Version classiqueVersion mobile

Mythes et légendes de la conquête de l'Amérique

 | 
Jean-Pierre Sanchez

Deuxième partie : Les premiers accès de l'imagination

Chapitre VI. L'Âge d'or retrouvé

Texte intégral

I - La découverte des "Indiens"

1Le vendredi 12 octobre 1492, Christophe Colomb débarqua sur l’île de Guanahaní. Qu'aperçut-il alors ? Le Journal de bord du premier voyage nous apprend que :

  • 1 C. Colón, Primer viaje, op. cit. p. 95 (Jueves 11 de octubre). La date du 12 octobre n'apparaît pa (...)

"Après avoir débarqué ils virent des arbres très verts, de l’eau en abondance et une grande variété de fruits1."

  • 2 Cf. André Saint-Lu, "La perception de la nouveauté chez Christophe Colomb", dans Etudes sur l'impa (...)
  • 3 Cf. Lucien Febvre, Le Problème..., op. cit., 2e part., liv. 2, ch. 4, p. 394.
  • 4 Ibid., 2e part., liv. 2, ch. 4, p. 393-399.
  • 5 Cf. G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., 1ère part., ch. 2, p. 38.

2Las Casas, qui transcrit les impressions de Colomb, n'a certainement pas lu autre chose dans le texte de l'Amiral et il se contente d'écrire ces quelques mots. Il est difficile d'être plus concis. Le laconisme de cette phrase révèle que la nature n'est qu'un décor. Seules les préoccupations propres aux marins apparaissent ici : il y a de l'eau potable, de la nourriture et du bois pour réparer le navire. Christophe Colomb se laisse quelquefois séduire par le charme du paysage2 mais, en général, ses notes de voyage — filtrées par Las Casas — ne traduisent pas le ravissement ou l'extase que l’on aurait pu imaginer. Il est vrai que les hommes de l'époque étaient, suivant la formule de Lucien Febvre, des "plein-vent"3 et que la vue cédait alors le pas à l'ouïe, au goût et à l'odorat4. Colomb pourrait malgré tout passer pour un témoin d'exception si l'on considère que les relations des voyageurs de la fin du XVe et du XVIe siècles manquent singulièrement de descriptions et nous renseignent mal sur le cadre naturel. Cette "impression de pauvreté" que souligne Geoffroy Atkinson pour l'époque de la Renaissance plaiderait donc plutôt en faveur de Colomb5.

  • 6 Cf. C. Colon, Primer viaje, op. cit., p. 95 (Jueves 11 de octubre).

3Toutefois, ce n'est pas le paysage qui a attiré aussitôt le regard de l'Amiral : il a d'abord vu des êtres humains, des créatures qui étaient nues ("gente desnuda"). C'est le premier détail que rapporte son Journal de bord6. Les habitants des Terres Nouvelles sont, avant tout, des hommes et des femmes nus. Les découvreurs ont dû être frappés par cette nudité. C'était, dès le début, prendre conscience d'une différence fondamentale. Le vêtement étant considéré comme le signe distinctif de l’homme civilisé, ces "Indiens" vivaient donc en marge de la civilisation.

  • 7 Cf. A. Saint-Lu, "La perception...", art. cit., p. 15.

4Le thème de la nudité, qui est "omniprésent" dans le Journal du premier voyage7, apparaît aussi dans plusieurs autres écrits de l'époque. Le souverain du Portugal, Don Manuel, informant les Rois Catholiques de la découverte du Brésil par Pedro Álvares Cabral, transmet par exemple, les renseignements suivants :

  • 8 Carta del Rey don Manuel de Portugal a los Reyes Católicos, dándoles cuenta de todo lo sucedido en (...)

"Pendant l'octave des Pâques suivantes, il fit [Cabrai] une nouvelle découverte, parvenant à une terre qu'il baptisa du nom de Santa Cruz, où il trouva des gens nus, comme du temps de la primitive innocence, doux et pacifiques (...)8 "

5On voit, une nouvelle fois, que le premier élément enregistré est celui de la nudité. La récurrence de ce thème n'est pas propre aux récits concernant l'Amérique. Sur les autres continents explorés (Afrique et Asie) vivaient aussi des peuples qui ne portaient pas de vêtements. Et les découvreurs ne se lassaient pas de le répéter. Geoffroy Atkinson a souligné, pour la France, l'importance du phénomène :

  • 9 G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., 1ère part., ch. 3, p. 63.

"La plus fréquente des observations faites en Amérique, en Afrique et dans certaines îles des Indes Occidentales, à propos des peuples habitant sous les tropiques ou sous l'équateur est celle de la nudité. S’il y a, chez les voyageurs, chez les auteurs d'Histoires et chez les cosmographes de la Renaissance française, une constatation qui devient banale, pour nous, à force de répétition, c’est à coup sûr la constatation qu'il y a des peuples nus. Pour ces auteurs, cependant, cette constatation n'était pas du tout une banalité. C’était, au contraire, l'un des faits les plus étonnants de leur époque9."

  • 10 Cristóbal Colón, Traducción latina de la carta de Cristóbal Colón al señor Rafael Sánchez, hecha p (...)

6La nudité des peuples nouvellement "découverts" préoccupait énormément les explorateurs, qui, il faut le remarquer, circulaient alors essentiellement dans la zone tropicale. L'aspect physique des Indiens fut donc constamment évoqué par les découvreurs. Christophe Colomb indique dans sa lettre à Rafael Sanchez qu'on les voit "toujours nus comme lorsqu'ils virent le jour"10, et Amerigo Vespucci écrit dans le récit de sa première navigation :

  • 11 Américo Vespucio [Amerigo Vespucci], Primera Navegación de Américo Vespucio. Descripción de varias (...)

"Leur corps est gracieux, élégant, bien proportionné, de telle sorte que l'on ne peut remarquer chez elles [les femmes] une quelconque difformité et bien qu'elles aillent nues leurs parties génitales sont placées entre les cuisses de telle manière qu'elles ne puissent être vues, outre que la partie antérieure, que nous nommons pubis, est disposée par la nature de telle façon que l'on ne voit rien d'indécent. Mais là-bas personne n'a cure de cela, parce que la vue des parties génitales ne leur cause pas plus d’impression qu'à nous celle de la bouche ou du visage11."

  • 12 A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 29 (6), p. 52.

7Et André Thevet précise également qu'ils n'ont "aucune honte ou vergogne"12.

***

8La nudité apparaît comme une marque de candeur et d'innocence. Si les Indiens ne sont point vêtus, dit-on, c'est parce qu'ils n'ont aucune idée du vice et du péché. Ronsard, s'adressant à Odet de Coligny, évoque cette

  • 13 Pierre de Ronsard, Discours contre Fortune à Odet de Colligny Cardinal de Chastillon, dans Roger L (...)

"(...) Amérique, où le peuple incognu
Erre innocemment tout farouche et tout nu,
D'habit tout aussi nu qu'il est nu de malice,
Qui ne cognoist les noms de vertu ny de vice,
De Senat ny de Roy, qui vit à son plaisir,
Porté de l'appetit de son premier desir (...)13 "

  • 14 Abbé Delaporte, Le Voyageur françois..., op. cit., t. 11, lettre 124, p. 19.

9Ces Indiennes "entièrement découvertes, s'offroient sans honte aux regards des hommes, parce qu’elles étoient voilées de leur innocence" dira plus tard l'abbé Delaporte14. Nombreux sont ceux qui signalent cette innocence primitive.

"(...) et ainsi hommes et femmes vont nus comme s’ils vivaient à l'âge de l’innocence (...)"

  • 15 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 1, ch. 1, p. 4.

10écrit Lizárraga qui parle pourtant des dangereux Caribes15.

11L'aborigène est présenté, par les témoins, comme un être doux, incapable d'imaginer le moindre méfait. Et Colomb, très vite, a eu cette impression. Las Casas signale à ce propos que l’Amiral fut obligé d'intervenir pour freiner la cupidité des marins qui bernaient les pauvres Indiens :

  • 16 C. Colon, Primer Viaje, op. cit., p. 137 (Sábado 22 de diciembre).

"(...) mais l’Amiral, considérant la franchise de cœur des Indiens, qui pour six billes de verre étaient capables d'offrir — et offraient — une pépite d'or, donna en conséquence l'ordre de ne rien recevoir venant d'eux si on ne leur baillait rien de valable en échange"16."

  • 17 M. de Montaigne, Essais, dans Œuvres complètes, op. cit., liv. 3, ch. 6 (Des coches), p. 886.
  • 18 Ibid, liv. 3, ch. 6, p. 886-887.

12Les Américains n'étaient donc, à leurs yeux, que des enfants, des êtres candides et fragiles. Ce Nouveau Monde, comme l'écrit Montaigne, est "si nouveau et si enfant qu'on luy apprend encore son a, b, c"17 et, ajoute-t-il, il n'y a pas cinquante ans "Il estoit encore tout nud au giron, et ne vivoit que des moyens de sa mere nourrice"18. Montaigne se réfère, bien entendu, aux débuts de la colonisation de l'Amérique, mais les termes qu’il choisit sont bien révélateurs d'un état d'esprit.

13L'Indien est un être naturellement bon : voilà l'idée qu'ont répandue les premiers observateurs du monde américain. Et Colomb a une large part de responsabilité. Mais le panorama merveilleux que dépeint l'Amiral cache aussi beaucoup d'arrière-pensées. Il lui importait de gommer les difficultés en exagérant les traits harmonieux afin d'obtenir l’aide nécessaire à la poursuite de son entreprise onéreuse et peu rentable. Il fallait qu'il insistât sur le bon côté de l'Amérique, sur ses immenses possibilités et l'absence totale d'opposition indigène. Quand il eut besoin d'être secouru, après le naufrage de la Santa Maria, le 25 décembre 1492, un cacique l'aida à sauver quelques affaires, et Colomb en profita pour faire l'éloge de ces généreux indigènes. Voici le passage, écrit par l'Amiral lui-même, comme le précise Las Casas qui utilise les notes du Journal de bord :

  • 19 C. Colon, Primer viaje, op. cit., p. 140 (Martes 25 de diciembre, día de Navidad). Ce texte, intég (...)

"Lui et tout son peuple pleuraient tant (dit l'Amiral), et ce sont des gens si aimables et désintéressés, et toujours disponibles, que je certifie à Vos Altesses qu'il ne me semble pas y avoir dans le monde de meilleures gens ni un pays aussi bon. Ils ont autant d'amour pour leur prochain que pour eux-mêmes ("aman a sus prójimos como a si mismos"), parlent avec le plus grand calme et la plus grande douceur du monde et sont toujours souriants. Ils vont nus — hommes et femmes — comme au jour de leur naissance. Cependant Vos Altesses peuvent croire qu'ils ont d'excellentes mœurs et que le roi a de merveilleuses qualités : ils montrent d’une certaine manière tant de modération que tout cela fait plaisir à voir. Ils ont aussi beaucoup de mémoire, veulent tout voir et demandent quelle est la nature des objets et quel est leur usage19."

14Les Indiens, présentés ainsi, paraissent donc prêts à accueillir avec ferveur la colonisation que l'on envisage. Leur bonté naturelle, pré-chrétienne ("Ils ont autant d'amour pour leur prochain que pour eux mêmes), est de bon augure. La reine Isabelle devait être sensible à cet argument que Las Casas défendit jusqu'à la fin de ses jours avec obstination.

***

  • 20 Cf. José Manuel Gómez-Tabanera, ""La plática del villano del Danubio", de Fray Antonio de Guevara, (...)
  • 21 Cf. Giuseppe Cocchiara, Il Mito del Buon Selvaggio, Introduzione alla storia delle teorie etnologi (...)
  • 22 Pierre Charron, De la Sagesse (1601), réimpr. Paris, Didot, 1789. Cf. G. Atkinson, Les Nouveaux Ho (...)

15On en vint alors à parler, comme Amerigo Vespucci dans sa lettre Mundus Novus adressée à Pierre de Médicis20, de la "bonté naturelle du sauvage". Cette association d'idées que les relations des premiers explorateurs ont si bien su créer, provoqua l'apparition du Bon Sauvage que les écrivains du XVIIIe siècle surent si bien exploiter. Mais le thème du "Bon Sauvage" est né dès la deuxième moitié du XVIe siècle ; Montaigne et Jean de Léry21 ont largement contribué à son développement. "Les hommes sont naturellement bons... et suivent leur inclinaison naturelle et bonne" écrit, en 1601, Pierre Charron dans son ouvrage La Sagesse22. Il faut voir dans le "Bon Sauvage" l'une des manifestations les plus évidentes de l'intérêt que les hommes de la Renaissance ont porté à l'être humain.

2 - L'Âge d'or en Amérique

  • 23 Pero Magalhanes de Gandavo [Magalhães de Gandavo], Histoire de la Province de Sancta-Cruz, que nou (...)

16Les Indiens du Nouveau Monde étaient des gens heureux, sans soucis, sans préoccupations. Regroupés en petites communautés qui vivaient de la pêche, de la chasse et de la cueillette, ces hommes n'avaient nul besoin de se protéger du froid ; ils menaient une vie paisible et enviable. Le décor était merveilleux, le climat idéal, la nourriture abondante, le travail inconnu, les inconvénients de la vie sociale inexistants. Il y avait là de quoi faire rêver des marins soumis aux intempéries et aux privations de toutes sortes ! Avec la complicité du hasard, c'était le meilleur aspect de l'Amérique que l'on avait découvert. Point de savanes désolées, de steppes glacées ou de forêts impénétrables. Les Antilles se montraient accueillantes. On n'y voyait pas de troupes organisées ni de forteresses inquiétantes. Et les indigènes étaient si aimables ! La zone tropicale, la première qui fut visitée par les Européens, avait tout pour séduire. "Ils se procurent facilement de quoi vivre — déclare Pero Magalhães de Gandavo, à propos des Indiens du Brésil — sans qu'il leur en coûte beaucoup de peine, et ils sont bien plus oisifs que nous23."

  • 24 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., 3 déc., ch. 8, p. 318.

17"Ni résidence fixe, ni semences, ni culture..." constate Pietro Martyre d'Anghiera dans sa troisième Décade24. Et toutes ces facilités qui permettent de vivre fort agréablement ont des conséquences d'une importance considérable. Si l'on n'a pas besoin de semer, on peut se passer de défricher et de labourer. Tout travail agricole paraît inutile. L'idée de propriété n’existe pas puisqu'il n'y a pas de champs, et l'on n'a aucun besoin d'accumuler des richesses. Pero Magalhães de Gandavo a bien compris cela :

  • 25 P. Magalhanes de Gandavo, Hist., op. rit., ch. 10, p. 118.

"Ils ne possèdent pas de terres et ne se soucient pas d'en posséder, de sorte qu'ils vivent sans cette avarice et cet amour des richesses qu'on trouve chez toutes les autres nations : ainsi l'or, l'argent et les pierres précieuses n'ont aucune valeur parmi eux, et ils ne se servent de rien qui leur ressemble25."

18Amerigo Vespucci fait la même remarque :

  • 26 A. Vespucio, Primera navegación..., op. rit., p. 136.

"L'or, les pierres précieuses, les bijoux et autres choses de cette sorte qu'ici en Europe nous tenons pour des richesses, n'ont pour eux aucune valeur. Bien au contraire, ils les méprisent absolument et ne tentent rien pour les obtenir26."

19Pietro Martyre d'Anghiera, lui, tire les conséquences de cet état de choses :

  • 27 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., 1er déc., ch. 3, p. 55.

"Il est prouvé que chez eux [à Cuba] la terre appartient à tout le monde, comme le soleil ou l'eau. Ils ne connaissent ni le mien, ni le tien, source de tous les maux. Ils se contentent, en effet, de si peu que dans cette vaste région il reste toujours, plus de champs à cultiver qu'on n'en a besoin. C'est le régime de l'âge d'or27."

20Il répètera souvent cette dernière affirmation.

***

  • 28 Chevalier de Jaucourt, art. "Âge d'Or", dans Encyclopédie ou Dictionnaire Raisonné des Sciences, d (...)

21L’Âge d'or existerait donc en Amérique ! On pourrait y retrouver cet "âge heureux où regnoit l'innocence & la justice, où jamais le souffle empoisonné des soucis rongeans ne corrompit l'air pur qu'on respiroit" que le Chevalier de Jaucourt appelle de ses vœux dans le tome 23 de l'Encyclopédie (1778)28 ! L'idée lancée par Pietro Martyre est bien celle d'un humaniste familier des auteurs de l’Antiquité.

  • 29 Cf. A. Bartlett Giamatti, The Earthly Paradise and the Renaissance Epic, Princeton-New Jersey, Pri (...)

22Le mythe de l’Âge d’or, que les Grecs et les Romains connaissaient bien29, avait inspiré Ovide dont certains vers de ses Métamorphoses pouvaient parfaitement s'appliquer aux Indes Occidentales :

  • 30 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., liv. 1, v. 107-108, p. 11.

"Le printemps était éternel et les paisibles zéphirs caressaient de leurs tièdes haleines les fleurs nées sans semence30."

  • 31 Cf. G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., 1ère part. ch. 5, p. 168.

23Cet âge heureux que l'on pensait à jamais disparu, renaissait maintenant sous le ciel des Tropiques. L'idée fit son chemin, et de nombreux écrivains évoquèrent l'Âge d'or américain mis à mal par les conquistadores31.

24Le Licenciado Quiroga reconnaissait, en 1535 dans son Información :

  • 32 Licenciado Quiroga, Información en derecho del licenciado Quiroga (Rojas), sobre algunas provision (...)

"Celui d'ici s'appelle Nouveau Monde (il est Nouveau Monde non pour avoir été nouvellement découvert mais parce qu'il correspond — à cause de ses habitants et de presque tout ce qui le constitue — à cet autre de l'Âge d'or primitif que notre inclination au mal et la cupidité de notre nation ont transformé en âge de fer et même pire (...)32 "

  • 33 Cf. G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons.... op. cit., 1ère part., ch. 5, p. 140-141.

25Le continent américain ne fut pas le seul à accueillir le mythe de l’Âge d'or retrouvé. L'Asie, l’Afrique et les îles du Pacifique servirent aussi de base à ces descriptions idéalisées écrites par des hommes qui connaissaient les auteurs anciens33.

26Les Indiens des régions tropicales, qui menaient une vie paisible et insouciante ont provoqué le renouveau de ce vieux mythe de l'Âge d'or. En 1798, Jorge Juan et Antonio de Ulloa s'y réfèrent encore :

  • 34 Jorge Juan et Antonio de Ulloa, Relacion Historica del Viage a la America Meridional hecho de orde (...)

"Le caractère des Indiens est tel que si l'indifférence avec laquelle ils considèrent toutes les choses temporelles ne s'étendait aussi à celles qui concernent l'éternité, on pourrait dire à leur propos que les peuples qui, d'après ce qu’affirmèrent faussement les Anciens, auraient joui des avantages de l’Âge d'or, ne connurent pas de plus grande félicité qu'eux.34."

***

27La comparaison que les Européens étaient amenés à faire entre leurs propres mœurs et celles, si différentes, des peuples qu’ils venaient de découvrir les incitait à songer à l'Âge d'or. Les Indiens vivaient dans un Nouveau Monde qui était surtout un autre monde. Il s'agissait non d'un éloignement dans l'espace mais, plutôt, d'un éloignement dans le temps. Heureusement que le souvenir de cet âge primitif où régnait l'insouciance avait été conservé ! Le mythe, remis au goût du jour par la Renaissance, rappelait opportunément l'existence de cette époque merveilleuse.

28L'Âge d'or "américain" correspond à la première phase de l'exploration, essentiellement maritime et côtière. C'est le produit d'une vision superficielle, d'un examen trop rapide des contrées que l'on venait de découvrir. Mais le "filon" fut longtemps exploité, surtout par les défenseurs inconditionnels des aborigènes. Quand l'influence du mythe commença de s'estomper, alors le thème du "Bon Sauvage" renforcé par certaines évocations "ethnologiques" — comme celles de Jean de Léry et du baron de La Hontan —prit la relève et maintint la tradition.

29L'Âge d'or était une notion païenne

  • 35 Cf. G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., 1ère part., ch. 5, p. 139.

"(...) en contradiction — dit G. Atkinson — avec la doctrine chrétienne, qui avait relégué dans le passé lointain les joies du Paradis terrestre. (...) La doctrine chrétienne ne pouvait pas accepter l'existence d’un Âge d'or sur la terre en plein XVe siècle35."

30Et pourtant l'idée fit son chemin... Les références à l'Éden biblique ne disparurent pas pour autant. C’est ainsi que nous trouvons sous la plume d'Alonso Enríquez de Guzman le passage suivant, qui se rapporte aux indigènes de la "probinçia de Castilla del Oro" :

  • 36 Alonso Enríquez de Guzmán, Libro de la vida y costumbres de Don Alonso Enríquez de Guzmán. Publica (...)

"Je vois chez ces peuples indiens l'image de ce que nous avons été avant le péché d'Adam. Eux ne pèchent pas et ne savent pécher. Ils ne se montrent ni envieux ni enclins à faire le mal. Ils n'ont ni monnaie ni dirigeants et n'en ont pas besoin36."

31Notons, toutefois, que Christophe Colomb n’a jamais parlé de l'Âge d'or.

Notes

1 C. Colón, Primer viaje, op. cit. p. 95 (Jueves 11 de octubre). La date du 12 octobre n'apparaît pas dans le Journal de bord (transcrit par Las Casas) : Colon devait être bien trop occupé ! En fait, les événements correspondant aux 11 et 12 octobre ont été consignés à la date du jeudi 11.

2 Cf. André Saint-Lu, "La perception de la nouveauté chez Christophe Colomb", dans Etudes sur l'impact culturel du Nouveau Monde, Paris, Editions L’Harmattan, 1981, Séminaire Interuniversitaire sur l'Amérique Espagnole Coloniale, no 1, p. 19-21.

3 Cf. Lucien Febvre, Le Problème..., op. cit., 2e part., liv. 2, ch. 4, p. 394.

4 Ibid., 2e part., liv. 2, ch. 4, p. 393-399.

5 Cf. G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., 1ère part., ch. 2, p. 38.

6 Cf. C. Colon, Primer viaje, op. cit., p. 95 (Jueves 11 de octubre).

7 Cf. A. Saint-Lu, "La perception...", art. cit., p. 15.

8 Carta del Rey don Manuel de Portugal a los Reyes Católicos, dándoles cuenta de todo lo sucedido en el viaje de Pedro Álvarez Cabral por la costa de África hasta el mar Rojo. (29-VII-I50I), dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., t. 2, Apéndice - Viajes Menores, doc. no 13, p. 66.

9 G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., 1ère part., ch. 3, p. 63.

10 Cristóbal Colón, Traducción latina de la carta de Cristóbal Colón al señor Rafael Sánchez, hecha por Leandro Cosco, e impresa la primera vez en Roma el ano de 1493, dans M. Fernández de Navarrete, Colección..., op. cit., t. 1, p. 175.

11 Américo Vespucio [Amerigo Vespucci], Primera Navegación de Américo Vespucio. Descripción de varias tierras e islas de que no hicieron mention los autores antiguos, descubiertas nuevamente desde el ano de la Encarnación del Señor de 1497 en cuatro navegaciones, dos de ellas en el mar occidental por don Fernando de Castilla, y las dos restantes en el mar austral por don Manuel de Portugal, serenísimos Reyes, dirigida al expresado Rey don Fernando de Castilla por Américo Vespucio, uno de los principales capitanes y pilotos de las naves. Dans M. Fernandez de Navarrete, Colección..., op. cit., t. 2, p. 135.

12 A. Thevet, Singul., op. cit., ch. 29 (6), p. 52.

13 Pierre de Ronsard, Discours contre Fortune à Odet de Colligny Cardinal de Chastillon, dans Roger Le Moine, L'Amérique et les Poètes français de la Renaissance, Textes présentés et annotés par Roger Le Moine, Ottawa, Editions de l'Université d'Ottawa, 1972, col. "Les Isles Fortunées" publiée par le Centre de Recherche en Civilisation canadienne-française de l'université d'Ottawa, no 1, doc. no 95, p. 201-202.

14 Abbé Delaporte, Le Voyageur françois..., op. cit., t. 11, lettre 124, p. 19.

15 Fr. R. de Lizárraga, Descripción..., op. cit., liv. 1, ch. 1, p. 4.

16 C. Colon, Primer Viaje, op. cit., p. 137 (Sábado 22 de diciembre).

17 M. de Montaigne, Essais, dans Œuvres complètes, op. cit., liv. 3, ch. 6 (Des coches), p. 886.

18 Ibid, liv. 3, ch. 6, p. 886-887.

19 C. Colon, Primer viaje, op. cit., p. 140 (Martes 25 de diciembre, día de Navidad). Ce texte, intégralement recopié, se trouve aussi dans Fr. B. de Las Casas, Hist. Ind., op. cit., t. 1, liv. 1, ch. 59, p. 195. H. Colón l'a également repris dans Hist..., op. cit., ch. 33 (à la fin), p. 133.

20 Cf. José Manuel Gómez-Tabanera, ""La plática del villano del Danubio", de Fray Antonio de Guevara, o las fuentes hispanas de la concepción europea del "mito del buen salvaje"", dans Revista International de Sociología, Madrid, C.S.I.C., Instituto "Balmes" de Sociología, Año XXIV, no 95-96 (Julio-diciembre 1966), p. 298.

21 Cf. Giuseppe Cocchiara, Il Mito del Buon Selvaggio, Introduzione alla storia delle teorie etnologiche, Messina, Casa Editrice G. D'Anna, 1948, Biblioteca di Cultura Contemporanea no XVIII, ch. 1, p. 8-9.

22 Pierre Charron, De la Sagesse (1601), réimpr. Paris, Didot, 1789. Cf. G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., 2e part., ch. 5, p. 357.

23 Pero Magalhanes de Gandavo [Magalhães de Gandavo], Histoire de la Province de Sancta-Cruz, que nous nommons ordinairement le Brésil, par Pero de Magalhanes de Gandavo, dédiée au Très-Illustre Seigneur D. Lionis Pereira, ancien Gouverneur de Malacca et de plusieurs parlies de l'Inde méridionale, Lisbonne, A. Gonsalvez, 1576, dans Henri Ternaux-Compans, Voyages, Relations et Mémoires originaux pour servir à l'Histoire de la découverte de l'Amérique, publiés pour la première fois en français par Henri Ternaux, Paris, Arthus Bertrand, Libraire-éditeur, 1837-1841 (20 vol.), vol. 2, ch. 10, p. 118.

24 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., 3 déc., ch. 8, p. 318.

25 P. Magalhanes de Gandavo, Hist., op. rit., ch. 10, p. 118.

26 A. Vespucio, Primera navegación..., op. rit., p. 136.

27 P. Martyr Anghiera, De Orbe Novo, op. cit., 1er déc., ch. 3, p. 55.

28 Chevalier de Jaucourt, art. "Âge d'Or", dans Encyclopédie ou Dictionnaire Raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, par une Société de Gens de Lettres. Mis en ordre & publié par M. Diderot & quant à la partie mathémathique, par M. D'Alembert. Nouvelle édition, A Genève, Chez Pellet, Imprimeur-Libraire, rue des Belles-Filles, t. 23 (1778), p. 821.

29 Cf. A. Bartlett Giamatti, The Earthly Paradise and the Renaissance Epic, Princeton-New Jersey, Princeton University Press, 1966, ch. 1, par. 2, p. 15-33.

30 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., liv. 1, v. 107-108, p. 11.

31 Cf. G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., 1ère part. ch. 5, p. 168.

32 Licenciado Quiroga, Información en derecho del licenciado Quiroga (Rojas), sobre algunas provisiones del Real Consejo de Indias (1535), dans CODOIN, t. 10, p. 363.

33 Cf. G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons.... op. cit., 1ère part., ch. 5, p. 140-141.

34 Jorge Juan et Antonio de Ulloa, Relacion Historica del Viage a la America Meridional hecho de orden de S. Mag. para medir algunos grados de meridiano Terrestre, y venir por ellos en conocimiento de la verdadera Figura, y Magnitud de la Tierra, con otras varias Observaciones Astronomicas, y Phisicas (...) En Madrid, Por Antonio Marin, M. DCC. XLVIII, (4 vol.), vol. 2, liv. 6, ch. 6, par. 932, p. 543.

35 Cf. G. Atkinson, Les Nouveaux Horizons..., op. cit., 1ère part., ch. 5, p. 139.

36 Alonso Enríquez de Guzmán, Libro de la vida y costumbres de Don Alonso Enríquez de Guzmán. Publicado por Hayward Keniston, Madrid, Ediciones Atlas, 1960, col. "B.A.E." no 126, p. 135.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search