoignage surprenant dans le journal de bord de son premier voyage :

  • 31 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 131 (Lunes 17 de diciembre).

"Ils leur montrèrent [aux Chrétiens] deux hommes à qui manquaient quelques morceaux de chair sur le corps et leur firent comprendre que les cannibales avaient mordu dedans. L'Amiral ne le crut pas31."

27Ces monstres assoiffés de sang étaient d'autant plus impressionnants qu'ils traitaient avec superbe les tristes Tainos que l'Amiral avait d'abord rencontrés. Ils déclaraient orgueilleusement au Père Gumilla, qui en a fréquenté quelques-uns au Venezuela :

""Amucón paporóro itôto nantó" : Tous les autres hommes sont nos esclaves."

28et l'auteur ajoute :

  • 32 P. José Gumilla, El Orinoco..., op. cit., part. 1, ch. 6, p. 108.

"Voilà quelle est la morgue barbare de ce peuple caribe : il traite réellement avec mépris et tyrannie tous ces gens dont les uns sont leurs vaincus et les autres craignent leur joug32."

29 Caníbal et Caribe, ces deux mots désignant un même peuple, vont peu à peu s'imposer comme synonymes d'anthropophages. On ne dissociera plus le nom de ces Indiens de leur "vice" cruel. Góngora, créant — pour les besoins de la rime — le mot Caribano, écrit ainsi :

  • 33 Luis de Góngora y Argote, Comedia de Las Firmezas de Isabela (1610), Acte 3, vers 2900-2901 et 290 (...)

"Ne bouge pas Camilo,
Sinon je bougerai moi aussi pour me rendre
(...)
Là où la cruauté et le vice
Du barbare "Caribain" ["Caribano"]
Sacrifie le corps humain
Et dévore l'objet de son sacrifice33."

  • 34 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 1, Descripción de las Indias Occidental (...)

30Antonio de Herrera explique que certaines îles "furent nommées Caníbales à cause des nombreux Caribes, mangeurs de chair humaine, qu'il y eut (...)34 " Et André Thevet parle en ces termes des Cannibales du Brésil :

  • 35 A. Thevet, Singul.. op. cit., ch. 61 (38), p. 156.

"Cette canaille mange ordinairement de la chair humaine comme nous ferions du mouton, et ils y prennent encore plus grand plaisir35."

  • 36 M. de Montaigne, Essais, op. cit., liv. 1, ch. 31, p. 200-213.

31Notons que seul le mot cannibales s'est imposé en français pour désigner les anthropophages en général. On remarque cependant qu'au XVIe siècle, Montaigne, qui intitule un chapitre de ses Essais "Des Cannibales", n'applique ce vocable qu'aux anthropophages américains36."

  • 37 Ibid., liv. 1, ch. 31, p. 200-213.
  • 38 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 7, déc. 3, liv. 8, ch. 10, p. 319.

32Les Caribes ou Caníbales figurent régulièrement sur les cartes du XVIe siècle qui représentent le Nouveau Monde. La "monstruosité" de leur comportement — discutée par Montaigne37 — fera d'eux les premiers esclaves indiens officiellement admis par la couronne de Castille. Des dispositions, datées de 1504, autorisent leur capture et permettent de les réduire en esclavage38. Mais 10 ans auparavant, on les traitait déjà comme des esclaves :

  • 39 C. Colón, Memorial que para los Reyes Católicos dió el Almirante Don Cristóbal Colón, en la ciudad (...)

"On envoie maintenant sur ces navires des Cannibales, hommes et femmes, et enfants des deux sexes. Vos Altesses peuvent donner l'ordre qu'on les confie à des personnes qui soient les plus capables de leur enseigner notre langue en leur faisant exécuter quelques tâches serviles, de manière à les habituer progressivement. Il serait bon de veiller sur eux avec plus d'attention que celle que l’on porte aux autres esclaves ["otros esclavos"]. Ainsi pourront-ils apprendre au contact de ces derniers (...)39 ".

33Si Colomb parle des "autres esclaves", c'est que les Cannibales sont, eux aussi, des esclaves.

34Les Caribes ont donc suscité beaucoup d'intérêt, devenant, pour les Européens, des symboles vivants de férocité et de cruauté, des modèles de barbarie et d'anthropophagie.

3 - Caribes ou Chalybes ?

35L'appellation Caribes correspond sans aucun doute à un mot employé par les Taínos. L'aurait-on mal reproduit graphiquement ? La chose est fréquente. Considérons, par exemple, toutes les variantes que connaît le nom Moctezuma et les modifications subies par Tenochtitlán (régulièrement écrit Temixtitán). Les Caribes sont aussi appelés Gallybis à la Guadeloupe, comme le confirme, au XVIIe siècle, le père Raymond Breton :

  • 40 Père Raymond Breton, Relations de l'île de la Guadeloupe, t. 1, Basse-Terre, Société d'Histoire de (...)

"Nous appelons ceux de terre ferme qui sont amis de nos sauvages Gallybis et nos sauvages Karaïbes40."

36Ce nom, ainsi prononcé, a peut-être fait songer à celui d'un peuple connu, de la mythologie grecque, situé en Asie : les Chalybes. Colomb semble y avoir pensé. D'autant plus que, d'après Solin, ces Chalybes ressemblaient aux Scythes, autre peuple asiatique réputé pour sa barbarie et son anthropophagie. L'amalgame entre Scythes, Chalybes et Caribes a pu être fait par l'Amiral. Las Casas, à propos des Caribes, n’hésite pas à remonter jusqu'à ces précédents historico-mythologiques, ce qui prouve que le souvenir des Chalybes était encore vivace et que, par conséquent, Colomb devait connaître leur existence :

  • 41 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., t. 2, ch. 205, p. 244.

"Les gens appelés Chalybes, qui habitent ou habitaient la région du Pont-Euxin, située en Asie Mineure, et qui furent les premiers à découvrir le fer, suivant les propos de Virgile : India mittit ebur, molles sua thura Sabei Et Chalybes nudi ferrum, etc. Ces derniers, affirme Solin — chapitre 25 — ne se distinguent aucunement d'avec les Scythes en ce qui concerne leur extrême cruauté, laissant ainsi entendre qu'ils étaient anthropophages et, comme eux, mangeurs de chair humaine41."

  • 42 C. Colón, Primer Viaje, op. cit. p. 141 (Miércoles 26 de diciembre). Voir supra.
  • 43 Cf. Strabon, Géogr., op. cit., liv. 12, ch. 3, p. 499.
  • 44 Caius Valerius Flaccus, Les Argonautiques (Argonauticon), dans Lucrèce. Virgile. Valérius Flaccus, (...)
  • 45 Cf. P. Grimai, Dict. de la myth., op. cit., art. "Cyclopes", p. 108.
  • 46 C. Valerius Flaccus, Les Argonautiques, op. cit., liv. 5, vers 143-144, p. 546.
  • 47 Voir supra.
  • 48 Cette coutume existait aussi au Canada, en Guyane et au Brésil. Cf. C. Valerius Flaccus, Les Argon (...)
  • 49 Cf. Aristotle, On Marvellous Things Heard (Minor Works), op. cit., no 28, p. 249.

37Faut-il voir dans la précision donnée par l'Amiral sur les "flèches sans fer"42 un indice prouvant qu'il comparait implicitement Caribes et Chalybes ? Car les Chalybes du "lointain pays de Chalybé"43 étaient également considérés comme des spécialistes de la métallurgie du fer. Leurs demeures, écrit Valerius Flaccus dans ses Argonautiques, "retentissent sans cesse du bruit des marteaux qui tonnent sur des blocs enflammés"44, un peu comme la forge souterraine des Cyclopes qui fabriquent les armes des dieux45. Les Chalybes seraient même les "inventeurs de cette industrie si fatale au reste des humains”46. Et ce peuple — comme le précisait Las Casas47 — était aussi connu pour son anthropophagie. De plus, ces hommes pratiquaient la couvade, tout comme les Tartares, les anciens Corses et les anciens Espagnols — si l'on en croit Strabon — et cette étrange coutume (l'homme jouant le rôle de l'accouchée juste après la naissance de l'enfant), dont l'origine est assez obscure, se retrouvait chez nos Caribes48. Signalons enfin un détail d'importance : d'après Aristote49 les Chalybes disposaient de beaucoup d'or. Seul le fer manquait pour faire coincider presque parfaitement Chalybes et Caribes.

38Que Christophe Colomb, qui recherchait obstinément les indices de l'Asie, ait pensé aux Chalybes, cela paraît probable. Mais n'oublions pas que les Chalybes habitaient sur les rivages du Pont-Euxin et vivaient donc dans le Proche-Orient. Il pouvait alors lui paraître préférable d'évoquer les hommes du Gran Can, les Caníbales.

  • 50 Cf. E. de Gandía, Hist. Crít., op. cit., ch. 3, p. 45-52.
  • 51 Ibid., ch. 3, p. 150, no 5.

39D’après Enrique de Gandía, Colomb aurait complètement recréé en Amérique la légende des Chalybes asiatiques50. L'Amiral, malgré les erreurs qu'il a commises sur l'étendue de l'Eurasie, était cependant suffisamment expert pour ne pas confondre Proche et Extrême-Orient. Peut-être avait-il d'autres raisons pour penser aux Chalybes. Une telle légende, soigneusement reconstituée, pouvait entraîner l'adhésion des esprits peu critiques et devenir une preuve supplémentaire de la découverte de l'Asie. Faut-il penser que son aveuglement était si grand, qu'il faisait... flèche de tout bois ? Colomb aurait-il identifié — comme le suppose Enrique de Gandía51 — les îles Mâle et Femelle que l'on plaçait à proximité des côtes de l'Asie avec les îles Carib et Matinino dont lui parlaient les Indiens ? Nous aurions alors une explication plausible de l'apparition des Amazones antiques dans l'archipel des Antilles.

No 4 - Première gravure représentant les indigènes du Nouveau Monde ; parue à Augsbourg entre 1497 et 1504. L'antropophagie des Indiens y est singulièrement mise en valeur.

No 5 - Les "Canibali" représentés sur un planisphère illustrant le Novvs Orbis de Grynæus (Bâle, 1555).

Notes

1 Cf. A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., vol. 1, p. 214 (art. "Caníbales o Caribes").

2 Cf. G. Friederici, Amer. Wört., op. cit., p. 143-145 (art. "Caribe").

3 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 103 (Domingo 21 de octubre).

4 Ibid., p. 112 (Lunes 12 de noviembre).

5 Ibid., p. 116 (Viernes 23 de noviembre).

6 Ibid., p. 119 (Lunes 26 de noviembre).

7 Ibid., p. 127 (Martes 11 de diciembre).

8 Ibid., p. 141 (Miércoles 26 de diciembre). Las Casas parle pourtant de "Caritaba o Caribana", cf. Hist. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 53, p. 180.

9 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 141 (Miércoles 26 de diciembre).

10 José Juan Arrom, dans une note explicative de son éd. d'Hernán Pérez de Oliva, pense que les deux noms espagnols procèdent d'un même mot indigène : "Los términos españoles caribe y caníbal son, por consiguiente, formas diferenciadas de una misma voz indígena." Or, il y a bien 2 vocables indigènes différents. Cf. Hernán Pérez de Oliva, Historia de la Inuencion de las Yndias, Estudio, edición y notas de José Juan Arrom, Bogotá, Publicaciones del Instituto Caro y Cuervo – t. XX, 1965, Narración 1a, p. 46, n. 19. Arrom y signale deux études intéressantes : Pedro Henríquez Ureña, "Caribe", dans Para la historia de los indigenismos, Buenos Aires, 1938, p. 95-102, et Douglas Taylor, "Carib, Caliban, Cannibal", dans International Journal of American Linguistics, vol. 24 (1958), p. 156-157.
Christophe Colomb ira même beaucoup plus loin, en créant, le terme caribal. Cf. C. Colón, Tercer Viaje, op. cit., p. 208 et 211.

11 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales..., ch. 11, p. 401.

12 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 1, p. 12.

13 Ibid., déc. 1, p. 21.

14 Ibid., déc. 8, p. 685.

15 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 131, p. 352.

16 Ibid., t. 2, liv. 2, ch. 19, p. 52. Cf., également, Apol. Hist., t. 2, ch. 205, p. 242.

17 Cette appellation apparaît dans la lettre envoyée à R. Sánchez. Cf. C. Colón, Carta a R. Sánchez, op. cit., p. 179.

18 Cf. C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 151 (Domingo 13 de enero) :
"(...) estaban con gran temor de Carib, y en algunas le llamaban Caniba, pero en la Española Carib (...)"

19 Le mot Caribes apparaîtra plus tard. Nous le trouvons ainsi dans 2 documents datés de 1515, deux lettres royales adressées à Pedrarias Dâvila (AGI, Indiferente General, leg. 419, vol. V, fol. 161 v°-162 r° et leg. 419, vol. V, fol. 162 v°-163 r°), dans une lettre du 28 février 1515 adressée aux "juezes de apelacion" de l'île Española (AGI, Indiferente General, leg. 419, vol. V, fol. 163 r°-163 v°) ainsi que dans une autre lettre adressée à Juan Ponce de León (AGI, Indiferente General, leg. 419, vol. V, fol. 182 r°-183 r°). Tous ces documents sont reproduits dans R. Laguarda Trias, El predescubrimiento..., op. cit., p. 184-188.

20 Provision para poder cautivar a los canibales rebeldes (30-X-1503), dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 1, Apéndice a la Colección Diplomática, doc. no 17, p. 552-553.

21 Cf. Asiento e capitulacion que se thomo con Alonso Doxeda..., op. cit., p. 260, et Asiento e capitulacion que se thomó con Xoan de la Cassa..., op. cit., p. 221.
Cf., également, un document intitulé : Probanzas hechas por el fiscal del Rey en el pleito que siguió contra el almirante de Indias don Diego Colón, hijo del primer Almirante don Cristóbal, sobre los descubrimientos que éste hizo en el Nuevo Mundo, con las probanzas hechas también por parte del Almirante, dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 2, Suplemento 1° a la Colección Diplomática, doc. no 69, p. 343, où l’on parle des "islas de los Caníbales".

22 Américo Vespucio [Amerigo Vespucci], Segunda Navegación (De secundarice navigationis cursu), dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 2, p. 152 (p. 153 pour la trad. espagnole).

23 C'est ce que déduit aussi, plaisamment, Rabelais dans le lexique explicatif qu’il place à la fin de son Quart Livre. Pour lui, les Cannibales vivent en Afrique :
"Canibales, peuple monstrueux en Africque, ayant la face comme chiens et abbayant en lieu de rire."
Cf. François Rabelais, Le Quart Livre des faicts et dicts héroïques du bon Pantagruel, Paris, Garnier-Flammarion, 1971, p. 234 (Briefve Declaration d'aucunes dictions plus obscures contenues on quatriesme livre des faicts et dicts heroïques de Pantagruel).

24 A. Bernáldez, Memorias..., op. cit., ch. 118, p. 277.

25 Père Labat, Voyages du Père Labat aux Isles de l'Amérique, Adapté des textes originaux par Alain Gheerbrant (...), Paris, Club des Libraires de France, 1966, 1ère part., p. 85.

26 Ibid., lère part., p. 85.

27 Cf. A discourse of the necessitie and commoditie of planting English Colonies upon the North partes of America, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 6, p. 51.

28 P. Martyr Anghiera, De Orbe Nova, op. cit., déc. 1, ch. 1, p. 12-13.

29 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., part. 3, Historia de Cartagena, canto 7, p. 415.

30 Doctor Diego Álvares Chanca, Carta que escribió a la ciudad de Sevilla [imprimée sous le titre Segundo Viaje de Cristóbal Colón], dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 1, p. 186. Cette lettre est, semble-t-il, de 1493.
Nous n’avons pas, pour le 2e voyage de Colomb, l'équivalent de l'utile journal de bord du 1er voyage. Seules des sources indirectes nous renseignent sur cette expédition. La lettre de Chanca est l'une des plus importantes. Cf. P. Chaunu, L'Expansion européenne.... op. cit., part. 2, ch. 3, p. 211, no 1.

31 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 131 (Lunes 17 de diciembre).

32 P. José Gumilla, El Orinoco..., op. cit., part. 1, ch. 6, p. 108.

33 Luis de Góngora y Argote, Comedia de Las Firmezas de Isabela (1610), Acte 3, vers 2900-2901 et 2906-2909, dans Obras Completas, Recopilación, prólogo y notas de Juan Millé y Gimenéz – Isabel Millé y Giménez, Madrid, Aguilar, 1961, p. 795.

34 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 1, Descripción de las Indias Occidentales, ch. 7, p. 38.

35 A. Thevet, Singul.. op. cit., ch. 61 (38), p. 156.

36 M. de Montaigne, Essais, op. cit., liv. 1, ch. 31, p. 200-213.

37 Ibid., liv. 1, ch. 31, p. 200-213.

38 Cf. A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 7, déc. 3, liv. 8, ch. 10, p. 319.

39 C. Colón, Memorial que para los Reyes Católicos dió el Almirante Don Cristóbal Colón, en la ciudad Isabela, a 30 de enero de 1494. a Antonio de Torres, sobre el suceso de su segundo viaje a las Indias ; y, al final de cada capitula, la respuesta de Sus Altezas, dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit. vol. I, p. 199.

40 Père Raymond Breton, Relations de l'île de la Guadeloupe, t. 1, Basse-Terre, Société d'Histoire de la Guadeloupe, 1978, Bibliothèque d'Histoire Antillaise, Collection publiée par la Société d'Histoire de la Guadeloupe, no 3,1, Relation française (1647), ch. 1, p. 52.

41 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., t. 2, ch. 205, p. 244.

42 C. Colón, Primer Viaje, op. cit. p. 141 (Miércoles 26 de diciembre). Voir supra.

43 Cf. Strabon, Géogr., op. cit., liv. 12, ch. 3, p. 499.

44 Caius Valerius Flaccus, Les Argonautiques (Argonauticon), dans Lucrèce. Virgile. Valérius Flaccus, Œuvres complètes avec la traduction en Français publiées sous la direction de M. Nisard (...), Paris, Firmin-Didot et Cie (...), 1880, liv. 4, vers 612, p. 540.

45 Cf. P. Grimai, Dict. de la myth., op. cit., art. "Cyclopes", p. 108.

46 C. Valerius Flaccus, Les Argonautiques, op. cit., liv. 5, vers 143-144, p. 546.

47 Voir supra.

48 Cette coutume existait aussi au Canada, en Guyane et au Brésil. Cf. C. Valerius Flaccus, Les Argonautiques, op. cit., n. du vers 148, p. 604, et Gilberto Freyre, Maîtres et Esclaves (Casa Grande e Senzala), Traduit du portugais par Roger Bastide, Préface de Lucien Febvre, Paris, Gallimard-N.R.F., 1952, col. "La Croix du Sud", ch. 2, p. 110-111 et n. 86, p. 445-446.

49 Cf. Aristotle, On Marvellous Things Heard (Minor Works), op. cit., no 28, p. 249.

50 Cf. E. de Gandía, Hist. Crít., op. cit., ch. 3, p. 45-52.

51 Ibid., ch. 3, p. 150, no 5.

Table des illustrations

Légende No 4 - Première gravure représentant les indigènes du Nouveau Monde ; parue à Augsbourg entre 1497 et 1504. L'antropophagie des Indiens y est singulièrement mise en valeur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende No 5 - Les "Canibali" représentés sur un planisphère illustrant le Novvs Orbis de Grynæus (Bâle, 1555).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 418k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search