Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Deuxième partie : Les premiers accès de l'imagination

Chapitre VII. Le Paradis dans le Nouveau Monde

Texte intégral

1Si Christophe Colomb n’a pas retrouvé l'Âge d’or en Amérique, il y a, par contre, situé le Paradis terrestre. Et ceci dès son premier voyage aux Indes Occidentales. Son journal de bord nous indique, à la date du 21 février 1493, qu'il pensait sérieusement — puisqu'il se croyait en Asie — se trouver a proximité de I'Éden :

  • 1 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 162 (Jueves 21 de hebrero).

"En conclusion, dit l'Amiral, les saints théologiens et les sages philosophes déclarèrent justement que le Paradis terrestre se trouve à l'extrémité de l’Orient parce que c'est un lieu très tempéré. "C’est ainsi que ces terres qu'il vient de découvrir, constituent (dit-il) l'extrémité de l'Orient."1"

2Christophe Colomb connaissait parfaitement les commentaires des exégètes de la Bible. Mais avant d'examiner les raisons qui l'ont encouragé à dire que le Paradis pouvait se trouver dans les terres qu'il venait de découvrir, voyons quelle était l'idée que les Européens de la fin du XVe siècle se faisaient du Paradis terrestre et de son emplacement.

1 - Le Paradis terrestre à la fin du Moyen Âge

  • 2 La Bible, L'Ancient Testament I, op. cit., Genèse, ch. 2, versets 8 et 9, p. 7.

3L'existence du Paradis terrestre était connue grâce au texte de la Bible, plus précisément, grâce au livre de la Genèse. L'Éden y est décrit comme un jardin merveilleux, situé à l'Orient, au milieu duquel se trouvent "l’arbre de vie" et "l'arbre de la science du bien et du mal"2. De I'Éden sortent quatre fleuves :

  • 3 Ibid., ch. 2, versets 10-14, p. 7-8.

"10 Un fleuve sortait d'Éden pour arroser le jardin et de là se divisait pour former quatre têtes. 11 Nom du premier fleuve : Pishon. C'est lui qui contourne tout le pays de Hawilah où se trouve l'or, 12 et l'or de ce pays est bon. Là se trouve le bdellium et la pierre d'onyx. 13 Nom du deuxième fleuve : Gishon. C’est lui qui contourne tout le pays de Coush. 14 Nom du troisième fleuve : Tigre. C'est lui qui coule à l'orient d'Assur. Le quatrième fleuve, c'est l'Euphrate3."

4C'est là que vivaient Adam et Eve, et la Bible indique :

  • 4 Ibid., ch. 2, verset 25, p. 9.

"25 Or tous deux étaient nus, l'homme et sa femme et ils n'en avaient point honte4."

5Pour avoir bravé l'interdiction divine de manger le fruit de "l'arbre de la science du bien et du mal", Adam et Eve furent chassés du jardin d'Éden. Voilà l’essentiel des renseignements "géographiques" qui apparaissent dans le texte biblique.

6Il faut avouer que l’emplacement exact de l'Éden est difficile à déterminer. Le texte sacré donne peu d'éléments d'information. Mais on en déduit :

  1. que le Paradis terrestre se trouve à l'Orient ;
  2. que quatre fleuves en sortent ;
  3. que ces fleuves ont un débit important (le Tigre et l'Euphrate étaient bien connus) ;
  4. que le Paradis est un jardin bien arrosé ;
  5. que le climat y est peu rigoureux puisque les arbres y produisent des fruits en abondance et qu'Adam et Eve y vivaient nus ;
  6. que c'est un lieu inaccessible depuis le péché d'Adam ;
  7. enfin, que s'y trouve l’arbre de vie.
  • 5 Antonio de León Pinelo, El Paraiso en el Nuevo Mundo, comentario apologético, Historia Natural y P (...)

7L'endroit où se trouve le Paradis est un mystère qui a donné lieu à diverses interprétations. Nous ne saurions trouver meilleur résumé de toutes les hypothèses qui ont été émises, que la liste établie par Antonio de León Pinelo dans son œuvre El Paraíso en el Nuevo Mundo, imprimée en 16565. Signalons, d'ailleurs, que les données, fondées sur des opinions émises depuis fort longtemps, sont aussi valables pour l'époque de Christophe Colomb. Voyons, donc, les différentes "opiniones" qui circulaient à propos de l'Éden. Celui-ci se trouverait :

  1. en un lieu inconnu, impossible à déterminer ;
  2. nulle part, car l'Éden est une allégorie ;
  3. en un lieu élevé, avec quatre possibilités :
    1. sur une hauteur indéterminée,
    2. près du "Ciel de la Lune",
    3. dans la région moyenne de l'Air,
    4. sur le sommet le plus élevé de la Terre ;
  4. ce serait la Terre entière, mais on envisage trois cas :
    1. sans distinction aucune,
    2. comme précédemment, mais la Terre aurait perdu sa qualité de "Paradis",
    3. en distinguant la Terre et le Monde ;
  5. dans les cieux, à l'est du Monde ;
  6. au sud (parfois en Libye) ;
  7. dans la Zone Torride, sous l'équateur ;
  8. au nord, au pays des Hyperboréens ;
  9. dans l'Inde ;
  10. dans certaines ("o inciertas") Îles Orientales (Philippines, Moluques et autres) ;
  11. dans l'île de Taprobane (Ceylan) ;
  12. dans la Sarmatie asiatique (région du Don) ;
  13. en Mésopotamie (pour certains, à Charan en Syrie) ;
  14. dans la région d'"Ésledron" (Esdrelon), en Samarie ;
  15. en Palestine, avec deux possibilités :
    1. dans le "Campo magno",
    2. dans la région damascène (en Syrie) ;
  16. dans le pays de Canaan (Palestine et Phénicie) ;
  17. dans les Champs-Elysées ou les Îles Fortunées ;
  18. dans un continent distinct de l'Asie, l'Afrique et l'Europe.

8On n'avait que l'embarras du choix !

9Une certaine confusion a donc régné quant à la détermination de l'emplacement du Paradis terrestre. Le Licenciado Zuazo, gouverneur de l'île Espanola, le reconnaissait d'ailleurs lorsqu'il écrivait, en 1518, à la Couronne :

  • 6 Licenciado Zuazo, Primera Carta o rrepresentacion del Lycenciado Zuazo, Gobernador de la Isla Espa (...)

"Qu'il existe sept paradis placés dans diverses parties du monde et que les Anciens considèrent comme des lieux délicieux et tempérés mais la vérité est, d'après ce que je veux savoir et suivant ce que j'ai dit précédemment, que celui qui dépend de l'horizon de Saracha est le véritable Paradis terrestre (...)6 "

  • 7 Cf. Maurice de Gandillac, "Encyclopédies pré-médiévales et médiévales", dans Maurice de Gandillac, (...)
  • 8 San Isidore de Sevilla, Etimologías, Edition bilingüe, Texto latino, versión española y notas por (...)

10Isidore de Séville, dont les Etymologies ont fait autorité en Europe Occidentale pendant un millénaire7, reprend, évidemment, les données de la Bible. Il explique, en particulier, que l'Éden se trouve situé à l'Orient ("en tierras orientales") — le sujet est traité sous le titre "Asia" —, que l'arbre de vie y pousse au milieu de nombreux autres arbres et que le climat y est très agréable ("Il ne fait là-bas ni froid ni chaud : il y règne une douceur constante"). Il signale, enfin, l'existence de quatre fleuves8.

11Cosmas Indikopleustês, autre auteur chrétien célèbre et grand voyageur du VIe siècle, qui connaît par expérience l'Ethiopie et l'Inde, ne croit pas que l'on puisse atteindre le Paradis terrestre. Il fait remarquer, avec beaucoup de bon sens :

  • 9 Transcrit par E. Charton, Voyageurs..., op. cit., t. 2, p. 12.

"Si le paradis était sur cette terre, beaucoup d'hommes tenteraient d'y arriver. Pour avoir de la soie, dans un vil but de commerce, on n’hésite pas à faire de longs voyages, comment hésiterait-on pour voir le paradis9 ?"

***

  • 10 Benedeit, Voyage.... op. cit., p. 125.
  • 11 Juan de Mandavila, Libro..., op. cit., liv. 2, ch. 66, p. 176.

12On s'accorde en général pour penser que le Paradis, lieu agréable par excellence, jouit d'un climat très clément. "C'est toujours l'été — dit Benedeit dans le récit du voyage de saint Brandan — et le temps reste doux10." On le place souvent en Orient ou, à cause du climat, dans une région qui ne connaît pas d'hiver. Pour la plupart, il se trouverait en un lieu isolé et très élevé. Jean de Mandeville qui, forcément, ne l'a pas vu ("Du Paradis, évidemment, je n’oserais vous en parler convenablement, parce que je n'y suis jamais allé (...)")11 le situe en Asie. Il signale cependant :

  • 12 Ibid., liv. 2, ch. 66, p. 176.

"Le Paradis terrestre est, dit-on, la plus haute terre du monde. Il est si haut qu’il touche presque au cercle de la lune, qu’elle suit en se déplaçant. Le Déluge ne put atteindre cet endroit, et ne recouvrit donc pas la terre du Paradis terrestre12."

  • 13 Cf. A.-J. Lettonne, "Sur la situation du Paradis terrestre", dans Œuvres choisies de A.-J. Letronn (...)
  • 14 Ibid., par. 1, p. 418.

13Les commentaires que les Pères de l'Eglise ont écrits sur le Paradis étaient importants au Moyen Âges, et Colomb ne devait pas ignorer le point de vue de saint Ephraem qui situait l'Éden en un lieu élevé13. On admettait aussi, sans sourciller, que les quatre fleuves du Paradis avaient un cours souterrain14 ; ils pouvaient ainsi réapparaître au bon endroit et justifier les hypothèses les plus extravagantes.

14Voilà ce que Christophe Colomb savait, ou, tout au moins, aurait pu savoir sur le Paradis terrestre lorsqu'il s'embarqua pour l'Asie. L'Amiral eut d'ailleurs l'occasion de montrer que le sujet lui était familier.

2 - Christophe Colomb et le Paradis terrestre

  • 15 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 104 (Miércoles 24 de octubre).

15Nous avons déjà signalé que dès son premier voyage outre-Atlantique, Colomb paraissait préoccupé par l'emplacement de l’Éden. Quoi de plus naturel ? Il voguait vers le continent asiatique que les Écritures mentionnaient. Colomb était intimement convaincu d'avoir atteint son but. Cela ne faisait aucun doute : il se trouvait en Extrême-Orient. "C'est l'île de Cipango", déclare-t-il dans le journal de bord de son premier voyage15. Et cette idée ne le quittera pas jusqu'à la fin de ses jours. Au cours de son quatrième voyage (1502-1504), écrit Pierre Margry :

  • 16 Pierre Margry, Les Navigations françaises et la révolution maritime du XIVeau XVIesiècle. D'après (...)

"(...) Colomb croyait le 13 mai arriver à la province de Mago, voisine de celle du Catay, et les mines de la Veragua étaient soupçonnées par lui être celles où Salomon envoyait chercher de l'or16."

16Estimant se trouver en Asie, il était donc persuadé que l'Éden ne pouvait être loin de la région qu'il sillonnait. En outre, une série de données confirmait cette idée. Le climat était très doux et la végétation luxuriante :

  • 17 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 102 (Viernes 19 de octubre).

"(...) mes yeux ne parviendront pas à se lasser — déclare-t-il — en voyant une végétation si verte, si belle et si différente de la nôtre (...)17 "

17Les indigènes, si bons, si angéliques, devaient subir l'influence du Paradis tout proche. L'abondance de fruits, la vie pacifique et insouciante que menaient ces "Indiens" nus, étaient autant de signes qui le confortaient dans son opinion. Il lui suffisait de trouver une preuve déterminante : une haute montagne ou l'un des quatre fleuves, par exemple.

18Or, voilà qu'à l'occasion de son troisième voyage (1498-1500) il découvre de nouveaux indices. Ayant mis le cap plus au sud, il arrive le mardi 31 juillet 1498 en vue de la côte de l'Amérique du Sud. Il se retrouve dans le Golfe de Paria (entre le Venezuela et l'île Trinidad) qu'il nomme d’ailleurs "Golfe de la Baleine" — certainement inspiré par les exploits médiévaux de saint Brandan — et découvre que de puissants courants d'eau douce, qui ont un rapport certain avec le delta de l'Orénoque tout proche, agitent les eaux du Golfe. Une énorme vague met alors son embarcation en péril. Il évoque ainsi ce phénomène :

  • 18 C. Colón, Tercer Viaje de Cristóbal Colón. La Historia del viaje quel Almirante Don Cristóbal Coló (...)

"(...) et très tard pendant la nuit, alors que j'étais à bord du vaisseau, j'entendis un terrible rugissement qui provenait du côté de l'austro et se rapprochait du vaisseau. J'observai attentivement et j'aperçus la surface de la mer qui s'élevait en se déplaçant du Ponant vers le Levant prenant la forme d'une longue vague allongée, aussi haute que le vaisseau, qui s'avançait peu à peu vers moi. Le tout était couronné par un filet de courant qui rugissait épouvantablement avec ce même rugissement furieux que j'avais remarqué pour les filets, dont j'ai déjà dit qu'ils ressemblaient aux vagues qui se fracassent sur les rochers. J'en éprouve encore aujourd'hui de la frayeur dans tout mon corps, car je craignais qu'ils ne finissent par chavirer mon vaisseau en passant par-dessous. Elle passa et arriva jusqu'à la bouche où elle s'arrêta un long moment18."

19Il s'agit donc là de conditions géographiques exceptionnelles ! Mais la terre est belle et le climat est très doux :

  • 19 Ibid., p. 213.

"(...) je trouvai un climat extrèment doux et tempéré et le paysage et les arbres très verts et aussi beaux qu'en avril dans les huertas de Valence (...)19 "

20Colomb remarque également, et le détail est d'importance, que les indigènes n'ont pas la peau aussi foncée qu'ailleurs :

  • 20 Ibid., p. 213.

"(...) les gens de là-bas sont de belle taille et plus blancs que les autres que j'ai déjà vus dans les Indes (...)20 "

21De plus, il perçoit qu'il se trouve en un lieu très différent des autres :

  • 21 Ibid., p. 212.

"Quand je naviguai d’Espagne vers les Indes, très rapidement, dès que j'eus franchi 100 lieues vers le Ponant à partir des Açores, je remarquai un changement dans le ciel et dans les étoiles ; le climat était plus doux, la mer était différente. J'ai pris grand soin de bien observer tout cela21."

22Il se rend compte que l’aiguille de la boussole se comporte curieusement. Pour arriver à compenser les variations, il imagine que la sphère terrestre présente à cet endroit un renflement, car, d’après lui, seule l'élévation pourrait expliquer le phénomène :

  • 22 Ibid., p. 213.

"(...) je m’appuie pour cela sur les raisons précédemment indiquées à propos de la ligne qui du Septentrion au Midi passe à 100 lieues à l’occident des îles Açores. Dès qu'ils l'ont franchie en se dirigeant vers le Ponant, les navires commencent à s'élever doucement vers le ciel : alors on jouit d'un climat plus tempéré et se produit une variation de l’aiguille aimantée à cause de la douceur de ce quart de vent (...)22 "

23La Terre ne serait donc pas complètement ronde :

  • 23 Ibid., p. 212-213.

"(...) sauf qu'elle a la forme d'une poire qui serait ronde partout sauf à l'endroit plus élevé où se trouve la queue. C'est comme si l'on avait une balle bien ronde avec une sorte de téton de femme placé dessus : la partie où se trouverait ce téton serait la plus élevée et la plus proche du ciel (...)23 ".

24Voilà l'explication ! La température de l'air est plus agréable, les indigènes ont la peau plus claire, le climat est plus tempéré, parce que cette région s'élève en pente douce vers le ciel ! Toutes les "preuves" sont maintenant réunies. Le grand fleuve et l'inclinaison de la surface de la Terre, démontrent que l'on approche du lieu élevé où se trouve le Paradis. D'ailleurs, les trois montagnes que l’on avait vues dans l'île située près de la "Boca del Dragón" (nom qui fut donné à l'embouchure périlleuse de l’Orénoque) étaient un signe divin : l’île s’appela — et s’appelle toujours — Trinidad.

25Colomb reprend toutes ces observations et cherche à les faire coïncider avec le texte des Écritures et les commentaires de ses exégètes qui ont tant marqué l'époque médiévale. Mais il est sûr de lui :

  • 24 Ibid., p. 216 et 217.

"(...) je suis intimement persuadé que c'est là que se trouve le Paradis terrestre (...)24 "

26dit-il deux fois dans le récit de son troisième voyage.

27L'Amiral est obsédé par le Paradis terrestre. Et pourtant... il abandonne son exploration pour mettre le cap sur Espanola où l'attendent ses deux frères Bartolomé et Diego. Il s'explique toutefois sur ce revirement :

  • 25 Ibid., p. 214.

"J’ai déjà dit ce que j'ai remarqué au sujet de cet hémisphère et de son apparence et je pense que si je passais au-delà de la ligne équinoxiale, dès que je serais parvenu à la partie la plus élevée, je trouverais un climat encore plus doux et de plus importants changements dans les étoiles et dans les eaux. Je ne prétends pas que l'on puisse naviguer à l'endroit le plus élevé, ni qu'il y ait de l'eau, ni même que l'on puisse monter jusque là car je crois qu'en ce lieu se trouve le Paradis terrestre qu'aucun être humain ne peut atteindre, sauf si la volonté divine en dispose autrement (...)25 "

28Le Paradis est inaccessible aux vivants. Il est donc inutile de poursuivre les recherches. La logique du raisonnement de Colomb est sans faille.

  • 26 Jules Humbert, "El árbol de la vida de la región del Orinoco. La leyenda de Amallvaca en Venezuela (...)

29Signalons, enfin, un dernier élément qui a peut-être servi de preuve convaincante pour l'Amiral. Les Indiens de la région du golfe de Paria, eau Venezuela, avaient une dévotion particulière pour une espèce d'arbres, le palmier appelé mouche. Colomb a-t-il réussi à communiquer avec eux, comme le pense Jules Humbert26 ? Cet arbre tutélaire, si important pour les indigènes, aurait-il été implicitement tenu par le Découvreur pour L'arbre de vie" biblique qui se trouvait dans le jardin d'Éden ? L'hypothèse peut être envisagée, mais il nous semble peu probable que Colomb ait pu connaître, dans le détail, les légendes merveilleuses que l'on racontait sur la palmera moriche. Cependant, il est possible qu'il ait remarqué l'intérêt extraordinaire que cet arbre suscitait.

3 - Le Paradis terrestre et les Indes Occidentales

  • 27 C. Colón, Tercer Viaje, op. cit., p. 206.

30Colomb cherchait à convaincre. Il aurait souhaité que l'on partageât son opinion mais il ne parvint pas à faire admettre ses idées bizarres. Ce que nous considérons comme la relation de son troisième voyage n'est au demeurant qu'une lettre adressée aux "Sérénissimes, très hauts et très puissants seigneurs, le Roi et la Reine"27. Or, c’est dans ce texte, nous l'avons vu, qu’il présente sa théorie sur la forme de la Terre et sa pesante démonstration sur l'emplacement du Paradis terrestre. L'explication qu'il proposait ne semble pas avoir séduit la cour. Faut-il voir dans son insistance quelque arrière-pensée plus terre à terre ?

31Nous ne doutons pas du "mysticisme" du personnage, car l'Amiral a toujours envisagé son action comme une importante contribution personnelle à la lutte contre les Infidèles. Ne songe-t-il pas à financer une nouvelle — et tardive — croisade pour libérer Jérusalem ? C'est ce qu'il écrit au Pape en février 1502 :

  • 28 C. Colón, Carta a su Santidad (fév. 1502), op. cit., p. 471.

"Cette entreprise a été organisée afin de dépenser tous les bénéfices éventuels que l'on pourrait en tirer pour servir les projets de la Sainte Église concernant Jérusalem28."

  • 29 C. Colón, Carta del Almirante al Ama (que había sido) del Principe Don Juan, escrita hacia fines d (...)

32Il s'était accordé un délai de 7 ans — le chiffre a une valeur symbolique — pour fournir suffisamment d'or à cette fin, mais le temps s’écoulait et le précieux métal n'était pas aussi abondant qu'il le croyait. Il avait tout de même bon espoir. Dans une lettre adressée, vers la fin de l'an 1500 — à la suite de son troisième voyage — à la nourrice du prince Don Juan29, il déclare avoir été encouragé par Dieu lui-même :

  • 30 Ibid., p. 222.

"(...) Notre Seigneur me consola miraculeusement et dit : Reprends courage, ne faiblis pas et n'aie pas de crainte : je pourvoirait à tout ; les sept ans de délai en ce qui concerne l'or ne se sont point encore totalement écoulés ; je remédierai à cela et au reste (...)30 ".

33Cependant, le Paradis terrestre était considéré comme le lieu d'où provenaient les épices, si recherchées et si rentables. La malagueta, ce poivre africain que les Portugais apportaient en Europe, n'était-elle pas appelée "graine du Paradis" ? Duarte Pacheco Pereira le signale dans son Esmeraldo de Situ Orbis :

  • 31 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis - Côte occidentale d'Afrique du Sud Marocain au Ga (...)

"C'est là [du cap Mesurado à la mata de Santa Maria] que commence l’échange de la malagueta appelé en latin "grana paradisy" ; ce commerce continue sur 40 lieues de long de cette côte31)."

34Le Sire de Joinville, qui écrit au début du XIVe siècle, est encore plus précis :

  • 32 Jean, Sire de Joinville, Saint Louis. Texte choisi, établi, annoté et présenté par Andrée Duby, Pa (...)

"Il nous convient de parler d'abord de ce fleuve [le Nil] qui vient d’Egypte et du Paradis terrestre. (...) Avant que le fleuve entre en Egypte, les gens qui ont accoutumé de faire cela, y jettent leurs filets déployés. Quand vient le matin, ils trouvent, dans les mailles, les épices que l'on apporte en ce pays, le gingembre, la rhubarbe, l'aloès et la cannelle. Ces choses, dit-on, viennent du Paradis terrestre, où le vent abat des arbres, tout comme, dans les forêts d'ici, le bois sec32."

35Il y aurait donc grand intérêt à s'approcher de l'Éden, et Colomb devait en être persuadé. Ajoutons que l'un des quatres fleuves qui sortent du Paradis, le "Fisón ou Burgues”, roulerait, d’après Mandeville — dont l'Amiral connaissait bien l'œuvre —, de l'or et des pierres précieuses :

  • 33 J. de Mandavila, Libro..., op. cit., liv. 2, ch. 66, p. 177.

"(...) dans ledit fleuve il y a beaucoup de pierres précieuses, de bois d'aloès et d'or33."

36Colomb ne pouvait être insensible à tout cela. Pour lui, évoquer l'existence du Paradis terrestre dans la région qu'il avait découverte, c'était promettre aux Rois Catholiques de fabuleux profits et... justifier de nouveaux voyages. On ne peut donc être surpris de la tiédeur de l’accueil que reçut la nouvelle.

37Amerigo Vespucci, parlant de la même région, se montre beaucoup plus prudent :

  • 34 Transcrit par E. Charton, Voyageurs..., op. cit., vol. 2, t. 3, p. 204.

"Certes, s'il y a un paradis terrestre au monde, je ne doute pas qu'il ne soit à peu de distance de ce pays, qui, voisin du sud, jouit d'un ciel si tempéré qu'on n'y souffre ni du froid en hiver, ni d’une trop grande chaleur en été34."

***

  • 35 André Thevet, Le Grand Insulaire et Pilotage d'André Thevet, Angoumoisin, Cosmographe du Roy. Dans (...)
  • 36 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., t. 2, liv. 3, ch. 122, p. 470.

38Le Paradis est souvent associé au Nouveau Monde, mais la plupart du temps sous forme de comparaisons. Thevet parle d'une "Isle, qui pour les excellences, qui rayonnent en elle, semble estre un second Paradis terrestre"35 et qu'il nomme, très modestement, "l’Isle de Thevet". Las Casas, décrivant la ville mexicaine de Cempoal (Cempoala), termine ainsi : "l'ensemble est un verger et un Paradis terrestre"36. On pourrait multiplier les exemples qui prouvent l'admiration qu'inspirait à bon nombre d’Européens le décor végétal qui s'étalait devant leurs yeux. D'ailleurs, les "îles du Paradis" et les Valparaíso que l'on retrouve si fréquemment suffiraient à le démontrer.

  • 37 A. de León Pinelo, El Paraíso..., op. cit.

39Toutefois, le sentiment que le véritable Paradis terrestre pouvait exister en Amérique était assez répandu. Et l'on peut constater que cette idée avait encore des adeptes au XVIIe siècle : l'œuvre du licenciado Antonio de León Pinelo, précédemment citée, qui est intitulée El Paraíso en el Nuevo Mundo (1656), en est une parfaite illustration37.

  • 38 Cette carte est reproduite dans l'éd. de R. Porras Barrenechea. Elle se trouve au fol. 126 du ms.
  • 39 Dans le titre de l'éd. de 1656.

40L'auteur y analyse, longuement, les diverses raisons qui le portent à croire à la présence de l'Éden au cœur de l’Amérique du Sud. S'agit-il — au XVIIe siècle — d'une transposition "biblique" du mythe de l'Eldorado, que l'on situe dans cette zone ? Toujours est-il que León Pinelo a su trouver des arguments pour convaincre ses lecteurs. Les quatre fleuves du Paradis, par exemple, seraient l’Amazone, le Río de la Plata, l'Orénoque et le Magdalena. Il va même beaucoup plus loin et propose une carte intitulée "Continens Paradisi", curieusement inversée (le détroit de Magellan est en haut), à la manière des cartes primitives, où l'Éden trône au beau milieu du continent sud-américain. Il n’y manque pas, bien entendu, l'"Arbor vitae" et le "Locus voluptatis"38. Antonio de León Pinelo, membre du "Conseil de Sa Majesté et son Oydor de la Casa de la Contratación des Indes sise dans la ville de Séville"39, était un personnage très sérieux qui n'avait certainement pas songé à écrire un texte de divertissement. Il montre bien que Christophe Colomb n'était pas le seul à vouloir placer le Paradis dans le Nouveau Monde. Le mythe du Paradis terrestre a évolué après la découverte de l'Amérique. Peut-être pourrions-nous l'y retrouver sous une autre apparence.

4 - Le Paradis de Mahomet

41Nous ne saurions, enfin, passer sous silence l'existence d'un autre paradis que les Européens placèrent dans le continent américain. Ce "paradis" est beaucoup plus réel : on l'appelle le Paradis de Mahomet. Les "Infidèles" croyaient, eux aussi, que les élus étaient regroupés dans un jardin merveilleux. Le Coran promet, ainsi, la félicité éternelle aux hommes qui la méritent. Ce lieu de rêve y est décrit dans la sourate LXXVII (versets 31 à 36) :

  • 40 Le Coran, Traduit de l'arabe par Kasimirski, Chronologie et préface par Mohammed Arkoun, Paris, Gar (...)

"31. Un séjour de bonheur est réservé aux justes ;
32. Des jardins et des vignes ;
33. Des filles au sein arrondi et d'un âge égal au leur ;
34. Des coupes remplies ;
35. Ils n'y entendront ni discours frivoles ni mensonges ;
36. C'est une récompense de ton Seigneur ; elle est suffisante40"

42Les Espagnols, qui ont vécu pendant huit siècles au contact de la civilisation musulmane, connaissaient bien les promesses du Coran et les croyances de leurs adversaires. Et tous les faux Paradis américains où seules comptaient les préoccupations matérialistes, seront ainsi qualifiés de "Paraíso de Mahoma". Lizárraga, dans sa Descripción, évoque de manière très simpliste l'Éden islamique :

  • 41 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 2, ch. 88, p. 213.

"Ils croient qu'après leur mort ils vont de l'autre côté de la mer, où ils ont beaucoup de femmes et s'enivrent : c'est le Paradis de Mahomet41."

  • 42 J. Lafaye, Les Conquistadores, op. cit., p. 125.

43Or, ce lieu de séjour délectable — mais aussi de débauche et de luxure — qu'imaginaient les Espagnols, les conquistadores le retrouvèrent en Amérique. La "force d'attraction des beautés édéniques" — pour reprendre l'expression de Jacques Lafaye42 — avait, sans aucun doute, provoqué une certaine licence de mœurs que l'on évoquait alors, pudiquement, en se référant aux "Infidèles”. Martin del Barco Centenera réagit ainsi lorsqu'il relate la colonisation du Paraguay :

  • 43 M. del Barco Centenera, Argentina..., op. cit., canto 2, fol. 15 r°

"Quatre lieues plus loin est située
La grande ville, ancienne et fort peuplée
Nommée Assumpción, qui fut fondée Par Salazar en un temps remarquable.
Cette ville est si agréable
Que ma plume hésite à écrire :
Car d’aucuns pour la noircir
La nomment "Paradis de Mahomet43."

  • 44 Pedro Pizarro, Relación del descubrimiento y Conquista de los Reinos del Perú, dans Biblioteca Per (...)
  • 45 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 3, p. 27 (art. "Nicaragua").

44Mais c'est en général au Nicaragua qu'est attribué le nom. L'appellation était, semble-t-il, très répandue. Pedro Pizarro écrit, par exemple : "(...) parce que comme ils avaient quitté le Paradis de Mahomet, qui était le Nicaragua (...)44 ". On voit que les deux dénominations étaient intimement liées. Antonio Alcedo, dans son Diccionario45, après avoir précisé que le Nicaragua est un pays très fertile peuplé d'une incroyable quantité d'animaux, explique : "(...) il mérita d'être nommé" le Paradis de México" par certains des premiers Espagnols, et par d’autres, plus justement, "le Paradis de Mahomet". L'extraordinaire fécondité de la région n'était certainement pas l'unique responsable du changement de nom !

45Quel qu’ait été le Paradis de référence, il est évident que l'Amérique fut souvent considérée comme un continent d'une richesse infinie, propre à susciter, avec l'appui de l'imaginaire, les plus folles espérances et à exciter les passions.

Notes

1 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 162 (Jueves 21 de hebrero).

2 La Bible, L'Ancient Testament I, op. cit., Genèse, ch. 2, versets 8 et 9, p. 7.

3 Ibid., ch. 2, versets 10-14, p. 7-8.

4 Ibid., ch. 2, verset 25, p. 9.

5 Antonio de León Pinelo, El Paraiso en el Nuevo Mundo, comentario apologético, Historia Natural y Peregrina de las Indias Occidentales Yslas y Tierra Firme del Mar Occeano. Por, El licenciado D. Antonio de León Pinelo, del Consejo de S. M. y su Oydor de la Casa de la Contratacion a las Yndias que reside en la Ciudad de Sevilla. (...) Año de M. DC. LVI.

6 Licenciado Zuazo, Primera Carta o rrepresentacion del Lycenciado Zuazo, Gobernador de la Isla Española a S. M. sobre la nescesidad del buen gobierno para conservarla, e propusyciones que face a fin de que se logre el efecto. Sancto Domingo, Enero 22 de 1518, dans CODOIN, t. 34, p. 245-246.

7 Cf. Maurice de Gandillac, "Encyclopédies pré-médiévales et médiévales", dans Maurice de Gandillac, Jacques Fontaine, Jean Châtillon, Michel Lemoine, Johannes Gründel, Pierre Michaud-Quantin, La pensée encyclopédique au Moyen Age, Neuchâtel, Editions de La Baconnière - Unesco, 1966, col. "Langages-Documents", p. 7-42 ; et Jacques Fontaine, "Isidore de Séville et la mutation de l'encyclopédisme antique", Ibid., p. 43-62.

8 San Isidore de Sevilla, Etimologías, Edition bilingüe, Texto latino, versión española y notas por José Oroz Reta (...) y Manuel-A. Marcos Casquero (...), Introducción general por Manuel C. Díaz y Díaz, Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 1982 (t. 1) - 1983 (t. 2), t. 2, liv. XIV, par. 3, p. 167.

9 Transcrit par E. Charton, Voyageurs..., op. cit., t. 2, p. 12.

10 Benedeit, Voyage.... op. cit., p. 125.

11 Juan de Mandavila, Libro..., op. cit., liv. 2, ch. 66, p. 176.

12 Ibid., liv. 2, ch. 66, p. 176.

13 Cf. A.-J. Lettonne, "Sur la situation du Paradis terrestre", dans Œuvres choisies de A.-J. Letronne, Membre de l'Institut, Assemblées, mises en ordre et augmentées d'un index par E. Fagnan, Deuxième série, Géographie et Cosmographie, tome premier, Paris, Ernest Leroux (...), 1883, par. 2, p. 419.

14 Ibid., par. 1, p. 418.

15 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 104 (Miércoles 24 de octubre).

16 Pierre Margry, Les Navigations françaises et la révolution maritime du XIVeau XVIesiècle. D'après les documents inédits tirés de France, d'Angleterre, d'Espagne et d'Italie, Paris, Librairie Tross (...), 1867, p. 172 (La Navigation du Capitaine de Gonneville).

17 C. Colón, Primer Viaje, op. cit., p. 102 (Viernes 19 de octubre).

18 C. Colón, Tercer Viaje de Cristóbal Colón. La Historia del viaje quel Almirante Don Cristóbal Colón hizo la tercera vez que vino a las Indias cuando descubrió la Tierra Firme, como lo envio a los Reyes desde la Isla Espanola, dans Martin Fernández de Navarrete, Colección..., op  cit., vol. l, p. 209-210.

19 Ibid., p. 213.

20 Ibid., p. 213.

21 Ibid., p. 212.

22 Ibid., p. 213.

23 Ibid., p. 212-213.

24 Ibid., p. 216 et 217.

25 Ibid., p. 214.

26 Jules Humbert, "El árbol de la vida de la región del Orinoco. La leyenda de Amallvaca en Venezuela", dans Cultura Española. Madrid, 1906 (no 3), p. 665-673.

27 C. Colón, Tercer Viaje, op. cit., p. 206.

28 C. Colón, Carta a su Santidad (fév. 1502), op. cit., p. 471.

29 C. Colón, Carta del Almirante al Ama (que había sido) del Principe Don Juan, escrita hacia fines del año 1500, dans Martin Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., vol. I, p. 217-222. Navarrete signale (p. 217, n. 1) que la lettre semble plutôt adressée à Doña Juana de la Torre "Ama o nodriza que había sido del príncipe".

30 Ibid., p. 222.

31 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis - Côte occidentale d'Afrique du Sud Marocain au Gabon (vers 1506-1508), éd. de Raymond Mauny, Bissau, Centra de Estudos da Guiné Portuguesa, no 19, 1956, liv. 2, ch. 2, p. 101.

32 Jean, Sire de Joinville, Saint Louis. Texte choisi, établi, annoté et présenté par Andrée Duby, Paris, Union Générale d'Editions, 1963, col. "10-18" no 77, ch. 9. p. 50-51.

33 J. de Mandavila, Libro..., op. cit., liv. 2, ch. 66, p. 177.

34 Transcrit par E. Charton, Voyageurs..., op. cit., vol. 2, t. 3, p. 204.

35 André Thevet, Le Grand Insulaire et Pilotage d'André Thevet, Angoumoisin, Cosmographe du Roy. Dans lequel sont contenus plusieurs plants d'isles habitées, et deshabitées, et description d'icelles. (1586), dans Les Français en Amérique pendant la deuxième moitié du XVIesiècle, 2Les Français en Floride, Textes de Jean Ribault, René de Laudonnière, Nicolas Le Challeux et Dominique de Gourgues, choisis et annotés par Suzanne Lussagnet, précédés d'une introduction, par Ch.-André Julien. (...) Paris, P.U.F., 1958, col. "Pays d'Outre-Mer – Colonies, Empires, Pays Autonomes" (...), 2e série, Les Classiques de la Colonisation-, no 2, ch. 1, p. 314.

36 Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., t. 2, liv. 3, ch. 122, p. 470.

37 A. de León Pinelo, El Paraíso..., op. cit.

38 Cette carte est reproduite dans l'éd. de R. Porras Barrenechea. Elle se trouve au fol. 126 du ms.

39 Dans le titre de l'éd. de 1656.

40 Le Coran, Traduit de l'arabe par Kasimirski, Chronologie et préface par Mohammed Arkoun, Paris, Garnier-Flammarion, 1970, p. 468.

41 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 2, ch. 88, p. 213.

42 J. Lafaye, Les Conquistadores, op. cit., p. 125.

43 M. del Barco Centenera, Argentina..., op. cit., canto 2, fol. 15 r°

44 Pedro Pizarro, Relación del descubrimiento y Conquista de los Reinos del Perú, dans Biblioteca Peruana 1° serie, op. cit., vol. 1, p. 459.

45 A. de Alcedo, Dicc. Geogr., op. cit., t. 3, p. 27 (art. "Nicaragua").

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search