Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Deuxième partie : Les premiers accès de l'imagination

Chapitre VIII. Les monstres

Texte intégral

1Christophe Colomb, séduit par le paysage merveilleux qu'il avait découvert, croyait fermement se trouver à proximité du Paradis. Les "Indiens" qu'il avait vus et présentés comme des créatures pacifiques et incapables d'imaginer le mal, semblaient s'insérer parfaitement dans un décor idéal.

2L’Amiral sentait bien, pourtant, que derrière cette façade devait exister une autre réalité. Comment était-il possible qu'il n'eût pas retrouvé dans son Asie toutes ces merveilles, toutes ces curiosités qui agrémentent les pages de Marco Polo et de Jean de Mandeville ! Tout voyageur qui parcourait de lointaines contrées se devait d'aller de surprise en surprise ! Et Colomb cherche. Il s'arrête peu, se contentant de reconnaître rapidement les côtes. Pris d’une véritable boulimie de découverte il sillonne la mer des Caraïbes en changeant souvent de cap. Le moindre "renseignement" obtenu auprès des autochtones est immédiatement exploité. On lui signale l'existence de monstres... Il ne les trouve pas. Mais il garde bon espoir de les voir un jour :

  • 1 Cristóbal Colón, Carta del Almirante Cristóbal Colón escrita al Escribano de Ración [Luis de Santá (...)

"Jusqu'à présent ("fasta aquí") je n’ai point trouvé dans ces îles d'hommes monstrueux ainsi que beaucoup le pensaient (...)1 "

3déclare-t-il dans une de ses lettres. Notons au passage ce fasta aquí révélateur. Un esprit médiéval s'attend toujours à rencontrer des monstres. D'ailleurs la phrase précédente prouve que son sentiment était partagé. Cet Extrême-Orient que l'on venait d'atteindre serait-il donc si décevant ?

1 - La monstruosité

4Le monstre a toujours eu un grand pouvoir de fascination, mais le Moyen Âge est certainement l'époque où il connu le plus grand succès.

  • 2 Nous empruntons l'expression à Jurgis Baltrusaitis. Cf. Le Moyen Âge fantastique, op. cit., ch. I, (...)

5L'héritage de L'Antiquité monstrueuse"2 avait été largement mis à profit et l'apport du monde islamique fut loin d'être négligeable. Aussi, le monstre apparut-il comme un objet de curiosité qui avait autant d'importance que l'or et les pierres précieuses. Les asientos et les capitulaciones, ces contrats passés entre la Couronne de Castille et les explorateurs, reflètent bien, dans les premiers temps de la Découverte, l'intérêt extraordinaire qu'éveillaient les monstres.

6Le 5 juin 1500, une autorisation (licencia) est donnée à Rodrigo de Bastidas "pour partir à la découverte avec deux navires", et le texte précise :

  • 3 Asiento con Rodrigo de Bastidas, vecino de la ciudad de Sevilla, para descubrir por el mar Océano c (...)

"Item : que de tout l'or, de l'argent, du cuivre, du plomb, de l'étain, du vif argent, et de tout autre métal, perle,s pierres précieuses, joyaux, esclaves, noirs et hommes basanés qui soient réputés et tenus pour esclaves dans nos possessions, que de tous les monstres, serpents et autres animaux divers, oiseaux, épices, drogues, et autres choses quelles qu'elles soient et quels que soient leurs nom, qualité et valeur hormis celles qui sont destinées à l'équipement (...) Nous recevions le quart du total et que les trois autres quarts soient pour vous ledit Rodrigo de Bastidas (...)3 ".

  • 4 Capitulación hecha en nombre de los Señores Reyes Católicos con el comendador Alonso Vélez de Mendo (...)

7Le montre (monstruo) était donc considéré comme un objet de valeur très recherché. Mais il ne s'agissait pas de la manifestation passagère d'une profonde curiosité car les mêmes indications se retrouvent, mot pour mot, dans la "Capitulatión établie au nom des seigneurs Rois Catholiques avec le commandeur Alonso Vélez de Mendoza et ses répondants (...)" datée du 20 juillet de la même année4. Nous voilà donc en présence d'une formule officielle, employée régulièrement, qui prouve que les monstres jouissaient d'une grande faveur.

8Le 14 février 1504, un nouvel "Asiento e capitulación" est signé, cette fois avec Juan de la Cosa ("Xoan de la Cossa"). Les Rois Catholiques passent un contrat avec le navigateur. On l'autorise à rechercher :

  • 5 Asiento e capitulacion que se thomó con Xoan de la Cossa, para yr a descobrir - (Medina del Campo, (...)

"(...) l'or et l'argent et les autres métaux, les perles et les pierres précieuses, les monstres, serpents, animaux, poissons, oiseaux, épices et drogues (...)5 "

9Le seul changement appréciable que l'on puisse noter dans la formule concerne les esclaves qu'il est interdit de ramener :

  • 6 Ibid., p. 221.

"(...) excepté que vous ne puissiez ramener des esclaves déclarés officiellement esclaves par Nous, qui sont ceux qui résident dans les Îles de San Bernardo et Isla-Fuerte et dans les ports de Cartagena et dans les Îles de Barú que l'on nomme cannibales6."

  • 7 Asiento e capitulacion que se thomó con Alhonso Doxeda para yr a descobrir a las Indias – (Medina d (...)
  • 8 Capitulacion que se toma con Diego de Nicuesa y Alonso de Ojeda (Año de 1508), (Burgos, 9-VII-1508) (...)

10La politique de la Couronne a quelque peu changé, mais l'intérêt pour les monstres ne faiblit pas. Notons cependant que le monstre ne semble pas relever, pour l'Administration royale, de l'espèce humaine dont on "protège" la catégorie inférieure constituée par les esclaves. Et les mêmes indications se retrouvent exactement dans l"’Asiento e capitulación" octroyé à "Alhonso Doxeda" le 30 septembre 15047 et dans la capitulación qui concerne Diego de Nicuesa et Alonso de Ojeda signée en 15088.

11Il semble donc tout naturel, à l'aube du XVIe siècle, que l'on puisse rencontrer des monstres dans les Terres Nouvelles.

***

  • 9 Claude Kappler, Monstres..., op. cit., ch. 6, p. 207.

12La notion de monstruosité, telle qu'elle apparaît dans les documents précédents paraît bien vague. On peut cependant en déduire qu'à l'époque des Rois Catholiques, le monstre est une créature qui sort de l'ordinaire, de la norme généralement admise, celle-ci, comme le précise Claude Kappler, "étant un postulat du sens commun"9.

  • 10 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 1, ch. 58, p. 194.
  • 11 Ibid., vol. 1, ch. 56, p. 187.

13Tout ce qui surprend, tout ce qui étonne, tout ce qui est "extra-ordinaire" est donc qualifié de "monstrueux". Et l'on constate que, quelques années plus tard, Fray Bartolomé de Las Casas parle encore de "monstrueuses pierres"10 ou de "pièces si nombreuses et si grandes et par-là même monstrueuses"11, et que Juan de Castellanos évoque le

  • 12 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., parte III, Hist. del Choco, canto 1, p. 555.

"Cacique Toné, dur barbare
Jeune et vigoureux, un gaillard agile
Audacieux et doté d'une force monstrueuse12."

14Mais le vocable s'applique surtout aux êtres vivants. Le monstre n’est pas humain et Amerigo Vespucci marque bien cette différence en décrivant les indigènes :

  • 13 Transcrit par E. Charton, Voyageurs..., op. cit., vol. 2, t. 3, p. 201.

"(...) au premier abord — dit-il — ces faces toutes trouées et couvertes de pierres semblent plutôt celles de monstres que d'hommes véritables13."

15Il s'agit donc d'une catégorie très particulière.

16José de Acosta déclare dans son De Procuranda Indorum Salute :

  • 14 José de Acosta, De Procuranda Indorum Salute. O Predicación del Evangelio en las Indias, dans Obra (...)

"Les barbares ont un caractères qui semble tenir de l'homme et de la bête féroce, et leurs mœurs sont telles que plus que des hommes ils semblent des monstres humains. C'est pourquoi il faut établir avec eux des relations qui soient à la fois humaines et sauvages jusqu'à ce qu'ils en viennent à oublier peu à peu leur sauvagerie originelle, adoucissent leurs mœurs et s'adaptent à la discipline humaine et aux coutumes propres aux hommes14."

17Il apparaît ainsi clairement que le monstre n'est pas uniquement un être bizarre, une erreur de la Nature, une sorte d'aberration, ni le résultat d'on ne sait quel croisement fabuleux d'homme et de chien, de femme et de poisson, de serpent et d'oiseau. Le nom peut fort bien être attribué à des êtres primitifs que la civilisation n'a point encore améliorés. Mais, malgré l'optimisme affiché par le Père Acosta, on sent, quoiqu'il écrive avec prudence — il emploie deux fois le verbe parecer ('sembler’) —, que le "monstre humain" tient, pour lui aussi, beaucoup de la brute.

  • 15 Cité par G. Chinard, L'Exotisme américain..., op. cit., p. 147.

18Villegagnon — que cite Jean de Léry dans la préface de sa relation — considérait les Indiens du Brésil comme "gens farouches et sauvages, esloignez de toute courtoisie et humanité" et il concluait, tout comme José de Acosta : "en somme qu’il me venait en penser assavoir si nous estions tombés entre des bestes portant figure humaine"15.

  • 16 Ambroise Paré (Conseiller, et Premier Chirvrgien du Roy), Des Monstres. Des Prodiges. Des Voyages,(...)

"Monstres sont choses qui apparaissent outre le cours de Nature (et sont le plus souvent signes de quelque malheur à venir (...)16 "

19écrit Ambroise Paré dans la préface de son traité Des Monstres, rappelant ainsi l’une des valeurs que l'Antiquité donnait à ce mot. Comme le souligne Jean Céard, Cicéron pensait, en effet, "

  • 17 Jean Céard, La Nature et les prodiges. L'insolite au XVIe siècle, en France, Genève, Librairie Dro (...)

(...) que les monstres sont au nombre des prodiges par lesquels les hommes croient que les dieux s'adressent à eux, leur font part d'avis, d'avertissements, de menaces17."

20Mais cet aspect du monstre semble bien, dès les premiers temps de la colonisation du continent américain, s'être considérablement estompé. Le monstre est alors essentiellement un objet de curiosité, voire de crainte.

"Le Monstre suscite étonnement, malaise, angoisse ou effroi par son étrangeté, sa différence, son instabilité de mutant."

  • 18 Gérard Luciani, "Les monstres dans “La Divine Comédie”", dans Circé no 5 (Cahiers de Recherche sur (...)

21signale Gérard Luciani dans son étude sur les monstres dans la Divine Comédie18, où il donne cette utile précision :

  • 19 Ibid., p. 7.

"Dans monstre il y a l'idée de "montrer", donc de "voir" : monstre implique spectateur, voyeur19."

22La curiosité des explorateurs de l'Amérique, toujours en éveil, saura bien trouver ces monstres indispensables pour étonner ceux qui n'avaient pas traversé l'Atlantique.

2 - Les animaux monstrueux

  • 20 Fray Bernardino de Sahagún, Historia General de las Cosas de Nueva España, Ms. conservé à la Bibli (...)

23Les Européens ont pu recueillir auprès des indigènes des témoignages concernant les monstres du règne animal que l'on pouvait voir dans le Nouveau Monde. C'est ainsi que Fray Bernardino de Sahagún consacre, dans le livre XI de son Historia General20 plusieurs paragraphes à des bêtes étranges, des animaux surprenants, qu'il qualifie régulièrement de "monstrueux". Voici, par exemple, quelques titres du chapitre 5 :

  • 21 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen., op. cit., t. 3, liv. XI, ch. 5, fol. 81 v°, 83 r°, 86 r°

"Paragraphe troisième : du serpent à deux têtes, (fol. 81 v°)
Paragraphe quatrième : de quelques serpents cornus et de leur monstrueuse proprièté (fol. 83 r°)
Paragraphe cinquième : d'un serpent monstrueux par sa taille et son venin, et d'autres de la même manière (fol. 86 r°)21."

***

24Les serpents monstrueux ne manquent pas dans les Indes Occidentales et nombreux sont les témoins qui rapportent des faits étonnants à ce propos.

  • 22 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 8, ch. 7, p. 698.

"Sur certaines plages — écrit Pietro Martyre — naissent d'énormes serpents. Lorsqu'il arrive aux matelots de s'endormir, ils se glissent sur le flanc des navires, y pénètrent, tuent, déchirent et dévorent en un clin d'œil les malheureux qui dorment, comme font les vautours quand ils s'abattent sur les cadavres22."

25L'historien José de Oviedo y Baños parle d'un autre serpent du Venezuela qui effraya les membres de l'expédition de Federmann :

  • 23 José de Oviedo y Baños, Historia de la Conquista y Poblacion de la Provincia de Venezuela escrita (...)

"(...) et Fedreman [sic] désirant connaître la cause de cette désolation, apprit de la bouche de quelques prisonniers indiens que dans les eaux de ce fleuve [à l'intérieur des llanos] vivait un animal si redoutable, si carnivore et vorace qu'il avait détruit une grande partie de ces villages en dévorant leurs habitants et que les autres, apeurés, avaient abandonné ce pays pour aller se réfugier en un lieu plus retiré, fuyant la sauvagerie d'un ennemi aussi nocif. Fedreman connut ce récit après qu'une nuit, avec ses soldats, il eût entendu les épouvantables rugissements que cette bête sauvage poussait dans l'eau. Certains assuraient avoir réussi à l'apercevoir et l'on affirmait que c'était une sorte de serpent de taille épouvantable23."

  • 24 Ruy Díaz de Guzmán, La Argentina. Historia del descubrimiento, conquista y población del Río de la (...)
  • 25 B. Cobo, Hist., op. cit., t. 1, liv. 9, ch. 36, p. 355.

26Mais Ruy Diaz de Guzman évoque aussi, au début du XVIIe siècle, un serpent monstrueux ("monstruosa culebra") qui sème l'effroi : "enfin il était si horrible et monstrueux — conclut-il — qu'il remplit tout le monde de frayeur"24. Et l'on signale l'existence de serpents à deux têtes ; le Père Bernabé Cobo consacre le chapitre 36 de son livre 9 à un tel monstre25. Vers la fin du XVIIIe siècle même, Gerónimo Matorras relate la découverte d'une vipère ("víbora") curieuse dans la région du Gran Chaco :

  • 26 Gerónimo Matorras, Diario de la expedición hecha en 1774 a las Paises del Gran Chaco desde el fuer (...)

"Le major Don Agustín López, individu très sérieux, dit en avoir vu une autre [vipère] d'aspect très particulier, car à chaque extrémité se trouvait une tête, et que lorsqu'on la repoussait d’un côté elle reculait sans que son corps se tournât. On envoya un soldat la chercher et une fois qu’on l'eût apportée au camp nous pûmes vérifier que le major avait dit la vérité et nous fûmes très surpris (26."

***

  • 27 Capitán Bernardo de Vargas Machuca, Milicia v Descripción de las Indias. Escrita por el Capitán D. (...)
  • 28 A. Thevet, Le Grand Insulaire..., op. cit., ch. 2, p. 323.

27Mais les serpents ne sont pas les seuls êtres étranges que l'on aperçoit dans le Nouveau Monde. Bernardo de Vargas Machuca signale un "mouton avec une patte de devant et deux pattes de derrière qui se fit très gros dans le Royaume de Nouvelle Grenade" et un "agneau" à tête humaine qui avait "toute la moitié avant avec des traits et le visage d'une personne et l'épiderme tout aussi lisse"27. On trouve aussi l'oiseau du pays Guinacua, "monstrueux au possible, que décrit André Thevet28 et toutes ces bêtes féroces dont parle Pietro Martyre :

  • 29 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 9, p. 519.

"Aussi ces lieux déserts [Panama] sont-ils fréquentés par des léopards, des tigres, des lions, des ours, des singes de toute espèce et d'autres monstres. On raconte sur ces animaux féroces des choses extraordinaires29."

28On rapporta même des Indes Occidentales un animal tout à fait symbolique pour la monarchie espagnole : un aigle à deux têtes qui, d'après Solórzano y Pereyra, ne semblait pas être un spécimen unique :

  • 30 J. de Solórzano y Pereyra, Polit. Ind., op. cit., liv. 1, ch. 6, par. 31, p. 68.

"En ce temps-là, le marquis de Valero, qui fut ensuite duc d'Arión, rapporta de México, où il fut vice-roi, un aigle à deux têtes qu'il donna au monastère de l'Escorial ; il racontait que cette race d'aigles existait dans la Nouvelle-Espagne30."

***

  • 31 B. Arzáns de Orsúa, Hist. Potosí, op. cit., part. 2, liv. 3, ch. 22, p. 419-424.
  • 32 André Thevet, La Cosmographie universelle d'André Thevet cosmographe du Roy. Illustrée de diverses (...)
  • 33 Alexandre de Humboldt, Examen ait., op. cit., section 2, p. 221.

29Les animaux monstrueux, dont la description agrémente relations et chroniques sont légion. Tout ce qui est extraordinaire dans le règne animal est soigneusement enregistré. Bartolomé Arzáns qui consacre, au milieu du XVIII siècle, un long chapitre de son Historia de Potosí à l'événement d'importance que représente "la parturition monstrueuse d'une chatte", cultive une tradition séculaire31. Mais dans ce XVIe siècle qui s'éloigne lentement du Moyen Âge, les monstres sont encore de vrais monstres qui n’ont pas encore glisse vers la catégorie des prodiges. L'étrange animal Haüt, que décrit longuement André Thevet, cette "Beste qui vit de vent", a un aspect épouvantable32. La "naïve crédulité" et le "goût de l’exagération" qu'Alexandre de Humboldt attribue à Amerigo Vespucci33, semblent alors communément partagés.

3 - Les animaux fabuleux

30Certains de ces animaux monstrueux étaient connus depuis fort longtemps. Les griffons, dragons, harpies et autres licornes qui hantaient depuis des siècles l'imagination des Européens, vont curieusement apparaître en Amérique et rajeunir ainsi d’antiques légendes, d’ailleurs jamais complètement oubliées.

***

  • 34 Cf. E. Charton, Voyageurs..., op. cit., vol. I, t. I, p. 163.
  • 35 Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 2, ch. 195, p. 470.

31La licorne, la "beste" préférée du Moyen Âge existait vraiment : Ctésias l'avait bien décrite34 ! Marco Polo assurait que l'on travaillait son cuir dans le royaume de Coçurat (Goudjerat, en Inde)35. Le roi de France lui-même, d'après Ambroise Paré, trempait la corne de cet animal dans la coupe de vin qu'il allait boire car cet objet merveilleux servait de puissant antidote ! A vrai dire, Paré doute fort de la vertu de cette corne, mais reconnaît — en répliquant aux critiques adressées à son Discours de la Licorne — que cet animal doit exister puisque les Écritures en parlent :

  • 36 A. Paré, Des monstres..., op. cit., p. 172. A. Paré évoque ici le narval qui passait pour une lico (...)

"Je cite cinq passages de la Sainte Ecriture dans mon Discours de la Licorne. Je crois donc qu'il y a toujours eu, et qu'il y a encore des Licornes, non seulement sur la Terre, mais aussi dans la Mer36."

  • 37 Cf. François Pyrard de Laval, Voyage de François Pyrard de Laual contenant Sa nauigation aux Indes (...)

32On imaginait très souvent que la licorne vivait en Asie37, cependant certains la plaçaient aussi en Afrique et même en Amérique. Ambroise Paré donne encore cette précision :

  • 38 A. Paré, Des Monstres..., op. cit., (Discours de la Licorne), ch. 1, p. 135.

"(...) les uns disent que c'est une bête inconnue et étrange, et qu'elle naît aux Indes, les autres en Ethiopie, les autres ès Terres-Neuves, les autres ès déserts (...)38 "

  • 39 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 3, déc. 4, liv. 10, ch. 13, p. 335.
  • 40 B. Cobo, Hist., op. cit., t. I, liv. 7, ch. 52, p. 311.
  • 41 F. López de Gómara, Hisp. Vict., 1, p. 202.

33Chez les auteurs espagnols on trouve peu de licornes américaines. Tout juste si Antonio de Herrera signale, sans donner le nom, "un animal grand comme un cheval avec une corne ronde sur le front"39 qui semble avoir quelque ressemblance avec la fabuleuse bête. Mais est-ce bien elle ? Encore précise-t-il que ce sont les Indiens qui en parlent. Le Père Cobo consacre un chapitre de son Historia40 au "peje-unicornio" (le narval), mais, point de licorne terrestre. Et López de Gómara affirme de son côté : "il n'y a point dans nos Indes de licornes ni d’éléphants"41.

  • 42 Carte anonyme : Détail de la côte Atlantique de l'Amérique, extrait d'un atlas anonyme, vers 1540. (...)
  • 43 Carte de Desceliers (1542) : Canada. Conservée par la Harleian Library. Reproduite partiellement da (...)
  • 44 Mappemonde de Desceliers, dite "Carte du Dauphin ou de Henri II" (v. 1546). Reproduite dans Le Mond (...)
  • 45 Jean Alphonse de Xanctoigne [Jean Fonteneau dit Alfonse de Saintonge], Le routier de Jean Alphonse (...)
  • 46 Sir J. Hawkins, Second Voyage, op. cit., p. 76.

34Or, nous voyons des licornes sur certaines cartes de l'Amérique du Nord. Sur l'une d'elles, conservée à La Haye, extraite d'un atlas anonyme paru vers 1540, apparaît le dessin d'une licorne — accompagnée d'un éléphant et d'un lion — sur la partie nord-est des Etats-Unis42. Une carte de Desceliers, qui représente le Canada — conservée par la Harleian Library —, et dessinée en 1542, nous montre deux licornes43. Et la mappemonde de 1546, dite "du Dauphin", réalisée par le même Desceliers — conservée à la Bibliothèque Nationale de Paris — porte le dessin d'une licorne en Amérique du Nord44. Pure fantaisie de cartographes désireux d'enjoliver leurs cartes ? Ce n'est pas improbable. Considérons cependant que plusieurs témoignages écrits signalent la présence de licornes dans la partie septentrionale du Nouveau Monde. Ambroise Paré, nous l'avons mentionné, indiquait la possibilité que l’on en trouvât dans les "Terres-Neuves", mais Jean Alfonse de Saintonge écrit dans son Routier45 que "les Sauvages [de la côte est de l'Amérique du Nord] disent qu'il s'y trouve des Unicornes", et John Hawkins, dans le récit de son deuxième voyage, précise, tout en livrant l'information avec précaution ("I am not able certainly to say"), qu'il y aurait des lions, des tigres et des licornes en Floride ("(...) but it is thought that there are lions and tigers as well as unicorns.")46.

35La licorne américaine intéresse donc les Français et les Anglais, alors que les Espagnols vont jusqu'à nier son existence outre-Atlantique.

***

  • 47 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 51, p. 199.

36Le dragon, tout comme la licorne, apparaissait dans le texte de la Bible (Genèse, ch. 1, verset 21, par exemple), et il était, par conséquent, hors de question de nier son existence. Si Bernai Díaz del Castillo se borne à comparer des idoles mexicaines à des dragons ("et elles avaient l'aspect d'épouvantables dragons")47, d'autres, tel Mendieta, rapportent des récits indigènes qui en parlent. Ainsi, au Nicaragua :

  • 48 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 9, p. 27.

"Les Indiens affirmèrent que le courant qui descendait des montagnes avait entraîné deux énormes dragons qui avaient les yeux aussi grands que la forme d'un chapeau et que ce même courant les emmena vers la mer, qui n'est pas très éloignée48."

37Il est des "témoins" qui nient l'existence de dragons en Amérique, comme Thevet qui — une fois n'est pas coutume — fait preuve de réalisme :

  • 49 André Thevet, Histoire d'André Thevet Angoumoisin, Cosmographe du Roy, de deux voyages par lui fai (...)

"Sa bourde en est aussy gentille, que ce qu'il amene [Urbain Chauveton], qu’en la Floride il y a des serpents ailés49."

  • 50 Lawrence Keymis, A Relation of the second Voyage to Guiana, performed and written in the yeere 159 (...)

38De même, Lawrence Keymis (en 1596) ne croit pas à la fable ("of a dangerous Dragon") que raconte un Indien de Guyane50.

39Mais certains auteurs enregistrent des informations concernant les dragons. Pietro Martyre, par exemple, signale à propos de la région de Dobaïba (dans le Darién) :

  • 51 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 3, ch. 4, p. 271.

"On raconte que les marécages de cette partie resserrée du continent nourrissent en grand nombre des crocodiles, des dragons, des chauves-souris et des cousins, tous très redoutables51."

40La présence de reptiles et de chauves-souris a peut-être excité l'imagination des explorateurs !

41Gonzalo Fernández de Oviedo, évoquant la triste fin de certains conquistadores, affirme, lui aussi, l’existence de dragons américains :

  • 52 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 4, liv. 33, ch. 41, p. 195.

"(...) ils sont enterrés sur ces plages, noyés dans ces mers ou dans ces fleuves, et d'autres ont été engloutis par les requins, les dragons, les crocodiles et les poissons ou par des bêtes sauvages telles que les tigres, les lions et d'autres animaux (...)52 "

42Et Antonio Vázquez de Espinosa décrit un animal du Guatemala qui en a toutes les caractéristiques :

  • 53 A. Vàzquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., I, liv. 5, ch. 5, p. 148.

"De nombreux Indiens du village d'Acatepeque étant allés à la pêche, ils entendirent de grands sifflements et virent venir un animal qui s'approchait d eux et les regardait. Ses yeux semblaient de braise. Pris de panique ils grimpèrent aux arbres et virent qu'il s'agissait d’une manière de serpent. Il avait des pattes de la dimension approximative d'un empan et par-dessus des sortes d’ailes. Il était aussi grand qu'un cheval et marchait lentement. Ces Indiens n’eurent plus jamais l'audace de se rendre en ces lieux. D'autres confirmèrent tout cela53."

43Si l'on ajoute à tout cela les nombreuses représentations du mythique serpent à plumes (Quetzalcoatl) que les explorateurs du Mexique eurent constamment sous les yeux, on peut croire que, pour certains explorateurs, la réalité des dragons américains ne faisait aucun doute.

44Il y aurait donc des dragons dans le Nouveau Monde ! Le détail est d'importance si l'on se rappelle que cet animal fabuleux était régulièrement présenté, dans l'Antiquité mais aussi dans les romans de chevalerie, comme le féroce gardien des trésors interdits. Sa présence sur le sol américain était donc de bon augure.

***

  • 54 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 7, ch. 10, p. 652.

45Si des oiseaux "presque semblables à ces harpies des Strophades célébrées par la poésie" sont signalés par l'érudit Pietro Martyre54, c'est un autre volatile fabuleux, le griffon, qui apparaît avec plus de régularité. Son existence, attestée depuis l'Antiquité ne semblait pas devoir être mise en doute. De nombreux témoignages nous assurent qu'on peut le trouver sur le continent américain, et ceci dès l'époque de la Découverte.

46Au cours de son second voyage outre-Atlantique (1493-1496), Christophe Colomb a vu des traces de griffons sur le sable d'une plage. Andrés Bernáldez, le chroniqueur des Rois Catholiques, un familier de l'Amiral, nous conte le fait :

  • 55 A. Bernáldez, Memorias..., op. cit., ch. 128, p. 321.

"Le lendemain d'autres furent le long de la plage et découvrirent les traces d'énormes bêtes pourvues de cinq griffes : c'était une chose épouvantable. Ils estimèrent qu'il s'agissait de griffons. Celles des autres bêtes étaient, d'après eux, des traces de lions. Ils s'en retournèrent eux aussi55."

47On voit combien ces découvreurs étaient nourris d'anciennes légendes ! De simples traces... et l'imaginaire reprend le dessus !

48Le 17 décembre 1502, Colomb, qui recherchait les mines de Veragua, retrouva ces fameux griffons. Hernando Colón, qui accompagnait son père au cours de son quatrième voyage, est un témoin oculaire de l'événement qu’il relate dans son Historia :

  • 56 H. Colón, Hist...., op. cit., ch. 94, p. 310.

"(...) en débarquant nous vîmes que les habitants avaient leurs demeures dans le feuillage des arbres, tout comme les oiseaux : sur des pieux placés entre deux branches, se trouvent construites leurs cabanes, car ce nom convient mieux que celui de maison. Nous ne savions pas quelle était la véritable raison de cette coutume étrange, mais nous pensâmes qu'ils agissaient ainsi de peur des griffons qu'il y a dans ce pays, ou par crainte des ennemis car sur toute côte on a de l'aversion pour ceux qui résident à une lieue de distance56."

49Il y avait, sans aucun doute, des griffons dans la région ! Gonzalo Fernández de Oviedo, qui rappelle que ces animaux sont mentionnés dans la Bible, rapporte des témoignages, tout en précisant qu'il n'a pas vu la fabuleuse bête. Il ne discute que l'origine supposée de l'animal :

  • 57 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 1, liv. 6, ch. 52, p. 223.

"D'aucuns prétendent que cet animal a dû naître de l'adultère ou de l'accouplement de quelque oiseau avec quelque chat ou chatte (...) Je suis, moi, d'un avis contraire (…)57"

50Vargas Machuca, lui aussi, relate une histoire de griffons :

  • 58 B. de Vargas Machuca, Milicia y Descripción..., op. cit., vol. 2, p. 135.

"Je n'ai pas entendu dire qu’il y ait des griffons quoiqu'on ait assuré qu'au Venezuela, il y a longtemps, l'un d'entre eux suivit un cavalier qui chassait, et qui s'approcha pour voir de quoi il s'agissait. Alors qu'il était à proximité de l'animal, ce dernier fondit sur lui. Dès qu'il comprit ce que c'était, il partit sur son cheval, suivi par la bête qui courait en s'aidant des ailes, jusqu'à ce qu’il parvînt à un fleuve. L'homme s'y jeta à la nage avec son cheval et le griffon resta sur la berge. Lorsqu'il fit ce récit il décrivit l'animal avec les caractéristiques d'un griffon58."

  • 59 Cf. F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 344.
  • 60 Ibid., I, p. 177.
  • 61 Cf. lerosme Giraua Tarragonoys [Girava], La situation & description des Indes, ou nouueau Monde, t (...)
  • 62 Francisco Cervantes de Salazar, Crónica de la Nueva España, Madrid, éd. Atlas, 1971 (2 vol. ), col (...)
  • 63 Antonio de Solís y Ribadeneyra, Historia de la Conquista de Méjico, población y progresos de la Am (...)

51Bien d'autres témoignages concernent des griffons américains. Gómara en a repéré au Mexique59 et dans le Labrador60 ; cette dernière information réapparaît d'ailleurs chez le cosmographe Girava61. Signalons aussi que Francisco Cervantes de Salazar62 et Antonio de Soifs63 évoquent l'existence d'un blason placé sur la façade du palais de Moctezuma, à Tenochtitlán, qui représentait l'animal :

  • 64 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 8, p. 317.

"D'aucuns disent que c’est un griffon — précise Cervantes de Salazar — et non un aigle, assurant que dans les montagnes de Teguacán il y a des griffons et que ces derniers dépeuplèrent la vallée d'Avacatlán, parce qu'ils dévoraient les habitants du lieu64."

52Les légendes de la mythologie grecque étaient donc bien utiles pour mieux comprendre certains phénomènes et se familiariser avec des animaux inconnus.

4 - Les monstres marins

53Dans la première phase de l'exploration du continent américain — essentiellement maritime et côtière — il est inévitable de retrouver des légendes de marins. Les monstres de la mer et des rivages ont également joué un rôle dans l'histoire de la découverte et de la conquête de l'Amérique.

54Quand Vicente Espinel écrit son roman picaresque La Vida de Marcos de Obregón, il prévoit un court séjour de son héros dans le Nouveau Monde et nous donne, en quelques pages, une de ces relations de voyage qui étaient si appréciées. Bien évidemment Marcos vit des monstres et, en particulier, l'un de ces monstres marins tant de fois mentionnés. Le récit, de pure fiction, a cependant une extraordinaire apparence de vérité. Il prouve, en tout cas, que la rencontre du monstre marin est l'un des thèmes indispensables pour satisfaire le lecteur de l'époque. Bien des voyageurs devaient le savoir. Le monstre de Vicente Espinel est présenté comme un énorme animal :

  • 65 Vicente Espinel, La Vida de Marcos de Obregón, dans La Novela Picaresca Española, Estudio prelimin (...)

"(...) il vit de loin un monstre marin qui épiait quelque Indien pour le dévorer. Arrivé près de lui, le monstre redressé sur ses pattes — parce qu'il était agenouillé jusqu'alors — était si grand que le Portugais n'atteignait pas le milieu de son corps (...)65 "

55Mais le monstre marin ainsi décrit est-il moins réel que le poisson qui apparaît chez Pietro Martyre ?

  • 66 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 1, p. 142.

"Ceux qui survécurent — dit-il — racontèrent qu'ils virent distinctement un poisson gigantesque, qui faisait le tour du brigantin et, d'un coup de sa queue, brisa en morceaux le gouvernail du navire (ces mers, en effet, nourrissent des monstres marins gigantesques)66."

56Il y a des poissons à l'affût qui menacent les marins peu vigilants. Pietro Martyre en donne un autre exemple tiré de la réalité :

  • 67 Ibid., déc. l, ch. 10, p. 128.

"Une certaine nuit que l’un d'entre eux [un Espagnol] descendu à terre, dormait sur le sable, un monstre sorti de la mer le saisit par le milieu du corps, l'enleva malgré la présence de ses compagnons et sauta dans la mer avec sa proie, sans que ce malheureux qui poussait des cris pût être secouru67."

57Or les légendes, qui procèdent des événements, paraissent même parfois plus fictives que les récits imaginés par les romanciers. Que devons-nous penser de cette pauvre jeune femme, provisoirement abandonnée par son amant sur une plage de l'île Santa Catalina, qu’un monstre marin poursuit de ses assiduités ? Martin de ! Barco Centenera conte l'affaire (en 1602) :

"Un poisson d'aspect épouvantable
Sortit de la mer en rampant sur le sol :
Elle s'enfuit et se jucha hors de portée
En poussant de hauts cris désespérés.
Le poisson poursuivit la malheureuse.
Elle tremblait de peur, en proie à une douleur extrême.
Le poisson qui la regardait
Semblait pousser de longs gémissements."

  • 68 M. del Barco Centenera, Argentina..., op. cit., Canto IX, fol. 66 v° Ce passage est cité par le Br (...)
  • 69 P. Magalhanes de Gandavo, Hist., op. cit., ch. 9, p. 101-106.

58Et l'auteur précise, en marge : "Un poisson exprime son amour à une femme qui, pour le fuir, s'était réfugiée sur un grand rocher68." P. Magalhães de Gandavo consacre, de son côté, le chapitre IX de son Historia au "monstre marin tué dans la capitainerie de Sam-Vicente, en 1564"69.

59Mais l'évocation des monstres marins serait incomplète si nous n'accordions pas aux tritons et aux sirènes la place qui leur est due.

***

  • 70 J. de Léry, Hist., op. cit., ch. 12, p. 169.
  • 71 Hernando de Grijalva, Relación de la jornada que hizo á descubrir en la Mar del Sur el Capitan Her (...)

60Plusieurs monstres marins ont été pris pour ces créatures mythologiques, et l'on trouve de curieuses descriptions. Jean de Léry narre ainsi, dans son Histoire, une aventure rapportée par un "sauvage", "touchant vn poisson ayant mains & teste de forme humaine"70. Hernando de Grijalva propose même dans sa Relación de 1533, des dessins du monstre qu'il a aperçu71.

61Il y a chez Pietro Martyre le récit détaillé de l'apparition d'un autre monstre à tête d'homme :

  • 72 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 8, ch. 7, p. 695.

"Les Espagnols en exploraient les rivages [de la région nommée "l'Atata"] lorsque ceux d'entre eux qui avaient les yeux tournés vers la mer, au moment où leurs compagnons jouaient et se reposaient, aperçurent au dessus des flots je ne sais quoi qui surnageait : c’était une tête humaine avec des cheveux et une barbe épaisse et des bras qui s'agitaient. Tant qu'ils se contentèrent de regarder sans ouvrir la bouche, le monstre se promena tranquillement comme s'il admirait le navire, mais les matelots ayant poussé un grand cri pour attirer l'attention de leurs camarades, le bruit effraya le monstre qui plongea non sans laisser voir la partie de son corps qui était cachée sous l'eau : elle se terminait en queue de poisson et ses battements soulevèrent les flots qui naguère étaient tranquilles. Nous pensons que c'était un Triton (...)72"

  • 73 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 2, liv. 23, ch. 5, p. 361-363.

62Et l'auteur signale ensuite qu'un deuxième triton aurait été aperçu près de l'île de Cubagua. Fernández de Oviedo dit avoir recueilli plusieurs témoignages, dont celui d'Alonso de Sancta Cruz qui, lui aussi, aurait aperçu des tritons ("algunos hombres marinos")73. Les apparitions de ces habitants de l'Océan seraient donc assez fréquentes.

63Cependant, notre premier témoin est Christophe Colomb qui — suivant la transcription de Las Casas — aurait vu, au cours de son premier voyage, des sirènes dans la mer des Caraïbes. Or, l'Amiral, qui avait une certaine expérience en la matière, semble quelque peu déçu :

  • 74 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 149 (Miércoles 9 de enero).

"La veille, alors que l'Amiral voguait vers le Fleuve de l'Or, il dit qu'il vit trois sirènes qui sortirent très nettement de la mer, mais qui n'étaient pas aussi belles qu'on le prétend car leur visage avait des traits quelque peu virils. Il dit qu'il en avait aperçu autrefois quelques-unes en Guinée sur la côte de la Maneguette [Malaguette]74."

  • 75 H. Colón, Hist..., op. cit., ch. 4, p. 57.

64Ce même renseignement est donné par Hernando Colón dans son Historia75. La méprise de Christophe Colomb, qui voyait des sirènes où, semble-t-il, il n'y avait que des lamantins, suffirait à prouver que beaucoup d'hommes de l'époque de la Découverte vivaient dans un monde très différent du nôtre : l’imaginaire y jouait un rôle de premier plan.

5 - Les monstres "humains"

  • 76 Voir, en particulier, Claude Kappler, Monstres.op. cit.

65Le Moyen Âge disposait d’une impressionnante galerie de portraits de monstres de formes, couleurs, caractéristiques diverses et surprenantes qui se combinaient parfois étrangement. Le legs de l'Antiquité gréco-latine était considérable. Si l'on ajoute à cela les curiosités décrites par les voyageurs et les légendes qui circulaient en Europe et dans le monde islamique, on ne peut s'étonner de la variété d'êtres extraordinaires qui fait le bonheur des tératologues. Des œuvres telles que le Livre d'Alexandre ou les relations des voyages de Marco Polo et de Jean de Mandeville ont eu une forte influence et enrichi grandement l'imaginaire médiéval. Alors pullulent dans les textes ces monoculi, androgynes, sciopodes, blemmyes, panoties, cynocéphales, êtres velus ou sauvages et de nombreux et étranges hybrides d'homme et d'animal76. Mais centaures, cyclopes et autres satyres existaient depuis fort longtemps !

66Or, les Européens, arrivant en pays inconnu, étaient tentés d'y retrouver les produits de ces égarements de la Nature dont ils connaissaient l’existence depuis les temps les plus reculés. Si l'on considère, en outre, que les indigènes avaient leurs propres légendes et semblaient faire preuve — au moins dans certaines régions — d'un goût tout aussi marqué pour les monstres, il faut bien admettre que le Nouveau Monde était une pépinière idéale pour ces êtres extraordinaires.

67Nous ne saurions évoquer ici toutes les catégories de monstres "humains" qui apparurent sur le continent américain. Nous essaierons cependant de donner une idée de l'importance d'un phénomène qui prouve à quel point un terrain favorable peut provoquer le délire de l'imagination.

***

68Certains autochtones avaient un goût prononcé pour les monstres. L'exemple le plus frappant est celui de l'étrange "ménagerie" que Moctezuma II entretenait dans son palais. Au delà du souci bien naturel — que l'on remarque également au Pérou — de connaître l'ensemble des productions du royaume et d'en avoir des échantillons sous la main, existait aussi, semble-t-il, la fascination qu'exerçaient les créatures anormales. Moctezuma possédait une invraisemblable collection de nains, bossus et estropiés de toutes sortes. Hernan Cortés en donne un premier aperçu dans sa deuxième Carta de Relación datée du 30 octobre 1520 :

  • 77 H. Cortés, Segunda Carta-Relación de Hernán Cortés al Emperador Carlos V – Segura de la Frontera(...)

"Il avait une autre maison avec beaucoup de monstres — hommes et femmes —, avec des nains, des bossus et des êtres difformes, et d'autres avec d'autres déformations et chaque sorte de monstres avait une pièce qui lui était destinée (...)77 "

69Ce fait, qui est confirmé par plusieurs autres sources, montre qu'à l'évidence le penchant des Européens était partagé par quelques indigènes. Les conquistadores du Mexique ne furent pas outrés à la vue de ce musée bizarre. D'ailleurs, les palais des monarques européens n'étaient-ils pas eux aussi peuplés de bouffons et de nains difformes qui divertissaient leurs maîtres ?

70Mais revenons aux premiers temps de la Découverte. Colomb, s'il n'a pas trouvé de "ménagerie", n’en a pas moins été informé de l'existence de monstres "humains" dans la région qu'il visitait :

  • 78 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 109 (Domingo 4 de noviembre).

"Il comprit aussi que loin de là il y avait des hommes avec un seul œil et d'autres avec des museaux de chiens qui dévoraient les hommes et qui, lorsqu'ils mettaient la main sur l'un d'entre eux, l'égorgeaient et buvaient son sang et lui coupaient ses parties naturelles78."

  • 79 Ibid., p. 116 (Viernes 23 de noviembre) et p. 118 (Lunes 26 de noviembre).
  • 80 Ibid., p. 118 (Lunes 26 de noviembre).
  • 81 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 1, liv. I, ch. 45, p. 160.

71Colomb a du mal à comprendre, mais son opinion est faite : des monoculi et de féroces cynocéphales ont été repérés dans la contrée. Cette même information réapparaît deux fois dans son journal de bord79, cependant, signale Las Casas, "l'Amiral pensait qu'ils mentaient"80. Ce qui ne veut pas dire que l'Amiral n'était pas sensible à ces "mensonges", car il en parle trois fois. Las Casas, de son côté, rappelle, à peu près dans les mêmes termes, qu'il existe des monstres antillais81.

  • 82 The testimoniall of tlie company of the Desire. a ship of M. Candishes fleet in his last voyages to (...)

72Les membres de l'expédition de Thomas Candish, eux, ont vu à la fin du XVIe siècle, près du détroit de Magellan, des hommes dont les traits ressemblent à ceux des chiens et, ajoutent-ils, peut-être s'agissait-il de vraies faces de chiens ("or else their faces are dogs faces indeed")82 !

***

73Mais Colomb eut droit à d'autres surprises. Il déclare, toujours à l'occasion de son premier voyage :

  • 83 C. Colón, Carta a R. Sánchez, op. cit., p. 178.

"(...) il reste encore deux provinces que je n'ai pas reconnues. L'une est appelée Anam par les Indiens, et ses habitants y naissent avec une queue83."

74Il prouve ainsi qu'il avait bien lu Jean de Mandeville !

75Andrés Bernáldez enregistre, évidemment cette information dans sa chronique :

  • 84 A. Bernáldez, Memorias..., op. cit., ch. 118, p. 276.

"Du côté du ponant de l'île Juana se trouvent deux provinces où Colomb n'alla point : l'une est appelée Hanan par les Indiens, et l'on dit que les hommes y naissent avec une queue. Toutefois je ne pense pas que ce soit là d'après ce qu'il signale sur la mappemonde et ce que j'ai lu ; et si c'est là il n'y aurait pas grande difficulté à le voir avec l'aide de Dieu84."

  • 85 Ibid., ch. 127, p. 318-319 et ch. 130, p. 328.

76Il reprend, lui aussi, deux autres fois le renseignement transmis par Colomb85.

77Pietro Martyre raconte une histoire semblable à celle-ci dans son De Orbe Novo :

"Un autre pays se nomme l'Inzignanin. Les indigènes rapportent que, d'après la relation de leurs ancêtres, y abordèrent un jour des hommes pourvus d'une queue, longue d'une coudée et grosse comme le bras."

78Et, ajoute-t-il :

  • 86 P. Martyr Anghiera, De Orbe Nova, op. cit., déc. 7, ch. 2, p. 290-291.

"Ces fables et d'autres sornettes de ce genre ont été transmises aux indigènes par leurs ancêtres et par leurs parents86."

79Nous nous trouvons bien dans le domaine de la légende.

80Il y avait près de Túmbez, en Amérique du Sud, des porteurs de queue sensiblement différents, que Gonzalo Fernández de Oviedo mentionne dans son Historia. Ces hommes avaient la tête enveloppée et cela paraissait mystérieux :

  • 87 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit. t. 5, liv. 46, ch. 17, p. 100.

"Certains disent qu'ils agissent ainsi parce qu'ils ont derrière la tête, sur la nuque, un appendice charnu aussi long et épais que le plus grand doigt de la main (...)87"

81C'était, en effet, une bien curieuse explication.

***

82Plus tardivement naquit la légende des acéphales de Guyane. Lawrence Keymis, propose son explication à ce sujet, tout en se référant aux informations fournies par les autochtones :

  • 88 Capitaine [Lawrence] Keymis, Relation de la Guiane, Traduite de l'Anglois du Capitaine Keymis, dan (...)

"Tout ce que je viens de dire est dans les propres termes du Cacique, qui me confirma le raport qu’on nous avait fait des hommes sans tête & qui ont la bouche sur la poitrine. (La fable de ces Acephales est fondée sur ce que ces peuples se font par artifice des épaules extrémement hautes, mettant au rang des beautez du corps cette taille bizarre & diforme). Ces Acephales prétendus s'appellent en langue Caribe Chiparemias, & en celle de la Guiane Evviapanomos88.".

  • 89 Sir Walter Ralegh Knight, The discoverie of the large, rich, and beautifull Empire of Guiana, with (...)
  • 90 Cf. l'Introduction d’H. Minguet (p. 19), dans Charles-Marie de La Condamine, Voyage sur l'Amazone,(...)

83Ces monstres guyanais, qui excitaient la curiosité des Européens, servaient bien la cause de Sir Walter Raleigh qui s'efforçait d'obtenir l'appui de la couronne d'Angleterre pour coloniser cette région. Les acéphales de la Guyane se trouvent, bien entendu, dans sa Relation89. Voilà une légende qui provoqua beaucoup de commentaires. La Condamine, par exemple, s'y réfère dans le récit de son séjour en Amazonie90 et Humboldt rapporte dans son Voyage aux Régions Equinoxiales un témoignage de première importance :

  • 91 Alexandre de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait en 1799 et 1800 p (...)

"Un vieil Indien que nous avons rencontré à Carichana et qui se vantait d'avoir mangé souvent de la chair humaine, avait vu "de ses yeux" ces hommes acéphales91."

84Et, dit-il, à propos de ces acéphales nommés Rayas auxquels croient les missionnaires :

  • 92 Ibid., ch. 7, p. 218-219.

"Ces fables absurdes se sont répandues jusque dans les llanos où il n'est pas toujours permis de douter de l’existence des Indiens Rayas92."

85La légende eut beaucoup de succès. Restif de la Bretonne, par exemple, montre qu’il la connaît parfaitement. Il écrit dans sa Découverte Australe :

  • 93 N. E. Restif de la Bretonne, La Découverte Australe par un Homme-Volant ou le Dédale français. Nou (...)

"Qu'on se représente un petit-Homme, qui se tient si gauchement qu’il paraît contrefait ; dont l'air triste & rêveur, la tête enfoncée entre deux hautes épaules, la démarche vague et indéterminée représentent assez au naturel un Acéphale de la Guyane (...)93 "

***

86Mais laissons nos acéphales à leurs partisans et examinons une autre légende fort répandue ; celle de ces Indiens Albinos que l'on retrouve si souvent mentionnés.

87Dans la collection de monstres que l'on avait découverte dans le palais de Moctezuma II, figuraient des êtres humains à la peau blanche qui ont intrigué les conquistadores. Fernández de Oviedo a enregistré l'information :

  • 94 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 4, liv. 33, ch. 11, p. 50.

"Il avait [Moctezuma] dans cette maison une pièce où étaient réunis des hommes, des femmes et des enfants blancs de naissance. Tout en eux était blanc : le visage, le corps, les cheveux, les yeux, les cils et les sourcils94."

  • 95 Cf. F. López de Gómara, Hisp. Vict., Il, p. 344.
  • 96 Cf. F. Cervantes de Salazar, Crónica... op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 10, p. 318.

88Gómara95 et Cervantes de Salazar96 la mentionnent également, mais ce dernier signale, de plus, un autre fait curieux :

  • 97 Ibid., vol. 1, liv. 4, ch. 10, p. 318.

"(...) et ce qui est le plus étonnant c’est qu'en Nouvelle-Galice, dans un village nommé Apozol, naquit un enfant, fils d'un Noir et d'une Noire, qui était totalement blanc et plus blanc que neige, avec des cheveux crépus et les traits caractéristiques des Noirs. Il était aveugle à cause de son extrême blancheur97."

89Cortés a dû penser que ces Albinos intéresseraient la Cour puisqu'il décida d'en emmener quelques-uns lorsqu'il rentra en Espagne. Ceci nous est indiqué par Fernández de Oviedo :

  • 98 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 4, liv. 33, ch. 49, p. 242.

"[Cortés] emmenait des nains et des naines ; il emmenait des Indiens et des Indiennes plus blancs que des Allemands98."

  • 99 Cf. B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 194, p. 361.

90et confirmé par Bernai Dfaz del Castillo99.

91Toutefois, le Mexique ne fut pas le seul pays où l'on rencontra des Albinos car Pedro Pizarro écrit dans sa Relación qu'il en a vu au Pérou :

  • 100 P. Pizarro, Relación.... op. cit., p. 579.

"J'ai vu dans ce pays une femme indienne et un enfant qui n'y voyaient presque pas tant ils étaient blancs et blonds. Ils disaient qu'ils étaient les fils des idoles100."

***

92On a également constaté l'existence de beaucoup d'autres produits curieux de la Nature :

  • 101 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., part. 3, Elegía a Benalcázar, canto 2, p. 455.

"Parce que les vieux Indiens affirment aussi
Qu’il y a des habitants en ces lieux
Dont les poils et les cheveux sont roux (...)101 "

93écrit Juan de Castellanos en parlant de l'Amazonie.

94Plusieurs documents nous informent sur des tribus de troglodytes repérées dans diverses régions. Pedro de Castaneda de Najera explique que Melchor Dfaz — l'un des chefs militaires de l'expédition de Cíbola — aurait découvert, au nord-ouest du Mexique :

  • 102 Pedro de Castañeda de Nágera, Relation du voyage de Cibola entrepris en 1540 ; où Ton traite de to (...)

"Une province dont les habitants, d'une taille prodigieuse, sont nus, et habitent de grandes cabanes de paille construites sous terre102."

  • 103 Cf. Copia de una carta que se escrivio de Nantes al embajador del rrey de Portugal que esta en la (...)

95D'autres troglodytes auraient été localisés par Jacques Cartier au Canada, si l'on en croit une lettre de 1541 adressée à l'ambassadeur du roi du Portugal à la cour de François Ier103. Et dans la région de Córdoba, en Argentine, les fameux Indiens Comechingones auraient — d'après Ruy Díaz de Guzman — choisi, eux aussi, de vivre sous terre :

  • 104 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 12, p. 76.

"(...) ils devaient traverser certains villages d'indiens qui vivent sous terre — que l'on nomme Comechigones —, qui sont ceux des grottes, et qui de nos jours [1612] ont été "répartis" entre les habitants de la ville de Córdoba104."

***

96Si les troglodytes étaient considérés, au XVIe siècle, comme des monstres, c'est parce qu'ils avaient un comportement anormal, qui étonnait les explorateurs. Le caractère "monstrueux" des hermaphrodites semblait, par contre, beaucoup plus évident. Ces hermaphrodites ont été vus en plusieurs endroits, et paraissaient être des créatures beaucoup plus "humaines", malgré leur constitution surprenante, constatée par les témoins.

97Juan de Castellanos, dans son Elegía a Benalcázar, parle, d'un géant impressionnant qui serait :

  • 105 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., part. 3, Elegía a Benalcázar, canto 2, p. 456.

"Hermaphrodite, parce qu'on vit qu'il avait
Deux sexes en l'examinant de près105."

98Nous connaissons également l'existence d'hermaphrodites au Mexique, grâce à Fray Bernardino de Sahagún qui a recueilli patiemment les renseignements fournis par de vieux Indiens. Il consacre un court paragraphe à ce "monstre" dans le chapitre 15 du livre X de son Historia General :

  • 106 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen., (ms. Codex de Florence), op. cit., t. 3, liv. 10, ch. 15, fol. 40 v (...)

"La femme qui a deux sexes, autrement dit celle qui a des organes génitaux d'homme et de femme, et qui s'appelle hermaphrodite, est une femme monstrueuse. Elle a ses compagnes lesbiennes et beaucoup d'amies et servantes. Elle a une belle apparence d’homme, parle et marche virilement. Elle est velue. Elle se sert de ses deux sexes. Elle affectionne bien peu les hommes parce qu'elle se sert du sexe masculin106."

  • 107 Ibid., fol. 38 v° ; Le titre du ch. 15 est : "Capítulo qujnze : de mu/chas maneras de malas / muger (...)

99Notons, au passage, que Sahagún classe l'hermaphrodite dans la catégorie des "mauvaises femmes"107.

100Le chroniqueur mexicain Diego Muñoz Camargo rapporte dans son Historia de Tlaxcala une anecdote fort plaisante :

  • 108 Diego Muñoz Camargo [nommé, par erreur : Domingo Muños Camargo], Histoire de la république de Tlax (...)

"Je vais maintenant raconter l'histoire remarquable d’un hermaphrodite. Comme les nobles avaient le droit d’avoir un grand nombre d’épouses, un fils de Xicotencatl devint amoureux d'une belle jeune fille de basse naissance, et l'ayant demandée à ses parents, il la renferma avec ses autres femmes. Après qu'elle eut vécu un certain temps au milieu d'elles, on s'aperçut qu’il y en avait plus de vingt qui étaient devenues enceintes, quoique leur maître fût absent de chez lui depuis plus d'un an. A son retour, il en fut très-irrité et parvint à découvrir l'auteur de ces grossesses (...)108 "

101On voit que cet hermaphrodite-là n'avait rien d'un monstre !

  • 109 Cf. Capitaine Laudonnière, L'Histoire notable de la Floride située ès Indes Occidentales, contenan (...)
  • 110 Cf. The description of the West Indies in generall, but chiefly and particularly of Florida, dans (...)

102Laudonnière signale — dans la deuxième moitié du XVIe siècle — qu’une "grande quantité d'hermaphrodites" vivent en Floride, servant, en particulier, à transporter les vivres des guerriers109. Et cette information est confirmée par une Description des Indes Occidentales insérée par Hakluyt dans sa collection de voyages110. Francisco Coreal, dans sa relation, traite cette question et déclare, à propos de Floridiens "exclus de la société des hommes, & envoiés à celle des femmes" :

  • 111 F. Coreal, Voyages..., op. cit., t. 1, part. 1, ch. 2, p. 19.

"Ils y sont confondus parmi les Hermaphrodites, qu'on dit trouver en quantité chez les Floridiens. Je crois que ces Hermaphrodites ne sont autres que des garçons effeminés, qui en un sens sont de véritables Hermaphrodites111."

103Le Jésuite Lafitau note, au XVIIIe siècle, la présence d"'hommes habillés en femmes" dans plusieurs régions :

  • 112 J.-F. Lafitau, Mœurs..., op. cit., t. 1, ch. 1, p. 52.

"Chez les Illinois, chez les Sioux, à la Louisiane, à la Floride et dans le Yucatan, il y a des jeunes gens qui prennent l'habit de femme qu'ils gardent toute leur vie, et qui se croient honorés de s'abaisser à toutes leurs occupations (...)112 "

104D'où, explique-t-il, la surprise des

  • 113 Ibid., t. 1, ch. 1, p. 52.
    Signalons aussi la curieuse note parue dans les Nouvelles Annales des Voy (...)

"(...) Européens qui abordèrent les premiers en Amérique. Comme ils ne pénétraient point les motifs de cette espèce de métamorphose, ils se persuadèrent que c'était des gens en qui les deux sexes étaient confondus : en effet, nos anciennes relations ne les appellent pas autrement que les hermaphrodites113."

***

105Les monstres "humains" apparaissent, au fil des années, dans toutes les régions du continent américain. Jacques Cartier apprend, au cours de son deuxième voyage (1535-1536) qu'il y a au Canada :

  • 114 Jacques Cartier, Voyages de Jacques Cartier au Canada (1534-1541) - Deuxième voyage (1535-1536), an (...)

"(...) aultres pays, où les gens ne mengent poinct et n’ont poinct de fondement, et ne digèrent poinct ; ains font seullement eaue par la verge114."

106Et le Père Bernabé Cobo, reprenant une information tirée des Noticias Historiales du Père Simón, signale que l'on trouve des panoties, en particulier du côté de la Californie :

  • 115 B. Cobo, Hist., op. cit., liv. 11, ch. 3, p. 14.

"(...) on dit que l'on en a trouvé en divers lieux, comme chez les hommes qui habitent du côté de la Californie, porteurs de si longues oreilles qu’elles traînent par terre (...)115"

107Le Père Acuña révèle qu'il existe aussi en Amazonie

  • 116 Cristóbal de Acuña, Relation de la Riviere des Amazones, Traduite, Par feu Mr. de Gomberville de l (...)

"(...) une race de gens qui viennent au monde avec les pieds tournez le devant derrière ; de sorte que si on vouloit les suivre à la piste, on s'éloignerait d'eux au lieu de les atteindre ; on les appelle Matayus, & ils sont tributaires des Toupinambous (...)116 "

  • 117 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 10, p. 539.

108On trouve également des hommes sauvages "velus comme des ours, qui vivent dans des cavernes et se contentent de racines ou de gibier", comme l'indique Pietro Martyre dans sa cinquième Décade117 et ce type de monstre, toujours d'actualité trois siècles plus tard, prit la forme de L'Homme des bois" dont Alexandre de Humboldt entendit parler au Venezuela :

  • 118 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales..., op. cit., ch. 6, p. 195.

"C'est dans les cataractes que nous avons commencé à entendre parler de cet homme velu des bois, appelé salvaje, qui enlève des femmes, construit des cabanes et mange quelquefois de la chair humaine118."

  • 119 J. Gumilla, El Orinoco..., op. cit., 2e part., ch. 6, p. 308.

109La légende devait avoir beaucoup de succès, si l'on en croit le savant allemand. Au XVIIIe siècle, on a même capturé l'un de ces hommes sauvages que l'on expédia en Espagne — précise le Père Gumilla — "pour la ménagerie du Roi notre Seigneur"119 !

110On comprend la surprise des explorateurs et l’intérêt qu'ils portaient à tous ces monstres dont ils apprenaient bien souvent l’existence par les Indiens. C'est ainsi que des légendes indigènes ont parfois été transmises aux Européens. Et nous devons constater que ces êtres extraordinaires, réels (les Albinos) ou imaginaires — procédant parfois d'une mauvaise interprétation de la réalité américaine —, ont fasciné les nouveaux arrivants. Mais une certaine prudence s'impose, car bon nombre de ces créatures monstrueuses pourraient bien n'être qu'un moyen commode pour intéresser le lecteur — ou l'auditeur — et présenter les Terres Nouvelles d'une manière séduisante.

Notes

1 Cristóbal Colón, Carta del Almirante Cristóbal Colón escrita al Escribano de Ración [Luis de Santángel] de los Senores Catolicos, (15-11-1493), dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 1, p. 169-170.

2 Nous empruntons l'expression à Jurgis Baltrusaitis. Cf. Le Moyen Âge fantastique, op. cit., ch. I, p. 9.

3 Asiento con Rodrigo de Bastidas, vecino de la ciudad de Sevilla, para descubrir por el mar Océano con dos navíos, año de mil y quinientos (4-VI-1500), dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. 1, Colección diplomática, doc. 133, p. 448-449.

4 Capitulación hecha en nombre de los Señores Reyes Católicos con el comendador Alonso Vélez de Mendoza y sus fiadores para ir con cuatro navíos al descubrimiento de las islas y tierra firme a la parte de Indias, fuera de lo que habían descubierto el Almirante don Cristóbal Colón, Cristóbal Guerra y Alonso de Hojeda. (20-V1I-1500), dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. I, Colección diplomática, doc. 135, p. 450-453.

5 Asiento e capitulacion que se thomó con Xoan de la Cossa, para yr a descobrir - (Medina del Campo, Hebrero 14 de 1504), dans CODOIN, vol. 31, p. 221.

6 Ibid., p. 221.

7 Asiento e capitulacion que se thomó con Alhonso Doxeda para yr a descobrir a las Indias – (Medina del Campo, Setiembre 30 de 1504), dans CODOIN, vol. 31, p. 258-270.

8 Capitulacion que se toma con Diego de Nicuesa y Alonso de Ojeda (Año de 1508), (Burgos, 9-VII-1508), dans CODOIN, vol. 22, p. 13-26.

9 Claude Kappler, Monstres..., op. cit., ch. 6, p. 207.

10 Fr. B. de Las Casas, Apol. Hist., op. cit., vol. 1, ch. 58, p. 194.

11 Ibid., vol. 1, ch. 56, p. 187.

12 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., parte III, Hist. del Choco, canto 1, p. 555.

13 Transcrit par E. Charton, Voyageurs..., op. cit., vol. 2, t. 3, p. 201.

14 José de Acosta, De Procuranda Indorum Salute. O Predicación del Evangelio en las Indias, dans Obras, op. cit., liv. 2, ch. 12, p. 450.

15 Cité par G. Chinard, L'Exotisme américain..., op. cit., p. 147.

16 Ambroise Paré (Conseiller, et Premier Chirvrgien du Roy), Des Monstres. Des Prodiges. Des Voyages, Texte établi et présenté par Patrice Boussel, A Paris, Au Livre Club du Libraire, 1964, Préface, p. 181.

17 Jean Céard, La Nature et les prodiges. L'insolite au XVIe siècle, en France, Genève, Librairie Droz, 1977, Travaux d'Humanisme et Renaissance no 158, 1ère part., ch. 1, p. 3.

18 Gérard Luciani, "Les monstres dans “La Divine Comédie”", dans Circé no 5 (Cahiers de Recherche sur l’Imaginaire) – Le Monstre 2, Paris, Lettres modernes, 1975, Série Thématique de l'Imaginaire, p. 7.

19 Ibid., p. 7.

20 Fray Bernardino de Sahagún, Historia General de las Cosas de Nueva España, Ms. conservé à la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence (cotes : PALAT. 218-219-220), appelé couramment Codex de Florence, 3 t. Le livre XI (dans le t. 3) est une véritable Histoire Naturelle inspirée par Pline l'Ancien et les encyclopédistes du Moyen Âge. Voir notre étude de l'ensemble de l'œuvre dans le 1er vol. de l'éd. critique que nous avons présentée : J. P. Sánchez, Edition critique du texte espagnol du Codex de Florence (Manuscrit de l'Historia General de las Cosas de Nueva Espana de Fray Bernardino de Sahagún)Livre VI –, Toulouse, université de Toulouse-Le Mirail, 1978, Thèse pour le doctorat de 3e cycle préparée sous la direction de Monsieur le Professeur Georges Baudot (5 vol. , texte dactylographié).

21 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen., op. cit., t. 3, liv. XI, ch. 5, fol. 81 v°, 83 r°, 86 r°

22 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 8, ch. 7, p. 698.

23 José de Oviedo y Baños, Historia de la Conquista y Poblacion de la Provincia de Venezuela escrita por Don José de Oviedo y Baños vecino de la ciudad de Santiago de León de Caracas, quien la consacra y dedica a su hermano el Señor Don Diego Antonio de Oviedo y Baños Oidor de las Reales Audiencias de Santa Domingo, Guatemala y Méjico, del Consejo de Su Majestad en el Real y Supremo de las Indias, dans Historiadores Primitivos de Indias, t. 3 : Venezuela, Madrid, éd. Atlas, 1958, col. "B.A.E." no 107, part. 2, ch. 8, p. 54.

24 Ruy Díaz de Guzmán, La Argentina. Historia del descubrimiento, conquista y población del Río de la Plata, Noticia preliminar de Enrique de Gandía, Buenos Aires-México, Espasa-Calpe Argentina S.A., 1945 (2e éd.), col. "Austral" no 510, liv. 2, ch. 3, p. 112.

25 B. Cobo, Hist., op. cit., t. 1, liv. 9, ch. 36, p. 355.

26 Gerónimo Matorras, Diario de la expedición hecha en 1774 a las Paises del Gran Chaco desde el fuerte del [río] Valle ; par D. Gerónimo Matorras, gobernador del Tucumán, dans CDA, vol. 6, no 6, p. 29.

27 Capitán Bernardo de Vargas Machuca, Milicia v Descripción de las Indias. Escrita por el Capitán D. Bernardo de Vargas Machuca, Caballero castellano, natural de la villa de Simancas. Reimpresa fielmente, según la primera edición hecha en Madrid en 1599 (2 vol.), Madrid, Librería de Victoriano Suarez (...), 1892, Colección de libros raros 6 curiosos que tratan de América, tomo octavo, vol. 2, p. 125.

28 A. Thevet, Le Grand Insulaire..., op. cit., ch. 2, p. 323.

29 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 9, p. 519.

30 J. de Solórzano y Pereyra, Polit. Ind., op. cit., liv. 1, ch. 6, par. 31, p. 68.

31 B. Arzáns de Orsúa, Hist. Potosí, op. cit., part. 2, liv. 3, ch. 22, p. 419-424.

32 André Thevet, La Cosmographie universelle d'André Thevet cosmographe du Roy. Illustrée de diverses figures des choses plus remarqvables vevës par l'Auteur, & incogneuës de noz Anciens & Modernes. A Paris, chez. Pierre l'Huillier, rue S. laques, à l'Oliuier, 1575 (...), réimpr. dans Les Français en Amérique pendant la deuxième moitié du XVI siècle – I – Le Brésil et les Brésiliens par André Thevet Angoumoisin, Cosmographe du Roy, avec 31 gravures sur bois, Choix de textes et notes par Suzanne Lussagnet (...) précédé d'une introduction, par Ch.-André Julien, Paris, P.U.F., 1953, col. "Pays d'Outre-mer, Colonies, Empires, Pays Autonomes" (...), 2e série : Les Classiques de la Colonisation - 2, ch. 12, p. 174. Voir, la gravure reproduite, p. 175.

33 Alexandre de Humboldt, Examen ait., op. cit., section 2, p. 221.

34 Cf. E. Charton, Voyageurs..., op. cit., vol. I, t. I, p. 163.

35 Cf. M. Polo, Devis, du M., op. cit., t. 2, ch. 195, p. 470.

36 A. Paré, Des monstres..., op. cit., p. 172. A. Paré évoque ici le narval qui passait pour une licorne de mer.

37 Cf. François Pyrard de Laval, Voyage de François Pyrard de Laual contenant Sa nauigation aux Indes Orientales, aux Moluques & au Brésil : Les diuers accidents, aduentures & dangers qui luy sont arriuez en ce voyage en allant & retournant, mesme pendant vn long sejour. Auec la description des païs, mœurs, loix, façons de viure, police & gouuernement : du trafic & commerce qui s'y fait, & plusieurs autres singularitez. Diuisé en deux Parties. A Paris, Par Remy Dullin (...) M. DC. XV. (...), p. 555 : "Il y a [en Inde] des Rhinoceros, & dit-on mesme des Licornes, qu'on tient se trouuer en ce seul païs (...)"

38 A. Paré, Des Monstres..., op. cit., (Discours de la Licorne), ch. 1, p. 135.

39 A. de Herrera y Tordesillas, Historia Gen., op. cit., vol. 3, déc. 4, liv. 10, ch. 13, p. 335.

40 B. Cobo, Hist., op. cit., t. I, liv. 7, ch. 52, p. 311.

41 F. López de Gómara, Hisp. Vict., 1, p. 202.

42 Carte anonyme : Détail de la côte Atlantique de l'Amérique, extrait d'un atlas anonyme, vers 1540. Conservée à La Haye Koninklidjke Bibliotheek. Cette carte, reproduite partiellement dans Le Monde de Jacques Cartier, op. cit., p. 162-163, montre la côte Atlantique de l'Amérique du Nord.

43 Carte de Desceliers (1542) : Canada. Conservée par la Harleian Library. Reproduite partiellement dans S. E. Morison, North. Voy., op. cit., p. 343.

44 Mappemonde de Desceliers, dite "Carte du Dauphin ou de Henri II" (v. 1546). Reproduite dans Le Monde de Jacques Cartier, op. cit., p. 282. Mappemonde conservée par la Bibliothèque Nationale de Paris.

45 Jean Alphonse de Xanctoigne [Jean Fonteneau dit Alfonse de Saintonge], Le routier de Jean Alphonse de Xanctoigne (Traduit de Hakluyt), dans Jacques Cartier, Voyages de découverte au Canada, Entre les années 1534 et 1542, Suivis d’une biographie de Jacques Cartier par René Maran, Paris, Editions Anthropos, 1968, col. "Textes et Documents Retrouvés", p. 87.

46 Sir J. Hawkins, Second Voyage, op. cit., p. 76.

47 B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 1, ch. 51, p. 199.

48 Fr. J. de Mendieta, Hist. Ecles. Ind., op. cit., vol. 2, liv. 4, ch. 9, p. 27.

49 André Thevet, Histoire d'André Thevet Angoumoisin, Cosmographe du Roy, de deux voyages par lui faits aux Indes Australes, et Occidentales, Contenant la façon de vivre des peuples Barbares, et observation des principaux points que doivent tenir en leur roule les Pilotes, et mariniers, pour éviter le naufrage, et autres dangers de ce grand Ocean, Avec une response aux libelles d'injures, publiées contre le chevalier de Villegagnon, dans Les Français en Amérique pendant la deuxième moitié du XVIe siècle, vol. 1, ch. 1, p. 253.

50 Lawrence Keymis, A Relation of the second Voyage to Guiana, performed and written in the yeere 1596. By Laurence Keymis Gent., dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 7, p. 376.

51 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 3, ch. 4, p. 271.

52 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 4, liv. 33, ch. 41, p. 195.

53 A. Vàzquez de Espinosa, Compendio..., op. cit., I, liv. 5, ch. 5, p. 148.

54 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 7, ch. 10, p. 652.

55 A. Bernáldez, Memorias..., op. cit., ch. 128, p. 321.

56 H. Colón, Hist...., op. cit., ch. 94, p. 310.

57 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 1, liv. 6, ch. 52, p. 223.

58 B. de Vargas Machuca, Milicia y Descripción..., op. cit., vol. 2, p. 135.

59 Cf. F. López de Gómara, Hisp. Vict., op. cit., II, p. 344.

60 Ibid., I, p. 177.

61 Cf. lerosme Giraua Tarragonoys [Girava], La situation & description des Indes, ou nouueau Monde, tirée du livre de la Cosmographie du S. lerosme Giraua Tarragonoys, dans Pierre Apian, Cosmographie..., op. cit., p. 165.

62 Francisco Cervantes de Salazar, Crónica de la Nueva España, Madrid, éd. Atlas, 1971 (2 vol. ), col. "B.A.E." no 244-245, vol. 1, liv. 4, ch. 8, p. 316-317.

63 Antonio de Solís y Ribadeneyra, Historia de la Conquista de Méjico, población y progresos de la América Septentrional, conocida por el nombre de Nueva-España. Escribíala Don Antonio de Solís y Ribadeneyra, Secretario de Su Majestad, y su Cronista Mayor de Indias, dans Historiadores de Sucesos Particulares, t. 2, Madrid, M. Rivadeneyra Editor-Impresor, 1853, col. "B.A.E." no 28, liv. 3, ch. 12, p. 283.

64 F. Cervantes de Salazar, Crónica..., op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 8, p. 317.

65 Vicente Espinel, La Vida de Marcos de Obregón, dans La Novela Picaresca Española, Estudio preliminar, selección, prólogos y notas por Ángel Valbuena Prat (...), Madrid, Aguilar, 1962, liv. 3, descanso 19, p. 1064.

66 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 2, ch. 1, p. 142.

67 Ibid., déc. l, ch. 10, p. 128.

68 M. del Barco Centenera, Argentina..., op. cit., Canto IX, fol. 66 v° Ce passage est cité par le Brigadier Diego de Alvear, Relación Geográfïca e histórica de la Provincia de Misiones, del Brigadier D. Diego de Alvear, Primer Comisario y Astrónomo en gefe de la Segunda División de Limites, por la Corte de España, en América, dans CDA, vol. 4, 7, p. 27.

69 P. Magalhanes de Gandavo, Hist., op. cit., ch. 9, p. 101-106.

70 J. de Léry, Hist., op. cit., ch. 12, p. 169.

71 Hernando de Grijalva, Relación de la jornada que hizo á descubrir en la Mar del Sur el Capitan Hernando de Grijalva con dos navíos del Marqués del Valle, desde 30 de Octubre de 1533 que salió del puerto de Jucatan, llamado la bahia de Santiago de Buena Esperanza, donde se fabricaron los navios, hasta su regreso por el mes de Febrero del año siguiente ; habiendo descubierto una isla á quien puso nombre Santa Tomás, en altura de 20 grados, distante 25 à 30 léguas de la costa de tierra firme de Nueva España y 100 del puerto de su salida ; con la descripcion muy circunstanciada de todos los puertos, bahias, ríos, fondas, etc., de aquella costa que hace en tierra firme, desde la altura de la isla hasta el puerto dicho de Santiago. (1533), dans Buckingham Smith, Colección de varias documentas para la historia de la Florida y tierras adyacentes, Londres, En la Casa de Trübner y Compañía et Madrid, José Rodríguez, 1857, t. 1, p. 168 et 172.

72 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 8, ch. 7, p. 695.

73 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 2, liv. 23, ch. 5, p. 361-363.

74 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 149 (Miércoles 9 de enero).

75 H. Colón, Hist..., op. cit., ch. 4, p. 57.

76 Voir, en particulier, Claude Kappler, Monstres.op. cit.

77 H. Cortés, Segunda Carta-Relación de Hernán Cortés al Emperador Carlos V – Segura de la Frontera30 de octubre de 1520, dans H, Cortés, Cartas de Relación, op. cit., p. 67.

78 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 109 (Domingo 4 de noviembre).

79 Ibid., p. 116 (Viernes 23 de noviembre) et p. 118 (Lunes 26 de noviembre).

80 Ibid., p. 118 (Lunes 26 de noviembre).

81 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., vol. 1, liv. I, ch. 45, p. 160.

82 The testimoniall of tlie company of the Desire. a ship of M. Candishes fleet in his last voyages touching the loosing of their generall, which appeareth to have bene utterly against their meanings, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 8, p. 307.

83 C. Colón, Carta a R. Sánchez, op. cit., p. 178.

84 A. Bernáldez, Memorias..., op. cit., ch. 118, p. 276.

85 Ibid., ch. 127, p. 318-319 et ch. 130, p. 328.

86 P. Martyr Anghiera, De Orbe Nova, op. cit., déc. 7, ch. 2, p. 290-291.

87 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit. t. 5, liv. 46, ch. 17, p. 100.

88 Capitaine [Lawrence] Keymis, Relation de la Guiane, Traduite de l'Anglois du Capitaine Keymis, dans François Coreal, Voyages de François Coreal aux Indes Occidentales, contenant ce qu’il y a vû de plus remarquable pendant son séjour depuis 1666 jusqu'en 1697. Traduits de l'Espagnol. Avec vne relation de la Guiane de Walter Raleigh, & le Voyage de Narbrough à la Mer du Sud par le Détroit de Magellan, &tc. Nouvelle Edition, Revuë, corrigée, & augmentée d'une nouvelle Découverte des Indes Méridionales & des Terres Australes, enrichie de figures (...) A Paris, Place de la Sorbonne, Chez Robert-Marc d'Espilly, à Sainte Ursule, 1722 (...), t. 2, p. 111.

89 Sir Walter Ralegh Knight, The discoverie of the large, rich, and beautifull Empire of Guiana, with a relation of the great and golden citie of Manoa (which the Spaniards call El Dorado) and the provinces of Emeria. Aromaia, Amapaia, and otlier countries, with their rivers adjoyning. Performed in the yeere 1595 by Sir Walter Ralegh Knight, Captaine of Her Majesties Guard, Lorde Warden of the Stanneries, and Her Highnesse Lieutenant Generall o fthe Countie of Corne-wall, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 7, p. 328-329. Cf. ch. 31, par. 6.

90 Cf. l'Introduction d’H. Minguet (p. 19), dans Charles-Marie de La Condamine, Voyage sur l'Amazone, Choix de textes, Introduction et Notes de Hélène Minguet, Paris, F. Maspero, 1981, col. "La Découverte" no 34.

91 Alexandre de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait en 1799 et 1800 par A. de Humboldt et A. Bonpland. L'Orénoque. Rédigé par Alexandre de Humboldt, [Paris], Club des Libraires de France, 1961, ch. 7, p. 218.

92 Ibid., ch. 7, p. 218-219.

93 N. E. Restif de la Bretonne, La Découverte Australe par un Homme-Volant ou le Dédale français. Nouvelle philosophique, Préface de Jacques Lacarrière, Paris, Editions France Adel, 1977, "Bibliothèque des Utopies", liv. I, ch. 1, p. 30.

94 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 4, liv. 33, ch. 11, p. 50.

95 Cf. F. López de Gómara, Hisp. Vict., Il, p. 344.

96 Cf. F. Cervantes de Salazar, Crónica... op. cit., vol. 1, liv. 4, ch. 10, p. 318.

97 Ibid., vol. 1, liv. 4, ch. 10, p. 318.

98 G. Fernández de Oviedo, Hist. Gen., op. cit., t. 4, liv. 33, ch. 49, p. 242.

99 Cf. B. Díaz del Castillo, Hist. Verd., op. cit., vol. 2, ch. 194, p. 361.

100 P. Pizarro, Relación.... op. cit., p. 579.

101 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., part. 3, Elegía a Benalcázar, canto 2, p. 455.

102 Pedro de Castañeda de Nágera, Relation du voyage de Cibola entrepris en 1540 ; où Ton traite de toutes les peuplades qui habitent cette contrée, de leurs mœurs et coutumes, par Pedro de Castañeda de Nágera, dans H. Ternaux-Compans, Voyages, Relations..., op. cit., vol. 9 (1838).

103 Cf. Copia de una carta que se escrivio de Nantes al embajador del rrey de Portugal que esta en la corte de Francia (Letter front Nantes to the Portuguese Ambassador in France), 12-X1-1541, dans H. P. Biggar, A Collection..., op. cit.. doc. CXCVII, p. 409. Biggar donne les références d'Archives : "Simancas-Estado, leg. 373, fol. 42 ; Copie de l'original portugais : leg. 373, fol. 40."

104 R. Díaz de Guzmán, La Argentina..., op. cit., liv. 1, ch. 12, p. 76.

105 J. de Castellanos, Elegías..., op. cit., part. 3, Elegía a Benalcázar, canto 2, p. 456.

106 Fr. B. de Sahagún, Hist. Gen., (ms. Codex de Florence), op. cit., t. 3, liv. 10, ch. 15, fol. 40 v° Un dessin accompagne ce paragraphe.

107 Ibid., fol. 38 v° ; Le titre du ch. 15 est : "Capítulo qujnze : de mu/chas maneras de malas / mugeres."

108 Diego Muñoz Camargo [nommé, par erreur : Domingo Muños Camargo], Histoire de la république de Tlaxcallan, par Domingo Munos Camargo, Indien, natif de cette ville, traduite de l'Espagnol sur le manuscrit inédit de la bibliothèque de M. Ternaux-Compans, dans Nouvelles Annales des Voyages..., op. cit., t. 98 (1843), p. 129-204 et t. 99 (1843), p. 129-197.

109 Cf. Capitaine Laudonnière, L'Histoire notable de la Floride située ès Indes Occidentales, contenant les trois voyages faits en icelle par certains Capitaines & Pilotes François, descrits par le Capitaine Laudonnière, qui y a commandé l'espace d'un an trois moys : à laquelle a esté adjousté un quatrième voyage fait par le Capitaine Gourgues p. 115. Mise en lumière par M. Basanier, gentil-homme François Mathematicien. A Paris, Chez Guillaume Auvray, ruë sainct Jean de Beauvais, au Bellerophon couronné. M. D. LXXXVI. (...), dans Les Français en Amérique pendant la 2emoitié du XVIesiècle, t. 2, p. 9.

110 Cf. The description of the West Indies in generall, but chiefly and particularly of Florida, dans R. Hakluyt, Principal Navig., op. cit., vol. 6, p. 237.

111 F. Coreal, Voyages..., op. cit., t. 1, part. 1, ch. 2, p. 19.

112 J.-F. Lafitau, Mœurs..., op. cit., t. 1, ch. 1, p. 52.

113 Ibid., t. 1, ch. 1, p. 52.
Signalons aussi la curieuse note parue dans les Nouvelles Annales des Voyages..., op. cit., vol. 9, (1822), p. 288 :
"Difformités des femmes des Patagons.
Un bâtiment françois revient de la côte de la Magellanique, où il a fait la pêche aux éléphans marins et recueilli une grande quantité d'huile provenant de ces animaux qui sont les plus gras du genre des phoques. Ce vaisseau a communiqué avec les Patagons. On assure que nos marins ont fait l'observation suivante : Les femmes des Patagons ont le clitoris si protubérant, qu'elles paraissent presque toutes hermaphrodites. Il est très-remarquable que ce soit chez les deux races les plus reculées vers le pôle austral, les Patagons et les Hottentots, qu'on rencontre des difformités aussi marquantes dans la structure des parties sexuelles."

114 Jacques Cartier, Voyages de Jacques Cartier au Canada (1534-1541) - Deuxième voyage (1535-1536), annoté par Théodore Beauchesne, dans Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle. Introduction par Ch.-A. Julien, Textes des voyages de Gonneville, Verrazano, J. Cartier et Roberval, Avec deux cartes hors-texte, Edités par Ch.-A. Julien, Herval, Th. Beauchesne, Paris, P.U.F., 1946, col. "Colonies et Empires" (...) 2e série : Les Classiques de la Colonisation, t. 1, p. 175.

115 B. Cobo, Hist., op. cit., liv. 11, ch. 3, p. 14.

116 Cristóbal de Acuña, Relation de la Riviere des Amazones, Traduite, Par feu Mr. de Gomberville de l'Academie Françoise, Sur l’Original Espagnol du P. Christophle d'Acugna Jesuite. Avec une Dissertation à la tête sur la même Riviere. Sur la Copie imprimée à Paris en 1682, dans Woodes Rogers, Voyage autour du Monde, Commencé en 1708 & fini en 1711. Par le Capitaine Woodes Rogers. Traduit de l'Anglois. Tome premier. Où Ton a joint quelques Pièces curieuses touchant la Riviere des Amazones & la Guiane. A Amsterdam, chez la Veuve de Paul Marret, dans le Beurs-straat à la Renommée. M. DCC. XVI (2 vols.), vol. 2 [p. 1 à 200 (pagination indépendante)], ch. 69, p. 178-179.

117 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., déc. 5, ch. 10, p. 539.

118 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales..., op. cit., ch. 6, p. 195.

119 J. Gumilla, El Orinoco..., op. cit., 2e part., ch. 6, p. 308.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search